Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qui sont les Allemands ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Les Allemands et leur nation

Les identités régionales en Allemagne

Michael Weigl
Traduction de Isabelle Bonnefond

Texte intégral

  • 1 H. A. Winkler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte 1806-1933, Bonn, C. H. Beck Verlag, 2 (...)

1Les régions ont toujours occupé une place importante dans la politique et dans la société allemandes. Alors que l’Angleterre et la France avaient opté pour l’État national, l’État moderne s’est développé dès le Moyen Âge en Allemagne « à un niveau inférieur, l’échelon territorial1 ». Le Saint Empire romain germanique de la nation allemande comptait de nombreux États de taille petite et moyenne, à la souveraineté étendue ; ce n’est qu’au XVIIIe et au XIXe siècles que la carte politique territoriale gagna en clarté. La plupart des États qui subsistèrent, baptisés Länder à partir de 1919, existèrent de facto jusqu’en 1945, tout en perdant la plus grande partie de leur souveraineté lors de la fondation de l’Empire allemand. Leur puissance s’amoindrit considérablement avec l’uniformisation de l’Allemagne sous la dictature nationale-socialiste. La fin de la Deuxième Guerre mondiale et la division de l’Allemagne en zones d’occupation marquèrent la fin officielle des Länder, qui furent toutefois rapidement rétablis par les puissances d’occupation. Ces derniers existaient avant le Bund (État fédéral) et jouèrent un rôle dans l’adoption de sa structure fédérale.

  • 2 Cf. entre autres H.-M. Blitz, Aus Liebe zum Vaterland. Die deutsche Nation im 18. Jahrhundert, Hamb (...)
  • 3 Cf. H. Tajfel et J. C. Turner, « An Integrative Theory of Intergroup Conflict », in W. G. Austin et (...)
  • 4 Cf. N. Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1998.
  • 5 Cf. entre autres L. Festinger, « A Theory of Social Comparison Processes », Human Relations, n° 7/1 (...)

2Les consciences régionales commencèrent à voir le jour dès la fin du Moyen Âge et le début des temps modernes. Leur émergence fut favorisée par la philosophie des Lumières et les débats autour de la notion de patrie au XVIIIe siècle2. Alors que la conscience régionale peut être définie comme la perception qu’une personne a de son environnement dans un espace où se produisent des événements, des expériences et des activités, cette perception s’enrichit, dans les identités régionales, d’une dimension cognitive (réflexion régionale et recherche de solutions) et d’une dimension affective (attachement à la région). En tant qu’identité sociale3, l’identité régionale peut inciter à l’action en s’affranchissant du contexte, car elle fait partie des strates des identités personnelles4. Cela explique que les faiseurs d’opinion et les démultiplicateurs de la vie régionale proposent fréquemment des offres identitaires à la population, afin de légitimer leur propre action par une acceptation normative. Conformément à la théorie de la construction de l’identité dans l’altérité5, cette politique de gestion de l’identité obéit à une analyse intérieure : qu’est-ce qui est défini par la région ? Que peut-elle représenter ? Bref, quel peut être son rôle en termes d’inclusion ? Elle renvoie également à une confrontation avec l’extérieur, dont l’objectif est de définir ce qui distingue la région des autres et ce qu’elle exclut. L’identité est toujours un processus ; pour s’en doter, une région a besoin de s’affirmer durablement et publiquement. L’apparition d’identités régionales en Allemagne a obéi à ce paradigme et doit de ce fait être considérée comme un processus historique. Je le souligne dans ma description de cette identité et des Länder, principaux acteurs régionaux de la République fédérale d’Allemagne (RFA). Les Länder ont été supprimés dans la République démocratique allemande (RDA) en 1952 et n’ont été rétablis qu’après la réunification en 1990. Leur histoire récente accuse donc un trou de presque quarante ans, ce qui explique que j’ai ici choisi de distinguer les Länder de l’Ouest de ceux de l’Est.

Les identités microrégionales et mésorégionales dans les Länder de l’Ouest

3En Allemagne, les offres identitaires et les identités régionales sont surtout identifiables au niveau des microrégions, situées entre communes et Länder, ainsi que des mésorégions, c’est-à-dire des Länder. Les identités microrégionales ne sont pas calquées sur les contours des collectivités locales, mais forment un espace réuni autour de certaines caractéristiques. Elles sont donc avant tout un instrument efficace de promotion de l’économie, du tourisme et de la culture. Alors que l’impact politique direct des microrégions se fait généralement sentir dans l’espace local, les identités mésorégionales jouent un rôle fondamental pour les exécutifs des Länder, car elles peuvent être façonnées et instrumentalisées pour légitimer, motiver et justifier leur politique. Cependant, l’impact politique et la propension des identités mésorégionales à se laisser instrumentaliser varient, en Allemagne, énormément de l’une à l’autre. Les Länder qui sont, dans leur forme actuelle, des créations artificielles postérieures à la Deuxième Guerre mondiale, n’ont pas d’identité régionale qui corresponde à leurs frontières. Leur politique identitaire et leurs stratégies d’instrumentalisation de l’identité régionale diffèrent donc de celles des Länder qui affichent une continuité historique en matière de construction d’une identité régionale.

La construction d’une identité dans les Länder à continuité historique

  • 6 Le cas de ces deux villes n’est pas traité ici, car leur identité est plus locale que régionale.

4En dehors des deux villes hanséatiques de Brême et Hambourg, qui ont une longue tradition d’autonomie6, la Bavière et dans une certaine mesure le Schleswig-Holstein sont les deux seuls Länder où la continuité historique a été rétablie après la Deuxième Guerre mondiale.

Le Schleswig-Holstein, région de tradition

  • 7 Projets, études et publications dans Zukunft Meer. Studie für die Kanzlei des Landes Schleswig-Hols (...)
  • 8 Ministerium für ländliche Räume, Landesplanung, Landwirtschaft und Tourismus von Schleswig-Holstein (...)
  • 9 On dénombre en Allemagne environ 200 000 personnes qui se réclament de l’une des quatre minorités n (...)

5Les duchés de Schleswig et d’Holstein furent réunis dès 1386/1440. Ils fusionnèrent en 1867 pour former la province prussienne du Schleswig-Holstein ; la région retrouva son autonomie en 1946, après s’être vu reconnaître par les forces d’occupation britanniques le statut de Land autonome. Sur le plan identitaire régional, ce Land se définit comme la « région entre les mers », entourée par la mer du Nord et la Baltique : « La situation géographique côtière du Schleswig-Holstein influence depuis des siècles le développement de la région, l’identité et la culture de la population, ainsi que la structure économique et le monde du travail7. » L’exécutif régional a fait un argument de cette « tradition maritime8 », symbolique de l’identité mésorégionale ; c’est l’objectif de l’initiative prise en 2004 et baptisée « Zukunft Meer » (Avenir mer), qui cherche à créer une image utilisée par le gouvernement régional dans toutes ses interventions. L’ouverture au monde de la région, vantée dans une construction identitaire qui se réfère à la tradition hanséatique, légitime une coopération poussée avec les pays riverains de la Baltique, et trouve un écho dans la place faite aux minorités nationales, nombreuses au Schleswig-Holstein9.

  • 10 Statistisches Amt von Hamburg und von Schleswig-Holstein (éd.), Sprache, Kultur, Mentalität, <www.schleswig-holstein.de/artikel/1,3327,JGl0ZW09MzkwODY0NSQ_,00.html> [en d</www> (...)
  • 11 Interview de H. Simonis, Pinneberger Tagblatt, 25 août 2004 : « Wir haben das Land vorangebracht un (...)
  • 12 Cf. « In 15 Jahren gibt es den Nordstaat », Hamburger Abendblatt, 11 février 2005.

6L’identité régionale du Schleswig-Holstein est stable et efficace politiquement. Elle achoppe toutefois sur deux problèmes structurels. Premièrement, il n’existe pas de mentalité propre au Schleswig-Holstein susceptible d’apporter un soutien affectif à l’identité régionale. Les habitants de la région ont plutôt le sentiment de partager une mentalité propre au Nord de l’Allemagne, influencée par le protestantisme à la suite de la Réforme : « L’attitude factuelle et lucide propre au Nord de l’Allemagne et la grande réserve manifestée de prime abord par ses habitants s’expliquent par le fait que le catholicisme n’est que faiblement implanté dans cette région10. » Cette mentalité et le dialecte appelé « Platt » rattachent les habitants du Schleswig-Holstein à la macrorégion du Nord de l’Allemagne. Deuxièmement, le Land et son identité régionale sont aussi influencés par la proximité de Hambourg. Les impératifs politiques contraignent le Land à coopérer dans de nombreux domaines avec son voisin hambourgeois, et cette coopération a culminé avec la création d’une représentation commune à Bruxelles (« Hanse-Office »). L’attrait exercé par Hambourg et les nombreux points communs au sein de la macrorégion du nord de l’Allemagne sont des identités concurrentes pour l’autodétermination mésorégionale – concurrence qui d’ailleurs se retrouve au niveau politique. Alors que l’ancienne ministre-présidente du Schleswig-Holstein affirmait qu’il est impossible d’envisager un Land du Nord, car « le Schleswig-Holstein est une région aux traditions trop riches11 », son successeur plaide pour une association durable avec Hambourg. Même si le Land du Schleswig-Holstein est très présent dans l’identité régionale des habitants, plus de 50 % d’entre eux approuvent une telle union nord-allemande12.

La Bavière, un cas à part

  • 13 Déclaration de la chancellerie bavaroise, <www.bayern.de/Politik/Staatskanzlei/MPK/vorsitzLand_bayern.html> [en date du 4 septembre 2004].
  • 14 A. Kraus, « Die staatspolitische Bedeutung der bayerischen Geschichte », in W. Volkert et W. Ziegle (...)
  • 15 Cf. à ce sujet entre autres M. Weigl, Die politische Berichterstattung der österreichischen Vertret (...)

7Le secret de l’identité bavaroise réside dans la permanence d’une nation bavaroise au fil des siècles, qui a permis l’émergence d’une conscience régionale. Il s’agit là d’un élément essentiel de la construction de l’identité mésorégionale. « La Bavière est le Land le plus étendu et le plus ancien de la République fédérale d’Allemagne. Sa conscience de soi et sa volonté d’autonomie politique tirent leur origine d’une histoire plus que millénaire. Cet héritage historique perdure aujourd’hui. La Bavière a un visage bien à elle, tout en étant intégrée de façon indissociable dans la civilisation et l’histoire allemande et européenne13. » La conviction que « le sens de l’État et la compréhension des institutions de la monarchie doivent être transmis, car ils sont les garants de l’identité nationale face au cours de l’histoire14 », s’est ancrée tôt en Bavière. Au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, sa politique identitaire, confrontée aux défis que représente l’intégration des territoires conquis sur la Franconie actuelle et de la Souabe, privilégie l’inclusion. En 1871, le rattachement à l’Empire allemand, dominé par la Prusse, fait intervenir des éléments d’exclusion, qui accompagnent une politique de particularismes soulignés et d’autonomie nationale revendiquée. Même dans la Bavière nationale-socialiste, les politiques protestent immédiatement lorsque des rumeurs de dissolution du Land de Bavière se mettent à courir15.

  • 16 Propos du Ministre-président de Bavière W. Hoegner dans un article de la Süddeutsche Zeitung de nov (...)
  • 17 Cf. à ce sujet et sur d’autres facteurs de la CSU comme « modèle de réussite », A. Kießling, Die CS (...)

8Lorsque la Bavière est rétablie dans ses frontières en 1945, sans presque aucune modification par rapport à 1933, les politiques bavarois soulignent immédiatement la tradition ininterrompue de l’État bavarois. Ils continuent notamment d’intégrer à leur politique identitaire les références régionales des décennies qui ont précédé la prise de pouvoir par le régime nazi : « Il n’existe plus aujourd’hui d’Empire allemand, mais l’État bavarois revit, et nous devons le reconstruire avant d’envisager un nouvel Empire16 ». Le parti chrétien alors récemment fondé, qui adopte le nom de Christlich soziale Union (CSU), souscrit entièrement à cette référence à la Bavière et au fédéralisme, et le souligne en ne rejoignant pas le parti frère, la Christlich demokratische Union (CDU). La CSU est donc un parti indépendant. Ce « coup » lui a permis de s’établir à long terme dans l’État libre de Bavière (Freistaat) comme seul « parti bavarois », ce qui explique en grande partie sa domination sur la Bavière depuis 1962, tant au niveau du parti qu’à celui du gouvernement. Grâce à la densité de ses réseaux dans toutes les couches sociales17, la CSU peut mettre en œuvre une politique identitaire régionale très marquée. En Bavière, elle a ainsi réussi à doter l’identité bavaroise de contenus, ce qui en fait un Land à part. Le slogan initial de la CSU, « ordinateur portable et culotte de peau », est devenu un élément à part entière de la conscience bavaroise et de la projection de la Bavière vers l’extérieur. Pour la CSU, qui dit politique identitaire dit toujours politique pour le pouvoir, ce qui transparaît notamment dans les campagnes électorales. Le slogan utilisé lors de la campagne pour les élections européennes de 2004, « Une Bavière forte pour une Europe forte », suggère avec insistance à l’électeur que celui qui pense et ressent vraiment « bavarois » donne nécessairement sa voix aux chrétiens-sociaux. La CSU, qui a le vent en poupe grâce à la réussite économique du Freistaat depuis la Deuxième Guerre mondiale, incarne aux yeux d’une grande partie de la population le credo de la conscience bavaroise, résumé par les paroles « Mia san mia » (« Nous sommes nous »). L’identité bavaroise est sans aucun doute l’identité régionale la mieux ancrée dans la population allemande, et celle qui a le plus de poids politiquement.

La construction identitaire dans les Länder aux frontières artificielles

  • 18 Le cas de la ville de Berlin n’est pas traité ici, comme Brême et Hambourg.

9En 1945-1946, les troupes d’occupation alliées créèrent plusieurs Länder en se laissant guider moins par des traditions historiques que par la volonté de détruire la Prusse, jugée trop puissante. Le regroupement de traditions historiques différentes dans une entité administrative unique entraîna un découpage artificiel de tous ces Länder18, avec pour corollaire l’absence d’une identité régionale recouvrant les limites du Land. Bien que les exécutifs régionaux se soient efforcés de faire naître une identité propre à chaque Land, l’ancrage d’identités mésorégionales dans les différents Länder varie aujourd’hui d’une région à l’autre.

  • 19 Concernant les déclarations faites en 1990 par l’ancien responsable de la chancellerie de Rhénanie- (...)
  • 20 Cf. par exemple Th. Küster (dir.), Regionale Identitäten in Westfalen seit dem 18. Jahrhundert, Mün (...)
  • 21 P. Steinbrück, « NRW kann dem neuen Jahr selbstbewusst und zuversichtlich entgegenblicken », discou (...)
  • 22 Ibid.

10Les politiques affirment que tous les groupes de population de Rhénanie-Westphalie éprouvent un sentiment identitaire régional, ce que contestent les chercheurs19. On trouve en revanche de nombreuses identités microrégionales qui s’appuient sur des univers historiques et des frontières administratives, que le Land tente de rassembler dans une collectivité locale20. Les conséquences de cette diversité sont évidentes. Loin de répéter l’offre identitaire comme une litanie, à l’instar du gouvernement bavarois, les dirigeants politiques de Rhénanie-Westphalie ne font que rarement référence à une telle politique. Ils s’efforcent surtout d’exhorter la population à prendre conscience du fait qu’ils vivent dans le « Land le plus grand et le plus fort de la République fédérale », les traditions historiques étant largement limitées aux décennies postérieures à la Deuxième Guerre mondiale : « Nous ne devons pas hésiter à être plus sûrs de nous, à prendre conscience de ce que nous avons construit et réalisé dans les soixante années de l’histoire de notre région21. » Les fils de l’écheveau identitaire microrégional se rassemblent dans le « Land de la diversité », tandis que « la tradition unique de notre Land » est décrite de façon diffuse comme « la confiance dans ses capacités à ne pas rester les bras croisés et à s’attaquer aux problèmes22 ».

  • 23 E. Demski, Hessen, <ww.magazin-deutschland.de/bland/Hessen_4_04.php> [en date du 6 septembre 2004].
  • 24 Cf. H. Schilling et B. Ploch (dir.), Region. Heimaten der individualisierten Gesellschaft, Francfor (...)
  • 25 R. Koch, « Verantwortung für heute – Visionen für morgen », déclaration du Ministre-président du La (...)

11Tout comme la Rhénanie-Westphalie, la Hesse n’a pas d’identité mésorégionale : « Je n’ai jamais entendu quelqu’un dire : Je suis Hessois. [...] La Hesse abrite les Hessois et plusieurs milliers d’identités, qui ont toutes voulu et pu conserver leurs caractéristiques. La Hesse est entourée d’un cordon lâche et amical. Elle n’impose à personne le poids de l’histoire ou la fierté d’une ville, elle se contente d’être là23. » Après avoir constaté que les orientations régionales en Hesse ne forment pas de canevas identitaire commun permettant de créer un sentiment d’appartenance, l’exécutif régional a adopté une stratégie ambivalente en matière de politique identitaire24. Il lui est presque impossible d’argumenter sur le plan politique et de légitimer sa politique en se référant au label hessois. Pour associer affectivement les citoyens à sa politique, il doit cependant veiller à mener une politique identitaire mésorégionale. La Hesse est présentée comme une région au cœur de l’Europe. Les bénéfices, surtout économiques, de cette situation géographique sont mis en avant ; l’exécutif régional a aussi inscrit dans la liste de ses objectifs le programme ainsi résumé : « Nous voulons nous sentir plus identifiés et plus attachés à notre région25 ».

  • 26 C.-H. Hauptmeyer, Niedersachsen. Landesgeschichte und historische Regionalentwicklung im Überblick, (...)
  • 27 Présentation de l’identité régionale par la chancellerie de Basse-Saxe, <www.nieder-sachsen.de/master/C32562_N15003_L20_D0_I198.html> [en date du 6 septembre 20</www>

12Le projet de création d’une entité territoriale en Basse-Saxe a vu le jour dès la fin du XIXe siècle. La diversité régionale de la région a toutefois perduré après la Deuxième Guerre mondiale, après la réalisation de cet objectif. Oldenburg et Schaumburg-Lippe ont organisé en 1975 des référendums pour rétablir leurs Länder, mais « seuls » 31 et 39,5 % respectivement des électeurs ont voté dans ce sens. Jamais une identité « typiquement basse-saxonne » n’a émergé, et les particularismes régionaux et historiques ont perduré : « Cette situation géographique entre Est et Ouest, entre Nord et Sud, a toujours été déterminante pour la Basse-Saxe, dont la diversité spatiale s’enracine dans le Moyen Âge, et dont on savait déjà avant l’industrialisation que ses capacités économiques étaient moyennes. Ceci a favorisé au fil des siècles une combinaison d’ouverture et de repli, ainsi qu’une certaine diversité historique et culturelle, qui a toujours comporté un fort élément conservateur. Ce sont les fondations des identités régionales26 […]. » Compte tenu de la situation, la politique identitaire de l’exécutif de Basse-Saxe se limite à quelques slogans utilisés pour créer un sentiment d’appartenance au Land : « Ils sont ainsi, les Bas-Saxons. Ils réfléchissent longtemps, mais agissent rapidement. Et ils gagnent27. »

  • 28 K. Beck, « Verantwortung für Rheinland-Pfalz. Unsere Heimat. Unsere Zukunft », déclaration du Minis (...)

13La Rhénanie-Palatinat abrite également des identités régionales différentes, renvoyant elles aussi à l’histoire d’une autonomie. La politique identitaire de l’exécutif régional cherche à établir un équilibre entre ces identités régionales, en soulignant leurs points communs (la Rhénanie-Palatinat est un pays vinicole et la terre des classes moyennes) et en mettant en exergue la situation frontalière de la région, élément concret pour l’ensemble de la population. En décrivant la Rhénanie-Palatinat comme une « région au cœur de l’Europe » (Kernregion), l’exécutif régional espère continuer à bénéficier d’un soutien à sa politique européenne, qui est surtout tournée vers la France : « En raison de sa situation géographique, de son expérience historique et de ses particularités sociales, culturelles et économiques, la Rhénanie-Palatinat a toujours lutté pour l’unité européenne28. » Le fait que le ministre-président parle de la Rhénanie-Palatinat comme d’un « pays » dénote les efforts déployés pour établir une identité mésorégionale. Cet instrument politique n’a cependant pas été d’une grande utilité jusqu’à présent.

  • 29 Lors d’un autre référendum, dans le pays de Bade en 1970, 81,9 % des électeurs se prononcèrent pour (...)
  • 30 E. Teufel, « Baden-Württemberg. Erfolgreich, weil menschlich », déclaration du Ministre-président d (...)
  • 31 Ibid.

14Le Land de Bade-Wurtemberg n’a été créé qu’en 1952, après que 69,7 % des électeurs eurent approuvé la création d’un Land dans le Sud-Ouest de l’Allemagne lors d’un référendum organisé en 1951. Ce nouveau Land partait avec un handicap, car les Badois avaient exprimé leur scepticisme face à une fusion avec le Wurtemberg. Bien que ce Land puisse se targuer de résultats remarquables en matière d’intégration29, aucune identité mésorégionale ne s’est ancrée jusqu’à présent dans la population. La disparition d’antagonismes vieux de plusieurs siècles entre l’identité badoise et l’identité souabe dominante dans le Wurtemberg n’est pas pour demain. L’exécutif régional, basé à Stuttgart, souligne donc l’importance de ses régions pour le Land, car « le Bade-Wurtemberg se nourrit de la puissance et du rayonnement de ses régions ».30 Dans des campagnes publicitaires destinées à générer un courant de sympathie pour le Land, il s’efforce parallèlement de présenter le Bade-Wurtemberg comme une « terre d’envergure […] moderne et dynamique, tournée vers le monde et attachée à ses racines […] performante parce qu’humaine31 ». Bien que ce Land soit jeune, le potentiel politique de l’identité régionale du Bade-Wurtemberg est plus fort que celui de la plupart des autres Länder qui sont le fruit d’un découpage artificiel. C’est surtout la puissance économique du Land qui crée une identité commune aux deux identités distinctes.

  • 32 Depuis le Congrès de Vienne en 1815, ces territoires appartenaient à la Prusse, à la Bavière et à d (...)
  • 33 J. Schmidt, Perspektiven saarländischer Geschichte, <jkg-lebach.bei.t-online.de/prart46.htm> [en date du 6 septembre 2004].
  • 34 P. Müller, « Das Saarland in Europa. Die Zukunft gemeinsam gestalten », déclaration du Ministre-pré (...)
  • 35 L’héritage traditionnel des mines est réutilisé pour des projets économiques et culturels. Cf. Land (...)
  • 36 Cf. B. Jellonek et M. Schweigerer-Kartmann, « Saarland », Der Bürger im Staat, n° 1-2/1999, p. 77-8 (...)

15Le détachement de la Sarre de l’Empire allemand et son administration par une commission gouvernementale de la Société des Nations après la Première Guerre mondiale ont permis à cette région, pour la première fois de son histoire, de constituer une entité administrative32. L’identité régionale, inexistante jusque-là, commença à se développer en réaction contre la France, qui s’était assuré la propriété des mines de charbon. Après la Deuxième Guerre mondiale, alors que la Sarre avait un « statut autonome », l’idée qu’elle était un pont entre la France et l’Allemagne fit son chemin. L’idée européenne entraîna alors « la formation d’une identité européenne chez une grande partie de la nouvelle génération33 ». Elle reste une caractéristique essentielle des projets identitaires : la Sarre, terre de civilisation européenne, est « notre pays, l’Allemagne notre patrie et l’Europe notre avenir34 ». L’exécutif régional gère cette identité de façon habile. Ainsi, son slogan « moderne et humain » associe passé, présent et avenir35. L’identité régionale sarroise reste cependant ambivalente. Bien que l’identité mésorégionale soit encore loin d’être ancrée solidement dans la population, la situation périphérique de la Sarre a engendré un fort sentiment d’appartenance à ce Land face aux centres de pouvoir qui changent36. Contrairement au Bade-Wurtemberg, ce n’est pas la puissance économique qui crée son identité, mais plutôt l’expérience d’une administration étrangère, de la périphérie et de l’incertitude économique (disparition des mines).

  • 37 Les exécutifs régionaux de Bavière (la CSU participe au gouvernement depuis 1946, excepté de 1954 à (...)

16On conclura en relevant que les exécutifs des Länder dont les identités mésorégionales ne sont pas stables ne misent pas tant sur l’affectif dans la mise en œuvre de leur politique, et ne mettent pas en avant l’appartenance à une communauté. Ils jouent plutôt sur la force de persuasion des débats factuels. Le pouvoir régional repose sur des fondements moins affectifs, ce qui a une incidence indirecte sur les relations avec l’État fédéral, dans la mesure où les identités mésorégionales stables favorisent le parti qui gouverne le Land. Si l’exécutif régional et les partis qui le composent sont perçus par les citoyens comme défendant les identités mésorégionales, les partis peuvent toucher des couches d’électeurs jusque là inaccessibles. À une époque où les liens traditionnels avec les partis ne cessent de se distendre, ce type de politique identitaire offensive peut créer une passerelle affective entre la politique et le citoyen, et influer sur le résultat des élections37. Cet effet se fait sentir à long terme et renforce le poids de l’exécutif régional sur le plan fédéral, essentiellement au Bundesrat. En revanche, la conscience régionale dans l’ensemble des Länder suffit à court terme pour obtenir une certaine efficacité sur le plan national. Ainsi, le candidat à la chancellerie obtient généralement un meilleur résultat dans son Land qu’à l’échelon national.

Le cas de l’Est de l’Allemagne : macrorégion identitaire ou diversité d’identités mésorégionales et microrégionales ?

  • 38 Berlin-Est n’est pas pris en compte ici, tout comme Brême, Hambourg et Berlin-Ouest.

17La question de savoir si une identité régionale propre à l’Est de l’Allemagne a émergé depuis la réunification est cruciale d’un point de vue politique. Si la réponse est affirmative, cela revient à cimenter le fameux « mur dans les têtes » entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest. La politique doit alors réagir en modifiant structurellement sa politique de gestion identitaire, en se posant moins en « facteur » de l’identité allemande et plus en relais des identités allemandes. Les démultiplicateurs potentiels de l’identité est-allemande sont d’abord les dirigeants politiques des exécutifs régionaux. Les Länder de l’Est, à savoir le Mecklembourg-Poméranie occidentale, le Brandebourg, la Thuringe, la Saxe-Anhalt et la Saxe, n’ont été créés qu’après la réunification des deux Allemagne38. Les nouveaux Länder ont adopté la division territoriale qui a prévalu en RDA jusqu’en 1952. Ils sont donc, comme en Allemagne de l’Ouest, un mélange de territoires étendus, aux riches traditions, et de territoires découpés artificiellement après la Deuxième Guerre mondiale.

  • 39 H. Ringstorff, déclaration du ministre-président à l’occasion du 10e anniversaire de la création du (...)
  • 40 H. Ringstorff, « Zukunft sichern. Für ein selbstbewusstes und modernes Land », déclaration du Minis (...)
  • 41 Ibid.

18Bien que le Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale n’ait été créé qu’en 1945, par la réunion du Land de Mecklembourg et de la province prussienne de Poméranie, il souligne énergiquement sa « civilisation millénaire ». La notion de civilisation est au cœur d’une politique identitaire engagée, qui s’appuie sur les traditions différentes des deux parties constitutives du Land. Cette politique s’efforce de créer, à partir de ces éléments, une identité mésorégionale homogène censée être « l’héritage unique du passé millénaire » de ces traditions. « Le Mecklembourg-Poméranie occidentale a une vie culturelle riche, qui associe les traditions culturelles du Mecklembourg et de la Poméranie occidentale39. » L’accent est mis sur la civilisation et la culture qui améliorent la qualité de vie, créent une identité et renforcent le sentiment des citoyens d’appartenir à un pays : « Celui qui sait où il se trouve peut-être plus sûr de lui, et plus ouvert vis-à-vis de ce qui est étranger et différent. Cette capacité de tolérance et l’ouverture vers le monde contribuent à déterminer l’avenir du Mecklembourg-Poméranie occidentale40. » Face à ceux qui critiquent la dégradation de la situation économique du Land, l’exécutif régional brandit l’instrument identitaire en affirmant que les Mecklembourgeois et les Poméraniens sont passés « maîtres dans l’euphémisme » et que leurs succès sont dénigrés41.

  • 42 Cf. par exemple M. Platzeck, « Modernisierung mit märkischer Prägung », déclaration du Ministre-pré (...)
  • 43 Cf. M. Peter, « Wir werden arm sein, aber glücklich. Fusion Berlin-Brandenburg auf das Jahr 2013 ve (...)
  • 44 Au sujet de ces tensions, voir pour un tour d’horizon W. Künzel, « Brandenburg », Der Bürger im Sta (...)
  • 45 La Marche de Brandebourg est une contrée historique qui comprend la plus grande partie du Brandebou (...)
  • 46 M. Platzeck, « Modernisierung mit märkischer Prägung », déclaration du Ministre-président, 13 novem (...)
  • 47 En mars 2003, 57 % des personnes interrogées au Brandebourg approuvèrent cette fusion, rejetée par (...)

19Le Brandebourg, cœur de l’empire de Prusse, a joué un rôle très important dans l’histoire, avant d’être ravalé en 1815 au rang de province prussienne. L’exécutif du Brandebourg mène une politique identitaire qui, malgré ces riches traditions, est confrontée à un dilemme. Certes, son objectif affiché est de promouvoir une identité brandebourgeoise42. Il ne peut cependant guère favoriser l’émergence d’une conscience régionale, sans quoi il risquerait de remettre en cause le projet, qu’il caresse déjà depuis longtemps, de fusion du Brandebourg avec Berlin en un seul Land. Une première tentative de fusion a échoué en 1996 : lors d’un référendum, les Brandebourgeois avaient voté contre une réunion avec Berlin – à la surprise générale. Dix ans plus tard, seule une minorité de citoyens approuve ce projet, si bien que le prochain référendum n’aura lieu qu’en 2013, au grand regret des dirigeants du Land43. Ce résultat s’explique entre autres par la peur d’une absorption par ce voisin enclavé dans le Brandebourg. Cependant, le résultat du référendum témoigne aussi d’une conscience régionale développée, où survivent les tensions qui existent depuis le Xe siècle entre Berlin et le Brandebourg, et qui se sont manifestées notamment sous le régime de la SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands)44. Face à cette situation, l’exécutif du Brandebourg tente d’établir une identité brandebourgeoise moins explicite ; pour cela, il emploie la formule moins contraignante de « vertus de la Marche45 » ayant fait leurs preuves, comme la sobriété, la fiabilité, la parcimonie et la persévérance : « La modernité bien comprise s’appuie sur la tradition et l’identité, qui sont les clés du succès. C’est là que réside notre grande chance, la grande chance du Brandebourg. La modernisation à la façon de la Marche commence à notre niveau46. » Cette stratégie du gouvernement du Brandebourg semble fonctionner, du moins en ce qui concerne l’adhésion des citoyens au projet de fusion du Brandebourg avec Berlin, qui semble avoir considérablement progressé47.

  • 48 D. Althaus, « Auf Thüringens Stärken setzen », déclaration du Ministre-président, 3 juillet 2003.
  • 49 Ibid.

20La seule continuité historique dont peut se targuer le Land de Thuringe est son éclatement durable en de nombreux petits États jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Bien que le Land de Thuringe n’ait été créé qu’en 1920 et que sa capitale actuelle, Erfurt, n’ait été intégrée à la région qu’en 1944, l’exécutif régional actuel de la Thuringe est celui qui fait le plus d’efforts pour établir une identité mésorégionale, exception faite des gouvernements de la Bavière et de la Saxe : « Notre histoire thuringeoise est encombrante comme l’histoire allemande. Elle se caractérise par des fractures qui sont parfois difficilement explicables. Pourtant, il est de notre devoir d’en parler sans cesse, et de tirer les conséquences qui s’imposent. […] Nous autres Thuringeoises et Thuringeois ressentons qu’il est de notre devoir de défendre la liberté et la démocratie48 […]. » L’histoire de la Thuringe regorge d’exemples qui sont autant de mises en garde et d’encouragements pour le présent et l’avenir ; elle est la pièce maîtresse d’une politique identitaire offensive, dont les politiques pensent déjà pouvoir récolter les fruits : « La prise de conscience de l’importance de notre histoire, de notre culture et de nos valeurs sont les fondations que nous devons protéger et renforcer. Je me félicite que nous ayons réussi à les reconstruire au cours de ces treize dernières années49. »

  • 50 W. Böhmer, « Sachsen-Anhalt im Aufbruch. Ein traditionsreiches Land mit Zukunft », déclaration du M (...)
  • 51 Cf. le sondage sur les fusions des Länder réalisé par le Leipziger Institut für Marktforschung (IM) (...)

21Le Land de Saxe-Anhalt a également été caractérisé par un morcellement territorial marqué jusqu’au XIXe siècle. Malgré ces similitudes historiques, l’exécutif de Saxe-Anhalt pratique une politique identitaire qui suit des chemins radicalement différents de ceux adoptés par son voisin thuringeois. Au lieu de vouloir créer une identité mésorégionale en maniant les références aux traditions régionales, le gouvernement mise surtout sur un soutien aux institutions promouvant l’identité. De l’aveu même du gouvernement régional, le soutien aux traditions et à la terre revêt des formes variées en Saxe-Anhalt. Il se contente donc de souligner que le Land est une « région de traditions et d’avenir50 ». Un sondage réalisé au printemps 2003 montre que cette stratégie conduit davantage au renforcement d’une identité microrégionale qu’à l’émergence d’une identité mésorégionale : les habitants de Saxe-Anhalt ont été les seuls à se prononcer majoritairement pour la fusion de la Saxe, de la Saxe-Anhalt et de la Thuringe en un seul Land de « Mitteldeutschland51 ».

  • 52 M. Sagurna, « Marketing in der Politik. Die Marke Freistaat Sachsen », discours du secrétaire d’Éta (...)
  • 53 Ibid.
  • 54 G. Milbradt, « Wir wollen der moderne Teil Deutschlands werden », déclaration du Ministre-président (...)

22Dès l’année de la réunification, le Land de Saxe a entrepris de mettre en œuvre une politique identitaire dont l’objectif était que « les Saxons eux-mêmes redécouvrent la Saxe52 », afin de promouvoir une identité des citoyens et des institutions publiques. La conscience régionale saxonne, qui a perduré pendant les années de la RDA, s’est rapidement transformée en « fierté saxonne », employée par la politique pour bâtir un concept identitaire homogène : « Dès le début, nous avons souligné que ce qui rend la Saxe inimitable, c’est sa combinaison de culture, d’économie et de sciences, qui traverse tel un fil d’Ariane l’histoire de la Saxe. À cela s’ajoutent l’identité historique d’un Land à l’histoire millénaire et la mentalité de sa population, caractérisée par l’ardeur au travail, l’amabilité et le souci d’harmonie53. » La réussite de cette politique identitaire est le résultat d’une gestion identitaire engagée depuis 1990 par les politiques, qui se fonde sur une tradition saxonne remontant au Xe siècle. Celle-ci avait déjà permis l’émergence d’une forte identité régionale avant la dissolution du Land en 1952. Ce potentiel, désormais réactivé, est exploité dans les slogans qui soulignent que la Saxe tire sa force « de ses traditions et de sa culture54 ». Cette politique identitaire est l’une des recettes du succès de la réélection de l’exécutif régional depuis 1990 à chaque échéance électorale, malgré les fortes turbulences économiques. L’identité saxonne n’est pas liée de façon exclusive à la CDU – contrairement à l’identité bavaroise, liée à la CSU –, comme l’a montré le mauvais résultat de ce parti lors des élections régionales de 2004.

  • 55 Cf. A. Thumfart, « Politische Kultur in Ostdeutschland », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 39-40, (...)
  • 56 Cf. J. Falter, O. W. Gabriel et H. Rattinger (dir), Wirklich ein Volk ? Die politischen Orientierun (...)

23Cette brève description de la politique identitaire actuelle des Länder de l’Est de l’Allemagne montre les différences structurelles de leurs stratégies par rapport aux Länder de l’Ouest. On constate par ailleurs qu’aucun exécutif régional ne parle d’identité est-allemande, mais que leur objectif est plutôt d’établir une conscience régionale dans le Land par rapport à l’État fédéral. Les exécutifs régionaux ne sont donc pas les démultiplicateurs d’une identité est-allemande. Seul le PDS (Partei des demokratischen Sozialismus), qui a succédé à la SED, ancien parti gouvernemental de la RDA, s’en fait le défenseur. Le PDS est un parti régional qui n’est implanté que dans les Länder à l’Est ; sa survie passe donc par le maintien ou le renforcement d’une conscience propre à l’Est de l’Allemagne. Si cette politique a réussi jusqu’à présent, c’est surtout parce que ce parti a su jouer avec habileté sur les manières de voir différentes de l’Est et de l’Ouest, qui sont attestées par les sondages, et en a tiré profit pour sa politique. Les Allemands de l’Est continuent de penser que la RDA était bien plus performante que l’Allemagne réunifiée sur le plan de la solidarité, des prestations sociales, de la vie en communauté, de la reconnaissance par la société du travail fourni et de l’égalité des chances55. De même, les habitants des nouveaux Länder émettent des jugements plus négatifs sur la démocratie et sur la façon dont elle est pratiquée en Allemagne fédérale56.

  • 57 Cf. T. Ahbe et M. Gibas, « Der Osten in der Berliner Republik », Aus Politik und Zeitgeschichte, B (...)
  • 58 Cf. K. Neller, « DDR-Nostalgie ? Analysen zur Identifikation der Ostdeutschen mit ihrer politischen (...)
  • 59 Cf. par exemple Reuters Allemagne en date du 29 août 2004, « Schröder warnt vor Ost-West-Spaltung. (...)
  • 60 Sur ce point, voir la contribution de Cl. Demesmay dans cet ouvrage.
  • 61 Cf. K. Bauer-Volke et I. Dietzsch (dir), Labor Ostdeutschland. Kulturelle Praxis im gesellschaftlic (...)

24Les résultats des sondages57 confirment que les valeurs et les normes de la RDA se sont transmises jusqu’à aujourd’hui, et que la réunification a occasionné un choc de modernisation. Mais les études empiriques ne concluent pas, contrairement à ce que l’on dit souvent, que les Allemands de l’Est éprouvent une forte nostalgie vis-à-vis de la RDA58. Ceux-ci sont pourtant nombreux à se sentir à la fois citoyens de l’Allemagne fédérale et citoyens de la RDA. Le sentiment de n’être pas encore intégré dans la République fédérale conforte la crainte de devenir des citoyens de deuxième zone dans l’Allemagne réunifiée. Cette crainte s’est exprimée notamment dans les manifestations de protestation organisées contre la réforme du marché du travail, adoptée à l’été 2004 par le gouvernement fédéral59. « L’unité intérieure » entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest est bien loin d’être concrétisée. On ne peut toutefois pas parler d’une véritable identité est-allemande. Ce qui réunit les citoyens des nouveaux Länder, ce n’est pas leur conscience d’une région est-allemande, mais plutôt l’expérience de la vie sous un régime socialiste et les déceptions économiques qu’ils ont vécues depuis 199060. Il n’existe pas de politique identitaire commune à tout l’Est de l’Allemagne, mais les régionalismes déterminent de plus en plus les identités personnelles des Allemands de l’Est sur le plan local et communautaire61. Les efforts des exécutifs régionaux en faveur d’une politique identitaire vont dans le sens de cette évolution.

  • 62 Certains événements, tels que les attentats du 11 septembre 2001 et la guerre d’Irak, jouent un rôl (...)
  • 63 W. Weidenfeld, « Geschichte und Identität », in W. Weidenfeld et K.-R. Korte (dir.), Deutschland Tr (...)
  • 64 Cf. à ce sujet M. Weigl et L. C. Colschen, « Geschichte und Politik », in W. Weidenfeld et K.-R. Ko (...)

25Aucune tentative de construction d’une région historique de l’Est de l’Allemagne ne se dessine actuellement. Elle serait d’ailleurs vouée à l’échec en raison de l’hétérogénéité historique et culturelle de la région. Il n’existe pas plus de culture que d’histoire ou de mentalité est-allemandes. La conscience est-allemande est un simple code pour des expériences partagées, qui n’ont pas d’autre fondement historique. Ce code, qui est la clé d’une communauté de destin, ne sert que tant que celle-ci perdure. Les manifestations récentes contre la politique du gouvernement fédéral ont montré qu’une dynamique allemande globale sous-tend la composante économique de la conscience est-allemande. Nées dans l’Est de l’Allemagne, ces manifestations se sont rapidement étendues à l’Ouest. Ces expériences partagées par l’Est et l’Ouest de l’Allemagne rapprochent, tout comme l’histoire vécue en commun62, et peuvent ainsi relativiser les différences entre l’Est et l’Ouest dans la mémoire culturelle63. Je conclurai en disant qu’il existe une conscience est-allemande, même si elle n’est pas cruciale politiquement, dans la mesure où il existe également une conscience du Nord, du Sud et du Centre de l’Allemagne. La politique doit en tenir compte en intégrant dans sa politique identitaire les points de vue spécifiques à l’Est de l’Allemagne64. En revanche, la conscience régionale est-allemande n’est pas encore suffisamment mature pour déboucher sur une identité régionale, normative à long terme et efficace sur le plan politique. Il n’existe que peu d’indices suggérant une survenue de ce phénomène au cours des prochaines années. Aujourd’hui, les constructions identitaires de la population est-allemande mêlent des reliquats de la socialisation est-allemande et des éléments propres à l’Allemagne dans son ensemble.

Conclusion

  • 65 Cf. W. Weidenfeld, « Geschichte und Identität », op. cit.
  • 66 Voir par exemple les résultats du projet de recherche « Historische Prägestempel in grenzregionalen (...)

26Les identités régionales jouent en Allemagne un rôle essentiel dans l’image que les citoyens se font d’eux-mêmes. Mais elles peuvent aussi être instrumentalisées, en particulier par les politiciens régionaux, qui peuvent aisément y recourir pour justifier leurs actions et communiquer à leur propos. Les identités régionales s’inscrivent souvent dans des continuités historiques, que les citoyens thématisent et construisent. En se référant à des conquêtes politiques, sociales, économiques, culturelles et mentales positivement connotées, ancrées aussi bien dans le passé que dans le présent, elles créent un sentiment d’appartenance à la région. Il n’y a pas vraiment eu, sur le même modèle, création d’une identité allemande qui aurait fusionné des traditions séculaires pour en faire un vecteur d’identité cohérent. Si tel est le cas, c’est notamment en raison de l’hypothèque que représentent le national-socialisme et l’Holocauste65. Ainsi, pour nombre d’Allemands, une « relation amoureuse » à la sphère régionale ne saurait être mise sur le même plan que le difficile combat intellectuel pour une conscience de soi allemande. En revanche, cet enracinement régional ne s’oppose nullement à une conscience européenne abstraite. Au contraire, les identités régionales ont précisément tendance à se référer à des traditions transfrontalières et « européennes ». En même temps, les Allemands acceptent généralement l’intégration européenne tant qu’ils ne la perçoivent pas comme un danger, réel comme émotionnel, pour leur propre identité régionale. La tentative de créer des espaces identitaires transfrontaliers, par le biais des eurorégions, est révélatrice de cette ambivalence66. En effet, ceux qui s’engagent pour des eurorégions en appellent essentiellement aux traditions transfrontalières de leur région. Pour eux, de telles initiatives ne contribuent pas seulement à la compréhension entre les peuples, mais aussi à la perpétuation économique et culturelle de leur région, et ce, conformément à leurs traditions. Pour ceux qui, au contraire, font preuve de scepticisme vis-à-vis des eurorégions, voire les rejettent, l’ouverture de la région risque de la « saigner » (ausbluten), à la fois sur le plan économique que culturel. Dans ces conditions, il semble que les identités régionales en Allemagne peuvent représenter une chance, mais aussi une charge pour l’intégration européenne.

Notes

1 H. A. Winkler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte 1806-1933, Bonn, C. H. Beck Verlag, 2002, p. 5.

2 Cf. entre autres H.-M. Blitz, Aus Liebe zum Vaterland. Die deutsche Nation im 18. Jahrhundert, Hambourg, Hamburger Edition, 2000.

3 Cf. H. Tajfel et J. C. Turner, « An Integrative Theory of Intergroup Conflict », in W. G. Austin et S. Worchel (dir.), The Social Psychology of Intergroup Relations, Monterey, Brooks/Cole, 1979, p. 33-48.

4 Cf. N. Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1998.

5 Cf. entre autres L. Festinger, « A Theory of Social Comparison Processes », Human Relations, n° 7/1954, p. 117-140.

6 Le cas de ces deux villes n’est pas traité ici, car leur identité est plus locale que régionale.

7 Projets, études et publications dans Zukunft Meer. Studie für die Kanzlei des Landes Schleswig-Holstein, Kiel, Landesregierung Schleswig-Holstein, 2004, p. 15.

8 Ministerium für ländliche Räume, Landesplanung, Landwirtschaft und Tourismus von Schleswig-Holstein (éd.), Tourismuskonzeption Schleswig-Holstein. « Natürlich erfolgreich », Kiel, IHK, 2002, p. 13. Souligné dans l’original.

9 On dénombre en Allemagne environ 200 000 personnes qui se réclament de l’une des quatre minorités nationales (Danois, Frisons, Sinté et Rom, Sorabes) ; la moitié d’entre elles vivent dans le Schleswig-Holstein.

10 Statistisches Amt von Hamburg und von Schleswig-Holstein (éd.), Sprache, Kultur, Mentalität, <www.schleswig-holstein.de/artikel/1,3327,JGl0ZW09MzkwODY0NSQ_,00.html> [en date du 6 septembre 2004].

11 Interview de H. Simonis, Pinneberger Tagblatt, 25 août 2004 : « Wir haben das Land vorangebracht und werden das auch in Zukunft tun. »

12 Cf. « In 15 Jahren gibt es den Nordstaat », Hamburger Abendblatt, 11 février 2005.

13 Déclaration de la chancellerie bavaroise, <www.bayern.de/Politik/Staatskanzlei/MPK/vorsitzLand_bayern.html> [en date du 4 septembre 2004].

14 A. Kraus, « Die staatspolitische Bedeutung der bayerischen Geschichte », in W. Volkert et W. Ziegler (dir.), Im Dienst der bayerischen Geschichte. 70 Jahre Kommission für bayerische Landesgeschichte. 50 Jahre Institut für bayerische Geschichte, Munich, C. H. Beck, 1999, 2e édition révisée, p. 1-17, ici p. 3.

15 Cf. à ce sujet entre autres M. Weigl, Die politische Berichterstattung der österreichischen Vertretungsbehörden in München 1918-1938, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2005.

16 Propos du Ministre-président de Bavière W. Hoegner dans un article de la Süddeutsche Zeitung de novembre 1945 ; cité par P. J. Kock, « Bayern nach dem Zweiten Weltkrieg », in M. Treml, Geschichte des modernen Bayern. Königreich und Freistaat, Munich, Bayerische Landeszentrale für politische Bildungsarbeit, 1994, p. 375-474, ici p. 385 sqq.

17 Cf. à ce sujet et sur d’autres facteurs de la CSU comme « modèle de réussite », A. Kießling, Die CSU. Machterhalt und Machterneuerung, Wiesbaden, VS Verlag, 2004.

18 Le cas de la ville de Berlin n’est pas traité ici, comme Brême et Hambourg.

19 Concernant les déclarations faites en 1990 par l’ancien responsable de la chancellerie de Rhénanie-Westphalie, Wolfgang Clement, et le rejet de ces thèses par les chercheurs, voir D. Geuenich, « préface », in D. Geuenich (dir), Der Kulturraum Niederrhein von der Antike bis zum 18. Jahrhundert, Bottrop-Essen, Pomp, 1996, p. 7-10.

20 Cf. par exemple Th. Küster (dir.), Regionale Identitäten in Westfalen seit dem 18. Jahrhundert, Münster, Aschendorff, 2002.

21 P. Steinbrück, « NRW kann dem neuen Jahr selbstbewusst und zuversichtlich entgegenblicken », discours prononcé par le Ministre-président à l’occasion de la nouvelle année, Düsseldorf, 31 décembre 2003.

22 Ibid.

23 E. Demski, Hessen, <ww.magazin-deutschland.de/bland/Hessen_4_04.php> [en date du 6 septembre 2004].

24 Cf. H. Schilling et B. Ploch (dir.), Region. Heimaten der individualisierten Gesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Institut für Kulturanthropologie und Europäische Ethnologie, 1995.

25 R. Koch, « Verantwortung für heute – Visionen für morgen », déclaration du Ministre-président du Land de Hesse devant la diète régionale, 23 avril 2003.

26 C.-H. Hauptmeyer, Niedersachsen. Landesgeschichte und historische Regionalentwicklung im Überblick, Hanovre, Oldenburg Verlag, 2004, p. 135.

27 Présentation de l’identité régionale par la chancellerie de Basse-Saxe, <www.nieder-sachsen.de/master/C32562_N15003_L20_D0_I198.html> [en date du 6 septembre 2004].

28 K. Beck, « Verantwortung für Rheinland-Pfalz. Unsere Heimat. Unsere Zukunft », déclaration du Ministre-président de Rhénanie-Palatinat, 21 mai 2001.

29 Lors d’un autre référendum, dans le pays de Bade en 1970, 81,9 % des électeurs se prononcèrent pour le maintien dans le Bade-Wurtemberg.

30 E. Teufel, « Baden-Württemberg. Erfolgreich, weil menschlich », déclaration du Ministre-président devant la diète régionale du Bade-Wurtemberg, 20 juin 2001.

31 Ibid.

32 Depuis le Congrès de Vienne en 1815, ces territoires appartenaient à la Prusse, à la Bavière et à d’autres petits États.

33 J. Schmidt, Perspektiven saarländischer Geschichte, <jkg-lebach.bei.t-online.de/prart46.htm> [en date du 6 septembre 2004].

34 P. Müller, « Das Saarland in Europa. Die Zukunft gemeinsam gestalten », déclaration du Ministre-président devant la diète régionale, 8 mai 2002.

35 L’héritage traditionnel des mines est réutilisé pour des projets économiques et culturels. Cf. Landesregierung Saarland (éd.), Modern und menschlich – Das Saarland auf dem Weg zur Modellregion. Halbzeitbilanz 2002, Sarrebruck, Landesregierung Saarland, 2002.

36 Cf. B. Jellonek et M. Schweigerer-Kartmann, « Saarland », Der Bürger im Staat, n° 1-2/1999, p. 77-84.

37 Les exécutifs régionaux de Bavière (la CSU participe au gouvernement depuis 1946, excepté de 1954 à 1957) du Schleswig-Holstein (CDU 1950-1988, SPD depuis 1988) et du Bade-Wurtemberg (CDU depuis 1953), se distinguent par des périodes particulièrement longues de participation au gouvernement.

38 Berlin-Est n’est pas pris en compte ici, tout comme Brême, Hambourg et Berlin-Ouest.

39 H. Ringstorff, déclaration du ministre-président à l’occasion du 10e anniversaire de la création du Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale, 18 octobre 2000.

40 H. Ringstorff, « Zukunft sichern. Für ein selbstbewusstes und modernes Land », déclaration du Ministre-président au début de la 4e législature 2002-2006, 11 décembre 2002.

41 Ibid.

42 Cf. par exemple M. Platzeck, « Modernisierung mit märkischer Prägung », déclaration du Ministre-président, 13 novembre 2002.

43 Cf. M. Peter, « Wir werden arm sein, aber glücklich. Fusion Berlin-Brandenburg auf das Jahr 2013 verschoben », Das Parlament, vol. 4/2005, p. 9.

44 Au sujet de ces tensions, voir pour un tour d’horizon W. Künzel, « Brandenburg », Der Bürger im Staat, n° 1-2/1999, p. 31-36.

45 La Marche de Brandebourg est une contrée historique qui comprend la plus grande partie du Brandebourg actuel ainsi que Berlin, entre autres territoires.

46 M. Platzeck, « Modernisierung mit märkischer Prägung », déclaration du Ministre-président, 13 novembre 2002.

47 En mars 2003, 57 % des personnes interrogées au Brandebourg approuvèrent cette fusion, rejetée par 42 % des sondés. Cf. le sondage sur la fusion des Länder réalisé par le Leipziger Institut für Marktforschung (IM) : <www.mittel-de.de/gesamt/inhaltgesamt/showcontent.php3 ?cat_research4&meta_research4&main_research4&rand_research4> [en date du 6 septembre 2004].

48 D. Althaus, « Auf Thüringens Stärken setzen », déclaration du Ministre-président, 3 juillet 2003.

49 Ibid.

50 W. Böhmer, « Sachsen-Anhalt im Aufbruch. Ein traditionsreiches Land mit Zukunft », déclaration du Ministre-président devant le Landtag, 20 juin 2002.

51 Cf. le sondage sur les fusions des Länder réalisé par le Leipziger Institut für Marktforschung (IM), op. cit.

52 M. Sagurna, « Marketing in der Politik. Die Marke Freistaat Sachsen », discours du secrétaire d’État chargé des médias et porte-parole Michael Sagurna devant le Marketing-Club-Chemnitz e. V., 3 septembre 2001.

53 Ibid.

54 G. Milbradt, « Wir wollen der moderne Teil Deutschlands werden », déclaration du Ministre-président devant le Landtag de Saxe, 24 juin 2004.

55 Cf. A. Thumfart, « Politische Kultur in Ostdeutschland », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 39-40, 2001, p. 6-14.

56 Cf. J. Falter, O. W. Gabriel et H. Rattinger (dir), Wirklich ein Volk ? Die politischen Orientierungen von Ost-und Westdeutschen im Vergleich, Opladen, Leske + Budrich, 2000.

57 Cf. T. Ahbe et M. Gibas, « Der Osten in der Berliner Republik », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 1-2, 2001, p. 14-22.

58 Cf. K. Neller, « DDR-Nostalgie ? Analysen zur Identifikation der Ostdeutschen mit ihrer politischen Vergangenheit, zur ostdeutschen Identität und zur Ost-West-Stereotypisierung », in J. Falter, O. W. Gabriel et H. Rattinger (dir.), op. cit., p. 571-607.

59 Cf. par exemple Reuters Allemagne en date du 29 août 2004, « Schröder warnt vor Ost-West-Spaltung. Reformen bleiben »

60 Sur ce point, voir la contribution de Cl. Demesmay dans cet ouvrage.

61 Cf. K. Bauer-Volke et I. Dietzsch (dir), Labor Ostdeutschland. Kulturelle Praxis im gesellschaftlichen Wandel, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2e édition, 2004.

62 Certains événements, tels que les attentats du 11 septembre 2001 et la guerre d’Irak, jouent un rôle.

63 W. Weidenfeld, « Geschichte und Identität », in W. Weidenfeld et K.-R. Korte (dir.), Deutschland Trendbuch. Fakten und Orientierungen, Bonn/Opladen, Bundeszentrale für politische Bildung, Leske + Budrich, 2001, p. 29-58.

64 Cf. à ce sujet M. Weigl et L. C. Colschen, « Geschichte und Politik », in W. Weidenfeld et K.-R. Korte (dir.), op. cit., p. 59-94.

65 Cf. W. Weidenfeld, « Geschichte und Identität », op. cit.

66 Voir par exemple les résultats du projet de recherche « Historische Prägestempel in grenzregionalen Identitäten » (« Les marqueurs historiques dans les identités régionales frontalières ») au Centre de recherche politique appliquée (CAP) de Munich.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540