Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie II. Les droites classiques face aux droites radicales : répudiations et convergences

Le National Front et Enoch Powell : « L’un des leurs »1 ?

Stéphane Porion

Texte intégral

  • 1 Cette expression, ‘One of Us’, fut le titre de la première biographie officielle écrite sur Margare (...)
  • 2 John Tyndall cité dans Spearhead, juillet 1966, p. 8 Spearhead fut le nom donné en décembre 1964 à (...)

1« La défaite humiliante des conservateurs [en 1966] a seulement servi à souligner ce que nous avons affirmé maintes fois, à savoir que maintenant en Grande-Bretagne il n’existe plus de grande force politique qui représente des principes patriotiques de droite »2.

  • 3 John Tyndall, The Eleventh Hour, Londres, Albion, 1988, p. 159. Le chapitre 8 de cette autobiograph (...)
  • 4 Spearhead, novembre/décembre 1966, p. 10.
  • 5 Dans The Radical Right in Britain, Alan Sykes remarque que l’appellation « droite radicale » est un (...)
  • 6 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Spac (...)
  • 7 La LEL fut fondée en 1954 pour protester publiquement contre la dissolution de l’Empire britannique (...)
  • 8 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Spac (...)
  • 9 Martin Walker, The National Front, Grande-Bretagne, Fontana, 1977, pp. 67-68.

2John Tyndall condamnait la politique extérieure des conservateurs, impulsée par le discours du « Vent du Changement » d’Harold Macmillan en 1960, qui visa, selon lui, à sacrifier l’Empire britannique. Il répudiait également la loi de 1962 qui n’avait pas réussi, à ses yeux, à juguler les flux migratoires. Cela signifiait concrètement, comme le montre son analyse dans Spearhead précédemment citée, que les principes nationalistes et patriotiques ne représenteraient plus de préoccupations politiques prioritaires dans les débats : « Le vrai patriotisme ne doit pas être confondu avec le produit synthétique superficiel tory »3. Et d’ajouter pour pallier cet espace politique inexistant : « Nous sommes prêts à rencontrer et à négocier avec tous les groupes de la droite en faveur d’un projet d’unification de toutes les forces nationalistes de droite, et pas seulement avec une partie d’entre elles »4. Tyndall fit en effet différents appels et offres politiques dans Spearhead de décembre 1964 à 1967 afin de rassembler les forces patriotiques et nationalistes de la droite britannique dite « radicale »5. C’est ainsi qu’en février 1967, lors d’une réunion dans Caxton Hall, à Westminster, fut créé le National Front, véritable regroupement de diverses forces de « l’extrême droite » qui, selon Martin Durham, étaient « éclatées au préalable »6. Cette union regroupa dans un premier temps : la League of Empire Loyalists (LEL), sous la houlette de A. K. Chesterton, anciennement proche des idées de Mosley, le British National Party (BNP), dirigé par Andrew Fountaine et John Bean, ainsi que de la Racial Preservation Society (RPS). Ils furent rejoints six mois plus tard par le Greater Britain Movement (GBM), conjointement présidé par John Tyndall et Martin Webster7. Le National Socialist Movement fut écarté de cette nouvelle formation politique frontiste pour éviter toute association scandaleuse, aux yeux de l’opinion publique, avec des sympathisants nazis8. Comme le remarque Martin Walker, Tyndall rencontra à cet égard quelques difficultés pour faire accepter son groupe politique dans le National Front, précisément à cause de son sulfureux passé pro-nazi9.

  • 10 Alan Sykes, The Radical Right in Britain, op. cit., p. 105; Peter Shipley, The National Front: Raci (...)
  • 11 David Edgar, ‘Racism Fascism and the Politics of the National Front’, Race and Class, 19, 2, Automn (...)
  • 12 En 1972-1973, de nombreux membres du Monday Club et des powelliens gravitèrent autour du National F (...)
  • 13 Peter Shipley, The National Front: Racialism and Neo-Fascism in Britain, op. cit., p. 3.
  • 14 Lors de la campagne des élections législatives de 1970, malgré une pression grandissante émanant es (...)
  • 15 Piero Ignazi, Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 18 (...)

3En dépit d’une véritable réussite à fusionner des groupes de la droite patriotique et nationaliste, le National Front ne constitua qu’une petite force politique émergente, qui ne comptait à ses débuts que quelques 2000 à 2500 membres déclarés10, mais qui connut rapidement une première phase d’expansion à laquelle l’influence du discours « des Fleuves de sang » d’Enoch Powell après le 20 avril 1968 ne fut pas étrangère. Comme l’affirme David Edgar, « après une année passée à se complaire dans une obscurité lugubre, ce nouveau parti reçut toutefois plus qu’une manne providentielle, cette fois sous les traits d’un certain Enoch Powell »11. En effet, le National Front saisit l’occasion pour recruter de nouveaux membres et faire son entrée sur la scène politique en participant à des élections locales et en présentant dix candidats aux élections législatives de 1970. Puis, après des guerres intestines et l’éviction de Chesterton de la tête du parti en 1970, le National Front entra dans une période de tension qui se solda par le remplacement de son Président, John O’Brien, en 1972. Ce parti sut tirer profit de l’expulsion de milliers d’asiatiques d’Ouganda, qui obtinrent l’admission sur le sol britannique en 1972, pour trouver un second souffle et matérialiser cette nouvelle vitalité par un score de 16,2 % du candidat frontiste (Martin Webster) à l’élection législative partielle de West Bromwich en 1973. Après avoir présenté 90 candidats aux élections législatives d’octobre 1974, le National Front connut une nouvelle phase d’expansion jusqu’en 1976, tirant parti d’un soutien accru de ses nouvelles vagues de recrutement, mais il dut également gérer des crises internes aigües entre John Tyndall, nouveau dirigeant du parti, et son aile dite « populiste »12. Peter Shipley indique que le National Front jouit d’un succès relatif lors de sa première décennie d’existence, rendant visible une force politique nationaliste et patriotique durable sur un échiquier politique peu propice aux petits partis : « réussissant une transition claire entre un statut de groupe de pression à celui d’un proto-parti, le National Front ne pouvait être ignoré »13. Piero Ignazi explique, quant à lui, que la marginalisation d’Enoch Powell au sein de son propre parti se solda par un consensus implicite parmi les conservateurs de ne pas promouvoir d’idées nationalistes dans leurs discours ou de reléguer la question de l’immigration au second plan14. Cette stratégie engendra un développement significatif du National Front qui réussit à récupérer et à instrumentaliser ce sujet sur la scène politique jusqu’à la défaite d’Edward Heath à la tête du Parti conservateur en 197515.

  • 16 Martin Walker, The National Front, op. cit.; Stan Taylor, The National Front in English Politics, L (...)
  • 17 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Spac (...)
  • 18 Stan Taylor reconnaît l’intérêt d’utiliser ces revues pour étudier le positionnement idéologique du(...)
  • 19 Robert Shepherd, Enoch Powell, A Biography, Londres, Pimlico, 1997; Simon Heffer, Like the Roman, t (...)
  • 20 Chesterton cité dans ‘The Jordans and Mosleyites are Rejoicing’, The Times, 24 avril 1968, p. 10.
  • 21 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 114.
  • 22 Entrée du journal intime de Lord Hailsham, 2 novembre 1977, Hailsham Papers, MSS 1/1/12, Churchill (...)

4Même si les analyses sur le National Front, qui se sont multipliées à partir de 1976, ont souligné l’impulsion donnée par le discours de Powell à Birmingham, en avril 1968, peu ont réellement étudié la relation entre Enoch Powell et ce parti16. Martin Durham a partiellement complété ce manque dans un chapitre d’un ouvrage collectif consacré au fascisme en Grande-Bretagne en 1996, mais il n’a pas centré exclusivement son analyse sur cette relation17. Les revues frontistes Spearhead de Tyndall et Candour de Chesterton représentent les sources principales de son travail et offrent un éclairage intéressant, mais uniquement du point de vue des figures de proue du National Front18. Les archives d’Enoch Powell, détenues au Churchill College à Cambridge depuis 2001, permettent d’apporter des précisions ou des nuances sur cette relation, que les dernières biographies de Powell publiées peu de temps avant sa mort en 1998 n’évoquent guère plus19. En effet, le tableau que l’on peut dresser des relations entre Powell et le National Front apparaît à première vue univoque : Powell et les frontistes menaient le même combat pour la nation britannique, prônant une politique d’immigration drastique tendant vers une immigration zéro et un rapatriement des étrangers de couleur vers leur pays d’origine – préconisations souvent condamnées car jugées motivées par des positions racistes – et une croisade contre l’intégration britannique dans l’espace européen qui mènerait, à leurs yeux, à une perte de la souveraineté nationale. D’ailleurs, quelques jours après le discours des « Fleuves de sang », Chesterton, chef de file du parti frontiste, déclarait dans The Times le 24 avril 1968 : « Ce que Powell a dit ne diverge d’aucune façon de notre propre point de vue »20. Martin Walker souligne toutefois qu’il existait une différence entre « un défenseur conservateur du capitalisme comme Powell et des penseurs de l’état corporatiste du National Front »21. Lorsque Powell quitta le Parti conservateur en 1974, le National Front espérait qu’il rejoindrait ses rangs. Il n’en fut rien, puisque Powell devint membre du Parti Unioniste d’Ulster, mais le doute subsista dans les esprits dans les années 70 comme en témoigne, par exemple, une note du journal intime de Lord Hailsham. Ce dernier écrivait en effet le 2 novembre 1977 que Peter Carrington avait averti Rab Butler à un meeting à Cambridge qu’il était presque certain que Powell avait accepté de diriger le National Front22.

  • 23 Voir par exemple, Candour, juillet 1973, p. 73.

5Quel fut donc le rôle de Powell dans le développement du National Front ? A-t-il réellement servi la cause de ce parti nationaliste nouvellement formé, ou fut-il plutôt un frein à son expansion politique ? Devint-il à son insu le porte-parole des idées du National Front ? Au lieu d’avoir recours à des explications sociologiques ou structurelles dans l’étude du développement d’un parti politique, Roger Eatwell suggère de prendre en compte le rôle particulier d’un homme sans qu’il ne soit nécessairement affilié à ce parti politique. Le National Front était en effet à la recherche d’un dirigeant charismatique pour mettre fin aux guerres intestines et gagner des sièges lors d’élections23 :

  • 24 Roger Eatwell, ‘The Extreme Right and British Exceptionalism: The Primacy of Politics’, in Paul Hai (...)

Et si Powell avait rejoint le National Front [en 1974], donnant au parti une plus grande légitimité ? En général, l’extrême droite européenne a prospéré là où elle a des dirigeants charismatiques qui plaisent aux médias – un contraste marqué avec un Chesterton vieillissant, qui dirigea le National Front au départ, ou un Tyndall grandiloquent, qui en fut son dirigeant dans les années 70. […] Ce cas de figure impliquant Powell sert à […] souligner un aspect de l’étude de l’extrême droite24.

  • 25 Voir la préface d’Hugo Young, One of Us, op. cit.
  • 26 Enoch Powell, ‘Facing up to Britain’s Race Problem’, Daily Telegraph, 16 février 1967, http://www.e (...)

6Si on reprend l’idée d’Hugo Young25 en l’adaptant à la fin des années 60 et au début des années 70, peut-on vraiment adhérer à l’opinion de Chesterton qui voyait en Powell « l’un des leurs », défendant « les valeurs » nationalistes d’une population britannique en proie aux multiples dangers d’une « invasion migratoire » comme le disait Powell dès 196726 ? Pour tenter de répondre à cette question dans ce chapitre et de déterminer l’influence d’Enoch Powell sur le National Front de 1967 à 1976, il faut tout d’abord définir la place que le parti frontiste réussit à occuper dans l’espace politique, puisque le Parti conservateur et le Monday Club ne laissaient pas forcément beaucoup de champ à une nouvelle force émergente de la droite. Malgré ce que laissait penser Chesterton, il faut souligner que le combat de Powell pour la nation britannique différait en substance, et non en but avéré, de celui du National Front, si l’on se tourne vers l’idéologie du Parti frontiste et le powellisme. En dernier lieu, quel fut l’effet Powell sur le National Front qui lui fit de nombreux appels du pied en privé pour qu’il devienne l’un des leurs, malgré une réserve publique affichée de ses dirigeants ?

Positionnement politique du National Front

  • 27 Chesterton cité dans Candour, octobre 1967, p. 73.
  • 28 Rev Tony Holden, So what Are You going to Do about the National Front?, Birmingham, Affor, 1978, p. (...)
  • 29 La gauche britannique se saisit de cette faiblesse pour discréditer le National Front dans les anné (...)
  • 30 Red Lion Square Inquiry, 1975, Archives nationales de Londres, HO 233/67, p. 11.
  • 31 Chesterton cité dans Candour, Février 1969, p. 10.
  • 32 Voir par exemple, Spearhead, juin 1970, p. 10.
  • 33 Spearhead, Février 1971, p. 6.
  • 34 Ibid., p. 7.

7Même si le National Front ne comptait qu’un nombre limité de membres lors de sa création en février 1967, son dirigeant Chesterton s’était fixé comme objectif de faire en sorte que son parti gagne une légitimité politique solide aux yeux des autres formations politiques et auprès de la population. Il lui fallait montrer que les groupes de la droite nationaliste et patriotique avaient parfaitement réussi leur fusion : « Le véritable but du National Front est de s’assurer qu’il est pris au sérieux par les partis politiques comme un concurrent acceptable »27. Pour ce faire, Chesterton devait purger le nouveau parti frontiste de toute affiliation et sympathie nazies et de ce fait, il entreprit une stratégie de « respectabilité »28. Chesterton avait conscience que si la ligne politique du National Front apparaissait comme une doctrine néo-nazie29, le parti s’exposerait à de virulentes critiques de ses adversaires politiques et pourrait être discrédité30. Le National Front réfutait l’appellation de la presse qui le décrivait comme une « organisation d’extrême droite »31, mais revendiquait ses positions nationalistes et patriotiques et la défense de la nation britannique32 : « Nous sommes nationalistes et nous rejetons l’Internationalisme qu’il soit de gauche ou de droite »33. Tyndall ajoutait également : « Nous au National Front avons toujours insisté sur le fait que les forces du patriotisme, de la tradition, de l’ordre, de la stabilité, de l’entreprise et de la qualité ne peuvent que triompher dans ce pays »34.

  • 35 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 9.
  • 36 Neill Nugent, ‘The Political Parties of the Extreme Right’, in Neill Nugent & Roger King (eds.), Th (...)
  • 37 Alan Sykes, The Radical Right in Britain, op. cit., p. 105.
  • 38 Spearhead, septembre 1969, p. 4; Spearhead, juin 1970, p. 4.
  • 39 Spearhead, juin 1970, p. 4; Spearhead, janvier 1971, p. 5; Spearhead, mars 1971, p. 9.

8Certains historiens attribuent, quant à eux, différentes étiquettes politiques au jeune National Front ; pour Martin Walker, ce parti ne peut être qualifié de « fasciste » comme dans les années 3035, Neill Nugent ne le voit que comme appartenant à la « droite radicale ou à l’extrême droite »36, et Alan Sykes juge ce parti à la fin des années 60 comme « une force de droite plutôt qu’une force radicale »37. La position de Chesterton était claire : son parti ne voulait pas d’une image réactionnaire qui pratique de la démagogie pour trouver sa place au sein de la droite britannique38. Le National Front se revendiquait de la « droite radicale » et mettait en avant sa « philosophie révolutionnaire »39. Deux articles publiés dans Spearhead en 1971 précisaient l’idéal révolutionnaire que portait le National Front :

  • 40 Spearhead, janvier 1971, p. 5. Voir également Spearhead, mars 1971, p. 9.

Notre révolution, la révolution de la majorité silencieuse, n’a pas pour but de renverser les repères moraux fondamentaux et les lois sociales qui représentent la fondation de la civilisation occidentale chrétienne. […] Nous devons souligner que la nation britannique a pour but de mener sa propre conception d’une révolution mondiale – une révolution qui ne repose pas sur les classes sociales, comme celle des communistes, mais sur les origines ethniques40.

  • 41 Spearhead, janvier 1971, p. 5.

9Dans un article de Spearhead intitulé « Non nous ne sommes pas conservateurs », John Tyndall affirmait en août 1970 que le National Front n’était pas subordonné au Parti conservateur qui ne détenait pas le monopole de la droite britannique41 :

  • 42 Spearhead, août 1970, p. 6.

La presse nous appelle un mouvement de ‘droite’. […] Cela devient de plus en plus problématique quand on voit que l’on fait parfois référence aux conservateurs comme ‘la droite radicale’. Non seulement nous nous distinguons de la ligne politique officielle des conservateurs sur bien des sujets, mais nous nous distinguons aussi dans une large mesure des conservateurs de la droite radicale. Nous sommes en fait un parti à la philosophie révolutionnaire42.

  • 43 Ibid., p. 8.
  • 44 Spearhead, février 1971, p. 10.

10Tyndall aspirait à la création d’une union des dominions blancs, « un Commonwealth limité à ceux de souche blanche principalement britannique »43, qui rassemblerait l’Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande, ainsi que l’Afrique du Sud et la Rhodésie44. Le libéralisme économique d’Edward Heath nourrissait la théorie du complot du National Front qui condamnait le monde international de la finance, car il ruinait les intérêts économiques de la Grande-Bretagne. Martin Webster appelait ainsi ses lecteurs de Spearhead à rejeter les principes économiques et d’intégration européenne des conservateurs :

  • 45 Spearhead, mai 1973, p. 16.

Le National Front, depuis ses débuts, a rejeté les grands principes économiques conservateurs obsolètes, et a décrété que le capitalisme permettait en fait le développement du puissant complexe nocif et antinational des banques internationales et des entreprises multinationales qui sont responsables de la destruction des intérêts britanniques à travers le monde, de la transformation de la Grande-Bretagne en une société multiculturelle, de l’entrée forcée de la Grande-Bretagne dans la CEE, et de la mise en danger générale du mode de vie britannique45.

  • 46 Spearhead, septembre 1970, p. 6.

11En dernier lieu, il remettait en cause la capacité des conservateurs à pouvoir réellement défendre les intérêts du Britannique typique qui croyait à des principes politiques de droite et qui devrait par conséquent « éviter le chemin sans visibilité des conservateurs »46.

  • 47 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 117.
  • 48 À noter que George Kennedy Young partageait les mêmes idées que Powell sur le sujet de l’immigratio (...)

12Le National Front avait également fort à faire avec le Monday Club, qui représentait une faction de l’aile droite du Parti conservateur et qui était perçu comme une composante de la droite radicale47. Après avoir été courtisé par les futurs dirigeants du National Front pour adhérer à la formation de leur nouveau parti frontiste et refusé leur offre, le Monday Club était devenu un sérieux concurrent politique. Il était assimilé à « un groupe de pression » au sein du Parti conservateur, accusé de vouloir appliquer de façon dynamique des principes conservateurs. Même si certains de ses membres, dont par exemple George Kennedy Young avec son essai politique Who Goes Home (1969), avaient avancé des idées qui allaient dans le sens de celles défendues par le National Front, ils proposaient, quant à eux, de mettre en place une immigration très stricte et contrôlée mais volontaire48. Tyndall déclarait à cet effet :

  • 49 Ibid.

Le Monday Club est loin d’être le seul moyen d’expression patriotique en politique britannique. Il ne se situe pas en dehors du courant politique dominant, mais [ses membres sont des partisans] des principes d’action du Parti conservateur. Ils ont accès à des sources lucratives de parrainage financier. Le Club peut prétendre avoir déjà posé des jalons sur l’échelle du pouvoir politique, ayant déjà un nombre de membres au parlement sous l’étiquette du Parti conservateur. [Le Club] ne fut pas le premier à prôner des solutions efficaces, car il insista uniquement sur le rapatriement volontaire des étrangers49.

  • 50 Mots en gras dans le texte anglais. Ibid., p. 7.

13Le National Front tentait de discréditer le Monday Club aux yeux de son lectorat ou de son électorat en martelant que, malgré les prétendues inclinations patriotiques, le Club ne présentait pas de doctrine cohérente, puisqu’il était enfermé dans la sphère du Parti conservateur, et « ne représentait pas une source sérieuse de conseils pour l’avenir de la Grande-Bretagne »50.

  • 51 Spearhead, février 1971, p. 6.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., p. 7.
  • 54 Chesterton répondit à cette critique du Monday Club en indiquant que le Club était piégé dans l’app (...)

14Tyndall rencontra un membre du Monday Club, qui demanda de rester anonyme, pour parler de la position frontiste vis-à-vis du Club. Tyndall réaffirma le fossé idéologique qui séparait les deux formations politiques et déplora le manque de prise de position forte du Club contre la CEE51. Le Monday Club était disposé à avoir « une attitude amicale » envers le National Front52, mais ce membre du Club rappela à Tyndall que le National Front n’était pas une grosse machine politique et n’avait aucun élu au Parlement53. De plus, le National Front souffrait d’une réputation teintée d’extrémisme54 liée au recrutement de ses membres, qui poussait le Monday Club à la prudence dans ses contacts avec le parti frontiste :

  • 55 Ibid., p. 6.

Que ce soit fondé ou non, le National Front a acquis une tare extrémiste. […] Il est également vrai qu’on le considère dans certains lieux comme abritant en son sein beaucoup de voyous. Dans ces circonstances, ce serait dangereux, du point de vue du Club, de flirter avec une organisation telle que le National Front55.

  • 56 Peter Shipley, The National Front: Racialism and Neo-Fascism in Britain, op. cit., p. 9.
  • 57 Stan Taylor, The National Front in English Politics, op. cit., p. 101.

15Peter Shipley remarque que le National Front essaya de recruter des jeunes d’une vingtaine d’années, peu instruits, venant principalement de milieux sociaux peu favorisés. Il ne réussit pas, en revanche, à recruter parmi les hooligans ou les punks ni à développer un réseau d’étudiants pour recruter dans le milieu universitaire56. Lorsque Powell vit sa motion visant à arrêter l’immigration des asiatiques d’Ouganda battue au Congrès annuel du Parti conservateur en 1972, un nombre significatif de membres ou de militants quittèrent le parti pour se tourner vers le National Front. Ce dernier vit 75 % de ses nouveaux membres venir des rangs du Parti conservateur ou même de ceux des travaillistes, mécontents des politiques d’immigration menées par leur parti respectif dans les années 7057.

  • 58 Voir ‘Monday Club, A Danger to British Democracy’, CCO 3/7/33, Archives du Parti conservateur, Bodl (...)
  • 59 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 115.
  • 60 David Edgar, ‘Racism Fascism and the Politics of the National Front’, op. cit., p. 123.

16Des organisations ou groupes pro-Powell à la fin des années 60 furent tellement frustrées que Powell fût marginalisé dans son propre parti qu’ils rejoignirent par la suite les rangs du National Front. Le Département de Recherche Conservateur enquêta sur la Powellite Association dans le cadre d’un rapport secret sur les menaces qui pesaient sur la démocratie britannique58. L’organisatrice de cette dernière, Bery Carthew, membre du bureau exécutif du Monday Club, était chargée de recruter des personnes qui allaient écouter les discours publics de Powell, ainsi que d’imprimer et de distribuer ses discours. Celui « des Fleuves de sang » encouragea aussi John Briggs à fonder une association du nom de British People’s Union qui regroupait à la fois des membres du Parti conservateur et du National Front pour débattre des problèmes d’immigration et condamner les politiques mises en place. Le pouvoir conservateur local ne vit pas cela d’un bon œil et fit pression sur Briggs pour qu’il suspende ce groupe59. David Edgar en particulier évoque la tactique d’entrisme adoptée par le National Front de 1968 à 1972 pour infiltrer le Parti conservateur, les associations conservatrices, et même le Monday Club et recruter des membres ou influencer les débats politiques vers des prises de position plus radicales60. John O’Brien, dirigeant du National Front de 1970 à 1972, écrivit à Enoch Powell le 24 mai 1977 pour lui indiquer que c’était le discours de Birmingham qui l’avait mené sur le chemin de la politique :

  • 61 Lettre de John O’Brien envoyée à Enoch Powell, 24 mai 1977, POLL 3/2/1/10 File 2, Powell Papers, Ch (...)

Quand vous avez parlé à Birmingham le 20 avril 1968, la vie de certaines personnes, grâce à ce discours, fut transformée d’une telle façon dont on avait jamais rêvé. J’étais l’une de ces personnes. Suite à votre discours et à votre éviction injuste et imméritée du Cabinet fantôme, j’ai formé une association qui avait pour slogan « Powell Premier ministre ! ». […] Monsieur Powell, après votre discours, j’ai arrêté mes études d’horticulture […] pour faire de la politique dans le but d’essayer de sauver mon pays des effets de l’immigration61.

  • 62 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Spac (...)

17Martin Durham reconnaît que des organisations pro-Powell ou des campagnes « Powell Premier ministre » représentaient un potentiel intéressant pour le National Front, même si le Monday Club risquait de tirer davantage profit de ces forces centrifuges du Parti conservateur62. Enoch Powell devenait un moyen d’expression idéal à grande résonnance, dont le National Front comptait bien se servir, pour promouvoir la défense patriotique de la nation britannique.

Enoch Powell et le National Front : un même combat pour la nation britannique ?

  • 63 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 109.
  • 64 ‘Racialism’ dans le texte anglais. Les spécialistes anglo-saxons distinguent couramment le racisme (...)
  • 65 V. S. Anand & F. A. Ridley, The Enigma of Enoch Powell, Londres, Medusa, 1969, p. 5.
  • 66 Candour, mai 1968, p. 49.
  • 67 Andrew Roth, Enoch Powell, Tory Tribune, Londres, Macdonald and Co, 1970, p. 358; Candour, juillet (...)
  • 68 Rex Collings (ed.), Reflections of a Statesman, The Writings and Speeches of Enoch Powell, Londres, (...)

18Martin Walker remarque que Powell et le National Front étaient sur la « même longueur d’onde », puisqu’il était grand temps, selon eux, que la Grande-Bretagne entende un discours populiste séduisant qui aborde les vrais problèmes et les craintes de la nation britannique63. D’après le témoignage d’une étude contemporaine de 1969, « Enoch Powell était le prophète et le porte-parole non seulement du racisme64, mais également du nationalisme anglais »65. Chesterton remerciait donc Powell pour la répercussion positive de son discours « des Fleuves de sang », qui réorientait le débat politique vers des considérations patriotiques et nationalistes : « Powell nous a rendu un immense service pas tant parce qu’il s’est fait entendre, mais parce qu’il a donné à la nation la chance de faire entendre sa voix »66. Powell était considéré comme « la soupape de sécurité »67 de la nation britannique car il faisait de son combat une priorité pour en protéger l’homogénéité68. Selon Tyndall, Powell s’était placé dans le sillon du National Front :

  • 69 Spearhead, mai/juin 1968, p. 2.

[Enoch Powell] a mis en lumière les problèmes ethniques en disant ce que des millions de gens pensent mais sont incapables de dire, en parlant au nom d’une large majorité de Britanniques typiques. […] Le fait que M. Powell ait maintenant parlé doit être salué. Mais n’oublions pas ceux qui vous ont mis en garde il y a bien bien longtemps69.

19Powell avait averti la nation britannique qu’elle courait à sa perte à cause des flux migratoires non maîtrisés

  • 70 T. E. Utley, Enoch Powell, The Man and his Thinking, Londres, William Kimber, 1968, p. 182.

Nous devons être fous, fous à lier, en tant que nation d’autoriser un flux migratoire annuel de 50 000 assistés, qui forment pour la plupart la substance de la future prolifération des descendants d’immigrés. C’est comme regarder une nation s’affairer à constituer son propre bûcher funéraire70.

  • 71 Ibid., p. 188.

20Pour rendre ce tableau apocalyptique plus parlant à son auditoire de Birmingham, le 20 avril 1968, Powell utilisa le témoignage d’une veuve de sa circonscription, dont l’existence même et l’authenticité de son récit furent jugées douteuses par les médias. Victime de harcèlement de ses voisins « négrillons », la vieille dame avait retrouvé des excréments dans sa boite aux lettres après s’être fait insulter par ces derniers71. D’après Dominic Sandbrook, Powell décida de répéter cette histoire, non pas parce que c’est le devoir d’un homme politique de rapporter ce que ces électeurs lui écrivent, mais car ces anecdotes l’arrangeaient et nourrissaient ses arguments politiques :

  • 72 Dominic Sandbrook, White Heat, A History of Britain in the Swinging Sixties, Londres, Abacus, 2007, (...)

L’anecdote de Powell à propos de la vieille dame, « des excréments » et « des négrillons » semble avoir été empruntée directement à la réserve des histoires racistes de la droite radicale. […] Des anecdotes très similaires étaient répandues à la fin des années 60 par le National Front […] : c’était le genre d’histoires que la plupart des conseillers municipaux et des députés rejetaient régulièrement comme une incitation à la violence extrémiste72.

  • 73 Voir par exemple, Spearhead, avril/mai 1969, p. 15 ; Spearhead, septembre 1971, p. 9. Sunday Expres (...)

21Des différences sensibles subsistaient néanmoins entre Powell et les frontistes. Afin de comparer brièvement la doctrine de Powell à l’idéologie du National Front, on peut délimiter les cinq champs suivants : l’immigration, le multiculturalisme, le Commonwealth, l’intégration européenne et le champ économique et sociétal. Powell et le parti frontiste prônaient une politique d’immigration drastique à mener avec humanité, tendant vers une immigration zéro des étrangers de couleur73. Le National Front dénonçait le coût économique que les immigrés faisaient peser sur l’économie britannique, qui se chiffrait à près de 267 millions de livres, et expliquait pourquoi un rapatriement obligatoire serait une bonne solution :

  • 74 Spearhead, avril/mai 1969, p. 15.

22Si on donnait à chaque immigré la somme de 100 livres pour ré-immigrer et encore 100 livres pour un voyage agréable vers son pays d’origine, [...] [i]l serait possible en l’espace de deux ans de rapatrier deux millions d’immigrés pour bien moins que la somme précédemment citée, […] et pour améliorer notre économie, réduire les impôts, construire davantage de logements et aider les personnes âgées74.

  • 75 Il avait d’ailleurs encouragé le recrutement de docteurs et infirmiers étrangers au début des année (...)
  • 76 Discours d’Enoch Powell au Congrès Annuel du Rotary Club de Londres, Eastbourne, 16 novembre 1968, (...)
  • 77 Robert Shepherd, ‘The Real Tributaries of Enoch’s “Rivers of Blood’”, The Spectator, 1 mars 2008, p (...)
  • 78 Stéphane Porion, ‘Le Discours des rivières de sang d’Enoch Powell : approche raciste ou simple remi (...)
  • 79 Martin Barker, The New Racism: Conservatives and the Ideology of the Tribe, Londres, Junction Books (...)

23Powell ne dénonçait pas le problème économique75, mais celui de l’intégration culturelle des étrangers. Il suggérait de mettre en place un ministère du Rapatriement pour assister financièrement les immigrés qui le souhaitaient dans un retour digne à leur pays d’origine sur la base du bénévolat76. La question qui restait épineuse pour Powell et le National Front était la mise en place dangereuse et inacceptable d’une société multiculturelle, qui découlait des flux migratoires impossibles à assimiler à la nation britannique et dont l’augmentation constante obsédait Powell, en particulier en raison du problème des violences inter-communautaires qu’il avait observées lors de l’indépendance de l’Inde77. Powell voulait préserver une nation britannique homogène et sa démarche reflétait une approche dite « racialiste »78, car il reconnaissait une différence de valeurs culturelles79 :

  • 80 Enoch Powell, No Easy Answers, Londres, Sheldon Press, 1973, p. 91.

Dans toutes les sociétés, il peut exister, non sans avantage, des petites minorités […] qui se différencient du reste, pas seulement par leur langue ou leur milieu, mais aussi par leurs origines ethniques. Si c’est ce que vous entendez par une société multi-raciale, alors toute société est multi-raciale. […] Mais si par une société multi-raciale vous voulez dire une société qui est délibérément, et même artificiellement formée par le regroupement massif de gens venant de différents milieux, aux cultures différentes, qu’on insère dans une nation qui a une longue histoire ininterrompue – une nation probablement aussi homogène dans son sentiment qu’il en existe dans le monde […] alors je crois que cette idée est malveillante et dangereuse80.

24Powell rejetait tout argument relevant d’un racisme biologique dans son système de pensée :

  • 81 Enoch Powell, Wrestling with Angels, Londres, Sheldon Press, 1977, p. 5.

Mes convictions n’ont aucun fondement génétique ni eugénique, et ne sont pas raciales, parce qu’il m’est impossible de donner un sens au mot ‘race’ et de placer mes compatriotes sur une échelle de mérite en fonction de leurs origines. Ce fondement est politique81.

  • 82 Spearhead, novembre 1969, p. 8.
  • 83 Spearhead, juin 1970, p. 10.
  • 84 Spearhead, printemps 1967, p. 5. Voir aussi Stéphane Porion, ‘La “Théorie de la race” selon John Ty (...)

25Le National Front, quant à lui, condamnait le multiculturalisme comme une forme de société dégénérescente82 et utilisait des arguments dits « scientifiques » pour justifier un racisme biologique et proscrire des mariages interethniques83 afin de préserver la pureté de la race blanche britannique et l’homogénéité de la nation84 :

  • 85 Spearhead, janvier 1970, pp. 8-9.

Les sciences de la génétique, de l’eugénisme et de l’anthropologie, en pénétrant progressivement les brumes de l’ignorance et de la confusion, […] produisent des preuves accablantes sur l’inégalité foncière qui existe, à la fois entre individus et entre groupes ethniques. Plus encore, elles ont déjà donné les preuves les plus solides qui soient que cette inégalité est par essence héréditaire et ne peut qu’être que très marginalement affectée par des modifications de l’environnement (pauvreté/éducation). […] Nous pouvons créer une société sur le modèle de l’apartheid. […] Nous ne voulons pas en arriver là. […] L’autre choix est simplement le rapatriement85.

  • 86 Spearhead, février 1971, pp. 10-11. Un ‘Little Englander’ était quelqu’un opposé à l’expansion de l (...)
  • 87 Voir par exemple Spearhead, octobre 1969, p. 2.

26De plus, malgré un appel ouvert à Powell dans Spearhead en août 1970 intitulé « Ce que M. Powell doit faire », ce dernier répondit finalement à une lettre de Tyndall, dont la correspondance fut reproduite dans Spearhead en février 1971, où il affirmait qu’il n’était pas d’accord avec la conception du National Front visant à mettre en place un Commonwealth de dominions blancs en évoquant des arguments qui confirmaient sa réputation de ‘Little Englander’86. Ils partageaient toutefois une opposition farouche à l’intégration européenne de la Grande-Bretagne, que le National Front jugeait toutefois tardive et opportuniste de la part de Powell87.

  • 88 Spearhead, juin 1970, p. 4.

27Le volet économique du powellisme88 offrait une batterie de munitions pour le parti frontiste pour fustiger Powell et son adhésion à un capitalisme exacerbé. Le National Front défendait un nationalisme économique et donnait la priorité aux intérêts économiques britanniques, comme le montre par exemple l’épisode de Rolls Royce :

  • 89 Spearhead, décembre 1970, p. 3.

Le Parti conservateur est un parti entretenant des rapports étroits avec l’économie capitaliste et internationaliste, non régulée par des considérations publiques ou nationales. N’était-ce pas Enoch Powell qui affirmait : « Quand je suis à l’Église, je m’agenouille et remercie Dieu pour le don du capitalisme » ? Enoch Powell, souvent soutenu par cette revue, est complètement à côté de la plaque lorsqu’il dit que le gouvernement ne devrait pas aider Rolls Royce à surmonter ses difficultés financières89.

  • 90 Spearhead, septembre 1973, pp. 10-11.
  • 91 Spearhead, décembre 1973, p. 11.
  • 92 Spearhead, janvier 1973, p. 13.
  • 93 Spearhead, Janvier 1970, p. 7.

28Tyndall adressa une lettre ouverte à Powell, reproduite dans Spearhead en septembre 1973, qui insinuait que sa vision du capitalisme était en contradiction avec les intérêts de la Grande-Bretagne et avec sa souveraineté nationale90. La réponse envoyée par la secrétaire de Powell parut dans Spearhead en décembre 1973 et se résumait à une fin de non recevoir91. Le National Front et Powell n’étaient pas d’accord sur les causes de l’inflation et les remèdes à y apporter92 et s’opposaient aussi sur des questions sociétales fondamentales : alors que Powell – exception parmi ses collègues conservateurs – soutenait la dépénalisation de l’homosexualité et l’abolition de la peine de mort, le National Front y voyait là deux dangers de cette société permissive qu’il condamnait93. Malgré des différences idéologiques apparentes, le National Front soutenait le combat nationaliste et patriotique que Powell menait avec la faction des powelliens au sein du Parti conservateur, avec une certaine ambigüité, car l’effet Powell était une aubaine à double tranchant pour le parti frontiste.

L’un des leurs ? L’effet Powell sur le National Front

  • 94 Voir Spearhead, juin 1970, ‘Bravo Enoch’, et novembre 1972, ‘Enoch Right, Tories Wrong’.
  • 95 Spearhead, octobre 1969, p. 2.

29Une lecture attentive de Spearhead et de Candour montre clairement la façon ambiguë dont le National Front instrumentalisa la nouvelle image publique et l’influence de Powell. La stratégie des frontistes fut de soutenir Powell après des discours-clés aux grandes retombées médiatiques, comme le montrent les deux couvertures de Spearhead en juin 1970 et en novembre 197294. Powell devenait à son insu le porte-parole des idées du National Front. En revanche, les dirigeants frontistes avaient bien à l’esprit que des électeurs potentiels pourraient se tourner vers le Parti conservateur, s’ils étaient convaincus par les arguments de la faction powellienne de ce parti. Par conséquent, on observe de façon très récurrente que Chesterton et Tyndall ne cessaient de nuancer leur soutien ouvert à Powell dans Spearhead et Candour en rappelant à leurs lecteurs qu’il s’était tourné très tardivement vers la question de l’immigration et bien plus tard au début des années 70 vers celle de l’entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE95. De plus, ils avaient recours aux idées véhiculées par le deuxième ouvrage publié sur Powell par Paul Foot – son pire détracteur – qui avait mis clairement en avant l’opportunisme politique de Powell, que Tyndall prenait soin de relayer :

  • 96 Spearhead, Juin/Juillet 1969, p. 3.

Le dernier discours de Powell sur l’immigration de couleur était excellent, mais nous devons résister à la tentation de le considérer comme un Messie. […] Il est temps que la Tamise écume avec du sang – celui de Heath. Mais quelle garantie avons-nous que Powell ne laissera pas tomber la dimension controversée du problème de l’immigration lorsqu’il prendra la direction du Parti conservateur ? Absolument aucune. Car il sait qu’il n’y a qu’un seul moyen politique qui peut le mener à Downing Street, et c’est la machine du Parti conservateur96.

  • 97 Candour, Juillet 1973, p. 75.

30Le National Front multipliait ainsi les avertissements à ses électeurs que Powell resterait un tory. Le témoignage d’un conservateur haut placé indiquant que « le Parti conservateur n’est pas disposé à le congédier » le confirmait97. Cela s’expliquait du fait qu’il représentait un atout, certes parfois problématique pour la direction du parti, mais qui pourrait attirer les voix nationalistes dans le giron conservateur aux prochaines élections :

  • 98 Spearhead, Juin/Juillet 1969, p. 3.

L’un des camarades de Powell au bureau national s’est confié au député travailliste Brian Walden : « Ok, Powell a tort sur le sujet des relations ethniques. Mais il représente une grande force perturbatrice. Nous avons besoin de cela. Nous avons besoin de politiques vraiment distinctes et de glamour. Enoch possède les deux98.

31Conscient de l’influence indirecte de Powell sur ses membres et ses électeurs potentiels, le National Front utilisait des arguments classiques contre les conservateurs pour discréditer Powell aux yeux de son lectorat, même s’il soutenait que ses idées sur l’immigration étaient importantes. Le National Front devait se servir de l’effet d’aubaine Powell, mais également déconstruire une mythologie politique dangereuse pour sa base.

  • 99 Alan Sykes, The Radical Right in Britain, op. cit., p. 109.

32Deux exemples probants, les législatives de 1970 et une élection législative partielle de 1973, illustrent l’ambivalence de l’effet Powell sur le National Front. Tout d’abord, de nombreux conservateurs déçus, ou sympathisants qui se sentaient trahis, rejoignirent les rangs du parti frontiste, comme John O’Brien, futur dirigeant du National Front au début des années 70, ainsi que des powelliens frustrés, comme Roy Painter et John Kingsley Read, qui se tournèrent vers ce parti en 197399. Un membre de la branche du National Front de Huddersfield remarqua même :

  • 100 Stan Taylor, The National Front in English Politics, op. cit., p. 21.

Les discours de Powell ont donné un extraordinaire coup de fouet au nombre de nos adhésions et à notre moral. Avant que Powell ne fasse son discours [« des Fleuves de sang »], nous n’attirions que des excentriques et des pervers. Après ses discours nous avons commencé à attirer, de manière clandestine, les membres de l’aile droite des organisations conservatrices100.

  • 101 Voir par exemple, John Wood (ed.), Enoch Powell and the 1970 Election, Londres, Elliot Right Way, 1 (...)
  • 102 Simon Heffer, Like the Roman, the Life of Enoch Powell, op. cit., p. 565.
  • 103 Angus Maude, “Enoch Declares War”, The Spectator, 22 novembre 1968, p. 726.
  • 104 Randall Hansen, Citizenship and Immigration in Post-War Britain, op. cit., p. 182.
  • 105 Stan Taylor, The National Front in English Politics, op. cit., p. 22.

33En revanche, malgré son différend avec Edward Heath, Powell appela quelques jours avant l’élection de 1970 à voter pour les conservateurs. De nombreuses analyses101 ont affirmé que Powell avait joué un rôle crucial dans la victoire des conservateurs qui étaient donnés perdants avant l’élection. À ce propos, Powell répondit de façon laconique dans The Times : « Qui ne serait pas content d’entendre les gens dire qu’il a participé au succès de son propre parti ? »102 Powell revendiquait encore d’être un tory et confirmait ainsi les attaques du National Front à son égard. Randall Hansen a montré qu’après 1968, Powell avait poussé le Parti conservateur vers une politique d’immigration plus restrictive. Un jeu de surenchères s’était mis en place jusqu’au vote de la nouvelle loi d’immigration en 1971 : en galvanisant le soutien de la population et de la faction powellienne du parti, Powell força les députés conservateurs à adopter une position anti-immigration plus dure pour réduire le nombre d’étrangers immigrant en Grande-Bretagne103. Ceci poussa Powell à répondre à son tour par des propos encore plus restrictifs en matière de politique d’immigration qui forcèrent irrémédiablement les conservateurs à suivre cette voie et à adopter finalement des positions plus radicales en matière d’immigration dans le programme électoral de 1970104. Stan Taylor en arrive à la conclusion suivante : « Le fait d’être d’accord avec Powell et/ou avec la politique d’immigration des conservateurs joua un rôle important dans la victoire des conservateurs aux élections, et priva progressivement le National Front d’un soutien potentiel »105.

  • 106 Simon Heffer, Like the Roman, the Life of Enoch Powell, op. cit., pp. 667-668.
  • 107 bid., p. 667.
  • 108 A. D. C. Webber était le candidat frontiste en lice pour la circonscription Nord Est de Wolverhampt (...)

34L’élection législative partielle à West Bromwich de 1973 marqua un succès relatif pour Martin Webster, le candidat frontiste, au détriment du candidat conservateur local David Bell, qui avait finalement dû composer avec le refus de Powell de lui apporter publiquement son soutien. David Bell invita Powell, à venir faire un discours de soutien dans sa circonscription. Il avait été un des électeurs de la circonscription de Powell pendant quatorze ans et l’admirait beaucoup. Cependant, Bell ne partageait pas les opinions de Powell sur la CEE et l’immigration ; ce qui amena Powell à décliner l’invitation. Il ne voulait pas qu’on utilise sa notoriété et son influence à des fins personnelles pour accéder au pouvoir. Simon Heffer, biographe de Powell, écrit que le candidat frontiste, Martin Webster, affirma que le refus de Powell de soutenir le candidat conservateur représentait une marque de soutien directe au National Front. Webster obtint 16 % des voix, son score le plus élevé, et ne fut distancé que de 3000 voix par le candidat conservateur dont la majorité avait diminué de façon drastique. Powell commenta les résultats en déclarant : « C’est exactement ce que j’avais prédit à Bell. Les élections auraient dû faire la part belle aux sujets de l’immigration et de la CEE »106. Simon Heffer nota également : « La politique de rapatriement obligatoire du parti frontiste, sans compter beaucoup d’autres politiques dans le style du nationalisme socialiste, était complètement contraire aux propres idées de Powell »107. Les archives de ce dernier apportent un nouvel éclairage intéressant à cet épisode, puisqu’elles recèlent une correspondance entre Powell et A. D. C. Webber108 en 1973, composée de cinq lettres écrites de la main du frontiste. Par exemple, Webber écrivait dans ses quatrième et cinquième lettres que Powell pouvait compter à l’avenir sur le soutien du National Front à la Chambre des Communes en raison de l’influence positive qu’il avait eue sur le score du Parti frontiste lors de l’élection de West Bromwich :

  • 109 Lettre de Webber envoyée à Powell, 22 mai 1973, Ibid.
  • 110 Lettre de Webber envoyée à Powell, 12 juin 1973, Ibid.

J’ai naturellement été très heureux que vous refusiez de parler en faveur M. Bell, le candidat conservateur pour la circonscription de West Bromwich. Le résultat de cette élection partielle est important pour moi car il me donnera une indication sur mes propres chances pour les élections législatives109. […] Je me rends compte que vous n’avez apporté aucun soutien à un candidat frontiste mais vos propos ont sans aucun doute eu une influence sur les résultats de cette élection et je sentais que je devais vous remercier si personne d’autre ne l’avait fait. […] Vous pouvez compter sur notre soutien110.

  • 111 Lettre de Powell envoyée à Webber, 24 mai 1973, Ibid.
  • 112 Lettre de Webber envoyée à Powell, 12 juin 1973, Ibid.
  • 113 Michael Billig indique que Powell était souvent sondé dans ses correspondances pour savoir si des é (...)

35Il reste dans les archives de Powell une copie de sa réponse envoyée par sa secrétaire qui indique sans ambigüité que « M. Powell n’a pas soutenu, de façon apparente ou autre, aucun candidat du National Front »111. La fin de l’échange épistolaire se solda par une remarque manuscrite de Powell sur la dernière lettre que Webber lui avait envoyée, probablement après leur ultime rencontre : « Je n’ai pas soutenu le candidat frontiste à West Bromwich, et j’ai refusé de répondre à des questions hypothétiques sur d’autres circonscriptions. J’ai aussi refusé de donner à Webber des conseils pour une carrière politique : il avait choisi son propre parti, c’est leur aide qu’il doit solliciter »112. De 1968 à 1973, Powell sembla jouer contre son gré un rôle utile pour le National Front, dont les membres espéraient bien qu’ils deviendraient l’un des leurs, malgré une certaine réticence publique affichée par les figures de proue du parti frontiste113.

Conclusion

  • 114 Martin Webster cité dans Spearhead, juin 1970, p. 13.
  • 115 Martin Walker, The National Front, op. cit., pp. 120-121.
  • 116 Spearhead, janvier 1972, p. 11.
  • 117 John Tyndall avait déjà clairement mis en avant cette idée dès 1966 dans Six Principles of British (...)
  • 118 Lettre de Martin Webster envoyée au Mirror et à Enoch Powell, 5 avril 1977, POLL 3/2/1/10 File 2, P (...)
  • 119 Lettre de Powell envoyée à M. Wedgwood, 15 mars 1977 ; Lettre de Powell envoyée à M. Smith, 11 août (...)
  • 120 Lettre de John O’Brien envoyée à Powell, 1 juillet 1977, Ibid.

36Même si Powell en vint à représenter la droite nationaliste au sein du Parti conservateur de 1968 jusqu’en 1974, il ne défendit qu’en apparence les mêmes idées nationalistes que le National Front qui condamnait sans relâche son affiliation au Parti conservateur : « Malgré des critiques considérables venant des nombreux éléments de la droite, cette revue ne s’est pas laissée absorber par l’hystérie du powellisme »114. L’étude de leurs principales idées politiques a révélé le fossé qui existait entre Powell et le National Front, malgré une certaine analyse commune des dangers qui pesaient sur la nation britannique115. Le parti frontiste fit de nombreux appels du pied à Powell pour qu’il intègre leurs rangs, indiquant que son avenir au sein du Parti conservateur ne se résumerait qu’à une marginalisation de plus en plus importante : « M. Powell et une petite minorité sortent du lot dans leur parti, mais on a ignoré leurs protestations. M. Powell fut relégué par son parti au simple rang de député de base »116. Martin Webster, entre autres, écrivait régulièrement dans Spearhead, tout comme Chesterton dans Candour, que le parti frontiste pouvait être d’accord avec Enoch Powell sur certains sujets touchant à l’immigration et à la CEE, mais que le National Front ne cherchait pas un nouveau dirigeant en la personne de Powell. Pour contrecarrer cette impression véhiculée par Mirror, une nouvelle fois en 1977, Martin Webster envoya une lettre à la rédaction du journal (dont Powell reçut une copie), qui stipulait que, malgré un soutien du National Front pour certains sujets (comme l’immigration de couleur et le Marché Commun) exposés par Powell, les frontistes avaient commencé leur croisade bien avant lui117, et rejetaient ses idées sur le capitalisme et l’abolition de la peine de mort. Le dernier paragraphe de cette missive levait toute ambigüité du point de vue des dirigeants du National Front : « Par conséquent, il ne pourrait y avoir aucune raison que nous contactions M. Powell pour qu’il devienne Président du National Front, et aucune raison pour que M. Powell accepte, même si nous étions disposés à l’inviter »118. Cependant, une étude approfondie des archives de Powell montre que ce dernier fut de nouveau sollicité par des quadras locaux du National Front en 1977, pour rejoindre les rangs du parti frontiste ou faire des discours de soutien à ses différents candidats. Powell répondit simplement : « En tant que membre du Parti unioniste d’Irlande du Nord, je ne peux pas soutenir un autre parti politique »119. Par conséquent, le National Front échoua à ce que Powell devienne « l’un des leurs », malgré leur objectif initial d’unir les forces de la droite nationaliste et patriotique. John O’Brien avait écrit à Powell que s’il rejoignait le National Front, c’était comme recevoir « le baiser de la mort » qui mettrait fin à sa carrière politique à cause des inclinations nazies encore trop présentes dans le parti120. Le parti frontiste réussit néanmoins à instrumentaliser la nouvelle image publique de Powell, véritable voix dissidente du Parti conservateur, pour attirer de nouvelles recrues déçues des prises de position conservatrice.

37L’effet Powell fut toutefois à double tranchant pour le National Front qui se battait déjà pour être reconnu comme force légitime de la droite radicale face à un Monday Club de plus en plus influent :

  • 121 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Spac (...)

Alors que le powellisme avait aidé le National Front à émerger de la marge de la droite, ce ne fut pas sans un prix à payer. Dans la mesure où le parti frontiste soutenait Powell, il affaiblissait ses chances de constituer une alternative indépendante à la droite conservatrice ; dans la mesure où il critiquait Powell, il s’aliénait ceux qui faisaient le panégyrique de l’opposant à l’immigration, pas seulement en dehors de leur organisation, mais aussi en son sein121.

  • 122 Discours de Margaret Thatcher en janvier 1978, cité dans Anna-Marie Smith, ‘Powellism’ in New Right (...)

38L’avènement du thatchérisme porta toutefois un coup mortel aux espoirs du National Front à la fin des années 70, puisque Margaret Thatcher sut utiliser certaines idées d’Enoch Powell pour contenir ce qu’elle présentait comme la menace de l’immigration et pour gagner les élections législatives de 1979 avec un programme politique plus radical122. Alors que le powellisme avait ouvert le champ de l’espace politique au National Front, le thatchérisme allait le refermer et repousser le parti frontiste dans la marginalité.

Bibliographie

Archives

Archives d’Enoch Powell

POLL 1/1/25, Powell Papers, Churchill Archive Centre, Cambridge.

POLL 3/2/1/9 File 1, Powell Papers, Churchill Archive Centre, Cambridge.

POLL 3/2/1/10 File 2, Powell Papers, Churchill Archive Centre, Cambridge.

Fondation de Margaret Thatcher: Hailsham Papers, MSS 1/1/12, entrée du journal intime de Lord Hailsham, 2 novembre 1977, Churchill archive centre, site internet de Margaret Thatcher Foundation, http://www.margaretthatcher.org/document/8C6EE38A87DE4E3389580877746FEB52.pdf.

London School of Economics: Stan Taylor, ‘The National Front: A Contemporary Evaluation’, Paper n° 16, mars 1978, Université de Warwick.

Archives Nationales de Londres: Red Lion Square Inquiry, 1975, HO 233/67.

Archives du Parti Conservateur: ‘Monday Club, A Danger to British Democracy’, CCO 3/7/33, Bodleian Library, Oxford.

The British Cartoon Archive, Université du Kent,
http://www.kent.ac.uk/cartoons/.

Articles de presse du National Front : Candour & Spearhead, 1964-1977.

Sources secondaires

Brochures

NATIONAL FRONT, An Introduction to the National Front, Worthing, The NF Publicity Department, 1988.

SPARKS, Colin, Fascism and the National Front, Socialist Worker Pamphlet, 1975.

TYNDALL, John, Six Principles of British Nationalism, Londres, Albion Press, 1966.

HOLDEN, Tony (Rev), So what are You going to Do about the National Front?, Birmingham, Affor, 1978.

Articles

BROOKE, Peter, “India, post-Imperialism and the Origins of Enoch Powell’s ‘Rivers of Blood Speech”, The Historical Journal. vol. 50, n° 3, septembre 2007, pp. 669-687.

EDGAR, David, ‘Racism Fascism and the Politics of the National Front’, Race and Class, vol. XIX, N° 2, Automne 1977.

SEALE, John, ‘Medical Emigration: A Study in the Inadequacy of Official Statistics’, Londres, IEA, 1964.

SHIPLEY, Peter, ‘The National Front: Racialism and Neo-Fascism in Britain’, Conflict Studies n° 97, juillet 1978.

Ouvrages

ANAND, V. S. & RIDLEY, F. A., The Enigma of Enoch Powell, Londres, Medusa, 1969.

BARKER, Martin, The New Racism: Conservatives and the Ideology of the Tribe, Londres, Junction Books, 1981.

BERKELEY, Humphry, The Odyssey of Enoch (A Political Memoir), Londres, Hamish Hamilton, 1977.

BILLIG, Michael, Fascists (A Psychological View of the National Front), Londres, Harcourt Brace Jovanovich, 1978.

COLLINGS, Rex (ed.), Reflections of a Statesman, The Writings and Speeches of Enoch Powell, Londres, Bellew, 1991.

DURHAM, Martin, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Space, 1967-83’, in Mike Cronin (ed.), The Failure of British Fascism – The Far Right and the Fight for Political Recognition, Londres, Macmillan, 1996.

EATWELL, Roger, ‘The Extreme Right and British Exceptionalism: The Primacy of Politics’, in Paul Hainsworth (ed.), The Politics of the Extreme Right from the Margins to the Mainstream, Londres, Pinter, 2000.

FIELDING, Nigel, The National Front, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1981.

FOOT, Paul, The Rise of Enoch Powell, Harmondsworth, Penguin, 1969.

HANSEN, Randall, Citizenship and Immigration in Post-War Britain, Oxford, Oxford University Press, 2000.

HEFFER, Simon, Like the Roman, the Life of Enoch Powell, Londres, Phoenix, 1998.

IGNAZI, Piero, Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford, Oxford University Press, 2003.

MERCER, Kobena, “Powellism : Race, Politics and Discourse”, Thèse de Doctorat, Goldsmith’s College, Université de Londres, 1990.

NUGENT, Neill, ‘The Political Parties of the Extreme Right’, in Neill Nugent & Roger King (eds.), The British Right, Hants, Saxon House, 1977.

PORION, Stéphane, ‘Le « discours des rivières de sang » d’Enoch Powell : approche raciste ou simple remise en cause du multiculturalisme ? (1968-2008)’, in Michel Prum (ed.), Ethnicité et eugénisme (Discours sur la race), Paris, L’Harmattan, 2009, pp. 105-124.

PORION, Stéphane, ‘La “Théorie de la race” selon John Tyndall dans Spearhead, 1964-1975’, in Michel Prum (ed.), La Place de l’autre, Paris, L’Harmattan, 2010, pp. 69-89.

POWELL, Enoch, No Easy Answers, Londres, Sheldon Press, 1973.

POWELL, Enoch, Wrestling with Angels, Londres, Sheldon Press, 1977.

ROTH, Andrew, Enoch Powell, Tory Tribune, Londres, Macdonald and Co, 1970.

SANDBROOK, Dominic, White Heat, A History of Britain in the Swinging Sixties, Londres, Abacus, 2007.

SHEPHERD, Robert, Enoch Powell, A Biography, Londres, Pimlico, 1997.

SMITH, Anna-Marie, ‘Powellism’in New Right Discourse on Race and Sexuality, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, pp. 129-182.

SYKES, Alan, The Radical Right in Britain, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005.

TAYLOR, Stan, The National Front in English Politics, Londres, Macmillan, 1982.

THURLOW, Richard, Fascism in Britain, From Oswald Mosley’s Blackshirts to the National Front, (1987), Londres, I. B. Tauris & Co, 1998.

TYNDALL, John, The Eleventh Hour, Londres, Albion, 1988.

UTLEY, T. E., Enoch Powell, The Man and his Thinking, Londres, William Kimber, 1968.

WALKER, Martin, The National Front, Grande-Bretagne, Fontana, 1977.

WOOD, John (ed.), Enoch Powell and the 1970 Election, Londres, Elliot Right Way, 1970.

YOUNG, Hugo, One of Us, (1990), Londres, Pan Books, 1993.

Notes

1 Cette expression, ‘One of Us’, fut le titre de la première biographie officielle écrite sur Margaret Thatcher par Hugo Young.

2 John Tyndall cité dans Spearhead, juillet 1966, p. 8 Spearhead fut le nom donné en décembre 1964 à la revue de propagande du Greater Britain Movement dirigé par John Tyndall et Martin Webster, qui resta l’organe principal de diffusion des idées du National Front après sa création en février 1967. Au départ, Spearhead représentait un groupe paramilitaire géré par Tyndall. Voir Richard Thurlow, Fascism in Britain, From Oswald Mosley’s Blackshirts to the National Front, (1987), 1998, Londres, I. B. Tauris & Co, pp. 236, 238 & 243.

3 John Tyndall, The Eleventh Hour, Londres, Albion, 1988, p. 159. Le chapitre 8 de cette autobiographie de Tyndall, intitulé ‘Conservatism in Surrender’, offre une critique acerbe des idées des conservateurs.

4 Spearhead, novembre/décembre 1966, p. 10.

5 Dans The Radical Right in Britain, Alan Sykes remarque que l’appellation « droite radicale » est une étiquette politique complexe, qui n’est pas un synonyme ni un euphémisme de l’extrême droite, ni une idéologie complètement cohérente, ni un mouvement politique unifié : « La droite radicale était [toutefois] grandement nationaliste, voire hyper-nationaliste, et considérait la nation comme le point de départ de sa pensée politique ». Alan Sykes, The Radical Right in Britain, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005, pp. 1-2.

6 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Space, 1967-83’, in Mike Cronin (ed.), The Failure of British Fascism – The Far Right and the Fight for Political Recognition, Londres, Macmillan, 1996, p. 81.

7 La LEL fut fondée en 1954 pour protester publiquement contre la dissolution de l’Empire britannique, attirant de nombreux membres du Parti conservateur, déçus par la ligne politique adoptée par leur parti. Dans les années 60, ce groupe s’opposa principalement à l’entrée d’immigrés de couleur sur le sol britannique. Le BNP fut formé en 1960 après la fusion du National Labour Party et de la White Defence League, deux groupes issus de la LEL. C’était une organisation explicitement raciste et antisémite, condamnant un ordre mondial financier contrôlé par les Juifs, qui voulait également préserver une société issue d’une immigration de l’Europe nordique. La RPS, regroupant d’anciens membres de la British Union of Fascists, était un groupe de pression et de propagande, militant contre l’immigration de couleur et plaidant pour la supériorité de la race blanche. Le GBM fut fondé en 1964 après que John Tyndall consomma sa rupture idéologique avec Colin Jordan. Tyndall voulait se détacher de son héritage nazi optant pour un État autoritaire défendant des principes nationalistes et racistes, mais garant des principes démocratiques. À noter que le pamphlet du National Front de septembre 1988, intitulé An Introduction to the National Front, ne précise toutefois pas que le GBM était une composante originale du National Front, p. 4. Ceci s’explique sûrement par le fait que le National Front entreprit une stratégie de respectabilité qui devait bannir toute affiliation ou sympathie nazie dans ce parti frontiste nouvellement formé.

8 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Space, 1967-83’, op. cit., p. 81.

9 Martin Walker, The National Front, Grande-Bretagne, Fontana, 1977, pp. 67-68.

10 Alan Sykes, The Radical Right in Britain, op. cit., p. 105; Peter Shipley, The National Front: Racialism and Neo-Fascism in Britain, Conflict Studies n° 97, juillet 1978, p. 2.

11 David Edgar, ‘Racism Fascism and the Politics of the National Front’, Race and Class, 19, 2, Automne 1977, p. 122.

12 En 1972-1973, de nombreux membres du Monday Club et des powelliens gravitèrent autour du National Front pour poursuivre leur combat contre l’entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE et manifester leur opposition à une immigration non contrôlée. Ils représentaient une droite respectable et respectueuse des principes démocratiques, qui se distinguait des pratiques violentes néo-nazies. Voir Alan Sykes, The Radical Right in Britain, op. cit., p. 109.

13 Peter Shipley, The National Front: Racialism and Neo-Fascism in Britain, op. cit., p. 3.

14 Lors de la campagne des élections législatives de 1970, malgré une pression grandissante émanant essentiellement de « l’effet Powell » pour que les partis politiques promettent davantage de mesures pour juguler les flux migratoires, Edward Heath et Harold Wilson décidèrent implicitement d’occulter cet aspect dans leurs discours politiques. Voir la caricature de Paul Rigby, The Sun, 2 juin 1970, catalogue record 17903, The British Cartoon Archive, Université du Kent, http://www.kent.ac.uk/cartoons/, consultation du site en février 2009.

15 Piero Ignazi, Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 185.

16 Martin Walker, The National Front, op. cit.; Stan Taylor, The National Front in English Politics, Londres, Macmillan, 1982; Nigel Fielding, The National Front, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1981; Michael Billig, Fascists (A Social Psychological View of the National Front), Londres, Harcpurt Brace Jovanovich, 1978.

17 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Space, 1967-83’, op. cit., pp. 81-98.

18 Stan Taylor reconnaît l’intérêt d’utiliser ces revues pour étudier le positionnement idéologique du National Front et sa relation avec son électorat potentiel. Voir Stan Taylor, ‘The National Front: A Contemporary Evaluation’, Paper n° 16, mars 1978, Université de Warwick, LSE archives, p. 6.

19 Robert Shepherd, Enoch Powell, A Biography, Londres, Pimlico, 1997; Simon Heffer, Like the Roman, the Life of Enoch Powell, Londres, Phoenix, 1998.

20 Chesterton cité dans ‘The Jordans and Mosleyites are Rejoicing’, The Times, 24 avril 1968, p. 10.

21 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 114.

22 Entrée du journal intime de Lord Hailsham, 2 novembre 1977, Hailsham Papers, MSS 1/1/12, Churchill Archive Centre, in site internet de Margaret Thatcher Foundation,
http://www.margaretthatcher.org/document/8C6EE38A87DE4E3389580877746FEB52.pdf. site consulté en juin 2009.

23 Voir par exemple, Candour, juillet 1973, p. 73.

24 Roger Eatwell, ‘The Extreme Right and British Exceptionalism: The Primacy of Politics’, in Paul Hainsworth (ed.), The Politics of the Extreme Right from the Margins to the Mainstream, Londres, Pinter, 2000, p. 176.

25 Voir la préface d’Hugo Young, One of Us, op. cit.

26 Enoch Powell, ‘Facing up to Britain’s Race Problem’, Daily Telegraph, 16 février 1967, http://www.enochpowell.net/fr-82.html. Site internet consulté en février 2009.

27 Chesterton cité dans Candour, octobre 1967, p. 73.

28 Rev Tony Holden, So what Are You going to Do about the National Front?, Birmingham, Affor, 1978, p. 1; David Edgar, ‘Racism Fascism and the Politics of the National Front’, op. cit., p. 122.

29 La gauche britannique se saisit de cette faiblesse pour discréditer le National Front dans les années 70. Voir par exemple, Colin Sparks, Fascism and the National Front, Socialist Worker Pamphlet, 1975.

30 Red Lion Square Inquiry, 1975, Archives nationales de Londres, HO 233/67, p. 11.

31 Chesterton cité dans Candour, Février 1969, p. 10.

32 Voir par exemple, Spearhead, juin 1970, p. 10.

33 Spearhead, Février 1971, p. 6.

34 Ibid., p. 7.

35 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 9.

36 Neill Nugent, ‘The Political Parties of the Extreme Right’, in Neill Nugent & Roger King (eds.), The British Right, Hants, Saxon House, 1977, p. 185.

37 Alan Sykes, The Radical Right in Britain, op. cit., p. 105.

38 Spearhead, septembre 1969, p. 4; Spearhead, juin 1970, p. 4.

39 Spearhead, juin 1970, p. 4; Spearhead, janvier 1971, p. 5; Spearhead, mars 1971, p. 9.

40 Spearhead, janvier 1971, p. 5. Voir également Spearhead, mars 1971, p. 9.

41 Spearhead, janvier 1971, p. 5.

42 Spearhead, août 1970, p. 6.

43 Ibid., p. 8.

44 Spearhead, février 1971, p. 10.

45 Spearhead, mai 1973, p. 16.

46 Spearhead, septembre 1970, p. 6.

47 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 117.

48 À noter que George Kennedy Young partageait les mêmes idées que Powell sur le sujet de l’immigration.

49 Ibid.

50 Mots en gras dans le texte anglais. Ibid., p. 7.

51 Spearhead, février 1971, p. 6.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 7.

54 Chesterton répondit à cette critique du Monday Club en indiquant que le Club était piégé dans l’appareil conservateur et avait donc peur de prendre des positions radicales et d’être traité d’extrémiste. Voir Candour, octobre 1972, p. 186.

55 Ibid., p. 6.

56 Peter Shipley, The National Front: Racialism and Neo-Fascism in Britain, op. cit., p. 9.

57 Stan Taylor, The National Front in English Politics, op. cit., p. 101.

58 Voir ‘Monday Club, A Danger to British Democracy’, CCO 3/7/33, Archives du Parti conservateur, Bodleian Library, Oxford.

59 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 115.

60 David Edgar, ‘Racism Fascism and the Politics of the National Front’, op. cit., p. 123.

61 Lettre de John O’Brien envoyée à Enoch Powell, 24 mai 1977, POLL 3/2/1/10 File 2, Powell Papers, Churchill Archive Centre, Cambridge. Je remercie le Powell Trust et le Churchill Archive Centre de me laisser utiliser et citer les archives de Powell.

62 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Space, 1967-83’, op. cit., p. 89.

63 Martin Walker, The National Front, op. cit., p. 109.

64 ‘Racialism’ dans le texte anglais. Les spécialistes anglo-saxons distinguent couramment le racisme érigé en doctrine (racism) du racisme vécu tel qu’il se traduit dans les préjugés et comportements des individus et des groupes (racialism). Monica Charlot, Naissance d’un problème racial, Paris, Armand Colin, 1972, p. 7.

65 V. S. Anand & F. A. Ridley, The Enigma of Enoch Powell, Londres, Medusa, 1969, p. 5.

66 Candour, mai 1968, p. 49.

67 Andrew Roth, Enoch Powell, Tory Tribune, Londres, Macdonald and Co, 1970, p. 358; Candour, juillet 1973, p. 76.

68 Rex Collings (ed.), Reflections of a Statesman, The Writings and Speeches of Enoch Powell, Londres, Bellew, 1991, p. 60.

69 Spearhead, mai/juin 1968, p. 2.

70 T. E. Utley, Enoch Powell, The Man and his Thinking, Londres, William Kimber, 1968, p. 182.

71 Ibid., p. 188.

72 Dominic Sandbrook, White Heat, A History of Britain in the Swinging Sixties, Londres, Abacus, 2007, p. 680. Voir aussi Paul Foot, The Rise of Enoch Powell, Harmondsworth, Penguin, 1969, pp. 113-116.

73 Voir par exemple, Spearhead, avril/mai 1969, p. 15 ; Spearhead, septembre 1971, p. 9. Sunday Express, 9 juillet 1967, cité dans Kobena Mercer, “Powellism : Race, Politics and Discourse”, thèse de doctorat, Goldsmith’s College, Université de Londres, 1990, p. 253.

74 Spearhead, avril/mai 1969, p. 15.

75 Il avait d’ailleurs encouragé le recrutement de docteurs et infirmiers étrangers au début des années soixante quand il était alors ministre de la Santé. Voir par exemple, John Seale, ‘Medical Emigration: A Study in the Inadequacy of Official Statistics’, Londres, IEA, 1964, pp. 33-34; Randall Hansen, Citizenship and Immigration in Post-War Britain, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 8.

76 Discours d’Enoch Powell au Congrès Annuel du Rotary Club de Londres, Eastbourne, 16 novembre 1968, cité dans Rex Collings (ed.), Reflections of a Statesman, The Writings and Speeches of Enoch Powell, op. cit., pp. 390-393.

77 Robert Shepherd, ‘The Real Tributaries of Enoch’s “Rivers of Blood’”, The Spectator, 1 mars 2008, p. 16; Peter Brooke, “India, post-Imperialism and the Origins of Enoch Powell’s ‘Rivers of Blood Speech”, The Historical Journal. vol. 50, n° 3, septembre 2007, pp. 669-687.

78 Stéphane Porion, ‘Le Discours des rivières de sang d’Enoch Powell : approche raciste ou simple remise en cause du multiculturalisme’, in Michel Prum (ed.), Éthnicité et eugénisme (Discours sur la race), Paris, L’Harmatan, 2009, pp. 105-124.

79 Martin Barker, The New Racism: Conservatives and the Ideology of the Tribe, Londres, Junction Books, 1981, pp. 20-22.

80 Enoch Powell, No Easy Answers, Londres, Sheldon Press, 1973, p. 91.

81 Enoch Powell, Wrestling with Angels, Londres, Sheldon Press, 1977, p. 5.

82 Spearhead, novembre 1969, p. 8.

83 Spearhead, juin 1970, p. 10.

84 Spearhead, printemps 1967, p. 5. Voir aussi Stéphane Porion, ‘La “Théorie de la race” selon John Tyndall dans Spearhead, 1964-1975, in Michel Prum (ed.), La Place de l’autre, Paris, L’Harmattan, 2010, pp. 69-89.

85 Spearhead, janvier 1970, pp. 8-9.

86 Spearhead, février 1971, pp. 10-11. Un ‘Little Englander’ était quelqu’un opposé à l’expansion de l’Empire britannique, un anglais chauvin, insulaire et antieuropéen. Powell avait défendu la raison d’être de l’Empire britannique jusqu’en 1954, lorsqu’il quitta le Suez Group. Ce groupe de députés conservateurs, fondé en 1953 et mené notamment par Julian Amery, s’opposa à la politique de Nasser et à la perte du contrôle britannique du Canal de Suez. Ce fut son discours en 1961 à la Royal Society of St George, fondée en 1894 pour promouvoir l’anglicité et les valeurs anglaises, qui recentra pour la première fois ses préoccupations sur la Grande-Bretagne uniquement. Voir Simon Heffer, Like the Roman, The Life of Enoch Powell, op. cit., pp. 193, 334-340.

87 Voir par exemple Spearhead, octobre 1969, p. 2.

88 Spearhead, juin 1970, p. 4.

89 Spearhead, décembre 1970, p. 3.

90 Spearhead, septembre 1973, pp. 10-11.

91 Spearhead, décembre 1973, p. 11.

92 Spearhead, janvier 1973, p. 13.

93 Spearhead, Janvier 1970, p. 7.

94 Voir Spearhead, juin 1970, ‘Bravo Enoch’, et novembre 1972, ‘Enoch Right, Tories Wrong’.

95 Spearhead, octobre 1969, p. 2.

96 Spearhead, Juin/Juillet 1969, p. 3.

97 Candour, Juillet 1973, p. 75.

98 Spearhead, Juin/Juillet 1969, p. 3.

99 Alan Sykes, The Radical Right in Britain, op. cit., p. 109.

100 Stan Taylor, The National Front in English Politics, op. cit., p. 21.

101 Voir par exemple, John Wood (ed.), Enoch Powell and the 1970 Election, Londres, Elliot Right Way, 1970; R. W. Johnson & Douglas Schoen, ‘The “Powell Effect”: Or How one Man Can Win’, New Society, 22 juillet 1976, p. 169, POLL 1/1/25, Powell Papers.

102 Simon Heffer, Like the Roman, the Life of Enoch Powell, op. cit., p. 565.

103 Angus Maude, “Enoch Declares War”, The Spectator, 22 novembre 1968, p. 726.

104 Randall Hansen, Citizenship and Immigration in Post-War Britain, op. cit., p. 182.

105 Stan Taylor, The National Front in English Politics, op. cit., p. 22.

106 Simon Heffer, Like the Roman, the Life of Enoch Powell, op. cit., pp. 667-668.

107 bid., p. 667.

108 A. D. C. Webber était le candidat frontiste en lice pour la circonscription Nord Est de Wolverhampton. Jeune candidat investi par son parti à l’âge de 21 ans, il cherchait les précieux conseils de Powell qu’il admirait. Lettre de Webber envoyée à Powell, 27 février 1973, POLL 3/2/1/9 File 1, Powell Papers.

109 Lettre de Webber envoyée à Powell, 22 mai 1973, Ibid.

110 Lettre de Webber envoyée à Powell, 12 juin 1973, Ibid.

111 Lettre de Powell envoyée à Webber, 24 mai 1973, Ibid.

112 Lettre de Webber envoyée à Powell, 12 juin 1973, Ibid.

113 Michael Billig indique que Powell était souvent sondé dans ses correspondances pour savoir si des électeurs de sa circonscription devaient se tourner vers le National Front. En refusant de répondre, Powell ne dissuadait pas explicitement ces recrues potentielles pour le National Front. Voir Michael Billing, Fascists (A Social and Psychological View of the National Front), op. cit., p. 348 ; Lettre de Michael Billig envoyée à Powell, 23 juin 1977, POLL 3/2/1/10 File 2, Powell Papers.

114 Martin Webster cité dans Spearhead, juin 1970, p. 13.

115 Martin Walker, The National Front, op. cit., pp. 120-121.

116 Spearhead, janvier 1972, p. 11.

117 John Tyndall avait déjà clairement mis en avant cette idée dès 1966 dans Six Principles of British Nationalism, Londres, Albion Press, 1966, p. 16.

118 Lettre de Martin Webster envoyée au Mirror et à Enoch Powell, 5 avril 1977, POLL 3/2/1/10 File 2, Powell Papers.

119 Lettre de Powell envoyée à M. Wedgwood, 15 mars 1977 ; Lettre de Powell envoyée à M. Smith, 11 août 1977 ; lettre de Powell envoyée à M. Scott, 10 septembre 1977, POLL 3/2/1/10 File 2, Powell Papers.

120 Lettre de John O’Brien envoyée à Powell, 1 juillet 1977, Ibid.

121 Martin Durham, ‘The Conservative Party, the British Extreme Right and the Problem of Political Space, 1967-83’, op. cit., p. 89.

122 Discours de Margaret Thatcher en janvier 1978, cité dans Anna-Marie Smith, ‘Powellism’ in New Right Discourse on Race and Sexuality, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 179.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540