Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qui dirige l'Allemagne ?

 | 
Claire Demesmay
, 
Hans Stark

Partie III. L'économie : crises et réformes

De la solidarité à l’esprit solidaire : vers une nouvelle économie sociale de marché ?

Patricia Commun

Texte intégral

1L’économie sociale de marché a souvent été donnée en exemple pour l’équilibre qu’elle réalisait entre une économie de marché florissante et une politique sociale fondée sur le compromis sans cesse renouvelé entre les acteurs sociaux. Aujourd’hui, cependant, c’est un gouvernement social-démocrate qui mène une politique de réformes impopulaires, parfois jugée insuffisante et incomplète, notamment par la droite chrétienne-démocrate, parfois décriée comme excessive et d’inspiration néolibérale par une frange grandissante du parti social-démocrate : la réforme des retraites, celle de l’assurance maladie et de l’assurance chômage remettent en cause profondément l’État social au point que l’expression de « démontage de l’État social » a été utilisée à plusieurs reprises dans la presse française qui s’en faisait l’écho. On assiste à ce que beaucoup appellent en Allemagne comme en France la « remise en cause des acquis sociaux ». Ceux-ci vacillent-ils sous le « coup de boutoir » d’une pensée néolibérale cherchant à asseoir définitivement son pouvoir dans le cadre de la mondialisation, ou bien assiste-t-on à une « victoire de l’économique sur le social » ? A-t-on affaire à la préparation d’une revanche politique de la droite sur une gauche sociale-démocrate ayant perdu son âme et usée par les tentatives réformistes du chancelier Schröder ?

  • 1 F. Schirrmacher, Das Methusalem-Komplott, Munich, Karl Blessing Verlag, 2004.
  • 2 E. Niejahr, Altenrepublik. So werden wir leben, lieben und arbeiten, Francfort, S. Fischer Verlag, (...)
  • 3 G. Steingart, Deutschland. Der Abstieg eines Superstars, Munich, Piper Verlag, 2004.
  • 4 R. Rodenstock, Chancen für alle. Die neue Soziale Marktwirtschaft, Cologne, Deutscher Instituts-Ver (...)
  • 5 F. Kuhn, Nachrichten für Optimisten. Ein Buch vom Verändern und Bewahren, Munich, Deutsche Verlags- (...)

2Les médias allemands, dans leur ensemble, rapportent les tentatives de réforme du gouvernement Schröder en sensibilisant l’opinion publique à la gravité de la situation économique du pays et en répandant largement et courageusement la parole de tous ceux qui appellent à un changement profond. Plusieurs journalistes de la presse écrite et de tous bords politiques ont publié récemment des ouvrages qui donnent au débat une tournure parfois dramatique : Le Complot de Mathusalem, écrit par Frank Schirrmacher1, co-éditeur de la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), qui tente de décrire les conséquences catastrophiques du vieillissement de la population allemande qui s’ajoute à un très faible taux de croissance démographique ; la journaliste de Die Zeit Elisabeth Niejahr a fait paraître à l’automne 2004 un livre intitulé La République des vieux. Ainsi allons-nous vivre, aimer et travailler2 ; Gabor Steingart, directeur du bureau du Spiegel à Berlin et ancien rédacteur en chef économique au Spiegel, a publié cette année également Allemagne : la chute d’une superstar3, tentant de retrouver dans l’histoire récente du pays les signes avant-coureurs d’un déclin économique annoncé. À ces cris d’alarme et d’autocritique, dont ce pays à forte culture protestante est certes coutumier, mais qui dénotent un courage et une lucidité dont nous ne sommes peut-être pas coutumiers en France, se joignent des hommes politiques de plus en plus nombreux et, il faut le noter, également issus de tous les partis. Ils proposent moins de nouveaux modèles de société que la mise en œuvre d’une véritable culture du changement et de l’innovation. C’est l'objet du livre de l’entrepreneur Randolf Rodenstock, Des chances pour tous. La nouvelle économie sociale de marché4, ou de celui de l’ancien secrétaire général des Verts, Fritz Kuhn, Du nouveau pour les optimistes. Comment changer en conservant5, qui décrit les raisons mais aussi les ressorts psychologiques collectifs du nécessaire changement. Ce débat prend également la forme d’articles quasi quotidiens dans toute la presse, régionale comme nationale.

  • 6 Parmi lesquels: K.-H. Hillmann, Wertwandel, Ursachen, Tendenzen, Folgen, Carolus, Würzburg, 2003; A (...)

3Tous ces discours sont moins le reflet de positions politiques partisanes que l’expression de cette partie de la société civile qui tente, au-delà des clivages des partis, d’œuvrer à une réforme profonde des habitudes sociales, des schémas comportementaux et surtout des valeurs dans l’Allemagne d’aujourd’hui. Dominant le concert des plaintes sur les « pertes des acquis sociaux » ou, à l’inverse, les méfaits d’une « Allemagne bloquée », une autre Allemagne se fait entendre et propose de nouvelles solutions, ainsi que des valeurs auxquelles il est souvent difficile d’attribuer des étiquettes politiques claires. Face au déclin de l’État social et des valeurs qui le sous-tendaient, surgissent d’autres conceptions de la solidarité dont suit une première analyse qui se fonde à la fois sur les discours publics de tous bords et sur les analyses des sociologues, auteurs d’études sur l’évolution des valeurs6.

4Ces réflexions reposent également sur une analyse des discours produits par des hommes politiques censés veiller, en Allemagne, à l’existence des valeurs fondamentales qui sous-tendent la cohésion nationale. Il s’agit de Wolfang Thierse, président du Bundestag et président de la commission des valeurs fondamentales au Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD), ainsi que de Johannes Rau, président social-démocrate de la République fédérale jusqu’en mai 2004, puis de Horst Köhler, nouveau président de la République fédérale présenté par les chrétiens-démocrates et ancien président du Fonds monétaire international (FMI). Leur parole a donc un poids tout particulier dans le contexte d’une étude sur les valeurs et en particulier sur la question de la solidarité qui est traitée ici.

5Le présent article ne pourra approfondir l’analyse scientifique de tous ces discours mais son ambition est de mettre en évidence le fait qu’à travers eux, c’est bien à une véritable « révolution des valeurs » que l’on est en train d’assister en Allemagne.

6Pour faciliter l'étude de cette évolution, nous partirons du constat que :

  • la solidarité interprofessionnelle, fruit du système de partenariat social, est aujourd’hui mise à mal par les menaces de délocalisation et le chômage ;

  • la solidarité nationale, autrefois ancrée dans le principe de la péréquation financière, le « Finanzausgleich », grâce auquel les régions pauvres étaient subventionnées par les régions riches, est aujourd’hui remis en question par le coût économique et social de la réunification ;

  • la solidarité intergénérationnelle, fondement, comme en France, du système de retraite par répartition, est également remise en question par les évolutions démographiques particulièrement défavorables en Allemagne ;

  • de nouveaux réseaux de solidarité se mettent en place, à un niveau local et régional, tandis qu’une refonte des valeurs autour du « social » est savamment orchestrée par de nombreux mouvements associatifs.

Fin de la solidarité interprofessionnelle

  • 7 W. Gehrmann, « Fünf gegen Ungarn », Die Zeit, 27 mai 2004 ; B. de Peretti, « Après Siemens, Mercede (...)
  • 8 A. Lattard, « Le partenariat social allemand : un système en crise », in A. Schumacher (dir.), La C (...)
  • 9 Elle est par ailleurs largement remise en cause par le patronat qui argue de l’incompatibilité de c (...)

7Alors qu’en France, la discussion reprend sur le thème des 35 heures dans un cadre fortement politisé, l’Allemagne semble s’engager vers un allongement général de la durée du temps de travail, assorti de baisses conséquentes de salaires dans un certain nombre d’entreprises : chez Siemens, le syndicat IG-Metall vient de signer avec la direction un accord portant le temps de travail hebdomadaire de 35 à 40 heures ainsi que la suppression de la prime de Noël pour deux sites de production de téléphones portables ; la négociation s’est déroulée sous la pression d’une alternative de délocalisation vers la Hongrie, envisagée sérieusement par la direction7. L’opération se répète depuis avec d’autres entreprises : Mercedes et Bayer brandissent localement la menace de délocalisations vers l’Europe de l’Est et l’Afrique du Sud pour obtenir des comités d’entreprise locaux des compromis permettant d’importantes réductions de coûts : le plus souvent mêlant allongement conséquent de la durée du temps de travail et réductions de salaires également conséquentes. Victoire d’un libéralisme sauvage ou réflexe de protection existentiel de salariés confrontés à la menace du chômage ? Comme le constatait déjà Alain Lattard en 2003, « le débat, étendu à l’Ouest, sur le niveau excessif des coûts salariaux achève de généraliser le réflexe du chacun pour soi8 ». Dans l’attente d’informations plus précises analysées par les sociologues du travail, on peut également arguer du fait que, alors que les entreprises, dans un passé récent, délocalisaient sans laisser de choix aux salariés, la discussion reprend à un niveau local. C’est surtout le système d’accords de branche et donc les organisations syndicales et le principe de solidarité interprofessionnelle qui sont mis à mal par ce processus : en effet, toujours selon Alain Lattard, seulement la moitié des entreprises dans les anciens Länder et 27 % dans les nouveaux seraient encore assujetties à une convention collective. Il est encore trop tôt pour juger si la cogestion a de nouvelles chances sur le plan local9.

  • 10 A. Düntgen, op. cit. [6].

8On peut simplement constater que les sociologues spécialistes de l’évolution des valeurs dans le monde du travail notent une maturité et une autonomie grandissante des salariés vis-à-vis de leur direction. La tendance naissante est à l’individualisation des contrats de travail, incluant des accords non seulement sur le niveau de salaire mais aussi la hauteur des cotisations et le type d’assurance maladie et de cotisations retraite ainsi que le volume de congés10. C’est en tout cas un mouvement qui, s’il se généralisait, s’accommoderait mal de réglementations collectives par branche, telles qu’elles étaient la règle dans l’industrie traditionnelle.

L’État providence à l’épreuve de la solidarité nationale

  • 11 Voir, par exemple, A. Schumacher (dir.), op. cit. [8].
  • 12 Les lignes qui suivent résument le chapitre « L’impuissance de l’État social » (« Der überforderte (...)

9Il ne s’agit pas ici de rappeler les tenants et les aboutissants de la crise économique et financière déjà abondamment décrite11, mais plutôt de noter la forme que prend la critique des excès de l’État providence en Allemagne ; elle est parfois virulente, par exemple sous la plume de Gabor Steingart, un journaliste du Spiegel, le célèbre hebdomadaire de gauche12. Les chiffres sur les dépenses sociales sont cités abondamment comme autant de nouvelles à sensation visant à éveiller un sentiment d’urgence et de révolte face à la faillite de l’État social : 47 % des habitants des nouveaux Länder et 38 % de ceux des anciens Länder toucheraient des revenus sociaux. La question du financement de l’État social est posée en termes de chiffres tout à fait parlants : sur les 700 milliards d’euros de budget social, seulement 60 % émanent des contributions versées par les assurés. Les 40 % restants sont réglés par les impôts et… par des crédits bancaires. L’État social est décrit comme un molosse, « un système complexe qui puise son énergie au cœur de l’économie nationale » et distribue pas moins d’une centaine d’allocations en tous genres. Le système est porté par les travailleurs, surtout issus de l’industrie privée, aux dépens desquels vivent une masse grandissante de « nécessiteux ». Les fonctionnaires, épargnés, sont les grands gagnants du système. Les caisses de maladie sont toutes très endettées et, pour certaines, au bord de la faillite. Gabor Steingart rappelle que ce vénérable système d’assurance maladie et retraite remonte certes à Bismarck, mais que, à l’époque, contrairement à la situation du système actuel, son financement était largement assuré : non seulement il reposait sur des bases financières solides mais la caisse de retraite, par exemple, n’était – au vu du faible nombre de personnes qui, à l’époque, atteignaient l’âge de la retraite (avec une espérance de vie qui était alors de 37 ans…) – pas vraiment menacée de faillite. Alors qu’aujourd’hui, les caisses de retraite sont financées en partie par le biais de la dette et donc, en clair, par ceux qui devront la rembourser un jour, c’est-à-dire par nos enfants.

  • 13 K. von Dohnanyi, « Aufbau Ost für Krise verantwortlich », Handelsblatt, 5 avril 2004.

10D’une manière générale, la presse se fait de plus en plus l’écho du fait que les caisses de retraite et les assurances maladie ont été particulièrement mises à mal par le poids de la réunification. Le principe de la solidarité avec l’Est, qu’il n’était pas question de discuter il y a quelques années encore, est aujourd’hui de plus en plus mis à mal : Klaus von Dohnanyi, ancien maire social-démocrate de Hambourg et nommé à la tête d’une commission d’experts qui devait enquêter sur l’efficacité des transferts financiers à l’Est, a rendu des conclusions plaidant pour la remise en cause de la politique des « chèques en blanc13 ». Le constat alarmant du non-redémarrage des nouveaux Länder, en dépit de ces transferts financiers massifs, débouche également sur la remise en cause d’une politique de subventions économiquement et socialement aveugle.

11Cette enquête fait suite à la révolte organisée ces dernières années par un certain nombre de Länder tenus de redistribuer, dans le cadre du système de péréquation financière, une partie des impôts qu’ils perçoivent. Car même les plus riches d’entre eux, comme la Bavière, le Bade-Wurtemberg ou la Hesse comptent de plus en plus de communes ne parvenant plus à faire face à l’explosion des dépenses d’aide sociale qu’elles sont tenues de distribuer aux chômeurs en fin de droit. L’alourdissement des dépenses sociales des communes est dû à l’augmentation du nombre de chômeurs de longue durée mais s’est trouvé aussi considérablement aggravé par les difficultés particulières des nouveaux Länder. La redistribution d’une partie des taxes perçues par les plus riches aux plus pauvres devait renforcer la cohésion sociale et nationale dans un souci de développement régional équitable. Mais l’adjonction des Länder pauvres de l’ex-Allemagne de l’Est venus rejoindre le rang des Länder « receveurs », conjointement à l’aggravation de la crise économique, a pesé sur l’équilibre fragile du système : celui-ci reposait en effet sur un nombre suffisamment important de « donateurs » tenus de redistribuer une partie des taxes perçues aux « receveurs ». Et de plus en plus d’hommes politiques commencent à rendre la « reconstruction à l’Est », l’Aufbau Ost, comme on a baptisé pudiquement à la fin de l’ère Kohl les transferts financiers colossaux effectués par l’État allemand vers l’ex-Allemagne de l’Est, responsable de la faillite de l’État social, entraînant dans sa chute le fédéralisme financier et obérant gravement la reprise économique.

  • 14 Voir, en particulier, Commission des valeurs fondamentales du SPD (dir.), Grundwerte für eine gerec (...)

12Face à ces critiques qui menacent particulièrement la cohésion nationale allemande s’expriment des hommes politiques qui ont pour tâche de veiller à cette cohésion : il s’agit particulièrement de Wolfgang Thierse, social-démocrate originaire de l’ex-Allemagne de l’Est, ainsi que de Johannes Rau, puis de Horst Köhler, lui aussi originaire de l’Europe de l’Est, plus particulièrement de Bessarabie. W. Thierse, tout comme H. Köhler, reviennent régulièrement sur les notions de solidarité nationale et internationale14. L’un comme l’autre tentent de sauvegarder une cohésion nationale mise à mal par les accusations de plus en plus fréquentes portées à l’encontre des nouveaux Länder, rendus responsables par beaucoup de l’effondrement du système social. Mais ils ne tentent plus, contrairement aux syndicats allemands, de soutenir le projet d’extension complète du système social à l’Est et proposent subtilement une remise en cause de la notion de solidarité sociale, au nom de la solidarité nationale et même internationale.

13Dans une conférence tenue le 9 janvier 2004 à l’Académie évangélique de Tutzing, sur le thème « Valeurs fondamentales pour un ordre du monde juste », le président du Bundestag a ouvertement critiqué les systèmes sociaux dans les nations industrialisées : « La mise en pratique de la solidarité dans les nations industrialisées a débouché sur l’extension de systèmes sociaux publics qui mirent à mal l’idée de solidarité spontanée. Tandis que, dans les pays du Sud, la solidarité reste l’ancrage le plus sûr de l’assurance sociale. » Et W. Thierse de rappeler que le SPD se plaçait dans l’héritage de la tradition judéo-chrétienne et du mouvement ouvrier. L’évocation du principe de « solidarité spontanée » apparaît comme la traduction sociale-démocrate du concept de « subsidiarité », issu à l’origine de la doctrine sociale de l’Église catholique et remis à l’honneur par la Christlich Demokratische Union Deutschlands (CDU) dans les années 1980. Le président de la commission sociale-démocrate des valeurs procède donc subtilement à une remise en cause de l’État social et de la mentalité d’assisté qu’il a fait naître avec le temps.

14Le sens de la solidarité et de la communauté devait, toujours aux yeux du président du Bundestag, s’exprimer non plus à un niveau national mais international et mondial. Car cette solidarité nationale qui prenait la forme de la « défense des acquis sociaux » reposait également sur un protectionnisme virulent dans les échanges commerciaux avec les pays du Sud. Il estime que ce protectionnisme doit cesser et qu’il faut enfin commercer avec les pays pauvres en cessant de leur bloquer l’accès à nos marchés. Sans forcément imposer au reste du monde notre modèle occidental de développement, l’Allemagne doit privilégier l’intégration européenne et une coopération « équitable » avec les autres régions du monde. Pour Horst Köhler, la question sociale se pose à un niveau mondial : 3 milliards d’hommes sur cette terre vivent avec un revenu de 2 dollars par jour et moins. Ces êtres humains veulent aussi pouvoir se développer et il faut l’accepter ! Accepter de commercer avec eux constitue pour eux une chance d’enrichissement mais crée aussi une situation de concurrence exacerbée avec leurs produits moins chers que les nôtres. L’élection de Horst Köhler, ancien président du FMI, est significative : celui dont la charge principale consiste en Allemagne dans le maintien des valeurs et de la cohésion nationale incarne maintenant les valeurs libérales issues d’un monde de l’économie mondiale qu’il connaît bien.

15La focalisation sur la dimension mondiale de la solidarité sociale permet donc de donner un visage humain à la mondialisation et de faire comprendre que la lutte pour les « acquis sociaux » peut entrer en contradiction avec le développement des pays les plus pauvres. Mais, qu’il s’agisse des valeurs libérales exprimées par le nouveau président de la République ou des valeurs socialistes répandues par le président du Bundestag, l’un et l’autre œuvrent finalement dans le même sens : ils aident l’Allemagne à opérer le revirement de valeurs qui devra accompagner la désintégration de l’État social. Les valeurs qu’ils proposent préconisent un retour à la solidarité internationale du pacifisme allemand déjà présente dans l’Allemagne des années 1970 ainsi qu’au principe de subsidiarité prôné par la CDU depuis le début des années 1980. La nouveauté est tout de même qu’un homme de droite, Horst Köhler, puise dans le réservoir de valeurs de la gauche humaniste et internationaliste tandis qu’un homme de gauche, Wolfgang Thierse, participe indirectement au « démontage idéologique » de l’État social. Les deux hommes ont un autre point commun : ils sont tous deux originaires de l’Allemagne de l’Est ou de cette Europe de l’Est qu’ils ont à cœur de sauver et d’intégrer en Europe occidentale.

De la solidarité intergénérationnelle à la solidarité avec les générations futures

  • 15 E. Niejahr, « Die vergreiste Republik », Die Zeit, n° 2, janvier 2003.
  • 16 Le taux de croissance démographique allemand en 2003 était négatif tandis que le taux de fécondité, (...)

16Dans un article paru dans l’hebdomadaire Die Zeit dans la deuxième semaine de janvier 2003 et intitulé « La République aux tempes grises15 », Elisabeth Niejahr décrit les premiers symptômes du déclin démographique allemand16 : l’Allemagne perd chaque année 200 000 habitants, l’équivalent d’une ville moyenne comme Kassel ou Lübeck. Des quartiers entiers de villes comme Cottbus ou Leipzig à l’Est sont rasés pour cause de désertification. Une ville comme Essen dans la Ruhr ressent depuis plusieurs années déjà les conséquences du vieillissement de la population : manque à gagner dans les rentrées fiscales, baisse du pouvoir d’achat des habitants, sous-utilisation des infrastructures, fracture sociale entre le nord de la ville vieillissante et riche et la partie sud, surpeuplée et pauvre. Comment justifier la lutte pour le maintien du niveau des retraites alors qu’actuellement ce sont souvent les retraités les plus aisés ? L’effritement fatal de la base financière du système de « retraite dynamique » qui suivait l’augmentation des salaires depuis 1957 conduit à une remise en cause de plus en plus bruyante du principe de solidarité entre les générations.

  • 17 F. Schirrmacher, op. cit. [1].

17Dans son livre très provocateur, Frank Schirrmacher17 évoque les conséquences économiques mais aussi psychologiques, sociales et politiques du vieillissement de la population : poids financier des retraites qui ne sont mathématiquement plus finançables dans l’état actuel du système, mais aussi danger de crispation d’une société vieillissante sur des thèmes sécuritaires ou autres, au détriment de l’ouverture à la nouveauté, notamment à l’immigration, ainsi que de dépenses éducatives. Cette crispation d’une part grandissante de la population vieillissante (les projections parlent d’un retraité pour un actif d’ici 2050…) non seulement en Allemagne, mais d’une manière générale dans les pays occidentaux industrialisés, risque de provoquer une « guerre des cultures » face par exemple à des pays musulmans soumis à la pression d’une démographie galopante. Frank Schirrmacher fait partie de ceux qui expliquent les bouleversements politiques par les pressions démographiques : ainsi la pression d’une forte proportion de jeunes expliquerait la révolution iranienne de 1979, ou la rébellion estudiantine de 1968 en Europe occidentale. Il entrevoit la possibilité d’une « guerre terroriste » des cultures enclenchée par ce phénomène de déséquilibre entre une partie du monde, aisée, mais sur le déclin démographique, et une autre, en forte progression démographique, mais qui ne parvient pas vraiment à construire un développement économique. Il prédit également l’approfondissement de la fracture sociale en Allemagne entre ceux qui ont des enfants et ceux qui n’en n’ont pas. Ce phénomène a par ailleurs déjà été thématisé par d’autres auteurs et hommes politiques : par Elisabeth Niejahr dans son article de Die Zeit et par Horst Köhler qui s’inquiète de voir les familles nombreuses particulièrement touchées par la pauvreté.

  • 18 F. Schirrmacher ne cite pas la proportion par rapport au nombre total de membres qui était en fait (...)

18Sur le plan sociologique, il note que « la plupart des retraités en Allemagne se retrouvent dans les organisations du DGB [Deutscher Gewerkschaftsbund], la fédération des syndicats, qui compte pas moins de 1,6 million de membres retraités et en préretraite. » Il sous-entend donc que les résistances au changement des organisations syndicales s’expliqueraient davantage par le vieillissement de ses membres que par une idéologie particulière18 !

  • 19 En Allemagne comme en France, les projections démographiques prévoient environ pour 2050 une propor (...)

19Sur le plan économique, le vieillissement peut susciter, outre une explosion de la dette de l’État fédéral ou la faillite définitive des systèmes de retraite par répartition19, un effondrement du marché immobilier et un développement des services principalement autour de la vieillesse et de la dépendance. Pour éviter de sombrer dans toutes ces guerres sociales, F. Schirrmacher suggère de recourir justement à une véritable révolution des valeurs : il fallait, d’une part, cesser de culpabiliser sur les tempes grisonnantes et de sacrifier au mythe de la jeunesse éternelle, tomber le plus tard possible dans une situation d’assistés et donc prolonger autant que faire se peut la durée de la vie active, ne pas se crisper sur des valeurs sécuritaires et rester ouverts au changement et à la nouveauté, etc. En effet, l’Allemagne a commencé à substituer concrètement à la solidarité intergénérationnelle l’idée d’intérêt de groupe : c’est ainsi que s’est créé à Cologne depuis 1999 déjà un Büro gegen Altersdiskriminierung, un bureau contre les discriminations liées à l’âge, qui traque les discriminations socioprofessionnelles à l’encontre des plus de 50 ans et vise à faire modifier la législation qui pèse sur la vie professionnelle, sociale et économique des plus âgés pour leur permettre de s’intégrer plus longtemps dans la vie active. Pour les plus âgés, des initiatives privées continuent de se multiplier, dans l’esprit de solidarité de groupe bien caractéristique de la société allemande : c’est ainsi que plus de 1 000 quartiers ou maisons communes de personnes âgées se sont déjà créés, régis par le principe de solidarité quotidienne entre les plus valides et les plus dépendants. Là encore, et de manière parallèle à ce qui se passe dans le monde du travail, la société allemande, forte de sa riche expérience de la vie associative, continue de se restructurer autour de solidarités locales.

  • 20 Voir également F. T. Gottwald, « Kooperation, Konkurrenz und ökologische Ethik. Nachhaltigkeit als (...)

20Enfin, pour le parti des Verts par exemple, le problème de solidarité intergénérationnel se pose moins en termes de solidarité avec les plus âgés qu’avec les plus jeunes. La présidente de la commission des finances pour les Verts, Christine Scheel, a intitulé sa page Web ainsi : « Parce que le futur appartient à nos enfants ». Elle y indique qu’elle s’investit en politique afin de défendre l’intérêt des générations futures, tant pour lutter pour le maintien de la richesse et de la variété écologique de la nature que pour ne pas laisser aux jeunes un fardeau financier pour seul héritage. Dans cette optique, on peut donc considérer que la lutte pour le « maintien du niveau des retraites » s’inscrit au registre des luttes catégorielles égoïstement menées sur le dos de nos enfants, tant il est vrai que les retraites sont financées en Allemagne – comme en France d’ailleurs – dans une partie de plus en plus importante par les impôts et la dette (40 % comme le rappelle G. Steingart). La solidarité intergénérationnelle comme solidarité avec les générations futures s’intègre alors parfaitement pour les Verts dans le cadre de la thématique du développement durable, c’est-à-dire d’une lutte pour la transmission d’un monde qui ne soit pas appauvri, sur le plan tant des espèces naturelles ou animales que… du fardeau financier laissé en héritage aux générations futures sous forme des dettes d’État colossales. L’idée de développement durable est assimilée en Allemagne à la préservation d’un capital à la fois écologique et humain20.

Responsabilité individuelle et solidarité : de nouveaux réseaux de coopération

21Il est étonnant de voir dans quelle mesure aujourd’hui, en Allemagne, les valeurs issues du parti des Verts rejoignent partiellement celles du parti libéral. En effet, à partir du milieu des années 1980, le Freie Demokratische Partei (FDP, parti libéral allemand), alors au pouvoir en coalition avec les chrétiens-démocrates sous l’ère Kohl, a souligné l’importance d’intégrer à l’idéologie libérale des valeurs issues du premier libéralisme allemand des années 1950 : l’« ordolibéralisme ». C’est ainsi que, par exemple, la liberté devait être contrebalancée par la responsabilité. Au couple français liberté/égalité correspond le couple libéral allemand liberté/responsabilité. La dimension éthique du libéralisme a été constamment réaffirmée par les libéraux du FDP : la liberté n’est pas synonyme de laisser-faire ni d’hédonisme ou d’égoïsme comme c’est le cas dans la tradition libérale anglo-saxonne, mais se pondère, dans une tradition bien kantienne, par la raison et la moralité et donc la responsabilité et la solidarité. Les libéraux allemands ont également repris à leur compte la notion tout aussi kantienne de « citoyen du monde » (Weltbürger), qui intègre dans l’idéologie libérale des valeurs de respect des ressources humaines et naturelles à l’échelle planétaire et donc de l’écologie. C’est là que Verts et libéraux se rejoignent. Les chrétiens-démocrates de la CDU ont, eux, mis l’accent sur l’importance des structures constituant un ciment social intégrateur fort : cuisine, enfants, église (Küche, Kinder, Kirche). Ils remettent donc à l’honneur, depuis l’ère Kohl et aujourd’hui plus que jamais, la notion de subsidiarité sociale : cela signifie que l’État, à leurs yeux, ne doit intervenir que lorsqu’il y a défaillance des premiers niveaux de réseaux sociaux que sont la famille, puis les collectivités locales ou des réseaux privés de solidarité.

  • 21 B. P. Priddat, « Kooperation. Politik und Ökonomie. Eine Netzwerkdimension », in B. von Mutius (dir (...)

22C’est en fait à un développement de ces réseaux sociaux que l’on semble assister aujourd’hui en Allemagne. Le sociologue Birger Priddat constate l’apparition de « nouvelles solidarités », en opposition à l’idée plutôt socialiste et sociale-démocrate d’une solidarité sociale considérée comme un « bien public21 ». Ces nouvelles solidarités sont à la fois une réponse à la complexité des systèmes sociaux et économiques en mutation rapide et l’expression des valeurs libérales et alternatives, répandues par le FDP, la CDU et les Verts depuis une vingtaine d’années. Les réseaux de coopération naissants sont également l’expression d’une nouvelle société civile ou société de citoyens (Bürgergesellschaft) qui a commencé à se mettre en place déjà dans les années 1970 et qui donc prend une importance particulière aujourd’hui : c’est ainsi que se créent des réseaux entre citoyens mais aussi entre citoyens et politique (comme <www.politik-digital.de>), citoyens et administration (comme <www.leggewie.de>), citoyens et économie (comme le réseau de contribuables <www.steuerzahler.de>). Traditionnellement, les Allemands s’investissent beaucoup dans la production de ce qui est appelé maintenant un « capital social » et qui correspond à l’exercice de tâches de bénévolat, le plus souvent dans le cadre de clubs ou d’associations. C’est cette société civile qui semble se développer aujourd’hui pour venir combler les déficits de l’État social.

23Internet permet à ces multiples initiatives, locales au départ, de se mettre en réseau et donc de prendre une dimension nationale ou même internationale : c’est le cas des organisations parapolitiques qui se développent un peu sur le modèle des organisations non gouvernementales (ONG) internationales. Ces réseaux, ne visant pas au départ le profit, se mettent parfois en relation avec des entreprises et c’est ainsi que naissent des projets entrepreneuriaux qui sont autant de réponses en termes de créations d’emplois. C’est ainsi que s’est développée par exemple une « e-community » ou une plateforme de réflexion autour d’innovations technologiques (<www.nik-nbg.de>) entre des entreprises des télécommunications, des entreprises de formation continue, des départements universitaires d’économie dans les villes autour de Nuremberg ainsi que des consultants : c’est cette « communauté Internet » qui est à l’origine d’un nouveau logiciel de reconnaissance vocale permettant de remplacer des standardistes, de signatures électroniques et un système de solutions de formation continue en ligne avec des solutions personnalisées par entreprise baptisé « business campus ». Ce système de mise en réseaux permet de réduire considérablement la fracture entre ce que les sociologues appellent maintenant les « actifs » du marché et les « passifs » du marché. Sur 38 millions d’actifs en Allemagne, 20, c’est-à-dire déjà une majorité, ne sont pas en situation de plein-emploi : les situations sont de plus en plus multiples et diverses entre les moments de temps partiel, les périodes de chômage qui se terminent selon la nouvelle réglementation brutalement au bout d’un an, les entrepreneurs (ils sont aujourd’hui 4 millions en Allemagne)… Ces réseaux répondent aux nouveaux besoins, mieux que les organisations syndicales construites autour de situations de plein-emploi dans l’industrie traditionnelle.

24Les fondations viennent par ailleurs en appui financier à de multiples initiatives locales. Tel est le cas de la fondation de BMW dirigée par Eberhard von Kuenheim et qui a soutenu récemment deux projets symboliques : celui de « Unternehmen ! selbst beteiligen » (« Entreprise et participation ») fondé par Jens Bemme, un jeune étudiant de la Technische Universität de Dresde – exaspéré par la fermeture de la bibliothèque régionale en été, alors que c’est pour les étudiants la pleine période des examens, il a créé un site pour collecter des fonds afin d’assurer le paiement de vacataires et donc l’ouverture de cette bibliothèque en été et même les week-ends. Cette initiative, qui a suscité à la fois soutiens et critiques fervents, a finalement été subventionnée par la fondation de BMW – ; la fondation finance également la reprise par ses employés d’une petite verrerie bavaroise en faillite ; les employés sont par ailleurs conseillés gratuitement par une société de conseil locale et la société en difficulté a même reçu des subsides de l’agence locale pour l’emploi.

  • 22 « Chancen für alle. Initiative Neue Soziale Marktwirtschaft », voir à ce sujet : P. Commun, « Vers (...)

25Bien sûr, ces initiatives sont ponctuelles et n’apportent pas de solution au chômage dû au déclin de l’industrie traditionnelle. Mais elles sont le fait d’un nouveau type d’élites dont Eberhard von Kuenheim souhaite qu’elles se développent en Allemagne et qui, au vu des analyses sociologiques qui se multiplient sur la naissance de nouvelles valeurs, ont toutes leurs chances : ces nouvelles élites ne sont pas des gens en place soucieux de conserver pouvoirs et privilèges ou encore d’immuables directeurs de conscience mais des personnes, souvent jeunes, qui, en tous moments et en tous lieux, savent prendre des responsabilités pour inaugurer des changements et régler des problèmes. Ces élites responsables, autonomes, créent le plus souvent des emplois et sont donc « sociales ». Elles répondent tout à fait à la nouvelle définition du « social » inventée par une initiative politique qui actuellement prend une grande ampleur en Allemagne : « Des chances pour tous. La nouvelle économie sociale de marché22 ».

  • 23 L. Erhard, Wohlstand für alle, Düsseldorf, Econ Verlag, 1957.

26Les initiateurs de ce mouvement représentent certes la tendance libérale de la CDU, tels Edmund Stoiber, ministre-président de Bavière, ou Lothar Späth, ancien ministre président du Land de Bade-Wurtemberg, ou sont issus du patronat (Martin Kannegiesser, président de la fédération patronale de la métallurgie Gesamtmetall, est l’un des cofondateurs). Mais, très rapidement, le mouvement s’est étendu à l’ensemble des forces politiques et sociales allemandes réformatrices à tendance libérale, comptant des sociaux-démocrates, comme le ministre de l’Économie SPD Wolfgang Clement ou Oswald Metzger, expert des questions financières chez les Verts. Le mouvement prétend non seulement mettre tous les « blocages » de la société allemande à l’index mais aussi, et c’est en cela qu’il nous intéresse ici, créer de nouvelles valeurs sociales : c’est ainsi que le slogan « Des chances pour tous » est non seulement le pendant des slogans égalitaires mais aussi la reprise du célèbre slogan utilisé par le ministre de l’Économie des années 1950, père du « miracle économique allemand », Ludwig Erhard, qui avait intitulé son livre paru en 1957 La Prospérité pour tous23.

27« Des chances pour tous » prétend renouveler entièrement le système de valeurs sociales perverti à ses yeux par les excès de l’État providence. Ces excès auraient dénaturé l’économie sociale de marché telle qu’elle fut comprise dans les années 1950 : une économie de marché avec une politique sociale mesurée ne remettant pas en cause la croissance économique. Début 2002, l’initiative a lancé un forum de discussion sur le thème : « qu’est-ce qui est social ? ». Martin Kannegiesser, chargé d’animer le forum, affirmait des principes qui renouaient en fait avec la culture protestante du pays : « Est social celui qui montre de l’initiative personnelle et de la responsabilité, qualités essentielles pour une véritable solidarité » ; il ne fallait plus demander à la communauté de porter tous les risques et concentrer l’aide de l’État sur ceux qui en avaient vraiment besoin (donc une couverture sociale minimale) ; « est social celui qui crée des emplois » ; être solidaire des chômeurs, c’est les aider à retrouver un emploi au lieu de lutter pour le montant et la durée de leurs allocations chômage. Est social ce qui est exigeant et stimulant pour chacun.

  • 24 R. Rodenstock, op. cit. [4].

28L’initiative puise également sa définition du social dans un livre publié par l’entrepreneur R. Rodenstock24 qui reprend en fait la définition de l’économie sociale de marché, telle qu’elle avait été donnée par L. Erhard lui-même et les « ordolibéraux » dans les années 1950 : l’économie de marché est sociale par nature, lorsqu’elle permet à chacun, dans la mesure du possible, de profiter des fruits de la croissance et non pas lorsqu’elle opère une redistribution des revenus en réalisant une politique sociale qui met en péril son bon fonctionnement. La vision de citoyens libres, indépendants, responsables et créateurs d’entreprise, qui était en fait celle du « père du miracle économique » est à nouveau prônée par les initiateurs du mouvement et, d’une manière générale, correspond à l’image que renvoient les sociologues étudiant les nouvelles tendances de la psychologie sociale. À la fierté du travail bien fait, valeur forte dans les années 1950, s’ajoute aujourd’hui sans doute davantage d’autonomie et de flexibilité dans un monde qui connaît un rythme plus effréné de l’innovation. Le rythme s’est certes accéléré mais le principe de la concurrence par la qualité et donc par l’innovation était également l’un des slogans du ministre des années 1950. « Est social celui qui crée des emplois » martèle l’initiative. À l’aulne de cette définition, la multiplication des petites et moyennes entreprises (PME) dans les années 1950 dénotait un esprit très « social » en Allemagne. R. Rodenstock rend à nouveau hommage à sa propre génération de constructeurs et de créateurs : qui aurait pu imaginer en 1945, rappelle-t-il, dans une Allemagne qui n’offrait que des images de destruction et de découragement, ruinée par le marché noir et la désorganisation, que cette Allemagne-là allait donner dix ans plus tard une image de succès et de prospérité ?

29C’est dans l’espoir de ressusciter un miracle économique dans une Allemagne aujourd’hui découragée et dépressive que « Des chances pour tous » multiplie ses actions de sensibilisation : annonces publicitaires, site Internet, articles hebdomadaires dans la presse, colloques, etc. L’initiative reprend bien sûr tout un ensemble de positions libérales allemandes classiques mais, et c’est ce qui la distingue, elle le fait en travaillant sciemment à un renouveau de valeurs, en cherchant particulièrement à donner au « social » et à la solidarité de nouveaux contenus, mieux adaptés aux évolutions technologiques actuelles et aux contraintes de la société et de la vie économique. Rejoignant en cela B. Priddat, les porteurs du mouvement considèrent que le social n’est pas un dû ou un acquis intangible. Le social doit alors s’inscrire dans un mode de relations interindividuelles dans lequel les individus ne doivent pas rester passifs ; il faut acquérir de nouveau le réflexe de l’initiative personnelle.

Conclusion

30La société allemande est, tout comme la société française, profondément bouleversée par le rythme effréné des mutations technologiques et la mondialisation du marché du travail. Les difficultés qu’elle rencontre ne sont cependant pas seulement liées à l’effondrement de l’État providence. Les problèmes sont certes d’ordre financier et social, mais ils sont également d’ordre culturel et identitaire : après la perte de son mark symbolique, l’Allemagne est en train de perdre son modèle économique, l'économie sociale de marché, sur lequel elle avait bâti une identité très forte. Ce modèle allemand, comme aucun modèle d’ailleurs, n’était pas éternel mais adapté aux besoins d’une société qui disparaît maintenant progressivement : une société nationale, industrialisée et de plein-emploi, connaissant un taux de croissance élevé. Le partenariat social était le porte-étendard de cette société qui avait su construire sa puissance sur des bases de dialogue et de consensus social.

31Pour les Allemands, traditionnellement plus enclins que les Français à construire des systèmes de valeur cohérents, il faut aujourd’hui remodeler ce que certains appellent une « nouvelle économie sociale de marché », plus conforme aux réalités d’un monde économique ouvert et très changeant. C’est ainsi que l’Allemagne s’attache à remettre en cause un système de valeurs qui était enraciné dans cette période de la reconstruction et du miracle économique dont elle garde un souvenir embelli, voire mythifié. Elle puise également dans un fonds de valeurs profondément protestantes, telles l’initiative, l’autonomie et la responsabilité. Pour ce qui est des valeurs de solidarité, peut-être saura-telle garder son bien précieux hérité du partenariat social : celui de la recherche du compromis et du dialogue entre patronat et salarié. Elle trouve également une capacité de renouveau dans une société civile de plus en plus vivace, étend l’idéal de développement durable au capital humain et semble décidée à préparer l’avenir. Reste à savoir cependant si, dans les années à venir, la société allemande saura tirer les conséquences de son déclin démographique qui pourrait lui être fatal et, pour ce faire, réinventer justement de nouvelles solidarités sociales en faveur de ceux qui seraient à même de lui permettre de survivre : par exemple les familles ou les immigrés.

Notes

1 F. Schirrmacher, Das Methusalem-Komplott, Munich, Karl Blessing Verlag, 2004.

2 E. Niejahr, Altenrepublik. So werden wir leben, lieben und arbeiten, Francfort, S. Fischer Verlag, 2004.

3 G. Steingart, Deutschland. Der Abstieg eines Superstars, Munich, Piper Verlag, 2004.

4 R. Rodenstock, Chancen für alle. Die neue Soziale Marktwirtschaft, Cologne, Deutscher Instituts-Verlag, 2001.

5 F. Kuhn, Nachrichten für Optimisten. Ein Buch vom Verändern und Bewahren, Munich, Deutsche Verlags-Anstalt, 2003.

6 Parmi lesquels: K.-H. Hillmann, Wertwandel, Ursachen, Tendenzen, Folgen, Carolus, Würzburg, 2003; A. Düntgen, Die Bedeutung des Wertewandels in der Mitarbeiterführung, Düsseldorfer personalwirtschaftliche Schriften, Düsseldorf, D. M. Grundmann Verlag, 2002; D. Landau, Unternehmenskultur und Organisationsberatung. Über den Umgang mit Werten in Veränderungsprozessen, Verlag für Systemische Forschung im Carl-Auer-Systeme Verlag, Heidelberg, 2003; Trendbüro (dir.), Trend 2004. Arbeit, Freizeit, Eigenzeit, Munich, Piper Verlag, 2003; A. Steinle et P. Wippermann (dir.), Die neue Moral der Netzwerkkinder. Trendbuch–Generationen, Munich, Piper Verlag, 2003; B. von Mutius (dir.), Die andere Intelligenz. Wie wir morgen denken werden, Stuttgart, Klett-Cotta, 2004.

7 W. Gehrmann, « Fünf gegen Ungarn », Die Zeit, 27 mai 2004 ; B. de Peretti, « Après Siemens, Mercedes et Bayer imposent des efforts à leurs salariés », La Tribune, 12 juillet 2004.

8 A. Lattard, « Le partenariat social allemand : un système en crise », in A. Schumacher (dir.), La Crise de l’économie allemande. État des lieux et perspectives, Paris, Publications du Centre d’études et de recherches européennes (CERE), 2003, p. 66.

9 Elle est par ailleurs largement remise en cause par le patronat qui argue de l’incompatibilité de cette cogestion avec la nouvelle « corporate governance » en usage dans les entreprises anglo-saxonnes et considère donc que c’est un inconvénient majeur qui peut conduire des entreprises internationales à établir ou même à délocaliser leur siège à l’étranger (interview de R. Rosen, directeur général du Deutsches Aktieninstitut, et de M. Sommer, secrétaire général de la fédération de l’ensemble des syndicats, le DGB, Die Bank, juillet 2004).

10 A. Düntgen, op. cit. [6].

11 Voir, par exemple, A. Schumacher (dir.), op. cit. [8].

12 Les lignes qui suivent résument le chapitre « L’impuissance de l’État social » (« Der überforderte Sozialstaat » dans G. Steingart, op. cit. [3], p. 117 sq).

13 K. von Dohnanyi, « Aufbau Ost für Krise verantwortlich », Handelsblatt, 5 avril 2004.

14 Voir, en particulier, Commission des valeurs fondamentales du SPD (dir.), Grundwerte für eine gerechte Weltordnung, Francfort, Suhrkamp, 2003. Les conclusions de la commission sont reprises dans l’intervention de W. Thierse au colloque organisé par l’Académie évangélique de Tutzing le 9 janvier 2004. « Grundwerte für eine gerechte Weltornung », consultable sur le site de l’Académie de Tutzing.

15 E. Niejahr, « Die vergreiste Republik », Die Zeit, n° 2, janvier 2003.

16 Le taux de croissance démographique allemand en 2003 était négatif tandis que le taux de fécondité, en 2000, était de 1,3 %, quasiment au même niveau que l’Espagne et l’Italie (données disponibles sur le site de l’Office fédéral des statistiques (Statistisches Bundesamt) : <www.destatis.de/download/d/bevoe/bev_91_03_graf.pdf>).

17 F. Schirrmacher, op. cit. [1].

18 F. Schirrmacher ne cite pas la proportion par rapport au nombre total de membres qui était en fait en 2003 d’un peu plus de 7 millions, dont plus de 4 millions pour l’industrie, les deux plus gros syndicats rassemblés dans cette fédération étant bien sûr IG-Metall et Ver. di, le syndicat des services. En fait, la proportion des retraités dans l’organisation syndicale n’est pas supérieure à leur pourcentage dans la population actuelle qui est, comme en France, de l’ordre de 25 %. Cependant ce qui est plus déterminant, c’est la proportion des membres issus de l’industrie (plus de 4 millions, plus de la moitié donc) et qui confirme que la syndicalisation est surtout un corollaire du monde industriel traditionnel aujourd’hui en voie de disparition.

19 En Allemagne comme en France, les projections démographiques prévoient environ pour 2050 une proportion d’un retraité (ou d’une personne de plus de 65 ans) pour un actif…

20 Voir également F. T. Gottwald, « Kooperation, Konkurrenz und ökologische Ethik. Nachhaltigkeit als In-Beziehung-Sein », in B. von Mutius (dir.), op. cit. [6], p. 232-244.

21 B. P. Priddat, « Kooperation. Politik und Ökonomie. Eine Netzwerkdimension », in B. von Mutius (dir.), op. cit. [6], p. 220-232.

22 « Chancen für alle. Initiative Neue Soziale Marktwirtschaft », voir à ce sujet : P. Commun, « Vers un renouveau de l’économie sociale de marché ? Le mouvement “Chancen für alle. Initiative Neue Soziale Marktwirtschaft” », in A. Schumacher (dir.), op. cit. [8], p. 119-139.

23 L. Erhard, Wohlstand für alle, Düsseldorf, Econ Verlag, 1957.

24 R. Rodenstock, op. cit. [4].

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540