Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie II. Les droites classiques face aux droites radicales : répudiations et convergences

Le PPF, une formation radicale entre conservatisme et fascisme

Jean Vavasseur-Desperriers

Texte intégral

  • 1 Ces différentes thèses sont soutenues ou récapitulées dans les ouvrages suivants : Jean-Paul Brunet (...)
  • 2 Les formations qui ont eu recours à ce terme de « populaire » visaient, pour certaines d’entre elle (...)

1Le Parti populaire français (PPF), né en 1936, disparut quasiment en 1939, avant de renaître en 1940, dans Paris occupé, et de devenir un des plus zélés auxiliaires de l’occupant. Nous nous préoccuperons ici du premier PPF, celui d’avant-guerre, qui pose les plus intéressantes questions méthodologiques. En effet cette formation est généralement considérée, dans la nébuleuse des formations radicales de l’avant-guerre, comme la plus proche d’une organisation « fasciste ». Mais, sur ce point, les jugements portés sur elle par les spécialistes révèlent de grandes divergences d’appréciation. Certains ont vu en elle la forme la plus approchée d’un parti de type fasciste, avec des réserves sur la nature profonde du mouvement ; d’autres, la manifestation d’un simple élan vers le fascisme ; d’autres encore y ont vu sans l’ombre d’un doute un parti de type fasciste ; une dernière interprétation s’est efforcée de déceler dans cette formation au départ non fasciste, une métamorphose ou bien un dévoilement d’un véritable fascisme français.1 Le recours à l’autodésignation ne nous serait que d’un faible secours. Contrairement à l’Union fasciste britannique de sir Oswald Mosley, le PPF n’a jamais revendiqué cette étiquette. Il s’est borné à se dire « populaire », terme rarement utilisé dans la terminologie politique française, infiniment moins que « démocratique ».2 Le Parti populaire français s’est donc trouvé au cœur de la controverse sur le « fascisme français », dont on sait la virulence passionnée, qui, trop souvent, s’est substituée au nécessaire détachement que suppose toute étude qui vise à la scientificité.

2Pour tenter de situer le Parti populaire français dans le cadre d’un colloque sur la radicalisation des droites, il convient d’abord de situer le contexte de sa naissance, déterminant pour la suite de ce mouvement. Il faudra ensuite décrire le processus de radicalisation et ses modalités, avant de poser la question de l’originalité (ou non) du parti dans le paysage politique français.

Le contexte : radicalisation et recomposition des droites dans la deuxième partie des années 1930

  • 3 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, 1936 (...)
  • 4 Sans que l’on puisse parler d’une aile radicale et d’une aile modérée, dans une formation restée pr (...)

3Il est essentiel, en effet, de décrire le contexte de la naissance et de l’évolution du PPF. Deux éléments majeurs caractérisent la situation de 1936, date de l’apparition du parti, quelques mois après la victoire du Front populaire : une radicalisation profonde de la vie politique et une recomposition des droites, qui ne put, du fait de la guerre, connaître son achèvement. Au sujet de la radicalisation profonde de la vie politique, on a pu parler d’une rupture nationale, d’une déchirure du tissu politique du pays.3 Il ne s’agit plus de la division traditionnelle qui opposent les « républicains » aux « réactionnaires » sur une thématique tournant autour de la question religieuse, mais d’oppositions radicales qui divisent le pays en deux. Sans doute, la crise de 1934 avait déjà produit un puissant ébranlement, mais celle de 1936 revêt une toute ampleur. Chez les « nationaux » – comme les milieux conservateurs se désignent eux-mêmes – l’opinion subit une « grande peur » multiforme. Trois images se superposent : les occupations d’usines, prélude à la soviétisation supposée des entreprises par la CGT, désagréable évocation de la révolution bolchevique ; l’annonce du déclenchement de la guerre d’Espagne et de son cortège de massacres, en particulier ceux dont sont victimes les religieuses et les ecclésiastiques ; la crainte, enfin, qu’un conflit extérieur ne se révèle propice à une révolution intérieure, d’où le pacifisme nouveau de la droite nationaliste et conservatrice. En fait, la radicalisation est générale. Elle n’épargne pas la droite parlementaire dont le principal parti, la Fédération républicaine, n’échappe pas à la vague.4

  • 5 En remarquant toutefois qu’un effort de réorganisation et de restructuration est entrepris durant l (...)
  • 6 En avril 1936, à la veille des élections générales, le mouvement publie son « manifeste », s’impliq (...)
  • 7 Sur ce point, dans les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest (Anjou, Maine, Poitou, Touraine),(...)

4En même temps, la création du Parti populaire français se produit dans une phase de recomposition des droites, à partir de 1936, alors que s’efface la vieille distinction entre les ligues extraparlementaires et les partis liés au système : les premières s’étaient comme des mouvements de masse (ou aspirant à le devenir), dont l’objectif, prioritairement, était de faire pression sur le pouvoir, par le moyen notamment de mouvements de rue. Les partis de la droite parlementaire, organisations dont la visée principale était électorale, restaient des associations encore peu structurées et pratiquaient prioritairement la propagande électorale.5 Dans les années 1920, les ligues avaient surtout canalisé le mécontentement contre le gouvernement du Cartel des gauches en 1924-1926, puis leur activité avait marqué le pas après le retour au pouvoir du centre droit en 1926 : elles semblaient donc s’être effacées devant les partis de la droite parlementaire, en définitive bénéficiaires de la manœuvre. Mais dans les années 1930, ce schéma ne se reproduit pas. En 1932, la victoire d’une coalition de gauche entraîne bien un redoublement de l’agitation des ligues en 1933-1934, mais, cette fois, la formation d’une nouvelle union nationale au lendemain du 6 février 1934 ne se solde pas par leur disparition : elles sont plus que jamais actives de 1934 à 1936. À dater de cette période, les ligues prétendent jouer leur partition propre, surtout la principale d’entre elles, celle des Croix-de-feu.6 La dissolution de quatre d’entre elles (Jeunesses patriotes, Croix-de-feu, Francistes, Solidarité française) au cours de l’été de 1936, ordonnée par Léon Blum, accélère un processus en cours7, la transformation des ligues en partis et l’apparition d’une situation concurrentielle à droite entre les « vieux partis », dont la Fédération républicaine, et les « nouveaux ». Des quatre ligues dissoutes, trois ne jouent plus qu’un rôle limité, tandis que la ligue des Croix-de-feu se transforme en un puissant parti, le Parti social français, qui tend à devenir la force principale, apte à rassembler les divers éléments de la droite traditionaliste. Le Parti populaire français, lui, constitue dans ce décor un objet inattendu.

  • 8 Archives de la préfecture de police de Paris, rapport du 8 juin 1937, BA 2002.
  • 9 La municipalité de Saint-Denis qu’il dirige jusqu’en mai 1937 apporte une aide aux grévistes de l’é (...)
  • 10 Il avait lancé son appel pour un Front de la liberté, non seulement à toutes les formations de droi (...)
  • 11 Laurent Kestel, De la conversion en politique. Genèse et institutionnalisation du parti populaire f (...)

5Créé dans une perspective de rassemblement national par une coalition disparate, anciens communistes, ex-Croix-de-feu, intellectuels partisans d’une troisième voie, le PPF, dès le début, souffre d’une évidente incertitude identitaire. La création de cette formation est le fait d’un homme exclu par son parti, suivi par plusieurs milliers de militants. Pour les partis de droite, son fondateur, Jacques Doriot, reste un ancien communiste, dont on rappelle volontiers le rôle dans la campagne antimilitariste à l’époque de la guerre du Rif. Dans la réunion qu’il tient en juin 1937 pour répondre aux propositions du chef du PPF tendant à former un « Front de la liberté », le colonel de La Rocque déclare devant son conseil national qu’il trouve le passé de Doriot « répugnant ».8 La même méfiance est perceptible chez ceux qui acceptent cette proposition, comme les dirigeants de la Fédération républicaine. La présence d’anciens communistes, majoritaires dans le premier bureau politique du PPF, en 1936 (7 sur 8), la position des futurs chefs du parti, lors des grèves de 1936, que Jacques Doriot déclare (en partie) légitimes9 allaient à l’appui de cette méfiance, même si dans le courant de 1937 les éléments d’origine conservatrice devaient jouer un rôle grandissant, avec en toile de fond l’appui des milieux financiers soucieux d’apporter leur soutien à une formation fondamentalement anticommuniste. À gauche, on le considère un traître, d’abord au parti communiste, puis par élargissement, dans la gauche tout entière : aucun de ses appels ne sera jamais entendu par les partis ou formations de gauche modérée auxquels il s’est adressé pour former le Front de la Liberté.10 En un sens, il a pu être écrit à juste titre que « l’itinéraire politique de Doriot (et, avec lui, de l’ensemble des dirigeants de son parti) est inséparable de son itinéraire moral, c’est-à-dire de l’ensemble de assignations identitaires dont il a été progressivement affublé ».11 On ne peut que souscrire à cette idée selon laquelle toute opération de catégorisation ne peut être menée qu’avec une extrême prudence et en prenant une grande distance avec les classifications émises par les contemporains.

  • 12 Sur le Front de la liberté, Philippe Mâchefer, « L’union des droites, le P.S.F. et le Front de la l (...)
  • 13 C’est ainsi que disparut le Faisceau de Georges Valois, qui présentait son « national-syndicalisme  (...)

6Objet inattendu, élément rajouté, le parti vit son espace politique se réduire rapidement comme une peau de chagrin, malgré ses efforts pour s’implanter grâce au Front de la liberté créé en 1937. Cette coalition ne lui permit pas de s’imposer et bénéficia plutôt à la Fédération républicaine qui l’utilisa pour freiner l’ascension du PSF et du colonel de La Rocque.12 Il semble d’ailleurs que ces efforts ne parvinrent pas à freiner la progression de ce dernier parti, qui incarnait alors les espoirs d’une grande partie de la droite traditionaliste. Dans cette conjoncture, le PPF, placé en situation de concurrence, d’alliance ou d’hostilité ouverte avec les autres forces de droite, fut frappé dès 1938 par une marginalisation qui provint en grande partie de l’origine disparate de ses dirigeants et de ses cadres, la plupart transfuges venant d’horizons divers. 1938 vit son échec définitif : la fin du Front populaire et le retournement de la majorité sous la houlette radicale-socialiste entraînèrent la fin des subventions patronales et la quasi mise en veilleuse du parti. Cette histoire n’est pas nouvelle. Elle est même assez banale. Elle rappelle étrangement les événements des années 1920, quand le retour au pouvoir de Poincaré (1926) provoqua la mise en sommeil des ligues, privées de fonds par leurs commanditaires, rassurés par le retournement de la conjoncture politique.13 De là vient la difficulté de situer le Parti populaire français : même s’il se présente comme un parti original, il n’en est pas moins intégré au système complexe que représentent les droites, radicales ou non, de la fin des années 1930. D’où l’extrême difficulté de distinguer dans les discours et les pratiques du Parti populaire français ce qui relève de l’opportunisme ou d’aspirations plus profondes.

Des formes de la radicalisation : traditionalisme « réactionnaire » et militantisme ligueur

  • 14 Bien entendu, cette question de l’attachement au régime parlementaire de la Fédération républicaine (...)

7Il convient donc d’insérer le PPF dans un processus général de radicalisation des droites qui caractérisa la fin des années 1930. Ce phénomène concerna toutes les forces conservatrices, parlementaires ou non. On comparera donc dans cette perspective les processus de radicalisation, en portant plus spécialement notre attention sur une formation officiellement attachée au régime parlementaire comme la Fédération républicaine14, en comparant sa thématique politique avec celle développée par le PPF.

8On se trouve ici au cœur du sujet, le processus de radicalisation et ses modalités. La mise en cause de l’ordre libéral, sévèrement critiqué pour son incapacité à faire face à la crise des années 1930, représente une première figure de la radicalisation. Du vieux fonds traditionaliste, surgissent les thèses corporatistes et organicistes, développées par les formations de la droite conservatrice, y compris par la Fédération républicaine, parti présent au Parlement. Cette contestation représente sans aucun doute un aspect majeur de la radicalisation. D’autre part, sur un registre plus fruste, des formes d’expression politique fondées sur une agressivité extrême, comme la xénophobie, l’antisémitisme ou l’anticommunisme virulent, caractéristiques du militantisme activiste des ligues, deviennent des attitudes répandues, généralisées dans les diverses fractions de la droite, et représentent une deuxième forme de radicalisation. On va voir que le PPF ne joue pas ici une partition originale et que sa thématique rejoint celle des diverses fractions de la droite radicalisée..

  • 15 Brunet, art. de la Revue française de science politique, déjà cité, p. 261-262. Burrin, La dérive f (...)

9La comparaison sous l’angle de la refonte sociale révèle de grandes similitudes entre le PF, parti « nouveau » et la Fédération républicaine, « vieux » parti, héritier du traditionalisme. Le PPF, on le sait, rejetait le libéralisme économique, source d’incohérences et d’inégalités accrues, et proposait la mise en place de corporations, chargées de la gestion économique des diverses branches de l’économie, qui résoudraient en leur sein les conflits du travail et les relations entre patronat et salariat, en évitant le recours à la grève ou au lock-out, désormais interdits. Or ce projet, énoncé notamment par Robert Loustau en septembre 1937, confirmé au congrès de mars 193815, ne présente guère d’originalité par rapport aux thèmes développés par la droite traditionaliste.

  • 16 JO, Documents parlementaires, 1937, p. 49, annexe n° 1737, séance du 21 janvier 1937.
  • 17 Le Cour Grandmaison était seulement « apparenté au groupe de la Fédération républicaine. C’était un (...)
  • 18 L’exposé des motifs citait quatre exemples de régime corporatif : l’Autriche, l’Italie, le Portugal (...)

10Quelques mois plus tôt, en effet, en février 1937, la Fédération républicaine avait déposé une proposition de loi élaborée tendant à instituer un système corporatif.16 Les premiers signataires étaient les députés les plus représentatifs parmi les personnalités traditionalistes de la Fédération, Xavier Vallat et Jean Le Cour Grandmaison17, suivis par l’ensemble du groupe, y compris par son président Louis Marin. Ce texte prévoyait la constitution de syndicats régionaux regroupés en corporations régionales, coiffées par un conseil central, organes structurés selon le principe de la parité entre patrons et salariés, chargés de gérer les diverses branches de l’économie, notamment en contrôlant l’accès à la profession. Le système, toutefois, subissait de fortes influences autoritaires : l’affiliation syndicale revêtirait un caractère obligatoire, la grève et le lock-out seraient interdits.18

  • 19 R. Soucy, op. cit., p. 350 ; J.-P. Brunet, Doriot, p. 257.
  • 20 La proposition de Doriot restait vague. R. Soucy (op. cit., p. 349) estime à juste titre que ce pro (...)

11Le projet du PPF ne se distinguait donc guère des propositions émanant de la droite traditionaliste.19 Il faut toutefois préciser qu’une nuance importante le séparait quand même de la Fédération républicaine sous l’angle social : le parti de Jacques Doriot prônait la création d’un fonds social géré par le gouvernement, alimenté par un prélèvement sur les profits jugés excessifs pour mieux les répartir, ce que refusaient les traditionalistes, pour qui l’État ne saurait en aucun cas intervenir de la sorte. Cette concession moderniste, allant dans le sens de la technocratie et de l’étatisme, restait étrangère au projet de la Fédération républicaine, axée sur la défense du pouvoir patronal, dont elle ne niait pas, par ailleurs, la mission sociale à l’égard des salariés.20 Il n’en reste pas moins que ces propositions corporatistes relevaient bien du fonds « réactionnaire commun » des droites radicalisées.

  • 21 P. Burrin, op. cit., p. 320 et 357.

12Le traditionalisme comprenait également la mise en honneur de la famille et la référence religieuse. La Fédération républicaine, bien incapable de se définir elle-même (était-elle libérale, modérée, conservatrice ? ou « républicaine sans épithète », comme l’avait proclamé joliment ses pères fondateurs ?) n’hésitait pas devant l’adjectif « familialiste ». Elle rappelait à juste titre les combats parlementaires menés par tels de ses députés (Georges Pernot ou Louis Duval-Arnould) pour faire triompher le principe des assurances sociales. En ce qui concerne le PPF, Philippe Burrin a mis en valeur les discours du Chef les plus marqués par le traditionalisme familialiste : en mars 1938, devant le congrès du parti et en avril 1939 devant les jeunesses du parti. La famille était définie comme « la cellule fondamentale de la nation ». Doriot, cependant, se distinguait là encore du traditionalisme pur. Beaucoup plus que la promotion d’un groupe parfait, puisqu’unissant les aspects biologiques, affectifs, matériels, le tout cimenté par la foi religieuse21, qui constituait le credo des traditionaliste en la matière, il mettait l’accent sur le risque de dénatalité et le danger qu’elle faisait courir à la nation.

  • 22 L’UPJF présentait de nombreuses analogies avec les Jeunesses communistes : on retrouvait ici, au mo (...)
  • 23 P. Burrin, op. cit., p. 306.
  • 24 Sébastien Pietrasanta, Bergery, Déat, Doriot et l’encadrement de la jeunesse : objectifs, réseaux, (...)
  • 25 Voir la thèse, monumentale et essentielle, de Jean Philippet : Le Temps des ligues. Pierre Taitting (...)
  • 26 La Nation, 4 mai 1935, indique la participation de dix parlementaires du parti au pèlerinage de Lou (...)

13Dans le domaine purement religieux, Jacques Doriot manifesta longtemps une grande prudence en se gardant bien d’éviter ce qui pourrait froisser l’Église. À partir de 1939, il devait même aller plus loin. En avril, au congrès de l’Union populaire de la jeunesse française (UPJF), l’organisation de jeunesse du parti22, il prôna l’abandon du matérialisme et le retour à la spiritualité23. Ce congrès de l’UPJF s’ouvrit par une messe, explicitement indiquée dans son programme.24 Cette référence religieuse, au premier abord curieuse pour une formation dont une partie des dirigeants ne dissimulait pas leur athéisme, s’insérait dans le mouvement général de radicalisation des droites. Dans la deuxième partie des années 1930, l’affichage religieux se fait plus ouvertement dans la plupart des formations de droite. Jean Philippet l’a remarqué pour les Jeunesses patriotes. Il estime qu’à partir de 1937, « l’affiliation catholique du mouvement de Taittinger ne cesse d’apparaître au grand jour. »25 La Fédération républicaine, longtemps, ne revendiqua pas l’étiquette de catholique et afficha officiellement une attitude de neutralité en matière religieuse. Le parti, de plus, participait à des formations ministérielles en tant que membre de majorités gouvernementales en position d’alliance avec des partenaires laïques, comme l’Alliance démocratique. Mais de façon nouvelle et insistante, la Fédération républicaine, dans la deuxième partie de années 1930, mettait en évidence l’importance des « valeurs spirituelles ».26

  • 27 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot, du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986, p. 258 et suiv.
  • 28 Cf. note 16.
  • 29 Ceci est énoncé dans une brochure intitulée : Fédération républicaine, Parti républicain national, (...)
  • 30 En clair, dans une société organique, le débat politique de type parlementaire, où la décision résu (...)

14Sous un autre angle, la réforme des institutions politiques, on retrouvait également de grandes similitudes. Les propositions du PPF présentaient un visage traditionaliste très classique : elles portaient sur le renforcement de l’exécutif afin de favoriser la stabilité gouvernementale et sur la création d’assemblées professionnelles issues des corporations.27 Le renforcement de l’exécutif était l’objet d’une demande générale, même chez les républicains « révisionnistes » partisans d’un parlementarisme rationalisé. Mais la proposition d’assemblées professionnelles relevait du traditionalisme le plus pur. La proposition de janvier 1937 de la Fédération républicaine cité plus haut accordait une place politique à ces assemblées professionnelles : un « conseil d’État économique », un Sénat issu pour une grande part des corporations, un « conseil national professionnel ». La proposition, de plus, accordait au Chef de l’État le droit de dissoudre les assemblées.28 Toutefois, malgré cette proposition hardie et radicale, la Fédération semblait hésiter.29 Ce parti ne semblait pas envisager un Parlement dépouillé de tous ses droits, ce qui semble assez naturel pour une formation qui comptait de nombreux parlementaires. Cela révélait-il un attachement véritable au régime de la République parlementaire ? La réponse, indéniablement positive pour Louis Marin est moins évidente pour les élus de 1936, souvent plus jeunes et plus radicalisés que leurs aînés. Dans leurs discours transparaît fréquemment le souhait de voir s’instaurer une société organique où le débat politique verrait sa signification changer.30 Mais, quoiqu’il en soit, on ne peut que constater, sur ce point encore, l’extrême convergence du PPF et de la droite traditionaliste classique.

  • 31 Par exemple, le militantisme de la Ligue des patriotes. Mais les mouvements « conservateurs », au d (...)

15On voit donc que la doctrine du PPF ne différait guère que par quelques nuances d’une formation de la droite parlementaire. C’est dans un fonds commun réactionnaire que puisait le PPF, dans la mesure où il visait les masses conservatrices, au sein desquelles ces thèmes, antiparlementarisme et rejet du libéralisme pur, trouvaient un écho. Mais il convient d’examiner à présent un autre aspect de la radicalisation, qui consiste dans le recours à des formes d’agressivité extrêmes, comme l’antisémitisme, la xénophobie, l’anticommunisme radical, et qui relève plutôt d’un type de militantisme « activiste », proche de celui des ligues nationalistes au tournant des dix-neuvième et vingtième siècles.31

  • 32 Une déclaration du bureau politique de mars 1938 parle du « judéo-bolchevisme ». R. Soucy, Fascisme (...)
  • 33 Dans certains groupes de province, on peut relever ici et là des prises de position antisémites. Ma (...)

16Voyons d’abord l’antisémitisme. L’antisémitisme du PPF avant 1940 a pu faire l’objet de discussions : cette attitude ne devint officielle, et encore pas tout à fait, en 193832, alors que dans les deux premières années de l’existence du parti, son chef se défendait de tout sentiment antisémite, tout en laissant la libre expression aux antisémites du parti. Sous l’influence de la fédération d’Algérie, le parti évolua clairement dans ce sens. Il n’y avait là nulle originalité. Ce type de comportement se retrouve aussi dans un parti parlementaire comme la Fédération républicaine. Sans doute ne trouve-t-on dans cette formation aucune déclaration concernant l’antisémitisme, qui suscite même des réserves chez certains (jamais exprimées en public). L’expression publique des antisémites du parti resta limitée à quelques personnalités, principalement Xavier Vallat, membre du groupe parlementaire du parti depuis 1933. Mais ses attaques célèbres contre Léon Blum ne suscitèrent aucune réprobation dans le parti, dont il devint dans les années 1937-1939 un des dirigeants en vue, comme vice-président du groupe parlementaire et comme vice-président du parti. Ce n’était donc nullement un marginal, même si son discours ne recevait pas nécessairement pas l’approbation de ses collègues, au moins indifférents à ce type de propos.33

  • 34 Éditée par La Nation, l’organe officiel du parti, la brochure a été rédigée par Pierre Rossillion, (...)

17En ce qui concerne la xénophobie, beaucoup plus présent dans la thématique des droites conservatrices que l’antisémitisme, le PPF fut également partie prenante dans la campagne xénophobe de la fin des années 1930, qui prenait pour cible l’afflux de réfugiés susceptibles d’entraîner la France dans une guerre extérieure. Mais il fut loin d’être le seul à s’exprimer de la sorte. Un parti politique de la droite parlementaire comme la Fédération républicaine n’hésita pas à lancer sur ce thème une publication portant sur L’invasion étrangère en temps de paix,34 diffusée très officiellement par la Fédération républicaine en novembre 1938, dans le contexte de l’arrivée massive des réfugiés espagnols. L’ouvrage abordait la question sous divers angles économique, social et politique. Les étrangers, pouvait-on y lire, représentent un danger biologique (recrudescence de la syphilis, risques accrus de voir naître des enfants anormaux fruits de mariages mixtes) ; et un risque social (90 pour cent des crimes crapuleux étant commis par des étrangers). Même si la main d’œuvre étrangère présente certains avantages (« elle ne rechigne pas aux travaux rebutants et difficiles »), elle présente l’inconvénient majeur de « prendre » l’emploi des « nationaux ». les auteurs mettaient également l’accent sur l’attitude de ces populations dans le cas d’une invasion des armées étrangères. Ce texte, d’une démagogie sans borne, était révélateur de la crainte panique, très répandue dans les milieux conservateurs, d’une guerre étrangère, qui pourrait entraîner des troubles de nature révolutionnaire et favoriser l’action des « bolchevistes ». Il relevait bien d’une forme de militantisme activiste, récupérée par la droite traditionnelle institutionnelle et susceptible de séduire une partie de la base conservatrice, effrayée par les périls de l’heure.

  • 35 Cette allusion à Munich, complétée par la dénonciation des menées communistes tendant au déclenchem (...)

18L’anticommunisme, troisième figure du militantisme activiste, se trouve aussi parmi les thèmes favoris, surtout à la fin de 1938, de nos deux formations. Il est inutile d’insister sur l’anticommunisme du PPF. La Fédération républicaine, qui s’était toujours montrée vigoureusement anticommuniste, accentua cet aspect à la fin de 1938, quand La Nation publia le 17 décembre un appel à la dissolution du parti. Quelques semaines auparavant, à la veille de la grève générale du 30 novembre, le groupe parlementaire avait dénoncé en termes virulents le Parti communiste, qui, « après avoir perdu l’espoir de précipiter la France dans la guerre étrangère [essayait] aujourd’hui de déchaîner la guerre civile. »35 Même s’il semble que l’objectif d’une telle demande ait été purement tactique, elle n’en était pas moins révélatrice d’un processus de radicalisation.

  • 36 Philippe Burrin, Doriot, Déat, Bergery…, p. 306.
  • 37 Sur ce point, Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque… op. cit. Albert Kéchichian, Les Croix-de- (...)

19On constate donc un double mouvement : d’une part, l’énoncé par le Parti populaire français d’un programme conforme à la tradition conservatrice, le vieux « fonds réactionnaire classique »36 ; d’autre part, la tendance d’un vieux parti parlementaire à adopter des pratiques et surtout les discours de la droite ligueuse et sa pratique activiste. Ces deux faits sont doublement éclairants. D’une part, c’est le vieux « fonds réactionnaire », largement présent dans le programme du PPF, comme dans celui de la Fédération républicaine, qui représente la référence doctrinale susceptible de gagner à leur cause les milieux « nationaux. Sur ce point, d’ailleurs, on ne saurait négliger la forte concurrence du Parti social français du colonel de La Rocque, dont l’inspiration puisait entièrement à cette source.37 D’autre part, la conversion, au moins partielle, d’un parti parlementaire aux méthodes du militantisme ligueur, met bien en lumière les conditions nouvelles de l’affrontement politique. La formation du Front de la liberté, dont on a déjà parlé, semble particulièrement significative à cet égard. La Fédération républicaine n’a accepté les offres du PPF que dans une double perspective : d’abord, tenter de freiner la montée apparemment irrésistible du Parti social français de La Rocque, ensuite utiliser le PPF comme elle avait utilisé les ligues, en termes de captation de potentiel militant, les ligues étant considérées avant tout comme des instruments de propagande du parti là où celui-ci n’était pas parvenu à mettre sur pied par lui-même des mouvements de masse. Il y a bien une radicalisation de fond, celle qui met en lumière la nécessité de restaurer les valeurs traditionnelles par tous les moyens, et une radicalisation de forme, qu’il faut envisager sous un angle plus strictement militant. Mais ceci ne répond pas à la question : qu’en est-il du « fascisme » du PPF ?

Indices de fascisation ?

  • 38 Préface d’Antoine Prost à l’ouvrage de R. Soucy, Fascismes français…, p. 16.

20En effet, réduire le parti doriotiste à une tendance poussée de la radicalisation conservatrice ne permet pas de résoudre le problème posé par ce parti qui, avec insistance, s’évertuait à mettre en valeur son originalité. Ici, le choix se pose entre deux options : refuser toute différence de nature entre le conservatisme traditionaliste (plus ou moins autoritaire) et le fascisme, ou au contraire mettre en valeur leur altérité. Il est en effet possible de définir un « modèle » fasciste par « un certain nombre de traits pertinents qui se retrouvent dans des proportions et suivants des hiérarchies variables, dans les régimes fascistes, c’est-à-dire ceux de Mussolini et d’Hitler. »38 Il faut bien convenir que le refus de toute modélisation entraîne une certaine incapacité à véritablement éclairer le réel.

21Si l’on répertorie les diverses thèses qui permettent de définir les différents traits du fascisme, que l’on retrouve à des degrés variables dans le fascisme pur ou dans les groupes dits « fascisants » ou « fascistoïdes », il est possible de les ramener à trois. Les premières mettent l’accent sur le recrutement. Par opposition aux « notables » des partis conservateurs, les groupes fascisants ou fascistes se seraient composés d’éléments plus populaires, notamment d’ouvriers séduits par un discours à la fois national et social. Les secondes relèvent de la politologie : la structure interne du parti fasciste serait fondée sur l’autorité sans partage du Chef, appuyé sur un groupe de fidèles inconditionnels. Enfin, des arguments de type anthropologique concerne les aspects discursifs, les rites et rituels, la vision du monde, l’exaltation de l’héroïsme, de la jeunesse, de la « virilité », révélateurs d’une recherche de ré-enracinement de la part d’individus déracinés.

  • 39 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot…, op. cit., p. 231.
  • 40 Sébastien Pietrasanta, Bergery, Déat, Doriot, op. cit., p. 320.
  • 41 Robert Soucy, Fascismes français ?…, op. cit., p. 336. Kevin Passmore, s’appuyant sur des études ef (...)

22Le premier point a fait l’objet d’études précises, favorisées par la publication par le PPF lui-même de statistiques sociales. La présence d’une base ouvrière, assez naturelle pour une formation où les anciens communistes étaient à l’origine nombreux, n’est pas niable. Elle est attestée par les chiffres des représentants au congrès du parti ; selon Brunet, en 1936, il y avait 49 % d’ouvriers, contre 22 % d’employés, et 21 % de membres des professions libérales et milieux commerçants.39 Les congrès des jeunes du parti semblent confirmer cette impression : à Marseille, en 1939, sur 439 congressistes ayant rempli le questionnaire, on comptait 35 % d’ouvriers, 17 % de paysans, 16 % d’employés, 11 % de chômeurs, 21 % d’étudiants.40 Mais cette idée d’une formation populaire, donc « révolutionnaire », est fortement mise en doute, à commencer par les deux auteurs précités, pour plusieurs raisons. Les chiffre des congrès ne sont pas véritablement convaincants, dans la mesure où, par le choix des délégués, il s’agissait surtout de donner une image. Que recouvre exactement le vocable « ouvrier » ? Que signifie vraiment l’adhésion des ouvriers (clientélisme…) quand elle existe ? Les études effectuées dans des groupes locaux confirment la présence majoritaire d’éléments situés hors du prolétariat.41 Tous les spécialistes introduisent dans leur étude le rôle des séquences chronologiques : à l’origine, un noyau fondateur issu du communisme, grossi ensuite (1937 : le Front de la liberté) par des éléments « bourgeois » ou issus des classes moyennes apeurés par la poussée du communisme au temps du Front populaire ; mais, dans la phase finale de l’avant-guerre (1938), nombre de cadres, dirigeants, ou militants d’origine « bourgeoise » quittent le PPF. La dislocation du Front populaire met fin, sans la dissiper totalement, à la panique qui s’était emparée des milieux dirigeants et d’une partie des classes moyennes. Ce schéma, dans l’ensemble convaincant, ne résout d’ailleurs pas le problème de la nature du Parti populaire français. On peut, certes, comprendre que devant l’imminence du péril marxiste, la « bourgeoisie » se retourne vers une formation de type fasciste, pour s’en détourner quand le péril devient moins imminent. Mais on comprend moins que ladite formation, pour accroître son audience, s’aligne sur le « fonds réactionnaire » classique, dans une posture qui, par conséquent, l’éloigne des milieux prolétariens qu’elle est censée conquérir. À vrai dire, les arguments de type sociologique ne permettent pas d’aboutir à une conclusion bien nette. Ils confirment cependant que le vieux « fonds réactionnaire » classique représentait bien l’idéologie dominante des classes supérieures et moyennes en proie à la frayeur provoquée par le péril révolutionnaire (réel ou imaginaire).

23D’autres types de facteurs, de nature politologique, sont prises en considération pour tenter de cerner le phénomène fasciste. C’est la structure totalitaire du parti, et tout spécialement le culte du Chef, qui représente le caractère le plus spectaculaire et le plus marquant. Il convient également d’évoquer un autre trait, la présence dans le parti d’un groupe spécialisé pouvant évoquer la figure du « parti milice » qui reste attachée aux fascismes réels.

  • 42 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot…, op. cit., p. 241 : « Dans le fonctionnement et l’administration (...)
  • 43 S. Pietrasanta, Bergery, Déat, Doriot,… op. cit., p. 230.
  • 44 Jean Philippet, Le Temps des ligues…, op. cit., p. 540.
  • 45 Bien entendu, le culte de la personnalité est propre à d’autres types de régime totalitaire que le (...)

24Sur le premier point, la majorité des auteurs se trouve d’accord pour convenir de la toute puissance du Chef sur sa troupe.42 De fait, si l’on se livre à un rapide examen du sentiment unissant les jeunes de diverses organisations et les chefs de leur parti, on constate une grande différence suivant les formations. Un véritable culte entourait Doriot, attesté par de nombreux signes : prestation d’un serment de fidélité, exhibition constante de ses portraits, citations permanentes de ses propos, etc.43 Jacques Nobécourt évoque pour sa part les liens entre le colonel de La Rocque et ses partisans : il note bien une forme de respect, de type protocolaire, analogue à celui dont les soldats font preuve à l’égard de leur chef, mais insiste sur l’affection manifestée par ses hommes à son égard. On ne peut donc parler d’un véritable culte, simplement d’une autorité de type militaire, dont le caractère abrupt était atténué par l’attachement sentimental porté par ses hommes à leur chef. La Rocque jouissait d’une bien plus grande autorité que Pierre Taittinger, le chef des Jeunesses patriotes, celle-ci était « réelle, mais jamais absolue », écrit Jean Philippet à ce sujet, et comparable à celle que Paul Déroulède avait pu exercer sur la Ligue des patriotes.44 Enfin, le chef de la Fédération républicaine, Louis Marin, dans la propagande diffusée par son propre parti, était représenté comme un bon père soucieux du sort de ses enfants, portrait louangeur censé inspirer une certaine affection, bien éloignée des sentiments qu’inspiraient à leurs troupes les chefs de ligue. Sous ce rapport donc, l’originalité du parti de Doriot est patente.45 Il reste un point difficile à trancher : ce culte totalitaire de la personnalité était-il le modèle applicable à la société globale une fois le parti parvenu au pouvoir ? On ne peut qu’en émettre l’hypothèse, puisque le parti n’arriva jamais au pouvoir.

25Sur le deuxième point, le « parti milice », aucun élément convaincant ne permet d’apporter la démonstration d’une quelconque similitude avec le fascisme réel. Les militants du PPF ne portaient pas d’uniforme, ne s’alignaient pas militairement, ne défilaient pas au pas cadencé. Tout au plus, un service d’ordre de quelques centaines de « disponibles » était-il recruté pour faire régner l’ordre dans les manifestations. Rien, évidemment, qui rappelle les « Sections d’assaut » ou les squadristes. Ajoutons que, dans ces temps troublés des années 1930, toutes les organisations, de droite ou de gauche, étaient pourvues d’un service d’ordre. On peut aussi invoquer le pacifisme du PPF, qui concorderait avec cette absence de groupe paramilitaire, mais l’attitude du parti pendant la guerre, comme on l’a fait remarquer à juste titre, démontra par la suite que ce n’était nullement un comportement de principe. Doriot, d’ailleurs, n’avait jamais exclu le recours à la violence.

  • 46 Voici par exemple celui de la Confédération française des travailleurs chrétiens, datant des années (...)
  • 47 Le drapeau national ne peut, dans la perspective du patriotisme traditionnel, porter d’insigne part (...)

26L’attention a été tout particulièrement portée sur l’approche anthropologique. On a relevé des signes patents de fascisme dans un certain nombre de pratiques : le salut (« la main droite bien ouverte, les doigts joints, légèrement inclinés en avant au niveau de la figure », mais qui, devant la difficulté technique au niveau de l’exécution, fut dans la réalité remplacé par le salut romain), le cri, l’insigne, l’hymne, le drapeau (une croix celtique sur fond bleu, blanc, rouge) solennellement remis aux groupes militants. Tout ceci, de fait, évoque le fascisme réel, mais il faut aussi nuancer. Certains de ces éléments se retrouvent dans nombre d’organisations et leur présence correspond en fait au souci de tout groupe de se particulariser et de marquer son identité : l’insigne n’est pas une spécificité. On le trouve dans un parti de gauche comme le parti socialiste dont le service d’ordre portait un insigne orné de trois flèches orientées vers le bas. Les groupes professionnels ou syndicaux avaient chacun leur hymne, entonné dans leur congrès.46 Mais l’insigne porté sur le drapeau, une croix celtique, différencie, il est vrai, le parti de Doriot des autres formations d’extrême droite qui brandissent le drapeau tricolore sans marque particulière.47

  • 48 Jean Philippet, Le Temps des ligues…, op. cit., p. 784.

27Deux rites cependant sont dans leur originalité particulièrement significatifs et révélateurs. Le serment au chef, tout d’abord, qui semble bien une particularité du PPF : « Au nom du peuple et de la patrie, je jure fidélité et dévouement au Parti populaire français, à son idéal, à son chef. Je jure de consacrer toutes mes forces à la lutte contre le communisme et l’égoïsme social. Je jure de servir jusqu’au sacrifice suprême la cause de la révolution nationale et populaire d’où sortira une France nouvelle, libre et indépendante. » Il y a donc la désignation de deux ennemis, l’un clairement désigné, le communisme, l’autre bien flou, l’égoïsme social ; et l’appel à combattre jusqu’au « sacrifice suprême » : la formule est grandiloquente, bien dans l’esprit du temps. Le serment de fidélité au chef relevait bien du fascisme, fondé sur la fidélité personnelle : l’imaginaire fasciste tourne autour de l’image centrale d’une troupe d’hommes en armes, gravitant autour du chef de guerre. L’appel des militants morts pour le parti, introduit en juillet 1937, ne représentait pas en soi une originalité. Il se retrouvait dans d’autres groupements, plus conservateurs que fascistes, comme les Jeunesses patriotes. Mais le déroulement de la cérémonie comportait une nuance importante. Chez les Jeunesses patriotes, à l’appel du nom du militant tombé pour la cause, l’assistance répondait : « Mort pour la France », au PPF, elle clamait : « Présent ! ». J. Philippet estime que la différence est notable. Chez les Jeunesses patriotes, il s’agirait seulement d’évoquer le souvenir du mort. Au PPF, il s’agit d’évoquer le sacrifice du défunt, « chaque militant [parmi les vivants] ayant ainsi vocation à rejoindre le grand cortège des martyrs de la cause ».48 Au fond, les rites de ce type ne sont pas en soi originaux. C’est leur signification, pour autant qu’on puisse la saisir, qui peut être considérée comme un indice de fascisation.

Conclusion

28Si l’on admet qu’il est bien difficile et hasardeux de définir une essence sans avoir analysé les modalités d’une existence, l’histoire du PPF peut se lire à trois niveaux.

29Le premier, le plus ordinaire, voire le plus trivial, est celui d’une formation née à une époque où la gauche au pouvoir se heurtait à l’opposition multiforme des droites, parlementaires ou extraparlementaires, partisanes ou extrapartisanes. Le parti de Doriot interprète alors le rôle qu’avaient joué les ligues des années 1920 pendant la période du Cartel des gauches : celui de déstabilisateur du gouvernement en place pour permettre un changement de majorité parlementaire. De fait, les appuis conservateurs et les bailleurs de fond du PPF cessent de le soutenir à partir de la fin du Front populaire, tout comme dans les années 1920, ils avaient abandonné le Faisceau de Georges Valois. Ainsi qu’expliquerait le rapide échec du parti, privé de moyens et subissant une hémorragie de ses militants.

30Mais une deuxième lecture peut alors être effectuée : le Parti populaire français, animé sans doute à l’origine par un projet de rassemblement national, rechercha un espace à droite de l’échiquier politique. Il puisa alors dans le vieux « fonds réactionnaire », mais se trouva face à deux adversaires qui, authentiques traditionalistes, se disputaient le terrain, le Parti social français du colonel de La Rocque et la Fédération républicaine de Louis Marin, dans un contexte de radicalisation générale des droites. Placé dans ce contexte, il a interprété une partition qui ne le différenciait guère des droites conservatrices et propagé des thèses qui ne présentaient guère d’originalité. Du coup, la masse traditionaliste, préférant sans doute d’authentiques « réactionnaires », ne s’est guère tournée vers le PPF. Il n’a donc joué qu’un rôle secondaire dans la recomposition (inachevée) des droites de la fin des années 1930.

31Un troisième niveau concerne les tendances fascisantes du PPF : elles sont indéniables, même si Doriot se gardait de l’affirmer en public. On touche là un niveau plus profond : alors que les « réactionnaires » visaient la défense d’un ordre social chrétien conservateur (ruralisant, corporatif, etc.) en croyant à la validité profonde de cet ordre, expression d’une nature immuable, les militants fascisants du PPF pensaient la réalité humaine en termes d’action, de combat permanent, de « sacrifice suprême », précisément parce qu’ils étaient sujets à un processus de déracinement. C’est pourquoi ils exaltaient la jeunesse et l’héroïsme, le mouvement beaucoup plus que la stabilité, le changement plus que la permanence. Mais ce discours ne fut guère entendu par les masses de droite françaises, profondément conservatrices. Au fond, on peut se demander si l’«allergie française au fascisme », n’a pas pour origine, davantage que le sentiment républicain, les références et les valeurs du traditionalisme. L’échec d’une formation disparate écartelée entre le traditionalisme et le fascisme était donc inévitable.

Bibliographie

BRUNET, Jean-Paul, « Un fascisme français : le Parti populaire français de Doriot (1936-1939) », Revue française de science politique, 1983, vol. 33, n° 2, p. 255-280.

BRUNET, Jean-Paul, Jacques Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986.

BURRIN, Philippe, La Dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery, Paris, Le Seuil, 1986.

DARD, Olivier, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

IRVINE, William, French Conservatism in crisis: the Republican Federation of France in the 1930s, Baton Rouge, Louisiana Press University, 1979.

KECHICHIAN, Albert, Les Croix-de-feu à l’âge du fascisme, Paris, Champvallon, 2006.

KESTEL, Laurent, De la conversion en politique. Genèse et institutionnalisation du parti populaire français (1936-1940), thèse pour le doctorat en science politique, Université de Paris I, 2006.

LABORIE, Pierre, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, 1936-1944, Paris, Le Seuil, 2001

MILZA, Pierre, Fascisme français, passé et présent, Paris, Flammarion, 1987.

NOBECOURT, Jacques, Le colonel de La Rocque (1885-1946), ou les pièges du nationalisme chrétien, Paris, Fayard, 1996.

PHILIPPET, Jean, Le Temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes, 1919-1944, thèse pour le doctorat d’histoire, Institut d’études politiques de Paris, 1999.

PIETRANSANTA, Sébastien, Bergery, Déat, Doriot et l’encadrement de la jeunesse : objectifs, réseaux, organisation (1933-1944), thèse pour le doctorat d’histoire, université de Paris X-Nanterre, 2005.

SOUCY, Robert, Fascismes français ? 1933-1939. Mouvements antidémocratiques, Paris, éditions Autrement, 2004.

Notes

1 Ces différentes thèses sont soutenues ou récapitulées dans les ouvrages suivants : Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986, chapitres 11 à 15 ; Jean-Paul Brunet, « Un fascisme français : le Parti populaire français de Doriot (1936-1939) », article publié dans la Revue française de science politique, 1983, vol. 33, n° 2, p. 255-280 ; Philippe Burrin, La Dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery, Paris, Le Seuil, 1986, p. 305-342 ; Robert Soucy, Fascismes français ? 1933-1939. Mouvements antidémocratiques, publié en français en 2004, Paris, éditions Autrement, p. 293-387, édition originale en anglais en 1995. Également, la vaste synthèse de Pierre Milza, Fascisme français, passé et présent, Paris, Flammarion, 1987.

2 Les formations qui ont eu recours à ce terme de « populaire » visaient, pour certaines d’entre elles, à souligner leur implantation dans le peuple face aux puissances établies. C’est le cas des partis d’inspiration catholique de la première moitié du XXe siècle comme l’Action libérale populaire, le Parti démocrate populaire, le Mouvement républicain populaire. D’autres visaient surtout à exprimer une volonté de rassemblement (le Rassemblement du peuple français du Général de Gaulle). Il semble que dans le cas du Parti populaire français, cette double visée soit présente. Comment, également, ne pas évoquer le « Front populaire », que la droite appelait plutôt le « Front commun » ?

3 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, 1936-1944, Paris, Le Seuil, édition de 2001, p. 184, « l’engrenage de la peur ». L’été 36, écrit l’auteur, fut un moment « exceptionnel ». Mais « dire que tout y a commencé n’aurait guère de sens. Dire en revanche que des comportements déterminants se révèlent et se renforcent ne paraît guère contestable ».

4 Sans que l’on puisse parler d’une aile radicale et d’une aile modérée, dans une formation restée proche d’une association, on voit, à partir de 1936, certains éléments radicaux de cette formation, bien représentée au Parlement (60 députés en 1936), y jouer un rôle de plus en plus important : le très célèbre Xavier Vallat n’est nullement un marginal dans le parti, puisqu’il est nommé en 1937 vice-président du groupe parlementaire.

5 En remarquant toutefois qu’un effort de réorganisation et de restructuration est entrepris durant les années 1930 dans les « vieux partis ». Olivier Dard a pu écrire que « les formations aux structures réputées lâches commencent à s’organiser et à se structurer en se dotant en particulier d’organisations de jeunesse. » O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, Presses universitaires de France, 2002, p. 287.

6 En avril 1936, à la veille des élections générales, le mouvement publie son « manifeste », s’impliquant directement donc dans le champ politique, tout en se refusant à présenter encore directement des candidats ; Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque (1885-1946), ou les pièges du nationalisme chrétien, Paris, Fayard, 1996, p. 373 et suiv.

7 Sur ce point, dans les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest (Anjou, Maine, Poitou, Touraine), 2002, tome 109, n° 3, p. 57-156, le dossier sur « La recomposition des droites dans les années trente ».

8 Archives de la préfecture de police de Paris, rapport du 8 juin 1937, BA 2002.

9 La municipalité de Saint-Denis qu’il dirige jusqu’en mai 1937 apporte une aide aux grévistes de l’été 36, tout en condamnant fermement les fauteurs de grève communistes. Philippe Burrin et Robert Soucy, op. cit..

10 Il avait lancé son appel pour un Front de la liberté, non seulement à toutes les formations de droite et du centre, mais encore au Parti radical-socialiste et à l’Union socialiste républicaine, membres de la coalition de Front populaire et qui participaient à ce titre au gouvernement.

11 Laurent Kestel, De la conversion en politique. Genèse et institutionnalisation du parti populaire français (1936-1940), thèse pour le doctorat en science politique, Université de Paris I, 2006.

12 Sur le Front de la liberté, Philippe Mâchefer, « L’union des droites, le P.S.F. et le Front de la liberté, 1936-1937 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1970, p. 112-126 ; Jean Vavasseur-Desperriers, « Les tentatives de regroupement des droites dans les années trente », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 109, année 2002, n° 3, p. 70-76.

13 C’est ainsi que disparut le Faisceau de Georges Valois, qui présentait son « national-syndicalisme » comme un « fascisme » véritable.

14 Bien entendu, cette question de l’attachement au régime parlementaire de la Fédération républicaine pose problème, dans la mesure où un certain nombre de ses notables et de ses dirigeants ont soutenu Vichy. Farouches opposants (parlementaires) au Front populaire, les hommes de la Fédération ont soutenu Daladier, mais sans avoir de représentants à son gouvernement.

15 Brunet, art. de la Revue française de science politique, déjà cité, p. 261-262. Burrin, La dérive fasciste…, p. 320. Soucy, Fascisme français ?…, p. 348 et suiv.

16 JO, Documents parlementaires, 1937, p. 49, annexe n° 1737, séance du 21 janvier 1937.

17 Le Cour Grandmaison était seulement « apparenté au groupe de la Fédération républicaine. C’était un orateur de premier plan, diffusant infatigablement la doctrine sociale catholique, dans sa version conservatrice. Le 6 juin 1936, jour de l’investiture du gouvernement de Léon Blum, il prononce un discours hostile au libéralisme économique, exprimant son opposition sans réserve à « l’anarchie libérale actuelle, génératrice de scandales et de misères ». La proposition de loi s’ouvre par une condamnation du libéralisme économique, « qui conduit ainsi au socialisme d’État par une voie qui n’est paradoxale qu’en apparence, libéralisme et collectivisme n’étant que les deux rameaux d’une même souche : l’individualisme. »

18 L’exposé des motifs citait quatre exemples de régime corporatif : l’Autriche, l’Italie, le Portugal, l’Allemagne, ajoutant : « il ne sert de rien de remarquer que leur régime politique est autoritaire. Il s’agit de savoir si le régime corporatif a soulagé leur profond malaise économique. »

19 R. Soucy, op. cit., p. 350 ; J.-P. Brunet, Doriot, p. 257.

20 La proposition de Doriot restait vague. R. Soucy (op. cit., p. 349) estime à juste titre que ce projet, in fine, consistait à s’en remettre au paternalisme traditionnel.

21 P. Burrin, op. cit., p. 320 et 357.

22 L’UPJF présentait de nombreuses analogies avec les Jeunesses communistes : on retrouvait ici, au moins sur le plan organisationnel, l’influence de l’organisation dont étaient issus Doriot et plusieurs autres dirigeants du parti.

23 P. Burrin, op. cit., p. 306.

24 Sébastien Pietrasanta, Bergery, Déat, Doriot et l’encadrement de la jeunesse : objectifs, réseaux, organisation (1933-1944), thèse pour le doctorat d’histoire, université de Paris X-Nanterre, 2005, p. 162.

25 Voir la thèse, monumentale et essentielle, de Jean Philippet : Le Temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes, 1919-1944, thèse pour le doctorat d’histoire, Institut d’études politiques de Paris, 1999, p. 912.

26 La Nation, 4 mai 1935, indique la participation de dix parlementaires du parti au pèlerinage de Lourdes. Bien qu’il s’agisse d’actes individuels et non d’une démarche engageant le parti en tant que tel, la mention est significative.

27 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot, du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986, p. 258 et suiv.

28 Cf. note 16.

29 Ceci est énoncé dans une brochure intitulée : Fédération républicaine, Parti républicain national, Ce que nous sommes, notre programme, nos réalisations, Paris, 1937. Plus précisément cette édition date de mars 1937.

30 En clair, dans une société organique, le débat politique de type parlementaire, où la décision résulte de la confrontation d’opinions opposées, sanctionnée par un vote, perd de son sens dans une formation sociale au sein de laquelle tout débat de ce type devient inutile dans la mesure où le respect des lois sociales « naturelles » rend vaines de telles discussions. Mais il s’agit bien là d’une forme de radicalisation.

31 Par exemple, le militantisme de la Ligue des patriotes. Mais les mouvements « conservateurs », au départ réticents devant ce type d’attitude, avaient été à partir des années 1900 fortement influencés par ces schémas idéologiques. Bertrand Joly (Nationalistes et conservateurs en France, 1885-1902, Paris, les Indes savantes, 2009, p. 205) oppose les « vieux libéraux orléanistes » aux jeunes, qui acceptent « avec empressement » l’antisémitisme maurrassien.

32 Une déclaration du bureau politique de mars 1938 parle du « judéo-bolchevisme ». R. Soucy, Fascisme français…, op. cit., p. 386. Aussi, Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot…, op. cit., p. 264.

33 Dans certains groupes de province, on peut relever ici et là des prises de position antisémites. Mais, comme au plan national, aucune réprobation.

34 Éditée par La Nation, l’organe officiel du parti, la brochure a été rédigée par Pierre Rossillion, proche collaborateur de Louis Marin, et par Prosper Josse, ancien député venu du nationalisme.

35 Cette allusion à Munich, complétée par la dénonciation des menées communistes tendant au déclenchement d’une guerre civile, résumait parfaitement l’obsession de la droite conservatrice : une guerre étrangère entraînerait inévitablement une révolution intérieure. Sur ce point, William Irvine, French Conservatism in crisis: the Republican Federation of France in the 1930s, Baton Rouge, Louisiana Press University, 1979.

36 Philippe Burrin, Doriot, Déat, Bergery…, p. 306.

37 Sur ce point, Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque… op. cit. Albert Kéchichian, Les Croix-de-feu à l’âge du fascisme, Paris, Champvallon, 2006.

38 Préface d’Antoine Prost à l’ouvrage de R. Soucy, Fascismes français…, p. 16.

39 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot…, op. cit., p. 231.

40 Sébastien Pietrasanta, Bergery, Déat, Doriot, op. cit., p. 320.

41 Robert Soucy, Fascismes français ?…, op. cit., p. 336. Kevin Passmore, s’appuyant sur des études effectuées au plan local, estime également que le PPF n’entama pas l’implantation communiste en milieu ouvrier et bénéficia surtout de l’appui des classes dominantes et moyennes.

42 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot…, op. cit., p. 241 : « Dans le fonctionnement et l’administration du parti, comme dans la définition de sa politique générale, Doriot était le seul maître et personne n’y trouvait à redire. » Il faut toutefois souligner que les rapports avec les autres dirigeants étaient plus compliqués, puisque plusieurs d’entre eux le quittèrent en 1938, alléguant, entre autres raisons, la trop forte concentration des pouvoirs entre les mains de Doriot.

43 S. Pietrasanta, Bergery, Déat, Doriot,… op. cit., p. 230.

44 Jean Philippet, Le Temps des ligues…, op. cit., p. 540.

45 Bien entendu, le culte de la personnalité est propre à d’autres types de régime totalitaire que le fascisme, puisqu’il se développait largement en pays communiste.

46 Voici par exemple celui de la Confédération française des travailleurs chrétiens, datant des années 1920 : Travailleurs chrétiens de tous métiers/tendons-nous une main loyale et fraternelle/unissons nos efforts par milliers/pour instaurer la cité professionnelle.

47 Le drapeau national ne peut, dans la perspective du patriotisme traditionnel, porter d’insigne particulier, puisqu’il est le symbole même de l’unité de la nation. Il faut relever toutefois que, pendant la Seconde Guerre, les Forces françaises libres ont dû adopter un signe distinctif, la croix de Lorraine, dans les circonstances que l’on sait.

48 Jean Philippet, Le Temps des ligues…, op. cit., p. 784.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540