Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une philosophie de la consommation

 | 
Arnaud Berthoud

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite aux « Essais de philosophie économique » consacrés aux rapports entre l’économie et la politique chez Platon, Aristote, Hobbes, A. Smith et Marx. La question traitée ici est moins générale et s’appuie sur un nombre beaucoup plus important d’auteurs – majeurs ou mineurs. Il ne s’agit pas de décrire l’état dans lequel se trouve le consommateur de nos sociétés modernes ou les relations de la consommation avec l’argent, la production ou les mœurs. Il s’agit de répondre à la question de savoir ce qu’on doit légitimement appeler consommation.

2La thèse qu’on défend ici est la suivante. La science qui aurait dû consacrer toute son attention à produire une définition réfléchie de la consommation s’est laissée envahir par une toute autre question relative à la reproduction sociale et aux formes de distribution du produit à travers l’échange marchand et la répartition. Il en résulte que depuis plusieurs siècles, la consommation n’est généralement pensée que sous la forme d’un moment passager dans la reproduction par chaque être humain de sa vie et de ses forces. La notion de richesse est définie à partir du produit. Le bonheur du consommateur est ramené à un état de la vie dont toute vertu ou qualité morale est exclue. Le consommateur n’est plus considéré comme l’agent dont le choix, les moyens et la fin doivent donner par privilège sa définition à l’économie, comme cela était le cas dans la tradition aristotélicienne antérieure.

3Le premier chapitre du livre propose une définition de la consommation qui engage des notions de richesse, d’économie ou de bonheur en bonne partie issues de cette tradition. Le second chapitre montre que les réflexions sur le choix rationnel de l’agent économique proposées par la science économique néo-classique et son adversaire institutionnaliste ne sont pas à la hauteur de ce qu’exige le développement de ces notions. Le troisième chapitre examine la dimension éthique la plus favorable au traitement de la consommation conçue ainsi comme le bon usage des richesses en vue du bonheur et selon un désir averti de l’illusion qui sans cesse le menace. Une introduction situe le parcours d’ensemble au regard de la question centrale de savoir en quoi le travail et la consommation se rattachent l’un à l’autre comme passion.

4Si ce livre a quelque intérêt parmi toutes les études et les interrogations actuelles sur la limitation nécessaire de nos consommations au regard de la fragilité croissante de notre environnement, cela vient peut-être de cette liaison que je tente d’établir entre une notion renouvelée de travail et une notion ancienne de consommation. Je fais état dès les premières pages de quelques pensées de H. Arendt et S. Weil sur le sujet. J’évoque dans la conclusion du dernier chapitre une relation entre la critique du désir chez Kant et le Principe Espérance dont le travail est le support chez E. Bloch. Pouvons nous espérer un jour assigner une limite à nos économies dont le développement présent menace toujours plus le monde et les communautés humaines dans lesquelles nous vivons ? Cette question inquiète se trouve déjà chez Platon. Je ne prétends évidemment pas y répondre. Mais je pense l’éclairer lorsque je suggère tout au long de cet ouvrage que le don précède la prise, que la consommation est antérieure à la production et que le travail n’est pas d’abord un acte productif mais une expérience affective où le temps se donne comme temps humain. Contre une économie de la production qui veut toujours davantage surmonter le temps, je tente d’opposer une économie de la consommation dont la limite intérieure est constituée par l’accueil du monde et du temps.

5Comme l’ouvrage précédent, ce nouveau travail a eu pour point de départ des séminaires enseignés à L’Université de Paris X-Nanterre et à l’Institut d’Études Politiques de Lille. Certaines idées ont été en outre proposées à la discussion collective au cours des réunions régulières du groupe H.P.E. du CLERSE de l’Université de Lille I. C’est donc d’abord à mes étudiants et à mes collègues présents dans ces lieux de travail que vont mes remerciements. Car si le texte écrit se développe dans l’isolement, l’exposé oral qui lui sert souvent d’ossature préalable se nourrit de l’attention bienveillante et de la réception critique de ceux qui l’entendent. J’ai eu la chance d’être toujours sous la bienveillance de tous et parfois sous la critique de quelques uns. Ce texte leur doit beaucoup.

6Laurent Cordonnier, Benoît Lengaigne, Patrick Mardellat et Franck Vandevelde m’ont apporté une aide précieuse et le soutien de leur amitié tout au long de la dernière phase de cette étude. Je les remercie ici particulièrement.

7Merci enfin à A. Caillé qui a fait connaître les premières pages de ce travail dans le numéro 21 de la Revue du MAUSS et à Michel Hastings qui me fait la confiance d’accueillir le propos d’une philosophie économique dans le cadre de sa collection.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540