Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie I. Les cultures politiques des droites radicales en contexte : éléments de comparaison transmanche

Ruralisme et droite radicale en France et en Grande-Bretagne dans l’entre-deux-guerres

Dan Stone
Traduction de Claire Esteves

Texte intégral

  • 1 Anna Bramwell, Ecology in the Twentieth Century: A History, New Haven, Yale University Press, 1989, (...)
  • 2 Raymond H. Dominick, The Environmental Movement in Germany: Prophets and Pioneers, 1871-1971, Bloom (...)
  • 3 Mark Antliff, “La cité française: Georges Valois, Le Corbusier, and Fascist Theories of Urbanism”, (...)
  • 4 Jeffrey Herf, Reactionary Modernism: Technology, Culture, and Politics in Weimar and the Third Reic (...)

1Selon l’historienne de l’écologie Anna Bramwell, « dans l’entre-deux-guerres, le national-socialisme allemand était le seul parti fasciste européen à exprimer des préoccupations écologiques. »1 Cela est vrai, à la condition que l’on s’en tienne strictement aux « partis fascistes », c’est-à-dire aux partis qui se revendiquaient comme tels, contestaient les élections ou se mobilisaient contre la démocratie parlementaire, et que l’on entende « l’écologie » comme l’intention de remodeler la société sur la base d’une perception holistique de la « nature », et non comme la partie environnementale d’un programme politique plus large. Mais tout bien considéré, il paraît évident que, même si l’Allemagne est le seul pays où des fascistes dotés d’un programme à orientation écologique soient arrivés au pouvoir, les groupes de droite radicale en Europe se sont aussi penchés sur la question, à un degré plus ou moins important. Des recherches récentes ont montré que, comme tout ce que touchaient les nazis, leur programme environnemental a fait plus de mal que de bien2 ; visiblement, le rêve d’une Europe unie, paysanne et bucolique n’était plus à l’ordre de jour lorsqu’il s’est agi de pratiquer la politique de la terre brûlée en Laponie ou en Ukraine, et le coût environnemental d’une guerre totale n’a pas vraiment freiné les ambitions du Führer. Ailleurs en Europe, les groupes de droite radicale n’ont généralement pas eu l’occasion de mettre leurs théories en pratique, sinon en collaborant avec le nazisme. Mais, en plus de leurs projets de réaménagement urbain, souvent inspirés par Le Corbusier, visant à nettoyer les villes de leurs éléments décadents « judaïsés »3, presque tous les mouvements fascistes ont développé des théories ruralistes. On peut rapprocher cela du concept de « modernisme réactionnaire » (à condition de ne pas oublier que le fascisme était une étiquette générale qui pouvait s’appliquer à la fois aux « réactionnaires » et aux « modernistes », et non un simple amalgame des deux tendances) : en effet, l’élément « moderniste » du fascisme, issu du futurisme, qui insistait sur la vitesse, la technologie et la violence, cohabitait avec une conception de l’enracinement de la race dans le sol axée sur la paysannerie, qui mettait en avant le paysan – propriétaire exploitant ou simple cultivateur – comme colonne vertébrale de la nation et la culture de la terre comme meilleure garantie de la santé et de la vitalité de la race.4 Himmler et Darré rêvaient de villages germaniques idylliques, dans le Reich ou dans des territoires occupés à l’est ; Speer leur a donné des Autobahnen pour y accéder.

  • 5 Jean Plumyène et Raymond Lasierra, Les fascismes français, 1923-1963, Paris, Le Seuil, 1963, pp. 10 (...)
  • 6 Marc Simard, « Intellectuels, fascisme et antimodernité dans la France des années trente », Vingtiè (...)

2Toutefois, dans le cas qui nous intéresse ici, celui de la Grande-Bretagne et de la France, on ne parle généralement pas de fascisme ou de fascistes. Dans son étude du mouvement des Chemises vertes d’Henri Dorgères, Robert Paxton soutient avec raison qu’« il faut dépasser la question du fascisme, car elle peut facilement dégénérer en insultes faciles qui échauffent les esprits plus qu’elles ne les élèvent. » Il ne s’agit pas ici de dénoncer des fascistes, mais de montrer comment ce que Jean Plumyène et Raymond Lasierra appellent « un fascisme de sensibilité, un romantisme » transparaît clairement dans le ruralisme des groupes d’extrême droite de l’entre-deux-guerres.5 On peut même aller plus loin et avancer que le fascisme n’apparaît pas comme l’idée directrice de la politique culturelle de la droite radicale. Il semble plutôt que le fascisme ne soit qu’un des maillons d’une révolte généralisée contre la modernité propre à cette période, comme le constate Marc Simard : « Le fascisme, celui des intellectuels à tout le moins, nous apparaît devoir être perçu comme une des modalités de la grande révolte antimoderne des années 1880-1945, dont l’apogée se situe pendant les années 1930 : c’est à dire qu’il ne serait qu’une des pousses ayant crû dans le terreau fertile de la pensée antimoderne. »6 Le débat sur la définition du fascisme et ses origines idéologiques est fascinant, mais en France – où il s’est surtout nourri de la controverse autour des écrits de Sternhell – il tend à faire de l’ombre aux recherches menées sur le climat politique des années 1930. L’objectif de ce chapitre est de mêler les deux approches.

  • 7 Samuel Kalman, ‘Faisceau Visions of Physical and Moral Transformation and the Cult of Youth in Inte (...)

3La question du ruralisme mérite d’être approfondie, car elle est plus complexe que ne le laisse entendre la citation de Simard. À première vue, l’enthousiasme pour « le sang et la terre » semble aller de soi pour toute organisation d’extrême droite, avec son mélange d’antimodernisme, d’anticapitalisme et de discrimination raciale. Pourtant, à la fin du dix-neuvième siècle et dans la première moitié du vingtième, l’appel au « retour à la terre » était tout autant un argument de gauche que de droite. La critique des villes insalubres à l’atmosphère fétide, tout comme la condamnation métaphorique des cités moralement et intellectuellement dégénératives du fait de leur « mollesse », était un argument classique des socialistes, et les groupes de randonnées, associations sportives et autres camps agricoles attiraient des individus de tous bords politiques. Néanmoins, les débuts du mouvement écologiste témoignent incontestablement d’une sensibilité de droite, voire de droite radicale. Pour prendre l’exemple des mouvements destinés à la jeunesse, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (une organisation catholique plus « traditionaliste » que de droite radicale) comptait 65 000 membres au milieu des années 1930 et son journal, Jeunesse Ouvrière, était distribué à 270 000 exemplaires. De son côté, la Jeunesse Communiste ne comptait que 12 000 membres en 1925, et le mouvement scout lancé par le PCF, les Pionniers Rouges, n’a jamais décollé.7 Même s’ils comptaient parmi leurs rangs des spécialistes sur le sujet, les partis réellement fascistes ne semblaient guère se soucier des questions d’agriculture. Néanmoins, on note chez eux un intérêt assez marqué pour la pensée ruraliste (liée à l’écologisme au sens strict du terme ou à la défense de l’agriculture biologique), ce qui montre bien qu’il s’agit là d’un phénomène culturel qui transcende la sphère politique. Il ne faut pas y voir un simple rejet de la modernité. Certains tenants de cette idéologie essayaient plutôt d’exploiter la modernité pour créer une vision holistique et organiciste de la race renaissante, et dans tous les cas, il faut au moins reconnaître que le ruralisme était en soi un symptôme de la modernité : la question du retour à la terre ne peut se poser que dans un contexte moderne, dans lequel la majorité de la population ne vit plus à la campagne.

  • 8 Annie Moulin, Peasantry and Society in France since 1789, Cambridge, Cambridge University Press, 19 (...)
  • 9 Brian Short, ‘War in the Fields and Villages: The County War Agricultural Committees in England, 19 (...)
  • 10 A. G. Street, Feather-Bedding (London: Faber and Faber, 1954), cited in Short, ‘War in the Fields a (...)
  • 11 Edouard Lynch, « Le parti socialiste et la paysannerie dans l’Entre-deux-guerres : pour une histoir (...)
  • 12 Susan Carol Rogers, “Good to Think: The ‘Peasant’ in Contemporary France”, Anthropological Quarterl (...)

4C’est ici qu’apparaît la première différence entre la Grande-Bretagne et la France. Dans l’entre-deux-guerres, la population britannique vivait déjà majoritairement en ville, alors que la France était encore un pays à majorité paysanne, ou tout au moins agricole, dans lequel les ramifications de la centralisation parisienne s’étendaient déjà considérablement, mais pas encore jusqu’aux confins de l’Hexagone. La France a connu un exode rural important après la Première guerre mondiale, mais la population urbaine n’a dépassé la population rurale qu’en 1931, et au début de la Deuxième guerre mondiale, un tiers de la population cultivait encore la terre.8 Néanmoins, l’élite urbaine française éprouvait une certaine nostalgie de cette vie rurale passée, qui transparaît dans l’idéologie de la droite radicale (tout particulièrement dans le Faisceau de Valois), ou dans un mouvement rural de droite radicale comme les Chemises vertes de Dorgères. Ce chapitre s’intéressera aux similitudes et différences entre les conceptions ruralistes françaises et britanniques. D’un point de vue formel, les deux conceptions ont beaucoup en commun : en effet, elles reposent sur une série de représentations partagées par tous les mouvements nationalistes de notre époque qui ont tentés de s’approprier le paysage et le patrimoine de leur pays. Toutefois, nous verrons qu’au niveau politique, elles se révèlent très différentes. L’écart ne repose pas sur les conceptions et les représentations elles-mêmes, mais sur la réalité socioculturelle de la France et de la Grande-Bretagne dans l’entre-deux-guerres. En Grande-Bretagne, le ruralisme séduisait la droite radicale mais aussi une tendance plus mesurée, que l’on peut associer à un conservatisme modéré, à caractère social et réformateur, dans le sillage de Stanley Baldwin. Cette tendance allait plus loin encore que les méthodes de culture biologiques prônées par certains ruralistes de la droite radicale, dans la mesure où elle permettait à des visions fantasmées et bucoliques de la terre (nourries par des individus n’ayant aucune expérience en matière d’agriculture) de coexister avec une tendance accrue à la technicisation agricole et à l’intervention de l’État, et au bout du compte, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, avec l’émergence du « productivisme », c’est-à-dire de l’agrobusiness moderne.9 Pour A.G. Street, après la guerre, « les agriculteurs britanniques, en acceptant docilement l’Agricultural Act [1947], ont trahi le mode de vie traditionnel des campagnes britanniques pour assurer leur sécurité matérielle », et en prenant part à des comités agricoles « fascistes », « les fermiers britanniques sont devenus les moutons de Panurge de la politique d’État. »10 En France, au contraire, la crise agricole de l’entre-deux-guerres était d’une toute autre ampleur, et elle a signé l’arrêt de mort des politiques agricoles de grande échelle, poussant la droite comme la gauche, y compris le gouvernement du Front Populaire, à solliciter l’électorat des campagnes et à promouvoir le régionalisme.11 Le pouvoir de l’image idéalisée du paysan – « un symbole fort et facilement manipulable (et manipulé) de la culture française, réceptacle de toute une série de projections et de légitimations » – était (et demeure) tout à fait manifeste, en particulier dans l’entre-deux-guerres.12

  • 13 Gervais, Jollivet et Tavernier, La fin de la France paysanne, p. 442 ; Moulin, Peasantry and Societ (...)
  • 14 Sur la « thèse de l’immunité » – l’idée selon laquelle la France était « allergique au fascisme » – (...)
  • 15 Bertram M. Gordon, ‘The Countryside and the City: Some Notes on the Collaboration Model during the (...)
  • 16 Bramwell, Ecology in the 20th Century, p. 162.

5On peut donc constater assez logiquement que d’une part, les manifestations radicales d’un organicisme teinté de racisme (j’hésite à employer le terme « écofascisme », pour le moins galvaudé aujourd’hui) sont plus fréquentes en Grande-Bretagne qu’en France, et que d’autre part, on retrouve dans l’Hexagone ces mêmes sentiments exprimés tout aussi radicalement, mais les mouvements ruraux réellement radicaux (sinon fascistes) parviennent davantage à influer sur la sphère politique. Comme pour toutes les choses associées à la victoire des anti-Dreyfusards et des anti-républicains que symbolisait le régime de Vichy, sa politique rurale – « le triomphe de l’idéologie agrarienne » – visait à favoriser le petit propriétaire terrien « traditionnel » aux dépens de l’agriculture « capitaliste », et à montrer que la politique de Vichy était ancrée dans la Troisième République.13 Comme l’ont montré Kevin Passmore et d’autres auteurs qui réfutent la « thèse de l’immunité », c’est-à-dire la théorie de la stabilité inhérente des institutions démocratiques françaises dans l’entre-deux-guerres14, l’instabilité de la situation française découlait du fait qu’une certaine nostalgie rurale éprouvée par les citadins (comme en Grande-Bretagne) coexistait avec l’émergence de mouvements radicaux dans les campagnes. On peut citer deux causes principales à l’échec de ces mouvements : premièrement, ils ne sont pas parvenus à s’attirer des sympathisants hors de leurs circonscriptions rurales, et deuxièmement, les élites urbaines cherchaient au fond à exploiter des représentations idéalisées de la terre dans le seul but de faire avancer leurs propres projets – concrétisés par leur arrivée au pouvoir en 1940 –, sans vraiment s’intéresser au contenu des revendications des agriculteurs.15 En d’autres termes, cela relève de la distinction clairement formulée par Anna Bramwell entre mouvements écologistes et mouvements de défense des intérêts des agriculteurs.16

6Certains faits vont à l’encontre de la théorie de Bramwell selon laquelle les partis fascistes hors d’Allemagne ne se préoccupaient pas d’écologie. Nous citerons d’abord plusieurs penseurs de la droite radicale qui ont placé le ruralisme au cœur de leur raisonnement, puis nous éclaircirons les différences entre les exemples français et britannique en examinant les politiques et théories de plusieurs groupes de droite radicale.

  • 17 Stephen Wilson, Ideology and Experience: Antisemitism in France at the Time of the Dreyfus Affair, (...)
  • 18 David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale : Les droites bretonnes dans l’ent (...)
  • 19 Jenkins, “The Right-Wing Leagues”, p. 1363.
  • 20 Jenkins, “The Right-Wing Leagues”, p. 1367.
  • 21 Voir George L. Mosse, “The French Right and the Working Classes: Les Jaunes”, Journal of Contempora (...)

7Les liens entre antisémitisme et ruralisme étaient assez marqués dans la culture politique française, et ce dès la naissance de la Troisième République. Stephen Wilson observe que le ruralisme constituait « une composante essentielle de l’idéologie des antisémites qui étaient issus ni de la campagne, ni de la noblesse. Pour eux, le monde rural, avec ses racines ancrées dans le passé et sa relative résistance au changement, incarnait un ensemble de valeurs immuables, à l’opposée du monde urbain, plein de confusion et en perpétuel mutation. Cette idéalisation de la société rurale était un thème assez répandu, qui a pris une toute autre ampleur avec la crise agricole. » Wilson remarque que des hommes politiques de tous bords se sont mis à porter au nues « notre cher paysan français », mais que « le thème a surtout été adopté par la droite. » Charles Jacquier, part exemple, a déclaré que : « La terre apaise l’âme et constitue la meilleure protection de la race. » Et pour le Marquis de Morès, le leader de la Ligue anti-sémitique, qui incarnait la version aristocrate de cette position : « Châteaux et forêts passent aux mains des financiers, enfants d’Israël, et celles-ci ne sont pas toujours propres. Le prolétariat et la vieille aristocratie, pareillement frappés, [se voient] dépouillés du sol de France, et entre ces deux classes une excroissance parasitaire étend ses tentacules monstrueuses en tous lieux. » Drumont a reproché à l’aristocratie de ne pas avoir tenu son rôle traditionnel dans la société, d’avoir abandonné la grandeur du précepte « noblesse oblige » et la direction du pays, pour s’assimiler aux « Juifs, aux banquiers et aux exploiteurs ». En Grande-Bretagne, des auteurs comme Arnold White et Anthony M. Ludovici ont dressé le même constat.17 De fait, amorcée avec la publication en 1899 de La terre qui meurt de René Bazin, qui témoignait de l’équation entre défense de la ruralité et rejet de la modernité, et qui accusait l’aristocratie d’avoir failli à ses obligations vis-à-vis de la terre,18 l’association entre ruralisme et droite radicale était déjà bien établie du temps de l’Affaire Dreyfus, et fermement implantée à la fin de la Grande Guerre. À ce titre, Le Marchand d’oiseaux (1931) de Robert Brasillach est représentatif de la pensée fasciste dans l’entre-deux-guerres, en cela qu’il oppose l’enracinement de la vie paysanne à la nature changeante de l’existence citadine. Cela ne signifie pas pour autant que les groupements de droite nés dans les années 1930, comme les Jeunesses Patriotes ou les Croix de Feu/PSF, n’étaient que de simples héritiers de la tradition bonapartiste19 ; ils s’inscrivaient plutôt dans un phénomène paneuropéen d’après guerre. Comme l’a démontré Jenkins, le fascisme français diffère des fascismes italien ou allemand davantage du point de vue de l’organisation que du point de vue de l’idéologie, le mouvement français n’ayant pas réussi à s’implanter sur l’arène politique traditionnelle (le parti radical ayant notamment choisi de les exclure).20 Il prenait toutefois appui sur des traditions culturelles françaises anciennes, même s’il ne faut pas surestimer l’importance de l’imagerie rurale ; les « pères » de la droite radicale française, comme Paul Déroulède (le fondateur de la Ligue des Patriotes), Édouard Drumont, Charles Maurras et Maurice Barrès, ou des mouvements politiques comme le Boulangisme, étaient en fait moins intéressés par les questions rurales que par leur objectif principal : réconcilier le prolétariat urbain avec les maîtres du capital.21

  • 22 Richard Moore-Colyer, “Towards ‘Mother Earth’: Jorian Jenks, Organicism, the Right and the British (...)
  • 23 Alex Potts, “‘Constable Country’Between the Wars”, dans Raphael Samuel (ed.), Patriotism: The Makin (...)

8Il existe en Grande-Bretagne une tradition tout aussi forte de défense de la ruralité, qui s’étend de la fin du dix-neuvième siècle jusqu’à la Seconde guerre mondiale. Tout comme en France, l’appel au « retour à la terre » séduisait la gauche socialiste, de par sa promesse d’une classe ouvrière en bonne santé usant de son droit à cultiver la terre, tout autant que la droite. En réalité, comme dans l’Hexagone, l’élan général des premières heures du mouvement écologique est plutôt venu de la droite, comme l’ont montré notamment Richard Griffiths ou Philip Conford. Pour Richard Moore-Colyer, « le thème de la nostalgie rurale et généralement organiciste faisait communément partie des politiques de la plupart des groupes d’extrême droite dans années 1920 et 1930. »22 Comme l’indique Alex Potts dans son étude du « Pays de Constable » : « Ce n’est que dans l’entre-deux-guerres qu’une idéologie nationaliste de la pureté du paysage s’est réellement affirmée. Des théories sur l’identité raciale ont été transposées sur le paysage inanimé, une sorte de réification par laquelle les populations qui continuaient à vivre et à travailler à la campagne ont été assimilées, non seulement picturalement et esthétiquement, mais aussi idéologiquement au paysage. »23 Le fait que la tradition écologiste en Grande-Bretagne – en particulier le mouvement de l’agriculture biologique – ait été tellement liée à la droite radicale rend le cas britannique d’autant plus frappant. Parmi les fondateurs de la Soil Association (l’Association de la terre), l’organisme né en 1946 qui délivre aujourd’hui les certifications aux fermes biologiques, se trouvaient certains théoriciens parmi les plus radicaux de l’entre-deux-guerres, y compris le Comte de Portsmouth (Vicomte Lymington jusqu’en 1943), Rolf Gardiner et Jorian Jenks. Comme la plupart des penseurs français, on ne saurait réduire ces personnes à de simples « fascistes » : d’une part, la majorité d’entre eux refusaient cette étiquette (même si ce facteur est en lui-même peu décisif), et d’autre part, même s’ils admiraient l’Italie fasciste et tout particulièrement l’Allemagne nazie, la plupart d’entre eux se sont finalement retournés contre le nazisme, même s’ils ne l’ont fait que lorsque leur ultra-patriotisme l’exigeait, c’est-à-dire à la déclaration de guerre en 1939 (ou, dans certains cas, à la fin de la « Drôle de guerre », en 1940).

Des individus révélateurs de similitudes

  • 24 Michel Winock, Nationalism, Anti-Semitism, and Fascism in France, trad. Jane Marie Todd, Stanford, (...)

9Maurice Barrès, « poète » de la nouvelle droite française à la fin du dix-neuvième siècle, « dont les écrits sur l’Alsace-Lorraine et le déracinement français ont inculqué à une génération de jeunes français les concepts rédempteurs de la terre et des morts »24, constitue un bon point de départ. Dans un texte publié deux ans après sa mort, il écrit :

  • 25 Maurice Barrès, “Scènes et doctrines du nationalisme” dans J. S. McClelland (ed.), The French Right (...)

Pour que la conscience d’un pays tel que la France puisse se libérer, chacun doit prendre racine dans le sol et la terre. Cette idée peut sembler trop matérielle aux yeux de celui qui pense avoir atteint un idéal dont il juge la grandeur selon sa capacité à réprimer la voix de son sang et les instincts de la terre. […] Notre perception du sol nous oblige à envisager l’organisation du pays en régions. La terre nous parle et influe sur la conscience de la nation presque autant qu’elle coopère avec les morts. La terre offre à la vie active des morts son efficacité. Nos ancêtres ne peuvent transmettre tout l’héritage accumulé dans leur âme autrement que par l’activité immuable et vitale de la terre. […] Ce n’est qu’en portant attention aux ressources du sol français, aux efforts qu’il attend de nous, aux services qu’il nous rend, aux conditions, enfin, qui ont permis à notre race de forestiers, d’agriculteurs et de viticulteurs de se développer, que vous comprendrez que nos traditions nationales sont une réalité et non de vains mots. […] L’administrateur et le législateur feraient bien de s’inspirer de ce grand principe : l’esprit de notre pays est plus fort dans l’âme d’un homme qui a des racines que dans l’âme d’un homme déraciné.25

  • 26 Winock, Nationalism, Anti-Semitism, p. 197.
  • 27 Winock, Nationalism, Anti-Semitism, p. 198. Dans ces citations, Winock reprend les arguments avancé (...)

10Selon Winock, Sternhell détecte dans les écrits de Barrès, comme dans ceux de Valois et Edouard Berth, un « pré-fascisme » ; sans prêter attention au fait que ces auteurs ont plus tard revu leur position, Sternhell écrit : « La France a connu les signes réels et formulé quelques unes des premières théories d’un fascisme avant l’heure. »26 De fait, Valois l’a reconnu lui-même lorsqu’il a salué Barrès dans Le fascisme (1927) comme étant le premier à avoir annoncé le fascisme.27

  • 28 Kevin Passmore, “The Construction of Crisis in Interwar France”, dans Jenkins (ed.), France in the (...)
  • 29 Jenkins, “Conclusion: Beyond the ‘Fascism Debate’?” dans Jenkins (ed.), France in the Era of Fascis (...)

11Ce que Winock reproche à l’approche de Sternhell sur le plan de l’histoire des idées, c’est de télescoper de façon téléologique cinquante ans de pensée de droite dans la capitulation de 1940, et de ne pas prêter suffisamment attention à la façon dont les événements ont influencé ces idées. Winock avance que prendre en compte le contexte social et politique permet de réprimer la tendance de l’histoire des idées à isoler des propos extrêmes et à leur donner une importance démesurée. Toutes les déclarations anti-démocratiques faites, par exemple, dans les années 1920, ne constituent pas des preuves de l’arrivée du fascisme. Même si Winock pousse peut-être l’argument un peu loin, il a raison de dire que « puisque l’antiparlementarisme répondait à un réel ‘disfonctionnement’ du système, résoudre le problème était une question technique neutre (et nécessaire). »28 Comme le remarque Jenkins, « la tendance qui vise à comparer les mouvements d’extrême droite français aux régimes fascistes à part entière enfreint l’un des principes les plus élémentaires de la méthode comparative. »29

  • 30 Alun Howkins, “Fascism and the Rural World in Inter-war Europe”, communication non publiée présenté (...)

12Ainsi, en comparant la France à l’Allemagne nazie ou l’Italie fasciste, on ne peut qu’arriver à la conclusion que le fascisme était moins dangereux en France. Mais si l’on met de côté le débat sur le fascisme, la comparaison avec la Grande-Bretagne montre bien que dans les deux pays, des mouvements de droite radicale se sont violemment attaqués aux maux inhérents selon eux à la démocratie libérale et à la menace de la gauche. Les deux pays partageaient de nombreux principes, y compris un retour à la terre comme base de l’existence nationale et donc d’un grand renouveau national, ce qui a de quoi surprendre, en cette période où il ne restait quasiment plus de « véritable » paysannerie. Il est dès lors étonnant qu’il n’existe en anglais aucune étude comparative suivie sur le fascisme et les zones rurales.30

  • 31 Susie Byers, “‘I am not a force of nature’: Ecology and Humanity in the Fascism of Pierre Drieu La (...)
  • 32 Byers, ‘“I am not a force of nature”’, p. 11.

13À titre d’exemple, une comparaison entre Pierre Drieu La Rochelle et Rolf Gardiner montre que tous deux étaient des intellectuels de la droite radicale qui se montraient généralement « méfiants vis-à-vis des mouvements qui pouvaient élider l’individualité et entraver le progrès des élites. »31 Cet anti-populisme semble signifier que les deux hommes se tenaient à l’écart des principaux mouvements fascistes de l’entre-deux-guerres (même si Drieu, membre du PPF, était plus proche d’eux que Gardiner, qui dédaignait ce genre de mouvements, trop associés aux classes moyennes à son goût). Comme l’écrit Susie Byers : « Drieu n’était pas fondamentalement un collectiviste, non pas, comme le suggère Bramwell, parce qu’il ne s’intéressait pas à la nature, mais parce que sa connaissance de ce qui ne relevait pas de l’humain était fondée sur un élitisme et un individualisme eux-mêmes influencés par les principes darwiniens de lutte et de violence. »32 Les deux intellectuels insistaient aussi sur le rôle prépondérant des jeunes hommes dans le renversement du monde avachi et décadent de la démocratie bourgeoise.

  • 33 Pierre Drieu La Rochelle, « Pour sauver le peau des français », Le flambeau, 27 juin 1936, cité dan (...)
  • 34 Mosse, “On Homosexuality and French Fascism”, dans The Fascist Revolution: Toward a General Theory (...)
  • 35 Pierre Drieu La Rochelle, Le Nouveau Siècle, 25 janvier 1926, cité dans Winock, Nationalism, Anti-S (...)

14Drieu écrivait par exemple en 1936 que la jeunesse entraînait partout la mort de la « bourgeoisie irresponsable », qui se trouvait remplacée par le communisme ou l’extrême droite, et qu’en France, seule cette dernière pouvait protéger la puissance française : « À la lumière de ces faits, l’Europe, du nord au sud et d’est en ouest (à l’exception de l’Angleterre), vit sous des régimes toujours plus nombreux dédiés à l’autorité et à la discipline – le communisme ou le fascisme –, dans un effort des plus admirables pour réveiller la race humaine. »33 En dépit de la nature biaisée du « socialisme » et du « nationalisme » de Drieu, il retrouvait dans le fascisme l’idéal du Männerbund34 et espérait que le fascisme allait pouvoir fournir une sorte d’Aufhebung (au sens hégélien de « sursomption ») entre les des deux courants. Drieu écrit notamment que : « L’opposition entre le nationalisme et le socialisme semblait incompressible sous un régime parlementaire. L’opération de sauvetage du fascisme consistait à nier le caractère incompressible de cette opposition. »35

  • 36 Mosse, “Fascism and the Intellectuals”, dans The Fascist Revolution, p. 116.

15Drieu regrettait que cette « troisième force » entre libéralisme et communisme soit elle-même devenue un parti de masse « qui étouffait la créativité au nom de sa vérité et montrait une volonté d’assimiler les valeurs de l’époque bourgeoise que ceux qui défendaient une ‘Troisième force’ n’étaient pas prêts à accepter de bonne grâce. » Ainsi, même si Drieu a rejoint le PPF de Doriot en 1936, il l’a quitté deux ans plus tard, avant de le rejoindre à nouveau après la défaite française. Mosse avance que le suicide de Drieu à la fin de la guerre « ne résultait pas simplement de son désespoir face à la victoire des Alliés, mais plus encore de son désespoir face à ce qu’était devenu le fascisme. »36 Cette allégeance à une idéologie « authentique » du « renouveau national » est ce qui réunit Drieu et Rolf Gardiner, et c’est aussi, il me semble, l’une des raisons de leur dévotion pour la terre, contrairement à la tendance générale du fascisme populiste (qui ne glorifiait la terre que de façon rhétorique).

  • 37 Rolf Gardiner, “Meditations on the Future of Northern Europe”, dans Rolf Gardiner et Heinz Rocholl (...)
  • 38 De Gardiner à Alan (nom de famille inconnu), 17 novembre 1930. Rolf Gardiner Papers (RGP), Universi (...)

16Leader charismatique de la jeunesse et agriculteur biologique, Gardiner était le représentant le plus significatif du retour à la terre en Angleterre, et sa réputation demeure farouchement contestée aujourd’hui. Gardiner s’est tourné vers l’Allemagne et les pays baltes pour former une fédération du nord qui, espérait-il, allait permettre à la Grande-Bretagne de se sortir du bourbier matérialiste et cosmopolite dans lequel elle s’enfonçait depuis longtemps. Il écrit : « Les Anglais arrivent à un moment de leur histoire où il leur faut chercher un nouvel objectif. L’ancien élan et l’esprit d’aventure qui animaient les jeunes hommes depuis les Tudor et qui ont colonisé l’Empire sont désormais brisés et ne suffisent plus à enflammer nos cœurs. »37 Gardiner se démarque des autres pessimistes britanniques par la force de son plaidoyer pour une union avec l’Allemagne ; comme il l’écrit à un collègue en 1930 : « Je pense qu’il nous faut choisir entre l’assujettissement aux États-Unis et une allégeance volontaire à un grand Reich germanique. » Quelques années plus tôt, il avait écrit : « Entre l’Adriatique et l’Arctique, la Vistule et l’Atlantique, il y a un royaume caché auquel nous tous, Scandinaves, Allemands et Anglais, appartenons par notre sang et notre âme. C’est une parenté positive et naturelle qui sommeille en nous, et non une confrérie abstraite imposée par un quelconque idéalisme. »38 Du fait de son progermanisme, le nazisme a d’abord suscité chez lui un enthousiasme débordant, puis une profonde déception lorsqu’il a constaté que la révolution ne répondait pas à ses attentes.

  • 39 Rolf Gardiner, “A Survey of Constructive Aspects of the New Germany. With Some Notes and Suggestion (...)
  • 40 Ibid., p. 43.
  • 41 Voir par exemple Rolf Gardiner, World Without End: British Politics and the Younger Generation, Lon (...)
  • 42 Pour plus de détails sur Gardiner, voir Dan Stone, “Rolf Gardiner: An Honorary Nazi?”, dans Matthew (...)

17Au printemps 1934, période à laquelle il ne tarissait pas d’éloges sur le nazisme, Gardiner recommandait des échanges entre les jeunesses hitlériennes et les camps agricoles anglais, se passionnait pour le Deutsche Arbeitsfront et louait les efforts de Darré visant à « recréer une paysannerie allemande dynamique qui pourrait donner naissance à une nouvelle et puissante aristocratie. »39 Dans l’ensemble, même si cette démarche était liée à certains aspects du régime qu’il préférait ne pas aborder, il restait convaincu : « Il n’y a que dans l’Allemagne d’aujourd’hui que l’on essaye délibérément et courageusement d’enrayer la marche mondiale de l’urbanisation et de l’industrialisation. »40 Pourtant Gardiner ne tarda pas à déchanter, à mesure qu’il prenait conscience que le nazisme, comme les autres « -ismes », n’était pas l’expression vitale d’une force de caractère, comme il l’avait imaginé, mais plutôt un mouvement de plus des classes moyennes apathiques, urbaines ou banlieusardes, qui ne manqueraient pas de perpétuer leur asservissement au conformisme.41 C’est là que Gardiner devient réellement intéressant, car ses écrits d’après 1934 montrent que, bien que déçu par le nazisme, il continuait de croire en la nécessité du retour à la terre et au rejet des valeurs matérialistes au nom d’un renouveau national. En fait, son rejet du nazisme semble même avoir renforcé ses convictions (de même que son aspiration à une fédération anglo-allemande), auxquelles il est resté fidèle jusqu’à sa mort en 1971.42

  • 43 Moore-Colyer, “Towards ‘Mother Earth’”, p. 355.

18Dès lors, « fascisme » n’est peut-être le terme qui s’applique le mieux à Drieu et Gardiner, mais on ne peut pas non plus se contenter de dire qu’ils répondaient simplement à de réels problèmes dans le système parlementaire libéral. Les deux hommes, mais plus particulièrement Gardiner, se tenaient à l’écart des politiques de masse, du moins après qu’ils eurent réalisé que le fascisme n’était pas un mouvement « spirituel », même si aucun d’eux n’a abandonné ses aspirations « nationales socialistes » pour autant. Comme le remarque Moore-Colyer, la politique rurale fasciste s’est trouvée confrontée à « l’énigme fondamentale » consistant à concilier « la promotion d’un ruralisme fondé sur la paysannerie, et la clé de voûte philosophique du corporatisme d’État. »43 Force est de constater que Drieu et Gardiner n’y sont pas parvenus. Enfin, dans le cadre de la comparaison franco-britannique, il est intéressant de remarquer que c’est Gardiner en Grande-Bretagne, pays où les politiques agricoles étaient de moindre importance, qui a davantage développé une idéologie ruraliste, et qui s’est consacré à la terre plus directement et activement que Drieu.

Des groupes révélateurs de différences

  • 44 J’utilise le terme rendu célèbre par Roger Griffin pour montrer que le groupe English Mistery n’éta (...)
  • 45 Sur le English Mistery/English Array et ses liens avec la BUF, voir Dan Stone, “The English Mistery (...)

19C’est précisément parce que sa vision palingénésique44 était difficilement compatible avec une forme de fascisme étatique, technocratique et populiste que l’English Mistery est l’un des groupes marginaux les plus intéressants qu’ait connu la droite radicale britannique. Son attaque du populisme et sa dévotion envers l’aristocratie expliquent pourquoi Gardiner, notamment, était plus à l’aise avec le Vicomte Lymington, Anthony M. Ludovici et les autres membres du cercle English Mistery/English Array/New Pioneer des hommes qui vantaient : l’amitié avec l’Allemagne et le refus de la guerre à tout prix ; un ruralisme fondé sur la recréation d’une forte paysannerie, source d’une race anglaise saine ; l’élimination des intérêts financiers non productifs (c’est-à-dire juifs) ; le rejet de la culture américaine, en particulier du jazz et des films hollywoodiens « osés » ; mais aussi la reconstruction d’une « véritable » aristocratie, une classe qui croit au « service » et au principe de « noblesse oblige » ; et enfin le retour d’une monarchie puissante, destinée à prendre la tête d’un État corporatiste dans lequel toutes les couches de la société sont réunies par leur ambition commune de servir la couronne, la terre et la race.45

  • 46 Sur Massingham, voir R. J. Moore-Colyer, “A Voice Clamouring in the Wilderness: H. J. Massingham (1 (...)
  • 47 Merci à Philip Conford sur ce point.
  • 48 Short, “War in the Fields and Villages”, p. 219.
  • 49 George Stapledon, The Way of the Land, Londres, Faber and Faber, 1943, pp. 92, 94.
  • 50 Earl of Portsmouth, Alternative to Death: The Relationship between Soil, Family and Community, Lond (...)
  • 51 Malcolm Chase, “‘North Sea and Baltic’: Historical Conceptions in the Youth Movement and the Transf (...)
  • 52 Sur le Kinship in Husbandry, voir Dan Stone, Responses to Nazism in Britain 1933-1939: Before War a (...)

20Cette affiliation idéologique explique pourquoi Gardiner a fondé en 1941 le Kinship in Husbandry (la Communauté agricole), dont faisaient partie Gardiner, Lymington, H. J. Massingham, Edmund Blunden et Arthur Bryant. Ce groupe est réputé pour être l’un des premiers cercles d’hommes « intéressés par l’agriculture » à avoir réellement débattu de l’usage de méthodes agricoles biologiques.46 Il ne faut pas perdre de vue que la plupart des membres n’étaient pas des fantaisistes rêvant d’une « campagne pittoresque » dans la tradition baldwinienne, mais des hommes possédant une solide expérience en matière de culture des terres, en Grande-Bretagne comme à l’étranger.47 Leur raisonnement avant-gardiste a été salué comme précurseur de l’agriculture biologique moderne, ce qui est indéniable, mais leur insistance sur les méthodes de culture adéquates est inséparable d’une Zivilisationskritik qui voyait la force de la race menacée par le métissage, l’érosion, le nomadisme, la pasteurisation et la standardisation. Pour le Kinship in Husbandry, le renouvellement du sol est une contribution essentielle à la survie nationale, qui passe par la revitalisation de la race et sa libération des « préoccupations financières ». Par exemple, l’un des participants associés au groupe (il n’était pas réellement membre) les plus influents était sir George Stapledon, un éminent agronome favorable à de nombreux égards à une agriculture moderne et « progressiste »,48 qui déclarait en 1935 : « Si l’on ne procure pas aux campagnes anglaises les installations et les équipements dont elles ont besoin, elles seront vouées à disparaître, et avec elles le moteur du tempérament anglais. » Stapledon pensait qu’il était presque trop tard pour prévenir cette mort programmée, et que « seul un élan héroïque pourrait parvenir » à renverser la situation.49 Dans son célèbre livre Alternative to Death paru en 1943, dont la couverture montre une famille anglaise affamée sur fond de terres desséchées, le Comte de Portsmouth développe une philosophie ruraliste qui pourfend le « Manchesterisme » et défend un organicisme eugéniste : « La survie du plus fort, si elle signifie la survie de la catégorie qui prospère tandis que notre civilisation va à sa perte, n’excuse pas la décadence. Comme l’agriculteur, il nous faut distinguer le bon grain de l’ivraie. »50 Malcolm Chase voit donc juste lorsqu’il avance que : « Les écrits de Massingham sur les techniques agricoles, ceux de Blunden sur le cricket, ou encore ceux du Kinship in Husbandry sur l’agriculture s’apparentaient plus aux critiques de la modernité du courant allemand völkisch qu’à une quelconque tendance de la vie intellectuelle britannique. »51 Le Kinship in Husbandry est le meilleur exemple d’une interprétation britannique de la philosophie aristocratique du sang et de la terre.52

  • 53 Bramwell, Ecology in the 20th Century, pp. 164-165.
  • 54 Bramwell, Ecology in the 20th Century, p. 167.
  • 55 Peer, ‘Peasants in France’.
  • 56 Jenks, “Kommissars for Agriculture”, Action, LI, 6 février 1937, p. 11, cité dans David Matless, La (...)
  • 57 Philip Conford, The Origins of the Organic Movement, Édimbourg, Floris Books, 2001, p. 146.
  • 58 Howkins, p. 11. Voir également Philip Conford, “The Organic Challenge”, dans Short, Watkins et Mart (...)

21Contrairement au Kinship in Husbandry, la BUF n’a pas vraiment formulé de grande politique agricole assimilable à dimension ruraliste. Elle réclamait plutôt que les réserves de nourriture soient assurées par le contrôle de l’Empire dans le cadre de la Préférence Impériale, et non de l’autosuffisance britannique. La BUF envisageait une centralisation du contrôle de l’usage des terres, mais pas une réglementation agricole générale comme dans l’Allemagne nazie.53 « Les écrits de la BUF d’avant guerre mettent l’accent sur un futur technocratique idéal : une cité-jardin sur pilotis, des allées piétonnières dans le ciel et des transports publics silencieux, propres et rapides. »54 Il est vrai que la BUF était loin du « Centre rural » de l’Exposition de Paris de 1937, avec sa représentation utopique de la vie dans un village français, alliant romantisme et modernité.55 Toutefois, il n’est pas pour autant exact de dire, comme le fait Bramwell, que les écrits de Jorian Jenks, le porte-parole de la BUF sur les questions d’agriculture (lui-même associé au Kinship in Husbandry), étaient tout à fait exempts d’une rhétorique sur le sang et la terre. Il publiait une chronique hebdomadaire dans Action, le journal de la BUF, de 1937 jusqu’à son internement en juin 1940. Il écrit notamment : « Dans chaque pays où la bannière du fascisme a été portée en triomphe, les hommes de la terre ont recouvré les droits qu’on leur avait volés dans des temps de décadence nationale. Il en sera de même en Grande-Bretagne. »56 Après la guerre, Jenks a dirigé Mother Earth, le journal de la Soil Association, tout en conservant sa place au Conseil agricole de l’Union Movement de Mosley. Comme le remarque Philip Conford, Jenks « représente le parfait amalgame entre fascisme et agriculture biologique. »57 Mais Bramwell relève avec raison que dans les rangs de la BUF, l’attachement de Jenks au ruralisme était exceptionnel ; et Howkins d’ajouter que, même si la droite britannique témoignait d’un intérêt considérable pour l’agriculture, « il est frappant de constater son échec quasi-total du point de vue de l’action politique. […] L’importance de la mobilisation politique autour de Dardiner, Lymington, ou même Williamson et Mosley était infinitésimale. »58

  • 59 À ce titre, on soulignera la critique que fait Sternhell des conclusions de Paxton dans la nouvelle (...)

22Tout comme les similitudes et les différences entre Drieu et Gardiner, les similitudes et les différences entre l’approche des questions rurales de la droite radicale britannique et celle de la droite radicale française apparaissent clairement lorsque l’on compare l’English Mistery, le Kinship in Husbandry et la BUF au Faisceau de Valois et aux Chemises vertes de Dorgères. Ce qui frappe immédiatement, c’est l’écart entre d’une part l’élite et les groupes élitistes, et d’autre part les mouvements agricoles populistes, qui reflète la place différente de l’agriculture dans la vie des deux nations. Au sein du Faisceau, comme dans d’autres organisations fascistes françaises telles que Solidarité Française, Francisme, le PPF, La Cagoule ou même les Croix de Feu, force est de constater que les questions rurales suscitent peu d’intérêt ; la terre est mentionnée de façon rhétorique, comme dans les propos de Barrès cités plus haut, mais il n’y a pas de réelle politique ruraliste. Du côté des Chemises vertes, la situation est différente. Encore une fois, le fait de savoir si ce mouvement était ou non fasciste n’est pas la question ici,59 pas plus que le fait de savoir comment en France, un parti dédié spécifiquement aux questions rurales et clairement positionné à droite a pu s’attirer un soutien de masse, en particulier dans l’est, le nord, la région parisienne, le secteur de Nice et en Algérie.

  • 60 Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, pp. 223-224.

23Un cas illustre parfaitement la différence entre les mouvements ruraux britanniques et français : celui de la Bretagne, région où des mouvements traditionalistes de grande envergure ont remporté un succès considérable. Quelle qu’ait pu être la force de la National Farmers Union (NFU, le syndicat national des agriculteurs), la Grande-Bretagne n’a rien connu de comparable aux mouvements de politique agricole bretons. Pour ces derniers, « l’apologie du monde rural ne fonctionne, en effet, qu’en contrepoint d’une évocation négative de la ville et de la vie urbaine, chargées de tous les maux et accusées de mener des individus, et plus encore, des sociétés entières à leur perte. »60 Comme l’écrit le chanoine Lemoine dans un journal catholique de Nantes, ceux qui se laissaient tenter par les villes étaient vite déçus :

  • 61 « Le but d’un groupe rural d’ACJF [Association catholique de la jeunesse francaise] », Semaine reli (...)

Engluées dans des jouissances vulgaires ou grossières, elles ne peuvent déployer leurs ailes et croupissent entre médiocrité déprimante et bas-fonds fétides ; séduites par des théories subversives, elles sombrent dans le bourbier malsain de l’agitation obscène et des haines stériles ; plongées dans les ténèbres de l’indifférence ou de l’impiété, elles ne peuvent que s’anémier et périr.61

  • 62 Roger Grand, extrait du discours prononcé lors des journées rurales de Nantes, le 12 mars 1927. Rep (...)
  • 63 Gervais, Jollivet and Tavernier, La fin de la France paysanne, p. 437.
  • 64 Howkins, p. 9; Suzanne Berger, Peasants Against Politics: Rural Organization in Brittany, 1911-67, (...)
  • 65 Voir également Moulin, Peasantry and Society, p. 149.

24Au contraire, « participant étroitement à l’œuvre divine, la paysannerie incarne donc pour les élites catholiques traditionalistes le lien générationnel vital, et à travers lui l’histoire du pays, perpétuant les traditions ancestrales, les vertus champêtres et le sang de la race. »62 Selon Bensoussan, en Bretagne, cette glorification traditionnelle de la paysannerie comme base de l’ordre social a été remise au goût du jour dans l’entre-deux-guerres (224). La Bretagne était l’un des bastions du dorgérisme et, comme le remarque à juste titre Bensoussan, elle constitue une bonne démonstration des limites et des obstacles rencontrés par toutes les entreprises de ce type dans le monde rural français (455). Il écrit : « Il semble évident que le dorgérisme n’est pas devenu un mouvement fasciste principalement parce qu’il n’a pas pu, historiquement, le devenir. » Puisqu’il s’est d’abord présenté comme « l’expression (…) d’un profond mécontentement paysan (…) devant une situation économique dégradée, » le dorgérisme s’est attiré le soutien constant d’une certaine base sociale, qui s’est finalement révélée « trop restrictive pour assurer une dynamique politique capable de déstabiliser le régime » (457). En d’autres termes, le dorgérisme est demeuré circonscrit au monde rural et n’a donc pas été capable de s’imposer sur la scène politique en tant que mouvement politique national (une opinion partagée par Sternhell). Surtout, dans une Bretagne dominée par les institutions catholiques, une « liturgie » spécifiquement fasciste ne pouvait pas rivaliser avec la religion traditionnelle (458). Qui plus est, même si le dorgérisme est un authentique mouvement paysan, le « premier grand mouvement populaire paysan contre les effets du capitalisme, il est cependant manipulé par ceux qu’il prétend combattre. »63 Généralement, les ouvriers agricoles ne voyaient pas les Chemises vertes d’un très bon œil ; elles se sont d’ailleurs employées à briser les grèves d’ouvriers agricoles dans le Bassin parisien en 1936 et 1937 et dans le Pays de Caux en 1937. Quant au dorgérisme, il a seulement tenté de monter un groupement d’ouvriers en Bretagne en 1936, lorsque la CGT s’est implantée dans le Finistère.64 En fait, la Bretagne semble avoir été confrontée davantage à une forme de poujadisme avant la lettre qu’à un fascisme rural. (458)65

Conclusion

  • 66 Paxton, French Peasant Fascism, p. 14.
  • 67 Voir par exemple Michael Winter, “Corporatism and Agriculture in the U.K.: The Case of the Milk Mar (...)
  • 68 Howkins, p. 19.

25Il semble y avoir un paradoxe : nous avons avancé que le ruralisme était né dans les classes moyennes conservatrices, et non dans les campagnes elles-mêmes, et l’on pouvait donc s’attendre à ce que le mouvement soit plus profondément implanté en Grande-Bretagne. Les écrits de Gardiner, Lymington et consorts, qu’ils appartiennent ou non à la droite radicale, vont dans ce sens. Néanmoins, c’est en France que les politiques agricoles ont pris le plus d’envergure. En réalité, il ne faut pas y voir une contradiction : l’intérêt des partis de tous bords en France pour les questions agricoles ne saurait être comparé à la philosophie du sang et de la terre de l’éco-fascisme. Le ruralisme a été développé par les élites urbaines, mais les politiques agricoles nécessitaient une approche beaucoup plus réfléchie en France qu’en Grande-Bretagne. C’est pour cela qu’il est important de différencier les mouvements écologistes des mouvements paysans, comme le suggère Bramwell. Dès lors, au regard du ruralisme et des fortunes de la droite radicale, il n’est guère surprenant qu’en France il n’y ait pas eu de soutien suffisant pour un fascisme rural ou pour un mouvement de retour à la terre à part entière, même s’il y avait plus de paysans qu’en Grande-Bretagne (où l’on employait volontiers le terme yeoman – exploitant agricole – pour masquer le fait qu’il n’y avait plus de peasants – paysans). Alors qu’en Allemagne et en Italie le fascisme a pris racine dans les campagnes, en France (et en Grande-Bretagne) la crise de l’agriculture n’était pas assez profonde pour forger ou soutenir un mouvement fasciste national. Comme l’indiquent les travaux de Paxton (confirmés par ceux de Bensoussan), il n’y avait pas non plus assez d’« espace » dans les structures sociales rurales en France pour les Chemises vertes,66 pas plus qu’il n’y en avait pour la BUF en Grande-Bretagne, où la NFU était très puissante et collaborait volontiers avec le gouvernement.67 En France, la nostalgie rurale a plutôt été intégrée au consensus pour un Vichy autoritaire, qui tenait à distance les versions plus radicales du fascisme et plongeait les agriculteurs dans une structure corporatiste autoritaire ; en Grande-Bretagne, la nostalgie rurale s’est trouvée canalisée dans l’effort de guerre, puis, après 1945, dans le mouvement pour l’agriculture biologique d’une part, et dans l’exploitation économique du patrimoine d’autre part. Le ruralisme faisait partie de l’idéologie de la droite radicale, mais n’a jamais suffi à alimenter un programme politique, comme le montre l’échec de Valois et Dorgères. Mais ceci est une autre histoire ; l’échec du fascisme en Grande-Bretagne a fait l’objet de nombreuses études, tout comme la canalisation du fascisme en France sous le régime collaborateur de Vichy. Howkins écrit notamment que : « Dans de nombreux endroits en Europe, la paysannerie s’est trouvée ‘incluse’ dans des mouvements essentiellement urbains, comme Rex [en Belgique], le NSB [aux Pays-Bas] ou le NS [en Allemagne]. C’est la politique urbaine qui a utilisé la voix paysanne et la force paysanne, si l’on peut dire, à des fins qui ne semblaient guère pouvoir un jour profiter à la paysannerie. »68 La célébration de la ruralité est surtout parvenue à mobiliser un véritable soutien en faveur d’un programme plus vaste ; le fascisme rural en tant que tel avait trop peu de partisans pour représenter une réelle menace envers l’ordre établi, et il s’est même aliéné les citadins dont les fantasmes sur les rapports entre la race et la terre étaient pourtant à l’origine de son fondement théorique.

Bibliographie

Archives

Rolf Gardiner Papers, Cambridge University Library

Sources secondaires

Articles

HEFFERNAN, Michael, ‘Geography, Empire and National Revolution in Vichy France’, Political Geography, 24, 6 (2005), pp. 731-758.

JENKINS, Brian, ‘The Right-Wing Leagues and Electoral Politics in Interwar France’, History Compass, 5, 4 (2007), pp. 1359-1381.

KALMAN, Samuel, ‘Faisceau Visions of Physical and Moral Transformation and the Cult of Youth in Inter-war France’, European History Quarterly, 33, 3 (2003), pp. 343-366.

LYNCH, Edouard, ‘Le parti socialiste et la paysannerie dans l’Entre-deux-guerres : pour une histoire des doctrines agraires et de l’action politique au village’, Ruralia, 1998-03, en ligne :
http://ruralia.revues.org/document54.html

MOORE-COLYER, R. J., ‘Back to Basics: Rolf Gardiner, H. J. Massingham and “A Kinship in Husbandry”’, Rural History, 12, 1 (2001), pp. 85-108.

MOORE-COLYER, Richard, ‘Towards “Mother Earth”: Jorian Jenks, Organicism, the Right and the British Union of Fascists’, Journal of Contemporary History, 39, 3 (2004), pp. 353-371.

MOORE-COLYER, Richard & CONFORD, Philip, ‘A “Secret Society”? The Internal and External Relations of the Kinship in Husbandry, 1941-52’, Rural History, 15, 2 (2004), pp. 189-206.

SHORT, Brian, ‘War in the Fields and Villages: The County War Agricultural Committees in England, 1939-45’, Rural History, 18, 2 (2007), pp. 217-244.

SIMARD, Marc, ‘Intellectuels, fascisme et antimodernité dans la France des années trente’, Vingtième Siècle : Revue d’histoire, 18 (1988), pp. 55-75.

STONE, Dan, ‘The English Mistery, the BUF, and the Dilemmas of British Fascism’, Journal of Modern History, 75, 2 (2003), pp. 336-358.

VIGREAUX, Jean, ‘Le Parti communiste français à la campagne, 1920-1964, Ruralia, 1998-03, en ligne :
http://ruralia.revues.org/document55.html.

WINTER, Michael, ‘Corporatism and Agriculture in the U. K.: The Case of the Milk Marketing Board’, Sociologia Ruralis, 24, 2 (1984), pp. 106-119.

Ouvrages

ANTLIFF, Mark, ‘La cité française: Georges Valois, Le Corbusier, and Fascist Theories of Urbanism’, in Matthew Affron and Mark Antliff (eds.), Fascist Visions: Art and Ideology in France and Italy, Princeton, Princeton University Press, 1997.

ANTLIFF, Mark, ‘Fascism, Modernism and Modernity’, The Art Bulletin (March 2002), en ligne: http://findarticles.com/p/articles/mi_m0422/is_1_84/ai_84721212/print?tag=artBody;col1

BARRÈS, Maurice, ‘Scènes et doctrines du nationalisme’, in J. S. McClelland (ed.), The French Right from de Maistre to Maurras, New York, Harper & Row, 1971.

BENSOUSSAN, David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale : Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006.

BERGER, Suzanne, Peasants against Politics: Rural Organization in Brittany, 1911-67, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1972.

BRAMWELL, Anna, Ecology in the Twentieth Century: A History, New Haven, Yale University Press, 1989.

BYERS, Susie, ‘“I am not a force of nature”: Ecology and Humanity in the Fascism of Pierre Drieu La Rochelle’, unpublished MA essay, University of Western Australia, 2008.

CHASE, Malcolm, ‘“North Sea and Baltic”: Historical Conceptions in the Youth Movement and the Transfer of Ideas from Germany to England in the 1920s and 1930s’, in Stefan Berger, Peter Lambert & Peter Schumann (eds.), Historikerdialoge: Geschichte, Mythos und Gedächtnis im deutsch-britischen kulturellen Austausch 1750-2000, Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, 2003.

CONFORD, Philip, The Origins of the Organic Movement, Edinburgh, Floris Books, 2001.

FISHMAN, Sarah, DOWNS, Laura Lee, SINANOGLOU, Ioannis, SMITH, Leonard V. & ZARETSKY, Robert (eds.), France at War: Vichy and the Historians, Oxford, Berg, 2000.

FRÉMONT, Armand, ‘The Land’, in Pierre Nora (ed.), Realms of Memory: The Construction of the French Past, vol. 2: Traditions, New York, Columbia University Press, 1997.

GARDINER, Rolf, ‘Meditations on the Future of Northern Europe’, in Rolf Gardiner & Heinz Rocholl (eds.), Britain and Germany: A Frank Discussion Instigated by Members of the Younger Generation, London, Williams and Norgate, 1928.

GARDINER, Rolf, World Without End: British Politics and the Younger Generation, London: Cobden-Sanderson, 1932.

GERVAIS, Michel, JOLLIVET, Marcel & TAVERNIET, Yves, Histoire de la France rurale. vol. 4 : La fin de la France paysanne de 1914 à nos jours, eds. Georges Duby and Armand Wallon, Paris, Seuil, 1976.

GOLAN, Romy, Modernity and Nostalgia: Art and Politics in France between the Wars, New Haven, Yale University Press, 1995.

HERF, Jeffrey, Reactionary Modernism: Technology, Culture, and Politics in Weimar and the Third Reich, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

HOWKINS, Alun, ‘Fascism and the Rural World in Inter-war Europe’, unpublished paper (2007).

JENKINS, Brian (ed.), France in the Era of Fascism: Essays on the French Authoritarian Right, New York, Berghahn Books, 2005.

LYNCH, Edouard, Moissons rouges : les socialistes français et la société paysanne durant l’Entre-deux-guerres, 1918-1940, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2002.

MATLESS, David, Landscape and Englishness, London, Reaktion Books, 1998.

MOULIN, Annie, Peasantry and Society in France since 1789, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

PEER, Shanny, ‘Peasants in France: Representations of Rural France in the 1937 International Exposition’, in Steven Ungar and Tom Conley (eds.), Identity Papers: Contested Nationhood in Twentieth-Century France, Minneapolis: University of Minnesota Press, 1996.

PLUMYÈNE, Jean & LASIERRA, Raymond, Les fascismes français, 1923-1963, Paris, Le Seuil, 1963.

PORTSMOUTH, Earl of, Alternative to Death: The Relationship between Soil, Family and Community, London, The Right Book Club, 1945.

POTTS, Alex, ‘“Constable Country” Between the Wars’, in Raphael Samuel (ed.), Patriotism: The Making and Unmaking of British National Identity, vol. 2: National Fictions, London, Routledge, 1989.

SHORT, Brian, WATKINS, Charles & MARTIN, John (eds.), The Front Line of Freedom: British Farming in the Second World War, Exeter, British Agricultural History Society, 2006.

STAPLEDON, George, The Way of the Land, London, Faber and Faber, 1943.

STONE, Dan, Breeding Superman: Nietzsche, Race and Eugenics in Edwardian and Interwar Britain, Liverpool, Liverpool University Press, 2002.

STONE, Dan, Responses to Nazism in Britain 1933-1939: Before War and Holocaust, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003.

STONE, Dan, ‘Rolf Gardiner: An Honorary Nazi?’, in Matthew Jefferies and Michael Tyldesley (eds.), Rolf Gardiner: Folk, Nature and Culture in Interwar Britain, Farnham, Ashgate, 2011.

WILSON, Stephen, Ideology and Experience: Antisemitism in France at the Time of the Dreyfus Affair, London, Associated University Presses/Littman Library of Jewish Civilization, 1982.

WINOCK, Michel, Nationalism, Anti-Semitism, and Fascism in France, Stanford, Stanford University Press, 1998.

Notes

1 Anna Bramwell, Ecology in the Twentieth Century: A History, New Haven, Yale University Press, 1989, p. 162. Merci à David Bensoussan, Susie Byers, Philip Conford et Philippe Vervaecke pour leurs commentaires précieux sur les précédentes versions de ce texte.

2 Raymond H. Dominick, The Environmental Movement in Germany: Prophets and Pioneers, 1871-1971, Bloomington, 1992; Axel Goodbody (ed.), The Culture of German Environmentalism: Anxieties, Visions, Realities, New York, 2003; Thomas Lekan, Imagining the Nation in Nature: Landscape Preservation and German Identity, 1885-1945, Cambridge, MA, 2004; Franz-Josef Brüggemeier, Mark Cioc, et Thomas Zeller, (eds.), How Green were the Nazis? Nature, Environment and Nation in the Third Reich, Athens, OH, 2005; Thomas Lekan et Thomas Zeller (eds.), Germany’s Nature: Cultural Landscapes and Environmental History, New Brunswick, NJ, 2005; David Blackbourn, The Conquest of Nature: Water, Landscape and the Making of Modern Germany, London, 2006; Frank Uekoetter, The Green and the Brown: A History of Conservation in Nazi Germany, Cambridge, 2006. Pour une vue d’ensemble salutaire, voir David Motadel, “The German Nature Conservation Movement in the Twentieth Century”, Journal of Contemporary History, n° 43, 2008, p. 137-153 et le forum “The Nature of German Environmental History”, German History, 27, 1 (2009), p. 113-130.

3 Mark Antliff, “La cité française: Georges Valois, Le Corbusier, and Fascist Theories of Urbanism”, dans Matthew Affron and Mark Antliff (ed.), Fascist Visions: Art and Ideology in France and Italy, Princeton, Princeton University Press, 1997, pp. 134-170; Richard A. Etlin, Modernism in Italian Architecture, 1890-1940, Cambridge, MA, MIT Press, 1991.

4 Jeffrey Herf, Reactionary Modernism: Technology, Culture, and Politics in Weimar and the Third Reich, Cambridge, Cambridge University Press, 1984. Voir aussi les commentaires de Mark Antliff’s dans ‘Fascism, Modernism and Modernity’, The Art Bulletin, mars 2002, n° 13, disponibles sur internet à cette adresse :
http://findarticles.com/p/articles/mi_m0422/is_1_84/ai_84721212/print?tag=artBody;col1 (consulté le 10/09/08). Voir aussi Michael Thad Allen, “How Technology Caused the Holocaust: Martin Heidegger, West German Industrialists, and the Death of Being”, dans Dagmar Herzog (ed.), Lessons and Legacies, vol. VII: The Holocaust in International Perspective, Evanston, Northwestern University Press, 2006, pp. 285-302.

5 Jean Plumyène et Raymond Lasierra, Les fascismes français, 1923-1963, Paris, Le Seuil, 1963, pp. 108-109.

6 Marc Simard, « Intellectuels, fascisme et antimodernité dans la France des années trente », Vingtième Siècle : Revue d’histoire, 18, 1988, p. 73.

7 Samuel Kalman, ‘Faisceau Visions of Physical and Moral Transformation and the Cult of Youth in Inter-war France’, European History Quarterly, 33, 3 (2003), p. 347.

8 Annie Moulin, Peasantry and Society in France since 1789, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, ch. 4 ; Michel Gervais, Marcel Jollivet et Yves Tavernier, sous la direction de Georges Duby et Armand Wallon, Histoire de la France rurale. vol. 4 : La fin de la France paysanne de 1914 à nos jours, Paris, Seuil, 1976.

9 Brian Short, ‘War in the Fields and Villages: The County War Agricultural Committees in England, 1939-45’, Rural History, n° 18, 2, 2007, p. 217-244; Brian Short, Charles Watkins et John Martin, ‘“The Front Line of Freedom”: State-Led Agricultural Revolution in Britain, 1939-1945’dans Short, Watkins and Martin (eds.), The Front Line of Freedom: British Farming in the Second World War, Exeter, British Agricultural History Society, 2006, p. 1-15.

10 A. G. Street, Feather-Bedding (London: Faber and Faber, 1954), cited in Short, ‘War in the Fields and Villages’, p. 237.

11 Edouard Lynch, « Le parti socialiste et la paysannerie dans l’Entre-deux-guerres : pour une histoire des doctrines agraires et de l’action politique au village », Ruralia, 1998-03, disponible sur internet :
http://ruralia.revues.org/document54.html (consulté le 10 septembre 2008) ; Lynch, Moissons rouges : les socialistes français et la société paysanne durant l’Entre-deux-guerres, 1918-1940, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2002 ; Jean Vigreux, « Le Parti communiste français à la campagne, 1920-1964 », Ruralia, 1998-03, disponible sur internet :
http://ruralia.revues.org/document55.html (consulté le 10 septembre 2008).

12 Susan Carol Rogers, “Good to Think: The ‘Peasant’ in Contemporary France”, Anthropological Quarterly, n° 60, 1987, p. 56, cite dans Shanny Peer, “Peasants in France: Representations of Rural France in the 1937 International Exposition”, dans Steven Ungar et Tom Conley (eds.), Identity Papers: Contested Nationhood in Twentieth-Century France, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996, p. 19. Voir également Armand Frémont, “The Land” dans Pierre Nora (ed.), Realms of Memory: The Construction of the French Past, vol. 2: Traditions, New York, Columbia University Press, 1997, pp. 3-35; Romy Golan, Modernity and Nostalgia: Art and Politics in France Between the Wars, New Haven, Yale University Press, 1995, pp. 40-45; Christopher Parsons et Neil McWilliam, “‘Le Paysan de Paris’: Alfred Sensier and the Myth of Rural France”, Oxford Art Journal, 6, 2, 1983, pp. 38-58. Et pour un exemple récent, voir Jean-Luc Mayaud, Gens de la terre : La France rurale 1880-1940, Paris, Éditions du Chêne, 2002.

13 Gervais, Jollivet et Tavernier, La fin de la France paysanne, p. 442 ; Moulin, Peasantry and Society, pp. 151-158 ; Peer, ‘Peasants in France’, p. 43. Voir également Michael Heffernan, “Geography, Empire and National Revolution in Vichy France”, Political Geography, 24, 6 (2005), pp. 731-758. La réalité était évidemment quelque peu différente. Dans certaines regions comme les Cévennes, les comportements étaient diamétralement opposés à ce que Vichy attendait de la part des populations rurales. Voir H. R. Kedward, ‘Rural France and Resistance’ in France at War: Vichy and the Historians, eds. Sarah Fishman, Laura Lee Downs, Ioannis Sinanoglou, Leonard V. Smith and Robert Zaretsky (Oxford: Berg, 2000), p. 126. Kedward note que lorsque Vichy commença à diffuser sa propagande du ‘retour à la terre’, de telles conceptions ‘relevaient déjà du cliché’, tout comme d’ailleurs l’idée selon laquelle la paysannerie constituait ‘l’incarnation fondamentale de la France’, comme le laissait entendre La France Libre depuis Londres (pp. 129 et 136-7).

14 Sur la « thèse de l’immunité » – l’idée selon laquelle la France était « allergique au fascisme » – voir Brian Jenkins, “The Right-Wing Leagues and Electoral Politics in Interwar France”, History Compass, 5, 4 (2007), pp. 1359-1381; Jenkins (ed.), France in the Era of Fascism: Essays on the French Authoritarian Right, New York, Berghahn Books, 2005; voir aussi Robert J. Soucy, “The Debate over French Fascism” dans Richard J. Golsan (ed.), Fascism’s Return: Scandal, Revision, and Ideology since 1980, Lincoln, University of Nebraska Press, 1998, pp. 130-151; Kevin Passmore, “The Croix de Feu and Fascism: A Foreign Thesis Obstinately Maintained”, dans Edward J. Arnold (ed.), The Development of the Radical Right in France: From Boulanger to Le Pen, Basingstoke, Macmillan Press, 2000, pp. 100-118; John Bingham, “Defining French Fascism, Finding Fascists in France”, Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’histoire, 29, 3 (1994), pp. 525-543. Pour un exemple récent de l’influence des néo-fascistes italien sur l’extrême droite française et vice-versa, voir Andrea Mammone, “The Transnational Reaction to 1968 : Neo-fascist Fronts and Political Cultures in France and Italy”, Contemporary European History, 17, 2 (2008), pp. 213-236.

15 Bertram M. Gordon, ‘The Countryside and the City: Some Notes on the Collaboration Model during the Vichy Period’ in France at War, eds. Fishman et al, pp. 145-160.

16 Bramwell, Ecology in the 20th Century, p. 162.

17 Stephen Wilson, Ideology and Experience: Antisemitism in France at the Time of the Dreyfus Affair, Londres, Associated University Presses/Littman Library of Jewish Civilization, 1982, pp. 277-278. Sur White et Ludovici, voir Dan Stone, Breeding Superman: Nietzsche, Race and Eugenics in Edwardian and Interwar Britain, Liverpool, Liverpool University Press, 2002, en particulier le deuxième chapitre.

18 David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale : Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006, p. 223.

19 Jenkins, “The Right-Wing Leagues”, p. 1363.

20 Jenkins, “The Right-Wing Leagues”, p. 1367.

21 Voir George L. Mosse, “The French Right and the Working Classes: Les Jaunes”, Journal of Contemporary History, 7, 3-4 (1972), pp. 185-208.

22 Richard Moore-Colyer, “Towards ‘Mother Earth’: Jorian Jenks, Organicism, the Right and the British Union of Fascists”, Journal of Contemporary History, 39, 3 (2004), p. 353.

23 Alex Potts, “‘Constable Country’Between the Wars”, dans Raphael Samuel (ed.), Patriotism: The Making and Unmaking of British National Identity, vol. 2: National Fictions, Londres, Routledge, 1989, p. 166. Voir aussi Christine Berberich, “‘I Was Meditating about England’: The Importance of Rural England for the Construction of ‘Englishness’”, dans Helen Brocklehurst et Robert Phillips (eds.), History, Nationhood and the Question of Britain, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004, pp. 375-385.

24 Michel Winock, Nationalism, Anti-Semitism, and Fascism in France, trad. Jane Marie Todd, Stanford, Stanford University Press, 1998, p. 196 (‘poet’) ; Kalman, “Faisceau Visions”, pp. 345-346 (‘redemptive concepts’).

25 Maurice Barrès, “Scènes et doctrines du nationalisme” dans J. S. McClelland (ed.), The French Right from de Maistre to Maurras, New York, Harper & Row, 1971, pp. 192-193. (orig. Paris, Plon, 1925).

26 Winock, Nationalism, Anti-Semitism, p. 197.

27 Winock, Nationalism, Anti-Semitism, p. 198. Dans ces citations, Winock reprend les arguments avancés par Sternhell.

28 Kevin Passmore, “The Construction of Crisis in Interwar France”, dans Jenkins (ed.), France in the Era of Fascism, p. 162.

29 Jenkins, “Conclusion: Beyond the ‘Fascism Debate’?” dans Jenkins (ed.), France in the Era of Fascism, p. 203.

30 Alun Howkins, “Fascism and the Rural World in Inter-war Europe”, communication non publiée présentée lors du colloque “Rethinking the Rural: Land and the Nation in the 1920s and 1930s”, Royal Holloway, University of London, 4-6 janvier 2007. Je remercie Alun Howkins de m’en avoir donné une copie. Voir aussi Theodor Bergmann, “Agrarian Movements and Their Contexts”, Sociologia Ruralis, 17, 1 (1977), pp. 167-190 (en particulier la page 183, sur la droite radicale).

31 Susie Byers, “‘I am not a force of nature’: Ecology and Humanity in the Fascism of Pierre Drieu La Rochelle”, mémoire de Master of Arts non publié, University of Western Australia, 2008, p. 8. Je remercie Susie Byers de m’avoir donné un exemplaire.

32 Byers, ‘“I am not a force of nature”’, p. 11.

33 Pierre Drieu La Rochelle, « Pour sauver le peau des français », Le flambeau, 27 juin 1936, cité dans Kalman, « Faisceau Visions », p. 352.

34 Mosse, “On Homosexuality and French Fascism”, dans The Fascist Revolution: Toward a General Theory of Fascism, New York, Howard Fertig, 1999, pp. 179-180.

35 Pierre Drieu La Rochelle, Le Nouveau Siècle, 25 janvier 1926, cité dans Winock, Nationalism, Anti-Semitism, p. 255.

36 Mosse, “Fascism and the Intellectuals”, dans The Fascist Revolution, p. 116.

37 Rolf Gardiner, “Meditations on the Future of Northern Europe”, dans Rolf Gardiner et Heinz Rocholl (eds.), Britain and Germany: A Frank Discussion Instigated by Members of the Younger Generation, Londres, Williams and Norgate, 1928, p. 123.

38 De Gardiner à Alan (nom de famille inconnu), 17 novembre 1930. Rolf Gardiner Papers (RGP), University of Cambridge, A2/6; Gardiner, “Wisdom and Action in Northern Europe” (non daté, vers 1926-27), RGP, A3/1/10(b).

39 Rolf Gardiner, “A Survey of Constructive Aspects of the New Germany. With Some Notes and Suggestions as to the Methods of Projection” (Juin 1934), pp. 27, 37, 44; RGP, M3/7.

40 Ibid., p. 43.

41 Voir par exemple Rolf Gardiner, World Without End: British Politics and the Younger Generation, Londres, Cobden-Sanderson, 1932, pp. 33-34.

42 Pour plus de détails sur Gardiner, voir Dan Stone, “Rolf Gardiner: An Honorary Nazi?”, dans Matthew Jefferies et Michael Tyldesley (eds.), Rolf Gardiner: Folk, Nature and Culture in Interwar Britain, Farnham, Ashgate, 2011, pp. 151-168.

43 Moore-Colyer, “Towards ‘Mother Earth’”, p. 355.

44 J’utilise le terme rendu célèbre par Roger Griffin pour montrer que le groupe English Mistery n’était pas aussi distant du fascisme qu’il ne le prétendait. Voir Griffin, The Nature of Fascism (Londres, Routledge, 1991) et ses nombreuses publications ultérieures, en particulier le recueil d’essais A Fascist Century (Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2008). Il ne s’agit pas pour autant d’abonder ici dans le sens de Griffin lorsqu’il avance qu’il existe aujourd’hui un « consensus » dans l’étude du fascisme ; sur ce débat, voir par exemple l’introduction de R.J.B. Bosworth dans The Oxford Handbook of Fascism (Oxford, Oxford University Press, 2009), pp. 1-7, et David D. Roberts, “Fascism, Modernism and the Quest for an Alternative Modernity”, Patterns of Prejudice, 43, 1 (2009), pp. 91-102.

45 Sur le English Mistery/English Array et ses liens avec la BUF, voir Dan Stone, “The English Mistery, the BUF, and the Dilemmas of British Fascism”, Journal of Modern History, 75, 2 (2003), pp. 336-358.

46 Sur Massingham, voir R. J. Moore-Colyer, “A Voice Clamouring in the Wilderness: H. J. Massingham (1888-1952) and Rural England”, Rural History, 13, 2 (2002), pp. 199-224; et Clare Palmer, “Christianity, Englishness and the Southern English Countryside: A Study of the Work of H. J. Massingham”, Social and Cultural Geography, 3 (2002), pp. 25-38.

47 Merci à Philip Conford sur ce point.

48 Short, “War in the Fields and Villages”, p. 219.

49 George Stapledon, The Way of the Land, Londres, Faber and Faber, 1943, pp. 92, 94.

50 Earl of Portsmouth, Alternative to Death: The Relationship between Soil, Family and Community, Londres, The Right Book Club, 1945 [1943], p. 30.

51 Malcolm Chase, “‘North Sea and Baltic’: Historical Conceptions in the Youth Movement and the Transfer of Ideas from Germany to England in the 1920s and 1930s”, dans Stefan Berger, Peter Lambert et Peter Schumann (eds.), Historikerdialoge: Geschichte, Mythos und Gedächtnis im deutsch-britischen kulturellen Austausch 1750-2000, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, p. 329.

52 Sur le Kinship in Husbandry, voir Dan Stone, Responses to Nazism in Britain 1933-1939: Before War and Holocaust, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003, ch. 5; R. J. Moore-Colyer, “Back to Basics: Rolf Gardiner, H. J. Massingham and ‘A Kinship in Husbandry’”, Rural History, 12, 1 (2001), pp. 85-108; Richard Moore-Colyer et Philip Conford, “A ‘Secret Society’? The Internal and External Relations of the Kinship in Husbandry, 1941-52”, Rural History, 15, 2 (2004), pp. 189-206.

53 Bramwell, Ecology in the 20th Century, pp. 164-165.

54 Bramwell, Ecology in the 20th Century, p. 167.

55 Peer, ‘Peasants in France’.

56 Jenks, “Kommissars for Agriculture”, Action, LI, 6 février 1937, p. 11, cité dans David Matless, Landscape and Englishness, Londres, Reaktion Books, 1998, p. 120.

57 Philip Conford, The Origins of the Organic Movement, Édimbourg, Floris Books, 2001, p. 146.

58 Howkins, p. 11. Voir également Philip Conford, “The Organic Challenge”, dans Short, Watkins et Martin (eds.), The Front Line of Freedom, pp. 67-76.

59 À ce titre, on soulignera la critique que fait Sternhell des conclusions de Paxton dans la nouvelle préface à la 3e édition de Ni droite ni gauche (2000), et de l’affirmation de ce dernier que « ce que Dorgères dirigeait était un mouvement fasciste de masse. » Pour Sternhell, « le seul élément important qui séparait Dorgères de l’idéal-type du fascisme était sa défense de la campagne contre la ville. Ce clivage politique l’a empêché de transcender les intérêts de classes et de séduire toute la nation. » Sternhell, “Morphology of Fascism in France”, dans Jenkins (ed.), France in the Era of Fascism, pp. 52, 53. Comme l’observe Godron (‘The Countryside and the City’, p. 152), ‘il n’y eut pas après 1940 d’équivalent collaborationniste au mouvement des Chemises vertes, dont la plupart des partisans soutinrent le maréchal Pétain et la politique officielle de Vichy’.

60 Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, pp. 223-224.

61 « Le but d’un groupe rural d’ACJF [Association catholique de la jeunesse francaise] », Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 17 juin 1922, cité dans Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, p. 224.

62 Roger Grand, extrait du discours prononcé lors des journées rurales de Nantes, le 12 mars 1927. Reproduit dans le bulletin mensuel de l’ACCF [Association catholique des chefs de famille] du diocèse de Nantes, avril 1927, cité dans Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale, p. 224.

63 Gervais, Jollivet and Tavernier, La fin de la France paysanne, p. 437.

64 Howkins, p. 9; Suzanne Berger, Peasants Against Politics: Rural Organization in Brittany, 1911-67, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1972, p. 73.

65 Voir également Moulin, Peasantry and Society, p. 149.

66 Paxton, French Peasant Fascism, p. 14.

67 Voir par exemple Michael Winter, “Corporatism and Agriculture in the U.K.: The Case of the Milk Marketing Board”, Sociologia Ruralis, 24, 2 (1984), pp. 106-119.

68 Howkins, p. 19.

Auteur

Claire Esteves (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540