Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre. Une écriture critique

 | 
Jacques Deguy

Avant-propos

Bernard Alluin, Yves Baudelle, Claude Gillet et Monique Gosselin

Texte intégral

1C’est une tâche difficile que celle d’évoquer en quelques lignes la personnalité de Jacques Deguy ; sa discrétion naturelle prive ses amis du récit des moments marquants de sa vie ; son humour, non dénué d’autodérision, lui sert de masque dans les moments où il risquerait de se dévoiler quelque peu ; son esprit curieux le porte plutôt à observer autrui qu’à faire étalage de son moi. On pourrait adopter le mode de récit du biographe : les parents de Jacques sont originaires du Limousin. « Montés » à Paris après leur mariage en 1945, ils s’installent en 1950 dans le Nord où son père a trouvé du travail ; et c’est dans cette région qu’ils vivront avec leur fils etc.

2On pourrait user d’une plume un peu plus « littéraire » : il serait plaisant d’évoquer, aux sources de la famille de Jacques (qui deviendra, on le sait, spécialiste de Jean-Paul Sartre), la figure tutélaire d’un grand-père Schweitzer limousin, Dieu tout puissant de la maisonnée, initiateur d’un petit garçon, et détenteur d’une bibliothèque fascinante.

3Mais la jeunesse de Jacques n’est pas celle de Poulou. Jacques Deguy est issu d’un milieu modeste ; il est élevé dans les quartiers populaires de la ville de Lille, habitant entre l’usine de Fives et la voie ferrée du Mont de Terre. Il grandit, choyé par un père bienveillant et une mère attentionnée dont l’intelligence et l’esprit cultivé lui faciliteront l’accès aux études. Ce sont ses professeurs qui lui font découvrir les grands livres et qui lui permettront la réussite qui fut la sienne. Jacques est un de ceux qui doivent leur promotion à leurs qualités propres et à l’école de la République.

4On étonnera peut-être en présentant Jacques Deguy comme un homme du Nord : certes il est né à Paris, où il a passé sa petite enfance jusqu’à l’âge de deux ans, certes, reçu à l’E.N.S. en 1968, il est de nouveau parisien pour 4 ans, certes un contrat de coopération le conduira en Tunisie où il restera de 1972 à 1975 ; mais c’est à Lille que sont ses attaches profondes ; c’est à Lille qu’il passe son enfance et son adolescence, à Lille qu’il fait ses classes, passant de la communale (l’école Paul Bert) au collège Franklin puis au lycée Faidherbe (où l’un des signataires de cette mini-biographie, alors professeur stagiaire dans une classe de première, fit sa connaissance en découvrant un élève brillant), à Lille encore qu’il prépare le concours d’entrée à l’École Normale Supérieure auquel il est reçu en 1968.

5C’est à Lille enfin qu’il revient pour être nommé, en 1975, à l’Université des Arts, Lettres et Sciences Humaines, Lille où il fait toute sa carrière jusqu’à sa retraite. Jacques dira qu’il doit tout au Nord, les possibilités d’emploi pour ses parents, son éducation, son accès à l’université. Signe de cet attachement et de cet enracinement, il s’investira dans l’animation de la Société de littérature du Nord qu’il contribue à créer pour promouvoir la littérature liée à cette région. S’il n’est pas « ch’ti » de naissance, il revendique, à juste titre, la citoyenneté d’honneur que ses complices nordistes lui accordent volontiers.

6Nommé à l’Université, Jacques Deguy ressent intensément que son métier peut avoir, dans certains de ses aspects, une fonction sociale qu’il souhaite pleinement assumer. Enseignant d’abord au service de formation continue de Lille 3, il accueille des adultes originaires de tous milieux sociaux ; il dispense un enseignement de techniques d’expression propre à donner à chacun l’aisance de parole et d’écriture, sans laquelle beaucoup de ses stagiaires se sentaient démunis devant l’avenir. Proposant, pendant de très nombreuses années, des cours de préparation au Capes, il se donne pleinement, sans compter son temps (ni ses copies), à sa tâche de formation de futurs professeurs dont, dans bon nombre de cas, il assure la réussite aussi bien par la qualité de ses cours que par l’organisation de nombreux travaux d’entraînement. Il n’hésite pas à prendre en charge (à côté d’enseignements de maîtrise et de DEA, à côté de directions de thèses) les cours d’une licence pluridisciplinaire – moins gratifiants que ceux de la licence « classique » – parce que ce diplôme débouche, pour des étudiants souvent d’origine modeste, sur l’entrée à l’IUFM et sur le métier d’instituteur. Sa vocation de « passeur » le conduit à participer à la rédaction d’anthologies ou d’ouvrages conçus à l’attention des élèves des enseignements secondaire ou supérieur. C’est dans ce même esprit de service qu’il accepte d’assumer des tâches de coordination pédagogique, devenant successivement animateur du secteur des techniques d’expression, organisateur des enseignements de préparation aux concours, et directeur de l’UFR de lettres entre 1992 et 1996, au temps où celle-ci avait encore 3 000 étudiants.

7Ce souci de la transmission qui l’habite le conduit à contribuer à la diffusion de la recherche, surtout lorsque celle-ci concerne des aspects insuffisamment explorés de notre littérature : il joue alors un rôle de pionnier. Il est, en 1982, l’un des quatre fondateurs de la Société de littérature du Nord (que nous avons déjà évoquée) et de la revue Nord’ pour laquelle il assuma, pendant de nombreuses années, avec beaucoup de sérieux et d’efficacité, la tâche ingrate de trésorier. Un an plus tard, il se lance avec enthousiasme, en binôme avec un autre universitaire de ses amis, dans l’aventure de la création d’une revue consacrée au roman de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre, Roman 20-50, et, dans le même élan, il participe à la fondation du centre d’études du roman des années 1920 aux années 1950 de l’Université Lille 3. Dans le même temps, il devient membre de la revue Études sartriennes et trésorier adjoint de la Société liée à ce groupe. En 2000 il participe, plus brièvement, à la création du groupe interdisciplinaire d’Études Nizaniennes et à l’organisation d’une revue consacrée à Nizan. À plusieurs reprises, Jacques Deguy apparaît ainsi comme un fondateur et un animateur de revues.

8Ce sens du travail d’équipe le conduit à participer pendant de nombreuses années au groupe de recherche sur les manuscrits de Sartre, dirigé, dans le cadre du CNRS (ITEM), par Michel Contat.

9La recherche qu’il mène pendant toutes ces années concerne les problèmes de la critique littéraire ainsi que, bien entendu, l’œuvre de Sartre à qui il consacre de très nombreux articles et trois ouvrages : son étude sur Sartre et la critique littéraire du XIXe siècle a le mérite d’être à la fois savante, originale et féconde si l’on veut comprendre le rapport spécifique de Jean-Paul Sartre à la littérature ; son explication de la Nausée réussit à être à la fois concise et riche ; il s’est livré enfin à une analyse rigoureuse et fine des Mots. C’est dire que ses recherches permettent de faire le tour de l’immense écrivain-philosophe que fut Sartre. Jacques Deguy s’est intéressé aussi à des proches de son auteur de prédilection comme Nizan ou Simone de Beauvoir à laquelle il consacre, entre autres, un remarquable essai : Simone de Beauvoir, écrire la liberté. Ce dernier ouvrage tient du chef-d’œuvre tant il dit beaucoup en un nombre de pages relativement restreint. La place manque ici pour évoquer l’ensemble de sa production scientifique qui le situe comme un spécialiste incontournable de l’auteur des Chemins de la liberté et de la romancière des Mandarins.

10Qui lit les travaux de Jacques Deguy apprécie en eux la solidité de la pensée, la clarté des idées, la cohérence de l’attitude critique, jointes aux manifestations d’un esprit fin, d’une plume brillante et d’un sens aigu des formules pertinentes. Au-delà de ces éminentes qualités intellectuelles, au-delà de la large culture de ce passionné d’opéras, ses amis apprécient en Jacques son urbanité, sa gentillesse et son sens de l’humour qui cache et révèle à la fois une sensibilité extrême. C’est pour ces raisons, et pour bien d’autres encore, que ses proches, faisant quelque peu violence à sa discrétion et sa modestie, ont tenu à lui offrir, au moment où il commence à jouir d’une retraite sereine et active, la possibilité de présenter en recueil les articles qu’il a écrits à propos d’un auteur qui a occupé jusqu’ici une grande part de sa vie.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540