Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qui sont les Allemands ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Les Allemands et leur nation

Kulturnation et lieux de mémoire littéraires

Gilbert Merlio

Texte intégral

  • 1 Ne pouvant parler de tout, je mettrai l’accent sur les lieux de mémoire littéraires, étant donné l’ (...)

1Si l’on ne veut pas en rester à un inventaire, l’étude des lieux de mémoire en Allemagne conduit à poser la question du rôle identitaire que peut encore jouer la « nation culturelle » dans l’Allemagne d’aujourd’hui1.

Le visage de Janus de la Kulturnation

  • 2 Fr. Schiller, Sämtliche Werke, Munich, Carl Hanser Verlag, 1987, vol. 1, p. 473. La date de rédacti (...)

2On sait l’importance qu’a revêtue la nation culturelle dans le passé. Dans la « nation attardée », morcelée en quantité de petits États, la Kulturnation a été le gage de l’unité et de l’identité du peuple allemand durant les deux premiers tiers du XIXe siècle. C’est sans doute Schiller qui en a le premier formulé l’idée. En 1801, après la paix de Lunéville qui consacrait l’hégémonie napoléonienne sur l’Europe, il expliqua dans une ébauche de poème philosophique, intitulée « Grandeur allemande », qu’à défaut de rôle politique, l’Allemagne pouvait s’enorgueillir de sa culture : « Est-ce que l’Allemand, en cet instant où il sort d’une guerre douloureuse, peut encore être fier et heureux de son nom ? Oui, il le peut. L’Empire allemand et la nation allemande sont deux choses différentes. La majesté de l’Allemand n’a jamais reposé sur la tête de ses princes. L’Allemand a trouvé sa valeur propre hors de la politique, et si même l’Empire périssait, la dignité allemande resterait intacte. Elle est une grandeur morale et réside dans la culture et dans le caractère de la nation2 ». Cette grandeur culturelle, les Allemands devaient et pouvaient l’atteindre en devenant les Grecs modernes, supérieurs aux successeurs des Romains et en particulier aux Français : telle fut l’ambition de la « bourgeoisie de culture » (Bildungsbürgertum) allemande du XVIIIe au début du XXe siècle.

  • 3 Je suis conscient du caractère anachronique de ce qualificatif. Mais il exprime bien ce qu’inclut l (...)
  • 4 Cf. Georg Bollenbeck, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines Deutungsmusters, Francfort-sur-le-M (...)

3L’idée de la Kulturnation et l’idéal « personnaliste3 » de la Bildung, qui en constitue le corollaire, compensaient sans aucun doute des déficits : le déclin et la disparition du Reich, dissous par Napoléon en 1806, et l’absence d’influence politique réelle de la « bourgeoisie de culture ». Quoi qu’il en soit, la Kulturnation, telle qu’elle se définissait alors, se voulait émancipatrice et cosmopolite. Mais bientôt, avec l’éveil du sentiment national à l’époque du romantisme et au cours des guerres de libération contre Napoléon, elle prit un visage plus agressif. Fichte justifia par l’originalité de la langue allemande la vocation de l’Allemagne à devenir à son tour « l’institutrice du genre humain ». Ernst Moritz Arndt affirma que « la patrie de l’Allemand » s’étendait aussi loin que résonnait la langue allemande… et que le Français était considéré comme ennemi. L’historisme se lança avec ardeur dans la découverte du passé germanique. Au XIXe siècle, la Volks- und Kulturnation – entités indissociables puisque toutes deux fondées sur la communauté de langue – fut célébrée dans de grandes commémorations et fêtes patriotiques. La plus marquante fut organisée en 1859, précisément à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Schiller, devenu poète national. Le « nationalisme culturel » revêtait la dimension d’une véritable religion civile particulièrement gratifiante pour la « bourgeoisie de culture4 ».

  • 5 Fr. Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, édité par H. Herzfeld, Munich, Oldenbourg Verlag, 19 (...)

4Lorsque se fit « par le sang et le fer » l’unité politique de l’Allemagne, l’enthousiasme fut grand, même si la solution bismarckienne de la « petite » Allemagne en décevait certains. L’historien Heinrich von Sybel proclama qu’il était inutile de chercher ailleurs le sens de l’histoire. Alors qu’au moins jusqu’en 1848, la bourgeoisie allemande aspirait à une Allemagne unifiée et libérale, triomphe après 1871 un nationalisme autoritaire et hégémonique. C’est l’esprit allemand qui doit guérir le monde, selon la formule du poète lübeckois Emmanuel Geibel, que Guillaume II reprendra volontiers dans ses discours. Il n’est pas vrai que se construit alors, comme le dira plus tard Helmut Plessner, une « grande puissance sans idée ». L’idée est celle d’une « culture » allemande supérieure à la « civilisation » occidentale censée être uniquement préoccupée de progrès matériel, artificielle et internationale, c’est-à-dire sans caractère propre. C’est dans ce contexte que l’historien Friedrich Meinecke forge, dans son ouvrage Weltbürgertum und Nationalstaat paru d’abord en 19075, le terme de Kulturnation. Il rappelle que la tradition libérale et cosmopolite dont elle est porteuse ne doit pas être négligée au seul profit de la puissance économique et militaire.

5Alors que les autorités s’efforcent d’instaurer des fêtes nationales à connotations politiques (dont la plus importante est le jour anniversaire de la victoire de Sedan sur les Français), les critiques nationalistes comme Paul de Lagarde ou Julius Langbehn – « der Rembrandt-Deutsche » – invoquent la nation culturelle, dont ils soulignent le fondement protestant et ethnique, pour dénoncer les insuffisances culturelles d’un Reich « américanisé ». De son côté, le pouvoir impérial prétend réaliser enfin la synthèse entre nation politique et nation culturelle, entre l’esprit et la puissance (Geist und Macht). Goethe qui, à cause de son scepticisme à l’égard des Allemands et de la politique, se prêtait moins que Schiller à devenir une figure d’identification nationale est à son tour instrumentalisé, à la fois comme « Olympien » et comme le créateur du Faust bâtisseur et colonisateur de la seconde partie de la tragédie. Le romantisme est promu au rang de mouvement spécifiquement allemand qui, en réaction à l’intellectualisme desséchant des Lumières occidentales, s’est heureusement ressourcé aux forces irrationnelles de la vie.

  • 6 Dans Gedanken im Krieg (1914), il affirme par exemple que le militarisme allemand n’est que la form (...)
  • 7 Cf. G. Merlio, « Des idées de 1789 aux idées de 1914 : l’idéologie allemande et la Révolution franç (...)
  • 8 Ai-je besoin de rappeler les deux volumes admirables de Jean-Michel Palmier, Weimar en exil, Paris, (...)
  • 9 Ministre de la Culture et de l’Enseignement en Thuringe, il deviendra ministre de l’Intérieur sous (...)
  • 10 Cité par K. R. Mandelkow, « Goethe und die deutsche Gegenwart. Die Rezeption Goethes und der deutsc (...)

6Les « idées de 1914 » que les intellectuels allemands, y compris les plus grands comme Thomas Mann6, opposent aux idées occidentales dites de 1789, représentent l’acmé d’une théorie du « chemin particulier » (Sonderweg) de l’Allemagne, qui existe au moins dans la mesure où il est revendiqué par les Allemands eux-mêmes7. Elles montrent à quel point la Kulturnation est peu à peu devenue une idéologie de justification du pangermanisme. Pourtant, c’est à Weimar, la ville du classicisme allemand, qu’a été portée sur les fonts baptismaux la première République allemande. Weimar est choisie comme lieu de réunion de l’Assemblée nationale constituante non seulement parce que la petite ville de Thuringe est à l’abri des troubles révolutionnaires qui déchirent Berlin, mais aussi parce qu’elle incarne une autre centralité et une autre normativité que la capitale prussienne. Les fondateurs du nouveau régime veulent marquer la distance qu’ils entendent prendre à l’égard de « l’esprit de Potsdam » en le plaçant sous les auspices de « l’esprit de Weimar ». Philipp Scheidemann affirme « Weimar est une bonne solution, la ville de Goethe un bon symbole pour la jeune République allemande ». Pourtant, la culture d’avant-garde qui recevra plus tard, en exil, le nom de « culture de Weimar8 » aura plutôt son centre dans la ville sociale-démocrate de Berlin. À Weimar même, au temps de la République, le cosmopolitisme culturel peine à trouver sa place face à un nationalisme petit-bourgeois et antisémite. Le Bauhaus, la seule institution d’avant-garde installée dans la ville, doit émigrer à Dessau au milieu des années 1920. C’est à Weimar, alors capitale de la Thuringe, qu’est nommé le premier ministre national-socialiste, Wilhelm Frick9, à la fin des années 1920. Les autorités culturelles de Weimar, et notamment le Nietzsche-Archiv sous la férule d’Elisabeth Förster-Nietzsche, glissent vers l’extrême droite. Invité en 1932, pour le centième anniversaire de la mort de Goethe, malgré les réticences de certains responsables, Thomas Mann manifestera son étonnement : « Tout à fait étrange ce mélange d’hitlérisme et de Goethe. Weimar est devenue la capitale de l’hitlérisme10 ».

  • 11 Cf. E. Bahr, « Der Mythos vom anderen Deutschland in der Kontroverse zwischen Bertold Brecht und Th (...)

7Au cours de la république de Weimar, l’idée de « nation culturelle » est encore évoquée de façon implicite dans la stigmatisation du « bolchevisme culturel », terme vague qui désigne l’ensemble des formes d’art et de culture considérées par les tenants du nationalisme antidémocratique comme « étrangères » (artfremd) et nuisibles à la culture nationale. Le national-socialisme mettra un soin particulier à se poser comme héritier de la grande culture allemande du passé (amputée néanmoins de toute la part qui revient aux créateurs et intellectuels juifs !) alors qu’il n’en est que la perversion ultime. Hitler sera bientôt perçu non seulement comme celui qui aura effacé les effets du traité de Versailles mais aussi comme l’homme d’État ayant achevé l’œuvre bismarckienne en faisant enfin coïncider nation politique et nation ethnoculturelle. Seuls les exilés continueront à se réclamer de « l’autre Allemagne », celle de la Kulturnation libérale et cosmopolite qu’ils opposaient au mythe du Reich11.

L’idée de Kulturnation après 1945

  • 12 Georg Bollenbeck écrit : « Der vielzitierte ‘Geist von Weimar’ ist anpassungsfähig und dienstbar. E (...)
  • 13 Par exemple, celle de Hansgünther Heyne dans laquelle la scène du Rütli est représentée comme une a (...)
  • 14 R. Alewyn, « Goethe als Alibi ? », Hamburger Akademische Rundschau, n° 3, 1949, p. 685-687 (cité pa (...)
  • 15 G. Bollenbeck, op. cit., p. 303-304. Max Frisch parle à cet égard de « culture comme alibi ».

8À cause même de l’instrumentalisation politique de l’idée de nation culturelle, celle-ci ne pouvait plus guère être, après la Seconde Guerre mondiale, la « grandeur morale » invoquée par Schiller. Auschwitz avait contaminé toute l’histoire allemande, y compris l’histoire culturelle. L’esprit de Weimar était devenu suspect en raison d’un idéalisme propice aux détournements politiques12. La référence au classicisme, à Goethe et à Schiller, dont les pièces furent l’objet de mises en scène très iconoclastes dans les années 196013, pouvait même apparaître comme un alibi cherchant à refouler l’horreur passée. Richard Alewyn eut cette formule : « Entre nous et Weimar, il y a Buchenwald14 ». Pourtant, c’est encore l’idéal humaniste de la Bildung que tentèrent de remettre à l’honneur dans l’immédiat après-guerre les intellectuels conservateurs opposant les valeurs de l’Occident chrétien à la barbarie nazie. Cette « idéologie occidentale » (Abendlandsideologie) antitotalitaire (c’est-à-dire rejetant à la fois le national-socialisme et le communisme) entrava sans doute une véritable réflexion critique sur l’impuissance – voire la complicité – de la culture « apolitique » traditionnelle face au fascisme15. Mais elle contribua aussi à l’ancrage à l’ouest de la jeune République fédérale.

  • 16 L’historiographie de la RDA faisait la différence entre la « tradition », qui était la tradition pr (...)
  • 17 En y organisant par exemple des Weimar-Tage der Aktivisten. Cf. L. Erhlich, « Gemeingut der ganzen (...)

9La division de l’Allemagne réactiva la notion de Kulturnation qui symbolisa de nouveau l’unité perdue. Les écrivains en furent encore une fois les protagonistes. Les dissensions qui marquèrent le Ier Congrès panallemand des écrivains en octobre 1947 montrèrent malheureusement l’inéluctabilité de la division. La nation culturelle resta cependant la seule parenthèse où se sont trouvés réunis les deux États allemands. C’est ainsi que la Société Goethe, fondée en 1885, est sans doute l’une des très rares institutions qui soit parvenue à maintenir son unité panallemande pendant les quarante ans de la division. Elle a beaucoup fait pour le développement et l’enrichissement documentaire des lieux de mémoire de Weimar en acquérant notamment, grâce aux précieux deutschemarks, des objets vendus aux enchères. Chacun des deux États prétendait être l’héritier légitime du patrimoine culturel. La République fédérale d’Allemagne (RFA) se posait en légataire du Reich dont elle assumait aussi le passé criminel. Arc-boutée sur son mythe fondateur antifasciste, la République démocratique allemande (RDA) affirmait quant à elle renouer avec une « tradition16 » pervertie par le capitalisme et le militarisme allemands qu’une République fédérale revancharde perpétuait. En réalité, la pratique politique et idéologique du « socialisme réellement existant » maintenait l’écart entre l’idéal, « l’esprit de Weimar », dont la RDA se réclamait bruyamment, et la réalité où l’on retrouvait quelques traces de « l’esprit de Potsdam ». Selon Lothar Ehrlich, l’État socialiste instrumentalisa la nation culturelle de la même manière étroitement nationale et provinciale que le national-socialisme17. Alors que les nazis n’avaient pas hésité à faire de Goethe, cet esprit cosmopolite amoureux de l’Italie, un nationaliste, les autorités de la RDA en firent un héros socialiste ! Le mythe du Faust activiste socialiste remplaça le Faust nationaliste des nazis.

10Dans les années 1970, la RDA tenta d’imposer l’idée qu’il y avait non seulement deux États mais aussi deux nations allemandes : à l’ouest, une nation bourgeoise et capitaliste, condamnée par l’histoire, et à l’est, une nation socialiste représentant l’avenir et assumant le meilleur du passé. Pour pallier son déficit de légitimité, elle se mit à cultiver ostensiblement l’«  héritage humaniste », enrichissant le panthéon d’ores et déjà admis (Lessing, Goethe, Schiller, Heine) de quelques noms d’auteurs « progressistes » dont l’éventail ira grandissant. L’État-SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands) se lança dans les années 1980 dans une sorte de course à l’appropriation du passé culturel avec la République fédérale. Se succédèrent alors, à l’est en même temps qu’à l’ouest, toute une série de commémorations et de jubilés : Lutherjahr, Preußenjahr, 750e anniversaire de la fondation de la ville de Berlin, etc. Tout cela ne fit en réalité qu’accroître un sentiment de communauté de destin que nourrissait à la même époque le danger d’une confrontation nucléaire dont l’Allemagne pouvait être le foyer.

  • 18 Cité par A.-M. Le Gloannec, Die deutsch-deutsche Nation. Anmerkungen zu einer revolutionären Entwic (...)
  • 19 Cité par R. Thomas, ibid., p. 473.
  • 20 Voir une analyse plus poussée des raisons de ces échecs chez A.-M. Le Gloannec, op. cit., p. 102-10 (...)

11À l’époque où la scission sociopolitique de l’Allemagne semblait irréversible, c’est encore la littérature qui assura la persistance d’une unité culturelle transcendant les deux États. Au début des années 1980, Fritz Raddatz revenait sur son affirmation de 1972 selon laquelle il y aurait deux littératures allemandes. La littérature était en effet demeurée le médium d’une communauté culturelle, comme le toit commun qui restait à une nation politiquement divisée. Après presque quarante années de division, la nation culturelle était remise à l’ordre du jour. Comme à la fin des années 1940, les écrivains de langue allemande en étaient les hérauts. Günter Grass déclarait : « Seuls les écrivains savent encore ce qui mérite de s’appeler allemand18 ». En 1981, Heiner Müller évoquait de façon prémonitoire la force subversive de la culture « nécessaire pour rendre la réalité impossible19 ». Pour le cinéaste Werner Herzog, seules la culture et la langue conféraient une unité et un visage à une Allemagne traversée de frontières mais dépourvue de centre. Incapable de se décider pour l’un ou l’autre État, le « sauteur de mur » de Peter Schneider recherchait désespérément l’Allemagne. Stefan Hermlin décrivait dans Schwarzenberg un petit État utopique ou plutôt uchronique, épargné par la rivalité des deux blocs. Le rêve d’une troisième voie, d’une « vraie » Allemagne, démocratique et pacifique, faisant le pont entre l’Est et l’Ouest, transcendant les clivages sociopolitiques, saisit de nouveau certains intellectuels allemands. Las ! Les lois de la géopolitique s’imposèrent avec la recrudescence de la guerre froide : les échanges, rencontres et congrès des écrivains ouest-et est-allemands du début des années 1980 furent aussi vains que le Congrès panallemand de 194720.

  • 21 Cf. D. Goeldel, « ‘Verfassungspatriotismus‘ et ‘Kulturnation’ : expressions d’une ‘identité post-na (...)

12La réunification de 1989 allait être l’occasion d’une mobilisation en quelque sorte à contresens de l’idée de Kulturnation. Les mêmes qui, à l’instar de Günter Grass, y voyaient le garant d’une certaine unité allemande, en tirèrent maintenant argument pour plaider contre l’unification. Les malheurs passés de l’Allemagne venaient selon eux d’un État national unifié qu’il fallait se garder de reconstituer. La division était une juste punition de l’Holocauste21. L’Allemagne devait rester une nation culturelle répartie en plusieurs États pour ne pas retomber dans ses errements passés.

Une mémoire critique

13La réunification a rendu facilement accessibles à l’ensemble du public allemand des lieux de mémoire situés à l’Est et parfois négligés par l’ancienne RDA pour des raisons idéologiques, juridiques ou financières. Les Allemands de l’Ouest peuvent ainsi redécouvrir tout un pan de leur patrimoine littéraire, visiter par exemple les paysages où a vécu Fontane en utilisant comme guide ses Promenades à travers la marche de Brandenbourg. Certains sites, notamment ceux qui concernent le romantisme allemand, longtemps considéré par la RDA comme la première étape de la « destruction de la raison » (Lukács), ont été réhabilités et ouverts au public. Si l’Allemagne est redevenue géopolitiquement la puissance centrale de l’Europe, son attachement aux valeurs et au camp des démocraties occidentales ne s’est pas démenti. Cette conversion réussie passait et passe par la reconnaissance de la responsabilité allemande au cours de la période nazie. Elle requiert aussi une conversion de la mémoire historique et le développement d’une identité euro-atlantique s’appuyant sur une autre tradition que celle d’un nationalisme discrédité.

  • 22 Cf. sa deuxième Considération intempestive sur De l’utilité et de l’inconvénient de l’histoire pour (...)

14Je ne veux pas m’attarder ici sur la différence entre mémoire et histoire. Cela a été fait abondamment ailleurs. L’histoire est une reconstruction, la mémoire une présence. Si l’on en croit Nietzsche22, l’histoire doit être à la fois « antiquaire », critique et monumentale. Elle doit conserver les traces du passé, les critiquer (au sens propre : en faire le tri) et trouver en elles des orientations pour le présent et le futur. La mémoire, individuelle ou collective, semble quant à elle entretenir un rapport plus immédiat au passé. En réalité, histoire et mémoire se complètent. La première éclaire la seconde. La seconde permet à la première de rester vivante. Or, le passé trouble et criminel de l’Allemagne exigeait que les lieux de mémoire participent eux aussi au grand travail de réflexion sur le passé qui est tout à l’honneur de l’Allemagne d’après 1945.

  • 23 Cf. la rubrique de Frank-Lothar Kroll, in É. François et H. Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsort (...)

15Aussi marient-ils esprit critique et volonté de pédagogie nationale. L’ambivalence de la tradition prussienne est ainsi soulignée et Frédéric II jugé à partir de la tension existant entre son réalisme politique et sa fidélité aux Lumières23. Le musée Novalis d’Oberwiederstedt ainsi que la « maison des Romantiques » à Iéna rectifient l’image d’un romantisme irrationnel et typiquement allemand en attirant l’attention sur son désir d’universalité et son rapport à l’Aufklärung. À Bayreuth, les responsables actuels cherchent à mettre en évidence les faces d’ombre et de lumière d’une ville qui a été pendant des décennies l’une des capitales du nationalisme culturel allemand, dans sa version antisémite la plus odieuse. La richesse et la modernité musicales de l’œuvre de Wagner lui ont permis de survivre au culte national dont elle a fait l’objet lors de représentations célébrant la mythologie et le Moyen Âge germaniques. Des mises en scène nouvelles (je pense par exemple à celles de Patrice Chéreau ou de Wieland Wagner) ont montré la variété des interprétations possibles. Dans le musée Franz Liszt de Bayreuth, on insiste sur le cosmopolitisme de la vie et de l’œuvre du musicien. Le musée Jean-Paul est installé dans l’ancienne demeure de la fille de Richard Wagner, Eva, et de son mari Houston Stewart Chamberlain, auteur du best-seller Les fondements du XIXe siècle (1899) dans lequel cet Anglais, devenu plus teutomane que les Allemands eux-mêmes, défend des thèses racistes et antisémites auxquelles les nazis se référeront plus tard. Les responsables du musée rappellent à quel point l’image de Jean Paul a été dévoyée par les idéologues nationalistes qui en ont fait un chantre de l’intériorité petite-bourgeoise allemande. Il faut se féliciter, lit-on encore dans la présentation du musée, que l’esprit de Jean Paul ait succédé en ce lieu à l’esprit de Chamberlain, traduisant ainsi symboliquement le triomphe de l’humanisme sur l’inhumanité.

  • 24 Günther Grass est né, comme on le sait, à Dantzig, mais il a vécu plusieurs années à Lübeck.

16La plupart des mémoriaux cherchent aujourd’hui à s’adjoindre des départements scientifiques. Histoire critique et histoire mémorielle se complètent de cette façon. La ville de Lübeck est la seule ville allemande qui puisse s’enorgueillir d’avoir parmi ses fils deux prix Nobel de littérature : Thomas Mann, couronné en 1929, et Günter Grass, couronné en 199924. En 2002 a été inaugurée par la Kulturstiftung Hansestadt Lübeck, à côté de la maison Buddenbrook, une maison Günter Grass qui doit servir également de mémorial et de centre de recherche dans le domaine de la littérature et des arts plastiques (les deux activités de Grass). Les deux maisons prétendent se compléter : la maison Buddenbrook, consacrée aux écrivains de la famille Mann, est dédiée à la littérature de la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle, la maison Grass à une littérature plus contemporaine. Dans chaque maison ont lieu des expositions itinérantes, des conférences, des lectures d’œuvres. Chaque maison possède un département scientifique qui organise colloques et rencontres. Pour être complémentaire avec les archives de l’Académie des arts de Berlin, la section scientifique de la maison Grass met l’accent sur les rapports qu’entretient l’œuvre plastique de Grass avec son œuvre littéraire. Dans le château natal de Novalis à Oberwiederstedt, la fondation Novalis encourage les recherches sur le poète en vue de promouvoir « ses idées de tolérance et d’entente entre les peuples ». En alternance avec la maison des Romantiques de Iéna, Oberwiederstedt accueille en 2005 une exposition sur « Novalis et l’Aufklärung » dont le but est de montrer que le « premier romantisme » a été, en réalité, une sorte de prolongement critique de l’Aufklärung et de ses idéaux humanistes. La phrase de Novalis « Patience, il viendra, il doit venir, le temps sacré de la paix éternelle » sert d’exergue à cette exposition.

17Inversement, les archives et les bibliothèques deviennent lieux de mémoire. Elles organisent les mêmes expositions et les mêmes manifestations du souvenir. Les deux grands exemples sont ici Wolfenbüttel et Marbach. À Marbach, on trouve, en dehors des Archives qui sont un lieu de recherche où sont rassemblés des documents, des manuscrits et des témoignages divers sur la littérature allemande de l’Aufklärung jusqu’à nos jours, la maison natale de Schiller et le musée national Schiller. Celui-ci expose habituellement plutôt des témoignages sur la vie intellectuelle de la Souabe. Mais on peut y voir en 2005, date anniversaire de la mort du poète, une grande exposition sur Schiller, « Plans divins et affaires de souris » (Götterpläne und Mäusegeschäfte). Ce musée sera réorganisé à la suite de l’ouverture en 2006 d’un nouveau musée, « le musée littéraire de la Modernité » (Literaturmuseum der Moderne).

  • 25 En 1969 encore, les professeurs de médecine de l’Université de Düsseldorf s’opposèrent à ce que l’o (...)
  • 26 Voir ici la contribution de Michael Werner dans les Deutsche Erinnerungsorte, I, p. 484-501.

18Que la réévaluation de l’héritage littéraire ne se soit pas toujours faite sans mal est illustré par le cas de Heine, poète populaire mais juif, mis au ban de la nation par les nationalistes antisémites puis par les nazis. Alors que le Stürmer l’appelait le « porc de Montmartre », les exilés allemands d’après 1933 trouvèrent dans son œuvre l’écho de leurs propres déchirures. Mais l’image de l’auteur plus ou moins étranger à la culture allemande, sinon « métèque » (artfremd), fut longue à se dissiper dans l’Allemagne conservatrice d’Adenauer25. Il fallut attendre 1968 pour assister à un regain d’intérêt pour cet auteur que la RDA avait en revanche classé d’emblée parmi les représentants de l’héritage national progressiste26. Actuellement, un Heinrich-Heine-Institut, installé à Düsseldorf, la ville natale du poète, régit les archives Heine et organise colloques et séminaires.

Le paradigme de Weimar

  • 27 Paul Laveau cite la phrase de Goethe à Eckermann à propos de Weimar : « Wo finden Sie auf einem so (...)
  • 28 Cf. M.-Th. Vernet-Straggiotti, « Weimar, capitale de la culture européenne », Documents. Revue des (...)
  • 29 Ibid., p. 211.
  • 30 Il ne deviendra von Goethe qu’en 1782.

19Weimar illustre parfaitement cette volonté de concilier souci scientifique et visée pédagogique. Ce site occupe une place privilégiée parmi les lieux de mémoire allemands27. La vocation culturelle de Weimar est ancienne. La petitesse de leur État résultant de partages successifs interdisait aux ducs de Saxe-Weimar-Eisenach d’avoir la moindre ambition expansionniste28. N’ayant pas à entretenir une armée régulière, ils purent tourner leurs efforts et leur attention vers l’activité culturelle. Weimar est une sorte de compendium de l’histoire culturelle allemande. Lucas Cranach l’Ancien a suivi le prince électeur Johann Friedrich dans son refuge de Weimar ; Luther y prêche en 1522 sur les rapports entre l’Église et l’État dans l’église qui porte aujourd’hui son nom. En 1717, Johann Sebastian Bach y « met la Bible en musique » sur l’ordre du duc Wilhelm Ernst, épris de religion, avant de se brouiller avec son prince et de s’enfuir à Köthen. À l’époque de l’absolutisme éclairé peut s’épanouir ici ce que Georg Bollenbeck appelle « la ‘bonne cause’ d’une culture nationale à dominante bourgeoise29 ». L’Aufklärer Christoph Martin Wieland, auteur célèbre du roman Agathon, s’y installe en 1772 comme précepteur des fils de la duchesse régente Anna-Amalia et donnera bientôt naissance au classicisme allemand en créant sa revue Le Mercure allemand. L’œuvre de mécénat initiée par la duchesse Anna-Amalia est poursuivie par son fils Carl August. Le jeune duc attire à Weimar l’auteur d’un roman par lettres qui a eu un certain retentissement, Die Leiden des jungen Werther. Il y deviendra un personnage public important, conseiller aulique, ministre. Par l’intermédiaire de Johann Wolfgang Goethe30 – on l’aura reconnu –, d’autres auteurs importants seront invités à rejoindre Weimar : le philosophe et critique littéraire Herder, en 1776, puis plus tard Schiller, dont la collaboration avec Goethe commença dès 1794, mais qui ne vint habiter Weimar qu’en décembre 1799.

  • 31 Mais les centres vivants de la vie culturelle sont Munich, Vienne, Berlin, Dresde.
  • 32 Il allait devenir en 1907 le premier directeur d’une « École d’arts appliqués » qui donnera naissan (...)
  • 33 Je pense ici à l’Alsacien de naissance « Fritz » Lienhard, l’un des promoteurs du « Los-von-Berlin- (...)
  • 34 Son activité est très bien résumée par Fr.-S. Ritz et J. Ulbricht, « Heimatstätte des Zarathustrawe (...)

20Dès la fin du « temps de Goethe », « l’Athènes de l’Ilm » s’était peu à peu transformée en lieu de mémoire et d’archives31. De 1869 à 1886, le pianiste virtuose et compositeur Franz Liszt donna l’été, dans une maison située au bord du parc de l’Ilm, des masterclasses à des élèves venant du monde entier. Nietzsche viendra y mourir en 1900. En 1897, sa sœur Elisabeth avait acheté la villa Silberblick grâce à l’aide de la riche Suissesse Meta von Salis. Elle y avait installé les Archives Nietzsche qui prenaient place – d’abord modestement – à côté des Archives Goethe-Schiller réunies et abritées dans un nouveau bâtiment inauguré solennellement en 1896. En 1902, l’architecte et designer belge Henry van de Velde aménagea l’intérieur de la villa Silberblick dans le style Art nouveau. Les Archives Nietzsche deviendront un des centres de la vie intellectuelle weimarienne, mêlant partisans du modernisme cosmopolite comme van de Velde32 et son mentor, le comte Harry Kessler, et représentants du conservatisme völkisch pour lesquels Weimar représentait le pôle opposé au modernisme « étranger » de Berlin33. Après 1933, Elisabeth Förster-Nietzsche y reçut à plusieurs reprises son ami Adolf Hitler34. On sait qu’Elisabeth a fabriqué à partir de notes posthumes l’ouvrage apocryphe La volonté de puissance, qui est largement responsable de la nationalisation de la pensée de Nietzsche. Weimar tout à la fois résume l’histoire culturelle allemande et en symbolise l’ambiguïté.

21En 1999, Weimar fut choisie pour être « capitale culturelle de l’Europe ». Ce fut l’occasion de rouvrir un chemin forestier reliant le château d’Ettersburg au camp de concentration de Buchenwald. Baptisée « Trouée du temps » (Zeitschneise), cette voie relie en effet deux espaces-temps illustrant l’un l’apogée de l’humanisme classique allemand, l’autre la barbarie immonde du national-socialisme. Ettersburg a été la résidence d’été de la duchesse Anna-Amalia où elle réunissait un cercle littéraire et artistique composé de Wieland, Goethe, Herder, Johann Karl August Musäus et la comédienne Corona Schröter. Goethe y fit jouer dans la « cour des Muses » son œuvre Iphigénie. Construit sur la même colline des environs de Weimar, le camp de concentration eût dû recevoir le nom d’Ettersberg. Hommage du vice à la vertu : les responsables nazis ressentirent l’incongruité de cette situation. Le camp reçut donc un nom plus neutre. L’année 1999 fut en partie consacrée à montrer le visage de Janus d’une histoire allemande oscillant entre des sommets d’humanisme et des abîmes d’inhumanité. Dans le musée Schiller furent exposées les copies des meubles de Schiller exécutées par des détenus de Buchenwald. Inversement, 250 dessins de Goethe furent installés dans les salles de l’ancien camp. D’autres expositions rappelèrent les conceptions artistiques des nazis et le traitement qu’ils réservèrent à l’« art dégénéré ».

22Weimar est aussi un lieu qui permet de rappeler que la barbarie nazie, dont l’unicité et la spécificité ne sont pas niables, s’insère dans un siècle de totalitarismes et de dictatures qui compte parmi les plus sombres de l’histoire européenne. De 1945 à 1949 fut installé dans les baraquements de Buchenwald le camp spécial soviétique n° 2 où furent internés d’anciens nazis ou des opposants au régime communiste. Au cours de ces cinq années, plus de 7 000 détenus sur les 28 500 qui y résidèrent sont morts de privations, de maladie, du manque d’hygiène… et d’inactivité. Recevant le prix de la Paix des libraires allemands, l’écrivain franco-espagnol Jorge Semprun, ancien détenu de Buchenwald, avait émis en 1994 le vœu que fût créé face au mont Ettersberg un centre de recherches consacré à l’étude des dictatures du XXe siècle. Son vœu fut exaucé par le ministre-président Bernhard Vogel qui lança en 2002 la Stiftung Ettersberg dont l’activité consiste à organiser des colloques scientifiques, notamment sur le passé communiste et les processus du retour à la démocratie, et à mener à l’intention du public et notamment des jeunes tout un travail d’information et de pédagogie.

  • 35 Pour plus de détails, on se référera à l’article de Paul Laveau déjà cité.

23Weimar illustre la façon dont un lieu de mémoire de la RDA a été réorienté. Sur le plan institutionnel, le « démontage » (Abwicklung) brutal, appliqué ailleurs, fut évité, signe que le travail effectué avant 1989 n’avait pas été complètement inféodé à l’État SED35. En 1991, la Stiftung Weimarer Klassik remplaça les Nationale Forschungs-und Gedenkstätten der deutschen Literatur, fondés en 1953, mais une partie du personnel garda son poste. C’est, avec la Stiftung Preußischer Kulturbesitz, la plus importante fondation culturelle d’Allemagne, financée à 50 % par le Bund, à 40 % par le Land de Thuringe et à 10 % par la ville de Weimar. Elle a accru entre-temps le domaine de ses compétences et régit pratiquement l’ensemble des lieux de mémoire de Weimar sous le nom de Stiftung Weimarer Klassik und Kunstsammlungen.

  • 36 A. Kotska, « La ‘querelle des images’ de Weimar et la mémoire culturelle allemande. L’exposition «  (...)

24Plus intéressante est évidemment la réorientation idéologique. Nietzsche, considéré comme précurseur du fascisme, a longtemps été censuré par la RDA, même si c’est à Weimar que les chercheurs italiens Coli et Montinari ont pu réaliser l’édition critique qui fait maintenant autorité et a permis de nuancer les interprétations trop unilatérales du philosophe. Au sein de la Stiftung Weimarer Klassik, le Kolleg Friedrich Nietzsche s’efforce de maintenir vivante et actuelle la recherche sur Nietzsche. D’autre part, le nouveau Goethe Nationalmuseum, inauguré en 1999, présente une image diversifiée du classicisme weimarien qui remplace avantageusement l’exposition didactique mise en place par la RDA et décrivant l’humanisme goethéen comme but de l’État socialiste : « À la téléologie marxiste, commente Alexandre Kotska, a succédé une approche philologique à entrées multiples, qui intègre les résultats de la recherche occidentale la plus récente36. »

25La difficulté de traiter sur un pied d’égalité le passé nazi et le passé communiste a été illustrée par le scandale provoqué par l’exposition « Ascension et chute des modernes » organisée dans le cadre des commémorations de l’année 1999. Par son agencement, cette exposition laissait entendre que l’art de la RDA avait été globalement, comme l’art nazi, complice d’une dictature et n’accordait aucune attention à certains peintres comme Heisig, Mattheuer ou Tübke dont l’œuvre, dégagée de l’emprise du réalisme socialiste et exprimant même une certaine résistance spirituelle au régime, mérite sans doute de rester. Les protestations d’une partie des Allemands de l’Est ont montré qu’ils revendiquaient ces œuvres comme partie intégrante de leur patrimoine culturel. Elles sont sans doute destinées à rejoindre les œuvres des écrivains est-allemands tels que Christa Wolf, Stephan Hermlin, Heiner Müller, etc., qui figurent d’ores et déjà au panthéon de la littérature allemande du XXe siècle.

26Le domaine de Wieland à Ossmanstedt, à quelque dix kilomètres de Weimar, vient d’être restauré par la Stiftung Weimarer Klassik und Kunstsammlungen grâce au mécénat de la Hamburger Stiftung zur Förderung von Wissenschaft und Kultur, dirigée par Jan Philipp Remtsmaa. À côté du musée Wieland a été inauguré en juillet dernier un centre de recherche et de formation axé sur l’étude de l’Aufklärung et de notions telles que Bildung ou éducation esthétique. Le prospectus de présentation révèle le sens de ces recherches : « L’héritage de Wieland et de son époque peut être pour l’Europe de demain une base intéressante et stimulante de réflexion sur ce que peut être une “culture européenne” réussie, sans que soient pour autant passés sous silence les phénomènes funestes de l’histoire allemande et européenne. » Il est fréquent que les lieux de mémoire mettent ainsi en évidence la dimension européenne de la culture allemande.

  • 37 Ibid., p. 96.
  • 38 Ibid., p. 242.

27Weimar illustre donc à la fois le visage de Janus de la culture allemande, la fonction critique et pédagogique qu’ont vocation d’exercer actuellement les lieux de mémoire, l’étroite conjonction qui s’établit à cette fin entre histoire scientifique et mémoire. Mais il y a autre chose. La petite ville de Thuringe a sans doute plus que toute autre gardé l’aura du passé. Elle n’échappe cependant pas à ces deux tendances qui font apparaître l’idée de Kulturnation surannée : la démocratisation (certains diront la massification) et la mondialisation. À propos des manifestations de l’année 1999, Marie-Thérèse Vernet-Stragiotti note : « Un étrange foisonnement de commémorations, d’expositions et de représentations marque cette année ; une liste à la Prévert où les figures les plus classiques, comme l’incontournable exposition sur le voyage en Italie, côtoient les numéros les moins attendus, comme le Urfaust Rap australien ou le site internet du Wieland Paket37. » Paul Laveau remarque de son côté que le paysage urbain du nouveau Weimar s’orne de boutiques qui affichent « un internationalisme linguistique de pacotille avec des dénominations françaises du genre “Pour la vie”, “La mode”, “Crêperie”, ou anglo-saxonnes telles que “Big Ben”, “American Steakhouse” sans parler du “Classic-Center” implanté dans le quartier de Schöndorf38 ».

  • 39 L’instrumentalisation par les communistes est un peu différente car elle restait en principe fidèle (...)
  • 40 G. Bollenbeck, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters, Francfort-sur-l (...)
  • 41 Aleida Assmann rappelle que le terme de bürgerlich était une insulte après 1968 en RFA et qu’il l’e (...)
  • 42 O. Dann, Nation und Nationalismus in Deutschland 1770-1990, Becks’sche Reihe, 494, 1996 p. 49 : « D (...)
  • 43 Notamment ceux de Karl-Rudolf Korte et Werner Weidenfeld.

28La Kulturnation et l’idée de Bildung qui en est le fondement ne sont pas tombées en discrédit uniquement à cause de leur mobilisation au service des causes nationaliste et nationale-socialiste (puis communiste39 ?). Comme l’explique Georg Bollenbeck, l’« orientation à l’ouest » et le miracle économique ont eu raison de la tradition allemande de la Bildung40. La « bourgeoisie de culture », qui avait si longtemps rempli la fonction de præceptor germaniæ, a perdu la plus grande part de son statut social41. En Allemagne comme ailleurs, la notion même de culture a subi un double élargissement. Un élargissement « vertical » vers une culture de masse consommatrice de biens culturels, caractérisée par l’apparition de nouveaux médias et de nouvelles formes d’art (cinéma, radio, télévision, disques, internet, etc.). Culture et activités de loisir s’identifient aujourd’hui largement. Seule une frange minoritaire de la population allemande s’adonne aux loisirs « nobles » traditionnels (théâtre, opéra, concert : les sociologues allemands parlent de Hochkultur ou de Niveaumilieu). Le marketing a largement envahi le domaine culturel. Parallèlement, la culture a connu un élargissement « horizontal » car elle est devenue, pour les mêmes raisons, de plus en plus transnationale. À cause de son passé discrédité, l’Allemagne est sans doute entrée plus aisément que d’autres pays dans l’ère de la mondialisation où les traditions nationales ont perdu de leur prégnance et de leur normativité. La langue allemande elle-même, ce ferment essentiel de l’unité culturelle, est largement désacralisée, envahie d’anglicismes. Il se dit que les hommes d’affaires allemands travaillant en Asie parlent anglais entre eux. Le passé hégémonique de l’Allemagne interdit d’autre part pour certains l’usage d’un terme tel que Kulturnation qui pourrait le rappeler42. De ce fait, les ouvrages traitant de l’identité allemande43 n’évoquent ce concept que de façon tout à fait marginale. Dans le cadre européen, l’Allemagne apparaît comme un pays « saturé » (Bismarck) où la Kulturnation ne peut plus justifier le moindre irrédentisme. Un pays comme l’Autriche revendique d’ailleurs de plus en plus une culture spécifique.

  • 44 Sur ce point, voir la contribution de Pascale Laborier dans cet ouvrage.

29Au nom de la démocratisation de la culture, l’Allemagne, comme toutes les démocraties occidentales, est devenue un « État culturel44 ». Elle a fait et fait de grands efforts (jugés par certains insuffisants) pour mettre en valeur son patrimoine culturel. Depuis les années 1970, la République fédérale avait reconnu la nécessité de mener une politique culturelle dépassant le cadre de subventions locales et ponctuelles destinées à soutenir essentiellement les arts nobles réservés aux initiés (théâtres, opéras, musées). Sans remettre en cause le principe de la « souveraineté culturelle » des Länder, la mise en place d’institutions fédérales comme la Conférence permanente des ministres de la Culture des Länder (Ständige Konferenz der Kultusminister der Länder in der Bundesrepublik Deutschland), puis la nomination d’un ministre de la Culture au niveau du Bund (charge confiée d’abord au journaliste Michael Naumann) furent jugées nécessaires pour assurer une meilleure synergie. Après la réunification, le Bund dut intervenir pour que le passage d’une structure centralisée, qui était celle de la RDA, à une organisation fédérale se déroule sans trop de heurts et sans trop de perte de substance.

30En vérité, dans l’ensemble, la contribution de la fédération reste modeste (9 %), à côté de celle des Länder (47 %) et de celle des communes (44 %). La part consacrée par l’Allemagne à la politique culturelle au sens large se monte à environ 0,4 % du produit national brut ou à 1,3 % des différents budgets collectifs. L’État culturel a de plus en plus de difficultés à se financer. Pour permettre un certain désengagement de la fédération, sans priver les Länder, notamment les nouveaux Bundesländer, des moyens d’assumer leurs responsabilités en matière culturelle, Julian Nida-Rümelin, qui a succédé à Michael Naumann en 2001, a envisagé la création d’une « Fondation nationale de la République fédérale d’Allemagne pour l’art et la culture » dont la fédération et les différents Länder seraient les premiers membres donateurs. Les activités culturelles sont en effet soutenues à 90 % par les budgets publics et à hauteur de 10 % seulement par les fondations et le sponsoring privé des grandes firmes telles que Bosch, Volkswagen, Siemens qui agissent d’ailleurs souvent par l’intermédiaire de leurs propres fondations. La plus importante est sans conteste la Fondation du patrimoine prussien (Stiftung Preußischer Kulturbesitz) financée par la fédération et tous les Länder et qui gère les musées publics et les Bibliothèques nationales de la capitale Berlin, les Archives secrètes de l’État, l’Institut ibéro-américain et l’Institut national de musicologie. Cette fondation de droit public a été créée par une loi fédérale du 25 juillet 1957 et le traité sur l’Unité allemande du 3 octobre 1990 a étendu son autorité aux institutions autrefois administrées par la RDA. Son statut lui donne mission de conserver le patrimoine, d’en mettre en valeur les intérêts scientifiques et éducatifs ainsi que d’assurer les échanges culturels entre les peuples.

31L’Allemagne bénéficie d’une vie culturelle intense. En 2002, plus de cent millions de personnes ont visité les 6 000 musées (souvent des musées d’arts et de traditions populaires : 10 % seulement sont des musées des beaux-arts). Vingt millions de spectateurs ont fréquenté les 728 scènes allemandes offrant en tout 260 000 places. Environ 60 000 livres nouveaux paraissent tous les ans en Allemagne. Les 9 300 bibliothèques publiques accueillent ou servent plus de 8 millions d’usagers. Actuellement 24 sites naturels ou culturels allemands figurent au classement du patrimoine mondial de l’Unesco, et parmi eux un lieu de mémoire essentiellement littéraire : Weimar. L’Allemagne est parsemée de lieux de mémoire littéraires. Pratiquement chaque ville où est né ou a vécu un auteur s’efforce d’ouvrir un mémorial ou un musée à son nom. Quand ils sont plusieurs dans la même ville, ils ont droit au moins chacun à une pièce ! Le seul Land de Bade-Würtemberg compte une petite centaine de ces établissements !

32En 2002, 83 expositions concernant l’histoire littéraire ont été organisées, notamment dans les lieux idoines comme la maison Buddenbrook de Lübeck, le musée national Schiller de Marbach ou l’institut Heinrich-Heine à Düsseldorf. Ces expositions n’étaient pas uniquement consacrées à des auteurs allemands et bénéficiaient souvent de la collaboration d’institutions étrangères (par exemple le musée Pouchkine à Moscou). Elles étaient la plupart du temps conçues comme des expositions itinérantes destinées à être montrées en plusieurs endroits. La même année furent également présentées au public 51 expositions consacrées à un musicien ou à l’histoire de la musique et 48 au théâtre. La maison natale de Goethe à Francfort est visitée annuellement par un peu moins de 100 000 personnes, dont environ la moitié sont d’origine étrangère (surtout des Asiatiques). En 2004, la maison Buddenbrook a accueilli environ 60 000 visiteurs. En 1999, Weimar a reçu 7 millions de visiteurs, allemands et étrangers. Institution européenne, la Journée du patrimoine rencontre un grand succès : environ 4 millions de visiteurs pour 7 000 sites.

  • 45 Voir sur ce point H. Honolka, « Posttraditionale Identität und das Zusammenleben im Haus Europa », (...)
  • 46 Deutsche Erinnerungsorte, I, p. 224.

33Ces chiffres ne laissent pas d’étonner : la Kulturnation n’existerait-elle plus ? Les responsables de la politique culturelle cherchent à l’évidence à la faire exister. Ils visent sans doute à fonder le patriotisme constitutionnel, résultant d’une adhésion volontaire à une identité collective rationnelle, sur une identification plus affective à un passé commun. La question reste en effet de savoir dans quelle mesure l’identité postnationale peut être tout à fait posttraditionnelle45 ou, en d’autres termes, si l’Allemagne peut rester sur un chemin particulier d’un nouveau type : « État postnational parmi des États nationaux », selon la formule de Karl-Dietrich Bracher. Mais il est une seconde question qu’il nous faut poser : ne s’agit-il pas dans tout cela d’une « industrie culturelle » aux mains d’intérêts capitalistes et visant à satisfaire les besoins hédonistes d’une masse avide de consommation ? En cette année 2005 où l’on fête le centième anniversaire de la mort de Schiller, on ne compte plus les publications parues sur cet auteur. Les unes ont certes un intérêt scientifique, mais les éditeurs ont certainement saisi cette occasion pour servir leurs intérêts. À propos de Weimar, Georg Bollenbeck dénonce par exemple une « industrie du souvenir qui, attentive aux vœux du public, valorise ses produits grâce au capital symbolique de la tradition46 ». On peut supposer que, pour une certaine élite intellectuelle (Niveaumilieu), le patrimoine culturel et littéraire reste un facteur d’identification significatif, alors que pour d’autres couches de la population, c’est plutôt la victoire de la Mannschaft ou de Schumacher qui remplit ce rôle. Certains signes semblent annoncer une sorte de retour du refoulé. Devant la menace du multiculturalisme, Friedrich Merz a posé, il y a quelque temps, la question de la « culture de référence » (Leitkultur). Alors que dans les années 1960 et 1970, l’histoire avait dû laisser la priorité à la sociologie dans les lycées de la Hesse sociale-démocrate, elle y a fait un retour en force comme matière obligatoire sous le gouvernement conservateur. De même, les auteurs classiques y figurent de nouveau au programme, alors qu’à l’époque mentionnée, ils s’effaçaient derrière les textes les plus divers de la vie pratique (Sachtexte), la langue étant considérée comme un simple instrument de communication.

  • 47 Ibid.
  • 48 M. Fumaroli, « L’État culturel. Essai sur une religion moderne », Paris, Éditions de Fallois, 1991.

34La disparition d’un certain nombre d’éléments identitaires comme le deutschemark ou la prospérité économique va-t-elle faire repartir le balancier de l’histoire en sens inverse et faire refleurir l’idée de Kulturnation, le nationalisme politique restant proscrit et voué à la marginalité ? En vérité, à cause de l’hypothèque qui pèse sur leur passé (encore accrue par les séquelles de la division), le patriotisme, y compris le patriotisme culturel, sera longtemps encore chose malaisée pour les Allemands. Ce déficit identitaire accroît-il la pénétration de l’industrie culturelle ou bien augmente-t-il chez certains la sensibilité à son envahissement ? En d’autres termes : y a-t-il lieu de sombrer dans le pessimisme culturel qui transparaît chez Georg Bollenbeck à la fin de son article sur Weimar : « Avec la “bourgeoisie de culture” et les fonctionnaires zélés du mouvement ouvrier allemand, les couches qui ont assuré le travail de mémoire sur la culture nationale ont disparu. […] Aujourd’hui, le lieu de mémoire se présente, conformément au goût de l’époque, comme une pièce d’un jeu de construction, un élément d’une “culture qui se disloque” (Simmel), dont font partie les boutiques de souvenirs et les reproductions du Gartenhaus [de Goethe], les touristes d’un jour et les participants aux colloques, les événements pop et les représentations pesantes pour minorités47 ? » Bollenbeck semble regretter qu’actuellement un plus grand nombre de personnes vivent de Goethe plutôt qu’avec Goethe. Mais en a-t-il jamais été autrement ? L’engouement actuel pour l’histoire et la multiplication des lieux de mémoire – phénomènes qui, à vrai dire, ne sont pas réservés à l’Allemagne – sont-ils les symptômes de cette « maladie historique » qui, selon Nietzsche, traduit la désorientation de civilisations décadentes peu sûres de leur identité ou expriment-ils au contraire la volonté d’y puiser des énergies nouvelles ? L’État culturel remplit-il, ici aussi, la fonction d’une « religion moderne », comme le laisse entendre le sous-titre de Marc Fumaroli48 ? Ein weites Feld !

Notes

1 Ne pouvant parler de tout, je mettrai l’accent sur les lieux de mémoire littéraires, étant donné l’importance particulière des écrivains dans la transmission de l’idée de la « nation culturelle ». Si les lieux de mémoire sont, selon la définition de Pierre Nora reprise par É. François et H. Schulze dans leur Deutsche Erinnerungsorte (Munich, Beck, 2001), des objets matériels ou immatériels auxquels s’attache la mémoire collective d’un peuple ou d’une nation, je fonderai mes réflexions essentiellement sur les mémoriaux et les musées, c’est-à-dire sur les lieux concrets qui entretiennent cette mémoire.

2 Fr. Schiller, Sämtliche Werke, Munich, Carl Hanser Verlag, 1987, vol. 1, p. 473. La date de rédaction de ce fragment est contestée. Certains la fixent en 1797, après la paix de Campo Formio.

3 Je suis conscient du caractère anachronique de ce qualificatif. Mais il exprime bien ce qu’inclut le concept de Bildung, c’est-à-dire l’idée que l’épanouissement individuel est un préalable à l’insertion et à l’utilité sociales.

4 Cf. Georg Bollenbeck, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines Deutungsmusters, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1996, p. 220.

5 Fr. Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, édité par H. Herzfeld, Munich, Oldenbourg Verlag, 1969. P. 10, Meinecke écrit ceci : « Gemeinsprache, gemeinsame Literatur und gemeinsame Religion sind die wichtigsten und wirksamsten Kulturgüter, die eine Kulturnation schaffen und zusammenhalten ». Meinecke se réfère dans ce passage au géographe A. Kirchhoff.

6 Dans Gedanken im Krieg (1914), il affirme par exemple que le militarisme allemand n’est que la forme et l’expression de la moralité allemande !

7 Cf. G. Merlio, « Des idées de 1789 aux idées de 1914 : l’idéologie allemande et la Révolution française », in J. Mondot et A. Ruiz (dir.), Interférences franco-allemandes et Révolution française, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1994, p. 197-227.

8 Ai-je besoin de rappeler les deux volumes admirables de Jean-Michel Palmier, Weimar en exil, Paris, Payot, 1988 (2 volumes) ?

9 Ministre de la Culture et de l’Enseignement en Thuringe, il deviendra ministre de l’Intérieur sous le IIIe Reich.

10 Cité par K. R. Mandelkow, « Goethe und die deutsche Gegenwart. Die Rezeption Goethes und der deutschen Klassik in der Weimarer Republik und im Dritten Reich », in H. Wilderotter et Michael Dorrmann (dir.), Wege nach Weimar. Auf der Suche nach der Einheit von Kunst und Politik, Berlin, Jovis, 1999, p. 91.

11 Cf. E. Bahr, « Der Mythos vom anderen Deutschland in der Kontroverse zwischen Bertold Brecht und Thomas Mann », in A. Schöne (dir.), Kulturnation statt politischer Nation ?, Actes du 7e Congrès international des germanistes, Tübingen, Niemeyer, 1986, p. 240-245.

12 Georg Bollenbeck écrit : « Der vielzitierte ‘Geist von Weimar’ ist anpassungsfähig und dienstbar. Er kann für Zeitkritik und Zeitflucht, Reformhoffnungen und politische Anpassung, Universalismus und Nationalismus stehen. » (« Weimar », in É. François et H. Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsorte, op. cit., vol. I, p. 212.)

13 Par exemple, celle de Hansgünther Heyne dans laquelle la scène du Rütli est représentée comme une action de nationalistes et accompagnée de mélodies nazies !

14 R. Alewyn, « Goethe als Alibi ? », Hamburger Akademische Rundschau, n° 3, 1949, p. 685-687 (cité par R. Mandekow 97, op. cit., p. 97).

15 G. Bollenbeck, op. cit., p. 303-304. Max Frisch parle à cet égard de « culture comme alibi ».

16 L’historiographie de la RDA faisait la différence entre la « tradition », qui était la tradition progressiste du mouvement ouvrier et de ses intellectuels organiques, et l’« héritage » qui comportait tout le legs du passé auquel il convenait, bien entendu, d’avoir un rapport critique.

17 En y organisant par exemple des Weimar-Tage der Aktivisten. Cf. L. Erhlich, « Gemeingut der ganzen Gesellschaft. Weimarer Klassik in der DDR », Wege nach Weimar, op. cit., p. 282 sqq.

18 Cité par A.-M. Le Gloannec, Die deutsch-deutsche Nation. Anmerkungen zu einer revolutionären Entwicklung, Munich, Printul, 1991 p. 93. Cf. R. Thomas, « Kultur und Gesellschaft », in K.-R. Korte et W. Weidenfeld (dir.), Deutschland-Trendbuch. Fakten und Orientierungen, Opladen, Leske-Budrich, 2001, p. 473.

19 Cité par R. Thomas, ibid., p. 473.

20 Voir une analyse plus poussée des raisons de ces échecs chez A.-M. Le Gloannec, op. cit., p. 102-103.

21 Cf. D. Goeldel, « ‘Verfassungspatriotismus‘ et ‘Kulturnation’ : expressions d’une ‘identité post-nationale’ et/ou d’une ‘identité post-holocauste’ dans la RFA des années 1980 », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, t. 28, n° 4, oct.-déc. 1996, p. 423-439.

22 Cf. sa deuxième Considération intempestive sur De l’utilité et de l’inconvénient de l’histoire pour la vie.

23 Cf. la rubrique de Frank-Lothar Kroll, in É. François et H. Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsorte, op. cit., volume III, p. 634.

24 Günther Grass est né, comme on le sait, à Dantzig, mais il a vécu plusieurs années à Lübeck.

25 En 1969 encore, les professeurs de médecine de l’Université de Düsseldorf s’opposèrent à ce que l’on donne le nom de Heine à leur université.

26 Voir ici la contribution de Michael Werner dans les Deutsche Erinnerungsorte, I, p. 484-501.

27 Paul Laveau cite la phrase de Goethe à Eckermann à propos de Weimar : « Wo finden Sie auf einem so engen Fleck noch so viel Gutes ». Laveau remarque aussi que la Thuringe offre une pléthore de sites culturellement attachants dans un rayon de 300 km : Arnstadt, Eisenach, Erfurt, Gera, Gotha, Ilmenau, Jena, Meinigen, Mühlhausen, Rudolfstadt, Saalfeld, Schmalkalden, Suhl et Weimar. Cf. P. Laveau, « Effets de la réunification et enjeux culturels à Weimar », in J. Vaillant (dir.), L’Allemagne unifiée cinq ans après, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 1995, p. 239-252.

28 Cf. M.-Th. Vernet-Straggiotti, « Weimar, capitale de la culture européenne », Documents. Revue des questions allemandes, n° 3/99, p. 89-98. Elle écrit p. 95 : « Ce n’est pas la petite taille de Weimar qui en a fait un foyer de culture, mais sa petite taille ne l’a pas empêchée d’en être un puisque ça la dispensait d’autres tâches, notamment militaires. » Georg Bollenbeck parle dans son excellente contribution sur Weimar dans les Deutsche Erinnerungsorte (I, p. 206-241) de « mäzenatischen Glücksfall », p. 208.

29 Ibid., p. 211.

30 Il ne deviendra von Goethe qu’en 1782.

31 Mais les centres vivants de la vie culturelle sont Munich, Vienne, Berlin, Dresde.

32 Il allait devenir en 1907 le premier directeur d’une « École d’arts appliqués » qui donnera naissance au lendemain de la guerre au Bauhaus.

33 Je pense ici à l’Alsacien de naissance « Fritz » Lienhard, l’un des promoteurs du « Los-von-Berlin-Bewegung ».

34 Son activité est très bien résumée par Fr.-S. Ritz et J. Ulbricht, « Heimatstätte des Zarathustrawerkes. Personen, Gremien und Aktivitäten des Nietzsche-Archivs in Weimar 1896-1945 », dans Wege nach Weimar, op. cit., p. 155-176.

35 Pour plus de détails, on se référera à l’article de Paul Laveau déjà cité.

36 A. Kotska, « La ‘querelle des images’ de Weimar et la mémoire culturelle allemande. L’exposition « Ascension et chute des modernes » à Weimar et le statut de l’art est-allemand, Allemagne d’aujourd’hui n° 149, juillet-septembre 1999, p. 49.

37 Ibid., p. 96.

38 Ibid., p. 242.

39 L’instrumentalisation par les communistes est un peu différente car elle restait en principe fidèle à l’idée d’une Kulturnation humaniste et internationaliste.

40 G. Bollenbeck, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, p. 305.

41 Aleida Assmann rappelle que le terme de bürgerlich était une insulte après 1968 en RFA et qu’il l’est encore pour certains. A. Assmann, Das kulturelle Gedächtnis an der Milleniumsschwelle. Krise und Zukunft der Bildung, Constance, Universitätsverlag Konstanz, 2004, p. 7. Sur l’évolution de la valeur sociale de la notion de Bildung, elle dit ceci : « Bildung mutiert von einer Leitkultur zu einer Teilkultur… Ihr fehlt politisch und sozial die normative Allgemeinverbindlichkeit ; sie ist nicht mehr der eine Maßstab, an dem sich alle Bevölkerungsgruppen messen lassen müssen », p. 33.

42 O. Dann, Nation und Nationalismus in Deutschland 1770-1990, Becks’sche Reihe, 494, 1996 p. 49 : « Deshalb ist das Begriffskompositum Kultur-Nation für die Deutschen in Europa nicht brauchbar. […] Der Begriff ‘Kulturnation’ verleitet dazu, in großdeutscher oder volksdeutscher Richtung mißverstanden zu werden. Daher ist zu hoffen, daß seine Konjunktur in Deutschland heute beendet ist. »

43 Notamment ceux de Karl-Rudolf Korte et Werner Weidenfeld.

44 Sur ce point, voir la contribution de Pascale Laborier dans cet ouvrage.

45 Voir sur ce point H. Honolka, « Posttraditionale Identität und das Zusammenleben im Haus Europa », in W. Weidenfeld (dir.), Die Deutschen und die Architektur des Europäischen Hauses, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 1990, p. 111-126. Ceux qui, comme Jürgen Habermas, prônent le patriotisme constitutionnel ne songent évidemment pas à négliger les traditions cosmopolites et émancipatrices attachées à l’idée et à l’histoire de la nation.

46 Deutsche Erinnerungsorte, I, p. 224.

47 Ibid.

48 M. Fumaroli, « L’État culturel. Essai sur une religion moderne », Paris, Éditions de Fallois, 1991.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540