Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

États-Unis / Europe

 | 
Mokhtar Ben Barka
, 
Jean-Marie Ruiz

Chapitre 3. Vision du monde et politique étrangère

Les théories américaines en politique étrangère et leur réception en Europe

Pierre Guerlain

Texte intégral

« The course of this nation does not depend on the decisions of others. »
Président Bush, 28 janvier 2003
« This is bullying but in America you call it “global leadership”. »
Ministre des affaires étrangères canadien cité par Joseph Nye
« Die Europäer haben es allerdings keineswegs nötig, sich selbst zu Instrumenten amerikanischer Weltpolizei zu machen oder machen zu lassen. »
Helmut Schmidt

1Il y a une difficulté particulière, d’ordre linguistique, lorsque l’on parle d’entités géopolitiques comme l’Europe, les États-Unis ou même la France ou le Royaume Uni. Il est habituel d’utiliser une métaphore pour désigner les dirigeants d’un pays : on dit ainsi Washington ou l’Amérique ou encore les États-Unis pour évoquer la position officielle des États-Unis, de son gouvernement ou de son président. Il n’est pas toujours facile, du reste, de savoir ce que pense le président américain, selon les moments et les influences qui pèsent sur lui et la métaphore géopolitique pose problème. Pour l’Europe, les problèmes sont évidemment multipliés car comme l’avait autrefois souligné la blague de Kissinger (Quand je veux appeler l’Europe quel numéro dois-je composer ?) les États-nations sont encore bien présents et l’Europe est une fiction en matière de politique étrangère.

2Ces difficultés d’ordre sémantique recouvrent des difficultés d’ordre politique et induisent nécessairement du flou dans toutes les discussions géopolitiques. M. Rumsfeld avait bien tenté de faire une classification, aussi polémique qu’erronée, entre la « vieille Europe » dont ni la Grande-Bretagne ni l’Espagne ne faisait partie, ce qui aurait pu fâcher ces pays fiers de leurs longues traditions culturelles, et la « nouvelle Europe » qui incluait la République tchèque et la Pologne, deux pays qui ont une longue histoire de fierté culturelle également. Néanmoins, on ne peut éliminer ces catégories sémantico-politiques de la discussion car elles fonctionnent comme des types idéaux à la Max Weber et sont constamment utilisées par les acteurs et penseurs de la politique étrangère, tant en Europe qu’aux États-Unis. Robert Kagan, par exemple, continue dans ses multiples interventions, après la guerre d’Irak, à parler de l’Europe et de l’Amérique, même s’il fait parfois quelques petits distinguos entre la Grande-Bretagne et le reste de l’Europe.

  • 1 Washington et le monde, Dilemmes d’une superpuissance, Paris, CERI/Autrement, 2003. Certaines formu (...)
  • 2 En dehors de Max Boot (voir plus bas), divers auteurs ont exprimé cette nostalgie ou fascination po (...)
  • 3 Voir son article publié dans Foreign Affairs (March/April 1999) intitulé « The Lonely Superpower » (...)

3En matière de politique étrangère américaine, les théories pullulent et l’on tente de les classer en grands courants, par exemple, wilsonien, réaliste, néo-conservateur, isolationniste, jacksonien. Ces classifications, voire classements sont utiles pour étudier les évolutions d’une administration à l’autre ou encore les luttes d’influence à l’intérieur de celle de M. Bush Jr. Le livre récent de Pierre Hassner et Justin Vaïsse, Washington et le monde, est un outil pédagogique remarquable sur ce plan1. Néanmoins ces théories posent également problème car elles se recoupent, se mélangent et forment des hybrides que de nouvelles classifications tentent d’appréhender. Ainsi, on peut dire de M. Reagan qu’il était wilsonien mais il était entouré d’un grand nombre de ceux que l’on en est venu à appeler assez bizarrement « néo-conservateurs » et qu’il n’hésitait pas à intervenir de façon unilatérale et parfois même en violant la loi américaine sans évoquer aucun idéalisme multilatéraliste. Les néo-conservateurs sont mieux décrits, je pense, par le vocable « néo-impérialistes » car la fascination pour l’Empire britannique et la mention d’un nouvel impérialisme s’expriment clairement et fortement2. Samuel Huntington a, quant à lui, créé le mot « uni-multipolaire » pour rendre compte des difficultés de définition de la période de suprématie américaine condamnée à prendre les autres en considération. Ses vues sur l’Europe et les États-Unis semblent varier considérablement dans le temps3. En sus des catégories spécifiques à la politique étrangère, on garde dans le débat des catégories politiques plus générales comme liberals et conservateurs, faucons et colombes, voire, surtout en dehors des États-Unis, gauche et droite. On en vient alors à classer les classifications en recourant à d’autres termes encore comme souverainistes et interventionnistes. Le foisonnement des classifications et appellations indique la difficulté des définitions précises et est une première piste d’analyse pour les relations transatlantiques.

4En effet, le mot « unilatéralisme » a beaucoup plus de succès chez les analystes européens que chez leurs confrères américains. En général, il a une forte connotation négative et est utilisé par les critiques des États-Unis qui lui préfèrent le multilatéralisme (M. Védrine, par exemple). Le terme est surtout européen mais la réalité à laquelle il renvoie est surtout américaine. Aux États-Unis, on emploie plutôt le terme souveraineté par évoquer les actions que les Européens appellent unilatérales en référence aux États-Unis. Ainsi, M. Powell a parlé de souveraineté des États-Unis pour justifier une intervention américaine en Irak sans aval de l’ONU. Le mot souveraineté (ou son équivalent anglais sovereignty) suggère pourtant plutôt que les États sont indépendants et doivent donc déterminer les affaires sans intervention ou pression étrangère. En ces temps orwelliens, le mot souveraineté en vient donc à renvoyer à ce qui est en fait une violation de la souveraineté de l’autre. Pour certains responsables américains, la souveraineté américaine signifie le droit d’imposer la loi américaine au reste du monde et même le droit de ne pas respecter le droit, qu’il soit international (Conventions de Genève violées à Guantanamo mais invoquées au tout début de la guerre contre l’Irak) ou même américain lui-même puisque la liberté d’expression est constamment violée depuis le 11 septembre.

  • 4 « Not for Moi, Thanks », The Washington Post, November 26, 1999. On peut trouver un bel exemple de (...)
  • 5 Voir « After Pax Americana ; Benign Power, Regional Integration, and the Sources of a Stable Multip (...)

5Dans le foisonnement de théories américaines, il faut distinguer celles qui influencent le pouvoir en place ou peuvent le faire de celles qui n’ont aucune chance de le faire et distinguer celles qui confortent un point de vue européen et celles, bien plus nombreuses, qui heurtent les conceptions dominantes dans tel ou tel pays. Ainsi, Charles Krauthammer, qui n’est pas un théoricien à proprement parler mais un journaliste influent et ouvertement francophobe, indique, dans un article de 19994, que l’ambassade de France lui a fait parvenir un article de Charles Kupchan pour tenter d’infléchir ses positions : « Life After Pax Americana ». Kupchan, on le sait, pense que l’Europe est le futur rival des États-Unis, tandis que Krauthammer est partisan de la manière forte et plus guerrière ou va-t-en-guerre de M. Bush qu’il critique parfois pour sa mollesse, notamment vis-à-vis de la Corée du Nord. Mais Kupchan reprend l’idée de « moment unipolaire » de Krauthammer formulée, en 1990, dans un article de Foreign Affairs. Il pense également que les États-Unis doivent défendre leur hégémonie aussi longtemps que possible5. Que l’Europe soit, ou non, un concurrent sérieux pour les États-Unis durant le siècle qui vient de commencer n’est que d’une importance secondaire. Un pays européen choisit parmi les théories américaines l’une d’entre elles qui le flatte, ou va dans son sens.

  • 6 The Savage Wars of Peace ; Small Wars and the Rise of American Power, New York, Basic Books, 2002. (...)
  • 7 Ce qui est un classement aussi problématique que celui de « néo-conservateur » évoqué plus haut
  • 8 Voici un passage de Thomas Friedman qui montre que le libéralisme peut fort bien s’accommoder de l’ (...)

6Un autre journaliste, proche de Krauthammer, Max Boot qui écrit dans le Weekly Standard, comme Robert Kagan, a publié un livre sur les petites guerres américaines qui décrit avec cynisme toutes les interventions que la gauche a dénoncé pour en faire l’apologie6. Dans sa préface, il cite, pour l’approuver, un autre journaliste influent, pourtant classé parmi les liberals7, Thomas Friedman du New York Times, assez hostile aux Européens en général et aux Français en particulier : « La main cachée du marché ne marchera jamais sans un poing caché. McDonald ne peut pas prospérer sans McDonnell Douglass, le fabricant des F-15 de l’aviation américaine » (p. XX). Noam Chomsky cite aussi assez souvent cette même phrase mais comme exemple de la militarisation choisie par les groupes dominants pour imposer leur vision du monde. On voit donc ici que l’opposition liberals-néoconservateurs est bien plus floue ou poreuse que l’on pourrait croire8. D’autre part, la droite peut revendiquer des faits renvoyant à certaines formes de brutalité, alors qu’ils sont la base même de la condamnation des politiques américaines en Europe et dans les mouvements de gauche ou anti-guerre américains.

  • 9 Patrick Buchanan aux États-Unis ou M. Le Pen en France ont pris des positions « anti-impérialistes  (...)

7Il faut toutefois se garder de généraliser à partir de rapprochements rhétoriques ponctuels. Le discours de M. Chirac avant la guerre en Irak avait parfois des ressemblances avec la critique chomskienne, donc de ce qu’il est convenu d’appeler l’extrême gauche américaine (un autre classement problématique). Le Pape était d’ailleurs dans le même camp et adoptait une rhétorique assez semblable. Ce rapprochement discursif ponctuel doit bien sûr être rapporté au contexte et à la totalité des discours. Il devient clair alors que ce qui est important se situe ailleurs et que le Pape n’est pas plus chomskien que Chomsky n’est catholique9.

8Si des journalistes ou des pundits peuvent avoir de l’influence sur des politiques et a fortiori des gouvernants c’est, bien évidemment, qu’ils donnent voix à un courant de pensée qui est représenté dans les cercles dirigeants. D’autres, comme Chomsky, ne se placent pas dans une optique d’influence des pouvoirs en place mais dans une posture militante et de recherche de la vérité. Au-delà des discours, il faut donc s’interroger sur qui les porte et d’où ils émanent. Lorsque M. Bush s’adresse à l’American Enterprise Institute, il parle à des amis qui lui ont fourni des arguments et des rhétoriques. Lorsque Harold Pinter ou Arundhati Roy s’adressent à M. Blair ou M. Bush, il s’agit d’une prise de parole militante qui dénonce. Le fait qu’ils ne sont pas américains est secondaire, ils appartiennent à un mode idéologique sans frontières qui s’oppose à un autre monde idéologique plus fortement représenté aux États-Unis.

  • 10 Parmi les nombreux articles de Stanley Hoffmann on peut retenir celui-ci : « The High and the Might (...)
  • 11 N’est pas un intellectuel médiatique du même genre qu’Alain Minc. Un très grand nombre d’articles, (...)
  • 12 Voir son article intitulé « Terror and Liberalism » publié dans The American Prospect le 22 Octobre (...)

9On voit donc que les théories servent non seulement à tenter d’approcher la réalité et à guider les prises de décision mais qu’elles sont utilisées dans des batailles de marketing et de propagande transatlantiques. On est loin ici de la « vérité adéquation aux faits », chère à Todorov. Certains théoriciens comme Stanley Hoffmann10 ou Noam Chomsky11, à partir d’idéologies différentes, cherchent à décrire et analyser la politique étrangère dans toute sa complexité. D’autres, comme Boot, Berman12, Kagan ou Krauthammer défendent leurs préférences idéologiques et cherchent à faire rentrer leurs analyses dans un moule préétabli.

  • 13 Of Paradise and Power : America and Europe in the New World Order, New York, Knopf, 2003. L’article (...)
  • 14 The Paradox of American Power, Why the World’s Only Superpower Can’t Go it Alone, New York, Oxford (...)
  • 15 Dans son livre, il déclare en conclusion : « Parfois il faudra y aller seuls. Quand nous le ferons (...)
  • 16 « Multilateralism, American Style », Washington Post, 13 septembre 2002. L’auteur raille Chirac qui (...)

10Après le 11 septembre et avec les événements d’Irak, la presse du monde entier a cherché à savoir d’où venaient ces néo-impérialistes qui avaient influencé le président américain. Influencé de telle façon qu’il en était venu à oublier ses préventions, à gommer son affirmation selon laquelle la politique étrangère américaine se devait d’être « humble », et à oublier les sarcasmes de Mme Rice, contre le nation building afin de se révéler bien plus interventionniste que ne le laissait présager sa campagne en 2000. C’est pourquoi l’article de Kagan, « Power and Weakness », qui a de nombreux défauts intellectuels tant sur le plan historique que philosophique, aujourd’hui gonflé pour atteindre le format d’un petit livre13, a eu tant de succès. Certains ont voulu lui opposer les théories de Kupchan ou encore celles de Joseph Nye14. Nye, comme Kissinger ou Brzezinski avant lui, est passé de l’université au pouvoir puis est retourné à Harvard. Il propose une forme de multilatéralisme réaliste auquel il donne la même finalité que d’autres à l’unilatéralisme : faire durer la prédominance américaine aussi longtemps que possible grâce notamment au soft power, c’est-à-dire aux influences culturelles. Il pense que les méthodes douces, polies ou policées sont mieux à même d’assurer l’hégémonie américaine. Il se montre donc gramscien, alors que Machiavel semble inspirer des auteurs comme Robert Kaplan ou Max Boot. Nye connaît mieux les faiblesses internes aux États-Unis que les journalistes glorificateurs du pouvoir américain. Il sait aussi que la lutte contre le terrorisme doit être internationale et multipolaire pour avoir quelques chances de réussir et il sait également que l’hégémonie américaine ne peut durer éternellement. Néanmoins, il semble croire que l’administration américaine actuelle veut vraiment lutter contre certaines formes de terrorisme, ce qui est plus qu’incertain. Comme l’a dit le président égyptien, l’attaque contre l’Irak risque de créer 100 nouveaux Ben Laden et l’on peut penser que ce risque a été encouru en connaissance de cause par des conseillers du président qui pensent que le terrorisme est l’allié de l’interventionnisme américain. Nye n’est plus au pouvoir et ses théories sont parfois vécues par les Européens comme un appel à la raison et au multilatéralisme clintonien face à la folie bushienne. Nye est d’accord avec le gouvernement Bush sur le Tribunal Pénal International qui ne devrait jamais mettre en accusation des citoyens américains et justifie certaines formes d’unilatéralisme dans des termes très proches de ceux utilisés par les faucons pour évoquer la guerre dite préventive. Un liberal fort accommodant pour l’équipe Bush et les soi-disant néoconservateurs15. Robert Kagan annonce d’ailleurs les choses clairement : pour lui « la plupart des multilatéralistes américains sont au fond des unilatéralistes »16. Pour lui, le mot « multilatéralisme » n’a donc pas le même sens des deux côtés de l’Atlantique. On peut penser que l’arrogance du pouvoir a une dimension sémantique.

  • 17 « Brave New World, An Enduring Pax Americana », By Thomas Donnelly, American Enterprise Institute.
  • 18 « Anti-Europeanism in America », New York Review of Books du 13 février 2003. Dans son ouvrage inti (...)

11Aux États-Unis, il arrive que l’on caractérise l’approche française à l’ONU comme une approche fondée sur le soft power de Nye, qui ainsi, pour les faucons, devient européen17. D’ailleurs, comme le note Timothy Garton Ash, il est habituel chez les partisans de la manière forte d’accuser les autres Américains d’être des « Européens » comme Clinton, par exemple18. Ce qui ne clarifie pas les débats car l’Europe peut être soit une réalité géopolitique soit une métaphore. La rhétorique de Nye est plutôt américaine et hégémonique et son appel au multilatéralisme est d’ordre tactique, il n’a rien d’européen.

  • 19 Dans Does America Need a Foreign Policy ? (op cit.), Kissinger écrit, à propos du Moyen-Orient : «  (...)

12Sur ce point, Kagan a raison de souligner que les évolutions en cours aux États-Unis ne datent pas de l’arrivée de M. Bush Jr au pouvoir. Mme Albright, seconde secrétaire d’État du président Clinton, avait quelques préférences pour la manière forte et l’unilatéralisme. Les néo-impérialistes ont beau affirmer détester Kissinger, celui-ci a tenu et tient encore des discours fort proches des leurs sur certains plans19. Ici se pose la question du succès de certaines théories à certains moments. Kagan a fait peur aux Européens en appuyant là où cela fait mal : l’Europe est effectivement faible, faible de sa désunion, faible de ses choix économiques qui ne privilégient pas les dépenses militaires et, sur ces plans, les États-Unis n’ont pas de rivaux. Kupchan ou Nye peuvent rassurer l’Europe, tandis que Kagan lui prédit un avenir de poids coq. Les discours et théories en vogue reflètent-ils la réalité d’un rapport de pouvoir entre l’Europe et les États-Unis ? Kagan suggère que l’Amérique, aujourd’hui forte, tient le langage de la force et l’Europe, faible et peu martiale, tient le discours qui correspond à sa situation.

  • 20 Voir, par exemple, « La militarización de la politíca exterior de Bush », Narcis Serra I Serra, El (...)

13Les théories américaines de politique étrangère retiennent l’attention des spécialistes des relations internationales, mais c’est surtout les réalités des décisions et des actions concrètes des gouvernants qui intéressent les autres. Dans chaque pays européen, le rapport aux États-Unis est déterminé par une histoire singulière. La Pologne ou les pays baltes se souviennent du joug soviétique et ont un a priori favorable. Les actions américaines sont vues à travers le prisme de l’histoire et donc de l’opposition Est-Ouest mais aussi sous la pression, voire le chantage américain qui, par exemple a conduit à l’achat du soutien de la Bulgarie à l’ONU. Les pays qui viennent de rejoindre l’OTAN et s’apprêtent à intégrer l’Union Européenne ne peuvent pas exprimer la même inquiétude face à l’unilatéralisme américain que la France ou les populations espagnole ou italienne. Il y a en Europe occidentale, surtout parmi les élites dirigeantes et surtout en France, un désir de s’affirmer, parfois contre les États-Unis, au nom de l’Europe, qui ne peut pas exister dans les petits pays de l’est de l’Europe qui viennent tout juste d’échapper au contrôle de Moscou. En France, où la prépondérance de l’hyperpuissance est la plus critiquée, le combat entre deux universalismes n’est pas éteint, même si le rapport de forces entre États-Unis et France est très déséquilibré. Français, Allemands, Espagnols ou Britanniques scrutent les théories américaines en matière de politique étrangère pour tenter de détecter vers quels horizons le gouvernement américain cherche à emmener le monde20.

  • 21 Voir : « Le stratège et le philosophe », Le Monde, 16 avril 2003. Les liens entre MM Perle, Woolsey (...)
  • 22 Texte complet intitulé « Bush’s National Security Strategy » publié par le New York Times le 20 sep (...)

14La recherche intellectuelle des sources d’inspiration des néo-impérialistes est une tentative de compréhension du paysage mental des conseillers de M. Bush. Les commentateurs remontent jusqu’à Leo Strauss, Albert Wohlstetter, Allan Bloom21 ou même Carl Schmitt, mais l’on sait que les épigones font souvent un usage particulier des théories des maîtres. Le succès de Kagan, dont l’article puis le livre sont éminemment critiquables, tient à sa prétendue proximité des dirigeants. On peut d’ailleurs tenter de trouver les échos des théories diverses dans les discours de M. Bush ou dans les documents officiels publiés par la Maison Blanche. Ainsi le fameux texte de septembre 2002 sur la Stratégie de Sécurité Nationale22 permet de tenter de comprendre la logique de la prise de décision en matière de politique étrangère et la teneur hybride du discours héritée des diverses théories. Hormis les théoriciens universitaires, les conseillers de M. Bush, comme Condoleezza Rice ou les penseurs stratégiques et membres du gouvernement comme M. Wolfowitz, jouent un rôle de premier plan. M. Perle, un autre faucon très critique de la France semble être devenu le chouchou des médias français qui recueillent ses critiques avec un brin de masochisme.

15A Washington, comme dans de nombreuses capitales européennes, le petit jeu de détection des dissensions entre M. Powell et M. Rumsfeld donne l’impression qu’il y aurait débat entre colombes et faucons au sein du gouvernement américain. Pourtant, la colombe Powell s’est révélée proche des faucons sur l’Irak dès que la mystification à l’ONU a pris fin et le multilatéralisme qui était supposé caractériser le gouvernement Bush Sr, et donc M. Powell lui-même, n’a pas pesé bien lourd dans les décisions du président. M. Powell, la colombe supposée, fait des déclarations bien plus dures que M. Blair, son allié européen supposé. Ces catégories de colombe et de faucon sont journalistiques et ne correspondent pas forcément aux réalités du moment. De même que les faucons peuvent être wilsoniens ou réalistes et les liberals néoconservateurs, les classifications entre les théoriciens laissent échapper toutes les positions hybrides.

16Or, si l’on regarde bien les documents officiels on s’aperçoit, qu’au niveau de la rhétorique, c’est toujours des formes idéologiques hybrides qui triomphent. Dans le document de septembre 2002 on peut lire, par exemple, que les États-Unis « n’utilisent pas leur force pour obtenir un avantage de façon unilatérale », qu’ils sont sur la même ligne que les autres grandes puissances mondiales, qu’ils sont engagés vis-à-vis des institutions qui durent comme l’ONU, qu’ils se réjouissent de la fin des régimes autoritaires en Amérique latine et qu’ils définissent le terrorisme comme étant « une forme de violence préméditée perpétrée contre des innocents ». Choses fort surprenantes pour qui a suivi l’utilisation unilatérale de la force en Irak, pour qui connaît les désaccords avec la Chine, la Russie et l’Inde, pour qui a suivi le torpillage de l’ONU sur le dossier irakien et aussi pour qui considère que les États-Unis ont utilisé « une forme de violence préméditée perpétrée contre des innocents ». Plus loin dans le texte, les dirigeants américains semblent s’inquiéter de la pauvreté dans le monde, du manque d’instruction des plus défavorisés, de la pollution, tout un ensemble de phénomènes pour lesquels leurs politiques n’ont pas œuvré pour une amélioration.

17Certes, les éléments retenus par la presse et commentés sur la « préemption » et la guerre dite préventive sont là, mais enrobés ou emballés dans un autre discours quasihumanitaire. Ce texte est un chef d’œuvre orwellien dont je vais donner un exemple dans un instant. Il correspond d’ailleurs tout à fait au mélange des genres des guerres d’Afghanistan et d’Irak, où l’on a vu des bombardements et des largages de médicaments ou de nourriture s’entremêler. La bombe et le beurre de cacahuète se retrouvent sur le plan discursif dans les textes mielleux et menaçants de M. Bush.

18Sur la guerre dite « pre-emptive » le texte de 2002 déclare :

Les États-Unis n’utiliseront pas la force dans tous les cas pour éliminer (preempt) des menaces émergeantes, et les pays ne devraient pas utiliser la « préemption » comme un prétexte pour une agression. Cependant, à une époque où les ennemis de la civilisation cherchent ouvertement et activement à obtenir les technologies les plus destructives du monde, les États-Unis ne peuvent rester sans rien faire tandis que les dangers s’amoncellent.

  • 23 Sur les termes choisis, voici ce qu’en dit Noam Chomsky, lors d’un entretien radiophonique : « Firs (...)

19En clair, la « préemption » est réservée aux États-Unis qui l’utiliseront dans certains cas de menaces mais pas dans tous afin de ne pas encourager les autres à recourir à la guerre préventive. Le style balourd ne cache que fort mal l’unilatéralisme musclé. L’Australie a tenté d’utiliser cette rhétorique de la guerre préventive après l’attentat à Bali et a dû immédiatement essuyer un tir de barrage de la part de tous les pays asiatiques visés. Seule l’hyperpuissance a échappé à une critique de fond de la part des dirigeants d’Europe ou d’ailleurs. La guerre préventive ou « pre-emptive » n’est qu’une nouveauté linguistique car elle existe depuis la nuit des temps23. C’est déjà une rhétorique de ce genre qui a été utilisée pour lancer la guerre contre l’Espagne en 1898 et les nazis ont tenté de faire croire à une agression polonaise pour lancer la Seconde Guerre mondiale. Le texte de Paul Wolfowitz et Lewis Libby intitulé Defense Planning Guidance, révélé en 1992, qui a inspiré les néo-conservateurs de l’équipe Bush avait des accents bismarkiens dans sa volonté d’empêcher l’émergence de rivaux potentiels. La guerre préventive est un prétexte à une intervention unilatérale qui ne veut pas montrer son caractère agressif. Plus loin dans le texte de septembre 2002, visiblement écrit par les mêmes speech writers que ceux qui rédigent les discours de M. Bush, il y a un autre tour de force orwellien dans lequel le libre échange et les soutiens protectionnistes à l’agriculture sont défendus.

20Enfin lorsque l’on lit une phrase telle que : « Un monde dans lequel certains vivent dans le confort et l’abondance, tandis que la moitié de l’humanité vit avec moins de 2 $ par jour, n’est ni juste ni stable », on se dit que l’on a affaire à une déclaration social-démocrate ou du mouvement altermondialiste, mais il s’agit pourtant du même document qui émane d’un gouvernement qui a appauvrit les pauvres américains et ne brille pas par sa compassion effective dans les endroits du monde les plus défavorisés. Cette citation est évidemment un élément de propagande mais son hypocrisie transparente jette le doute sur toutes les autres déclarations. Le document déclare ainsi « Pour diriger de façon efficace une coalition (effective coalition leadership) il faut des priorités claires, apprécier les intérêts des autres, et des consultations continues parmi les partenaires dans un esprit d’humilité ». On comprend que le langage hérité du christianisme et animé des meilleurs sentiments ne correspond pas à une quelconque mise en œuvre d’une politique. L’emballage chrétien, démocratique ou tiers-mondiste des propositions du gouvernement Bush sert à faire passer la pilule des guerres préventives, c’est-à-dire de l’unilatéralisme musclé. Les théories les plus dures d’un Boot ou d’un Krauthammer ont donc l’avantage de dire les choses directement, d’ôter le miel d’un discours brutal. L’engouement européen pour l’analyse des multiples théories censées émaner des proches du pouvoir a certainement une fonction de démystification. Messrs Perle, Wolfowitz, Feith ou ceux que Chomsky appellent les « commissaires » ou « nouveaux mandarins » de l’administration Bush parlent plus clairement et moins diplomatiquement que le président et sont donc des voies d’accès précieuses pour aller au fond des visées du gouvernement.

  • 24 Dans son entretien avec la chaîne de télévision NBC, traduit par le Monde (« George Bush raconte sa (...)

21Les incohérences internes à un texte comme celui sur la sécurité nationale ou entre diverses déclarations, les mensonges transparents du gouvernement Bush et les évolutions rapides d’une position à l’autre indiquent bien qu’il serait assez futile de s’intéresser aux paroles et rhétoriques, à moins de faire une pure analyse de discours. Les théories des divers universitaires ou journalistes sont souvent prises dans une problématique d’emballage idéologique également. Seul un mouvement de va-et-vient entre discours et pratiques permet de déterminer ce qui guide vraiment les actions du gouvernement Bush en matière de politique étrangère. Le gouvernement Bush semble naviguer à vue et n’a fait la part belle aux néo-impérialistes qu’après le 11 septembre. La navigation à vue semble cependant être d’abord rhétorique24.

  • 25 Voir : « “What We Say Goes” : The Middle East in a New World Order, A Postwar Teach-In », Noam Chom (...)
  • 26 « The Bush doctrine Unfolds », Weekly Standard 4 mars 2002. Selon les deux auteurs, les tyrans doiv (...)
  • 27 « Is America the New Roman Empire », The Globalist, 19 juin 2002. Dans un entretien avec le Nouvel (...)

22Tout d’abord, et en dépit des indéniables différences entre le président actuel et son père, on peut affirmer que l’adage selon lequel « What we say goes » (ce que disons, passe) formulé par M. Bush père est toujours d’actualité25. Au-delà de tous les débats théoriques et de la recherche des motivations profondes, cette affirmation, typique de l’hyperpuissance reste toujours valable. En ce sens, les États-Unis reviennent à une norme historique selon laquelle le langage de la force prime sur tous les autres. Le moment unipolaire explique l’explosion de théories vantant les mérites du seul pôle dominant dans le monde. Ce discours accompagne la puissance, quelle qu’elle soit, mais ni Napoléon ni les premiers ministres britanniques du XIXe siècle n’avaient autant de pouvoir militaire que les États-Unis d’aujourd’hui qui peuvent donc mieux l’assumer. Les dirigeants américains actuels, ainsi que les divers théoriciens qui les inspirent ou accompagnent leur politique étrangère, ont, comparés aux administrations Clinton et Bush I, moins de retenue dans l’expression de leur arrogance dominatrice et de leur certitude d’être bons, bienveillants, plus développés, plus démocratiques et plus forts que le reste du monde, mais ils s’inscrivent dans une longue lignée exceptionnaliste américaine. Kagan et Kristol n’avaient pas hésité à se faire les chantres de la doctrine Bush, une doctrine qu’ils pensent mieux connaître que le président américain lui-même26. D’ailleurs, comme l’écrit Michael Lind, la « doctrine Bush est en réalité la doctrine Wolfowitz »27.

  • 28 Voir : William Pfaff, « American Destiny, Safe for the rest of the world ? », Commonweal 17 mai 200 (...)
  • 29 Sebastian Mallaby « The reluctant Imperialist, Terrorism, Failed States and the Case for American E (...)

23Mis au goût du jour, on assiste à la renaissance du discours de la Destinée manifeste et si Dieu est un peu moins invoqué qu’au XIXe siècle, il est toujours présent dans les rhétoriques et les emballages idéologiques (alors même que les Églises rejettent, dans leur majorité, la dérive guerrière des faucons)28. Derrière la variété des rhétoriques et prises de position, il y a un large accord sur la supériorité morale et politique des États-Unis qui va de Nye à Krauthammer. L’Amérique néo-impérialiste reprend le fardeau décrit par Kipling qui n’est plus le fardeau de l’homme blanc mais le fardeau de l’homme riche, comme le dit clairement un auteur britannique qui vit aux États-Unis29. Les marginaux politiques comme Chomsky, Saïd, Zinn ou quelques autres professeurs de gauche et Hoffmann par sa double identité européenne et américaine se situent en dehors de ce quasiconsensus. Il est à noter également que dans le monde des lettres et des arts, la mise en cause de la rhétorique arrogante de M. Bush est fréquente.

  • 30 Voir l’article d’Helmut Schmidt paru dans Die Zeit en août 2002, (32/2002) « Europa braucht keinen (...)
  • 31 Dans « The Benevolent Empire », Foreign Policy, Summer 1998, Robert Kagan écrit : « America may be (...)

24L’Europe, bien sûr, a peur de la rhétorique de la puissance et de la mise sous tutelle américaine30. Les pays les plus faibles en Europe qui viennent d’échapper à une autre tutelle, pensent, peut-être comme Kagan, que l’Empire américain est bienveillant comparé au soviétique et ils se résignent à occuper une place mineure dans un dispositif décidé à Washington. La dérive discursive américaine accompagne effectivement la faiblesse européenne puisque l’Europe n’est pas unie et n’a pas de politique étrangère commune, et surtout ne semble avoir ni la volonté ni les institutions pour travailler ensemble. Le clivage Blair-Chirac représente deux choix possibles face à l’hégémonie américaine : soit se nicher dans la machine de domination en espérant en retirer quelques menus profits, soit la défier sur la seule scène de l’ONU et de l’opinion mais ne pas pouvoir suivre sur les vrais terrains de bataille. Il n’est pas très intéressant de s’interroger pour savoir si la Chine, la Russie ou la France seraient plus « bienveillantes » si elles étaient aujourd’hui, avec leur régime, dans la position hégémonique qui est celle des États-Unis31. Tout pouvoir hégémonique crée les difficultés qu’il rencontre et aujourd’hui, sur le plan mondial, il n’y a qu’une superpuissance, c’est donc elle qu’il faut analyser. Ceci sans tomber dans l’antiaméricanisme, c’est-à-dire un rejet a priori des États-Unis, une position essentialiste qui ignore la diversité des États-Unis.

  • 32 Lire : Claus Leggewie, « Geordnete Separation », Frankfurter Rundschau, 28 Février 2003 et l’interv (...)

25Deux facteurs néanmoins semblent militer pour un dépassement de la situation actuelle. Au lieu de se rassurer en invoquant Kupchan ou Nye, qui ne sont pas des multilatéralistes à la Védrine, les Européens pourraient prendre conscience que, puisque l’Europe est un géant économique, elle peut faire contrepoids aux États-Unis, d’abord, comme c’est déjà le cas sur le plan économique et commercial, puis en pesant plus directement dans les affaires du monde, non pas contre les États-Unis mais avec eux de façon parfois correctrice. Les États-Unis sont une société diverse et l’occasion inespérée que l’instrumentalisation de la lutte antiterroriste a offert au gouvernement Bush peut ne constituer qu’une parenthèse. Il y a une autre Amérique que celle de M. Bush qui risque de sombrer dans la crise économique, une Amérique que l’Europe peut aider à se manifester en résistant mieux à celle des faucons. La crise économique, en grande partie causée par la politique de M. Bush, qui réduit les impôts et augmente les dépenses militaires tout en favorisant les politiques carcérales au détriment de l’éducation, aura un impact sur la politique étrangère du pays qui ne pourra pas pratiquer la fuite en avant financière éternellement. Ceci revient à dire que les limites de l’hégémonie américaine sont aux États-Unis mêmes. La faiblesse européenne est réelle mais partielle, cependant on peut penser que c’est le nerf de la guerre qui viendra mettre un bémol aux rodomontades hégémoniques plutôt que d’autres discours, juridiques, politiques ou moralisateurs. L’hubris américain est une plus grande chance pour les Européens et le monde, à moyen terme, que les contre-discours32.

Notes

1 Washington et le monde, Dilemmes d’une superpuissance, Paris, CERI/Autrement, 2003. Certaines formulations, notamment sur la guerre du Viêt-Nam, semblent quelque peu partisanes et privilégier la position officielle des États-Unis. De Pierre Hassner, dont les interventions médiatiques sont riches et nombreuses, on pourra lire « La guerre des civilisations pourrait devenir réalité », Libération 12-13 avril 2003. L’auteur parle d’un « mélange de brutalité impériale, de nationalisme étroit et de vision missionnaire ». Voir l’article universitaire sur le même thème : « États-Unis : l’empire de la force ou la force de l’empire ? », Cahiers de Chaillot N° 54, Septembre 2002.

2 En dehors de Max Boot (voir plus bas), divers auteurs ont exprimé cette nostalgie ou fascination pour l’Empire : Michael Ignatieff, un néoimpérialiste liberal : « The Burden », New York Times Magazine, 5 janvier 2003, Jay Tolson : « The New American Empire ? », U.S. News & World Report, 13 Janvier 2003, Niall Feguson, « The Empire Slinks Back », The New York Times, 27 Avril 2003.

3 Voir son article publié dans Foreign Affairs (March/April 1999) intitulé « The Lonely Superpower » dans lequel il parle des États-Unis comme étant perçus en tant que « rogue superpower » (superpuissance voyou). Dans un journal québécois, un politologue de Montréal, Laurent McFalls, fait référence à un article de Huntington publié en 1966 : « Political Modernization : America vs. Europe » pour analyser le conflit entre une Amérique traditionnelle et une Europe moderne et rationaliste. « Les États-Unis, première puissance… islamiste », Le Devoir, 23 Mars 2003.

4 « Not for Moi, Thanks », The Washington Post, November 26, 1999. On peut trouver un bel exemple de la rhétorique de Charles Krauthammer dans un article du Washington Post du 1er Mars 2003 intitulé « The Axis of Petulance ». « Les Européens sont assis et font la grimace. Que peuvent-ils faire d’autre ? La plainte est apparemment le primitivisme américain. Le vrai problème, c’est que l’on peut se passer d’eux ».

5 Voir « After Pax Americana ; Benign Power, Regional Integration, and the Sources of a Stable Multipolarity », International Security, Vol 23, N° 2, Automne 1998, p. 40-79. « Preparing for the future entails neither the retrenchment nor the disengagement of American power. On the contrary, the United States should sustain global hegemony for as long as it can. » Dans un article postérieur, « The End of the West », The Atlantic, Novembre 2002, Kupchan affirme : « Europe will inevitably rise up as America’s principal competitor. » Et pense que « … the coming clash of civilizations will not be between the West and the rest but within a West divided against itself. »

6 The Savage Wars of Peace ; Small Wars and the Rise of American Power, New York, Basic Books, 2002. Dans un article publié par le journal de droite extrême The Weekly Standard daté du 15 octobre 2001 et intitulé « The Case for American Empire », Max Boot disait que le 11 septembre avait fait la preuve qu’il fallait que les États-Unis soient plus impérialistes, plutôt que d’avoir peur d’affirmer qu’ils sont un empire.

7 Ce qui est un classement aussi problématique que celui de « néo-conservateur » évoqué plus haut

8 Voici un passage de Thomas Friedman qui montre que le libéralisme peut fort bien s’accommoder de l’unilatéralisme et du paternalisme : « We now have a 51st state of 23 million people. We just adopted a baby called Baghdad — and this is no time for the parents to get a divorce. Because raising that baby, in the neighborhood it lives in, is going to be a mammoth task », The New York Times, 5 mai 2003.

9 Patrick Buchanan aux États-Unis ou M. Le Pen en France ont pris des positions « anti-impérialistes » sur la guerre en Irak, qui, superficiellement, ressemblaient à celles de la gauche. Sur le Kosovo, Kissinger et Chomsky, mentionnent tous deux que le nettoyage ethnique a surtout eu lieu après l’intervention de l’OTAN et que l’UCK était considéré comme un groupe terroriste par les États-Unis et la Grande-Bretagne quelques mois seulement avant cette intervention. Le rapprochement discursif prend une tout autre valeur si l’on rapporte la rhétorique aux positions fondamentales (isolationnistes, ultra-nationalistes xénophobes, cyniques-réalistes, morales et internationalistes) des divers commentateurs.

10 Parmi les nombreux articles de Stanley Hoffmann on peut retenir celui-ci : « The High and the Mighty, Bush’s national-security strategy and the new American hubris », The American Prospect, 13 janvier 2003 ainsi que « Clash of Globalizations », Foreign Affairs, Juillet-Août 2002. « America Goes Backward », The New York Review of Books, 12 Juin, 2003.

11 N’est pas un intellectuel médiatique du même genre qu’Alain Minc. Un très grand nombre d’articles, d’interviews et d’extraits de livres se trouvent sur le site du magazine à l’adresse suivante : http://www.zmag.org/chomsky/index.cfm On peut se reporter à son livre : 9-11, New York, Seven Stories Press, 2001 ainsi qu’aux très nombreux ouvrages publiés sur la politique étrangère américaine.

12 Voir son article intitulé « Terror and Liberalism » publié dans The American Prospect le 22 Octobre 2001. Article qui est devenu un ouvrage du même titre en 2003. Article truffé d’erreurs et d’approximations qui est, par ailleurs, typique du discours des liberals qui soutiennent le président Bush. (un seul exemple : Berman affirme que c’est parce qu’il y avait des sympathisants du nazisme en France que la France a été vaincue). Dans une recension de l’ouvrage de Berman, George Scialabba (« Clash of Visualizations », The Nation, 28 avril 2003) mentionne la critique de la gauche française des années 30 qui était peut-être non seulement anti-libérale mais aussi antisémite. Berman semble oublier Léon Blum dans le panorama de la gauche de l’époque.

13 Of Paradise and Power : America and Europe in the New World Order, New York, Knopf, 2003. L’article de Kagan a été abondamment commenté et ses défauts soulignés. Voir, entre autres, l’article de Pierre Hassner, « Puissance et légitimité » dans Commentaire, N° 100, Hiver 2002-2003, Tony Judt « America and the World », The New York Review of Books, April 10, 2003 et Christoph Bertram, « Stärke und Schwäche, Eine Antwort auf Robert Kagan », Deutsche Mercur, Zeitschrift für europäisches Denken, mars 2003 (repris par Commentaire Printemps 2003).

14 The Paradox of American Power, Why the World’s Only Superpower Can’t Go it Alone, New York, Oxford U. P, 2002.

15 Dans son livre, il déclare en conclusion : « Parfois il faudra y aller seuls. Quand nous le ferons pour poursuivre des biens publics, la nature de nos objectifs se substituera peut-être aux moyens utilisés pour légitimer notre pouvoir aux yeux des autres » (op cit. p. 163).

16 « Multilateralism, American Style », Washington Post, 13 septembre 2002. L’auteur raille Chirac qui insiste sur la logique du multilatéralisme en disant que l’on ne peut s’en remettre au Conseil de sécurité puis décider de n’en faire qu’à sa tête. « But the funny thing about American “multilateralists” : Powell and Baker and many others have no trouble saying exactly that. » Il oppose le multilatéralisme « de principe » à celui dit « instrumental ». Pour les États-Unis, le multilatéralisme est meilleur marché là où il est possible. Si les alliés des États-Unis font ce que veut la superpuissance celle-ci fait des économies. Kagan utilise alors la même métaphore de la main de fer que Boot et Friedman : « It’s the unilateralist iron fist inside the multilateralist velvet glove ». En somme, une reformulation du « Talk softly and carry a big stick » de Theodore Roosevelt.

17 « Brave New World, An Enduring Pax Americana », By Thomas Donnelly, American Enterprise Institute.

18 « Anti-Europeanism in America », New York Review of Books du 13 février 2003. Dans son ouvrage intitulé Does America Need a Foreign Policy ? Toward a Diplomacy for the Twenty-First Century, London, The Free Press, 2002. Henry Kissinger écrit : « The Clinton administration fell in with distinguishing its priorities from those of its predecessors in much the same way as the European left ». Mais dans le même paragraphe, il souligne que les Européens étaient proches de Clinton sur le plan personnel mais s’opposaient à diverses politiques qu’ils pensaient imposées par la droite à ce président (p. 45).

19 Dans Does America Need a Foreign Policy ? (op cit.), Kissinger écrit, à propos du Moyen-Orient : « Our European allies could contribute by suspending the myriad plans by which they seek to improve their position in the Arab world, but which in reality radicalize that world by raising unfulfillable expectations » (p. 312). En somme, l’Europe a un rôle : se taire. L’opinion de Kissinger sur la France ressemble étrangement à celle de Kagan.

20 Voir, par exemple, « La militarización de la politíca exterior de Bush », Narcis Serra I Serra, El País, 7 Avril 2003. La rhétorique de l’auteur, député socialiste, est très semblable à ce qu’on a pu lire dans la presse française.

21 Voir : « Le stratège et le philosophe », Le Monde, 16 avril 2003. Les liens entre MM Perle, Woolsey et Wolfowitz et Wohlstetter sont particulièrement bien mis en évidence dans : « The Neocons in Power » un article d’Elisabeth Drew publié par The New York Review of Books du 12 juin 2003. D’autres mentionnent Trotski parmi les influences lointaines des néoconservateurs, notamment en ce qui concerne la guerre préventive. Voir : « Trotski’s ghost wandering the White House, Influence on Bush aides : Bolshevik’s writings supported the idea of pre-emptive war », National Post, Jeet Heer, 7 juin 2003. http://www.nationalpost.com/search/site/story.asp?id=EC4AD553-8A1D-4324-8D37-A99B2DFF9F85
Dans son livre de 1992, John Patrick Diggins mentionnait déjà le passage du trotskisme à la guerre froide et au reaganisme d’un certain nombre de penseurs. (The Rise and Fall of the American Left, New York, Norton, p. 203).

22 Texte complet intitulé « Bush’s National Security Strategy » publié par le New York Times le 20 septembre 2002 (disponible sur le site de la Maison Blanche). On peut aussi se reporter au discours du Président Bush du 1er juin 2002 à West Point. Il déclare notamment « La vérité morale est la même dans toutes les cultures, dans toutes les époques et dans tous les lieux. Viser des civils innocents pour les assassiner est toujours et partout immoral » (wrong). M. Bush aurait-il été mal informé sur les victimes innocentes en Afghanistan et en Irak ?

23 Sur les termes choisis, voici ce qu’en dit Noam Chomsky, lors d’un entretien radiophonique : « First of all we should be clear - it is not a policy of pre-emptive attacks. Pre-emption means something in international law. A pre-emptive attack is one that is taken in the case of an imminent, on-going threat. For example, if planes were flying across the Atlantic to bomb New York, it would be legitimate for the US Air Force to shoot them down. That’s a preemptive attack. This is what is sometimes called preventive war. That’s a new doctrine that was announced last September in the National Security Strategy. It declares the right to attack any potential challenge to the global dominance of the United States. The potential is in the eye of the observer, so that, in effect, gives the authorisation to attack essentially anyone. » « Does the USA Intend to Dominate the World » Any Clark Interview Noam Chomsky for The Amsterdam Forum, disponible sur le site : http://www.zmag.org

24 Dans son entretien avec la chaîne de télévision NBC, traduit par le Monde (« George Bush raconte sa guerre » 27-28 Avril 2003), le président américain déclare : « Eh bien, la doctrine Bush est en fait définie par l’action, en opposition aux paroles. En même temps, je pense que si vous faites la synthèse de beaucoup de mes interventions, vous trouverez la doctrine Bush ». Cette déclaration n’émane visiblement pas d’un théoricien. M. Bush place la théorie après l’action, comme si rien ne guidait cette action première opposée aux paroles et en même temps il affirme une cohérence entre ses discours que l’autre doit trouver, comme si lui-même n’était pas responsable de sa propre doctrine. Il est clair que ce n’est pas M. Bush qui formule sa doctrine et que celle-ci ne peut être confondue avec les divers discours tenus selon les moments et les actions envisagées.

25 Voir : « “What We Say Goes” : The Middle East in a New World Order, A Postwar Teach-In », Noam Chomsky, Z Magazine, Avril 1991.

26 « The Bush doctrine Unfolds », Weekly Standard 4 mars 2002. Selon les deux auteurs, les tyrans doivent trembler, non seulement en Irak mais en Arabie Saoudite et en Chine. « George W. Bush is now a man with a mission. As it happens, it is America’s historic mission ».

27 « Is America the New Roman Empire », The Globalist, 19 juin 2002. Dans un entretien avec le Nouvel Observateur (22 au 26 mai 2003, p. 18-28), Bill Kristol aurait déclaré : « Après les attentats, les hommes de Bush auraient cherché frénétiquement une nouvelle politique étrangère. Or nous avions préparé depuis longtemps une doctrine originale. » Et Joshua Muravchik aurait ajouté à l’intention de Vincent Jauvert, le journaliste français : « C’est vrai, sans le 11 septembre, nous n’aurions jamais acquis une telle influence. Jamais. »

28 Voir : William Pfaff, « American Destiny, Safe for the rest of the world ? », Commonweal 17 mai 2002.

29 Sebastian Mallaby « The reluctant Imperialist, Terrorism, Failed States and the Case for American Empire », Foreign Affairs, Mars/Avril 2002.

30 Voir l’article d’Helmut Schmidt paru dans Die Zeit en août 2002, (32/2002) « Europa braucht keinen Vormund ».

31 Dans « The Benevolent Empire », Foreign Policy, Summer 1998, Robert Kagan écrit : « America may be arrogant ; Americans may at times be selfish ; they may occasionnally be ham-handed in their exercise of power. But excusez-moi, compared with whom ? Can anyone believe that were France to possess the power the United States now has, the French would be less arrogant, less selfish, and less prone to making mistakes ? ».

32 Lire : Claus Leggewie, « Geordnete Separation », Frankfurter Rundschau, 28 Février 2003 et l’interview que Peter Sloterdijk a donné à El País « Estados Unidos apunta hacia una autoabolición de la democracia », 12 avril 2003. Il voit, lui aussi, dans la crise actuelle entre Europe et États-Unis « le noyau cristallisateur d’une déclaration d’indépendance de l’Europe. » Pour une vue américaine qui va dans le même sens : « Thanks Mr President, Bush’s actions are helping Europe to fashion a new sense of identity », Jeremy Rifkind, The Guardian, 26 Avril, 2003.

Auteur

Professeur de civilisation américaine à l’Université de Paris 10

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540