Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie IV. Emprunts et transferts : la circulation des idées à droite de la droite

« Chez nous, en ce début de XXIe siècle, l’idéologie marxiste a gagné la partie ». La tentative de fondation d’un front ultra-libéral dans la France des années 1990

Philippe Secondy

Texte intégral

1La fascination pour la pugnacité affichée par Margaret Thatcher à la tête du gouvernement britannique est très présente en France, toujours en ce début de XXIe siècle, dans plusieurs cercles politiques et économiques. Elle aurait réussi à faire entrer son pays dans une ère de prospérité en faisant preuve de ténacité face aux revendications de mouvements sociaux peu en phase avec la réalité d’une société mondiale en pleine mutation et confrontée à une crise profonde résultant des différents chocs pétroliers. La tribune publiée par Drieu Godefridi, le directeur de l’Institut Hayek, dans le journal Les Échos en septembre 2005, illustre parfaitement notre propos. Il insiste sur deux points.

  • 1 Les Échos, 5 septembre 2005.
  • 2 Voir Jean-Claude Sergeant, La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher (1979-1990), Paris, PUF, 1994 ; (...)

2D’une part, Drieu Godefridi considère qu’elle a résisté « en ramenant à la légalité des syndicats corporatistes, violents, (adeptes) d’un marxisme de cuisine exclusivement voué à la poursuite d’intérêts immédiats »1. Il évoque ici un épisode emblématique. Surnommée, la « dame de fer », elle n’a pas cédé malgré les multiples manifestations des mineurs dans le Yorkshire qui se déroulent à partir de mars 1984 durant une année. Soucieuse de se tourner vers l’énergie nucléaire, la Grande-Bretagne avait alors décidé de mettre en place un vaste plan de restructuration des houillères prévoyant 20 000 suppressions d’emplois. Les organisations syndicales ont organisé une série de grèves à l’annonce de la fermeture des puits soutenue par la moitié des 187 000 mineurs du pays. En effet, une telle mesure signait la mort du bassin minier de Cortonwood. Comme les perspectives de reconversion n’apparaissaient pas vraiment dans les discours gouvernementaux, tout un peuple va se lever pour ne pas sombrer dans la misère. Un bras de fer, ponctué d’actes violents, s’engage alors entre le syndicat des mineurs et la responsable de l’exécutif2.

3D’autre part, le tournant néo-libéral enclenché au cours de cette période constitue une autre balise mémorable pour cet acteur engagé. Il associe le virage pris par le Premier ministre britannique avec celui choisi par Ronald Reagan à la même époque aux États-Unis. « Ils ont jeté, proclame-t-il, les fondements de la renaissance économique de leurs pays ». Pour le lecteur qui n’aurait pas bien saisi son point de vue, Drieu Godefridi écrit : « Aussi longtemps que l’État est à la merci d’une clique organisée et juridiquement irresponsable qui exige toujours plus d’argent, de monopoles et de privilèges, l’économie est condamnée à subir des ponctions toujours plus importantes, des charges toujours plus asphyxiantes ». En conclusion, il explique que « Thatcher et Reagan ont sauvé la démocratie du règne de la rue, sans violence disproportionnée. De cela l’histoire leur sera reconnaissante ». La dernière phrase de sa tribune représente un leitmotiv entendue fréquemment dans certains milieux dirigeants en particulier dans l’Hexagone lors des phases électorales majeures ou encore dans les symposiums préoccupés par les questions de prospective : « l’Europe a cruellement besoin de dirigeants de cette trempe ».

  • 3 Bertrand Badie, Pierre Birnbaum, Sociologie de l’État, Paris, Hachette, 1994, p. 173-174 et 183.
  • 4 Ibidem.

4Cette fascination émane de milieux politiques qui considèrent que la France est une société « bloquée », prisonnière d’un étatisme ravageur. Or, c’est pour imposer son autorité que l’État absolu a édifié une bureaucratie centrale qui ne va pas cesser de se renforcer. De Louis XIV au régime gaulliste, l’État a sans cesse étendu son emprise sur la société civile. Comme le montre bien Bertrand Badie et Pierre Birnbaum, l’interventionnisme et le contrôle économique constituent une véritable stratégie d’action. Elle est très visible au cours du XIXe siècle au moment où l’administration du Second Empire, influencée par les doctrines de Saint-Simon, impulse l’industrialisation, lance le processus de construction des chemins de fer… Ils estiment qu’elle a volontairement « bousculé la bourgeoisie »3 engluée dans un certain immobilisme. Le général de Gaulle légitime cette tradition en adhérant à la « mystique de la planification ». Ce qui signifie que « le Plan élaboré par les services de l’administration devient la “grande affaire” de la France. Comme au temps de la monarchie absolue, l’État n’hésite pas à créer ses propres industries. De l’entre-deux-guerres à aujourd’hui, les services publics deviennent plus nombreux, se doublent de services publics industriels et commerciaux (…). Le welfare state se traduit pas la Sécurité sociale et l’interventionnisme social »4.

  • 5 Il s’agit « d’un establishment auquel sont liées les classes moyennes et la gentry locale et qui ra (...)

5Ce schéma historique s’oppose entièrement à celui existant en Grande-Bretagne. Le modèle de la sous-étatisation domine au cœur d’un territoire érigeant le principe parlementaire en vecteur majeur de la représentation de la société civile afin d’empêcher l’instauration d’une monarchie absolue. En outre, le pouvoir en Grande-Bretagne repose sur « un processus d’osmose des classes sociales »5. Le monde des affaires y côtoie les représentants de l’establishment. Cet élément explique en grande partie la faiblesse de la bureaucratie. En France, la monarchie longtemps dominante au cœur de l’Ancien Régime a vu son caractère absolu s’atténuer puis s’évanouir sous le coup de boutoir du troisième ordre, constitué par la paysannerie et la bourgeoisie, souffrant des droits féodaux et d’un marasme économique insupportable. L’explosion de 1789 en découle. Ce qui ne favorise guère les conditions d’une osmose au sein des classes sociales. Cet événement traumatique façonne un nouvel ordre social dans lequel l’enracinement démocratique demeurera très friable. La tension entre les classes sociales perdure bien au-delà du XIXe siècle. Dans le lent processus de formation du modèle républicain, l’État tente de jouer l’instance de régulation entre les niveaux sociaux, tout en mettant en avant une législation chargée d’établir les modalités de l’égalité réclamée depuis des lustres dans les domaines civiques, éducatifs, sociaux… Cet aperçu permet de dessiner les contrastes saisissants entre les deux formes étatiques séparées par la Manche.

6Dans un contexte général remettant en cause les bases traditionnelles de l’État-nation, avec d’un côté la construction européenne et de l’autre les lois de décentralisation votées à partir de 1982, le modèle français vacille. Il subit depuis la fin des « trente glorieuses » les coups de boutoirs répétés de courants idéologiques portés par des canaux très hétéroclites se rejoignant pour vanter les mérites du libéralisme économique. Ils agissent de concert pour exiger une réorganisation en profondeur des structures administratives et du modèle social refaçonné à la Libération. La France représenterait une terre historiquement, voire « naturellement » réfractaire aux idéaux prônés par des économistes comme Bastiat et Hayek. Toutes les mesures législatives prises par les gouvernements successifs depuis des décennies, en particulier dans le domaine du travail, resteraient nettement insuffisantes pour réformer véritablement l’espace national. Le culte d’un État fort, montré du doigt pour son inefficacité chronique, serait toujours dominant.

  • 6 Son itinéraire original est bien présenté par Jean-Michel Heimonet : Jules Monnerot ou la démission (...)

7Une tendance ultra-libérale propose un schéma explicatif général montrant que nous sommes au cœur d’un système similaire sur bien des points à celui élaboré par les dirigeants successifs de l’URSS. Notre objectif dans ce travail est de donner quelques pistes pour mieux cerner la culture politique de la mouvance obnubilée par les « rouges ». Parmi tous les promoteurs de cette ligne doctinale, une figure historique se détache. Il s’agit de Jean-Gilles Malliarakis. Au fil des pages, nous verrons que ce militant invétéré s’investit dans les principaux réseaux qui veulent enraciner une telle conception de la société. Les Éditions du Trident, fondées par Malliarakis, mettent à disposition du public les textes de cette frange contestataire. Le sociologue Jules Monnerot représente à ses yeux une balise intellectuelle incontournable6. Dans le catalogue de la maison d’édition, Jean-Gilles Malliarakis s’arrête sur les grands axes de Sociologie du communisme, écrit par Jules Monnerot en 1949, et considére que la thèse défendue demeure d’actualité :

« Les Français sont malades d’une maladie qui prend ses racines dans le communisme et ils l’ignorent. Ils croient que le communisme c’est fini parce que l’URSS s’est effondrée et que le parti communiste français n’a plus que quelques députés. La vérité serait plutôt que, chez nous, en ce début de XXIe siècle, l’idéologie marxiste a gagné la partie. Aucun gouvernement en France ne l’a jamais combattue. Tous, depuis la Libération, ont laissé les communistes investir les rouages essentiels du pays, en particulier. Le résultat en est une marxisation généralisée des esprits, génératrice d’une pensée unique, qui nous conduit progressivement, à l’ombre d’un État-providence qui s’essouffle, vers un totalitarisme masqué. Cette marxisation explique la paralysie devant les syndicats, entravant l’économie et l’école, et dont un ancien ministre socialiste a dit publiquement qu’ils sont de “véritables organisations staliniennes centralisées” ».

  • 7 Jean-Jacques Becker, Serge Berstein, dir., Histoire de l’anticommunisme. Tome 1 : 1917-1940, Paris, (...)

8Il découle de cette citation que la libre entreprise et plus largement l’esprit d’initiative dans le domaine économique seraient directement affectés, si l’on reste dans la métaphore médicale, par le virus communiste. Nous verrons que cette interprétation est aussi bien partagée par des figures classées habituellement dans la catégorie des « droites radicales » (de l’ultra-droite au FN) que par de nombreux représentants des « droites modérées », réunis autour d’Alain Madelin, le promoteur du cercle « Idées-Action ». Notre objectif sera de cerner quelques vecteurs intellectuels, syndicaux et partisans qui irriguent une constellation très active depuis le milieu des années 1980. Ces lignes peuvent également se lire comme une contribution à un chantier suscitant bien des passions. Celui de l’histoire de l’anticommunisme dans la France contemporaine. Jean-Jacques Becker et Serge Berstein avaient ouvert la voie en 1987. Ils proposaient dans le premier tome d’un ouvrage collectif d’aborder l’entre-deux-guerres7. Un quart de siècle plus tard, le second tome n’a toujours pas vu le jour. Or, comme nous allons le voir, l’hypothèse de la persistance de ce courant nous paraît fondée.

Les vecteurs intellectuels : l’exemple du Club de l’Horloge

  • 8 Anne-Marie Duranton-Crabol, Visages de la Nouvelle droite : le GRECE et son histoire, Paris, Presse (...)
  • 9 Pierre-André Taguieff, Sur la Nouvelle droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, Descartes et C (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Pierre-André Taguieff intitule une section de son livre : « Après l’été, l’automne de la “Nouvelle (...)

9Face à l’effervescence sécrétée par l’extrême gauche dans le sillage de mai 1968, le GRECE (Groupement de Recherche et d’Études pour la Civilisation Européenne), autour d’Alain de Benoist, initie une « contre-culture » originale ayant pour ambition de donner un nouveau souffle aux idées de droite, tout en prenant des distances avec le gaullisme8. Les jeunes militants de cette mouvance ne croient plus dans les partis politiques, se détournent de la mobilisation populaire et des actions violentes. Pierre-André Taguieff, qui a longuement étudié ces milieux, estime que cette nébuleuse commence « à ne plus croire que l’anticommunisme, même “secondaire” et intelligent, proposé par Jules Monnerot, leur compagnon de route, puisse tenir lieu d’une pensée politique, ni se substituer à un mouvement culturel »9 plus global. Il est toutefois fort complexe de cerner avec soin la ligne directrice d’une organisation tiraillée par plusieurs courant et connaissant des fluctuations variables selon les périodes de son histoire. Les spécialistes de la question insistent sur le combat récurrent contre l’égalitarisme et l’universalisme. Ils notent aussi que le rejet de la voie libérale se fait plus pressant vers la fin des années 1970. L’antiaméricanisme devient une expression banale dans une nébuleuse à la recherche d’une troisième voie en prônant la fondation d’un néo-fascisme. La naissance du Front national constitue un autre élément de perturbation. Certains acteurs se réjouissent de voir apparaître une relève partisane, d’autres dénoncent la conversion au dogme libéral et au jeu politique démocratique. Sur la question du racisme, Alain de Benoist semble se montrer intransigeant dans différents entretiens sans apaiser les polémiques. Tandis que le discours xénophobe ne disparaît pas des groupuscules (comme Ordre nouveau) et s’installe durablement dans la tactique lepéniste. Bien des journaux de la presse détenue par Robert Hersant, à l’instar du Figaro, suivent de prêt les débats, voire les relayent par les interventions de Louis Pauwels ou encore de Michel Poniatowski. Vers la fin des années 1970 et le début des années 1980, les attaques contre le GRECE se multiplient. Des intellectuels de gauche dénoncent dans une campagne de presse à laquelle souscrivent bien des journaux concurrents la collusion entre la droite giscardienne et les doctrinaires de la « Nouvelle droite ». Le climat électoral électrique de l’époque ne doit pas être oublié pour mieux cerner l’impact de cette offensive10. Sous les présidences de François Mitterrand, le club de l’Horloge va en grande partie prendre le relais du GRECE, devenu un mouvement délégitimé en voie de marginalisation11.

  • 12 En parallèle, le GRECE s’insurge devant ce virage des forces conservatrices en dénonçant le pouvoir (...)

10À partir du tournant de 1981, « l’opposition de droite s’alimentait plutôt chez les idéologues reagano-thatchériens à la française, et répondait plus volontiers à l’offre rhétorique, plus immédiatement exploitable, du Club de l’Horloge », analyse Pierre-André Taguieff12. Née en 1974, cette organisation se définit ainsi : il s’agit d’un « cercle de réflexion politique » composé par des catégories socioprofessionnelles supérieures (« fonctionnaires issus des grandes écoles, universitaires, responsables du monde économique ou membres des professions libérales ») ayant des objectifs précis. Le premier axe fort (« un réservoir d’idées pour la droite ») apparaît sur le site Internet du mouvement en dessous du nom du cercle. Dans les éditoriaux électroniques proposés par Henry de Lesquen, le président du Club, cet objectif de départ est sans cesse réitéré. Il indique que les travaux visent à faire émerger « les arguments dont la droite française a souvent cruellement manqué pour faire face victorieusement à la gauche ». Tout d’abord, Lesquen met en avant ce qu’il nomme les « maîtres à penser » : Julien Freund et Jules Monnerot. Ses remerciements s’adressent ensuite à « deux grands homme de presse » : Louis Pauwels « qui a fait l’écho de nos analyses dans les colonnes du Figaro-Magazine » et Raymond Bourgine de Valeurs-Actuelles et Spectacle du monde. L’auteur de l’éditorial cite parmi les hommes politiques très actifs au sein du cercle de réflexion, aujourd’hui disparus, Yvon Briant, le président du Centre national des Indépendants. Concernant cette catégorie d’acteur public, il ne manque pas de souligner la participation de plusieurs Premiers ministres (Michel Debré, Edgar Faure, Raymond Barre…) aux discussions initiées par le Club de l’Horloge. Leur présence constitue une caution indéniable et témoigne de l’importance de ce laboratoire d’idées dans l’univers des droites.

  • 13 Voir l’annexe 2 du livre collectif : Le péril bureaucratique, Paris, Club de l’Horloge, 1980, p. 22 (...)

11Une des caractéristiques majeure de cet espace de débats est de constituer un véritable carrefour pour toutes les droites. Des parlementaires de l’UDF et du RPR animent des tables rondes ou font des conférences ainsi que des cadres du Front national. C’est ainsi que Bruno Mégret, Jean-Yves Le Gallou, Bruno Gollnisch ou encore Yvan Blot qui ont eu d’importantes responsabilités dans l’appareil et sur le plan électoral au sein du parti d’extrême droite peuvent côtoyer les députés Alain Griotteray, Michel Poniatowski, Alain Madelin, Gérard Longuet, Jacques Toubon, Yvon Bourges, Jacques Blanc… Avec les autres catégories retenues par les instances de décision de ce centre névralgique des forces conservatrices (universitaires, journalistes…), « ils veulent réfléchir aux transformations nécessaires dans l’ordre politique, économique et social pour répondre aux défis du monde moderne et à la crise des sociétés européennes ». Dans les colloques et les ouvrages, les membres du Club de l’Horloge « s’efforcent d’être attentifs aux sources de notre civilisation, aux découvertes des sciences de l’homme et aux problèmes fondamentaux de la nation française. Ils entendent ainsi défendre les valeurs républicaines en contribuant au renouvellement de la pensée politique ». La lecture de ces quelques lignes, extraites de l’annexe d’un des ouvrages publiés par le Club13, dessinent une esquisse de manifeste. Tout en indiquant la volonté de ne pas rompre avec un ordre social basé sur les piliers de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, les acteurs revendiquent une perspective définie. Pour s’inscrire dans le champ vague de la « modernité » et lutter contre la récession liée aux chocs pétroliers des « transformations » s’avèrent « nécessaires ». On peut facilement apercevoir les perspectives tracées par les responsables en reprenant les thèmes abordés lors des séances de travail et dans les livres publiés par le Club de l’Horloge.

12Pour clarifier les choses, nous disposons du programme des différentes manifestations organisées entre 1976 et 2002. Les sujets traités recoupent ceux ayant donné lieu à une publication plus conséquente sous forme individuelle ou collective. Parmi les sujets pionniers et prioritaires, on peut relever : « l’avenir du libéralisme et le rôle des clubs ». Ce dogme libéral apparaît comme un étendard dès 1976. Les grandes lignes des séances suivantes scrutent les obstacles à balayer dans la société française (l’égalitarisme, la bureaucratie, la place de l’État, le poids des féodalités, les socialistes…). Les secteurs à promouvoir sont pointés par les thuriféraires de la structure : l’entreprise, la compétitivité, les privatisations. Les questions sociétales représentent l’essentiel des conférences : la démographie, la religion, les impôts… sont des thèmes fréquents. S’agissant des opposants politiques, les titres sont explicites : « le socialisme contre la famille », « socialisme et fascisme, une même famille » ?, « pour bien sortir du socialisme, privatiser la sécurité sociale » ?... Au fil des années, la crainte du déclin, l’insécurité ou encore la question migratoire apparaissent comme de nouvelles priorités. Les membres du FN livrent leurs solutions à ces sujets épineux en brandissant ce qui deviendra un cheval de bataille électoral : « la préférence nationale ». La dimension internationale (« la Révolution conservatrice américaine »…) et les aspects électoraux figurent également en bonne place. Quant aux publications, il suffit de citer : Le grand tabou. L’économie et le mirage égalitaire, Le péril bureaucratique… pour comprendre les espérances politiques de ce noyau d’idéologues en contact étroit avec les relais notabiliaires.

  • 14 Le Monde, 9 décembre 2008.

13Les « transformations nécessaires » exigés reprennent les axiomes des programmes politiques suivis par Thatcher et Reagan. Ils bénéficient du soutien depuis l’essor d’Internet d’une série de clubs virtuels martelant de telles idées. L’Institut Hayek, (sous-titré Libéralisme et Atlantisme), Les quatre vérités hebdo. L’actualité française vue de la droite libérale… Au sein de cet espace de réflexion traditionnel et virtuel, bien des responsables des droites débattent, tissent des liens et élaborent un arsenal de recommandations qu’ils vont imposer dans leurs partis politiques, dans leurs programmes de gouvernement, dans les éditoriaux de nombreux quotidiens nationaux et régionaux… Les tentatives d’édification de passerelles stables entre les deux bords politiques de la droite (la droite dite « modérée » et la droite dite « extrême ») ont pu être pensées et légitimées au cœur d’un espace comme le Club de l’Horloge. En décembre 2008, Henry de Lesquen défend ce type de rapprochement. Il prône « la participation des populistes à des coalitions de gouvernement pour réduire le fossé avec le peuple »14. L’exemple italien, où l’on constate une participation de la Ligue du Nord au pouvoir exécutif détenu par Berlusconi, lui paraît un modèle à suivre.

14Le Club de l’Horloge n’accueille pas uniquement des personnalités se contentant de deviser sur l’avenir politique et de planifier des stratégies électorales. La dynamique de ce « think tank » repose aussi sur la présence d’activistes qui entendent participer directement au mouvement social afin de provoquer le déclic tant entendu par certains pour rompre brutalement avec « la sphère d’influence socialiste » accusée d’étouffer l’Hexagone. Parmi les personnalités intervenantes dans ce cénacle, on retrouve Jean-Gilles Malliarakis. Le 14 janvier 1999, il prononce une conférence sur le thème suivant : « les perspectives de la protection sociale et l’avenir des retraites ». C’est un sujet qui lui tient à cœur. Depuis le début des années 1990, ce fantassin de l’ultra-droite a décidé de passer à l’action en agissant au sein d’un milieu traditionnellement très concerné par le combat pour la liberté d’entreprise, les menées antifiscales : celui des commerçants et des artisans. Il met son expérience de militants au service d’une structure oubliée aujourd’hui : la Confédération de défense des commerçants et des artisans.

Les vecteurs syndicaux : l’exemple de la Confédération de défense des commerçants et des artisans

  • 15 Nous reprenons ici quelques pistes développées dans une étude plus fouillée. Voir Philippe Secondy, (...)

15Du CNPF au MEDEF, sans oublier la CGPME, le patronat français milite depuis longtemps contre les « blocages » bureaucratiques qui paralyseraient la société française. La libéralisation de l’économie est un vieux cheval de bataille discursif. Quelque soit les gouvernements au pouvoir, on n’irait jamais assez loin dans cette direction. Le modèle britannique est souvent mis en avant pour montrer la voie à suivre. Dans la France des années 1990, une organisation syndicale a défrayé la chronique en proposant un message radical : la Confédération de défense des commerçants et des artisans (CDCA). On ne dispose que de très peu d’informations sur ce mouvement qui jusqu’à présent n’a guère suscité l’intérêt des chercheurs15.

  • 16 Un seul article nous donne quelques indications sur cette période. Voir C. Combeau, A. Faujas, « Ch (...)

16La CDCA fondée à la fin des années 1960 demeure longtemps un groupuscule corporatiste incapable de mobiliser massivement et cantonné à la Bretagne. C’est à partir de 1987 que le syndicat prend un tour nettement plus politique et plus violent qui lui donne une autre envergure. Durant la décennie 1990, la direction du syndicat revendique entre 150 000 et 200 000 adhérents selon les années alors que les pouvoirs publics estiment que le nombre de 40 000 paraît plus raisonnable. Le réveil du mouvement coïncide avec l’arrivée au poste de secrétaire national de Christian Poucet. De nombreuses zones d’ombres existent sur son irruption à la tête du mouvement16. Orfèvre dans l’art de se mettre en scène au cœur de la CDCA, il ne laisse pas filtrer beaucoup d’informations pouvant remettre en cause une présentation publique savamment construite. Né en 1956 en Espagne, Christian Poucet prend la succession de son père propriétaire de magasins de chaussures à Armentières dans le Nord et à La Grande-Motte dans l’Hérault. Il explique que c’est en apprenant la retraite de misère dont bénéficierait sa mère (« 1800 francs par mois ») qu’il a décidé de s’engager.

  • 17 Pierre Birnbaum, Le peuple contre les « gros ». Histoire d’un mythe, Paris, Grasset, 1979.
  • 18 Le Légitime, 29, janvier-février-mars 1994.

17Capable à l’instar de Pierre Poujade (fondateur de l’Union de défense des commerçants et des artisans dans les années 1950) de séduire les foules par des discours accusateurs visant la politique fiscale, les hommes politiques « coupés des réalités du terrain », les lourdeurs administratives, il ne s’inscrit pas exactement dans la même voie. La cible première de Christian Poucet ne se résume pas aux seuls détenteurs du pouvoir économique et politique contrairement au poujadisme qui construisait son discours autour du slogan : le « peuple » contre les « gros »17. Cette catégorie mythique revient dans sa logorrhée simplement pour désigner les grandes structures syndicales du monde agricole. La CDCA se définit comme « la force la plus résolue, en France, à défendre la libre entreprise. Elle ne se préoccupe aucunement de dresser les petites entreprises contre les grandes. Croyant fermement aux vertus productives des petites unités économiques, la CDCA ne craint pas la concurrence »18 lit-on dans Le Légitime, l’organe officiel du syndicat. D’où son engagement répété contre les lois jugées « dirigistes », les charges sociales… Poucet veut incarner « les forces sociales du Travail indépendant » en affichant comme ambition de : faire sortir la France de l’idéologie communiste. Les semences de celle-ci seraient au cœur des rouages majeurs régissant la société depuis la fin du second conflit mondial. Afin d’atteindre cet objectif, la CDCA lutte pour la création d’une organisation interprofessionnelle capable de réformer en profondeur le pays. Le syndicat construit sa légitimité en clamant son apolitisme.

  • 19 Ibidem.

18Selon Christian Poucet, bien des maux qui frappent l’entrepreneur dans notre pays émanent d’un organisme précis : la sécurité sociale. « La protection sociale est au bord de l’explosion ; en 2005, les régimes de retraite s’effondreront sous le poids de la démographie ; la sécurité sociale est mal gérée... La seule solution consiste à cesser le paiement des cotisations inutiles et à se tourner vers une couverture volontaire », explique-t-il19. Dès l’aube des années 1980, les commerçants, les artisans, les professions libérales s’estiment pressurés par l’État. Ils se rangent derrière quelqu’un osant enfin partir en guerre contre une politique dictée par une coalition « socialo-communiste » absente du pouvoir depuis de longues décennies qui plaide pour un plus grand interventionnisme de la sphère publique. Leurs revendications sectorielles ne sont pas isolées. Entre 1982 et 1986, la contestation des gouvernements Mauroy et Fabius est très répandue et les alternatives conservatrices portées par la coalition RPR-UDF n’attirent guère les catégories sociales soutenant la démarche de Poucet. Déçue par l’offre politique « traditionnelle », une fraction de l’électorat choisit une nouvelle voie en se tournant vers le Front national. Il fait une apparition remarquée dans l’espace politique lors des élections européennes de 1984 et en 1986. Cette année-là, l’épisode de la cohabitation et l’entrée tonitruante de nombreux députés du FN à l’Assemblée nationale bouleversent les repères traditionnels de la Cinquième République. En parallèle, on l’oublie souvent, lors du premier scrutin régional au suffrage universel le 16 mars 1986, le parti de Jean-Marie Le Pen va obtenir un nombre conséquent d’élus, jouant ainsi un rôle d’arbitre au moment de l’élection des présidents des exécutifs.

19Cet arrière-plan historique nous aide à mieux comprendre le contexte permettant à la CDCA de véritablement éclore. La période d’incertitude que traverse le pays ouvre la voie à toutes les expériences organisationnelles bâties sur un discours de rupture avec un « ordre ancien ». Le volontarisme affiché au sein de l’institution est un autre paramètre majeur à prendre en considération. Le talent oratoire indéniable du nouveau secrétaire national va, à partir de 1988, se nourrir des arguments proposés par Jean-Gilles Malliarakis. Il devient rapidement vice-président national du syndicat, délégué régional d’Ile-de-France et responsable de la rédaction du Légitime, le journal des adhérents de la CDCA. Chargé de restructurer le mouvement, Malliarakis peut être appréhendé comme un « baroudeur » des droites intransigeantes. Ce qui lui assure une assise idéologique incontestable. La notice biographique délivrée par Radio Courtoisie (« la radio de toutes les droites, du pays réel et de la francophonie », comme elle aime à se définir) est édifiante :

« Né en 1944, Jean-Gilles Malliarakis est éditeur, écrivain, journaliste et économiste. Il publie des chroniques régulières sur son site Europe libre, notamment la lettre de l’Insolent. Il a une activité politique publique mouvementée profondément ancrée à droite dans les années 1970. Il est, à partir de 1975, le dirigeant historique du Groupe d’action jeunesse (GAJ), puis du Mouvement nationaliste révolutionnaire et enfin du mouvement “Troisième Voie”. Il est le principal représentant français du mouvement solidariste (…). En 1991, trois ans après son arrivée au sein de la CDCA, Jean-Gilles Malliarakis se rapproche du Front national, en y adhérant officiellement. (Pour expliquer ce ralliement, on écrit que) les meilleurs cadres du groupe “Troisième Voie”, qui ne se satisfaisaient pas d’une action de témoignage et de dénonciation, étaient aspirés par le FN, alors en pleine ascension, où ils avaient l’espoir de mettre en pratique ce que “Troisième Voie” énonçait en théorie, et où ils pensaient pouvoir faire de la politique au sens plein du terme. (…) À partir de 1993, Jean-Gilles Malliarakis abandonne définitivement la politique nationale-révolutionnaire et se convertit au libéralisme économique (ultra-libéralisme diront les mauvaises langues) dont il développe longuement les thèses dans son libre-journal ».

  • 20 Jean-Yves Camus, René Monzat, Les droites nationales et radicales en France, Lyon, Presses universi (...)

20Ceux qui se sont penchés sur cet itinéraire mettent l’accent sur une autre facette de celui qui est également ancien élève de l’Institut d’Études Politiques de Paris et docteur en économie20. Jean-Gilles Malliarakis apparaît comme le fils spirituel de l’un des derniers représentants historiques des milieux maurrassiens et pétainistes : Henry Coston. Dans les années cinquante, il ouvre à Paris la Librairie française, lieu de rendez-vous privilégié des derniers nostalgiques de la France de Vichy. Jean-Gilles Malliarakis prend le relais d’Henry Coston en 1977 en achetant cet espace dédié aux figures contestataires de l’ordre démocratique. Il propose aussi bien les pamphlets d’Édouard Drumont, les « réflexions » des plus célèbres nationaux-socialistes tels Hitler ou Goebbels tout comme les thèses racistes d’un Gobineau. À ce propos, relevons que Jean-Gilles Malliarakis par ailleurs à la tête des Éditions du Trident propose un catalogue éloquent. En 1984, il réédite L’inégalité des races et l’introduit par une préface signée de sa main dont le titre se passe de commentaires : « La Révolution gobinienne ». Tous les écrits des figures tutélaires des droites radicales sont disponibles dans cet espace voué à la propagande. Jean-Gilles Malliarakis y publie également la plupart de ses réflexions personnelles : La Droite la plus suicidaire du monde, le Livre noir des retraites, La Gauche caviar patauge dans le yaourt, l’Histoire recommence toujours

21Au sein de la CDCA, Malliarakis supervise toute la propagande en lui apportant son savoir-faire d’activiste expérimenté. Pour autant, nous ignorons précisément comment les cadres locaux ont pu être formés. Leur profil social n’est guère connu également. Bien des questions restent sans réponse. Ce qui est frappant, c’est le résultat obtenu. L’alliance conclue entre l’idéologue Malliarakis et le rhéteur Poucet entraîne un accroissement considérable de l’audience du syndicat qui connaît une radicalisation générale. Dès la fin 1991, dans une conférence de presse, Poucet promet aux pouvoirs publics une « année noire » si la cause du petit commerce et de l’artisanat n’est pas mieux défendue :

  • 21 Midi Libre, 1er janvier 1992.

« Si en 1992, menace-t-il, les politiques n’y prennent garde, nous nous dirigeons vers une flambée de violence difficile à calculer... Nous allons vers l’affrontement général (...). Et si attentat il y avait, alors ce serait contre toutes les caisses de retraite... Nous en avons les moyens ! Je n’hésiterai pas à donner des instructions en ce sens si on nous pousse à cette extrémité »21.

22L’appel à l’affrontement revient comme un leitmotiv dans les éditoriaux du Légitime signés par Christian Poucet. Durant cette époque, la presse relate alors très régulièrement les expéditions conduites par le chef et ses troupes (caisses de retraites dévastées, études d’huissiers saccagées, menaces de mort envers les auxiliaires de justice et leurs familles…).

  • 22 À l’instar de Patrick Hassenteufel, « nous préférons utiliser l’expression anglaise plutôt que cell (...)
  • 23 Le Légitime, supplément au n° 30, mai 1994.
  • 24 T. Maricourt, Les nouvelles passerelles de l’extrême droite, Levallois-Perret, Manya, 1993, p. 121.

23Derrière le combat quotidien pour la mise en concurrence des systèmes d’assurance maladie et vieillesse se cache la véritable cible : le Welfare State22. La CDCA rejette la logique d’universalisation des droits sociaux qui contribue à la consolidation de l’idée nationale en permettant le processus d’identification de la population à la nation, en favorisant l’intégration par le biais des prestations sociales et en participant au processus de cohésion d’ensemble de la société. Les institutions et les acteurs chargés de mettre en œuvre, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les politiques de prise en charge solidaires des risques sociaux font l’objet d’un dénigrement incessant. Les dirigeants du syndicat s’érigent contre le « système » en stigmatisant de manière répétitive les hommes politiques, les technocrates, les médias, les « syndicats subventionnés »... La CDCA s’affiche comme le porte-parole d’un « pays réel » désireux de conquérir enfin la Liberté. Ce mot de Liberté (écrit avec un L majuscule) revient dans toutes les opérations de communication. Afin d’asseoir leur démonstration, les responsables du syndicat construisent un discours basé sur une lecture très particulière de l’histoire contemporaine. L’origine du mal remonte, affirment-tils, à la Libération. Depuis la création de la sécurité sociale par le « ministre communiste Ambroise Croizat », la Liberté est mise à mal. Seule une profonde réforme du régime permettra à « la France de sortir du communisme »23, peut-on lire dans Le Légitime. En effet, « la sécurité sociale, qui n’a jamais été belle, qui n’a jamais été l’amante du général de Gaulle (...), n’a jamais même possédé figure humaine puisqu’elle est fille de Staline, sœur d’un monstre et filleule de toutes les fées carabosse de l’Utopie ». La CDCA reprend un thème cher à Jean-Gilles Malliarakis qui milite depuis longtemps pour « la mise hors-la-loi du Parti communiste français »24. Le Mouvement solidariste français auquel il se rattache était en pointe durant la « guerre froide » dans la propagande anticommuniste. Les fabricants de ce regard sociétal s’efforcent de montrer que nous sommes un des derniers régimes régi par une vision politique néfaste à l’épanouissement de l’esprit entrepreneurial.

  • 25 Le Légitime, supplément au n° 33, février 1995.

24Les orientations idéologiques profondes de la CDCA transparaissent avec vigueur quand Christian Poucet annonce son objectif d’être candidat à la présidence de la République en 1995. Jusqu’au bout, il espére réunir les 500 signatures d’élus nécessaires pour accéder à la campagne officielle. Son échec ne l’empêche pas de construire une stratégie de campagne digne des écuries présidentielles les mieux rodées. S’adressant à ses troupes par le biais du Légitime, il se fixe une mission : « Vous représenter ainsi que tous les Français las des mensonges, de la corruption et de la trahison de nos hommes politiques, (pour) développer un programme aux fins d’une relance économique et (ainsi) donner à nos enfants un espoir, un avenir »25. Il se présente comme le fédérateur des excédés en tout genre pour passer « du ras-le-bol à la Liberté », telle est la formule centrale sur la couverture du livret « spécial élection présidentielle » dans laquelle il explique son programme. On retrouve en sus dans toute sa propagande un slogan qui reprend une antienne des ligues corporatistes de toutes les époques : « On est foutu... On paye trop » ! La marche vers « la Liberté » annoncée dans son programme consiste :

  • « à ramener, l’État dans ses fonctions essentielles : la Justice, la Sécurité des citoyens et du territoire. L’excès des interventions de l’État dans tous les domaines a considérablement nui à l’exercice de ses fonctions essentielles.

  • à opérer une stricte séparation du politique et de l’économique. L’intervention économique des pouvoirs publics est par nature arbitrairement néfaste.

  • à ramener les Institutions de la construction Européenne à leur dimension de définition et à sauvegarder des libertés communes ».

  • 26 Le Légitime, supplément au n° 33, mars 1995.

25Les mesures prioritaires du septennat se résument en « sept Libertés à arracher en sept ans »26 :

  • Première Liberté : la liberté du travail pour tous. Elle nécessite une libération de l’entreprise individuelle « dont l’initiative ne doit plus être entravée par les règlements archaïques qui polluent le Code du Travail comme le Code de la Sécurité sociale, et qui sont les principales causes du chômage ».

  • Deuxième Liberté : La liberté sociale et du salaire. Poucet propose le salaire direct intégral. « Tout salarié doit obtenir le droit d’exiger de son employeur qu’il lui reverse intégralement sa rémunération, cotisations sociales dites patronales comprises, à charge pour lui de s’assurer librement pour la maladie et la vieillesse ». La baisse considérable des charges des entreprises qui devrait en découler aura pour conséquence essentielle, clame-t-il, « la liquidation progressive du chômage ».

  • Troisième Liberté : La liberté fiscale et patrimoniale de l’épargne. Avec comme mesures phares : la « suppression de façon progressive sur cinq ans de l’impôt sur le revenu et la création d’une TVA aux taux zéro pour les produits de première nécessité tels le pain et le lait ».

  • Quatrième Liberté : Liberté de la concurrence et de la création. Outre la fin de « tout monopole contraire à l’intérêt national », elle implique le « contrôle voire la suppression de toutes espèces de subventions » destinées aux « compagnies de transport, aux entreprises de production d’énergie (...), ainsi qu’aux innombrables associations parasitaires ».

  • Cinquième Liberté : Liberté pour l’éducation et la formation.

  • Sixième Liberté : La liberté de choix économique. Proposant une profonde réforme de la fiscalité locale, il se présente « en véritable défenseur de la France rurale (...) étouffée par le dirigisme et l’assistanat ». Les « organismes corporatifs parasitaires » coupables de cette situation devront disparaître.

  • Septième Liberté : L’Europe des libertés. Il préconise « de rendre l’Europe aux individus en mettant fin à l’accaparement de la construction européenne par les technocrates de Bruxelles ».

26Le projet général du leader de la CDCA, dont nous venons de brosser les grands traits, s’inscrit dans le terreau ultra-libéral. Jean-Gilles Malliarakis a largement contribué à son écriture. La volonté de détruire le consensus social-démocrate, en faisant appel aux ressentiments populaires en particulier vis-à-vis de la bureaucratie en place dans l’Hexagone et à la tête de l’Europe, irrigue les textes adressés aux élus susceptibles de parrainer Christian Poucet. Déçu par le faible écho que lui accordent les médias, il n’arrive pas à réunir un nombre suffisant de signatures et crie au complot. Peu de temps après, la CDCA se fissure à cause de multiples dissessions internes. Accusé de malversations financières, Christian Poucet est incarcéré en novembre 1996 durant treize mois. La CDCA ne s’en remet pas. L’assassinat en janvier 2001 du leader stoppe définitivement l’activité d’un mouvement qui pouvait s’apparenter à une ligue d’extrême droite. Elle a incarné une mobilisation originale que certains partis politiques ont voulu capter.

Les vecteurs partisans : le Front national et une frange de la droite parlementaire

  • 27 Le Légitime, supplément au n° 26, juin 1993.
  • 28 Tous capitalistes, le livre du frontiste Michel de Poncins développe l’objectif à atteindre. Voir P (...)
  • 29 Le Légitime, n° 29, janvier-février-mars 1994.
  • 30 Jean-Marie Le Pen, Les Français d’abord, Paris, Carrère / Lafon, 1984. Cité par Pierre-André Taguie (...)

27De la fin des années 1980 à l’avènement du nouveau millénaire, un véritable mimétisme politique s’instaure entre les discours de Le Pen et de Poucet. La CDCA milite pour « balayer le socialisme surtout dans sa dimension dite “sociale” »27. Quant au Front national, il entend libérer l’initiative et éliminer les obstacles accumulés par « l’État socialiste » pour instaurer un « capitalisme populaire »28. L’analogie la plus frappante constitue le rejet en bloc de l’État-providence. Christian Poucet ne reconnaît pas à l’État le droit de lui dicter la marche à suivre. « Quand “l’État” assurera, dit-il, la sécurité dans le métro de la capitale, nous croirons à sa “fermeté” »29. Il souscrit à la conception ultra-libérale développée alors par le chef du FN pour qui les seules missions de la puissance étatique doivent être « la défense de la Nation et de son peuple, le maintien de l’ordre, et rendre la justice »30.

  • 31 Midi Libre, 1er janvier 1992.
  • 32 Il s’agit de la fille d’Alain Jamet. Responsable du FN en Languedoc-Roussillon depuis les années 19 (...)
  • 33 Lors du scrutin régional, Alain Jamet habituellement co-dirigeant de la liste dans l’Hérault a été (...)
  • 34 Voir Philippe Secondy, « Strategies of a Faction of the Extreme Right… », art. cité.

28Dans la région Languedoc-Roussillon, les liens entre le FN et la CDCA sont visibles. Dès 1991, Christian Poucet estime que « 50 % des adhérents CDCA de l’Hérault sont au FN »31. En 1997, à l’occasion du congrès du Front à Strasbourg, une délégation officielle composée du biterrois Alain Costes et de Jean-Gilles Malliarakis représente la CDCA. Autre indice révélateur, un certain Alain Balboa, candidat soutenu par le mouvement frontiste aux dernières élections à la Chambre de commerce de Montpellier, s’active au sein de l’appareil dirigeant du mouvement dynamisé par Poucet. Enfin, France Jamet, la fille du leader historique du FN dans la région Languedoc-Roussillon32, participe au comité de rédaction du Légitime depuis le milieu des années 1990 et gère la communication du syndicat des commerçants contestataires. Son militantisme au sein du parti présidé par Le Pen a été récompensé en 1998. Seconde sur la liste héraultaise conduite par Jean-Claude Martinez, elle fut élue au conseil régional du Languedoc-Roussillon33. Ces exemples demeurent localisés. Une étude plus globale s’imposerait pour montrer les connexions entre les deux structures. Bien des indices concordent pour avancer une telle hypothèse34.

  • 35 Bruno Jobert, dir., Le tournant néo-libéral en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994.
  • 36 Lors de la convention nationale inaugurale, le 12 octobre 1994, une large palette des nuances de la (...)

29Une autre passerelle, assez peu éloignée sur bien des aspects de l’axe FN/CDCA, s’établit à partir de la fin des années 1980. La CDCA, très critique à l’égard de la « classe politique » dans son ensemble, épargne un notable important maintes fois ministres : Alain Madelin. Ancien fantassin de l’extrême droite, il devient le chantre du libéralisme au sein du Parti républicain puis dans le parti qu’il fonde : Démocratie libérale. Le lien aurait été là encore Jean-Gilles Malliarakis. Il a côtoyé Alain Madelin dans sa jeunesse, quand celui-ci militait au sein d’Occident, et a renoué des contacts au moment du lancement du mouvement « Idées-Action » qui veut incarner le tournant néo-libéral en France35. Il regroupe des élus, des chefs d’entreprise, des économistes persuadés de la nécessité de « libérer la France qui travaille », celle des entrepreneurs du carcan de l’État36. À l’instar du FN et de la CDCA, un projet est présenté pour balayer « l’ordre ancien » :

« Il y a bien des ressemblances entre nos blocages et ceux de la société française à la veille de la Révolution. La France de 1994 continue de crouler sous les lois, les règlements et les codes, sous les arrêtés, les alinéas, les exceptions. Rien n’échappe à l’administration, rien n’échappe à la réglementation ».

  • 37 Alain Madelin et les cercles Idées-Action, Chers compatriotes..., Paris, J.-C. Lattès, 1994.
  • 38 Le Monde, 30 avril 1997.
  • 39 Le Monde, 4 octobre 1997.

30Après un parallèle entre l’aristocratie de l’Ancien Régime et la « nouvelle aristocratie de l’État », Alain Madelin, que nous venons de citer, égrène une série « d’idées simples ». « Si l’on veut multiplier les emplois, il faut multiplier les entrepreneurs, dégager leur route des obstacles inutiles (...). Chaque fois qu’on le peut, faisons confiance à l’initiative privée ! (...) Compliquons la vie de l’administration jusqu’à ce qu’elle simplifie la vie des citoyens ». Appelant à lancer un vaste front libéral, le manifeste se clôt par cet engagement pris quelques mois après la victoire des droites aux élections législatives de 1993 et à la veille de l’élection présidentielle : « Qu’on ne compte pas sur nous pour diviser. Jamais, jamais, nous ne prendrons le risque d’une rechute dans le socialisme »37. Cette stratégie ressemble à s’y méprendre au canevas programmatique brossé par Christian Poucet lors de sa candidature à la présidentielle. Il faut un « élan de la liberté » qui permette à la société française de passer du « siècle des États et des bureaucraties » à un siècle « d’un genre entreprenant ». Bref, une « remise en cause des structures de l’État-providence s’impose ». Cela passe par le remplacement des contrats de travail à durée indéterminée, « avec des conventions collectives, modèles années 50 », par un système plus souple où le contrat de travail serait « librement négocié à l’intérieur de l’entreprise ». Cela suppose également une refonte de la sécurité sociale38. Dans le remodelage de l’UDF, voulu par François Léotard, Alain Madelin a hérité de Démocratie libérale. Il dispose de ce fait d’une certaine autonomie pour insuffler sa conception à tout un pan de la droite pour « sortir le discours entrepreneurial du ghetto ». L’ex-membre d’Occident compte pour atteindre cet objectif sur le cercle « Idées Action » appelé dans cette nouvelle perspective à devenir un laboratoire capable de sécréter, clame-til, un « puissant courant libéral avec une assise populaire », base d’une « majorité libérale avec un centre de gravité libéral »39.

  • 40 Voir « Rassembler les droites » (entretien avec Michel Poniatowski), Valeurs Actuelles, 21 octobre (...)
  • 41 Voir Philippe Secondy, « Vers l’émergence d’une “nouvelle droite” en France ? Le Front national et (...)
  • 42 La Croix, 10 avril 1996.
  • 43 Le Monde, 6 décembre 1997.
  • 44 Le Légitime, n° 30, avril-mai-juin 1994.
  • 45 La photographie le représente en discussion avec des « militants de base » sous le regard attentif (...)

31Au fil des mois, le club de réflexion présidé par l’ancien ministre des entreprises peaufine non pas un « programme » mais une « vision » générale soutenue par de nombreuses personnalités proche du journal Le Figaro, gravitant dans les milieux du Club de l’Horloge. Michel Poniatowski et Alain Griotteray mettent tout leurs poids politiques au service d’une telle cause. Ces personnalités, issues du Parti républicain, ne cachent pas leur volonté d’une union très large des droites qui inclut le FN40. Tout un courant allait alors dans ce sens. Les « accords de gestion » conclus entre les responsables des partis de la droite parlementaire et les cadres du FN (à partir de 1986 et surtout en 1998) pour gouverner les régions constituent une étape déterminante41. Alain Madelin était souvent cité pour bâtir cet assemblage original à l’échelon national. Le délégué général du Front, Bruno Mégret, dans un entretien accordé au quotidien La Croix en 1996, tend la main aux conservateurs tentés par ce virage historique : « Il y a au sein du RPR et de l’UDF une droite conservatrice et antiétatique, que peut incarner Alain Madelin, et qui a naturellement vocation à s’entendre avec la droite nationale »42. Ce dernier, quelques mois plus tard, admet pendant une réunion publique à Strasbourg qu’il est impératif de « cesser à la fois d’avoir peur du FN et d’essayer de faire peur avec le FN » tout en déplorant l’attitude de la « majorité d’hier » qui a « trop souvent esquivé un certain nombre de problèmes réels qui préoccupent les Français comme l’immigration et la sécurité ». Quant aux « électeurs du FN, poursuit-il, ils ne comprennent pas la stratégie de l’esquive ou de l’anathème »43. Au milieu des tumultes de la vie politique, la CDCA revendique sa place. Dès 1994, Christian Poucet annonçait que son organisation serait « demain le fer de lance de la contestation sociale et du rassemblement de tous ceux qui aspirent en France à la Liberté »44. Le secrétaire national du syndicat des commerçants et artisans estime qu’enfin un ministre de la République écoute les revendications des entrepreneurs. La brèche ouverte par Madelin représente un encouragement certain et dès lors les liens deviennent publics. Le président de Démocratie libérale se rend au congrès du mouvement, il fait la couverture du Légitime45

32Ce front commun n’a pas pu prendre corps. Dans un premier temps, les divisions internes à la CDCA et les ennuis judiciaires de son leader charismatique portent atteinte à la dynamique du mouvement. Le meutre de Christian Poucet, toujours non élucidé aujourd’hui, représente un autre paramètre majeur. Sur le plan partisan, les conflits entre Bruno Mégret et Jean-Marie Le Pen à la fin de l’année 1998 doivent être pris en considération. De même, la naissance de l’UMP marginalise Alain Madelin et ses prétentions présidentielles. Une nouvelle ère va s’annoncer pour la droite avec la réélection de Jacques Chirac à la charge suprême en 2002 qui se positionne clairement contre le FN, l’invité surprise du deuxième tour de scrutin. Ces quelques facteurs freinent le changement de cap espéré par les ultra-libéraux.

33Certes les réseaux prônant le vent de libéralisation de la France ont eu et ont toujours une influence certaine au niveau gouvernemental. L’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy en 2007 a conforté les tenants de cette ligne idéologique. La crise mondiale qui a éclaté lors du second semestre de 2008 donne l’occasion aux décideurs publics de remettre en question dans un premier temps des dogmes jusqu’à présent largement partagés et loués par les partis de gouvernement et les décideurs politiques. Le culte du laisser-faire, de la libéralisation à outrance des flux financiers dans le contexte d’une accélération de la globalisation, déjà prôné par le tandem Thatcher/Reagan, érigé en valeur suprême a fait l’objet de bien des critiques. La tourmente économique et sociale qui s’est installée depuis lors, avec son cortège de délocalisations, d’explosion du chômage se traduit aussi par une crise du surendettement frappant de plein fouet les pays européens. Parmi toutes les potions envisagées pour retrouver une forme de stabilité, bien des gouvernements ont décidé de s’attaquer à l’État-providence jugé trop dispendieux. Les systèmes de retraite et de santé, considérés comme très coûteux, sont particulièrement visés. En France, le modèle social construit à la Libération semble désormais menacé. D’une manière paradoxale, les solutions préconisées par les ultralibéraux dans les années 1990 reviennent sur le devant de la scène alors que les pistes alternatives peinent à trouver leur légitimité au sein d’un espace public en proie au doute.

Bibliographie

BADIE, Bertrand, BIRNBAUM, Pierre, Sociologie de l’État, Paris, Hachette, 1994.

BECKER, Jean-Jacques, BERSTEIN, Serge, dirs., Histoire de l’anticommunisme. Tome 1 : 1917-1940, Paris, Olivier Orban, 1987.

BIRNBAUM, Pierre, Le peuple contre les « gros ». Histoire d’un mythe, Paris, Grasset, 1979.

BIRNBAUM, Pierre, dir., Sociologie du nationalisme, Paris, PUF, 1997.

CAMUS, Jean-Yves, MONZAT, René, Les droites nationales et radicales en France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992.

DELWIT, Pascal, POIRIER, Philippe, Extrême droite et pouvoir en Europe, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007.

DURANTON-CRABOL, Anne-Marie, Visages de la Nouvelle droite : le GRECE et son histoire, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1988.

HEIMONET, Jean-Michel, Jules Monnerot ou la démission critique (1932-1990). Trajet d’un intellectuel vers le fascisme, Paris, Kimé, 1993.

JOBERT, Bruno, dir., Le tournant néo-libéral en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994.

LECŒUR, Erwan, dir., Dictionnaire de l’extrême droite, Paris, Larousse, 2007.

LERUEZ, Jacques, dir., Le thatcherisme : doctrine et action, Paris, La Documentation française, 1984.

MARICOURT, Thierry, Les nouvelles passerelles de l’extrême droite, Levallois-Perret, Manya, 1993.

MAYER, Nonna, La boutique contre la gauche, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

MAYER, Nonna, PERRINEAU, Pascal, dir., Le Front national à découvert, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989.

MILZA, Pierre, L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites européennes de 1945 à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002.

SECONDY, Philippe, « Strategies of a Faction of the Extreme Right: The Confederation for the Defence of Shopkeepers and Craftsmen (1987-2001) », French Politics, vol. 5, n° 1, London, Palgrave Macmillan, April 2007.

SERGEANT, Jean-Claude, La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher (1979-1990), Paris, PUF, 1994.

TAGUIEFF, Pierre-André, Sur la Nouvelle droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, Descartes et Cie, 1994.

Notes

1 Les Échos, 5 septembre 2005.

2 Voir Jean-Claude Sergeant, La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher (1979-1990), Paris, PUF, 1994 ; Jacques Leruez, dir., Le thatcherisme : doctrine et action, Paris, La Documentation française, 1984.

3 Bertrand Badie, Pierre Birnbaum, Sociologie de l’État, Paris, Hachette, 1994, p. 173-174 et 183.

4 Ibidem.

5 Il s’agit « d’un establishment auquel sont liées les classes moyennes et la gentry locale et qui rassemble tant l’aristocratie, qui n’a jamais disposé d’aucun des privilèges fiscaux ou autres dont bénéficie la noblesse française, que la bourgeoisie ». Voir Bertrand, Pierre Birnbaum, op. cit. p. 199.

6 Son itinéraire original est bien présenté par Jean-Michel Heimonet : Jules Monnerot ou la démission critique (1932-1990). Trajet d’un intellectuel vers le fascisme, Paris, Kimé, 1993.

7 Jean-Jacques Becker, Serge Berstein, dir., Histoire de l’anticommunisme. Tome 1 : 1917-1940, Paris, Olivier Orban, 1987.

8 Anne-Marie Duranton-Crabol, Visages de la Nouvelle droite : le GRECE et son histoire, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1988

9 Pierre-André Taguieff, Sur la Nouvelle droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, Descartes et Cie, 1994, p. 150.

10 Ibidem.

11 Pierre-André Taguieff intitule une section de son livre : « Après l’été, l’automne de la “Nouvelle droite” ». Ibidem, p. 277.

12 En parallèle, le GRECE s’insurge devant ce virage des forces conservatrices en dénonçant le pouvoir de l’argent, le système bourgeois et en faisant une ode à la tradition révolutionnaire. Ibidem, p. 280.

13 Voir l’annexe 2 du livre collectif : Le péril bureaucratique, Paris, Club de l’Horloge, 1980, p. 227.

14 Le Monde, 9 décembre 2008.

15 Nous reprenons ici quelques pistes développées dans une étude plus fouillée. Voir Philippe Secondy, « Strategies of a Faction of the Extreme Right: The Confederation for the Defence of Shopkeepers and Craftsmen (1987-2001) », French Politics, vol. 5, n° 1, London, Palgrave Macmillan, April 2007, p. 66-93.

16 Un seul article nous donne quelques indications sur cette période. Voir C. Combeau, A. Faujas, « Christian Poucet, la fronde boutiquière », Le Monde, 7 juin 1996.

17 Pierre Birnbaum, Le peuple contre les « gros ». Histoire d’un mythe, Paris, Grasset, 1979.

18 Le Légitime, 29, janvier-février-mars 1994.

19 Ibidem.

20 Jean-Yves Camus, René Monzat, Les droites nationales et radicales en France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992, p. 34-37.

21 Midi Libre, 1er janvier 1992.

22 À l’instar de Patrick Hassenteufel, « nous préférons utiliser l’expression anglaise plutôt que celle d’État-providence, forgée dans le cadre d’un débat politique polémique en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, pour dénoncer l’intervention croissante de l’État dans le domaine économique et social. Surtout la préoccupation du bien-être (welfare) nous paraît plus fondamentale que celle de la substitution à la providence divine dans la mise en place de la protection sociale ». Voir Patrick Hassenteufel, « Le Welfare State entre construction nationale et crispations nationalistes », dans Pierre Birnbaum, dir., Sociologie du nationalisme, Paris, PUF, 1997, p. 325-339.

23 Le Légitime, supplément au n° 30, mai 1994.

24 T. Maricourt, Les nouvelles passerelles de l’extrême droite, Levallois-Perret, Manya, 1993, p. 121.

25 Le Légitime, supplément au n° 33, février 1995.

26 Le Légitime, supplément au n° 33, mars 1995.

27 Le Légitime, supplément au n° 26, juin 1993.

28 Tous capitalistes, le livre du frontiste Michel de Poncins développe l’objectif à atteindre. Voir Pierre-André Taguieff, ibidem.

29 Le Légitime, n° 29, janvier-février-mars 1994.

30 Jean-Marie Le Pen, Les Français d’abord, Paris, Carrère / Lafon, 1984. Cité par Pierre-André Taguieff, ibidem.

31 Midi Libre, 1er janvier 1992.

32 Il s’agit de la fille d’Alain Jamet. Responsable du FN en Languedoc-Roussillon depuis les années 1970, il a toujours été fidèle à la ligne défendue par le fondateur du mouvement.

33 Lors du scrutin régional, Alain Jamet habituellement co-dirigeant de la liste dans l’Hérault a été envoyé en mission par Jean-Marie Le Pen dans les Pyrénées-Orientales pour remettre de l’ordre dans un département confronté à une certaine dissidence. S’agissant de sa fille, elle rejette toutes accusations de népotisme : « Je ne suis pas arrivée là par népotisme mais par atavisme (...). J’ai à mon actif une quinzaine de candidatures et on n’a rien trouvé à redire tant que je n’étais pas éligible. Cette deuxième place accordée par une commission nationale sanctionne un long engagement ». Voir Midi Libre, 12 mars 1998.

34 Voir Philippe Secondy, « Strategies of a Faction of the Extreme Right… », art. cité.

35 Bruno Jobert, dir., Le tournant néo-libéral en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994.

36 Lors de la convention nationale inaugurale, le 12 octobre 1994, une large palette des nuances de la droite est venue assiter aux premiers pas de ce mouvement en gestation. Les chiraquiens (Alain Juppé, François Baroin...) ou des cadres de l’UDF (Jean Arthuis, Claude Malhuret...) siègent ce jour-là aux côtés de Jean-Gilles Malliarakis... Voir Le Monde, 15 octobre 1994.

37 Alain Madelin et les cercles Idées-Action, Chers compatriotes..., Paris, J.-C. Lattès, 1994.

38 Le Monde, 30 avril 1997.

39 Le Monde, 4 octobre 1997.

40 Voir « Rassembler les droites » (entretien avec Michel Poniatowski), Valeurs Actuelles, 21 octobre 1991.

41 Voir Philippe Secondy, « Vers l’émergence d’une “nouvelle droite” en France ? Le Front national et le pouvoir régional (1986-2004) », dans Pascal Delwit, Philippe Poirier, dir., Extrême droite et pouvoir en Europe, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007, p. 187-201.

42 La Croix, 10 avril 1996.

43 Le Monde, 6 décembre 1997.

44 Le Légitime, n° 30, avril-mai-juin 1994.

45 La photographie le représente en discussion avec des « militants de base » sous le regard attentif de l’attachée de presse du CDCA. Voir Le Légitime, ibid.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540