Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qui sont les Allemands ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Les Allemands et leur nation

Berlin, lieu de la diversité, lieu de la mémoire et symbole de l’unité retrouvée

Cyril Buffet

Texte intégral

  • 1 Se reporter au site de cette agence : <www.berlin-partner.de>. D’autres sites allemands constituent de précieuses sources </www> (...)

1S’il faut en croire Partner für Berlin, la société mixte fondée en 1994 et chargée de vendre le « nouveau Berlin », la capitale allemande offre de nombreuses opportunités. Car elle est le lieu de décision politique de l’Allemagne, le point de rencontre entre l’Est et l’Ouest, le cœur de l’Union européenne élargie, une force d’innovation et de créativité, un centre culturel diversifié1. Berlin est présenté comme la « métropole du XXIe siècle », la « plaque tournante entre les deux moitiés du continent européen », l’« atelier vibrant de l’unification ». On fait appel aussi bien à l’Américain Mark Twain, pour qui Berlin était « la ville la plus neuve », qu’au Russe Ivan Tourgueniev, selon lequel il était « un des foyers de la vie européenne ». Ce marketing est destiné à attirer des investisseurs et des touristes vers cette métropole jeune, moderne, dynamique, où l’expansion se marie harmonieusement avec une certaine qualité de vie. Bref, Berlin serait par excellence le pôle allemand de rayonnement mondial. Cette promotion, quelque peu prétentieuse il est vrai, s’appuie sur une référence explicite à la mythologie des années 1920 qui semble plus présente dans les esprits que vraiment ancrée dans la réalité d’aujourd’hui. Il ne suffit pas d’évoquer les mânes de Marlene Dietrich ou de Billy Wilder (noms donnés à une place et à un café du nouveau quartier de la Potsdamer Platz) pour que Berlin, qui par certains aspects conserve un caractère provincial, redevienne ce qu’il fut jadis. Il n’empêche que Berlin mérite amplement le vif intérêt qu’il suscite, autant en Allemagne qu’à l’étranger, car il reste une ville à nulle autre pareille. Les événements l’ont encore démontré depuis 1989.

  • 2 Voir C. Buffet, « Berlin ou Bonn : question capitale ou querelle d’Allemands ? », Relations interna (...)

2En quelques années, Berlin s’est profondément métamorphosé. En effet, la ville a connu une véritable mutation, à la fois urbaine, politique et économique. Elle a été confrontée à un double défi : d’une part, sa propre réunification ; d’autre part, sa reconquête du statut de capitale à part entière – un statut qui ne lui a été octroyé le 20 juin 1991 par le Bundestag que par une courte majorité de 338 voix contre 320, ce qui témoigne à la fois de la vigueur du fédéralisme et des réticences à l’égard d’un éventuel retour du centralisme2. Ce scrutin serré a mis en évidence l’enjeu historique que les deux villes concurrentes attribuaient à leur candidature : Bonn se vantait de symboliser le renouveau démocratique allemand et l’orientation occidentale de la République fédérale d’Allemagne (RFA), alors que Berlin faisait valoir son caractère de métropole internationale et voulait incarner la renaissance de l’unité nationale.

Ville, Land, capitale

3Avec le transfert en 1999 des instances gouvernementales et parlementaires, Berlin est redevenu de plein droit le centre politique de la nouvelle Allemagne. Depuis une décennie, les Allemands réapprennent ce que signifie avoir une véritable capitale, dans la mesure où Bonn faisait figure de capitale provisoire de l’ancienne République fédérale et que Berlin-Est apparaissait comme la capitale amputée de la République démocratique allemande (RDA). Cet apprentissage est lent, car le sentiment fédéraliste demeure à l’Ouest particulièrement vivace et les Allemands de l’Est manifestent une certaine défiance à l’égard de Berlin, qu’ils accusaient auparavant d’être outrageusement privilégié par le pouvoir communiste, animé alors par des motivations de prestige.

4Malgré tout, Berlin n’a pas les moyens d’assumer son nouveau statut. Son produit intérieur brut (PIB) ne représentait en 2002 que 3,5 % du produit intérieur brut de la RFA. Non seulement la ville éprouve de sérieuses difficultés à affirmer son identité de capitale incontestée, en raison de la solide structure fédérale du pays, mais elle est en outre plongée dans une grave crise financière. Elle a été ébranlée par une série de scandales immobiliers et bancaires, qui ont par ailleurs précipité un renversement de majorité politique. Son endettement (50 milliards d’euros) est si élevé que la ville est virtuellement en état de faillite. Et les politiques de rigueur mises en œuvre par la municipalité ne suffisent pas à rétablir la situation, car les ressources fiscales de Berlin sont nettement insuffisantes et ses dépenses excessives, en raison notamment d’un service public hypertrophié : ses recettes ne sont pas supérieures à celles de Hambourg, alors que sa population est deux fois plus nombreuse. Avec ses 3,4 millions d’habitants, Berlin se classe certes au premier rang des villes allemandes, mais ce nombre tend à diminuer, alors que des prévisions optimistes, établies juste après la réunification, tablaient sur 4,5 millions d’habitants à l’horizon 2010. Néanmoins, Berlin exerce une forte attraction en raison de son passé, de ses réalisations architecturales et de son rayonnement culturel. Il a acquis en outre une nouvelle « internationalité » avec le transfert des instances politiques fédérales et des ambassades, et avec l’arrivée de nombreux médias étrangers. Au total, Berlin compte 440 000 étrangers (soit 13 % de la population totale) de 182 nationalités différentes, sans compter de nombreux Aussiedler, c’est-à-dire des Allemands originaires des pays de l’Est. Et il est indéniable que sa situation géographique et son histoire récente renforcent encore cette orientation cosmopolite, au point que Berlin passe pour une « métropole Est-Ouest ».

  • 3 Se reporter à « Berlin, capitale en attente », Hérodote, n° 101, 2001.

5Berlin a un triple statut, qui fait sa spécificité au sein de la RFA : c’est une ville, c’est un Land, c’est une capitale. Mais Berlin n’est pas seulement la principale ville d’Allemagne. Il revêt également une triple dimension symbolique : défaite, occupée, divisée et finalement réunifiée, la capitale allemande résume tout d’abord l’histoire du pays depuis 1945, voire celle du continent européen dans son ensemble ; elle est ensuite l’image de la nouvelle République fédérale issue de la réunification ; enfin, elle fait le projet d’être un pont entre l’Est et l’Ouest. C’est pourquoi elle balance sans cesse entre le passé et l’avenir. Déjà au début du XXe siècle, l’écrivain Karl Scheffler affirmait à juste titre que le destin de Berlin était de « toujours devenir et ne jamais être ». Berlin est une ville en devenir, qui se réinvente constamment, ce qui la rend à la fois difficile à saisir et particulièrement fascinante3.

6La place de Berlin n’est pas encore déterminée. Sa fonction et son avenir continuent de soulever diverses interrogations. Quel rôle joue Berlin dans la construction de la nouvelle identité allemande ? De quelle manière la ville est-elle perçue par les citoyens allemands ? Assure-t-elle une continuité historique ? Incarne-t-elle la nation allemande ? Quel rapport existe-t-il entre son statut représentatif de capitale et son rôle de support de la diversité culturelle ? Quelle place occupe-t-elle au sein de l’Europe élargie ?

Une métropole inachevée

7Les années écoulées depuis la chute du mur de Berlin sont marquées par la volonté affichée des responsables locaux de rendre pleinement à la ville son caractère de métropole, sinon totalement perdu tout au moins nettement entamé depuis 1945. Mais c’est une tâche ardue, car la ville souffre de déficiences structurelles déjà anciennes. Les pertes territoriales enregistrées à la suite des deux guerres mondiales ont rejeté Berlin à la périphérie du pays et l’ont privé de son Hinterland naturel. La partition de 1949 en deux États rivaux et l’organisation fédérale de l’Allemagne occidentale ont contribué à aggraver ces problèmes. Il y a déjà longtemps que Berlin a été supplanté par Francfort comme centre boursier et financier. Malgré les efforts déployés par les édiles berlinois, c’est Hambourg qui continue de faire figure de capitale des médias. En dépit des travaux immenses accomplis depuis dix ans, les réseaux ferroviaire, autoroutier et aéroportuaire ne placent pas Berlin au cœur des voies de communication.

8Malgré tout, Berlin cherche depuis quinze ans à reconquérir sa place parmi les grandes métropoles mondiales, à regagner son rang de Weltstadt, à rivaliser de nouveau avec Paris, Londres et New York. Cet enjeu, qui revêt des aspects politiques, économiques, culturels, mémoriaux, soulève la question récurrente du rôle de Berlin en Allemagne et en Europe. Cette course effrénée, dans laquelle Berlin s’est lancé avec une ardeur fébrile et irréfléchie, apparaît ambivalente : elle met en avant les capacités imaginatives et les ressources potentielles d’une ville ardente et généreuse que les vicissitudes de l’histoire n’ont guère épargnée ; mais elle illustre en même temps la difficulté de Berlin à se positionner et à se stabiliser.

Le nouveau paysage berlinois

  • 4 Pour plus de précisions, consulter P. Demerin, Berlin enfin !, Paris, Gallimard, 2000 ; C. Buffet, (...)
  • 5 Voir R. Robin, Berlin chantiers : un essai sur les passés fragiles, Paris, Stock, 2001.

9En raison de son histoire mouvementée depuis 1871, Berlin a acquis une dimension symbolique unique en Allemagne. Au cours du XXe siècle, la ville a été à l’image des bouleversements majeurs survenus en Europe. Le paysage urbain en a été directement affecté : des destructions opérées par la révolution industrielle aux projets gigantesques de Hitler pour bâtir une nouvelle capitale, des ravages de la Seconde Guerre mondiale aux réaménagements concurrentiels des années 1950 et 19604 (Stalinallee de Berlin-Est contre Hansaviertel de Berlin-Ouest). La chute du mur et la réunification ont ouvert une nouvelle ère de construction. Et surtout, le transfert sur les bords de la Spree du gouvernement et du Parlement a accéléré le mouvement. Pendant plusieurs années après la réunification, l’horizon berlinois a été hérissé de milliers de grues qui donnaient, surtout de nuit, une impression à la fois magique et fantomatique. Les grues n’ont pas totalement disparu ; il subsiste encore quelques gros chantiers, comme à la gare de Lehrte appelée à devenir le principal pôle ferroviaire de l’Allemagne orientale5.

  • 6 A. Grosser, L’Allemagne de Berlin : différente et semblable, Paris, Alvik, 2002.
  • 7 L. Atget, Berlin, miroir de l’histoire allemande de 1945 à nos jours, Paris, Ellipses, 2000.

10Après l’Allemagne de Bonn, l’Allemagne de Berlin reste une démocratie tout à la fois « différente et semblable », pour reprendre l’expression d’Alfred Grosser6. Berlin se pense comme le miroir de l’histoire allemande contemporaine mais aussi comme la vitrine de l’Allemagne nouvelle7. Cette double aspiration se traduit dans la géographie même de la nouvelle capitale. Celle-ci s’est tout d’abord efforcée d’effacer les divisions internes, ne conservant d’ailleurs que peu de traces de l’époque du mur. Elle s’est ensuite engagée à se réapproprier les terrains affectés par la partition – véritable cicatrice au cœur de la ville ; des travaux gigantesques ont été entrepris. L’installation des instances fédérales a concrètement transformé le paysage berlinois.

11Un nouveau quartier politique autour du Reichstag, qui abrite le Bundestag, et d’une nouvelle chancellerie moderne et fonctionnelle a vu le jour dans la boucle de la Spree. Ce quartier, qui s’étend de part et d’autre du mur disparu, concrétise la réunification étatique. Quant au Reichstag rénové et surmonté d’une coupole de verre, il manifeste une double intention : d’une part, la volonté d’exorciser le passé par la réutilisation de l’édifice et, d’autre part, la promotion d’une démocratie transparente et accessible à tous les citoyens. Plus encore que la nouvelle chancellerie qui lui fait face, c’est le Reichstag, réaménagé par l’architecte britannique Norman Foster, qui passe pour l’emblème de la capitale politique. Quant aux bâtiments officiels, ils ont été soumis à une « reconstruction critique » qui associe réhabilitation patrimoniale et innovation architecturale : la Pariser Platz, où siègent notamment les ambassades française et américaine, apparaît comme l’exemple le plus achevé de cette initiative.

12L’installation des ministères fédéraux, notamment ceux des Finances et des Affaires étrangères, a également donné à ces lieux de pouvoir une nouvelle signification, dans la mesure où ils ont pris possession d’édifices datant des périodes nazie et communiste. Quant au ministère de la Défense, il occupe significativement le bâtiment Bendlerblock où fut exécuté le comte Claus von Stauffenberg qui avait tenté en 1944 d’assassiner Hitler. En juillet 2004, une cérémonie officielle en présence du chancelier a définitivement consacré ce lieu. Malgré cela, 90 % du ministère de la Défense demeurent à Bonn, ce qui réduit de fait le caractère central des décisions prises dans la capitale allemande, sans parler d’autres ministères dont les administrations centrales sont en grande partie basées à l’Ouest.

13Avec ses tours Sony et Daimler, la reconstruction de la Potsdamer Platz, principal carrefour d’avant-guerre, donne de la ville une image résolument moderne, à tel point que ce lieu où se mêlent bureaux, commerces, habitations et cinémas, est rapidement devenu l’un des centres les plus fréquentés de la capitale. La réhabilitation de cet espace, que le mur avait transformé en une vaste friche urbaine, a constitué une étape décisive dans la reconquête de l’unité. C’est à partir de là que les deux entités urbaines, qui s’étaient progressivement développées après la guerre en opposition l’une par rapport à l’autre, ont été appelées à reformer une ville unique tournée vers l’avenir. C’est pourquoi la Potsdamer Platz, même si elle respecte l’ancien tracé des rues, privilégie une architecture audacieuse. Carrefour comme autrefois de voies de communication, trait d’union entre les deux parties de la ville et point de rencontre des habitants attirés par les salles de spectacle, les musées et les restaurants, la Potsdamer Platz s’est imposée rapidement comme un nouveau pôle urbain qui matérialise la renaissance de Berlin. Dans cette ville multipolaire, le quartier de la Potsdamer Platz n’a pas complètement éclipsé les centres anciens, même si celui de l’Ouest autour du Kurfürstendamm connaît un relatif déclin marqué par la fermeture de célèbres cafés, comme Kranzler et Möhring, et d’anciennes salles de cinéma, comme le Marmorhaus.

  • 8 St. Flamm, « Der Palast der Republik », in É. François et H. Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsor (...)

14Mais c’est peut-être le débat autour du palais de la République, vaste immeuble socialiste promis à la destruction, et autour du château royal, dynamité autrefois par le régime communiste, qui témoigne le mieux de l’émergence délicate de la nouvelle identité berlinoise8. Celle-ci est tout à la fois un mélange de divers héritages, plus ou moins conflictuels, et une tension permanente, quasi dialectique, entre les différentes périodes de l’histoire allemande contemporaine. N’est-ce pas hautement symptomatique de l’état du paysage mental berlinois, et allemand de manière plus générale, que soient envisagées simultanément la destruction du palais de la République, pour lequel certains Allemands de l’Est éprouvent rétrospectivement une certaine nostalgie, et la reconstruction partielle du château des Hohenzollern ? On assiste au demeurant à une relative restauration architecturale prussienne, comme l’illustre le siège berlinois, sur la prestigieuse avenue Unter den Linden, du géant des médias Bertelsmann qui s’est offert une réplique d’un palais néoclassique. On observe également une réhabilitation plus ou moins discrète de l’ancienne Prusse. Il s’agit du reste bien plus de la Prusse frédéricienne – c’est-à-dire celle des Lumières – que de la Prusse wilhelminienne – autrement dit, celle du Reich autoritaire et monarchique. Cette tendance, qui avait surgi dans un autre contexte au début des années 1980, s’explique par la volonté de se référer à un passé plus consensuel, moins tragique et moins polémique que celui des effroyables catastrophes du XXe siècle. Elle s’accorde également avec la revendication de Berlin d’être considéré non seulement comme une ancienne capitale mais aussi comme la seule véritable capitale historique allemande. Une capitale dont la situation économique et financière apparaît cependant bien préoccupante.

Dans l’attente du miracle économique

15Du temps de la division de la ville, Berlin-Ouest était déjà désindustrialisé. Après la chute du mur, la tendance s’est accentuée avec le démantèlement des combinats socialistes à Berlin-Est. Des entreprises ont fermé ou se sont délocalisées. Le Berlin réunifié a eu l’ambition d’opérer un redéploiement économique fondé sur une tertiarisation accélérée, qui devait se traduire notamment par l’implantation massive de services financiers, comptables et juridiques. En outre, cette double mutation économique à l’Ouest et à l’Est est intervenue dans le cadre de la mondialisation et de la perte du statut d’isolat assisté. Souffrant encore largement de plusieurs décennies de division et d’une crise économique aiguë, Berlin doit entreprendre une rénovation profonde.

16Dans un environnement économique déjà difficile, dont témoignent une croissance négative, un taux de chômage élevé (18,6 % en septembre 2005, alors que la moyenne nationale est de 9,4 %) et un volumineux stock de bureaux inoccupés, le site de production berlinois se dégrade, à l’exception toutefois de l’économie souterraine qui prospère et fait la fortune des mafias, notamment de la mafia russe. Quelle ironie de l’histoire !

17En vertu de l’idée selon laquelle la tertiarisation doit compenser la désindustrialisation, la ville cherche à se placer comme un centre économique stratégique capable à la fois d’attirer les sièges sociaux des grandes entreprises du secteur tertiaire (qui avaient déserté Berlin après la guerre) et de leur fournir des services haut de gamme. Pour l’instant, cet espoir véhiculé par un marketing multiforme et agressif s’est avéré quelque peu illusoire. Contrairement aux pronostics hasardeux formulés après la chute du mur, les grandes entreprises allemandes n’ont pas établi ou retransféré leur siège à Berlin. Et celles qui étaient revenues, dans l’euphorie de la réunification et du boom immobilier consécutif, ont de nouveau délaissé l’agglomération berlinoise.

18Depuis la réunification, Berlin rayonne de nouveau sur sa périphérie, ce qui apparaît somme toute assez logique pour une métropole de cette dimension, d’autant plus que les environs ont bénéficié de programmes d’investissement substantiels et de nouvelles implantations. Cependant, la suburbanisation de l’emploi est loin d’avoir compensé les pertes subies par la ville elle-même. L’économie berlinoise exerce non seulement une mince influence sur l’ensemble allemand, mais elle est même plutôt contrôlée de l’extérieur. Économiquement, Berlin obéit bien davantage qu’il ne commande. Si le pouvoir politique s’est déplacé vers l’Est, le pouvoir économique, lui, s’est maintenu à l’Ouest. Même si elle essaie de développer le secteur des nouvelles technologies (informatique, communications, biotechnologie, techniques médicales et environnementales), la capitale pâtit d’un sous-développement des industries porteuses de croissance : ainsi Sony, la multinationale japonaise de l’électronique qui a pourtant massivement investi à la Potsdamer Platz, a finalement renoncé à implanter à Berlin son centre de recherche européen. Si la ville se défend dans les secteurs des instruments de précision et des techniques d’information, elle est en revanche dépassée par Hambourg, Munich et Francfort dans les domaines de l’aéronautique, de l’automobile, de la chimie et de la mécanique. Et sa réorientation économique vers l’Europe orientale et centrale est très lente, puisque cette partie du continent n’attire encore que 15 % des exportations berlinoises.

19Même si elle demeure le principal pôle économique entre Moscou et la Ruhr, la capitale allemande, qui n’est pas encore parvenue à opérer sa reconversion économique, fait encore figure de métropole moyenne, incomplète, périphérique. Elle dispose en revanche d’un puissant atout en matière culturelle, même si les responsables berlinois ont trop tendance à le surestimer.

Le mythe culturel

  • 9 Voir A.-M. Le Gloannec, La nation orpheline : les Allemagnes en Europe, Paris, Calmann-Lévy, 1989.

20En Allemagne, la culture revêt une importance idéologique considérable parce qu’elle joue, peut-être davantage que chez les autres grandes nations européennes, un rôle identitaire primordial : avant d’être regroupés dans un État unitaire, les Allemands se définissaient par leur appartenance à une communauté de culture et de langue. Et ce sentiment a perduré lors de la division du pays entre 1949 et 1989 ; il a même été revivifié9. Dans cette perspective, Berlin exerce une influence particulière en tant que centre politique et symbole idéologique de l’unité reconquise.

  • 10 Sur ce sujet consulter le « Rapport d’information sur Berlin », n° 294, Sénat, Commission des affai (...)

21Pour être reconnu et admis à part entière comme capitale, Berlin mise sur la culture et les industries de la culture. La capitale allemande ambitionne même de devenir la capitale culturelle de l’Europe. Ne possède-t-elle pas déjà le plus grand complexe de musées du continent10 ?

22Berlin est sans nul doute une métropole culturelle, dynamique, moderne et ouverte, mais aussi grevée par un lourd héritage qui pèse sur ses finances. La ville ne compte pas moins de 2 300 infrastructures culturelles dont 3 opéras, 8 orchestres, plus de 100 théâtres, 150 cinémas, 170 musées, 350 galeries d’art, 881 chœurs…

23L’évolution culturelle berlinoise après la réunification a entraîné une redistribution géographique au profit des quartiers orientaux et de la Potsdamer Platz. Ce développement, conjugué au déménagement des instances politiques fédérales, a contribué à refaire de Berlin un centre des médias, aussi bien de la presse écrite que de la télévision, d’autant plus que l’agglomération berlinoise représente l’un des principaux foyers de la production audiovisuelle et cinématographique, notamment avec les studios historiques de Babelsberg. Elle est aussi un important centre universitaire qui rassemble 135 000 étudiants répartis dans trois universités, sans compter les 350 000 habitants détenant un diplôme supérieur. Mais la mairie a pris des dispositions pour diminuer sensiblement la population estudiantine. Par ailleurs, Berlin n’offre pas aux chercheurs – tout au moins aux chercheurs en sciences humaines et sociales – des capacités similaires à celles de Londres ou de Paris. Le réseau de bibliothèques est relativement dense et bien équipé, mais la ville ne dispose pas d’une bibliothèque de référence comparable à la British Library, à la Bibliothèque nationale de France, encore moins à la New York Central Library. La capitale ne concentre pas non plus les grands dépôts d’archives qui sont toujours dispersés dans plusieurs villes d’Allemagne (Coblence, Bonn, Fribourg…), même si le Bundesarchiv, qui a ouvert une succursale berlinoise dans d’anciennes casernes, compte se développer à l’avenir dans la capitale.

24Dans le domaine culturel, Berlin possède des institutions au rayonnement national, mais il ne dispose pas des ressources suffisantes pour les financer convenablement. Et la crise financière qui la secoue rend la ville encore plus dépendante de l’État fédéral qui contribue chaque année pour 300 millions d’euros à son budget culturel, sans compter les 77 millions d’euros de subventions annuelles versées au titre du « contrat de capitale » conclu pour la période 2001-2004. Au total, c’est près de la moitié des dépenses culturelles du Bund que reçoit Berlin. Même si le soutien de l’État fédéral apparaît ponctuel, son intervention ne cesse de se renforcer et de se diversifier, d’autant qu’il revient également au ministre délégué à la Culture (fonction nouvelle créée en 1998) d’assurer la promotion culturelle de la capitale.

La capitale de la mémoire allemande

25Si Berlin rencontre des difficultés sérieuses pour pouvoir revendiquer tous les attributs d’une grande métropole européenne, il peut en revanche se prévaloir d’être la capitale de la mémoire allemande et aussi celle, dans une large mesure, de la mémoire européenne. C’est parce qu’elle a acquis cette dimension à la fois emblématique et extra-allemande que la ville peut aussi légitimement prétendre à un rang particulier.

  • 11 I. Kertész, « Pourquoi Berlin », Les Temps Modernes, n° 625, « Berlin Mémoires », août-novembre 200 (...)

26Berlin est un lieu de mémoire par excellence. L’histoire y est omniprésente. La confrontation avec le passé y est permanente, au point de susciter chez certains, comme l’écrivain hongrois Imre Kertész, un « vertige » que compense « l’indestructible force vitale de cette ville11 ». Berlin apparaît nettement comme le centre mémoriel allemand qu’accentue un dispositif muséographique impressionnant (Maison de la conférence de Wannsee, Musée historique allemand, musée de Karlshorst, musée des Alliés, etc.).

  • 12 Se reporter à la pénétrante analyse de P. Reichel, L’Allemagne et sa mémoire, Paris, Odile Jacob, 1 (...)

27Berlin entretient un dialogue constant avec le passé qui reste éminemment présent. Les lieux historiques de la ville (Brandenburger Tor, Potsdamer Platz, Friedrichsstrasse, Pariser Platz, Reichstag, Unter den Linden, etc.) font l’objet d’une réinterprétation et d’une réappropriation par le pouvoir politique et par la population allemande, ce qui a permis à une nouvelle géographie urbaine de la mémoire de se dessiner en quelques années12. Ces changements topographiques témoignent de la quête identitaire de Berlin. La ville est à la recherche d’une nouvelle identité qui ne peut être qu’un assemblage de plusieurs facettes : l’héritage prussien, la confrontation avec le nazisme, le passé de la division…

28Dès la chute du mur, la porte de Brandebourg a changé de signification : elle a cessé de symboliser le Rideau de fer qui partageait Berlin, l’Allemagne et l’Europe pour devenir le lieu privilégié des retrouvailles entre Berlinois, Allemands et Européens de l’Est et de l’Ouest.

29La revendication clairement affichée par Berlin d’être un pôle de l’histoire allemande contemporaine joue un rôle déterminant dans son positionnement de capitale. Des « grands projets » mémoriaux ont ainsi été lancés, qui confirment cette place de centre national du souvenir, souvent douloureux et tragique. Dans cette optique, certains monuments, comme la Neue Wache, ont acquis une nouvelle signification : à l’origine poste de garde du château royal qui était situé à proximité, il est désormais le « Mémorial central de la République fédérale d’Allemagne aux victimes de la guerre et de la dictature ». Mais le sort réservé à ce monument, qui a plusieurs fois changé de fonction au cours de l’histoire, a soulevé une polémique, en raison de son réaménagement intérieur et de ses inscriptions. C’est pourquoi il ne remplit pas en définitive le rôle symbolique que lui avait dévolu le pouvoir politique de Bonn.

  • 13 On appelle « Ostalgie » le phénomène polymorphe de nostalgie de l’Est apparu dans les années 1990 e (...)
  • 14 É. François, « L’Allemagne et son passé », in A.-M. Le Gloannec (dir.), L’état de l’Allemagne, Pari (...)

30À l’Est aussi, le régime communiste a profondément marqué le paysage est-berlinois, sans parler des monuments laissés par les Soviétiques, comme l’imposant mémorial de Treptow. Les innombrables sculptures socialistes individuelles ou collectives, les grands immeubles sociaux, la longue avenue stalinienne (Frankfurter Allee), les places et les monuments commémoratifs ont donné lieu à un vif débat en 1990-1992 – débat qui a souligné la complexité du rapport que l’Allemagne entretient avec son passé, son patrimoine et, en dernier ressort, avec son identité nationale recomposée. La question s’est alors posée (et elle continue de l’être encore) de savoir s’il fallait occulter les traces politiques et culturelles de la période communiste ou s’il fallait plutôt chercher, sinon à assumer, tout au moins à prendre en considération l’héritage de la RDA. Même si on s’est accordé à penser qu’il fallait tout autant éviter un refoulement néfaste qu’un développement de l’« Ostalgie13 », aucun traitement clair n’a été défini. Or, il convient de faire une place à la mémoire de l’Est, de l’intégrer dans la ville. Il n’est ni possible ni souhaitable de faire abstraction d’une composante importante de la nouvelle Allemagne et du nouveau Berlin. L’héritage de la RDA est une composante inséparable du passé allemand dans son ensemble14. D’autant plus qu’il s’agit d’un passé dont l’influence continue de se faire sentir, comme l’ont souligné les dernières élections berlinoises où les anciens communistes du PDS ont obtenu près de la moitié des suffrages dans la partie orientale de la capitale.

  • 15 Sur le souvenir de l’Holocauste dans l’Allemagne contemporaine, voir la contribution de M. Tambarin (...)

31Des noms de rues de la période communiste ont été changés. Des bâtiments symboliques, comme le palais de la République à l’Est, ont été fermés ; certains sont en cours de reconstruction, comme sur l’île des musées ; d’autres sont envisagés, comme l’ancien château royal dynamité par la RDA. Enfin, des édifices sont spécifiquement planifiés et ceux-ci concernent plus particulièrement la période hitlérienne et l’extermination des juifs. Il s’agit de la Topographie de la Terreur, du Musée juif déjà ouvert en 2001 et du mémorial de l’Holocauste, près de la porte de Brandebourg, inauguré en mai 2005, à l’occasion du 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces grands projets, confiés au demeurant à de célèbres architectes (Daniel Libeskind pour le Musée juif, Peter Eisenmann pour le mémorial de l’Holocauste), témoignent de l’importance symbolique, du rôle politique et de la place identitaire de Berlin au sein de l’Allemagne réunifiée. L’État fédéral s’est engagé résolument en faveur de ces réalisations, tout au moins pour le Musée juif et le mémorial de l’Holocauste qui ont tous les deux été inscrits au patrimoine fédéral et dotés de ressources financières et humaines conséquentes. En revanche, la Topographie de la Terreur, située à l’endroit même où siégeait l’appareil de répression nazie (SS et Gestapo), connaît des retards à cause des tergiversations municipales et des réticences fédérales. À l’instar des camps de concentration comme Sachsenhausen, qui ne se situe qu’à une vingtaine de kilomètres de Berlin, la Topograhie de la Terreur constitue incontestablement l’un des principaux lieux de mémoire de la capitale allemande. Les difficultés rencontrées par cette institution tendent à laisser supposer que les efforts considérables entrepris par la RFA pour perpétuer la mémoire des atrocités nazies privilégient plutôt la commémoration des victimes que l’analyse critique du régime hitlérien15.

32En tant que centre politique et culturel, Berlin est chargé d’incarner la nouvelle identité allemande issue de la réunification. C’est une quête ardue et incertaine, mais passionnante. L’histoire y est omniprésente et elle entretient un constant dialogue, difficile mais fécond, avec le passé : la ville doit toutefois se garder de devenir un grand musée et un immense mémorial fréquenté par les touristes et les nostalgiques. Pour autant, Berlin est avant tout une ville tendue vers l’avenir qui aspire à jouer un rôle novateur en Europe. C’est ainsi qu’elle peut concilier des tendances contradictoires, à savoir l’intégration architecturale et mémorielle du passé et une tension vers la modernité. C’est de cette manière qu’elle peut renouer avec une tradition riche d’avenir.

33En effet, la vocation foncière de Berlin est d’être un laboratoire politique, culturel, économique, international, social, intellectuel, architectural. C’est un vaste champ d’expérimentations. La ville a déjà rempli cette fonction de laboratoire à maintes occasions durant ses huit cents ans d’existence. C’est ce qui explique son caractère insaisissable, bouillonnant, énergique. C’est une ville en perpétuel devenir qui se plaît à incarner la modernité la plus exigeante. Comme à l’époque wilhelminienne, elle peut à terme revendiquer le statut de « métropole mondiale ». Ne l’avait-on pas alors qualifiée de « Chicago-sur-Spree » tandis qu’aujourd’hui on évoque le quartier de la Potsdamer Platz comme un petit Manhattan allemand ? Son destin tourmenté et surprenant est une suite de déclins et de renaissances. Comme l’affirme une célèbre chanson allemande d’après-guerre : « Berlin kommt wieder » (Berlin revient).

Notes

1 Se reporter au site de cette agence : <www.berlin-partner.de>. D’autres sites allemands constituent de précieuses sources d’information sur Berlin : <www.bakinformation.ub.tu-berlin.de> ; <www.berlin.de> ; <www.berlingeschichte.de> ; <www.berlinonline.de> ; <www.statistik-berlin.de>.

2 Voir C. Buffet, « Berlin ou Bonn : question capitale ou querelle d’Allemands ? », Relations internationales, n° 70, été 1992 ; ainsi que « Berlin, histoires d’une ville à nulle autre pareille », Francia, vol. 18, n° 2, 1991.

3 Se reporter à « Berlin, capitale en attente », Hérodote, n° 101, 2001.

4 Pour plus de précisions, consulter P. Demerin, Berlin enfin !, Paris, Gallimard, 2000 ; C. Buffet, « Berlin capitale industrielle de la Mitteleuropa », in N. Piétri et alii, Villes et sociétés urbaines dans les pays germaniques 1815-1914, Paris, Sedes, 1992, p. 137-176.

5 Voir R. Robin, Berlin chantiers : un essai sur les passés fragiles, Paris, Stock, 2001.

6 A. Grosser, L’Allemagne de Berlin : différente et semblable, Paris, Alvik, 2002.

7 L. Atget, Berlin, miroir de l’histoire allemande de 1945 à nos jours, Paris, Ellipses, 2000.

8 St. Flamm, « Der Palast der Republik », in É. François et H. Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsorte, vol. II, Munich, Verlag C. H. Beck, 2001, p. 667-682.

9 Voir A.-M. Le Gloannec, La nation orpheline : les Allemagnes en Europe, Paris, Calmann-Lévy, 1989.

10 Sur ce sujet consulter le « Rapport d’information sur Berlin », n° 294, Sénat, Commission des affaires culturelles, 6 mai 2004. Ce rapport sénatorial présente un tableau complet des politiques, des activités et des problèmes du secteur culturel à Berlin.

11 I. Kertész, « Pourquoi Berlin », Les Temps Modernes, n° 625, « Berlin Mémoires », août-novembre 2003, p. 20.

12 Se reporter à la pénétrante analyse de P. Reichel, L’Allemagne et sa mémoire, Paris, Odile Jacob, 1998. Voir notamment le chapitre intitulé « Berlin capitale allemande, lieu central de la mémoire », p. 159-225.

13 On appelle « Ostalgie » le phénomène polymorphe de nostalgie de l’Est apparu dans les années 1990 en Allemagne. Sur cette question, voir la contribution de Cl. Demesmay dans cet ouvrage.

14 É. François, « L’Allemagne et son passé », in A.-M. Le Gloannec (dir.), L’état de l’Allemagne, Paris, La Découverte, 1995, p. 78-80.

15 Sur le souvenir de l’Holocauste dans l’Allemagne contemporaine, voir la contribution de M. Tambarin dans cet ouvrage.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540