Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie II. Les droites classiques face aux droites radicales : répudiations et convergences

Le Parti social français (PSF), obstacle à la radicalisation des droites. Contribution historique à une réflexion sur les droites, la radicalité et les cultures politiques françaises

Jean-Paul Thomas

Texte intégral

Deux prologues

  • 1 La longueur de cette communication, qui en découle, nous a imposé de sacrifier la plupart des notes (...)

1On s’excusera de la longueur de l’introduction, imposée par une démarche inhabituelle : la genèse de cette communication sur le PSF – fondé en 1936 par le colonel de La Rocque, précédemment président du mouvement Croix de feu – vaut problématique1.

2La réaction de son auteur, quand elle lui a été demandée, a été d’objecter qu’il était peu évident que le Parti social français eût sa place dans un colloque sur les « droites radicales ». S’il a finalement surmonté cette réticence, c’est certes par amitié pour Jean Vavasseur-Desperriers, garant de la qualité scientifique du colloque selon les critères de la corporation historienne. C’est aussi en considération de deux arguments qu’il faisait valoir.

3En premier lieu, il précisait que la notion de radicalité était là employée avec une marge de flou, hors de son sens le plus courant. Il reste que c’est encore plus une question. L’adjectif « radical » s’applique-t-il ici à une droite « inconciliable », ou culturellement inassimilable ? Ce n’est pas le cas du PSF qui, s’il venait bien d’une culture étrangère à celle qui prétendait définir la tradition républicaine, fut obsédé par l’idée de la « réconciliation ». L’indéfinition de l’objet jusqu’à un certain point est après tout très naturelle comme première approche d’une question historique. On en est d’autant mieux convenu qu’elle est adéquate au second argument : que l’objet du colloque portait aussi sur les relations entre les droites en général et les dites droites radicales. À ce titre, le fait essentiel concernant le PSF est sa double fonction de barrage contre la radicalisation et de réintégrateur – c’est-à-dire qu’il contribua, parmi d’autres aspects et dans une histoire de plus long terme, à la réintégration dans le consensus républicain d’une certaine droite catholique qui s’en était, exclue.

4Il est vrai que cette donnée qui soustrait le PSF au classement dans un conglomérat des droites radicalisées souligne d’une autre manière que ce parti et l’héritage dans lequel il se coulait eurent un contact avec elles ; et que des images en sont restées à tort ou à raison. C’est ce qui justifiait la discussion à la fois incisive et ouverte, donc stimulante, de Keith Dixon dans le débat : « On se demande alors comment cette réputation a pu trouver un tel crédit… » – Nous renvoyons plus loin notre réponse, partielle faute de place, à ses questions.

5Un second prologue s’impose : la notion des « droites radicales » a été récemment un instrument polémique de la part d’auteurs parfois étrangers à la recherche historique. Il appuyait en des termes aussi déplaisants (« apologétique ») qu’incongrus dans ce qui aurait dû être un débat scientifique leur dénonciation d’une « école » française d’histoire politique, supposément esclave des catégories « essentialistes » de René Rémond : en bref, il leur permettait d’en faire un tout avec le fascisme, que les classements trop pointilleux prêtés à la dite école aurait eu pour fonction d’évacuer de l’histoire nationale.

6On ne pouvait l’ignorer au moment de l’annonce de ce colloque : le programme annonçait une communication de leur chef de file, le politologue Michel Dobry, sur l’historiographie de la question. L’attribution était surprenante alors qu’il s’est abstenu depuis vingt ans – à quand remonte son premier article sur le sujet – de tout contact avec les nombreux historiens qui, au cours de cette période, ont (profondément) renouvelé l’histoire des droites en France dans la première moitié du XXe siècle. Quoi qu’il en soit, il s’est finalement désisté ; mais l’intitulé attribué à la communication orale qui devait être en réponse – « Éléments de réflexion méthodologique » – est rappelé, amputé d’une méthodologie, dans le titre de cette version écrite. Il ne s’agissait pas de défendre les maîtres d’une génération historienne précédente, qui ont les épaules assez larges pour le faire eux-mêmes, mais de rappeler des règles que peut illustrer l’exemple du PSF : c’est en effet contre cette formation que se sont récemment concentrés les feux réducteurs de Dobry et d’autres, faisant de son cas la « dernière ligne de défense » de l’hypothétique « école » incriminée. Le débat n’ayant pas eu lieu, cette introduction n’a pas pour fonction d’y suppléer : on se contentera de souligner au passage ce qui leur répond.

7On ne peut du reste faire un tout d’auteurs associés récemment à Dobry, d’autant moins que certains cosignataires (dont Robert Paxton) des ouvrages collectifs dirigés par lui ou par son alter ego éditorial Brian Jenkins sont étrangers à sa querelle contre l’« école » qu’il incrimine, aussi bien qu’à son procès particulier du PSF. On désignera donc nommément ceux, Robert Soucy et Zeev Sternhell, qui lui sont explicitement réunis par l’identification du PSF comme désormais au centre de la question du fascisme ou de la radicalité – selon l’un ou l’autre car chacun en a une approche différente qui nous oblige à préciser les points d’achoppement.

8À défaut de travail historique, Dobry développe une rhétorique conceptuelle. Dans un même mouvement il dénonce une occultation du fascisme en France, selon le titre explicite de son livre, et en refuse toute définition, au nom d’un principe qu’il décrète : le définir serait s’enfermer dans une catégorie « essentialiste »… Ce qui a surtout la commodité de l’autoriser à manier l’instrument polémique plus « attrape-tout » des « droites radicales », entre lesquels n’existent selon lui que des « décalages de distinction » (sic), tout en le prétendant au dessus de toute discussion : seule une histoire apologétique oserait prendre en compte comme essentielles les différenciations tactiques, ostentatoires ou superficiellement idéologiques entre concurrents, qu’ils soient ou non nommément fascistes. On est dans le domaine de l’insinuation au contraire du matraquage de Robert Soucy qui fait du fascisme un usage qualificatif immodéré autant qu’extensif. Le ton de son réquisitoire contre le PSF est donné par un « Ce qu’il y avait d’hitlérien chez La Rocque » », qui pourrait nous dispenser de commentaires si son acharnement depuis plusieurs décennies n’avait fini par en faire l’inspirateur d’épigones : l’un et les autres s’accréditent mutuellement par citation circulaire. Ils sont abusivement présentés par les associés de Dobry comme partie prenante d’un regard étranger supposé plus critique que la prétendue école apologétique française. Bien entendu, il ne s’agit que d’un argument polémique pour une filière monomaniaque, alors que les mêmes sélectionnent leurs auteurs de référence, fussent-ils anglo-saxons : le regretté et trop nuancé Eugen Weber est par eux récusé.

9On regrette que le cartel éditorial réuni par Dobry oblige à ajouter Zeev Sternhell : la critique à son égard ne saurait s’étendre à l’ensemble d’une œuvre dont chacun reconnaît la contribution à une relecture discutée mais féconde de l’histoire française du début du siècle. Plus que Soucy, il a du mal à s’accorder au refus incohérent des définitions par Dobry. On sait qu’il voit les sources du fascisme au confluent idéologique d’une gauche révisionniste et d’une droite radicalisée, en France au tournant des XIXe et XXe siècles. Prolongeant maintenant ses pistes en amont et en aval, il recherche des continuités européennes trop amples. On lui reconnaîtra le mérite de nous obliger à établir quelles spécificités françaises n’apparaissent qu’à une échelle d’observation plus approfondie.

10Le plan de ce qui suit part de l’« étrangeté » culturelle hors de laquelle on ne peut comprendre le phénomène PSF, pour le soumettre ensuite au test des événements qui établissent sa fonction historique modératrice et réintégratrice. Ce n’est pas une réponse à un auteur particulier puisque la communication traite l’objet pour lui-même : le PSF dans l’histoire des droites ; et plus ponctuellement dans la perspective comparatiste franco-britannique de ce colloque. Mais à cause du bruit de fond polémique qui finit par obscurcir sa perception, la seconde partie inclut en son milieu le redressement des graves et systématiques déformations colportées dans le sillage de Robert Soucy, qu’on ne saurait laisser accréditer par une longue répétition éditoriale en diverses langues dont l’anglais.

Le PSF : une culture étrangère au modèle dominant.

11Le mot « étrange » a souvent été écrit à propos du PSF : c’est souligner que sa compréhension pose un problème à déchiffrer. On peut choisir de le traiter lapidairement : la radicalité hypothétique du parti serait selon Dobry la version honteuse d’un antirépublicanisme n’osant ou ne pouvant être assumé ouvertement. En fait et bien moins tortueusement, il ne venait que de sources étrangères à la culture républicaine classique, à la fois en tant que culture politique au sens général et dans sa version particulière forgée par l’histoire française. Mais cette sorte d’étrangeté justifie-t-elle une incrimination comme antirépublicaine ?

Les trois sources fondamentales

12Le PSF a été fondé en un moment favorable qui lui permit d’agréger trois sources bien différentes mais compatibles et de faire son tremplin de leur synthèse approximative. Les deux premières étaient étrangères intellectuellement à une culture politique. Elles se sont paradoxalement accordées avec la troisième, d’un apport ultérieur et ancrée dans une culture politique républicaine native.

13La source fondatrice était l’héritage du mouvement Croix de feu, dont le PSF revendiqua la continuité comme celle d’une « mystique » et d’une légitimité venue des anciens combattants. Il importe à ce stade de comprendre en quel sens : le modèle revendiqué fut celui du peuple des poilus, et non d’une camaraderie de type « corps franc » ou Arditi pouvant être préfascisante. C’est le sens de l’adjonction des Briscards, simples combattants des premières lignes, aux Croix de feu, par la volonté de La Rocque – on rappelle qu’il n’était pas le fondateur de l’association, à l’origine limitée aux décorés. Il y rentra avec un projet explicitement éducatif, qui l’amena à créer ensuite les Volontaires nationaux, ouverts à tous : selon son discours, longuement délayé dans Service public, les vrais combattants, ceux des tranchées, y avaient découvert la fraternité et devaient en transmettre la « bonne nouvelle » aux plus jeunes générations. Le langage d’une semence évangélique ne pouvait occulter que cette vision n’était pas neutre. Le souvenir de l’Union sacrée de 1914 était relu en une version commune aux droites, comme ayant vocation à devenir permanente, alors que les gauches l’avaient toujours comprise comme une simple suspension des divisions politiques pendant la guerre. L’incompatibilité n’était toutefois pas absolue : l’idée que l’expérience vécue en ce temps avait fait apparaître leur relativité ébranlait même quelques frontières culturelles des gauches.

14Les Croix de feu induisent la question du nationalisme. Leurs fondateurs étaient issus de cette tendance. Et même après leur éclipse par La Rocque, l’association demeurait celle d’une espèce minoritaire des anciens combattants concevant la paix comme garantie par une vigilance absolue devant l’application des traités. Pourtant cette qualification d’un nationalisme est toujours à définir selon le sens qu’on entend donner au mot ; et à ce premier stade manquent les pistes explicites : il n’était pas revendiqué comme tel et était secondaire dans la culture de La Rocque ; et ce ne fut jamais une étiquette politique mise en avant par le PSF ni même par les Croix de feu, à la différence d’autres ligues comme les Jeunesses patriotes.

15La seconde source où puisa le PSF fut l’héritage catholique social. Elle était dès le temps des Croix de feu la marque très personnelle de La Rocque, dont les écrits étaient parfois une exégèse directe des encycliques. Elle fut aussi un facteur du succès, allant au devant d’une sensibilité largement répandue dans sa clientèle ; et le facteur agglutinant par excellence, à un double titre. D’une part la masse croissante des militants fut attirée et fixée par un activisme social débordant, mêlant une débauche de sentiments à celle de la sociabilité, des actions de solidarité, d’éducation populaire et d’assistance jusqu’aux manifestations festives. C’était résoudre sans calcul un problème bien connu des partis : comment occuper les militants hors des élections, pour éviter leur déperdition ? D’autre part ce fut encore un vecteur d’ouverture en direction de bien d’autres familles : celles qui étaient culturellement proches, de mouvements relevant de l’Action catholique jusqu’à des démocrates chrétiens et à des syndicalistes de même tendance ; et au delà, dans diverses gauches.

16La dernière source fut la greffe d’un centre droit républicain au temps du PSF. On la mettra en évidence plus loin. Mais d’ores et déjà ce colloque franco-britannique autorise une parenthèse intéressante : elle aide à comprendre ce qui rassembla sans trop de dissonances ces héritages et expériences hétérogènes.

La trace significative de regards sur la Grande-Bretagne et le monde anglo-saxon

17On trouve dans les itinéraires culturels et personnels aboutissant au PSF la trace discrète de regards multiples sur la Grande-Bretagne, dans des modèles ouverts.

  • 2 Mlles Bassot, Diemer, Les Centres sociaux, Cahiers du Redressement français n° 20, s.d.
  • 3 Ibid., pp. 41-42.

18On la voit dans un courant d’origine catholique sociale aussi méconnu que fondamental : celui des premiers Centres sociaux, nés au tournant du XIXe et du XXe siècle. On retrouve derrière les œuvres Croix de feu puis PSF ses figures emblématiques, Marie-Jeanne Bassot, morte en 1935, et Marie Diemer : décédée en 1938, elle eut un rôle plus durable ; et la directrice de l’action sociale PSF, Jeanne Garrigoux, avait été l’ultime confidente de la première. Or, bien que les fondateurs – et surtout fondatrices – aient créé leur modèle en toute indépendance, ils trouvèrent un très grand intérêt dans des expériences anglo-saxonnes : celle des Settlements britanniques, et américains secondairement ; et ils furent partie prenante d’un mouvement international. Le manuel de Mesdemoiselles Bassot et Diemer sur l’organisation des Centres sociaux2 développait longuement cet exemple, jusqu’à utiliser le mot settlement à leur usage en France. On remarque l’intérêt d’un courant né dans le giron conservateur pour le modèle beaucoup plus avancé de Toynbee Hall, dont ils reconnaissaient l’antériorité (sans parler de l’expérience américaine de Jane Addams, dont M.-J. Bassot et M. Diemer soulignaient la volonté d’intégration des immigrants : contribution d’une pacifiste internationaliste à l’unité nationale) ; et l’ouverture religieuse d’un milieu catholique en direction du monde protestant (et recevant en retour quelques convertis, dont était Marie Diemer). Elle était dans la droite ligne de la laïcité proclamée dès l’origine par ce courant au début du siècle, au scandale des traditionalistes ; et nécessaire alors que la cible était l’éducation populaire et qu’il fallait de surcroît se concilier des municipalités de gauche – celle de Levallois, où se trouvait la maison-mère, était socialiste. Cet héritage inspira la formation des travailleurs sociaux spécialisés du PSF et leur espoir paradoxal d’un terrain neutre. Le PSF suscita la création de Centres sociaux par des associations indépendantes, ce qui appliquait tant bien que mal le conseil « d’écarter du Conseil d’administration les noms qui donneraient un caractère trop exclusif de parti »3. Des brochures laissaient deviner leur mouvance avec discrétion par trois citations : de Mesdemoiselles Bassot et Diemer ; de Quadragesimo anno ; et du livre de La Rocque, Service public, sans en nommer l’auteur.

19L’orientation politique du PSF portait aussi quelque influence britannique. Le directeur du Bureau politique, Edmond Barrachin dont on évoque plus loin le rôle décisif, était un parfait connaisseur de la société d’outre-Manche, d’un bilinguisme des élites remontant à sa plus tendre éducation. Il décrivait le PSF comme une force tendant à imposer une bipartition de l’échiquier politique, clarifiant le choix pour l’électeur à l’instar des partis britanniques. Il était avalisé sur ce point par La Rocque qui l’avait choisi pour diriger la politique électorale. Le modèle social du PSF était moins comparable ; mais parmi les parlementaires sympathisants à ce moment, Henri de Kérillis, affirmait que le succès du parti était dû à sa conformité au modèle organisationnel de l’Union nationale conservatrice en Grande-Bretagne : reposant sur la synergie entre une élite à vocation dirigeante et parlementaire, et des satellites populaires. C’était peut-être un contresens partiel sur le style d’un PSF qu’il situait dans l’héritage, nommément, de l’orléanisme – qu’il complétait toutefois par une comparaison avec la capacité d’attraction du radicalisme. Ce qui sonnait plus juste était l’orientation qu’en déduisaient ces républicains de centre-droit : le succès du parti était aussi celui d’une formation captatrice parce qu’alliant à son ancrage dans une moitié de l’échiquier politique, en l’espèce de droite, une large capacité d’ouverture au centre.

20Le point commun de ces regards divers est leur liberté : celle de courants affranchis des balises politiques contraignantes et, quant aux parlementaires sympathisants, de personnalités indépendantes. On n’est pas moins fondé, revenant à la scène française, de s’interroger sur une contradiction apparente : entre l’apolitisme proclamé par les uns et la profession politique des autres.

L’« apolitisme » au cœur de l’étrangeté PSF : entre idéologie unitaire et incapacité à penser la politique

  • 4 Malade, et décédé au début de 1937, Franklin-Bouillon soutint le PSF naissant, dont le directeur du (...)

21La dévalorisation de « la politique » qui « divise » était contenue dans l’héritage de l’idéologie PSF. C’était le jargon banal du mouvement combattant en général et non seulement de sa version Croix de feu. La guerre vécue et son souvenir laissaient une empreinte psychologique profonde, la conscience d’avoir aperçu une vérité des rapports humains, sous le regard de la mort, relativisant toute autre expérience. Le jugement frappant les conflits politiques comportait au demeurant une marge : entre vanité, obsolescence ou simplement relativité, la dernière appréciation pouvait ne pas être le simple habillage « apolitique » d’un parti pris de droite. Antoine Prost relève indifféremment de l’Union nationale des Combattants à l’Union fédérale, réputée plus fortement « républicaine », le même vocabulaire privilégiant l’« action civique » et défiant devant les formules « périmées », « dogmatiques », « sectaires » ou intéressées des partis. On ne peut du reste séparer cet état d’esprit, comme un folklore d’anciens combattants rabâchant leur magistrature morale, des enjeux concrets d’une époque de menaces fortement ressenties. Il eut une emprise au delà d’une droite relisant l’Union sacrée à travers son propre prisme idéologique et fut un facteur de perturbation des frontières politiques dans l’entre-deux-guerres. Les vagues successives de radicaux indépendants qui se séparèrent de la maison valoisienne en étaient la plus claire manifestation. La plus marquante fut celle que conduisit Henry Franklin-Bouillon en 1927, au nom de l’Union nationale. C’était celle d’un patriote inquiet. Sa lucidité remarquable devant la menace allemande en 1935-36, à la veille de sa mort, interdit de réduire à l’étiquette sommaire du nationalisme l’intransigeance qu’il partageait avec les Croix de feu quant à l’application des traités4.

22La greffe catholique sociale fut naturelle sur l’entraide entre anciens combattants, sans que leurs principes se confondent : le fondement de la seconde était laïque. Si La Rocque maintint soigneusement la distinction des domaines, son discours était empreint de religiosité ; elle était en phase avec l’imprégnation majoritaire de son temps, éventuellement ressourcée dans le souvenir de la tragédie. Comme dans toute idée rassembleuse, le flou et les sentiments recouvraient des héritages diversement accentués. Bien en deçà, depuis la fin du XIXe siècle, le catholicisme social avait porté la fuite d’une droite catholique hors d’une « horreur politique » qui n’était rien d’autre que sa propre défaite devant l’individualisme et le laïcisme républicain. Et plus durablement un apolitisme non neutre était sans doute une tendance répandue dans les droites diverses, même moins marquées de catholicisme : la conflictualité serait inhérente à la gauche. En bref, on devine une gradation de ce sentiment ambigu, d’une prostration réactionnaire à une simple et confuse banalité.

23La synthèse de l’ensemble, antérieurement à la strate apportée par les élites politiques ralliées, était un mixte de confusion et de vertu : la culture fondamentale tirée des deux premières sources ne conduisait pas à l’affrontement civil pour la même raison qu’elle ne pouvait penser la politique. Les deux aspects sont peu dissociables. L’« apolitisme » militant était faible intellectuellement et appuyé sur le seul flot des bons sentiments. Plus profondément, il reposait sur une double incompréhension : celle de la division politique mais plus encore celle du relativisme politicien – objet d’une contemption morale ou primaire. À un niveau le plus élaboré, la récusation de la notion partisane remontait à l’étymologie : un parti exprimait la partition des intérêts matériels et moraux en regard de ce qui est commun. En regard, et à défaut d’une vision claire de la confrontation politique, le discours unitaire fondait une certaine capacité à penser le nécessaire compromis à partir d’une vision sociale : la réconciliation ne pouvait passer par le mépris des traditions respectables de l’autre. Les allusions évangéliques pouvaient être incongrues comme formule politique, telles cet « Aimez-vous les uns les autres » qu’on retrouve jusque dans des professions de foi électorales ; elles ne pouvaient non plus être sans effet sur la conscience militante.

Comprendre la coupure des Croix de feu au parti PSF

24La revendication de « la mystique Croix de feu » par le PSF ne saurait accréditer l’amalgame contraire à toute démarche historique qu’en fait Robert Soucy sous la dénomination « CF-PSF ». Il y a bien eu, au delà d’un changement d’image délibéré, une rupture : renouvellement des effectifs par amputation des anciens et adhésions massives au PSF ; défections pour raisons de fond mais diverses (intégrisme d’ancien combattant, refus de l’appellation partisane, rejet d’une modération imputée à La Rocque, ou de son acceptation passive de la dissolution) ; et surtout bien entendu le passage même de la ligue au parti.

25Pourtant cette rupture ne doit pas être comprise à contresens. Le PSF a certes été recentré par rapport à des éléments venus du mouvement Croix de feu qui se sont vite éliminés dans ce que La Rocque appelait avec satisfaction « l’épuration spontanée » : la démission de réactionnaires ou d’activistes tendanciels renforçant un refoulement organisé. Mais la notion d’une rupture a peu de sens entre deux organisations de natures différentes. Le contresens le plus immédiat porte sur la participation du PSF aux élections : nos adeptes du procès à charge la dénoncent comme un tournant de simple tactique au lieu de partir du fait premier que les Croix de feu ne pouvaient le faire par nature. Ce n’est pas la seule différence qui sépare typologiquement le parti de la ligue – de toute ligue car la problématique ne concerne pas la seule notion réductrice d’une « ligue de droite ».

26Une ligue se définit par son ambiguïté : elle défend un objectif de portée générale (dans le cas, patriotique et morale) relevant des choix de la cité ; en même temps, elle excipe à l’avantage de sa cause qu’elle est d’une hauteur l’emportant sur toute division partisane : c’est s’interdire de la défendre sur un terrain politique avoué, par la voie électorale. Elle agit donc par la pression, ce qui ne peut que limiter son ambition : c’est là qu’achoppait le projet national de La Rocque, pour qui la dissolution vint à point.

27En revanche et par la même nature, une ligue est, sauf exception sectaire du type AF, moins délimitée qu’un parti. En l’espèce, les Croix de feu étaient d’une porosité ouverte à toutes les tendances autoritaires du monde ligueur, sans que ce fût exclusif : quoique moins que par la suite le PSF, ils ont aussi attiré des gens venus de tous les horizons, et parfois d’une gauche indiscutable. Si le député sympathisant Félix Aubert, encore apparenté au groupe valoisien en 1936, était à ce moment un radical hors Front populaire, tel socialiste algérien, Jacob Benassayag fut membre de la SFIO et de la ligue jusqu’à la fin de 1934. Le rassemblement de la gauche le conduisit à la quitter mais, selon le témoignage de son fils, sans jamais renier l’inspiration des Croix de feu. Ils n’étaient pas moins fortement lestés à droite. La pénétration même d’une extrême droite semble mettre en cause les proclamations réconciliatrices ; mais la question se réduit quand on la divise. Des membres de l’Action française étaient souvent en service commandé de noyautage. Des éléments à double appartenance spontanée étaient plus confus que porteurs d’un projet : ceux de la Solidarité française, constituée par appel public dans les colonnes du Figaro en 1933, manquaient de consistance propre ; on les retrouve souvent assagis, comme d’autres qui venaient des Jeunesses patriotes et qui n’étaient parfois que nostalgiques du poincarisme. Le colonel refoulait les manifestations communes avec toute autre formation mais ne pouvait ni sans doute ne souhaitait s’opposer aux adhésions : n’avait-il pas écrit que socialistes et membres de l’AF pouvaient adhérer aux Croix de feu à condition de « laisser leur programme au vestiaire ».

28L’anticommunisme du PSF prolongeait certes celui de la ligue. On ne saurait en faire un marqueur culturel, tant il était naturel à cette époque et partagé jusque dans la gauche républicaine : les modalités, variables d’une famille politique à l’autre, relèvent de l’histoire événementielle. Les Croix de feu, citant parfois la brochure de l’Internationale communiste, signée Neuberg, sur L’insurrection armée, étaient peu aptes à percevoir les inflexions du Komintern depuis le temps de cette publication, d’autant qu’elles paraissaient tactiques et réversibles. Si un tel prisme put affecter leur perception du Front populaire, le PSF ne se distingua pas moins au sein des droites en affichant une critique de l’injustice sociale et l’ambition de ramener au bercail les brebis populaires qu’elle avait égarées. L’histoire du refus de l’affrontement par La Rocque relève de la partie suivante. On en restera ici à la récapitulation d’une tendance.

Les sources d’une allergie à la radicalisation des droites

29Cet intertitre ne répond en rien à une polémique de Michel Dobry sous le prétexte du mot « allergie ». En revanche on doit constater que le parti le plus nombreux de l’histoire de France – et donc aussi de l’histoire des droites en France – a vite drainé des foules allergiques à une radicalisation ; et qu’il était, à ce titre, emblématique de deux cultures structurant concurremment quoiqu’avec un ascendant inégal l’essentiel de la société française. Le succès du PSF, qui draina plus d’un million d’adhérents sans compter les satellites, reposa en définitive sur l’association confuse à la base mais pas vraiment contradictoire de ces deux cultures : la culture républicaine, dominante, une culture catholique dominée ; en présence du catalyseur que fut le souvenir et l’idéologie « ancien combattant ».

30La culture républicaine était dominante en France, au sens où l’a établi Serge Berstein : son ascendant s’imposait sur la scène politique et jusqu’à un certain point aux tendances minoritaires. Elle s’est imposée tout naturellement lorsque le mouvement issu des Croix de feu a dû – et voulu, de par La Rocque – abandonner le terrain de l’« apolitisme » effectif et l’ambiguïté ligueuse qui en découlait. Elle a été matérialisée par le rôle clé d’Edmond Barrachin et du Bureau politique. Cet état-major était issu majoritairement d’une culture de centre-droit républicain : outre Barrachin, l’ancien député de la Nièvre Jean de Nadaillac, comme lui venu des Radicaux indépendants, et Pierre de Léotard, formé dans l’Alliance démocratique ; ces « spécialistes » passés par le Centre de propagande des Républicains nationaux d’Henri de Kérillis, et dont le Directeur, beau-fils de François Piétri, était un « enfant du sérail », intégrèrent ceux qui venaient d’autres familles : Denys Cochin puis Charles Vallin. L’impulsion décisive de Barrachin, dans un partage concerté des tâches avec La Rocque, se lit dans ses archives comme dans celles de Léotard et de Cochin. Le bureau politique tenait l’agenda des réunions publiques du colonel, dont la direction morale faisait plus que se concilier avec la propagande électorale : le « social » et l’action politique étaient vus comme les deux branches d’une orientation stratégique et les instruments interdépendants du succès. Cette greffe a permis de dépasser un antiparlementarisme des années trente, plus ambigu qu’antirépublicain, qui avait pu imprégner le mouvement Croix de feu. Le dépassement s’inscrivait dans une tendance historique féconde : C’était aussi celui, dans un sens plus démocratique, d’une culture républicaine elle-même ambiguë par laquelle le parlement souverain était devenu un écran, théorisé avec le refoulement du droit constitutionnel de dissolution. Les théorisations inverses de Barrachin, répétées inlassablement dans les réunions publiques aussi bien qu’à usage interne, fondaient une république rénovée sur un gouvernement dont la force et la légitimité reposeraient eux-mêmes sur la clarté du choix demandé aux électeurs. Cette vision préfigure assez bien la cinquième République dont Barrachin fut des pères fondateurs, membre influent du Comité consultatif constitutionnel (où l’on identifie au moins six ex-PSF sur trente membres, sans préjudice de ceux qu’on ne peut identifier...) après avoir été, sous la Quatrième, ministre d’État chargé de la réforme constitutionnelle.

  • 5 La métaphore organique est antérieure au catholicisme : cf. les membres et l’estomac selon Menenius (...)

31La culture catholique était dominée au sens où elle ne pouvait investir la scène publique à sa convenance. Mais les éléments d’opposition dont elle aurait pu être porteuse (du reste dans les limites que traçaient ses horizons extratemporels) étaient tempérés par une propension à fuir la division politique. En dehors de l’inspiration très orthodoxe de La Rocque, dont on remarque la déférence à l’égard de Pie XI comme père de grandes encycliques, on a cité l’héritage paradoxal des préceptes de Marie Diemer pour les centres sociaux de la mouvance PSF : « sans distinction de convictions politiques ou religieuses, ni de situations sociales ». C’est à ce point qu’on doit comprendre le slogan fondamental de La Rocque : « le social d’abord », explicitement opposé au « politique d’abord » de Maurras (comme à « l’économique d’abord, expression du matérialisme barbare », selon un balancement cher à la tradition catholique). S’il pouvait s’apparenter à une vision organique, dans une société réconciliée (qu’exprimait une autre formule clé : « la réconciliation française »), elle était banale et loin des voies autoritaires d’un monde conservateur5. En ce qui concerne le PSF, le désamorçage d’un potentiel conflictuel est attesté par la naïveté même du troisième slogan, non moins favori, qu’on a déjà cité : « Aimez vous les uns les autres » !

32L’apport de l’héritage « ancien combattant » n’appelle pas à ce stade d’autre développement. On a établi plus haut pourquoi la version issue des Croix de feu, en un temps où l’inquiétude le disputait au souvenir, fut un catalyseur efficace des aspirations unitaires. L’aspiration à une « rénovation » républicaine et l’irénisme naïf en étaient d’autres facettes.

Le test de l’histoire : une vertu intégratrice à long terme, à contre-courant des années trente

33Si l’ancrage culturel doit être rappelé pour comprendre le phénomène PSF, on n’en fait nullement une preuve, tant n’importe quel héritage peut être détourné en son contraire sans vergogne. C’est dans les événements que doit être éprouvée la modération du mouvement de La Rocque. Ils imposent d’abord le test des années trente mais le bilan historique doit être prolongé dans un plus long terme.

Le test événementiel : le PSF, môle contre la radicalisation des droites

34On part ici d’une définition forte de la radicalité : l’assomption d’une dynamique d’affrontement. Cette tentation a traversé les droites françaises dans les années trente, mais non toutes et non sans interférence des « dérives » venues de la gauche, en premier lieu du doriotisme. Un examen approfondi interdit, non seulement de situer le PSF dans cette catégorie happée par les passions radicales, mais plus encore de considérer comme tactique l’ostentation qu’il fit de sa modération inverse.

35Le PSF naissant, en 1936-37, se heurta à une hostilité ouverte ou larvée des autres formations de droite et du centre. Des aspects tactiques se mêlaient inévitablement aux raisons de fond : le plus naturel était le refus de « perdre des plumes ». Les formations établies cherchaient tout autant à se distinguer du PSF, en défense contre son intrusion. Leur déperdition est constatable jusqu’au niveau de partis locaux tels que ceux qui formaient le microcosme politique alsacien. Les moindres, que le PSF cherchait à ménager, comme, nationalement, le Parti démocrate populaire (PDP, démocrate chrétien), étaient confrontés à des problèmes de définition. A fortiori les deux partis dominants de la droite et du centre droit, la Fédération républicaine et l’Alliance démocratique, étaient menacés numériquement, électoralement et dans leur raison d’être. Bien sûr le PSF lui même en rajoutait-il sur ce par quoi il entendait se distinguer : il se présentait éloigné de l’esprit politicien de tous les autres partis, au contraire d’eux s’adressant impartialement à toutes les classes et toutes les familles morales ; ce qui en faisait, à l’en croire, l’interprète du bien commun et une force incomparable, appelée à arbitrer toutes les élections. (On soulignera au passage que ce thème, martelé par Barrachin à longueur de meetings et de réunions internes, n’avait rien d’un discours de la force de frappe ni de la radicalisation). Et le rejet du Front de la Liberté proposé par Jacques Doriot en 1937 n’était pas séparable du refus de laisser « plumer la volaille » PSF par l’expert en cette méthode qu’était l’ancien leader communiste ; mais rien n’autorise à le réduire à cet aspect tactique alors que le fond était tout aussi important.

  • 6 Bien entendu au sens de la gauche de cette dénomination.

36L’orientation de La Rocque remontait à loin. Son refus de l’émeute le 6 février 1934 est reconnu. On doit rappeler qu’il fut suivi du refus de participer au Front national constitué par les Jeunesses patriotes et la Solidarité française, avec le soutien de l’Action française et d’un contingent de conseillers municipaux de Paris, « dans un contexte de brutalisation de la vie politique » pour citer Jean Vavasseur-Desperriers ; et surtout que la haine de l’extrême droite à son endroit était établie dès ce moment. La stratégie centriste qu’il avalisa à l’usage du PSF à partir de sa création en 1936 et sur les conseils d’Edmond Barrachin est moins connue mais pas moins réelle : elle tendait à capter la position centrale de l’échiquier au détriment des radicaux, au prix d’une récupération appropriée qui ne pouvait être neutre. Le directeur du Bureau politique faisait valoir que les procès en diffamation contre Tardieu et ses associés extrémistes avaient « rendu service » au parti en le coupant publiquement de la droite ; en regard, son « attitude pro-paysanne [avait] contribué puissamment à rapprocher [du PSF] les paysans radicaux hostiles aux communistes mais attachés à la République » : il s’agissait de gagner « la masse radicale du pays et les hésitants », dans le cas d’espèce heurtés par les grèves rurales de l’été 1936. Ce ne pouvait être dans l’affrontement des blocs : se démarquant précisément du projet du Front de la Liberté, la direction du parti soulignait que l’expérience du Front populaire, et « la majorité qui l’a faite ou l’a tolérée ne se désagrégera[ient] que dans un climat susceptible d’encourager la désaffection de son aile droite et de ses éléments restés patriotiques vis-à-vis de son extrême-gauche ». Soutenu sans réserve par La Rocque, Barrachin brûlait à plaisir les vaisseaux : en citant les nouveaux adhérents venus de la gauche, qui « auraient considéré comme [une] trahison de rentrer dans un bloc de droite » ; en publiant dans Le Petit Journal, organe du parti, ses assurances à un « postier républicain » dont la lettre affirmait qu’il lui était « impossible de voter pour un candidat que soutient la réaction au grand complet »… On voit mal comment une réorientation d’une telle ampleur, martelant les consciences militantes, aurait pu être de pure tactique. Les campagnes d’une presse conservatrice ou d’extrême droite (La Province de Rennes, Je suis partout) incriminèrent cette dissymétrie comme preuve que le PSF était dorénavant le parti des « nouveaux radicaux »6.

37S’il y eut une radicalisation, elle fut de sens inverse entre deux adversaires : le PSF accentuant son recentrage à l’opposé de la course d’une partie des droites vers les extrêmes. Seule l’absence d’une observation historique approfondie peut conduire certains auteurs à ignorer les preuves qu’en donnent la topographie politique des ralliements et des alliances et, par surcroît, leurs configurations régionales.

  • 7 Père du futur cardinal Veuillot, François Veuillot s’était opposé à l’emprise de l’AF sur L’Univers(...)

38Les familles qui se reconnurent dans le PSF furent de plus en plus sélectivement celles qui s’opposaient aux droites contrerévolutionnaires ou radicalisées. On est frappé par la continuité du parcours de personnalités morales emblématiques : vieux adversaires catholiques du nationalisme intégral (François Veuillot7) ; travailleurs sociaux d’inspiration chrétienne agissant sur un terrain laïc et dans un esprit de grande ouverture à l’instar de Marie Diemer… Quant aux courants, les nouvelles adhésions ou sympathies actives après les premiers remous de 1936-37 vinrent plus souvent du centre ou centre droit que d’une droite très marquée. À Nantes, siège d’une des plus grosses fédérations, les orateurs PSF les plus populaires étaient un ancien socialiste et un syndicaliste chrétien des chantiers navals, à côté d’un ancien orateur catholique vedette de la conservatrice Alliance nationale de l’Ouest, utile dans les campagnes de droite mais qui modérait son registre en rupture avec ses anciens amis. On trouve les mêmes nuances ailleurs. En Alsace, un des orateurs les plus populaires était l’ancien lieutenant de Camille Dahlet, autonomiste laïque issu du radicalisme local. Toujours à Nantes, les anciens responsables locaux du PDP étaient devenus des cadres du PSF. À l’échelle nationale, l’hostilité d’une partie des dirigeants démocrates chrétiens était impuissante à faire obstacle à une sérieuse attraction du PSF sur certaines de leurs ouailles. Ernest Pezet habillait d’une reconnaissance condescendante leur perplexité en 1939, au lendemain du ralliement du président des Jeunesses démocrates de la Seine, Jean Breton, au PSF. Dans un spectre plus large, parmi les nouveaux candidats annoncés pour les futures élections de 1940 et dont on peut identifier une étiquette électorale antérieure, les éléments naguère « Républicain de gauche » ou « radical indépendant », sans compter un ex- « radical-socialiste », étaient deux fois plus nombreux que les ex- « URD ». On a déjà signalé l’importance des connexions d’Edmond Barrachin dans le courant des radicaux indépendants. Certes doit-on nuancer l’enseignement de ces données : comme dans son petit groupe parlementaire, le PSF pêchait où il pouvait, c’est-à-dire d’autant plus parmi les « électrons libres » ; et, contre lui, la Fédération républicaine défendait mieux que d’autres son périmètre. Mais c’est ce périmètre lui-même qui est significatif : au delà des progrès en son sein d’une extrême droite ordinaire, il incluait dorénavant des royalistes avérés. Leur implication commune précédait la création du PSF mais elle crût à mesure de la rudesse de sa concurrence.

Le barrage contre le Front de la liberté ou l’échec d’une tentation des années trente

  • 8 Louis Marin s’abstint à point de participer au meeting parisien de fondation du Front de la Liberté (...)

39C’est au niveau régional qu’on observe le plus sûrement des faits identifiables. On se contentera d’un exemple : la polarisation en deux camps pour ou contre le Front de la Liberté apparaît plus crûment dans l’Ouest que sous un éclairage national et parisien superficiel. La proposition doriotiste, d’un bloc confédéral des droites sous prétexte de défense des libertés menacées par le front populaire, était adressée à tous les partis jusqu’au centre, radicaux et USR compris. Elle ne fut soutenue que par la Fédération républicaine8 et le PRNS de Taittinger, qui s’engagèrent activement ; plus discrètement par le Parti agraire ; localement par d’autres, notamment de l’Alliance démocratique dont les instances nationales l’avaient officiellement rejetée, voire de l’Action française qui n’avait pas officiellement été invitée. Le Front de la liberté, dont la vraie cible était le PSF, fut un échec. Il n’est pour cette raison l’objet que de brèves allusions : on risque d’oublier que les basculements événementiels ne sont évidents qu’a posteriori et qu’ils l’étaient moins au printemps 1937. L’enjeu était autant dans les provinces où étaient les plus solides bases des droites ; et les forces furent mobilisées de part et d’autre. Plusieurs grands meetings régionaux eurent lieu en juillet et août 1937. Le premier et le plus important eut lieu près de Nantes, au cœur du bastion conservateur de l’Ouest. Il révèle une entreprise de plus grande ampleur qu’on ne le supposait et une vedettisation de Doriot par le conglomérat de l’extrême droite (dont l’Action française), des notables monarchistes et conservateurs, de la Fédération républicaine, flanqués d’éléments radicalisés de l’Alliance démocratique : sa photo dans le journal-affiche l’annonçant relègue même Taittinger au rang de comparse dans une couronne indifférenciée que lui font les chefs parlementaires ou ligueurs de la région. La réunion devait être un tremplin national : le préfet rappelait l’annonce de 100 000 participants (ils furent 15 000), avec tous les parlementaires nationaux de l’Ouest (il en vint une douzaine) et 1 200 maires (il y en eut 38). L’échec fut scellé à ce moment, par la capacité de résistance d’un PSF attaqué nommément et en la personne de son président, bien plus que par le refus des formations centristes patentées. C’est dans la séquelle que monta la polémique contre les « nouveaux radicaux ».

40On peut difficilement classer le parti à l’extrême droite dans une telle configuration, selon le critère topographique obvie qu’en donnait naguère René Rémond : il avait beaucoup de monde à sa droite, dont un nombre appréciable de personnalités parlementaires excipant d’une étiquette républicaine formelle. Le succès du PSF fut de recruter des centaines de milliers de nouveaux adhérents au milieu des passions, pour ou contre, soulevées autour de son discours républicain et social. Comment un recentrage opéré dans de telles conditions eût-il pu être réversible ?

  • 9 J.P. Thomas, "Les effectifs du Parti social français", Vingtième siècle, n° 62, avril-juin 1999.

41On soulignera pour conclure ce point le bilan de l’évolution du PSF : à contre-courant des tendances lourdes d’une époque, par contraste avec le positionnement de plus en plus à droite d’une partie des modérés qui s’ouvraient à des alliances extrêmes. Les amis de La Rocque furent un barrage efficace contre la radicalisation en un moment crucial, du printemps 1936 au début de 1937, où une partie du pays, des deux bords, était saisie d’une fièvre aggravée par l’extrapolation des affrontements puis de la guerre civile espagnols. Plus encore que par un obstacle impavide opposé aux divers projets d’« autodéfense » qui fleurissaient, qu’ils n’étaient pas seuls à rejeter, c’est sur le terrain de la mobilisation politique des foules qu’ils imposèrent un tout autre cours. Fort de 800 000 adhérents à la fin de 1937 (et dépassant le million en 1939)9, le PSF est responsable de l’avortement, dès ce moment, du Parti populaire français de Jacques Doriot (PPF, sans doute guère plus 60 000 adhérents réels) dont la vigueur présumée sinon déjà les apparences fascisantes avaient tenté une importante fraction des droites françaises.

Redressements : des insinuations de Dobry à l’école divagante de Robert Soucy

42On s’abstiendra de toute supputation sur les raisons intellectuelles, peut-être diverses, de l’acharnement convergent de quelques auteurs contre le PSF. À son recentrage Michel Dobry oppose un doute imprécis qui diffère en apparence du procès plus grossier poursuivi par Robert Soucy et d’autres. Pourtant l’usage qu’en fait le livre dirigé par Brian Jenkins souligne que leurs jeux se répondent sur un clavier allant de la suggestion fuyante de l’un à l’incrimination explicite déversée par l’autre.

  • 10 Sean Kennedy, Reconciling France against Democracy. The Croix de feu and The Parti Social Français. (...)

43La méthode de Dobry est oblique : rien ne prouve que La Rocque ait été sincère ; et lui pense au contraire que ses desseins étaient ceux d’une hostilité sournoise au régime républicain, ce qui rend sans intérêt de savoir si son parti était ou non fasciste au sens « générique ». Cette pétition de principe donne le moins de prise possible à la réfutation : peut-on réfuter un soupçon ? Lui en revanche ne se prive pas de considérer comme démontrées de bien peu convaincantes équivalences. Le refus personnel de toute candidature par La Rocque prouverait sa « profonde aversion » pour la démocratie… (On ne résiste pas à l’envie de citer la réponse de De Gaulle à une même insinuation contre sa personne : « Faut-il être candidat pour être républicain ? »). À ce stade, on est obligé de constater, entre les auteurs en cause, l’identité d’une méthode consistant à laisser planer allusivement des marqueurs infamants sans justification. On ne saurait guère citer comme Croix de feu un Louis Darquier de Pellepoix qui adhéra en météore et les quitta aussi vite en 1935, faute d’avoir trouvé un soutien à son antisémitisme. C’est pourtant ce que fait Soucy, justement corrigé par Michel Winock. Dans le livre dirigé par Dobry, Didier Leschi, présenté comme spécialiste du « cas La Rocque », cite le tristement célèbre discours de Xavier Vallat contre Léon Blum à la Chambre en juin 1936 en laissant, sous prétexte d’un autre objet, le lecteur ignorer que son opposition à La Rocque était totale et, bien avant cette époque, sans appel. De même s’étonne-t-on de voir un auteur canadien, Sean Kennedy, longuement cité par Soucy dans le livre dirigé par Brian Jenkins, manier à l’usage des Croix de feu et du PSF, et dans une parfaite confusion, l’étiquette du nationalisme intégral dont il semble ignorer l’exclusivité maurrassienne mais qui a un fort pouvoir d’insinuation10 : on sait que le maître de l’Action française le définissait contre l’ennemi intérieur alors que la Rocque affichait une profonde répulsion de sa philosophie politique. Dobry se rapproche davantage de Soucy en produisant en annexe de son livre cité un texte imprimé de La Rocque du 1er janvier 1943, découpé par ses soins : amputé systématiquement de ses prises de distance à l’égard du gouvernement, aussi explicites que possible à cette époque de censure, et de son désaveu clair du projet de Milice ; privé d’un intertitre « République nouvelle » et des développements où le colonel se défend d’être antiparlementaire en un temps où les circonlocutions étaient inutiles ; et plus généralement de ce qui conduit à limiter le sens, sous sa plume certes confuse, de sa contemption du « régime des partis ».

44Le procès à charge instruit contre le PSF par Robert Soucy franchit plus clairement les limites, en une avalanche démonstrative déformant faits, textes et perspectives dans un sens systématiquement infamant. Elle risque d’impressionner le lecteur malgré un recul probable devant son style caricatural. Elle défie toute critique brève car c’est la litanie de dizaines d’assertions qu’il faudrait redresser au fil des pages. Devant nous contenter d’exemples, on renverra à celui que cite Michel Winock (voir note 1), et qui est une récidive puisque Soucy, déjà pris en faute naguère sur ce point par Jacques Nobécourt, tente de se justifier d’avoir « ajouté trois mots ». Il cite les mots « collaboration continentale » dans un livre de La Rocque de 1941 en ajoutant hors guillemets un avec les Allemands qui en viole délibérément le sens : la phrase et le chapitre où elle s’insère évoquent une reconstruction d’après-guerre. Le scepticisme qu’il maintient en jouant sur la date est d’autant moins admissible que le colonel avait évoqué une telle perspective européenne dès le début de la guerre en 1939. Winock conclut : « quel historien digne de ce nom peut se permettre d’« ajouter trois mots » pour mieux servir sa thèse sans se disqualifier ».

  • 11 Samuel H. Goodfellow, Between the Swastika and the Cross of Lorraine: Fascisms in Interwar Alsace, (...)
  • 12 Y compris l’appartenance aux Croix de feu puis la sympathie apportée au PSF de la part du député de (...)
  • 13 Sur l’antisémitisme en Alsace : JP Thomas, thèse citée, pp. 711-718, 733-735.

45Des doctorats américains et canadiens anciens ou récents, et des auteurs universitaires (dont W.D. Irvine), se réclament de Robert Soucy ou échangent avec lui d’interminables citations mutuelles, appelant de mêmes réserves méthodologiques. On a évoqué le risque d’une accréditation par colportage circulaire. Tel est remonté à Soucy par le canal de Samuel Goodfellow11, citant un mémoire étudiant, dont la source est un livre d’histoire locale, d’après une presse militante adverse… : le PSF aurait apposé à Mulhouse des affiches accusant les juifs de crimes fantasmatiques lors de la campagne électorale de 1936 (trois mois avant sa création...) ; cette démonologie est incompatible avec de multiples données contextuelles12 et plus encore avec le discours authentifiable du PSF alsacien, certes non indemne d’antisémitisme malgré la ferme répression de cette tendance par La Rocque ; mais Goodfellow a consulté les archives du Service d’Alsace et de Lorraine en ignorant les dossiers concernant ce parti (qui citent en revanche explicitement le travail d’agents provocateurs)13. C’est souvent ligne par ligne qu’il faudrait redresser, et souvent factuellement, le catalogue de Soucy et de ceux qu’il cite sur cette question infamante entre toute de l’antisémitisme.

La Rocque, le PSF et les juifs

46Soucy et ses épigones n’acceptent pas que La Rocque s’est opposé effectivement à l’antisémitisme. Quant à ce qui les dément, les limites de cette communication nous imposent d’en rester à son opposition active au Statut des Juifs de Vichy.

  • 14 Wormser fit plus tard deux témoignages sur l’attitude patriotique et antivichyste de La Rocque.

47La Rocque s’est opposé au Statut des Juifs avant même sa promulgation. Un témoin immédiat en est Jacques Doriot, injuriant dans Le Cri du Peuple du 20 octobre 1940 ceux qui se sont mobilisés contre : plus encore que « tous les démocrates chrétiens… tous les abbés » qui « ont arpenté les couloirs de l’hôtel du Parc », La Rocque a été le « défenseur le plus actif » des juifs ; et c’est ainsi qu’est perçu à Vichy son éditorial du 5 octobre dans Le Petit Journal. On n’a là que la confirmation de ce qui n’apparaît que dans une lecture attentive de cet article : ses propos sur « La question juive » pour franchir la censure (« les vasouillages et les emberlificotages dont il commence toujours à s’envelopper prudemment » selon la plume ici juste de Doriot) n’avaient d’autre fonction que de laisser passer sa conclusion fondamentale : le refus de « sanctions préventives auxquelles la plus exacte vigilance nationale n’aurait pas recouru avant notre défaite ». Doriot traduit ces formules contournées : « M. de La Rocque refuse de faire entre eux et les autres français la plus petite distinction » ; et il réitère le 23 : La Rocque a échoué « puisque le Statut a été promulgué ». On rappelle le contexte : la promulgation du Statut, adopté le 3 octobre, fut en attente quinze jours et n’eut lieu que le 17. Le 4, le colonel adressait par avion une copie de son article aux présidents de ses fédérations d’Afrique du Nord, faute de contact verbal direct ; cette urgence et la lettre d’accompagnement permettent de saisir sur le vif un enjeu fébrile : si une amputation apparaissait dans l’article publié – s’il devait l’être, car le papier était « encore chez le Ministre de la Justice » – sa diffusion devrait être retenue mais il serait encore moins question de faire circuler le texte intégral au risque des « plus graves ennuis » ; néanmoins, il aurait « par la force des choses et par le jeu de la censure… été étudié par les autorités officielles ». Poussait-il la naïveté jusqu’à croire peser sur le Garde des Sceaux Raphaël Alibert, auquel on voit qu’il n’avait nul accès direct et qu’il savait, et avait dit, le plus mal disposé à l’égard de tout ce qu’il représentait ? Espérait-il un plus haut recours, comme le suggère le témoignage des vieux clémencistes ? Georges Wormser raconte dans ses souvenirs sur Georges Mandel que le général Mordacq alla voir Pétain pour lui faire comprendre, avec son franc-parler d’ancien chef d’état-major de Clemenceau, qu’il allait « déshonorer [son] uniforme ». Il se heurta à un « Je m’en fous » et rompit définitivement avec un Maréchal dont il avait été l’ami. Wormser, note que « le plus indigné fut le colonel de La Rocque », semblant indiquer que ce dernier était en contact avec Mordacq à ce moment14.

48On ne peut répéter les multiples sources archivistiques et policières confirmant que l’opposition de La Rocque au Statut des Juifs et à ses effets concrets fut constante jusqu’à son arrestation en 1943. Cette fermeté en actes interdit de juger lapidairement une contradiction. La contrepartie de la prise de position publique qu’il avait osée fut certes une grave inconséquence : son éditorial concédait une distinction entre la métropole et l’Algérie et la mise en cause du décret Crémieux. C’était cautionner la vieille querelle locale qu’un communautarisme d’une partie des juifs nord-africains était la conséquence de leur naturalisation en un seul bloc par ce décret de 1870. On notera toutefois que sa concession, là encore en termes contournés, faisait glisser le sens du mot « annulation », circonscrit par celui de « révision » (après « enquête générale »). Elle était loin de ce que fut l’abrogation effective du décret par Vichy, pure et simple et brutalement aggravée de discriminations supplémentaires (dont celles même qui découlaient du Statut des Juifs). Quant à cette faute indiscutable, un examen est impossible ici et l’auteur doit renvoyer aux références de sa thèse citée et à l’article en préparation. La position de La Rocque est en tout cas contenue dans sa récusation du Statut car elle porte sur le principe. L’aide apportée par ses proches et par les militants à nombre de juifs en situation difficile est de ce point de vue moins significative puisqu’elle pourrait ne relever que d’un très louable sentiment humain. Son refus constant et ostensible de la discrimination entre citoyens disqualifie plus absolument l’accusation d’antisémitisme.

  • 15 Le colonel n’hésita pas à déclencher une grave crise de ses fédérations d’Alsace et de Moselle, épu (...)

49L’imputation n’est pas moins dénuée de fondement à l’égard du PSF dans son ensemble, nationalement, nonobstant des ambiguïtés localisées en Alsace et en Algérie où un antisémitisme invétéré dominait la scène régionale et où, malgré la censure de La Rocque, les fédérations du PSF ne surent pas suffisamment s’en écarter – sans que cette contamination y fût générale15.

Le long terme, test par surcroît : le PSF, intermédiaire d’une réintégration dans une culture républicaine rénovée

50L’histoire d’une formation politique millionnaire ne peut se clore sur sa disparition : dissout en mars 1945, le PSF laissait un héritage considérable – hommes, expérience, culture – qui nourrit durablement une partie de l’échiquier politique français.

  • 16 Dont l’UNAR, formation gaulliste alsacienne et lorraine créée en 1944, apparentée à l’UDSR et qui f (...)
  • 17 On citera le député radical, futur maire d’Alger, Jacques Chevallier ; et le progressiste Jacques B (...)

51Malgré une déperdition majoritaire, les pistes militantes immédiates mènent dans tous les droites et centres d’après-guerre : nouvelles formations de la droite modérée (dont le PRL, Parti républicain de la Liberté, créé en 1945 à l’initiative de dissidents du PSF suivant Edmond Barrachin), divers centrismes démocrate-chrétien (MRP, Mouvement républicain populaire) ou de centre gauche (UDSR, Union démocratique et socialiste de la Résistance, dans laquelle François Mitterrand était très loin d’être le seul ancien adepte du colonel de La Rocque – du reste passé par bien d’autres lieux) ; sans compter les formations locales16 ; ni les évolutions atypique dans un éventail allant du radicalisme au progressisme17. Les plus importantes toutefois, pour autant qu’on peut les évaluer, conduisent, parfois en passant par ces intermédiaires, au Rassemblement du Peuple français (RPF) créé par le général de Gaulle en 1947. L’espace politique occupé et les réseaux qui le structurent sont le meilleur test d’une continuité : non seulement la géographie des deux mouvements fut sensiblement la même mais l’ossature militante du RPF fut largement tributaire de l’héritage humain du PSF. Si l’analogie des fonctions demeure frappante avec le RPF, la diversité des horizons de reclassement en aval de l’expérience PSF pose une question plus large : qu’elle soit contenue dans l’éventail d’une droite transgressant jusqu’au centre gauche est comme le résumé du carrefour qu’il avait été ; loin des polémiques cherchant à l’enfermer contre toute évidence dans les marges fascisantes ou extrémistes, elle pose la question de son inscription dans les continuités de l’histoire politique française.

52La recherche d’un amont et d’un aval doit surmonter une apparence : le PSF est un météore de l’histoire politique, apparu sans filiation dans aucune autre organisation partisane ; il a disparu en laissant pour seul héritier « légitime » le marginal Parti républicain et social de la Réconciliation française, vite devenu sous le nom plus bref de « La Réconciliation française » une simple amicale d’anciens, parfois voués à divers apostolats sociaux. Et pourtant sa descendance réelle souligne son importance. On ne peut le replacer que dans l’histoire large de courants et d’une culture dont la continuité morale est forte et évidente, et dont il ne fut qu’un moment : les courants et la culture de rassemblement, mot clé d’une époque. Événementiellement, cette culture commence avec la version de droite du souvenir de l’Union sacrée de 1914 : elle s’est d’abord située sur le terrain vague d’une aspiration à dépasser les divisions dans une fusion patriotique, inspirant des groupes de pression « rénovateurs » des années vingt, portée ensuite par l’association des Croix de feu, toujours sur un terrain non politique. Le PSF fut la cristallisation de cette tradition naissante sous une forme partisane nouvelle et paradoxale : elle devenait politique sans assumer totalement une telle mutation ; et aspirait à englober (« réconcilier ») toutes les familles morales du pays. Si le nom de rassemblement ne fut pas choisi, le mot et ses équivalents abreuvaient le discours. On comprend que le phénomène PSF ait pu préfigurer un aspect du gaullisme politique : un rassemblement prétendant assumer et dépasser la diversité des traditions nationales ; une dimension plébiscitaire se présentant comme l’instrument d’une démocratie modernisée. Le RPF fut le second moment politique de cette culture de rassemblement, lui aussi sans filiation organisationnelle directe mais non sans captation d’un héritage. Plus en aval encore, l’ère des rassemblements est close avec l’avènement de la cinquième République : pas plus que le précurseur PSF, le RPF n’avait été pensé comme une fin en soi ; centrée sur la personne du Libérateur, fondant un gouvernement fort sur les institutions démocratiques garantissant sa pérennité, la nouvelle République fermait le temps d’une médiation par les mobilisations de foules ; et ses zélateurs y voyaient l’annonce d’une rénovation patriotique et sociale qui avait été leur programme (pour certains, depuis l’entre-deux-guerres). La modernisation économique et sociale jusqu’à un certain point consensuelle des années soixante, apogée des trente glorieuses, put sembler le dépassement ultime de cette aspiration « apolitique ». C’était mettre en avant une nouvelle source de légitimité. À ce titre la culture de rassemblement, qui avait contribué à la modernité politique des droites, appartient aussi à l’histoire du pays tout entier.

53On est loin de la notion d’une « droite radicale ». On n’a pas moins rappelé en introduction que la genèse de cette culture mutante, en amont du PSF, lui donnait bien un contact avec une nébuleuse de droites radicales en divers sens du terme. On doit remonter en deçà, au point d’émergence de la culture de rassemblement, pour voir apparaître l’histoire longue d’une réintégration. L’épuration PSF, séparant de l’extrémisme des conservateurs évoluant et des nationalistes modérés, a été portée par des éléments qui ne venaient pas tous pour autant de la culture républicaine classique. Une masse faiblement politisée, dont bien des anciens combattants, et des déçus du Front populaire, pouvaient en être imprégnés passivement. Une droite de tradition catholique renouait lentement avec un consensus républicain dont elle avait été – et s’était – exclue en d’autres temps. À défaut d’en rappeler l’histoire depuis que l’héritage du « ralliement » avait achoppé sur les conflits du début du siècle, on observera des continuités. La carte électorale et organisationnelle de l’Action libérale populaire, ambiguë par l’imbrication de catholiques et d’un appoint nationaliste, préfigure grossièrement celle du PSF ; et à peine moins celle du RPF. (On ne peut s’étendre ici sur les continuités militantes). On a cité François Veuillot : un héritier modéré de ce courant, au cœur du PSF. D’autres catholiques, dont beaucoup de femmes, restés jusque là à l’écart d’une formation partisane mais qui s’impliquèrent dans la structuration des œuvres PSF, avaient échappé plus tôt aux passions des années 1900 par la logique de l’action sociale. Tous portaient dans leur héritage intellectuel et moral une propension à fuir la division politique. La Grande Guerre puis surtout son souvenir furent l’occasion d’une convergence avec ceux qui, dans le mouvement des anciens combattants, relisaient l’Union sacrée hors de son sens restreint de 1914 : c’est le chaînon qui mène aux Croix de feu puis au rassemblement que fut le PSF.

 

54Dans le processus, une clientèle de tradition catholique dont les cartes attestent une continuité se sépara lentement des conservateurs inconciliables. Le PSF fut à ce titre une étape dans une réintégration. Les cartes régionales soulignent qu’il y contribua combien plus que les démocrates chrétiens de son temps : le trop petit PDP. Le MRP récupéra à son tour en 1945 une part des catholiques qui avaient regardé vers le PSF, vite perdue au profit du RPF (où on l’identifie sans difficulté dans le monde militant). C’est le gaullisme des années 1960 qui acheva cette réintégration, dans un ensemble majoritaire.

Conclusion : une fausse piste de Zeev Sternhell et la réalité d’une culture politique commune de la France

55Les nuances du long terme font ressortir la regrettable erreur récente de Zeev Sternhell. Il se rallie au procès du PSF comme selon lui fasciste, en s’appuyant sur un comparatisme mal taillé : les idées et les poses évoquées, dont la recherche d’une « troisième voie » (qui oblige à rappeler que le gaullisme en fut une) sont si banalement répandues qu’elles ne prouvent rien… Sinon que les fascistes partageaient des formules dans l’air de leur temps. La « profession organisée », qu’il cite comme « clé de voûte » idéologique prouvant le fascisme, se trouve non seulement dans le bagage de différents courants catholiques conservateurs mais, avec des variantes, dans celui des démocrates chrétiens de l’entre-deux-guerres et n’est même pas sans analogie avec la NRA de Roosevelt. Sternhell perd au passage le fil de critères sine qua non sinon suffisants du fascisme : un dessein totalitaire et plus encore une violence fondamentale. Peut-on se contenter là dessus de la pétition de principe qui lui suffit : que la force du pouvoir républicain a empêché le PSF de déployer son potentiel ? Elle relève de l’irréfutable selon les critères poppériens. Elle n’est pas moins d’une insigne faiblesse quand ses rares arguments empiriques se limitent à avaliser les accusations militantes adverses de l’époque, et alors que le style « familial » du PSF paraît avoir été bien peu adéquat.

  • 18 “Novità sul fascismo francese ?”, art. cit.

56La légèreté de Sternhell sur la question de la violence renvoie à sa recherche d’un fascisme idéologiquement défini, au lieu de le chercher « en action » selon le précepte de Robert Paxton. L’auteur de ces lignes a critiqué ailleurs18 sa piste d’un « historicisme » européen bi-séculaire. Elle conduit Sternhell à minimiser ce que l’histoire brève mais centrale du PSF révèle de la culture politique diverse et une forgée dans la France de la IIIe République. Le socle républicain dominant prolongeait et adaptait aux temps démocratiques un espace de confrontation remontant aux régimes libéraux précédents. L’opposition conservatrice, qu’elle fût peu ou prou nationaliste, y était tout autant adaptée et était à l’aise dans le débat démocratique et rationnel : il suffit pour s’en convaincre d’étudier son jeu dans ses provinces d’élection et non sur une scène littéraire et parisienne. Son peu de goût pour la violence reposait en bonne part sur l’ascendant du catholicisme : le passé l’associait aux images positives et fondatrices de l’État national – au contraire de l’Allemagne ou de l’Italie. Cette compénétration aux vertus modératrices préparait d’autres ponts pour ceux qui s’éloignaient du monde conservateur : du PSF à un aspect du gaullisme, ils rattachent les expressions successives d’un nationalisme modéré ou d’un simple patriotisme politique à une version mutante de la commune culture républicaine.

Bibliographie

DOBRY, Michel, « Février 1934 et la découverte de l’« allergie » de la société française à la révolution fasciste », Revue française de sociologie, XXX, n° 3-4, juillet-décembre 1989.

DOBRY, Michel (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003.

GOODFELLOW, Samuel H., Between the Swastika and the Cross of Lorraine: Fascisms in Interwar Alsace, Delkalb, North Illinois University Press, 1998.

IRVINE, William D., “Fascism in France and the Strange Case of the Croix de Feu”, Journal of Modern History, vol. 63, n° 2, 1991.

JENKINS, Brian (dir.), France in the Era of Fascism. Essays on the French Authoritarian Right, New York, Berghahn Books, 2005.

KENNEDY, Sean, Reconciling France against Democracy. The Croix de feu and The Parti Social Français. 1927-1945, Montreal, McGill-Queen’s, University Press, 2007.

SOUCY, Robert, French Fascism. The Second Wave. 1933-1939, New Haven, Yale University Press, 1997.

SOUCY, Robert, Fascismes français ? 1933-1939, Paris, Autrement, 2004.

THOMAS, J.P., « Les effectifs du Parti social français », Vingtième siècle, n° 62, avril-juin 1999.

THOMAS, J.P. Thomas, Droites et rassemblement du PSF au RPF. 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures ; rupture et continuité d’une histoire politique, 2002, thèse consultable à l’IEP de Paris.

THOMAS, Jean-Paul, « Fascisme français : faut-il rouvrir un débat ? », in Mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Paris, Fayard, 2006.

THOMAS, J.P., “Novità sul fascismo francese ?”, Ricerche di Storia politica, anno IX, nuova serie, aprile 2006.

Notes

1 La longueur de cette communication, qui en découle, nous a imposé de sacrifier la plupart des notes de référence. Les citations des auteurs critiqués sont toutefois facilement accessibles. On indique ici leurs principaux textes : Michel Dobry, « Février 1934 et la découverte de l’"allergie" de la société française à la révolution fasciste », Revue française de sociologie, XXX, n° 3-4, juillet-décembre 1989 ; Michel Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003 ; Brian Jenkins (dir.), France in the Era of Fascism. Essays on the French Authoritarian Right, New York, Berghahn Books, 2005 (ces deux derniers livres incluent des textes cités de Zeev Sternhell, dont une version réduite de sa nouvelle introduction de l’édition 2000 de Ni droite ni gauche ; et de Robert Soucy) ; Robert Soucy, French Fascism. The Second Wave. 1933-1939, Yale University Press, 1997 ; R. Soucy, Fascismes français ? 1933-1939, Paris, Autrement, 2004 ; William D. Irvine, “Fascism in France and the Strange Case of the Croix de Feu”, Journal of Modern History, vol. 63, n° 2, 1991 ; Pour une discussion : Vingtième Siècle, n° 90, avril-juin 2006 (Michel Winock), n° 95, juillet-septembre 2007 (réponse croisées de Soucy et Winock, et Serge Berstein ; et quelques notices bibliographiques de JP Th. ; Revue historique, 632, octobre 2004, notices bibliographiques JP Th.) ; Jean-Paul Thomas, « Fascisme français : faut-il rouvrir un débat ? », in Mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Paris, Fayard, 2006 ; J.P. Thomas, “Novità sul fascismo francese ?”, Ricerche di Storia politica, anno IX, nuova serie, aprile 2006. Pour des références générales plus générales : J.P. Thomas, Droites et rassemblement du PSF au RPF. 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures ; rupture et continuité d’une histoire politique, 2002 (1268 pages, plus table et index) thèse consultable à Sciences Po (IEP de Paris).

2 Mlles Bassot, Diemer, Les Centres sociaux, Cahiers du Redressement français n° 20, s.d.

3 Ibid., pp. 41-42.

4 Malade, et décédé au début de 1937, Franklin-Bouillon soutint le PSF naissant, dont le directeur du Bureau politique, Edmond Barrachin, avait été son principal lieutenant au cours des années précédentes.

5 La métaphore organique est antérieure au catholicisme : cf. les membres et l’estomac selon Menenius Agrippa (493 av. J.C. ?). On en trouve une autre forme chez Léon Bourgeois, père de la doctrine sociale des radicaux.

6 Bien entendu au sens de la gauche de cette dénomination.

7 Père du futur cardinal Veuillot, François Veuillot s’était opposé à l’emprise de l’AF sur L’Univers avant 1914, dans le sillage de l’ALP. Il était devenu le journaliste officieux du PSF sous couvert d’une indépendance politique formelle que démentent archives et témoignages.

8 Louis Marin s’abstint à point de participer au meeting parisien de fondation du Front de la Liberté, où il délégua Henriot et Vallat. Avait-il deviné que sa mise en scène serait sur fond de bras tendus ?

9 J.P. Thomas, "Les effectifs du Parti social français", Vingtième siècle, n° 62, avril-juin 1999.

10 Sean Kennedy, Reconciling France against Democracy. The Croix de feu and The Parti Social Français. 1927-1945, McGill-Queen’s University Press, Montreal, 2007.

11 Samuel H. Goodfellow, Between the Swastika and the Cross of Lorraine: Fascisms in Interwar Alsace, Delkalb, North Illinois University Press, 1998.

12 Y compris l’appartenance aux Croix de feu puis la sympathie apportée au PSF de la part du député de Mulhouse Alfred Wallach, très respecté avant et après la guerre.

13 Sur l’antisémitisme en Alsace : JP Thomas, thèse citée, pp. 711-718, 733-735.

14 Wormser fit plus tard deux témoignages sur l’attitude patriotique et antivichyste de La Rocque.

15 Le colonel n’hésita pas à déclencher une grave crise de ses fédérations d’Alsace et de Moselle, épurées sans faiblesse. Dans l’arrondissement de Colmar, l’influence d’un président prestigieux et proche de lui, Paul Kalb, future grande personnalité du gaullisme, semble avoir écarté toute expression antisémite (répandue en revanche dans la mouvance colmarienne de l’UPR, ancêtre du MRP alsacien).

16 Dont l’UNAR, formation gaulliste alsacienne et lorraine créée en 1944, apparentée à l’UDSR et qui fut le tremplin militant du RPF. Voir : Jean-Paul Thomas, "Les héritages alsaciens et lorrains du gaullisme", in Gaullisme et gaullistes dans la France de l’Est, Presses universitaires de Rennes, 2009, pp. 257-269.

17 On citera le député radical, futur maire d’Alger, Jacques Chevallier ; et le progressiste Jacques Bounin, ancien député de Nice et ancien commissaire de la République.

18 “Novità sul fascismo francese ?”, art. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540