Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qui dirige l'Allemagne ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Partie IV. La République des citoyens

Quand la politique se mêle d’éducation : le rôle des fondations dans la socialisation des citoyens

Wichard Woyke

Texte intégral

La socialisation démocratique en RFA

  • 1 W. Rudzio, Das politische System der Bundesrepublik Deutschland, Opladen, Leske + Budrich, 2003, p. (...)
  • 2 La retraite dynamique fut introduite en 1957 et augmentait les rentes de 67 % pour les travailleurs (...)

1À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un nouvel État a vu le jour avec la République fédérale d’Allemagne (RFA), dont la structure politique était étrangère à la grande majorité des citoyens. La plupart des Allemands ne connaissaient pas la démocratie parlementaire : ils n’avaient connu que l’Empire, aux structures autoritaires, puis la République de Weimar, formellement démocratique et qui ne dura que 12 ans, et enfin la dictature national-socialiste. Le nouveau régime a d’ailleurs été dirigé de façon plutôt autoritaire par le chancelier Konrad Adenauer dans la phase de restructuration du pays. Qualifiée par des observateurs avisés d’État « démo-autoritaire » sous le mandat de ce dernier, les citoyens ne lui ont accordé leur soutien qu’après beaucoup d’hésitations. L’attachement à la démocratie, très faible au début de la République fédérale, a gagné du terrain : en 1950, 53 % seulement des Allemands se sont prononcés pour le pluralisme politique, tandis qu’ils étaient plus de 74 % à le faire en 1955, 81 % en 1967 et 88 % en 19721. Mais seulement un tiers des citoyens interrogés ont déclaré porter un intérêt à la politique, et ce chiffre n’a pas beaucoup augmenté. Bien que la participation électorale ait fortement progressé et que le système politique ait produit ses premiers bons résultats au milieu des années 1950, avec le miracle économique, la fin de l’occupation par les troupes alliées, les adhésions à la Communauté économique du charbon et de l’acier (CECA), à l’Union de l’Europe occidentale (UEO), à la Communauté économique européenne (CEE) et à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’égalité des droits, l’introduction de la « retraite dynamique2 », etc., la participation active au système politique est restée l’affaire de petites minorités : l’image de la démocratie était encore floue lors des enquêtes réalisées dans les années 1950 et 1960 en RFA. Des valeurs comme l’attachement au système politique, la communication politique, le soutien au système des partis, le sens du pluralisme, de l’opposition et du compromis, avaient moins d’importance en Allemagne que dans les pays anglo-saxons. Les vieilles vertus allemandes d’obéissance et de soumission bénéficiaient d’une plus grande estime que les valeurs d’indépendance et de libre arbitre.

  • 3 W. Rudzio, op. cit. [1], p. 552.
  • 4 O. Niedermayer, « Nach der Vereinigung: Der trend zum fluiden Fünfparteiensystem », in O. W. Gabrie (...)

2À la fin des années 1980, cependant, les citoyens allemands sont devenus des démocrates fiables. Ils se sont bien plus intéressés à la politique et le système politique a recueilli un large soutien. La participation politique, qui avait beaucoup progressé, a été acceptée. Dans les années 1980, la République fédérale pouvait donc être globalement considérée comme un système stable. Au milieu des années 1980, une certaine désaffection vis-à-vis des partis a vu le jour, qui s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui. Elle s’explique non seulement par des scandales politiques, mais aussi « par l’érosion des liens politico-sociaux, la compétence politique subjective des citoyens, qui a crû avec le développement de l’éducation, et la représentation de la politique à la télévision3 ». Avec la réunification allemande, la question de l’intériorisation des valeurs démocratiques se pose à nouveau. Car les citoyens des Länder de l’Est, qui ont vécu 40 années de socialisation socialiste, n’ont pas le même comportement politique que leurs concitoyens de l’Ouest : ils votent moins que ces derniers, adhèrent moins aux partis et se montrent plus critiques vis-à-vis de la politique4.

  • 5 Helmut Kohl, allocution prononcée en 1989 ; cité dans La lettre de l’Association pour l’innovation (...)

3Dans cette perspective, les fondations politiques ont joué et continuent à jouer un rôle très important en Allemagne. C’est notamment grâce au travail de socialisation politique qu’elles accomplissent que les citoyens allemands sont devenus des démocrates comme les autres, et que les différences entre l’Est et l’Ouest peuvent aujourd’hui se résorber. De même, elles peuvent sans doute limiter la dynamique de l’érosion politique et contribuent à ce que les citoyens s’intéressent davantage aux processus démocratiques. De ce fait, les fondations politiques représentent un élément de la culture politique de la RFA. Comme le note Helmut Kohl, elles « sont singulières dans l’histoire [de l’Allemagne] et restent uniques à l’heure actuelle5 ».

Structure et organisation des fondations politiques allemandes

  • 6 J. Kocka, « Die Rolle der Stiftungen in der Bürgergesellschaft der Zukunft », Aus Politik und Zeitg (...)

4Le nombre de fondations en Allemagne a beaucoup augmenté ces deux dernières décennies. Aujourd’hui, on en dénombre plus de 10 000, soit trois fois plus qu’en 1980, mais nettement moins que vers 1900. L’institution de la fondation est bien antérieure au concept et à la réalisation de la société civile. Les fondations sont des institutions indépendantes « qui financent des objectifs publics avec des fonds privés, qui sont reconnues d’utilité publique et sont généralement individualistes, tout en ayant des intentions et des actions qui transcendent les intérêts individuels6 », mais un grand nombre d’entre elles ne s’adressent pas au public.

  • 7 Jugement de la Cour constitutionnelle du 14 juillet 1986.

5Les fondations politiques sont au nombre de six depuis 2000 et sont liées aux partis qui siègent au Bundestag. Il s’agit des fondations Friedrich-Ebert (FES), proche du Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD), Konrad-Adenauer (KAS), proche de la Christlich Demokratische Union Deutschlands (CDU), Hanns-Seidel (HSS), proche de la Christlich Soziale Union, Friedrich-Naumann (FNS), proche du Freie Demokratische Partei (FDP), Heinrich-Böll (HBS), proche des Verts, et Rosa-Luxemburg (RLS), proche du Partei des Demokratischen Sozialismus (PDS). Ces fondations défendent les valeurs fondamentales des partis dont elles sont proches, ce que l’opinion publique reconnaît comme légitime et naturel. Ainsi, il est courant de nommer la Fondation Friedrich-Ebert, par exemple, la « fondation du SPD ». Bien que la séparation entre parti et fondation soit nette, les fondations politiques sont considérées comme les « réservoirs et organes de connaissances » des partis qu’elles soutiennent. La Cour constitutionnelle (Bundesverfassungsgericht) a défendu cette position dans un jugement, tout en soulignant l’indépendance des fondations sur le plan des statuts et de l’organisation7. Les programmes de formation des fondations doivent être accessibles à tous et ne pas être réservés aux seuls membres des partis. Leurs publications et institutions scientifiques, comme leurs bibliothèques, doivent être ouvertes à toutes les personnes intéressées. Les rapports entre fondations et partis sont donc caractérisés à la fois par la proximité et par l’indépendance. La proximité tient à l’identité des personnalités. En général, c’est un représentant très connu d’un parti politique qui est à la tête de la fondation. Par exemple, le président actuel de la Fondation Konrad-Adenauer est Bernhard Vogel. Il fut, durant plus de 12 années, chef du gouvernement du Land de Rhénanie-Palatinat pour la CDU. Après la réunification, il fut de nouveau ministre-président pour la CDU dans le Land de Thuringe. Les comités directeurs des fondations comptent également souvent beaucoup de représentants des partis. L’indépendance vient du fait que le parti ne peut pas déterminer les thèmes dont s’occupent les fondations. Elles sont absolument libres dans le choix des domaines où elles souhaitent s’investir. Bien sûr, il est clair que l’on ne peut pas travailler comme membre de la SPD dans la Fondation Konrad-Adenauer, de même qu’il est impossible de recevoir une bourse pour ses études de la Fondation Heinrich-Böll si l’on est membre de la CDU. De surcroît, il est de plus en plus fréquent que les membres de grand mérite des partis finissent leur vie politique dans les fondations.

6Exception faite de la Fondation Friedrich-Naumann, les cinq autres ne sont pas des fondations au sens classique du terme, bien qu’elles en portent le nom. La Fondation Friedrich-Naumann est en effet une fondation de droit privé, tandis que les autres sont des associations, et sont déclarées comme telles et organisées autour d’une assemblée générale des membres et d’un comité directeur élu par cette assemblée. La Fondation Friedrich-Naumann, quant à elle, dispose d’un conseil de surveillance composé de 29 membres représentant le milieu politique, scientifique, économique, culturel et sportif. Ce conseil a pour mission de conseiller le comité directeur et de contrôler ses activités. Le comité directeur compte sept membres, gère les activités de la fondation et présente au conseil de surveillance le plan d’activité annuel et le budget. C’est donc lui qui détermine les orientations de la fondation. La composition des organes des fondations est largement influencée par le parti qu’elles soutiennent. Ils comptent majoritairement des anciens membres du gouvernement ou des membres en exercice, des députés ou permanents du parti. Les politiques qui exercent une fonction dirigeante dans un parti ne peuvent toutefois pas le faire dans une fondation. En outre, un petit nombre de membres d’organisations proches de la fondation et de personnalités publiques est représenté dans ses organes de direction.

7Le budget global des six fondations politiques s’est élevé pour l’exercice 2003 à 343 millions d’euros, répartis comme suit : 107 millions d’euros pour la Fondation Friedrich-Ebert, 105 pour la Fondation Konrad-Adenauer, 39 pour la Fondation Friedrich-Naumann, 43 pour la Fondation Hanns-Seidel, 35 pour la Fondation Heinrich-Böll (2001) et 9 pour la Fondation Rosa-Luxemburg (2002). Ces budgets sont financés presque intégralement par les fonds publics, la plus grande partie, soit 90 %, étant à la charge de l’État fédéral. Depuis deux ans, les versements du budget fédéral diminuent suite aux économies réalisées par le gouvernement, et les fondations ont vu leur budget baisser, en ce qui concerne tant l’éducation politique, l’octroi de bourses ou les activités à l’étranger que la recherche. Ces budgets sont soumis au contrôle du Parlement et surtout de la Cour des comptes fédérale (Bundesrechnungshof). Les sommes représentées par les dons et les fonds propres ne représentent qu’une très faible part du budget de toutes les fondations. Le ministère fédéral de l’Intérieur subventionne une part importante du budget des fondations politiques. À condition de respecter les règles d’affectation, les fondations ont une grande latitude pour utiliser leurs moyens financiers. Pour la seule année 2001, le montant des sommes versées par le ministère fédéral de l’Intérieur aux six fondations s’est élevé à 85 millions d’euros. Ces dernières années, ces financements ont été considérablement revus à la baisse. Le ministère de la Coopération est également devenu un bailleur de fonds important des fondations. Les fonds qu’il leur verse servent à financer la coopération des fondations avec leurs interlocuteurs du Tiers-Monde. L’argent des bourses est versé aux fondations par le ministère fédéral de l’Éducation, tandis que les Länder et certaines communes accordent des financements plus modestes pour des projets d’éducation civique (politische Bildung).

8Les fondations politiques interviennent aussi bien à l’étranger qu’en Allemagne. Elles travaillent au carrefour de la science et de la politique, de l’économie et de la société, de la culture et de l’administration. La Fondation Heinrich-Böll, ainsi nommée d’après le nom du prix Nobel de littérature de 1972, a un objectif plus spécifique, qui vise à réaliser l’égalité des sexes dans la démocratie, et à établir des rapports entre hommes et femmes qui ne soient pas fondés sur la dépendance ou la domination. Sur le plan international, la principale mission des fondations est l’aide au développement dans le Tiers-Monde. Elles emploient à cet effet plus de 1 500 personnes : les deux grandes fondations, à savoir la KAS et la FES, comptent plus de 500 salariés, tandis que les trois petites comptent entre 150 et 250 collaborateurs, et la Fondation Rosa-Luxemburg, 50.

Missions de socialisation politique des citoyens allemands

  • 8 Déclaration commune des fondations Friedrich-Ebert, Konrad-Adenauer, Friedrich-Naumann, Hanns-Seide (...)

9Sur le plan national, ces missions de socialisation s’articulent autour de trois grands domaines : l’éducation civique, l’octroi de bourses d’études, les activités de recherche et de conseil. Leurs objectifs, qu’elles ont soulignés en novembre 1998 dans une déclaration commune sur leur financement public et qui sont encore valables, sont les suivants8 :

  • éveiller l’intérêt des citoyens pour les questions politiques en les éduquant politiquement, promouvoir et approfondir leur engagement politique ;

  • promouvoir la science, la recherche politique et l’activité de conseil pour étudier les fondements de l’action politique et approfondir le dialogue et le transfert de connaissances entre science, politique, État et économie ;

  • étudier l’évolution historique des partis et des mouvements politiques et sociaux ;

  • favoriser l’éducation et la formation scientifiques de jeunes talents en leur accordant des bourses et en leur proposant de participer à des programmes parallèlement à leurs études ;

  • promouvoir l’entretien et la conservation des œuvres d’art, de l’art et de la culture en organisant des manifestations et en accordant des bourses ;

  • soutenir les efforts d’unification européenne, contribuer à la compréhension entre peuples en diffusant des informations et en organisant des rencontres internationales ;

  • fournir une aide au développement dans le cadre de programmes et de projets, et contribuer à la mise en place de structures démocratiques, libres et conformes aux principes d’un État de droit, qui respectent les droits de l’homme et du citoyen.

L’éducation civique

10La principale activité de socialisation politique des fondations est l’éducation civique. Elles ont leurs propres écoles destinées au grand public et dispensent des formations politiques en dehors de leurs institutions. Elles disposent généralement d’une académie centrale où se déroulent les cours, ainsi que d’écoles destinées au grand public et d’organismes de formation dans les différents Länder. Les fondations sont touchées par les problèmes financiers des collectivités publiques et ont commencé à restructurer leurs activités d’éducation civique. Le nombre d’écoles destinées au grand public et d’organismes de formation a été réduit, mais leur domaine d’intervention a été étendu.

  • 9 Fondation Friedrich-Ebert, Rapport annuel 1990, Bonn, 1991, p. 36.

11L’approche en matière de formation politique est très similaire d’une fondation à l’autre. Elles considèrent que leur mission est de « renforcer la responsabilité des citoyens », de « permettre aux citoyens de participer activement à la démocratie et de les y inciter », et d’apporter une contribution à la culture politique dans un « monde plus complexe9 ». La formation politique doit permettre à moyen terme d’augmenter l’intérêt et la capacité des citoyens à participer à la vie politique et de rendre la politique plus attrayante sur le plan européen, national, régional et communal en transmettant des connaissances concrètes. L’organisation de manifestations et de séminaires permet ainsi d’acquérir des compétences politiques et de donner confiance aux citoyens pour qu’ils se lancent dans l’action publique. Les fondations organisent des manifestations de types très variés : séminaires (sur une journée, un week-end, une semaine), lectures, conférences, réunions, colloques et cercles de débats, publication de livres et journaux. Elles font volontiers des voyages de formation et d’études, qui permettent de se confronter directement à d’autres systèmes politiques et sociaux. Les deux grandes fondations à elles seules ont déjà organisé plus de 3 000 manifestations, séminaires, réunions, etc., auxquelles participent annuellement plus de 150 000 personnes désireuses de recevoir une éducation civique.

12La formation politique et l’activité de conseil au niveau communal sont les missions essentielles des fondations. Les départements responsables de la politique communale remplissent un rôle stratégique, car ils sont des lieux de rencontre des chercheurs et des praticiens, des centres d’information voués à l’étude de la résolution des problèmes politiques, et des centres de qualification pour ceux qui exercent des responsabilités dans la politique communale à titre principal ou accessoire. En pratique, les personnes impliquées dans les affaires communales reçoivent une formation afin de comprendre la politique communale. Au cours de plusieurs séminaires, d’une durée habituelle d’une semaine, elles sont qualifiées pour devenir politicien au niveau communal. Par ailleurs, les fondations contribuent à la promotion des valeurs et des normes de la constitution allemande. Elles cherchent à informer sur l’histoire de la RFA et l’État de droit, à mettre à disposition de meilleures connaissances sur le processus de décision politique et interviennent pour aiguiser la sensibilité politique du citoyen.

13Un des objectifs les plus importants est la promotion des valeurs fondamentales de la démocratie. Sans doute les fondations propagent-elles des valeurs politiques dans leurs séminaires, dans leurs résultats scientifiques et spécialement dans leur travail à l'étranger. Pendant les années 1990, les buts fondamentaux des fondations en Europe centrale et orientale étaient – et sont encore – la promotion du système de la démocratie libérale et de l’ordre économique et social. Dans ce processus de transformation, les fondations ont assisté les organisations qui y avaient une qualification-clé : des gouvernements, des partis politiques, des parlements, l’administration, la justice, des syndicats, des groupes d’intérêts, des médias indépendants et des institutions scientifiques.

Les bourses d’études

14Un autre élément important de l’activité des six fondations politiques est l’octroi de bourses d’études, les principes appliqués par les fondations étant les mêmes que ceux des organismes qui aident les individus talentueux. En théorie, tous les cursus peuvent bénéficier de bourses. Les fondations opèrent une distinction entre les bourses aux étudiants, aux jeunes titulaires d’un diplôme de troisième cycle et aux étudiants étrangers. Elles poursuivent deux objectifs : d’une part la promotion d’une génération d’universitaires qualifiés sur le plan scientifique et académique, prête à contribuer de façon active, critique et constructive au façonnement de la République fédérale d’Allemagne, en tant qu’État de droit et État social, et, d’autre part, l’aide aux étudiants étrangers de façon à ce qu’après leurs études, ils puissent occuper des fonctions politiques de premier plan ou des postes de responsabilité dans l’économie, l’enseignement, la recherche et l’administration de leurs pays. Une fois que ces boursiers occuperont des postes importants chez eux, ils pourront entretenir ou développer leurs liens avec l’Allemagne, sur le plan économique et politique. Par exemple, l’ancien président indonésien, Bacharuddin Jusuf Habibie, avait étudié la technologie spatiale et aérienne à Aix-la-Chapelle dans les années 1950 et reçu une bourse allemande. En 1978, devenu ministre d’État de la Science et de la Technologie, il a fait avancer des projets techniques nationaux très ambitieux. Pendant le temps de son mandat ministériel, puis présidentiel, il a toujours cherché à développer des relations amicales avec la RFA et, ce qui est important, l’Indonésie et l’Allemagne ont su réaliser de bonnes ententes économiques.

15Ces bourses peuvent théoriquement être accordées à tous les étudiants, à condition de ne pas contrarier les principes défendus par la fondation politique qui les finance. Ce sont les comités de sélection des fondations, composés de professeurs, de praticiens et d’autres personnalités proches, qui désignent les récipiendaires. Les boursiers reçoivent une aide financière et bénéficient de mesures d’un encadrement « intellectuel » pendant leurs études, qui peut passer par l’organisation d’un séminaire. Les grandes fondations ont aidé en 2003 environ 1 500 étudiants chacune, dont un cinquième d’étrangers. Les quatre autres fondations ont financé entre 400 et 500 boursiers. Pour recevoir une bourse, il faut d’abord avoir de très bons résultats à l’université. Un candidat qui n’a pas d’excellentes qualifications n’a aucune chance d’être pris en considération. En outre, tout candidat doit soutenir les objectifs de la fondation. Il ne peut donc postuler simultanément dans plusieurs fondations, puisque celles-ci défendent des conceptions différentes concernant le développement de la société. Malgré cela, pour être candidat, personne n’est obligé d’adhérer au parti auquel la fondation est liée. Bien sûr, si un candidat est membre du parti et s’il est engagé dans la vie de celui-ci, il aura plus de chances d’obtenir une bourse. Le niveau d’engagement social – dans le cadre d’un parti ou d’une organisation non gouvernementale (ONG), telle Amnesty international, ou encore d’un club sportif – est un critère pour décrocher une bourse. Le pourcentage de boursiers qui appartiennent à un parti n’est pas connu, mais il ne représente sans doute pas la moitié des étudiants. Bien sûr, les partis entretiennent l’espoir que, plus tard, les boursiers adhéreront à leurs structures.

16Un groupe très intéressant pour les fondations est celui des journalistes. Des cours spéciaux sont mis en place pour les représentants des médias, au cours desquels ces derniers assistent à des conférences de politiciens très importants ou de professeurs reconnus. Les fondations engagent des personnalités très connues qui ne doivent pas être membres du parti. Et des membres d’autres partis peuvent même être invités, ce qui permet de constituer un ensemble très vaste d’intervenants.

Les activités de recherche et de conseil

  • 10 Fondation Konrad-Adenauer, Rapport annuel 2003, St. Augustin, 2004.
  • 11 Propos tenus par B. Vogel lors d’une rencontre avec des membres de l’Association pour l’innovation (...)

17Les fondations politiques dirigent également des recherches en science politique et en sciences humaines. Les services scientifiques de l’ensemble des fondations réalisent des études dans des domaines politiques très variés, en partie en coopération avec d’autres institutions de recherche comme les universités. En outre, elles commandent ou financent des travaux scientifiques et les publient, comme elles le font d’ailleurs pour la plupart de leurs propres recherches. Leurs services de recherche organisent également des symposiums scientifiques, des congrès, colloques et débats. Les fondations ont leurs propres fonds d’archives, qui servent entre autres à mener des recherches historiques, ainsi que des bibliothèques et autres centres de documentation. L’ACDP (Archiv für Christlich-Demokratische Politik, Fonds d’archives de la politique chrétienne-démocrate) a ainsi pour mission de documenter l’évolution historique de la démocratie chrétienne. Il compte plusieurs services – archives historiques, bibliothèque et documentation – formant un centre de communication « qui contribue au quotidien à la diffusion de la conscience politico-historique grâce à son travail d’éducation et de recherche politique, et promeut ainsi le transfert d’informations entre tradition et avenir10 ». Les services de recherche de la Fondation Konrad-Adenauer et de la Fondation Friedrich-Ebert ont longtemps servi de fabrique à idées pour la CDU et le SPD. Avec leurs analyses des résultats électoraux, ils sont une source d’information capitale pour les partis politiques. De même, les recherches menées sur les pays du Tiers-Monde permettent aux partis d’adapter leur attitude à l’égard de ces pays. Même si, en 2000, la Fondation Konrad-Adenauer a mené à bien une réforme structurelle qui a abouti à une réduction notable du département recherche, son président souligne qu’« une fondation ne doit pas penser les idées de demain, mais les idées d’après-demain11 ».

La socialisation politique à l’étranger

  • 12 A. Bazin et D. Dakowska, « Les fondations politiques allemandes, acteurs spécifiques de la politiqu (...)
  • 13 R. Herzog, cité dans A. Bazin et D. Dakowska, Ibid.

18Sur le plan international, les fondations politiques jouent un rôle de premier plan : « Ni tout à fait acteur étatique, ni non plus tout à fait acteur non étatique, elles se situent à l’intersection entre des dynamiques nationales et des dynamiques partisanes transnationales, développant leurs activités à un double niveau, étatique et civique, de part et d’autre des frontières12. » Menées à bien par des services spécialisés des fondations, les activités internationales sont en effet intensives et efficaces. Si l’on en croit l’ancien président fédéral Roman Herzog, il s’agit là de « l’un des instruments les plus efficaces et les plus utilisés de la politique étrangère allemande, si on ne se limite pas aux seules méthodes et au savoir traditionnel de la diplomatie13 ».

  • 14 Ministère fédéral de l’Aide au développement, Grundsätze für die entwicklungspolitische Zusammenarb (...)

19Loin de se cantonner à l’Europe, les activités internationales des fondations s’étendent au monde entier, au Tiers-Monde particulièrement. Dès 1973, le ministère fédéral de l’Aide au développement a défini les « Principes pour la coopération entre le gouvernement fédéral et les fondations politiques en matière d’aide au développement », qui valent encore aujourd’hui. Ils déterminent clairement les missions des fondations politiques dans le cadre de la politique allemande d’aide au développement : « Les fondations politiques soutiennent dans les pays en développement des partenaires qui apportent une contribution structurellement efficace à la mise en œuvre de la justice sociale, de la promotion de la participation politique et du renforcement de l’indépendance économique de leur pays dans le cadre des objectifs définis par la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. La responsabilisation des individus et l’initiative des groupes sociaux et individus sont primordiales pour la réalisation de ces objectifs. Sur le plan de l’aide au développement, il est essentiel que les milieux défavorisés s’organisent pour se prendre en main14. » Entrent dans cette définition, les partis politiques, les syndicats, les associations d’agriculteurs, de femmes, de jeunes, les coopératives, les groupements d’agriculteurs et autres. La coopération avec les grandes institutions sur le plan social est importante. Les organismes publics et privés de recherche sociale et de formation pour adultes, y compris les centres de formation et de recherche, sont également des interlocuteurs des fondations à l’étranger.

20En ce qui concerne leurs actions dans la société, les fondations politiques peuvent aider et soutenir des groupes et courants politiques en menant à bien des activités difficilement réalisables par les institutions officielles de l’État, notamment les ambassades. Les bureaux et agences à l’étranger des fondations politiques sont des centres d’information et de service, ainsi que des forums publics de promotion des intérêts allemands. Ainsi, il n’est pas rare que les fondations politiques coopèrent avec l’étranger, car leurs intérêts se rejoignent généralement, bien que leurs interlocuteurs ne soient pas les mêmes. Le travail des fondations politiques peut provoquer des tensions et des conflits dans les pays, qui considèrent parfois que celles-ci s’ingèrent dans leurs affaires intérieures. La Turquie a fait ce reproche en 2002 aux fondations allemandes, tout en leur permettant de poursuivre leurs activités ; à Pékin, en revanche, la Fondation Friedrich-Naumann a été fermée dans les années 1990, car la Chine a jugé qu’elle faisait preuve d’ingérence.

21Les relations extérieures de la RFA sont le fait d’un grand nombre d’institutions et d’acteurs. Le gouvernement y occupe bien sûr une position centrale, mais il ne peut pas assumer toutes les initiatives nécessaires. Ainsi, à côté de la politique étrangère gouvernementale, les fondations mènent également leur propre diplomatie : leur ancrage dans la quasi-totalité des institutions compétentes de la RFA leur donne le pouvoir de peser sur les relations internationales. Par leur engagement international, elles contribuent de manière essentielle à la promotion du pluralisme des acteurs dans la politique étrangère allemande. Elles ouvrent la voie de la participation de la société civile à la politique étrangère de l’Allemagne, enrichissent la base des informations et améliorent le contenu sur le réseau Internet de la communication de la politique étrangère officielle, de l’offre politique du gouvernement ; elles soignent l’image de l’Allemagne à l’étranger et enfin assurent une médiation des valeurs. En somme, elles élargissent les possibilités d’influence de la politique étrangère de la République fédérale.

22Les fondations ont à l’étranger des possibilités d’action que la diplomatie officielle ne possède pas. Leur objectif central, à savoir la promotion et le soutien à l’étranger du régime de la démocratie libérale, ne peut être celui du gouvernement, en vertu des règles du droit international. Elles profitent de cette position ambivalente, qui leur permet ainsi de représenter pour le Tiers-Monde l’espoir d’une politique alternative.

Conclusion

23Il ne fait aucun doute que les fondations politiques assument des fonctions importantes pour la démocratie allemande, qu’elles promeuvent comme idéal politique et social, mais aussi comme un mode privilégié de l’action. En ce sens, elles contribuent de façon décisive à l’éducation civique des citoyens de la RFA : elles dénombrent moins de personnes qui s’intéressent à la politique que les partis, mais elles autorisent une confrontation plus intense autour des problèmes politiques en organisant différentes manifestations et il n’est pas rare que ces initiatives favorisent un engagement actif des citoyens dans le processus politique. Il est vrai qu’à l’image des partis, les fondations politiques n’arrivent pas toujours à réaliser leurs objectifs. La baisse de leurs finances représente un sérieux problème, car elles rencontrent désormais des difficultés à mener à bien leurs activités. Pourtant, elles sont indispensables à la pérennité de la démocratie. Si les partis et les fondations politiques arrivent à faire passer le message des dizaines de milliers d’élus sacrifiant une grande partie de leur temps libre à la politique, l’État démocratique allemand a encore un bel avenir devant lui.

Notes

1 W. Rudzio, Das politische System der Bundesrepublik Deutschland, Opladen, Leske + Budrich, 2003, p. 546.

2 La retraite dynamique fut introduite en 1957 et augmentait les rentes de 67 % pour les travailleurs et 72 % pour les employés. Elle s’aligne sur le revenu moyen des classes travaillantes et sera adaptée chaque année (NDLR).

3 W. Rudzio, op. cit. [1], p. 552.

4 O. Niedermayer, « Nach der Vereinigung: Der trend zum fluiden Fünfparteiensystem », in O. W. Gabriel, O. Niedermayer et R. Stöss (dir), Parteiendemokratie in Deutschland, Bonn, Westdeutscher Verlag, 2002, p. 107-127.

5 Helmut Kohl, allocution prononcée en 1989 ; cité dans La lettre de l’Association pour l’innovation politique, n° 2, avril 2004.

6 J. Kocka, « Die Rolle der Stiftungen in der Bürgergesellschaft der Zukunft », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 14, avril 2004, p. 5.

7 Jugement de la Cour constitutionnelle du 14 juillet 1986.

8 Déclaration commune des fondations Friedrich-Ebert, Konrad-Adenauer, Friedrich-Naumann, Hanns-Seidel, Heinrich-Böll et Rosa-Luxemburg, Bonn/St. Augustin/Berlin/Munich/Berlin, 2002.

9 Fondation Friedrich-Ebert, Rapport annuel 1990, Bonn, 1991, p. 36.

10 Fondation Konrad-Adenauer, Rapport annuel 2003, St. Augustin, 2004.

11 Propos tenus par B. Vogel lors d’une rencontre avec des membres de l’Association pour l’innovation politique, en Allemagne (janvier 2004) ; cité dans La lettre de l’Association pour l’innovation politique, op. cit. [5].

12 A. Bazin et D. Dakowska, « Les fondations politiques allemandes, acteurs spécifiques de la politique étrangère », synthèse n° 81, Lettre de la Fondation Robert Schuman, 10 mars 2003. Sur la question, voir également D. Dakowska, « Les fondations politiques en tant qu’instrument de la politique étrangère et européenne de l’Allemagne : le cas de la Pologne entre transformations et l’intégration à l’UE », Politique européenne, n° 5, automne 2001, p. 143-146.

13 R. Herzog, cité dans A. Bazin et D. Dakowska, Ibid.

14 Ministère fédéral de l’Aide au développement, Grundsätze für die entwicklungspolitische Zusammenarbeit zwischen der Bundesregierung und den politischen Stiftungen, 1973, p. 63.

Auteur

Professeur de science politique à l’université de Münster.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540