Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

États-Unis / Europe

 | 
Mokhtar Ben Barka
, 
Jean-Marie Ruiz

Chapitre 3. Vision du monde et politique étrangère

A propos de La puissance et la faiblesse de Robert Kagan. Les États-Unis et l’Europe, ou le choc de deux universalismes1

Jean-Marc Ferry

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend les éléments d’un entretien avec Muriel Ruol, « La puissance et la faiblesse. Les (...)

1Dans son ouvrage, La puissance et la faiblesse, Robert Kagan met en évidence l’énorme disparité des forces entre les États-Unis d’Amérique et l’Europe, et lui attribue l’essentiel de l’écart des points de vue et de la « culture stratégique ». La divergence des visions du monde se laisserait ainsi réduire à la position des uns et des autres sur l’échiquier international. Robert Kagan défend la thèse que les Européens étant faibles (dans le sens où malgré leur puissance économique, ils dépensent très peu pour leur défense et profitent en quelque sorte du parapluie américain), cette faiblesse les rendrait plus tolérants à la menace extérieure que ne le sont les Américains. En d’autres termes, ce serait grâce à la puissance militaire américaine, que les Européens pourraient s’offrir le luxe de développer une conception morale des relations internationales qui insiste sur les valeurs de la négociation, de la diplomatie et élimine les perspectives d’une intervention militaire – sauf en ultime recours. Bref, une orientation remarquablement illustrée par les positions de la Belgique, de la France et de l’Allemagne dans le dossier irakien.

2Par rapport à cette thèse, il importe de se poser la question suivante : Est-ce que la faiblesse militaire peut, à elle seule, expliquer cette orientation de l’Europe vers un ordre, que l’on peut qualifier (kantiennement) d’ordre de droit cosmopolitique ?

3Or, l’explication par la faiblesse est une explication faible. Elle ne nous donne pas à comprendre pourquoi l’Europe parvient à inscrire politiquement des idées singulièrement avancées sur l’ordre mondial et sur l’établissement d’un droit qui dépasse au fond le droit international classique. J’aimerais préciser les raisons qui incitent à supposer que l’Union Européenne serait en pointe d’une tendance historique situant notre présent comme une période de transition, en ce qui concerne l’ordre juridique international.

Après l’affaire d’Irak l’ordre international en question

4Cet ordre juridique est actuellement fondé sur la souveraineté des États, sur le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un pays, et il n’autorise des interventions armées sur mandat des Nations Unies qu’en cas de menace pour la sécurité extérieure. Dans la pratique, cependant, l’autorisation juridique va plus loin : lorsque les droits de l’homme et les droits des peuples, pas seulement ceux des États, sont en cause de façon urgente et grave, on considère qu’il est légitime d’intervenir. Ainsi, lors de la première guerre du Golfe, il a fallu surinterpréter la Charte pour justifier la sanctuarisation de la zone kurde, au nord de l’Irak. Il semble que l’esprit du temps porte à faire admettre le principe selon lequel, si un État ne sait pas s’autolimiter en regard des droits fondamentaux individuels (c’est-à-dire des droits de l’homme) et des droits fondamentaux des peuples (c’est-à-dire du droit des gens), il devient alors légitime de le limiter politiquement de l’extérieur. Entendons : s’il ne sait pas s’autolimiter juridiquement, dans ce cas, une limitation extérieure de caractère politique devient légitime, mais sous certaines considérations de respect des procédures légales consacrées internationalement, au niveau de l’ONU.

5À ce sujet, on peut aussi relever l’idée d’une possible sanctionnabilité des droits de l’homme au niveau mondial. C’est une idée qu’illustre la création du TPI (tribunal pénal international), auquel les Américains n’ont pas souscrit, mais que reflètent les institutions juridictionnelles de l’Union Européenne, à Strasbourg et à Luxembourg. Nous avons là quelque chose de nouveau et original, une « création » politico-philosophique qui ne peut s’expliquer par la seule faiblesse.

6Il faut parfois accorder une efficace au mouvement des idées. Comme l’écrivaient Pierre Hassner et Justin Vaïsse dans une formule qui n’est banale qu’en apparence : « les idées comptent ». Il y va en l’occurrence d’une percée philosophique que Kagan n’a pas su cerner, et qui fait que l’Union Européenne, en particulier certains États de cette Union (la France, l’Allemagne, la Belgique) s’orientent vers la perspective, de plus en plus investie, d’un ordre de droit cosmopolitique. Les nations d’Europe étaient autrement plus faibles, il y a un demi-siècle, qu’aujourd’hui, y compris par rapport à l’Amérique. C’est justement leur force, aujourd’hui, que d’affirmer l’orientation « kantienne » face aux États-Unis.

7Il est vrai que l’avancée philosophique en direction du droit cosmopolitique fait aussi l’objet d’une récupération idéologique. George Bush et Tony Blair ne se privent pas d’utiliser l’argument les droits de l’homme, qu’ils considèrent toutefois comme un argument moral et non pas comme un argument juridique. C’est là, si l’on veut, un paradoxe qui procède au fond d’un contresens sur la nature des droits de l’homme. Ceux-ci sont en réalité de nature juridique et non pas morale. C’est un contresens que l’on trouve d’ailleurs chez Carl Schmitt, et qu’en ce sens on pourrait aussi bien juger post-moderne. Contrairement à ce que dit Robert Kagan, le « post-moderne » n’est pas du côté européen, mais plutôt du côté américain, tandis que l’affirmation d’une « guerre juste », parée des habits de la moralité, vise à dispenser ses auteurs de la légalité.

  • 1 On a parfois exagéré en renvoyant dos à dos l’attitude américaine et l’attitude islamiste sous l’ar (...)

8Au surplus, cette subversion, pour ne pas dire cette suppression du droit par la morale et au nom de la morale, est elle-même fortement connotée par la religion1. C’est cette double subsomption : du droit sous la morale et de la morale sous la religion, qui est le fauteur de guerre. Il est clair qu’elle n’appartient plus à l’esprit européen. Si Robert Kagan avait écrit un livre profond, plutôt que de pointer comme explication la faiblesse militaire de l’Europe, il aurait mis l’accent sur cette question, décisive, du rapport entre droit, morale et religion, en comparant la vision « américaine » (en tout cas, telle qu’elle est représentée par George W. Bush) et la vision du monde « européenne » (telle qu’elle est en particulier représentée par la France, l’Allemagne et la Belgique).

9Voilà, semble-t-il, une clef de la divergence entre les deux points de vue. Dès lors que l’on comprend les droits de l’homme comme appartenant non pas à l’ordre du droit, mais à celui de la morale, il devient possible de les invoquer pour se réclamer d’une guerre juste, alors même qu’elle n’est pas légale. En revanche, si, comme il se doit, on conçoit les droits de l’homme comme des droits, qui, comme tels, doivent être sanctionnés – idéalement par des tribunaux, ou moyennant certaines procédures (en l’occurrence celles du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies) –, alors invoquer les droits de l’homme pour mener une action qui n’est pas conforme au droit positif devient irrecevable.

10Il reste que ce qui apparaît à l’occasion de la seconde guerre d’Irak, et avant cela, avec le Kosovo, c’est le caractère lacunaire du droit international général. Telle quelle, la Charte des Nations Unies n’est en effet pas à la hauteur des intuitions européennes, en particulier de l’idée d’une sanctionnabilité juridictionnelle des droits de l’homme au niveau mondial. Cette idée monte en puissance, puisque l’on assiste actuellement à la création d’un tribunal pénal international permanent. Mais, encore une fois, à lire simplement la lettre de la Charte des Nations Unies, on constate qu’aucune intervention ne saurait être justifiée par la seule défense des droits fondamentaux individuels (c’est-à-dire des droits de l’homme), le chapitre VII ne prévoyant une intervention que dans les cas où la sécurité mondiale est en danger, c’est-à-dire, au fond, dans le cas de violation des frontières. Ce qui prime donc pour la Charte des Nations Unies, c’est le droit des États et non pas le droit des individus ni même d’ailleurs celui des peuples en tant que tels. Voilà qui constitue un retard par rapport à l’idée d’un droit cosmopolitique.

Réformer l’Organisation des Nations Unies ?

  • 2 Cf. « Thank God for the death of the UN » paru dans The Guardian, vendredi 21 mars 2003.

11Il semble important de réformer la Charte des Nations Unies. Loin de sonner le glas de l’ONU comme le prétendent certains responsables américains, par exemple Richard Perle2, la crise diplomatique qui a éclaté à l’occasion de la guerre irakienne pourrait, au contraire, être une occasion de repenser et renforcer son rôle. Une insuffisance de l’ONU tient au fait que sa Charte a été élaborée par les États, et que les États – ce n’est pas nouveau, Kant le disait en son temps et c’était vrai avant Kant – sont attachés à leur souveraineté entendue au sens d’une souveraineté absolue, équivalent de la liberté sauvage de l’état de nature. Le droit international classique en porte la marque, et la Charte des Nations Unies a dû s’organiser autour du principe de la non-ingérence. Aujourd’hui nous savons que cela est insuffisant. Sans aller jusqu’à l’excès de Bernard Kouchner qui a pu parler d’un devoir d’ingérence (Bernard Kouchner avait paru soutenir l’attitude américaine lors de la deuxième intervention en Irak), on pourrait faire intervenir l’idée d’un droit d’ingérence, à condition, bien entendu, que l’exercice en soit soumis à une procédure qui garantirait le droit des peuples. Le droit d’ingérence serait donc un droit fortement procéduralisé suivant le principe évoqué plus haut : quand, de façon criante et patente, un État est incapable de s’autolimiter juridiquement, tant en regard des droits fondamentaux des individus (droits de l’homme), dans l’ordre de sa souveraineté interne, qu’en regard des droits fondamentaux des peuples (droit des gens), dans l’ordre de sa souveraineté externe, dans ce cas, une limitation politique exercée de l’extérieur devient légitime, sous certaines conditions qui sont celles de procédures à instaurer au niveau de l’O.N.U.

  • 3 Il s’agit de l’émission « 100 minutes pour convaincre », animée par Mazerolle qui avait pour invite (...)
  • 4 En l’occurrence la demande de la France d’établir nettement la preuve de la présence d’armes de des (...)

12La question d’une réforme de l’O.N.U. présente deux aspects. Il y a tout d’abord la question du droit et de la Charte qu’il faut réformer. Ensuite, cette Charte ne rendant pas automatique une intervention armée, il faut envisager également une procédure de décision – majoritaire ou non, ce qui renvoie aux systèmes déjà à l’œuvre au niveau du Conseil de sécurité (droit de veto, etc.) –, qu’il faudrait également revoir. Ces procédures constituent le second aspect de la question. Cette vision contraste avec celle que soutiennent les responsables américains. Je pense à une réaction de Richard Perle qui s’agaçait face à Raymond Barre lors d’une émission sur France 23, arguant que le Conseil de sécurité est avant tout un organe politique où les États défendent leurs intérêts supérieurs et non pas un organe juridique où il faudrait établir une quelconque vérité judiciaire4. Il y a là une réelle difficulté. Richard Perle a « quelque part » raison. Il est vrai que le Conseil de sécurité est un organe politique et non pas un organe juridictionnel. Il n’est donc pas sacrilège de prendre un peu de champ par rapport aux décisions de ce conseil, du point de vue de la morale, certes, mais aussi – ce qui est encore mieux – dans la perspective d’un resserrement des liens entre le droit et les décisions de cet organe politique qu’est le Conseil de sécurité. Il importe en effet que cet organe politique ne soit pas tout puissant, mais lié à la Charte. Le Conseil de sécurité pourrait ainsi être soumis au principe de légalité tel qu’il s’exprime dans la Charte. Une légalité dont on peut aussi espérer qu’elle se développera au-delà des principes classiques du droit international général, vers l’idée d’un droit cosmopolitique, entendu au sens d’une constitutionnalisation supranationale des droits fondamentaux des individus et des peuples.

13Comment donc resserrer les liens entre le juridique (c’est-à-dire la Charte) et l’organe politique (c’est-à-dire le Conseil de sécurité) ? Cette question est cruciale, si l’on veut contrecarrer la légitimation de la « guerre juste » et un repli sur les arguments moraux, quand ce n’est pas un repli sur la religion. Elle porte sur le nécessaire renforcement de l’organe juridique et le contrôle de « constitutionnalité » des décisions prises par le Conseil de sécurité. Existe-t-il à ce niveau un équivalent de la Cour constitutionnelle, l’équivalent d’un Conseil constitutionnel ? Le tribunal de La Haye, par exemple, pourrait-il jouer ce rôle ? Ce n’est pas l’image qu’offrent les institutions liées à l’Organisation des Nations Unies. Dans les faits, nous sommes encore loin d’un système où une véritable instance de contrôle de conformité (par exemple, la Charte) pourrait avoir suffisamment de pouvoir pour annuler une décision du Conseil de sécurité. Ce seraient pourtant là véritablement les éléments de ce que l’on pourrait appeler, mais sans majuscule au mot « état », un état de droit.

Quid de l’« hyperpuissance » américaine ?

  • 5 E. Todd, Après l’Empire. Essai sur la décomposition du système américain, Paris, Gallimard, 2002.

14Une telle réforme de l’ONU a-t-elle une chance de s’imposer face à l’hyperpuissance américaine ? Cette question mérite que l’on s’arrête sur ce terme : « hyperpuissance », forgé par Hubert Védrine pour désigner une domination à la fois militaire et culturelle. Voilà en effet une idée qui est décriée par certains, dont Emmanuel Todd, notamment, qui voit plutôt dans les États-Unis une superpuissance en déclin5. On parlait de « superpuissance » à propos surtout des « deux Grands » (les États-Unis et l’U.R.S.S.). Après l’écroulement du bloc soviétique, l’Amérique est provisoirement sans rival. Provisoirement, car l’Europe se construit et se structure politiquement. Après les tensions liées à la guerre d’Irak, elle s’engagera sur la voie d’une autonomie plus grande en matière de Défense. Mais nous n’en sommes pas là, et c’est pourquoi les États-Unis peuvent, précisément en cette période transitoire à bien des égards, être qualifiés d’hyperpuissance. Cependant, il n’y a pas que l’aspect matériel. L’« hyperpuissance » américaine ne se réduit pas aux faits brutaux de la puissance militaire et du potentiel économique. L’hyperpuissance, c’est aussi un génie. Pour en comprendre l’essence, rappelons-nous les perceptions lucides de Tocqueville : le génie typiquement américain fut d’abord celui de la démocratie au sens ambivalent où d’ailleurs Tocqueville l’entendait, impliquant aussi bien le règne de la médiocrité que celui de l’égalité. En ce qui concerne proprement l’Amérique, on ajoutera un sens aigu de la liberté – non seulement la liberté individuelle, mais également la liberté associative et communautaire. Ce « génie américain » se traduisit dans les faits, également, par la domination de la culture américaine – cinéma, musique ou autres produits culturels qui connaissent une diffusion mondiale. Le marché n’est pas seulement le reflet d’une puissance économique, financière et commerciale, il est aussi l’expression d’un désir, d’une attente. L’énorme succès du cinéma américain ne s’explique pas par la seule force de frappe de l’industrie hollywoodienne, mais par le fait que les productions américaines sont partout plébiscitées. De même, les grandes séries américaines (telles Dallas, Dynasty) ont connu un succès mondial, parce qu’elles correspondaient à une attente, à un désir universel. Même si c’est médiocre, c’est quand même universel et puissant. Bref, ce qui fait le génie américain, c’est entre autres ce sens du marché et de la consommation de masse (des biens économiques comme des biens symboliques) ; ce sens qui est au fond celui de la démocratie, telle que Tocqueville la comprenait.

15Mais poursuivons l’analyse de Robert Kagan et tournons-nous vers l’Europe. Face à cette hyperpuissance américaine, nous aurions selon son analyse une Europe faible, qui rationaliserait sa faiblesse. Le propos de Kagan tient en deux flèches : primo, l’Europe, du fait de sa faiblesse, aurait tendance à minimiser les menaces qui pèsent sur la paix et l’ordre mondial ; secundo, elle s’aveuglerait dans un idéalisme naïf étendant à l’ensemble des relations internationales le modèle postnational (il emploie plutôt le terme de « postmoderne ») qui la caractérise ; modèle qui, paradoxalement, n’aurait pas été possible sans le parapluie de la puissance américaine.

Qu’est-ce au fond que la « puissance » ?

16L’idée-force de Kagan est en réalité fort répandue. C’est l’idée, courante aux États-Unis, qu’au fond l’ordre « kantien » voulu par les Européens ne peut se développer que « sous le parapluie de la puissance américaine telle qu’est exercée par les Américains selon les règles fixées par Hobbes », pour reprendre littéralement Robert Kagan. Il s’agit donc de l’idée selon laquelle les Européens profiteraient de la puissance américaine et du fait que les Américains assument politiquement la nécessité d’assurer la sécurité, pour se payer le luxe de l’idéalisme et du moralisme. Thème banal et commun. On en trouve aujourd’hui une variante dans le débat diplomatique à propos de l’Irak. Je reconstruis approximativement l’argument :

Si vous, Européens, pouvez ainsi arguer du fait que finalement les inspections fonctionnent bien et que le désarmement suit son cours en Irak, c’est parce qu’il y a plus de 100.000 hommes aux frontières de l’Irak (qui sont pour l’essentiel des Américains). Sans cette puissance aux portes de l’Irak, il est à parier que vous pourriez attendre encore longtemps le désarmement. Vous profitez de cette expression de la puissance pour avoir une position avantageuse dans le concert diplomatique.

17Il y a sans doute là quelque chose de vrai, voire un certain cynisme de la part du camp anti-guerre, par exemple de la part de Mme Alliot-Marie qui dit simplement qu’elle « remercie » les Américains de « faire le nécessaire » (Que ne le faisons-nous nous-mêmes !). Il y a effectivement dans cette attitude quelque chose de gênant. Cela étant dit, c’est une vue trop facile de mettre en équivalence : kantiens et naïfs. Cette critique présuppose au fond qu’il ne puisse y avoir de puissance politique que dans, par ou moyennant la violence. Il y a là un amalgame, évidemment fâcheux, entre puissance et violence – distinction à laquelle tenait particulièrement Hannah Arendt. Le pari de l’Europe, c’est qu’il puisse y avoir puissance sans recours à la violence. C’est cela qui fait la valeur philosophique de l’orientation européenne, et rend sa position irréductible à un processus de rationalisation de la faiblesse. Quant à être naïve, cette orientation « kantienne » l’est sans doute moins qu’une orientation « hobbésienne », pour reprendre les termes de Kagan. À lire Kant, en particulier ses écrits sur le rapport délicat entre morale et politique, il semble effectivement que Kant soit sur ce point moins naïf que Hobbes ou Machiavel.

18En tant que « kantiens », les Européens comptent sur une puissance, qui est une puissance morale et critique à la fois, et non pas une puissance physique. Cette puissance, ce n’est pas seulement l’opinion publique mondiale, à moins que l’on entende l’expression « opinion publique » au sens ancien d’opinion éclairée, formée à la raison. On fait alors le pari que le sens du juste et l’amour de la liberté existent chez les peuples non dégénérés ; que la puissance politique consiste à pouvoir, sans mauvaise rhétorique, mobiliser ces forces-là, qui sont invincibles. En Occident, on peut aujourd’hui encore mourir pour la liberté, ce n’est pas inconcevable, même si l’on ne meurt plus pour sa patrie.

19Voilà ce que peut aussi représenter l’orientation « kantienne », supposée naïve, de l’Europe. J’aimerais y voir au contraire une orientation philosophique et politique d’avenir, pour laquelle l’Europe est pionnière, et qui pourrait lui faire gagner même une position de premier plan dans l’ordre international. Dans l’ordre symbolique, elle est en mesure de supplanter les Américains, en tenant sur le Droit un discours authentique. Quelles en sont les conditions ? – La première, qui se met progressivement en place en Europe (mais pas aux États-Unis), c’est de lier la proclamation des droits fondamentaux (les droits de l’homme par exemple) à un récit des atteintes que l’on a soi-même pu porter à ces droits. Autrement dit, une attitude autocritique est requise. Il est clair que si, comme les États-Unis, on prétend avoir toujours raison et ne jamais combattre que pour le Juste (les adversaires incarnant le mal, tandis que l’on incarnerait soi-même le bien), il sera difficile d’avoir un discours authentique sur le Droit. Celui-ci exige une sensibilité, dirait-on, historique, à ce que Hegel nommait « causalité du destin ». Il n’y a, de la part des Américains, guère de tentative sérieuse pour comprendre les raisons historiques qui font que la grande majorité des États est organisée de façon autoritaire, voire totalitaire ; que, partant, il est illusoire de vouloir instaurer la démocratie par la force sans tenir compte du contexte. Or, la sensibilité à l’histoire, les Européens l’ont certainement – presque trop.

La sensibilité à l’histoire, ou : peut-on « démocratiser » par la force ?

20Une expression de ce manque de sensibilité à l’histoire transparaît dans l’idée, naïve aux yeux de la « vieille Europe », que l’on peut exporter et, pour ainsi dire, parachuter le modèle démocratique dans des pays autoritaires, voire, totalitaires. De ce point de vue, d’ailleurs, les Anglais contrastent singulièrement avec les Américains dont ils doivent réparer les bévues et les maladresses sur le sol irakien. Les Américains sont substantialistes : ils pensent que la façon dont on installe une démocratie n’a pas d’importance. Ce qui compte pour eux, c’est d’instaurer une représentativité (je ne pense pas que l’on puisse actuellement envisager une démocratie en Irak au sens où nous l’entendons en Europe). Ce qu’ils souhaitent, c’est instaurer des institutions représentatives des différentes ethnies et sensibilités religieuses et instituer un système pluraliste qui ressemblerait peu ou prou à un État de droit ; et aussi, bien sûr, des élections libres. Leur erreur philosophique est de penser que la raison puisse s’imposer sans accord du vouloir. La raison véritable est plutôt l’accord de la raison et du vouloir. De cela, les Européens ont fait l’expérience au cours des deux siècles qui suivirent la Révolution française. Aujourd’hui, les Américains sont un peu comme les Français d’il y a deux siècles. Ils veulent exporter leur démocratie, sans tenir compte des entrelacs complexes de l’existence, des procédures, des contextes, des susceptibilités et de la fierté des peuples. On s’est aperçu que, même si les Irakiens étaient majoritairement hostiles au régime de Saddam Hussein, et même si, comme sans doute, tôt ou tard, tous les peuples, ils souhaitaient être libres, il reste que la liberté ne peut s’imposer par la force, ni s’instituer du jour au lendemain. C’est d’ailleurs la réponse, non dénuée de pertinence, que des officiels du régime de Saddam avançaient lorsqu’on leur demandait : « C’est pour quand, la démocratie en Irak ? ».

21La liberté ne peut s’imposer par la force. Cela veut dire en l’occurrence que, si ce sont les Américains qui imposent la démocratie, d’abord, il y a humiliation des populations intéressées, puisque c’est une puissance étrangère qui aura mis fin à un régime, qui pour être autoritaire, n’en est pas moins leur gouvernement ; ensuite, ce ne sont pas ces populations qui auront choisi la forme que doit revêtir le système des libertés. Il n’y aura pas d’autodétermination, pas d’autonomie de la décision. Or, qu’est-ce que la liberté sans autonomie ? Kant tenait ferme au principe de non-intervention dans les affaires intérieures d’un État, même si ce dernier se trouvait d’aventure aux prises avec l’anarchie la plus totale. Précisons que pour Kant cette interdiction dépasse le cadre du principe classique de non-ingérence, puisque dans le 5e article préliminaire de son Essai sur la Paix perpétuelle, il envisage l’hypothèse d’un État divisé en deux factions qui prétendent chacune à la légitimité ; auquel cas, l’intervention étrangère ne revêtirait pas la signification stricte d’une atteinte à la souveraineté d’un « peuple étatique ». Celui-ci doit se « trouver » pour ainsi dire lui-même. Même s’il n’est donc encore que virtuel, on ne saurait légitimement se substituer à lui, c’est-à-dire lui enlever la possibilité de résoudre par lui-même ses propres problèmes. Maintenant, le respect de l’autonomie des peuples ne doit pas interdire toute intervention militaire, afin de prévenir des crimes contre l’humanité, par exemple. Mais, encore une fois, une telle décision de saurait être que du ressort de l’Organisation des Nations Unies.

22Ce que visait Kant en condamnant l’ingérence de nations dans les affaires d’autres nations, c’est une « violence procédurale » dont le caractère subtil échappe à certains. Elle n’en est pas moins injustifiable sur le plan du Droit. C’est pourquoi les Américains risquent d’échouer politiquement. Dans l’hypothèse où la guerre en Irak se termine comme prévu par la victoire anglo-américaine, il est clair que cette victoire militaire ne se transformera en victoire politique que si ce sont les Nations Unies qui gèrent l’après-guerre. Il y aura bien sûr tout d’abord un gouvernement provisoire anglo-américain (ne nous faisons pas d’illusions), mais cette opération ne sera une réussite politique que si ce gouvernement reste provisoire.

23En somme, rien n’est moins évident que le tableau brossé par Robert Kagan : celui d’un maintien durable de l’hégémonie américaine sans partage face à une Europe, empêtrée dans ses contradictions, et incapable de faire le choix de la puissance. Il est faux d’affirmer que l’Europe a renoncé à la puissance. C’est une erreur qui ne tient pas compte des faits. L’Europe va faire le choix de la puissance, sur un mode ou un style qui ne sera sans doute pas celui des États-Unis d’Amérique. On peut avancer deux arguments essentiels pour soutenir ce point de vue.

La voie européenne

24Le premier argument, c’est qu’il faut légitimer politiquement la construction européenne. L’Union politique implique en effet une intégration des fonctions les plus traditionnellement attachées à l’exercice de la souveraineté : la diplomatie et la politique extérieure. Pour légitimer un tel changement, proprement post-national, l’Europe ne peut plus invoquer (en tout cas, elle ne pouvait plus jusqu’il y a très peu – disons : avant la guerre d’Irak) les arguments qui ont prévalu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à savoir le spectre d’une guerre civile européenne et les exigences de la reconstruction. On se souviendra à ce propos de l’appui américain qui poussait, pour des raisons géostratégiques, à la formation d’une Europe unie. Ces motifs, ces ressorts qui ont puissamment drainé l’énergie et donné toute l’impulsion de la construction européenne n’existent plus. De ce point de vue, le point de bascule se situe au moment des ratifications nationales du Traité de Maastricht. C’est alors qu’il est clairement apparu que la construction européenne n’était plus seulement une affaire technocratique qui suivrait normalement son cours, mais qu’elle prenait une ampleur proprement politique. Le système techno-bureaucratique qui se stabilisait, pour ainsi dire, au-dessus de la tête des individus appelait une prise de conscience du caractère politique de l’Europe. Il a soulevé la question du sens de la construction européenne. Quelle légitimité donner aujourd’hui à la construction européenne ? Il est clair que le sens de l’Europe ne réside plus principalement dans la sécurité et le maintien de la paix sur le continent européen. (On espère du moins que ce motif est périmé). Quelque cinquante années après le désir de paix suscité par l’expérience de ces « guerres en chaîne » dont parlait Raymond Aron, la légitimation qui est montée récemment en puissance, c’est le rattrapage de l’économique par le politique, en réponse au défi de la mondialisation. Ce qui constitue aujourd’hui le moteur de cette construction, c’est aussi la cruelle expérience que font les États de leur impuissance face aux marchés, lorsqu’ils veulent agir isolément. Même s’ils conservent de jure leur souveraineté étatique, les peuples ont perdu de facto leur autonomie politique. Pour recouvrer leur autonomie et leur puissance, ils sont donc obligés de se concerter. Il ne sert de rien de se crisper sur la souveraineté, comme le font les souverainistes français, tels Chevènement ou Pasqua dans une attitude presque fétichiste : qu’est-ce que la souveraineté en dehors de l’autonomie politique ? Pour recouvrer leur autonomie politique, les États doivent agir de concert. C’est seulement au niveau continental ou quasi continental d’une Europe intégrée que les États européens peuvent espérer reconquérir la maîtrise des marchés, ou du moins les domestiquer selon les intentions de l’État social, et enrayer le processus inquiétant de la subversion du politique par l’économique, des États par les marchés. Il s’agit d’un point décisif qui justifie que l’Union Européenne se constitue aujourd’hui en puissance politique capable d’équilibrer les États-Unis, en particulier dans les grandes institutions internationales comme l’OMC, pour mettre fin à « l’unilatéralisme américain », comme on dit. Si les Européens sont clairement capitalistes, il n’en reste pas moins qu’ils n’entendent pas subir la loi des marchés, ni celle des grandes puissances privées (du moins celles dont l’État américain serait de manière affichée le porte-voix). Les États européens ont du reste également des intérêts proprement politiques et proprement européens à faire valoir.

25Le second argument s’appuie sur une volonté apparue beaucoup plus récemment, tant du côté français que du côté britannique, de constituer une défense européenne digne de ce nom. Il semble y avoir quelque indice que ces pays sont prêts à faire dans ce domaine les efforts qu’il convient. Mais prévenons à cet endroit une interprétation réductrice de cette nouvelle orientation : il ne s’agit pas de s’aligner sur la seule attitude qui soit censément « réaliste » et « responsable » (c’est-à-dire l’attitude américaine), ni d’abandonner Kant pour Hobbes ou Machiavel. Il s’agit plutôt de donner du poids à nos paroles, à nos idées et à nos orientations quasiment philosophiques, (par exemple la promotion du rôle de l’ONU, le respect du droit, etc.). Il importe que notre discours sur l’ordre international soit entendu, tout simplement.

26La force au service du droit, plutôt que le droit au service de la force, en somme. Mais sans faire de l’angélisme. L’Europe ne défend pas que des idées, elle défend aussi des intérêts, et c’est légitime. Tous les intérêts ne sont pas mesquins. L’Europe défend sur le Continent européen, en Méditerranée ainsi qu’en Afrique, des intérêts non seulement économiques, mais aussi politiques qui ne sont pas ceux des États-Unis. D’autre part, elle a sa propre conception de l’ordre international, qui ne correspond pas à la vision américaine. La vision de l’Europe est multipolaire et multirégionale. L’Union Européenne aimerait peut-être faire essaimer son propre modèle, en Asie, en Afrique, en Amérique du sud ; contribuer à la formation politique d’unités régionales de stature continentale ou quasi-continentale du côté de l’ASEAN, de MERCOSUR ou des organisations africaines comme le CENSAD. Mais, apparemment, elle n’envisage pas d’instituer un ordre global mondial doté d’un gouvernement mondial.

27De ce point de vue, le contraste avec les États-Unis est sensible, car l’Europe ne poursuit pas l’élimination des structures étatiques dans les régions du deuxième et du troisième mondes, un objectif que l’on serait en revanche fondé à soupçonner chez les Américains, aussi bien en Asie qu’au Moyen-Orient. Dans l’approche américaine, les États, surtout lorsqu’ils sont autoritaires, constituent de véritables obstacles. Ce qu’ils appellent « États démocratiques » ne sont guère plus que des États soumis au marché, c’est-à-dire poreux et dociles à l’invasion capitaliste américaine. Ce n’est pas là ce que les Européens nomment « démocratie ». Moins axés sur la version néo-libérale de la démocratie, les Européens considèrent, pour leur part, que ce qui est important, c’est qu’il y ait un État. C’est vrai que c’est kantien, dans le fond, ou, disons, plus républicain que libéral. On peut s’étonner du soutien français à la Serbie ou à l’Irak, par exemple. On considère, comme Kant d’ailleurs, que le fait qu’il y ait un État, même autoritaire, est préférable à l’état de nature.

28Les Européens ont sans doute le souci de structurer politiquement par des États toutes les régions du monde, afin d’avoir des partenaires institués et de pouvoir entrer en dialogue avec les interlocuteurs privilégiés que sont les représentants des peuples – au contraire, me semble-t-il, des Américains qui, en particulier au Moyen Orient, tendraient à privilégier les représentations tribales. Dans leur vision, le Moyen-Orient deviendrait à terme une vaste zone de tribus, où le seul État structuré serait celui d’Israël.

Notes

1 On a parfois exagéré en renvoyant dos à dos l’attitude américaine et l’attitude islamiste sous l’argument qu’il s’agirait au fond de deux intégrismes religieux, avec le même manichéisme, la même lutte du Bien contre le Mal. Cette affirmation est évidemment excessive et même tout à fait déplacée. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que le président George W Bush, méthodiste à l’origine, est maintenant sous influence d’une quasi-secte des Évangélistes du Sud des États-Unis, dont l’idéologie peut être qualifiée d’intégriste. On peut donc, hélas !, comparer sans contresens grossier la philosophie religieuse de George W. Bush à celle de l’intégrisme islamiste.

2 Cf. « Thank God for the death of the UN » paru dans The Guardian, vendredi 21 mars 2003.

3 Il s’agit de l’émission « 100 minutes pour convaincre », animée par Mazerolle qui avait pour inviter principal Raymond Barre et où sont intervenus entre autres, R. Kagan et R. Perle.

4 En l’occurrence la demande de la France d’établir nettement la preuve de la présence d’armes de destruction massive et le lien avec la menace sur la sécurité internationale.

5 E. Todd, Après l’Empire. Essai sur la décomposition du système américain, Paris, Gallimard, 2002.

Notes de fin

1 Ce texte reprend les éléments d’un entretien avec Muriel Ruol, « La puissance et la faiblesse. Les États-Unis et l’Europe », Bruxelles, La Revue nouvelle, janv.-fév. 2004/n° 1-2.

Auteur

Professeur en science politique et en philosophie morale à l’Université libre de Bruxelles et chercheur C.N.R.S

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540