Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie II. Les droites classiques face aux droites radicales : répudiations et convergences

Le Parti conservateur et les « droites radicales » en Grande-Bretagne, 1903-1914

Philippe Vervaecke

Testo integrale

  • 1 Pour une approche comparant dans divers contextes nationaux la manière dont s’est posée la question (...)

1Une brève comparaison des droites françaises et britanniques au début du XXe siècle pourrait laisser penser que la trajectoire de ces milieux est somme toute équivalente. En Grande-Bretagne, les libéraux, avec l’appui de leurs alliés travaillistes, occupent le pouvoir de 1905 à 1914. Après une longue hégémonie de près de 20 ans, les conservateurs britanniques subissent en effet un revers électoral majeur aux élections de 1906, et perdent à nouveau les deux élections de janvier et décembre 1910. Leurs homologues français ne font guère mieux sur la même période, qui correspond à un repli notable des formations conservatrices et à de profondes divisions internes à droite, en particulier en raison d’une multiplication de mouvements ultranationalistes. Les droites françaises et britanniques sont confrontées à la montée en puissance de mouvements socialistes et à l’emprise de la gauche du champ politique (libéraux en Grande-Bretagne, radicaux en France) sur le pouvoir, et ce dans un contexte où la rivalité croissante entre les empires européens nécessite d’envisager de nouvelles sources de revenus destinées à financer la course aux armements1.

2De la même manière que les droites françaises sont en proie au factionnalisme, les conservateurs britanniques sont particulièrement désunis entre 1903 et 1914, divisés qu’ils sont sur la question du protectionnisme, que certains dans leurs rangs défendent avec virulence, n’hésitant pas à s’opposer frontalement sur le terrain électoral aux membres du parti qui demeurent favorables au libre-échange. Autre convergence entre les deux contextes : à la Belle Époque verrait s’affirmer en France ce que Zeev Sternhell a appelé la « droite révolutionnaire », tandis qu’en Grande-Bretagne, à en juger par l’analyse que font certains historiens de la période, on assisterait à un processus de radicalisation similaire et à l’émergence de mouvements de « droite radicale » contestant l’emprise exercée par les « modérés » sur l’appareil du Parti conservateur. En ce début de XXe siècle, les parallèles sont donc frappants entre les deux contextes politiques nationaux.

  • 2 Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire, 1885-1914, Paris, Gallimard (édition de 1997), Introduct (...)
  • 3 On renvoie sur cette tradition philosophique des anti-Lumières au remarquable ouvrage de Sternhell,(...)

3Toutefois, d’après Sternhell, le cas français se singulariserait de par la précocité et l’acuité de la « révolte culturelle (…) et politique » contre « l’héritage rationaliste et universaliste des Lumières » qui s’y produit, et qui ferait du pays, « société libérale la plus avancée du continent », « le laboratoire idéologique du fascisme en tant que phénomène européen »2. L’objectif de cet article n’est pas de contester les interprétations de Sternhell sur le cas français, mais celles-ci doivent nous inviter à nous interroger sur la trajectoire suivie par les droites en Grande-Bretagne, dans la mesure où les « anti-Lumières », pour reprendre une autre expression de Sternhell, y ont une influence intellectuelle non négligeable et où la « démocratie libérale », confrontée aux mêmes défis qu’en France, y est tout autant, voire plus encore, « structurée » qu’en France3.

  • 4 C’est l’interprétation d’Ewen Green dans The Crisis of Conservatism: The Politics, Economics and Id (...)

4Confrontés à un gouvernement libéral qui lance alors d’ambitieuses réformes sociales et institutionnelles, les conservateurs doivent formuler une réponse à ces défis lancés par leurs rivaux. Deux types de réactions se dégagent à droite : d’une part, l’organisation d’une résistance résolue et d’une dénonciation de politiques que les conservateurs dépeignent comme un abandon par leurs adversaires des principes même du libéralisme ; d’autre part la formulation d’alternatives authentiquement conservatrices aux réformes libérales. Du fait de ces bouleversements et de ces échecs électoraux répétés pour le Parti conservateur, la période édouardienne, ainsi qu’on désigne les premières années du XXe siècle, correspondrait à une « crise du conservatisme »4.

5Dans le propos qui suit, l’objectif est de revenir sur cette « crise du conservatisme » britannique avant 1914 afin de déterminer les rapports entre le Parti conservateur et les milieux dits de « droite radicale » qui s’organisent alors. Dans un premier temps, on soulignera le caractère problématique du vocable « droite radicale » pour désigner les divers mouvements nationalistes, militaristes ou impérialistes qui émergent au cours de ces dix années de jachère électorale pour les conservateurs. Ces organisations sont nombreuses et vont de la mouvance protectionniste réunie au sein de la Tariff Reform League (TRL) sous la houlette du très controversé Joseph Chamberlain à d’autres groupes plus éphémères, pour certains favorables à la conscription (la National Service League), pour d’autres à la restriction des flux migratoires (la British Brothers League). On procédera à une cartographie de ces milieux de manière à interroger la pertinence du terme « droite radicale » pour les désigner. On insistera en particulier sur les différences très nettes entre ces milieux et les diverses formes de « droite révolutionnaire » qui existent alors en France.

6Ensuite, en portant la focale sur la Primrose League, principale instance militante conservatrice qui regroupe toutes les obédiences au sein du parti, on soulignera combien les milieux conservateurs sont effectivement en proie à un factionnalisme exacerbé, mais qu’au bout du compte les mouvements présentés comme étant de « droite radicale » n’ont pas été en position de représenter un danger réel pour le parti. En fait, le scénario qui a prévalu a été celui d’une absorption par la droite « modérée » de ces organisations, qu’il convient davantage de considérer comme des satellites que comme des concurrents potentiels du Parti conservateur.

Cartographie des « droites radicales » britanniques avant 1914

  • 5 Sur les membres de Reveille, voir The Times, 8 octobre 1910, p. 10.
  • 6 Sur la composition du Halsbury Club, voir The Times, 13 octobre 1911, p. 6. À noter que ce club dev (...)

7Les mouvements dont il va être à présent question sont caractérisés par une extrême diversité. En termes de statut tout d’abord, les groupes qui ont été inclus dans cette catégorie n’ont pas tous vocation à être des mouvements de masse. Un certain nombre d’entre eux ne sont en fait que des officines ou des clubs internes au Parti conservateur, dont l’objectif n’est pas de devenir des ligues dotées d’une large base militante. C’est le cas par exemple de Reveille, dont la dénomination martiale (le clairon qui sonne le réveil des troupes) laisserait croire à tort que ce club de politiciens ultraconservateurs lancé en 1910 disposait de troupes militantes conséquentes5. Même cas de figure pour le Halsbury Club, fondé en 1911 pour organiser la résistance contre les réformes constitutionnelles entreprises par les libéraux6.

  • 7 La TRL a été abondamment analysée dans l’historiographie britannique. L’ouvrage de référence demeur (...)
  • 8 À noter que la présidente des WUTRA n’était autre que l’épouse de Leo Maxse, évoqué plus loin dans (...)

8D’autres groupes en revanche ambitionnent de fédérer un large public de sympathisants et un certain nombre d’entre eux, comme la Navy League (1894), la British Brothers League (1902), la National Service League (1902) ou la Tariff Reform League (1903), atteindront cet objectif7. La Navy League compte par exemple 15 000 membres en 1900 ; la National Service League atteindrait un chiffre de 220 000 adhérents en 1912 et la Tariff Reform League peut se targuer de disposer d’un large réseau couvrant l’ensemble du territoire national, d’antennes féminines, les Women’s Unionist Tariff Reform Associations (WUTRA), et de quelques relais en milieu ouvrier fédérés au sein de la Trade Union Tariff Reform Assocation (TUTRA), organisation toutefois d’envergure modeste8.

9Certains de ces mouvements ne deviendront des partis politiques à proprement parler que vers la fin de la Première guerre mondiale. On vit alors apparaître des organisations explicitement partisanes telles que le National Party (1917) et la British Workers League (1917), dont l’intention était de présenter des candidats aux élections, pour le premier cas en rivalité directe avec les élus conservateurs, pour le second en tant que supplétif du Pparti arti conservateur dans les circonscriptions ouvrières. L’un et l’autre de ces partis furent au bout du compte des entreprises politiques peu viables et dans l’ensemble les groupes de droite radicale n’occupèrent pas le terrain électoral.

10La plupart des mouvements qu’on a rangés dans cette catégorie des « droites radicales » édouardiennes se sont structurés sous la forme de « ligues », organisations dénuées d’attaches partisanes formelles. Si l’on excepte Reveille et le Halsbury Club du fait d’un recrutement exclusivement auprès des personnels parlementaires conservateurs, le point de convergence de ces mouvements se situe dans une revendication commune d’indépendance partisane qui masque mal un recrutement qui s’opère essentiellement – mais pas exclusivement – dans les milieux conservateurs. Leurs points communs sont d’adopter un registre patriotique et impérialiste, d’agir en dehors des structures formelles du parti en vue de peser sur ses orientations, et d’attirer dans leurs rangs des militants de tous horizons politiques.

11Dans cette mouvance des ultras du patriotisme et de l’impérialisme se dégagent plusieurs personnalités, qui pour la plupart militent dans plusieurs de ces officines. Leo Maxse, rédacteur-en-chef de la bien nommée National Review, en est l’une des figures les plus reconnaissables et les plus virulentes. Germanophobe invétéré, pourfendeur du libéralisme cosmopolite des sectateurs de la foi « cobdénique » et libre-échangiste, Maxse a été actif au sein de la TRL, de Reveille et du National Party. Parmi les autres rebelles notoires, on retrouve des figures de proue de la droite du Parti conservateur, par exemple Henry Page-Croft, membre de la TRL, de Reveille et fondateur du National Party ; lord Willoughby de Broke, protectionniste lui aussi, membre du Halsbury Club et co-fondateur de Reveille ; Howard Vincent, fondateur de la British Brothers League et membre de la TRL ; lord Milner, autre recrue protectionniste du Halsbury Club et fondateur de la British Workers League et enfin Leo Amery, qui cumule des responsabilités au sein de la TRL et un rôle de premier plan dans le Halsbury Club. Jusqu’à ce qu’un accident cardiaque ne le contraigne à quitter la vie publique en 1906, c’est à Joseph Chamberlain qu’il revient d’incarner le « conservatisme radical », patriotique, protectionniste et impérialiste à qui on a souvent attribué cette étiquette de « droite radicale ».

12Mais qu’en est-il précisément de la validité de ce terme pour désigner tous ces groupes qui militent aux marges du Parti conservateur ou en son sein pour une politique tout à la fois patriotique, impérialiste et résolument critique de l’orthodoxie libre-échangiste ? À bien des égards, le terme de « droite radicale » semble peu approprié pour désigner ces groupes, leurs méthodes et leurs objectifs.

  • 9 Dr Graveline, « Les Jaunes an province », Le Jaune, 22 avril 1905. Cité dans Sternhell, p. 362.

13Certes, on relève, par exemple au sein de la British Brothers League, un discours xénophobe, mais on ne peut déceler dans les autres groupes mentionnés précédemment le même antisémitisme assumé qui caractérise au même moment en France des mouvements de droite radicale comme le parti propriétiste, dont certains membres font alors du juif le principal disséminateur du « poison du libéralisme manchestérien »9. La ligne suivie par les partisans de la BBL est résolument anti-immigration, anti-étranger, voire antisémite, le terme ‘alien’ employé dans le discours des dirigeants de la BBL étant un euphémisme pour ne pas nommer les Juifs. Cette hostilité déclarée à l’égard des immigrés juifs assure pour un temps le succès de la BBL dans les quartiers de l’Est de Londres où s’établissent les nouveaux arrivants en provenance d’Europe de l’Est, mais les activités de cette organisation cessent presque entièrement une fois que le gouvernement conservateur cède à ces pressions et adopte la loi sur les étrangers de 1905 (Aliens Act), texte qui vise à interdire l’accès au territoire national aux indigents, sans nommément se référer à l’un des principaux groupes de migrants à l’époque, à savoir les juifs d’Europe de l’Est.

  • 10 Russell Rea, député libéral et membre du Cobden Club, démentit avec indignation ces accusations d’i (...)

14Dans sa propagande, la TRL, qui milite activement pour le relèvement de droits de douane face à la concurrence étrangère, souligne il est vrai la mainmise qu’exerceraient étrangers et juifs au sein du Cobden Club, instance qui réunit les partisans du libre-échange. Les pays étrangers, y compris la très protectionniste Allemagne, loin de faire l’objet d’attaques à caractère xénophobe, sont plutôt dépeints comme des modèles à suivre, en raison des droits de douane qui y sont pratiqués10.

  • 11 Sur le « socialisme national et l’antimarxisme plébéien » des Jaunes, voir Sternhell, op. cit., p.  (...)
  • 12 Sur ces deux inclassables auteurs catholiques et leurs affinités avec la droite radicale française, (...)

15On observe également, au sein des Ulster Volunteers, groupe paramilitaires fondé par le député conservateur Edward Carson en 1912, une tendance à légitimer le recours à la violence. Mais il s’agit là de formes de mobilisation cantonnée à l’Irlande du Nord et dont l’émergence doit beaucoup au contexte de quasi-guerre civile qui prévaut en Irlande en 1913 et 1914. Carson, certes adulé par ses collègues anglais, ne fait pas école et aucun des autres groupes de « droite radicale » n’adopte de méthodes violentes face aux libéraux et aux travaillistes. On est donc bien loin de la stratégie du coup de poing adoptée par un groupe comme les Camelots du Roi en France, et les mouvements de droite les plus contestataires de la politique libérale demeurent pleinement « constitutionnalistes ». En effet, ni Reveille, ni le Halsbury Club, pourtant formés au moment même où culminent les tensions provoquées par la réforme de la Chambre des Lords, n’adoptent de discours anti-démocratique ou antiparlementaire. Enfin, les protectionnistes de la TRL ne déploient à aucun moment de réflexion anticapitaliste ou corporatiste. En dépit de leur critique du libre-échangisme et des élites de la City, et malgré leur volonté de financer une politique sociale ambitieuse (en particulier un système de retraites, projet cher à Chamberlain) grâce aux droits douane, les idées qu’ils défendent ne s’apparentent aucunement à l’anticapitalisme de mouvements tels que les Jaunes de Biétry11. Les protectionnistes britanniques tentent effectivement de formuler une réponse nationale et réformiste au chômage et au déclin de l’industrie, mais leurs propos ne manifestent pas de critique radicale du système capitaliste en tant que tel. Leur cible est certes le laisser-faire en matière commerciale et sociale, et les principes qui les animent consistent à sauvegarder les intérêts du patronat et des ouvriers, mais cette réflexion n’intègre aucun des éléments de la synthèse entre socialisme et nationalisme qui caractérise les mouvements de droite radicale en France, ni aucune des critiques à l’égard de la démocratie parlementaire si communes chez les ultras du patriotisme en France. En fait, paradoxalement, c’est plutôt chez un libéral comme Hilaire Belloc, déçu par la politique suivie par son parti entre 1905 et 1914 que l’on remarque une hostilité marquée à l’égard de la démocratie libérale et du libéralisme économique, posture qui le conduira ensuite, avec son ami l’auteur G. K. Chesterton, à soutenir le courant distributiste12.

  • 13 Sur la place centrale des considérations d’unité impériale au sein de la TRL, voir Andrew Thompson, (...)

16Plutôt que des représentants d’une droite radicale antilibérale au sens politique, les partisans de la TRL sont en fait des conservateurs radicaux, car ils défendent avec vigueur ce qui leur semble être deux racines fondamentales du conservatisme, à savoir le protectionnisme et l’impérialisme, sans remettre en question les principes même de fonctionnement de la démocratie libérale. Radicaux, ils le sont car leur adoption du protectionnisme est un retour aux sources pour le parti qui a abandonné cette cause depuis la fin des années 1840. Radicaux, ils le sont également dans l’intérêt qu’ils portent au bien-être des catégories populaires, qu’ils entendent protéger du chômage, de l’exil et de la misère auxquels les vouerait le maintien du libre-échange. Radicaux, ils le sont enfin de par la vigueur de leur credo impérialiste, ce qui est probablement l’une des dispositions les mieux partagées au sein d’un Parti conservateur qui entend se présenter comme le parti de l’empire depuis les années 188013.

  • 14 “A definite Conservative theory of the State”. Green, op. cit., p. 285.

17En fait, leur divergence avec le reste des conservateurs tient moins à une différence de nature qu’à une différence d’intensité avec laquelle ils défendent cette vision impériale dans laquelle ils associent prospérité économique et réforme sociale, comme le feront pendant la guerre le National Party et la British Workers League. Au bout du compte, si on désigne souvent les partisans de Joseph Chamberlain sous le terme de « tory radicals », c’est sans doute parce que les idées que véhicule la TRL semblent opérer un retour vers le mouvement Young England des années 1840, lorsque Disraeli et ses acolytes prônaient un réformisme social, protectionniste et anti-cobdénien. Dans ce cas, le terme « radical » correspond à la visée d’un discours qui s’adresse aux catégories populaires et ouvrières. La TRL, que Sykes inclut dans la catégorie « droite radicale », est donc plus vraisemblablement une organisation au sein de laquelle se façonna un conservatisme réformiste et social, comme tendrait à le prouver l’appartenance d’un grand nombre des militants de la TRL à l’Unionist Social Reform Committee, fondé en 1911 afin de doter le parti d’un ambitieux programme de réforme sociale et de formuler « une théorie conservatrice de l’État », comme l’affirmait l’économiste W. A. S. Hewins, l’une des chevilles ouvrières de l’USRC et secrétaire de la Tariff Reform Commission14.

  • 15 The Times, 19 octobre 1910, p. 10.

18Le cas de Reveille est tout à fait révélateur de ce type de positionnement. Ce petit groupe de députés conservateurs formule un programme qui synthétise les aspirations de la plupart des ligues qui gravitant autour du parti. Le projet des partisans de Reveille inclut en effet l’appel au renforcement des défenses nationales, à l’introduction de droits de douane protectionnistes associés à un système « d’assurance industrielle », à l’unité de l’empire par le biais d’une politique de préférence impériale, mots d’ordre tout à fait classiques alors. En outre, le manifeste de Reveille réclame que soient adoptées une réforme agraire favorable à l’extension de la petite propriété et une refonte du système d’aide aux indigents. Ces deux derniers éléments témoignent de l’importance dans ces milieux des questions sociales15.

19Le succès d’officines censément « contestataires » comme Reveille et le Halsbury Club doit beaucoup à la volonté de nombreux parlementaires de base (backbenchers) d’en finir avec le leadership d’Arthur Balfour et de moderniser un parti qu’ils estiment handicapé par une hiérarchie, patricienne et frileuse, désignée sous l’appellation de ‘old gang’. Le départ de Balfour en 1911 et les réformes structurelles qu’engage le parti la même année mirent un terme à cette révolte interne fomentée par les ténors et les sans-grades de l’ultra-droite.

  • 16 Voir Rhodri Williams, Defending the Empire: The Conservative Party and British Defence Policy, 1899 (...)

20Classer des mouvements patriotiques tels que la National Service League (NSL) et la Navy League dans la catégorie de « droite radicale » comme le fait Rhodri Williams semble également abusif16. Ces deux organisations s’apparentent en fait beaucoup à des groupes patriotiques classiques comme la Ligue des Patriotes en France, avec laquelle elles partagent le même credo patriotique et une volonté similaire d’œuvrer pour l’éducation physique et la préparation militaire en cadre scolaire par exemple. Certes, au sein de la NSL, des dirigeants tels que lord Milner sont critiques à l’égard des logiques de déférence et d’inertie organisationnelle qui prévalent au sein du Parti conservateur. Milner appelle à un renouveau du militantisme à droite, renouveau qui devrait être fondé sur la rétribution des compétences et sur une organisation politique soucieuse d’efficacité organisationnelle. Cette attitude critique à l’égard du fonctionnement du parti ne doit pas occulter le fait que l’une comme l’autre de ces ligues patriotiques opèrent souvent en bonne intelligence avec la hiérarchie et la base militante conservatrice.

21Mais les mouvements qu’on a englobés dans cette catégorie de droite « radicale », dont on a vu combien il était problématique de l’introduire dans le contexte britannique, n’ont pas toujours entretenu des relations apaisées avec le Parti conservateur. Des tensions réelles ont pu se faire jour entre les instances conservatrices et les trublions des ligues satellites gravitant à leurs marges.

La nébuleuse « radicale » et le Parti conservateur

22Jusqu’en 1914, les relations entre les mouvances protectionnistes (avec la TRL) et patriotiques (la Navy League et la National Service League) d’une part et le reste du parti d’autre part ont parfois été houleuses. Au sein des ligues et clubs qui gravitent autour du parti règnent une frustration liée à l’accumulation d’échecs électoraux et une profonde insatisfaction à l’égard du leadership jugé timoré qu’exerce jusqu’en 1911 Arthur Balfour. Ce contexte a largement contribué à nourrir un factionnalisme très vif au sein du parti et à exacerber les rivalités entre les franges « légitimistes » qui soutiennent la hiérarchie en place et les militants désireux de doter le parti d’un programme plus résolument impérial, protectionniste et patriotique et d’une organisation modernisée et démocratisée.

23Après la défaite électorale de 1906, les divisions s’accentuent entre les radicaux protectionnistes et les conservateurs modérés, aux mains desquels se trouvaient l’appareil du parti et la grande organisation conservatrice de masse de l’époque, la Primrose League, structure autonome qui restait jalouse de son indépendance formelle à l’égard du parti. Comme le dénonce le Vice-Chancelier de la Primrose League auprès de Jack Sandars, secrétaire particulier du chef du parti Arthur Balfour, les coups fourrés se multiplient entre les instances conservatrices en place et leurs rivales protectionnistes :

  • 17 “In a good many places, the Tariff Reform people are trying to get the Primrose League women away f (...)

Dans de nombreux endroits, les gens de la TRL essaient de convaincre les femmes de la Primrose League de déserter nos rangs et de les embrigader dans ce qu’ils appellent des associations unionistes mais qui sont en fait des officines de la TRL. Il est à présent clair que ces adeptes de la réforme fiscale placent ces questions avant même la cause de Dieu ou de la Patrie et tant qu’ils ne seront pas exterminés il n’y aura jamais plus d’union dans notre grand parti17.

  • 18 Rapport confidentiel, février 1906, Sandars Papers, Bodleian Library, c. 751, f. 148.
  • 19 Sur les divisions internes chez les conservateurs, voir Neal Blewett, “Free Fooders, Balfourites an (...)
  • 20 Pour un exemple local des agissements des « confédérés » contre les candidats unionistes pro-libre- (...)

24À partir de 1906, une partie des militants – gagnés aux thèses du protectionnisme impérial de Chamberlain qu’initialement la hiérarchie conservatrice se refuse à faire siennes – semble frappée de « fiscalite », pour reprendre les termes d’un conseiller de Balfour18. Les conflits et les factions se multiplient alors19. Le mouvement des « confédérés » (Confederacy) est l’une des manifestations emblématiques de ces dissensions internes. Cette organisation regroupe les jeunes militants conservateurs qui désirent coûte que coûte imposer un programme de protectionnisme et de fédération impériale sur le parti, quitte à s’opposer aux députés jugés favorables au libre-échange20.

  • 21 Metropolitan Conservative Agents’ Association Minute Book, Londres, British Library of Political an (...)
  • 22 “The Primrose League cannot take sides on Fiscal questions. Every member of the Primrose League is (...)
  • 23 Grand Council, archives de la Primrose League, Bodleian Library, 2 février 1905.
  • 24 “A round-about, indefinite and ill-defined policy”, selon les dires de cette militante désabusée. G (...)

25Les partisans de la TRL ne reculent devant rien pour faire avancer leur cause et n’hésitent pas à entrer en conflit ouvert avec les sections locales du parti ou avec les antennes de la Primrose League. Les agents du parti, c’est-à-dire les permanents conservateurs dans les circonscriptions, s’émeuvent d’ailleurs de ces initiatives, qui parfois conduisent les protectionnistes à programmer leurs réunions aux mêmes heures que celles des instances légitimes du parti21. Les dirigeants de la Primrose League doivent également faire face à une concurrence tous azimuts de la part de la TRL. Campée sur une position de neutralité vis-à-vis du protectionnisme, la hiérarchie de la Primrose League se réfugie derrière ses mots d’ordre historiques et consensuels, à savoir la défense de la monarchie, de la constitution, de la religion et de l’empire afin de ne pas avoir à se prononcer sur cette épineuse question du protectionnisme : « Il n’appartient pas à la Primrose League de prendre position sur les questions d’ordre fiscal. Chacun de ses membres a toute latitude pour voter comme il l’entend sur ces questions, mais la Ligue elle-même doit se cantonner à la tâche qu’elle s’est assignée »22. Les militants de la TRL vont jusqu’à demander officiellement au Grand Council, organe directeur de la Primrose League, de leur transmettre un exemplaire du bottin des « habitations » (les antennes locales) de la League, ce que le Grand Council refuse sans ambages23. Les militants protectionnistes n’en lancent pas moins leurs propres sections destinées à rivaliser avec les organisations conservatrices officielles, de manière à capturer le parti de l’intérieur. Avant 1914, cet objectif est en passe d’être atteint, dans la mesure où les sections locales du parti (Unionist Associations) et les antennes de la Primrose League sont dans de nombreuses localités court-circuitées par les sections locales de la TRL. Lorsque les dirigeants de la League décident d’enquêter sur cet inexorable déclin de leur organisation dans de nombreuses localités, certains de leurs interlocuteurs leur tiennent un discours franc. Si la Primrose League est déclinante, c’est d’après Miss Garnett, secrétaire honoraire d’une habitation du Yorkshire, en raison des « atermoiements et de l’indécision » de la League sur la question du protectionnisme24.

  • 25 Grand Council, 1er juin 1916.
  • 26 Grand Council, 6 novembre 1918 ; 1er juillet 1920. Dès l’été 1918, les dirigeants de la League sont (...)

26La concurrence protectionniste finira par mettre à mal la Primrose League, qui périclitera après 1918, remplacée en tant que mouvement de masse conservateur par les sections locales du parti, en particulier les antennes féminines (Women’s Unionist Associations), souvent issues du mouvement protectionniste, puis réintégrées après 1918 à la machine conservatrice en elle-même. Les rancœurs demeurèrent vives puisqu’en 1916, les autorités en charge de la Primrose League refusèrent catégoriquement de s’associer au Chamberlain Day, journée de commémoration organisée par les protectionnistes en hommage à Joseph Chamberlain, disparu en 1914.25 Vers la fin de la Grande Guerre, ces rivalités entre la Primrose League et les groupes de droite radicale prendront un nouveau tour lorsque les adhérents du National Party, en rupture de ban avec un Parti conservateur alors acoquiné avec les libéraux dans un gouvernement d’union nationale, distribueront leurs tracts à la sortie du congrès annuel de la Primrose League, tandis que certaines habitations prirent collectivement la décision de soutenir officiellement les candidats du National Party26. Manifestement, malgré l’hostilité de ses dirigeants à l’égard des protectionnistes, la Primrose League était donc perméable à l’influence de certains groupes de « droite radicale ».

  • 27 “If past eras have been known as the stone age, bronze age and iron age, surely the present period (...)
  • 28 L’Anti-Socialist Union (ASU) entretiendra des liens privilégiés avec certains milieux fascistes dan (...)

27Toutefois, les relations entre le parti et les ligues d’avant 1914 ne sont pas uniquement marquées du sceau de la rivalité. Au-delà de ces querelles entre conservateurs loyaux à l’égard du parti et les fervents adeptes du protectionnisme, les légions de ligues conservatrices qui prolifèrent avant 1914 ont souvent eu des relations cordiales avec les instances conservatrices. « Si les âges révolus sont connus sous le nom d’âge de pierre, de bronze et de fer, à coup sûr la période actuelle pourrait être appelée l’âge des ligues », notait en 1910 l’organe officiel des permanents locaux du parti, le Conservative Agents Journal27. En effet, la multiplicité des ligues patriotiques et impériales ne peut uniquement être lue comme la trace d’une déliquescence du parti « unioniste », ainsi qu’on le désignait alors. En effet, on peut concevoir ces organisations se spécialisant qui dans l’ultra-patriotisme, qui dans l’impérialisme, qui dans l’antisocialisme comme l’Anti-Socialist Union, fondée en 1908 suite à la percée travailliste aux élections municipales, comme autant de supplétifs du parti28.

  • 29 C’est le cas, parmi de nombreux autres, de Mr Jarrett, secrétaire provincial de la Primrose League, (...)

28La Primrose League entretient par exemple d’excellentes relations avec l’ASU, avec qui elle partage des adhérents influents comme lady Hardman. Certains des cadres permanents de la Primrose League ont entamé leur carrière de professionnels de la politique à la National Service League, ou quittent la Primrose League pour aller renforcer l’encadrement des ligues patriotiques. Il n’est donc pas rare que ces organisations recrutent le même type de personnel, ou diffusent la propagande de leurs alliés.29 Ainsi, la Primrose League diffuse les brochures de l’Anti-Socialist Union et de la Navy League. Avant 1914, pour la Primrose League, principale organisation conservatrice, si la coopération avec les ultras du protectionnisme est malaisée, elle va davantage de soi avec les ultras du patriotisme et de l’antisocialisme.

  • 30 Green, op. cit., p. 332.

29Comme le fait observer Ewen Green, la profusion de ligues qui gravitent autour du parti unioniste avant 1914 ne doit pas nécessairement être analysée comme une source d’affaiblissement du parti. Bien au contraire, on peut percevoir dans ce dynamisme organisationnel un regain de vitalité. Toutes ces officines patriotiques, loin de menacer le parti, permirent sur le long terme d’en élargir la base militante en lui permettant d’attirer en son sein les classes moyennes et certaines couches des catégories populaires. Au bout du compte, la Navy League, la Tariff Reform League, la National Service League ou l’Anti-Socialist Union n’eurent pas pour rôle de formuler une « alternative » au conservatisme « modéré », mais constituèrent plutôt des forces complémentaires et dépendantes du parti30. Les organisations protectionnistes, en vidant peu à peu de leurs membres les antennes de la Primrose League, facilitèrent ainsi la transition du parti vers le statut d’un réel parti de masse, qui s’opéra après 1918 une fois marginalisée la Primrose League. Pour Green comme pour d’autres, la dislocation du parti n’aurait donc été qu’apparente, les ligues patriotiques permettant aux conservateurs d’accélérer un processus d’intégration horizontale leur permettant d’attirer à eux de nouvelles couches de la population.

30Après les deux revers électoraux de 1910, le parti s’engagea sur la voie d’une réorganisation interne. Certains observateurs s’inquiétaient de cette multiplicité des ligues proches du parti et de la dissipation des énergies militantes qu’elles pouvaient induire :

  • 31 “There is a Tariff Reform League to push for a Tariff, the Land Union to advocate the same. The Uni (...)

Il existe une Tariff Reform League pour la réforme des tarifs douaniers, une Land Union qui a les mêmes objectifs. L’Union Defence League combat l’autonomie de l’Irlande. L’Income Tax League réclame la réduction de l’impôt sur le revenu. (…) Quelle ligne d’action, au sein de toutes ces sociétés et ligues, ne se retrouve-t-elle pas tout aussi bien dans le programme électoral du parti lui-même ?31

31Face à ces inquiétudes, les dirigeants conservateurs eurent pour objectif de davantage contrôler depuis le QG ces groupes auxiliaires de façon à mieux coordonner leur action sur le terrain. L’exemple le plus probant de cet effort de rationalisation est sans doute le cas de la Primrose League, jusqu’alors jalouse de son indépendance à l’égard des instances conservatrices. En 1911, les dirigeants de cette ligue rallièrent le giron du parti et à partir de 1913 exigèrent des adhérents qu’ils prêtent allégeance aux principes défendus par les unionistes. On a sans doute exagéré les effets délétères sur l’unité du parti de cette nébuleuse de groupes satellites. En fait, ces ligues ont permis aux conservateurs de mobiliser leur électorat, voire d’attirer à eux d’anciens libéraux hostiles aux dérives soi-disant « collectivistes » du parti libéral avant 1914. Certes, le parti est demeuré dans l’opposition, mais l’historiographie a trop souvent négligé le dynamisme des milieux conservateurs avant 1914 et la capacité du parti à tenir ses bastions. Ainsi, entre 1906 et 1914, les conservateurs ne perdirent aucun siège lors d’élections partielles et en reconquirent même un certain nombre aux dépens des libéraux. L’activisme des ligues patriotiques a probablement contribué à galvaniser les électeurs de droite et à remettre en question les modes de fonctionnement de la machine électorale conservatrice avant 1914. En introduisant indirectement dans le parti des militants qui n’auraient pas nécessairement fait la démarche d’adhérer à une section locale, mais qui étaient prêts à s’engager pour l’une ou l’autres des causes défendues par les ligues patriotiques, impérialistes et protectionnistes, ces dernières ont donc aidé le parti à se préparer à l’introduction du suffrage universel après-guerre.

Conclusion

32Il est donc contestable d’employer le terme de « droite radicale » pour désigner les ligues d’avant 1914. Comparé au cas français, ces mouvements demeurèrent fidèles au constitutionnalisme qu’entendait défendre le parti, dont les sections locales employaient d’ailleurs souvent le terme de ‘Constitutional Clubs’ comme appellation. Excepté les mouvements paramilitaires en Ulster, ces ligues demeurèrent pacifiques, et leurs mots d’ordre offraient davantage de similitudes que de divergences avec le programme du Parti conservateur. Leur vocation était moins de contester la droite « modérée » que d’encourager la hiérarchie du parti à la combativité face aux libéraux et au respect des objectifs patriotiques et impérialistes que le parti avait traditionnellement fait sien.

  • 32 Voir Julie Gottlieb, Feminine Fascism. Women in Britain’s Fascist Movement, Londres, I. B. Tauris, (...)

33En revanche, si l’on observe la trajectoire de certains des personnels de ces mouvements, on constate qu’après-guerre tout un ensemble de militant(e)s des ligues d’avant 1914 se rapprochèrent de partis et de mouvements bien plus radicaux. Par exemple, un certain nombre d’adhérentes de la Primrose League finirent par rallier la British Union of Fascists dans les années 193032. Déçus par ce qu’ils percevaient comme la capitulation des conservateurs sur la question irlandaise au début des années 1920, puis sur la question de l’Inde dans les années 1930, de nombreux militants conservateurs virent dans le fascisme britannique un mouvement plus apte que leur parti d’origine à promouvoir les valeurs impérialistes et des solutions résolument protectionnistes aux problèmes économiques apparus au début des années 1930. Le lien souvent établi entre les protectionnistes du début du siècle et les mouvements fascistes de l’entre-deux-guerres doit donc beaucoup aux continuités idéologiques entre des mouvements pourtant si diamétralement opposés dans leurs conceptions de l’ordre politique et institutionnel. Les « droites radicales » dans la Grande-Bretagne d’avant 1914, si elles préfigurèrent l’émergence ultérieure de mouvements fascistes, ne ressemblaient que très peu à la « droite révolutionnaire » française. Critiques à l’égard du laisser-faire dans le domaine économique et social, fervents soutiens d’une politique impériale et militaire sans concessions à l’égard des puissances étrangères, en particulier de l’Allemagne, ces ligues s’avérèrent fermes dans leur attachement à la démocratie libérale et firent office de sas d’entrée au sein du parti pour de nouvelles catégories de la population (femmes ; milieux ouvriers ; classes moyennes jusqu’alors acquise au parti libéral), facilitant ainsi l’hégémonie électorale du parti dans l’entre-deux-guerres.

Bibliografia

Archives

Primrose League Papers, Bodleian Library, Oxford, Conservative Party Archives

Sandars Papers, Bodleian Library, Oxford

Minute Book of the Metropolitan Conservative Agents’ Association, British Library of Political and Economic Science (BLPES), London School of Economics (LSE), London

Tariff Reform League, Navy League and Primrose League leaflets, Pamphlet Collection, BLPES, LSE, London

Times Digital Archive

Ouvrages et articles

CAIN, Peter, “The Conservative Party and ‘Radical Conservatism’, 1880-1914: Incubus or Necessity?”, Twentieth Century British History, 7, 3 (1996), p. 371-381.

CHARLE, Christophe, La crise des sociétés impériales. Allemagne, France, Grande-Bretagne 1900-1940. Essai d’histoire sociale comparée, Paris, Seuil, 2001.

CHRÉTIEN, Maurice (dir.), Penseurs conservateurs au Royaume-Uni. De Burke au thatchérisme, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2008.

COETZEE, Frans, For Party or Country: Nationalism and the Dilemmas of Popular Conservatism in Edwardian England, Oxford, Oxford University Press, 1990.

DUTTON, David, “Unionist Politics and the Aftermath of the General Election of 1906: A Reassessment”, Historical Journal, 22, 4 (1979), p. 861-876.

GREEN, Ewen, The Crisis of Conservatism: The Politics, Economics and Ideology of the British Conservative Party, 1880-1914, Londres, Routledge, 1995.

GREEN, Ewen, Ideologies of Conservatism. Conservative Political Ideas in the Twentieth Century, Oxford, Oxford University Press, 2004.

PHILIPS, Gregory, “Lord Willoughby de Broke and the Politics of Radical Toryism, 1909-1914”, Journal of British Studies, 20, 1 (1980), p. 65-87.

RIDLEY, Jane, “The Unionist Social Reform Committee, 1911-1914: Wets before the Deluge”, Historical Journal, 30, 2 (1987), p. 391-413.

SIRINELLI, Jean-François (dir.), Les droites françaises de la Révolution à nos jours, Paris, Gallimard, 1992.

STEARN, Roger T., “‘The Last Glorious Campaign’: Lord Roberts, the National Service League and Compulsory Military Training, 1902-1914”, Journal of the Society for army Historical Research, 87, 352, (2009) p. 312-330.

STERNHELL, Zeev, La droite révolutionnaire, 1885-1914, Paris, Gallimard (édition de 1997).

SYKES, Alan, Tariff Reform in British Politics, 1903-1913, Oxford, Oxford University Press, 1979.

SYKES, Alan, “The Radical Right and the Crisis of Conservatism before the First World War”, Historical Journal, 26, 3 (1983), p. 661-676.

SYKES, Alan, The Radical Right in Britain, Basingstoke, Palgrave/Macmillan, 2005.

THACKERAY, David, “Rethinking the Edwardian Crisis of Conservatism”, Historical Journal, 54, 1 (2011), p. 191-213.

THOMPSON, Andrew S., “Tariff Reform: An Imperial Strategy, 1903-1913”, Historical Journal, 40, 4 (1997), p. 1033-1054.

WILLIAMS, Rhodri, Defending the Empire: The Conservative Party and British Defence Policy, 1899-1915, New York, Yale University Press, 1991.

WITHERELL, Larry, Rebel on the Right: Henry Page Croft and the Crisis of British Conservatism, 1903-1914, Newark, University of Delaware Press, 1997.

WITHERELL, Larry, “Sir Henry Page Croft and the Conservative Backbench Campaigns for Empire, 1903-1932”, Parliamentary History, 25, 3 (2006), p. 357-381.

Note

1 Pour une approche comparant dans divers contextes nationaux la manière dont s’est posée la question de la réforme fiscale nécessitée par le contexte international, voir J. M. Hobson, ‘The Tax-Seeking State : Protectionism, Taxation and State Structures in Germany, Russia, Britain and America, 1870-1914’, Thèse non publiée, University of London (1991).

2 Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire, 1885-1914, Paris, Gallimard (édition de 1997), Introduction, p. x.

3 On renvoie sur cette tradition philosophique des anti-Lumières au remarquable ouvrage de Sternhell, Les anti-Lumières. Une tradition du XVIIIe siècle à la guerre froide, Paris, Fayard, édition de 2010. L’ouvrage de Sternhell, très complet sur Edmund Burke, n’aborde pas la critique de la démocratie libérale qui se développe à la fin du XIXe et au début du XXe en Grande-Bretagne, avec des auteurs comme Anthony Ludovici, inspiré par Nietzsche. Dans ce chapitre, on s’intéressera en premier lieu aux organisations politiques du début du XXe siècle, mais il est important de souligner l’existence d’auteurs « anti-Lumières » contemporains des groupes dont il sera question ici.

4 C’est l’interprétation d’Ewen Green dans The Crisis of Conservatism: The Politics, Economics and Ideology of the British Conservative Party, 1880-1914, Londres, Routledge, 1995. Dans la conclusion (p. 333), il affirme que si la Grande Guerre a joué un rôle prépondérant dans la désagrégation du Parti libéral, elle a également permis d’épargner au Parti conservateur le fait de connaître une semblable « désintégration ». L’historiographie récente tend à minimiser l’état de déliquescence dans lequel se serait trouvé le Parti conservateur en 1914. David Thackeray préfère souligner le dynamisme idéologique et militant du parti juste avant l’entrée en guerre en août 1914. Voir David Thackeray, “Rethinking the Edwardian Crisis of Conservatism”, Historical Journal, 54, 1 (2011), p. 191-213.

5 Sur les membres de Reveille, voir The Times, 8 octobre 1910, p. 10.

6 Sur la composition du Halsbury Club, voir The Times, 13 octobre 1911, p. 6. À noter que ce club devait son nom à lord Halsbury, membre de la Chambre des Lords et l’un des chefs de file des conservateurs déterminés à s’opposer jusqu’au bout aux réformes libérales, qui prévoyaient de limiter le droit de veto dont disposaient les Lords sur les lois votées aux Communes.

7 La TRL a été abondamment analysée dans l’historiographie britannique. L’ouvrage de référence demeure Alan Sykes, Tariff Reform in British Politics, 1903-1913, Oxford, Oxford University Press, 1979. Sur la Navy League et la National Service League, voir Rhodri Williams, Defending the Empire: The Conservative Party and British Defence Policy, 1899-1915, New York, Yale University Press, 1991; Frans Coetzee, For Party or Country: Nationalism and the Dilemmas of Popular Conservatism in Edwardian England, Oxford, Oxford University Press, 1990; Roger T. Stearn, “‘The Last Glorious Campaign’: Lord Roberts, the National Service League and Compulsory Military Training, 1902-1914”, Journal of the Society for Army Historical Research, 87, 352, (2009) p. 312-330.

8 À noter que la présidente des WUTRA n’était autre que l’épouse de Leo Maxse, évoqué plus loin dans le chapitre. The Times, 7 juin 1907, p. 11. Sur la TUTRA, voir K. D. Brown, “The Trade Union Tariff Reform Association, 1904-1913”, Journal of British Studies, 9, 2 (1970), p. 141-153.

9 Dr Graveline, « Les Jaunes an province », Le Jaune, 22 avril 1905. Cité dans Sternhell, p. 362.

10 Russell Rea, député libéral et membre du Cobden Club, démentit avec indignation ces accusations d’influence étrangère sur cette organisation. Russell Rea dut rappeler que le Cobden Club ne fonctionnait qu’avec les subsides que lui octroyaient ses militants britanniques, et non, comme l’insinuaient les protectionnistes, avec l’argent de l’étranger. Cobden Club Dinner at the Hotel Cecil, Strand, on the 20th of March 1914, Londres, Cassell, 1914, p. 5.

11 Sur le « socialisme national et l’antimarxisme plébéien » des Jaunes, voir Sternhell, op. cit., p. 375-397. Dans son analyse des milieux qui soutiennent la TRL, Frans Coetzee a montré la prépondérance des grands patrons des anciennes industries comme les propriétaires de houillères, les patrons de métallurgie et les armateurs. Malgré leur volonté de s’attirer les bonnes grâces des milieux ouvriers, les protectionnistes ne sont pas réellement parvenus à convaincre l’électorat populaire du bien-fondé de leurs idées, comme en témoigne le succès tout relatif des TUTRA (voir note 8). Frans Coetzee, For Party or Country: Nationalism and the Dilemmas of Popular Conservatism in Edwardian England, Oxford, Oxford University Press, 1990, p. 66-67.

12 Sur ces deux inclassables auteurs catholiques et leurs affinités avec la droite radicale française, voir Richard Griffiths, The Pen and the Cross. Catholicism and English Literature 1850-2000, Londres, Continuum, 2010, p. 144-148.

13 Sur la place centrale des considérations d’unité impériale au sein de la TRL, voir Andrew Thompson, “Tariff Reform : An Imperial Strategy, 1903-1913”, Historical Journal, 40, 4 (1997), p. 1033-1054.

14 “A definite Conservative theory of the State”. Green, op. cit., p. 285.

15 The Times, 19 octobre 1910, p. 10.

16 Voir Rhodri Williams, Defending the Empire: The Conservative Party and British Defence Policy, 1899-1915, New York, Yale University Press, 1991, passim. Les passages que Williams consacre dans son étude à l’influence exercée par la Navy League et la National Service League montrent la puissance de ces deux mouvements et leur hostilité à l’égard du Parti libéral au pouvoir, en particulier lorsque les libéraux pacifistes militent pour une réduction des dépenses navales et militaires. Williams ne souligne toute fois pas assez à nos yeux l’ampleur des collaborations entre le Parti conservateur et ces deux mouvements.

17 “In a good many places, the Tariff Reform people are trying to get the Primrose League women away from Habitations and into what they call Unionist Associations but which are really Tariff Reform affairs and it is now clear that all Fiscal people put their Fiscalities before the cause of either God or Country, and until they are put to death there will never be Union in our great Party”. George Lane-Fox à Jack Sandars, 10 janvier 1907, c. 753, f. 39-40, Sandars Papers, Bodleian Library.

18 Rapport confidentiel, février 1906, Sandars Papers, Bodleian Library, c. 751, f. 148.

19 Sur les divisions internes chez les conservateurs, voir Neal Blewett, “Free Fooders, Balfourites and Whole-Hoggers: Factionalism within the Unionist Party”, Historical Journal, 11 (1968), p. 95-124.

20 Pour un exemple local des agissements des « confédérés » contre les candidats unionistes pro-libre-échange, voir Larry Witherell, “Political Cannibalism among Edwardian Conservatives: Henry Page Croft, the Confederacy and the Campaign for East Hertfordshire, 1906-10”, Twentieth Century British History, 8, 1 (1997), p. 1-26.

21 Metropolitan Conservative Agents’ Association Minute Book, Londres, British Library of Political and Economic Science, 11 juillet 1905.

22 “The Primrose League cannot take sides on Fiscal questions. Every member of the Primrose League is quite free to vote as he pleases upon such questions but the Primrose League confines itself to its own work”. Grand Council (organe directeur de la Primrose League), archives de la Primrose League, Bodleian Library, lettre de George Lane-Fox à Mrs Simpson, 8 novembre 1905.

23 Grand Council, archives de la Primrose League, Bodleian Library, 2 février 1905.

24 “A round-about, indefinite and ill-defined policy”, selon les dires de cette militante désabusée. Grand Council, archives de la Primrose League, Bodleian Library, 15 février 1912.

25 Grand Council, 1er juin 1916.

26 Grand Council, 6 novembre 1918 ; 1er juillet 1920. Dès l’été 1918, les dirigeants de la League sont informés d’un certain nombre de défection de leurs militants vers cette nouvelle organisation impérialiste et hostile à l’autonomie de l’Irlande. Grand Council, 12 août 1918.

27 “If past eras have been known as the stone age, bronze age and iron age, surely the present period in our history might be known as the league age.” Conservative Agents Journal, octobre 1910.

28 L’Anti-Socialist Union (ASU) entretiendra des liens privilégiés avec certains milieux fascistes dans l’entre-deux-guerres, puisque des dirigeants fascistes comme Nesta Webster et le général Blakeney, chef de file des British Fascisti, militèrent à l’ASU.

29 C’est le cas, parmi de nombreux autres, de Mr Jarrett, secrétaire provincial de la Primrose League, qui décide d’aller exercer ses talents au sein de la National Service League. Grand Council, 2 juillet 1914.

30 Green, op. cit., p. 332.

31 “There is a Tariff Reform League to push for a Tariff, the Land Union to advocate the same. The Union Defence League to oppose Home Rule for Ireland. The Income Tax League to reduce Income Tax. The Junior Conservatives to advance the Unionist policy. The Confederates to do ditto. (…) Now what policy is there in all these societies and leagues which cannot be advocated equally from the platform of the Party proper?” Lettre de lord Graham au Times, 20 octobre 1911, citée dans John Ramsden, “The organisation of the Conservative and Unionist Party in Britain, 1910 to 1930”, Thèse, Oxford, 1974, p. 32.

32 Voir Julie Gottlieb, Feminine Fascism. Women in Britain’s Fascist Movement, Londres, I. B. Tauris, 2003, p. 135.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540