Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

États-Unis / Europe

 | 
Mokhtar Ben Barka
, 
Jean-Marie Ruiz

Chapitre 2. Évolution politique : Modèle ou contre-modèle américain ?

Les rapports entre les extrêmes droites européenne et américaine

Mokhtar Ben Barka

Texte intégral

  • 1 Atteignant un score de 11,2 % en 1984, Jean-Marie Le Pen a réussi à sortir son parti de l’état gro (...)
  • 2 Lors des plus récentes élections locales en Belgique, le Vlaams Blok a recueilli plus de 35 % du v (...)
  • 3 En Autriche, le FPÖ obtient 26,9 % des suffrages exprimés aux élections législatives du 3 octobre (...)

1Depuis la spectaculaire poussée électorale du Front national français aux élections européennes de 19841, on assiste à travers l’Europe de l’Ouest à une formidable percée des partis d’extrême droite : le Vlaams Blok, en Belgique2 ; le Freiheitliche Partei Österreichs (FPÖ), en Autriche3 ; la Lega Nord, en Italie ; le Dansk Folkeparti, au Danemark ; la Deutsche Volksunion, en Allemagne ; le Fremskrittspartiet, en Norvège. Initialement rejetée à titre de phénomène de mode éphémère et donc vouée à disparaître rapidement, l’extrême droite est cependant parvenue à s’établir fermement comme concurrent sérieux et à rivaliser avec les partis établis pour l’obtention de postes politiques comme par exemple en France, en Autriche ou encore en Italie.

  • 4 Sabrina P. Ramet (ed.), The Radical Right in Central and Eastern Europe since 1989, University Par (...)
  • 5 Le Parti libéral démocrate, fondé en 1990 par Vladimir Wolfovitch Jirinovski, était le premier par (...)

2Une situation analogue s’observe en Europe de l’Est : en Hongrie, en Roumanie et en Slovaquie, les mouvements nationalistes radicaux recueillent des scores électoraux généralement inférieurs à 10 %, mais leurs voix peuvent être déterminantes dans la constitution de majorités gouvernementales, comme c’est actuellement le cas en Slovaquie (le Parti national slovaque) ou comme ce le fut brièvement en Roumaine (Romania Mare)4. En Russie, les ultranationalistes du Parti libéral démocrate (LDPR) de Vladimir Wolfovitch Jirinovski recueillirent près de 25 % de voix aux élections à la Douma du 12 décembre 19935 et 11,8 % aux élections législatives du 7 décembre 2003.

  • 6 Stephen Scheinberg « Right-Wing Extremism in the United States » in Aurel Braun and Stephen Schein (...)
  • 7 David Duke, ancien « sorcier impérial » du Ku Klux Klan de Louisiane et fondateur de la National A (...)
  • 8 Voir Russ Bellant, Old Nazis, the New Right, and the Republican Party, Boston, MA, South End Press (...)

3Tel n’est toutefois pas le cas aux États-Unis, où l’extrême droite reste marginale, et ce, malgré le renouveau que connaissent ses thèses depuis les années quatre-vingt. Si en Europe, les partis d’extrême droite sont aujourd’hui des acteurs à part entière du jeu politique, les groupes d’extrême droite nord-américains se situent à l’extérieur du domaine stricto sensu du politique, qui est celui des partis traditionnels. Dans ce pays, l’extrême droite a du mal à obtenir la légitimité et la reconnaissance nécessaires pour sortir de la marginalité et se faire une place au cœur du système politique. Si elle ne parvient pas à remporter de victoires significatives de nature à rompre l’hégémonie historique des deux grands partis, c’est aussi et surtout parce que « [t]hird or minor parties have enjoyed little attention from voters […], the nonparliamentary structure provides little recognition for even victorious minor party candidates, and the American political culture tends to regard a third-party vote as a wasted ballot. Thus the right-wing extremist seeking a political base generally looks to the established major parties.6 » Certes, les idées xénophobes et néo-populistes de Patrick J. Buchanan ne cessent de progresser dans les rangs ouvriers. De même, le Populist Party, parmi tant d’autres formations extrémistes, présente depuis 1988 des candidats aux élections présidentielles7, mais sans succès. C’est alors vers le Parti républicain que se tournent généralement dirigeants et adeptes de l’extrême droite. L’exemple de David Duke est très significatif à cet égard8.

  • 9 Ces chiffres sont disponibles sur le site du FBI : http://www.fbi.gov/ucr/ucr.htm (consulté le 01/ (...)

4Au cours des deux dernières décennies, l’extrême droite américaine a beaucoup fait parler d’elle, essentiellement en raison de ses actions criminelles, dont le nombre est en hausse constante. En 2001, le FBI a recensé 9 726 crimes motivés par la haine (hate crimes), dont 45 % étaient commis pour des raisons raciales, 19 % pour des raisons religieuses, 22 % contre des groupes ethniques, 14 % contre des homosexuels et 0.3 % contre des handicapés9. Selon le Uniform Crime Reporting Program, la plupart de ces actions criminelles – incendies de synagogues et d’églises protestantes noires, attentats contre les cliniques pratiquant l’avortement, profanation de tombes dans des cimetières juifs, vols à main armée, braquages, lynchages et assassinats – étaient commises par des groupes d’extrême droite, tels que le Pose Comitatus, les Aryan Nations, le Ku Klux Klan, le Liberty Lobby, les milices para-militaires et les skinheads de droite. Pour toutes ces formations extrémistes, le recours à la violence représente le meilleur moyen de prouver leur existence.

  • 10 Parmi les études les plus récentes, voir Herbert Kitschelt, The radical Right in Western Europe, A (...)
  • 11 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, The Emergence of a Euro-American Radical Right, New Brunswick, (...)

5Il est évident que l’extrême droite américaine n’a ni le statut politique ni la force électorale dont bénéficie l’extrême droite européenne. Tout rapprochement de ces deux mouvements peut donc paraître incongru, ce qui explique, sinon l’inexistence, du moins la rareté des études comparatives. Le regain de vitalité de l’extrémisme de droite, de part et d’autre de l’Atlantique, n’a certes pas manqué de susciter les interrogations et les commentaires d’un grand nombre d’observateurs, comme en témoignent les innombrables travaux qui lui sont consacrés10. Mais les spécialistes ont plutôt tendance à appréhender chaque mouvement séparément. Pour se justifier, ils évoquent tour à tour la singularité des contextes, l’incommensurabilité des concepts et l’incompatibilité des critères de comparaison. Intitulé The Emergence of a Euro-American Radical Right, l’ouvrage de Jeffrey Kaplan et Leonard Weinberg fait figure d’exception, en ce qu’il aborde la question de l’extrémisme de droite dans une optique comparative. Cette approche trouve un appui dans ce constat, selon lequel « the countries of Western Europe and the United States are experiencing a new and potentially important cultural and political development : the appearance of a right-wing extremist movement that transcends national boundaries and, indeed, crosses the Atlantic with as much ease as do E-mail messages on the Internet.11 »

6L’extrémisme de droite paraît aujourd’hui de plus en plus comme un phénomène international, qui nécessite d’être appréhendé de manière comparative. Pour hétéroclites et polymorphes qu’elles soient, ces extrêmes droites obéissent néanmoins à des logiques relativement communes. A la base, il y a un ensemble de sentiments et d’affects, tels que la défense de l’identité nationale et le rejet des populations immigrées, que l’on retrouve, peu ou prou, à des degrés divers dans la plupart des pays occidentaux.

7Le but de cet article est de démontrer qu’entre les deux extrêmes droites – européenne et américaine – il y a aussi bien des convergences que des divergences. Dans un premier temps, il s’agira d’analyser les liens organisationnels, historiques et idéologiques entre les deux mouvements. On s’intéressera ensuite à leurs divergences, dont certaines posent de réels problèmes. Mais auparavant, le terme « extrême droite » doit être précisé.

L’extrême droite : essai de définition

8La notion d’« extrême droite » est peu claire et donc difficile à définir. Cela tient essentiellement au fait qu’il s’agit d’un phénomène complexe, hétérogène et multiforme. L’extrême droite est si diverse et variée qu’il paraît quasiment impossible de lui appliquer une étiquette monolithique. En outre, la profusion de la littérature scientifique sur l’extrême droite a produit une prolifération de définitions et de terminologies, toutes différentes les unes des autres. Cette diversité remarquable a pour effet de rendre le concept encore plus ambigu. Ainsi que le souligne Roger Eatwell,

  • 12 R. Eatwell, « Right or rights ? The rise of the « new right » », in R. Eatwell and N. O’Sullivan, (...)

It is especially difficult to understand the nature of rightwing thought if an essentialist answer is sought… It is impossible to fit every single movement, thinker or ideology neatly… There are blurred edges between the categories ; and some individuals and movements seem to transcend the categories… Brief description of each style tends to create a picture of thought which is relatively cut and dried… However, as a whole, the right-wing tradition is multi-faceted, far from static, even imaginative12.

  • 13 Cas Mudde, op. cit., p. 11.

9Le politiste Cas Mudde a recensé pas moins de vingt-six définitions concurrentes de l’extrême droite contemporaine13. D’autres spécialistes ont retenu près d’une soixantaine de critères de définition. L’espace dévolu à cette étude ne permet de les examiner dans le détail ni de s’attarder sur le vaste débat autour des particularités de l’extrême droite. Nous définissons donc globalement l’extrême droite comme étant ultra-nationaliste, populiste et raciste. Cette définition est sans doute sommaire, mais elle constitue une base sur laquelle il est possible de s’appuyer pour déterminer les similitudes et les différences qui caractérisent l’extrémisme de droite en Europe et aux États-Unis.

Convergences

10Entre l’extrême droite américaine et l’extrême droite européenne, il y a des passerelles mais aussi des traits communs qui les relient, ce qui accrédite la thèse d’une droite radicale euro-américaine, pour reprendre l’expression de Jeffrey Kaplan et Leonard Weinberg, voire d’une internationale extrémiste. Les liens qui unissent les deux extrêmes droites sont de plusieurs ordres : historique, organique et idéologique.

Liens historiques

  • 14 A ce sujet, il est important de préciser, à la suite de Bert Klandermans et de Nonna Mayer, qu’« u (...)
  • 15 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 31.

11Sans jamais constituer un mouvement à part entière et encore moins un phénomène de masse, la droite radicale euro-américaine est le résultat du maillage d’une multitude de groupuscules européens et américains se réclamant de l’extrême droite. Si elle a acquis une grande visibilité dans les années quatre-vingt, ses origines remontent aux années vingt et trente, considérés comme l’âge d’or de l’extrémisme de droite dans le monde occidental. Au cours de cette période, fascistes et nazis européens transplantèrent leurs idéologies sur le sol américain en vue d’y créer des réseaux transcontinentaux. Ainsi, les États-Unis s’affirmèrent comme la nouvelle région d’implantation du fascisme et du nazisme14. Les rapports entre extrémistes européens et américains allaient se renforcer en faveur de l’arrivée de fascistes italiens, de nazis allemands, d’anti-communistes russes et de bien d’autres. Et comme le soulignent J. Kaplan et L. Weinberg, « fascist and Nazi ideas came to the United States principally in the context of émigré politics15 ».

12Avant l’arrivée du fascisme et du nazisme, l’extrémisme n’était pas totalement étranger à la mentalité américaine. Au XIXe siècle, la droite radicale – à forte dominante protestante – se caractérisait par ses réactions nativistes particulièrement virulentes. Des mouvements, tels que les Know Nothings, le Ku Klux Klan, l’American Party et l’American Protective Association s’attaquaient aux « nouveaux » immigrants européens (méditerranéens catholiques, Slaves orthodoxes, juifs), qu’ils accusaient de saper l’éthique puritaine et de provoquer, par là même, l’effondrement de la société américaine. A cause des structures sociales auxquelles ils étaient habitués, de leur mode de vie et de leur religion, ces nouveaux venus faisaient l’objet des attaques les plus violentes.

13La « peur rouge », qui déferla sur les États-Unis en 1919-1920 dans le sillage de la Révolution bolchevique, provoqua une vague d’hystérie anticommuniste et confirma les craintes de la plus grande majorité des Américains que le communisme, porteur d’athéisme et de matérialisme, constituait une réelle menace pour la société américaine. Mais les extrémistes américains (et européens) en rajoutèrent en soutenant que le communisme était un complot ourdi par les juifs dans le but de prendre le monde sous leur emprise. Cette thèse fut vigoureusement défendue par l’une des figures marquantes de cette époque, à savoir le pasteur protestant fondamentaliste, Gerald Winrod, qui créa en 1925 les Defenders of the Christian Faith.

14La Grande Dépression des années trente et la mise en place par le président Franklin D. Roosevelt du New Deal favorisèrent l’arrivée sur la scène politique d’une foule de démagogues d’extrême droite, tels que Huey Long, le Dr. Francis Townsend et William Lemke. Si ces deux derniers étaient inoffensifs, il n ‘ en était pas de même du pasteur évangélique Gerald L. K. Smith ou du père Charles Coughlin. Gerald L. K. Smith était le fondateur de la Christian Nationalist Crusade et de l’American First Party, tristement célèbres pour leur propagande raciste et antisémite. Après avoir soutenu F. D. Roosevelt, le père Coughlin changea rapidement d’attitude ; il se montra de plus en plus critique aussi bien à l’égard du New Deal, jugé comme un échec, qu’à l’égard de Roosevelt à qui il reprochait d’avoir partie liée avec les banquiers. Puis il se lança progressivement dans une offensive de type fasciste contre les juifs et les banquiers internationaux.

15Pendant cette période, des extrémistes d’origine européenne créèrent, sur le modèle européen, des groupes, tels que la Fascist League et le German American Bund, destinés à répandre le fascisme et le nazisme au sein des communautés italienne et allemande résidant aux États-Unis. Bien que ces groupes aient été de courte durée, ils avaient suscité l’admiration de dirigeants extrémistes américains, tels que Lawrence Dennis ou encore James Burnham.

16Les années quarante et cinquante furent marquées par un important activisme anticommuniste, qui atteignit son paroxysme avec la « chasse aux sorcières », mise en œuvre par le sénateur Joseph McCarthy. Cet activisme se manifestait en outre à travers un réseau regroupant des formations, telles que l’American Legion, les Daughters of the American Revolution, la John Birch Society, la Christian Crusade, la Christian Anti-Communism Crusade, la Church League of America, dont la plupart furent fondées par des pasteurs évangéliques et/ou fondamentalistes.

  • 16 Voir Michael Barkun, Religion and the Racist Right. The Origins of the Christian Identity Movement(...)

17Dans l’histoire de la droite radicale euro-américaine, les années quarante et cinquante sont particulièrement déterminantes, en ce qu’elles voient se développer sur le sol américain un courant religieux d’extrême droite, appelé Christian Identity. Loin d’être une doctrine monolithique spécifique à une seule église, la Christian Identity plonge ses racines dans une théorie religieuse qui porte le nom de British Israelism (anglo-israélisme) et qui s’épanouit en Angleterre dans la deuxième moitié du XIXe siècle16. Foncièrement antisémite, cette théorie s’appuie sur la dénonciation des juifs comme imposteurs parce qu’enfants de Satan. Pour les sectateurs de la Christian Identity, les anglo-Saxons descendraient des Tribus d’Israël et la Grande-Bretagne et sa colonie américaine, devenue les États-Unis, seraient le vrai Israël, réservé au « peuple élu ». En tant que descendants des Tribus perdues, les Israélites seraient donc les enfants de Dieu. En revanche, les juifs descendraient de Caïn, conçu par le Serpent (Satan ou son représentant) qui s’était frauduleusement introduit dans le sein d’Eve tout juste fécondée par Dieu pour donner naissance à Abel. Les deux enfants naquirent en même temps. Plus tard Abel fut tué par Caïn dont les descendants considérés comme juifs ou enfants de Dieu, n’étaient que des enfants de Satan. Quant aux Noirs et aux non-blancs (Asiatiques, Hispaniques,…), ils sont tous assimilés à des animaux, à éliminer pour le bien et le salut des vrais Israélites.

18Dans les années soixante-dix et quatre-vingt apparaît une myriade d’organisations d’extrême droite, soit au sein des différentes sectes religieuses, soit dans les multiples groupuscules de droite éclos ça et là. Les plus connues d’entre elles sont les Aryan Nations, la White Aryan Resistance, The Order, le Posse Comitatus. Sans oublier les innombrables milices paramilitaires. Ce qui unit toutes ces organisations ce sont des croyances communes en la supériorité de la race blanche, fondées sur les théories de la Christian Identity. Plus spécifiquement, elles s’appuient sur l’évangile tel que la Christian Identity l’interprète, et déclarent que les États-Unis se trouvent sous la coupe des juifs infiltrés à la tête des universités, des médias, des partis politiques et du gouvernement fédéral en vue d’adhérer à l’installation d’un gouvernement mondial sous la direction des Nations-Unis. Ce à quoi aspirent tous ces extrémistes, c’est en fin de compte d’établir un régime dans lequel les Blancs seuls détiendraient le pouvoir.

19L’on constate au terme de ce survol historique qu’en l’espace de deux générations, le mouvement des idées extrémistes a changé de direction. Au départ, c’était l’Europe qui « exportait » ses idéologies extrémistes vers les États-Unis, qui, comme on l’a noté, étaient déjà préparés par une longue tradition raciste. Dans les années soixante-dix, un renversement des rôles se produit, si bien que désormais ce sont les extrémistes américains qui servent de fournisseurs aux extrémistes européens. Ce changement aura pour effet d’intensifier les échanges idéologico-politiques entre les deux continents.

Liens organiques

  • 17 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 19.

20L’étroite collaboration entre les extrêmes droites européenne et américaine se confirme dès lors que l’on s’intéresse au mode de fonctionnement de ces organisations ou encore aux rapports entre leurs dirigeants. Ainsi que le disent très justement Jeffrey Kaplan et Leonard Weinberg, « the emerging Euro-American radical right does not lack enterprising individuals17 ». En effet, il y a régulièrement des visites aux États-Unis d’extrémistes européens notoires, tels que les révisionnistes britanniques, David Irving et Anthony Hancock, ou encore le célèbre activiste néo-nazi allemand, Manfred Poeder, et réciproquement des extrémistes américains en Europe. Sans compter le rôle important d’un mouvement skinhead très internationaliste.

21Nombre de révisionnistes européens, tels que les Français Robert Faurisson et Henri Roques, font partie du comité scientifique de l’Institute for Historical Review, un centre de recherche négationniste situé non loin de Los Angeles, et dont la branche européenne, appelée institut germano-autrichien d’histoire contemporaine, se trouve en Autriche.

  • 18 Roger Martin, AmériKKKa. Voyage dans l’internationale néo-fasciste, Paris, Calmann-Levy, 1995, p.  (...)
  • 19 David Matas, « The Extreme Right in the United Kingdom and France », in Aurel Braun & Stephen Sche (...)
  • 20 Roger Martin, op. cit., p. 307-14.

22Tom Metzger (le fondateur de la White Aryan Resistance), David Duke, Dennis Mahon, qui jouissent d’une grande respectabilité dans les milieux radicaux européens, sont à l’origine de l’implantation de branches du Ku Klux Klan et de la White Aryan Resistance en Suède, en Allemagne, au Royaume-Uni, ou encore en France. « En Allemagne, affirme Roger Martin, coexistent au moins trois Klans18 ». Il existe également un Ku Klux Klan anglais qui travaille en étroite collaboration avec le British National Party, qui a réussi, entre autres, à faire élire un conseiller municipal à Londres en septembre 1994. Les Western Goals, Revolutionary Conservatives, The British National Socialist Movement, Combat 18, Blood and Honor, The League of St George sont d’autres ramifications de l’extrême droite britannique19. En France, le skinhead Serge Ayoub, dit Batskin, crée en 1985 un premier Klan qui sera dissout peu de temps après. Fin 1988, Olivier Devalez crée le Klan français, dont le bulletin L’Empire Invisible consacre une large place aux théories négationnistes exposées par des révisionnistes américains, allemands ou canadiens. Harcelé par des poursuites judiciaires. Devalez a préféré quitter la France. Le Klan français est aujourd’hui plongé dans une semi-clandestinité20. Les ex-républiques socialistes n’ont pas, elles non plus, manqué d’intéresser le Klan et les nazis. Outre le développement du mouvement skinhead, comme dans toute l’Europe de l’Est, Moscou et Leningrad voient fleurir les gangs de motards se réclamant du Ku Klux Klan.

  • 21 Le site de la Law Enforcement Agency propose une note biographique très détaillée de plusieurs dir (...)

23L’échange d’idées, de renseignements et de matériels sont une pratique courante dans les milieux extrémistes de part et d’autre de l’Atlantique. Le BFV, organisme chargé de la protection de la constitution allemande et de la surveillance des groupes extrémistes, affirme qu’une grande partie de la propagande nazie et révisionniste qui circule illégalement en Allemagne provient des États-Unis et que Gary Lauck, le leader du NSDAP-AO, basé aux États-Unis, en est le premier fournisseur. Avant d’être arrêté au Danemark et extradé en Allemagne où il purge une longue peine pour incitation à la haine raciale et violation de loi, Lauck publiait des revues nazies en anglais et en allemand. Ernst Zundel, autre extrémiste allemand, installé au Canada, est aussi un grand spécialiste de la fabrication et la diffusion de matériel anti-sémite et néo-nazi21.

24La propagande est l’une des principales activités des groupes extrémistes. Outre les hot-lines qui, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, diffusent des diatribes racistes, il existe aux États-Unis et au Canada d’innombrables stations radio et de télévision contrôlées par des groupes d’extrême droite. Mais le support de propagande le plus utilisé par ces groupes est aujourd’hui Internet, qui leur permet de faire connaître leurs thèses dans le monde, de nouer des alliances, de contourner les lois, et de recruter de nouveaux adeptes. La « cybercommunauté » d’extrême droite, qui s’est créée grâce à Internet, déploie une importante activité afin d’assurer la pérennité de l’idéologie extrémiste bien au-delà des frontières géographiques.

Les liens idéologiques

  • 22 Kenneth S. Stern, A Force Upon the Plain. The American Militia Movement and the Politics of Hate, (...)

25En dépit de l’hétérogénéité inhérente aux extrêmes droites européenne et américaine, il existe une plate-forme doctrinale commune qui les distingue des autres partis et mouvements politiques. Confirmation de Kenneth S. Stern : « Anti-democratic and anti-Semitic right-wing groups around the world have shared strategies and ideology for decades22. » Comme on l’a noté plus haut, ultranationalisme, populisme et racisme constituent les principaux composants de l’idéologie de l’extrême droite.

26L’ultranationalisme des groupes d’extrême droite trouve plusieurs formes d’expression. D’abord, il se traduit par la valorisation de l’identité nationale, qu’elle soit ethnique, raciale ou culturelle. Forgée de deux exclusives – les étrangers et les gens du pays –, l’identité nationale se définit, dans ce contexte, par la négative : sont Français (Anglais, Allemands, Américains,…) tous ceux qui ne sont pas étrangers. A la base de cette vision de l’identité nationale, il y a une compréhension restrictive de la citoyenneté, qui se fonde sur le mythe d’une communauté culturellement et ethniquement homogène, une Voklsgemeinschaft, d’origine organiciste. Selon ce point de vue, seuls les citoyens de longue date comptent comme membres à part entière de la société civile. Corrélativement, les avantages de la citoyenneté doivent être accordés uniquement aux membres qui, comme citoyens ou contribuables, ont fait une contribution substantielle à la société. Partout, les groupes d’extrême droite accusent les partis politiques établis et toute la classe politique de favoriser activement l’émergence et l’établissement d’une « société multiraciale et multiculturelle ». Pour eux, la préservation de l’identité nationale implique le rejet strict du multiculturalisme, du cosmopolitisme et de l’internationalisme.

  • 23 Patrick J. Buchanan, The Death of the West, New York, St Martin’s Press, 2002, p. 9 & 228.

27L’autre corollaire de l’ultranationalisme, c’est la xénophobie qui se manifeste par une forte hostilité aux étrangers. La xénophobie n’a rien d’un phénomène nouveau. Mais, avec l’arrivée massive, de part et d’autre de l’Atlantique, d’immigrants issus du tiers-monde, elle a acquis une virulence toute particulière. Partout, les groupes extrémistes – tout autant que les grands partis – ont cherché, au cours des deux dernières décennies, à exploiter les sentiments anti-étrangers. Avec le délitement des liens sociaux, le sentiment d’insécurité a progressé et entraîné une demande d’appartenance, de communauté et d’identité à laquelle l’extrême droite tente de répondre. Pour Patrick J. Buchanan, « mass immigration risks the balkanization of America. » Et d’ajouter : « America and the West are facing the mass immigration of peoples of different colors, creeds, and cultures, changing the character of the West for ever23

28La percée de l’extrême droite dans les années quatre-vingt-dix est une réponse directe à ces mutations. Les immigrés ont joué le rôle de bouc émissaire des effets pervers du changement. Un rôle d’autant plus crédible qu’ils incarnent à la fois ce monde changeant et en voie de mondialisation et marquent l’impuissance de l’État-nation à s’adapter à ce nouvel environnement. D’autre part, les immigrés sont considérés comme étant responsables de la multiculturalité des sociétés occidentales et les prétendants illégitimes des bénéfices de l’État-providence. L’on constate que le programme politique des partis extrémistes prend souvent la forme d’un catalogue de revendications et de mesures, conçues non seulement pour ralentir le flux d’immigrants, et l’arrêter, mais aussi pour renverser l’évolution de la société multiculturelle en rapatriant ces immigrants qu’il estimait ne pas pouvoir – ou vouloir – assimiler.

  • 24 http://www.front-national.com/discours/2000/1mai2000htm.
  • 25 Patrick J. Buchanan, The Great Betrayal, Boston, Little, Brown and Company, 1998, p. 313.
  • 26 Ibid., p. 72.

29L’ultranationalisme s’exprime aussi par la résistance à la mondialisation, perçue comme une idéologie utopique qui vise à détruire les nations, à mélanger les peuples et les cultures, à balayer les barrières dans un effort pour effacer toutes les différences et finalement détruire le moindre sens de l’identité. L’extrême droite condamne plus particulièrement le processus de mondialisation de l’économie avec son idéologie néo-libérale et avec ses conséquences socio-culturelles, au motif que le primat de l’économie met en danger la souveraineté nationale en tant qu’instance légitime détentrice de l’autorité. Dans un discours prononcé le 1er mai 2000 par Jean-Marie Le Pen, le président du Front national qualifia la mondialisation – qu’il appelle « mondialisme » – de « monstrueuse utopie totalitaire qui exploite le phénomène économique de la mondialisation de l’information et des échanges [dans le but] d’atteindre une domination complète de la planète par la destruction des nations et de leur identité24 ». Même son de cloche du côté de Patrick J. Buchanan selon lequel « the WTO [World Trade Organization] is the embryonic trade ministry of a world government25. » Du même souffle, il s’en prend au gouvernement fédéral qui, dit-il, trahit le peuple américain en adhérant à des organisations internationales, telles que l’OMC ou encore l’ONU : « to transfer state sovereignty to a national government led by Washington, Adams, Jefferson, and Hamilton is a far cry from transferring US sovereignty to a global regime run by faceless foreign bureaucrats of the WTO or the UN. That would be tantamount to treason26.» En refusant le discours des dirigeants économiques, les partis d’extrême droite semblent restaurer le primat du politique, et partant, de la volonté populaire, fondement essentiel de la démocratie, mais qui est clos par une frontière sociale et politique essentielle : la nationalité. L’on notera au demeurant que l’extrême droite a une vision spirituelle de l’histoire et du monde, par opposition au matérialisme historique et au capitalisme libéral, qui postulent la primauté de l’économique sur le politique.

30De part et d’autre de l’Atlantique, le populisme occupe une place centrale dans le dispositif idéologique des formations d’extrême droite. Anti-système, le discours populiste s’articule autour de la dénonciation des dirigeants politiques, du monde des finances et des élites partisanes traditionnelles, tous accusés d’avoir dépossédé le peuple de sa souveraineté. Le but recherché est précisément de redonner au peuple sa souveraineté. Les groupes extrémistes doivent beaucoup de leur attrait électoral à leur habilité à se faire valoir comme les défenseurs des gens ordinaires. Ils prétendent être l’expression de la véritable volonté populaire et affirment représenter les intérêts de l’homme de la rue contre les élites politiques qu’ils accusent d’être non seulement coupées du peuple mais aussi et surtout incompétentes et corrompues. C’est sur cette base que les partis d’extrême droite ont séduit bien au-delà de leur clientèle traditionnelle. La captation de clientèles hétéroclites s’est faite souvent autour d’un commun rejet, par des « petites gens » en fort processus d’auto-dévalorisation sociale, de la figure de l’étranger ou de l’immigrant dont la présence est subie et vécue comme intrusive. La stratégie populiste poursuivie par l’extrême droite en appelle consciemment aux anxiétés, aux préjugés et au ressentiment les plus répandus, et les exploite pour faire des gains électoraux. Politiquement, l’extrême droite tire sa légitimité d’idées directement liées aux sentiments de l’électorat et de l’opinion publique plutôt que d’un ensemble bien défini d’idées. De manière concomitante, ses politiques ont souvent été vues comme opportunistes.

  • 27 Voir Hans-Georg Betz, « Contre la mondialisation : xénophobie, politiques identitaires et populism (...)

31Ces dernières années, l’extrême droite est allée au-delà du simple populisme d’exclusion pour adopter une nouvelle forme de « nativisme culturel » qui, au lieu de promouvoir la supériorité ethnique et ethnoculturelle, vise la protection du droit des peuples à maintenir et à défendre leur identité ethnoculturelle et religieuse. Comme le souligne Hans-Georg Betz, « le nativisme différencialiste repose sur l’idée selon laquelle la lutte politique contemporaine doit viser avant tout “à préserver la diversité du monde”27 ». Cette ligne argumentaire marque un éloignement important par rapport à la xénophobie simpliste des origines.

  • 28 Ibid., p. 22.
  • 29 Patrick J. Buchanan, The Death of the West, op. cit., p. 118.
  • 30 Bruno Maigret, « Discours du Salon de Provence », 16 septembre 2001, http://www.m-n-r.com/site/act (...)

32Dans la deuxième moitié des années quatre-vingt-dix, l’islamophobie est devenue un élément constitutif de l’idéologie populiste de la droite radicale. En 1999, la Liga Nord a défini l’islam comme l’une des « trois maladies de l’histoire », avec l’impérialisme romain et le communisme28. Depuis le 11 septembre 2001, les extrêmes droites européenne et américaine font de la lutte contre l’islam l’enjeu principal de leurs stratégies électorales. Patrick J. Buchanan affirme sur un ton alarmiste que « in Europe, Christian congregations are dying, churches are emptying out, and mosques are filling up29. » Pour l’extrême droite européenne, les attaques du 11 septembre contre les États-Unis représentèrent une puissante défense de leur position sur l’islam. Pour Bruno Mégret, ces attaques reflétaient la « confrontation entre deux mondes, un authentique choc des civilisations » qui précipita « la civilisation européenne et chrétienne contre la civilisation arabo-musulmane30 ».

33Ici et là, on s’oppose à la construction de mosquées et à l’établissement de cimetières musulmans, ou encore on demande que tous les membres de familles musulmanes soient déportés si l’un d’eux commet une offense criminelle. L’un des arguments avancés par les diverses formations d’extrême droite est que l’islam n’est pas une religion, mais un « programme politique » fondamentalement inconciliable avec la démocratie parce qu’il ne laisse aucune possibilité de décision personnelle. Soulignant l’oppression des femmes dans les pays musulmans, l’extrême droite décrit l’islam comme faisant la promotion de « pratiques médiévales » incompatibles avec la société moderne.

  • 31 Tiré d’un ouvrage, intitulé Nous autres racistes, cet extrait est cité par Christophe Bourseiller, (...)

34Raciste et anti-sémite, l’idéologie de l’extrême droite prêche un racisme suprématiste qui, s’appuyant sur une norme biologique « aryenne », affirme l’inégalité des races. Extrémistes européens et américains s’en prennent aux « ethnies qui, par métissage avec les races jaunes ou noires, ou par évolution divergente, se sont séparées de la race blanche31 ». Il convient cependant d’ajouter que depuis peu le racisme de l’extrême droite, devenu beaucoup plus sophistiqué, et beaucoup plus difficile à combattre, s’appuie sur le principe de « l’égalité dans la différence raciale ». Désormais, on ne vit plus le rapport aux autres races dans un contexte de rivalité et d’antagonisme.

35L’autre grand ennemi de l’extrême droite, c’est bien sûr le juif qu’elle considère comme la source du mal et qu’elle soupçonne de faire partie du même complot de l’internationalisme pour la prise du pouvoir par un gouvernement unique (One World Government). La délirante logique animant l’extrême droite est toujours paranoïaque : elle est basée sur la certitude qu’un complot universel se trame contre l’homme blanc. Aux États-Unis, beaucoup sont convaincus de l’existence d’une gigantesque conspiration judéo-communiste internationale, visant à placer le pays sous la domination de l’ONU, ou sous le contrôle des banquiers internationaux. Ces sentiments sont partagés par des extrémistes européens qui estiment qu’une conspiration juive, Zionist Occupation Government, est à l’œuvre à l’échelle mondiale.

Divergences

36Comme il y a des convergences entre les extrêmes droites américaine et européenne, il y a aussi certains éléments programmatiques et idéologiques qui les opposent. Au contraire des partis d’extrême droite européens qui paraissent aujourd’hui ancrés dans la vie politique européenne et qui réalisent une percée électorale suffisante pour avoir un impact sur l’équilibre électoral des formations traditionnelles, l’extrême droite américaine – on l’a déjà noté – est hors du jeu politique ; elle s’avère incapable d’influencer d’une manière significative le débat politique. Aux États-Unis, la représentation bipolaire de l’espace politique est en somme plus prégnante qu’en Europe.

37La deuxième différence est d’ordre juridique. Pour des raisons historiques évidentes, la plupart des pays européens imposent, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des restrictions sur les activités des partis d’extrême droite. En Autriche, en Allemagne, en France, en Italie, les manifestations racistes et la diffusion de propagande de même nature sont formellement interdites. Dans ces pays, les partis d’extrême droite peuvent se développer, mais ils sont tenus de respecter la loi. Faute de quoi, ils sont poursuivis en justice. Aux États-Unis, le premier Amendement ne permet pas à l’État (fédéral et fédéré) de restreindre la liberté d’expression des partis d’extrême droite, même si leur rhétorique est franchement raciste.

  • 32 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 43.

38Les mouvements d’extrême droite américains se singularisent aussi par l’importance qu’ils accordent à la religion, et plus particulièrement par le strict respect de la Bible, qu’ils interprètent littéralement et qu’ils citent abondamment. « Specifically, » précisent J. Kaplan et L. Weinberg, « the role of religion and religious practitioners became far more important in the United States than had been the case with fascists and Nazi movements in Europe32. » Cela tient évidemment à l’exceptionnelle religiosité du peuple américain. En se basant sur une lecture littérale et littéraliste du livre de l’Apocalypse, les adeptes de l’extrême droite concluent à la proximité de la fin des temps. Ils sont convaincus que les hommes vivent les derniers jours avant l’achèvement des temps. D’autre part, la religiosité de l’extrême droite s’inspire largement des théories de la Christian Identity (Identité chrétienne), dont il était question plus haut. L’on remarquera enfin que bon nombre de dirigeants – aussi bien passés que présents – de l’extrême droite américaine sont des pasteurs, souvent ordonnés par des dénominations sectaires. Pami les plus connus d’entre eux, il y avait Gerald Winrod, Gerald L. K. Smith, le père Charles Coughlin, Herbert Armonstrong. Dans les rangs des contemporains figurent les révérends Richard Butler, Norman Olson, Carl Franklin, Pete Peters.

  • 33 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 63.
  • 34 Michi Ebbata, « Right-Wing Extremism : In Search of a Definition », Aurel Braun and Stephen Schein (...)

39L’extrême droite américaine est beaucoup plus violente que l’extrême droite européenne. Le deuxième Amendement de la Constitution américaine autorisant le port d’arme y est sans doute pour beaucoup, même s’il n’a jamais incité à la violence. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, les attaques contre les bâtiments gouvernementaux, les banques, les chemins de fer et les cliniques se multiplient. Noirs, juifs, hispaniques, asiatiques, homosexuels continuent d’être des cibles de choix de l’extrême droite américaine. « No other Western democracy, » soulignent Jeffrey Kaplan et Leonard Weinberg, « confronts the same kind of violent threat currently posed by America’s right-wing extremists33. » A l’exception de l’Italie dans les années soixante-dix, les cibles des attaques de l’extrême droite européenne sont essentiellement des groupes ethniques minoritaires et leurs institutions, et non l’État en soi, comme aux États-Unis. En Europe, les camps retranchés, comme ceux des milices paramilitaires américaines, ne doivent pas être très nombreux. Sachant que la violence ne peut que les discréditer et desservir leur cause, les partis d’extrême droite européens se montrent moins prompts à passer à l’acte. « Radical right parties seeking electoral success, » rappelle Michi Ebbata, « do not obviously embrace and participate in physical violence and thus jeopardize their success34. » Se faisant, l’extrême droite européenne fait preuve de plus de réalisme.

  • 35 Philip Lamy, Millennium Rage. Survivalists, White Supremacists, and the Doomsday Prophecy, New Yor (...)

40Alors que beaucoup de groupes extrémistes européens rejettent le système démocratique et cherchent à rétablir des dictatures d’un autre âge, l‘extrême droite américaine ne remet en question ni la Constitution ni les principes démocratiques sur lesquels se fonde la nation américaine. Elle s’emploie à promouvoir un ordre politique en fonction des principes fondateurs du républicanisme américain. S’il est vrai qu’aux États-Unis, les franges extrémistes appellent de leurs vœux le démantèlement de l’État fédéral, c’est essentiellement pour le remplacer par des institutions locales qui sont perçues plus compatibles avec la lettre et l’esprit de la Constitution et les origines de la république américaine. Comme le fait remarquer Philip Lamy, « the Posse believes in a literal interpretation of the Constitution which they claim was given to our nation’s founding fathers by God himself35. »

Problématique

  • 36 Umberto Bossi cité par Hans-Georg Betz, op. cit., p. 22.

41Au sein de l’extrême droite européenne prévaut un fort sentiment anti-américain qui affecte nécessairement les relations entre les deux mouvements. A titre d’exemple, le leader de la Liga Nord, Umberto Bossi, estimait que « l’invasion » venant de l’extérieur de l’Europe occidentale était liée de façon complexe à « l’idéologie américaine de mondialismo […] qui tente d’imposer sur toute l’Europe une société multiraciale dans le but d’affaiblir l’Ancien continent et de le subordonner encore davantage à la superpuissance américaine36 ». Bossi condamne le capitalisme à l’américaine, qu’il juge comme individualiste, sans soins de santé minimaux garantis. Qui plus est, le capitalisme détruit, toujours selon Bossi, les petites entreprises et conduit au chômage de masse tout en permettant aux États-Unis de regagner la position économique perdue avec la création de l’Union européenne en 1993.

  • 37 Ibid., p. 23.

42L’anti-américanisme sans compromis de la Lega était encore une fois évident dans sa véhémente objection à la campagne de l’OTAN contre la Yougoslavie sur la question du Kosovo. D’après Umberto Bossi, c’était une tentative américaine pour obtenir un pied-à-terre dans les Balkans « afin de prévenir ce que Washington craignait le plus, à savoir l’union commerciale et géopolitique entre nous autres Européens et la région russe37 ». La guerre de l’OTAN contre la Yougoslavie serait essentiellement conçue par les États-Unis pour compromettre la construction d’une Europe indépendante et forte et l’empêcher de les défier économiquement.

43Les raisons de ce sentiment anti-américain sont triple. Premièrement, les néo-nazis allemands et les néo-fascistes italiens en veulent aux États-Unis pour leur rôle dans la défaite des forces de l’Axe lors de la Seconde Guerre mondiale. Deuxièmement, les États-Unis sont considérés par beaucoup d’extrémistes européens comme un anti-modèle, compte tenu du caractère multiculturel et multiracial de la société américaine. Troisièmement, la culture américaine – films, musique, restauration rapide – est jugée dangereuse pour les valeurs morales traditionnelles.

Conclusion

44L’extrémisme de droite apparaît comme un phénomène multiforme dont l’unité se retrouve essentiellement dans le refus du principe fondamental de l’égalité humaine. En dépit de l’existence de similitudes idéologiques et organisationnelles entre les extrêmes droites européenne et américaine, des divergences profondes rendent leurs rapports difficiles ; la preuve en est qu’elles ne réussissent pas à faire front commun. L’extrémisme de droite, de part et d’autre de l’Atlantique, souffre de manque d’unité, et ce, malgré tous les efforts déployés à cet effet. Les mouvements d’extrême droite ont tendance à se fragmenter en petites unités indépendantes. En Europe, il y a eu plusieurs tentatives pour mettre en place un mouvement européen transnational. Dans les années trente, par exemple, des extrémistes italiens avaient essayé de mettre sur pied une Internationale fasciste européenne. Mais les dissensions internes furent telles que l’initiative n’avait pas abouti.

45Pour autant, l’extrême droite ne doit pas être sous-estimée. La progression du vote d’extrême droite dans certains pays européens constitue un sujet d’inquiétude pour les défenseurs de la démocratie. La mise en place de système de filtrage ou de contrôle au niveau d’Internet pourrait servir à empêcher les rapports entre ces mouvements de se développer. Il y aussi les institutions nationales et internationales qui ont un rôle à jouer. Des organismes français, tels que la LICRA et le MRAP coopèrent avec le Parlement européen. Aux États-Unis, l’Anti-Defamation League, l’American Jewish Congress et le Southern Poverty Law Center intentent en permanence des procès à l’encontre de l’extrême droite. Le danger que représentent les thèses extrémistes est tel que le relâchement de la vigilance à leur égard pourrait était lourd de conséquences.

Notes

1 Atteignant un score de 11,2 % en 1984, Jean-Marie Le Pen a réussi à sortir son parti de l’état groupusculaire dans lequel il se trouvait depuis sa création en 1972. Après avoir recueilli 14,32 % des suffrages aux élections présidentielles de 1988 et 15,01 % à celles de 1995, Jean-Marie Le Pen obtint aux élections présidentielles du 21 avril 2002 16,86 % des votes exprimés soit 4,8 millions de voix sur 28,5 millions de votes exprimés. Sur l’« accident politique » d’avril 2002, voir Erwan Lecoeur, Un néo-populisme à la française, La Découverte, 2003.

2 Lors des plus récentes élections locales en Belgique, le Vlaams Blok a recueilli plus de 35 % du vote à Antwerp, confirmant sa position de plus grand parti dans une des villes les plus affluentes d’Europe occidentale.

3 En Autriche, le FPÖ obtient 26,9 % des suffrages exprimés aux élections législatives du 3 octobre 1999. Avec l’entrée en février 2000 du FPÖ aux côtés de l’ÖVP, parti de droite classique, dans l’équipe gouvernementale autrichienne, c’est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale qu’une formation d’extrême droite intègre un gouvernement d’un pays européen.

4 Sabrina P. Ramet (ed.), The Radical Right in Central and Eastern Europe since 1989, University Park, Pennsylvania, Pennsylvania State University Press, 1999.

5 Le Parti libéral démocrate, fondé en 1990 par Vladimir Wolfovitch Jirinovski, était le premier parti politique non communiste légalisé en (ex)-URSS depuis la Révolution. Sur Jirinovski, voir Didier Daeninckx et Pierre Drachling, Jirinovski. Le Russe qui fait trembler le monde, Le cherche midi éditeur, 1994.

6 Stephen Scheinberg « Right-Wing Extremism in the United States » in Aurel Braun and Stephen Scheinberg (eds), The Extreme Right. Freedom and Security at Risk, Boulder, Colorado, Westview Press, 1997, p. 64-65.

7 David Duke, ancien « sorcier impérial » du Ku Klux Klan de Louisiane et fondateur de la National Association for the Advancement of White People, est élu à la Chambre basse de cet État sous l’étiquette de Républicain. Il se présente aux élections de 1988 et de 1990 en tant que candidat du Parti Populiste.

8 Voir Russ Bellant, Old Nazis, the New Right, and the Republican Party, Boston, MA, South End Press, 1991.

9 Ces chiffres sont disponibles sur le site du FBI : http://www.fbi.gov/ucr/ucr.htm (consulté le 01/09/2003). On peut également visiter le site du National Center for Victims for Crime qui fournit des explications à ce sujet : http://www.ncvc.org/resources/statistics/hatecrime/. Il convient d’ajouter que le chiffrage de la haine est rendu obligatoire par le Hate Crime Statistics Act de 1990.

10 Parmi les études les plus récentes, voir Herbert Kitschelt, The radical Right in Western Europe, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1995. Aurel Braun and Stephen Scheinberg (eds), The Extreme Right. Freedom and Security at Risk, Boulder, Colorado, Westview Press, 1997. Cas Mudde, The Ideology of the Extreme Right, Manchester, Manchester University Press, 2000. Paul Hainsworth (sous la dir. de), The Politics of the Extreme Right, London, Pinter, 2000. Pascal Perrineau (sous la dir. de), Les croisés de la société fermée. L’Europe des extrêmes droites, Éditions de l’Aube, 2001.

11 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, The Emergence of a Euro-American Radical Right, New Brunswick, New Jersey, and London, Rutgers University Press, 1998, p. 7.

12 R. Eatwell, « Right or rights ? The rise of the « new right » », in R. Eatwell and N. O’Sullivan, The Nature of the Right, London, Pinter, 1989, p. 74-75.

13 Cas Mudde, op. cit., p. 11.

14 A ce sujet, il est important de préciser, à la suite de Bert Klandermans et de Nonna Mayer, qu’« un vif débat oppose les tenants de la ‘ continuité’des extrêmes droites contemporaines avec le nazisme et le fascisme, à ceux qui y voient une radicale nouveauté. Mais en fait, on ne dispose pas à ce jour de vérification empirique systématique de cette filiation ni de son absence », Bert Klandermans et Nonna Mayer, « Militer à l’extrême droite », in Pascal Perrineau (sous la dir. de), op. cit., p. 154.

15 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 31.

16 Voir Michael Barkun, Religion and the Racist Right. The Origins of the Christian Identity Movement, Chapel Hill & London, The University of North Carolina Press, 1997.

17 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 19.

18 Roger Martin, AmériKKKa. Voyage dans l’internationale néo-fasciste, Paris, Calmann-Levy, 1995, p. 303.

19 David Matas, « The Extreme Right in the United Kingdom and France », in Aurel Braun & Stephen Scheinberg (eds), op. cit., p. 87.

20 Roger Martin, op. cit., p. 307-14.

21 Le site de la Law Enforcement Agency propose une note biographique très détaillée de plusieurs dirigeants d‘extrême droite, dont Ernest Zundel : http://www.adl.org/learn/ext_us/zundel.asp?xpicked=2&item=zundel. On peut également consulter le propre site de Zundel, créé en 1995 : http://www.zundelsite.org.

22 Kenneth S. Stern, A Force Upon the Plain. The American Militia Movement and the Politics of Hate, Norman and London, University of Oklahoma Press, 1997, p. 243.

23 Patrick J. Buchanan, The Death of the West, New York, St Martin’s Press, 2002, p. 9 & 228.

24 http://www.front-national.com/discours/2000/1mai2000htm.

25 Patrick J. Buchanan, The Great Betrayal, Boston, Little, Brown and Company, 1998, p. 313.

26 Ibid., p. 72.

27 Voir Hans-Georg Betz, « Contre la mondialisation : xénophobie, politiques identitaires et populisme d’exclusion en Europe occidentale », Politique et sociétés, vol. 21, n° 2, 2002, p. 13.

28 Ibid., p. 22.

29 Patrick J. Buchanan, The Death of the West, op. cit., p. 118.

30 Bruno Maigret, « Discours du Salon de Provence », 16 septembre 2001, http://www.m-n-r.com/site/actualite/discours.php3?ID=84&cat=de%20Bruno%20MEGRET

31 Tiré d’un ouvrage, intitulé Nous autres racistes, cet extrait est cité par Christophe Bourseiller, La nouvelle extrême droite, Éditions du Rocher, 2002, p. 47.

32 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 43.

33 Jeffrey Kaplan & Leonard Weinberg, op. cit., p. 63.

34 Michi Ebbata, « Right-Wing Extremism : In Search of a Definition », Aurel Braun and Stephen Scheinberg (eds), p. 17.

35 Philip Lamy, Millennium Rage. Survivalists, White Supremacists, and the Doomsday Prophecy, New York & London, Plenum Press, 1996, p. 124.

36 Umberto Bossi cité par Hans-Georg Betz, op. cit., p. 22.

37 Ibid., p. 23.

Auteur

Professeur de civilisation américaine à l’Université de Valenciennes

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540