Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie II. Les droites classiques face aux droites radicales : répudiations et convergences

Churchill, le fascisme et les fascistes

Antoine Capet
Traduction de Claire Esteves

Texte intégral

  • 1 Nombreux sont ceux qui opèrent un distinguo entre fascistes et nazis, mais la plupart de nos collèg (...)
  • 2 Je souhaite exprimer ma gratitude à l’égard de deux piliers du Churchill Centre, Messieurs Richard (...)

1L’image que l’on retient de Churchill jusque dans les contrées les plus isolées du globe est sans doute celle du « Bouledogue », combattant sans relâche les dictateurs fascistes pour finalement les terrasser, y compris bien sûr leur archétype, Hitler1. Mais quiconque a lu ne serait-ce qu’une courte biographie du leader britannique sait bien que la réalité est loin d’être aussi simple2. En effet, jusqu’à la fin de la « drôle de guerre » et la capitulation de la France en juin 1940, Churchill avait une position ambiguë vis-à-vis de Mussolini et, même après la guerre, il continua, sinon à soutenir, tout du moins à fermer les yeux sur Franco et son régime. Pareille attitude trouvait une explication dans un anti-communisme dont il ne devait jamais se départir même si, pour des raisons d’opportunisme stratégique, il choisit de le mettre entre parenthèses entre juin 1941 et mai 1945, ou peut-être même un peu avant cela.

  • 3 “Army Estimates (Russia)”. Discours à la chambre des Communes, 29 mai 1919, dans Complete Speeches, (...)
  • 4 Différentes sources et variantes pour ces propos sont citées dans les écrits sur Churchill. Pelling (...)

2Sans doute devrait-on commencer par évoquer le traumatisme que fut pour lui la révolution bolchevique. « Le bolchevisme n’est pas une politique, mais une maladie », a-t-il déclaré à la Chambre des Communes le 29 mai 1919, avant d’ajouter que « ce n’est pas une croyance, mais bien une peste »3. Churchill fut ministre de l’Armement du 16 juillet 1917 au 10 janvier 1919 ; pour lui, le véritable « coup de poignard dans le dos » n’était pas la façon dont la gauche allemande avait accéléré la défaite d’une armée jusqu’alors invaincue, mais plutôt la forfaiture des Bolcheviks, lesquels avaient trahi leurs alliés de l’ouest en acceptant une paix séparée avec l’ennemi, à l’occasion du Traité de Brest-Litovsk (3 mars 1918). Deux des choses que Churchill haïssait plus que tout étaient à l’œuvre durant cette période troublée : la trahison et la dislocation de l’ordre social. Le premier ministre Lloyd George y ajouta une considération plus personnelle, aujourd’hui célèbre : « Son sang ducal se révoltait contre l’élimination systématique des Grands Ducs de Russie »4.

  • 5 Gilbert, Winston S. Churchill. vol. 4: 1917-1922, p. 257.
  • 6 Voir le dessin de presse suivant dans les remarquables British Cartoon Archives (Université du Kent (...)

3Secrétaire d’État à la Guerre et à l’Aviation jusqu’au 13 février 1921, Churchill se lança dans une politique d’éradication de ce qu’il avait appelé « les singeries immondes du bolchevisme » à l’occasion d’une réception officielle à Mansion House le 19 février 19195, politique que la presse ne manqua pas de baptiser « la guerre personnelle de M. Churchill »6.

  • 7 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 4: 1917-1922, p. 384.
  • 8 Pelling, Winston Churchill, 1999, p. 257.

4Dans une lettre remarquable adressée à Lloyd George le 24 mars 1920, Churchill indiquait notamment : « Depuis l’armistice, ma politique se serait résumée à faire ‘la paix avec le peuple allemand, la guerre contre la tyrannie bolchevique’. Par choix ou par contrainte, vous êtes allé dans une direction quasi inverse »7. Ce n’est qu’à contrecœur que Churchill finit par se rendre à l’évidence en 1920, et par accepter comme un fait accompli la prise de pouvoir bolchevique en Russie. Au début de cette décennie, sa réputation d’ennemi juré du communisme était donc bien établie, et Ramsay MacDonald, le leader des travaillistes, déclara à propos de ses campagnes anti-bolcheviques que « si le Labour est incapable de lutter contre cela, alors il ne luttera jamais contre quoi que ce soit »8. Théoriquement, toutefois, Churchill faisait encore partie des libéraux. Il ne changea de parti à nouveau qu’en 1924, après s’être présenté comme candidat indépendant anti-socialiste lors d’une élection partielle, qu’il perdit de quelques voix face au candidat officiel du Parti conservateur. En revanche, en octobre de la même année, il remporta le siège d’Epping aux élections législatives en tant que candidat constitutionaliste, avec le soutien officiel des conservateurs. Il devait conserver ce siège jusqu’en 1964. En novembre 1924, il fut nommé chancelier de l’Échiquier au sein du gouvernement conservateur de Stanley Baldwin.

  • 9 Addison, Churchill on the Home Front, 1900-1955, p. 264.

5En mai 1926, on retrouva Churchill en première ligne : c’est lui en effet qui dirigeait l’organe de presse officiel du gouvernement, The British Gazette, opposé à la Grève générale, à un moment où les autres journaux ne pouvaient paraître. Cet épisode confirma sa réputation déjà établie d’ennemi des ouvriers, d’autant plus que Churchill s’était dans un premier temps opposé au paiement de prestations sociales destinées aux mineurs ayant poursuivi la grève jusqu’à l’automne 1926. On le présenta alors comme l’extrémiste de la Grève générale, ce qui n’est pas totalement infondé9. Son image de tenant inflexible de la droite autoritaire se renforça encore avec les déclarations publiques désastreuses qu’il a faites suite à son séjour à Rome en janvier 1927, où il rencontra Mussolini et le Pape. De fait, Churchill avait déjà exprimé son admiration vis-à-vis de Mussolini en janvier 1926, dans un discours adressé à des hauts fonctionnaires du Trésor :

  • 10 “Italian Debt Settlement (Signing)”, Discours au Trésor, Londres, 27 janvier 1926, dans Complete Sp (...)

L’Italie est un pays prêt à faire face aux réalités de la reconstruction. Son gouvernement, dirigé avec fermeté par Signor Mussolini, ne se dérobe pas face aux conséquences logiques de la situation économique présente, et il a le courage d’imposer les remèdes financiers nécessaires si l’on veut en effet garantir et stabiliser une reprise nationale10.

  • 11 Gilbert, Winston S. Churchill. vol. 5: Prophet of Truth, 1922-1939, p. 226.
  • 12 Discours aux Communes, 14 avril 1937. Publié dans Arms and the Covenant, p. 409.

6Cela s’apparente à la défense « classique » du fascisme : insister sur son efficacité économique, à un moment où les démocraties se montraient incapables de mettre en place des politiques économiques cohérentes. Mosley lui-même exprimerait ce point de vue de façon plus concise en répétant que l’ambition des fascistes britanniques était de transformer le Parlement « d’un salon où l’on cause en un véritable atelier de travail ». Si Churchill faisait l’éloge du réalisme économique de l’Italie mussolinienne, c’était avant tout parce que le chancelier de l’Échiquier britannique qu’il était enviait au dictateur fasciste une marge de manœuvre que l’absence de véritable opposition rendait considérable. Les déclarations plus controversées de janvier 1927 étaient quant à elles d’une autre nature : leur but était de justifier l’introduction du fascisme en tant que rempart contre le bolchevisme : « Si j’avais été italien, je suis sûr alors que je vous aurais apporté un soutien total à toutes les étapes de votre combat triomphant contre les passions et les appétits bestiaux du Léninisme »11. Argumentaire qu’il devait réitérer quelque dix années plus tard, au moment de la Guerre d’Espagne, fût-ce dans une forme légèrement différente : « Je ne prétendrai pas que, si je devais choisir entre le communisme et le nazisme, je choisirais le communisme »12.

  • 13 ‘Anglo-Italian Relations’, Déclaration à la presse, Rome, 20 janvier 1927, dans Complete Speeches, (...)

7Il convient néanmoins d’ajouter un élément crucial à cette équation. Dans toutes les situations évoquées ici, Churchill adoptait le point de vue des Italiens, des Espagnols, des Allemands. Car grâce à leurs institutions et traditions supérieures, que résume bien l’adage populaire « cela ne pourrait pas se passer ici », les Britanniques avaient la chance d’être immunisés contre ces choix impossibles. Ainsi, dans son discours de janvier 1927, dans lequel il approuve l’action des fascistes italiens, Churchill prend garde de ne pas suggérer que l’Italie pourrait servir de modèle à son pays, notamment lorsqu’il dit : « Mais en Grande-Bretagne, nous n’avons pas encore dû faire face à ce danger de la même façon. Nous appréhendons ces questions d’une manière qui nous est propre »13. Dix ans plus tard, dans « La vague montante du socialisme » (The Evening Standard, 9 juillet 1937), Churchill avançait toujours que la Grande-Bretagne se plaçait au-dessus de ces erreurs continentales :

  • 14 Dans l’épais volume de citations de Churchill intitulé Churchill by Himself élaboré par Langworth, (...)
  • 15 Dans le climat de panique qui régnait en mai-juin 1940, Churchill et les autorités britanniques n’é (...)

8Ainsi donc ont été ridiculisées et réduites à l’impuissance les théories nazies de Sir Oswald Mosley14. Ce dernier avait fondé ses espoirs politiques sur la menace socialiste ou communiste, et s’opposer à ces idéologies lui aurait sûrement permis d’en sortir renforcé. Mais à l’heure actuelle, une telle menace est inexistante. L’échec des ultra-rouges de la gauche a précipité l’échec des ultra-blancs de la droite15.

9Voilà un argument d’autant plus intéressant qu’il émane d’un homme placé sans ambiguïté à droite de l’échiquier politique. Si l’on suit Churchill, c’est donc précisément parce que la « menace socialiste ou communiste » a été vaincue en Grande-Bretagne que le fascisme n’est pas parvenu à s’enraciner dans le pays. En observateur attentif de la situation française, Churchill ne connaissait que trop bien les slogans des ligues fascistes ou crypto-fascistes qui s’y faisaient entendre un peu partout à l’époque : « Plutôt Hitler que Blum », ou dans une version rimée encore plus « subtile » : « Plutôt Hitler que le Front Populaire ».

10Dès lors, Churchill aurait pu conclure assez logiquement que c’était l’influence d’hommes de la droite « modérée » comme lui qui avait permis que cette « menace » ne prenne jamais de proportions trop préoccupantes. Mais fidèle à lui-même, il préféra en attribuer le mérite à la maturité démocratique des Britanniques :

  • 16 Cité dans Step by Step, p. 135.

Le bon sens politique du plus grand nombre, au sein de ce qui est la plus ancienne des démocraties – États-Unis mis à part – a permis de bâtir un vaste et puissant espace au centre de l’échiquier, où se négocient âprement les ajustements entre les classes sociales, et dont les extrêmes des deux côtés sont exclus16.

11Qui plus est, dans un discours aux Communes prononcé le 14 avril 1937, Churchill avança qu’un Britannique digne de ce nom préfèrerait sans doute mourir plutôt que d’accepter de « choisir entre le communisme et le nazisme » : « J’espère ne jamais avoir à survivre dans un monde gouverné par l’un ou l’autre de ces systèmes ».

  • 17 Soames, Speaking for Themselves, p. 275.

12Une troisième raison explique peut-être les louanges de Churchill pour Mussolini dans les années 1920 : à un moment où les affaires de l’Europe continentale continuaient de le préoccuper, il était rassuré de voir que la Grande-Bretagne pouvait compter sur une Italie faisant finalement figure de partenaire fiable sous la férule de Mussolini, contrairement à ce qu’il avait craint dans un premier temps : « Quel salaud, ce Mussolini ! » avait-il ainsi écrit à sa femme le 5 septembre 1923, après que ce dernier eut décidé d’occuper Fiume17.

  • 18 Mowat, Britain Between the Wars 1918-1940 Pas de point (1968), p. 294.

13Ce sont donc trois éléments distincts qui expliquent la position de Churchill vis-à-vis des fascistes vers 1930. Ce dernier craignait beaucoup plus la menace bolchevique que la menace fasciste. Si le fascisme ne venait pas contrecarrer les intérêts britanniques, alors il n’existait aucune raison à ses yeux de ne pas louer ce qu’il considérait comme l’efficacité économique de ce type de régime. Le fascisme convenait aux continentaux, eux qui avaient adopté des institutions démocratiques de façon aussi récente que chaotique. Quant à la Grande-Bretagne, elle n’en avait pas besoin pour endiguer la menace communiste. Malgré l’existence de preuves attestant la participation occasionnelle des fascistes britanniques de la première heure – on pense ici aux British Fascisti de Rotha Lintorn-Orman (fondés en 1923) et au groupe dissident fondé en 1924, les National Fascisti (devenus plus tard les British National Fascisti) – à l’effort pour briser la Grève Générale de 1926, notamment à Liverpool, force est de constater que la Grève n’aurait de toute façon pas été couronnée de succès, même sans l’intervention de ces derniers18.

  • 19 Addison, Churchill on the Home Front, p. 315.

14Les années 1930 marquèrent une évolution complexe de la position churchillienne sur les deux premiers points, même si son profond mépris pour le fascisme britannique demeura intact. Cela ne veut pas dire qu’il ne partageait pas, par ailleurs, l’opinion extrême des fascistes par rapport aux intellectuels de gauche. Comme le dit Paul Addison, « au début des années 30, Churchill tenait des propos réactionnaires sur l’Angleterre »19, avant de citer un discours tenu le 24 avril 1933 à la très patriotique Royal Society of St George. Le long extrait qui suit est assez édifiant à cet égard :

  • 20 Complete Speeches, vol. 5, p. 5268.

Les maux les plus graves dont nous souffrons ne viennent pas de l’extérieur. Ils viennent de l’intérieur. Vous ne trouverez pas la source de ces maux dans le foyer des salariés, mais plutôt au sein d’un type particulier de gens instruits, catégorie qui a toujours existé ici et qui, si elle apporte quelque chose à notre culture, sape néanmoins une grande partie de notre force.
Ces difficultés sont le fruit d’une atmosphère propice à une mortification injustifiable, dans laquelle nous ont plongé certains de nos propres intellectuels à l’influence considérable. Elles sont causées par l’acceptation de doctrines défaitistes par nombre de nos hommes politiques. Mais qu’ont-ils donc à offrir si ce n’est un vague internationalisme, un matérialisme sordide, ou la promesse illusoire des Utopies ?20

  • 21 À l’image de nombreux contemporains, Churchill disait et écrivait Nazism ou Nazi-ism lorsqu’il util (...)
  • 22 Wrigley, Winston Churchill: A Biographical Companion, p. 218.
  • 23 En allemand Blindheim, un village de Bavière.

15L’avènement du mouvement national-socialiste allemand devait infléchir le point de vue de Churchill21. Avant même son accession au rang de chancelier le 30 janvier 1933, Churchill « considérait l’ascension d’Hitler avec appréhension », pour reprendre l’euphémisme de Wrigley22. En janvier 1927, Churchill rencontra Mussolini à Rome à deux reprises, dans des circonstances relativement informelles, plus précisément lors d’un bal et au sortir d’un dîner donné à l’ambassade britannique. La seule et unique fois où Churchill et Hitler auraient pu se rencontrer, en septembre 1932, intervint dans des circonstances tout aussi informelles. Churchill était alors en voyage en Allemagne, notamment à Blenheim23, là où son célèbre ancêtre le Duc de Marlborough avait défait la coalition conduite par les Français en 1704. Il séjourna à Munich avant de repartir pour l’Angleterre, dans un hôtel où Hitler lui-même avait l’habitude de descendre. C’est là que Churchill fit la connaissance d’un certain Herr Hanfstaengl, homme jovial qui sympathisa avec lui et lui proposa d’organiser une rencontre avec Hitler, que Hanfstaengl connaissait bien et qui selon lui serait ravi de le rencontrer. Cet épisode est connu car Churchill lui-même l’évoque dans le premier volume de ses mémoires de guerre, The Gathering Storm. Rédigeant ce texte dans l’immédiat après guerre, voici comment l’Anglais décrit son état d’esprit à la fin de l’été 1932 :

  • 24 Churchill, The Gathering Storm, p. 83.

Je ne nourrissais pas à l’époque de préjugés nationaux vis-à-vis d’Hitler. Je ne connaissais guère sa doctrine, son histoire personnelle, et encore moins sa personnalité. J’admire les hommes qui défendent leur pays dans la défaite, même si je me trouve dans l’autre camp. Hitler avait tout à fait le droit d’être un patriote allemand, si tel était son choix. J’avais toujours souhaité que l’Angleterre, la France et l’Allemagne soient amis24.

  • 25 Churchill, The World Crisis – The Eastern Front, dédicace.

16Cela est d’autant plus plausible que Churchill n’avait pas perdu son esprit de croisade contre le bolchevisme. En novembre 1931, lors de la publication du cinquième et dernier volume de son récit sur la Première Guerre mondiale, The World Crisis, il le dédia à « Nos fidèles alliés et camarades des armées impériales russes », précisément parce que ce volume traitait du Front de l’Est25.

  • 26 Discours à la Chambre des Communes, 11 juillet 1932. Cité dans Arms and the Covenant, p. 29.

17Lors d’un discours aux Communes le 11 juillet 1932, Churchill avait décrit Hitler comme « le véritable moteur qui poussait le gouvernement allemand ». Avant d’ajouter cette remarque perspicace, « Il se peut que, très vite, il devienne bien plus que cela »26. Souvenons-nous que le NSDAP, le parti d’Hitler, avait obtenu plus de 37 % aux élections du Reichstag organisées le 31 juillet 1932. Il était donc logique que les deux hommes se rencontrent.

  • 27 Ernst Hanfstaengl, Hitler: The Missing Years, en collaboration avec Brian Connell, London, Eyre & S (...)
  • 28 Gilbert. Winston S. Churchill. vol. 5: Prophet of Truth, 1922-1939, p. 448. La remarque de Churchil (...)
  • 29 Churchill, The Gathering Storm, p. 84.

18Churchill ne manqua pas d’évoquer l’attitude d’Hitler vis-à-vis des juifs dans ses discussions avec Hanfstaengl. On ignore si cela était une provocation délibérée de sa part ou si au contraire, ce thème fut abordé de façon purement accidentelle dans le cours de la conversation. À en croire Hanfstaengl, qui a lui aussi publié ses mémoires27, les mots exacts de Churchill furent : « Dites à votre chef de ma part que si l’antisémitisme peut constituer un bon point de départ, c’est une position qui ne tient pas sur la durée »28. Le résultat ne se fit pas attendre, et l’entretien prévu fut annulé. Churchill conclut dans ses mémoires : « C’est ainsi qu’Hitler manqua sa seule occasion de me rencontrer. Plus tard, alors qu’il était devenu omnipotent, je reçus plusieurs invitations de sa part. Mais trop de choses s’étaient passées entretemps, et je déclinai »29.

  • 30 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 407.

19Selon Hanfstaengl, il est clair qu’il existait un soupçon mutuel entre les deux hommes, une méfiance qui devait se muer en haine viscérale. Il est impossible de savoir si, plus tard, on montra à Hitler la note secrète que l’un des conseillers de l’ambassade d’Allemagne à Londres avait envoyé à son ministre des Affaires étrangères, document qui rapporte une conversation qu’il avait eue avec Churchill le 18 octobre 1930, plus d’un an avant qu’Hitler ne devienne Chancelier : « Aux yeux du monde, Hitler avait déclaré qu’il n’avait pas l’intention de se lancer dans une guerre d’agression ; Churchill, par contre, demeurait convaincu qu’Hitler ou l’un de ses partisans ne manqueraient pas de saisir la première occasion de recourir aux forces armées »30.

  • 31 Manchester, Visions of Glory, p. 874-5.

20Cette note secrète comporte également la preuve que Churchill avait fait traduire des passages, si ce n’est la totalité de Mein Kampf (publié en Allemagne en 1925-6), pour sa propre édification. En effet, dans la conversation évoquée ici, ce dernier fait référence à une remarque cynique d’Hitler : « Les masses se laissent plus facilement abuser par un gros mensonge que par un petit », phrase qui ne figure même pas dans la traduction officielle en anglais publiée en 193331.

  • 32 Pour une analyse détaillée de la réticence supposée des membres du gouvernement d’Union nationale à (...)
  • 33 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 738.

21La traduction du passage expurgé, effectuée en interne par le Foreign Office32, fut ensuite envoyée à Churchill. On y lit : « si l’on profère de gros mensonges, la population en croira toujours une partie » et « il demeure toujours quelque chose des mensonges les plus éhontés »33.

22On dispose également de la preuve indirecte que Churchill avait immédiatement compris le sens réel des incitations hitlériennes à la haine raciale et nationale dans le contexte explosif de l’Allemagne de 1924. Dans son article intitulé « Shall we All commit Suicide ? » (« Devrions-nous tous nous suicider ? », publié le 24 septembre 1924 dans le Pall Mall Magazine, repris en 1932 dans Thoughts and Adventures), Churchill assuma le rôle d’oiseau de mauvais augure, ce qui devait progressivement lui aliéner ses compatriotes, lesquels ne voulaient pas entendre ses prédictions apocalyptiques. Ses mises en garde n’étaient pas les bienvenues, comme lorsqu’il annonça : « N’imaginons pas un seul instant que la menace d’une autre explosion en Europe soit derrière nous ». Il voyait deux raisons à cela. D’une part, la Russie était accablée par la perte de « ses Provinces baltes ». Mais, plus inquiétant encore :

D’un bout à l’autre du territoire allemand, une haine absolue de la France fédère toute la population. Les contingents énormes de jeunes Allemands qui, chaque année, atteignent l’âge d’être soldats sont mus par des sentiments extrêmement brutaux, et l’âme de l’Allemagne est enfiévrée par des rêves de Guerre de Libération ou de Revanche. Jusqu’ici, seule l’impuissance physique freine ces ambitions.

23Même si Hitler n’est pas nommé directement, on imagine sans peine que c’est à lui que renvoie l’archétype de l’homme agressif décrit dans le passage le plus glaçant de l’article. Si les lecteurs du Pall Mall Magazine furent sûrement assez peu nombreux à comprendre l’allusion en 1924, ceux de Thoughts and Adventures, en 1932, ne manquèrent sans doute pas de saisir le sens de ces propos :

  • 34 Churchill, “Shall we All commit Suicide?”, dans Thoughts and Adventures, 1947, p. 187-188.

La mort se tient au garde-à-vous, soumise, dans l’attente, prête à servir, prête à dévaster la population en masse ; prête, si on le lui ordonne, à pulvériser, de façon irrévocable, ce qui reste de la civilisation. Elle attend seulement l’ordre, venu d’un être frêle et confus, pendant longtemps sa victime et, pour une fois seulement, son maître34.

  • 35 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 680.

24Sachant cela, la publication par Churchill d’un long portrait d’Hitler intitulé « The Truth about Hitler » (La vérité sur Hitler) en novembre 1935 dans le magazine Strand, repris en 1937 dans Great Contemporaries sous le titre « Hitler and his Choice » (Hitler et son choix), demeure l’un des aspects les plus déroutants de cette complexe relation par procuration. Le texte constitue en tout cas un véritable exercice de style, tant Churchill s’emploie, sous couvert d’éloges, à railler le chancelier. Le ministre des Affaires étrangères allemand fit part des remontrances officielles de son gouvernement et le magazine fut interdit en Allemagne35.

25L’article avance essentiellement que le « caporal », « l’ancien peintre en bâtiments autrichien », le « caporal d’origine autrichienne », le « Caporal Hitler » avait dès 1935 « réussi à redonner à l’Allemagne sa place de plus grande puissance en Europe ». Churchill affirme que : « Lorsque Hitler a commencé, l’Allemagne gisait aux pieds des Alliés », « Pourtant, le jour viendra peut-être où il verra ce qui restera de l’Europe se prosterner aux pieds de l’Allemagne ».

  • 36 Sur le philosémitisme de Churchill, voir deux ouvrages récents: Martin Gilbert, Churchill and the J (...)
  • 37 Churchill, “Hitler and his Choice”, dans Great Contemporaries, 1937, p. 261-269 passim. (repris dan (...)
  • 38 Voir la séduisante comparaison qu’il dresse entre les deux courants dans « The Creeds of the Devil  (...)

26La question était de savoir si ce que Churchill appelait « l’influence apaisante de la victoire » finirait par faire d’Hitler « un personnage plus modéré en des temps plus heureux ». L’article n’était pas tout à fait équilibré, l’auteur consacrant à l’évidence de bien plus longs passages à l’examen d’arguments pessimistes, notamment à l’idée que si l’on se fiait à son comportement par le passé, il y avait vraiment de quoi s’inquiéter. Churchill insistait sur la persécution incessante des juifs allemands, « une communauté de cent milles âmes »36, et sur l’arrestation de tous les opposants au régime, y compris « les syndicalistes et l’intelligentsia libérale », ainsi que sur « l’attaque des bases historiques du christianisme ». À travers une image édifiante, il fit le lien entre cette répression et l’effort militaire du pays : « Aux côtés des terrains d’entraînement des nouvelles armées et des vastes aérodromes, le territoire allemand est grêlé de camps de concentration ». Ce qui est notamment remarquable dans son argumentation, c’est qu’il accuse Hitler de proscrire « les socialistes et les communistes, toutes tendances confondues »37. Il est évident qu’en 1935, son anti-communisme viscéral était relégué au second plan face à la menace grandissante que représentait l’Allemagne nazie. À choisir, entre communisme impie et nazisme impie,38 il trouvait le second courant bien plus détestable.

  • 39 Voir “The People’s Rights”, By the Right Hon. W.S. Churchill, President of the Board of Trade, Lond (...)

27Cela ne signifie pas que Churchill rejetait désormais le fascisme dans son ensemble. Au contraire, par un curieux raisonnement, largement influencé par sa vision des priorités de la Grande-Bretagne en matière de défense, l’homme d’État britannique se mit plus que jamais à courtiser Mussolini après l’accession d’Hitler à la chancellerie. L’une des sources les plus intéressantes à cet égard est le discours enflammé de Churchill à l’occasion du 25e anniversaire de l’Anti-Socialist and Anti-Communist Union (l’Union antisocialiste et anticommuniste), le 17 février 1933, soit moins de trois semaines après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, un contexte qui est évidemment d’une grande importance ici. Il est bien sûr assez paradoxal que Churchill se soit adressé à cette organisation, car elle avait été fondée en 1908, sous le nom d’Union antisocialiste, précisément pour combattre les mesures sociales que Lloyd George était en train d’ébaucher avec l’aide de Churchill lui-même, qui était alors au faîte de sa phase « progressiste » anti-conservatrice.39 Même si cette organisation avait adopté une position résolument anticommuniste, comme l’indique l’ajout effectué à son nom après la guerre, elle se différencia clairement des groupes fascistes britanniques – désormais fréquentés par des sympathisants de l’extrême droite – mais le fait que Churchill ait été invité à venir faire un discours devant les membres de ce mouvement montre bien l’évolution idéologique de ce dernier.

28C’est dans ce discours qu’il fit pour la première fois allusion à une autre menace, celle du gouvernement militariste japonais. Une fois encore, le contexte a son importance : le Japon avait attaqué la Mandchourie le 18 septembre 1931 et proclamé l’« indépendance » de l’État fantoche de Mandchourie le 15 septembre 1932. Devant les protestations de la Société des Nations, le Japon se retira immédiatement, le 24 février 1933. De plus, une semaine avant le discours de Churchill, l’Oxford Union avait voté une résolution extraordinaire annonçant que « Notre assemblée refuse en toute circonstance de se battre pour le Roi et la Nation », le 9 février.

29Ouvrant son allocution sur une dénonciation de « l’aveu abject, ignoble et éhonté » des étudiants d’Oxford, Churchill dressa un sombre panorama de la situation mondiale, qui nécessitait selon lui le réarmement de la Grande-Bretagne, et non une attitude pacifiste. La première partie de son étude déplut certainement à son auditoire, car de nombreux membres partageaient sans doute l’opinion, répandue à droite, selon laquelle l’Allemagne nazie constituait le meilleur rempart contre la contagion soviétique. La résolution de l’Oxford Union lui inspira la déclaration suivante : « Je pense à l’Allemagne et à sa splendide jeunesse aux yeux clairs, qui avance sur toutes les routes du Reich en chantant les refrains d’antan, qui réclame d’être appelée sous les drapeaux, recherche avidement les armes de guerre les plus terribles, et brûle de souffrir et de mourir pour la mère patrie ». Il apparaît clairement ici que pour Churchill, l’Union Soviétique n’était pas la première cible potentielle de la « splendide jeunesse aux yeux clairs » allemande. C’est en cela qu’il se distinguait le plus des partisans de l’apaisement et des militants britanniques de droite et d’extrême droite : il n’a jamais pensé que les sympathisants du nazisme allemand puissent être les alliés impartiaux des conservateurs dans leur lutte contre le bolchevisme. C’est d’autant plus remarquable qu’il partageait par ailleurs (au moins jusqu’en 1933, au moment où il fit ce discours) leurs vues sur l’Extrême-Orient :

Mes propos iront à l’encontre de l’opinion générale d’aujourd’hui. Je voudrais avoir un mot de sympathie pour le Japon. (…) J’aimerais qu’en Angleterre, nous tâchions un tant soit peu de comprendre la position du Japon, un État ancien doté d’un grand sens de l’honneur national, patriote, à la population surabondante et à l’énergie débordante. D’un côté, ils contemplent la sourde menace de la Russie soviétique. De l’autre, le chaos de la Chine, dont quatre ou cinq provinces sont à ce moment même torturées par le joug communiste.

  • 40 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 456-457.

30Comme si cela ne suffisait pas à montrer qu’il jugeait la droite militariste et fasciste au cas par cas, en toute objectivité, il ajouta un éloge tout à fait surprenant de l’Italie, avec « ses Fascisti fervents, son chef renommé et son sens strict du devoir national », et des louanges dithyrambiques pour Mussolini, baptisé « le Romain génial », ou encore « le plus grand législateur vivant »40.

  • 41 Jenkins, Churchill, 2002, p. 469.

31Dans sa biographie de Churchill, Roy Jenkins qualifie cette allocution de « discours en tous points regrettable »41. Il est vrai qu’avec le recul, sachant que le Japon allait s’associer à l’Allemagne et au Pacte anti-Komintern trois ans plus tard, et que l’Italie ne tarderait pas à les rejoindre pour former ce qui allait devenir les « forces de l’Axe », la partialité de Churchill vis-à-vis du Japon et de l’Italie semble aujourd’hui peu fondée. Elle ne peut s’expliquer par sa volonté de plaire à son auditoire, puisqu’il n’ignorait pas que nombre d’entre eux étaient sans doute en désaccord avec son rejet catégorique du nazisme, et cela ne l’a pas empêché d’aborder la question.

  • 42 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 73.
  • 43 Discours reproduit dans Arms and the Covenant, p. 112.
  • 44 « Il nous faut balayer les obstacles et nous efforcer, en unissant toute la force et le courage de (...)

32Il nous faut donc recourir à nouveau à une explication psychologique, fondée sur la complexité de la personnalité de l’homme d’État britannique. Churchill était sans nul doute un homme de principes ; mais comme tout homme vertueux, ses principes avaient des limites. Il était opportuniste, dans le sens où il choisissait toujours le moindre mal. Ici, il semble avoir été guidé par rien de moins que la nécessité de préserver la civilisation. Pour lui, cela renvoyait avant toute chose aux valeurs libérales de la culture occidentale, chères à l’Angleterre. « Libérales » dans le sens économique du terme – il écrivit dans une lettre envoyée peu de temps avant de devenir Chancelier de l’Échiquier que « le système capitaliste existant est la base de la civilisation »42 – mais peut-être encore davantage dans le sens démocratique. C’est bien là qu’entre en jeu le moindre mal. Dans un discours aux Communes le 7 février 1934, il prononça ces mots : « Nous (…) sommes sous la menace d’un coup mortel et nous trouvons dépossédés de cet ancien sentiment de sécurité et d’indépendance sur lequel la civilisation de notre île fut bâtie »43. Il était clair pour Churchill qu’avec Hitler désormais leader incontesté de l’Allemagne, les bases mêmes de la civilisation britannique et occidentale – et donc de toute civilisation, comme il le dirait explicitement quatre ans plus tard44 – risquaient de s’effondrer.

  • 45 Archives du Cabinet. 13 février 1919, dans Pelling, Winston Churchill, 1999, p. 258.

33Le moindre mal était donc d’accepter de s’entendre avec les peuples qui lui paraissaient alors les moins fascistes et militaristes – les Italiens et les Japonais – afin de mieux écarter le véritable péril, celui d’une Allemagne nazifiée prête à réduire en esclavage les « ploutocraties putrides ». Rien de nouveau dans cette priorité : dès février 1919, Churchill avait exprimé devant le Cabinet ses craintes de voir se lever « une grande coalition de Yokohama à Cologne unie par une même hostilité envers la France, la Grande-Bretagne et l’Amérique »45. Il pensait alors à la menace d’une propagation du bolchevisme, mais dans les années 1930, c’est le danger potentiel d’une Europe nazifiée qu’il avait à l’esprit.

  • 46 Reproduit dans Arms and the Covenant, p. 236.

34Il est difficile de savoir à quel moment Churchill a perdu ses illusions sur la perpétuelle bienveillance, ou du moins la neutralité des Japonais. Dans un discours à la Chambre des Communes le 31 mai 1935, il fait brièvement allusion au danger potentiel d’un rapprochement entre les puissances allemande et japonaise : « Il reste la question des relations entre l’Allemagne et le Japon. Il me semble que cela doit être pris en compte par quiconque essaye de saisir la situation internationale »46.

  • 47 Soames, Speaking for Themselves, p. 411.

35Toutefois, parmi toutes les sources publiées se trouve une lettre qu’un Churchill désabusé a adressée à sa femme le 17 janvier 1936, dans laquelle il écrit qu’« Il nous faut considérer que ces deux dictatures militaires prédatrices, l’Allemagne et le Japon, œuvrent de concert »47. Autre élément d’importance : un article publié suite à la signature du Pacte anti-Komintern entre l’Allemagne et le Japon, publié dans l’Evening Standard du 27 novembre 1936, et repris dans Step by Step en 1939. Churchill insiste dans ces lignes sur le fait que toutes les formes d’anticommunisme ne sont pas vertueuses, ce qu’il n’aurait bien sûr jamais admis quinze ans plus tôt :

  • 48 Churchill, “Germany and Japan”, reproduit dans Step By Step, 1947, p. 71-72.

Le communisme, au Japon comme en Allemagne, est fermement contenu par des forces de police tout à fait efficaces et omniprésentes, attendant impatiemment de pouvoir mater la moindre manifestation. Pourtant, ces deux grandes puissances, d’un côté et de l’autre du globe, utilisent leur peur du communisme comme prétexte à la proclamation d’une association qui n’a pour seul but et seule conséquence la progression de leurs ambitions nationales48.

36Malheureusement, il nous faut tenir compte de la complexité du personnage. La position de Churchill en faveur d’une stricte neutralité pendant la Guerre d’Espagne – attitude qui a en fait favorisé le camp fasciste – montre qu’il croyait encore que la droite, et même l’extrême droite, avaient le devoir de combattre ce qu’il percevait comme l’infiltration du communisme :

  • 49 Churchill, “Keep out of Spain”, 21 août 1936, reproduit dans Step By Step, 1947, p. 42-43.

Il apparaît certain qu’une majorité d’Espagnols sont du côté des rebelles [les sympathisants de Franco]. Ils ont été quatre millions et demi à voter au printemps dernier [l’article a été publié le 21 août 1936] pour les divers partis conservateurs de droite et du centre, contre quatre millions et deux cent cinquante mille électeurs pour la gauche. On imagine fort bien que ceux qui s’étaient opposés au socialisme constitutionnel sont aujourd’hui d’autant plus hostiles aux forces communistes, anarchistes et syndicalistes qui combattent aujourd’hui ouvertement pour la domination absolue de l’Espagne49.

37Sans faire mystère de son immuable anticommunisme, Churchill avait écrit quinze jours plus tôt :

  • 50 Churchill, “The Spanish Tragedy”, 10 août 1936, reproduit dans Step By Step, 1947, p. 40.

Toutes les forces nationales et martiales en Espagne ont été profondément attisées par la transformation de l’Italie sous Mussolini en puissance impériale de la Méditerranée. Les méthodes italiennes sont un guide. Leur réussite, un stimulant. Faut-il que l’Espagne, plus grand empire au monde lorsque l’Italie n’était encore qu’un amas de principautés insignifiantes, sombre aujourd’hui dans la misère égalitaire d’un État communiste, ou doit-elle retrouver sa place parmi les grandes puissances mondiales ?50

  • 51 Cela explique peut-être pourquoi Franco est évoqué régulièrement dans les écrits et les discours pu (...)
  • 52 « Bien informé sur tous les sujets qui le touchaient de près ou de loin, Staline était prudent mais (...)

38Churchill adopta également une attitude bienveillante vis-à-vis de la dictature fasciste établie en 1932 au Portugal par Salazar, mais cette fois probablement pour des raisons stratégiques, car la menace d’une emprise communiste y semblait peu probable, contrairement à l’Espagne51. Salazar présentait deux atouts inestimables : son manque d’agressivité52 et la possession des Açores, une position qu’il était essentiel de conserver pour la Bataille de l’Atlantique. Churchill demeurait profondément marqué par les effets dévastateurs des sous-marins allemands pendant la Guerre 1914-1918, et il y a tout lieu de penser que des considérations d’ordre stratégique ont motivé sa complaisance envers Salazar. Ce dernier remplit d’ailleurs sa part du marché en permettant à la Grande-Bretagne d’occuper les Açores pendant la guerre, certes relativement tardivement, en octobre 1943, après que les Allemands eurent été chassés d’Afrique du Nord et battus par les Soviétiques dans l’affrontement décisif de Koursk, la plus grande bataille de chars de l’histoire.

39Rien ne permet de penser que Churchill se faisait des illusions sur Salazar, et encore moins qu’il avait de la sympathie pour le dictateur et son régime. De toute évidence, il pensait simplement jouer un tour à Hitler en renversant les rôles : faire participer indirectement un dictateur fasciste à la lutte britannique contre les sous-marins de l’Allemagne nazie. Churchill ne laissait jamais passer une occasion de se montrer plus malin que ses adversaires, mais pour son discours à la Chambre des Communes le 12 octobre 1943 annonçant cette splendide victoire diplomatique, il avait une raison supplémentaire de se réjouir : il pouvait présenter le marché conclu avec Salazar comme un accord avec le Portugal, qui était et demeure le plus vieil allié de la Grande-Bretagne. L’orateur ne résista pas à entrer dans les détails historiques qu’il affectionnait particulièrement, en commençant son discours par un effet théâtral habilement construit :

  • 53 Churchill, Onwards to Victory, p. 235.

L’annonce que je m’apprête à faire fait suite à la signature d’un Traité entre notre pays et le Portugal en l’an 1373 par sa Majesté le Roi Édouard III, le Roi Ferdinand et la Reine Eléonore de Portugal. […] Cet engagement dure depuis plus de 600 ans et reste sans équivalent dans l’histoire du monde. Permettez-moi de vous faire part de sa dernière application53.

40L’attitude de Churchill envers Franco était sans doute guidée par d’autres considérations historiques, mais de façon indirecte, après que le général rebelle fut devenu Caudillo d’Espagne : l’existence de l’anomalie historique que représentait Gibraltar dépendait désormais entièrement de sa bonne volonté, ou plutôt de l’absence d’alliance formelle entre son pays et l’Allemagne ou l’Italie. Il ne faisait pas de doute que le Rocher n’aurait pas résisté longtemps à une attaque conjointe des forces allemandes, italiennes et espagnoles.

  • 54 Cette histoire est notamment racontée dans Denis Smyth, « ’Les chevaliers de Saint-George’ : la Gra (...)

41On sait aujourd’hui que les services secrets britanniques avaient « acheté », avec l’aval de Churchill, un certain nombre de généraux et de hauts fonctionnaires espagnols. En échange de l’or britannique, on attendait d’eux qu’ils usent de leur influence pour convaincre Franco et ses acolytes de rester neutres54. Churchill encouragea également les autorités espagnoles à croire que si elles conservaient leur neutralité vis-à-vis de la Grande-Bretagne – c’est-à-dire, si elles ne touchaient pas à Gibraltar – le gouvernement britannique ne verrait aucune objection à ce qu’elles s’approprient des territoires au Maroc, au détriment des Français. Il n’eut aucun scrupule à s’expliquer sur ce point auprès de Lord Halifax :

  • 55 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 6, Finest Hour, 1939-1941, p. 816.

Je ne vois rien à redire à l’installation des Espagnols dans le Maroc français. Les lettres échangées avec de Gaulle ne nous engagent aucunement à restituer en l’état les territoires de la France, et l’attitude du gouvernement de Vichy, envers nous comme envers de Gaulle, justifie sans nul doute des sentiments plus mitigés pour la France qu’au moment de sa défaite55.

  • 56 Churchill, The World Crisis, édition abrégée, 2007, p. 777.
  • 57 Churchill, “Foch the Indomitable”, Nash’s Pall Mall, juillet 1929, repris sous le titre “Marshal Fo (...)
  • 58 Winston Churchill, Les grands contemporains, Paris, Gallimard, 1939. Dans cette traduction de Gabri (...)
  • 59 Churchill, Their Finest Hour, p. 113, 202-203.

42Voilà qui nous amène à évoquer les relations des plus complexes entre le gouvernement britannique et le régime de Vichy après juin 1940. Une chose est sûre : Churchill n’a jamais aimé Pétain, qu’il avait eu l’occasion de rencontrer pendant la Grande Guerre. Cela s’explique en partie par une question d’affinités électives, mais surtout parce que celui qui n’était alors que le général Pétain avait eu une attitude très négative vis-à-vis de l’armée britannique en 1918, au moment où Foch adoptait sans réserve une stratégie de coopération franco-britannique qui devait finalement s’avérer victorieuse, après la défaite de l’offensive allemande de mars 1918. Dans The World Crisis, 1911-1918, Churchill explique comment la position du général Pétain, « Paris d’abord », fut rejetée56. Mais c’est dans un article rédigé en 1929, et repris en 1937 dans Great Contemporaries, que Churchill exprima le mieux son opinion sur Pétain, « un soldat compétent, froid et scientifique »57. Si Churchill attendait évidemment d’un soldat qu’il fût compétent, il détestait les individus dépourvus de chaleur humaine et se méfiait de ceux qui adoptaient une approche scientifique de la guerre, cet art dénué à ses yeux de tout caractère scientifique. Great Contemporaries a été traduit en français58, et il ne fait aucun doute que Pétain avait lu l’opinion que Churchill se faisait de lui ; les deux hommes se détestaient donc cordialement lorsqu’ils se retrouvèrent à nouveau en présence l’un de l’autre à deux occasions, dans les circonstances tragiques de mai-juin 1940, lorsque le Britannique traversa la Manche à plusieurs reprises pour encourager le gouvernement français à continuer le combat, tandis que Pétain sabordait ses tentatives derrière son dos59.

43Dans ses mémoires, Churchill a publié un extrait d’une note remarquable envoyée à ses collègues du Cabinet le 14 novembre 1940, dans laquelle il fait clairement la distinction entre son mépris pour Pétain et ses collaborateurs à Vichy, et l’intérêt pour le gouvernement britannique de ne pas rompre la communication entre les deux pays :

  • 60 Churchill, Their Finest Hour, p. 527.

Pétain a toujours été un défaitiste anti-britannique, et il est aujourd’hui un vieux gâteux. L’idée que nous puissions construire quelque chose avec de tels hommes est illusoire. Toutefois, il se peut que l’opinion publique qui commence à se soulever en France et le traitement sévère que leur infligent les Allemands ne les forcent à revoir leur position en notre faveur. Il nous faut donc impérativement rester en contact60.

44Nous savons aujourd’hui que ces espoirs étaient vains. Tout comme le pari risqué selon lequel Mussolini serait resté neutre s’il était suffisamment soigné par la diplomatie britannique s’est révélé une gageure, Pétain n’hésita pas à ordonner aux troupes nord-africaines de tirer sur les « envahisseurs » anglo-américains en novembre 1942.

*

  • 61 Churchill, « Mussolini’s Downfall », Discours à la Chambre des Communes, 27 juillet 1943, cité dans(...)

45Quelle conclusion peut-on tirer de tout cela ? Tout d’abord, on est frappé par la diversité des situations. L’ironie du sort aura voulu que le premier dictateur fasciste, dont Churchill avait largement approuvé l’ascension au pouvoir au début des années 1920 au nom de la politique d’endiguement du bolchevisme, fût aussi le premier à tomber. « La pierre angulaire de l’arc fasciste s’est effondrée », déclara Churchill aux Communes, après que le Grand Conseil fasciste eut répudié Mussolini le 25 juillet 194361.

  • 62 On peut lire une copie de ce document à l’adresse suivante : http://www.history.neu.edu/PRO2/ ; c’e (...)
  • 63 “Operation Unthinkable: ‘Russia: Threat to Western Civilization’”, British War Cabinet, Joint Plann (...)

46La réalité n’était pas aussi simple, comme nous l’avons vu. Il est vrai que les pantins vichyssois furent eux aussi défaits assez facilement, une fois que leurs maîtres nazis ne furent plus en position de s’imposer. Néanmoins, l’attitude de Churchill au printemps 1945, lorsque ce fut au tour du nazisme, cette version extrême du fascisme, de s’écrouler, a toujours été teintée d’ambiguïté. Sa croyance très forte en la politique du « moindre mal » le poussa à envisager d’utiliser au moins une partie des forces armées allemandes comme contrepoids à l’invincible Armée Rouge. Dans son ouvrage remarquablement documenté intitulé The Second World War, David Reynolds démontre que Churchill ne dit pas un mot dans ses mémoires sur un projet secret qu’il avait mis à l’étude : l’« Opération Impensable », une attaque surprise des forces anglo-américaines sur l’Union Soviétique, appuyée par dix divisions allemandes, prévue le 1er juillet 1945. L’existence de documents corroborant ce projet au sein de l’ancien Public Record Office, rebaptisé depuis British National Archives, n’a été reconnue officiellement qu’en 199862. Même si le rapport convient que l’utilisation de troupes allemandes prendrait nécessairement du temps, il n’est dit nulle part que ce délai serait imputable à une phase nécessaire de « dénazification » : « On estime que dix divisions allemandes pourraient être reformées et ré-équipées dans les premières phases de l’action. Toutefois, celles-ci ne sauraient être disponibles à compter du 1er juillet »63.

47Dénazifiées ou non, les forces allemandes ne furent jamais utilisées, mais il n’est pas anodin que Churchill ait pu envisager d’utiliser ces dernières dans l’hypothèse d’une nouvelle campagne anti-soviétique.

  • 64 Reynolds, In Command of History, p. 463.

48Par ailleurs, Churchill permit aux dictateurs portugais et espagnol de mourir de mort naturelle, puisque cela n’impliquait pas de se frotter directement à la puissance militaire des Soviétiques. Cela prit du temps, puisque Salazar mourut en 1970 et Franco en 1975, respectivement cinq et dix ans après le décès de Churchill lui-même. La raison est simple. Comme le montre à nouveau David Reynolds, l’homme d’État britannique a omis d’insérer dans The Second World War une circulaire envoyée au gouvernement et datée du 10 novembre 1944, dans laquelle il avait écrit : « Si d’aventure les communistes prenaient le pouvoir en Espagne, il faudra s’attendre à ce que l’infection se propage très vite à travers la France et l’Italie »64.

49Ainsi donc, en 1945, Churchill n’avait de toute évidence pas oublié sa crainte ancienne des « singeries immondes du bolchevisme ». Confronté à l’alternative entre une extrême gauche autoritaire et une extrême droite autoritaire, il est clair qu’il demeurait fidèle à sa déclaration de 1937 (« J’espère ne jamais avoir à survivre dans un monde gouverné par l’un ou l’autre de ces systèmes ») et que, contrairement aux régimes totalitaires soviétique et nazi, la dictature portugaise et espagnole ne constituaient pas pour lui une menace pour la liberté britannique. On peut certes approuver ou critiquer la position éminemment pragmatique de Churchill vis-à-vis des diverses incarnations de la droite extrême, mais l’on ne saurait nier sa remarquable constance : en effet, son objectif primordial aura toujours été de veiller à la préservation des libertés « bourgeoises », condition à ses yeux de la survie de la civilisation.

Bibliographie

CHURCHILL, Winston, The World Crisis, 1911-1918, 4 vol. , Londres, Thornton Butterworth, 1923-1927 (Version abrégée, Londres, Penguin, 2007).

CHURCHILL, Winston, Thoughts and Adventures, Londres, Thornton Butterworth, 1932 (Édition revue et corrigée, Odhams, 1947).

CHURCHILL, Winston, Great Contemporaries, Londres, Thornton Butterworth, 1937 (Édition revue et corrigée, 1938. Éditions ultérieures revues et corrigées: Macmillan, 1942; Odhams, 1947).

CHURCHILL, Winston, Arms and the Covenant: Speeches by the Right Hon. Winston S. Churchill, Discours compilés par CHURCHILL (Randolph S.), Londres, G.G. Harrap & Co., 1938.

CHURCHILL, Winston, Step By Step: Speeches 1936-1939, Londres, Thornton Butterworth, 1939 (Édition revue et corrigée, Odhams, 1947).

CHURCHILL, Winston, Onwards to Victory: War Speeches by the Right Hon. Winston S. Churchill, 1943. Discours compilés par EADE, Charles, Londres, Cassell, 1944.

CHURCHILL, Winston, The Second World War, 6 vol. , Boston, Houghton Mifflin, 1948-1954.
– (1)
The Gathering Storm, 1948.
– (2)
Their Finest Hour, 1949.

ADDISON, Paul, Churchill on the Home Front, Londres, Jonathan Cape, 1992 (Churchill on the Home Front, 1900-1955, Avec une nouvelle préface de l’auteur, Londres, Pimlico, 1993).

GILBERT, Martin, Winston S. Churchill, Londres, Heinemann, 1976-1988.
– vol. 4:
1917-1922.
– vol. 5:
Prophet of Truth, 1922-1939.
– vol. 6: Finest Hour, 1939-1941.

JENKINS, Roy, Churchill, Londres, Macmillan, 2001 (Pan Books, 2002).

LANGWORTH, Richard M., [Ed.], Churchill by Himself: The Life, Times and Opinions of Winston Churchill in his own Words, Londres, Ebury Press, 2008.

LLOYD GEORGE, David, The Truth about the Peace Treaties, 2 vol. , Londres, Victor Gollancz, 1938.

MANCHESTER, William, The Last Lion: Winston Spencer Churchill. 2 vol. , Londres, Michael Joseph, 1983-1988. vol. 1: Visions of Glory, 1874-1932. vol. 2: The Caged Lion, 1932-1940.

MOWAT, Charles L., Britain Between the Wars 1918-1940, Londres, Methuen, 1955 (University Paperbacks, 1968).

PELLING, Henry, Winston Churchill, Londres, Macmillan, 1974 (Nouvelle édition, 1989. Avec une nouvelle introduction, Ware, Wordsworth, 1999).

REYNOLDS, David, In Command of History: Churchill fighting and writing the Second World War, Londres, Allen Lane, 2004.

RHODES JAMES, Robert [Ed.], Winston S. Churchill: His Complete Speeches 1897-1963, 8 vol. , Londres, Bowker, 1974.

SOAMES, Mary [Ed.], Speaking for Themselves: The Personal Letters of Winston and Clementine Churchill, Londres, Doubleday, 1998.

WRIGLEY, Chris, Winston Churchill: A Biographical Companion, Oxford, ABC-Clio, 2002.

Notes

1 Nombreux sont ceux qui opèrent un distinguo entre fascistes et nazis, mais la plupart de nos collègues allemands préfèrent utiliser le terme « fascistes » de façon générique, et c’est ce que nous ferons ici.

2 Je souhaite exprimer ma gratitude à l’égard de deux piliers du Churchill Centre, Messieurs Richard M. Langworth et James R. Lancaster, dont l’aide a été particulièrement précieuse pour la recherche et la vérification de nombreuses sources originales utilisées dans ces pages.

3 “Army Estimates (Russia)”. Discours à la chambre des Communes, 29 mai 1919, dans Complete Speeches, vol. 3 : 2798.

4 Différentes sources et variantes pour ces propos sont citées dans les écrits sur Churchill. Pelling a établi qu’ils émanent de The Truth about the Peace Treaties, p. 325. (Pelling, Winston Churchill, 1999, p. 258).

5 Gilbert, Winston S. Churchill. vol. 4: 1917-1922, p. 257.

6 Voir le dessin de presse suivant dans les remarquables British Cartoon Archives (Université du Kent), disponibles sur :
http://opal.kent.ac.uk/cartoonxcgi/ccc.py?mode=single&start=61&search=secretaries

7 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 4: 1917-1922, p. 384.

8 Pelling, Winston Churchill, 1999, p. 257.

9 Addison, Churchill on the Home Front, 1900-1955, p. 264.

10 “Italian Debt Settlement (Signing)”, Discours au Trésor, Londres, 27 janvier 1926, dans Complete Speeches, vol. 4 : 3824.

11 Gilbert, Winston S. Churchill. vol. 5: Prophet of Truth, 1922-1939, p. 226.

12 Discours aux Communes, 14 avril 1937. Publié dans Arms and the Covenant, p. 409.

13 ‘Anglo-Italian Relations’, Déclaration à la presse, Rome, 20 janvier 1927, dans Complete Speeches, vol. 4 : 4126.

14 Dans l’épais volume de citations de Churchill intitulé Churchill by Himself élaboré par Langworth, Mosley n’est jamais mentionné. L’index passe directement de « Musulmans et hindous » à « Moustiques (éradication) ».

15 Dans le climat de panique qui régnait en mai-juin 1940, Churchill et les autorités britanniques n’étaient plus aussi certains du caractère définitif de l’échec de la droite extrême, et Mosley était alors perçu comme une menace pour la sécurité du pays.
Churchill n’a bien sûr jamais cru à la thèse selon laquelle il faut « refuser la liberté aux ennemis de la liberté ». La note sur l’internement de Mosley qu’il envoya au ministre de l’Intérieur le 22 décembre 1940 montre son embarras à l’égard d’une politique adoptée à contrecœur : « Assurément, il me coûte d’être responsable d’une politique qui soit à ce point contraire aux principes fondamentaux de la liberté britannique, habeas corpus et tout le reste. Certes le péril national justifie une telle mesure, mais ce danger est en train de reculer ». Mosley fut interné selon la Directive 18B, du 23 mai 1940 au mois de novembre 1943, et la menace d’une invasion nazie était alors devenue inexistante.
À la lumière de la polémique sur Guantanamo, il est fascinant de découvrir, dans cette note, à quel point Churchill se préoccupait des conditions de détention de Mosley : ceci atteste un sens inné de ce qui fait la dignité humaine (par ex. : « Le bain auquel il a droit chaque semaine est-il chaud, et serait-il scandaleux de permettre un bain chaque jour ? »). Voir Their Finest Hour, Appendix A, p. 703.
Dans ses mémoires, Sir Oswald Mosley ne fait aucune mention du rôle personnel joué par Churchill dans sa détention et sa libération (My Life, London, Nelson, 1968). Il ne fait que citer le passage de la note où Churchill avance que « dans le cas de Mosley et sa femme, la pression émane de la gauche, et dans le cas du Pandit Nehru, elle émane de la droite ».

16 Cité dans Step by Step, p. 135.

17 Soames, Speaking for Themselves, p. 275.

18 Mowat, Britain Between the Wars 1918-1940 Pas de point (1968), p. 294.

19 Addison, Churchill on the Home Front, p. 315.

20 Complete Speeches, vol. 5, p. 5268.

21 À l’image de nombreux contemporains, Churchill disait et écrivait Nazism ou Nazi-ism lorsqu’il utilisait l’abréviation.

22 Wrigley, Winston Churchill: A Biographical Companion, p. 218.

23 En allemand Blindheim, un village de Bavière.

24 Churchill, The Gathering Storm, p. 83.

25 Churchill, The World Crisis – The Eastern Front, dédicace.

26 Discours à la Chambre des Communes, 11 juillet 1932. Cité dans Arms and the Covenant, p. 29.

27 Ernst Hanfstaengl, Hitler: The Missing Years, en collaboration avec Brian Connell, London, Eyre & Spottiswoode, 1957.

28 Gilbert. Winston S. Churchill. vol. 5: Prophet of Truth, 1922-1939, p. 448. La remarque de Churchill aurait été, en anglais: “Tell your boss from me that anti-Semitism may be a good starter, but it is a bad sticker”.

29 Churchill, The Gathering Storm, p. 84.

30 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 407.

31 Manchester, Visions of Glory, p. 874-5.

32 Pour une analyse détaillée de la réticence supposée des membres du gouvernement d’Union nationale à voir publier une version non expurgée et fidèle du livre d’Hitler, voir Dan Stone, « ‘The Mein Kampf Ramp’, Emily Overend Lorimer and Hitler Translations in Britain », German History, 26 :4 (2008), p. 505-519.

33 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 738.

34 Churchill, “Shall we All commit Suicide?”, dans Thoughts and Adventures, 1947, p. 187-188.

35 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 680.

36 Sur le philosémitisme de Churchill, voir deux ouvrages récents: Martin Gilbert, Churchill and the Jews, Londres, Simon & Schuster, 2007; et Michael Makovsky, Churchill’s Promised Land: Zionism and Statecraft, New Haven, Conn. & Londres, Yale University Press, 2007.

37 Churchill, “Hitler and his Choice”, dans Great Contemporaries, 1937, p. 261-269 passim. (repris dans Odhams, 1947, p. 203-210 passim). Que l’on juge cela significatif ou non, le portrait d’Hitler illustrant l’article est différent dans les deux éditions. En 1937, il sourit.

38 Voir la séduisante comparaison qu’il dresse entre les deux courants dans « The Creeds of the Devil » (The Sunday Chronicle, 27 juin 1937), notamment : « Deux choses m’interpellent dans ces religions sans dieux. Premièrement, leur ressemblance extraordinaire. Le nazisme et le communisme s’imaginent qu’ils sont de parfaits contraires. Ces deux idéologies se déchirent où qu’elles soient dans le monde. En réalité, l’une engendre l’autre, car la réaction au communisme est le nazisme, et sous le nazisme ou le fascisme, le communisme se déchaîne. Pourtant, elles se rejoignent sur l’essentiel. Tout d’abord, elles sont remarquablement simples. Vous écartez Dieu et faites place au Diable, vous privilégiez la haine et non l’amour, ensuite tout s’enchaîne de façon assez simple et logique. En fait, elles se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Tweedledum et Tweedledee [Les deux jumeaux dans Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, N.D.T.] ont des personnalités bien distinctes à côté de ces religions rivales ».

39 Voir “The People’s Rights”, By the Right Hon. W.S. Churchill, President of the Board of Trade, Londres, Hodder & Stoughton, 1909.

40 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 456-457.

41 Jenkins, Churchill, 2002, p. 469.

42 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 5, Prophet of Truth, 1922-1939, p. 73.

43 Discours reproduit dans Arms and the Covenant, p. 112.

44 « Il nous faut balayer les obstacles et nous efforcer, en unissant toute la force et le courage de notre peuple, de nous élever à nouveau, en grande nation britannique, fièrement dressée face au monde ; car une telle nation, se soulevant par sa force retrouvée, est capable, même en de pareils moments, de sauver la civilisation. » Discours à la Chambre des Communes, 24 mars 1938. Reproduit dans Arms and the Covenant, p. 466.

45 Archives du Cabinet. 13 février 1919, dans Pelling, Winston Churchill, 1999, p. 258.

46 Reproduit dans Arms and the Covenant, p. 236.

47 Soames, Speaking for Themselves, p. 411.

48 Churchill, “Germany and Japan”, reproduit dans Step By Step, 1947, p. 71-72.

49 Churchill, “Keep out of Spain”, 21 août 1936, reproduit dans Step By Step, 1947, p. 42-43.

50 Churchill, “The Spanish Tragedy”, 10 août 1936, reproduit dans Step By Step, 1947, p. 40.

51 Cela explique peut-être pourquoi Franco est évoqué régulièrement dans les écrits et les discours publiés de Churchill datant des années 1930, contrairement à Salazar, qui n’est jamais mentionné.

52 « Bien informé sur tous les sujets qui le touchaient de près ou de loin, Staline était prudent mais pas lent. Il élevait rarement la voix, écoutait attentivement, avait tendance à gribouiller ses feuilles ; c’est le dictateur le plus calme que j’aie jamais rencontré, à l’exception de Salazar. » Sir Anthony Eden (Lord Avon), The Eden Memoirs, vol. I: Facing the Dictators, Londres, Cassel, 1962, p. 153.

53 Churchill, Onwards to Victory, p. 235.

54 Cette histoire est notamment racontée dans Denis Smyth, « ’Les chevaliers de Saint-George’ : la Grande-Bretagne et la corruption des généraux espagnols (1940-1942) », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 162, avril 1991, p. 29-54.

55 Gilbert, Winston S. Churchill, vol. 6, Finest Hour, 1939-1941, p. 816.

56 Churchill, The World Crisis, édition abrégée, 2007, p. 777.

57 Churchill, “Foch the Indomitable”, Nash’s Pall Mall, juillet 1929, repris sous le titre “Marshal Foch” dans Great Contemporaries, 1937, p. 192 (Odhams, 1947, p. 148).

58 Winston Churchill, Les grands contemporains, Paris, Gallimard, 1939. Dans cette traduction de Gabriel Debû, Pétain devient un « soldat capable, froid et savant » (p. 150).

59 Churchill, Their Finest Hour, p. 113, 202-203.

60 Churchill, Their Finest Hour, p. 527.

61 Churchill, « Mussolini’s Downfall », Discours à la Chambre des Communes, 27 juillet 1943, cité dans Onwards to Victory, p. 142.

62 On peut lire une copie de ce document à l’adresse suivante : http://www.history.neu.edu/PRO2/ ; c’est à un historien russe qu’échut la tâche de produire le premier article universitaire sur cette « révélation ». Rzeševskij, Oleg. ‘Sekretnye voennye plany U. Xercillja protiv SSSR v mae 1945 g.’ [projets secrets de W. Churchill d’attaque contre l’U.R.S.S., mai 1945] Novaja i novejšaja storia 3, 1999, p. 98-123.

63 “Operation Unthinkable: ‘Russia: Threat to Western Civilization’”, British War Cabinet, Joint Planning Staff [Draft and Final Reports: 22 May, 8 June, and 11 July 1945], Public Record Office, CAB 120/691/109040 / 001, p. 10.

64 Reynolds, In Command of History, p. 463.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540