Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie IV. Emprunts et transferts : la circulation des idées à droite de la droite

Les Héritiers de Marcel Déat et d’Henri de Man : le fascisme international, le Parti travailliste britannique et la Communauté Européenne

Richard Griffiths

Texte intégral

  • 1 Francis Biesmans, ‘La voie au socialisme’, Toudi 4 (1990), p. 8.

1Quand j’ai proposé ce sujet, je ne savais pas jusqu’à quel point il serait d’actualité à partir de 2008. Car bien que le ‘planisme’ ait été dans ses origines un produit des années vingt, le grand essor de cette théorie qui s’affirma dans les années trente, et dont de Man et Déat furent parmi les théoriciens les plus célèbres fut lié en grande partie à une crise économique dont on croyait qu’elle fût capable d’ébranler les fondations de la société capitaliste. Cette crise était caractérisée, comme celle qui est intervenue à partir de 2008, par la « sous-consommation », par « l’insuffisance de la demande globale » ;1 et la rhétorique de l’époque se retrouve dans de nombreux commentaires sur la crise financière de 2008. Le discours d’inauguration du président Roosevelt en 1933 permet d’entrevoir les similitudes entre les deux contextes, surtout en ce qui concerne la réaction du public contre les banques et contre les spéculateurs, perçus comme les grands coupables :

  • 2 Franklin D. Roosevelt, First Inaugural Address, 4 March 1933. ‘There must be an end to a conduct in (...)

Il faut mettre fin à une manière de se conduire dans les opérations bancaires et dans les grandes entreprises, qui a trop souvent transformé une charge sacrée en des méfaits égoïstes et sans c œur. Il faut mettre en place une surveillance stricte de toutes les opérations bancaires, de tout crédit, de tous les investissements. Il faut mettre fin à toute spéculation sur l’argent des autres2.

  • 3 G.D.H. Cole, The Intelligent Man’s Guide through World Chaos, Londres, Gollancz, 1932, p. 18.

2Pour comprendre l’attrait et l’influence du planisme à cette époque, il faut se rendre compte de l’atmosphère d’apocalypse qui régnait alors. Il ne s’agissait pas, comme en 2008, d’estimer la durée de la récession (sera-ce un an ? deux ans ? trois ans ?). Les experts eux-mêmes se disaient que la conviction qu’on avait eue jusqu’alors, que la récession « générerait en temps utile, de sa propre dynamique, un boom tout aussi considérable », avait « complètement disparu », et qu’on devait réviser fondamentalement « toutes les doctrines économiques qui jusqu’ici avaient été regardées comme axiomatiques et incontestables »3.

3Pour de nombreux observateurs d’alors, cette situation économique menait à la conviction que la politique, elle aussi, devait changer, et que le vieil ordre démocratique ne servirait plus à résoudre les problèmes de la société. D’où l’importance, dans les années trente, des mouvements fasciste et communiste. Mais il faut souligner que le planisme n’avait initialement rien à voir avec de tels mouvements. Ses racines résidaient dans les milieux de la gauche démocratique. Ce n’est que beaucoup plus tard que, avec du recul, les commentateurs ont relevé les dangers antidémocratiques que pouvait induire de manière sous-jacente cette approche.

4C’est surtout à cause des activités, pendant la Deuxième guerre mondiale, des deux grands partisans du planisme, le belge Henri de Man et le français Marcel Déat, et de quelques-uns de leurs disciples, que le spectre du fascisme a plané sur ce mouvement des années trente. Pendant la guerre, Déat devint un des collaborateurs parisiens les plus acharnés. En Belgique en 1940, de Man adopta une attitude fortement pro-Nazie, en acclamant l’avènement d’un nouveau ‘socialisme autoritaire’.

  • 4 Philip Williams, Crisis and Compromise: Politics in the Fourth Republic, Londres, Longmans, 1964, p (...)
  • 5 Robert Soucy, French Fascism: the Second Wave, 1933-39, New Haven/Londres, Yale University Press, 1 (...)
  • 6 Roger Eatwell, Fascism: A History, Londres, Chatto & Windus, 1995, p. 170.
  • 7 Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche : l’idéologie fasciste en France, Paris, Seuil, 1983, passim.

5C’est pour cette raison que plusieurs commentateurs ont voulu voir dans le planisme des années trente, dès son commencement, une forme de ‘fascisme’. Philip Williams, par exemple, affirme qu’à partir de 1933, les ‘néo-socialistes’ de Déat subissaient de plus en plus l’influence des Nazis.4 Parmi les historiens du fascisme une majorité ont jugé de cette manière les partis politiques de Déat des années trente. Robert Soucy, par exemple, dans son étude sur le fascisme français des années trente, décrit l’Union Socialiste Républicaine catégoriquement comme un « mouvement fasciste », et Déat lui-même comme un « gauchiste fasciste »5. Et d’autres, parmi lesquels Roger Eatwell, ont répéré une forte tendance au fascisme chez Déat, et ce bien avant 19396. Du côté des théories politiques il faut, aussi, tenir compte des vues de Zeev Sternhell, qui dans son livre Ni droite ni gauche situe Déat et de Man dans une situation éminente parmi ceux dont la philosophie politique était fatalement contaminée par des tendances fascistes7.

  • 8 Philippe Burrin, La Dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery 1933-1945, Paris, Seuil, 1986.
  • 9 Je considère cette question dans mon article ‘Fascism and the Planned Economy : “Neo-Socialism” and (...)

6Mais ces idées ont été contestées, surtout par Philippe Burrin dans son livre La Dérive fasciste (1986),8 où il démontre le manque de preuves d’une influence fasciste sur ces deux hommes avant la guerre, et leur situation assez respectable au sein de la gauche réformiste9.

7Ce qui reste néanmoins incontestable, c’est que ces hommes, et quelques-uns de leurs compagnons, furent attirés dès la défaite par l’Ordre Nouveau du fascisme international. Est-ce qu’il y avait, dans le planisme, comme Sternhell le soutient, des caractéristiques qui pouvaient mener dans cette direction ? Et est-ce que ceux qui ne suivirent pas Déat et de Man vers le fascisme partageaient quand même certaines de ces caractéristiques ? Examinons de près le planisme des années trente, et suivons la trace, à partir de cette époque, de quelques autres enthousiastes du planisme tel que le concevait de Man, parmi lesquels on compte des militants importants du Parti travailliste britannique, et des membres fondateurs de la Communauté Européenne.

  • 10 Raymond Debord, ‘Le “Planisme” des années trente : une tentative de socialisme sans le prolétariat’ (...)

8Il faut souligner que de Man et Déat furent essentiellement des hommes de gauche – bien qu’ils se situassent un peu à part dans les milieux socialistes. Bien avant la crise économique, ils avaient tous les deux réagi contre la tendance marxiste dans le socialisme contemporain. Pour de Man, comme le dit Raymond Debord, « l’enjeu politique essentiel [était] la conquête des classes moyennes » par « le passage graduel au socialisme ».10 Pour Déat, aussi, il était important, puisque la classe ouvrière serait toujours en minorité, de se tourner vers les classes moyennes, de jouer le jeu démocratique, et de forger des alliances de ce côté-là pour bloquer la droite. Tous deux avaient des difficultés avec leurs collègues socialistes à cause de ces idées ; mais il faut souligner qu’en ce qui concerne leur adoption du planisme, leurs thèses ont été beaucoup plus généralement acceptées, et que la plupart de leurs contemporains les considéraient comme des membres respectables de la gauche. De Man fut un des membres les plus influents du Parti Ouvrier Belge (POB), dont il devint vice-président en 1933. Son Plan du Travail fut adopté avec enthousiasme au Congrès du Parti en décembre 1933, et devait rester la base de la politique du parti jusqu’en 1940. À partir de 1935, dans le contexte de gouvernements de coalition, de Man occupa plusieurs postes ministériels : Travaux Publics et Chômage, 1935-6 ; Ministre des Finances 1936-7, et finalement Vice-Président du Conseil, 1939-40.

  • 11 Kevin Passmore, ‘Doriot’, in Bell, Morrison and Johnson (eds), A Biographical Dictionary of French (...)
  • 12 Marcel Déat, ‘Mourir pour Danzig ?’, L’Œuvre, 4 mai 1939.

9Dans les années 1930, De Man était donc au centre des cercles gouvernementaux en Belgique, et était une figure éminemment respectable. Et même si, en France, Déat se trouva exclu de la SFIO, cela ne voulait pas du tout dire qu’on ne le voyait pas comme un homme de gauche. Les comparaisons qui ont été faites entre lui et Jacques Doriot, comme hommes de gauche qui s’étaient tournés vers le fascisme, ne tiennent pas debout. Doriot, ayant rejeté son passé communiste, fonda le Parti Populaire Français, un mouvement extra-parlementaire qui a été décrit comme « le seul parti vraiment fasciste de l’époque »11. Mais tandis que Doriot passait son temps à haranguer les masses, Déat restait un intellectuel socialiste typique, et son parti demeurait parlementaire. Son expulsion de la SFIO en 1933 avait été surtout occasionnée par une divergence au sujet de la tactique parlementaire, car il prônait des alliances avec d’autres partis non-socialistes, et il avait été accompagné dans son exil, et dans son nouveau parti, ‘Le Parti Socialiste de France – Union Jean Jaurès’, par 34 députés et 7 sénateurs. C’est vers cette époque qu’il avait commencé, avec plusieurs de ses compagnons, à subir fortement l’influence des idées planistes de de Man. Déat ne fut pas réélu à la Chambre des Députés en 1936, il est vrai ; mais pendant les trois années avant son retour à la Chambre à la faveur d’une élection partielle en 1939, il revint à sa première profession en devenant enseignant de philosophie au Lycée Louis-le-Grand, passant le reste de son temps dans des activités journalistiques et comme Secrétaire de son nouveau mouvement, fondé en 1935, l’Union Socialiste Républicaine (USR). Ce qu’on a appelé « sa tendance pro-allemande » de l’avant-guerre est à rapprocher, quand on lit des articles comme « Mourir pour Danzig »,12 du désir commun à beaucoup de Français et d’Anglais à la même époque d’éviter la guerre à tout prix. En effet, pendant les premiers mois de la guerre, le journal de Déat, L’œuvre adopta une position foncièrement anti-allemande.

10Le mouvement de Déat, l’USR, il ne faut pas l’oublier, comptait toujours 29 députés à la Chambre à partir de 1936. Si nous voulons évaluer combien ce mouvement était parlementaire et socialiste, nous n’avons qu’à tenir compte du fait que Léon Blum l’avait accepté comme une partie constituante de l’alliance Front Populaire lors des élections de 1936, et qu’après les élections il avait offert des ministères à Paul Ramadier, Pierre Viénot et Maurice Viollette, tous trois députés de l’USR. En outre, trois membres du parti (Ramadier, Pâtenôtre et Frossard) devinrent ministres dans le gouvernement Daladier en 1938. Quant à Paul Ramadier, il allait devenir, après la guerre, le premier président du conseil de la Quatrième République.

  • 13 ‘Henri de Man, 1885-1953’, in Biographie nationale publiée par l’Académie royale des sciences, des (...)

11Pendant les années 1930, De Man fut adulé par un grand nombre d’hommes de gauche partout en Europe. Dans cette période, quand tout le monde cherchait désespérément une solution à une situation économique sans précédent, le ‘Plan’ formulé par de Man semblait satisfaire aux exigences socialistes. Selon de Man, « la crise du capitalisme et l’aggravation des antagonismes sociaux rendaient impuissant le réformisme sans pour autant renforcer le communisme, de sorte que le courant anticapitaliste ne bénéficiait en dernier ressort qu’à des mouvements fascistes. […] il fallait donc regrouper la classe ouvrière divisée et en faire le noyau d’une alliance avec d’autres classes pour constituer une majorité anticapitaliste »13. Le Plan qu’il élabora à la demande du Parti Ouvrier Belge à partir de 1930 semblait satisfaire aux exigences socialistes sans tomber dans les excès des plans de cinq ans soviétiques. On voit combien l’enthousiasme pour les idées de Man était répandu dans les milieux de gauche européens quand on se rend compte, par exemple, de la gamme de positions politiques chez ceux qui assistaient aux Décades de Pontigny consacrées à son Plan.

12Ceux qui ont participé, de nos jours, aux Décades de Cerisy, auront quelque idée de l’atmosphère des colloques de Pontigny entre les deux guerres. Fondés par le penseur libéral Paul Desjardins, ces colloques réunissaient pour des séminaires de dix jours quelques-uns des personnages les plus remarquables dans les domaines de la littérature, des sciences, et des sciences sociales. Parmi ceux qui fréquentaient ces Décades de Pontigny on pouvait compter André Gide, Roger Martin du Gard, Ernst Robert Curtius, Thomas Mann ou Jacques Rivière. En 1934, Henri de Man reçut la grande accolade d’être invité à une Décade consacrée entièrement à son Plan. À partir de cette date, chaque année vit des décades consacrées au ‘planisme’. L’enthousiasme de Paul Desjardins pour les idées de Man nous montre à quel point le planisme était vu comme compatible avec le libéralisme démocratique. À la fin de la décade de 1934, Desjardins, dans son discours final, déclara son allégeance au projet de de Man dans les termes solennels qui suivent :

  • 14 Compte rendu de la discussion à la fin de la décade de 1934, cité dans Rolph Nordling et Georges Le (...)

Considérant les mobiles qui l’ont dicté, qui sont d’une qualité socialiste tout à fait pure, considérant la clairvoyance politique avec laquelle il lance l’avant-garde ouvrière d’emblée dans les luttes communes contre le chômage et en même temps pour la défense des libertés du citoyen, considérant enfin que ce plan semble posséder la qualité essentielle d’un plan, à savoir d’être réalisable pas à pas, en marchant toujours et en enrôlant quiconque veut s’y dévouer, à quelque classe qu’il appartienne… En conséquence, la coopération d’un bourgeois septuagénaire, converti par de Man au socialisme, ne sera peut-être pas repoussé..14

13La liste de ceux qui participaient à ces décades révèle tout l’éventail politique de la gauche non-communiste. Du côté français, il y avait des représentants de la Confédération Générale du Travail, comme René Belin, Robert Bothereau, Georges Lefranc et Robert Lacoste. Il y avait aussi Georges Gurvitch, le théoricien proudhonien ; et, plus à droite, Bertrand de Jouvenel, membre du parti néo-socialiste de Déat, l’USR. (Plus tard, de Jouvenel allait adhérer au PPF de Doriot). Venant d’Italie, on trouvait l’exilé antifasciste Carlo Rosselli ; d’Angleterre, le jeune Hugh Gaitskell, futur chef du parti travailliste ; et de Belgique, une forte délégation gouvernementale comptant dans ses rangs Max Buset, futur président du Parti Ouvrier Belge ; Jef Rens, et Paul-Henri Spaak, le puissant ministre des Affaires étrangères. Cette forte délégation belge était complétée par Paul Finet, secrétaire général de la Confédération des Syndicats Belges. Les débats au cours des décades planistes révélaient une gamme très large de philosophies de gauche. Au cours de ces débats, il est intéressant de voir jusqu’à quel point des figures ‘entre droite et gauche’ étaient évoquées : par exemple, Sorel, Proudhon, Péguy.

14Car, bien qu’il fût surtout un mouvement de gauche, le planisme belge et français puisait fortement dans la tradition antiparlementaire du socialisme international. Et si l’on regarde de près les écrits de De Man, on peut très bien voir pourquoi cela fut le cas. Une des expressions les plus claires des buts du Plan de de Man est le document de 1934 intitulé Les Thèses de Pontigny. Dans ces quatorze ‘thèses’ de Man prônait « un régime d’économie mixte (secteur nationalisé et secteur privé) pouvant être considéré comme intermédiaire entre l’économie capitaliste et l’économie socialiste ». Mais dans ces thèses l’on commence à voir, aussi, une tendance autoritaire. La nouvelle économie serait une « économie dirigée », qui utiliserait le pouvoir politique en vue de créer « les conditions économiques d’une adaptation de la capacité de consommation à la capacité de production ». La forme sous laquelle ce pouvoir politique serait créé serait complètement différente de l’état politique actuelle :

Il faut que l’État économique nouveau se constitue sous des formes différentes de celles de l’État politique ancien : organisation corporative autonome, des entreprises nationalisées ou contrôlées par l’État, déparlementarisation des procédés de contrôle, révision de la doctrine des pouvoirs, etc…. À la doctrine classique de la démocratie bourgeoise, qui ne correspond plus aux réalités actuelles, il faut substituer une doctrine nouvelle basée sur une conception différente de la séparation des pouvoirs : l’exécutif gouverne, les institutions représentatives contrôlent.

  • 15 Le texte des ‘Thèses de Pontigny’ est cité en entier dans Marie-Laetitia Roux, Le Socialisme de M. (...)

15Bien sûr, pour y arriver il fallait se servir des institutions démocratiques existantes et user de persuasion pour être soutenu par une majorité, car « le fonctionnement d’un régime d’économie mixte présuppose en tout état de cause un minimum de consentement »15.

16C’est cette nécessité de forger une majorité avant d’instaurer le nouveau régime qui allait causer la plus grande difficulté pour de Man et pour Déat. Leurs efforts pour former de nouvelles coalitions qui, en plus du prolétariat, engloberaient « une fraction aussi large que possible des classes dites moyennes, […] en acceptant leur volonté de résister à la prolétarisation », étaient voués à l’échec. Le parti de Déat était resté une petite fraction de la coalition du ‘Front Populaire’ entre 1936 et 1938, et le Front Populaire lui-même fut remplacé, par la suite, par des gouvernements centristes. De Man, bien qu’il tînt des portefeuilles assez importants en Belgique pendant toute cette période, et bien que son Plan eût été adopté par son parti, le Parti Ouvrier Belge, restait paralysé par la construction perpétuelle, dans la situation politique de la Belgique, de nouveaux gouvernements de coalition, ce qui voulait dire que la réalisation de son Plan restait impossible.

  • 16 Marcel Déat, ‘Évidences économiques’, L’Œuvre, 22 janvier 1941.

17Il est probable que ce fut cette déception, de la part de ces deux hommes politiques, qui mena à l’accueil chaleureux qu’ils firent à l’Ordre Nouveau hitlérien dès la défaite en 1940. L’un et l’autre pouvaient le percevoir comme un mouvement européen qui serait capable de fournir une force politique, certes sans légitimité démocratique, mais nécessaire pour mettre en œuvre leurs idées. En outre, cet Ordre Nouveau constituait un mouvement qui paraissait être, comme eux, socialiste. En juin 1940, dans un ‘Manifeste aux Membres du Parti Ouvrier Belge’, de Man accueillait favorablement cet ordre socialiste qui serait la force appelée à former une solidarité nationale et continentale. Déat allait proclamer dès la fin de 1940 que la défaite signifiait « une rupture complète et définitive avec le système libéral anglo-saxon, avec le bloc-or », et la libération de « l’esclavage financier de la City et de Wall-Street », qui menaçait de faire de la France une colonie anglo-saxonne.16

18Parmi les enthousiastes du planisme, certains suivirent une trajectoire semblable à Déat et à de Man. La plupart d’entre eux, il faut l’avouer, avaient quitté l’USR au milieu des années trente, pour adhérer à un mouvement beaucoup plus vigoureux, et beaucoup plus de droite, le Parti Politique Français de Doriot. Dans leurs rangs figurait un homme, Paul Marion, qui avait été candidat malchanceux de l’USR de Déat, aux élections de 1936. Marion était destiné à devenir un des collaborateurs fascistes les plus notoires sous l’Occupation. Adrien Marquet, maire de Bordeaux, qui avait quitté bien avant cela, en 1934, le mouvement de Déat, dont il avait été un des théoriciens les plus en vue, devint un collaborateur assidu en Gironde. Le syndicaliste Ludovic Zoretti allait devenir un membre important du mouvement collaborationiste de Déat, le Rassemblement Nationale Populaire. Et bien d’autres suivirent le même chemin.

  • 17 Robert Paxton, Vichy France: Old Guard and New Order, 1940-44, Londres, Barrie and Jenkins, 1972, p (...)

19À côté de personnes comme celles que l’on vient de mentionner, on remarque également des admirateurs du maréchal Pétain et de sa Révolution Nationale qui devinrent des membres du gouvernement de Vichy. On compte dans ce groupe des membres de ce que Paxton appelle « la gauche outsider » de Vichy : en particulier le syndicaliste René Belin, ministre du Travail entre 1940 et 1942, signataire du Statut des Juifs, et principal rédacteur de la Charte du Travail, ainsi qu’un autre syndicaliste, Georges Lefranc, qui travailla également au ministère du Travail, et qui, dans un article paru dans Esprit en 1940, avait proclamé la faillite de la gauche démocratique, et la nécessité d’un planisme dirigé par une élite autoritaire.17

20On relève toutefois d’autres formes de ‘planismes’ en France, qui attirèrent des hommes de bords politiques différents, par exemple, un groupe de polytechniciens appelé ‘X-crise’. Ces hommes avaient créé ce qu’on appelait le planisme des ingénieurs, un culte de spécialistes, de techniciens, qui seuls, à leur avis, seraient capables de diriger une économie dans la situation actuelle. Autour d’eux avaient gravité des hommes d’une certaine droite : Pierre Pucheu, Bertrand de Jouvenel, Alfred Fabre-Luce, personnages fortement influencés par le mouvement de Doriot dès 1936, et qui tous avaient flirté avec Déat avant cette date. Les ‘techniciens X-crise’, dont quelques-uns, y compris Pucheu, avaient des liens avec la banque Worms, allaient trouver leur moment de gloire en 1941, sous le gouvernement dirigiste de Darlan, lorsqu’ils entrèrent dans un gouvernement d’experts qui mit en place plusieurs réformes, en particulier dans le domaine relations entre syndicat et patronat.

21Cela ne veut pas dire pour autant que les planistes des années trente devaient nécessairement suivre cette voie. Beaucoup d’entre eux, au contraire, devinrent des résistants, ou des membres de gouvernements en exil. Parmi les Belges, Paul-Henri Spaak, Jef Rens et Paul Finet faisaient partie du gouvernement belge à Londres. Le français Pierre Viénot fut résistant. Arrêté en 1942, il s’évada en 1943 et rejoignit le général de Gaulle à Londres, devenant ambassadeur de la France libre auprès du gouvernement britannique. Paul Ramadier, Robert Bothereau et Robert Lacoste étaient également des membres importants de la Résistance.

22Tous les membres des groupes planistes des années trente ne devaient donc pas nécessairement finir soit comme collaborateurs de l’Ordre Nouveau des Nazis, soit comme vichystes dirigistes. Les attitudes envers l’invasion pouvaient être influencées par beaucoup d’autres impératifs, y compris, bien sûr, par différentes interprétations du patriotisme. Mais en ce qui concerne le fascisme, est-ce qu’on peut postuler un lien nécessaire entre cette idéologie et le planisme ? Les carrières politiques de certains enthousiastes du planisme, y compris des membres importants du Parti travailliste britannique, et des membres fondateurs de la Communauté Européenne, ne présentent rien qui puisse être interprété comme fasciste. Y avait-il, dans le planisme, des caractéristiques auxquelles auraient pu souscrire et des démocrates de toutes obédiences, et des fascistes ? La question mérite qu’on y regarde de plus près.

23Comme nous l’avons vu, le jeune travailliste Hugh Gaitskell avait assisté aux décades de Pontigny consacrées à de Man et à son Plan. En ceci, il avait été sans doute influencé par son mentor, G.D.H. Cole, éminent intellectuel travailliste dans l’entre-deux-guerres. Cole, de sa tour d’ivoire de l’université d’Oxford, s’était très tôt aperçu de la philosophie de de Man, et s’en était emparé avec enthousiasme. En 1935, il avait commenté et traduit le texte du Plan dans un petit livre publié dans la ‘Fabian Research Series’ (une série de livres et de pamphlets produits par la Fabian Society, le célèbre groupe de réflexion de centre-gauche). Cette brochure était intitulée Planned Socialism : the Plan du Travail of the Belgian Labour Party. Les idées de Cole eurent beaucoup d’influence sur son élève Hugh Gaitskell, mais aussi sur Evan Durbin, sur Douglas Jay, et sur Colin Clark, qui faisaient partie du petit groupe de « jeunes hommes du docteur Dalton », ces jeunes protégés qui se groupaient autour du futur ministre des Finances, Hugh Dalton, toujours avide du soutien des jeunes militants.

  • 18 Voir Margaret Cole, The Life of G.D.H. Cole, Londres, Macmillan, 1971; L.P. Carpenter, G.D.H. Cole: (...)
  • 19 Ben Pimlott, Labour and the Left in the Thirties, Cambridge, Cambridge University Press, 1977.
  • 20 Geoffrey Foote, The Labour Party’s Political Thought, Londres, Routledge, 1986.

24Chose surprenante : nulle mention du nom de de Man, ni de son Plan, ne se trouve dans les biographies de Gaitskell et de Cole qui parurent après guerre. Qui plus est, dans les biographies de Cole, son livre sur le Plan de de Man manque de la liste de ses publications, tandis que tous les autres brochures qu’il avait écrites pour la Fabian Society s’y trouvent.18 Nulle référence à de Man, bien que l’enthousiasme de ces intellectuels du parti travailliste pour le ‘planning’ soit, bien sûr, souligné, dans les histoires du parti travailliste de l’entre-deux-guerres, telles que celle de Ben Pimlott, Labour and the Left in the 1930s.19 La seule mention à de Man que j’aie pu trouver se situe dans un livre de Geoffrey Foote, intitulé The Labour Party’s Political Thought, paru en 1986.20 Là, dans une brève mention, Foote nous dit que Cole « sauta sur le Plan du Travail [de de Man] comme prototype d’un Plan travailliste ».

25Comment expliquer ce silence sur l’influence de de Man sur Cole, sur Gaitskell, et sur les autres ‘planificateurs’ du parti travailliste ? La plupart de ceux qui ont écrit sur ces deux hommes étaient parmi leurs amis et leurs collaborateurs les plus proches : la femme de Cole, Margaret, et les amis dévoués de Gaitskell Bill Rodgers, Philip Williams, et Michael Postan, par exemple. Étant donné la réputation de de Man après la guerre, il n’est guère surprenant qu’ils aient passé sous silence cette influence ; tandis que des historiens ultérieurs, à qui cette conspiration du silence avait caché la vérité, étaient peut-être restés ignorants de l’importance du théoricien belge sur une partie non négligeable du parti travailliste britannique de l’entre-deux-guerres.

  • 21 G.D.H. Cole, Principles of Economic Planning, Londres, Macmillan, 1935.

26Car, malgré leur silence sur ce point, ces historiens et ces biographes ont été unanimes à souligner l’importance du planning pour ce groupe. Les idées de Cole, telles qu’elles ont été exprimées dans son livre Principles of Economic Planning (1935)21 ont été décrites comme suit :

  • 22 L.P. Carpenter, G.D.H. Cole: An Intellectual Biography, Cambridge, Cambridge University Press, 1973 (...)

Une économie planifiée serait une économie organisée par l’état, dans laquelle l’état serait le seul producteur – ou du moins le seul producteur majeur. {…] Cole concevait le planning d’une manière étatiste ou physique. L’état contrôlerait directement les essentielles variables économiques – la production, l’investissement, les revenus – pour obtenir la production maximum22.

27Chez Gaitskell, lui aussi, les idées de de Man et de Déat se traduisaient en doctrines concrètes. Michael Postan nous décrit l’évolution politique et économique de Gaitskell et d’Evan Durbin (et de lui-même) à cette époque :

  • 23 Michael Postan, ‘Political and Intellectual Progress’, in W.T. Rogers (ed.), Hugh Gaitskell 1906-19 (...)

Hugh et Evan étaient attirés vers le débat sur le planning socialiste et sur les systèmes d’établissement des prix. […] De ce débat nous sommes tous les trois sortis avec la conviction que les buts économiques du socialisme pouvaient être réalisés par un planning central qui serait inspiré et conduit d’une manière correcte, et que pour arriver à une transformation socialiste de l’économie il suffirait de ‘dominer les hauteurs stratégiques’(une phrase typique d’avant-guerre).23

  • 24 Ibid., p. 57.

28Gaitskell avait adopté lui aussi les idées de de Man et de Déat sur le nouvel alignement politique et social qui devait aider à produire ce nouveau système. Selon Postan, il avait abandonné « la sociologie prolétaire du socialisme », et croyait que « la conception entière du socialisme devrait s’adapter à un avenir où […] les partisans des partis populaires seraient composés de ces éléments que le Manifeste Communiste avait classifiés comme les compagnons de route de la bourgeoisie ».24

  • 25 Ben Pimlott, Hugh Dalton, Londres, Macmillan, 1986, p. 397.

29Quant à Evan Durbin, ses idées sont exprimées clairement dans un livre écrit pendant la guerre, intitulé What Have We to Defend ? Dans cet ouvrage, il déclare sa croyance en « une économie planifiée » dont le but serait d’améliorer « l’efficacité de l’industrie et de la finance, et de substituer la prévoyance consciente aux rajustements instinctifs du système compétitif ».25

30Dans l’entre-deux-guerres, de telles idées avaient été celles d’une minorité, toutefois une minorité importante, du Parti travailliste. Mais il y eut aussi beaucoup d’opposition à ces idées dans le parti, en partie à cause des soupçons qui avaient été éveillés par la carrière d’Oswald Mosley, que les doctrines ‘planistes’ à la Keynes semblaient avoir mené inéluctablement d’un ministère dans un gouvernement travailliste à la British Union of Fascists. C’était la gauche du parti qui s’opposait le plus fermement à ces idées. Les ‘planistes’ semblaient être un ilot séparé du reste du parti et ils affichaient un mépris mal dissimulé pour les doctrines et les représentants de la gauche. Ils se voyaient comme une élite intellectuelle. Comme le dit Ben Pimlott :

  • 26 Ben Pimlott, Labour and the Left in the 1930s, Cambridge, Cambridge University Press, 1977, p. 201.

Les partisans de la nouvelle approche – des hommes comme Jay, Clark, Gaitskell, Durbin, tous des amis et des protégés de Dalton – alliaient une répugnance pour ce qu’ils voyaient comme l’expressivisme complaisant de la gauche travailliste à un mépris intellectuel pour les demandes de nationalisation totale et de contrôle par les travailleurs, qui leur semblaient naïves et n’ayant aucun rapport avec la tâche principale, celle d’abolir la misère26.

  • 27 Labour Party, The Old World and the New, Londres, 1942.

31La guerre a changé tout cela, en faisant du ‘planning’ le clou des politiques travaillistes. Beaucoup de penseurs travaillistes étaient devenus des fonctionnaires de l’État pendant la guerre, et cette expérience les avait convaincus de l’importance du planning, enthousiasme qu’on pourrait comparer à celui des technocrates d’X-crise. Le gouvernement travailliste de 1945 était d’avis, comme le dit son manifeste de 1942 The Old World and the New Society, que « l’anarchie du capitalisme de marché devait faire place au planning méthodique sous le contrôle national ».27

  • 28 Pimlott, Hugh Dalton, p. 397.

32Voici une incarnation assez honorable du planisme ! Il n’est pas parmi nos préoccupations, dans cette étude, de noter que les six ans du gouvernement travailliste d’après-guerre ont démontré l’insuffisance de ces théories, et que déjà en 1951 on se rendait compte que le planning avait perdu sa place dominante dans l’idéologie travailliste. Il nous suffit de souligner que l’expérience de l’entre-deux-guerres nous révèle quelques-unes des caractéristiques dominantes du planisme que les Anglais partageaient avec les Français et les Belges. La caractéristique prédominante, c’est l’élitisme. Comme le fascisme, le planisme ne se fiait pas aux capacités intellectuelles ou pratiques du peuple. Il fallait se fier à une élite. Si du côté fasciste, cette élite consistait de « chefs » dynamiques et charismatiques, pour les planistes elle consistait de « maîtres » intellectuels, d’économistes qui « savaient », et qui pouvaient résoudre les problèmes du monde mieux que les autres. Comme Pimlott le dit, l’idéal était « une société ouverte et méritocratique, gouvernée par une élite éclairée ».28

33Bien qu’à première vue les deux systèmes, fascisme et ‘planning’ socialiste, n’aient pas beaucoup en commun, il faut mettre en avant les dangers qu’induit l’approche planificatrice. Ces dangers sont liés à la nécessité de l’élitisme et du dirigisme qu’elle induit. Ce qui nous amène à la Communauté Européenne. Il n’est pas fortuit que, parmi les admirateurs belges du planisme de de Man, il y ait eu quelques-unes des personnes les plus responsables de ce délice pour planificateurs, à savoir la série d’institutions européennes qui émergèrent après la guerre. Paul-Henri Spaak du Parti Ouvrier Belge fut tout à la fois un des fondateurs du Benelux, négociateur principal du Conseil de l’Europe, président du Mouvement Européen, et membre fondateur de la Communauté Européenne ; Paul Finet fut président de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier ; et l’on pourrait prendre d’autres exemples. Il est peut-être significatif que tant de ‘planistes’ non-fascistes aient trouvé, après la guerre, un véhicule convenable pour leurs politiques dans les institutions fondamentalement anti-démocratiques de la Communauté, où, malgré l’existence d’un Parlement, la plupart des décisions sont entre les mains de fonctionnaires et de bureaucrates non-élus, et où des votes nationaux, qui contrecarreraient les intentions de ces élites, sont susceptibles d’être annulés soit par des votes ultérieurs, soit par des subterfuges destinés à éviter de nouveaux référendums. La substitution de gouvernements de ‘technocrates’ aux gouvernements démocratiques de certaines nations, au cours de la ‘crise de l’euro’ en 2011, n’est qu’un exemple de plus de l’élitisme planiste.

34Ce que j’ai essayé de démontrer, au cours de cet article, c’est d’abord que les ‘planistes’ des années trente n’étaient pas nécessairement fascistes (pas même Déat et de Man, qui ont été mis dans ce sac à cause de leurs actions ultérieures) ; deuxièmement, que les affiliations ultérieures des planistes ont inclus toute une gamme d’attitudes politiques ; mais troisièmement, qu’il y avait dans le planisme une tendance à l’élitisme et à l’autoritarisme qui pouvait mener d’authentiques démocrates vers des dangers anti-démocratiques. C’est une leçon pour notre époque, particulièrement en ce qui concerne l’attrait des solutions faciles aux problèmes économiques qui confrontent notre société actuelle.

Bibliographie

BRIVATI, Brian, Hugh Gaitskell, Londres, Richard Cohen, 1996.

BURRIN, Philippe, La Dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery 1933-1945, Paris, Seuil, 1986.

CARPENTER, L.P., G.D.H. Cole: An Intellectual Biography, Cambridge, Cambridge University Press, 1973.

COLE, G.D.H., The Intelligent Man’s Guide through World Chaos, Londres, Gollancz, 1932.

COLE, G.D.H., Planned Socialism: The Plan du Travail of the Belgian Labour Party, Londres, Fabian Research Series, 1935.

COLE, G.D.H., Principles of Economic Planning, Londres, Macmillan, 1935.

COLE, Margaret, The Life of G.D.H. Cole, Londres, Macmillan, 1971.

DEBORD, Raymond, ‘Le « Planisme » des années trente : une tentative de socialisme sans le prolétariat’, Praxis 6, novembre 2005.

EATWELL, Roger, Fascism: A History, Londres, Chatto & Windus, 1995.

FOOTE, Geoffrey, The Labour Party’s Political Thought, Londres, Routledge, 1986.

HEURGON-DESJARDINS, Anne, Paul Desjardins et les décades de Pontigny : Études, témoignages et documents, Paris, Presses Universitaires de France, 1964.

PIMLOTT, Ben, Labour and the Left in the Thirties, Cambridge, Cambridge University Press, 1977.

PIMLOTT, Ben, Hugh Dalton, Londres, Macmillan, 1986.

ROGERS, W.T. (ed.), Hugh Gaitskell 1906-1963, Londres, Thames & Hudson, 1964

ROUX, Marie-Laetitia, Le Socialisme de M. Henri de Man, Paris, Librairie Technique et Économique, 1938.

STERNHELL, Zeev, Ni droite ni gauche : l’idéologie fasciste en France, Paris, Seuil, 1983.

WILLIAMS, Philip, Hugh Gaitskell, Londres, Jonathan Cape, 1979.

Notes

1 Francis Biesmans, ‘La voie au socialisme’, Toudi 4 (1990), p. 8.

2 Franklin D. Roosevelt, First Inaugural Address, 4 March 1933. ‘There must be an end to a conduct in banking and in business which too often has given to a sacred trust the likeness of callous and selfish wrongdoing… There must be a strict supervision of all banking and credit and investments; there must be an end to speculation with other people’s money.’

3 G.D.H. Cole, The Intelligent Man’s Guide through World Chaos, Londres, Gollancz, 1932, p. 18.

4 Philip Williams, Crisis and Compromise: Politics in the Fourth Republic, Londres, Longmans, 1964, p. 89.

5 Robert Soucy, French Fascism: the Second Wave, 1933-39, New Haven/Londres, Yale University Press, 1995, pp. 308, 57.

6 Roger Eatwell, Fascism: A History, Londres, Chatto & Windus, 1995, p. 170.

7 Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche : l’idéologie fasciste en France, Paris, Seuil, 1983, passim.

8 Philippe Burrin, La Dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery 1933-1945, Paris, Seuil, 1986.

9 Je considère cette question dans mon article ‘Fascism and the Planned Economy : “Neo-Socialism” and “Planisme” in France and Belgium in the 1930s’, paru dans la revue marxiste Science and Society, 69, 4, octobre 2005.

10 Raymond Debord, ‘Le “Planisme” des années trente : une tentative de socialisme sans le prolétariat’, Praxis 6, novembre 2005.

11 Kevin Passmore, ‘Doriot’, in Bell, Morrison and Johnson (eds), A Biographical Dictionary of French Political Leaders since 1870, Londres et New York, Harvester Wheatsheaf, 1990, p. 121.

12 Marcel Déat, ‘Mourir pour Danzig ?’, L’Œuvre, 4 mai 1939.

13 ‘Henri de Man, 1885-1953’, in Biographie nationale publiée par l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, Bruylant, 1974, pp. 38, 2, 535-54.

14 Compte rendu de la discussion à la fin de la décade de 1934, cité dans Rolph Nordling et Georges Lefranc, ‘L’activité sociale de Paul Desjardins’ dans Anne Heurgon-Desjardins, Paul Desjardins et les décades de Pontigny : Études, témoignages et documents, Paris, Presses Universitaires de France, 1964, p. 219.

15 Le texte des ‘Thèses de Pontigny’ est cité en entier dans Marie-Laetitia Roux, Le Socialisme de M. Henri de Man, Paris, Librairie Technique et Économique, 1938, pp. 195-9.

16 Marcel Déat, ‘Évidences économiques’, L’Œuvre, 22 janvier 1941.

17 Robert Paxton, Vichy France: Old Guard and New Order, 1940-44, Londres, Barrie and Jenkins, 1972, p. 277.

18 Voir Margaret Cole, The Life of G.D.H. Cole, Londres, Macmillan, 1971; L.P. Carpenter, G.D.H. Cole: An Intellectual Biography, Cambridge, Cambridge University Press, 1973; W.T. Rogers (ed.) Hugh Gaitskell 1906-1963, Londres, Thames and Hudson, 1964; Philip Williams, Hugh Gaitskell, Londres, Jonathan Cape, 1979; Brian Brivati, Hugh Gaitskell, Londres, Richard Cohen, 1996.

19 Ben Pimlott, Labour and the Left in the Thirties, Cambridge, Cambridge University Press, 1977.

20 Geoffrey Foote, The Labour Party’s Political Thought, Londres, Routledge, 1986.

21 G.D.H. Cole, Principles of Economic Planning, Londres, Macmillan, 1935.

22 L.P. Carpenter, G.D.H. Cole: An Intellectual Biography, Cambridge, Cambridge University Press, 1973, pp. 157-8.

23 Michael Postan, ‘Political and Intellectual Progress’, in W.T. Rogers (ed.), Hugh Gaitskell 1906-1963, Londres, Thames and Hudson, 1964, p. 58.

24 Ibid., p. 57.

25 Ben Pimlott, Hugh Dalton, Londres, Macmillan, 1986, p. 397.

26 Ben Pimlott, Labour and the Left in the 1930s, Cambridge, Cambridge University Press, 1977, p. 201.

27 Labour Party, The Old World and the New, Londres, 1942.

28 Pimlott, Hugh Dalton, p. 397.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540