Version classiqueVersion mobile

La reconnaissance des peuples indigènes entre droit et politique

 | 
Françoise Martinat

Remerciements

À mes parents, à ma fille Jeanne, partis trop tôt...
à Fif, pour tout son amour,
à sa famille qui est devenue la mienne...
à Christophe, Delphine, Camille et à tous
ceux qui me sont chers.

Pour ceux que j’aime,
Je vous envoie le meilleur de moi-même.
J’ai écrit ces premières pages en prenant sur mes nuits.
Cela vaut-il quelque chose, je n’en sais rien.
Ce qui étouffe doit être dit.
Tant il est vrai qu’à l’heure où l’on s’en va, seules viennent
à être importantes les choses que l’on n’a pas dites,
du moins c’est ce qu’il m’a semblé.
Le plus secret souvent est tu et c’est dommage !

Les premières lignes de ton roman, mam,
en espérant que cela te donnera le goût de le continuer,
de trouver une nouvelle voix à travers l’écriture...

Texte intégral

1Nombreuses sont les personnes qui ont contribué à la réalisation de cette recherche, fruit de débats, réflexions et entretiens. Un grand merci en particulier à Jean-Michel Blanquer, Christian Gros et Michel Hastings. Merci aussi aux institutions qui m’ont accueillie lors de mes recherches de terrain : l’IHEAL à Paris, l’Institut Français des Études Andines (IFEA) à Bogota et l’École de Science politique de l’Université Centrale du Venezuela (Caracas). Toute ma gratitude également au monde indien qui m’a ouvert ses portes et sans lequel cet ouvrage n’aurait évidemment pas vu le jour.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search