Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie III. Les femmes et la radicalisation des droites dans la première moitié du xxe siècle

La Ligue féminine d'action catholique et les ligues de droite radicale (1919-1939)

Magali Della Sudda

Texte intégral

  • 1 Éric Vigne, Jean-François Sirinelli, « Des cultures politiques » dans J.-F. Sirinelli (dir.), Histo (...)
  • 2 Roger Griffin, « Interregnum or Endgame? Radical Right Thought in the ‘Post-fascist’ Era; Michael M (...)

1Dans ce chapitre, nous souhaitons interroger le genre comme élément constitutif de la culture politique de des groupes de « droite radicale » en France. La culture politique sera entendue ici comme un ensemble de représentations partagées, « de référents, formalisés au sein d'un parti ou plus largement diffus au sein d'une famille ou d'une tradition politique »1. En France, le terme de radical est associé, à gauche, au Parti radical qui domine la vie politique sous la Troisième République. De manière plus large, il renvoie également dans son acception anglophone aux formations partisanes des « réformes extrêmes ». Le terme de « droite radicale/radical right » s'est imposé dans les travaux de science politique pour définir des formations politiques qui s'opposent au libéralisme démocratique, assumant un caractère xénophobe et ethno-nationaliste2. Ainsi conçu, le concept de droite radicale ne semble pas se distinguer de manière satisfaisante de celui de « fascisme » pour qualifier des formations politiques. Nous privilégierons donc une autre approche de la radicalité pour questionner le genre et les droites radicales en France, en adoptant une définition « radicale » du terme qui renvoie justement à la racine et aux origines du conservatisme.

2Les droites radicales dans cet article désignent les formations politiques qui s'opposent au compromis qui caractérise la pratique du parlementarisme de la Troisième République, au sein de laquelle le Parti radical a joué un rôle-pivot, prenant part à de nombreuses coalitions gouvernementales. Deux types de mouvements peuvent être distingués au sein de la droite radicale : le premier rassemble les groupes qui se réfèrent au clivage originel opposant les tenants de la laïcité aux défenseurs de la cause de l’Église catholique. La première forme de radicalité est caractérisée par le clivage fondamental qui porte sur la place du catholicisme dans l’ordre politique ; le second type est caractérisé par une mise en retrait de la question religieuse pour privilégier la nécessité de transformer radicalement l’ordre politique démocratique républicain dans une optique autoritaire voire fascisante. De cette manière, il est possible d'intégrer dans l’analyse des mouvements contestataires de la République libérale non seulement les groupes comme les Croix de Feu, les Volontaires nationaux, les francistes, les Jeunesses patriotes... mais également des organisations comme la Fédération républicaine, la Fédération nationale catholique et les organisations féminines catholiques, qui, tout en professant être apolitiques, n'en souhaitaient pas moins une restauration de l’ordre politique chrétien seul capable de mettre fin à la « décadence » morale et politique affligeant le pays.

  • 3 Kevin Passmore, “Planting the Tricolore in the Citadel of Communism”, The Journal of Modern History(...)
  • 4 Cheryl Koos, Daniela Sarnoff, “France”, dans K. Passmore (éd.), Women, Gender and Fascism, New Brun (...)
  • 5 Geoff Read, “Was there a Fascist Femininity? Gender and Fascism in Political Context”, dans S. Kalm (...)

3Nous souhaitons ici contribuer à la réflexion nourrie depuis une quinzaine d'année par les travaux anglophones qui portent sur le genre dans les organisations fascistes ou d'extrême-droite. Kevin Passmore, dans son travail pionnier sur les femmes dans l’action sociale des Croix de Feu puis du Parti social français, avait souligné l’importance des femmes dans la mise en œuvre de la reconquête par le social, soulignant également la possibilité pour certaines militantes d'agir de manière relativement autonome dans les sections féminines du Mouvement social français (1935) tout en s'inscrivant dans une vision du genre profondément inégalitaire3. Dans une perspective marquée par la dimension culturelle du genre, Daniela Sarnoff et Cheryl Koos ont, quant à elles, montré la place donnée à certaines militantes – fortement dotées en ressources culturelles et académiques – dans les organisations fascistes comme les Jeunesses patriotes ou la Solidarité Française4. Tout en confirmant ces analyses, Geoff Read défend l’idée que le modèle de « féminité fasciste » centré sur la maternité n'était cependant pas l’exclusive de ces mouvements5. Cette dernière interprétation semble remettre en question – du moins du point de vue du genre – la rupture ontologique entre des mouvements fascistes ou fascisants, qui sont animés par un projet totalitaire, et des groupes d'extrême droite ou de droite radicale dont le projet politique serait une dictature autoritaire. Peut-on alors dégager un ensemble de points communs en envisageant le genre comme un élément structurant de la droite radicale qui permette ainsi de revisiter les typologies habituelles ? Prendre le genre comme principe organisateur de ces mouvements contestataires ne permet-il pas d'établir un continuum plutôt qu'une ligne de partage stricte entre ces différents mouvements ?

  • 6 On renverra ici à l'analyse de Samuel Kalman, The Extreme Right in interwar France : The Faisceau a (...)

4Cet article s'appuie principalement sur l’analyse de mouvements que l’on considère habituellement comme proches de la droite modérée – les organisations féminines catholiques – et les sections féminines des mouvements plus radicaux. Les sources primaires relatives à la Ligue patriotique des Françaises, qui fusionne en 1933 avec une autre ligue féminine catholique, la Ligue des femmes françaises, pour donner naissance à la Ligue féminine d'action catholique française. Il mobilise également les travaux menés principalement en langue anglaise sur les militantes et sections féminines des groupes politiques que l’on peut ranger dans la catégorie de la droite radicale fascisante, d'après le repérage effectué par D. Sarnoff : la Légion des volontaires nationaux (1924-1925), les Croix de Feu/PSF, le Francisme, la Solidarité française et les Jeunesses patriotes. On n’évoquera ni le Faisceau de Georges Valois (1925-1928)6, qui n'avait pas de section féminine à proprement parler mais une Section civique, ouverte aux femmes comme aux hommes non combattants.

5En premier lieu, on présentera la recomposition des droites féminines durant la période. La Ligue patriotique des Françaises, première organisation féminine de masse liée à un parti politique conservateur, fera l’objet d'une attention particulière. Nous montrerons ensuite comment cette organisation évolue à partir des années 1930 et se positionne vis-à-vis des autres ligues. L’analyse portera enfin, à partir du positionnement des différents groupes féminins sur le suffrage, sur la manière dont s'établit la ligne de partage entre les différents groupes radicaux dans l’entre-deux-guerres.

Une recomposition des forces féminines conservatrices

6L’entre-deux-guerres voit l’espace des engagements possibles s'ouvrir à droite à la faveur de l’apparition de nouvelles organisations et de la transformation des mouvements féminins d'avant-guerre.

Les Comité de dames royalistes de l’Action française

  • 7 Bruno Dumons, « L’Action française. Réseaux et figures de militantes au début du XXe siècle », dans (...)
  • 8 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française. Histoire d'une condamnation (1899-1939), P (...)
  • 9 Magali Della Sudda, Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage. La Li (...)
  • 10 B. Dumons, p. 236.
  • 11 Magali Della Sudda, « La Ligue patriotique des Françaises et la condamnation de l’Action française (...)
  • 12 Eugen Weber, L'Action française, Paris, Hachette, 1990 (1962).

7L’Action française fondée dans le sillage de l’Affaire Dreyfus comptait dès ses origines de fervents soutiens chez les dames de l’aristocratie française7. Parmi elles, la marquise de Mac Mahon, présidente des Dames royalistes jusqu'à sa mort en 1923 et membre de la Ligue patriotique des Françaises à ses débuts, joue un rôle politique fondamental dans le développement de l’association auprès des femmes. À ses côtés, les membres des comités de Dames et de Jeunes filles royalistes participent à la propagande du mouvement et organisent des conférences dans le respect affiché des convenances féminines8. Elles sont surtout actives dans les œuvres charitables où elles investissent leur savoir-faire religieux au profit de la cause politique, telle la baronne de Dannery, qui organise des cours de coupe de tissu et de couture pour les femmes des milieux populaires et ruraux de la région de Quimperlé et que l’on retrouve militante de la Ligue patriotique des Françaises9. Ce recrutement et l’organisation des femmes dans des sections spécifiques demeurent inchangés dans l’entre-deux-guerres. Marie de Mac Mahon, parente de la marquise lui succède en 192910. La condamnation du mouvement par le pape Pie XI en décembre 1926 provoque des cas de conscience qui affectent principalement les dirigeantes membres d'autres mouvements catholiques, comme la marquise de La Ferronays et la marquise de Juigné, membre du Conseil central de la Ligue patriotique des Françaises et vice-présidente de la L.P.D.F11. Si les effectifs diminuent dans un premier temps, en lien avec la défection des catholiques, la ligue monarchiste regagne de la vigueur après les événements du 6 février 193412.

La naissance de la Ligue féminine d'action catholique française, fusion de la Ligue des femmes françaises avec la Ligue patriotique des françaises

  • 13 Archives de l’Action catholique des femmes, H1, Statuts du 21 mai 1902.

8En 1933, la Ligue féminine d'Action catholique française voit le jour. À partir de la fusion de la Ligue patriotique des Françaises et de la Ligue des femmes françaises, elle devient la plus importante des organisations féminines françaises avec plus d'un million d'adhérentes revendiquées. Ce mouvement d'action catholique capte l’héritage de la branche féminine d'une association partisane d'avant-guerre. La Ligue patriotique des Françaises (L.P.D.F.) est une organisation féminine catholique issue de la scission du comité parisien de la Ligue des femmes françaises avec le comité directeur lyonnais. Elle est créée en 1902 pour poursuivre l’engagement féminin dans la compétition électorale en faveur des « bons candidats » catholiques. Jacques Piou, député monarchistes rallié à la République, le cardinal archevêque de Paris et un jésuite, Régis Pupey-Girard, en sont les instigateurs masculins à côté des dirigeants de la Ligue de la Patrie française moribonde et de la Ligue des patriotes. Le nom est choisi en référence à ces mouvements issus de l’Affaire Dreyfus. L’adjectif « libéral » qui disparaît du titre dans les statuts de juillet 1902 témoigne de cette volonté de rassemblement des différentes tendances conservatrices sous le dénominateur commun du patriotisme13. De cette manière les fondatrices ancrent l’association féminine à droite. Le soutien sans faille accordé à l’Action libérale populaire, dont la L.P.D.F. est la branche féminine, et le financement ponctuel de l’Action française confirment cette double inscription de la ligue féminine dans la droite radicale et dans la droite catholique d'inspiration libérale.

Les dirigeantes lors du Congrès de fondation de la L.F.A.C.F

Les dirigeantes lors du Congrès de fondation de la L.F.A.C.F

Au centre, Mme de Saint Laurent, présidente, et Mme de Vélard, vice-présidente.

Source : A.A.C.F, H402.

9La composition sociale de l’association est proche de celle d'un parti de notables. À sa tête on trouve des femmes issues de la noblesse d'Empire, comme la baronne Reille qui en est la seconde présidente de 1906 à 1910, et d'Ancien Régime, comme la baronne de Brigode née Vilain XIIII qui est la première présidente de 1902 à 1906, ainsi que des femmes de la bourgeoisie industrielle comme la fille d'Eugène Schneider, Madeleine marquise Leclerc de Juigné. Les cadres de l’association sont d'abord des aristocrates ferventes catholiques – voire des laïques consacrées dans le secret – puis le recrutement s'élargit aux femmes de la petite bourgeoisie à qui l’on confie la fonction de « dizainière », chargée de l’encadrement d'une dizaine adhérentes. Rapidement, la L.P.D.F. revendique plusieurs centaines de milliers de membres. Elle est créditée par la Sûreté générale de 545 000 adhérentes en 1914. À quelques rares exceptions près, sa direction reste inchangée jusqu'à la moitié des années 1930. En 1932, à la demande de certains membres de la Curie romaine, des dirigeantes de la L.P.D.F. et de la Ligue des femmes françaises, la fusion entre les deux ligues est opérée. Elles sont rassemblées en un vaste mouvement d'action catholique qui officiellement n'est plus la branche politique d'aucun parti. Cependant, les membres et les dirigeantes locales et nationales entretiennent à titre individuel des liens avec différentes formations de droite.

  • 14 « Une visite au secrétariat central » interview de J.B. rédacteur en chef de la Croix publiée dans (...)
  • 15 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, Tournai, Casterman, 1969.
  • 16 Anne Cova, Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité (...)

10La ligne de l’association est le combat par « tous les moyens légaux » contre la politique jugée anticléricale du gouvernement14. Par les œuvres sociales, l’association espère gagner les femmes à l’Église et contribuer ainsi à fonder un ordre politique et social chrétien par l’influence des femmes. Le discours de défense des libertés religieuses s'accompagne d'une vision intégraliste du catholicisme qui doit embrasser toutes les activités humaines15. Cette nouvelle organisation fonde son plaidoyer pour l’engagement féminin dans l’espace public – par la presse et le militantisme – sur la mission divine assignée aux femmes, à savoir la maternité16. La formulation d'un intérêt commun à toutes les femmes fondé sur l’expérience de la maternité n'est pas le propre des ligues féminines catholiques. En revanche, l’exaltation de la maternité spirituelle est un trait saillant qui permet de concilier l’absence de maternité biologique avec une maternité entendue dans un sens religieux et social qui revêt l’aspect de l’éducation du peuple et des enfants.

Les sections féminines des organisations de droite de l’entre deux-guerres

  • 17 Jean-Claude Delbreil, Centrisme et démocratie chrétienne en France : le Parti démocrate populaire d (...)
  • 18 François Audigier, « L’Alliance démocratique républicaine ou l’anachronisme en politique », Vingtiè (...)
  • 19 William D. Irvine, “Conservatives and the New Right during the 1930s”, French historical studies, 1 (...)
  • 20 Siân Reynolds, France between Wars: Gender and Politics, London/New York, Routledge, 1996, p. 168.

11À côté de la L.P.D.F., d'autres organisations féminines voient le jour à droite durant l’entre-deux-guerres. Hormis le Parti radical qui n'ouvre ses portes aux femmes qu'en 1924, la plupart des organisations politiques françaises admettent des femmes dans leurs rangs. La particularité des partis ou associations partisanes de droite consiste cependant dans l’organisation non-mixte ou dans la mixité sous-contrôle : les femmes sont rassemblées dans des sections féminines. La division sexuelle du travail militant que nous avions identifiée à la L.P.D.F. est observable dans ces structures. Les formations modérées comme l’Action libérale populaire disparaissent progressivement. Le Parti démocrate populaire d'inspiration démocrate-chrétienne compte des femmes parmi ses cadres dès ses premières années. En 1927 sont crées les Fédérations féminines qui regroupent les sections féminines du P.D.P.17. L’Alliance démocratique (née au début du siècle) compte également une branche féminine fondée en 1935 par Mme Joignant sous le nom de la Ligue de la Femme française18. Plus clairement marquée à droite et par le catholicisme, la Fédération républicaine lancée en 1903 se radicalise à la fin des années 1920 lorsque Louis Marin remplace Auguste Isaac à sa tête19. La Fédération nationale des femmes, une organisation satellite d'inspiration catholique visant à promouvoir le suffrage des femmes, est créée dans son orbite en 1928 par Aimée Bazy et Blanche Lescouvé. Elle a le soutien de la hiérarchie catholique et vise à concurrencer l’Union nationale pour le vote des femmes jugée trop proche des organisations dites neutres (non-catholiques) dans les années 1930. Cette Fédération intègre en 1935 la section féminine de la Fédération républicaine. Elle revendique alors des comités dans 50 départements et dispose de son propre bulletin, le Devoir des femmes jusqu'en 194020.

  • 21 Kevin Passmore, « Planting the Tricolore », art. cit.
  • 22 Daniela Sarnoff, « In the Cervix of the nation », op. cit.
  • 23 Daniela Sarnoff, “Interwar Fascism and the Franchise: Women's Suffrage and the Ligues”, Historical (...)
  • 24 Cheryl Koos, Daniela Sarnoff, “France”, dans K. Passmore, Women, Gender and Fascism, p. 168-178.
  • 25 Claire Andrieu, « Les Résistantes, perpectives de recherche », Le Mouvement social, 1997, n° 180, p (...)
  • 26 K. Passmore, “Planting the Tricolore”, p. 822.
  • 27 Anne Simonin, « La femme invisible : la collaboratrice politique », Histoire @ Politique. Politique (...)
  • 28 Archives Secrètes Vaticanes (A.S.V.), Secrétairie d'État (Segr. di Stato), anno 1935, rubr. 325, fa (...)

12Pour les autres ligues apparues dans l’entre-deux-guerres, Kevin Passmore a montré l’importance des sections féminines relativement autonomes vis-à-vis des sections masculines au sein des Croix de Feu, malgré un discours de genre marqué par la hiérarchie21. Daniella Sarnoff a également mis en évidence l’existence de sections féminines chez les Jeunesses Patriotes fondée par Pierre Taittinger au moment du Cartel des gauches (1924) et dissoutes en 1936 qui renaissent sous la forme du petit Parti républicain national et social22. Leur présidente, Marie-Thérèse Moreau, avocate et chevalier de la Légion d'honneur, écrit dans les colonnes du journal Le National et propose une vision de rôle des femmes qui nuance fortement différents traits distinctifs des organisations fascistes du point de vue du genre : elle réclame l’égalité civile et politique pour les femmes et encourage leur engagement dans la vie publique23. La Solidarité française, fondée en 1933 par François Coty et Jean Renaud, est attentive à la question du suffrage des femmes et elle accorde une place aux femmes au sommet de l’organisation sans pour autant que nous puissions savoir si elle comporte des sections féminines24. Le Parti populaire français de Jacques Doriot – communiste dissident de Saint-Denis – et de Marcel Déat, compte une section de jeunes filles durant la guerre mais nous ne savons pas, en l’absence de travaux sur le sujet, si elles sont déjà actives entre 1936 et 193925. D'après Kevin Passmore, ce parti qui compte des militantes demeure moins ouvert aux femmes en termes d'accès aux responsabilités, en raison de sa culture politique26. Enfin, les groupuscules comme le Francisme de Marcel Bucard qui compte des militantes féminines qui seront actives dans la collaboration27 ne semble pas avoir de section spécifique à ce moment-là28.

13Cette description sommaire des engagements féminins dans des mouvements conservateurs et d'extrême droite et fascisants est largement tributaire des travaux récents sur le genre et le fascisme français. Elle devra être complexifiée par des études approfondies. Elle permet néanmoins de pouvoir situer les mouvements féminins catholiques héritiers du premier radicalisme de droite (Action française, Ligue de la patrie française et Ligue des patriote) tout autant que du catholicisme libéral, par rapport aux autres mouvements nés des transformations sociales, économiques et politiques de l’après-guerre.

Définition d’un espace d’engagement féminin conservateur et recomposition des forces conservatrices

14Nous pouvons distinguer un premier moment dans la redéfinition des positions des organisations féminines conservatrices entre 1919 et 1926 qui correspond à une radicalisation, la crainte du communisme devenant un élément central des discours de la L.P.D.F. La condamnation pontificale de l’Action française (1926) place les catholiques dans une position complexe qui conduit à la dépolitisation des mouvements d'action catholique. Parallèlement, de nouvelles organisations parviennent à capter cette radicalité et trouvent un écho considérable dans les années 1930.

La condamnation de l’Action française et la dépolitisation de l’Action catholique féminine

  • 29 A.S.V., Affaires ecclésiastiques extraordinaires (A.E.S.), Francia, anno 1928-1929, 684-687PO, fasc (...)
  • 30 Sur la condamnation de l’Action française, voir l’ouvrage très complet, bien que ne disposant pas e (...)

15Au lendemain de la victoire du Cartel des gauches, une Fédération nationale catholique voit le jour sous la présidence du général de Castelnau (1924). Il s'agit dans l’esprit de l’épiscopat et de la Curie romaine de favoriser le rassemblement des groupes catholiques pour contrer la politique présumée anticléricale du Cartel, avec une tonalité fortement anti-communiste. Le positionnement libéral et républicain de la Fédération se veut « au dessus des partis politiques ». La direction de la L.P.D.F. embrasse le projet du général Castelnau de rassemblement des catholiques au sein de la Fédération nationale catholique, sans doute à la demande de la hiérarchie catholique29. Cette liaison est cependant contestée par les militantes de la L.P.D.F. proches de l’Action française. À l’occasion de la condamnation de l’Action française prononcée par Pie XI en 1926, les griefs sont formulés à l’encontre de la ligne libérale de la direction30. Le bureau de la L.P.D.F. compte, en effet, une partisane de l’A.F., ainsi que l’évoque dans ses mémoires, Marie du Rostu, alors responsable de la puissante section des jeunes de la L.P.D.F.

  • 31 Archives de l’Action catholique des femmes (A.A.C.F.), carton Marie du Rostu, Entretien de Marie Du (...)

« L’A.F. a eu son succès parce que les suites de la Révolution française n’étaient pas liquidées… Il y avait eu trois restaurations monarchiques, deux Républiques, l’initiative bonapartiste… Ce fut une succession d’orientations politiques, tantôt du côté conservateur, tantôt du côté démocratique et libéral. L’A.F. fut une fameuse utopie… Elle paraissait comme le bastion de la défense du catholicisme en France, contre une République sectaire31. »

  • 32 A.A.C.F., H. 433 « Action française ».

16Cette « membre de l’A.F. » qui refuse de signer l’adresse de soumission au pape à l’égard de la condamnation de cette organisation n’est autre que la marquise Leclerc de Juigné, fille d’Henri Schneider, l’héritier des usines du Creusot. En 1927, elle est la seule membre du bureau national à refuser de signer l’adresse au pape envoyée par les dirigeantes de la L.P.D.F. en signe d’obéissance de la Ligue et de « docilité totale » à l’égard du Vatican32. S'appuyant sur la distinction entre le domaine d'intervention légitime du magistère en matière spirituelle et la liberté en matière politique, elle refuse de devoir se soumettre à une condamnation qui s'applique en matière théologique mais qui doit trouver ses limites dans la pratique politique.

Conseil central de la L.PD.F. en 1927

Conseil central de la L.PD.F. en 1927

On reconnaît au premier rang, 6e en partant de la droite, Madeleine Leclerc de Juigné entre la présidente, Mme de Vélard, et la secrétaire générale Marie Frossard.

Source : A.A.C.F. H402.

17Ainsi, la crise soulevée par la condamnation et la décision du bureau de se conformer sans réserve aux directives pontificales, comme la Fédération nationale catholique le préconise, pose la question des limites de l’engagement à droite pour les catholiques. La direction de l’association féminine rejette la radicalisation synonyme d'ouverture aux ligueurs insoumis de l’Action française, suivant ainsi la politique conciliatrice de Pie XI avec le régime républicain. La position de Madeleine Leclerq de Juigné s’inscrit dans une volonté d’autonomisation de la L.P.D.F. par rapport aux formations masculines d’une part mais aussi par rapport à des directives qu’elle ne juge pas conforme aux intérêts de l’Église. La tolérance relative dont bénéficiaient les adhérentes et les dirigeantes monarchistes est mise à mal lors de la crise. Jusqu’à la condamnation, en effet, les lectrices et adhérentes de l’Action françaises sont tolérées à la L.P.D.F., pourvu que cet engagement ne soit pas rendu public, ainsi qu’en témoigne la lettre adressée par le vicaire de l’archevêque de Paris à ce propos.

  • 33 A.A.C.F., H. 433, Action française, lettre de l’archevêché de Paris à Mme la Présidente, 15 juin 19 (...)

« Son avis [celui du cardinal archevêque de Paris] est que Madame R… [Nantes est manuscrit dans la marge] ayant fait acte public de ligueuse d’A.F. s’est exclue par le fait, de la Ligue patriotique des Françaises. Le cas de Madame de J[uigné] n’est pas le même, celle-ci ne s’affichant pas publiquement comme affiliée à l’A.F.33. »

18La condamnation montre que l’obéissance au pape ne va pas de soi chez toutes les catholiques. Elle révèle aussi les prises de position plaidant pour une grande autonomie de ce mouvement féminin à l’égard des organisations masculines, ces militantes défendant un catholicisme intransigeant sans compromis avec la modernité. Le positionnement de la L.P.D.F. se traduit en réalité par la poursuite de l’alliance avec une formation catholique libérale et ralliée à la République. Du point de vue des tenantes de l’Action française, les femmes n’ont pas les mêmes devoirs dans la cité que les hommes, elles doivent se garder de toute « inféodation » à des structures masculines. Les femmes, individuellement, doivent donc être libres de leurs préférences politiques et peuvent assumer cette forme de radicalité proposée à l’Action française. Au contraire, pour les dirigeantes proches de la F.N.C., c’est la soumission à l’autorité ecclésiastique masculine et aux directives de la F.N.C. qui doit primer avec pour résultat une certaine modération dans la transformation des formes institutionnelles du régime. À l’occasion des événements de 1934, les débats sur les liens de l’Action catholique avec les formations partisanes et ligueuses sont à nouveau évoqués sans pour autant remettre en cause la prise de distance officielle de l’action catholique avec les formations politiques.

L’élargissement de l’espace des engagements aux ligues pour les militantes catholiques

19À la suite de la condamnation, c’est une ligne modérée qui prévaut à la Ligue patriotique des Françaises puis à la Ligue féminine d’Action catholique française. L’encadrement par l’épiscopat est plus fort, on observe ainsi une « diocésanisation » de l’association – qui passe sous le contrôle étroit des évêques, et sa cléricalisation avec le renforcement à sa tête des Filles du Cœur de Marie. Les élections de 1928 et celles de 1932 donnent lieu à une campagne de formation civique dans la presse de la L.P.D.F. Après 1933, la propagande électorale se raréfie et c'est l’avènement du « règne du Christ » par l’apostolat social féminin qui est mis en avant. Ce recentrage intervient alors même que le militantisme féminin se développe dans d'autres ligues et formations partisanes nées dans l’entre-deux-guerres.

  • 34 Kevin Passmore, “Planting the Tricolore”, op. cit., p. 831-832.
  • 35 Il s’agirait de croiser à partir des listes de membres les appartenances. On trouve ainsi une organ (...)
  • 36 A.S.V., Segr. di Stato, anno 1935, rubr. 325, fasc. 5, n° 149 649 La France catholique correspondan (...)
  • 37 A.E.S., Italia 1927-1939 773 PO 317 et A.E.S. Italia, anno. 1927-1939, 773 PO, fasc. 316. Ces direc (...)

20Ainsi que Kevin Passmore l’a souligné dans son travail sur l’action sociale des femmes dans les Croix de Feu, la proximité idéologique entre la ligue du colonel de la Rocque et les mouvements féminins catholiques des années 1920 et 1930 était grande34. Le discours sur le rôle des femmes dans la reconquête morale et l’expertise revendiquée dans le travail social sont deux éléments centraux dans le programme de la Ligue patriotique des Françaises. Ces deux éléments du répertoire d'action sont sous-tendus par une conception de la féminité consubstantielle de la maternité – entendue ici dans un sens biologique comme spirituel. Une analyse prosopographique minutieuse serait à mener pour déterminer les appartenances multiples à ces formations35. Rien n’empêche en effet de penser que dans certains milieux la double appartenance qui a caractérisé les organisations masculines n'a pas fonctionné pour les femmes36. Cette question de la double appartenance des dirigeants d’Action catholique – c’est-à-dire de la Fédération nationale catholique – à des partis ou à des ligues est posée en termes explicites à partir de 1935 à la hiérarchie religieuse. Pie XI dans un texte à destination des responsables de l’Action catholique italienne avait tracé la voie dès 192937. À l’occasion de la publication en 1935 de différents documents des Croix de Feu qui laissent présager la préparation d’une guerre civile, certains membres de l’épiscopat croient devoir dissiper les doutes de leurs fidèles masculins. Mgr de Bois Villerabel, évêque de Chambéry, publie un texte dans le bulletin de la F.N.C. qui légitime la préparation d’une riposte en cas de désordres politiques et sociaux : après avoir rappelé que l’action catholique ne doit pas se confondre avec les autres formes d’action, civique, politique ou sociale et doit rester indépendante, il poursuit :

« Toutefois, rien ne peut empêcher les membres de cette Action catholique – qui sont et restent des citoyens complets et parfaits dans toutes l’acception du mot – d’adhérer individuellement à titre privé, sous leur responsabilité strictement personnelle, aux partis politiques qui peuvent avoir leur préférences, pour la bonne marche des affaires de la cité, dont non seulement ils ne doivent pas se désintéresser, mais dont ils ont le grave devoir, eux les chrétiens, plus éclairés que d’autres, de s’occuper. À cette adhésion, une seule condition s’impose impérieusement : que ces partis ne soient pas condamnés par l’Église, ainsi que le sont les partis socialistes et communistes et comme l’est également l’Action Française.
Ce que je viens de dire pour les partis politiques, doit être dit aussi des Ligues, et même à plus juste titre encore, car – quoiqu’en disent certains : ces Ligues : Croix de Feu, Volontaires nationaux, Jeunesses patriotes, Solidarité française, Francistes, ne sont pas des ligues politiques mais des groupements civiques qu’aucun parti ne peut revendiquer comme sien. […] Il faut de toute nécessité, à cette action purement religieuse de l’apostolat aussi intensif que possible, associer d’autres activités, d’autres dévouements qui, pour l’humanité désaxée par le péché originel, et par ses conséquences, ont-elles aussi leur efficacité. »

  • 38 A.S.V., Segr. di Stato, anno 1935, rubr. 325, fasc. 5.

21La distinction entre le caractère civique et politique permet ainsi de légitimer l’engagement des catholiques au sein de ces structures plus radicales que les groupes politiques qui se réclament du catholicisme. Les ligues peuvent ainsi accueillir en leur sein des militants catholiques sans que ces derniers n'encourent une excommunication. Toutefois, l’épiscopat est divisé sur cette question. Le cardinal Liénart, évêque de Lille et opposant de l’Action française, répond quelques jours plus tard que « Notre ambition est de rester en dehors et au-dessus des partis qui divisent, et de travailler à gagner pour le bien les âmes de tous nos frères »38. Cette dernière réponse a le soutien du nonce et du pape Pie XI qui souhaite calmer les tensions politiques en France. Dans ce contexte, les directives pontificales s’adressent aux hommes. Les jeunes gens étant invités par l’ensemble du clergé à entrer dans les organisations de jeunesse catholique. Les femmes, elles, ne semblent pas concernées par ces prises de position d’après les sources vaticanes.

  • 39 Cheryl Koos, Daniela Sarnoff, “France”, dans K. Passmore, Women, gender and fascism, p. 176-178.
  • 40 K. Passmore, “Planting the Tricolore”, op. cit., sur la mobilisation des enfants par le P.S.F. Laur (...)

22Est-ce parce qu’elles ne votent pas qu’elles ne sont pas concernées par ces directives ? Est-ce parce que le caractère paramilitaire et donc fortement associé à la masculinité les exclut de toute participation au coup de force qu’elles ne sont pas mentionnées ? Faut-il y voir au contraire, une plus grande souplesse de la hiérarchie vis-à-vis d’une collaboration ou d’une double appartenance ? Le cas d’une Marie-Thérèse Moreau, avocate à la cour de Paris et dirigeante d’une section féminine des Jeunesses patriotes, semble indiquer que l’espace des engagements possibles pour les femmes est relativement ouvert39. Elle appartient à l’Union nationale pour le vote des femmes (organisation catholique de promotion du vote hostile au suffragisme qui regroupe la L.P.D.F., l’Union féminine civique et sociale ainsi que des personnalités individuelles). Cette porosité des groupements féminins avait été soulignée par Siân Reynolds, Paul Smith, Daniela Sarnoff ou Kevin Passmore. Une dirigeante des sections féminines comme Marie Diémer, convertie au catholicisme en 1924 et fondatrice des Guides de France, montre également la façon dont l’engagement au P.S.F. peut être envisagé comme le prolongement concret d'un engagement catholique dans l’action sociale40.

  • 41 Archives de l’Archevêché de Paris (A.A.P.), 1KII7 « Union nationale pour le vote des femmes », lett (...)

23Une piste de réflexion stimulante pour examiner les passerelles entre les organisations issues de la première droite radicale, pour lesquelles le catholicisme est une cause majeure, et celles issues de l’après-guerre, qui souhaitent une transformation plus radicale de l’ordre politique et social, pourrait-être l’examen de l’Union nationale pour le vote des femmes. Cette association est née en 1920, fondée par des membres de l’Action sociale de la femme. La Ligue patriotique des Françaises y adhère. En novembre 1926, des contacts sont pris entre des militantes catholiques et l’archevêché de Paris pour rassembler les organisations féminines et les militantes au sein de l’U.N.V.F. qui favoriserait le suffrage féminin pour faire pendant aux organisations suffragistes laïques comme l’Union française pour le suffrage des femmes41.

  • 42 A.S.V., A.E.S., Francia, 603 PO, fasc. 129 n° 774/27 : « Documents présentés au Saint Père par le G (...)
  • 43 A.A.P., 1KII7 « Union nationale pour le vote des femmes », carte d'Anne Bazy, s.d. (probablement ve (...)

24L’Union nationale pour le vote des femmes a pour but de faire l’éducation civique et sociale de ses membres, de préparer le bon exercice du droit de vote féminin, et le cas échéant celui du vote familial42. Elle est fondée comme un organisme fédératif et catholique. Dans une note adressée à l’Archevêque de Paris, le cardinal Verdier, Aimée Bazy, qui en est une des animatrices, déplore toutefois qu'« à l’heure actuelle, le comité de l’U.N.V.F. est constitué principalement de personnes très honorables mais qui ne rendent aucun service, étant occupées ailleurs »43. En dehors de la volonté d'Aimée Bazy d'imposer une ligne plus radicale du point de vue confessionnel, la note indique que l’U.N.V.F. est un lieu de rencontre entre les représentantes de différentes associations. Après l’arrivée à sa tête d'Edmée de La Rochefoucauld (1931), cette caractéristique semble maintenue. Daniela Sarnoff dans un article récent a souligné le caractère partagé à droite du combat pour le suffrage féminin couplé au suffrage familial, montrant ainsi un continuum entre les organisations jadis rassemblées sous l’étiquette de modérées, qui se radicalisent dans les années 1930, et les ligues. Le rapprochement d'organisations comme la Ligue patriotique des Françaises/Ligue féminine d'Action catholique française, les sections féminines du Parti social français de La Rocque, les sections féminines des Jeunesses Patriotes peut ainsi se faire en prenant pour lieu d'observation la défense du suffrage féminin. Celui-ci est envisagé comme un moyen pour moraliser la vie politique par la représentation féminine d'une part, et pour accorder plus de poids aux intérêts familiaux d'autre part. La nature des arguments est donc différente de celle avancée par les suffragistes qui y voient principalement la reconnaissance de l’égalité formelle entre les hommes et les femmes dans un cadre démocratique.

Conclusion : un continuum entre droites modérées et droites radicales ?

25Au terme de cet article, une esquisse provisoire du militantisme féminin de droite modérée et radicale dans l’entre-deux-guerres peut être dessinée. On distingue ainsi un militantisme héritier de la droite radicale du XIXe siècle à la Ligue patriotique des Françaises qui devient Ligue féminine d’action catholique française et un militantisme féminin né en réponse aux enjeux de l’entre-deux-guerres. Placée sous un contrôle plus stricte de l’épiscopat à partir des années 1932-1933, la L.P.D.F./L.F.A.C.F. opère une « dépolitisation » de son ordre du jour en mettant en avant l’apostolat social. Néanmoins, elle partage avec les sections féminines du P.S.F. ou les J.P. une représentation de la place des femmes dans la cité ancrée dans le social. Dans un contexte de contestation de la République parlementaire, ces groupes féminins entendent réformer en profondeur les institutions en demandant le vote comme un moyen de faire valoir des intérêts familiaux et de moraliser la vie publique et substituant l’action à la délibération aux moyens de l’encadrement des masses.

Bibliographie

ANDRIEU, Clair, « Les Résistantes, perpectives de recherche », Le Mouvement social, 1997, n° 180

BENSOUSSAN, David, « Le réveil des catholiques bretons (1924-1926) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 1998, vol. 57, n° 57, p. 57-75.

BERSTEIN, Serge, « La Ligue », dans Sirinelli, Jean-François (dir.), Histoire des droites en France, t. II « cultures », p. 60-111.

BONAFOUX-VERRAX, Corinne, À la droite de Dieu. La Fédération nationale catholique 1924-1944, Paris, Fayard, 2004.

COVA, Anne, Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2000

DELBREIL, Jean-Claude, Centrisme et démocratie chrétienne en France : le Parti démocrate populaire des origines au M.R.P. 1919-1944, Paris, Presses de la Sorbonne, 1990.

DELLA SUDDA, Magali, Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage. Socio-histoire de la politisation des femmes catholiques au sein de la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933) et de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia (1909-1919), thèse de doctorat d’histoire, Rome/Paris, La Sapienza/EHESS, 2007.

DELLA SUDDA, Magali, « La Ligue patriotique des Françaises et la condamnation de l’Action française (1926-1929) », in Jacques Prévotat (dir.), Pie XI et la France. Études réunies par Jacques Prévotat, Rome, École française de Rome, collection de l’E.F.R., n° 438, 2010, p. 205-244.

DOWNS, Laura L., “’Each and every one of you must become a chef’: Towards a social politics of working-class childhood on the extreme right in 1930s France”, Journal of Modern History, 2009, p. 1-44

DUMONS, Bruno, « L’Action française. Réseaux et figures de militantes au début du XXe siècle », dans M. Leymarie, J. Prévotat, L’Action française : culture, société, politique, vol. 1, Paris, p. 229-241 ;

GRIFFIN, Roger, Interregnum or Endgame ? Radical Right Thought in the ‘Post-fascist’ Era.

HAWTHORNE, Melanie, GOLSAN, Richard J. (Eds.), Gender and Fascism in Modern France, Hanover/London, University Press of New England, 1997.

KALMAN, Samuel, “La Politique du foyer: the role of women and the family in the national community”, in KALMAN, The Extreme Right in interwar France: The Faisceau and the Croix de Feu, Burlington: Ashgate, 2008, pp. 111-144.

KOOS, Cheryl, SARNOFF, Daniela, « France », dans K. Passmore (éd.), Women, Gender and Fascism, New Brunswick, Rutgers University Press, 2003, p. 168-178.

MILET, Marc, La faculté de droit de Paris face à la vie politique. De l’affaire Scelle à l’affaire Jeze (1925-1936), Paris, L.G.D.J., 1996.

PASSMORE, Kevin (Ed.), Women, Gender and Fascism in Europe (1919-1945), New Brunswick, Rutgers University Press, 2003.

PASSMORE, Kevin, “Catholicism and Nationalism” dans K. Chadwick, Catholicism, Politics and Society in Twentieth Century France, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 48-72.

PASSMORE, Kevin, “Planting the Tricolore in the Citadel of Communism”, The Journal of Modern History, 1999, vol. 71, n° 4, p. 814-851.

POULAT, Émile, Intégrisme et catholicisme intégral, Tournai, Casterman, 1969

PREVOTAT, Jacques, Les Catholiques et l’Action française. Histoire d'une condamnation (1899-1939), Paris, Fayard, 2001.

PREVOTAT, Jacques (Ed.), Pie XI et la France - L'apport des archives du pontificat de Pie XI à la connaissance des rapports entre le Saint-Siège et la France, Rome, École française de Rome, 2011.

READ, Geoff, “Was there a Fascist Femininity? Gender and Fascism in Political Context » dans S. Kalman, M. Dobry, L. Kestel, « Les Droites en France pendant l’entre-deux-guerres », colloque international organisé à l’Université Paris-Sorbonne, 2008.

REYNOLDS, Siân, France between Wars: Gender and Politics, London/New York, Routledge, 1996.

SARNOFF, Daniela, “Interwar Fascism and the Franchise: Women's Suffrage and the Ligues”, Historical Refections, 2008, vol. 34, n° 2, p. 112-133

SARNOFF, Daniela, “In the Cervix of the Nation. Women in French Fascism (1919-1939)”, PhD dissertation, Boston College, 2001.

SARTI, Odile, The Ligue patriotique des Françaises (1902-1933): A feminine Response to the French Secularization of Society, New York, Garland Publishing, 1992.

SIMONIN, Anne, « La femme invisible : la collaboratrice politique », Histoire @ Politique. Politique, culture, société, n° 9, septembre-décembre 2009.

SMITH, Paul, Women's Political and Civil Rights in France (1918-1940), Oxford, Clarendon Press, 1996.

SOUCY, Robert, Fascismes français, Paris, Autrement, 2006, (réed.).

VIGNE, Éric, SIRINELLI, Jean-François, « Des cultures politiques » dans J.-F. Sirinelli (éd.), Histoire des droites en France, volume 2 « Cultures », Paris, Gallimard, 1992, p. I-XI, p. III-IV

Notes

1 Éric Vigne, Jean-François Sirinelli, « Des cultures politiques » dans J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Volume 2 “Cultures”, Paris, Gallimard, 1992, p. iii-iv ; i-xi.

2 Roger Griffin, « Interregnum or Endgame? Radical Right Thought in the ‘Post-fascist’ Era; Michael Minkenberg, Pascal Perrineau, “The Radical Right in the European Elections 2004”, International Political Science Review, 2007, vol. 28, n° 1, p. 29-55 (p. 30-31).

3 Kevin Passmore, “Planting the Tricolore in the Citadel of Communism”, The Journal of Modern History, 1999, vol. 71, n° 4, p. 814-851.

4 Cheryl Koos, Daniela Sarnoff, “France”, dans K. Passmore (éd.), Women, Gender and Fascism, New Brunswick, Rutgers University Press, 2003, p. 168-178 ; voir également Green, Mary Jean, “The Bouboule Novels. Constructing a French Fascist Women”, dans M. Hawthorne, R.J. Golsan, Richard (Eds), Gender and Fascism in Modern France, Hanover/London, University Press of New England, 1997, p. 49-68; Daniela Sarnoff, “In the Cervix of the Nation: Women in French Fascism (1919-1939)”, PhD dissertation, Boston College, 2001.

5 Geoff Read, “Was there a Fascist Femininity? Gender and Fascism in Political Context”, dans S. Kalman, M. Dobry, L. Kestel, « Les Droites en France pendant l’entre-deux-guerres », colloque international organisé à l’Université Paris-Sorbonne, 2008.

6 On renverra ici à l'analyse de Samuel Kalman, The Extreme Right in interwar France : The Faisceau and the Croix de Feu, Burlington : Ashgate, 2008, pp. 111-144.

7 Bruno Dumons, « L’Action française. Réseaux et figures de militantes au début du XXe siècle », dans M. Leymarie, J. Prévotat, L’Action française : culture, société, politique, vol. 1, Paris, p. 229-241.

8 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française. Histoire d'une condamnation (1899-1939), Paris, Fayard, 2001, p. 43 et 62.

9 Magali Della Sudda, Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage. La Ligue patriotique des Françaises et l’Union entre les femmes catholiques d'Italie, thèse de doctorat, EHESS/La Sapienza, 2007.

10 B. Dumons, p. 236.

11 Magali Della Sudda, « La Ligue patriotique des Françaises et la condamnation de l’Action française (1926-1929) », in Jacques Prévotat (dir.), Pie XI et la France. Études réunies par Jacques Prévotat, Rome, École française de Rome, collection de l’E.F.R., n° 438, 2010, p. 205-244 et Bensoussan, David, « Le réveil des catholiques bretons (1924-1926) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 1998, vol. 57, n° 57, p. 57-75.

12 Eugen Weber, L'Action française, Paris, Hachette, 1990 (1962).

13 Archives de l’Action catholique des femmes, H1, Statuts du 21 mai 1902.

14 « Une visite au secrétariat central » interview de J.B. rédacteur en chef de la Croix publiée dans l’Écho de la LPDF, février 1903, p. 2.

15 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, Tournai, Casterman, 1969.

16 Anne Cova, Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2000.

17 Jean-Claude Delbreil, Centrisme et démocratie chrétienne en France : le Parti démocrate populaire des origines au M.R.P. 1919-1944, Paris, Presses de la Sorbonne, 1990.

18 François Audigier, « L’Alliance démocratique républicaine ou l’anachronisme en politique », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 47, 1995, p147-157 ; p. 150. Il voit dans l’Alliance une des formations championne du suffrage féminin, son président, Pierre Émile Flandin ayant déposé dès 1918 un projet de loi sur le vote des femmes aux élections municipales.

19 William D. Irvine, “Conservatives and the New Right during the 1930s”, French historical studies, 194, vol. 8, n° 4, p. 534-562; Kevin Passmore, “Catholicism and Nationalism” dans K. Chadwick, Catholicism, Politics and Society in Twentieth Century France, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 48-72.

20 Siân Reynolds, France between Wars: Gender and Politics, London/New York, Routledge, 1996, p. 168.

21 Kevin Passmore, « Planting the Tricolore », art. cit.

22 Daniela Sarnoff, « In the Cervix of the nation », op. cit.

23 Daniela Sarnoff, “Interwar Fascism and the Franchise: Women's Suffrage and the Ligues”, Historical Refections, 2008, vol. 34, n° 2, p. 112-133; p. 113-114.

24 Cheryl Koos, Daniela Sarnoff, “France”, dans K. Passmore, Women, Gender and Fascism, p. 168-178.

25 Claire Andrieu, « Les Résistantes, perpectives de recherche », Le Mouvement social, 1997, n° 180, p. 70. L’auteure plaide pour une analyse comparée des Résistantes et des femmes collaboratrices, c'est en évoquant ces dernières que les sections du P.P.F. sont mentionnées.

26 K. Passmore, “Planting the Tricolore”, p. 822.

27 Anne Simonin, « La femme invisible : la collaboratrice politique », Histoire @ Politique. Politique, culture, société, n° 9, septembre-décembre 2009.

28 Archives Secrètes Vaticanes (A.S.V.), Secrétairie d'État (Segr. di Stato), anno 1935, rubr. 325, fasc. 5.

29 A.S.V., Affaires ecclésiastiques extraordinaires (A.E.S.), Francia, anno 1928-1929, 684-687PO, fasc. 240. N° 690/28, lettre de la nonciature de Paris à S. Eminence Révérendissime Cardinal Pietro Gasparri, Seg di Stato S.S., le 14 février 1928.

30 Sur la condamnation de l’Action française, voir l’ouvrage très complet, bien que ne disposant pas encore des fonds Pie XI des archives secrètes vaticanes, de Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action Française, histoire d'une condamnation (1899-1939), Paris, Fayard, 2001 et Jacques Prévotat (Ed), Pie XI et la France - L'apport des archives du pontificat de Pie XI à la connaissance des rapports entre le Saint-Siège et la France, Rome, EFR, 2011, pp. 

31 Archives de l’Action catholique des femmes (A.A.C.F.), carton Marie du Rostu, Entretien de Marie Du Rostu avec P. Hervouet, p. 20.

32 A.A.C.F., H. 433 « Action française ».

33 A.A.C.F., H. 433, Action française, lettre de l’archevêché de Paris à Mme la Présidente, 15 juin 1928.

34 Kevin Passmore, “Planting the Tricolore”, op. cit., p. 831-832.

35 Il s’agirait de croiser à partir des listes de membres les appartenances. On trouve ainsi une organisation féminine, les phalangeards, confiée à Mlle Guérin, in Marc Milet, La faculté de droit de Paris face à la vie politique. De l’affaire Scelle à l’affaire Jeze (1925-1936), Paris, L.G.D.J., 1996, p. (Manque le numéro de page)

36 A.S.V., Segr. di Stato, anno 1935, rubr. 325, fasc. 5, n° 149 649 La France catholique correspondance hebdomadaire de la F.N.C. le 19 octobre 1935 n° 462. Le bulletin de la F.N.C. publie la lettre de l’évêque de Chambéry qui défend l’appartenance aux ligues.

37 A.E.S., Italia 1927-1939 773 PO 317 et A.E.S. Italia, anno. 1927-1939, 773 PO, fasc. 316. Ces directives visent notamment la double appartenance avec le Parti Populaire Italien mais aussi avec le parti fasciste.

38 A.S.V., Segr. di Stato, anno 1935, rubr. 325, fasc. 5.

39 Cheryl Koos, Daniela Sarnoff, “France”, dans K. Passmore, Women, gender and fascism, p. 176-178.

40 K. Passmore, “Planting the Tricolore”, op. cit., sur la mobilisation des enfants par le P.S.F. Laura L. Downs, “'Each and every one of you must become a chef’: Towards a social politics of working-class childhood on the extreme right in 1930s France”, Journal of Modern History, mars 2009, p. 1-44.

41 Archives de l’Archevêché de Paris (A.A.P.), 1KII7 « Union nationale pour le vote des femmes », lettre 22 novembre 1926, sn.

42 A.S.V., A.E.S., Francia, 603 PO, fasc. 129 n° 774/27 : « Documents présentés au Saint Père par le Général de Castelnau ».

43 A.A.P., 1KII7 « Union nationale pour le vote des femmes », carte d'Anne Bazy, s.d. (probablement vers 1928).

Table des illustrations

Titre Les dirigeantes lors du Congrès de fondation de la L.F.A.C.F
Légende Au centre, Mme de Saint Laurent, présidente, et Mme de Vélard, vice-présidente.
Crédits Source : A.A.C.F, H402.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Conseil central de la L.PD.F. en 1927
Légende On reconnaît au premier rang, 6e en partant de la droite, Madeleine Leclerc de Juigné entre la présidente, Mme de Vélard, et la secrétaire générale Marie Frossard.
Crédits Source : A.A.C.F. H402.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540