Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie III. Les femmes et la radicalisation des droites dans la première moitié du xxe siècle

Femmes, Conservatisme et Fascisme en Grande-Bretagne : Comparaisons et Convergences

Julie Gottlieb
Traduction de Claire Esteves

Texte intégral

1Quels ont été les liens entre la droite conservatrice « modérée » et le courant d’extrême droite que l’on peut qualifier de fascisme britannique ? Quel rôle ont joué les femmes dans l’établissement de points de convergence entre les deux tendances ? Ce chapitre étudie la collaboration et la collusion entre ces deux groupes de femmes, dont témoigne le passage de nombre d’entre elles du conservatisme au fascisme. Mais les divergences étaient aussi importantes, et comparer l’attitude des femmes conservatrices et celle des femmes fascistes vis-à-vis des affaires étrangères, leurs vues sur les « politiques de paix », et leurs positionnements respectifs dans le débat sur l’apaisement, permet de comprendre comment chaque mouvement s’est forgé sa propre identité politique féminine. Cependant, si les contrastes peuvent sembler flagrants lorsqu’ils sont examinés aussi minutieusement, il convient de mettre les choses en perspective. En effet, il ne faut pas négliger les contradictions et différences bien plus importantes qui surgiraient si l’on comparait les femmes britanniques de droite et d’extrême droite à celles du parti travailliste, du parti libéral, de diverses associations « pacifistes » ou « pacificistes », ou des multiples groupes féministes formés après la Grande Guerre, qui se souciaient soit de faire reconnaître les rôles domestiques des femmes (le « nouveau » féminisme), soit de leur faire une place dans les hautes sphères politiques nationales et internationales. Les défections au sein du parti conservateur au profit de la BUF étaient fréquentes, ce qui explique en partie que les femmes aient apporté au mouvement fasciste les expériences et les attentes qu’elles avaient forgées dans les rangs du parti conservateur, en particulier vis-à-vis du rôle approprié des femmes dans une organisation politique, des stratégies efficaces pour mobiliser le soutien des femmes, et de la féminisation de certains principes idéologiques fondamentaux du conservatisme.

2Cette histoire conjointe commence dans les années 1920, avec la collusion entre les femmes conservatrices et la première organisation fasciste britannique, les British Fascisti (BF), dont l’objectif initial implicite était de servir le parti conservateur. Elle passe ensuite par la British Union of Fascists (BUF), qui comportait à l’évidence un nombre important de femmes sorties des rangs du parti conservateur. Elle s’est conclue de façon relativement inattendue à la fin des années 1930, lorsqu’une rhétorique politique fortement marquée par la question de l’identité sexuelle, et le recours à une répartition essentialiste des rôles homme/femme ont poussé certaines conservatrices à rejoindre leurs consœurs fascistes pendant la crise de la politique d’apaisement ; un rapprochement de courte durée, les camps s’étant rapidement polarisés à l’approche de la Seconde Guerre mondiale et dans les premiers temps du conflit. En pratique et selon toute vraisemblance, même si aucun camp ne peut réellement être qualifié de pacifiste, on comptait de nombreuses conservatrices parmi les défenseurs les plus ardents de la politique d’apaisement, les femmes de la BUF ont lancé leur propre Women’s Peace Campaign (Campagne des Femmes pour la Paix) en faveur d’une paix négociée, et les femmes ont également joué un rôle important dans des groupes de droite radicale opposés à la guerre qui ont vu le jour à la veille du conflit.

  • 1 Voir David Jarvis, “The Conservative Party and the Politics of Gender”, dans Martin Francis et Ina (...)
  • 2 British Fascism, n° 11, mai 1931.

3Cette proximité entre le conservatisme et le fascisme britanniques s’est révélée dès l’apparition du fascisme en Grande-Bretagne en 1923. L'intégration très efficace des femmes et leur mobilisation pour la refonte du parti conservateur en parti de masse dans les années qui ont suivi l’élargissement du droit de vote constitue un précédent majeur pour la place proéminente des femmes parmi les British Fascisti (renommés British Fascists en 1924).1 Pour citer la formule célèbre du dissident Arnold Leese, qui recherchait une forme de racisme ultranationaliste plus poussée encore, les British Fascisti étaient « des conservateurs avec des couilles ». À l’origine, les membres des BF se portaient volontaires pour encadrer des réunions du parti conservateur, et les journaux des BF encourageaient les adhérents à voter pour les conservateurs lors des élections. Si la fondatrice des BF, Miss Rotha Lintorn-Orman, n’était pas un membre actif du parti conservateur, nombreuses étaient celles dans son organisation à avoir pris une double adhésion. Tel était le cas de la Vicomtesse Dorothy Downe, d’abord présidente de l’Association des Femmes Conservatrices de Scarborough, puis présidente de l’Association des Femmes Conservatrices de King’s Lynn, qui occupait donc des postes importants à la fois chez les BF et dans le parti tory. Naturellement, les membres des BF étaient bien plus intéressés par cette association que leurs homologues conservateurs, que les BF mettaient dans l’embarras. Au cours des années suivantes, les BF se sont forgés une identité distincte du courant conservateur dominant, à tel point qu’en 1931, ils ont rencontré la branche de Stratford de la Primrose League lors d’un débat, et non dans le cadre d’une collaboration. À cette occasion, Mandeville Roe a clairement différencié l’idéologie des BF de celle des Tories : « Le fascisme suppose la démocratie dans et par l’industrie – une démocratie responsable, et non le simple vote des masses aveugles dont nous disposons aujourd’hui. »2

  • 3 R. Lintorn-Orman, “Women’s Loyalty,” British Fascism, n° 4, New Series, juin 1934.
  • 4 David Jarvis, “Mrs. Maggs and Betty: The Conservative Appeal to Women Voters in the 1920s,” dans Tw (...)
  • 5 R. Lintorn-Orman, “Women’s Loyalty”, British Fascism, n° 4, New Series, juin 1934.

4Toutefois, dans leur approche des questions féminines, les BF se sont volontiers inspirés des théories conservatrices des années 1920 et ont adopté le même langage. Rotha Lintorn-Orman soutenait par exemple que : « Les femmes détiennent un pouvoir politique ! Laissons-les l’utiliser pour leur pays ! Les femmes sont presque sur un pied d’égalité avec les hommes dans les affaires ! Laissons-les penser au bien-être des générations futures en enseignant aux enfants que les entreprises britanniques sont les meilleures ! Les femmes dominent le noyau de l’existence : le foyer ! Laissons-les insister sur l’achat exclusif de biens britanniques. »3 Comme l’a montré Jarvis, du côté conservateur, « la propagande du parti présentait souvent la femme comme la réelle détentrice du pouvoir dans le foyer – à la fois source d’autorité parentale, gestionnaire du budget familial et influence la plus décisive sur le vote de la famille. »4 Par ailleurs, le patriotisme exacerbé des BF, leurs priorités en matière d’ordre public et leur structure paramilitaire (de nombreux membres avaient servi dans l’armée ou dans les forces coloniales), étaient autant d’éléments allant à l’encontre du climat pacifiste alors majoritaire dans le pays. Lintorn-Orman déplorait la résolution de l’Oxford Union du 1er mai 1934, et demeurait convaincue que quiconque refusant de se battre pour la couronne et la patrie « devrait être banni d’entre les hommes tel un paria, y compris les femmes et les jeunes filles »5. Si les BF n’avaient aucun lien officiel avec les conservateurs, l’affinité naturelle entre femmes des deux groupes ne fait aucun doute.

  • 6 CCO 3/1/27, Women’s Guild of Empire, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d (...)
  • 7 Voir Julie V. Gottlieb, Feminine Fascism : Women in Britain’s Fascist Movement, 1923-1945, Londres, (...)

5Durant les années 1930, le cheminement politique le plus courant était le passage, parfois temporaire, du conservatisme britannique au fascisme britannique. Certaines tendances se dégagent quant à l’appartenance simultanée ou consécutive au parti conservateur et à la BUF. Ces liens dépassaient les clivages régionaux, générationnels et sociaux. L’ancienne suffragette Mercedes Barrington, qui travaillait pour le compte du parti conservateur à chaque élection depuis 1918, est devenue un membre éminent de la BUF en 1935, avant de se présenter comme candidate à la candidature au Parlement pour le comté de West Fulham sous l’étiquette BU. Norah Elam, une ancienne suffragette qui défendait de nombreuses causes, était elle aussi membre du parti conservateur, et son mari Dudley était même président des conservateurs du Chichester jusqu’en 1934, date à laquelle ils ont tous deux rejoint la BUF. Mrs Carrington-Wood a quant à elle quitté la BUF en 1935, et sa défection a fait grand bruit : la presse a publié des passages de la lettre qu’elle avait écrite à Mosley pour expliquer son geste, dans laquelle elle exprimait ses regrets : « Les promesses faites lors de meetings ou dans les publications fascistes ne suffiront pas à apaiser les craintes des femmes, qui ne veulent naturellement pas risquer de revenir à la position qu’elles occupaient avant les suffragettes. » En devenant membre du conseil de la Women’s Guild of Empire (l’Association féminine de l’Empire) de Flora Drummond, une association affiliée au parti conservateur mais résolument antifasciste, Carrington-Wood semble avoir trouvé un meilleur compromis entre son nationalisme et ses penchants féministes.6 Issue d’une famille de conservateurs de la classe moyenne, Millicent Bullivant a été membre des BF de West Ham, avant de rejoindre la BUF et de devenir organisatrice régionale en 1934. Miss Jean Cossar a quitté son Newcastle natal pour devenir la responsable de la branche féminine de l’Association conservatrice de la section de Wansbeck, avant d’être transférée dans l’Association conservatrice et unioniste de South Hackney ; en 1934, elle a rallié la BUF. La Vicomtesse Dorothy Downe a rejoint la BUF au cours de l’année 1933, mais elle a attendu jusqu’en 1937 pour démissionner de la présidence de l’Association des femmes conservatrices de Scarborough et King’s Lynn et quitter le parti conservateur. Mrs Muriel Whinefield est restée présidente de la branche d’Alton de l’Association des femmes conservatrices pendant cinq ans avant de démissionner pour rejoindre la BUF en 1936. Mrs Hugh Rayner était la présidente de la branche féminine du parti conservateur de Whitechapel, puis elle a rejoint la BUF en 1934. Blanche Greaves, la responsable de la section féminine de la BUF du district de Kingston, avait pour mère une fervente conservatrice qui l’est restée toute sa vie. Quant à la mère de Lucy Pearson, elle avait été présidente de la section locale des conservateurs de Boxmoor.7

  • 8 “Nazi Sympathiser in Debate,” Jewish Chronicle, 25 novembre 1938, p. 42.

6Évidemment, les deux épouses de Mosley étaient pour ainsi dire des conservatrices nées. Sa première femme, Cynthia, était la fille de Lord Curzon, et un an après sa mort, son corps a été conservé dans le caveau familial de lady Astor à Cliveden, avant d’être enterré dans la propriété de Mosley à Denham, dans le Buckinghamshire. La seconde épouse de Mosley, Diana, était la fille de Lord Redesdale, un noble ultraconservateur, pro-allemand et fervent défenseur de la politique d’apaisement. La célèbre sœur de Diana, Unity Mitford, a su tirer profit de ces liens avec le parti au pouvoir pour diffuser ses opinions extrémistes. Lors d’un important débat sur la question de la paix en novembre 1938, Miss Unity Mitford « a subi une écrasante défaite au siège du parti conservateur à South Kensington » : elle s’est opposée à la motion du vice-amiral Usborne selon laquelle « le national socialisme a été profitable a l’Allemagne, mais il représente une menace pour la paix mondiale », et sur les 181 personnes présentes, seules neuf ont voté pour elle.8

  • 9 D/DU/785/42/1, Lettre de Constance Pearson au Dr Summerskill, député, le 20 octobre 1940, Bureau de (...)
  • 10 « Cher monsieur, je crains qu’il ne soit malvenu d’ajouter ne serait-ce qu’une lettre à la somme co (...)
  • 11 R. Griffiths, Patriotism Perverted. Captain Ramsay, the Right Club and British Anti-Semitism 1939-4 (...)

7Il est évident qu’entretenir ce type de relations pouvait s’avérer utile pour solliciter l’aide des parlementaires aux personnes internées dans le cadre de la Defence Regulation 18B. Au nom de sa sœur internée, Constance Pearson a ainsi attiré l’attention de trois femmes députés sur les conditions de vie des femmes en prison. Edith Summerskill, député travailliste de Fulham West, n’a rien entrepris sur la question ; Mrs Tate, député conservatrice de Frome, a contesté ces allégations ; mais Lady Davidson, député unioniste de Hemel Hampstead et amie de longue date de la famille, s’est dite choquée par ces informations et a pris la peine de visiter la prison de Holloway au début de l’année 1941.9 D’autres femmes ont sans doute échappé à l’internement grâce à leurs relations, comme la Vicomtesse Downe ou Lady Pearson (qui était aussi membre du British People’s Party). Pour compliquer encore les choses, le Docteur Maude Royden, animée par un pacifisme absolutiste, a quitté les radicaux pour rallier le parti conservateur, puis le fascisme britannique à la fin des années 1930. On trouve une lettre de sa main parmi les « Crisis Letters » (Lettres de Crise) reçues par Chamberlain à l’automne 1938,10 et rompant une fois pour toutes avec son passé politique, elle a partagé une tribune avec les pro-fascistes du British People’s Party (le Parti du Peuple Britannique, fondé en avril 1939) et le British Council for Christian Settlement in Europe (le Conseil Britannique pour un règlement chrétien en Europe).11

  • 12 “Sir Oswald Mosley’s Lively Duel with K.C. in Libel Suit,” Daily Mirror, 6 novembre 1934.
  • 13 “Womanhood in National Socialism, by Anne Brock Griggs,” Action, n° 99, 6 janvier 1938.
  • 14 “Why I Left the Tories: A Woman Explains,” Action, n° 119, 28 mai 1938.
  • 15 “To A Woman Tory, by Dinah Parkinson,” Action, n° 103, 5 février 1938.

8Quels sont les éléments que ces femmes trouvaient dans le mouvement fasciste et qui faisaient défaut à leurs yeux au conservatisme ? À l’ouverture du procès en diffamation de Mosley contre le Daily News en 1934, on lui a demandé : « Que vient faire un meeting aérien dans un mouvement politique ? » À quoi Mosley a répondu : « Toute manifestation faisant la promotion de sports virils est d’une grande importance pour un mouvement comme le nôtre. La Ligue Impériale Junior organise des tournois de whist et des bals, nous nous avons l’aviation et la boxe… Voilà toute la différence entre nous et les conservateurs. »12 Suivant l’exemple de leurs dirigeants, les femmes de la BUF étaient désireuses de se distinguer et de différencier leurs activités de celles des conservatrices. Selon Anne Brock Griggs, le conservatisme, « qui n’est aujourd’hui qu’une forme plus respectable de socialisme, en appelle à l’amour de la sécurité, un argument qui séduit tout particulièrement les femmes. En attisant cette peur, les femmes sont encouragées à se satisfaire des maux actuels, plutôt que de prendre le risque d’y remédier. »13 Aux yeux d’une autre transfuge, « Le comportement du parti conservateur [est] tout à fait puéril. Des heures précieuses sont perdues en bavardages, réceptions, parties de whist et autres jeux pour les jeunes membres de la Primrose League… Dès l’instant où l’on mentionne Dieu ou la politique, on est sommé de se taire. »14 Pour cette femme, la BU offrait un environnement politique où vivre pleinement sa religion chrétienne. Dinah Parkinson se décrivait ainsi : « [je suis] issue d’une famille conservatrice de longue date, et avant ma conversion à la BU j’étais une Tory novice, mais convaincue » ; elle reprochait aux femmes conservatrices d’être hypnotisées par un gouvernement national « qui prétend ouvertement que la prospérité est revenue, en omettant bien sûr de dire que cet essor n’est que transitoire et qu’il est alimenté par un plan de réarmement qui aurait dû commencer il y a des années. » Parkinson se moquait de leurs « mondanités, leurs débats et leurs jours où hisser le drapeau », et prévoyait que de nombreuses femmes conservatrices allaient « être accueillies dans les rangs de la BU, comme des femmes patriotes, impatientes de ne servir que les intérêts de la Grande-Bretagne et de son peuple. »15 Si la femme conservatrice était perçue comme timide et myope, il s’agissait plus de lui montrer la lumière que d’exiger d’elle une volte-face, une conversion instantanée à une nouvelle foi politique. Et de fait, à voir tant de femmes passer par le parti conservateur pour finalement rejoindre les fascistes britanniques, on comprend que les conservateurs aient pu nourrir certaines craintes face à la menace que représentait ce mouvement pour leur propre recrutement.

  • 16 ARE 11/11/3, Compte-rendu d’une réunion du Comité du conseil consultatif féminin du Comté de Somers (...)

9Les deux mouvements semblaient être en compétition directe pour recruter certains types de membres, et les conservatrices en avaient bien conscience. L’une d’entre elle, Mrs Bell Cairns, exprimait par exemple la crainte que la branche de Bristol-Est soit contrainte de se dissoudre si l’administration centrale du parti conservateur ne lui octroyait pas davantage de fonds, d’autant plus que le mouvement fasciste attirait les jeunes hommes de la circonscription, et que ceux-ci ne devaient verser que douze livres à la British Union of Fascists pour leur inscription annuelle.16 De fait, peu de temps après le grand rassemblement dans la salle londonienne de l’Olympia, le Premier ministre Stanley Baldwin, conscient de cette menace pour le BUF, adressa la mise en garde suivante à ses partisans :

  • 17 Baldwin continue : « Pour moi, ce mouvement présente deux dangers. Tout d’abord, à mesure qu’il att (...)

Je ne citerai pas de noms, je souhaite seulement mettre en garde ceux qui envisagent de quitter leur parti pour rejoindre un nouveau mouvement, et les assurer qu’ils peuvent faire quelque chose de plus constructif pour ce pays que, tout comme moi, ils aiment. La politique du fascisme relève de ce que l’on pourrait appeler un conservatisme ultramontain. Elle reprend de nombreux principes de notre parti et les pousse vers un dénouement qui, s’il devait se réaliser, serait je crois désastreux pour notre pays. Mais elle a hérité du continent une chose qui est tout à fait étrangère à nous autres Anglais, la volonté ultime, partagée par les communistes, de réduire à néant l’opposition et d’employer des méthodes dictatoriales.17

  • 18 Voir LP/FAS/34, Enquête du parti travailliste sur l’activité fasciste, Musée National de l’Histoire (...)

10Pour Baldwin, cela ne manquerait pas de mener le pays à la guerre civile, et il a donc imploré les Tories de ne pas « sortir des rangs pour rallier une autre troupe ». Il est vrai que certains ont été séduits par la forme de conservatisme plus militante offerte par le fascisme britannique, même si les défections n’ont jamais été assez nombreuses pour inquiéter sérieusement les conservateurs. L’enquête du parti travailliste de 1934 a montré que le nouveau parti des Chemises noires avait peu de chances d’attirer beaucoup de travaillistes, mais au niveau de la base, la BUF attirait l’attention et le soutien de conservateurs locaux, souvent des femmes.18

  • 19 ARE 3/11/1, Compte-rendu du Comité consultatif féminin, de juin 1933 à mai 1934, pour le Lancashire (...)
  • 20 1934/19, Stanley Baldwin MP, « Notre patrimoine de liberté : la menace de la dictature », discours (...)
  • 21 ARE 3/11/1, Compte-rendu du Comité consultatif féminin, de juin 1934 à mai 1935, pour le Lancashire (...)

11Pourtant, la consultation des archives du Comité central consultatif féminin du parti conservateur et celles des organisations féminines régionales tend à suggérer que les variantes nationales et internationales de fascisme ne suscitaient pas de réelles préoccupations. Une exception cependant : la situation dans le nord-ouest, où le Comité consultatif féminin du Lancashire, Cheshire et de la province du Westmorland s’est senti dans l’obligation d’adopter en 1934 une résolution succincte selon laquelle : « Les membres de cette assemblée pensent que le fascisme, comme toute autre forme de dictature, n’est pas une méthode de gouvernement adaptée à notre pays. »19 Elles suivaient en cela la ligne adoptée par la direction du parti. Stanley Baldwin appelait le fascisme et le communisme « ces deux plantes parasites » et soulignait leurs similitudes : « Tous deux comptent sur la force pour arriver à leurs fins et établir une dictature ; et tous deux pensent, comme vous l’avez vu sur le continent, que puisqu’ils sont arrivés au pouvoir – peu importe ici qu’il s’agisse de communistes ou de fascistes – par la force, il leur faut réprimer par la force toute opinion indépendante, tout point de vue qui ne va pas dans leur sens, en d’autres termes, supprimer tout ce qui a pu croître dans notre peuple ces derniers 800 à 1000 ans. »20 Un an plus tard, la même branche adoptait la résolution suivante : « Les membres de cette assemblée pensent que le mouvement fasciste va à l’encontre des principes de gouvernement appliqués dans ce pays. »21 Ils ont également consigné un débat intéressant qui avait eu lieu après leur réunion du 9 juin sur « L’avancée du fascisme dans la région nord-ouest », et lors de leur conférence annuelle ultérieure en octobre 1934, le premier sujet débattu fut : « Les dangers du fascisme pour notre parti et notre pays ». On peut raisonnablement affirmer que l’inquiétude accrue des conservatrices du nord-ouest vis-à-vis du fascisme était davantage motivée par leur situation locale que par une meilleure connaissance des relations internationales. Cela s’explique sans doute par la présence ostensible de la BUF dans la région. Le parti fasciste avait concentré ses efforts de recrutement sur le nord-ouest après avoir essuyé une série d’échecs dans le sud, dans l’espoir de tirer profit de la crise de chômage qui frappait l’industrie textile. Elle y avait installé un siège local en 1934 (fermé en 1937), et Mosley avait même envisagé d’installer le siège national du parti à Manchester.

  • 22 Dan Stone, Responses to Nazism in Britain, 1933-1939, Houndsmill, 2003, p. 143.
  • 23 ARE 3/11/2, Compte-rendu du Comité consultatif féminin de la province du nord-ouest, rapport annuel (...)

12Mis à part dans cette région, le terme « fascisme » est rarement mentionné dans les comptes-rendus des associations de femmes conservatrices ; le terme « dictature » apparaît parfois, mais plutôt comme une expression recouvrant les extrêmes de droite et de gauche, et ce de plus en plus régulièrement à l’approche de la guerre. L’ennemi perpétuel restait « les socialistes », c’est-à-dire le parti travailliste, ainsi que les forces obscures du communisme et sa présumée machine de propagande, le Left Book Club. Les femmes tory encourageaient d’ailleurs les adhérentes à rejoindre le Right Book Club concurrent, qui proposait une sélection de livres prônant « la défense des ‘valeurs traditionnelles’, l’anticommunisme et la défense de la politique d’apaisement ».22 L’anticommunisme des conservatrices perdura pendant toute la guerre, comme l’absence de contribution réelle de leur part à l’Aid to Russia Fund (Fond d’aide à la Russie) de Mrs Clementine Churchill, tant elles étaient persuadées que ce qui était autrefois une organisation sans étiquette était désormais phagocytée par la gauche, et que les femmes conservatrices « se trouvaient littéralement submergées par le nombre, les votes et les activités sans scrupules de ceux qui font passer leur parti avant leur pays. »23 Durant cette période, l’anticommunisme était bien plus profondément ancré dans la pensée conservatrice que l’antifascisme, ce qui explique en partie pourquoi les femmes conservatrices et fascistes partageaient certaines idées sur la question la plus brûlante de cette époque : la paix.

13Il est intéressant de comparer les positions des femmes conservatrices et fascistes britanniques sur l’épineux problème de la paix et des politiques de paix. Dans les deux cas, leur mouvement n’était pas traditionnellement associé au pacifisme, et selon toute évidence, les femmes du parti conservateur comme celles de la BUF étaient hostiles au mouvement pacifiste en tant que tel, et avaient une position ambiguë sur la League of Nations Union (LNU). Toutefois, aucun parti n’aurait osé défendre publiquement autre chose que la paix, et dans leurs publications destinées à attirer de nouvelles adhérentes, les conservateurs se montraient très clairs sur ce point :

  • 24 1938/133, “Why You Should Join the Women’s Branch of Your Local Conservative and Unionist Party,” A (...)

[Notre parti] est un parti de paix : même s’il a toujours lutté – et continuera de le faire – pour freiner la course à l’armement par des accords internationaux, le parti conservateur reconnaît que notre pays doit être fort sur le plan de la défense pour que sa sécurité soit assurée et sa voix respectée de par le monde. Une politique de réarmement doit toutefois s’accompagner de tentatives positives pour lever par la négociation et la conciliation les doutes, les injustices et les craintes qui sont les causes sous-jacentes de la guerre.24

  • 25 Dan Stone, Responses to Nazism in Britain, 1933-1939, Houndsmills, 2003, p. 49-50.

14Comme l’observe Dan Stone à juste titre, jusqu’à la fin des années 1930, le « pacificisme » était la position la plus généralement répandue dans la population, et même « de nombreux gauchistes antifascistes se sont notoirement opposés au réarmement jusqu’à la fin des années 1930, et les apologistes de la politique d’apaisement remarquent que la Grande-Bretagne n’était pas en mesure de combattre jusqu’au jour où Chamberlain a finalement déclaré la guerre, et que toute tentative sérieuse d’augmenter les dépenses militaires dans la première moitié des années 1930 n’aurait suscité que des moqueries de la part de l’électorat. »25 Pourtant, les tenants du conservatisme comme du fascisme étaient agacés par le pacifisme absolutiste, volontiers associé à de la lâcheté ou de l’absentéisme de gauchistes, autant que par l’internationalisme, synonyme pour eux de conspirations judéo-communistes et de tendances antinationales malveillantes.

15L’échange suivant, qui a eu lieu lors du Conseil consultatif féminin des conservateurs du Somerset, illustre bien l’incompatibilité entre le conservatisme et l’internationalisme pacifiste, une position qui, nous l’avons vu, était très en vogue à cette période :

  • 26 ARE 11/11/3, Compte-rendu de la réunion du Conseil consultatif féminin du comité du comté de Somers (...)

Mrs Croom-Johnson suggéra alors de proposer une résolution sur le « désarmement ». Lady Meade-King, au nom de la section de Taunton, accepta de trouver quelqu’un pour proposer la résolution si l’on trouvait une formulation adéquate. Mrs Croom-Johnson suggéra de reprendre la formule utilisée lors de la conférence de Cornouailles, et lut cette dernière. Ce fut alors un tollé général, alimenté par Mr Hayter de Bridgewater, arguant que cette formulation était inepte et qu’il ne fallait pas l’accepter. Le secrétaire avança alors que cela était peut-être hasardeux dans la situation actuelle, et qu’il était plus sage de ne pas proposer de résolution sur le « désarmement » si celle-ci n’était pas véritablement utile. À l’unanimité on décida de ne pas inclure de résolution sur le « désarmement ».26

16De telles questions n’étaient certainement pas sources de désaccords au sein du parti travailliste ou de la League of Nations Union (LNU).

  • 27 CCO 170/2/1/1, Compte-rendu de l’Assemblée générale des responsables de la société nationale des fe (...)

17Que pensaient les femmes du parti conservateur de la League of Nations Union ? Le Comité central consultatif féminin du parti y avait envoyé une représentante, Mrs Wilson-Fox, mais dans l’ensemble, la tendance était plutôt à la réserve, voire à la suspicion. Par exemple, face aux sollicitations en faveur des victimes espagnoles ou des réfugiés tchèques, le comité s’est montré pour le moins mitigé, pour ne pas dire indifférent à la souffrance des étrangers. En réalité, il semble que les conservatrices aient cherché à être représentées à la LNU afin de surveiller l’organisation, et non d’y collaborer. Les organisatrices des branches féminines du parti conservateur voyaient l’importance d’envoyer des représentantes aux réunions de la LNU et du Conseil sur la Paix, et insistaient sur le fait que ces femmes devaient être animées de « profondes convictions et principes conservateurs, car des représentantes influençables envoyées dans ce genre de réunions pourraient se laisser convaincre par les opinions adverses. »27

  • 28 ARE 3/11/1, Compte-rendu de la réunion du Comité du conseil consultatif féminin de la province du n (...)
  • 29 CCO 170/1/1/1-CCO170/1/1/2, Compte-rendu de la réunion du Comité central consultatif féminin, 22 ma (...)
  • 30 ARE 3/11/3, Compte-rendu du 21 février1938, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Unive (...)
  • 31 CCO 170/1/1/1-CCO 170/1/1/2, Compte-rendu de la réunion du Comité central consultatif féminin, 28 j (...)
  • 32 CCO 170/1/1/1-CCO170/1/1/2, Compte-rendu du Comité central consultatif féminin, 9 mai 1946, Archive (...)
  • 33 « Mrs Emmet, veuve et grand-mère âgée d’une cinquantaine d’années, réside au château d’Amberley dan (...)
  • 34 Voir Christine Bolt, Sisterhood Questioned?: Race, Class and Internationalism in the American and B (...)

18La propagation d’idées pacifistes était jugée plus inquiétante encore que celle des idées fascistes. Ce lien ténu avec la LNU soulevait quelques critiques à la base du parti, et les conservatrices de la région nord-ouest transmirent en novembre 1937 une résolution indiquant que leur assemblée « reconnaît l’importance vitale d’arriver à une opinion raisonnable sur la question de la paix, et pense qu’il faudrait une présence individuelle plus forte des conservateurs dans les branches de la LNU. »28 Cependant, au niveau national, lorsque l’International Peace Campaign et l’organisation des Semaines de la Paix commencèrent à soulever quelques interrogations, « Lady Falmouth déclara que la question de la participation aux manifestations pour la paix méritait d’être mûrement réfléchie, mais que dans l’ensemble, le bureau central pensait qu’il était préférable d’y participer, lorsque cela était possible, afin de s’assurer que le mouvement ne s’écarterait pas du droit chemin. »29 Mais y participer, ne serait-ce que pour s’assurer que la LNU n’allait pas se dévoyer, devint plus délicat l’année suivante. En effet, puisque « la LNU vient d’organiser les Semaines de la Paix aux côtés de la National Peace Campaign et de la PPU [Peace Pledge Union], et que ces deux organisations s’inscrivent dans la mouvance communiste, le siège du parti recommande désormais aux circonscriptions de ne plus prendre part aux Semaines de la Paix. »30 Ce n’est qu’en juin 1939 que le Comité consultatif féminin reconnut qu’il « ne souhaitait plus prendre part aux cérémonies d’anniversaire de la LNU, que ce soit pour vendre des tickets ou pour assister au grand rassemblement du mois de décembre. »31 (Étant donnée cette position, on peut peut-être déceler une certaine ironie dans le fait que le gouvernement ait nommé Miss Irene Ward, Commandeur de l’Ordre de l’Empire Britannique [CBE] et député, comme déléguée remplaçante à l’Assemblée de la Société des Nations en 1938-1939.) Il n’est donc guère surprenant que le comité, faisant si peu de cas de l’organisation, ait cessé d’être représenté à la LNU en octobre 1944. Mais lorsque l’Association des Nations Unies fut créée en 1946 et qu’elle commença à monter des sections locales, la réaction fut différente : « Persuadé que l’Organisation des Nations Unies constitue la seule voie réelle et concrète d’arriver vers une entente internationale, le Congrès des femmes conservatrices se réjouit de la formation de la l’Association des Nations Unies, qui permettra de sensibiliser l’opinion publique aux objectifs de l’ONU, et recommande aux membres de nos associations féminines de les soutenir activement. »32 De fait, en 1952, Evelyn Emmet, juge de paix, élue au Conseil du Comté de West Sussex et présidente du Comité national consultatif féminin du parti conservateur fut la première femme britannique nommée déléguée permanente à l’Assemblée générale des Nations Unies.33 Dans l’ensemble, les femmes du parti conservateur étaient assez réservées sur la question de l’ordre mondial et de la capacité des femmes à le faire évoluer, et adoptaient une position assez ambivalente vis-à-vis de la paix. Leur scepticisme face à la Société des Nations est assez compréhensible, surtout compte tenu de l’optique de leur parti. Pendant cette période, c’est à Genève que les pacifistes féministes ont réellement pu s’exprimer, en manifestant en faveur du désarmement, en conduisant des missions de paix, et en s’opposant à l’impérialisme, autant de sujets assez éloignés de la ligne conservatrice !34

  • 35 Norah Elam, “J’Accuse: Failure of the Women’s Movement,” Action, n° 138, 8 octobre 1938. Voir égale (...)
  • 36 “Candid Commentary by Olive Hawks”, Action, n° 112, 9 avril 1938.
  • 37 “Women! You Can Stop the War, by Olive Hawks”, Action, 26 mars 1938.

19Au sein de la British Union of Fascists, on retrouve de nombreuses positions partagées par les femmes du parti conservateur quant à l’internationalisme, mais poussées à des extrêmes d’intolérance. Les femmes de la BUF étaient particulièrement hostiles au mouvement international et transnational pour la paix, elles manifestaient une profonde antipathie envers les pacifistes féministes, et réservaient leurs invectives les plus virulentes aux femmes britanniques qui « ont égrainé tous les groupes bellicistes engendrés par ces temps décadents. »35 Les partisanes de la BU faisaient preuve de tout autant de cynisme sur la question de la sécurité collective. Olive Hawks s’est ainsi moqué d’Eleanor Rathborne et de son livre War Can Be Averted (La guerre peut être évitée) : « Une nouvelle guerre ‘pour arrêter la guerre’ et ‘préparer le monde à la démocratie’, apparemment ! »36 Ces femmes poussaient cet isolationnisme étriqué à son extrême. Olive Hawks renversait même les théories féministes sur l’isolationnisme et les aptitudes naturelles des femmes en matière de conciliation et de diplomatie pour nourrir son propre raisonnement : les femmes pouvaient aider à supprimer l’état d’esprit qui mène à la guerre « en condamnant ouvertement et sans trembler les manigances douteuses du parti travailliste, en appelant les femmes de Grande-Bretagne à prendre conscience que les insultes répétées à d’autres pays et l’ingérence continuelle dans des sujets qui ne nous concernent pas ne peut qu’attiser la haine, (…) qui elle-même ne peut conduire qu’à un horrible cataclysme. »37 Aux yeux de la BUF, il était préférable que les femmes ne se mêlent pas de politique internationale et que la Grande-Bretagne ne se mêle pas des affaires étrangères.

  • 38 À cet égard, la transcription de l’appel de Mrs Temple Cotton auprès du Conseil consultatif est tou (...)
  • 39 “Democratic Liberty,” Action, n° 159, 11 mars 1939.
  • 40 Action, n° 151, 14 janvier 1939.
  • 41 “Women Demand Peace!”, Action, n° 137, 1er octobre 1938.
  • 42 “The Individual as Revolutionary: Woman’s Part in British Union,” Action, n° 153, 28 janvier 1939.
  • 43 “Mother’s Day for Aliens,” Action, n° 169, 20 mai 1939.
  • 44 “BUF’s Unhappy Birthday, Jewish Chronicle, 30 septembre 1938.

20En poussant à l’extrême la logique de l’isolationnisme tory, les femmes fascistes menèrent des campagnes concertées anti-réfugiés et anti-philanthropiques dans les journaux du mouvement.38 La juxtaposition suivante avait pour but d’expliciter l’opinion à avoir sur les étrangers : « Lorsque Miss S. A Draper, domiciliée à Merrow Lane, Guilford, Surrey, a été convoquée hier pour non-paiement des impôts locaux, elle a déclaré n’avoir vécu que d’eau depuis 30 jours. (Daily Sketch) (…) Au même moment avait lieu le temps fort de la ‘Semaine de l’Espagne’ à Guilford : une réunion et une collecte pour les réfugiés juifs. »39 En 1939, la déclaration suivante a été publiée à de nombreuses reprises dans le journal Action de la BUF : « Qui est persécuté ? (…) Des millions de livres pour les Espagnols, les Chinois, les Autrichiens, les Tchèques, les Abyssins et les juifs : RIEN POUR LES BRITANNIQUES. Pour la British Union, charité bien ordonnée commence par soi-même : pas un penny pour les étrangers tant que les Britanniques mourront de faim. »40 La BU présentait la Grande-Bretagne en victime, insistait sur le fait qu’il ne fallait pas se soucier des victimes en Europe, et invoquait le visage maladif des familles britanniques de la classe ouvrière pour émouvoir la nation. De plus, la rhétorique de la campagne pour la paix évoquait à peine l’héritage féministe, mais cherchait plutôt à attirer les femmes en faisant appel à leur rôle traditionnel. On leur expliquait que : « Vous les femmes, vous ne voulez pas de cette guerre de politiciens. Vous savez ce qui importe vraiment : le foyer. AUCUN FOYER BRITANNIQUE ne sera menacé si nos politiciens ne s’engagent pas dans une guerre pour quelque querelle étrangère. (…) Battez-vous chez vous pour ce qui vous est cher ; battez-vous chez vous pour le droit de vivre ; battez-vous pour la santé et la sécurité de vos enfants, pour vos maisons, l’emploi de votre mari, la sécurité. Défendez la paix de toutes vos forces. »41 Le militantisme des femmes de la BU ne venait donc pas contester mais plutôt réaffirmer le rôle de la femme au foyer. Paradoxalement, on leur apprenait aussi à utiliser leur féminité pour faire mentir la croyance qui veut que le sexe faible prenne nécessairement le parti des opprimés. Alors que la crise des réfugiés était à son comble, on leur prodigua ce conseil : « dans les magasins, les groupes de parents à l’école, les associations, lors des réunions de préparation aux bombardements, dans les associations de citoyennes, les instituts de femmes… une femme a de multiples occasions d’inspirer une résistance sans faille au narcotique de la sensiblerie. » On les encourageait à écrire aux journaux locaux « alors qu’augmente le flot d’enfants juifs réfugiés, et que la presse et les chaires déversent des torrents de sensiblerie répugnante. »42 Les campagnes d’aide aux réfugiés, comme le Fonds d’aide aux réfugiés de Lady Baldwin ici visé, étaient décrites comme rien de plus qu’une « nouvelle tentative pour détourner de l’argent britannique, directement dans les poches des étrangers, » alors qu’il fallait donner la « priorité aux enfants britanniques ».43 Pour le Jewish Chronicle, cela ne faisait aucun doute : « C’est son propre intérêt que Mosley a en tête lorsqu’il foule le pavé londonien en grand défenseur de la paix. Il cherche à transformer le rejet général de la guerre en sentiment anti-juif et pronazi. »44 En effet, le plus vil des racismes était ici dissimulé sous l’apparence de l’isolationnisme féminin et du poncif de l’instinct maternel poussant les femmes à protéger ce qu’elles ont de plus cher.

  • 45 Cité dans Sybil Oldfield, Women Against the Iron Fist: Alternatives to Militarism 1900-1989, Oxford (...)
  • 46 NC 13/12/778, Lettre d’une anonyme à Mme Chamberlain, 30 septembre 1938, Université de Birmingham.

21Quelles étaient les positions respectives des femmes du parti conservateur et du mouvement fasciste sur la question de la politique d’apaisement, et comment ont-elles réagi à mesure que les circonstances changeaient et que la crise empirait ? Les représentations liées à l’identité sexuelle avaient leur importance dans le débat sur l’apaisement, notamment à travers l’opposition assez simpliste entre, d’une part, le pacifisme féminin – cette idée selon laquelle l’identité biologique essentielle de la femme (mère, épouse, sœur) la pousse à soutenir la paix coûte que coûte – et d’autre part, la belligérance et l’impétuosité masculines, qui mènent droit à un conflit mondial. Naturellement, cette différenciation sociale entre les sexes n’était pas l’apanage de la droite, elle avait aussi été exploitée par les mouvements pacifistes féministes avant la Première Guerre mondiale et au cours des années suivantes. En 1915, Catherine a déclaré au parti travailliste indépendant de Bradford que : « Lorsqu’il sera pleinement réalisé, le sentiment de maternité partagée qu’attise aujourd’hui le Mouvement des Femmes empêchera toute nation de tuer les fils d’une autre nation. »45 Cette dichotomie est parfaitement illustrée par les « Lettres de crise » reçues par Neville et Annie Chamberlain en septembre 1938, des lettres envoyées par des personnes d’influence mais aussi souvent par de simples citoyens anonymes. La grande majorité de ces lettres étaient écrites par des femmes qui remerciaient avec beaucoup d’émotion le Premier ministre et sa femme d’avoir maintenu la paix en Europe. Il s’agit presque exclusivement de lettres de félicitations débordantes de gratitude, mais qui trahissent de maigres connaissances sur la complexité des affaires étrangères. Pour prendre un exemple assez représentatif, une femme écrit ainsi à l’épouse du Premier ministre : « J’aimerais que les Femmes d’Angleterre et le Forum des mères puissent faire quelque chose pour vous, afin d’exprimer à M. Chamberlain notre plus profonde gratitude […] De la part d’une mère dont le fils unique vient juste d’avoir dix-huit ans. »46 Non seulement le combat pour la paix était perçu comme l’apanage des femmes, comme le fruit de leur féminité, mais les femmes semblaient plus particulièrement reconnaissantes pour la paix et les efforts des artisans de la paix.

  • 47 NC 13/11/661, De Dino Grandi, Ambassade d’Italie, 4 Grosvenor Square, à N. Chamberlain, 16 septembr (...)
  • 48 NC 13/11/678, De Nevile Henderson, Ambassadeur de Grande-Bretagne, Berlin, à Neville Chamberlain, 3 (...)

22Dans cette même veine, Dino Grandi, l’ambassadeur d’Italie à Londres, écrivit un message personnel à Chamberlain le 16 septembre 1938, afin d’exprimer son admiration devant tout ce que le Premier ministre faisait pour « sauver notre monde d’une catastrophe qui semblait encore inévitable il y a deux jours de cela, parce que la situation était en train d’échapper au contrôle des hommes d’État. […] Les difficultés qui nous attendent sont encore considérables, mais vous avez brisé la spirale infernale et des millions de mère en Europe et dans le monde vous bénissent aujourd’hui. »47 De même, Nevile Henderson écrivit ces mots depuis l’ambassade britannique à Berlin : « Ce que j’ai ressenti ce matin est inexprimable. J’ai remercié le ciel qu’en ces temps décisifs, nous ayons un Homme comme Premier ministre. La Providence a souvent souri à l’Angleterre, mais jamais autant que ce dernier mois. Ce soir, des millions de femmes à travers le monde vous bénissent, ainsi que votre courage et votre énergie. »48 Chamberlain était représenté comme le héros des femmes aux quatre coins de la planète.

23Certains commentaires qu’a pu faire Chamberlain sur sa popularité disproportionnée au sein de la gent féminine montrent qu’il considérait ces messages de soutien avec quelque intérêt, en particulier après que l’opinion publique eut commencé à se retourner contre lui. Le 11 mai 1939, lors d’un meeting de femmes conservatrices, il s’adressa ainsi à la foule :

  • 49 1939/7, Les grands discours du Premier ministre : La Paix par la force, Grand discours de M. Chambe (...)

Ces temps-ci, il semblerait que je sois devenu la cible de nombreux œufs pourris, mais je puis vous assurer que cela ne m’empêche nullement de dormir, car je suis convaincu d’avoir le soutien des femmes de ce pays, qui sont certainement plus lucides que ceux qui se laissent aveugler par leurs préjugés personnels ou ceux de leur parti. De plus en plus de femmes font entendre leur voix en politique, et il n’est pas de sujet sur lequel elles soient plus en droit de s’exprimer que celui des affaires étrangères, qui aujourd’hui, plus que jamais, risquent d’affecter leur bien-être futur ainsi que la sécurité de leurs enfants. Pour cette raison, vous avez, si j’en crois ma correspondance, suivi avec grand intérêt le cours des évènements ces douze derniers mois. Vous avez observé les déplacements du vieux parapluie, vous avez, il me semble, approuvé nos efforts déterminés et jusqu’ici couronnés de succès pour mettre l’Europe à l’abri de la guerre.49

  • 50 NC 13/12/700, Grand Conseil des femmes, Primrose League, Lettre à Mme Chamberlain, le 30 septembre (...)

24Par ailleurs, si l’on en croit les archives des associations de femmes conservatrices, les femmes avaient peu d’influence sur l’orientation politique du parti, et elles ne cherchaient guère à remettre en cause le paternalisme ambiant, ce qui est assez paradoxal quand on considère la capacité du parti à mobiliser et organiser ces dernières. Les femmes conservatrices se présentaient comme les soutiens indéfectibles de leurs dirigeants, et ne souhaitaient ni remettre en question la direction masculine du parti, ni améliorer leur position dans la hiérarchie. Elles exprimaient plutôt une gratitude respectueuse, comme le montre cette « Lettre de crise » : « Je vous écris au nom des membres du Grand conseil féminin de la Primrose League pour vous faire part de la profonde admiration que nous ressentons pour votre mari et pour la façon dont il a traité une crise internationale presque sans égale dans l’histoire de l’humanité. Nous lui vouons, comme des millions de femmes de toutes nationalités, une reconnaissance inexprimable. »50 En effet, il semble qu’au niveau local, le soutien à Baldwin, puis à Chamberlain, ait été bien plus farouche que celui accordé au Premier ministre en temps de guerre, Winston Churchill. En tout cas, les archives montrent que l’on comptait peu d’adeptes de Churchill parmi les femmes du parti avant 1940.

  • 51 ARE 3/11/1, Compte-rendu, 24 novembre 1938, Comité consultatif féminin de la province du nord-ouest (...)
  • 52 Beatrix Campbell, The Iron Ladies: Why Do Women Vote Tory?, Londres, Virago, 1987, p. 66-67.
  • 53 CCO 170/3/1, Union nationale des associations conservatrices et unionistes : Comité central consult (...)

25L’une des branches féminines les plus véhémentes et dynamiques, celle de la province du nord-ouest, appuyait énergiquement la politique d’apaisement ; ses membres déclarent par exemple être « chaudement reconnaissantes envers M. Neville Chamberlain pour les services rendus à son pays et à la cause de la paix. Elles sont convaincues que l’application rapide d’un programme conséquent de réarmement et de mesures défensives exhaustives est essentielle si ce pays veut pouvoir influencer le maintien de la paix et de la sécurité. Elles espèrent vivement qu’un plan va rapidement être adopté pour organiser, en temps de paix, le service militaire de tout citoyen mobilisable afin que l’effort national soit le plus important possible en temps de guerre. »51 Comme le souligne Beatrix Campbell, « la loyauté l’a emporté à nouveau quand les femmes conservatrices ont approuvé la politique d’apaisement du gouvernement vis-à-vis d’Hitler à Munich en 1938. Lors de la conférence des femmes du parti en 1939, après l’invasion de la Tchécoslovaquie et de l’Abyssinie par les troupes fascistes, une intervenante à la tribune qui regrettait que ‘pendant que Londres se réjouit, la Tchécoslovaquie pleure ses morts’, fut interrompue par une personne de l’assistance rétorquant : ‘Nous ne sommes pas là pour critiquer.’«52 En effet, la politique d’apaisement semble même avoir attiré de nouvelles recrues dans les rangs du parti conservateur : en 1938, on enregistra 4000 nouvelles adhésions ; à la fin de l’année 1938, 135 circonscriptions employaient des organisatrices, alors qu’elles n’étaient que 117 en 1937 ; le siège du parti envoya des femmes prendre la parole lors de 3698 meetings, en plus des milliers de réunions des branches et sections féminines ; et en 1938, la diffusion de Home and Empire s’élevait à 223000 exemplaires, soit 9000 exemplaires de plus qu’en 1937.53 On pourrait expliquer cette expansion par un regain de politisation des femmes à l’approche de la guerre, mais en réalité, cela s’explique plutôt la popularité de Chamberlain dans l’électorat féminin.

  • 54 Il y avait indubitablement de nombreuses similitudes idéologiques entre les femmes du parti conserv (...)
  • 55 « Correspondance : 1. Conseil consultatif féminin de la LNU : la Présidente a fait part de la récep (...)
  • 56 Un extrait d’une résolution des femmes du parti travailliste du mois d’octobre 1938 suffira à souli (...)

26Si l’exemple des femmes conservatrices de la région nord-ouest pourrait suggérer un intérêt durable pour les affaires étrangères, il semblerait plutôt que face aux défis de la crise internationale, les femmes du parti conservateur aient choisi de se lover dans un isolationnisme étriqué. Il ne s’agit pas là de sous-estimer l’attention portée aux affaires étrangères dans leur éducation politique, mais le fait est que la formation des femmes sur cette question était bien plus poussée au sein des autres partis.54 Leur étroitesse de vue est aussi illustrée par le fait qu’elles n’aient apparemment pas participé aux actions philanthropiques en faveur des victimes du fascisme.55 Les conservatrices étaient vraiment les disciples dociles de Chamberlain, et donc de grandes avocates de la politique d’apaisement ; des « femmes coupables », pourrait-on dire, fidèles à une union traditionnellement servile et trop confiante avec les « hommes coupables ». Cette attitude, cette soumission volontaire à une hiérarchie patriarcale, et ce choix de ne pas s’impliquer dans les affaires étrangères, étaient assez inhabituels dans ces années suivant l’accès des femmes au droit de vote. Cela n’était pas du tout le cas pour les femmes des partis travailliste et libéral, ou pour celles qui s’engageaient dans des organisations féministes et pacifistes.56

  • 57 NC 13/12/165, Lettre d’Emerald Cunard à Mme Chamberlain, 30 septembre 1938, Papiers personnels des (...)
  • 58 NC 13/11/711, Lady Londonderry à Neville, 17 septembre 1938, Université de Birmingham.
  • 59 NC 13/11/747 Dame Christabel Pankhurst à Mme Chamberlain, 23 septembre 1938, Université de Birmingh (...)

27On associe souvent l’histoire de l’apaisement dans les années 1930 au mythe du Cliveden Set et à son hôtesse charismatique née aux États-Unis, Nancy Astor, la première femme à siéger au Parlement britannique. À Londres, une autre hôtesse aux sympathies pronazies, Emerald Cunard, partait dans des envolées lyriques lorsqu’il était question des efforts de Chamberlain, comme dans cette lettre qu’elle adressa à la femme de celui-ci à la fin du mois de septembre 1938 : « Il me faut vous écrire immédiatement pour vous dire que si l’Histoire nous a donné des hommes aussi grands que votre mari – qui est bien plus grand qu’Alexandre, César ou Napoléon - elle n’a jamais engendré de pareil héros. Je suis alitée après une sérieuse crise cardiaque, et je refuse de quitter Londres tant j’ai foi en notre Premier ministre. Son courage, son habilité inébranlable et son génie sont sans précédents dans l’Histoire. Il n’est d’honneurs trop grands pour lui. Quelle chance vous avez de partager la vie de cet homme ! […] Je connais la famille Chamberlain depuis ma jeunesse, je connaissais même intimement M. Joseph Chamberlain et Austen Chamberlain. Ils sont tous d’une grande noblesse de caractère, mais notre Premier ministre a des qualités d’esprit qui transcendent celles du commun des mortels. »57 Lady Londonderry, une autre grande dame et compagne de route du parti conservateur, a réagi de la même manière et confié à Chamberlain qu’il avait réalisé son rêve : « Au risque d’ajouter une lettre à votre abondant courrier, j’espère que vous me pardonnerez de vous envoyer ce mot pour vous dire comme il est merveilleux que vous ayez pris la peine d’aller rencontrer Hitler. Charley [lord Londonderry] et moi en avons toujours rêvé, mais si j’y faisais ne serait-ce qu’une allusion, on me répondait que c’était là pure folie ! Désormais c’est chose faite, et cela est on ne peut plus courageux, car vous aurez à faire face à de nombreuses critiques de la part de ceux qui pensent qu’éviter la guerre équivaut à s’attirer de sérieux ennuis. […] Je vous souhaite toute la réussite que vous méritez. »58 Christabel Pankhurst, l’ancienne chef de file des suffragettes qui avait rejoint la droite avec sa mère Emmeline pendant la Grande Guerre et s’était depuis retirée de la politique au profit de la religion, était elle aussi soulagée et débordante de gratitude. Voici ce qu’elle écrivit à l’épouse du Premier ministre : « Me permettrez-vous de vous dire à quel point je suis reconnaissante envers notre Premier ministre de ses efforts pour préserver la paix mondiale ? Même si je me suis retirée depuis longtemps de la politique, la cacophonie des critiques qu’on lui adresse me pousse à lui assurer, par votre entremise, l’assurance de ma loyauté ainsi que mes plus sincères remerciements. La grande majorité silencieuse de notre pays partage, j’en suis convaincue, ce sentiment. L’action du Premier ministre représente le seul espoir ici-bas d’éviter une guerre totale, et les prières de tout bon citoyen éclairé devraient le soutenir. »59 La popularité de Chamberlain auprès des femmes, et tout particulièrement des conservatrices, était indubitable, et nombre d’entre elles partageaient le soulagement de savoir que la guerre avait été évitée.

  • 60 Thelma Cazalet-Keir, From the Wings, Londres, The Bodley Head, 1967, p. 137-138.
  • 61 Ibid. p. 102-103.
  • 62 Ibid. p. 133-134.
  • 63 Ibid. p. 134, en italique dans le texte original.
  • 64 Ibid. p. 138-139.
  • 65 Ibid. p. 139.
  • 66 Ibid. p. 147.

28Toutefois, il ne faut pas négliger l’action d’une poignée de femmes conservatrices opposées à la politique d’apaisement. Même celles qui étaient loin d’être à la pointe des campagnes anti-apaisement se sentirent obligées de défendre leur position politique après la guerre et de brandir la moindre preuve de leur résistance à Hitler. Thelma Cazalet-Keir en est le parfait exemple, elle qui a utilisé ses mémoires pour démontrer son « absolue aversion pour l’Hitlérisme, » et clamer haut et fort : « Je peux aussi prouver que je n’ai jamais dit que nous devions nous défaire de moyens de défense adéquats. »60 Elle fut élue pour la première fois au Conseil du Comté de Londres à East Islington en 1925 et occupa ce siège jusqu’en 1931, année où elle devint membre du Conseil Municipal, mais aussi député conservateur d’East Islington. Elle avait l’oreille d’une bonne partie des principaux acteurs de la scène des relations internationales, y compris Lloyd George, Baldwin et Chamberlain, et elle était la sœur du député Victor Cazalet. Même si Thelma Cazalet-Keir n’avait rien d’une fanatique de l’anti-apaisement, elle n’était pas non plus convaincue par la politique du gouvernement. Avec le recul, dans les années 1960, elle prit la défense de Baldwin contre ceux qui lui reprochaient d’avoir été ami avec Ribbentrop, et de s’être montré quelque peu naïf sur le plan de la politique extérieure. Elle expliqua que même si elle n’était pas « une défenseuse acharnée de Baldwin (…), comme la plupart d’entre nous, il a préféré croire ce qu’il avait envie de croire, il a pris ses désirs pour des réalités en s’imaginant qu’il était possible d’arriver à une fraternité entre les nations proche de celle qu’il avait tant cherché à créer entre les classes sociales en Grande-Bretagne. L’apaisement n’avait encore rien d’infamant ; qui aurait pu dire alors qu’il était le fruit de l’ignorance et qu’il engendrerait un véritable désastre ? »61 En tant que député, Thelma Cazalet-Keir s’intéressait surtout à la question de l’éducation, et admettait n’avoir « rien vu venir » lorsque les Nazis étaient arrivés au pouvoir en 1933 ; elle reconnaissait aussi qu’au début des années 1930, Winston Churchill « n’avait rien d’un parangon de sagesse, pas plus qu’il n’avait de sens commun. » Néanmoins, elle a tenu à préciser dans ses mémoires qu’elle avait fermement pris position contre Hitler après qu’elle eut elle-même constaté la « vraie nature » du régime nazi. « C’est ma participation au célèbre rassemblement de Nuremberg en 1938 qui m’a vraiment ouvert les yeux. (…) Ribbentrop avait lancé les invitations dès le début de l’année 1938. Cela montre l’ampleur de sa folie : il ne réalisait même pas que ce rassemblement pouvait avoir de détestable pour des gens comme moi. Quand il m’a proposé d’y aller, j’ai accepté pour la simple raison qu’il était du devoir d’un parlementaire de voir en personne ce qu’il se passait en Allemagne. Je m’étais rendue en Russie en 1937, et personne ne m’a accusée d’être communiste ; et je prévoyais d’aller à Washington en 1939. »62 Thelma Cazalet-Keir est loin de s’être montrée conciliante envers l’Allemagne, et selon elle, alors qu’elle regardait Hitler s’exprimer devant une foule hypnotisée, elle se serait dit : « Si seulement j’avais eu une arme et le courage de m’en servir ! »63 Sur la crise elle-même, elle écrit : « J’aimerais pouvoir dire que je n’étais pas complètement aveuglée. En effet, à la fin de l’année 1937, je ne me faisais plus aucune illusion, et au plus fort de la crise de Munich, le 28 septembre de l’année suivante, j’ai même envoyé un télégramme personnel au Président Roosevelt pour lui demander de venir lui-même en Europe pour essayer de préserver la paix. Cette initiative n’est pas aussi bravache qu’il n’y paraît, car j’avais rencontré Mme Roosevelt lors d’un voyage aux États-Unis en 1933, et nous avions eu un long entretien à la Maison Blanche. En 1938, seul un petit nombre de ministres savaient que Chamberlain avait rejeté bien avant cela la proposition de Roosevelt de servir de médiateur, et que ce refus était la cause principale de la démission d’Eden du Ministère des Affaires étrangères. Mon télégramme n’a pas été mal reçu. Lorsque Mme Roosevelt est venue à Londres en 1940, c’est moi, en tant que membre du Comité anglo-américain, qui lui ai servi de guide dans la Chambre des Lords et celle des Communes. »64 Ainsi, Cazalet-Keir tente par tous les moyens de se situer et même de s’imposer dans l’histoire de la résolution anglo-américaine et de la tendance anti-apaisement. Cette approche rétrospective donne un poids exagéré à ses maigres efforts, et elle cherche à démontrer, avec une modestie toute féminine, qu’elle était une anti-nazie convaincue, une position qui tenait plus de son patriotisme et de sa foi en la grandeur de la Grande-Bretagne que d’une réelle objection à la politique intérieure allemande. Les anecdotes qu’elle rapporte sont autant de tentatives de disculpation, et elle cherche à se différencier des « hommes coupables » même si, plus loin dans ses mémoires, elle se souvient avec tout autant de fierté d’avoir été l’amie intime à la fois de Baldwin et de Chamberlain. Mais le fait qu’elle précise que « ses domaines d’expertises étaient plus modestes que les affaires étrangères » et qu’elle avait plus de légitimité à s’occuper de questions locales et sociales, comme l’école ou le logement, plutôt que de « se cabrer ou trembler de peur devant les singeries d’Hitler »65, est assez révélateur de l’impossibilité pour les femmes députés de participer de façon significative aux décisions de politique étrangère, alors chasse gardée des hommes. Thelma Cazalet-Keir, qui était une féministe déclarée et dont la mère avait été la confidente des Pankhurst avant la guerre (elle avait même eu l’honneur de lire la nécrologie de Mrs Pankhurst à la radio), fut rappelée à cette indéniable réalité pendant la guerre lorsqu’elle s’est entretenue avec Anthony Eden, alors Ministre des Affaires étrangères, « pour l’inciter à permettre aux femmes de faire partie du corps diplomatique et de devenir ambassadrices. Celui-ci s’est montré on ne peut plus charmant et évasif. Ses derniers mots furent : ‘Mais dites-moi, Thelma, qu’adviendrait-il de leurs maris ?’«66

  • 67 “Candidates Toe the Line at Crieff”, Perthshire Constitutional and Journal, Vendredi 16 décembre 19 (...)
  • 68 Stuart Ball, “The Politics of Appeasement: the Fall of the Duchess of Atholl and the Kinross and We (...)

29Cette incompatibilité entre conservatisme féminisé et internationalisme se vérifie aussi dans le parcours de la Duchesse d’Atholl, député écossaise conservatrice, forcée de devenir indépendante lorsqu’elle provoqua une élection partielle dans sa circonscription de Kinross et West Perth en décembre 1938. Cette élection partielle était perçue comme un référendum sur Chamberlain, le gouvernement national et la politique d’apaisement. À cette période, la Duchesse détonnait : membre du parti conservateur mais opposée à l’apaisement, qui plus est femme conservatrice opposée à l’apaisement, et ardente défenseuse de la République espagnole, elle avait aussi diffusé une traduction non expurgée de Mein Kampf en Grande-Bretagne, et ressentait vivement l’injustice et la honte des Accords de Munich. Elle avait le soutien du camp anti-apaisement issu de divers courants idéologiques, dont faisaient notamment partie le Vicomte Cecil de la LNU, Lloyd George et son Conseil d’Action, ainsi que le renégat Winston Churchill ; elle perdit néanmoins l’élection partielle au profit du candidat conservateur officiel, William McNair Snadden. De nombreux conservateurs soutenant Chamberlain participèrent à l’élection et votèrent pour Snadden, y compris la seule autre député femme d’Écosse, la conservatrice Miss Horsburgh, député de Dundee. Horsburgh s’adressa ainsi à l’assemblée : « Je pense qu’il est regrettable que notre membre [la Duchesse] ne se soit pas trouvée à Londres ou à la Chambre des Communes le 28 septembre lorsque Chamberlain a été sommé de se rendre à Munich, auquel cas elle n’aurait jamais entrepris une telle chose. »67 Elle était alors aux États-Unis pour une série de conférences. En effet, sa défaite s’explique en partie par l’impopularité de sa politique va-t-en-guerre auprès des électrices, et par la gageure d’avoir concentré sa campagne sur la politique étrangère, quand les électeurs s’intéressaient plus à des questions locales et agricoles. L’un des collaborateurs de la Duchesse rapporta plus tard que « le slogan ‘Votez pour la Duchesse et vous voterez pour la guerre’ est souvent devenu : ‘Vous soutenez la Duchesse ? Oui ! Vous voulez donc la mort de votre fils’. »68 La mort politique de la Duchesse montre bien que l’on attendait alors des femmes conservatrices qu’elles ne se mêlent pas de relations internationales, et qu’elles se contentent d’exprimer leur loyauté, leur soulagement et leur profonde reconnaissance envers les efforts des artisans de paix à la tête du parti.

  • 69 R. Griffiths, Patriotism Perverted, p. 40.
  • 70 Evening Standard, 27 juillet 1939. [« Dans une dépêche du 19 juillet 1939 dressant un état des lieu (...)

30Les femmes du parti conservateur et celles des British Fascists finirent par se retrouver sur le même terrain idéologique à mesure que la crise empirait. Naturellement, l’écrasante majorité des membres des associations pronazies Anglo-German Fellowship (fondée en 1935) et The Link (fondée en juillet 1937) étaient des Tories, et certains faisaient même partie de la famille du Premier ministre. En juillet 1938, le conseiller municipal Byng Kenrick et sa femme, des cousins de Neville Chamberlain, ont prêté leurs jardins de The Grove, à Harborne, pour une réunion de la branche de Birmingham de The Link à laquelle ils appartenaient.69 Griffiths affirme que cette branche, qui avait pour secrétaire Miss Margaret Bothamley (également membre de la Nordic League), était l’une des plus violemment pronazies et antisémites de l’association. L’imminence de la guerre a poussé certains conservateurs à se rapprocher considérablement des British Fascists, comme le montre la liste des invités à un dîner donné par Diana et Oswald Mosley le 26 juillet 1939, auquel assistèrent des députés sympathisants de la BUF, des journalistes pronazis, ainsi que diverses personnalités pronazies et antisémites en vue, liées à l’Anglo-German Fellowship, la BUF, The Link ou la Nordic League. Un journaliste de l’Evening Standard s’en est fait l’écho : « Hier soir, lady Mosley a fait son entrée sur la scène des dîners politiques. L’hôtesse et sir Oswald ont donné une réception dans leur demeure du 129 Grosvenor Road. […] Les invités d’honneur étaient trois députés conservateurs, le colonel Moore-Brabazon, le capitaine Alan [sic] Ramsay et sir Jocelyn Lucas, récemment élu député de South Portsmouth. »70

  • 71 ARE 9/11/1-4, Compte-rendu de l’Assemblée générale annuelle du Comité consultatif féminin de la zon (...)

31Néanmoins, même si du point de vue de l’idéologie, les femmes conservatrices et fascistes se sont rapprochées à mesure que la crise s’aggravait, leurs situations au sein de leurs partis divergeaient. Les conservatrices ont été progressivement reconnues comme des consœurs à part entière grâce à leur soutien sans faille des dirigeants et de leur politique étrangère, alors en voie de transition. De leur côté, les femmes de la BU étaient de plus en plus marginalisées, et forcées d’accepter que leur propagande militante et leur attitude provocatrice les excluaient. De plus, si les conservatrices, officiellement tout du moins, étaient de ferventes partisanes de la politique d’apaisement, cela ne découlait pas d’une forme de pacifisme conservateur, comme le montre la facilité avec laquelle on les a convaincues qu’il fallait changer de politique et se préparer à participer à l’effort de guerre. Dans son discours au Comité consultatif féminin de la zone sud-est du 29 mars 1939, le capitaine Cazalet a parlé des « six mois de répit gagnés grâce aux Accords de Munich. Si le Premier ministre n’avait pas envisagé la possibilité d’un conflit, il n’aurait pas ordonné une accélération de la production d’armement à son retour de Munich. L’enjeu devenait une lutte entre paganisme et christianisme, et l’opinion publique commençait à être alertée. Une fois soulevée, malheur à la puissance qui pense pouvoir la défier ! Il serait bientôt temps de déclarer que nous étions prêts à nous battre et à mourir pour ce que nous croyions, quelque soit le pays à défendre. »71 Les femmes conservatrices ont semble-t-il accepté cette interprétation sans broncher, et se sont lancées dans toutes sortes d’activités bénévoles liées à l’effort de guerre sur le sol britannique.

  • 72 « ‘Le fardeau qui pèserait sur les femmes dans l’éventualité d’une attaque serait nécessairement co (...)
  • 73 Anne Brock Griggs, “British Mothers Demonstrate,” Action, n° 138, 8 octobre 1938.
  • 74 NC 13/12/471, Lettre de Daisy di Mobilant à Mme Chamberlain, 15 septembre 1938, Université de Birmi (...)

32À l’inverse, les femmes de la British Union of Fascists ne cachaient pas leur mépris pour ce gouvernement qui appelait désormais les femmes à se porter volontaires et à se préparer à l’imminence d’un état d’urgence nationale. Elles se démarquaient et passaient de plus en plus pour des dissidentes ou des révolutionnaires.72 Les femmes fascistes se distinguaient des conservatrices par leur soutien sans réserve au plan de paix de Mosley, qui impliquait qu’elles s’engagent dans une campagne autrement plus subversive et anti-gouvernementale. Toutefois, elles ressemblaient aux conservatrices par leur dévouement incontestable à leur dirigeant, même si elles faisaient preuve d’une certaine indépendance en termes d’organisation. La « Campagne Nationale pour la Grande-Bretagne, la Paix et le Peuple » de la BUF fut lancée en septembre 1938. En attendant que Neville Chamberlain revienne de la conférence de Munich, les mères de la BUF défilèrent à Whitehall avec des pancartes, sur lesquelles on pouvait lire : « Nos enfants étaient petits en 1914. Les avons-nous élevés pour la guerre ? »73 Au moins une femme fasciste s’est jointe au déluge de courrier de remerciements qu’a reçu Chamberlain à son retour de Munich : parmi les « Lettres de crise », on trouve un message de Daisy di Mobilant envoyé à Mme Chamberlain : « La photo du Premier ministre que vous avez eu l’amabilité de m’envoyer trônait sur ma table durant les semaines éprouvantes que nous venons de vivre ; et je tiens à ce que vous sachiez qu’en dépit des querelles parlementaires, nous, femmes fascistes, admirons ce véritable homme d’État anglais et savons qu’il veille sur nous en ces temps qui nécessitent courage et présence d’esprit. »74 Mais cette reconnaissance envers la politique gouvernementale fut de courte durée.

  • 75 F.E. Hayes, “How Unnecessary it was: A Woman’s View of the Crisis,” Action, n° 139, 15 octobre 1938
  • 76 “Candid Commentary by Olive Hawks,” Action, n° 139, 15 octobre 1938.

33Les contributions féminines à la presse fasciste durant la crise de Munich ne témoignent guère d’un enthousiasme débordant pour Chamberlain. Florence Hayes évaluait par exemple le coût de cette semaine de crise à 40 millions de livres, et se lamentait de cette perte : « Qu’aurions-nous pu accomplir avec une somme de cette nature ? Des maisons pour les travailleurs, des logements pour les personnes âgées, des écoles, des sanatoriums. » En réalité, il ne s’agit pas d’un simple isolationnisme étriqué, le fond du problème est tout autre : Hayes s’agaçait de voir son pays provoquer les puissances fascistes qu’elle admirait. Elle continuait ainsi : « Comme il est inutile de dépenser tout cela en mesures préventives contre une nation qui ne souhaite que notre amitié. »75 Les femmes de la BUF se sentaient plus que jamais à des années lumières des femmes politiques représentant les autres partis, même si leur colère visait davantage l’indépendante Eleanor Rathbone et la travailliste Wilkinson que la conservatrice Miss Horsbrugh qui, à une réunion de la Women’s International League, dit vouloir exprimer « avant tout le sentiment des femmes britanniques. »76

  • 77 En février 1940 Special Branch rapporta que Brock-Griggs « n’était plus aussi enthousiasmée par le (...)

34La Women’s Peace Campaign, lancée par les femmes de la BUF lors d’un meeting à Holborn Hall le 28 février 1940, ouvrit la voie à une forme plus organisée d’opposition au gouvernement. Anne Brock Griggs, Olive Hawks et Miss Steele prirent la parole lors de ce qui fut le premier meeting couvert de grande envergure dont l’organisation, les discours et l’encadrement soient entièrement aux mains des femmes.77 Ce meeting fut suivi de rassemblements les week-ends du 3, 10 et 17 mars dans divers quartiers de Londres. À l’occasion d’un meeting de la Women’s Peace Campaign à la Maison Quaker de Londres le 13 avril 1940, on put entendre un discours de Mary Allen, une ancienne suffragette, commandante du Women’s Auxiliary Service, qui avait ouvertement rejoint la BUF en décembre 1939. Elle fut rejointe sur la tribune par Oswald Mosley, dont le parrainage lors de ce meeting était perçu comme l’apogée de leurs six semaines de campagne. Cette réunion eut lieu quelques semaines seulement avant l’adoption de la Defence Regulation 18B, et Olive Hawks et Anne Brock Griggs comptèrent parmi les premières internées.

  • 78 Les deux volets de la politique du BUF montrent bien qu’il s’agit d’un mouvement anti-guerre et non (...)
  • 79 Martin Pugh, Hurray for the Blackshirts: Fascists and Fascism in Britain between the Wars, Londres, (...)
  • 80 Martin Ceadel, “The Peace Movement between the Wars: Problems and Definitions,” dans R. Taylor et N (...)
  • 81 “Mosley’s Changing Following,” Left Forum, n° 35, août 1939.
  • 82 Martin Pugh, op. cit., p. 286.
  • 83 Ann Page, “A Suburban Housewife”, dans J. Christian (éd.), Mosley’s Blackshirts, p. 20.
  • 84 Josephine Eglin, “Women and peace: from the Suffragettes to Greenham Common,” dans R. Taylor and N. (...)

35Tout comme la dynamique des évènements de 1938 semble avoir augmenté le nombre déjà conséquent de femmes dans les rangs du parti conservateur, la transformation de la BUF en mouvement d’opposition à la guerre a incité de nombreux hommes à adhérer, mais peut-être encore plus de femmes.78 Pour Martin Pugh, « la tendance [les efforts du parti pour rester proche de l’opinion dominante] s’est accentuée avec la campagne de Mosley pour épargner à la Grande-Bretagne une autre guerre sur le continent, une politique qui séduisait beaucoup l’opinion ‘respectable’, qui aurait par ailleurs été rebutée par la politique de la rue et l’antisémitisme du parti. C’est ce qui a permis à la BUF de réintégrer la scène politique traditionnelle à la fin des années 1930, renforçant ainsi ses liens avec l’establishment politique, une façon pour Mosley d’arriver au pouvoir. Aussi, en 1939, son parti avait effectué un retour en grâce significatif, auquel seule l’entrée dans la guerre a porté un frein. »79 Pour sa part, Ceadel soutient que Mosley « a pu organiser ce léger regain d’attention durant l’été 1939 à la faveur de la campagne pour la paix, » avec pour point d’orgue le plus grand meeting en salle jamais organisé en Grande-Bretagne, à Earl’s Court, le 16 juillet, où un public de 20 000 personnes a pu entendre sa mise en garde : « Jamais un million de Britanniques ne mourront pour votre querelle de Juifs ! »80 Lors de ce meeting, « Mosley s’en est surtout pris à Churchill et au Front pour la Paix, avec le Juif comme force maléfique tirant toutes les ficelles. Il a exigé qu’on laisse le champ libre à l’Allemagne à l’est, qu’on se plie à ses requêtes coloniales, et que la Grande-Bretagne devienne l’allié d’Hitler. »81 Les femmes étaient nombreuses à soutenir les propositions de Mosley ; à Earl’s Court, l’encadrement état composé de 1100 femmes et 3000 hommes, et le rassemblement était perçu comme un grand évènement pour le Women’s Drum Corps (la fanfare féminine). « Des observateurs ont décrit [le public] comme visiblement respectable et issu des classes moyennes, à l’image de l’assistance lors de meetings du parti conservateur ou travailliste. »82 Par ailleurs, la campagne pour la paix comptait quelques membres de haut rang, comme la commandante Mary Allen ou la pilote de course Fay Taylor. Pourtant, Ann Page, elle-même membre du BUF, soutient que comparativement à la taille de la section féminine de la BUF, peu de femmes ont été internées, même si elle remarque la part importante des militantes à l’avant-garde de la lutte anti-guerre : « Les jeunes femmes qui montaient à la tribune - et sur qui reposait largement la campagne pour la paix, puisque la plupart des hommes étaient en uniforme - étaient une cible de choix, même si le Ministre de l’intérieur a assuré au Parlement que la répression du mouvement avait eu lieu pour des raisons de sécurité nationale, et non à cause de nos activités de propagande pour la paix. »83 En effet, le fait qu’un certain nombre de femmes aient rejoint le parti pour sa politique anti-guerre n’a rien de surprenant, et au sein du mouvement britannique pour la paix dans son ensemble, Eglin avance qu’« il semble que l’engagement continu pour la cause pacifiste ait été plus le fait des femmes que des hommes à la fin des années 1930 et dans les premières années du conflit. »84 Ainsi, les femmes de la BUF ont-elles été contraintes de partager un terrain d’entente avec les adversaires qu’elles méprisaient le plus.

36Que révèle cette étude parallèle et entremêlée des femmes britanniques conservatrices et fascistes ? Tout d’abord, elle suggère qu’il existe des liens quasi-familiaux entre les conservatrices et certaines femmes fascistes, des liens qui ont été mis à l’épreuve et ont failli se rompre, mais sans jamais perdre cette apparence de familiarité méprisante, typique d’un enfant se rebellant contre ses parents. Par ailleurs, cette juxtaposition révèle une certaine continuité rhétorique et idéologique à droite et à l’extrême droite en matière de politique étrangère et de politiques de paix et d’apaisement. Les femmes de la BUF, bien que de plus en plus belligérantes et provocatrices à mesure qu’elles montaient leur propre campagne anti-guerre et antigouvernementale, ne faisaient en fait que mener de nombreuses positions des femmes tory à leur conclusion logiquement envisageable. Ce qui les rend si semblables est aussi ce qui les différencie le plus : leur déférence absolue vis-à-vis de leurs dirigeants masculins et leur incapacité à sortir de la représentation immuable des identités homme/femme dans le débat sur les politiques de paix et de guerre. La droite et l’extrême droite ont toutes deux réussi à exploiter l’attirance des femmes pour les politiques de paix, sans pour autant leur offrir en retour un rôle dans l’élaboration de la politique étrangère ou au sein des instances décisionnelles.

Bibliographie

Archives

British Union Collection, University of Sheffield Library, University of Sheffield

Neville Chamberlain Papers, University of Birmingham

Conservative Party Archive, Bodleian Library, University of Oxford

Home Office Papers, National Archive, Kew, London

Labour History Archive, Labour History Museum, Manchester

Vera Brittain Papers, McMaster University Library

Ouvrages et articles

BALL, Stuart Ball “The Politics of Appeasement: the Fall of the Duchess of Atholl and the Kinross and West Perth By-election, December 1938,” Scottish Historical Review, vol. LXIX, I, No. 187, (April 1990), pp. 49-83.

BOLT, Christine, Sisterhood Questioned?: Race, Class and Internationalism in the American and British Women’s Movement, c. 1880-1970s, Londres, Routledge, 2004.

CAMPBELL, Beatrix, The Iron Ladies: Why Do Women Vote Tory? Londres, Virago, 1987.

COPSEY, Nigel & RENTON, David (eds.), British Fascism, the Labour Movement and the State, Basingstoke, Palgrave, 2005.

GOTTLIEB, Julie, Feminine Fascism: Women in Britain’s Fascist Movement, 1923-1945, Londres, I. B Tauris, 2000.

GOTTLIEB, Julie, “A Mosleyite Life Stranger than Fiction: The Making and Remaking of Olive Hawks”, in R. Toye and J. Gottlieb (eds.), Making Reputations: Power, Persuasion and the Individual in Modern British Politics (2005), pp. 70-91.

GOTTLIEB, Julie & LINEHAN, Thomas (eds.), The Culture of Fascism, Londres, I.B. Tauris, 2004.

GOTTLIEB, Julie, “The Marketing of Megalomania: Celebrity, Consumption and the Development of Political Technology in the British Union of Fascists”, Journal of Contemporary History, 41, 1, (2006), pp. 35-55.

GRIFFITHS, Richard, Fellow Travellers of the Right: British Enthusiasts for Nazi Germany 1922-9, Londres, Constable, 1980.

GRIFFITHS, Richard, Patriotism Perverted, Londres, Constable, 1998.

JARVIS, David, “Mrs. Maggs and Betty: The Conservative Appeal to Women Voters in the 1920s,” Twentieth Century British History, 4, 2, (1994), 129-52.

JARVIS, David, “The Conservative Party and the Politics of Gender,’ in Martin Francis and Ina Zweininger-Bargielowska, The Conservatives and British Society, 1880-1980, Cardiff, 1996, pp. 172-93.

JONES, Helen, Women in British Public Life, 1914-50: Gender, Power and Social Policy, Londres, Pearson, 2000.

CAZALET-KEIR, Thelma, From the Wings, Londres, The Bodley Head, 1967.

OLDFIELD Sybil, Women Against the Iron Fist: Alternatives to Militarism 1900-1989, Oxford, Basil Blackwell, 1989.

LINEHAN, Thomas, British Fascism, 1918-1939, Manchester: Manchester University Press, 2000.

MILLER, Carol, “Geneva – The Key to Equality: inter-war feminists and the League of Nations,” Women’s History Review, vol. 3, No. 2 (1994), pp. 219-245.

PUGH, Martin, “Hurray for the Blackshirts”: Fascists and Fascism in Britain between the Wars, Londres, Jonathan Cape, 2005.

STONE, Dan, Responses to Nazism in Britain, 1933-1939, Basingstoke, Palgrave, 2003.

STORM FARR, Barbara, The Development and Impact of Right-wing Politics in Britain 1903-1932, New York, Garland, 1987.

SYKES, Alan, The Radical Right in Britain, Basingstoke, Palgrave, 2004.

TAYLOR, R. and YOUNG, N (eds.), Campaigns for Peace: British Peace Movements in the 20th Century, Manchester, Manchester University Press, 1987.

THURLOW, Richard, Fascism in Britain: From Oswald Mosley’s Blackshirts to the National Front, Londres, I.B. Tauris, 1998.

Notes

1 Voir David Jarvis, “The Conservative Party and the Politics of Gender”, dans Martin Francis et Ina Zweininger-Bargielowska, The Conservatives and British Society, 1880-1980, Cardiff, 1996, pp. 172-193.

2 British Fascism, n° 11, mai 1931.

3 R. Lintorn-Orman, “Women’s Loyalty,” British Fascism, n° 4, New Series, juin 1934.

4 David Jarvis, “Mrs. Maggs and Betty: The Conservative Appeal to Women Voters in the 1920s,” dans Twentieth Century British History, 4, 2, (1994), 129-152.

5 R. Lintorn-Orman, “Women’s Loyalty”, British Fascism, n° 4, New Series, juin 1934.

6 CCO 3/1/27, Women’s Guild of Empire, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

7 Voir Julie V. Gottlieb, Feminine Fascism : Women in Britain’s Fascist Movement, 1923-1945, Londres, 2000, et consulter le Who’s Who.

8 “Nazi Sympathiser in Debate,” Jewish Chronicle, 25 novembre 1938, p. 42.

9 D/DU/785/42/1, Lettre de Constance Pearson au Dr Summerskill, député, le 20 octobre 1940, Bureau des archives du comté d’Essex. Voir aussi HO45/25723.

10 « Cher monsieur, je crains qu’il ne soit malvenu d’ajouter ne serait-ce qu’une lettre à la somme colossale de votre courrier, toutefois le fait qu’une poignée de personnes – je suis persuadée qu’elles ne sont pas plus nombreuses – cherchent à tirer profit de la situation dans laquelle nous nous trouvons, et ainsi à porter atteinte à votre merveilleuse œuvre d’artisan de la paix, me pousse à ajouter le témoignage de ma reconnaissance fervente et indéfectible au flot incessant de messages que vous devez recevoir. Certains de mes amis se sont vu distribuer des tracts à Whitehall il a deux ou trois jours, et ils m’ont raconté qu’avant de les accepter, les passants s’inquiétaient souvent de savoir s’il s’agissait ‘d’écrits contre Chamberlain ?’ Et ce n’est qu’une fois assurés du contraire qu’ils les acceptaient volontiers. Nous sommes nombreux à penser qu’en rompant comme vous le faites si brillamment avec de vieilles traditions qui ne sont plus adaptées au monde moderne, vous ouvrez les portes d’un monde nouveau. » (NC 13/11/397, De Maude Royden au Rt. Hon. Neville Chamberlain, 12 octobre 1938, Université de Birmingham).

11 R. Griffiths, Patriotism Perverted. Captain Ramsay, the Right Club and British Anti-Semitism 1939-40, Londres, Constable, 1998, p. 29.

12 “Sir Oswald Mosley’s Lively Duel with K.C. in Libel Suit,” Daily Mirror, 6 novembre 1934.

13 “Womanhood in National Socialism, by Anne Brock Griggs,” Action, n° 99, 6 janvier 1938.

14 “Why I Left the Tories: A Woman Explains,” Action, n° 119, 28 mai 1938.

15 “To A Woman Tory, by Dinah Parkinson,” Action, n° 103, 5 février 1938.

16 ARE 11/11/3, Compte-rendu d’une réunion du Comité du conseil consultatif féminin du Comté de Somerset, 29 mai 1934, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

17 Baldwin continue : « Pour moi, ce mouvement présente deux dangers. Tout d’abord, à mesure qu’il attire nos propres partisans, il amoindrit le poids du vote unitaire que nous souhaitons tous pour les prochaines élections, celui de ceux de tous partis qui souhaitent défendre dans notre pays nos libertés dans le respect de l’ordre. Plus inquiétant encore, si l’Histoire nous a appris une chose, c’est qu’on ne peut pas museler un Anglais (…). Il ne faut pas l’oublier, et même si nous en sommes encore loin, et qu’à mon avis il ne faut pas que nous arrivions à de telles extrémités, si ce pays se trouvait divisé en deux armées privées, chacune désirant parvenir à ses fins par le musellement, par la force s’il le faut, des opinions de son adversaire, nous aurions tous les ingrédients pour ce que nous n’avons pas connu depuis 300 ans : la guerre civile. Aussi j’invite tous nos partisans qui pourraient être tentés à réfléchir à deux ou trois fois avant de sortir des rangs pour rallier une autre troupe. » 1934/27, “Mr Baldwin on Fascism : Danger of Class War,” Osmaston, 16 juillet 1934, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford. « Dans mon dictionnaire (l’Oxford English Dictionary), ‘ultramontain’est défini comme ‘partisan de l’autorité absolue du Pape sur les questions de la foi et de la discipline.’ C’était un terme souvent utilisé à la fin du 19e siècle, après le Syllabus Errorum et l’énonciation de la doctrine de l’infaillibilité pontificale. Comme l’entend Baldwin, il s’agit d’un appel à davantage d’autoritarisme et donc à la dictature, et il fait allusion ici à une forme pervertie d’ultra-conservatisme. Cela s’inscrit dans sa dénonciation de la dictature, un thème récurant dans ses discours de 1933 à 1940. En général il visait la gauche ou, à partir de 1935, Mussolini et Hitler. Ce discours est inhabituel, car il s’agit du seul commentaire substantiel que Baldwin ait jamais fait sur les BUF. Par la suite, il a fait le choix, tout comme les dirigeants du parti conservateur, d’ignorer Mosley, sauf en cas de problème posé à l’ordre public. » Du Professeur Philip Williamson à l’auteur, 12 février 2009.

18 Voir LP/FAS/34, Enquête du parti travailliste sur l’activité fasciste, Musée National de l’Histoire du Travail, Manchester.

19 ARE 3/11/1, Compte-rendu du Comité consultatif féminin, de juin 1933 à mai 1934, pour le Lancashire, le Cheshire et la province de Westmorland, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

20 1934/19, Stanley Baldwin MP, « Notre patrimoine de liberté : la menace de la dictature », discours radiodiffusé du 6 mars 1934, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

21 ARE 3/11/1, Compte-rendu du Comité consultatif féminin, de juin 1934 à mai 1935, pour le Lancashire, le Cheshire et la province de Westmorland, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

22 Dan Stone, Responses to Nazism in Britain, 1933-1939, Houndsmill, 2003, p. 143.

23 ARE 3/11/2, Compte-rendu du Comité consultatif féminin de la province du nord-ouest, rapport annuel (juin 1942), Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

24 1938/133, “Why You Should Join the Women’s Branch of Your Local Conservative and Unionist Party,” Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

25 Dan Stone, Responses to Nazism in Britain, 1933-1939, Houndsmills, 2003, p. 49-50.

26 ARE 11/11/3, Compte-rendu de la réunion du Conseil consultatif féminin du comité du comté de Somerset, 27 février 1934, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

27 CCO 170/2/1/1, Compte-rendu de l’Assemblée générale des responsables de la société nationale des femmes, 30 septembre 1936, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

28 ARE 3/11/1, Compte-rendu de la réunion du Comité du conseil consultatif féminin de la province du nord-ouest, 2 novembre 1937, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

29 CCO 170/1/1/1-CCO170/1/1/2, Compte-rendu de la réunion du Comité central consultatif féminin, 22 mars 1937, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

30 ARE 3/11/3, Compte-rendu du 21 février1938, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

31 CCO 170/1/1/1-CCO 170/1/1/2, Compte-rendu de la réunion du Comité central consultatif féminin, 28 juin 1939, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

32 CCO 170/1/1/1-CCO170/1/1/2, Compte-rendu du Comité central consultatif féminin, 9 mai 1946, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford

33 « Mrs Emmet, veuve et grand-mère âgée d’une cinquantaine d’années, réside au château d’Amberley dans le Sussex. Ses principaux centres d’intérêt sont l’agriculture et les affaires étrangères. Elle a été élevée dans une famille de diplomates. De 1914 à 1918, elle était la secrétaire de son père, feu Lord Rennell of Rodd, alors ambassadeur britannique à Rome. Elle parle français, allemand et italien. », cf. A19, Lady into Woman (notes et coupures de presses issues utilisées par Vera Brittain pour son livre), Fonds Vera Brittain, Bibliothèque de l’Université McMaster).

34 Voir Christine Bolt, Sisterhood Questioned?: Race, Class and Internationalism in the American and British Women’s Movement, c. 1880-1970s, Londres, Routledge, 2004, p. 73; Carol Miller, “Geneva - The Key to Equality: interwar feminists and the League of Nations,” Women’s History Review, vol. 3, n° 2, 1994, p. 219-245.

35 Norah Elam, “J’Accuse: Failure of the Women’s Movement,” Action, n° 138, 8 octobre 1938. Voir également « Miss Ellen Wilkinson, Dr Edith Summerskill et Madame Tubouis ont organisé une réunion ‘pour la paix’le 6 juin. Même si aucune suggestion brillante n’a été avancée pour le maintien de la paix, nous avons entendu un discours fascinant sur l’horreur et la brutalité du fascisme. C’est quasiment en pleurs que ‘notre Ellen’nous a dressé un portrait des plus pathétiques des mères espagnoles ‘dont le courage face à l’agression est une source d’inspiration pour toutes les femmes du monde’ », ‘Madame Tabouis in London’, Action, n° 173, 17 juin 1939. Voir aussi ‘Feminists Duped by Reds: Emma Goldman’s Appeal,’ Action, n° 166, 29 avril 1939.

36 “Candid Commentary by Olive Hawks”, Action, n° 112, 9 avril 1938.

37 “Women! You Can Stop the War, by Olive Hawks”, Action, 26 mars 1938.

38 À cet égard, la transcription de l’appel de Mrs Temple Cotton auprès du Conseil consultatif est tout à fait révélatrice. Ses interrogateurs lui demandent à plusieurs reprises quelle est, pour elle, la cause du présent conflit, et quelles raisons justifient à ses yeux la non-intervention de la Grande-Bretagne. Elle ne fait mention d’aucune conviction pacifiste, mais répond inlassablement : « Je trouve cette guerre inappropriée… Je pense que c’est une guerre injuste… Mais le problème, c’est surtout que l’Europe Centrale n’a rien à voir avec la Grande-Bretagne… Je pense que la Grande-Bretagne doit s’occuper de ses propres intérêts, et rien d’autre. » HO45/23673.

39 “Democratic Liberty,” Action, n° 159, 11 mars 1939.

40 Action, n° 151, 14 janvier 1939.

41 “Women Demand Peace!”, Action, n° 137, 1er octobre 1938.

42 “The Individual as Revolutionary: Woman’s Part in British Union,” Action, n° 153, 28 janvier 1939.

43 “Mother’s Day for Aliens,” Action, n° 169, 20 mai 1939.

44 “BUF’s Unhappy Birthday, Jewish Chronicle, 30 septembre 1938.

45 Cité dans Sybil Oldfield, Women Against the Iron Fist: Alternatives to Militarism 1900-1989, Oxford, 1989, p. 208.

46 NC 13/12/778, Lettre d’une anonyme à Mme Chamberlain, 30 septembre 1938, Université de Birmingham.

47 NC 13/11/661, De Dino Grandi, Ambassade d’Italie, 4 Grosvenor Square, à N. Chamberlain, 16 septembre 1938, Université de Birmingham.

48 NC 13/11/678, De Nevile Henderson, Ambassadeur de Grande-Bretagne, Berlin, à Neville Chamberlain, 30 septembre 1938, Université de Birmingham.

49 1939/7, Les grands discours du Premier ministre : La Paix par la force, Grand discours de M. Chamberlain lors du meeting des femmes conservatrices au Royal Albert Hall, Londres, jeudi 11 mai 1939, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford. [Le « vieux parapluie » (the old umbrella) était le surnom d’Arthur Neville Chamberlain, NdT.]

50 NC 13/12/700, Grand Conseil des femmes, Primrose League, Lettre à Mme Chamberlain, le 30 septembre 1938, Université de Birmingham.

51 ARE 3/11/1, Compte-rendu, 24 novembre 1938, Comité consultatif féminin de la province du nord-ouest, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

52 Beatrix Campbell, The Iron Ladies: Why Do Women Vote Tory?, Londres, Virago, 1987, p. 66-67.

53 CCO 170/3/1, Union nationale des associations conservatrices et unionistes : Comité central consultatif féminin, 18e conférence annuelle, Londres, 10 mai 1939, Bodleian Library, University of Oxford.

54 Il y avait indubitablement de nombreuses similitudes idéologiques entre les femmes du parti conservateur et celles de la BUF, notamment l’idée sous-jacente que la véritable raison d’être de l’expansion de la représentation politique des femmes était de soutenir et d’étayer le traditionalisme. Toutefois, les réelles militantes politiques de ces partis étaient encouragées à nourrir un idéal différent, et cherchaient davantage à parfaire leur éducation politique, à travers le prisme de leurs partis respectifs. Cela impliquait de s’éloigner des sujets habituellement réservés aux femmes, comme la crise du personnel de maison ou les conditions de logement, pour explorer la question des relations internationales. Le programme de la formation politique des femmes conservatrices à Ashridge en 1935 incluait par exemple des cours d’Arthur Bryant sur « La tradition nationale », et de sir Edward Griggs sur « L’Allemagne et l’Italie ». (ARE 7/11/2, Comité consultatif des femmes de la province de l’est, École politique, 18-21 octobre 1935, Bonar Law College, Ashridge, Berkhamsted, Hertfordshire. Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford) En 1937, « on décida d’ouvrir un séminaire politique à Falmouth, avec comme programme les ‘Affaires étrangères’. Il était du souhait de tous que l’on demandât à Miss Marjorie Graves d’assurer deux cours. » (ARE 11/11/3, Compte-rendu d’une réunion du Conseil consultatif du comité féminin du comté de Cornouailles, 28 juillet 1937, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford)

55 « Correspondance : 1. Conseil consultatif féminin de la LNU : la Présidente a fait part de la réception d’un courrier (le 13 octobre) au sujet de l’envoi d’un message de solidarité à destination des femmes de Tchécoslovaquie, et de sa décision, après avoir consulté lady Falmouth, de ne pas y donner suite. Le Comité a approuvé la décision de la Présidente. » (Compte-rendu du Comité central consultatif féminin, 9 novembre 1938, CCO 170/1/1/1-CCO170/1/1/2, Union nationale des associations conservatrices et unionistes, Comité central consultatif féminin, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.)

56 Un extrait d’une résolution des femmes du parti travailliste du mois d’octobre 1938 suffira à souligner ce fossé en matière de politique et d’affirmation de soi des femmes : « Une longue discussion s’engagea sur la situation internationale. (a) Plan franco-anglais et accords de Munich. Décision fut prise d’envoyer une lettre de protestation au Premier ministre et au Ministre des Affaires étrangères pour déplorer la reddition initiale du gouvernement face à l’agression, son incapacité à assurer la sécurité des minorités dans les zones que la Tchécoslovaquie a été forcée de céder à l’Allemagne, l’utilisation d’un recensement vieux de vingt ans pour déterminer les nouvelles frontières, et la remise à l’Allemagne de territoires de culture majoritairement tchèque ; et pour exhorter le gouvernement à prendre des mesures, aussi rapidement qu’à Munich, visant à offrir un abri et une aide financière à ceux qui n’ont plus de toit et dont les vies ont été mises en danger par cet accord. » (Comité actif commun des organisations de travailleuses, Compte-rendu du 13 octobre 1938, Labour History Archive, Manchester)

57 NC 13/12/165, Lettre d’Emerald Cunard à Mme Chamberlain, 30 septembre 1938, Papiers personnels des Chamberlain, Université de Birmingham.

58 NC 13/11/711, Lady Londonderry à Neville, 17 septembre 1938, Université de Birmingham.

59 NC 13/11/747 Dame Christabel Pankhurst à Mme Chamberlain, 23 septembre 1938, Université de Birmingham.

60 Thelma Cazalet-Keir, From the Wings, Londres, The Bodley Head, 1967, p. 137-138.

61 Ibid. p. 102-103.

62 Ibid. p. 133-134.

63 Ibid. p. 134, en italique dans le texte original.

64 Ibid. p. 138-139.

65 Ibid. p. 139.

66 Ibid. p. 147.

67 “Candidates Toe the Line at Crieff”, Perthshire Constitutional and Journal, Vendredi 16 décembre 1938.

68 Stuart Ball, “The Politics of Appeasement: the Fall of the Duchess of Atholl and the Kinross and West Perth By-election, December 1938,” Scottish Historical Review, vol. LXIX, I, n° 187, (Avril 1990), pp. 49-83.

69 R. Griffiths, Patriotism Perverted, p. 40.

70 Evening Standard, 27 juillet 1939. [« Dans une dépêche du 19 juillet 1939 dressant un état des lieux de l’activité antisémite en Grande-Bretagne, l’Ambassadeur allemand Herbert von Dirksen mentionne une organisation présidée par ‘Lady Alexandra Hardinge’, dont l’une des activités consiste à projeter un film comportant une scène de massacre rituel. (…) Lady Hardinge (filleule de la reine Alexandra) est la veuve de sir Arthur Hardinge, ancien Ambassadeur d’Espagne. Son mari a fait partie du Grand Conseil des Fascistes Britanniques à la fin des années 1920. Lady Hardinge est décrite dans un article de l’Evening Standard du mois d’avril 1939 comme ‘une amie de l’Allemagne qui agit et sait se faire entendre (…), et à qui la scène politique ne fait pas peur.’ En 1939, elle écume le pays pour parler de l’Allemagne. », R. Griffiths, Patriotism Perverted, p. 48]

71 ARE 9/11/1-4, Compte-rendu de l’Assemblée générale annuelle du Comité consultatif féminin de la zone sud-est, 29 mars 1939, Archives du Parti Conservateur, Bodleian Library, Université d’Oxford.

72 « ‘Le fardeau qui pèserait sur les femmes dans l’éventualité d’une attaque serait nécessairement considérable, a déclaré Samuel Hoare. Il est essentiel qu’elles s’organisent et s’entraînent au préalable.’ L’un des vecteurs de cette vaste réorganisation est le Women’s Voluntary Service, la branche des Air Raid Precautions dirigée par Lady Reading, qui a pour objectif principal de diffuser dans chaque foyer les consignes à suivre pour se protéger et aider la communauté. On invite complaisamment les femmes d’Angleterre à ‘donner un peu de leur personne en contrepartie de la chance qu’elles ont de vivre dans le meilleur pays au monde.’ Jusqu’ici, l’effort consenti s’est surtout manifesté dans les ‘gas parties’ de Mayfair, ces bals à la mode où les masques à gaz de rigueur réjouissent les débutantes les plus blasées. » (Anne Brock Griggs, “Organise for Peace: Democracy’s War Measures,” Action, n° 124, 2 juillet 1938).

73 Anne Brock Griggs, “British Mothers Demonstrate,” Action, n° 138, 8 octobre 1938.

74 NC 13/12/471, Lettre de Daisy di Mobilant à Mme Chamberlain, 15 septembre 1938, Université de Birmingham.

75 F.E. Hayes, “How Unnecessary it was: A Woman’s View of the Crisis,” Action, n° 139, 15 octobre 1938.

76 “Candid Commentary by Olive Hawks,” Action, n° 139, 15 octobre 1938.

77 En février 1940 Special Branch rapporta que Brock-Griggs « n’était plus aussi enthousiasmée par le mouvement et qu’elle allait probablement démissionner rapidement de son poste d’organisatrice en chef. » HO45/24895/16-17. Interrogée par le Comité consultatif le 2 juillet 1940, Oswald Mosley déclara qu’Anne Brock-Griggs avait été « suspendue de ses fonctions au début de la guerre en raison de son inefficacité. » HO283/13/2-125. Elle fut tout de même l’une des premières femmes de la BUF internées en mai 1940, aux côtés d’Olive Hawks, Norah Elam et Mrs Whinfield.

78 Les deux volets de la politique du BUF montrent bien qu’il s’agit d’un mouvement anti-guerre et non d’un mouvement pacifiste : « Le BUF a su conserver sa ligne directrice, en dépit des tentatives de déformation et des intrigues en tous genres. D’une part, nous exigeons une Grande-Bretagne forte et suffisamment armée pour se protéger, et d’autre part, que le précepte de notre politique étrangère devienne : ‘On ne s’occupe que des affaires de la Grande-Bretagne’. » Michael Goulding, “Peace Betrayed: Labour’s Policy through British Union Eyes,” (pamphlet, non daté).

79 Martin Pugh, Hurray for the Blackshirts: Fascists and Fascism in Britain between the Wars, Londres, Jonathan Cape, 2005, p. 261.

80 Martin Ceadel, “The Peace Movement between the Wars: Problems and Definitions,” dans R. Taylor et N. Young (éd.), Campaigns for Peace: British Peace Movements in the 20th Century, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 93.

81 “Mosley’s Changing Following,” Left Forum, n° 35, août 1939.

82 Martin Pugh, op. cit., p. 286.

83 Ann Page, “A Suburban Housewife”, dans J. Christian (éd.), Mosley’s Blackshirts, p. 20.

84 Josephine Eglin, “Women and peace: from the Suffragettes to Greenham Common,” dans R. Taylor and N. Young (éd.), op. cit., p. 243.

Auteur

Claire Esteves (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540