Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qui sont les Allemands ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Les traditions en question

L’Allemagne face aux défis de la mondialisation

Fabrice Larat

Texte intégral

1La prise de conscience de la réalité d’un phénomène diffus est toujours difficile à dater, surtout quand celui-ci est global et multiforme. Lorsque les médias du monde entier ont rendu compte du procès de José Bové à Millau en juillet 2000, l’opinion publique a découvert un mouvement dont l’ampleur et la virulence étaient inconnues outre-Rhin. Que la France soit le théâtre d’une telle manifestation n’a pas vraiment surpris le voisin germanique et nombre de commentateurs n’ont pas manqué d’établir un parallèle entre le leader de la Confédération paysanne et le personnage d’Astérix, faisant de l’éleveur de moutons du Larzac un symbole de la résistance altermondialiste. Cela étant, aux yeux d’une grande majorité d’Allemands, l’idée de « démonter » un restaurant MacDonald’s pour dénoncer les méfaits de la mondialisation apparaît pour le moins saugrenue et le combat contre la « malbouffe » passe pour une particularité bien française. Pourtant, comme ses partenaires européens, l’Allemagne se trouve confrontée aux réalités économiques d’un monde qui se globalise et pose un certain nombre de défis aux États et à leur population. Au-delà de la communauté de situation et des similitudes existantes, il semblerait que la manière dont la mondialisation est perçue diffère sensiblement des deux côtés du Rhin, que cela soit dans l’opinion publique ou dans l’image qu’en donnent les médias. Il est ainsi important de voir en quoi consistent exactement ces différences et dans quelle mesure des variations sont également perceptibles en ce qui concerne la réaction des décideurs politiques face aux défis posés par la mondialisation. En brossant ce tableau, c’est toute une série de tendances, problèmes, controverses qui apparaissent, livrant ainsi l’image d’une Allemagne confrontée aux enjeux de la modernité et d’une transformation en profondeur de son environnement international.

La perception de la mondialisation dans l’opinion publique

  • 1 Pour de nombreux Allemands, le caractère abstrait de la mondialisation n’aurait disparu qu’avec l’é (...)
  • 2 Voir à ce sujet l’article de Z. Laïdi, « Les imaginaires de la mondialisation », Esprit, octobre 19 (...)

2Si son ampleur, voire son caractère inédit, sont contestés par certains spécialistes, la mondialisation en tant que champ d’interférences à l’échelle mondiale est bien une réalité, au moins en tant que sujet de controverses politiques. Depuis les manifestations de Seattle en novembre 1999, la question de la mondialisation est le point commun à tous les grands débats sur l’ordre politico-économique mondial : devenir de l’État providence, validité du principe de souveraineté nationale, question de la représentation et du contrôle démocratique des institutions internationales. Ces thèmes sont articulés, diffusés et discutés au sein de discours émanant de différentes catégories d’acteurs, lesquels proposent au sein de la sphère publique une certaine vision du phénomène de globalisation. Au moins au niveau discursif, la mondialisation est une réalité tangible, bien que fortement subjective1. Qu’elle soit présentée comme une chance ou comme une menace, elle anime un imaginaire social, puisque, lorsqu’il s’agit de mondialisation, penser, voir et éprouver le monde sont intimement liés2.

Une conscience récente et ambivalente

  • 3 À noter qu’en Allemagne, certains spécialistes préfèrent parler d’un phénomène de dénationalisation (...)

3Le phénomène auquel nous assistons prenant tout à la fois la forme d’une intégration croissante des économies nationales, d’une intensification de la concurrence à l’échelle mondiale et d’une interpénétration grandissante des marchés – y compris financiers –, ainsi que d’une intensification sans précédent des échanges et communications de toutes sortes, il est difficile de faire la part des choses entre ce qui relève de la modernisation, de l’européanisation ou de ce qu’on appelle communément la mondialisation3. Quoi qu’il en soit, l’utilisation répétée du terme dans les médias et dans le discours des élites depuis une dizaine d’années témoigne d’une prise de conscience d’un phénomène global aux implications majeures. Dans la presse allemande, et plus largement dans l’opinion publique, la mondialisation est ainsi devenue un sujet de discussion qui dépasse largement le cadre de l’actualité économique. Cette prise de conscience est bien reflétée par l’évolution de l’utilisation du terme mondialisation depuis le milieu des années 1990.

Graphique 1 : Évolution de l’utilisation du terme Globalisierung (mondialisation) dans la presse allemande.

Graphique 1 : Évolution de l’utilisation du terme Globalisierung (mondialisation) dans la presse allemande.
  • 4 Les chiffres indiqués correspondent au nombre d’occurrences (utilisation du terme « Globalisierung  (...)

Source : Institut für Deutsche Sprache, Mannheim, base de données IDS Korpora4.

  • 5 Cf. H.-P. Martin et H. Schumann, Die Globalisierungsfalle. Der Angriff auf Demokratie und Wohlstand(...)
  • 6 Données reproduites dans Demoskopie, n° 8, mai 2000, Deutschland im Wandel, Bundesverband deutscher (...)

4Dans l’opinion publique, la discussion se concentre principalement sur la question des conséquences négatives que la mondialisation pourrait avoir sur l’avenir des pays industrialisés à haut niveau de protection sociale (on parle à ce moment-là de Globalisierungsfalle – piège de la mondialisation5), ou au contraire, on se demande si l’approfondissement de la division internationale du travail n’offre pas des chances nouvelles de création de croissance et de richesse. De manière générale, la mondialisation provoque chez les Allemands un sentiment mitigé où la confiance côtoie les craintes. C’est ainsi qu’en 2000, 25 % des personnes interrogées pensaient que la mondialisation apporte plutôt des difficultés, contre 21 % qui pensaient que l’Allemagne peut en bénéficier et 43 % pour lesquelles la mondialisation apporte tout à la fois avantages et inconvénients6. Les aspects positifs de la mondialisation sont essentiellement perçus sous l’angle de l’ouverture à l’international et des avantages qui en découlent. D’après les données comparatives recueillies dans toute l’Union européenne (UE) par l’Eurobaromètre, les Allemands se situent nettement au-dessus de la moyenne européenne pour apprécier les nouvelles occasions qui s’offrent en terme de voyages et pour saisir les opportunités de travail intéressantes à l’étranger. Par ailleurs, il apparaît qu’une majorité d’habitants pensent que la libéralisation des échanges crée un véritable marché mondial qui bénéficie à l’ensemble des pays de l’Union européenne, au premier rang desquels l’Allemagne.

  • 7 Eurobaromètre 55.1, « Les Européens, la globalisation et la libéralisation », 2001, p. 13-17, <europa.eu.int/comm/public_opinion/archives/ebs/ebs_152_fr.pdf>.
  • 8 Allensbacher Archiv, IfD Umfrage 4284, octobre 2004, <www.ifdallensbach.de/pdf/akt_0409.pdf>.

5Alors que la peur d’un monde plus terne et uniformisé est quasi inexistante en République fédérale d’Allemagne (RFA) (15,5 % de réponses de ce côté-ci du Rhin contre 54,8 % en France), la croyance selon laquelle la mondialisation augmente les risques de chômage (57,6 %) et la peur d’une augmentation incontrôlée de l’immigration (59,2 %), tout comme la conviction que la mondialisation augmente l’écart entre riches et pauvres (62,4 %) sont des craintes très répandues en Allemagne7 : les aspects négatifs de la mondialisation sont perçus comme de vrais problèmes. Face au spectre des délocalisations, l’attitude est plus nuancée. D’après les résultats d’un sondage comparatif mené en 2004 et portant sur les craintes de la population liées aux délocalisations, 64 % des personnes interrogées en Allemagne (contre 73 % en France et 59 % en Grande-Bretagne) pensent qu’un grand nombre d’entreprises délocalisent tout ou partie de leurs activités à l’étranger ; 74 % estiment que ce phénomène a pris de l’ampleur au cours de la dernière décennie. Il est toutefois intéressant de constater que seulement 40 % des personnes interrogées pensent que l’Allemagne comme site de production (Standort) est sérieusement menacée, alors qu’en 1997, ce nombre s’élevait encore à 47 %8. Toutes ces données mettent bien en évidence l’ambivalence de l’opinion publique à l’égard de la mondialisation.

Un débat plutôt atone

  • 9 Cette analyse repose sur les résultats d’une vaste enquête empirique menée dans le cadre du projet (...)

6Cette attitude mitigée se retrouve dans la manière dont le phénomène est traité par les médias. La couverture de la mondialisation par la presse écrite allemande de qualité se caractérise tout à la fois par un relatif consensus et par son caractère modéré. Les aspects positifs l’emportent très nettement sur les aspects négatifs et la mondialisation est majoritairement présentée comme une chance à saisir, un processus riche d’opportunités, même si certains de ses effets peuvent être déplorés. Si les journaux d’opinion comme la Frankfurter Allgemeine Zeitung (conservatrice) et la Süddeutsche Zeitung (du centre gauche) s’accordent sur la nécessité d’encadrer le processus de mondialisation, c’est dans le sens de mesures visant à en atténuer les inconvénients plutôt que de corriger ou de remettre en cause le système qui les produit9. Seule la tageszeitung (plus connue sous le nom de taz, représentant du courant de la gauche alternative) défend un point de vue globalement critique, souvent en décalage par rapport au discours général véhiculé par les autres médias ou par les principaux acteurs politiques. À la différence de ses confrères, ce quotidien ne manque pas de dénoncer le rôle à ses yeux néfaste des grandes entreprises transnationales et se montre totalement opposé à une autorégulation de la mondialisation qui reposerait sur la seule loi du marché. Proche du Monde diplomatique, dont elle reprend d’ailleurs nombre d’articles sur ce sujet, la taz se fait régulièrement l’écho des discussions menées au sein de la nébuleuse altermondialiste. Il n’est par conséquent pas étonnant que ses prises de position soient plus proches de celles de quotidiens français comme Le Monde et Libération que du reste de la presse écrite allemande. Il n’en reste pas moins que ce point de vue est largement isolé et peu représentatif de l’opinion générale si on le compare au discours tenu par les autres médias et par la plupart des acteurs politiques.

  • 10 D. Goeldel, « Geist und Macht, La question lancinante du rapport des intellectuels au politique », (...)
  • 11 En janvier 2005, la branche allemande d’ATTAC comptait plus de 15 800 membres (individus et organis (...)

7En dehors de la couverture médiatique, la réalité du phénomène et ses implications possibles ont été popularisées en Allemagne au cours de la dernière décennie à travers la publication d’essais alliant vulgarisation scientifique et réflexion de haut niveau (Ulrich Beck notamment). Le succès rencontré par les traductions d’ouvrages de Naomi Klein, Vivianne Forester, Joseph Stiglitz ou Jerry Mander reflète bien l’intérêt porté à la question. Dans le même temps, le fait que les principales contributions viennent d’ouvrages étrangers met en évidence la relative discrétion du débat allemand, ainsi que son caractère relativement dépassionné. En effet, comparé à la France, le discours des intellectuels allemands frappe par son ton mesuré et conciliant face à ce qui est ressenti – et le plus souvent présenté – comme un processus irrémédiable10. La Commission d’enquête sur la mondialisation conduite par le Bundestag entre 1999 et 2002 a donné lieu à de longues discussions entre parlementaires, universitaires et experts de tous bords (y compris des représentants d’organisations non gouvernementales). Il est néanmoins révélateur que le rapport très détaillé et parfaitement informé qui en est ressorti n’ait pas suscité un large débat d’opinion et que la discussion soit en grande partie restée confinée à l’enceinte parlementaire. Cela s’explique vraisemblablement par la croyance dans le caractère incontournable et inexorable de la mondialisation qui, aux yeux d’une grande majorité d’individus, rend illusoire toute velléité de remise en cause. Si, dans la république de Berlin, la mondialisation ne fait pas l’objet de polémiques majeures, cela ne signifie pas pour autant l’absence de toute critique à son égard : le lancement du mouvement ATTAC au cours du printemps 2000 et son succès relatif montrent que le mouvement altermondialiste a pu trouver un écho auprès de certaines catégories de la population11. Regroupant quelque 160 groupes locaux répartis dans toute l’Allemagne, le mouvement bénéficie du soutien des syndicats ver. di (actif dans le domaine des services) et GEW (éducation et sciences), ainsi que du mouvement catholique Pax Christi. Il a également obtenu l’appui remarqué d’Oskar Lafontaine, ancien ministre des Finances du premier gouvernement Schröder et tête de liste, aux élections législatives de l’automne 2005, du nouveau parti formé à la gauche du parti social-démocrate (Alternative électorale pour le travail et la justice sociale, WASG).

La mondialisation comme défi d’adaptation

  • 12 Pour une illustration de l’interprétation néolibérale donnée à ce concept, cf. R. Caspers, « Global (...)
  • 13 K. Kaiser, « Die neue Weltpolitik : Folgerungen für Deutschlands Rolle », in K. Kaiser et H.-P. Sch (...)

8Malgré ses aspects globalement positifs – ou, selon certains commentateurs, afin d’être justement en mesure de pouvoir bénéficier des retombées positives du phénomène –, la mondialisation impose un certain nombre de contraintes dont les Allemands sont tout à fait conscients. L’apparition des concepts d’« Anpassungsdruck » ou d’« Anpassungszwang »12 (c’est-à-dire la pression exercée par la mondialisation, contraignant à s’adapter à ses exigences) est très révélatrice, dans le sens où leur utilisation a des implications aussi bien personnelles (puisque la mondialisation induit un changement de comportement des individus) que collectives (elle est un appel à une réforme de l’État). Du fait de sa situation particulière, l’Allemagne se sent particulièrement concernée par cette pression. Comme le remarque Karl Kaiser, les conséquences des transformations profondes qui se produisent au niveau international touchent l’Allemagne de manière directe en tant que nation fortement dépendante de ses exportations, mais aussi en tant que société prospère, démocratie et pays ouvert sur le monde13. Or toutes ces caractéristiques peuvent se trouver menacées (ou au moins remises en question) par les transformations à l’œuvre actuellement sur le plan international et dont les conséquences perturbent la situation intérieure du pays et ses relations avec l’extérieur.

La volonté de rester compétitifs

  • 14 Source : Statitisches Bundesamt, Pressemitteilung vom 30. März 2005, <www.destatis.de>.
  • 15 Présentation de l’économie allemande sur le site internet du ministère des Affaires étrangères.

9Cet état des choses découle en partie d’une situation économique caractérisée par une forte intégration dans l’économie mondiale. Selon l’Office statistique fédéral, l’Allemagne a importé en 2004 pour 577,4 milliards d’euros de marchandises et exporté pour une valeur de 733,5 milliards, ce qui la place en tête des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), devant les États-Unis et loin devant la France14. La répartition géographique des courants d’échange témoigne toutefois de la place prépondérante du marché européen (74,4 % des exportations et 72 % des importations), soit nettement plus que les Amériques (11,5 % et 9,3 %) ou même l’Asie (11,3 % et 16,4 %). Quant aux investissements directs de l’Allemagne à l’étranger, ils se montaient à 2 268 millions d’euros en 2003 tandis que les investissements étrangers atteignaient 11 400 millions. Comparée à un grand nombre d’autres pays et notamment à son voisin français, l’Allemagne est de ce fait nettement plus tributaire d’une économie mondiale performante et libre-échangiste. Plus d’un euro sur quatre est gagné grâce à l’exportation de biens et services et plus d’un emploi sur cinq dépend des échanges commerciaux. L’exportation est par conséquent le moteur de la conjoncture allemande et celle-ci est étroitement liée à l’état de l’économie mondiale. Comme le souligne le ministère allemand des Affaires étrangères, face à la concurrence mondiale, il est de plus en plus important que l’Allemagne soit un territoire compétitif qui attire les entreprises. Il est donc crucial d’attirer les investisseurs étrangers pour créer des emplois – ou pour les préserver – et pour poursuivre le développement technologique du pays15.

  • 16 Invest in Germany : <www.invest-in-germany.de/fr/>.

10Il existe ipso facto un large consensus sur le fait que l’Allemagne doit rester un grand pays exportateur et continuer à être le site de nombreuses industries dynamiques. Le diagnostic porté par l’organisme chargé d’attirer les investisseurs étrangers est à cet égard des plus révélateurs : pour parvenir à exploiter pleinement les avantages de la division internationale du travail et protéger les emplois et les revenus en Allemagne, les acteurs économiques et la société doivent être capables d’innover et d’accepter des changements structurels : « Les entreprises doivent recentrer leurs activités sur des secteurs technologiques et industriels porteurs. L’Allemagne est un pays à haut niveau de salaires, doté d’un système de sécurité sociale de qualité, mais elle manque de ressources naturelles. Elle a donc toujours été tributaire de ses exportations de produits de grande qualité et de haute technicité. Les technologies modernes, les méthodes de production efficaces et rentables et des entreprises aux structures efficaces sont les clés de la compétitivité de l’économie allemande16 ». Cela étant, les dirigeants allemands se trouvent confrontés à un dilemme de taille : comment concilier les besoins économiques d’une part, et les intérêts écologiques et sociaux d’autre part ? La pression exercée par la concurrence internationale, combinée à un taux de chômage élevé et persistant, conduisent à des remises en cause douloureuses. En juin 2004, les employés de Siemens ont ainsi dû accepter de travailler plus longtemps pour un salaire identique. Les syndicats ont fini par accepter cette décision difficile pour éviter la délocalisation d’une partie des activités. La formule « im Zeitalter der Globalisierung » (littéralement « en ces temps de mondialisation ») semble être devenue un argument magique et passe-partout, qui justifie la nécessité de changements puisque les contraintes économiques et autres impératifs extérieurs sont le plus souvent conçus comme inévitables.

Un contexte intérieur défavorable

  • 17 Cf. I. Bourgeois, « Inertie et volonté de réformes », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), op. cit., (...)
  • 18 E. Rieger et S. Leibfried, Grundlagen der Globalisierung. Perspektiven des Wohlfahrtstaates, Francf (...)
  • 19 Sur cette question, cf. W. Süß (dir.), Deutschland in den Neunziger Jahren. Politik und Gesellschaf (...)
  • 20 Sur cette question, cf. S. Gouazé, « Le modèle rhénan à l’épreuve : solidarité et justice sociale » (...)
  • 21 I. Bourgeois, op.  cit., p. 159.

11Outre sa vulnérabilité extérieure, l’Allemagne doit faire face aux défis posés par la mondialisation dans un contexte intérieur désavantageux que d’aucuns qualifient de « germanosclérose » et qui est marqué par une grande difficulté à adopter les réformes nécessaires pour résoudre les problèmes de perte de compétitivité, de rigidité du marché de l’emploi ou de manque de dynamisme démographique17. Certains commentateurs vont même jusqu’à affirmer que ce qui caractérise la situation actuelle n’est pas tant la faiblesse des réformes qu’une politique de réformes qui va à l’encontre du courant impulsé par la mondialisation18. Cette situation délicate est aggravée par les conséquences économiques et sociales de la réunification. Dans les années 1990, la RFA s’est retrouvée écartelée entre les exigences et les priorités de la réunification et celles de la mondialisation19. Dès lors, tous les gouvernements successifs se heurtent à une logique partiellement contradictoire, puisqu’ils sont confrontés d’une part au coût d’une extension des acquis du système de protection sociale aux nouveaux Länder, et d’autre part aux conséquences des effets de la mondialisation sur la transformation de l’État providence, son fonctionnement et son financement20. Dérégulation, privatisations, pressions en faveur d’une augmentation de la flexibilité du marché du travail, commercialisation d’institutions et structures à caractère social, difficultés croissantes à financer les prestations sociales au niveau actuel : l’Allemagne doit faire face aux mêmes problèmes que ses partenaires européens. Les réformes à accomplir s’accumulent. Il faut consolider durablement les finances publiques, assurer l’avenir du financement des retraites, des assurances maladie et chômage, flexibiliser le marché de l’emploi, soutenir l’effort d’innovation, mener une offensive sur les qualifications, inventer une politique familiale de manière à entrer de plain-pied dans l’économie de la connaissance tout en accompagnant la mondialisation. Résoudre tous ces problèmes sans pour autant mettre à mal l’activité ni déstructurer le lien social relève de la quadrature du cercle21. La différence entre l’Allemagne et ses voisins réside peut-être dans le fait que ces difficultés sont souvent perçues comme un révélateur d’une crise du modèle allemand, qui passait jusqu’à il y a peu pour une forme particulièrement réussie et moderne d’organisation des relations économiques et sociales.

  • 22 Demoskopie, n° 8, mai 2000, op. cit., p. 12.

12Que la mondialisation soit perçue comme entraînant une remise en cause profonde de l’État providence (menace de destruction des acquis de l’État social) ou simplement comme l’occasion de son adaptation à de nouvelles réalités (modernisation), la pression est bien réelle et provoque des bouleversements importants, tant sur le plan économique que sur celui de l’organisation de la société. Les défis posés par la mondialisation s’ajoutent en outre à la difficulté pour les institutions traditionnelles à mobiliser les citoyens et à peser sur le processus de décision politique. Dans ce contexte, la thèse de la limitation de la capacité d’action du politique défendue par certains universitaires trouve un large écho auprès de l’opinion publique, puisque 55 % des Allemands se disent convaincus que la marge de manœuvre de la politique s’est vue fortement réduite par les effets de la mondialisation22. La question qui se pose alors est celle de l’efficacité des leviers de l’action publique et du caractère approprié de leur utilisation par rapport aux défis existants, étant donné que, comme nous l’avons montré plus haut, il existe dans l’opinion publique une demande d’intervention. D’une manière générale, la mondialisation déclenche une réflexion sur la place et les modes d’intervention de l’État, ainsi que sur son positionnement par rapport aux acteurs économiques et sociaux, à la fois sur le plan international et au niveau national.

Comment maîtriser la mondialisation ? – ou la pluralité des options possibles

13Le défi posé à l’action publique par la mondialisation est double. Il se manifeste au niveau des politiques existantes au sein des États nationaux et soulève le problème de l’émergence d’un mode de gouvernance qui comprenne des formes d’action collective efficaces en-deçà des frontières nationales. Au-delà du refus général du laisser-faire, différentes options apparaissent possibles pour permettre l’instauration d’un ordre mondial. Il est intéressant d’examiner en détail l’attitude des différents acteurs impliqués dans le débat sur la maîtrise de la mondialisation afin de prendre conscience des variations et des lignes de fractures existantes. Tout porte en effet à croire que les préférences marquées par tel ou tel acteur dépendent de leur conception du monde en général et de l’action publique en particulier. Celles-ci influencent en effet le choix des instruments considérés comme étant adaptés et efficaces pour, selon le cas, accompagner, encadrer ou corriger la mondialisation.

  • 23 Sondage Eurobaromètre 55.1, 2001, p. 3. En France, le taux était de 59,2 %.

14Même s’il existe un consensus général sur la nécessité de maîtriser la mondialisation (le terme couvre en fait toute une palette d’interventions allant des mesures d’accompagnement, à la régulation et au contrôle de certains de ses aspects), des doutes persistent sur les moyens pour réaliser cet objectif et sur la capacité des États à imposer des solutions. Le diagnostic est pour le moins alarmiste en ce qui concerne la réaction aux problèmes qui se posent au niveau global, comme la régulation des échanges commerciaux, les crises financières, sanitaires et autres dérèglements internationaux. Dans le débat actuel, il est souvent question de défaillance des marchés, de déficit démocratique et de perte de confiance dans les institutions internationales, mais aussi de la réduction de la marge de manœuvre de l’État et plus largement d’une restriction de la capacité d’action du politique, compris comme la possibilité d’agir sur les événements. Il n’est donc pas étonnant qu’en 2001, 55,6 % des Allemands interrogés estimaient que leur gouvernement n’était pas en mesure de maîtriser la mondialisation23. Les demandes de régulation, coordination ou harmonisation au-delà des frontières nationales dans le but de corriger les effets négatifs de la mondialisation se heurtent à un dilemme supplémentaire : comment surmonter la remise en cause de la souveraineté nationale tout en garantissant un contrôle démocratique de la gouvernance mondiale ? De fait, les interrogations et inquiétudes qui se dégagent du débat indiquent que, pour une grande partie des acteurs concernés, il ne s’agit pas seulement de savoir comment mieux gouverner la mondialisation, mais aussi de mieux gouverner dans la mondialisation.

  • 24 M. Zürn, « Schwarz-Rot-Grün-Braun : Reaktionsweisen auf Denationalisierung », in U. Beck (dir.), Po (...)
  • 25 K. Kaiser, op. cit., p. 599. Le réflexe multilatéraliste que l’on constate dans le discours des act (...)

15Il est par ailleurs significatif que l’option protectionniste ne rencontre pratiquement aucune adhésion : la dépendance économique de l’Allemagne par rapport au marché mondial est une explication insuffisante ; il s’agit avant tout de culture politique. La prospérité qu’a connue la République fédérale au cours des quatre dernières décennies du XXe siècle étant bâtie sur l’ouverture internationale, la méfiance est grande face aux réflexes protectionnistes et interventionnistes. Cette attitude, alliée à une conception fédéraliste de la souveraineté, explique en partie l’absence de mouvement souverainiste important en Allemagne. Le politologue Michael Zürn souligne ainsi qu’une politique de renationalisation ne serait pas capable de résoudre les problèmes. Il est bien plus nécessaire de faire preuve de créativité institutionnelle en dépassant les frontières de l’État-nation24. Ce constat suivant, plus classique, reflète bien la réaction première de nombreux acteurs de la politique étrangère allemande : en tant que pays dépendant d’un bon fonctionnement du système mondial d’interdépendances, et de ce fait particulièrement vulnérable en cas de dysfonctionnements, l’Allemagne, avec ses partenaires, se doit d’entretenir et de développer la coopération interétatique25. Si le recours au cadre multilatéral fait l’unanimité, les différents acteurs sont loin de s’accorder quant au choix des mécanismes ou instruments adéquats pour atteindre cet objectif, en partie parce que leur analyse de la situation diffère sensiblement. Leurs préférences respectives offrent de la sorte un bon miroir des tensions et interrogations qui innervent la société allemande.

L’attitude des partis politiques

  • 26 La principale différence entre la CDU et sa variante bavaroise CSU porte sur l’appréciation du rôle (...)
  • 27 Déclaration de Hartmut Schauerte (député CDU/CSU) lors du débat plénier du 28 juin 2002 au Bundesta (...)
  • 28 Déclaration de Sigrid Skarpelis-Sperk lors du débat plénier au Bundestag du 28 juin 2002 consacré a (...)
  • 29 Ibid.

16Les divergences qui caractérisent les partis politiques allemands portent aussi bien sur l’appréciation de la mondialisation et de sa nature que sur l’attitude à adopter à son égard. Le parti libéral (FDP) se montre par exemple très favorable à la mondialisation, en laquelle il voit une chance à saisir pour un grand nombre d’individus et en même temps une occasion d’imposer ses vues en matière de libéralisme économique. Les libéraux souhaitent ainsi que l’Organisation mondiale du commerce soit chargée d’assurer au niveau international la transparence et le bon fonctionnement d’un système qui vise à promouvoir tout à la fois la concurrence mondiale et la division internationale du travail, l’ouverture des marchés et la suppression des obstacles aux échanges de toutes sortes. De même, au sein de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), domine la croyance selon laquelle la mondialisation est un tout, à prendre ou à laisser26. Par conséquent, on ne peut pas se permettre d’en rejeter certains aspects tout en acceptant les autres : comment imaginer le monde sans mondialisation27 ? À gauche, les sociaux-démocrates du SPD reprochent justement aux conservateurs et aux libéraux leur attitude dénuée de critique « qui met la mondialisation sur un piédestal en la qualifiant de moteur et de catalyseur du progrès économique28 ». Certes, la mondialisation favorise le bien-être et la croissance, l’innovation et la créativité et élargit les limites de la liberté individuelle. Toutefois cette constatation laisse à l’écart les trois quarts de l’humanité qui sont loin de bénéficier des mêmes avantages. Pour le SPD, la mondialisation n’est pas un phénomène naturel contre lequel on ne pourrait rien entreprendre. Elle est façonnée par des hommes et des femmes. En conséquence, des mesures adaptées doivent être adoptées pour encadrer la mondialisation et permettre son inscription dans une logique de développement durable, aussi bien sur le plan économique et social que sur le plan écologique29.

  • 30 Cf. le texte adopté lors du congrès national de Bündnis 90/Die Grünen, mars 2002.

17Les Verts allemands (Bündnis 90/die Grünen) souhaitent quant à eux que le pouvoir politique exerce une influence structurante sur le processus de mondialisation. La mondialisation établissant une connexion entre différents problèmes sociaux, économiques et écologiques au niveau mondial, il importe de procéder à une mondialisation de la politique. La régulation globale de la mondialisation doit toutefois être démocratiquement légitimée, c’est-à-dire être soumise à des mécanismes de contrôle rigoureux30. Il faut souligner qu’aussi bien la CDU/CSU, le SPD que les Verts se réfèrent à l’économie sociale de marché comme modèle économique à préserver. Les Verts lui donnent cependant une signification originale en y intégrant de manière plus systématique une dimension écologique. De plus, en ce qui concerne la recherche de solutions, à la différence des deux grands partis populaires que sont la CDU et le SPD, les Verts allemands ne se limitent pas au recours aux organisations internationales mais se prononcent pour l’utilisation de modes alternatifs de gouvernance, par exemple une participation des organisations non gouvernementales à la régulation de la mondialisation. Quels que soient l’intensité des critiques exprimées ou le niveau d’intervention requis, on remarque que les cinq principaux partis se placent tous dans une perspective constructive que l’on pourrait qualifier de réformatrice. Seuls les néocommunistes du PDS appellent à combattre une mondialisation présentée comme un phénomène subordonné aux seuls intérêts du capital. Dans cette perspective, il ne s’agit pas de réformer le système ou d’y apporter quelques améliorations, mais bien de le changer dans son ensemble.

Le double objectif de la politique étrangère allemande

  • 31 Discours de Gerhard Schröder lors du 5e Congrès international d’économie organisé par le SPD sous l (...)
  • 32 « Globalisierung menschlich gestalten », décision du comité directeur du parti social-démocrate all (...)

18La dépendance de l’Allemagne par rapport au marché mondial s’est accrue au rythme de la mondialisation de l’économie. Proclamée par le gouvernement de coalition SPD/Verts, la volonté de maîtriser la mondialisation s’inscrit dans une logique de promotion d’une mondialisation plus juste. Pour le chancelier Gerhard Schröder, il ne s’agit pas de laisser les pays du tiers-monde exposés au libre jeu des forces du marché : « C’est la raison pour laquelle nous intervenons si résolument en faveur d’une maîtrise politique de la mondialisation, de l’adoption de principes politico-éthiques, qui doivent guider l’économie mondiale, et d’un cadre régissant les marchés financiers internationaux, ceux-ci devant promouvoir le développement31. » La mondialisation de l’économie doit alors s’accompagner d’une globalisation de la politique, de la démocratie et de l’État de droit32.

  • 33 Voir la recommandation des représentants de la CDU dans le rapport final de la Commission d’enquête (...)

19C’est pourquoi la politique étrangère allemande se donne officiellement pour tâche tout à la fois de promouvoir et de protéger les intérêts économiques de l’Allemagne dans le monde et de contribuer au développement d’une coopération économique juste et durable à l’échelle mondiale. L’idée que l’Allemagne se fait de son rôle dans le monde est étroitement liée à ce double objectif. Il s’agit d’une vision en grande partie dictée par des impératifs commerciaux et par une conception particulière de l’ordre socio-économique mondial qu’il convient de mettre en pratique. Cette dernière repose sur la conviction que l’économie sociale de marché est un modèle exportable et toujours d’actualité33. La référence constante à ce concept n’empêche pas, néanmoins, des interprétations des plus diverses, d’autant plus que l’économie sociale de marché est en proie depuis quelques années à des transformations majeures, ce qui rend désormais incertaine l’interprétation des relations entre les composantes économiques et sociales. Cela étant, on peut se demander de quelle manière ce double objectif peut être réalisé concrètement et s’il n’est pas en partie contradictoire.

L’attrait des instruments nouveaux

20Dans un autre domaine central de la politique étrangère allemande, l’accent traditionnellement mis sur la coopération multilatérale comme moyen de traiter les affaires interétatiques achoppe sur la question de l’efficacité réelle de cette approche pour réguler les dysfonctionnements de caractère transnational. La valorisation de la transparence, de la coopération et de la concertation qui figurent au cœur de l’attachement de la politique étrangère allemande au multilatéralisme peut-elle être garantie quand il s’agit de gouverner au-delà de l’État-nation, voire de gouverner sans gouvernements ? Face à la nécessité de résoudre les problèmes posés par la mondialisation, de nombreuses interrogations surgissent : comment doivent être prises les décisions au niveau global pour maîtriser les mécanismes internationaux ? Est-ce aux États ou aux organisations internationales de mettre en œuvre les décisions collectives ? Qu’en est-il de la participation des représentants de la société civile et des acteurs économiques ?

  • 34 Cf. P. de Senarclens, Mondialisation, souveraineté et relations internationales, Paris, Armand Coli (...)
  • 35 Cette implication peut aller du statut de simple observateur à la participation active dans la défi (...)
  • 36 Cela correspond à la position postnationale défendue par Jürgen Habermas pour lequel même si l’État (...)
  • 37 L’initiative dite du Pacte mondial (Global compact) lancée par le secrétaire général des Nations un (...)

21Ces questions, qui se rapportent toutes au nouveau concept de « gouvernance », ne se posent bien entendu pas seulement à l’Allemagne ; elles initient cependant une réflexion sur la manière dont Berlin entend peser sur la mondialisation. Les débats sur la gouvernance sont nés en effet d’une redéfinition de l’articulation entre l’État et le marché, et plus largement entre l’autorité politique et la société civile34. Différents types d’acteurs ne sont pas seulement associés à la mise en œuvre des décisions des États, mais réclament aussi de plus en plus souvent une participation à leur élaboration. Ce qui est en jeu, c’est l’architecture institutionnelle de la gouvernance mondiale avec la définition des rôles respectifs des différentes organisations internationales, ainsi que les modes et conditions de la participation des acteurs non étatiques (organisations non gouvernementales, multinationales et autres acteurs globaux) aux mécanismes de régulation. Il s’agit en effet de s’accorder sur les possibilités et limites d’une participation de ces nouveaux acteurs dans les procédures de prise de décision35. À cet égard, des différences intéressantes apparaissent de part et d’autre du Rhin. À la conception plutôt française de l’État stratège, c’est-à-dire d’un État interventionniste, fort et efficace, l’Allemagne préfère l’État catalyseur et partenaire de la société civile, au niveau national comme au niveau global. Certains acteurs vont même plus loin dans la redéfinition du rôle et de la fonction de l’État et préconisent le passage d’un rôle de régulateur à celui de modérateur, voire d’«  activeur ». Dans cette perspective, l’État coopératif et pilote interagit avec des parties plus ou moins indépendantes afin d’encadrer la mondialisation, et supervise leur autorégulation36. Les obligations librement consenties se substituent aux mesures coercitives, et l’autoresponsabilisation au contrôle hiérarchique, comme dans le cadre de l’initiative « Pacte mondial » des Nations unies37.

Conclusion : une relation ambiguë

22L’analyse de l’attitude des principaux acteurs présentée ci-dessus permet de tirer plusieurs conclusions concernant l’existence de similarités ou de divergences fondamentales entre la France et son voisin germanique. On s’aperçoit tout d’abord que les aspects culturels de la mondialisation ne sont presque pas pris en considération. La mondialisation n’est pas vécue comme une menace pour l’identité allemande, peut-être parce que celle-ci se situe déjà dans une perspective postnationale. Là encore, les préoccupations économiques l’emportent. Au-delà d’une blessure de l’amour-propre, la vive réaction des médias et de la classe politique face aux résultats de la première et de la deuxième enquête PISA (Programme for International Student Assessment) s’explique ainsi avant tout par la crainte d’une perte de compétitivité de l’Allemagne sur le plan international liée aux piètres performances scolaires des jeunes Allemands dans des domaines aussi cruciaux pour l’économie de la connaissance que les mathématiques, les sciences naturelles ou la compréhension de l’écrit.

  • 38 J. Steinhilber, « Von der Seine nach Seattle. Globalisierungskritik in und aus Frankreich », Frankr (...)

23Une autre différence majeure est perceptible au niveau de la manière dont la mondialisation est appréhendée, à savoir comme un ensemble ayant une signification politique. En RFA, de nombreux problèmes économiques et sociaux, comme la crise du modèle allemand fondé sur un État providence dont les dépenses de transfert sont intensives, ne sont pas systématiquement liés au phénomène de la globalisation. En France, ces questions ne sont pas seulement étroitement réduites aux conséquences du double processus d’européanisation et de mondialisation. Le lien existant entre ces différentes questions, par exemple la relation entre fractures sociales et globalisation, entre impératifs économiques et capacité de la politique à agir efficacement, est aussi devenu un objet central des conflits sociaux internes38. La mondialisation n’est de ce fait pas uniquement perçue comme un phénomène extérieur mais fait partie intégrante du débat national. D’autre part, même si une grande partie des acteurs allemands s’accordent à rejeter le tout économique, il n’y a pas au contraire d’affirmation de la primauté de l’action politique sur l’économie comme c’est souvent le cas en France. Cette perception des choses explique en partie que les coalitions négatives composites (tiers-mondistes, militants contre la libéralisation des échanges ou pour la protection de l’environnement, souverainistes) soient nettement moins fortes en Allemagne qu’en France.

  • 39 En ce qui concerne les groupes d’intérêt, cette constatation faite par un groupe d’experts à la fin (...)
  • 40 Tel est du moins le diagnostic de C. Appel et M. Schipperges, Les Allemands, l’euro et la mondialis (...)

24Cela étant, il convient de relever que ces différences n’empêchent pas que dans les deux pays, la mondialisation est surtout invoquée comme un argument pour mettre en avant ou au contraire rejeter des revendications qui existaient déjà, émanant de différents groupes d’intérêts ou de partisans d’idéologies concurrentes39. De même, il semble que la relation complexe que l’Allemagne entretient avec la mondialisation s’inscrive dans une tendance longue de mutation des valeurs relevée par certains observateurs. D’un côté, les Allemands veulent pleinement bénéficier des possibilités offertes par un monde moderne et globalisé et se réjouissent de l’individualisation et de la diversification des styles de vie apportés. De l’autre, ils redoutent les réformes et changements douloureux induits par les processus mondiaux de libération et de dérégulation40. Cette attitude ambiguë n’est guère surprenante en soi, et révèle qu’au-delà des particularités nationales, l’Allemagne et la France sont logées à la même enseigne.

Notes

1 Pour de nombreux Allemands, le caractère abstrait de la mondialisation n’aurait disparu qu’avec l’élection du nouveau président de la République Horst Köhler. À cause de son parcours personnel et professionnel autour du globe (il était auparavant directeur du Fonds monétaire international), il est devenu aux yeux du grand public « la personnification même de cette ‘Globalisierung’, dont tout le monde parle sans savoir vraiment de quoi il s’agit ». G. Foussier, « L’Allemagne entre patriotisme et mondialisation », Lettre de la Fondation Robert Schuman, 20 décembre 2004, <www.robertschuman.org/supplement/sup192.htm>.

2 Voir à ce sujet l’article de Z. Laïdi, « Les imaginaires de la mondialisation », Esprit, octobre 1998, p. 85-98.

3 À noter qu’en Allemagne, certains spécialistes préfèrent parler d’un phénomène de dénationalisation (cf. M. Zürn, Regieren jenseits des Nationalstaates. Globalisierung und Denationalisierung als Chance, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1998) ou de « défrontiérisation », (cf. Cl. Leggewie, « Statt Globalisierung : die Entgrenzung der Welt », Die Globalisierung und ihre Gegner, Munich, C.H. Beck, 2003). Il convient par ailleurs de préciser que la langue allemande ignore le concept de mondialisation et parle uniquement de globalisation (Globalisierung).

4 Les chiffres indiqués correspondent au nombre d’occurrences (utilisation du terme « Globalisierung » sous sa forme entière ou composée) rapporté au nombre total d’articles ou de mots recensés pour cette période dans le corpus de journaux pris en considération.

5 Cf. H.-P. Martin et H. Schumann, Die Globalisierungsfalle. Der Angriff auf Demokratie und Wohlstand, Reinbeck bei Hamburg, Rororo Taschenbuch, 1998.

6 Données reproduites dans Demoskopie, n° 8, mai 2000, Deutschland im Wandel, Bundesverband deutscher Banken, p. 8.

7 Eurobaromètre 55.1, « Les Européens, la globalisation et la libéralisation », 2001, p. 13-17, <europa.eu.int/comm/public_opinion/archives/ebs/ebs_152_fr.pdf>.

8 Allensbacher Archiv, IfD Umfrage 4284, octobre 2004, <www.ifdallensbach.de/pdf/akt_0409.pdf>.

9 Cette analyse repose sur les résultats d’une vaste enquête empirique menée dans le cadre du projet SIR : 2 409 articles parus entre le début de l’année 2001 et la fin de l’année 2003 dans les journaux suivants : Frankfurter Allgemeine Zeitung, Süddeutsche Zeitung, tageszeitung.

10 D. Goeldel, « Geist und Macht, La question lancinante du rapport des intellectuels au politique », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Qui dirige l’Allemagne ?, Villeneuve-d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2005, p. 92. Goeldel remarque avec justesse que la posture des intellectuels allemands est marquée par un scepticisme encore plus grand qu’en matière de politique extérieure par rapport à la possibilité de faire changer les choses.

11 En janvier 2005, la branche allemande d’ATTAC comptait plus de 15 800 membres (individus et organisations). Source : <https://www.attac-netzwerk.de/interna/mitglied.php>.

12 Pour une illustration de l’interprétation néolibérale donnée à ce concept, cf. R. Caspers, « Globalisierung der Wirtschaft und Anpassungsdruck in Deutschland », in Th. Apolte, R. Caspers et P. J.J. Welfens (dir.), Standortwettbewerb, wirtschaftspolitische Rationalität und internationale Ordnungspolitik, Baden-Baden, Nomos Verlagsgesellschaft, 1999, p. 45-84.

13 K. Kaiser, « Die neue Weltpolitik : Folgerungen für Deutschlands Rolle », in K. Kaiser et H.-P. Schwarz (dir.), Weltpolitik im neuen Jahrhundert, Bonn, Bundeszentrale für Politische Bildung, 2000, p. 598.

14 Source : Statitisches Bundesamt, Pressemitteilung vom 30. März 2005, <www.destatis.de>.

15 Présentation de l’économie allemande sur le site internet du ministère des Affaires étrangères.

16 Invest in Germany : <www.invest-in-germany.de/fr/>.

17 Cf. I. Bourgeois, « Inertie et volonté de réformes », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), op. cit., p. 157-176.

18 E. Rieger et S. Leibfried, Grundlagen der Globalisierung. Perspektiven des Wohlfahrtstaates, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2001, p. 253.

19 Sur cette question, cf. W. Süß (dir.), Deutschland in den Neunziger Jahren. Politik und Gesellschaft zwischen Wiedervereinigung und Globalisierung, Opladen, Leske + Budrich, 2002.

20 Sur cette question, cf. S. Gouazé, « Le modèle rhénan à l’épreuve : solidarité et justice sociale », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), op. cit., p. 192-211.

21 I. Bourgeois, op.  cit., p. 159.

22 Demoskopie, n° 8, mai 2000, op. cit., p. 12.

23 Sondage Eurobaromètre 55.1, 2001, p. 3. En France, le taux était de 59,2 %.

24 M. Zürn, « Schwarz-Rot-Grün-Braun : Reaktionsweisen auf Denationalisierung », in U. Beck (dir.), Politik der Globalisierung, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1998, p. 298.

25 K. Kaiser, op. cit., p. 599. Le réflexe multilatéraliste que l’on constate dans le discours des acteurs officiels en Allemagne s’explique en grande partie par leur socialisation – volontaire ou non – dans des organismes multilatéraux ou supranationaux. Sur cette question, cf. G. Hellmann, « Die prekäre Macht : Deutschland an der Schwelle zum 21. Jahrhundert », in W. D. Eberwein et K. Kaiser (dir.), Deutschlands neue Außenpolitik, vol. 4 : Institutionen und Ressourcen, Munich, Oldenbourg Verlag, 1998.

26 La principale différence entre la CDU et sa variante bavaroise CSU porte sur l’appréciation du rôle respectif des États-nations et des organisations internationales dans l’encadrement de la mondialisation, la CSU mettant plus l’accent sur la dimension nationale.

27 Déclaration de Hartmut Schauerte (député CDU/CSU) lors du débat plénier du 28 juin 2002 au Bundestag consacré au rapport de la Commission d’enquête. La nécessité d’accepter la mondialisation est renforcée par son association avec l’élargissement de l’Union européenne à l’Est, mesure présentée comme étant la réponse appropriée aux défis lancés par la mondialisation. Cf. Leitsätze für eine aktive Außen-und Sicherheitspolitik, déclaration adoptée à l’occasion du 14e congrès national de la CDU, Dresde, décembre 2001.

28 Déclaration de Sigrid Skarpelis-Sperk lors du débat plénier au Bundestag du 28 juin 2002 consacré au rapport de la Commission d’enquête sur la mondialisation. Pour la députée sociale-démocrate, il serait erroné de croire que la politique nationale est devenue impuissante, étant donné qu’au cours des décennies précédentes, c’est elle qui a rendu possible l’ampleur prise par la mondialisation.

29 Ibid.

30 Cf. le texte adopté lors du congrès national de Bündnis 90/Die Grünen, mars 2002.

31 Discours de Gerhard Schröder lors du 5e Congrès international d’économie organisé par le SPD sous le titre « Politique économique européenne – chances et tendances », 4 septembre 2001.

32 « Globalisierung menschlich gestalten », décision du comité directeur du parti social-démocrate allemand, novembre 2001.

33 Voir la recommandation des représentants de la CDU dans le rapport final de la Commission d’enquête du Bundestag sur la mondialisation. S’appuyant sur l’expérience positive de l’Allemagne, ils suggèrent que le concept d’économie sociale de marché serve de base pour la réalisation d’une politique de bien-être au niveau mondial.

34 Cf. P. de Senarclens, Mondialisation, souveraineté et relations internationales, Paris, Armand Colin, 1998.

35 Cette implication peut aller du statut de simple observateur à la participation active dans la définition de normes et dans la mise en œuvre de décisions, en passant par différents niveaux de consultation.

36 Cela correspond à la position postnationale défendue par Jürgen Habermas pour lequel même si l’État, dans ses interactions avec de puissants acteurs sociaux dans les arènes nationales, ne dépend pas des pressions mondiales croissantes exercées de l’extérieur, il lui a fallu, de toute façon, apprendre à jouer un rôle moins dominant. L’État semble adopter un nouveau mode d’action, plus persuasif qu’autoritaire, même s’il est toujours seul à disposer des moyens légitimes du recours à la force. Cf. J. Habermas, « Pourquoi l’Europe a-t-elle besoin d’un cadre constitutionnel ? », Cahier de l’URMIS, n° 7, juin 2001, p. 13.

37 L’initiative dite du Pacte mondial (Global compact) lancée par le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan en janvier 1999 trouve de nombreux partisans en Allemagne, notamment au ministère des Affaires étrangères, au ministère de l’Économie et au ministère de la Coopération et du Développement, mais aussi à la Fédération des entrepreneurs allemands (BDI), qui voient en cet instrument une approche innovante et pragmatique.

38 J. Steinhilber, « Von der Seine nach Seattle. Globalisierungskritik in und aus Frankreich », Frankreich Jahrbuch, Opladen, Leske + Budrich, 2002, p. 160.

39 En ce qui concerne les groupes d’intérêt, cette constatation faite par un groupe d’experts à la fin des années 1990 est toujours valable, cf. le rapport du Ladenburger Kolleg, « Globalisierung verstehen und gestalten », in U. Steger (dir.), Wirkungsmuster der Globalisierung, Ladenbourg, Gottlieb Daimler und Karl Benz Stiftung, 1998, p. 90.

40 Tel est du moins le diagnostic de C. Appel et M. Schipperges, Les Allemands, l’euro et la mondialisation, CIRAC, Working Paper n° 6, 2004, p. 29.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Évolution de l’utilisation du terme Globalisierung (mondialisation) dans la presse allemande.
Crédits Source : Institut für Deutsche Sprache, Mannheim, base de données IDS Korpora4.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Chercheur au Centre européen de recherches en sciences sociales (MZES) de l’université de Mannheim. Cet article s’appuie sur les résultats du projet de recherche SIR « Options stratégiques de la gouvernance internationale » financé par la fondation Volkswagen et conduit entre 2001 et 2004.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540