Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

États-Unis / Europe

 | 
Mokhtar Ben Barka
, 
Jean-Marie Ruiz

Chapitre 3. Vision du monde et politique étrangère

La Grande-Bretagne entre les États-Unis et l’Union Européenne : la bataille pour l’Europe (1957-2003)

Richard Davis

Texte intégral

1Le thème de la convergence ou de la divergence entre les États-Unis et l’Europe soulève des questions particulièrement difficiles pour la Grande-Bretagne. Si on accepte la thèse d’une convergence, est-ce que celle-ci s’est produite dans le sens d’un rapprochement de par et d’autre ou plutôt un mouvement de l’Europe vers l’Amérique et, le cas échéant, quel a été le rôle de la Grande-Bretagne dans ces changements ? Est-elle simplement la voix de son maître américain, le cheval de Troie de Washington au sein de l’Union Européenne, ou le caniche des Américains si on en croit les placards des manifestants anti-guerre du mois d’avril 2003 ? Ou a-t-elle une politique propre qui essaie non seulement de diriger l’Europe vers l’Amérique mais aussi d’influencer les États-Unis dans un sens européen ?

  • 1 Selon Denis Healey, ancien ministre de la défense du gouvernement Wilson de 1964 à 1970, le fait de (...)

2Depuis la Deuxième Guerre mondiale tous les gouvernements britanniques ont défendu l’idée que la Grande-Bretagne pouvait utiliser sa « relation spéciale » avec Washington pour accroître son influence sur la scène internationale (« to punch above its weight » selon le jargon du Foreign Office). La puissance américaine n’est pas remise en cause pas plus que ne l’est le déclin relatif de la Grande-Bretagne comparativement à la super-puissance, ou hyperpuissance, d’outre-Atlantique. Cependant, la logique au centre de la politique britannique, une politique fondée sur « la relation spéciale », veut que la Grande-Bretagne puisse apporter ce dont les Américains ont besoin. En retour, le fait d’être entendu des décideurs américains permet aux dirigeants britanniques d’exercer une influence sur la politique des États-Unis dans le monde1, de jouer le rôle des Grecs dans l’Empire Romain, c’est-à-dire celui de conseiller les puisssants, de leur apporter leur connaissance du monde acquise depuis plus d’un siècle à la tête du plus grand empire jamais connu et une présence partout dans le monde. Dans ce scénario Tony Blair, comme ses prédécesseurs, n’est plus le caniche de George W. Bush mais joue plutôt le rôle de chien aveugle.

3Si toute la politique internationale de la Grande-Bretagne depuis la guerre a été centrée autour de la « relation spéciale », l’Europe ne peut pas être ignorée des décideurs britanniques. En effet, l’Europe peut y apporter certains avantages autant qu’elle peut être source de dangers. Aujourd’hui, l’objectif de la politique britannique est sans doute d’utiliser sa place dans l’Union Européenne pour renforcer son importance aux yeux des Américains et en même temps d’utiliser sa « relation spéciale » avec Washington pour défendre une certaine idée de l’Europe. Cependant, son approche n’a pas toujours été claire : a-telle souhaité une plus grande convergence entre Américains et Européens, jouant ainsi le rôle d’intermédiaire incontournable lui permettant d’avoir une influence majeure sur chacun, ou, au contraire, a-t-elle cherché à faire durer une certaine tension afin de garder le rôle d’arbitre, celui d’éviter un trop grand rapprochement entre Américains et Européens aux dépens de la Grande-Bretagne ? La réponse à ces questions est étroitement liée à la question de la place que la Grande-Bretagne occupe, et souhaite occuper, dans le monde. Se trouve-t-elle dans une orbite de plus en plus rapprochée des États-Unis ? Ou estelle à la dérive entre les deux continents, tantôt alignée avec les Européens, tantôt avec les Américains ? Ou, encore est-elle, de plus en plus proche de l’Europe, et cela malgré les événements récents au Moyen-Orient ? Tony Blair et ses ministres, ainsi que George W. Bush, ne cessent de proclamer l’amitié et l’accord entre les deux pays, et en même temps de critiquer la ‘ vieille Europe’de Chirac et de Schröder. Mais derrière cela peut-on identifier un changement beaucoup moins spectaculaire mais néanmoins important, dans les domaines de l’économie, du commerce, des échanges de toutes sortes, qui renforce les liens entre tous les Européens, y compris les Britanniques, et qui accentue leurs différences avec les États-Unis ?

Une position particulière – entre l’Union Européenne et les États-Unis

4Si on essaie de faire des comparaisons entre l’Europe et les États-Unis, alors la Grande-Bretagne occupe une place particulièrement importante. Il est évident que, géographiquement au moins, la Grande-Bretagne fait partie de l’Europe. Paris est à moins de trois heures de Londres par l’Eurostar et la ville d’Ashford est plus proche de Lille que de Londres, alors qu’elle se trouve presque dans les banlieues de la capitale. Mais à entendre parler certains Anglais (et Continentaux), on a l’impression que la Grande-Bretagne se trouve quelque part au milieu de l’Atlantique, pas exactement rattachée à l’Amérique du nord mais sans être non plus à une trentaine de kilomètres du reste de l’Europe. Bien entendu, cette idée est un non-sens. On ne peut pas changer la réalité géographique. Mais en termes de mentalités et de politiques, cette impression de distance entre la Grande-Bretagne et le continent est plus juste. Au lieu de voir la Grande-Bretagne en plein milieu de l’Atlantique, l’image d’une sorte de pendule qui oscille entre les deux continents, avec une Grande-Bretagne qui cherche à profiter de ses liens avec chacun des deux partenaires, est plus appropriée. La jonglerie diplomatique qui en résulte n’est pas facile mais n’a jamais été abandonnée. Un tel renoncement impliquerait la perte de ce que les gouvernements britanniques ont toujours considéré comme une de leurs sources de puissance sur la scène internationale : la particularité de leur situation, le sentiment de ne pas être comme les autres, que ce soit par rapport aux Européens ou aux Américains.

  • 2 Martin Holmes (dir.), The Eurosceptic Reader, London, Macmillan, 1996, Le « dominant » est souligné (...)

5L’histoire a renforcé cette impression d’une Grande-Bretagne attirée (ou peut être repoussée) à la fois par le continent européen et par l’Amérique du Nord. Le Général de Gaulle aimait bien évoquer une déclaration que Winston Churchill lui avait faite la veille du débarquement de Normandie : lui, Churchill, et la Grande-Bretagne, suivaient toujours les Américains plutôt que les Français et choisissaient toujours le grand large plutôt que le continent. Néanmoins, peu de temps après ce même Churchill était l’un des premiers à soutenir l’idée des « États-Unis d’Europe ». Même Margaret Thatcher, qui de tous les Premiers Ministres britanniques depuis la guerre fut le plus proche des Américains, a reconnu que « Nous Britanniques, nous sommes autant les héritiers de la culture européenne que n’importe quelle autre nation. Nos liens avec le reste de l’Europe… ont été le facteur dominant dans notre histoire2. Les leçons tirées de l’histoire ont toujours été sélectives, souvent mal interprétées ou utilisées pour défendre telle ou telle position ».

  • 3 L’ancien ambassadeur de Grande-Bretagne à Washington, Sir Christopher Mayer, a parlé du danger d’un (...)

6D’autres imaginent que la Grande-Bretagne est coupée du reste de l’Europe par une barrière linguistique, une barrière qui, bien entendu, n’existe pas entre Britanniques et Américains. Cependant, les élites européennes sont de plus en plus anglophones et même les Britanniques progressent dans la connaissance des langues étrangères. L’anglais devient de plus en plus la nouvelle langue de communication en Europe dans le monde des affaires, de la science, voire dans la vie politique. Même entre Britanniques et Américains les barrières linguistiques et culturelles sont parfois importantes3. Comme disait George Bernard Shaw, ils sont deux peuples « divisés par une langue commune ».

7Mais peut-être qu’au fond les Britanniques ne se sentent pas vraiment européens. Ils ont les mêmes passeports que les autres Européens, et bientôt peut-être la même monnaie, mais les sentiments en Grande-Bretagne sont encore très partagés. L’ambiguïté de la Grande-Bretagne demeure. Les contacts entre les Britanniques et les autres Européens se multiplient mais pour de nombreux Britanniques, ces mots de Winston Churchill : « nous sommes avec, mais pas de l’Europe » restent d’actualité. Il me semble, cependant, que la question essentielle n’est pas là. La question n’est pas de savoir si la Grande-Bretagne fait partie de l’Europe ou non mais de savoir quelle Europe on veut – « the right sort of Europe », comme disait Harold Wilson dans les années 1960. Le but de la Grande-Bretagne est d’essayer de créer, parfois seule et parfois avec les Américains, une Europe suivant leur propre dessein.

  • 4 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle. Tome 1 « La France redevient la France », Paris, Fayard, 1999, (...)

8La place que la Grande-Bretagne cherche à occuper entre les États-Unis et l’Europe a été choisie pour lui permettre d’augmenter son influence de chaque côté de l’Atlantique. Le Général de Gaulle parlait de l’Europe comme d’un « levier d’Archimède », « moyen pour la France de redevenir… la première au monde »4. La Grande-Bretagne a, de la même façon, essayé d’utiliser la force des autres pour pourvoir jouer dans la cour des grands. Elle a cherché a être le pivot entre l’Amérique et l’Europe. Mais le point d’appui de ce pivot peut être déplacé dans un sens ou dans un autre, selon les circonstances et les besoins. Ce tour d’équilibriste a été la caractéristique principale de la politique étrangère de la Grande-Bretagne depuis 1945. Aujourd’hui, Tony Blair s’est rangé aux côtés des Américains en Irak mais on peut être certain qu’il va bientôt chercher à réparer les dégâts dans ses relations avec la France, l’Allemagne et la Russie, afin d’éviter de passer trop près des États-Unis et de se retrouver dans une orbite qu’il ne pourra plus quitter.

Intermédiaire essentiel ou cheval de Troie ?

  • 5 Pour Tony Blair, « La Grande-Bretagne a le potentiel d’être le pont entre l’Europe et l’Amérique du (...)
  • 6 « Which Way do we Face ? », Robertson, un proche de Tony Blair et ex-Ministre de la défense, pronon (...)

9Si les États-Unis et l’Europe se rapprochent, alors la Grande-Bretagne va sans doute essayer de jouer le rôle d’intermédiaire, une sorte de Cupidon. Dans l’état actuel du monde, au printemps 2003, le gouffre transatlantique semble être infranchissable. Mais c’est exactement cela, construire un pont pour relier les deux rives de l’Atlantique, qui est au cœur de la politique britannique depuis cinquante ans5. La Grande-Bretagne a essayé à la fois d’influencer l’Europe avec l’appui des Américains et d’utiliser l’Europe comme moyen de renforcer sa « relation spéciale » avec Washington ; d’être le porte-parole des Américains en Europe et le porte-parole de l’Europe, ou du moins d’une partie de l’Europe, aux États-Unis. Pour George Robertson, le Secrétaire général de l’OTAN, « my role in NATO is to explain Europe to the Americans and explain America to the Europeans. My job is to be in the middle of the Atlantic »6.

  • 7 Pour un député français, les Britanniques ne sont pas ce que les Grecs étaient aux Romains mais jou (...)
  • 8 Ducan Campbell, The Unsinkable Aircraft Carrier : American Military Power in Britain (Londres, Mich (...)

10L’idée que la Grande-Bretagne puisse jouer le rôle d’un messager entre les deux rives de l’Atlantique a été très justement contestée par d’autres en Europe, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Pour beaucoup de détracteurs de Tony Blair et de la politique anglo-américaine qu’il incarne, les États-Unis et l’Union Européenne n’ont pas besoin de communiquer via un intermédiaire britannique. D’autres ont mis en doute l’influence qu’exerce Londres sur l’Administration américaine7. Du côté sud de la Manche, la Grande-Bretagne est souvent considérée comme le cinquante et unième État des États-Unis. Certains Britanniques ont d’eux-mêmes parlé de la Grande-Bretagne comme d’un « porte avion américain insubmersible »8. L’accusation que la Grande-Bretagne, dans le rôle d’un cheval de Troie, n’est qu’un partenaire subalterne dans une combinaison anglosaxonne qui cherche à imposer son modèle en Europe n’est pas acceptée à Londres. Le terme « anglo-saxon » ne fait pas partie du vocabulaire de la vie politique en Grande-Bretagne. Mais les questions qu’il soulève sont particulièrement pertinentes dans ce débat.

11L’image d’un cheval de Troie implique qu’il y ait une forme de guerre entre l’Europe et les États-Unis ; plutôt que de parler de convergence, il faut parler de divergence, ou de convergence imposée, ou une « convergence par conquête ». Cette interprétation est, bien entendu, rejetée par les dirigeants britanniques. D’abord, parce que l’image n’est pas très flatteuse, mais aussi parce qu’ils rejettent l’idée même qu’il y ait un conflit fondamental entre Américains et Européens. Tous les gouvernements britanniques, de Clement Attlee à Tony Blair, ont toujours nié cette interprétation des relations transatlantiques. Au lieu d’une dichotomie, ils ont défendu la compatibilité entre leur « relation spéciale » avec Washington et, comme disaient John Major et Tony Blair, la place de la Grande-Bretagne est « au cœur de l’Europe ». Pour certains Européens, il faut que l’Europe s’oppose aux États-Unis, si elle veut construire une vraie identité ; pour les dirigeants britanniques, il faut à tout prix éviter que la construction européenne se fasse au détriment de la coopération entre Américains et Européens au sein de l’OTAN et au sein d’autres organismes qui unissent la « communauté atlantique ».

12Si la Grande-Bretagne veut effectivement jouer le rôle qu’elle se donne, elle a besoin qu’il y ait un minimum d’entente entre les États-Unis et l’Europe. S’il y a trop de distance entre les deux, alors leurs efforts, pour enjamber l’océan deviennent définitivement impossibles. La Grande-Bretagne peut faire le grand écart mais pas plus. Si cela s’avère insuffisant, elle risque de rompre ses amarres en matière de politique internationale et de se retrouver à la dérive quelque part dans l’Atlantique. En même temps, il existe un danger d’une entente entre l’Europe et les États-Unis, une entente qui menacerait la Grande-Bretagne d’exclusion. Si l’Europe et les États-Unis parviennent à un accord trop étroit, les fondements de la politique britannique risquent de s’écrouler : si Washington parvenait à établir une relation privilégiée avec l’ensemble de l’Union Européenne, comme certains Américains le souhaitent depuis longtemps, alors dans ce cas il n’y aurait plus de « relation spéciale » avec Londres et la Grande-Bretagne deviendrait un membre de l’Union Européenne parmi d’autres.

Une Europe libérale contre « l’Europe européenne »

  • 9 Public Record Office (PRO) : FO 371 169107, CF 1011/1. Dixon au Foreign Office, 19 janvier 1963.

13Le danger pour la Grande-Bretagne d’être mise hors circuit par un arrangement entre une Europe unie et les États-Unis est réel. Cependant, la construction de l’Europe ouvre d’autres possibilités à la Grande-Bretagne qui lui permettent de préserver une « relation spéciale » avec Washington. Le débat, sur la nature de l’Europe qui se construit, qui dure depuis plus d’un demi-siècle et qui semble pouvoir durer au moins un demi-siècle encore est inévitablement porteur d’une série de conflits. Ce sont précisément ces conflits, et les alignements des puissances qui les accompagnent, qui ouvrent la porte à la diplomatie britannique et qui permettent à la Grande-Bretagne de jouer un rôle majeur dans ce que le Foreign Offfice appelait dans les années 1960 « la bataille pour le leardership en Europe »9.

  • 10 Margaret Thatcher, The Downing Street Years, London, Harper Collins, 1983, p. 739.

14Il existe depuis longtemps une tendance à voir la Manche comme une barrière tout aussi idéologique que géographique. Il est indéniable que l’Europe a été un champ de bataille entre ces différentes nations et leurs idéologies opposées. Si les guerres ont heureusement cessé, le processus de construction de l’Europe depuis la Dernière Guerre mondiale a suscité de nombreux conflits d’ordre économique, politique et social. Tout comme durant les siècles précédents, cette bataille pour la place de leader en Europe a surtout opposé, de Cobden à Colbert, les traditions anglaise et française ; une Grande-Bretagne libérale a affronté le continent avec, comme disait Mme Thatcher, « ses traditions de cartels et de corporatisme »10.

  • 11 Ibid.

15Depuis 1945, les gouvernements britanniques ont mené une campagne contre les différentes institutions européennes (beaucoup plus contre qu’en faveur) qui sont devenues la bête noire des libéraux en Grande-Bretagne. Dans son discours de Bruges, en1988, Margaret Thatcher présentait très clairement les divergences entre sa vision et celle qui dominait sur le continent. La première cible de son intervention fut les bureaucrates de Bruxelles (les « Eurocrats » dans la terminologie des Euro-phobes britanniques) : un pouvoir qui n’est pas élu et qui n’a pas de comptes à rendre aux électeurs ; un pouvoir dirigiste, étatiste, qui cherche à tout décider au centre. Dans une phrase devenue célèbre en Grande-Bretagne, Madame Thatcher proclamait : « We have not successfully rolled back the frontiers of the state in Britain, only to see them re-imposed at a European level. » Sa deuxième cible était la bête noire de tous les gouvernements britanniques depuis l’adhésion de leur pays à la CEE en 1973, la politique agricole commune que le Premier Ministre décriait comme « lourde inefficace et excessivement coûteuse », allant contre le marché dans le but d’accomplir quelques objectifs d’ordre social mal définis. Plus généralement, elle critiquait le manque d’encouragement pour l’esprit d’entreprise et affirmait que « If Europe is to flourish and create the jobs of the future enterprise is the key. » Dans ce sens, le Traité de Rome est « une charte pour la liberté économique » selon Mme Thatcher. Finalement, et dans les termes dignes d’un Richard Cobden ou d’un John Bright, elle soulignait le besoin d’une politique de libre échange : « It would be a betrayal if, while breaking down constraints on trade within Europe, the Community were to erect greater external protection. We must ensure that our approach to world trade is consistent with the liberalisation we preach at home »11.

  • 12 Margaret Thatcher, The Path to Power, London, Harper Collins, 1995, p. 472.

16Dans tous ces messages le modèle défendu par Mme Thatcher était clairement celui de l’Amérique ; le contreexemple et l’adversaire, l’Europe continentale. En résumé, elle dit que les États-Unis, avec leur façon très libérale de voir le monde, doivent « rester la puissance européenne dominante dans les domaines militaires et économiques (remain the dominant European power militarily and economically) »12. Si Madame Thatcher exprimait ses idées avec une force inhabituelle pour un premier ministre britannique, on trouve les mêmes arguments dans le discours de ses prédécesseurs, qu’ils soient travaillistes ou conservateurs, et également dans ceux de Tony Blair.

17La formation de liens affectifs entre la Grande-Bretagne et les États-Unis date essentiellement de la Deuxième Guerre mondiale. Cette expérience a concrétisé le sentiment de séparation de la Grande-Bretagne du reste de l’Europe, mais en même temps, a démontré l’impossibilité pour la Grande-Bretagne de se tenir à l’écart du continent. Après 1945, sur le plan militaire, la priorité fut vite accordée à l’OTAN (créé en 1949) plutôt qu’à des alliances purement européennes. En même temps, les gouvernements britanniques ont tout fait pour prolonger, et renforcer, leurs liens bilatéraux avec les Américains : en 1948, la Grande-Bretagne a accepté le déploiement des bombardiers B-29 de la force stratégique des États-Unis sur le sol britannique. Si la crise de Suez en 1956 a failli rompre ces liens privilégiés sur le court terme, sur le plus long terme elle n’a fait que renforcer les préférences de la Grande-Bretagne pour une coopération avec les États-Unis plutôt qu’avec les Européens (dans le domaine de la défense, cela veut dire forcément avec la France).

  • 13 Ibid.

18En ce qui concerne l’économie, la priorité était accordée à l’Organisation Européenne de Coopération Economique (l’OECE) où la présence américaine était très visible. Mais les Britanniques et les Américains n’étaient pas seuls à prendre les décisions en Europe, et les efforts de certains Européens pour créer une autre Europe troublaient les gouvernements de Londres. Les négociations sur l’avenir de l’Europe dans les années cinquante confirmaient les soupçons à Londres sur les motivations et les ambitions peu libérales des Français et d’autres sur le continent. Dès le départ, ce conflit était interprété à Londres comme la continuation d’une ancienne querelle franco-britannique. Lors des premières négociations sur la nouvelle Europe, avant que les Britanniques décident de se retirer (et ainsi laisser le champ libre aux Français pour prendre la tête du mouvement), le chef de la délégation britannique s’était plaint que « les propositions françaises étaient l’antithèse de ce que souhaitait la Grande-Bretagne et en conflit avec nos propres doctrines d’ouverture vers l’extérieur » (outward lookingness)13.

19En 1956, les Britanniques ont lancé une campagne contre la formation de la CEE avec une contre-proposition : la Zone de libre Echange. Le ministre du commerce britannique, Peter Thorneycroft, mettait en garde ses collègues contre « la gravité de la situation qui se développait très rapidement et qui allait à l’encontre des intérêts de la Grande-Bretagne et des États-Unis et tout notre travail entrepris en commun depuis la guerre pour établir un système du commerce vraiment mondial (one world trading system) ». D’où son inquiétude si les Six continuaient sur cette voie :

  • 14 Thorneycroft à Eden, 20 janvier 1956. Cité dans Sean Greewood (dir.) Britain and European Integrati (...)

je ne vois pas comment un gouvernement britannique pourrait se permettre, confronté à cela, de poursuivre la politique anglo-américaine actuelle en faveur du commerce multilatéral non-discriminatoire14.

20Pour son Premier ministre, Harold Macmillan, toute l’Alliance Atlantique était en danger, ainsi que l’existence même de l’OTAN. La CE qui devait voir le jour en 1958 ne correspondait guère à ce que les Britanniques souhaitaient, en dépit de pressions exercéees sur ceux que Londres désignait par le terme « Friendly Five », c’est-à-dire les pays membres de la CE à l’exception de la France, le vieil adversaire.

Britanniques, Américains et l’avenir de l’Europe

21Si les gouvernements britanniques parlaient d’une « politique anglo-américaine » en Europe, ils n’étaient pas pour autant toujours d’accord avec Washington sur les tactiques à adopter à l’égard de la CEE. Pour les Américains, Londres devait admettre que les changements dans sa situation internationale, en d’autres termes son déclin, rendaient inévitable sa participation à la construction européenne. Selon Washington, le Commonwealth et la « relation spéciale » n’étant plus suffisants, la Grande-Bretagne n’avait pas d’autre choix que de se tourner vers l’Europe. Ce message fut transmis régulièrement à Londres malgré les réticences britanniques à l’entendre. Quand le Premier Ministre, Anthony Eden, se rendait à Washington en 1956 Eisenhower et Dulles lui disaient qu’il était « malavisé » d’être si hostile aux développements en Europe. Cela n’était pas ce que le Premier Ministre voulait entendre de la part de son allié principal.

  • 15 Richard Neustadt cité par Michael Charlton, « How (and why) Britain Lost the Leadership of Europe ( (...)
  • 16 Plusieurs alternatives à une adhésion à la CEE ont été discutées. En 1957, on parlait d’une zone de (...)

22Malgré ce désaccord, la Grande-Bretagne occupait toujours une place essentielle dans les projets américains. Selon un membre de l’Administration américaine, le but était d’inclure la Grande-Bretagne dans les institutions européennes « pas simplement comme n’importe quel autre gouvernement, pas comme la garantie que cette entité européenne restait l’alliée de l’Amérique et qu’elle garderait une vision mondiale… La Grande-Bretagne devait y entrer et la dominer au nom des intérêts anglo-amércains… Elle devait y entrer et la diriger »15. Washington regrettait que Londres ne semblât pas très enclin à jouer ce rôle. Au moins jusqu’au début des années 60, la Grande-Bretagne a petit à petit, commencé à changer sa politique et à reconnaître qu’il n’y avait pas d’alternative à une adhésion à la CEE16. Les dangers pour la Grande-Bretagne dans une Europe unifiée furent identifiés dès la fin des années 50. En 1959, un rapport du 10 Downing Street disait :

  • 17 PRO : PREM11/2985 (autumn 1959).

Notre exclusion d’une Europe occidentale intégrée réduirait l’influence qu’on pourrait exercer sur ses membres et par conséquent notre importance au sein de l’OTAN et de l’OECE… Au mieux, nous resterons une puissance mineure dans une alliance dominée par les États-Unis et les pays de la CEE ; au pire, nous nous retrouverons impuissants entre deux blocs s’éloignant de plus en plus17.

23La décision d’ouvrir les négociations avec la CEE en 1961 fut prise en grande partie par souci pour l’avenir de la « relation spéciale ». Le but était d’intégrer la CEE, d’occuper la place de leader et ensuite de la remettre sur le bon chemin, c’est-à-dire le chemin libéral, transatlantique, travaillant en liaison étroite avec les Américains. Bien évidemment, Washington regardait d’un bon œil cette décision et ces ambitions. En avril 1961, Kennedy écrivait personnellement au Premier Ministre Harold Macmillan :

  • 18 Arthur J. Schlesinger, A Thousand Days, London, Andre Deutsch, 1965, p. 845.

Si la Grande-Bretagne entrait dans le marché (commun), Londres serait en mesure de compenser les excentricités de la politique de Paris et de Bonn… Avec ses obligations partout dans le monde, la Grande-Bretagne pourrait empêcher la CEE de devenir protectionniste et introspective. Surtout, avec la Grande-Bretagne comme membre, le marché commun pourrait devenir le point de départ d’une véritable fédération politique de l’Europe18.

24Si les deux hommes étaient d’accord sur les premiers points, ce n’était certainement pas le cas pour le dernier.

Un pas vers l’Europe, un pas vers l’Amérique

  • 19 PRO : FO 371 169115, CF 1022/25, Rumbold à Hood, 27 mars 1963.
  • 20 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Plon, 1980, p. 235.
  • 21 Alistair Horne, Macmillan. 1957-1986. Volume 2, London, Macmillan, 1989, p. 317.

25Si la politique britannique était formulée et appliquée en collaboration avec Washington, Londres n’avait pas oublié la nécessité d’arriver à un accord avec les autres Européens et surtout avec de Gaulle (Londres calculait, à juste titre, que les autres pays membres de la CEE ne posaient pas d’obstacles insurmontables à l’entrée de la Grande-Bretagne. Par contre « le problème de Gaulle » était reconnu comme « l’obstacle » principal)19. Lors d’une réunion avec de Gaulle en 1962 Macmillan essaya de le convaincre de la sincérité de ses sentiments pro-Européens en lui disant : « Certes, pour le moment, la présence américaine nous garantit l’essentiel. Mais on peut douter qu’elle doive durer indéfiniment. D’autre part, il en résulte pour les Européens une pénible sujétion, à laquelle vous, Français, voudriez vous soustraire et que nous, Anglais, supportons malaisément. Rassemblons l’Europe, mon cher ami »20. Macmillan ajoutait que, selon lui, la civilisation européenne était mise en danger par « les Africains, les Asiatiques et les communistes, et même par nos amis atlantiques »21. Son discours n’était pas suffisant pour convaincre le Général.

26Les efforts britanniques des années 1961-1963 pour rentrer en force dans la CEE coïncidaient, avec des développements majeurs dans le domaine des armes nucléaires, ce qui eut des conséquences néfastes sur leurs ambitions européennes. A la fin de l’année 1962, Macmillan fut confronté à un choix décisif (le choix entre Europe et États-Unis qu’il avait comme presque tous les autres premiers ministres essayé d’éviter). Le choix de l’indépendance nationale étant exclu, la seule question qui restait était de savoir auprès de quel partenaire la Grande-Bretagne devait chercher de l’aide. Malgré quelques contacts pris avec les Français à ce sujet par les ministres britanniques de la défense (Thorneycroft) et de l’aviation (Amery), le choix des Américains s’imposa rapidement à Macmillan. En décembre 1962, lors d’un sommet anglo-américain à Nassau aux Bahamas, les États-Unis acceptaient de vendre des missiles Polaris au gouvernement britannique. Mais ce choix clair en direction des États-Unis et le rejet d’une coopération avec Paris sur les armes nucléaires faisait courir le danger d’une aggravation des problèmes de la Grande-Bretagne et des États-Unis sur le front européen.

  • 22 Rapport du Sénat américain, 14 septembre 1962. Cité par John Newhouse, De Gaulle and the Anglo-Saxo (...)
  • 23 Bill Tyler cité par George Ball, The Past Has Another Pattern, New York, Norton, 1982, p. 268.
  • 24 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle. Tome I, p. 374 et p. 348.

27Le soutien des États-Unis était apprécié par Londres mais Britanniques et Américains étaient conscients qu’il fallait à tout prix éviter que la demande d’adhésion à la CEE apparaisse comme étant dirigée par Washington « avec l’intention de maintenir l’Europe dans une situation de dépendance des États-Unis. »22 Même avant l’accord de Nassau, un membre de l’administration américaine avait souligné qu’un tel accord entre « Anglo-Saxons aurait pour effet d’offenser de Gaulle, parce qu’il prouverait une fois pour toutes des liens incestueux entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. Cela pourrait bien convaincre de Gaulle de refuser l’entrée de la Grande-Bretagne dans l’Europe arguant qu’elle était un “cheval de Troie” des Américains »23. Comme certains experts l’avaient prévu (Macmillan lui-même semble avoir refusé d’admettre, ou de reconnaître, le lien direct entre l’accord nucléaire avec les États-Unis et la demande d’adhésion à la CEE), pour de Gaulle, Nassau fut précisément la confirmation de la perfidie de la Grande-Bretagne. Il déclarait : « L’affaire des Bahamas était un banc d’essai de la volonté britannique. Ou bien ils choisissaient l’Europe, ou bien ils choisissaient l’Amérique. Ils ont choisi l’Amérique, ce qui les écarte de l’Europe… L’Angleterre n’est plus qu’un satellite des États-Unis. Si elle entrait dans le Marché commun, elle ne serait que le cheval de Troie des Américains »24.

  • 25 Dans une lettre adressée à Kennedy, 28 avril 1962, il écrit : « once inside the EEC Britain could d (...)
  • 26 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle. Tome I, p. 367-8.

28Les thèses britannique et française étaient fondamentalement opposées. Alors que Macmillan parlait de tirer l’Europe vers les États-Unis25, pour de Gaulle couper le cordon ombilical avec les États-Unis était la condition sine qua non d’une entrée dans l’Europe : « Ce que veulent les Anglo-Saxons… L’Europe sans frontières. L’Europe à l’anglaise… C’est, en réalité, l’Europe des Américains… Une Europe qui, dans son économie, et d’avantage encore dans sa défense et dans sa politique, serait placée sous une inexorable hégémonie américaine… »26. La décision prise par de Gaulle en janvier 1963 de refuser l’entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE était catastrophique pour Londres. Pour les « Anglo-Saxons », c’était la déroute.

29L’échec de la Grande-Bretagne en 1963 marqua un tournant. Certes, la Grande-Bretagne et les États-Unis semblaient être de plus en plus proches dans leur combat contre l’Europe de de Gaulle. A Londres, certains diplomates parlaient d’un début de « guerre » en Europe avec les Français. Kennedy partageait ces sentiments. Il écrivait à Macmillan :

  • 27 Cité par Stuart Ward, « Kennedy, Britain and the European Community » in Douglas Brinkley and Richa (...)

Il n’est pas nécessaire que je vous dise que nous partageons vos sentiments et votre conception des buts à accomplir à un moment où de Gaulle teste les réactions à sa vision du monde irréelle… Je compte sur vous pour m’indiquer quel moment est le plus propice pour frapper. Si cela constitue une relation spéciale, tant mieux »27.

  • 28 Arthur J. Schlesinger, A Thousand Days, Londres, André Deutsch, 1965, p. 744.

30Mais le Président américain reconnaissait le fait accompli (contrairement aux Britanniques). A Washington, Kennedy admettait que « d’un point de vue strictement économique, nous savions dès le début que ce n’était pas dans notre intérêt de voir la Grande-Bretagne dans la CEE, donc nous sommes mieux comme ça. Du côté politique, notre objectif principal était d’ancrer l’Allemagne plus fermement encore dans la structure de l’Europe occidentale. Maintenant de Gaulle le fait à sa façon »28.

Une deuxième demande d’adhésion

  • 29 PRO, PREM 13/245. Note du Ministère de l’agriculture, 29 juillet 1965 (« the effective working unit (...)
  • 30 Le compte-rendu du Cabinet parle de « prevent… the existing EEC from developing in directions which (...)
  • 31 PRO : EW 4/8. Conversation avec Couve de Murville et Pompidou, 4 juillet 1966.

31Le gouvernement travailliste, arrivé au pouvoir en 1964, fut tout de suite confronté aux mêmes problèmes que son prédécesseur. Les plaintes contre le « caractère pernicieux » de la CEE et ses politiques protectionnistes, ses subventions pour l’agriculture et les violations du GATT étaient nombreuses. En même temps, le gouvernement Wilson reconnaissait que la CEE risquait d’engendrer plus de problèmes encore dans ses relations avec les États-Unis. Si de Gaulle réussissait dans ces projets pour l’Europe, « les États-Unis seraient obligés de s’arranger avec les Six, de court-circuiter la Grande-Bretagne ». Néanmoins, la politique du gouvernement britannique continuait d’être fondée sur l’idée que le « Commonwealth et nos relations avec les États-Unis ne sont pas incompatibles avec notre appartenance à la bonne Europe (“the right sort of Europe”) : ce sont des politiques complémentaires ». Le but étant de trouver « une réelle unité de l’Europe au sein d’un cadre transatlantique »29. De plus, le gouvernement britannique était toujours convaincu qu’il pouvait empêcher « l’actuelle CEE » de prendre une direction qui rendrait une adhésion éventuelle de la Grande-Bretagne plus difficile30. En réalité, quand la porte de l’Europe s’ouvrit aux Britanniques après la chute du Général de Gaulle, le prix à payer pour y entrer avait considérablement augmenté depuis les premières tentatives britanniques. Dix ans après la première demande d’entrée dans la CEE, ils n’avaient pas d’autre choix que d’accepter « toutes les règles du club »31, y compris la politique agricole commune et le tarif extérieur commun, deux aspects de la CEE qui allaient contre les idées défendues par les Britanniques et les Américains.

32Économiquement, la bataille semblait avoir été perdue. Dans le domaine militaire, par contre, la position de la Grande-Bretagne était plus avantageuse. Ici, contrairement au domaine économique, la thèse britannique a souvent recueilli plus de soutien que la thèse française auprès des autres Européens. L’approche transatlantique soutenue par les Britanniques continue d’être l’approche dominante en matière de défense, un domaine dans lequel l’Europe a beaucoup de mal à se construire une identité. Les attaques lancées contre Mme Thatcher selon lesquelles elle n’était que le caniche des Américains (par exemple au moment des raids contre la Libye, le déploiement des missiles « cruise » et « Pershing », ou son soutien sans faille lors de l’invasion du Koweït) n’ont pas produit de changement au niveau de la politique britannique et de la place privilégiée qu’occupe la Grande-Bretagne dans l’Alliance Atlantique. L’achat des missiles « Trident » au début des années 1980 et le soutien des Américains pendant la guerre des Malouines montraient, pour certains, que la « relation spéciale » existait encore.

33Cependant, la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide ont changé les données dans le domaine de la défense. Même avant la fin des années 1990, de plus en plus de questions ont été soulevées sur les relations entre Européens et Américains. Le « Strategic Defence Initiative », le projet de la guerre des étoiles de Ronald Reagan, avait déjà nui aux relations transatlantiques. En 1985, le Ministre des Affaires Étrangères britannique, Geoffrey Howe, avait exprimé des doutes sur ce projet, soulignant le danger de mésentente entre Européens et Américains et le risque d’entamer la confiance en Europe sur l’engagement des États-Unis en Europe. Au moment de l’achat des missiles « Trident », Denis Healey, alors porte-parole du Parti Travailliste pour la politique étrangère, disait au Parlement :

  • 32 Cité dans Ritchie Ovendale (dir.), British Defence Policy Since 1945, Manchester, Manchester Univer (...)

Nous n’avons besoin des missiles Trident que si nous ne pouvons pas compter sur les Américains dans des moments de crise. Mais si nous ne pouvons pas compter sur les Américains dans une crise, pourrions nous compter sur les États-Unis pour nous fournir des Tridents ?... Si nous continuons avec le programme Trident nous prenons des risques politiques graves, et nous nous engageons dans une période de dépendance des États-Unis prolongée et humiliante qui aurait pour effet de corrompre l’ensemble de notre politique étrangère et notre politique de défense32.

Conclusion

34Tony Blair continue aujourd’hui le même tour d’équilibriste que ses prédécesseurs. Les entraves à la réconciliation de l’Europe et des États-Unis ont la vie dure. Dans ses premières années au pouvoir, Blair montrait quelques signes d’un rapprochement avec l’Europe : l’accord de St Malo avec la France pour une coopération militaire renforcée en 1998, et les conclusions tirées de la guerre dans l’ex-Yougoslavie semblaient convaincre beaucoup de monde à Whitehall de la nécessité d’une réelle capacité militaire européenne en dehors de l’OTAN dans des situations où les Américains étaient réticents à intervenir (sans pour autant remettre en question l’OTAN et la « relation spéciale »). La signature de la Charte Européenne sur les droits des employés, que John Major a catégoriquement refusé de ratifier, semblait aller dans le même sens. Mais plus récemment la guerre en Irak a encore démontré l’existence de liens privilégiés entre Londres et Washington et la distance entre eux et Paris. De plus, dans sa dimension politique économique et sociale le modèle défendu par le gouvernement actuel est tout autant influencé par les États-Unis que sous les gouvernements Thatcher et Major. Les réformes sociales et économiques entreprises par le gouvernement Blair, tout comme celles de Thatcher et Major, sont en grande partie fondées sur le modèle américain et s’opposent clairement aux modèles français et allemand qui sont, selon les supporters du « New Labour », archaïques, rigides et incapables de fournir des conditions nécessaires pour créer les emplois et la croissance. Gordon Brown, le Ministre des finances, déclarait au Parlement en mars dernier :

  • 33 « Which Way do we face ? ».

Nos réformes budgétaires s’inspirent de l’innovation, la compétition et l’entreprise de l’Amérique et c’est pour cela que nous allons introduire ces nouvelles flexibilités dans notre économie. Ces réformes seront essentielles pour nos perspectives en Europe à l’avenir33.

35Cependant, dans le même temps l’importance économique et commerciale de l’Europe pour la Grande-Bretagne par rapport aux autres pays, États-Unis compris, ne cesse de croître. Militairement, la Grande-Bretagne continue d’occuper une place centrale, et une position de force, à la fois au sein de l’Alliance Atlantique et en Europe. Nul autre allié des États-Unis ne peut leur apporter un soutien d’une aussi grande valeur. En Europe, parallèlement, les efforts pour constituer une vraie défense européenne ne peuvent pas être concrétisés sans les Britanniques.

  • 34 Quai d’Orsay. Série 16, sous-série 24. Wapler à Lucet, 26 mars 1963.
  • 35 The Guardian, 8 décembre 1999.

36Le reproche adressé à Harold Macmillan au début des années soixante par un diplomate français de « courir deux lièvres à la fois : l’Europe, les États-Unis »34 était justifié au vu de l’hésitation qui caractérisait sa politique étrangère et il est toujours aussi valable aujourd’hui. Mais les Britanniques restent confiants, peut-être excessivement, dans le fait que rien ne les empêche, comme disait un diplomate britannique en 1999, « d’avoir le beurre et l’argent du beurre »35.

37Dans le domaine des relations entre les États-Unis et l’Europe, le rôle joué par la Grande-Bretagne est nécessairement ambigu. Si elle fait naturellement partie de l’Europe, la Grande-Bretagne n’en est pas moins attachée à l’idée d’une solidarité entre « Anglo-Saxons » et à la soi-disant « relation spéciale » qui lie Londres à Washington depuis plus d’un demi-siècle. Le résultat a souvent été une indécision au cœur de la politique étrangère britannique. En s’efforçant d’avoir le beurre et l’argent du beurre, d’être « au cœur de l’Europe » comme le prétendait John Major ainsi que son successeur au 10 Downing Street Tony Blair, tout en bénéficiant d’une position privilégiée dans les coulisses du pouvoir à Washington, la Grande-Bretagne s’est souvent trouvée entre deux chaises.

  • 36 Brown écrivait ceci dans ses mémoires : « our role is to lead Europe… I don’t see where else leader (...)

38Tony Blair a toujours la même ambition que ses prédécesseurs au 10 Downing Street de maintenir la « relation spéciale » avec Washington et d’occuper une place de leader en Europe. Comme George Brown, un des ministres des affaires étrangères de Harold Wilson dans les années 1960, il prétend que seul la Grande-Bretagne peut assumer ce rôle en Europe36. Cependant, l’équilibre entre les États-Unis et l’Union Européenne devient de plus en plus précaire. La guerre en Irak, le débat sur la nouvelle constitution européenne, l’adhésion éventuelle à la zone Euro, sont autant de questions décisives qui risquent d’obliger le gouvernement britannique à prendre une position nette pour ou contre l’Europe et ainsi de miner les fondements mêmes de la politique suivie par la Grande-Bretagne depuis plus d’un demi-siècle. Soit la Grande-Bretagne décide cette fois-ci de prendre le train de l’Europe, ce qui implique nécessairement un relâchement de ses liens avec les États-Unis, soit elle décide de rester sur le quai, et dans ce cas elle pourrait être définitivement séparée de ses partenaires européens.

Notes

1 Selon Denis Healey, ancien ministre de la défense du gouvernement Wilson de 1964 à 1970, le fait de posséder des armes nucléaires a permis à la Grande-Bretagne d’avoir une influence (« to have a handle on the Americans ») sur la stratégie nucléaire des États-Unis (Christopher Grayling et Christopher Langdon, Just Another Star ? Anglo-American Relations Since 1945, Londres, Harrap, 1988, p. 55.

2 Martin Holmes (dir.), The Eurosceptic Reader, London, Macmillan, 1996, Le « dominant » est souligné dans le texte original.

3 L’ancien ambassadeur de Grande-Bretagne à Washington, Sir Christopher Mayer, a parlé du danger d’un manque de compréhension entre Américains et Britanniques : « If you let the things that we have in common across the Atlantic obscure the things where there are seriously big differences then a day will come when we don’t understand what they are saying to us from Washington », BBC Radio Four, « Which Way do We Face ? », 19 mai 2003.

4 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle. Tome 1 « La France redevient la France », Paris, Fayard, 1999, p. 159.

5 Pour Tony Blair, « La Grande-Bretagne a le potentiel d’être le pont entre l’Europe et l’Amérique du XXe siècle. » (« Which Way do we Face ? »).

6 « Which Way do we Face ? », Robertson, un proche de Tony Blair et ex-Ministre de la défense, prononçait le mot « NATO » avec un accent américain. Peut-être a-t-il, comme on dit en anglais « gone native » et qu’à force de fréquenter les Américains au sein de l’OTAN, il est devenu plus américain qu’eux, un reproche qui est parfois fait aux Britanniques travaillant pour la Commission Européenne, comme par exemple Neil Kinnock ou Chris Patten.

7 Pour un député français, les Britanniques ne sont pas ce que les Grecs étaient aux Romains mais jouent plutôt le rôle de Cléopatre : ils couchent avec les Américains comme Cléopatre avait couché avec César, mais comme elle, sans changer réellement de politique. Jacques Millard dans « Which Way do we Face ».

8 Ducan Campbell, The Unsinkable Aircraft Carrier : American Military Power in Britain (Londres, Michael Joseph, 1984).

9 Public Record Office (PRO) : FO 371 169107, CF 1011/1. Dixon au Foreign Office, 19 janvier 1963.

10 Margaret Thatcher, The Downing Street Years, London, Harper Collins, 1983, p. 739.

11 Ibid.

12 Margaret Thatcher, The Path to Power, London, Harper Collins, 1995, p. 472.

13 Ibid.

14 Thorneycroft à Eden, 20 janvier 1956. Cité dans Sean Greewood (dir.) Britain and European Integration Since the Second World War, Manchester, Manchester University Press, 1996, p. 84.

15 Richard Neustadt cité par Michael Charlton, « How (and why) Britain Lost the Leadership of Europe (II) », Encounter, September 1981, p. 28-29.

16 Plusieurs alternatives à une adhésion à la CEE ont été discutées. En 1957, on parlait d’une zone de libre échange anglo-canadienne. En 1961, Harold Wilson soulevait l’idée d’un marché commun de la communauté atlantique couvrant la Grande-Bretagne, le Commonwealth et l’Amérique du Nord. Jusqu’à la fin des années 60, la possibilité d’une zone de libre échange de l’Atlantique du Nord continuait d’être débattue, mais elle a été rejetée à chaque fois. Quant à l’Association européenne de libre-échange, elle n’était pas d’une importance suffisante pour satisfaire les besoins économiques ou commerciaux de la Grande-Bretagne.

17 PRO : PREM11/2985 (autumn 1959).

18 Arthur J. Schlesinger, A Thousand Days, London, Andre Deutsch, 1965, p. 845.

19 PRO : FO 371 169115, CF 1022/25, Rumbold à Hood, 27 mars 1963.

20 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, Paris, Plon, 1980, p. 235.

21 Alistair Horne, Macmillan. 1957-1986. Volume 2, London, Macmillan, 1989, p. 317.

22 Rapport du Sénat américain, 14 septembre 1962. Cité par John Newhouse, De Gaulle and the Anglo-Saxons, Londres, André Deutsch, 1970, p. 189.

23 Bill Tyler cité par George Ball, The Past Has Another Pattern, New York, Norton, 1982, p. 268.

24 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle. Tome I, p. 374 et p. 348.

25 Dans une lettre adressée à Kennedy, 28 avril 1962, il écrit : « once inside the EEC Britain could draw Europe closer to America » (PRO : PREM 11/3783).

26 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle. Tome I, p. 367-8.

27 Cité par Stuart Ward, « Kennedy, Britain and the European Community » in Douglas Brinkley and Richard T. Griffiths (dir.), John F. Kennedy and Europe, Louisiana State University Press, 1999, p. 330.

28 Arthur J. Schlesinger, A Thousand Days, Londres, André Deutsch, 1965, p. 744.

29 PRO, PREM 13/245. Note du Ministère de l’agriculture, 29 juillet 1965 (« the effective working unity of Europe within an Atlantic framework »).

30 Le compte-rendu du Cabinet parle de « prevent… the existing EEC from developing in directions which would make it more difficult if not impossible for us to eventually join it… there was no serious danger that our friends in the EEC would allow it to develop in ways disadvantageous to us ». (Cabinet du 27 février 1968, PRO : CC (68) 15th Conclusions).

31 PRO : EW 4/8. Conversation avec Couve de Murville et Pompidou, 4 juillet 1966.

32 Cité dans Ritchie Ovendale (dir.), British Defence Policy Since 1945, Manchester, Manchester University Press, 1994, p. 182-3.

33 « Which Way do we face ? ».

34 Quai d’Orsay. Série 16, sous-série 24. Wapler à Lucet, 26 mars 1963.

35 The Guardian, 8 décembre 1999.

36 Brown écrivait ceci dans ses mémoires : « our role is to lead Europe… I don’t see where else leadership can come from other than from this country ». In My Way, Harmondsworth, Penguin, 1972, p. 202-205.

Auteur

Professeur de civilisation britannique à l’Université Charles de Gaulle Lille III

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540