Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie I. Les cultures politiques des droites radicales en contexte : éléments de comparaison transmanche

Le biologique et le matériel dans The Greater Britain d’Oswald Mosley, deux paradigmes pour une vision négative de l’altérité

Pascale Sempéré

Texte intégral

Tout mouvement politique moderne produit, en même temps que son idée positive, la contre-idée du royaume de son Satan particulier
Eric Voegelin

1En octobre 1932, Oswald Mosley annonçait la création de la British Union of Fascists. Au terme de quatorze ans d’engagement politique marqués plus que tout par son esprit d’indépendance, en rupture de bans avec le parti travailliste et plus que jamais déterminé à faire prévaloir ses solutions à la crise économique que traversait le pays, il cessait dès lors de se trouver en simple dissidence et entrait en marginalité.

  • 1 Voir Roger Griffin, The Nature of Fascism, Londres, Routledge, 1994 (1991), p. 26.
  • 2 Robert Skidelsky mentionne une première version de The Greater Britain qui instrumentalisait ouvert (...)

2Ultranationalisme populiste, utopie de renouveau, style activiste, tous les éléments fondamentaux du fascisme générique1 se trouvent réunis dans The Greater Britain, la profession de foi publiée par Oswald Mosley en 1932. On ne trouve cependant nul argumentaire antisémite dans cet ouvrage, alors même que la BUF allait bientôt se lancer dans une croisade systématique contre les Juifs. Pour autant, il est sans doute erroné de voir là une solution de continuité entre programme initial et politique en action. En premier lieu, l’essentiel des attaques développées dans The Greater Britain se prête en effet à des mises en correspondances antisémites. Critique du communisme, de la finance internationale et de l’élite politique vendue aux grands intérêts, le tout sur fond de théorie conspirationniste larvée : Oswald Mosley ne pouvait ignorer les potentialités antisémites de tels entrecroisements thématiques, et on peut même le soupçonner d’en avoir joué sciemment, si l’on en croit son biographe2. En sus de cette possible, sinon probable stratégie d’instrumentalisation voilée, qui oscillerait entre tentation et répression, s’imposent des potentialités stylistiques, dans la mesure où la revendication par Oswald Mosley d’un activisme pragmatique et opportuniste, donnant le primat à l’émotionnel, et légitimant la violence si nécessaire, ouvre virtuellement la voie à l’instrumentalisation propagandiste des préjugés antisémites. Que l’inclination à céder à l’attrait de la haine à l’encontre des Juifs procédât de surcroît d’un substrat idéologique particulièrement propice reste à démontrer. Quoique les aspects thématiques et stylistiques méritent à eux seuls des développements, c’est sur ce seul point idéologique que va se concentrer ici la réfutation de la solution de continuité entre programme et propagande.

3Nous partirons de l’hypothèse qu’il existe dans la pensée d’Oswald Mosley des prédispositions, non pas spécifiquement à l’antisémitisme, mais, plus largement d’abord, à un rapport négatif à l’altérité. La démonstration de cette hypothèse oblige à une analyse des tenants et aboutissants de cette pensée, et elle reste légitime tant qu’elle se garde de tout finalisme : il s’agit uniquement de mettre en avant des causes idéologiques suffisantes au choix propagandiste ultérieur. Par ailleurs, l’hypothèse n’implique pas de postuler qu’Oswald Mosley eut dés l’abord et par la suite la pleine conscience de toutes les implications conceptuelles et des mécanismes intellectuels à l’œuvre dans son discours : pour un homme d’action pragmatique plus encore que pour un idéologue théoricien, la « pensée » exprimée en discours est tissée de dit et de non-dit, voire d’impensé, ce qui n’en interdit pas l’analyse. Il s’ensuit naturellement de ces remarques qu’il serait infondé de croire qu’Oswald Mosley a pleinement maîtrisé l’objectivation de ses idées dans la propagande de son mouvement. S’il est entendu que l’antisémitisme ultérieur de la BUF fut le fruit de dynamiques cumulatives tant contextuelles et propagandistes que circonstancielles et psychologiques, il semble cependant cohérent de considérer qu’il fut d’autant plus facile pour le mouvement de céder à ces dynamiques qu’elles entraient en congruence avec les convictions profondes de son fondateur et dirigeant.

4L’accès à ces convictions demande une lecture attentive de The Greater Britain jusque dans ses implications dernières, en partant du postulat que le rapport à l’altérité est certes intimement lié au rapport au même, mais qu’il dépend foncièrement de la définition de l’humain et des liens sociaux en général. Sur les bases de notre hypothèse liminaire, il s’agit alors de mettre en lumière l’architecture d’une « anthropologie » mosleyenne. La démarche nécessite d’abord d’analyser en quoi cette dernière institue l’hyper-valorisation de l’en-groupe, avec en contre-point la stigmatisation de hors-groupes et, pour ultime horizon, plus radicale encore dans la dichotomie qu’elle impliquerait, la création d’une « contre-race ». Il est également essentiel de disséquer l’utopie prospective proposée par Oswald Mosley : sous les dehors du volontarisme, les formes particulières de positivisme et de scientisme qu’elle incarne annihilent les valeurs humanistes et universalistes, individualité, liberté et perfectibilité de tout homme. En souhaitant créer un homme nouveau sur les ruines de ces valeurs, le leader britannique s’inscrit en profondeur dans les fondamentaux fascistes. Les deux ancrages de son discours, le premier dans le biologique, le second dans le matériel, sous leurs aspects ontologiques et axiologiques, s’imposent comme les fils rouges de sa pensée : ils s’entretissent en une même réification tentaculaire de l’humain, d’ailleurs porteuse de violence pour tous. Ils constituent à ce titre les deux pôles de notre réflexion.

  • 3 Voir Emmanuel Levinas, Quelques réflexions sur la philosophie de l’hitlérisme, Paris, éditions Payo (...)

5Si l’on peut parler d’ancrage dans le biologique dans The Greater Britain, paraphrasant ainsi la notion d’enchaînement au corps émise par Emmanuel Levinas à propos de « la philosophie de l’hitlérisme »3, on se gardera d’assimiler indûment le fascisme de la BUF en 1932 au nazisme, à son idolâtrie du sang et du sol et à sa théorisation de la pseudo-supériorité de la race aryenne. L’absence de radicalité n’ôte cependant rien à la prégnance du phénomène et à la dangerosité de ses corrélats.

  • 4 Voir les définitions que propose P.-A. Taguieff : le racialisme renvoie à une « théorie des races o (...)
  • 5 “the whole British race”, Oswald Mosley, The Greater Britain, Londres, BUF publications, 1932, p. 1 (...)
  • 6 “The earth can and will be developed by the races fitted for that task, and chief among such races (...)
  • 7 Voir ibidem, p. 158.
  • 8 “sense of greatness”, “her mission in the world”, ibidem, p. 158.

6Racialisme et racisme4 sont bien présents en effet, et il convient dans un premier temps d’en prendre la pleine mesure. La biologisation de l’unité nationale constitue l’arc-boutant de la vision mosleyenne de l’ordonnancement du monde et du cours de l’histoire. L’assimilation de la nation à la race est clairement établie : l’auteur se réfère par exemple à « la race britannique dans son ensemble5 », ou affirme que « la terre peut et sera développée par les races aptes à mener à bien cette tâche, et au premier rang de ces races nous ne craignons pas de compter la nôtre6. » L’auto-racialisation s’avère ainsi bien évidemment d’emblée laudative, et la supériorité qu’elle exalte se fonde sur une domination historique rationalisée en domination naturelle : la Grande-Bretagne n’est pas l’Espagne7, elle a conscience de sa « grandeur » et de sa « mission dans le monde8 ».

  • 9 “a deadly menace to the whole white standard of life, and indeed to the whole structure of Western (...)
  • 10 “In the interests of the native population, as well as in the interests of the white standard of li (...)

7Plus encore, au-delà de son statut de puissance coloniale, la Grande-Bretagne apparaît comme l’emblème métonymique de la race blanche et l’incarnation la plus achevée de ses valeurs. Si Oswald Mosley met en garde contre « la menace mortelle » que représente le développement de la production de masse dans les pays en voie d’industrialisation « pour le niveau de vie des blancs, mais aussi pour toute la structure de la civilisation occidentale9 », il assimile également de façon explicite la défense de la suprématie britannique à la survie de cette même civilisation : « Dans l’intérêt des populations indigènes, aussi bien que dans l’intérêt du niveau de vie des blancs, il est essentiel que les colonies soient soumises à un plan de développement impérial »10.

  • 11 Ce néologisme renvoie à une catégorie de racisme. Il désigne la tendance spécifique à faire de la “ (...)
  • 12 “For our own part, we prefer the effort of self-help”, ibidem, p. 142.
  • 13 “[…] no nation of such virility, and so great a tradition of achievement […]”, ibidem, p. 82.
  • 14 We will certainly pursue the steady course of British colonial practice, which seeks by every means (...)
  • 15 O. Mosley parle a contrario de l’« intelligence sous-développée »/ “underdeveloped intelligence” de (...)
  • 16 Pierre-André Taguieff, La couleur et le sang, doctrines racistes à la française, Paris, Éditions Mi (...)
  • 17 Terme renvoyant à la communauté d’appartenance, correspondant à « ingroup » en anglais, par opposit (...)

8Le leucocentrisme11 s’allie ainsi à l’ethnocentrisme pour dessiner l’image d’une nation aux qualités incommensurables : « sens de l’effort »12, « virilité13 », donc puissance, et capacité à guider les autres sur la voie du progrès14 du fait de son intelligence supérieure15 sont ses attributs. La définition très idiosyncrasique de la nation britannique proposée par O. Mosley relève de la « rationalisation naturaliste16 » chère aux colonialistes de la fin du XIXe siècle : elle essentialise des réalités politiques historiques en même temps qu’une représentation positive de l’en-groupe17, transforme la communauté politique et culturelle en communauté raciale et fonctionne en fait véritablement comme un destin à assumer pleinement pour être authentiquement soi. Elle induit de facto non pas une « simple » xénophobie qui ne rejetterait l’autre qu’au nom de sa non-appartenance à la communauté des sujets britanniques, mais au contraire un hyper-déterminisme spéculaire à l’encontre d’un ou de hors-groupe(s), qui prend la forme d’une racisation négative tout autant que d’un racisme patent.

9Dans l’espace mental que laissent voir les représentations de soi dessinées par Oswald Mosley, l’existence du contre-groupe représente une nécessité fonctionnelle structurante à deux niveaux, l’un cognitif, l’autre cathartique. Comme identité en miroir d’une part, et comme lieu d’évacuation des éléments jugés hétérogènes et porteurs de caractéristiques considérées comme négatives d’autre part, comme bouc-émissaire en un mot, un tel groupe définit a contrario la nature positive de l’en-groupe en même temps qu’il en préserve la pérennité.

10L’étranger porte ainsi la marque d’une négativité sans appel dans The Greater Britain. Plus que d’étranger générique, il faudrait plus précisément parler de deux catégories distinctes qui ont la dimension d’emblèmes : l’« alien », symbole du capitalisme financier, soit l’Autre maléfique d’une part, et l’« Oriental », figure paradigmatique de l’étranger sous-développé et non civilisé, soit l’Autre inférieur d’autre part.

  • 18 « L’Amérique par rapport à notre marché sud-américain, et le Japon par rapport à nos marchés asiati (...)
  • 19 Voir, outre Les Protocoles des Sages de Sion, parus en Grande-Bretagne en 1920, l’ouvrage antisémit (...)
  • 20 Dans cette première profession de foi, Mosley s’intéressait tout particulièrement à l’immigration, (...)
  • 21 Voir par exemple ces quelques vers: “This Puzzles Me / That foreign Jews / Who ne’er have seen / Th (...)

11Le capitalisme financier, outre qu’il n’est pas producteur, n’a que faire des intérêts nationaux : c’est à ce double titre qu’il constitue l’une des cibles essentielles du discours du dirigeant fasciste. Il est donné comme nécessairement traître et antipatriote, agent de déréliction économique et politique et, par conséquent, vecteur de déchéance statutaire : pour ces raisons-mêmes, il est symbolisé par l’étranger/« alien ». Il fonctionne en effet véritablement comme le lieu de cristallisation de refus et d’angoisses qu’il s’agit avant toute chose d’évacuer de l’engroupe, et comme le support du transfert des fautes à l’extérieur du « soi ». Deux points méritent d’être relevés dans la forme que prennent les critiques, significatifs de l’évolution à venir. En premier lieu, l’étranger ainsi honni n’est pas l’étranger blanc ou asiatique, américain ou japonais en l’occurrence, dont Oswald Mosley ne manque pourtant pas de souligner la puissance rivale, mais en des termes policés18. Ce qui est visé, c’est bien plutôt la puissance ubiquiste qui manipule les équilibres économiques à son seul profit, élément par ailleurs classique de la rhétorique antisémite. En second lieu, le mot employé par l’auteur, « alien », en plus du fait qu’il désigne l’absolument différent dans le langage commun, constitue un terme juridique renvoyant initialement à l’immigrant : l’« alien » financier mis en accusation est donc également un ennemi de l’intérieur, topique antisémite tout aussi connu19. Il n’est pas question dans l’ouvrage programmatique de la BUF de l’immigrant pauvre, « the alien pauper », juif ou autre. Cette absence constitue d’ailleurs une parenthèse dans la suite des revendications d’Oswald Mosley : le slogan « La Grande-Bretagne aux Britanniques », présent dans sa toute première profession de foi lors de son entrée en politique en 191820, sera à nouveau exploité dès l’automne 1933, dans une veine antisémite cette fois21. Mais Oswald Mosley se préoccupe pour l’heure essentiellement de macroéconomie : l’analyse des forces en jeu à l’échelle mondiale prime sur la dénonciation de la concurrence salariale à l’intérieur de son propre pays. Il reste que, dans sa démarche, l’auteur fait montre de racisation envers une catégorie socio-économique spécifique, qu’il le fait dans la droite ligne de l’euphémisation traditionnelle du « pouvoir juif », et que ce processus polémique tend à phagocyter les constats raisonnés des dangers qui menacent la position économique de la Grande-Bretagne dans le monde.

  • 22 “[…] the resounding appeals to our common humanity which have echoed in a variety of languages thro (...)
  • 23 “backward races […] which are unable or unwilling to develop them [the great and productive areas o (...)
  • 24 “backward labour”, ibidem, p. 68.
  • 25 Mosley fait référence aux populations noires à travers la seule mention de la « théorie du nègre et (...)
  • 26 Voir par exemple l’affirmation de Arnold White : « Les Juifs sont de purs Asiatiques », cité dans G (...)

12Cette racisation émissaire de l’étranger financier puissant et, par ce fait même, potentiellement destructeur, s’accompagne chez Oswald Mosley d’un racisme marqué à l’égard de populations jugées irréductiblement inférieures. Sans doute peut-on déjà lire derrière la dérision dont l’auteur témoigne envers la notion d’« humanité commune » exaltée dans les réunions genevoises de la Société des nations22 un polygénisme implicite, signe de la croyance en une différence de nature entre la « race blanche » et les autres. Mais la scission de cette même humanité en des catégories par ailleurs hiérarchisées s’affiche de façon plus évidente dans les quelques remarques qu’Oswald Mosley assène à son lecteur comme des vérités d’évidence. Il se trouverait ainsi des « populations arriérées [...] incapables ou ne désirant pas développer [les grandes régions productives du monde qu’elles occupent]23. » Pire encore, il existerait un type de « main d’œuvre arriérée24 », non pas celle des « Nègres25 » qui n’accèdent même pas au statut de producteurs, mais celle d’un Orient d’autant plus menaçant que ses frontières sont nébuleuses, et qui constituerait la parfaite antinomie de cet Occident développé dont la Grande-Bretagne serait la plus noble incarnation. Sans doute n’est-il pas anodin que l’« Orient » ne soit pas mieux défini : il n’est pas impossible qu’Oswald Mosley joue de la plurivocité du terme pour attiser peurs et ressentiments, car, si le mot a des synonymes géographiques variés, il a aussi un synonyme fantasmatique par excellence, la judéité26. L’Oriental fut d’ailleurs clairement donné comme l’incarnation euphémisée du Juif dans toute la littérature ultérieure de la BUF. En tout état de cause, la main-d’œuvre orientale est dans son programme définie comme le danger suprême dans un monde où rationalisation et production de masse tendent à favoriser les moins qualifiés des travailleurs. La menace n’est pas simplement conjoncturelle, mais inscrite dans la nature même de la « race orientale », car :

  • 27 “An Oriental can work for ten hours a day in exchange for a few bowls of rice, provided that such l (...)

Un Oriental peut travailler dix heures par jour en échange de quelques bols de riz, pourvu que son travail n’exige pas trop de son physique fragile et de son intelligence sous-développée. Appuyer sur un bouton à intervalles réguliers dans le cadre des processus simplifiés de la production de masse tout en rêvant à autre chose constitue pour lui un travail agréable en accord avec ses capacités. Il est en fait, à certains égards, davantage taillé pour la monotonie des tâches de la production de masse que ne l’est le travailleur blanc, qui souvent ne peut supporter cette monotonie, ou en tout cas ne peut le faire plus que quelques heures d’affilée27.

  • 28 Ce paradoxe fait d’ailleurs écho à l’ambivalence intrinsèque de l’image du Juif, faible et puissant (...)

13Débilité physique et intellectuelle serait donc la caractéristique intrinsèque des « Orientaux », figures négatives de l’Autre, qui par leur nature même sortiraient vainqueurs du combat économique mondial dont les règles modernes sont pourtant édictées par les Occidentaux. Loin de constituer une contradiction logique, ce paradoxe exprime à lui seul tout le chaos et l’anarchie d’un monde en rupture de repères. Absurde autant que tragique serait en effet l’époque où, dans un renversement de l’ordre naturel des choses, soit l’ordre biologique et racial, le faible deviendrait supérieur au fort28.

  • 29 “A natural balance of exchange exists which can and should be exploited”/« Un équilibre naturel des (...)

14Dans le combat engagé, les deux représentations génériques de l’altérité se fondent subrepticement en un même danger : sans qu’Oswald Mosley le dise expressément, on comprend à travers un réseau de correspondances que le chaos tant redouté sera fondamentalement le fait de financiers étrangers exploiteurs de main d’œuvre bon marché et aveugles aux intérêts nationaux. Il convient de contrer leurs agissements par la rationalisation de la production et du commerce à l’échelle planétaire, autrement dit par la création ou la consolidation de blocs économiques et politiques intégrés et par l’exploitation de « l’équilibre naturel des échanges29. »

15Imperceptiblement, les analyses d’Oswald Mosley confondent donc en une seule et même chose, via des processus de racisation catégorielle et de racisme, chaos cosmique et anarchie des affaires humaines ainsi que, a contrario, ordre méta-historique et ordre politico-économique. Pour qui la fait sienne, cette confusion contient tous les germes d’un activisme radical imprégné de messianisme sotériologique. La naturalisation d’attributs négatifs projetés sur cet Autre que constitue l’Oriental et le financier étranger obéit en tout cas à un impératif précis, le même que celui qui préside à l’auto-racisation : elle vise à rationaliser et à légitimer le désir de perpétuer la suprématie britannique dans le monde. L’appel au biologique fonctionne ici comme un déni de l’évolution de l’ordre mondial : il est la marque d’un colonialisme de crispation en même temps que d’un profond ultra-nationalisme.

  • 30 Ce point apparaît clairement par exemple dans l’analyse que fait Oswald Mosley de la faiblesse de l (...)

16Il est important d’insister sur le fait que ce recours au biologique n’est étayé par aucune systématisation sous forme de pseudo-théorie raciale qui viserait à le justifier intellectuellement. Oswald Mosley n’est pas homme à s’en soucier : s’il s’inscrit dans la droite ligne d’une tradition impérialiste encore bien vivace au début des années 30, c’est la seule fonction symbolique du concept de race qui l’intéresse. Peu importe alors que ce concept ne soit pas explicité : il a valeur de substructure mythique pourvue de toute la puissance du fait d’évidence. Les différences ainsi que les hiérarchies raciales et les dichotomies irréductibles qu’elles entraînent apparaissent ainsi comme des vérités immédiates qui disent et induisent naturellement un certain ordre du monde, et dont le caractère irréfragable s’étend comme par magie aux visions économiques et politiques qui les intègrent en leur sein30. Qu’elle participe d’une élaboration doctrinale ouverte ou qu’elle soit immédiatement instrumentalisée sans théorisation explicite, il reste que la phraséologie raciale n’est jamais d’un usage anodin. Expression d’une certaine vision de l’humanité, elle présente notamment pour ce qui concerne notre démonstration deux implications conceptuelles majeures.

17En premier lieu, elle traduit chez Oswald Mosley une pensée hiérarchisante et spéculaire, une très grande susceptibilité aux catégorisations génériques, la faculté pernicieuse de confondre les capacités et prédispositions d’individus et de groupes avec les facteurs de situation, pourtant cruciaux. Or, l’antisémitisme n’est qu’une variante de racisme, à l’histoire, aux formes et aux expressions spécifiques certes, mais à l’architecture conceptuelle identique. En l’absence d’antisémitisme explicite, on peut certes réfuter les soupçons d’instrumentalisation de tropismes spécifiquement anti-juifs comme un fantasme de lecteur avide de lire le texte à la lumière de ses seules hypothèses liminaires. Il reste que l’on ne peut ignorer qu’il existe chez le dirigeant fasciste des mécanismes intellectuels qui peuvent éventuellement donner naissance à un antisémitisme avéré.

18Ces dispositions sont indissociables d’une pensée hyper-déterministe, et c’est là que vient s’ajouter la seconde implication du recours à la phraséologie raciale, entendue comme soubassement d’une conception réductrice de l’être et d’une vision exclusive du vivre-ensemble.

19En effet, d’un point de vue théorique, la naturalisation des contingences phénoménales que cette phraséologie opère entraîne une réification des réalités humaines, où toutes les différences sont absolutisées. Le processus est déshumanisant, puisqu’il nie la capacité de l’homme à être l’acteur d’un être et d’un devenir librement choisis, et qu’il le réduit ainsi au statut d’incarnation transitoire des gènes de sa race. En ce sens, il est aussi désindividualisant, puisqu’il postule que l’individu lui-même disparaît, absorbé par une entité qui le définit et le dépasse infiniment. C’est dans cette naturalisation que se constitue fondamentalement la violence de l’ancrage dans le biologique, cette dissolution de l’un dans un tout d’indépassable concrétude qui fonde le passé, le présent et l’avenir ainsi que la nature des liens qui unissent les hommes entre eux ou les séparent par essence. D’outil typologique emprunté à la zoologie, la race devient ainsi un principe normatif qui porte atteinte à l’intégrité des gens-du-soi tout autant qu’à celle du hors-groupe. En même temps, elle pulvérise l’humanité en identités monolithiques qui, pour leur survie, ne peuvent appréhender la différence que dans la coercition et le rejet.

20Ces implications conceptuelles peuvent rester à l’état de potentialités, menaçantes certes, mais non intégrées à un programme politique et social. Tel n’est pas le cas dans The Greater Britain, et il faut prendre la pleine mesure de ce fait pour saisir à quel point les fondements idéologiques mêmes de la pensée d’Oswald Mosley constituent les prémisses d’un rapport négatif à l’altérité. Le concept de race et plus encore les notions connexes que son utilisation fait sournoisement advenir forment la trame d’un projet véritablement porteur d’exclusion.

  • 31 Claude Blanckaert, La nature de la société. Organicisme et sciences sociales au XIXe siècle, Paris, (...)
  • 32 It envisages, as its name implies, a nation organised as a human body”, Mosley, Oswald, op. cit., (...)

21Il n’existe pas un type unique de prolongement sociopolitique de l’ancrage dans le biologique31. Tout dépend des modalités et de la profondeur de cet ancrage, et de multiples variantes sont donc possibles. Dans The Greater Britain, ce prolongement s’exprime quant à lui dans l’affirmation selon laquelle l’organisation physiologique doit constituer le modèle du système politique et social : « Il [l’État corporatiste] envisage, comme son nom l’implique, une nation organisée comme le corps humain »32.

  • 33 C’est Alexander Raven Thomson, considéré comme l’idéologue en chef du parti, qui théorisa l’organis (...)
  • 34 Blanckaert, Claude, La nature de la société. Organicisme et sciences sociales au XIXe siècle, chapi (...)

22Quoiqu’Oswald Mosley ne soit pas plus un théoricien de l’organicisme qu’il n’est un théoricien de la race33, une chose est sûre cependant : son organicisme ne relève pas de la modélisation du sociologue conscient des limites de son outil analogique, mais il est bien plutôt de la veine de celui des anti-libéraux, anti-universalistes et autres conservateurs politiques et sociaux qui en ont usé depuis la fin du XVIIIe siècle34, de même qu’il concorde avec son désir de légitimer le nouvel ordre fasciste en le naturalisant.

23Symboliquement, si la société à venir doit donc être structurée comme un corps, ce « comme » constitue en vérité le nœud d’une véritable identité de nature. Réceptacle éphémère de la race et expression concrète par excellence de l’ancrage dans le biologique, le corps est en effet aussi le symbole métonymique d’une communauté une et indivisible, d’un super-organisme pour qui l’altérité est une atteinte à son intégrité et tout dysfonctionnement interne, un danger pour sa survie. En ce sens, l’organicisme n’est l’effet du racisme que pour mieux en être la cause : la démonstration ne peut échapper à un certain degré de circularité, qui, plutôt qu’une pétition de principe, traduit un système de pensée lui-même clos sur son auto-perpétuation. Si l’analogie organiciste se nourrit dans The Greater Britain d’un substrat raciste et racisant, elle favorise en retour un rejet de l’altérité à travers les trois nécessités conjointes qu’implique sa nature : unité, hiérarchisation stricte des fonctions, et pérennité.

24L’impératif d’unité est une donnée constante du projet social et politique d’Oswald Mosley : unité de nature des acteurs de ce projet d’abord, étroitement liée à la communauté de buts et d’intérêts ensuite.

  • 35 “a whole people”, Mosley, Oswald, op. cit., p. 24.
  • 36 “the community as a whole”, ibidem, p. 27.
  • 37 « Personne assurément ne peut imaginer que les Britanniques, en tant que race, sont libres »/“Surel (...)

25L’unité de nature s’impose dans la définition même du « corps national » : elle signifie fermeture et clôture. L’homogénéité des composants est sans cesse réaffirmée via l’utilisation du terme « nation » le plus souvent, mais aussi par le biais des expressions « peuple tout entier35 » et « communauté dans son entier36 », tous rendus synonymes de « race37 » par leur emploi indifférencié. L’analogie organiciste permet de créer une unité nationale nouvelle en lieu et place de celle tissée par la citoyenneté démocratique, mais la substitution est loin d’être anodine. La mise en équation de l’État, de la nation et de la race, institution d’une frontière naturalisée entre soi et les autres, a une dimension autant physique et culturelle que spirituelle et morale. Elle alimente un ultranationalisme fermé, sous-tend le racisme envers les étrangers lointains aux confins extérieurs de la nation, ces « Nègres » et ces « Orientaux » qu’Oswald Mosley considère avec mépris, mais, et c’est là un point que l’on ne saurait trop souligner, elle implique aussi la mixophobie, voire l’épuration raciale pour maintenir l’homogénéité et la qualité de la « race britannique ». Certes, nulle part il n’est explicitement question de l’une ou de l’autre dans le programme de la BUF. Pourtant, cette nécessité structurelle de la pureté raciale constitue déjà potentiellement un danger pour les Juifs en particulier, ces étrangers de l’intérieur par excellence. La menace se fait en vérité bien réelle lorsque l’on considère qu’en l’absence d’eugénisme racial, l’auteur se prononce toutefois pour un eugénisme social largement racisé.

  • 38 “to set Britain again on top of the world”, ibidem, p. 35.
  • 39 “to serve the Nation’s ends”, ibidem, p. 13 et p. 28.
  • 40 “contributing to the welfare of the whole”, ibidem, p. 27.
  • 41 “There is no room for interests which are not the State’s interests”, ibidem, p. 13.
  • 42 “The State has no room for the drone and the decadent, who use their leisure to destroy their capac (...)
  • 43 “His anti-social conduct may damage tens of thousands of his fellowcitizens”, ibidem, p. 36.

26La pierre de touche de cet eugénisme, c’est la non-adhésion au projet de reconstruction nationale, soit le mépris de l’intérêt commun et le refus d’un individu ou d’un groupe de « replacer la Grande-Bretagne au sommet du monde38 », de « servir les buts de la nation39 » et de « contribuer au bien public40 », car « il n’y a pas de place pour les intérêts qui ne sont pas les intérêts de l’État41. » Seront ainsi exclus « les fainéants et les décadents qui utilisent leurs moments de loisir pour détruire leur capacité à être utiles à la nation42 », de même que sera mis à l’écart quiconque présente « une conduite antisociale pouvant nuire à des dizaines de milliers de ses concitoyens43 ».

27Outre le fait que la nature de ce qui est décadent ou nuisible à la nation, de ce qui est par conséquent antisocial, ne peut être objectivement définie et laisse donc la voie ouverte à l’exclusion arbitraire, le primat du bien commun est de toute façon garant d’une coercition qui, en cas d’inefficacité initiale, promet plus de violence encore :

  • 44 “Government, or rather the Corporate system, will lay down the limits within which individuals and (...)

Le gouvernement, ou plutôt le système corporatiste, posera les limites à l’intérieur desquelles individus et intérêts pourront agir. Ces limites sont le bien public, ce qui n’est pas, après tout, un critère totalement déraisonnable. […]. Mais dès que quiconque, qu’il s’agisse d’un individu ou d’un intérêt organisé, outrepassera ces limites, de telle sorte que ses activités ne bénéficient qu’à un groupe et deviennent antisociales, la machinerie de l’État corporatiste s’abattra sur lui. Ceci implique que tout intérêt, qu’il soit de « gauche » ou de « droite », industriel, financier, syndicaliste ou bancaire, doit être subordonné au bien-être de la communauté dans son entier […]44.

  • 45 Voir par exemple : « Les pouvoirs incalculables de la finance seront exploités au service de la pro (...)
  • 46 “There is no room for interests which are not the State’s interests”, ibidem, p. 13.
  • 47 “Every part fulfils its function as a member of the whole, performing its separate task, and yet, b (...)

28Dans The Greater Britain, financiers et communistes constituent les deux groupes d’intérêts les plus puissamment néfastes à la nation. Traîtres au bien général, agents de la décadence nationale, les coupables sont voués à la soumission45, voire à l’exclusion ou à la disparition, puisqu’« il n’y a pas de place pour les intérêts qui ne sont pas les intérêts de l’État46. » Sur la base de ces attaques, la mise en équation antisémite, si elle n’est pas avérée, est en tout cas aisée. Loin d’être une simple superstructure propagandiste, elle prendrait sa source au cœur même de la représentation organiciste de la société, liée à la nécessité de l’exclusion de l’Autre. Cette exclusion se présente comme aboutissement des deux nécessités consubstantielles de celle d’unité : celle de la définition identitaire d’une part, et celle de l’épuration cathartique d’autre part. Une telle représentation requiert en effet l’intégration totale de chacun à la vie nationale, comme cellules et organes participent tous ensemble à la vie d’un corps : « Chaque partie remplit sa fonction en tant qu’élément de l’ensemble, accomplissant sa tâche séparée, et cependant, en l’accomplissant, contribue à la bonne santé de cet ensemble »47.

  • 48 “All within the State; none outside the State; none against the State”, ibidem, p. 27. Ceci constit (...)

29Cet impératif d’intégration se trouve d’ailleurs résumé dans le mot d’ordre repris de Mussolini : « ‘Tous dans l’État, personne en dehors de l’État, personne contre l’État’48. »

30Mais comment penser l’a-fonctionnel et le dysfonctionnel à l’intérieur d’une conception fonctionnaliste aussi radicale, sinon comme un mal à évacuer et mieux encore, pour l’intégrité de l’ensemble, comme un mal n’émanant pas même de ce « tous », soit comme le mal venu d’une minorité interne transmuée en « contre-race » bouc-émissaire ?

  • 49 “The whole body is generally directed by the central driving brain of government without which no b (...)

31La chasse à l’ennemi de l’intérieur est ainsi ouverte, favorisée par le système de gouvernement que Mosley envisage. Là encore la métaphore organiciste donne sa pleine mesure : « Le corps tout entier est généralement dirigé par le cerveau central du gouvernement, sans lequel aucun corps et aucun système de société ne peut fonctionner »49.

32Transcrite en termes politiques, la nécessité interne et naturalisée de la soumission des individus à un pouvoir fort implique deux exigences essentielles.

  • 50 “No State within the State can be admitted”, ibidem, p. 27.

33La première impose que le gouvernement soit le seul détenteur du pouvoir, toute autre puissance étant déclarée concurrente et subversive. Il en découle l’affirmation selon laquelle « on ne peut admettre d’État dans l’État50 », interdiction qui constitue au passage une forme d’autojustification antisémite bien connue par ailleurs.

  • 51 “an authoritative State”, ibidem, p. 13.
  • 52 “absolute authority”, ibidem, p. 24.
  • 53 “For such a purpose is needed the grip of an organised and disciplined movement, grasping and perme (...)

34La seconde implication est également menaçante pour tout ennemi déclaré de la nation, mais de façon plus indirecte, dans la mesure où elle touche aux répercussions du régime à venir sur la structure morale et le comportement des individus. « État autoritaire51 » doté d’une « autorité absolue52 », ce régime induit en effet un contrôle totalitaire de la société : « Pour atteindre ce but [le renouveau national], il faut l’emprise d’un mouvement organisé et discipliné, qui englobe et imprègne tous les aspects de la vie nationale »53.

  • 54 « La discipline volontaire est l’essence du Mouvement Moderne »/“Voluntary discipline is the essenc (...)
  • 55 “We want men, not eunuchs, in our ranks, but men with a singleness of purpose which they order thei (...)

35Espace suffocant, où la liberté de l’individu se réduit à l’acquiescement de sa mise en esclavage, dans une « discipline volontaire54 » sacrificielle, tout au service de la nation : « Nous voulons des hommes et non pas des eunuques dans nos rangs, mais des hommes habités par un but unique au service duquel ils soumettent leur vie »55.

 

36Au sein d’un tel système, selon les termes mêmes du sociologue et philosophe Tzvetan Todorov,

  • 56 Tzvetan Todorov, Face à l’extrême, Paris, Éditions du Seuil, collection Points Essais, 1994 (1991), (...)

L’État devient le détenteur des fins ultimes de la société. L’individu cesse d’avoir un accès direct aux valeurs suprêmes devant régir sa conduite, il ne peut plus se considérer comme un représentant parmi d’autres de l’humanité et consulter sa conscience pour savoir vers quels buts il doit se diriger et en fonction de quels critères il peut juger les actes d’autrui. L’État est devenu un intermédiaire obligatoire entre lui et ses valeurs ; c’est l’État, et non plus l’humanité, qui détient la mesure du bien et du mal56.

  • 57 L’État peut créer et maintenir cette attitude en tablant sur la propension des individus à fuir le (...)

37Ainsi déresponsabilisés, les individus ne s’interrogent pas plus sur les fins dernières de l’État que sur les actions qu’ils entreprennent en son nom : les unes et les autres sont données comme bonnes, quels que soient leur degré d’aberration ou les atrocités qu’elles engendrent57. Le maintien dans une pensée et une conduite instrumentales, focalisées non pas sur la finalité ou la moralité du projet politique et social mais sur les moyens employés pour le faire aboutir, trouve un allié de poids dans la dilution des responsabilités. Cette dernière découle d’ailleurs directement de la hiérarchisation et de la compartimentation stricte des fonctions, qui sont naturellement de règle dans un régime où l’obéissance absolue devient l’ultime vertu.

38La captation par l’État de la conscience morale des individus et de la définition des buts de la communauté apparaît comme un corrélat du système envisagé par Oswald Mosley, mais également comme un rouage majeur de son bon fonctionnement : la coercition et l’exclusion constitutives d’un projet radical de société organiciste ne peuvent en effet s’instaurer pleinement que lorsque la politique ne se heurte plus à l’éthique dans sa volonté de toute-puissance. Si la menace pour l’en-groupe, et à plus forte raison pour le hors-groupe, peut sembler ici ne relever que de la politique-fiction dans la mesure où le dirigeant fasciste n’a jamais eu l’occasion d’appliquer son projet, le danger est pourtant bien présent, latent. Dans tous les cas, la liquidation de l’humanisme et des valeurs universalistes qui lui sont attachées est quant à elle déjà assurée, prête à être transcrite dans la propagande d’un mouvement parti à la conquête du pouvoir avec la certitude d’être le seul à détenir l’unique définition valide de l’avenir national.

  • 58 “renaissance”, Oswald Mosley, op. cit., p. 38.
  • 59 “resurrection”, ibidem, p. 25.
  • 60 « une maladie de l’industrie plus profondément enracinée »/“a deeperrooted industrial malady”, ibid (...)

39Cet avenir qui se dit en termes de « renaissance58 » et de « résurrection59 » se pose tout aussi métaphoriquement comme un défi à la dégénérescence et à la maladie60. En fait, structure symbolique de la société, l’organicisme en impose une vision anthropomorphique, mais dans une telle exaltation de l’en-groupe qu’il ne peut accepter l’analogie jusque dans ses ultimes implications, la déréliction, puis la disparition. Ce refus est déjà inscrit dans l’organisation du système : l’intégration, tant horizontale que verticale, est la clé du renouveau national, et elle nécessite pour s’instaurer l’expulsion des éléments jugés mortifères, menaces pour la communauté de nature et d’intérêts du groupe. Mais elle a aussi vocation de durer sans limites, car la renaissance est l’essence même de l’idéologie qui l’inspire. Pour se perpétuer, elle doit donc instituer l’expulsion continuée de ces mêmes éléments mortifères. Par conséquent, si toujours de tels éléments peuvent se reconstituer sous une forme ou une autre, justifiant leur destruction aux yeux de l’en-groupe, toujours aussi ils doivent se reconstituer, car, pour filer la métaphore, le corps social fasciste s’instaure et se perpétue essentiellement comme être-contre-la-mort. En tout état de cause, l’obsession de l’immortalité, autre nom de la renaissance continuée, est à jamais indissociable de celle de la mort et d’une révulsion viscérale à l’encontre de ce qui peut la porter : la vaine révolte contre la fatalité de la finitude peut aisément se transmuer en combat contre ceux qui sont censés l’incarner, évacués dans l’espoir illusoire d’endiguer l’inexorable.

  • 61 “machinery of central direction”, ibidem, p. 26
  • 62 “machinery of government”, ibidem, p. 26, p. 28, p. 85, par exemple.
  • 63 “State machinery”, ibidem, p. 28.
  • 64 “machinery of government and industry”, ibidem, p. 85, p. 49-50.
  • 65 “a national machine for the planning of a general national policy”, ibidem, p. 99.
  • 66 “economic machinery of the Corporate State”, ibidem, p. 45.
  • 67 “the mechanism of the Corporate system”, ibidem, p. 27.

40Ainsi, expression d’une vision du monde coercitive et exclusive, l’organicisme la nourrit et la légitime en retour en lui donnant le corps comme modèle, mais un corps qui aurait triomphé des ravages du temps, un cyber-organisme aux composants périssables mais indéfiniment remplaçables seraiton tenté de dire, pour mieux introduire cet autre paradigme essentiel de la pensée d’Oswald Mosley qu’est la machine. L’auteur de The Greater Britain ne cesse d’y recourir, parlant ainsi de « machinerie de direction centrale61 », « machinerie de gouvernement62 », « machinerie étatique63 », « machinerie de gouvernement et d’industrie64 », « machine nationale pour la planification d’une politique nationale générale65 », « machinerie économique de l’État corporatiste66 », ou encore de « mécanisme du système corporatif67. » Le corps et la machine apparaissent comme deux paradigmes aisément cumulables, dont la fusion dans un même discours n’est paradoxale qu’en apparence tant ils se rejoignent dans leur réduction de l’humain au concret. Plus précisément, si, comme la structure symbolique du corps, celle de la machine exprime la réification du vivant, elle l’exprime à travers la prégnance du matérialisme et d’une rationalité d’un type lui aussi déshumanisant. Ce processus ne saurait évidemment constituer en soi la preuve d’une propension spécifique à l’antisémitisme, pas plus qu’il ne saurait représenter à lui seul un facteur direct d’antisémitisme. Il est cependant essentiel en ce qu’il facilite le rejet de l’Autre dans le contexte idéologique étudié.

41L’ancrage de l’humain dans le matériel revêt essentiellement deux dimensions dans The Greater Britain. L’une consiste en un matérialisme aride qui réduit les hommes à n’être plus que des machines vivantes. L’autre, plus fondamentale sans nul doute, réside dans une vision scientiste des réalités humaines et dans la technicisation généralisée de l’existence, qui entraînent des conséquences nécessairement désastreuses pour les gens-du-soi, mais aussi, et toujours à plus forte raison, pour les autres.

42Dans les méandres du discours d’Oswald Mosley apparaît une double négation, un anti-idéalisme assorti d’un mépris de la pensée spéculative et critique qui ne laisse aucun doute sur sa conception de l’humanité et la société dont il rêve.

  • 68 “The essence of Fascism is the power of adaptation to fresh facts. […] It has no use for immortal p (...)

43C’est avant tout la notion d’idéal normatif qui est rapidement liquidée au détour d’une phrase : « L’essence du fascisme est son pouvoir d’adaptation aux faits nouveaux. […] Il n’a nul besoin de principes immortels quand il s’agit d’assurer le nécessaire »68.

  • 69 Chapitre intitulé “Liberty”, ibidem, pp. 21-23.
  • 70 « Dans l’exercice de ses fonctions publiques, un homme doit se comporter comme il convient à un cit (...)
  • 71 “When we propose an effective system of government we are, of course, charged with the negation of (...)

44S’il est un idéal cependant auquel l’auteur fait constamment référence, c’est bien celui de liberté, y consacrant même une partie de son ouvrage69. L’enjeu est de taille en effet : pour lui qui s’efforce toujours d’édulcorer ce que son système a de coercitif, mettre en avant la liberté, c’est réfuter les accusations de totalitarisme autoritaire que suscite l’ensemble de son projet. Il ne faut pas s’y tromper pourtant : aux yeux d’Oswald Mosley, la liberté n’est que formelle. Le mot est un signifiant puissant dont il ne fait que récupérer la magie en le vidant de son sens. La liberté n’est jamais la liberté dans l’absolu ou en tant que valeur en soi, pour ne rien dire des libertés de conscience, de pensée, de parole ou d’action, évacuées car toujours conditionnées à l’aune du bien public et des intérêts de l’État70. Au prix de manipulations dialectiques d’ailleurs courantes chez les aspirants dictateurs qui cherchent à se justifier dans un espace politique largement acquis à la démocratie, Oswald Mosley met ainsi en équation liberté politique et liberté d’agir, mais ne conçoit la liberté d’action que dans la possibilité et la volonté d’appliquer le programme fasciste : « Lorsque nous proposons un système de gouvernement efficace, nous sommes, bien sûr, accusés de nier la liberté par ceux qui ont érigé la liberté en négation de l’action »71.

  • 72 « Le début de la liberté, c’est la fin du chaos économique »/“The beginning of liberty is the end o (...)

45De surcroît, l’auteur affirme que la liberté n’est envisageable que dans un contexte économique prospère72, et il confond insidieusement le concept de liberté et la possibilité pour les citoyens d’accéder au bien-être :

  • 73 “The essence of liberty is freedom to enjoy some of the fruits of life, a reasonable standard of li (...)

L’essence de la liberté [« liberty »] est la possibilité [« freedom »] de jouir des fruits de l’existence, d’un niveau de vie raisonnable, d’une maison décente, d’un bon salaire, d’un nombre raisonnable d’heures de loisir après un travail qui ne laisse pas l’individu éreinté, d’un bonheur sans entraves dans la vie privée en compagnie de femme, enfants et amis, et, finalement, la possibilité d’entretenir l’espoir du succès matériel pour étayer l’ambition personnelle : telles sont les réalités de la liberté [« liberty »] pour l’homme ordinaire73.

46Si la démagogie suinte de cet appel au sens commun, il reste aussi un fait essentiel : le glissement de l’« essence » aux « réalités » de la liberté marque l’abaissement du bonheur de l’homme à la satisfaction de ses seuls besoins matériels. Dans sa perversion du concept de liberté, c’est en fait à un véritable déni de spiritualité que se livre Oswald Mosley. Le processus est d’ailleurs particulièrement évident dans son approche de la morale.

47De fait, là où la liberté intellectuelle et spirituelle n’existe pas, la conscience morale individuelle et sa capacité à se transcrire en actes réfléchis ne sont par essence pas même concevables. La confusion de la nature et du sens de la morale et de la spiritualité avec une condition physique optimale vient exprimer en creux cette impossibilité :

  • 74 “In our morality it is necessary to ‘live like athletes’, to fit ourselves for the career of servic (...)

Selon notre éthique, il est nécessaire de « vivre comme des athlètes », pour se rendre apte à assumer la carrière au service du pays qui correspond à l’idée que le fascisme se fait de la citoyenneté […]. Un athlétisme corporel et spirituel discipliné est le but le plus élevé d’une morale applicable avec justice74.

  • 75 “a morality of the Spartan pattern”, ibidem, p. 38.
  • 76 “State machinery”, ibidem, p. 28.

48Dans cette assimilation du spirituel au concret, qui signe la fin de toute transcendance, l’éthique est réduite à n’être plus qu’une moralité d’esclave, une conduite réglée faite de renoncement et d’obéissance, instrumentalisée au service de l’État. L’homme lui-même, soumis à « une morale d’inspiration spartiate75 », devient un rouage de la « machinerie étatique76 », sommé de s’auto-entretenir pour la porter et la maintenir au maximum de ses performances. Qui refuse d’obtempérer est le grain de sable qui grippe le système, et se retrouve de facto voué à l’élimination. On revient alors, pour les mêmes raisons que dans le cas de l’a-fonctionnalité ou du dysfonctionnement organiques, à la nécessité d’extérioriser l’élément perturbateur afin d’assurer la pérennité du tout. L’altérisation se voit ainsi surdéterminée, car commandée par les deux structures paradigmatiques du système.

  • 77 “the wiseacres and the theorists”, ibidem, p. 15.
  • 78 “endless and inconclusive debates”, ibidem, p. 17.
  • 79 “the windy rhetoric”, ibidem, p. 16.
  • 80 “rationalised democracy”, ibidem, p. 34.
  • 81 « Grâce au système que nous prônons, le technicien, qui est l’architecte de l’avenir de notre indus (...)

49L’immersion de l’être dans le concret recèle cependant une autre facette, visible notamment dans le système de gouvernement proposé par Oswald Mosley. En effet, les hommes sont abaissés à une existence unidimensionnelle non pas seulement à travers le déni des valeurs humanistes et morales, mais aussi par le biais d’une critique de la pensée elle-même. C’est ainsi que la démocratie délibérative est vouée aux gémonies. Expression de l’emprise « des puits de science et des théoriciens77 » sur la vie politique du pays, la pensée symbolise également le règne des « débats sans fin qui ne mènent nulle part78 » et de la « rhétorique verbeuse79 ». Ce mépris manifeste du logos, Mosley l’affirme aussi dans sa dégradation de la démocratie en technocratie. Là, chaque homme, loin d’être doté des capacités intellectuelles nécessaires pour délibérer en lui-même et avec les autres sur la meilleure politique à suivre pour le présent et l’avenir de la cité dans leurs aspects les plus variés, est déclaré apte à ne pouvoir s’exprimer qu’en tant que spécialiste de son domaine d’activité propre. La « démocratie rationalisée80 » qu’exalte ainsi Oswald Mosley est une contradiction dans les termes. En effet, le suffrage sectoriel et le règne des techniciens81 ne peuvent constituer des modalités de la démocratie, puisqu’ils en nient au contraire les principes fondamentaux : le système envisagé rejette le principe qui veut que tous soient égaux et aptes à donner leur avis sur la chose publique, et il réduit le citoyen à n’être plus qu’un simple homo œconomicus aux capacités intellectuelles restreintes, prisonnier de déterminations socio-économiques indépassables.

  • 82 Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison (1944, 1969), Paris, Gallimard, 19 (...)

50Dans cette vision étiolée de la res publica, ce sont bien sûr les notions de non-détermination a priori, d’évolution et de perfectibilité de l’homme qui se voient niées. Mais, plus fondamentalement encore, c’est le sacrifice de la rationalité objective, critique et spéculative qui est alors consommé, achevant de déposséder les hommes d’une part de leur humanité. Ce n’est pas dire pour autant que toute rationalité se trouve exclue, mais que seule celle de type instrumental demeure82, scientifique et technique, orientée vers une fin qui constitue aussi son axiome opératoire : la grandeur nationale. Quoique le mépris pour les principes humanistes essentiels constitue déjà bien évidemment en soi une violence pour tous, cette exclusion de la rationalité objective révèle en creux une indifférence à la morale, amoralité annonciatrice du pire.

51Une constatation s’impose en effet à la lecture de The Greater Britain : celle d’une double subversion de l’éthique, par la science d’une part, et par la technique d’autre part, les différences entre l’une et l’autre étant d’ailleurs largement abolies.

52La récurrence de certains mots offre une clé essentielle pour la compréhension de cette double subversion. S’il est des termes qui reviennent en litanies sous la plume d’Oswald Mosley, ce sont bien ceux qui relèvent des champs sémantiques du « progrès », de la « modernité », de la « science », de la « technique » et de la « rationalisation », comme autant de formules magiques synonymes qui diraient immédiatement et simultanément l’essence, la raison d’être et la grandeur du projet fasciste. Mots légitimateurs avant tout, leur utilisation est le signe d’un positivisme scientiste qui les transforme indûment en idéaux normatifs de substitution.

  • 83 Our problem is to reconcile the revolutionary changes of science with our system of government, an (...)

53C’est la science qui pourvoit ici une justification essentielle à la révolte fasciste, le progrès scientifique devant se transcrire en progrès politique : « Notre problème est de réconcilier les changements révolutionnaires de la science avec notre système de gouvernement »83.

54La déclaration est grandiloquente, mais vide de sens si l’on songe qu’il est bien vague de parler de science en général, et que science et gouvernement se situent de toute façon sur deux plans de réflexion irréductiblement différents. Cependant, l’appel à la conciliation de ces deux domaines est tout à fait compréhensible si on le conçoit pour ce qu’il est, c’est-à-dire un processus de scientifisation du politique destiné à évacuer toute polémique. C’est clairement là une démarche scientiste qui s’affirme, avec pour axiome l’idée que la science ne peut dire que le vrai et que, le vrai étant le bien, la science dit le bien. Le paralogisme est explicable : décrochée de ses liens avec la pensée objective, la pensée instrumentale se clôt sur elle-même, enivrée de sa propre puissance. Elle n’a alors plus d’autre critère de vérité que celle fournie par sa méthode, et n’a d’autre ressource pour fonder la validité de son existence et de ses œuvres que celle qui consiste à devenir sa propre justification. D’axiologiquement neutre par essence, la science devient ainsi valeur en soi et mesure de toutes choses. Par conséquent, lorsque la politique se voit fondée scientifiquement, ce ne sont pas seulement les critiques qui se retrouvent frappées d’obsolescence, la science en venant à servir tout à la fois de fondement moral et de mode opératoire au projet qui l’instrumentalise, mais c’est aussi l’horizon des possibles qui se trouve verrouillé, ce projet se transformant en destin dont il s’agit simplement pour la politique de faciliter l’objectivation.

  • 84 Voir Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ? Paris, Éditions du Seuil, collection Points Essais (...)

55Ce dernier point est essentiel. D’une part, il souligne les substructures profondes du système technocratique promu par Oswald Mosley, le processus de politisation totalitaire84 qu’il engendre et, par conséquent, la négation même de la politique démocratique moderne que fondamentalement il représente. D’autre part, il laisse entrevoir la seconde voie, concomitante du scientisme, qu’emprunte la subversion de l’éthique.

  • 85 « Au Führer la pensée des objectifs, et à chacun sa spécialité : voilà le raisonnement type du suje (...)
  • 86 “The increasingly technical nature of all the problems in an economic age has made it difficult or (...)
  • 87 Nothing but the rationalised State can hope to overcome the problem created by rationalised indust (...)
  • 88 “rationalised democracy”, ibidem, p. 34, p. 35.
  • 89 “rationalised society”, ibidem, p. 52.

56Coupée de la rationalité objective, la science acquiert en effet une emprise hégémonique sur la pensée humaine : tout ce qui n’est pas elle se voit relégué au rang de superstition archaïque et de préjugé réactionnaire, et, inversement, tout ce qui est jugé comme un obstacle sur le chemin du progrès est décrété non-scientifique, et ipso facto invalidé. Cependant, et pour la même raison, la science se rapproche aussi de plus en plus de la technique, cet autre pôle de la pensée instrumentale. Désolidarisé de la pensée spéculative, son objet ne consiste plus en effet à connaître les causes de toutes choses et à aider à rendre plus intelligible le réel, mais bien plutôt à décrire les phénomènes en termes de lois et de fonctions, à seule fin de transformer et de dominer le monde. Par là, la science n’est plus vraiment science, mais devient techno-science, et, lorsqu’elle fonde la politique, elle en transforme pareillement la nature et l’objet. La politique n’a plus alors à se prononcer sur ce qui est et ce qui doit être, mais elle en est réduite à faire advenir ce qui est donné comme devant être, ce qui est d’ailleurs en parfaite concordance avec l’esprit du totalitarisme autoritaire85. Il est en ce sens sans nul doute significatif qu’Oswald Mosley ne mentionne ni experts, ni spécialistes ni scientifiques lorsqu’il fait référence à ceux à qui doit être donné le pouvoir, mais que ce soient expressément les « techniciens » qui aient toutes ses faveurs, seuls aptes selon lui à faire face à « la nature de plus en plus technique de tous les problèmes à l’ère de l’économie triomphante86 ». C’est d’ailleurs la techno-science économique qui sert de modèle à l’action, appelant une rationalisation totalitaire, car « c’est l’État rationalisé et lui seul qui peut espérer surmonter le problème créé par l’industrie rationalisée87. » La répétition incantatoire, séduisante dans son halo d’ordre et de progrès, aveugle sur les implications du processus : la démocratie doit être rationalisée88, mais la société doit l’être également89, ainsi que, implicitement, l’existence elle-même.

57Dans cette optique, la politique n’est plus interrogations ni débats, mais mise en œuvre de causes finales. Elle n’est même plus politique, mais gestion quasi téléologique, la techno-science procurant la méthode infaillible pour atteindre cette forme d’entéléchie qu’est la suprématie nationale :

  • 90 “Future organisation is a matter for technicians, with the ring kept free for the operation of scie (...)

L’organisation à venir est l’affaire des techniciens, le ring étant libéré pour que science et organisation soient pleinement opérantes, grâce à l’autorité universelle d’un mouvement moderne organisé et discipliné. C’est cela la véritable fonction et le but de l’homme politique à l’époque moderne. Ainsi peut être accomplie cette grande nécessité qui consiste à accroître régulièrement et systématiquement le pouvoir de consommation dans le même temps que la science et la rationalisation augmente le pouvoir de production90.

  • 91 “It is definitely a creed of effective government”, ibidem, p. 20.

58Le critère de la « politique » n’est plus alors ce qui est souhaitable, mais ce qui est efficace : « Il [le fascisme] a sans conteste l’efficacité gouvernementale pour credo91. »

59On conçoit aisément les conséquences de ce changement de priorité. Premier produit de l’ancrage dans la rationalité instrumentale, le scientisme légitime le projet politique et le fatalise, mais, second produit dérivé de cet ancrage, l’emprise de la techno-science fait prévaloir l’efficacité sur la morale, légitimant ainsi quant à elle tous les moyens utilisés pour faire advenir ce même projet. Nous avons là une substructure idéologique fondamentale du pragmatisme fascisme. Elle représente non seulement en soi une effarante mise en équation de l’existence, mais elle ouvre la voie à un mépris tout aussi inquiétant des obstacles matériels et humains.

  • 92 “a new reality”, ibidem, p. 16.

60Du plus évident au plus complexe, la généalogie de l’antisémitisme de la BUF se profile au cœur de son programme, dans un entrelacs de convergences. À travers ses multiples avatars, le couple métaphorique nature/machine qui structure le discours d’Oswald Mosley exprime une brutalisation de l’existence. La « nouvelle réalité92 » qu’elle souhaite faire advenir procède d’un idéal totalitaire, foncièrement déshumanisant : elle implique pour tous une violence faite de réification, de fatalisation et de clôture des possibles. L’alliance du biologique et du matériel n’est de ce fait paradoxale qu’en apparence : elle participe du même processus de déshumanisation généralisée, et elle surdétermine également les potentialités menaçantes de création d’une « anti-race », contre-symbole identitaire et cathartique. Les partis-pris ontologiques d’Oswald Mosley imposent en effet le rejet de l’altérité en même temps que ses impératifs axiologiques en offrent les moyens. Dans cette entreprise d’extériorisation du non-identique et du non-conforme, les Juifs représentent des cibles de choix. Cibles faciles car objets de préjugés déjà culturellement disponibles, tout à la fois tangibles parce qu’appartenant à un groupe ethnique distinct, et plastiques dans la mesure où les accusations de judaïsation sont d’une élasticité infinie. Les circonstances concrètes n’ont pas permis que le projet mosleyen s’incarne en gouvernement, mais, si la propagande antisémite de la BUF est née d’une multiplicité de facteurs, dont la nécessité activiste de l’ennemi unique ne fut pas des moindres, il est permis de penser qu’elle s’enracine également dans une Weltanschauung – dans l’acquiescement à une certaine vision de l’homme, de la société, de la politique, de l’ordre et du progrès.

Bibliographie

Sources primaires

MOSLEY, Oswald, The Greater Britain, Londres, BUF publications, 1932.

Sources secondaires

Articles

ZARKA, Yves Charles, « Le mal et la pensée », éditorial, Cités, 36, Paris, PUF (2008), pp. 3-6.

VOEGELIN, Eric, « La formation de l’idée de race » (introduction et traduction de Thierry Gontier), Cités, 36, Paris, PUF (2008), pp. 129-172 (« The Growth of the Race Idea », The Review of Politics, 2 (1940), pp. 293-317)

CULLEN, Stephen, “The Development of the Ideas and Policies of the BUF, 1932-40”, Journal of Contemporary History, 22, 1 (1987), pp. 115-136.

Ouvrages

ARENDT, Hannah, Qu’est-ce que la politique ? Paris, Éditions du Seuil, collection Points Essais, 1995 (1993).

BLANCKAERT, Claude, La nature de la société. Organicisme et sciences sociales au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2005.

GRIFFIN, Roger, The Nature of Fascism, London, Routledge, 1994 (1991).

GRIFFIN, Roger, Fascism, Oxford, Oxford University Press, collection Oxford Readers, 1995.

HORKHEIMER, Max et ADORNO, Theodor W., La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, collection Tel, 1983 (1947).

LEBZELTER, Gisela, Political Antisemitism in England, Londres, Macmillan, 1978.

LEVINAS, Emmanuel, Quelques réflexions sur la philosophie de l’hitlérisme, Paris, Payot, Rivages Poche/collection Petite Bibliothèque, 1997 (1934).

SKIDELSKY, Robert, Oswald Mosley, Londres, Macmillan, 1975.

TAGUIEFF, Pierre-André, La force du préjugé, essai sur le racisme et ses doubles, Paris, Éditions La Découverte, 1988.

TAGUIEFF, Pierre-André, La couleur et le sang. Doctrines racistes à la française, Paris, Éditions Mille et une Nuits, collection Les petits libres, 1998.

TODOROV, Tzvetan, Face à l’extrême, Paris, Éditions du Seuil, collection Points Essais, 1994 (1991).

Notes

1 Voir Roger Griffin, The Nature of Fascism, Londres, Routledge, 1994 (1991), p. 26.

2 Robert Skidelsky mentionne une première version de The Greater Britain qui instrumentalisait ouvertement les préjugés antisémites sur les thèmes mentionnés, et qui fut réécrite sur les conseils de Harold Nicolson, ami d’Oswald Mosley. Voir Robert Skidelsky, Oswald Mosley, Londres, Macmillan, 1975, p. 380.

3 Voir Emmanuel Levinas, Quelques réflexions sur la philosophie de l’hitlérisme, Paris, éditions Payot, Rivages Poche/collection Petite Bibliothèque, 1997 (1934).

4 Voir les définitions que propose P.-A. Taguieff : le racialisme renvoie à une « théorie des races ou pensée raciale élaborée, faisant prévaloir des orientations descriptives et explicatives », et le racisme, à « doctrine raciale où prédominent les dimensions évaluatives, normatives et prescriptives ». P.-A. Taguieff souligne cependant que « la distinction entre racisme et racialisme est d’ordre idéal-typique. » Pierre-André Taguieff, « Figures de la pensée raciale », dans « Le vertige du mal », Cités, n° 36, « Varia », PUF, 2008, pp. 173-197 (p. 182). Voir également : Pierre-André Taguieff, La force du préjugé, essai sur le racisme et ses doubles, Paris, éditions La Découverte, 1988.

5 “the whole British race”, Oswald Mosley, The Greater Britain, Londres, BUF publications, 1932, p. 139.

6 “The earth can and will be developed by the races fitted for that task, and chief among such races we are not afraid to number our own”, ibidem, p. 138.

7 Voir ibidem, p. 158.

8 “sense of greatness”, “her mission in the world”, ibidem, p. 158.

9 “a deadly menace to the whole white standard of life, and indeed to the whole structure of Western civilisation”, ibidem, p. 68.

10 “In the interests of the native population, as well as in the interests of the white standard of life, it is essential that the colonies should be developed on imperial plan”, ibidem, p. 138.

11 Ce néologisme renvoie à une catégorie de racisme. Il désigne la tendance spécifique à faire de la “race blanche”, synonyme de l’Occident, la référence essentialisée en matière de culture, valeurs et préoccupations.

12 “For our own part, we prefer the effort of self-help”, ibidem, p. 142.

13 “[…] no nation of such virility, and so great a tradition of achievement […]”, ibidem, p. 82.

14 We will certainly pursue the steady course of British colonial practice, which seeks by every means to raise native populations to a higher standard of life”, ibidem, p. 138.

15 O. Mosley parle a contrario de l’« intelligence sous-développée »/ “underdeveloped intelligence” de la main d’œuvre orientale, ibidem, p. 68.

16 Pierre-André Taguieff, La couleur et le sang, doctrines racistes à la française, Paris, Éditions Mille et une Nuits, collection Les petits libres, 1998, p. 8.

17 Terme renvoyant à la communauté d’appartenance, correspondant à « ingroup » en anglais, par opposition à « hors-groupe », de l’anglais « outgroup », les Autres.

18 « L’Amérique par rapport à notre marché sud-américain, et le Japon par rapport à nos marchés asiatiques, possèdent à l’évidence des avantages, géographiques notamment, qu’il n’est nul besoin de souligner » /“America in relation to our South American market, and Japan in relation to our Eastern markets, possess geographical and other advantages so obvious that they need not be stressed”, Oswald Mosley, op. cit., p. 63.

19 Voir, outre Les Protocoles des Sages de Sion, parus en Grande-Bretagne en 1920, l’ouvrage antisémite de A.H. Lane, The Alien Menace (1928), où se mêlent la dénonciation des dangers de l’immigration et celle d’une conspiration juive.

20 Dans cette première profession de foi, Mosley s’intéressait tout particulièrement à l’immigration, demandant son arrêt pur et simple et le renvoi des résidents étrangers dans leur pays d’origine. Quel que soit le groupe visé cependant, un mot d’ordre se dégage déjà, et reviendra tel un leitmotiv tout au long de sa carrière politique : « La Grande-Bretagne aux Britanniques ! »/“Britain for the British”. Voir Robert Skidelski, Oswald Mosley, p. 72-73.

21 Voir par exemple ces quelques vers: “This Puzzles Me / That foreign Jews / Who ne’er have seen / These isles of ours, / Should be let in, / To steal the jobs, / Of our own kind. / Do those who rule / Think Britons blind? / Can they not read the public mind? / Can they not hear / The raging wind? / That stirs the clouds / That hang behind…”, Blackshirt, 25-11-33, p. 3.

22 “[…] the resounding appeals to our common humanity which have echoed in a variety of languages through the halls of Geneva and Lausanne”, Oswald Mosley, op. cit., p. 88.

23 “backward races […] which are unable or unwilling to develop them [the great and productive areas of the world]”, ibidem, p. 138. Si les populations colonisées sont directement visées, les « tribus nomades de peaux-rouges » sont également citées en exemple : que seraient devenus l’Amérique et le monde si le territoire que ces tribus occupaient était resté un simple terrain de chasse aux ressources inexploitées (“a hunting-ground for nomadic tribes of Red Indians, with its vast ressources untapped by science for the benefit of the world”, ibidem, p. 138) ?

24 “backward labour”, ibidem, p. 68.

25 Mosley fait référence aux populations noires à travers la seule mention de la « théorie du nègre et de la bicyclette »/“the ‘negro and bicycle’ school of thought” : l’expansion économique nécessite la création de nouveaux marchés et de nouveaux besoins (on peut ainsi vendre des bicyclettes à des populations qui auparavant n’en possédaient pas), mais ces marchés ne sont pas extensibles à l’infini. Il arrive un moment où la rationalisation sans cesse accrue de la production conduit à la surproduction. Deux faits rendent par ailleurs la concurrence très vive : de façon concomitante, d’autres producteurs essayent d’écouler leurs bicyclettes sur ces mêmes marchés, et les clients potentiels deviennent eux-mêmes producteurs. Ibidem, p. 46 et p. 51.

26 Voir par exemple l’affirmation de Arnold White : « Les Juifs sont de purs Asiatiques », cité dans Gisela Lebzelter, Political Antisemitism in England, Londres, Macmillan, 1978, p. 93.

27 “An Oriental can work for ten hours a day in exchange for a few bowls of rice, provided that such labour does not exact too much from his fragile physique or from his under-developed intelligence. To press a button at regular intervals in the simplified process of mass-production while he dreams of other things, is to him most appropriate and congenial labour. He is actually, in some ways, better suited for the monotony of mass-production tasks than is white labour, which often cannot endure that monotony, at any rate for more than very short hours.” Oswald Mosley, op. cit., p. 68.

28 Ce paradoxe fait d’ailleurs écho à l’ambivalence intrinsèque de l’image du Juif, faible et puissant à la fois.

29 “A natural balance of exchange exists which can and should be exploited”/« Un équilibre naturel des échanges existe, qui peut et devrait être exploité » (soit matières premières contre produits manufacturés), Oswald Mosley, op. cit., p. 132. C’est nous qui soulignons.

30 Ce point apparaît clairement par exemple dans l’analyse que fait Oswald Mosley de la faiblesse de la Grande-Bretagne face à ses concurrents sur certains marchés du globe.

31 Claude Blanckaert, La nature de la société. Organicisme et sciences sociales au XIXe siècle, Paris, 2005, L’Harmattan, p. 64.

32 It envisages, as its name implies, a nation organised as a human body”, Mosley, Oswald, op. cit., p. 26. C’est Oswald Mosley qui souligne.

33 C’est Alexander Raven Thomson, considéré comme l’idéologue en chef du parti, qui théorisa l’organisation politique, économique et sociale prônée par la BUF dans The Coming Corporate State, Londres, 1937.

34 Blanckaert, Claude, La nature de la société. Organicisme et sciences sociales au XIXe siècle, chapitre 1, « Misère de l’organicisme », pp. 17-28.

35 “a whole people”, Mosley, Oswald, op. cit., p. 24.

36 “the community as a whole”, ibidem, p. 27.

37 « Personne assurément ne peut imaginer que les Britanniques, en tant que race, sont libres »/“Surely nobody can imagine that the British, as a race, are free” (ibidem, p. 22), ou encore : « la race britannique dans son ensemble »/“the whole British race” (ibidem, p. 138).

38 “to set Britain again on top of the world”, ibidem, p. 35.

39 “to serve the Nation’s ends”, ibidem, p. 13 et p. 28.

40 “contributing to the welfare of the whole”, ibidem, p. 27.

41 “There is no room for interests which are not the State’s interests”, ibidem, p. 13.

42 “The State has no room for the drone and the decadent, who use their leisure to destroy their capacity for public usefulness”, ibidem, p. 38.

43 “His anti-social conduct may damage tens of thousands of his fellowcitizens”, ibidem, p. 36.

44 “Government, or rather the Corporate system, will lay down the limits within which individuals and interests may operate. Those limits are the welfare of the nation – not, when all is said, a very unreasonable criterion. […] But as soon as anybody, whether an individual or an organised interest, steps outside these limits, so that his activity becomes sectional and antisocial, the mechanism of the Corporate system descends upon him. This implies that every interest, whether ‘Right’ or ‘Left’, industrial, financial, trade union or banking system, is subordinated to the welfare of that community as a whole, and to the over-riding authority of the organised State”, ibidem, p. 27. C’est nous qui soulignons.

45 Voir par exemple : « Les pouvoirs incalculables de la finance seront exploités au service de la production nationale. Ils ne seront pas entravés, mais ils seront guidés de façon à servir les objectifs que s’est fixés la nation »/“The incalculable powers of finance will be harnessed in the service of national production. They will not be fettered; but they will be guided into the channels […] which serve the nation’s ends”, ibidem, p. 28.

46 “There is no room for interests which are not the State’s interests”, ibidem, p. 13.

47 “Every part fulfils its function as a member of the whole, performing its separate task, and yet, by performing it, contributing to the welfare of the whole”, ibidem, p. 26-27.

48 “All within the State; none outside the State; none against the State”, ibidem, p. 27. Ceci constitue une adaptation de la maxime de Mussolini : « Tout dans l’État, rien contre l’État, rien en dehors de l’État » (The Doctrine of Fascism, Firenze). Voir Stephen Cullen, “The Development of the Ideas and Policies of the BUF, 1932-40”, Journal of Contemporary History, vol. 22, n° 1, 1987, p 121. L’idée est reprise plus loin: « Il n’y aura pas de place en Grande-Bretagne pour ceux qui n’acceptent pas le principe ‘tous dans l’Ẻtat et l’Ẻtat pour tous’. »/“There will be no place in Britain for those who do not accept the principle ‘All for the State and the State for all’.”, ibidem, p. 124. Oswald Mosley se place à cette époque directement sous l’influence du fascisme italien pour qui l’État joue le rôle essentiel que joue le « Volk » dans la pensée nazie (voir Roger Griffin (dir.), Fascism, Oxford, Oxford University Press, collection Oxford Readers, 1995, p. 63)

49 “The whole body is generally directed by the central driving brain of government without which no body and system of society can operate”, Oswald Mosley, op. cit., p. 27.

50 “No State within the State can be admitted”, ibidem, p. 27.

51 “an authoritative State”, ibidem, p. 13.

52 “absolute authority”, ibidem, p. 24.

53 “For such a purpose is needed the grip of an organised and disciplined movement, grasping and permeating every aspect of national life”, ibidem, p. 25.

54 « La discipline volontaire est l’essence du Mouvement Moderne »/“Voluntary discipline is the essence of the Modern Movement”, ibidem, p. 24.

55 “We want men, not eunuchs, in our ranks, but men with a singleness of purpose which they order their lives to serve”, ibidem, p. 39. Ceci s’applique aux membres de la BUF, mais ces derniers représentent « le microcosme d’une virilité nationale ressuscitée »/“a microcosm of a national manhood reborn” (ibidem, p. 40).

56 Tzvetan Todorov, Face à l’extrême, Paris, Éditions du Seuil, collection Points Essais, 1994 (1991), p. 138.

57 L’État peut créer et maintenir cette attitude en tablant sur la propension des individus à fuir le poids de leur liberté, mais aussi et paradoxalement en les entretenant dans l’illusion qu’ils restent en toute conscience maîtres d’eux-mêmes et de leurs actes dans leur vie personnelle : « La base du Fascisme, c’est la Liberté dans la vie privée, et l’Obligation dans la vie publique »/“The Fascist principle is Liberty in private, Obligation in public life”, affirme Oswald Mosley (The Greater Britain, p. 37). Si le principe est en contradiction avec l’affirmation selon laquelle, en toutes circonstances, l’individu se doit de ne pas être « décadent » et a l’obligation de se comporter en accord avec les intérêts de l’État (ibidem, p. 37), il semble bien ne pas refléter seulement la simple volonté de minimiser le degré de coercition que le système fasciste fera peser sur ses membres. Il recèle fondamentalement l’un des ressorts essentiels de tout totalitarisme, à savoir la mise en place d’une « schizophrénie sociale » (Tzvetan Todorov, Face à l’extrême, p. 138). Grâce à elle, aussi répréhensibles que soient les actes d’un individu, ils lui restent comme extérieurs et ne portent jamais atteinte à l’image digne qu’il a de luimême. Ce point est très important pour comprendre l’adhésion possible de militants ou d’une large majorité nationale à une politique de haine envers un groupe bouc émissaire.

58 “renaissance”, Oswald Mosley, op. cit., p. 38.

59 “resurrection”, ibidem, p. 25.

60 « une maladie de l’industrie plus profondément enracinée »/“a deeperrooted industrial malady”, ibidem, p. 76 ; « l’apoplexie universelle »/“universal apoplexy”, ibidem, p. 82.

61 “machinery of central direction”, ibidem, p. 26

62 “machinery of government”, ibidem, p. 26, p. 28, p. 85, par exemple.

63 “State machinery”, ibidem, p. 28.

64 “machinery of government and industry”, ibidem, p. 85, p. 49-50.

65 “a national machine for the planning of a general national policy”, ibidem, p. 99.

66 “economic machinery of the Corporate State”, ibidem, p. 45.

67 “the mechanism of the Corporate system”, ibidem, p. 27.

68 “The essence of Fascism is the power of adaptation to fresh facts. […] It has no use for immortal principles in relation to the facts of bread-and-butter”, ibidem, p. 16.

69 Chapitre intitulé “Liberty”, ibidem, pp. 21-23.

70 « Dans l’exercice de ses fonctions publiques, un homme doit se comporter comme il convient à un citoyen et à un membre de l’État ; ses actions doivent se conformer aux intérêts de l’État, qui le protège, le gouverne, et garantit sa liberté personnelle. En privé, il est libre de se comporter comme il l’entend. À condition qu’il n’empiète pas sur la liberté et le bien-être des autres, sa conduite ne regarde que lui et sa conscience »/“In his public capacity a man must behave as befits a citizen and a member of the State; his action must conform to the interests of the State, which protects and governs him and guarantees his personal freedom. In private, he may behave as he likes. Provided he does not interfere with the freedom and enjoyment of others, his conduct is a matter between himself and his own conscience”, ibidem, pp. 37-38.

71 “When we propose an effective system of government we are, of course, charged with the negation of liberty by those who have erected liberty into the negation of action”, ibidem, p. 21.

72 « Le début de la liberté, c’est la fin du chaos économique »/“The beginning of liberty is the end of economic chaos”, ibidem, p. 22. C’est O. Mosley qui souligne.

73 “The essence of liberty is freedom to enjoy some of the fruits of life, a reasonable standard of life, a decent house, good wages, reasonable hours of leisure after hours of work short enough not to leave a man exhausted, unmolested private happiness with wife, children and friends and finally, the hope of material success to set the seal on private ambition: these are the realities of liberty to the ordinary man”, ibidem, p. 22. C’est nous qui soulignons.

74 “In our morality it is necessary to ‘live like athletes’, to fit ourselves for the career of service which is the Fascist idea of citizenship. […] An ordered athleticism of mind and body is the furthest aim of justly enforceable morality”, ibidem, p. 38.

75 “a morality of the Spartan pattern”, ibidem, p. 38.

76 “State machinery”, ibidem, p. 28.

77 “the wiseacres and the theorists”, ibidem, p. 15.

78 “endless and inconclusive debates”, ibidem, p. 17.

79 “the windy rhetoric”, ibidem, p. 16.

80 “rationalised democracy”, ibidem, p. 34.

81 « Grâce au système que nous prônons, le technicien, qui est l’architecte de l’avenir de notre industrie, peut accomplir sa tâche sans entrave. Le mandat pour cette tâche lui est conféré par le vote éclairé de ses collègues travaillant dans le même secteur économique que lui »/“By such a system as we advocate, the technician, who is the architect of our industrial future, is freed for his task. He is given the mandate for that task by the informed franchise of his colleagues in his own industry”, ibidem, p. 34.

82 Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison (1944, 1969), Paris, Gallimard, 1974.

83 Our problem is to reconcile the revolutionary changes of science with our system of government, and to harmonise individual initiative with the wider interests of the nation”, Mosley, Oswald, op. cit., pp. 12-13. C’est Mosley qui souligne.

84 Voir Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ? Paris, Éditions du Seuil, collection Points Essais, 1995 (1993).

85 « Au Führer la pensée des objectifs, et à chacun sa spécialité : voilà le raisonnement type du sujet totalitaire », Tzvetan Todorov, Face à l’extrême, p. 183.

86 “The increasingly technical nature of all the problems in an economic age has made it difficult or impossible to explain the real issues to the electorate as a whole”, Oswald Mosley, op. cit., p. 34.

87 Nothing but the rationalised State can hope to overcome the problem created by rationalised industry ”, ibidem, p. 53. C’est O. Mosley qui souligne. L’expression « État rationalisé » revient par ailleurs très souvent dans l’ouvrage.

88 “rationalised democracy”, ibidem, p. 34, p. 35.

89 “rationalised society”, ibidem, p. 52.

90 “Future organisation is a matter for technicians, with the ring kept free for the operation of science and organisation, by the universal authority of an organised and disciplined modern movement. That is the real function and purpose of the politician in the modern age. Thus can be achieved the great necessity of steadily and systematically increasing the power to consume as science and rationalisation increase the power to produce”, ibidem, p. 100. C’est O. Mosley qui souligne. La lourde redondance des termes a un effet quasi incantatoire.

91 “It is definitely a creed of effective government”, ibidem, p. 20.

92 “a new reality”, ibidem, p. 16.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540