Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie I. Les cultures politiques des droites radicales en contexte : éléments de comparaison transmanche

Les droites radicales et l’empire colonial au vingtième siècle

Olivier Dard

Texte intégral

  • 1 Sur tous ces points, Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005 [seconde édition au (...)
  • 2 Raoul Girardet, L’idée coloniale en France, Paris, La Table ronde, 1972, réédité en collection plur (...)
  • 3 Ibid., p. 151.

1Il est commun d’amalgamer, dans le cas de la France, droites radicales et rejet de la décolonisation. À cet égard, les épisodes indochinois et algérien sont largement sollicités. Le putsch d’Alger et la création de l’OAS ont largement conditionné cette vision des choses qui, pour comporter une évidente part de vérité, véhicule aussi bien des représentations qui doivent être corrigées. Nous avons ainsi montré ailleurs que l’OAS ne saurait se réduire à une lecture la résumant à une organisation d’extrême droite et encore moins à une organisation fasciste. De même, la montée et le développement du Front national peuvent difficilement être tenus pour des conséquences directes de la guerre d’Algérie1. La communication présentée, volontairement inscrite dans une temporalité longue, va permettre de contribuer à comprendre un paradoxe à savoir les raisons qui ont conduit les droites nationalistes françaises, hostiles à l’origine la colonisation tertio-républicaine à compter à l’occasion de sa chute ses plus fervents défenseurs. Faut-il rappeler, après Raoul Girardet, à quel point « l’adhésion au fait colonial […] a été difficilement, lentement et tardivement accordée2 » ? Les crises marocaines, en particulier celle de 1911, ont joué à cet égard un rôle essentiel permettant de lier l’opposition à l’Allemagne et la conquête coloniale en réunifiant, selon les termes de Girardet, « nationalisme de vocation continentale » et « nationalisme d’expansion extra-européenne3 ».

2L’historien qui aborde cet objet constate un relatif vide historiographique. Certes, les travaux sur les droites nationalistes sont nombreux mais, dans la plupart des cas, ils sont focalisés sur la seule métropole, négligeant les implantations coloniales des forces considérées. On remarquera d’ailleurs la même carence dans les débats, souvent stériles, sur le fascisme français dont la question coloniale est singulièrement absente alors qu’elle pourrait nourrir une fructueuse comparaison entre le fascisme français, ou ce que d’aucuns entendent comme tel, et des fascismes étrangers, à commencer par les exemples italien ou britannique.

3Notre propos aura ici comme ambition première de dresser un état des lieux des discours et des pratiques des droites radicales françaises face à l’empire colonial en prenant en compte un long vingtième siècle. Nous nous attacherons tout d’abord à l’examen des analyses produites sur le sujet, en particulier par Barrès et Maurras. Nous soulignerons ensuite comment les questions coloniales s’intègrent dans les discours et les pratiques des organisations nationalistes de l’entre-deux-guerres au début des années cinquante. Nous analyserons ensuite comment les droites radicales ont abordé et affronté la décolonisation. Enfin, nous nous attacherons à la mémoire de l’empire colonial au sein des droites radicales depuis les années 60.

Le socle doctrinal : Barrès, Maurras ou le nationalisme apprivoisé par l’empire colonial

4Les deux principaux théoriciens du nationalisme français, Maurice Barrès et Charles Maurras ont consacré, surtout le premier, peu de textes aux questions coloniales. Comme souvent, quels que soient les liens d’amitié et d’estime qui les unissent et nonobstant certaines convergences de vues, leurs analyses reposent sur des fondements différents. Elles partent cependant ici d’un même point, la dénonciation de la politique extérieure des opportunistes.

  • 4 Maurice Barrès, Mes Cahiers, tome huitième, 1909-1911, Plon, 1934, p. 285.
  • 5 Charles Maurras, Kiel et Tanger 1895-1905. La République française devant l’Europe, 1905-1913-1921, (...)
  • 6 Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Charron, tome p (...)

5Ainsi, on trouve chez Barrès comme chez Maurras une condamnation forte de Gambetta comme de Ferry. Le temps n’y a rien changé. Au début de 1911, l’ancien député boulangiste ne manquait pas de réitérer une accusation brandie à maintes reprises quant à la conduite de la guerre et de la paix en 1870-1871 : « L’honneur commandait de céder, de se refaire et de se revancher. Mais de cela on a fait semblant, ces zélés gens de l’honneur ont simulé la revanche. Gambetta a choisi l’intérêt de son parti, car il eût fallu une armée (est-ce possible avec la forme démocratique), il eût fallu des mœurs (ce n’est pas possible sans religion). Et il s’est entendu avec Bismarck qui faisait le Kulturkampf et il a fait de l’anticléricalisme et de la colonie (pour détourner l’élite de notre armée du Rhin. J’ai bien vu comme Marchand détestait plus les Anglais que les Allemands). Il occupait les imaginations de nos meilleurs officiers loin du Rhin et il nous mettait en conflit avec l’Angleterre. Il est faux de venir dire avec Déroulède que l’Allemagne a renversé Gambetta, c’est l’Angleterre et Clemenceau4. » Maurras n’est guère plus tendre avec les opportunistes dont il dresse un réquisitoire contre la politique extérieure dans Kiel et Tanger. Ramenée à des « lieux communs de l’éloquence gambettiste ou de l’intrigue ferryste », les « expéditions coloniales doivent être comprises comme des dérivatifs allemands, acceptés par notre Gouvernement en vue d’entreprises profitables à des amis5 ». Au lendemain du premier conflit mondial, le constat reste identique : « Nous avons soldé cette préférence par quinze cent mille morts ; nos pertes irréparées, peut-être irréparables, donnent raison à Boulanger contre Ferry6. »

  • 7 Ibid., p. 273.
  • 8 Ibid., p. 274 (l’Action française, 22 novembre 1922).
  • 9 Ibid., p. 275 (l’Action française, 23 juin 1920).
  • 10 Ibid., p. 274. Sur la question de la relation de Maurras et de l’Action française, voir Martin Mott (...)
  • 11 Ibid., p. 277 (l’Action française, 23 décembre 1922).
  • 12 Charles Maurras, Le Soleil, 23 février 1901. Cité in Michel Leymarie, Jérôme et Jean Tharaud écriva (...)

6Maurras s’est davantage intéressé à l’empire colonial que Barrès et ce, avant même la fondation de l’Action française. Il en a dressé un tableau lapidaire dans la Gazette de France du 15 janvier 1900 : « [...] nos colonies sont des déserts peuplés de fonctionnaires, gardés par des soldats, où s’agitent de ci de là quelques bonnes volontés, énergiquement desservies par l’administration7. » On relève chez Maurras une volonté de théoriser ce que pourrait être une bonne politique coloniale. Le principe de la colonisation ne le gène nullement car la situation géopolitique de la France l’impose : « L’immense développement de ses côtes ne donne qu’une idée faible et imparfaite de l’immense intérêt qu’elle a à naviguer et à coloniser8. » Il n’en demeure pas moins, selon lui, qu’elle doit se prémunir à l’Est contre l’Allemagne. Le méridional Maurras a les yeux rivés sur la « ligne bleue des Vosges », ce qui le conduit à proposer une politique étrangère à double détente : « La défense contre l’ennemi germanique a le numéro un, parce qu’elle est le salut. L’expansion occidentale et méridionale, d’ordre alimentaire et vital, a le numéro deux9. » Si le principe est acquis, encore faut-il s’entendre sur les modalités. Le monarchiste Maurras s’inscrit dans le sillage de la politique coloniale de la monarchie dont il loue les résultats et qu’il explique par une coordination bien conduite entre finalités et moyens (la mise sur pied d’une marine performante). La Troisième République, loin de s’inscrire dans un tel héritage pècherait par ses insuffisances et ses « incohérences ». Au lendemain du premier conflit mondial, dressant comme d’autres un bilan fort négatif de l’état de la marine française le constat du penseur martégal est le même : « Notre politique maritime contredit notre politique coloniale », ce qui le conduit à formuler des craintes sur sa pérennité : « Prenons garde de perdre notre position de second empire colonial sur notre planète10. » Il reste enfin à évoquer la position de Maurras sur la question de l’assimilation : elle est clairement explicitée. Évoquant Madagascar, l’Indochine, l’Algérie ou le Maroc, Maurras s’interroge : « Est-ce que l’assimilation y est seulement concevable ? Est-il sage de vouloir substituer de fond en comble notre civilisation à des états sociaux aussi avancés ou, si l’on veut, aussi déterminés que ceux de l’Extrême Orient ou de l’Afrique du Nord ? Il y a des points du monde où de grandes races sont, en quelque sorte, nouées. On peut y introduire certaines institutions et coutumes occidentales ou superposer au fond des sentiments et des idées certaines nouveautés d’utilité indubitable, d’usage immédiat. Mais peut-on tenter autre chose que cette association discrète et féconde ? Je serais bien surpris que M. René Boisneuf [député de la Guadeloupe et chantre de l’assimilation] nous le démontrât et je n’en serais pas enchanté, car enfin où passerait la variété de notre pauvre monde et quelle affreuse monotonie submergerait tout11 ! » Quant à l’avenir de cet empire, à commencer par l’Algérie, Maurras fut dès les origines circonspect : « Qu’est-ce que l’Algérie ? Un pays dans lequel l’élémfent hispano-italien mêlé à l’élément français, se superpose à des éléments indigènes : toute question de politique s’y complique de plus en plus de questions de nationalité, race, langue, religion. » Et Maurras d’ajouter : Les querelles d’autonomie risquent et risqueront toujours de se tourner en querelles de sécession. Le séparatisme algérien n’existe pas dans les volontés : il peut naître des circonstances […] Il se forme là un nouveau peuple, d’un nouveau sang qui peut très bien rester français, mais qui, tout aussi bien, si la France fait des sottises, peut passer de l’indifférence à la désaffection, de la désaffection à la haine. Il faut donc que la France sache adopter, envers les sentiments, les goûts et les intérêts algériens, une politique sage, humaine, à courte vue12. »

Les organisations nationalistes de l’entre-deux-guerres : l’empire investi

  • 13 Pierre Taittinger, Les Cahiers de la Jeune France, Paris, Éditions du National, 1926, p. 91. Cité i (...)

7Si un virage s’opère avant le premier conflit mondial dans le regard porté sur l’empire colonial chez les nationalistes, la Grande Guerre marque un tournant. Pierre Taittinger, leader des Jeunesses patriotes et l’une des figures coloniales les plus intéressantes des milieux nationalistes de l’entre-deux-guerres, le souligne : « Tous ceux qui ont fait la guerre se souviennent de ces matins d’attaques où fantassins et tirailleurs débouchaient côte à côte des tranchées dans l’aube meurtrière. Tout ce qu’on avait appris à l’école sur nos possessions lointaines, et qui semblait si fastidieux nous revenait à la mémoire. Devant le danger commun, cette géographie là semblait particulièrement vivante. On comprenait ce que valent les colonies en voyant ces Sénégalais, ces Marocains, ces Malgaches, lutter pied à pied sur le sol déchiré du pays. Et quand ils tombaient pour notre défense, leur sang n’était pas moins rouge que le nôtre. C’était bien du sang français, j’imagine. Il scellait à jamais le contrat qui lie les provinces d’outre-mer à la province métropolitaine, les patries lointaines à la patrie d’Europe, et qui, de ces terres éloignées, malgré des différences de langue et de race, fait un pays unique : la plus grande France13. »

  • 14 Pierre Taittinger, « De bonnes nouvelles nous viennent d’Algérie », La IVe République, 6 janvier 19 (...)
  • 15 Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Paris, Albin Mic (...)
  • 16 Pierre Taittinger, « Vers un Ottawa français. Une œuvre d’intérêt général qui dépasse les partis »,(...)

8Si le discours paraît convenu, il prend selon les organisations nationalistes des contours différents. Au sein des ligues, les Jeunesses patriotes sont sans doute les plus en pointe sur le sujet. Pierre Taittinger, intéressé dès l’origine par la double question de la marine marchande et de l’empire colonial, se fait rapidement dans le monde parlementaire une réputation de spécialiste du sujet et devient en 1922 vice-président de la commission des colonies de l’Algérie et des protectorats, une des plus importantes des commissions de la chambre et une chasse gardée du « parti colonial ». Pierre Taittinger se fait un ainsi l’avocat constant des mérites de l’empire et de ses ressources tant humaines qu’économiques. Dès les années vingt, il voit dans l’empire une marque de puissance de la France : « Entourée de nations qui, fièrement et légitimement, proclament leur désir de surpasser les autres et se qualifient d’empires, nous disons nettement que nous voulons pacifiquement l’hégémonie de la France, et que nous voulons notre pays si grand que pour lui et toutes ses terres, le titre d’Empire français ne soit pas une hérédité trop lourde à porter14. » La crise des années trente fait de lui le chantre de la mise sur pied d’une conférence impériale comparable à celle tenue à Ottawa en 1932. Elle pourrait déboucher sur « l’organisation économique de l’empire français » et permettrait, à l’heure où l’interpénétration économique entre la métropole et les colonies est à son acmé15, de « nous suffire à nous-mêmes16 ». À la veille de la guerre, Le National, organe des JP puis du PNRS consacre sa dernière page à « L’Empire français » et le célèbre avec vigueur.

  • 17 Voir en particulier Pascal Ory, « L’opinion publique et la “puissance” française vers 1938 : quelqu (...)
  • 18 Cité in Jean Philippet, op. cit., p. 892.
  • 19 Cité in Jean Philippet, op. cit., p. 898.
  • 20 « Hitler et la coloniale », Le National, 8 juin 1940, cité in Jean Philippet, op. cit., p. 891.

9La lecture de la prose de Taittinger invite à s’interroger sur son degré d’originalité. À raison, Jean Philippet la relativise et relève que sa vision notamment de « l’autarchie (sic) impériale » est partagée dans de larges secteurs du spectre politique, y compris par les « coloniaux » du parti radical. Il faudrait leur ajouter la nébuleuse des relèves des années trente, en particulier les « réalistes » et leurs porte-paroles, de Georges Valois à Bertrand de Jouvenel, sans oublier quelques années plus tard les technocrates des Nouveaux Cahiers. De fait, force est de constater qu’il n’existe pas sur ce plan de doctrine impériale propre aux droites nationalistes. Par ailleurs, l’engouement pour l’Empire ne leur est pas non plus spécifique et si l’on discute encore de la profondeur du sentiment colonial dans la France de l’entre-deux-guerres, le principe de son existence et même de son renforcement durant les années trente est admis17. En même temps, et les commentaires inspirés par l’exposition coloniale de 1931 le montrent bien, les frontières de la France correspondent désormais pour le nationaliste qu’est Pierre Taittinger à celles de l’Empire. Les Phalanges universitaires sont pour ce faire mobilisées et leur responsable, Thielland, lance en 1931 : Nous arriverons à prouver que la France ne compte pas 40 millions d’habitants mais 100, et que, quoique d’une couleur différente de la nôtre, les habitants de notre Empire colonial n’en sont pas moins français18. » La France doit donc être réorganisée en fonction de la « plus grande France » et Taittinger se fait l’apôtre, en commission parlementaire, d’un élargissement graduel de la représentation des colonies : « Je ne prétends pas qu’il faut envoyer du jour au lendemain à la Chambre 300 délégués de la France d’outre-Mer qui submergeraient la représentation métropolitaine, mais je dis qu’il faut quand même associer la France d’outre-mer à la vie de la France métropolitaine19. » Cette vision des choses, si elle n’est pas originale à l’aune du discours général des forces de gouvernement tertio-républicaines tranche cependant avec un discours nationaliste centré sur l’hexagone. Il traduit aussi, comme le souligne Jean Philippet, la naissance d’un nouveau nationalisme, « un nationalisme impérial […] résolument progressiste et optimiste », « républicain pour lequel la nation, donc l’empire, est fondée sur une volonté de partager un destin commun ». L’Empire colonial est l’avenir de la France. Il faut donc le protéger, en particulier contre la menace allemande que Taittinger stigmatise en pleine bataille de France en réagissant violemment à une propagande allemande dénonçant à la radio « l’armée coloniale » comme une « horde de sauvages ». En réponse, Taittinger est lyrique : « Il faut que vous sachiez […] frères de couleur, gars métropolitains, la façon dont vous traite devant le monde à l’écoute la propagande germaine […] Coloniaux de partout au front, blancs ou indigènes, continuez votre assaut contre le Boche incivilisé et visez bien20. »

  • 21 Stéphane Giocanti, Maurras. Le chaos et l’ordre, Paris, Flammarion, 2006, p. 406.
  • 22 Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, compléments établi par les soins de Jean Pélis (...)

10Cette vision ne fait pas consensus dans le camp nationaliste et Maurras y est franchement hostile. Le Provençal connaît l’Algérie où il a fait une première tournée de conférences en 1935 à Alger et à Oran avant son voyage triomphal de novembre 1938. À cette occasion, il a notamment évoqué la figure d’André Chénier, admiré les ruines romaines de Tipasa21 davantage qu’il ne s’est souci de l’avenir de l’Empire. Il ne se prononce pas moins clairement sur les enjeux du temps et en particulier sur la question du droit de vote aux « Indigènes » : « Si l’on accorde le droit de citoyen à dix, vingt ou trente milliers d’indigènes, il n’y aura pas de raison pour le refuser longtemps à des millions d’autres ; ce qui fera que six ou sept millions d’Arabes ou de Berbères seront constitués par la grâce du régime électif, les maîtres des huit ou neuf cent mille Européens d’Algérie, donc de l’Algérie entière. Ce régime étendu à tout l’Empire français doit aboutir à faire gouverner la métropole par de multicolores sujets ; ils seront soixante-dix millions contre quarante-deux millions de Français. Quand la démocratie césarienne eût universalisé dans Rome le droit de cité, il n’y eut bientôt plus de Romain. Aussi n’y aurait-il plus de Français. » On retrouve classiquement chez Maurras la critique implacable de la « loi du nombre, ce régime démocratique [qui] détermine automatiquement les funérailles de la France dans un Empire vainement qualifié de Français. » La solution pour Maurras réside dans une refondation politique maintes fois évoquée : « Il suffit de remettre la souveraineté où elle est, où il faut qu’elle soit, entre les mains de notre dynastie historique, pour qu’il devienne possible et facile de faire aux vaillants indigènes d’Algérie, qui se sont signalés par tant de services militaires sous les plis du drapeau français, une place digne d’eux dans notre cité : ils seront comme nous, sujets du roi de France, ils n’y usurperont aucune autorité22. »

 

  • 23 Pour le développement qui suit, se reporter à Jean Philippet, op. cit., p. 892-897.

11Les ligues nationalistes sont implantées dans l’empire, en particulier en Afrique du Nord. En Algérie, les JP23 disposent ainsi d’une presse spécifique (l’hebdomadaire La Jeune Afrique à Alger, Le National – d’Oran-) et de sections dynamiques, en particulier sur Alger et Oran où, durant les vingt elles collaborent avec les Unions latines du Dr Molle. Elles recrutent principalement dans les quartiers populaires et chez les petits colons, marquant, comme en métropole, une certaine hostilité aux « gros », des gros propriétaires aux chefs indigènes. On soulignera encore que les JP d’Alger ont créé au début de 1930 une section musulmane. Les JP tiennent aussi certaines positions en Tunisie : les Phalangeards sont implantés à l’université, montrant que les JP, comme en métropole entendent contester sur ce point son monopole à l’AF. Par ailleurs, en 1934, deux membres du Grand conseil de Tunisie sont JP tout comme le président du syndicat des fonctionnaires.

  • 24 Albert Kéchichian, Les Croix-de-Feu à l’âge des fascismes, Seyssel, Champ Vallon, 2006, p. 234. Voi (...)
  • 25 Richard Milmann, La question juive entre les deux guerres. Ligues de droite et antisémitisme en Fra (...)

12Les Croix de Feu sont également implantées en Algérie au début des années trente, principalement à Constantine. On ne reviendra pas ici sur l’affaire du massacre de Constantine du 5 août 1934 (25 juifs assassinés) dont Albert Kéchichian a démontré qu’il n’était pas le fait des Croix-de-Feu mais la traduction d’un « ressentiment » profond et ancien (décret Crémieux) des populations musulmanes envers les juifs, qu’une « rumeur a fait dégénérer » et que « l’impéritie des autorités civiles et militaires » a été incapable de maîtriser24. En termes d’implantation, les Croix-de-Feu recrutent à l’origine majoritairement chez les Européens mais aussi dans la population israélite : le grand rabbin Eisenbeth ou l’ancien sous-lieutenant Lucien Bensimon25. Après le massacre de Constantine, alors que l’antisémitisme ne se cesse de se développer, les Croix-de-Feu d’Algérie tentent d’élargir leur recrutement aux Musulmans. Comme pour les juifs naguère, de l’instant où l’on sort de cas symboliques, à commencer par celui d’Augustin Iba Zizen, bâtonnier du barreau de Tizi Ouzou, les résultats sont limités, y compris après les municipales de 1935 marquées par un fort développement militant. À cet égard, la situation varie selon les sections et leurs dirigeants, certains étant prêts à ouvrir les vannes au recrutement « indigène » en agitant notamment le thème de l’antisémitisme. L’objectif est clair : tenir la rue. Cela étant, les musulmans membres des Croix-de-Feu n’arrivent pas à gagner les adhérents de la ligue, qui suivent sur ce point les vues de la majorité des colons comme de l’administration coloniale quant à l’idée d’élargir l’octroi de la citoyenneté française aux musulmans. La crainte d’ouvrir la boîte de Pandore est réelle et profonde.

La relève des partis : PPF et PSF

  • 26 Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque 1885-1946 ou les pièges du nationalisme chrétien, Paris, (...)
  • 27 Ibid., p. 803 et p. 1041, note 15.
  • 28 Pour cette citation et les suivantes, Ibid., p. 805.

13L’interdiction des ligues transforme la donne politique dans l’empire comme en métropole mais les partis qui leur succèdent reprennent à leur compte une partie des héritages même si c’est de façon partielle comme le montre l’exemple du PSF à l’égard des Croix-de-Feu. En Algérie, un ancien Croix-de-Feu, Stanislas Devaud, a été élu député en 1936 à Oran au premier tour. Membre du comité exécutif du PSF, très proche de La Rocque, il se retrouve en porte à faux, comme l’ensemble du PSF, face à une radicalisation de la vie politique algérienne, notamment quant à son refus du Front de la Liberté26 et à l’antisémitisme qui se développe substantiellement. Devaud, dont l’épouse est juive, doit faire face à une violente campagne d’Henry Coston qui stigmatise « l’enjuivement de la Rocque » tandis qu’en Algérie même le colonel Debay, président des fédérations d’Algérie met les choses au point dans la Voix Indigène (Alger) en 1938 en prenant nettement position contre « un racisme que nous réprouvons » et en mettant en avant une « France française » définie comme « la parfaite union de tous ses enfants, sans distinction d’origine ou de religion27 ». Le PSF est sur ce point cohérent comme le montre un projet conçu en son sein par Augustin Iba Zizen, appuyé par le colonel Debay et qui a visé à concurrencer le projet Blum-Violette. Le statut de l’« Algérie française » proposé se décline autour d’une inspiration assimilationniste : « La souveraineté française est intangible. […] La véritable solution serait l’octroi de la citoyenneté intégrale avec renonciation au statut personnel et surtout une progression tenant compte de tous les intérêts spirituels, moraux et matériels en cause28. » Il s’agissait, dans l’esprit d’Iba Zizen, d’en finir avec « les hésitations de l’administration algérienne à une politique d’assimilation française ». Comme l’a noté justement Jacques Nobécourt, cette assimilation qui imposait la renonciation au statut personnel coranique ne s’accompagnait-elle pas de la méconnaissance de ses implications religieuses réputées dans le même temps être respectées ? La « contradiction » ne semble pas avoir été « perçue » mais ce projet avorté montre l’existence d’une vision qui préfigure, à sa façon, le thème de l’intégration cher à une partie des tenants de l’Algérie française.

  • 29 Voir le chapitre 4 « Le colonialisme, voilà l’ennemi ! (1924-1925) » in Jean-Paul Brunet, Jacques D (...)
  • 30 Lambert a organisé en août 1936 une réunion où ont pris la parole Jean Fossati (PPF) et Stanislas D (...)
  • 31 Ibid., p. 408.
  • 32 Ibid., p. 571-574.

14Le PPF se développe sur des bases différentes, avec d’autres soutiens et d’autres perspectives. Les positions anticolonialistes de son principal dirigeant, Jacques Doriot, ci-devant communiste et principal acteur de l’affaire Abd el-Krim (été 192529) auraient pu constituer un handicap, en particulier vis-à-vis des populations européennes d’Afrique du Nord. Le PPF profite de l’interdiction des ligues et s’emploie à manœuvrer au milieu d’une vie politique algérienne agitée et dominée par certaines figues, comme l’abbé Lambert à Oran qui entendent tirer leur épingle du jeu et dépasser sur leur nom la concurrence PSF/PPF30. En fait, le PPF, qui n’a pas, à la différence de la métropole, mené une campagne d’adhésion percutante a progressivement récupéré pour son compte les militants de nombreuses ligues, de l’Action française (à Oran, la section toute entière bascule) jusqu’aux Croix-de-Feu qui sont loin de rejoindre en masse le PSF. De fait, le PPF s’impose comme le premier parti d’Oranie, comptant au minimum 11 000 membres contre 7000 au PSF31. À l’heure où Saint-Denis échappe au PPF et où s’esquisse le Front de la Liberté, l’Algérie devient un foyer potentiel non seulement de développement mais aussi d’ancrage : Doriot imagine se présenter à la députation en Oranie avec l’aval de l’abbé Lambert (rencontré en mars 1938) auquel est promise la direction du Front de la Liberté et un appui sans faille dans sa municipalité d’Oran. Le discours du parti est infléchi à cette fin : l’antisémitisme y occupe une place plus conséquente qu’en métropole et le parti doriotiste s’est adapté à cette nouvelle situation32.

  • 33 Le travail minutieux de Jean-Paul Cointet (La Légion française des combattants. La tentation du fas (...)

15À la veille de la guerre, à l’instar des autres forces politiques, les droites nationalistes françaises ont pleinement intégré l’Empire à leurs discours comme à leurs stratégies. Une organisation comme le PPF est même fortement implantée en Algérie, appelée à devenir l’un de ses fiefs. Il resterait cependant à préciser les termes de la singularité des droites radicales françaises eu égard à l’Empire. Ont-elles un projet spécifique ? L’examen des positions d’un Pierre Taittinger montre ses limites ce qui s’explique, pour partie, par le fait que l’Empire est alors un objet de consensus. Cela étant, quand on observe les choses de l’intérieur, il apparaît que, comme souvent, une ligne de démarcation sépare héritiers des JP et des Croix-de-Feu des positions de l’Action française. L’assimilationnisme des premiers ne se retrouve nullement chez les maurrassiens. Peut-on par ailleurs présager, eu égard à la situation de l’entre-deux-guerres, des enseignements pour la suite ? Pour ce qui est des acteurs et des principaux discours, au-delà d’une nécessaire distance par rapport à toute approche téléologique, il faut prendre en compte le choc du second conflit mondial qui bouleverse la donne tant au plan macro-politique (l’Empire est au cœur de la rivalité Vichy/Londres) que micro-politique (les dirigeants comme les organisations politiques existantes voient leur destin bouleversé en 1940). Certes, on dispose d’études fouillées sur l’Empire pendant le second conflit mondial, en particulier l’Algérie mais elles ne permettent pas de mesurer, par exemple, sur quels socles militants précis la Légion des combattants (150 000 membres en Algérie) s’est implantée33 et de construire pour la suite des analyses fouillées sur les permanences, ou les ruptures dans les engagements militants, au-delà de cas connus comme celui du futur maire d’Alger Jacques Chevallier, passé des Volontaires nationaux au mendésisme.

Les droites radicales et la décolonisation

16Les droites radicales françaises se sont globalement opposées à la décolonisation ce qui a pu déboucher, pour leurs militants les plus décidés, sur un engagement dans l’OAS. De fait, les héritiers de Maurras se retrouvent parmi les derniers défenseurs d’un Empire qu’ils avaient à l’origine stigmatisé avant de l’adopter. Le paradoxe apparent s’explique lorsque se précise le sens du combat contre la décolonisation et en faveur de la défense de l’Empire.

  • 34 Charles Maurras, Pages africaines, Paris, Fernand Sorlot, 1940, p. 170.
  • 35 Nous nous permettons de renvoyer ici à Olivier Dard, « Subversion, antisubversion et contre-subvers (...)

17La défense de l’Empire colonial conjugue plusieurs éléments. En premier lieu, la perpétuation d’une puissance de la France mise à mal par le second conflit mondial et ce même si la France compte parmi les vainqueurs. Il faut y ajouter le poids de l’anticommunisme et de la guerre froide : les mouvements de décolonisation sont analysés moins pour eux mêmes que comme l’expression d’une subversion révolutionnaire dont l’épicentre serait à Moscou. Ces discours assimilant le communisme à une entreprise subversive de grande ampleur ont une histoire dont l’origine est à rechercher durant l’entre-deux-guerres chez des auteurs comme Urbain Gohier, Léon de Poncins. Maurras lui-même considérait que la diffusion dans l’Empire de ces « deux bêtises géminées » que sont selon lui la liberté et l’égalité n’aurait qu’une conséquence possible : « on roule, on coule à sa perte, on appelle les Soviets en Indochine34 ». Le contexte de la guerre froide et le conflit indochinois augmentent encore la diffusion de ce type d’analyse qui n’est d’ailleurs pas propre aux seules droites radicales même si elles sont à cet égard les plus en pointe. Ainsi, les enseignements prétendument retirés du conflit indochinois sont essentiels à prendre en compte. Les droites radicales conjuguent à cet égard un anticommunisme virulent et, fait nouveau, un philo-américanisme assimilé à la défense du « monde libre » quand ce n’est de « l’Occident ». Il faut y ajouter une défense appuyée de l’armée, considérée comme l’un des derniers corps sains de la nation et dont les thématiques sur la guerre psychologique sont tout à la fois reprises et alimentées par de larges secteurs des droites radicales, en particulier dans la mouvance du traditionalisme catholique autour de groupements comme la Cité catholique ou de figures comme Georges Sauge35.

18On ne saurait donc être surpris de la relative unanimité des droites radicales françaises quant au principe de défense de l’Algérie française, avant comme après le 13 mai 1958, ce qui conduit certains jusqu’à l’engagement dans l’Organisation armée secrète.

  • 36 JORF, débats parlementaires, Assemblée nationale, 2e séance du mardi 28 janvier 1958, 29 janvier 19 (...)
  • 37 Sur ce dernier, Guillaume Gros, « Philippe Ariès : un historien maurrassien engagé dans la guerre d (...)
  • 38 Voir sur ce point Jérôme Pozzi, Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux, 1958-19 (...)
  • 39 Sur ces milieux, nous nous permettons de renvoyer à Olivier Dard, « Editer au nom de la défense de (...)

19La défense de l’Algérie française a produit des discours nourris, construits et diffusés. Au plan politique et parlementaire, on retiendra celui de Jean-Marie Le Pen, chantre de la France africaine et de l’intégration, qui n’a pas oublié ses liens originels avec Taittinger et les Jeunes indépendants de Paris lorsqu’il proclame à la tribune de l’Assemblée nationale : « Ce qu’il faut dire aux Algériens, si nous voulons en faire des Français, ce n’est pas qu’ils ont besoin de la France, mais que la France a besoin d’eux, c’est qu’ils ne sont pas un fardeau ou qu’ils ne le sont pas pour l’instant. Ils seront, au contraire, la partie dynamique et le sang jeune d’une nation française dans laquelle nous les aurons intégrés. » Et le député de Paris de balayer les obstacles que pourraient représenter « la religion ou la race » : « J’affirme que dans la religion musulmane, rien ne s’oppose au point de vue moral à faire du croyant ou du pratiquant musulman un citoyen français complet. Bien au contraire. Sur l’essentiel, ses préceptes sont les mêmes que ceux de la religion chrétienne, fondement de la civilisation occidentale. D’autre part, je ne crois pas qu’il existe plus de race algérienne qu’il n’existe de race française36. » Le combat pour l’Algérie française marque aussi une rencontre de générations des droites radicales, des « vétérans » comme Lucien Rebatet qui reprend du service dans Rivarol aux cadets d’alors comme Alain de Benoist et François d’Orcival, sans oublier la génération de l’entre-deux représentée notamment par les historiens Philipe Ariès37 et Raoul Girardet ou les écrivains Michel Déon ou Jacques Laurent. L’Algérie française permet aussi, principalement avant le 13 mai, des convergences avec certaines franges du gaullisme38 tandis qu’elle polarise l’engagement d’intellectuels venus d’horizons divers (colloques de Vincennes). Les canaux d’expression sont nombreux : une presse militante lue et commentée (La Nation française, L’Esprit public, Rivarol) et une maison d’édition qui a le vent en poupe, la Table ronde de Roland Laudenbach39. À y regarder de près, l’unanimité est plus apparente que réelle et force est de constater que l’occasion offerte par la décolonisation n’a nullement permis à l’ultra droite de se fédérer au plan organisationnel, ni en en métropole, ni en Algérie… et encore moins entre les deux rives de la Méditerranée. Trois exemples le montrent.

  • 40 En particulier Romain Souillac, Le mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme na (...)

20En premier lieu, le poujadisme dont l’échec politique, malgré son succès électoral conséquent aux élections du 2 janvier 1956, est cuisant. Différents travaux ont bien mis en lumière ses principales carences : absence de programme, absence de cadres, surestimation de ses forces (à l’occasion notamment du projet avorté de marche sur Paris à l’automne 1956…)40. Il faut y ajouter son incapacité à reprendre à son compte un discours anti-anticolonialiste cohérent (et ce dès l’automne 1956 avec les divisions du groupe sur Suez) et un projet d’organisation structurée des deux côtés de la Méditerranée. Le poujadisme en avait les moyens puisqu’il pouvait s’appuyer sur une base militante tant en métropole qu’en Algérie où les poujadistes locaux sont appelés à devenir des figures marquantes de l’activisme (Joseph Ortiz, Bernard Lefèvre) et ont noué dès les années 1955-1956 des contacts avec d’autres groupes qu’il aurait été possible d’agréger ou de fédérer (Union française nord africaine de Robert Martel etc.). Or, rien ne se passe ainsi et le 13 mai se déroule chez les poujadistes dans la confusion la plus totale puisque Fraternité française, l’organe du mouvement, ne dit pas un mot de l’action de ses militants d’Algérie… De fait, le seul mouvement implanté tant en métropole qu’en Algérie est Jeune Nation dont l’audience est sans commune mesure avec celle que pouvait escompter le poujadisme.

21Au lendemain du 13 mai, la désunion entre les mouvements est profonde et tandis que Jeune Nation est interdit, que le poujadisme s’enfonce dans une crise irréversible, les tentatives faites par les militants d’Afrique du Nord pour prendre pied en métropole sont autant d’échecs comme le montre l’échec de l’implantation du Mouvement populaire du 13 mai lancé par Robert Martel et le général Chassin. De fait, les deux rives vont fonctionner séparément et le principal mouvement de défense de l’Algérie française, le Front national français lancé par Joseph Ortiz, Jean-Jacques Susini et Jean-Claude Perez n’a que peu de relais en métropole même s’il réussit à attirer Georges Bidault pour le compte duquel il organise un grand meeting à Saint Eugène en décembre 1959. Quelques mois plus tard, au lendemain des Barricades, un nouveau mouvement, le Front pour l’Algérie française (250 000 membres en Algérie) a une sorte de pendant en France avec le Front national pour l’Algérie française (on y trouve Jean-Marie Le Pen) mais, quels que soient les contacts noués, les forces militantes ne sont pas les mêmes ni surtout les méthodes : le FAF dispose dès les origines d’une structure clandestine, impensable alors en métropole.

  • 41 Sur ce point, voir le mémoire de recherche inédit d’habilitation à diriger des recherches d’Anne Du (...)

22L’OAS s’inscrit dans la même perspective que les entreprises précédentes. Minée par ses divisions (civils/militaires etc.) elle n’a pu ni su proposer un programme précis au-delà de la défense convenue de l’Algérie française. La plate-forme qui devait préciser les contours et les modalités de cette idée n’a jamais vu le jour. Par ailleurs, loin d’être un monolithe, l’OAS ne parvient nullement à fédérer les droites radicales qui se retrouvent souvent en son sein voire à ses côtés mais qui n’en sont pas, en Algérie en particulier, la seule composante chez les civils comme chez les militaires. En Algérie, l’OAS doit être comprise comme une nébuleuse territorialisée : celle d’Alger est différente de celle d’Oran pour ne pas parler de Constantine. En métropole, on compte au moins deux OAS (l’OAS Métro de Pierre Sergent et Mission III d’André Canal), chacune d’entre elle étant peu voire mal reliée à Alger. Les antennes métropolitaines n’ont pas les mêmes soutiens et divergent largement sur les méthodes de lutte. Quant aux antennes espagnoles, elles se livrent une concurrence farouche entre elles jusqu’à l’automne 1961 lorsque l’État franquiste décide de placer leurs représentants en résidence surveillée41.

  • 42 Gilles Richard, Le Centre national des indépendants et des paysans de 1948 à 1962 ou l’échec de l’u (...)

23On retrouve, à travers l’exemple de la décolonisation, bien des tares propres à l’ultra droite française : divisions, querelles de chapelles que l’urgence des enjeux, malgré les apparences, n’a pu ou su dissiper. On comprendra d’autant mieux que dans ces conditions, l’OAS dont l’image est déplorable (elle est commodément rapprochée d’un « fascisme » renaissant) n’a pu ni su se doter de relais politiques. Alors que certains de ses dirigeants militaires (à commencer par Raoul Salan) aspirent à renouer le contact avec le personnel de la Quatrième République, du côté des parlementaires conservateurs (notamment du CNIP) la méfiance domine et comme l’a bien montré Gilles Richard, l’épisode de l’amendement Valentin doit être relativisé : il n’a pas ébranlé le parti42.

Place et fonctions de l’empire colonial dans les discours et les mémoires des droites radicales

24Depuis l’effondrement de l’Algérie française, la place de la défense et de la mémoire de l’empire colonial n’ont cessé de perdre du terrain au sein des droites radicales, même si elle n’a pas disparu des références du Front national. Considéré comme le socle d’une réimplantation politique possible au lendemain des accords d’Évian, l’Empire n’est devenu qu’un des segments d’une identité politique beaucoup plus composite.

  • 43 Olivier Dard, « Réalités et limites de l’internationalisation de l’anti-anticolonialisme de la guer (...)
  • 44 Voir sur tous ces points à Emmanuelle Comtat, Les pieds-noirs et la politique. Quarante ans après l (...)
  • 45 Se reporter ici aux premiers chapitres de l’ouvrage de Romain Bertrand, Mémoires d’empire. La contr (...)

251962 est pour les droites radicales françaises un choc profond : l’Algérie est indépendante, De Gaulle est installé durablement au pouvoir, leur représentation parlementaire est au plus bas, de nombreux militants sont emprisonnés. Rares sont les lueurs repérables dans un horizon aussi sombre à l’exception des 10 % obtenus par le non au référendum sur les accords d’Évian. La future élection présidentielle prévue pour 1965 serait l’occasion de capitaliser un tel chiffre en œuvrant pour une candidature unique pour « l’opposition nationale » (Jean-Louis Tixier Vignancour). Elle s’appuierait sur sa notoriété d’avocat de Salan et en cultiverait le double registre de l’antigaullisme et de la défense du combat en faveur de l’Algérie française actualisé par celui des rapatriés et des harkis. L’objectif d’une candidature unique, cher à Jean-Marie Le Pen, ne va pas de soi. Au-delà des querelles de chapelle, la place qu’il s’agit de conférer à l’expérience algérienne fait problème à l’ultra droite. L’équipe d’Europe Action, regroupée autour de Dominique Venner, tend notamment à prendre ses distances d’avec les « nationaux » et regarde dorénavant vers d’autres horizons, cultivant davantage une sympathie affichée pour la Rhodésie de Ian Smith (d’où des contacts avec le Monday Club) qu’en direction du Portugal de Salazar43. Tixier-Vignancour s’impose cependant comme le fédérateur d’autant que les sondages sont prometteurs (un score de 15 % est même annoncé). La déception est d’autant plus vive au soir du 5 décembre 1965 : 5,2 %. Après le second tour, où les tixieristes ont appelé à voter pour François Mitterrand, le rassemblement se disloque et les droites radicales sont dorénavant éclatées en une kyrielle de groupements. Désormais, l’héritage impérial se retrouve dorénavant cantonné à de petites publications, l’Action nouvelle de Jean Reimbold ou Jeune Révolution, héritage de l’OAS Métro Jeunes l’organe qui prépare le retour en politique de Pierre Sergent. Opéré au lendemain de l’amnistie de 1968, ce dernier, comme celui de Jean-Jacques Susini s’avère particulièrement décevant, tout comme ceux de Georges Bidault et de Jacques Soustelle dont la proximité de l’ultra droite à l’occasion de la lutte pour l’Algérie française, ne fait pas d’eux des hommes du sérail. La mémoire de l’Algérie française et plus largement de l’empire ne fait pas recette et quant au vivier sur lequel elle pourrait s’appuyer, les milieux rapatriés, ceux-ci retrouvent progressivement en métropole une diversité politique qui avait été la leur en Algérie44. On ne négligera pas non plus le travail mené par leurs associations à l’égard des forces politiques de gouvernement, giscardiens d’abord, puis devant les déceptions enregistrées de ce côté, auprès des socialistes et de François Mitterrand, notamment en 1980-1981 ou, beaucoup plus récemment en direction de la droite de gouvernement à l’occasion du vote de la loi si controversée du 23 février 200545.

  • 46 Nous suivons ici Pierre-André Taguieff, « La métaphysique de Jean-Marie Le Pen » in Nonna Meyer, Pa (...)
  • 47 Daniel Bizeuil, Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, La Découverte, 2003, p. 20 (...)
  • 48 Sylvain Crépon, La Nouvelle extrême droite. Enquête sur des jeunes militants du Front national, Par (...)

26La création du Front national en 1972 ne bouleverse nullement cette tendance puisqu’il lui faut attendre le début des années 1980 pour se développer. Qu’en est-il du lien entre mémoire impériale, défense de l’Algérie française et développement du FN ? Dissipons d’emblée certains malentendus : s’il a été un défenseur de l’Algérie française, Jean-Marie Le Pen n’a jamais été membre de l’OAS. Par ailleurs, si Le Pen s’est toujours voulu un défenseur des combattants de l’Algérie française, des rapatriés et des harkis, la place de la guerre d’Algérie et de l’héritage de l’Algérie française dans sa vision politique doit être relativisée, notamment pour ce qui concerne les questions de politique extérieure et d’immigration46. Concernant les cadres du FN, on insistera sur l’importance de la chronologie et le tournant observé dans la seconde moitié des années 80. Les élections européennes de 1984 ont permis à Le Pen de réunir dans son comité de soutien bien des figures de l’Algérie française, d’Antoine Argoud à Tixier-Vignancour. De même, les listes des dirigeants et les élus du FN font une place conséquente aux anciens, de Roger Holeindre à Pierre Sergent. Pourtant, dans la perspective des législatives de 1986, le FN élargit ses soutiens et entend renouveler ses cadres (c’est l’époque de l’arrivée de Bruno Mégret). L’arrivée de Jean-Jacques Susini à Marseille en 1997 est une exception qui confirme la règle. Le FN n’entend pas non plus être tributaire de vieux routiers de l’ultra droite qui proposent leurs services en échange d’un apport de réseaux associatifs non négligeables (à l’instar de Joseph Ortiz dans le Var ou de l’USDIFRA – Union syndicale de défense des intérêts des Français repliés d’Algérie ou d’Afrique du Nord – d’Eugène Ibagnès). Le Pen veut alors voler de ses propres ailes et crée ses propres structures (Conseil national des rapatriés, Cercle des combattants). Il doit aussi intégrer des militants et tenir compte d’une masse d’électeurs pour lesquels cette histoire compte fort peu dans l’engagement. Les trop rares études disponibles sur les militants du FN ont fait apparaître des différences générationnelles marquées et des regards fort différents portés sur cette période. Quarante ans après Évian, une jeune militante du Front national de la Jeunesse peut ainsi déclarer au sociologue Daniel Bizeuil : « […] l’Algérie française pour nous c’est rien, c’est un concept idiot, et les gens qui sont de la génération de Holeindre, il y a un fossé entre nous47. » Un témoignage recueilli par un autre sociologue, Sylvain Crépon, lui fait écho. Évoquant un « conflit de génération », un jeune permanent lui confiait en 1993 : « T’as tous les vieux nostalgiques de l’Algérie française. Aucun jeune n’est pour l’Algérie française. Quant on dit ça à un vieux du Front, le mec il tire la gueule […] L’Algérie n’est pas la France, l’Algérie, c’est l’Algérie, la France, c’est la France ! […] On n’avait rien à foutre en Algérie, c’était pas notre place ! […]48. » On soulignera ici une véritable carence en termes de transmission de culture politique. Ce qui vaut pour les militants et les permanents est encore plus évident pour les électeurs : peut-on sérieusement considérer que c’est la mémoire impériale ou celle de la guerre d’Algérie, qui explique le vote Front national dans la France du Nord-Est ?

Conclusion

27Le panorama esquissé fait apparaître différents éléments. On remarque d’abord que sur les enjeux coloniaux les droites radicales ont été généralement plus réactives qu’actives voire anticipatrices. L’Empire, qui n’a pas été souhaité a été progressivement apprivoisé puis investi avant d’être fortement défendu. Cependant, même à ce moment, si les discours des droites radicales ont expliqué haut et fort pourquoi il ne fallait en aucun cas perdre l’Empire, elles n’ont pas proposé d’options solides pour le pérenniser. De ce point de vue, l’intégration a été davantage un slogan qu’un projet. Aurait-pu d’ailleurs être fédérateur ? Il apparaît s’inscrire dans le prolongement des discours et des propositions des Jeunesses patriotes ou de certains cercles du parti social français mais n’aurait sûrement pu rallier à lui les héritiers d’une Action française qui n’a su ni pu sur ce point comme sur d’autres penser le temps présent, sauf à considérer que l’essentiel tenait au remplacement de la République par une monarchie supposée régler tous les problèmes. Cette difficulté d’une entente sur un projet se double d’une incapacité fédératrice au plan organisationnel. L’empire colonial et sa défense auraient pu être pour les droites radicales françaises un formidable levier si elles avaient su créer une force politique conséquente et implantée sur les deux rives de la Méditerranée. Du poujadisme à l’OAS les occasions n’ont pas manqué mais, à aucun moment la symbiose ne fut possible comme si, au-delà de proximités idéologiques apparentes, existaient des fossés autrement plus conséquents renvoyant à des différences marquées en termes de cultures politiques au sein des droites radicales métropolitaines elles-mêmes mais aussi entre ces dernières et leurs correspondantes d’outre-mer.

28À l’orée du XXIe siècle, quelques secteurs des droites radicales françaises sont encore positionnés et engagés sur certains dossiers cruciaux liés à la « repentance coloniale », ou à la mémoire de la guerre d’Algérie (y compris sur le versant des stèles OAS) mais force est de constater, que sur ce dossier comme sur d’autres, une mémoire militante peine à se transmettre. À l’occasion de la fondation du Nouveau parti anticapitaliste, les vieux routiers du trotskisme français, Daniel Bensaïd ou Alain Krivine constataient que les noms de Trotski ou de Lambert avaient peu d’écho chez les nouveaux militants. Il semble en être de même dans les rangs des jeunes générations militants des droites radicales pour lesquelles les noms de Tixier-Vignancour ou de Roger Degueldre sont peu évocateurs et encore moins mobilisateurs.

Bibliographie

Sources imprimées :

BARRES, Maurice, Mes Cahiers, tome huitième, 1909-1911, Plon, 1934.

MAURRAS, Charles, Kiel et Tanger 1895-1905. La République française devant l’Europe, 1905-1913-1921, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1921, [première édition en 1910]

MAURRAS, Charles, Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Charron, tome premier, Paris, A la cité des livres, 1932.

MAURRAS, Charles, Pages africaines, Paris, Fernand Sorlot, 1940.

Articles, chapitres, contributions

BRUNEAU, Jean-Baptiste, « La Royale et le Roi : les officiers de marine et l’Action française », Revue d’histoire maritime, n° 14, 2011, « Marine, État et Politique », pp. 93-116.

CANTIER, Jacques, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002.

DARD, Olivier, « Éditer au nom de la défense de l’Algérie française (1960-1968) », in Béatrice Fleury, Jacques Walter (dir), Qualifier les lieux de détention et de massacre (4). Dispositifs de médiation mémorielle, Metz, Questions de communication, série Actes, n° 13, 2011, pp. 335-362.

GROS, Guillaume, « Philippe Ariès : un historien maurrassien engagé dans la guerre d’Algérie (1961-1964) », Cahier d’histoire immédiate, n° 26, automne 2004, pp. 131-145.

MOTTE, Martin, « La Royale sans le Roi : le déclin naval français vu par Charles Maurras », Revue d’histoire maritime, n° 14, 2011, « Marine, État et Politique », pp. 61-87.

TAGUIEFF, Pierre-André Taguieff, « La métaphysique de Jean-Marie Le Pen », in Nonna Meyer, Pascal Perrineau (dir), Le Front national à découvert, Paris, Presses de Sciences Po, 1996, p. 173-194.

Ouvrages et thèses :

BERTRAND, Romain, Mémoires d’empire. La controverse autour du « fait colonial », Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2006.

BIZEUIL, Daniel, Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, La Découverte, 2003.

COCHET, François, DARD, Olivier (dir), Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Paris, Riveneuveéditions, 2009.

COMTAT, Emmanuelle, Les pieds-noirs et la politique. Quarante ans après le retour, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2009.

CREPON Sylvain, La Nouvelle extrême droite. Enquête sur des jeunes militants du Front national, Paris, L’Harmattan, 2006.

DARD, Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005 (2e édition augmentée, collection tempus, Perrin, 2011).

DARD, Olivier, LEFEUVRE, Daniel, (dirs.), L’Europe face à son passé colonial, Paris, Riveneuve Éditions, 2008.

DULPHY, Anne, L’Algérie entre appartenance française et empreinte espagnole 1936-1962, mémoire de recherche inédit d’habilitation à diriger des recherches IEP de Paris, 2011.

GIOCANTI, Stéphane, Maurras. Le chaos et l’ordre, Paris, Flammarion, 2006.

GIRARDET, Raoul, L’idée coloniale en France, Paris, La Table ronde, 1972.

KECHICHIAN, Albert, Les Croix-de-Feu à l’âge des fascismes, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

LEBOURG, Nicolas, Le monde vu de la plus extrême droite. Du fascisme au nationalisme révolutionnaire, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2010.

LEYMARIE, Michel, Jérôme et Jean Tharaud écrivains et journalistes. Des années de formation à la notoriété 1874-1924, thèse de doctorat de l’IEP de Paris, 1994.

PHILIPPET, Jean, Le temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes (1919-1944), thèse de doctorat d’histoire du XXe siècle, IEP de Paris, 4 volumes, 1999.

POZZI, Jérôme, Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux, 1958-1976, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

SOUILLAC, Romain, Le mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (1953-1962), Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

SOUTOU, Georges-Henri, MOTTE, Martin, (dir), Entre la vieille Europe et la seule France. Charles Maurras, la politique extérieure et la défense nationale, Paris, Economica, 2010.

THOMAS, Jean-Paul Thomas, LE BEGUEC, Gilles, LACHAISE, Bernard (dir), Mai 1958. Le retour du général de Gaulle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

VAISSE, Maurice, Comment de Gaulle fit échouer le putsch d’Alger, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2011.

Notes

1 Sur tous ces points, Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005 [seconde édition augmentée, Perrin, 2011, collection Tempus].

2 Raoul Girardet, L’idée coloniale en France, Paris, La Table ronde, 1972, réédité en collection pluriel d’où nous tirons notre citation, p. 150.

3 Ibid., p. 151.

4 Maurice Barrès, Mes Cahiers, tome huitième, 1909-1911, Plon, 1934, p. 285.

5 Charles Maurras, Kiel et Tanger 1895-1905. La République française devant l’Europe, 1905-1913-1921, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1921, [première édition en 1910], p. 38.

6 Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Charron, tome premier, Paris, A la cité des livres, 1932, p. 276 (l’Action française, 23 juin 1920).

7 Ibid., p. 273.

8 Ibid., p. 274 (l’Action française, 22 novembre 1922).

9 Ibid., p. 275 (l’Action française, 23 juin 1920).

10 Ibid., p. 274. Sur la question de la relation de Maurras et de l’Action française, voir Martin Motte, « La Royale sans le Roi : le déclin naval français vu par Charles Maurras » et Jean-Baptiste Bruneau, « La Royale et le Roi : les officiers de marine et l’Action française », in Revue d’histoire maritime, n° 14, 2011, « Marine, Etat et Politique », p. 61-87 et p. 93-116.

11 Ibid., p. 277 (l’Action française, 23 décembre 1922).

12 Charles Maurras, Le Soleil, 23 février 1901. Cité in Michel Leymarie, Jérôme et Jean Tharaud écrivains et journalistes. Des années de formation à la notoriété 1874-1924, thèse de doctorat de l’IEP de Paris, 1994, p. 398-399.

13 Pierre Taittinger, Les Cahiers de la Jeune France, Paris, Éditions du National, 1926, p. 91. Cité in Jean Philippet, Le temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes (1919-1944), thèse de doctorat d’histoire du XXe siècle, IEP de Paris, 1999, tome II, p. 884.

14 Pierre Taittinger, « De bonnes nouvelles nous viennent d’Algérie », La IVe République, 6 janvier 1924, cité in Jean Philippet, op. cit., p. 886.

15 Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984 et Daniel Lefeuvre, Chère Algérie. La France et sa colonie 1930-1962, Paris, Flammarion, 2005, [1997].

16 Pierre Taittinger, « Vers un Ottawa français. Une œuvre d’intérêt général qui dépasse les partis », Le National, 25 février 1932, cité in Jean Philippet, op. cit., p. 887.

17 Voir en particulier Pascal Ory, « L’opinion publique et la “puissance” française vers 1938 : quelques jalons » in René Girault, Robert Franck (dir), La puissance en Europe 1938-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984, p. 343-344.

18 Cité in Jean Philippet, op. cit., p. 892.

19 Cité in Jean Philippet, op. cit., p. 898.

20 « Hitler et la coloniale », Le National, 8 juin 1940, cité in Jean Philippet, op. cit., p. 891.

21 Stéphane Giocanti, Maurras. Le chaos et l’ordre, Paris, Flammarion, 2006, p. 406.

22 Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, compléments établi par les soins de Jean Pélissier, fascicule 4, Paris, Cahiers Charles Maurras [supplément au n° 9], p. 251, extrait d’un article de l’Action française, 21 décembre 1938.

23 Pour le développement qui suit, se reporter à Jean Philippet, op. cit., p. 892-897.

24 Albert Kéchichian, Les Croix-de-Feu à l’âge des fascismes, Seyssel, Champ Vallon, 2006, p. 234. Voir sur ce point l’ensemble du chapitre 14 (« Les Croixde-Feu d’Algérie et les juifs », p. 219-234).

25 Richard Milmann, La question juive entre les deux guerres. Ligues de droite et antisémitisme en France, Paris, Armand Colin, 1992, p. 195. Ce dernier remet perspective la question de l’antisémitisme en Algérie et les points de vue différents des ligues (p. 193-196).

26 Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque 1885-1946 ou les pièges du nationalisme chrétien, Paris, Fayard, 1996, p. 575.

27 Ibid., p. 803 et p. 1041, note 15.

28 Pour cette citation et les suivantes, Ibid., p. 805.

29 Voir le chapitre 4 « Le colonialisme, voilà l’ennemi ! (1924-1925) » in Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot. Du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986, p. 52-70.

30 Lambert a organisé en août 1936 une réunion où ont pris la parole Jean Fossati (PPF) et Stanislas Devaud (PSF). Il a même demandé à Doriot de prendre la direction du PPF en Oranie (Laurent Kestel, De la conversion en politique. Genèse et institutionnalisation du Parti populaire français, 1936-1940, thèse de doctorat de science politique, université de Paris I, 2006, p. 405).

31 Ibid., p. 408.

32 Ibid., p. 571-574.

33 Le travail minutieux de Jean-Paul Cointet (La Légion française des combattants. La tentation du fascisme, Paris, Albin Michel, 1995) qui donne ce chiffre (p. 304) ne traite pas de l’Empire. Se reporter surtout à Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002.

34 Charles Maurras, Pages africaines, Paris, Fernand Sorlot, 1940, p. 170.

35 Nous nous permettons de renvoyer ici à Olivier Dard, « Subversion, antisubversion et contre-subversion dans les discours des droites radicales françaises : des années 30 aux années 70 », in François Cochet, Olivier Dard (dir), Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Paris, Riveneuve éditions, 2009, p. 25-43.

36 JORF, débats parlementaires, Assemblée nationale, 2e séance du mardi 28 janvier 1958, 29 janvier 1958, p. 309.

37 Sur ce dernier, Guillaume Gros, « Philippe Ariès : un historien maurrassien engagé dans la guerre d’Algérie (1961-1964), Cahier d’histoire immédiate, n° 26, automne 2004, p. 131-145.

38 Voir sur ce point Jérôme Pozzi, Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux, 1958-1976, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

39 Sur ces milieux, nous nous permettons de renvoyer à Olivier Dard, « Editer au nom de la défense de l’Algérie française (1960-1968) » in Béatrice Fleury, Jacques Walter (dir), Qualifier les lieux de détention et de massacre (4). Dispositifs de médiation mémorielle, Metz, Questions de communication, série Actes, n° 13, 2011, pp. 335-362.

40 En particulier Romain Souillac, Le mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (1953-1962), Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

41 Sur ce point, voir le mémoire de recherche inédit d’habilitation à diriger des recherches d’Anne Dulphy, L’Algérie entre appartenance française et empreinte espagnole 1936-1962, IEP de Paris, 2011.

42 Gilles Richard, Le Centre national des indépendants et des paysans de 1948 à 1962 ou l’échec de l’union des droites françaises dans le parti des modérés, thèse de doctorat d’État en histoire, IEP de Paris, 1998, p. 765-766.

43 Olivier Dard, « Réalités et limites de l’internationalisation de l’anti-anticolonialisme de la guerre d’Algérie au début des années 70 : l’exemple des droites radicales françaises et de leurs liens internationaux » in Olivier Dard, Daniel Lefeuvre (dirs.), L’Europe face à son passé colonial, Paris, Riveneuve Éditions, 2008, p. 253-267. Voir aussi Nicolas Lebourg, Le monde vu de la plus extrême droite. Du fascisme au nationalisme révolutionnaire, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2010.

44 Voir sur tous ces points à Emmanuelle Comtat, Les pieds-noirs et la politique. Quarante ans après le retour, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2009.

45 Se reporter ici aux premiers chapitres de l’ouvrage de Romain Bertrand, Mémoires d’empire. La controverse autour du « fait colonial », Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2006.

46 Nous suivons ici Pierre-André Taguieff, « La métaphysique de Jean-Marie Le Pen » in Nonna Meyer, Pascal Perrineau (dir), Le Front national à découvert, Paris, Presses de Sciences Po, 1996, p. 173-194.

47 Daniel Bizeuil, Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, La Découverte, 2003, p. 208.

48 Sylvain Crépon, La Nouvelle extrême droite. Enquête sur des jeunes militants du Front national, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 48. Signalons que le « vieux » du FN est de la « branche cinquante-soixante ans ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540