Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qui sont les Allemands ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Le poids du passé dans le présent allemand

La mémoire de la RDA : nostalgie d’une époque révolue ou besoin de reconnaissance ?

Claire Demesmay

Texte intégral

  • 1 Alors qu’en 1992, 40 % d’entre eux pensaient que la situation économique de l’Allemagne et leur pro (...)

1À voir les parutions et émissions consacrées au sujet depuis le début des années 1990, on a le sentiment que le « passé RDA » (République démocratique allemande) n’en finit pas de hanter le présent de l’Allemagne réunifiée. En effet, les Allemands de l’Est sont aujourd’hui nombreux à redécouvrir cette période de leur histoire, avec plus ou moins d’empressement et de diverses manières, quitte parfois à enjoliver une réalité avec laquelle ils ont été les premiers à vouloir rompre. Parallèlement, lorsqu’il s’agit d’envisager les années futures, à la fois à titre individuel et collectif, ils se montrent de plus en plus prudents, voire inquiets. Sur ce point, l’évolution est flagrante : peu après la réunification, la grande majorité d’entre eux paraissaient tournés vers l’avenir, envers lequel ils se montraient généralement confiants, voire enthousiastes ; quinze ans plus tard, ils craignent majoritairement de perdre leur emploi et, plus encore, de voir leur situation personnelle se dégrader à court et moyen terme1.

  • 2 Voir notamment Sozialarchiv für empirische Sozialforschung (éd.), Politbarometer Ost. 1999 et 2000, (...)
  • 3 « Überwältigender Rückhalt », op. cit.
  • 4 « Meinungsbarometer », op. cit.

2Précisons que la plupart des habitants des « nouveaux » Länder ne regrettent ni la révolution pacifique de 1989, ni la réunification qui s’est ensuivie. Certes, la presse fait régulièrement état de l’amertume des « Ossis », l’hebdomadaire Der Spiegel (n° 39/2004) n’hésitant par exemple pas à parler à propos de l’Est d’une « vallée des plaintes » (« Jammertal Ost »). Mais, en tenant compte de différentes sources, on peut estimer à seulement 5 à 8 % la part des Allemands de l’Est qui souhaitent le retour à deux États allemands (entre 6 % et 11 % à l’Ouest)2. S’il existe des déceptions et des mécontentements, portant essentiellement sur la façon dont s’est déroulé le processus de rapprochement entre les deux Allemagne, ils ne s’accompagnent pas d’une réelle remise en question du principe même de la réunification. Quelles que soient les enquêtes consultées, la grande majorité des Allemands interrogés avancent que cette dernière était « une bonne chose » (83 % au niveau fédéral3) et que la reconstruction de l’Est par l’État fédéral doit se poursuivre (98 % à l’Est, 90 % à l’Ouest4).

  • 5 H. M. Broder, « Wir lieben die Heimat », Der Spiegel, n° 27, 3 juillet 1995.

3Mais, malgré leur attachement à l’Allemagne réunifiée, de nombreux Allemands de l’Est retrouvent pour leur passé un nouvel intérêt, bien souvent teinté d’indulgence. Comme l’écrit avec dérision un observateur perplexe : « Tout d’abord, ils ne pouvaient se débarrasser suffisamment vite de la RDA ; ensuite, ils se sont plaints de sa disparition ; pour finir, ils ont tenté de la reconstruire avec des bouts de ficelle5 ». Depuis le début des années 1990, les habitants des nouveaux Länder semblent en effet pris d’une certaine Ostalgie. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre ce néologisme commode, il s’agit là d’un phénomène complexe et polymorphe, qui va bien au-delà d’une simple « nostalgie de l’Est ». Il renvoie à des habitudes de consommation et de divertissement particulières – les livres, les films et les émissions de télévision consacrés à la vie derrière le mur, mais aussi les nouveaux-anciens produits de la RDA (Ostprodukte) connaissent un franc succès dans les Länder de l’Est. Il se traduit également par une perception spécifique de la vie économique, sociale et politique et par un comportement électoral différent de celui de l’Ouest, comme l’illustrent notamment un niveau d’abstention élevé, ainsi que le succès des partis d’extrême gauche et d’extrême droite. Enfin et plus généralement, il se manifeste par l’affirmation de valeurs censées être typiquement est-allemandes et une nouvelle identification à l’Est, qui s’accompagnent d’ailleurs en Allemagne et à l’étranger – notamment en France – d’une intensification de la recherche universitaire sur la RDA.

  • 6 Si, depuis la chute du mur, le nombre d’Allemands estimant que les points communs l’emportent sur l (...)

4Si l’on peut supposer que le phénomène est loin d’être éphémère, il n’est pas toujours facile d’en identifier les ressorts. Parmi les experts, les avis sont partagés. Certains soulignent son caractère superficiel et reprochent aux médias de monter en épingle ce qui ne serait qu’un épiphénomène, en ce sens comparable à tout autre. D’autres l’expliquent par les déceptions qu’auraient connues les anciens citoyens de la RDA, en particulier dans le domaine socio-économique, après avoir placé dans l’Allemagne réunifiée des attentes démesurées. D’autres encore tablent sur l’expression de réflexes autoritaires, intériorisés durant quarante années de dictature SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands) et refoulés après la chute du mur. Enfin, d’aucuns mettent en avant le vide culturel qui aurait saisi la population face à la disparition des dogmes marxistes, qui plus est en l’absence d’une véritable reconfessionnalisation. Quant aux citoyens, qu’ils nient ou soulignent les différences entre l’Est et l’Ouest du pays6, ils sont tout aussi partagés entre amusement et agacement face à ce phénomène.

Attention, une ostalgie peut en cacher une autre

  • 7 En France et en Italie notamment, aucun film allemand n’avait eu un succès semblable à celui de Goo (...)

5Lorsqu’on parle d’ostalgie, il est nécessaire de préciser à quelle période l’on se réfère. Car si les deux périodes se caractérisent par un intérêt renouvelé pour les années RDA, celui-ci prend dans chacun des deux cas une tonalité bien particulière. Alors que la première, apparue dès 1993, constitue un phénomène exclusivement est-allemand et se distingue par son aspect fondamentalement autodérisoire, la seconde, qui s’esquisse à la fin des années 1990, touche l’ensemble de l’Allemagne – elle va d’ailleurs parfois au-delà7 – et a un caractère beaucoup plus divertissant, pour ne pas dire superficiel.

Illusion médiatique...

  • 8 « Ostalgie-Show », Stern, 28 août 2003.
  • 9 Ch. Schultheis, cité in ibid.

6La seconde de ces deux périodes est incontestablement celle qui est la mieux connue, essentiellement parce qu’elle a fait l’objet d’une campagne de médiatisation digne de la « société du spectacle » analysée par Guy Debord. En dehors des films prenant pour décor l’Allemagne socialiste, les Allemands ont semble-il apprécié les « shows ostalgiques » produits en 2003 par différentes chaînes de télévision. Si Good Bye Lenin !, symbole incontestable du cinéma ostalgique, a été vu par six millions de spectateurs outre-Rhin, l’émission produite par la deuxième chaîne publique du pays (ZDF) a quant à elle réuni 4,8 millions de téléspectateurs en août 2003 – soit 33,9 % de parts de marché à l’Est et 18,4 % à l’Ouest8. À voir le succès du « DDR-show » diffusé peu après par la chaîne privée RTL et animé par Katarina Witt (6,5 millions de téléspectateurs), les Allemands ont mis un certain temps à se lasser des anecdotes tirées du quotidien de la RDA, qui ont constitué l’essentiel de ces émissions. Pourtant, les critiques n’ont pas manqué, reprochant aux shows en question de véhiculer une image partielle et donc partiale de l’Allemagne socialiste. Incontestablement, ces dernières cherchent moins à informer sur la « grande politique », qu’il s’agisse du conflit Est-Ouest, de la construction du mur ou de la répression politique à l’Est, qu’à divertir le public le plus large possible. Ce qui fait dire à un journaliste de la Berliner Zeitung que la RDA est présentée dans ces émissions comme « une mauvaise blague […] un parc de divertissement un peu fou pour des adeptes du mauvais goût, pitoyables et excentriques9 ».

  • 10 Th. Brussig et E. Krenz, cités in P. Linden, D. Vidal et B. Wuttke, « Les Allemands de l’Est saisis (...)

7Étant donné l’objectif de ces productions, il n’est guère étonnant qu’elles passent sous silence la dimension désagréable et dans bien des cas douloureuse de la vie derrière le mur ; qu’elles occultent précisément les éléments que les citoyens ont cherché à fuir à l’époque. Que ces derniers soient originaires de l’Est ou de l’Ouest, qu’ils regrettent la chute du régime ou s’en réjouissent, beaucoup sont agacés par une telle légèreté de ton. Ainsi, le metteur en scène de Good Bye Lenin !, qui lui-même cherche à faire revivre cette époque à travers ses films, dénonce la caricature dont la société de la RDA fait l’objet dans ces émissions : « Ah, comme leur coca était mauvais ! Et ils n’avaient pas de bananes ! Et leurs horribles papiers peints ! Pas un mot, dans ces shows, de la vie réelle. » Et Egon Krenz, l’ancien secrétaire du comité central de la SED, d’ajouter que cette caricature « ridiculise la vie en RDA10 ». Derrière la malhonnêteté intellectuelle de la démarche, c’est essentiellement son caractère contre-productif, voire néfaste, qui est visé : plutôt que de permettre aux Allemands de l’Ouest et de l’Est de mieux se comprendre, elle renforce les clichés et entretient les préjugés ; au lieu de les encourager à se confronter à ce passé qui semble pourtant les intéresser, elle fait obstacle à une discussion approfondie sur l’héritage que représente la RDA dans l’Allemagne réunifiée et va ainsi à l’encontre d’un travail mémoriel serein.

8Dans ce contexte, superficialité rime bien souvent avec artificialité. Aujourd’hui, grâce aux marchés aux puces, aux boutiques, aux sites internet et aux festivals spécialisés dans l’ostalgie, quiconque le souhaite peut décorer son appartement de drapeaux de l’Allemagne socialiste, manger des cornichons de la forêt de la Spree (Spreewaldgurken), écouter du rock est-allemand et voyager en Trabant ; bref, se reconstituer un univers à l’image de la RDA – ou plutôt, créer un décor évoquant le « premier État des ouvriers et des paysans ». Car, dans l’univers plein d’illusions qu’est l’ostalgie, la quête d’authenticité semble vouée à l’échec. Le jeu consiste en fait, à partir de quelques symboles clés, à (ré)inventer une société devenue inexistante, voire n’ayant jamais existé en tant que telle ; à se procurer certains objets d’un quotidien révolu, auxquels les citoyens de la RDA n’attachaient pas ou peu de valeur, mais qu’un cercle d’initiés identifie désormais comme « branchés ». Sur ce point, il n’est d’ailleurs pas anodin que soient actuellement commercialisées des canettes dégageant une odeur de pot d’échappement de Trabant, objet qui, à l’époque, symbolisait tout au plus une économie de manque et un confort spartiate. Dans le succès de l’ostalgie, les médias jouent un rôle important. S’ils ne sont certes pas à son origine, ils ont en tout cas contribué à ce qu’elle devienne en Allemagne un véritable phénomène de mode et ont en partie réussi à faire passer un certain intérêt pour le passé RDA pour une profonde nostalgie envers une période révolue.

… et réalités identitaires

  • 11 P. Sodann, cité in H. M. Broder, op. cit.
  • 12 Ibid.

9Pour aussi artificielle qu’elle soit, la grand-messe ostalgique ne saurait faire oublier le malaise qui a saisi une partie non négligeable de la population est-allemande quelques années après la réunification et qui, dans les nouveaux Länder, apparaît aujourd’hui comme un phénomène durable. On date généralement ce qu’il est convenu d’appeler la « première vague d’ostalgie » autour de 1993-1994, lorsque se sont multipliées les voix affirmant que « tout n’était pas aussi négatif en RDA ». On a vu précédemment que cela n’implique ni un rejet de la réunification, ni une fuite mélancolique dans le passé proche – du moins dans la plupart des cas. Bien souvent, cette affirmation s’accompagne au contraire d’un regard autodérisoire sur l’histoire. L’humour avec lequel Peter Sodann, l’intendant du théâtre de Halle, a réalisé en 2003 la Revue 60, une pièce présentant la RDA des années 1960, est caractéristique de cette démarche mêlant souvenirs agréables et ironie acerbe : « L’intérêt pour le passé est énorme. Nous voulons savoir comment c’était, à l’époque. Et combien nous étions bêtes11 ». À l’inverse, ce regard sur le passé est loin de se ramener à une quelconque critique sociopolitique. Car si les « Ossis » n’hésitent pas à rire d’eux-mêmes, ils ne souhaitent pas pour autant tirer un trait sur quarante années de leur histoire. Comme le résume encore Sodann : « Il y a différentes choses que nous avons vécues et qui nous plaisaient. […] Personne ne veut retrouver la RDA. Mais personne ne veut qu’on la lui prenne12 ».

  • 13 L. McFalls, « Die kulturelle Vereinigung Deutschlands », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 11, 2001 (...)
  • 14 Sozialarchiv für empirische Sozialforschung (éd.), Politbarometer Ost. 2000, op. cit.
  • 15 J. Reich, cité in « Les Allemands de l’Est saisis par l’Ostalgie », op. cit.

10En réalité, les Allemands de l’Est ne semblent pas prêts à oublier les aspects positifs de leur vie d’antan. Au contraire, dans le regard qu’ils portent sur la RFA aujourd’hui, leurs souvenirs de la RDA – d’ailleurs clairement partagés entre bons et mauvais – sont très présents. C’est notamment ce qui ressort de l’enquête menée dans les nouveaux Länder par Laurence McFalls entre 1990 et 1998 : certes, toutes les personnes interrogées dans le cadre d’entretiens individuels ont affirmé, sans aucune exception, se réjouir de la fin de la RDA ; néanmoins, à la question de savoir si elles regrettent certains éléments de cette époque, elles ont été nombreuses à évoquer un « rythme de vie et de travail plus lent et moins stressant13 ». Cette position mitigée semble confirmée par les résultats d’une enquête d’opinion menée, à plus grande échelle, en l’an 2000 à l’Est. Alors que la majorité des personnes interrogées ont affirmé que leur situation économique s’est améliorée depuis 1990 (56,3 %) et, plus encore, que leur liberté personnelle s’est accrue (78,2 %), elles ont également été nombreuses à estimer que la réunification avait entraîné une dégradation des relations humaines (57 %) et du système de protection sociale (54 %)14. Ainsi, malgré une évaluation positive de la situation contemporaine dans les nouveaux Länder, on y perçoit clairement un sentiment de fragilité, qui s’accompagne d’un certain regret vis-à-vis d’«  une forme de vie sans compétition, tranquille, conviviale et même familiale15 », comme le dit l’un des fondateurs du Neues Forum, un mouvement de citoyens créé en 1989.

  • 16 73 % des Allemands de l’Est interrogés dans le cadre d’une enquête se sentent « fortement » ou « as (...)
  • 17 M. Siemons, « Ostzone. Westdeutschland hat seine schöne Projektionsfläche verloren », Frankfurter A (...)
  • 18 Interview de Th. Brussig, « Le Forum des Européens », Arte, 18 décembre 2004.
  • 19 Voir, notamment pour les chiffres, Ch. Schmidt-Wellenburg, « Die Jugendweihe. Bedeutung und Funktio (...)
  • 20 M. Chauliac, « La Jugendweihe, comme lieu de mémoire est-allemand », Allemagne d’aujourd’hui, n° 17 (...)

11Parallèlement à cette relecture du passé, on assiste à une nouvelle identification à l’Allemagne de l’Est. Aujourd’hui, en effet, la majorité des citoyens des nouveaux Länder se définissent avant tout comme des « Allemands de l’Est » (Ostdeutsche), puis seulement – et dans une bien moindre mesure – comme des Allemands16. De façon révélatrice, ceci est particulièrement vrai des jeunes qui, ces dernières années, sont de plus en plus nombreux à se sentir « est-allemands17 ». Comme le dit Thomas Brussig, un jeune écrivain originaire de Berlin-Est : « Je remarque peu à peu que je suis beaucoup plus est-allemand (Ostler) que je ne le croyais18 ». Cette nouvelle identification explique sans doute le succès de la Jugendweihe, cette cérémonie laïque organisée pour marquer la fin de l’enfance et pratiquée par 95 % d’une classe d’âge en RDA. Si la chute du mur a entraîné une forte baisse du nombre de célébrations (moins d’un tiers des jeunes en 1992), la tendance s’est bien vite inversée. Aujourd’hui, environ la moitié des adolescents dans les nouveaux Länder choisissent de la célébrer. Depuis la Wende (tournant), la cérémonie a bien sûr évolué, perdant notamment ses éléments idéologiques et patriotiques, et conservant pour l’essentiel un caractère humaniste19. Néanmoins, se déroulant sous une forme très proche du rite institué par la SED, elle exprime entre autres la volonté de renouer avec un héritage transmis par les générations précédentes et de marquer son appartenance à la communauté de mémoire est-allemande ; elle ne peut donc rompre complètement avec le passé RDA. En ce sens, et comme le note Marina Chauliac, elle est révélatrice d’« un processus de formation sur les ruines de la RDA de mémoires en tant que mouvements qui vont du présent vers le passé et vice versa20 », d’une construction identitaire contemporaine reposant sur une tradition réinventée.

  • 21 H. M. Broder, op. cit.
  • 22 J. Gauck, « Noch lange fremd », Der Spiegel, n° 40, 29 septembre 1997. Après avoir animé un mouveme (...)

12Tout se passe comme si, dans l’euphorie de la réunification, les Allemands de l’Est avaient trop rapidement perdu leurs repères habituels et éprouvaient, quelques années plus tard, le besoin de retrouver leurs marques. Il est indéniable que leur cadre de vie a été soudainement bouleversé – non seulement au quotidien, mais aussi et surtout sur le plan politique et économique, où ils sont passés d’un système socialiste autoritaire à celui d’une démocratie libérale. Comme l’exprime une habitante de Berlin-Est : « En 1990, l’Ouest était tout à coup partout. Nous n’avions pas le temps de faire nos adieux à la RDA ; il nous a fallu du temps pour comprendre ce qui s’était passé21 ». À la rapidité des événements, qui a souvent empêché les individus de consciemment tourner la page de la République démocratique, s’ajoute le fait que ces transformations, même plébiscitées, ont été vécues par beaucoup d’entre eux comme venant de l’extérieur. Contrairement à leurs voisins d’Europe centrale et orientale, les Allemands de l’Est n’ont pas créé eux-mêmes les institutions de leur nouvel État, mais ont simplement adopté celles de la République fédérale, sans tenir compte des particularités de leur histoire et de leurs expériences ; de même, ils n’ont pas développé d’espace public qui leur est propre, mais se sont rapidement intégrés dans celui de la RFA, déjà existant. Ainsi, sans aller jusqu’à qualifier les citoyens des nouveaux Länder d’« apatrides » (heimatlos)22, comme le fait Joachim Gauck, on peut sans doute voir dans l’ostalgie l’attachement à une biographie collective trop vite occultée, voire une forme de deuil collectif vécu à retardement.

Destination « paysages florissants23 »

  • 23 En 1990, Helmut Kohl évoquait le rapide retour à l’Est de « paysages florissants » (blühende Landsc (...)
  • 24 Le slogan, repris cet été-là par de nombreux manifestants, a été créé par le parti néo-communiste ( (...)

13C’est pourtant moins avec recueillement qu’avec colère que des milliers de personnes, pendant plusieurs semaines, ont défilé en été 2004 dans les rues de Leipzig, Magdebourg, Berlin, etc. Elles ont ainsi voulu protester contre la volonté du gouvernement Schröder de fusionner l’assistance chômage et l’aide sociale dans le cadre de la loi Hartz IV, accusée par ses détracteurs d’instaurer « la pauvreté sur décret » (« Armut per Gesetz »)24. Ces « manifestations du lundi » (Montagsdemonstrationen), dont le nom évoque délibérément la révolution pacifique de 1989, ont été à l’origine d’une double prise de conscience – un amalgame d’ailleurs souvent jugé choquant. D’une part, elles ont rappelé que malgré les énormes transferts financiers de l’Ouest vers l’Est, qui correspondent chaque année à 4 % du produit intérieur brut (PIB) des anciens Länder, le rattrapage économique est loin d’être achevé et que la situation demeure au contraire précaire. D’autre part, elles ont révélé des tensions et incompréhensions importantes, reposant notamment sur des différences de mentalité non négligeables entre les deux parties de l’Allemagne.

Une région en crise

  • 25 « Ostdeutsche glauben an bessere Chancen im Westen », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 28 août 2004.
  • 26 Entre 1990 et 2004, 63 % d’entre eux étaient des femmes ; 66,7 % avaient moins de 25 ans et 77,2 % (...)
  • 27 W. Weiss, cité in N. Miesen, I. Repke et C. Schmidt, « Schleichender Tod », Der Spiegel, n° 52/2003 (...)
  • 28 À l’Ouest, notamment en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, de nombreuses communes connaissent un taux d’e (...)

14Depuis l’été 2004, nul ne peut plus ignorer que l’Est de l’Allemagne est en proie à de sérieuses difficultés économiques. L’industrie y est moins développée qu’à l’Ouest, les performances économiques y sont sensiblement plus faibles et les salaires plus bas. Mais surtout, le taux de chômage y reste très élevé, avoisinant officiellement les 17 % (contre moins de 10 % à l’Ouest) et touchant essentiellement les jeunes et les personnes de plus de cinquante ans. Dans ces conditions, nombreux sont les Allemands de l’Est à penser qu’ils trouveraient plus aisément un travail dans les anciens Länder (42 % des plus de 16 ans25) et à effectivement franchir le pas de l’« émigration interallemande ». Ainsi, depuis 1990, près d’un million de personnes – soit l’équivalent de la ville de Cologne – ont quitté l’Est pour s’installer dans l’Ouest de l’Allemagne avec l’espoir d’y travailler ; en conséquence, la population dans les nouveaux Länder a diminué entre 1990 et 2003 de 1,3 million de personnes (- 7 %) et devrait en outre baisser d’ici à 2020 d’un million environ. Dans la mesure où ce sont les personnes les plus jeunes et les plus qualifiées qui partent – majoritairement des femmes –26, l’Est se voit confronté simultanément à un vieillissement de sa population et à un phénomène que Wolfgang Weiss, professeur à l’université de Greifswald, va jusqu’à à qualifier d’« éclaircissage intellectuel27 » (« intelligenzmäßige Ausdünnung »). On voit mal comment briser ce cercle vicieux : non seulement les entreprises ne sont guère encouragées à investir dans une région où la main-d’œuvre n’est pas toujours suffisante, ni satisfaisante, d’où la poursuite des départs vers l’Ouest ; mais, alors qu’ils disposent de revenus de plus en plus bas, communes et Länder doivent également faire face à des dépenses sociales de plus en plus élevées, que seule pourrait compenser une improbable hausse du taux d’activité. Si ce phénomène dépasse largement le clivage Est-Ouest28, il est nettement plus marqué dans les nouveaux Länder – une situation que beaucoup de citoyens vivent mal.

  • 29 R. Pohl, « Crise et renouveau en Allemagne de l’Est », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Radiosco (...)
  • 30 Ibid. Pohl note également qu’en 2003, l’industrie représentait à l’Est 16,4 % de la production tota (...)

15Certes, la reconstruction de l’Est (Aufbau Ost) a aussi des aspects positifs. En effet, s’il n’est toujours pas achevé, le processus de rattrapage économique n’a jamais cessé de se poursuivre, comme l’illustre l’augmentation du PIB par habitant est-allemand qui, entre 1995 et 2004, est passé de 59,4 % à 63,6 % de la valeur ouest-allemande29. De même, bien que le maillage industriel y soit plus faible qu’à l’Ouest, il est loin d’être inexistant et connaît en outre une évolution positive. Comme le note l’économiste Rüdiger Pohl, la production a augmenté de 59 % entre 1995 à 2003 (2 % à l’Ouest), en particulier dans des secteurs ayant un fort potentiel innovateur, tels que les techniques de télécommunication et de radiodiffusion, l’électrotechnique, la chimie ou les techniques de médecine, de réglage et de mesure30. À cela s’ajoute le fait que, grâce à la politique volontariste d’aide publique, les infrastructures ont désormais atteint un excellent niveau, au moins équivalent, sinon même souvent supérieur à celui de l’Ouest, et que des « grappes d’activité » (clusters) spécialisées dans certaines branches – par exemple la microélectronique dans la « Saxony Valley » à Dresde et aux alentours – se sont développées, devenant parfaitement concurrentielles au niveau mondial. Si les possibilités d’accélérer le processus d’Aufbau Ost semblent, il est vrai, épuisées, on peut néanmoins espérer que le facteur temps permettra à l’Est de l’Allemagne de rattraper son retard économique.

  • 31 H.-J. Veen, « Vereint, aber noch nicht wirklich eins ? Ein Plädoyer wider den völkischen Rückfall » (...)

16Quoi qu’il en soit, et comme l’ont rappelé les événements autour de la loi Hartz IV, ni les experts ni les citoyens ne tablent plus aujourd’hui sur une rapide amélioration de la situation. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que les Montagsdemonstrationen ont essentiellement eu lieu à l’Est ; ni d’ailleurs qu’aucun représentant des nouveaux Länder au Bundesrat, indépendamment des étiquettes politiques, n’a voté pour la loi présentée par le gouvernement rouge-vert – alors qu’inversement, ceux des anciens Länder l’ont très majoritairement approuvée. Car en ramenant, au bout d’un an d’indemnisation, l’indemnité chômage au niveau d’une aide sociale sensiblement plus basse, le mécanisme défavorise en premier lieu les chômeurs de longue durée, ayant peu d’espoir de retrouver un emploi stable dans un avenir proche. Or, cette population est fortement présente dans l’Est de l’Allemagne, où vivent environ deux tiers des bénéficiaires de « Hartz IV ». Ainsi, le clivage apparu au Conseil fédéral et dans les rues du pays reflète indéniablement une différence de situation fondamentale entre les deux parties du pays – une différence qui explique notamment que les « Ossis » favorisent « un rôle actif de l’État dans la lutte contre le chômage plutôt que le libre rapport des forces en jeu31 » et soient plus enclins au pessimisme que leurs voisins de l’Ouest.

Adaptations et désillusions

  • 32 Alors que, depuis 1990, près d’un million de personnes ont quitté l’Est pour l’Ouest, 370 000 « Oss (...)
  • 33 L. McFalls, op. cit., p. 24.
  • 34 S. Gaschke, « Neues Deutschland. Sind wir nur eine Wirtschaftsgesellschaft ? », Aus Politik und Zei (...)

17Cependant, loin de se limiter au développement économique, les différences touchent également aux mentalités. Certes, on ne saurait nier que les Allemands de l’Est se sont rapidement adaptés aux règles de la société de consommation capitaliste. La plupart d’entre eux ont appris à vivre avec un haut degré de mobilité sociale et géographique32, avec de nombreuses incertitudes professionnelles, ainsi qu’avec la précarisation et l’atomisation sociales qui souvent les accompagnent. De même, ils ont compris les avantages – en tant que consommateurs essentiellement – et les inconvénients – en termes d’emploi et de protection sociale – qu’implique le jeu de l’offre et de la demande dans un système concurrentiel. Dans une certaine mesure, on peut même voir en eux l’incarnation du caractère « postmoderne et postindustriel » du nouveau siècle, renvoyant au paradigme d’« un être meurtri, isolé socialement et désillusionné politiquement, mais qui consomme avec empressement33 » ; et, dans l’Est de l’Allemagne le « laboratoire d’une société individualisée sous le poids de la mondialisation34 ». Survenue dans bien des cas après une phase d’espoir suite à la chute du mur, puis de déceptions au début des années 1990, cette adaptation s’accompagne néanmoins d’un certain nombre de résistances. En effet, elle va souvent de pair avec une distanciation critique vis-à-vis de ce qui est perçu comme étant « ouest-allemand », ainsi qu’avec la survivance de divergences Est-Ouest concernant l’appréciation de l’économie sociale de marché.

  • 35 Statistisches Bundesamt (éd.), op. cit., p. 654-655.
  • 36 F. Genscher et allii, Ein Jahrzehnt nach der Wende. Perspektiven für das vereinte Deutschland, Jena (...)
  • 37 En 1999, seuls 33 % des Allemands de l’Est (et 63 % de l’Ouest) pensent la justice sociale réalisée (...)

18Il est vrai que le principe de l’État providence fait l’objet d’un relatif consensus outre-Rhin. Ainsi, à la question de savoir si l’État doit subvenir aux besoins des citoyens en cas de maladie, de chômage ou de vieillesse, la grande majorité des Allemands interrogés en 2000 répondent par l’affirmative (85 % à l’Ouest, 93 % à l’Est). En revanche, les avis divergent lorsqu’il s’agit de se prononcer concrètement sur l’avenir du système de protection sociale à l’heure où l’endettement public constitue un problème politique central. Une majorité relative (46 %) des Allemands de l’Est interrogés dans ce même cadre se disent favorables à ce que l’État prenne en charge davantage de prestations sociales dans le futur, contre seulement 21 % à l’Ouest ; inversement, 8 % des personnes interrogées à l’Est et 24 % à l’Ouest disent être pour une réduction de ces prestations35. S’ils sont à interpréter avec prudence, ces résultats révèlent indéniablement des attentes différentes en termes de justice sociale, et ce d’autant plus qu’ils ne sont pas isolés. Dans une autre enquête, réalisée peu après, il apparaît en effet que 64 % des citoyens interrogés à l’Est et seulement 28 % à l’Ouest souhaitent que l’État assure une plus grande protection sociale, même si cela implique une surcharge financière36, et donc un accroissement de l’endettement public. Dans de telles conditions, il n’est guère étonnant que les citoyens des nouveaux Länder aient tendance à juger sévèrement le système socio-économique de la RFA, qu’une majorité d’entre eux estiment injuste37.

  • 38 G. Scheller, « Individualisierungs-Prozesse in den neuen Bundesländern. Zur Freisetzung aus den Arb (...)
  • 39 Interview de J. Gauck, « Osten befindet sich in einer Übergangsphase », Deutschlandfunk, 8 novembre (...)
  • 40 Sur ce point, le contraste entre principes et pratique est flagrant puisque, comme nous l’avons vu (...)

19De telles positions s’expliquent-elles par les mauvaises expériences faites par les Allemands de l’Est en termes de chômage et d’insécurité sociale depuis la réunification, ou bien par la socialisation dont ils ont été l’objet en RDA ? En faveur de la première hypothèse plaide le fait que, traditionnellement, les personnes les plus fragiles socialement sont les premières à plébisciter les valeurs « chaudes » de la communauté – par opposition aux valeurs libérales de la société ouverte – et à privilégier l’égalité par rapport à la liberté. Ainsi, il ressort par exemple d’une enquête menée à Magdebourg que ce sont essentiellement les citoyens aux faibles revenus qui vivent la fin des « brigades socialistes » (Arbeitskollektive) comme une perte plutôt que comme une libération et qui, plus généralement, restent attachés à l’idéal collectif dans le monde du travail38. Mais, en même temps, il est rare que les mentalités se transforment aussi rapidement que les institutions. On peut donc avancer que les schémas mentaux intériorisés durant quarante années d’Allemagne socialiste, où « on ne faisait pas carrière grâce à ses compétences ou en prenant des responsabilités, mais en obéissant et en s’adaptant39 », continuent à jouer un rôle aujourd’hui. Sous cet angle de vue, l’Est de l’Allemagne porte toujours certains traits d’une société en transition : la marge de manœuvre des instances étatiques en termes d’action économique a encore tendance à y être surestimée, alors que les principes d’initiative et de responsabilité personnelle, sans être absents, restent cantonnés à des cercles de population plus restreints qu’à l’Ouest, du moins dans les mentalités40.

Citoyens de seconde classe ?

20Sans doute cette double explication, qui table à la fois sur une socialisation dans un contexte idéologique différent et sur les déceptions engrangées après la Wende, vaut-elle également pour le comportement politique des Allemands de l’Est. Ces derniers se distinguent indéniablement par certaines particularités : non seulement ils s’engagent moins dans les partis et syndicats que leurs voisins de l’Ouest et ont davantage tendance à s’abstenir lors des élections ; mais ils hésitent également moins à confier leur voix aux partis d’extrême droite et plus encore d’extrême gauche – ainsi, lors des élections législatives de l’automne 2005, le PDS (Partei des demokratischen Sozialismus) a obtenu environ 25 % des voix à l’Est (contre moins de 5 % à l’Ouest). Les « Ossis » sont-ils pour autant moins démocrates que les « Wessis » ? Et surtout, quelles motivations sous-tendent de tels comportements ?

Entre socialisation et protestation

  • 41 A. Pfahl-Traughber, « Die Entwicklung des Rechtsextremismus in Ost-und Westdeutschland », Aus Polit (...)
  • 42 Statistisches Bundesamt (éd.), op. cit., p. 649 et 651. Dans la partie orientale de l’Allemagne, le (...)

21En réalité, il est malaisé de distinguer entre l’« autoritarisme, [l’]antipluralisme, [le] manichéisme, [le] collectivisme41 » hérités de quarante ans de dictature communiste et la part de réaction aux évolutions politiques et socio-économiques de l’Allemagne réunifiée. La position des citoyens des nouveaux Länder envers la démocratie illustre bien cette difficulté. D’un côté, à la question de savoir si « la démocratie en Allemagne est la meilleure forme étatique qui soit », ils se montrent hésitants : seuls 49 % d’entre eux approuvent la proposition (80 % à l’Ouest), 27 % d’entre eux avançant qu’il existe une meilleure forme étatique (9 % à l’Ouest). La suite de l’enquête permet de préciser cette prise de position, puisque 76 % des Allemands de l’Est interrogés pensent que « le socialisme est au fond une bonne idée qui a juste été mal mise en pratique » (51 % à l’Ouest). Ces résultats laissent supposer que les particularités est-allemandes se ramènent en grande partie à l’intériorisation de valeurs propres à la dictature SED. Mais, d’un autre côté, une question complémentaire conduit, sans pour autant le contredire, à relativiser ce jugement. En effet, lorsqu’ils se prononcent sur la démocratie en tant que telle, et non plus seulement dans leur pays, les Allemands de l’Est se montrent beaucoup plus mesurés : 78 % d’entre eux voient en elle la meilleure forme étatique qui soit (92 % à l’Ouest), seuls 8 % lui préfèrent une alternative (3 % à l’Ouest)42. Dans ces conditions, on peut avancer que le regard critique porté sur la vie politique allemande exprime moins une attitude fondamentalement autoritaire que des attentes élevées, d’ailleurs peut-être non dénuées d’une certaine naïveté, et des déceptions en termes de participation démocratique.

  • 43 Sur ces mécanismes, voir J. Vaillant, « La démocratie du chancelier et la recherche de compromis »,(...)
  • 44 « Ostdeutsche : Begrenztes Vertrauen in Politik », Saar-Echo, 1er novembre 2004.
  • 45 R. Reißig, op. cit.
  • 46 J. Peter, « Junge Ostdeutsche entdecken die Freiheit », Die Welt, 15 juillet 2004.

22Ce qui est certain, c’est que les Allemands de l’Ouest et de l’Est ne partagent pas (encore ?) tout à fait une seule et même culture politique. Il semble que ces derniers soient en général assez peu attachés aux mécanismes de négociation et de recherche de compromis qui caractérisent la démocratie allemande43, et avec lesquels ils n’ont pas été familiarisés en RDA, et dans une moindre mesure, à la procédure de vote en tant que telle. La méfiance qu’ils ont développée vis-à-vis du politique avant la réunification les conduit parfois à préférer des modes de participation plus proches du citoyen et nécessitant une moindre délégation de pouvoir. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’ils se disent davantage prêts à s’engager bénévolement dans des structures sociales (69 % des personnes interrogées) qu’au niveau politique (34 %)44. En outre, pour les Allemands de l’Est, la démocratie possède une importante dimension sociale : un État n’est qualifié de démocratique par la majorité d’entre eux que si ses instances soutiennent les citoyens en difficulté et si les charges financières sont réparties équitablement entre les différents Länder45. Cette exigence de justice sociale apparaît clairement dans la définition qu’ils donnent de la liberté. Alors que, lors d’une enquête réalisée en 2004, plus de la moitié des Allemands de l’Ouest interrogés ont avancé que la liberté signifiait être responsable de soi-même et pouvoir choisir (notamment un métier et un domicile), seuls 39 % des Allemands de l’Est ont donné cette même réponse ; en revanche, 38 % d’entre eux ont affirmé qu’être libre implique d’avoir un toit, ainsi que d’être protégé de la misère et du chômage46.

  • 47 70 % des Allemands de l’Est interrogés en 2003 ont le sentiment d’être des « citoyens de seconde cl (...)
  • 48 Voir notamment D. Mühlberg, « Les objets du quotidien : des lieux de mémoire ? Spécificités des cul (...)
  • 49 D. Mühlberg, « Beobachtete Tendenzen zur Ausbildung einer ostdeutschen Teilkultur », Aus Politik un (...)
  • 50 L. H. McFalls, « Une Allemagne, deux sociétés distinctes : les causes et conséquences culturelles d (...)

23Au-delà de ces différences, le sentiment d’être des « citoyens de deuxième classe » est assez répandu dans les nouveaux Länder et suscite bien des frustrations47. Il faut dire que les instances de décision et de formation de l’opinion sont majoritairement aux mains des Allemands de l’Ouest. Ceux-ci ont tendance à occuper les postes clés dans les ministères, les administrations – y compris celles chargées de gérer la mémoire est-allemande48 –, les grandes rédactions et les chaires universitaires. L’élection d’Angela Merkel à la chancellerie en 2005 et celle, quasi consécutive, de Matthias Platzeck à la présidence du parti social-démocrate (SPD), semblent illustrer la thèse contraire ; mais, en tout cas, à l’heure à laquelle sont rédigées ces lignes, elles représentent plus une exception qu’un inversement de tendance. D’où l’impression, partagée par de nombreux Allemands de l’Est, « que toutes les décisions importantes les concernant sont prises dans des sphères sur lesquelles ils n’ont aucune influence49 ». Ce sentiment a souvent pour conséquence le retrait de la vie publique et le repli sur la vie privée50, à l’origine de taux d’abstention élevés et d’une désaffection vis-à-vis des structures de représentation traditionnelles (en particulier des partis et syndicats). Dans bien des cas, ce sentiment débouche aussi sur un vote protestataire, motivé par la volonté de montrer son mécontentement à « ceux d’en haut » comme à « ceux d’en face » (die da drüben), vote dont profitent largement les partis d’extrême gauche et d’extrême droite. Même s’ils sont loin d’être toujours dictés par une attitude autoritaire, ces deux types de réaction ne sont pas sans conséquences sur le fonctionnement de la démocratie allemande, dont ils viennent gripper certains rouages traditionnels.

D’une mémoire à l’autre

  • 51 En 2004, les partis d’extrême droite ont rejoint les parlements de Saxe (9,1 % des voix pour la Nat (...)
  • 52 Statistisches Bundesamt (éd.), op. cit., p. 50.
  • 53 Richard Stöss estime que 17 % de la population à l’Est (tendance à la baisse) et 12 % à l’Ouest déf (...)
  • 54 Ibid., p. 585 sqq. Sur d’autres points néanmoins, les avis divergent peu entre Est et Ouest. Par ex (...)
  • 55 B. Wagner, « L’extrémisme de droite en Allemagne », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Radioscopie (...)
  • 56 H.-G. Golz, « Hinsehen statt wegschauen », Deutschland-Archiv, n° 3, 2000.

24Concernant en particulier le vote et le comportement d’extrême droite, on ne saurait négliger l’importance du facteur mémoriel. Comme l’ont rappelé les élections régionales de 2004, le « syndrome extrême droite » est fortement et durablement ancré à l’Est de l’Allemagne51. Alors que la présence des étrangers y est nettement plus faible qu’à l’Ouest (2,3 % de la population en 2002, contre 10,3 %52), la xénophobie y est plus marquée. Certes, depuis le milieu des années 1990, les positions extrémistes à proprement parler ne sont guère plus représentées à l’Est qu’à l’Ouest du pays53. Cependant, l’hostilité à l’égard des étrangers reste plus vive dans les nouveaux Länder. Ainsi, 34 % des personnes interrogées en 2002 avancent que les étrangers « devraient être renvoyés » dans leur pays d’origine lorsque le travail manque en Allemagne (21 % à l’Ouest), et 24 % qu’ils « devraient se marier entre eux » (14 % à l’Ouest)54. Mais surtout, le phénomène d’extrême droite en tant que tel prend à l’Est une forme particulière. Non seulement, comme le remarque Bernd Wagner, il a réussi à « se faire une place dans la culture quotidienne et [à] influencer des sociétés parallèles55 ». Mais il s’accompagne aussi d’une violence latente : si les pogromes contre les étrangers sont désormais bien plus rares que dans les années 1990, il subsiste de véritables « zones de peur » (Angstzonen) contrôlées par de petits groupes de skinheads, qui souvent se sentent portés par une vague d’approbation tacite dans la population, et au sein desquelles les règles de l’État de droit sont devenues quasi inexistantes56.

  • 57 Voir la contribution de M. Tambarin dans cet ouvrage ; ainsi que Cl. Demesmay, « Allemagne : percep (...)

25Ce phénomène s’explique en partie par les difficultés économiques et sociales que connaît la population dans cette région et par les spécificités de sa culture politique, mais aussi en grande partie par les particularités de sa mémoire historique. D’une part, les citoyens des nouveaux Länder ont longtemps vécu dans un système clos, où la présence des étrangers était marginale, et les contacts avec eux très limités. D’autre part, ils n’ont jamais été contraints de faire face avec lucidité au passé nazi. Contrairement à leurs voisins de l’Ouest qui, grâce à un travail d’Aufklärung systématique, ont rapidement pris conscience de toute la démesure des crimes commis et ont ainsi pu assumer les responsabilités qui en sont issues, les citoyens de la RDA n’ont pas eu l’occasion de réellement se confronter à cette partie de leur histoire. En effet, derrière l’« antifascisme » proclamé de l’État, aucun travail de mémoire n’a été mené en profondeur sur les crimes de la Shoah, ni au niveau de l’historiographie officielle, ni au sein des différentes institutions étatiques. Or, sans un tel processus, les citoyens ne peuvent assumer une quelconque responsabilité historique, ni d’ailleurs prétendre à une situation « normalisée57 ». Le travail effectué depuis la réunification, en particulier auprès des élèves et des étudiants, a certes commencé à porter ses fruits – on le voit notamment au rapprochement Est-Ouest concernant la perception des étrangers, rapprochement qui, s’il est loin d’être achevé, est perceptible depuis plusieurs années. Cependant, il est probable que, pour être durable, le remodelage de la conscience historique dans les nouveaux Länder nécessitera encore un certain nombre d’années.

  • 58 Ch. Kleßmann, « Der schwierige gesamtdeutsche Umgang mit der DDR-Geschichte », Aus Politik und Gesc (...)
  • 59 A. Leo, « Keine gemeinsame Erinnerung », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 40-41, 2003

26Mais le travail de « rattrapage mémoriel » ne saurait être le seul fait des Allemands de l’Est, pas plus d’ailleurs qu’il ne saurait exclusivement porter sur le passé nazi. La dictature SED fait elle aussi l’objet d’interprétations différentes de part et d’autre de l’Elbe, différences qui sont à l’origine d’un certain nombre de tensions entre « Ossis » et « Wessis ». Ces derniers reprochent souvent à leurs voisins de l’Est de ne pas se montrer suffisamment critiques envers leur passé socialiste ; inversement, ceux-ci ont tendance à se plaindre de l’« image déformée » que ceux-là leur renvoient de la RDA et du détournement de « leur » mémoire collective par l’Ouest. Il est indéniable que, malgré les nombreuses recherches menées sur cette période de l’histoire, les Allemands ne sont pas vraiment parvenus à confronter les lectures spécifiques qu’ils en ont, et encore moins à en élaborer une version commune. Jusqu’à présent, « l’accent a davantage été mis sur ce qui sépare et ce qui est propre à chacun que sur ce qui est commun58 ». Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’interpréter des « lieux de mémoire », au sens de Pierre Nora, dans lesquels les deux ensembles de souvenirs se croisent sans se recouvrir, mais entrent en concurrence l’un avec l’autre. Les camps d’internement communs aux dictatures nazie et socialiste sont de ceux-là. Comme le remarque Anette Leo, ils font l’objet d’une véritable lutte pour la mémoire, notamment de la part des victimes du stalinisme, qui ont souvent le sentiment que leurs souffrances ne sont pas suffisamment prises en compte, du moins par rapport à celles du nazisme59. Dans ce cas comme dans beaucoup d’autres, les Allemands de l’Est et de l’Ouest n’ont d’autre choix, à l’avenir, que de réinterroger l’histoire en confrontant leurs souvenirs.

Conclusion : Vers une identification positive ?

  • 60 I. Kolboom, Pièces d’identité. Signets d’une décennie allemande 1989-2000, Montréal, Presses de l’U (...)
  • 61 W. Benz, « Stereotype des Ost-West-Gegensatzes », Informationen zur politischen Bildung, n° 271, 20 (...)

27En conclusion, il ne s’agit pas vraiment de savoir s’il faut tabler sur une persistance de l’identité est-allemande dans les décennies à venir. Car, comme le note Ingo Kolboom, les « différences est-ouest, nord-sud, catholiques-protestantes, cléricales-laïques, rurales-urbaines, et surtout [les] différences régionales traditionnelles entre des Länder60 » ont toujours été une réalité allemande. Il s’agit beaucoup plus de savoir si, à l’avenir, cette identité conservera des éléments passéistes, motivés par les frustrations économiques et l’amertume de ne pas être reconnus par l’Ouest, ou bien si elle parviendra à s’ouvrir à l’altérité et à intégrer des vecteurs d’identification positive. La réponse à cette question dépendra de plusieurs éléments. Le développement économique dans les nouveaux Länder et la réduction du chômage de masse joueront inévitablement un rôle crucial, puisqu’ils peuvent être à l’origine d’une certaine fierté régionale, ainsi d’ailleurs que nationale. Mais la volonté de dépasser les préjugés Est-Ouest, qui souvent « reposent sur des expériences, des malentendus et des réalités à la perception tronquée61 », de mieux faire connaissance et de cesser les provocations mutuelles sera tout aussi déterminante.

  • 62 W. Thierse, « Was ist die Schuld der Ossis ? », Der Spiegel, n° 46, 10 novembre 1997.
  • 63 Interview de J. Schönbohm, « Morgenmagazin », ZDF, 4 août 2005 (Le ministre s’exprimait à propos d’ (...)

28Dans la mesure où l’Est, y compris avant la chute du mur, s’est toujours mesuré aux critères posés par l’Ouest, la représentation que les « Wessis » ont des « Ossis » participe largement à la construction identitaire de ces derniers. Or, il n’est pas rare que cette représentation s’appuie sur des traits typifiés, voire folklorisés, et renvoie par conséquent une image biaisée et souvent connotée négativement de la partie orientale de l’Allemagne. À titre d’exemple, les spécificités est-allemandes ont fait l’objet de nombreuses études sociologiques, qui ont pu donner l’impression que les différences l’emportaient systématiquement sur les points communs. Parallèlement, les médias ouest-allemands ont longtemps eu tendance à aborder l’actualité des nouveaux Länder sous l’angle des difficultés économiques et à travers le prisme de la Stasi, véhiculant l’image d’un peuple d’assistés ou évoquant des « histoires de voyous62 » (Schurkengeschichten) – pour reprendre le terme de l’ancien président du Bundestag Wolfgang Thierse. À l’Est, une telle représentation renforce inévitablement le sentiment d’être mal compris, tout en unissant la population, non pas au sein de valeurs positives, mais contre « ceux d’en face ». Il en va de même lorsque le ministre de l’Intérieur du Brandebourg, d’origine ouest-allemande, explique un fait divers meurtrier par la « prolétarisation forcée » de la population en RDA ; ou lorsque le ministre-président de Bavière, lors de la campagne électorale de l’été 2005, annonce que ce n’est pas aux « frustrés » de l’Est de « décider du sort de l’Allemagne63 ».

  • 64 L’exemple par excellence est celui du maire de Gelsenkirchen, qui doit en permanence expliquer à se (...)

29Si le regard venu de l’Ouest joue un rôle important, c’est cependant aux Allemands de l’Est qu’il revient, en dernier ressort, de forger leur propre identité. Car l’image de soi, qu’elle soit individuelle ou collective, ne peut jamais être complètement subie. De même que de meilleures performances économiques atténueraient bien des tensions entre les anciens et les nouveaux Länder64, une perception de soi plus dynamique et valorisée irait à l’encontre d’un certain nombre de préjugés véhiculés par l’Ouest. On ne peut exclure que le fait ostalgique, en permettant aux « Ossis » de s’affirmer vis-à-vis des « Wessis », de retrouver leur propre passé et de le faire découvrir à leurs concitoyens, lui conférant ainsi une dimension nationale, participe de cette démarche. Mais, si tel est le cas, c’est à une double condition : il doit aller au-delà du simple divertissement et s’accompagner d’un regard objectif sur soi-même ; en outre, il ne doit être qu’un phénomène transitoire et laisser place à une identification ouverte, tournée vers l’avenir.

Notes

1 Alors qu’en 1992, 40 % d’entre eux pensaient que la situation économique de l’Allemagne et leur propre situation iraient en s’améliorant (12 % et 17 % à l’Ouest), seuls 19 % et 20 % respectivement sont dans ce cas en 2002 (31 % et 24 % à l’Ouest). Dans le même temps, la part des Allemands de l’Est estimant que la situation économique de l’Allemagne se dégrade est passée de 12 % à 28 % (de 46 à 26 % à l’Ouest). Statistisches Bundesamt (éd.), Datenreport 2004. Zahlen und Fakten über die Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2004, p. 477. Voir également K.-P. Schöppner, « Umfrage : Die Deutschen bangen um ihre Zukunft wie nie zuvor », Die Welt, 4 février 2005.

2 Voir notamment Sozialarchiv für empirische Sozialforschung (éd.), Politbarometer Ost. 1999 et 2000, Cologne, GESIS, 1999 et 2000, <www.gesis.org/Datenservice/Politbarometer/Daten/studienprofile.htm> ; « Meinungsbarometer », Leipziger Volkszeitung, novembre 2004 ; ainsi que « Überwältigender Rückhalt. Zustimmung zur deutschen Einheit gewachsen », 24 mai 2005, <www.zdf.de>.

3 « Überwältigender Rückhalt », op. cit.

4 « Meinungsbarometer », op. cit.

5 H. M. Broder, « Wir lieben die Heimat », Der Spiegel, n° 27, 3 juillet 1995.

6 Si, depuis la chute du mur, le nombre d’Allemands estimant que les points communs l’emportent sur les différences n’a cessé d’augmenter (26 % en 1995, 30 % en 2002 et 40 % en 2005), la majorité d’entre eux (56 %), dans les mêmes proportions à l’Est à l’Ouest du pays, soulignent les différences censées les distinguer. Parmi ces derniers, la moitié pense que ces différences persisteront dans dix ans. « Überwältigender Rückhalt », op. cit.

7 En France et en Italie notamment, aucun film allemand n’avait eu un succès semblable à celui de Good Bye Lenin ! depuis une dizaine d’années. Voir « Ostalgie im Westen », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 novembre 2003.

8 « Ostalgie-Show », Stern, 28 août 2003.

9 Ch. Schultheis, cité in ibid.

10 Th. Brussig et E. Krenz, cités in P. Linden, D. Vidal et B. Wuttke, « Les Allemands de l’Est saisis par l’Ostalgie », Le Monde diplomatique, novembre 2004.

11 P. Sodann, cité in H. M. Broder, op. cit.

12 Ibid.

13 L. McFalls, « Die kulturelle Vereinigung Deutschlands », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 11, 2001. Les entretiens ont eu lieu à trois reprises auprès des mêmes personnes choisies au hasard : entre 1990 et 1991 auprès de 202 personnes, trois ans plus tard auprès de 40 et en 1998 auprès de 80 d’entre elles.

14 Sozialarchiv für empirische Sozialforschung (éd.), Politbarometer Ost. 2000, op. cit.

15 J. Reich, cité in « Les Allemands de l’Est saisis par l’Ostalgie », op. cit.

16 73 % des Allemands de l’Est interrogés dans le cadre d’une enquête se sentent « fortement » ou « assez fortement attachés » à l’Allemagne de l’Est (Ostdeutschland), 38 % à l’Allemagne et 22 % à l’Europe. Voir Sozialwissenschaftliches Forschungszentrum Berlin - Brandenburg (éd.), Sozialreport 2004, Berlin, SFZ, 2004, p. 22.

17 M. Siemons, « Ostzone. Westdeutschland hat seine schöne Projektionsfläche verloren », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 16 avril 2004.

18 Interview de Th. Brussig, « Le Forum des Européens », Arte, 18 décembre 2004.

19 Voir, notamment pour les chiffres, Ch. Schmidt-Wellenburg, « Die Jugendweihe. Bedeutung und Funktion eines biographischen Übergangsrituals », Berliner Journal für Soziologie, n° 3, 2003.

20 M. Chauliac, « La Jugendweihe, comme lieu de mémoire est-allemand », Allemagne d’aujourd’hui, n° 173, juillet-septembre 2005, p. 58.

21 H. M. Broder, op. cit.

22 J. Gauck, « Noch lange fremd », Der Spiegel, n° 40, 29 septembre 1997. Après avoir animé un mouvement de citoyens, cet ancien pasteur été chargé par le gouvernement de gérer les dossiers de la Stasi.

23 En 1990, Helmut Kohl évoquait le rapide retour à l’Est de « paysages florissants » (blühende Landschaften) où, « pour tout un chacun, cela vaut la peine de vivre et de travailler » (intervention au Bundestag le 21 juin 1990).

24 Le slogan, repris cet été-là par de nombreux manifestants, a été créé par le parti néo-communiste (PDS, Partei des demokratischen Sozialismus).

25 « Ostdeutsche glauben an bessere Chancen im Westen », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 28 août 2004.

26 Entre 1990 et 2004, 63 % d’entre eux étaient des femmes ; 66,7 % avaient moins de 25 ans et 77,2 % moins de 30 ans. Dans le même temps, les personnes ayant quitté la Saxe pour les nouveaux Länder étaient 36,8 % à avoir atteint le niveau du baccalauréat (par comparaison, le taux régional est de 17,8 %). Voir KfW Bankengruppe (éd.), 15 Jahre Deutsche Einheit : Wie geht es im Osten weiter ?, Mittelstands-und Strukturpolitik, n° 34, octobre 2005, p. 34-35.

27 W. Weiss, cité in N. Miesen, I. Repke et C. Schmidt, « Schleichender Tod », Der Spiegel, n° 52/2003, 20 décembre 2003.

28 À l’Ouest, notamment en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, de nombreuses communes connaissent un taux d’endettement supérieur à celui de l’Est.

29 R. Pohl, « Crise et renouveau en Allemagne de l’Est », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Radioscopies de l’Allemagne 2006, Paris, Ifri, 2006.

30 Ibid. Pohl note également qu’en 2003, l’industrie représentait à l’Est 16,4 % de la production totale (contre 22,8 % à l’Ouest).

31 H.-J. Veen, « Vereint, aber noch nicht wirklich eins ? Ein Plädoyer wider den völkischen Rückfall », Deutschland-Archiv, n° 33, 2000, p. 273.

32 Alors que, depuis 1990, près d’un million de personnes ont quitté l’Est pour l’Ouest, 370 000 « Ossis » se rendent chaque semaine ou chaque jour à l’Ouest pour travailler. Source : Wirtschaftspolitische Informationen, n° 16/18, juillet 2005.

33 L. McFalls, op. cit., p. 24.

34 S. Gaschke, « Neues Deutschland. Sind wir nur eine Wirtschaftsgesellschaft ? », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 1-2, 2000, p. 24.

35 Statistisches Bundesamt (éd.), op. cit., p. 654-655.

36 F. Genscher et allii, Ein Jahrzehnt nach der Wende. Perspektiven für das vereinte Deutschland, Jena, Friedrich-Schiller-Universität Jena, 2003, p. 143.

37 En 1999, seuls 33 % des Allemands de l’Est (et 63 % de l’Ouest) pensent la justice sociale réalisée dans l’Allemagne contemporaine. R. Reißig, « Von der ‘äußeren Angleichung’ zur ‘inneren Einheit’ ? Die Ost-und Westdeutschen – zehn Jahre nach der staatlichen Einheit », Berlin, Evangelische Akademie Mecklemburg-Vorpommern, septembre 2000, <www.denkwerkstatt-mv.de/pages/reissig_einheit.htm>.

38 G. Scheller, « Individualisierungs-Prozesse in den neuen Bundesländern. Zur Freisetzung aus den Arbeitskollektiven », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 37-38, 2002.

39 Interview de J. Gauck, « Osten befindet sich in einer Übergangsphase », Deutschlandfunk, 8 novembre 2004.

40 Sur ce point, le contraste entre principes et pratique est flagrant puisque, comme nous l’avons vu précédemment, les Ossis, contraints par la situation économique de leur région, se montrent particulièrement flexibles sur le marché du travail.

41 A. Pfahl-Traughber, « Die Entwicklung des Rechtsextremismus in Ost-und Westdeutschland », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 3, 2000, p. 13.

42 Statistisches Bundesamt (éd.), op. cit., p. 649 et 651. Dans la partie orientale de l’Allemagne, les résultats concernant le socialisme sont constants de 1991 à 2000.

43 Sur ces mécanismes, voir J. Vaillant, « La démocratie du chancelier et la recherche de compromis », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Qui dirige l’Allemagne ?, Villeneuve-d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2005.

44 « Ostdeutsche : Begrenztes Vertrauen in Politik », Saar-Echo, 1er novembre 2004.

45 R. Reißig, op. cit.

46 J. Peter, « Junge Ostdeutsche entdecken die Freiheit », Die Welt, 15 juillet 2004.

47 70 % des Allemands de l’Est interrogés en 2003 ont le sentiment d’être des « citoyens de seconde classe ». Voir T. Staud, « Ossis sind Türken. 13 Jahre Einheit : In Gesamt-Westdeutschland sind die Ostdeutschen Einwanderer », Die Zeit, n° 41/2003.

48 Voir notamment D. Mühlberg, « Les objets du quotidien : des lieux de mémoire ? Spécificités des cultures mémorielles est-allemandes », Allemagne d’aujourd’hui, n° 173, juillet-septembre 2005, p. 10-11.

49 D. Mühlberg, « Beobachtete Tendenzen zur Ausbildung einer ostdeutschen Teilkultur », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 11, 2001, p. 37.

50 L. H. McFalls, « Une Allemagne, deux sociétés distinctes : les causes et conséquences culturelles de la réunification », Revue canadienne de science politique, vol. XXVI, n° 4, décembre 1993, p. 739.

51 En 2004, les partis d’extrême droite ont rejoint les parlements de Saxe (9,1 % des voix pour la Nationaldemokratische Partei Deutschlands [NPD]) et du Brandebourg (6,1 % des voix pour la Deutsche Volksunion [DVU]). Précisons que, s’ils ne sont pratiquement pas représentés dans les parlements des Länder de l’Ouest, les partis d’extrême droite n’y ont pas toujours été absents. Sur la xénophobie en Allemagne, voir l’article de Y. Bizeul dans cet ouvrage.

52 Statistisches Bundesamt (éd.), op. cit., p. 50.

53 Richard Stöss estime que 17 % de la population à l’Est (tendance à la baisse) et 12 % à l’Ouest défendent cette position en 1998. Voir R. Stöss, « Rechtsextremismus im vereinten Deutschland », Deutschland-Archiv, n° 2, 2000.

54 Ibid., p. 585 sqq. Sur d’autres points néanmoins, les avis divergent peu entre Est et Ouest. Par exemple, à la question de savoir si « les étrangers devraient un peu adapter leur style de vie à celui des Allemands », les Allemands de l’Est interrogés sont 71 % et ceux de l’Ouest 72 % à répondre par l’affirmative.

55 B. Wagner, « L’extrémisme de droite en Allemagne », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Radioscopies de l’Allemagne 2006, op. cit., p. 68.

56 H.-G. Golz, « Hinsehen statt wegschauen », Deutschland-Archiv, n° 3, 2000.

57 Voir la contribution de M. Tambarin dans cet ouvrage ; ainsi que Cl. Demesmay, « Allemagne : perception de l’histoire et devoir de mémoire », in Th. de Montbrial et Ph. Moreau Defarges (dir.), Ramsès 2006, Paris, Dunod, 2005.

58 Ch. Kleßmann, « Der schwierige gesamtdeutsche Umgang mit der DDR-Geschichte », Aus Politik und Geschichte, B 30-31, 2001, p. 4.

59 A. Leo, « Keine gemeinsame Erinnerung », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 40-41, 2003

60 I. Kolboom, Pièces d’identité. Signets d’une décennie allemande 1989-2000, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2001, p. 33. Sur les identités régionales, voir la contribution de M. Weigl dans cet ouvrage.

61 W. Benz, « Stereotype des Ost-West-Gegensatzes », Informationen zur politischen Bildung, n° 271, 2001, <www.bpb.de>.

62 W. Thierse, « Was ist die Schuld der Ossis ? », Der Spiegel, n° 46, 10 novembre 1997.

63 Interview de J. Schönbohm, « Morgenmagazin », ZDF, 4 août 2005 (Le ministre s’exprimait à propos d’une mère de famille qui a tué neuf de ses nouveau-nés dans l’indifférence des voisins) ; E. Stoiber, discours de campagne, Eglofs, 4 août 2005.

64 L’exemple par excellence est celui du maire de Gelsenkirchen, qui doit en permanence expliquer à ses administrés pourquoi sa ville, qui est hautement endettée et a un taux de chômage proche de la moyenne de l’Est, doit verser chaque année depuis 1990 plus de 30 millions d’euros à des villes de l’Est, « qui vont sensiblement mieux que nous ». Voir H. Breuer, « Ein tiefer Riss », Die Welt, 3 septembre 2004.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540