Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

États-Unis / Europe

 | 
Mokhtar Ben Barka
, 
Jean-Marie Ruiz

Chapitre 3. Vision du monde et politique étrangère

Questions de puissance. Les États-Unis et l’Europe ont-ils deux conceptions opposées des relations internationales ?

Pierre Hassner

Texte intégral

  • 1 Archives européennes de sociologie, V, I, 1964, p. 27-5. Reproduit dans Études Politiques, Gallimar (...)

1En 1964, Raymond Aron, dans un article intitulé « Macht, Power, Puissance, prose démocratique ou poésie démoniaque ? »1, opposait la conception allemande de la puissance, pénétrée du romantisme de la force, et la conception américaine pour laquelle la puissance apparaissait de plus en plus comme prosaïque, diffuse et indéterminée. Vers la même époque, le général de Gaulle disait à un jeune professeur américain venu le visiter à Colombey-les-deux-églises : « Vous, Américains, vous perdrez la guerre froide car vous n’êtes pas un grand peuple. Un grand peuple est celui qui sait s’imposer des sacrifices en vue de la grandeur. Les Allemands sont un grand peuple, les Russes sont un grand peuple. Mais vous vous ne pensez qu’à votre confort et à vos loisirs. Vous n’êtes pas sérieux ».

  • 2 In Puissance et Faiblesse, Plon, 2003.

2Quarante ans après, les fronts sont renversés. C’est au tour d’un auteur américain, encore plus lu en Europe qu’aux États-Unis, Robert Kagan, de déclarer : « Les Américains sont de Mars, les Européens sont de Vénus »2. Pour lui, ces derniers ne savent plus ce que c’est que la puissance et ne connaissent plus que le confortable paradis de l’intégration européenne, protégée par les États-Unis, seuls à reconnaître les dangers que les ennemis de l’Occident font peser sur lui et à les combattre. Et de fait, si le Président Bush se veut, depuis le 11 septembre 2001, un « président de guerre », le président Chirac déclare, à propos de l’Irak, que « la guerre est toujours la pire des solutions » et le Premier ministre Schröder refuse d’y participer en toute hypothèse, même sous le drapeau de l’ONU. La situation semble exactement inversée par rapport à moins de cinquante ans plus tôt, quand la France et l’Angleterre se lançaient aux côtés d’Israël à l’assaut de Nasser, assimilé à Hitler, et étaient arrêtés par les États-Unis au nom des Nations Unies et de la prohibition de l’emploi unilatéral de la force. Quelques dizaines d’années plus tôt encore, à Versailles, c’est le président Wilson qui incarnait l’idéal de la paix universelle par opposition au réalisme brutal d’un Clémenceau dont la devise avait été, avant la fin des hostilités, identique à celle adoptée aujourd’hui par George W. Bush : « Je fais la guerre ».

3Cet exemple connu de tous montre bien le caractère insatisfaisant de l’explication donnée par Robert Kagan au chassé-croisé euro-américain que nous venons de mentionner. Pour Kagan, quand on est fort, on croit à la force et à son emploi unilatéral ; quand on est faible, on croit au droit international et au multilatéralisme. Il y a évidemment du vrai dans cette explication : les petits États ont souvent été les défenseurs les plus convaincus du droit international, et le mépris dans lequel l’administration Bush tient les engagements internationaux et les organisations multilatérales est évidemment lié à une ivresse de l’hyperpuissance. Mais les États-Unis n’étaient une petite puissance faible ni en 1918 avec Wilson, ni en 1945 quand, avec Roosevelt, puis Truman, ils créaient l’ONU et le système d’organisations multilatérales qui devait assurer la prospérité et la sécurité de l’Occident et du système libéral.

  • 3 Jean-Marie Ruiz, « d’Alexander Hamilton à Alfred Mahan : les origines du réalisme politique américa (...)
  • 4 Walter McDougall, Promised Land, Crusading State, The American Encounter with the world since 1776, (...)
  • 5 Walter Russell Mead, Special Providence. American Policy and how it changed the World, New York, Kn (...)

4Il y a, certes, une évolution des États-Unis et de l’Europe, qui, d’ailleurs, tient autant à leurs transformations intérieures et à leur expérience respective de la guerre et de la paix qu’à l’augmentation ou à la diminution de leur puissance respective, mais il y a aussi des constantes. Parmi celles-ci, l’une des plus importantes est la permanence, aux États-Unis, d’un débat entre réalisme et idéalisme, résultant le plus souvent en une combinaison entre le sentiment d’une mission exceptionnelle et un recours aux moyens militaires et économiques de la puissance au service de cette mission. J. M. Ruiz a montré que le réalisme n’avait pas été révélé à une Amérique naïvement idéaliste par des émigrés européens comme Hans Morgenthau et Henry Kissinger mais correspondait à une tradition vivante tout au long de son histoire3. Réciproquement, un historien comme Walter McDougall a montré à la fois la permanence de l’exceptionalisme américain et son évolution de l’idée de la « terre promise » à celle de « l’État en croisade »4. Walter Russell Mead a formalisé le débat permanent sur l’orientation de la politique extérieure américaine en distinguant quatre écoles, les Jeffersoniens, donnant le primat à la démocratie intérieure, les Hamiltoniens, partisans du réalisme et de la puissance économique et militaire, les Wilsoniens, idéalistes et soucieux de répandre la démocratie, et les Jacksoniens, populistes, peu soucieux du sort du monde mais prêts à tout si on les attaque5.

  • 6 Joseph Nye, The Paradox of American Power : Why the world’s only superpower can’t go it alone, OUP, (...)
  • 7 John Ikenberry, America Unrivaled. The Future of the Balance of Power, New York, Cornell University (...)

5La guerre froide a constitué, pour l’essentiel, une période de consensus grâce à la politique de containment (endiguement) qui conciliait puissance et mission, primauté et multilatéralisme. Depuis, les libéraux comme Carter et Clinton se sont vu accuser violemment de croire aux traités plutôt qu’à la puissance et de pratiquer la politique de Mère Theresa. A leur tour, les « conservateurs révolutionnaires » au pouvoir avec Bush sont en butte aux reproches au moins aussi véhéments et argumentés que ceux des Européens, venant d’Américains partisans de l’hégémonie des États-Unis mais qui considèrent, comme Joseph Nye, que le hard power militaire et économique doit être accompagné par la persuasion et la séduction, qu’il appelle soft power6, ou, comme J. Ikenberry7, que la primauté des États-Unis est fondée sur les institutions multilatérales.

6Les mêmes, et bien d’autres, critiquent la notion d’un empire américain, instaurant la démocratie par la force, en soulignant soit les limites de la puissance militaire soit la montée inévitable d’un monde multipolaire.

  • 8 Walter Russell Mead, Power, Terror, Peace and War, New York, 2004.

7Inversement, en Europe, si certains pays et certains théoriciens correspondent à la description de Kagan et se rattachent à ce que Walter Russell Mead appelle le « parti du ciel » d’autres, comme la Russie, ou une certaine version de la politique française, incarnée par exemple par Hubert Védrine, croient à la permanence de la lutte pour la puissance, dans la tradition réaliste (ce que Walter Russell Mead appelle « le parti de l’enfer »8). D’autres encore, comme les nouveaux adhérents ex-communistes de l’Alliance Atlantique, et de l’Union Européenne se rallient à la conception américaine de l’empire démocratique ou s’efforcent, avec plus ou moins de réussite et de sincérité, de combiner croyance à l’action unilatérale et aux institutions multilatérales et croyance à la nécessité de la force et à celle de sa légitimation par la morale ou par le droit. C’est le cas, dans des proportions et des directions différentes, de Tony Blair et de Dominique de Villepin.

8On le voit les positions théoriques sur la puissance et la légitimité, sur la force et le droit, sur l’unipolarité et la multipolarité, sur l’unilatéralisme et le multilatéralisme, ne peuvent incontestablement, comme le souligne Kagan, être isolées des situations et des intérêts politiques. Mais il serait faux, d’une part, de postuler un déterminisme qui ne laisserait aucune place aux positions divergentes à partir d’une même situation ni aucune autonomie à la discussion théorique, et, d’autre part, de postuler deux blocs homogènes et opposés correspondant aux deux continents.

9Les clivages transcendent souvent, sans les ignorer, les divergences euro-américaines. Des positions majoritaires se cristallisent à certains moments et se défont à d’autres. En particulier le déclenchement de la guerre d’Irak a correspondu à une polarisation maximale, les échecs de l’aprèsguerre et la contestation montante de la présidence et de la politique de George Bush aux États-Unis mêmes ont conduit à un certain rapprochement des opinions américaines et européennes. Mais celui-ci, à son tour, ne doit pas masquer une distance structurelle inévitable et probablement croissante pour des raisons géographiques et démographiques.

10Nous commencerons par la dimension conceptuelle, avec la querelle sur le rôle de la puissance, suivie par celles de l’unilatéralisme et du monde unipolaire et multipolaire.

Puissance et impuissance

  • 9 Voir les références dans mon « États-Unis : l’empire de la force ou la force de l’empire ? », in La (...)
  • 10 Cf. mon article « L’État-nation à l’âge nucléaire », in La Violence et la Paix, Éditions Esprit, 19 (...)

11La discussion théorique sur la puissance est aussi vieille non seulement que la théorie des relations internationales (puisqu’elle est au centre de son premier grand classique, Politics among Nations de Hans Morgenthau) mais que l’histoire et la philosophie politiques. Il n’en est que plus étonnant que Kagan, dans Puissance et Faiblesse se contente d’un bout à l’autre d’identifier puissance et puissance militaire et ne soit effleuré d’aucun doute sur l’efficacité de celle-ci. Il n’est pourtant pas nécessaire d’invoquer des références européennes, suspectes aux yeux des nouveaux adeptes américains de la Machtpolitik, même si elles émanent de sources qu’ils respectent comme Thucydide à propos d’Athènes, Burke à propos de l’empire britannique, Hegel à propos de Napoléon, tous insistant sur les dangers d’une puissance excessive, qui suscite nécessairement envie, résistance et contrepoids, et sur l’impuissance de la victoire militaire à garantir la victoire politique9. Mais la science politique américaine a été le lieu d’une élaboration de la notion de puissance, de ses ambiguïtés, de ses complexités et de ses pièges qui remonte aux années soixante, quand Karl Deutsch répondait à Kenneth Waltz, à propos de la puissance des deux Grands : « Le pouvoir de mettre un homme K.O. n’implique pas celui de lui apprendre le piano » - anticipation saisissante des problèmes de la guerre et du nation-building en Irak. Rendant compte de ce débat, l’auteur de ces lignes avait conçu, il y a plusieurs décennies, que le problème était avant tout celui du taux d’échange entre les différentes formes (militaire, économique, culturelle, etc.) de la puissance ou de la déperdition d’énergie quand on passait d’une forme à une autre10.

12Plus récemment, à Paul Kennedy qui prédisait le déclin de la puissance américaine par surextension, Joseph Nye répondait en distinguant le hard power, militaire et économique, consistant à faire faire à autrui ce que nous voulons qu’il fasse et le soft power consistant à lui faire vouloir (par séduction ou conviction) ce que nous voulons qu’il veuille et affirmait sa confiance dans le caractère durable de la primauté américaine grâce à son avantage en termes de communication et de persuasion.

13Aujourd’hui, le même Joseph Nye reproche à l’administration Bush de mettre en danger cette même hégémonie américaine en misant tout sur le hard power et en négligeant ou sacrifiant le soft power.

  • 11 Power, Terror, Peace and War, (4e partie).

14Un auteur favorable, avec des nuances, à l’administration Bush, Walter Russell Mead, raffine encore. Il distingue, à l’intérieur du hard power, le sharp power (militaire) qui agit par contrainte directe et le sticky power (économique) qui agit par l’imbrication ou la dépendance structurelle. A l’intérieur du soft power, il distingue le sweet power de la séduction et l’hegemonic power de l’influence inconsciente ou de la domination culturelle et idéologique11. Là où Kagan, du moins dans sa première version, est étonnamment simpliste et réducteur, Mead se complait dans une mutiplication des distinctions qui a aussi ses dangers. Mais elles ont le mérite, derrière un vocabulaire un peu recherché et artificiel, de rappeler les distinctions élémentaires du militaire, de l’économique et du politique, celle de l’action intentionnelle et des structures.

15La distinction la plus centrale reste, cependant, celle que Kissinger a toujours évoquée, depuis son premier livre, A World Restored, jusqu’à son plus récent, Does America need a Foreign Policy ? C’est celle de la puissance et de la légimité ou du consensus. La faiblesse théorique de Kagan et pratique de l’administration Bush a été de croire qu’il suffisait d’être le plus fort et de déclarer que l’on incarnait le Bien pour entraîner l’adhésion ou la soumission des États et des peuples à « l’empire bienveillant ». La phrase célèbre de Rousseau : « Le plus fort n’est jamais assez fort pour rester toujours le maître, s’il ne transforme la force en droit et l’obéissance en devoir » (Contrat Social, Livre I, Chapitre 3, « Du Droit du plus fort »), semblerait étrangère aux conceptions des nouveaux partisans washingtoniens de la politique de puissance.

  • 12 Coral Bell, « American Hegemony and the Pretense of Concert », The National Interest, 57, Fall 1999 (...)

16Mais le problème est bien plus compliqué. Certes, l’hubris ou l’arrogance des « néo-conservateurs » et du président Bush lui-même les amènent à proclamer bien haut l’objectif d’un « nouveau siècle américain » et à écarter le conseil de Coral Bell, repris par Henry Kissinger, selon lequel l’hégémonie américaine ne sera acceptée que si elle est déguisée en concept, si, notamment, les alliés des États-Unis ont l’impression de participer aux décisions même si c’est Washington qui a, en fait, le dernier mot12. Mais ce n’est pas seulement, et probablement pas surtout, parce qu’ils considèrent que leur puissance est telle qu’ils n’ont pas besoin de l’aide ou du consentement des autres. C’est aussi, et peut-être surtout, parce qu’ils considèrent que la transformation de « la force en droit et de l’obéissance en devoir » leur appartient en quelque sorte de naissance ou par essence, en vertu du caractère exceptionnel de l’Amérique, de sa « destinée manifeste » ou de sa mission.

17Entre l’administration Bush et la tradition qu’elle représente, d’une part, les Européens de l’autre, le malentendu ou la divergence porte moins sur le rôle de la puissance que sur la conception de la légitimité. Robert Kagan s’en est aperçu, et a consacré à ce problème la postface de l’édition de poche de son livre, parue séparément en France sous le titre : « Le revers de la puissance. Les États-Unis en quête de légitimité », (Fortunato, Israël, 2004). Mais, en réalité, il illustre le problème plus qu’il ne l’analyse ou ne le résout, puisque la solution qu’il propose est purement et simplement la reconnaissance par les alliés de la légitimité américaine, sans soumettre celle-ci à des critères qui la dépasseraient.

  • 13 Francis Fukuyama, « Does the West still exist ? » in Entre Kant et Kosovo. Études offertes à Pierre (...)

18C’est Francis Fukuyama qui, reprenant l’analyse de Kagan avec plus de subtilité et d’objectivité, nous fournit une des clefs essentielles du débat. Selon lui, les Américains considèrent avec un étonnement qu’il partage la manière dont les Européens abandonnent une partie de leur souveraineté à une institution européenne ou considèrent que seule l’ONU peut rendre légitime l’emploi de la force. Pour les Américains, dit-il, les institutions internationales ont une valeur purement pragmatique et révocable à tout instant. Il n’y a pas d’autre source de légitimité que la Constitution des États-Unis et la volonté du peuple américain. Aucun principe universel ni aucune organisation internationale, même juridique, ne peut prévaloir contre elles. Mais en même temps, il remarque que les Américains ont souvent tendance à attribuer une valeur universelle à leurs propres sources de légitimité, précisément parce qu’ils considèrent que les États-Unis représentent « the city on the hill » et qu’ils sont chargés, comme l’indiquent leurs billets de banque, d’établir un « novus ordo saeclorum »13.

19C’est cela, autant que le sentiment d’une puissance matérielle supérieure, qui explique l’étonnante capacité américaine à appliquer deux poids et deux mesures quand il s’agit des États-Unis et du reste du monde, à être totalement souverainistes pour eux-mêmes et interventionistes envers les autres, à considérer comme inconcevable qu’un Américain soit traduit devant un tribunal international, mais comme normal de mettre à prix la tête de dirigeants étrangers, de les kidnapper et de les juger, d’exécuter des Mexicains sans leur accorder l’accès à leurs autorités consulaires ou de maintenir les prisonniers de Guantanamo dans un vide juridique. C’est cette double croyance à l’exceptionalisme américain et à sa valeur universelle qui rend les États-Unis si enclins à méconnaître à la fois leur propre nationalisme et celui des autres.

  • 14 Stanley Hoffmann, Gulliver’s Troubles, New York, Council on Foreign Relations, 1968, trad. fr. Gull (...)
  • 15 Cf. Sébastien Fath, « Le troisième stade de la religion civile américaine », Esprit, août-septembre (...)

20Cette tendance, signalée par Stanley Hoffmann dès 1965 dans son « Gulliver’s Troubles »14 a été multipliée par le double « revival » religieux et national que l’on a senti monter au cours des années 1990 en partie en réaction contre l’humiliation du Vietnam et la contre-culture des années soixante. Et elle a atteint son apogée avec le 11 septembre 2001, auquel l’Amérique profonde a réagi de manière nationale et quasi-religieuse (on pense aux travailleurs du bâtiment new yorkais) scandant, après le discours de George W. Bush, « USA, USA ! » et entonnant « America ! I think of thee ! » dans l’esprit de cette « religion civile » qui, pour la majorité, est plus politique que proprement religieuse15 malgré l’influence du groupe minoritaire mais fortement organisé des protestants fondamentalistes.

21C’est cette Amérique qui se retrouve dans le manichéisme de George W. Bush deuxième manière, qui, pendant sa campagne électorale de 2000, avait prôné une conception étroite et défensive de l’intérêt national mais s’écriait après le 11 septembre : « Nous avons trouvé notre mission ! ».

  • 16 Henry Nau, At Home abroad : Identity and Power in American Foreign Policy, Ithaca N. Y., Cornell Un (...)

22Autant que de légitimité, il s’agit d’identité, selon l’expression de Henry Nau qui distingue, de manière intéressante, les deux dimensions fondamentales de la politique internationale, et, plus particulièrement, américaine : l’identité et la puissance16. Et peut-être la véritable différence entre Américains et Européens est-elle là, quelles que soient leurs divisions intérieures respectives. Les Américains, s’ils connaissent des périodes de déchirement ou d’auto-flagellation, sont néanmoins certains de ce qu’ils sont, et en sont fiers. En revanche, ils ne connaissent et ne comprennent guère le monde extérieur, ses contradictions et ses complexités. Les Européens sont beaucoup plus conscients de celles-ci, ce qui les rend beaucoup plus prudents. Mais ils ne savent plus guère qui ils sont ni ce qu’ils veulent devenir, tant au plan national qu’à celui de la construction européenne.

23C’est cette dimension psychologique et dynamique de la puissance qui fait la force des États-Unis, par comparaison avec l’Europe (et qui se reflète peut-être dans leurs évolutions démographiques respectives). Mais c’est elle aussi qui peut leur préparer les plus graves déconvenues.

24C’est ce dont est consciente l’autre moitié de l’Amérique et, en particulier, la grande majorité des spécialistes des relations internationales, qui se reconnaissent dans les écoles classiques du libéralisme – idéaliste, fonctionnaliste ou institutionnaliste – et du réalisme. Les premiers croient, eux aussi, à la mission universelle de l’Amérique. Mais ils la conçoivent au service de principes, eux aussi universels et à travers des institutions internationales ou, encore, à travers la gestion de l’interdépendance économique. Les seconds ont les yeux fixés sur les dangers de l’hubris et du messianisme et sur les coalitions hostiles que ceux-ci ne peuvent manquer de susciter en retour. Pendant la guerre froide, la politique de l’endiguement réconciliait réalistes et idéalistes. La politique actuelle suscite l’opposition des uns et des autres par sa démesure manichéenne.

  • 17 William Kristol et Lawrence Kaplan, The War over Iraq. Saddam’s Tyranny and America’s Mission. Enco (...)
  • 18 Stanley Hoffmann (avec Frédéric Bozo), L’Amérique vraiment impériale, Paris, Audibert, 2003.

25On peut, comme deux auteurs néo-conservateurs, William Kristol et Lawrence Kaplan, se féliciter de voir l’idéalisme et le réalisme remplacés par un internationalisme spécifiquement américain17. Mais on peut aussi bien voir dans cette politique, malgré ses sources spécifiquement américaines, l’abandon de ce qui faisait justement le caractère unique de la politique américaine parmi les grandes puissances dominantes : la générosité et l’intelligence qui, contrairement à la tradition des empires, encourageait la coopération et ses alliés et la montée en puissance de l’ensemble qu’elle les poussait à constituer, au risque de contribuer à la montée d’un rival éventuel, au lieu de diviser pour régner, ce que fait l’administration à l’égard de l’Europe. En ce sens, « l’internationalisme spécifiquement américain » n’est rien d’autre que le passage d’une situation impériale à une politique impérialiste ou, du moins, selon l’expression de Stanley Hoffmann, « une Amérique vraiment impériale »18.

Quel ordre international ?

26Plus que sur la nature et l’importance de la puissance, ce qui a divisé les gouvernements et les éditorialistes américains et européens, surtout depuis l’arrivée au pouvoir de George W. Bush, c’est la double question de l’unilatéralisme et du multilatéralisme, et de l’ordre unipolaire ou multipolaire. Selon le cliché en vogue, surtout en Europe, les États-Unis sont partisans de l’unilatéralisme et de l’unipolarité, les Européens du multilatéralisme et de la multipolarité.

27Naturellement, il y a une part importante de vérité, liée à la fois aux rapports de puissance et à l’idéologie de George W. Bush et de son équipe (en dehors de Colin Powell). Par définition chaque État cherche à maintenir ou à accroître à la fois sa liberté d’action et son pouvoir, donc le plus puissant aura davantage tendance, ayant moins besoin des autres, à éviter de se laisser enfermer par des règles contraignantes et à éviter d’être rejoint par des concurrents. Ceux-ci auront, au contraire, intérêt à limiter son pouvoir par des règles ou par des contrepoids. Mais le plus puissant n’est pas pour autant tout-puissant. Il peut considérer qu’il a intérêt à agir par l’intermédiaire d’institutions multilatérales, il peut les manipuler ou s’assurer d’une majorité de fidèles, ou, surtout, dicter les règles du jeu. Ce seront alors des États moins puissants mais jaloux de leur indépendance qui refuseront de se plier aux règles multilatérales pour conserver leur souveraineté. C’est la France du général de Gaulle, « nation aux mains libres », qui jouait ce rôle face à l’OTAN, l’Albanie ou la Roumanie face au Pacte de Varsovie ou au COMECON, institutions multilatérales dont le leader se voulait l’interprète. De même, le général de Gaulle dénonçait l’ONU, « ce machin », et tournait en ridicule l’idée que la France pût accorder la moindre légitimité à ses décisions tandis que les États-Unis, tant qu’ils y disposaient de la majorité, s’indignaient de la pratique soviétique du veto.

28Israël n’a guère le choix entre le multilatéralisme et l’unilatéralisme, sachant qu’une majorité des membres de l’ONU condamnent le sionisme et qu’il ne peut vraiment compter que sur lui-même et les États-Unis.

29Aucun État, pratiquement, ne peut être entièrement unilatéraliste ou multilatéraliste. Les partisans de l’unilatéralisme ne peuvent abandonner la gestion, multilatérale par essence, de l’interdépendance, ceux du multilatéralisme agissent seuls, s’il le faut, dans les situations de crise extrême. Les traditions, les préférences, les degrés de puissance, jouent surtout en termes de préférences ou de priorités. C’est ainsi qu’à la devise clintonienne « multilatéraux quand nous le pouvons, unilatéraux quand nous ne pouvons faire autrement », on pourrait opposer la devise bushiste de fait : « unilatéraux quand nous le pouvons, multilatéraux quand nous ne pouvons faire autrement ».

30Le vrai problème, qui semble échapper à la nouvelle hubris impériale américaine, c’est la question posée depuis toujours par la philosophie libérale ou républicaine : « s’il est vrai que “le pouvoir absolu corrompt absolument” l’aspirant à l’empire n’a-t-il pas intérêt à viser la monarchie constitutionnelle, même sur le plan international, plutôt que la monarchie absolue, donc à souhaiter que son pouvoir soit limité par des règles ou des normes ? Sous la monarchie d’Ancien Régime, en France, les légistes comme Loyseau parlaient de l’“heureuse impuissance” où se trouvait le roi d’enfreindre certaines lois fondamentales ».

31Mais en même temps, cette « heureuse impuissance » doit-elle, peut-elle, être fondée uniquement sur la tradition ou sur la conscience du souverain ? Le véritable multilatéralisme ne suppose-t-il pas une certaine dose de multipolarité qui rende plus difficile au plus puissant de le manipuler à sa guise ? Parmi les institutions multilatérales le modèle serait alors l’Organisation du Commerce Mondial où l’existence d’un autre pôle que celui des États-Unis permet un certain équilibre qui donne un certain espace et une certaine crédibilité à un arbitrage impartial, même limité.

32En ce sens, les notions de multilatéralisme et de multipolarité peuvent se rejoindre, à condition de ne pas comprendre la première comme l’obéissance inconditionnelle au verdict du Conseil de Sécurité et la seconde comme le retour à l’équilibre pur et simple des puissances. Entendues ainsi, les deux notions sont forcément antithétiques, comme Wilson et Clémenceau. C’est pourquoi la polémique qui a opposé les plus hauts responsables américains et français, après la fin de la bipolarité Est-Ouest, autour des notions de monde unipolaire ou multipolaire, était essentiellement stérile.

33La notion d’unipolarité est, à la limite, contradictoire. Un pôle se définit par opposition à un autre, les leaders ont besoin, éventuellement, de s’inventer un ennemi, et donc de ressusciter la bipolarité, pour rallier leurs alliés et leurs troupes. Une véritable unipolarité serait non seulement cette « monarchie universelle » qu’évoquaient pour la rejeter les philosophes classiques, mais une monarchie universelle absolue, autant dire une tyrannie qui susciterait inévitablement révoltes ou guerres civiles.

34En un sens, le monde est déjà inévitablement multipolaire, non seulement la Chine ou l’Europe constituent des pôles selon telle ou telle dimension, économique par exemple, ou régionale, mais bien des petites puissances ou des acteurs non-étatiques constituent des pôles d’influence ou de résistance, des facteurs de désordre ou de destruction, dont la puissance des grandes puissances, voire de l’« hyperpuissance », ne parvient pas à venir à bout.

35Inversement, si on prend la notion de multipolarité en son sens strict et classique, celui de l’équilibre européen des puissances, au XIXe siècle (où, selon Bismarck, la politique internationale consistait, dans un monde à cinq, à être parmi les trois plutôt que parmi les deux), il s’agit de pôles de puissance comparables et plus ou moins équidistants, donc où, selon Bismarck encore, « chacun peut avec chacun ». Or rien n’est plus différent du monde actuel, avec notamment, à l’intérieur de l’ensemble occidental, la spectaculaire supériorité militaire et technique des États-Unis et les liens spéciaux que l’intégration économique tisse avec l’Europe en dépit de toutes les divergences politiques.

36Certes, les apôtres d’un système multipolaire disent bien que les différents blocs ou les différentes puissances devront coopérer pour le bien commun plutôt que de se livrer aux rivalités et aux conflits traditionnels. Mais cela ne résout en rien la question classique de l’arbitrage entre acteurs plus ou moins égaux mais aux intérêts inévitablement divers et dont chacun est sûr de son bon droit.

37Il est clair que seul un système mixte ou semi-constitutionnel comprenant une dimension monarchique ou impériale, une dimension oligarchique ou aristocratique, celle d’un concert des puissances du type du Conseil de Sécurité ou du 98, et une dimension démocratique, tenant compte des petits États et des forces transnationales pourrait répondre au déficit central des relations internationales, consistant à concilier une inégalité incomplète et une réciprocité imparfaite. Encore n’y suffirait-il sans doute pas.

  • 19 Niall Ferguson, Colossus, The Price of America’s Empire, The Penguin Press, New York, 2004, p. 295- (...)

38Le véritable défi qui se pose aux États-Unis comme à l’Europe, c’est celui de l’impuissance des puissances face au désordre mondial, face à l’univers des réseaux, des mouvements fanatiques, des mafias, des États faibles et des sociétés incontrôlables. Plus que les politiques unilatérales et les organisations multilatérales, que les systèmes unipolaire ou multipolaire, ce qui nous guette c’est ce que Niall Ferguson appelle l’« apolarité, ou l’impuissance généralisée »19. Il se peut que les survivants du XXIe siècle, s’il y en a, regardent avec une certaine ironie les velléités impériales des États-Unis, les nostalgies nationales de la France et les illusions pacifiques d’une partie de l’Europe, toutes également anachroniques devant la montée de l’anarchie.

Notes

1 Archives européennes de sociologie, V, I, 1964, p. 27-5. Reproduit dans Études Politiques, Gallimard, 1972, et Études sociologiques, PUF, 1988.

2 In Puissance et Faiblesse, Plon, 2003.

3 Jean-Marie Ruiz, « d’Alexander Hamilton à Alfred Mahan : les origines du réalisme politique américain », Thèse de doctorat, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 1995.

4 Walter McDougall, Promised Land, Crusading State, The American Encounter with the world since 1776, Houghton Mifflin, 1997.

5 Walter Russell Mead, Special Providence. American Policy and how it changed the World, New York, Knopf, 2001.

6 Joseph Nye, The Paradox of American Power : Why the world’s only superpower can’t go it alone, OUP, 2000 et Soft Power, 2004.

7 John Ikenberry, America Unrivaled. The Future of the Balance of Power, New York, Cornell University Press, 2002.

8 Walter Russell Mead, Power, Terror, Peace and War, New York, 2004.

9 Voir les références dans mon « États-Unis : l’empire de la force ou la force de l’empire ? », in La Terreur et l’Empire, Seuil, 2003, pp. 202-3.

10 Cf. mon article « L’État-nation à l’âge nucléaire », in La Violence et la Paix, Éditions Esprit, 1995, p  142-3.

11 Power, Terror, Peace and War, (4e partie).

12 Coral Bell, « American Hegemony and the Pretense of Concert », The National Interest, 57, Fall 1999, pp. 55-63.

13 Francis Fukuyama, « Does the West still exist ? » in Entre Kant et Kosovo. Études offertes à Pierre Hassner, Paris, Presses de Sciences-Po, 2003, p. 29-46.

14 Stanley Hoffmann, Gulliver’s Troubles, New York, Council on Foreign Relations, 1968, trad. fr. Gulliver empêtré, Paris, Seuil.

15 Cf. Sébastien Fath, « Le troisième stade de la religion civile américaine », Esprit, août-septembre 2004.

16 Henry Nau, At Home abroad : Identity and Power in American Foreign Policy, Ithaca N. Y., Cornell University Press, 2002.

17 William Kristol et Lawrence Kaplan, The War over Iraq. Saddam’s Tyranny and America’s Mission. Encounter Books, San Francisco, California, 2003. Tr. fr.

18 Stanley Hoffmann (avec Frédéric Bozo), L’Amérique vraiment impériale, Paris, Audibert, 2003.

19 Niall Ferguson, Colossus, The Price of America’s Empire, The Penguin Press, New York, 2004, p. 295-6.

Auteur

Directeur de recherche émérite au CERI (Sciences Po)

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540