Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

États-Unis / Europe

 | 
Mokhtar Ben Barka
, 
Jean-Marie Ruiz

Avant-propos

Jean-Marie Ruiz und Mokhtar Ben Barka

Volltext

1Les relations entre les États-Unis et l’Europe n’ont jamais été « un long fleuve tranquille », elles ont connu des turbulences à toutes les époques. Peu après la création de la république fédérale, ces turbulences étaient liées au passé colonial des États-Unis et à leur volonté de s’en démarquer. Par la suite, elles peuvent s’expliquer par la rivalité croissante entre les deux pôles du monde occidental au fur et à mesure de la montée en puissance de l’un d’entre eux et du déclin de l’autre – ou plutôt des autres, puisque l’Europe n’a jamais présenté la cohésion nécessaire pour être un acteur unique dans les relations transatlantiques. L’unification du Vieux Continent à partir de 1947, avec la bénédiction des États-Unis, et la nature des relations transatlantiques durant la période qui suivit sont indissociables des impératifs de la guerre froide. Aussi eût-il été étonnant que ces relations ne soient pas profondément affectées par la désagrégation du bloc soviétique, à un moment où l’unification européenne connaissait par ailleurs une inflexion majeure, tout en laissant aux seuls États-Unis le rôle de gendarme planétaire qu’ils avaient acquis durant la guerre froide. Durant cette dernière, de la crise de Suez à celle des euromissiles des années 80 en passant par les coups d’éclats gaullistes, les relations atlantiques ont connu bien des péripéties, mais l’Europe et les États-Unis avaient néanmoins des raisons impérieuses pour ne pas laisser se dégrader leurs relations et ils partageaient la même analyse de ce qui était nécessaire à leur sécurité. Nous pouvons aujourd’hui nous demander si tel est encore le cas.

2En dépit de la disparition du Grand Ennemi, le changement ne fut pas perceptible immédiatement. Les relations privilégiées entre l’Amérique et l’Europe demeurèrent sous la présidence de Bush père et sous celle de son successeur, Bill Clinton, qui tenaient tous deux à préserver un cadre multilatéral en dépit de la nouvelle situation unipolaire. Le Nouvel Ordre mondial cher à George Bush était certes basé sur la suprématie des États-Unis, mais l’ordre et la sécurité qu’ils devaient préserver n’en étaient pas moins conçus comme « collectifs » et la vision sous jacente était celle d’un monde où la collaboration entre États (notamment entre le Vieux et le Nouveau Continent) sous l’égide des États-Unis serait la mieux à même de maintenir la paix. Une telle vision des choses reflétait l’optimisme suscité par la chute du mur de Berlin, la réunification de l’Europe, et le triomphe des valeurs occidentales. C’est le contexte dans lequel Francis Fukuyama a élaboré sa thèse d’une « fin de l’histoire », qui selon son auteur était surtout effective dans le monde occidental, et constituait à ce titre un élément commun à l’Amérique et à l’Europe. Elle reflétait aussi une conception de la diplomatie qui était elle-même assez européenne, en ce sens qu’elle était basée sur les alliances, sur l’intérêt commun plus que sur les valeurs communes. Cette tradition « réaliste » qui s’est imposée dès le début de la guerre froide et a prévalu durant toute la carrière politique de Bush père, n’est pas étrangère à sa décision de ne pas déstabiliser l’Irak lors de la guerre du Golfe pour maintenir un équilibre des puissances au Moyen-Orient. Même dominé par la puissance militaire des États-Unis, le monde conçu par George Bush et ses conseillers restait fondamentalement pluriel et anarchique et la notion d’« équilibre » restait, avec les alliances, les seules solutions envisagées pour instiller un ordre international minimum. Il s’agissait plus de mettre en place des garde-fous pour limiter l’instabilité jugée inhérente aux relations internationales que de changer le monde. Bill Clinton critiqua beaucoup l’absence de vision et d’audace de son prédécesseur durant sa campagne, mais son « wilsonisme pragmatique » était loin de constituer une remise en cause radicale des préceptes hérités de la guerre froide – primauté de l’intérêt national, caractère limité des objectifs poursuivis, multilatéralisme notamment – qui rendaient l’action extérieure des États-Unis tout à fait intelligible à l’Europe et facilitaient la collaboration. L’expérience du pouvoir, les résultats assez désastreux des interventions humanitaires en Somalie et en Haïti incitèrent Clinton à revenir à l’orthodoxie réaliste (pas d’intervention là où l’intérêt national n’était pas clairement établi), tout en profitant du contexte de pacification pour développer la politique commerciale et en faire un élément de démocratisation, notamment en ce qui concerne la Chine, ce qui là encore était davantage compatible avec l’approche européenne, plus volontiers orientée vers le dialogue et le maintien de relations commerciales que vers une politique de sanctions envers les pays irrespectueux des droits de l’homme.

3On voit par conséquent que cette période était globalement favorable à l’idée d’une « communauté transatlantique », d’une coopération si ce n’est naturelle, du moins rationnelle entre les deux pôles de cet Occident qui venait de gagner la guerre froide. Quinze ans après, il est frappant de constater l’ampleur du changement dans les relations transatlantiques, sous la présidence du fils de George Bush. Ce changement ne coïncide toutefois pas exactement avec l’arrivée du nouveau président et de son équipe, laquelle comportait des personnalités qui, tel Colin Powell, avaient joué un rôle de premier plan durant le mandat de Bush père et partageaient tout à fait sa vision des relations internationales. Sa nomination au poste de Secrétaire d’État, ainsi que celle de Condoleezza Rice en tant que National Security Adviser laissaient même penser que George W. Bush désirait éradiquer toute prétention à changer le monde et toute dimension idéaliste pour revenir à une politique étrangère exclusivement basée sur l’intérêt national. Il va sans dire que cette pensée est aujourd’hui caduque, tant ce qu’est devenue sa politique étrangère diffère de cette première impression. Des signes avant-coureurs d’un changement d’attitude envers les organisations internationales apparurent avant même les attentats du 11 septembre 2001, lorsque le nouveau président refusa de ratifier le Protocole de Kyoto sur les gaz à effet de serre, et condamna le multilatéralisme de son prédécesseur. Mais ce sont bien ces attentats qui sont à l’origine d’un tournant dans la définition de la politique étrangère et, par voie de conséquence, dans les relations transatlantiques, dans la mesure où ils permirent aux « néo-conservateurs » de prendre le dessus sur les représentants de la tradition « réaliste » au sein de l’Administration. Certes, depuis sa réélection, le président Bush semble avoir opéré un rééquilibrage en faveur de la tradition réaliste, mais la pensée néoconservatrice ne disparaîtra pas pour autant et continuera d’être une source potentielle de conflit transatlantique. Le lecteur désireux de comprendre pourquoi trouvera des réponses dans les contributions à cet ouvrage, mais il est utile de dire ici en quoi son essor portait en germe l’incompréhension et la mésentente avec l’Europe.

4Leurs idées étant inséparables du contexte dans lequel elles ont été élaborées, un rapide historique n’est pas non plus inutile. Ceux que l’on appelle « néo-conservateurs » sont nés d’une scission avec leur partis respectifs, les partis républicain et démocrate, dans les années 70, et peuvent par conséquent être considérés comme un des avatars liés à la perte de consensus politique caractéristique de cette période de l’histoire des États-Unis. Les transfuges néoconservateurs du parti démocrate s’opposaient à la Realpolitik du président Nixon, qui, sous la houlette de Henry Kissinger, s’évertua à faire de la politique étrangère américaine un art diplomatique à part entière où les valeurs et principes moraux ordinaires n’avaient que peu de place. Ils s’opposèrent tout autant, et furent en cela rejoints par les transfuges néo-conservateurs du parti républicain, à la politique du Président Carter, jugée trop molle à l’égard du communisme. Aussi furent-ils séduits par la politique extérieure de Ronald Reagan, dans la mesure où elle incarnait à la fois une ligne dure contre le communisme international et une rhétorique exaltant les valeurs américaines et leur importance dans la définition de la politique étrangère. En un mot, les néo-conservateurs étaient, dès le départ, favorables à une nouvelle approche diplomatique, conjuguant à la fois certains aspects de la tradition wilsonienne, ou ce que les Américains appellent « l’internationalisme libéral » (accent sur les valeurs et la moralité, activisme visant à promouvoir ces valeurs dans le monde) et d’autres aspects qui, pendant longtemps, avaient été perçus comme l’anti-thèse de cette tradition : primat de la puissance militaire par rapport à la négociation internationale et la diplomatie, hostilité à l’égard des institutions internationales telles que l’ONU, jugée impotente, unilatéralisme.

5C’est peut-être en partie en vertu de leur capacité de synthèse, bienvenue dans une période où les doctrines héritées de la guerre froide devaient être adaptées ou remplacées que les néo-conservateurs participèrent à toutes les administrations républicaines depuis les années 80. Reagan lui-même, certainement de par sa connaissance limitée des affaires internationales, fit une place à Richard Perle et Jeane Kirkpatrick, malgré leur incompatibilité avec d’autres membres du gouvernement comme Alexander Haig et George Shultz, dignes représentants de la tradition réaliste. En dépit de son attachement à cette dernière, Bush père fit de même et s’entoura à la fois de Realpolitikers patentés (formés à l’école d’Henry Kissinger) comme Brent Scowcroft et James Baker et de néo-conservateurs déjà notoires comme Dick Cheney et Paul Wolfowitz. Enfin, George W. Bush suivit l’exemple de ses prédécesseurs républicains en s’entourant de représentants de différentes écoles : Colin Powell et Condoleezza Rice du côté de la tradition plutôt réaliste, partisans d’un recentrage de la politique étrangère sur l’intérêt national défini de façon minimaliste, et Donald Rumsfeld, Richard Perle, toujours Paul Wolfowitz et Dick Cheney du côté néo-conservateur. Ces derniers étaient désormais connus pour leur prise de position et leur critique de l’administration Clinton, à qui ils reprochaient non pas d’être trop wilsonienne – cette critique émanait plutôt du courant réaliste, kissingérien – mais au contraire d’être trop timorée et trop peu encline à utiliser la puissance des États-Unis pour propager les valeurs occidentales de façon déterminée.

6On devine aisément que ce regain de messianisme et de nationalisme, déjà patents dans la diplomatie reaganienne, était plus difficilement conciliable avec l’approche diplomatique généralement privilégiée par les États européens, (surtout ceux de l’Europe occidentale) et avec l’opinion publique européenne, généralement suspicieuse de toute politique néo-impérialiste, fût-elle « bienveillante », comme Robert Kagan l’affirmait en 1998 dans un article publié dans la revue Foreign Policy. Plus généralement, tout activisme américain sur une scène internationale unipolaire et dominée par les États-Unis avait peu de chance d’être accepté sans heurt par l’Europe, a fortiori dans un contexte également caractérisé par une différenciation croissante entre les deux rives de l’Atlantique du point de vue des valeurs et de l’évolution des sociétés et des mentalités. Pour dire les choses autrement, les valeurs et principes défendus par les néo-conservateurs sont trop spécifiquement américains pour faire l’objet d’un consensus transatlantique. La nouvelle doctrine de politique étrangère (basée essentiellement sur le principe de préemption, et sur le but explicite du maintien de l’hégémonie des États-Unis et donc d’un monde unipolaire), élaborée au lendemain des attentats de septembre 2001 et portant la marque des néo-conservateurs, constitue une sérieuse remise en cause de principes politiques auxquels les États européens sont viscéralement attachés. Contrairement à la défunte dissuasion en vigueur durant la guerre froide, la préemption fait peu de cas de la souveraineté des États, pourtant reconnue et défendue par l’Organisation des Nations Unies. L’administration actuelle donne l’impression que seule la souveraineté des États qui sont capables d’agir contre le terrorisme sera respectée. Dans le même temps, les États-Unis néo-conservateurs n’hésitent pas à réaffirmer leur propre souveraineté – notamment en refusant d’être liés par des accords internationaux tels que le traité ABM ou la Cour Internationale de Justice – et à agir de façon unilatérale.

7S’il est vrai que la fin de la guerre froide constituait un terrain favorable à une distanciation, ce qui explique avant tout la détérioration des relations transatlantiques est donc l’essor des néo-conservateurs et d’une nouvelle conception des relations internationales et de la politique étrangère après les attentats de 2001. Ces désaccords et le divorce entre les opinions publiques européennes et américaine étaient déjà patents dès l’entrée en fonction de George W Bush, qui n’a jamais été apprécié de ce côté-ci de l’Atlantique, mais c’est à l’occasion de la guerre d’Irak, qui comme chacun sait porte la marque des néo-conservateurs, qu’ils se sont illustrés au grand jour. L’opposition de nombre de pays européens à cette guerre reflète surtout les divergences transatlantiques sur la façon d’interpréter le monde contemporain, de gérer les nouvelles menaces, de concevoir le rôle des États-Unis dans ce monde, à un moment où les néo-conservateurs réussirent à faire prévaloir leurs vues dans ces domaines. Le rôle de leader que la France a assumé dans le mouvement anti-guerre reflète des points de vue diamétralement opposés sur ce que devait être la structure du milieu international de l’après-guerre froide et sur les fondements de l’ordre international et de la paix, et c’est précisément la raison pour laquelle la France est immédiatement devenue la bête noire du milieu néoconservateur.

8Parallèlement à ces polémiques, les antiennes relatives à la « fin de l’Occident » ou au déclin supposé des États-Unis ont été remis au goût du jour, avec un certain succès de part et d’autre de l’Atlantique. En France, le livre d’Emmanuel Todd, Après l’empire, paru en 2002, a renoué avec l’analyse du déclin américain qui avait été brillamment exposé par Paul Kennedy quelques dix ans plus tôt, tandis qu’aux États-Unis, les néo-conservateurs stigmatisaient eux aussi la décadence de l’Europe. Sans aller jusque là, l’un d’entre eux, Robert Kagan, en 2002 également, fit un tabac en Europe même avec la publication d’un article (bientôt édité sous forme de livre) au titre évocateur : « Power and Weakness ». Ces deux ouvrages ont suscité un débat sur les causes du désaccord transatlantique, et sur la question de savoir s’il était profond ou passager. Pour Todd, il se confond avec ce qu’il appelle « la décomposition du système américain », et est par conséquent lié à la situation intérieure des États-Unis, tandis que pour Kagan, c’est le degré de puissance respectif et son caractère asymétrique qui explique les divergences. Leurs thèses ont fait l’objet de nombreuses critiques, et d’autres raisons à ces divergences ont été proposées. Dans un numéro de la revue Le débat en partie consacré au livre d’E. Todd (n° 123, janvier-février 2003), Philippe Raynaud en vient à penser qu’elles sont imputables à l’état du système international actuel, qui dicte plus ou moins l’attitude des États-Unis envers leurs alliés, plutôt qu’à un déclin américain. Dans un article très incisif intitulé « Ni Todd, ni Revel. Pour un regard lucide sur les États-Unis », (Esprit, février 2004) Justin Vaïsse critique le caractère erroné et simpliste de la thèse du déclin, et suggère que les vraies raisons du fossé transatlantique sont liées à l’unilatéralisme de la politique américaine après le 11 septembre 2001. Quant à la thèse de Kagan, elle a – elle aussi – suscité beaucoup de réactions, notamment de la part de Pierre Hassner, Jean-Marc Ferry, et Pierre Guerlain dont on pourra lire les analyses dans cet ouvrage. Bornonsnous ici à dire que leurs critiques concernent le caractère stéréotypé, simpliste, et souvent erroné de la pensée de Kagan, qui stigmatise l’histoire de l’Europe et des États-Unis pour trouver une explication rationnelle à leurs relations actuelles.

9Ce que ces critiques montrent, c’est que les relations et les comparaisons entre les États-Unis et l’Europe sont tellement variées qu’il serait vain de vouloir décrire leurs multiples aspects ou tirer une conclusion définitive dans un seul ouvrage. Au delà des polémiques et des analyses à l’emporte-pièce, comprendre les relations transatlantiques dans leurs différentes dimensions requiert une approche diversifiée capable d’appréhender des aspects très divers. Ce qui frappe les esprits désireux de prendre en compte les relations transatlantiques dans leur globalité depuis l’arrivée au pouvoir de G. W. Bush, c’est à la fois le fossé grandissant sur le plan diplomatique et culturel (symbolisé par l’ampleur des manifestations européennes hostiles à la guerre d’Irak) et une certaine similitude, tout aussi frappante pour l’observateur averti, dans les problèmes politiques qui se posent ou encore entre l’évolution de l’Union européenne et l’histoire des États-Unis, qui chacune à sa manière, représente une évolution majeure de la théorie fédéraliste. Depuis 2001, le caractère ambivalent et paradoxal de ce constat demeure, sans doute pérennisé par la réélection de G. W. Bush : la nouvelle doctrine américaine continue d’engendrer des polémiques et cristallise l’opposition entre deux conceptions des relations internationales et des valeurs sociétales, mais le débat sur la ratification de la Constitution européenne semble aussi faire écho – ne serait-ce que pour s’en démarquer – aux événements qui ont précédé la création de la République fédérale américaine il y a plus de deux cent ans.

10Le présent ouvrage n’a d’autre ambition que d’explorer cette ambivalence inhérente aux relations transatlantiques, en montrant l’existence de traits à la fois convergents et divergents. Il ne prétend nullement traiter le sujet de façon exhaustive, mais plutôt en présenter des facettes contrastées, et souvent ignorées. Privilégiant une approche interdisciplinaire, il présente l’avantage assez peu fréquent d’analyser la question sous différents angles, ce qui permettra aux lecteurs de mieux appréhender la complexité et la richesse des liens intellectuels et politiques entre les deux continents. Cela n’aurait pas été possible sans la participation de spécialistes de différentes disciplines, telles que la civilisation américaine, la science politique et la philosophie politique, qui apportent un éclairage spécifique et complémentaire dans les trois domaines analysés. Ainsi, dans le premier chapitre Antonin Cohen, Thierry Chopin et Jean-Marie Ruiz comparent tous trois l’unification des États-Unis et de l’Europe, et fournissent un éclairage particulièrement bienvenu sur une question d’autant plus controversée que le résultat du référendum sur le traité constitutionnel semble donner raison à ceux qui doutent du bien-fondé de cette comparaison.

11Antonin Cohen analyse les médiations concrètes par lesquelles le modèle constitutionnel américain est entré dans la mythologie politique de l’Europe unie. Ce faisant, il nous offre une compréhension historique des comparaisons entre le passé des États-Unis et l’avenir de l’Europe inscrites dans le projet des États-Unis d’Europe. Thierry Chopin souligne, quant à lui, la pertinence d’une étude comparative du lien entre Convention, Constitution et fédéralisme pour mieux percevoir l’intérêt et la spécificité du texte de constitution européenne. Le rapprochement entre la Convention de Philadelphie et la Convention européenne est particulièrement utile, dans la mesure où il « met en évidence et en relief les enjeux propres à l’approfondissement constitutionnel de l’Europe ». Enfin, Jean-Marie Ruiz analyse les motivations et les défis communs aux Pères fondateurs américains et aux partisans européens d’une fédération d’États-nations. Tout en reconnaissant l’existence de nombreuses différences dans les contextes respectifs qui rendent difficile la comparaison d’événements précis, il montre cependant l’existence de problématiques communes, elles-mêmes fondées sur une étonnante parenté de tendances profondes dans les contextes intellectuels et la situation politique des États-Unis de la fin du XVIIIe siècle et de l’Union Européenne.

12Le deuxième chapitre compare l’évolution politique aux États-Unis et en Europe et pose la question de savoir si les États-Unis constituent en la matière un modèle ou un contre-modèle. Dans une étude comparative de l’extrême droite américaine et européenne, Mokhtar Ben Barka souligne l’existence d’une « droite radicale euro-américaine », tout en montrant que l’extrême droite reste profondément marquée par des spécificités culturelles et historiques sans doute irréductibles. Daniel Sabbagh, Virginie Guiraudon et Kathia Devouge explorent ce qu’il est convenu d’appeler les politiques publiques américaines et européennes. S’appuyant sur l’existence d’une « discrimination positive » à la française dans l’enseignement supérieur, mise en place par l’Institut d’Etudes Politiques de Paris à l’automne 2001, Daniel Sabbagh compare les deux systèmes de traitement préférentiel des minorités et met en relief les points de convergence et de divergence. Kathia Devouge se penche sur les politiques de l’environnement, et s’interroge sur leur importance aux États-Unis et en Europe, mettant, elle aussi, en exergue les spécificités respectives. Virginie Guiraudon traite enfin de la politique d’immigration, par laquelle les États-Unis se sont longtemps distingués radicalement de l’Europe, et explique les raisons pour lesquelles l’immigration est devenue un enjeu politique majeur de part et d’autre de l’Atlantique, bien que selon des modalités et des finalités en partie différentes. Les trois auteurs montrent à la fois l’existence de problèmes de société communs et les spécificités des politiques mises en place.

13Enfin, le troisième chapitre compare la vision du monde et la politique étrangère, qui, à bien des égards symbolisent l’opposition actuelle entre le Vieux et le Nouveau Monde. Olivier Chopin compare la réaction des services de renseignement américains et européens aux attentats du 11 septembre 2001, et précise la nature des divergences dans l’évaluation de la menace terroriste, tout en présentant les modalités de la coopération transatlantique dans ce domaine. Richard Davis souligne l’ambivalence de la position britannique, qui « essaie non seulement de diriger l’Europe vers l’Amérique mais aussi d’influencer les États-Unis dans un sens européen » et qui, par là même, reflète à la fois les convergences et les divergences transatlantiques. Pierre Guerlain suggère, quant à lui, que ces divergences sont en partie dues à la difficulté de définir de façon précise les catégories politiques. Des différences sémantiques – les mots n’ayant pas le même sens des deux côtés de l’Atlantique – induisent du flou dans toutes les discussions géopolitiques, et participent aux malentendus et à leur instrumentalisation à des fins de propagande. Pierre Hassner et Jean-Marc Ferry insistent au contraire sur les divergences réelles qui opposent actuellement l’Europe et les États-Unis dans leur approche des relations internationales, et critiquent, tous deux, la thèse de Robert Kagan pour mieux définir la nature de ces divergences. Ces dernières ne sont pas d’ordre culturel, comme le montre d’ailleurs l’opposition croissante de la société américaine à la présence de ses troupes en Irak. Elles s’expliquent surtout par l’ascendant des idées néo-conservatrices. La faiblesse théorique de Kagan, affirme Pierre Hassner, a été de croire qu’il suffisait d’être plus fort et de déclarer que l’on incarnait le Bien pour entraîner l’adhésion ou la soumission des États et des peuples à l’empire bienveillant. Après avoir expliqué que la divergence entre l’Administration Bush et les Européens porte moins sur le rôle de la puissance que sur la conception de la légitimité, il conclut que le véritable défi qui se pose aux États-Unis comme à l’Europe, c’est celui de l’impuissance des puissances face aux mouvements extrémistes, aux réseaux mafieux, aux États faibles et aux sociétés incontrôlables. Jean-Marc Ferry partage cette analyse et affirme avec force que la faiblesse militaire n’explique pas, à elle seule, l’orientation de l’Europe vers « un ordre juridique international ». Cette orientation très spécifique de l’Europe correspond bien à un clivage, probablement durable, dans la façon d’appréhender les relations internationales et de se projeter sur la scène internationale. Ici encore, les différentes contributions éclairent les problématiques communes (que les récents attentats à Londres viennent encore de renforcer) tout en montrant que les politiques et les théories qu’elles induisent sont souvent différentes de part et d’autre de l’Atlantique, pour des raisons qui ne sauraient être définies une fois pour toutes et qui se renouvellent au contraire en permanence, en fonction des contextes international et nationaux.

14D’où l’intérêt de cet ouvrage, qui est précisément de favoriser la réflexion dans un contexte international dont l’évolution, sinon bat en brèche, du moins bouscule toutes les certitudes et les données traditionnelles des débats transatlantiques.

Autoren

Maître de conférence en civilisation américaine, Université de Savoie

Professeur de civilisation américaine à l’Université de Valenciennes

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540