Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Conclusion

Jean Vavasseur-Desperriers

Texte intégral

1Ces regards croisés permettent de parvenir à quelques réflexions, et non bien sûr à des conclusions définitives et tranchées, ce type d’ouvrage, fruit d’une rencontre internationale particulièrement féconde et enrichissante, étant destiné avant tout à fournir des pistes pour la recherche. Comme il l’a été souligné, l’ouvrage a pour objectif non une perspective vraiment comparative, mais une confrontation de regards historiques sur deux nations, qui, malgré leurs différences, ont eu en commun un attachement profond au système libéral démocratique, qu’elles ont puissamment contribué à mettre en place.

21) Un premier point s’impose, la pertinence de la notion de « droites radicales ». Il existe bien un terme presque synonyme, celui d’« extrême droite ». Mais cette dernière notion, topographique, reste bien vague quant à son contenu. Elle a, de plus, le défaut de figer dans un espace donné des groupes ou des acteurs politiques rangés dans cette catégorie une fois pour toutes, alors que, précisément, la radicalité doit être considérée comme un phénomène en mouvement dans l’espace politique, et, surtout, relatif à un contexte donné, au sein d’une temporalité donnée. Considérer, d’autre part, tout mouvement « radical » comme contenant des éléments de « fascisme », même à l’insu de ses acteurs, ne semble pas non plus très pertinent. Le fascisme correspond à un ideal type dont les éléments ont été depuis longtemps mis en valeur, notamment une forme de modernité (Cf. la contribution sur Mosley). Les analyses réalisées sur le PSF, le PPF, l’étude de l’influence de De Man et du planisme, montrent bien l’erreur de méthode et de fond d’une telle perspective.

32) Alors, quid de la droite « radicale » ? Certes, on peut en donner une définition formelle : des mouvements caractérisés par des attitudes violentes et agressives (xénophobie, antisémitisme, anticommunisme), au rebours des attitudes policées et délibératives qui sont la marque des systèmes libéral démocratiques : les ligues nationalistes relèvent de ce militantisme activiste présent des deux côtés de la Manche. Au-delà, si l’on envisage les programmes, la définition devient plus délicate. Il ne fait pas de doute que les ennemis avoués de ces systèmes soucieux d’instaurer un régime autoritaire antidémocratique relèvent à l’évidence d’une droite radicale ; mais on en trouvera peu dans ce volume. On y verra plutôt des groupes qui refusent à certains éléments de leur population les bénéfices du système libéral démocratique, sans remettre fondamentalement en cause le libéralisme économique. On trouvera également des groupes ou des acteurs en proie à la tentation de sortie du système social et économique libéral pour instaurer un système social « organique », le ruralisme (dans les deux pays), le corporatisme, voire la restauration religieuse dans l’espace public. Dans la France conservatrice de l’entre-deux-guerres, ces théories s’imposent dans de larges secteurs de l’opinion, comme le montre le rôle du PSF, dont l’action contribue sans doute à freiner la poussée d’un « fascisme » plus dur, mais qui n’en constitue pas moins, en tant que conservatisme autoritaire à tendances organicistes, une forme de radicalisation, avec la grande difficulté de concilier, s’il était arrivé au pouvoir, la tentation organiciste et les conceptions politiques qui inspirent le système libéral démocratique. À l’inverse, la poussée ultralibérale des années 1980 peut-elle être considérée comme une radicalisation ? Oui, si l’on considère qu’en 1945, les systèmes libéral démocratiques des deux pays s’étaient enrichis d’un volet de « démocratie sociale », qui constitue précisément la cible de l’ultralibéralisme.

43) On s’explique que, dans ces conditions, diverses contributions mettent l’accent sur les liaisons entre droites « radicales » et droites « modérées » – pour ces dernières, on serait tenté d’écrire « institutionnelles », c’est-à-dire juxtaposant un discours parfois radical et une participation au système, comme Enoch Powell ou la Fédération républicaine de France dans l’entre-deux-guerres. Ces études mettent l’accent sur les recrutements, avec les phénomènes de passage politique ou de double affiliation, etc., comme pour les militantes féminines de la British Union of Fascists, liées au Parti conservateur. Ici, l’étude des parcours se révèle particulièrement révélatrice. Plus clairement encore apparaît le transfert d’idées entre les deux nébuleuses, « modérées » et « radicales », et entre les deux pays. Maurras est connu outre-Manche, de même que la « nouvelle droite ». Déroulède, anglophile (à contre-courant des nationalistes français du début du XXe siècle), des personnalités comme Tardieu n’ignorent pas les références britanniques. Et, si l’on considère le thatchérisme comme une manifestation « radicale », il a pu être constaté que son influence semble avoir été en France assez marquée. Churchill a-t-il eu de la sympathie pour le fascisme ? Non, bien sûr, mais on retient son rejet des intellectuels et son attitude, inspirée surtout par le pragmatisme, à l’égard des dictatures d’Europe méridionale. En revanche, les leaders du nationalisme écossais étaient fascinés par Hitler.

54) Enfin, les diverses contributions ont, chacune à leur manière, mis en lumière la nécessité de respecter certains points de méthode pour mener une étude sur la radicalité. Il convient d’abord de mettre en lumière le processus de radicalisation. Celui-ci est-il global, ou s’agit-il d’une radicalité groupusculaire, ou ultraminoritaire ? Il importe aussi de mettre en relief le contexte dans lequel s’opère le processus, un des grands soucis de cette rencontre ayant été en effet de donner à la contextualisation la place essentielle qui doit être la sienne : certaines préoccupations disparaissent avec le temps, comme celle de l’empire pour les droites radicales françaises à la fin du XXe siècle. Enfin, les divers chapitres ont souligné la diversité des modalités de ce processus, déjà évoquées : les uns rejettent le libéralisme, d’autres lui restent attachés ; le rejet du système libéral démocratique revêt des aspects variés ; le rejet de certains groupes (étrangers, etc.) est plus ou moins marqué, suivant la conjoncture et le contexte.

6Au total, les divers chapitres du volume présentent une contribution non négligeable à l’étude d’un phénomène difficile à cerner, et d’autant plus intéressant. Ils l’ont fait avec le souci de rigueur que l’on vient d’évoquer, mais aussi avec le détachement indispensable requis pour mener à bien une telle étude. Soulignons enfin l’intérêt de réunir des regards croisés d’historiens originaires des deux côtés de la Manche, portant parfois sur le pays voisin du leur. Si la France et l’Angleterre présentent de nombreuses différences dans leurs cultures et dans leurs systèmes politiques, elles présentent au moins la caractéristique commune d’être en Europe les deux plus anciens pays dotés d’un système libéral démocratique. Cela justifiait amplement cette tentative de « regards croisés ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540