Version classiqueVersion mobile

Qui sont les Allemands ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Avant-propos

Alfred Grosser

Texte intégral

1L’article défini ne devrait jamais être accueilli qu’avec réticence. Le « les » semble assigner la même identité à tous les membres d’un groupe – dont chacun a pourtant des identités multiples. Dominique Schnapper a fort bien dit dans son excellent petit livre La compréhension sociologique (PUF, 1999) : « La société moderne n’est pas formée de groupes juxtaposés, aux frontières claires, mais d’individus dont les rôles, les références sont multiples. Suivant les situations sociales et les circonstances historiques, ils choisissent, en fonction de leur passé individuel et collectif, des formes particulières de références et d’identifications… Les sociétés modernes sont fondées sur la mobilité des hommes, la pluralité de leurs fidélités et de leurs abandons, la pluralité de leurs identités. » Il n’en reste pas moins que la mise en garde d’Emmanuel Lévinas n’est que rarement entendue : « L’identité de l’individu ne consiste pas à se laisser identifier du dehors par l’index qui le désigne. » Si l’Allemagne est autrement autre que les autres pays d’Europe, Russie comprise, pourtant héritière de l’Union soviétique stalinienne, c’est que les Allemands se sentent sans cesse identifiés par l’index extérieur, et même, pour utiliser le terme justement utilisé par Martin Walser dans son discours à la Paulskirche, par une massue brandie contre eux à la moindre occasion.

2En 1994, j’ai enseigné brièvement à l’université de Singapour. J’ai aussi dialogué au lycée allemand. Une lycéenne de dix-sept ans m’a demandé avec beaucoup d’amertume : « Si j’ai une fille, pourra-t-elle espérer, quand elle aura dix-sept ans, ne plus voir l’accusation et le soupçon apparaître dans le regard de son interlocuteur lorsqu’elle dira qu’elle est allemande ? » Quelques années auparavant, j’avais été en visite au temple de la sociologie quantitative, à Michigan State University. J’en suis parti avec une question qui n’a jamais reçu de réponse : « Comment quantifiez-vous le déficit de puissance de la République fédérale dû à la présence d’Hitler dans le passé allemand ? »

3En France, le phénomène d’identification collective des Allemands a beaucoup perdu en intensité, surtout par comparaison avec la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas. En partie parce que le passé antérieur a été peu à peu apuré, transformé. À Douaumont, depuis longtemps, la victoire tient peu de place par comparaison avec les souffrances identiques dans les tranchées devant Verdun. Le geste de Helmut Kohl et de François Mitterrand relève d’une évolution particulièrement sensible pour les plus récentes commémorations du 11 Novembre. Les présentations d’Erich-Maria Remarque et d’Henri Barbusse triomphent aujourd’hui. Il n’est que de voir l’admirable film de Christian Caron Joyeux Noël, évidemment méprisé par la critique intello, pour constater l’écart entre la haine qu’on fait exprimer aux enfants des écoles à la veille de la Guerre, et la découverte de la souffrance commune. Et quel spectateur n’est pas ému par le prêtre disant la messe de Noël pour les soldats français, écossais et allemands, alors qu’il est choqué par l’évêque reprenant les choses en mains en prônant l’extermination du peuple barbare ennemi ? Ce spectateur s’est-il rendu compte que cet évêque parlait comme l’immense majorité des prélats catholiques et protestants français et allemands pendant la Première Guerre mondiale ? Le réalisateur montre brièvement un ceinturon avec Gott mit uns. La formule est aujourd’hui celle de George W. Bush, tandis que la plupart des chrétiens européens croient moins en un Dieu vengeur aidant à écraser l’ennemi qu’en un Dieu qui s’est fait homme souffrant. Et le combat contre Hitler a été mené contre « un régime qui a tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine », pour reprendre le début du Préambule de la Constitution française de 1946.

4La seconde spécificité de l’Allemagne en Europe, c’est évidemment la réunification. A-t-elle créé une pleine identité commune ? Les Allemands, est-ce l’ensemble de la population des seize Länder ? L’unité s’est faite sur la base de l’article 23 de la Loi fondamentale. Les Allemands qui n’avaient pas connu la liberté intégraient l’État fondé sur celle-ci. La démocratie de Bonn déménageait ensuite à Berlin. (Historiens et politiques se réfèrent sans cesse à la « Démocratie de Weimar », alors que les institutions de la République née en 1919 n’ont jamais siégé dans la ville de Goethe et de Schiller.) Avec bien des erreurs et bien des illusions. Certes, au cours des quinze années d’unification, l’identification commune a progressé, alors que la Belgique, plus encore l’Espagne et maintenant l’Italie sont à la limite de la dislocation de l’identité nationale. Mais même avec une chancelière et un chef de parti venus de l’ancienne RDA et malgré une vie politique unifiée, la distinction entre Ossis et Wessis demeure dans les esprits parce qu’elle correspond largement à la réalité économique et sociale.

5En même temps, le questionnement identitaire connaît deux aspects nouveaux et liés. La discussion autour de la deutsche Leitkultur a été et demeure beaucoup trop passionnelle. Il devrait être évident qu’il en existe deux, la noir-blanc-rouge nationaliste qu’il convient de rejeter, et la noir-rouge-or qui, depuis la fête de Hambach en 1832 jusqu’aux droits et libertés énoncés dans la Loi fondamentale de Bonn, en passant par 1848 et les principes de Weimar, a été celle du libéralisme politique. Lorsque, l’avant-veille du vote de la Loi des pleins pouvoirs accordés à Hitler le 23 mars 1933, la clairvoyante Vossische Zeitung énumérait tous les droits qui allaient être abolis, elle disait combien ils avaient été le bien commun du monde occidental depuis 1776, date de la déclaration d’indépendance des États-Unis. Aujourd’hui, ils ont été repris et élargis dans les textes européens. Et la République fédérale d’Allemagne demeure le seul État européen qui n’ait pas été fondé sur l’idée de nation, mais sur des valeurs politico-morales. La nation mal identifiée depuis son unification en souffre donc moins que si, comme dans le discours français, la Nation constituait la valeur commune suprême.

6Mais qui appartient à cette collectivité morale ? Quels nouveaux venus et à quelles conditions ? Depuis l’entrée en vigueur, au début des années 1990, de la nouvelle législation sur l’accès à la nationalité allemande, leur situation devrait ressembler à la française. Or il n’en est rien. L’une des raisons de la « révolte des banlieues », en novembre 2005, c’est que le sentiment de frustration des révoltés était d’autant plus fort qu’ils étaient français, donc qu’ils étaient des Français discriminés. En Allemagne, on dira d’un Allemand né turc qu’il est ein Türke mit einem deutschen Pass (un Turc avec un passeport allemand) et lui-même aura tendance à s’identifier ainsi.

7Si l’on me presse de recourir à des généralisations, je dis en Allemagne que la caractéristique française est la Selbstüberschätzung, l’autosurestimation, l’incontestable et apparemment insurmontable arrogance française, tandis que l’allemande est la Selbstbemitleidung, l’apitoiement sur soi. Ainsi, les Wessis se lamenteront sur les transferts maintenus vers les « nouveaux Länder » alors que, pendant quarante-cinq ans, ils ont eu la chance de vivre dans la liberté et la prospérité, tandis que, par un simple hasard de l’Histoire, cette chance était refusée à leurs compatriotes de la RDA. Et les Ossis ne cessent de se comparer aux parties riches de l’Allemagne de l’Ouest plutôt qu’à la Pologne ou la Hongrie, alors que, de tous les pays soviétisés, c’est l’ancienne RDA qui est dans la meilleure situation.

8Les divers chapitres de ce livre montreront à quel point cet avant-propos est approximatif. Peut-être cependant ces approximations ne sont-elles pas inutiles.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search