Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie I. Les cultures politiques des droites radicales en contexte : éléments de comparaison transmanche

Mystique paysanne, agrarisme et corporatisme : les droites radicales dans le monde rural en France au milieu des années trente

David Bensoussan

Volltext

  • 1 Sur Dorgères et son entreprise politique, l’ouvrage de référence est celui de Robert Paxton, Le tem (...)
  • 2 Les paysans contre la politique, Paris, Seuil, 1975 pour l’édition française.

1L’objet de cette contribution est de mettre en évidence les conditions d’émergence et d’affirmation de droites radicales dans les campagnes françaises dans les années trente et de montrer comment, dans un contexte fortement marqué par les répercussions de la crise économique, elles développent un projet politique et institutionnel spécifique autour du corporatisme. Plus encore que l’évocation du rôle d’Henry Dorgères1, il s’agira d’étudier l’action et la pensée des notables agrariens de l’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA) pour qui le corporatisme, loin de se déployer exclusivement dans une extériorité à l’État, comme a pu l’écrire Suzanne Berger2, s’inscrit au contraire dans une exigence de participation politique accrue. La mystique corporatiste qu’ils proclament avec force et qu’ils déclarent observer dans les mobilisations paysannes des années trente vise ainsi à susciter de nouveaux engagements au service de leur organisation syndicale, socle de la Corporation à venir. Elle se structure fondamentalement autour d’un discours agrarien où l’exaltation de la paysannerie dévoile la prégnance du traditionalisme catholique et une hostilité virulente au modèle républicain.

L’affirmation d’un mouvement de contestation radicale du régime dans les campagnes françaises dans les années trente : le mouvement Dorgères

  • 3 Sur le Front paysan, qui réalise en 1934 l’alliance, entre autres, de l’UNSA, du mouvement Dorgères (...)

2Longtemps épargnées par des mouvements de contestation politique radicale d’ampleur, les campagnes françaises connaissent depuis la fin des années vingt une vive agitation sociopolitique autour de l’action d’Henry Dorgères. Forgé dans le combat contre les Assurances sociales, en phase avec les aspirations grandissantes de la paysannerie française à jouer un rôle politique plus grand après la Grande Guerre, son mouvement de Défense paysanne prend une nouvelle dimension après l’élection du néo-cartel en 1932. Bénéficiant du soutien croissant des notables agrariens de l’Union centrale des syndicats agricoles (UCSA), notamment de sa jeune garde représentée, entre autres, par Jacques Le Roy Ladurie, Dorgères s’engage dans un processus d’expansion territoriale de son action contestatrice, qui lui fait déborder ses bastions originels breton et normand, tandis que son expression politique se radicalise dans un antiparlementarisme de plus en plus vindicatif. Surtout, l’impact de la crise économique dans le monde rural favorise l’essor de son entreprise politique. Les investissements engagés par une frange importante de la paysannerie dans le contexte de relative prospérité des années vingt débouchent, en effet, sur un endettement de plus en plus difficile à assumer. La chute des prix, qui atteint son apogée dans les années 1934-1935, touche la plupart des produits agricoles et entraîne une diminution considérable des revenus paysans, provoquant de très vifs mécontentements. Les ventes-saisies se multiplient dans les campagnes auxquelles Dorgères s’oppose de manière résolue, donnant à son combat une tournure très médiatique. Il agite alors l’idée d’une dictature paysanne afin de pallier l’incurie parlementaire, revendiquant la première place dans la Nation pour la paysannerie. Parallèlement, sa collaboration avec Jacques Le Roy Ladurie, tissée dès le début des années trente, s’accroît à partir du moment où ce dernier prend la tête de l’UNSA – qui a succédé en mars 1934 à l’UCSA – avec la volonté proclamée d’une intervention plus déterminée sur la scène politique et sociale. La constitution du Front paysan, en juillet 1934, témoigne de cette entreprise politique commune même si s’intègre dans cette structure une diversité relative d’organisations et de participants afin d’afficher l’unité du monde agraire face à la crise3.

  • 4 Ibid., p. 123.

3Les manifestations paysannes se multiplient alors dans toute la France. Rassemblement de milliers de paysans venus clamer leur colère, la manifestation dorgériste est conçue avant tout par ses organisateurs comme une occasion privilégiée pour exprimer une volonté de puissance et une identité spécifique. Le sentiment de force rendu possible par le nombre et l’appropriation de l’espace public fait qu’elle constitue le lieu et le moment de l’exaltation d’une fierté paysanne vécue comme une revanche face à une situation d’infériorité socio-culturelle largement intériorisée. Il s’agit d’exprimer l’orgueil de la profession agricole et, en même temps, de glorifier la force paysanne. L’univers sonore de la manifestation, à travers les clameurs de la foule, tout comme son univers visuel où prédomine l’impression du nombre délivre une sensation de puissance qui donne aux paysans présents le sentiment de pouvoir peser sur leur destin. Robert Paxton a insisté avec justesse sur la mise en scène des manifestations dorgéristes, notamment à travers le décor qui sert de cadre au rassemblement4. Parfois juché sur une charrette, entourée de gerbes de blés, qui lui sert de tribune, Dorgères utilise toute une symbolique qui renvoie au travail paysan dans un esprit typiquement agrarien. La présence des fourches, caractéristique du mouvement dorgériste, redouble ainsi sur le plan symbolique la violence verbale qui accompagne immanquablement ses discours et qui vise en premier lieu les ennemis supposés de la cause paysanne que sont les fonctionnaires. Véritable bouc émissaire des difficultés que connaît la paysannerie, la figure du fonctionnaire permet à l’évidence d’unifier le monde paysan autour d’un antagonisme social qui réactive le clivage ville/campagne.

  • 5 Le Progrès Agricole de l’Ouest, le 3/09/1933. Petite feuille hebdomadaire paraissant pour la premiè (...)

4Pourtant, il ne faut pas s’y tromper, derrière le fonctionnaire c’est bien l’État qui est remis en cause et, de plus en plus nettement, ses fondements parlementaires et républicains. C’est du reste ici que se perçoit la radicalisation du discours dorgériste et plus largement des droites agrariennes. L’antiparlementarisme, si symptomatique des ligues d’extrême droite alors en pleine ascension, devient en effet une des composantes essentielles de la thématique dorgériste. Dans un contexte politique et économique qui pose de manière aiguë la question de l’efficacité voire de l’utilité du parlementarisme, la propagande dorgériste ne cesse de vouer aux gémonies les parlementaires et invite la paysannerie à leur « botter les fesses » afin d’en débarrasser le pays. Félicitant les paysans d’Aurillac d’avoir « porté la main sur leur député », Dorgères affirme ainsi sans ambages la nécessité de « généraliser cette méthode »5. Incarnant le régime en place dans tout ce qu’il a, selon lui, de plus détestable, les parlementaires sont désormais l’objet de nombreuses agressions, verbales voire physiques, de la part de véritables commandos dorgéristes venus perturber sciemment leurs réunions publiques.

  • 6 Ibid.

5Indéniablement, c’est dans cette dimension que Dorgères exprime le plus clairement la radicalité de son mouvement et suscite l’intérêt médiatique. Nul doute d’ailleurs que son goût pour l’intervention musclée exerce une fascination sur une fraction de la paysannerie qui a le sentiment de pouvoir agir concrètement sur son destin à un moment où sa situation lui paraît soumise à l’intervention de puissances hostiles. L’apologie de la violence tend ainsi à devenir systématique dans le discours dorgériste et elle prend, de plus en plus, une dimension factieuse. Remarquant « l’échec jusqu’ici des moyens légaux », Dorgères exprime sa détermination à « créer des troupes d’assaut paysannes » qui « en s’unissant pourront constituer les sections de cette armée d’élite dont nous avons besoin pour prendre le pouvoir et installer en France la dictature paysanne6 ». C’est dans ce contexte qu’il est perçu et décrié par ses adversaires de gauche comme l’expression d’un danger fasciste menaçant la République à un moment où son mouvement connaît, au milieu des années trente, son apogée.

La radicalisation et le renforcement de l’unsa

  • 7 Dans un article intitulé « L’Union nationale des syndicats agricoles et sa mission », publié dans d (...)

6La dynamique de l’entreprise dorgériste est d’autant plus apparente qu’elle s’appuie ouvertement, dans le cadre du Front paysan, sur les notables agrariens de l’UNSA dont la radicalisation politique est également très perceptible. Animant, conjointement avec Dorgères, une grande partie des manifestations paysannes, ces derniers cherchent à renforcer la place des organisations professionnelles dans la mobilisation à travers la constitution du Comité d’Action paysanne (CAP), en juillet 1935. Autour d’Adolphe Pointier, président de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), de Jacques Le Roy Ladurie et des autres responsables des associations spécialisées, le CAP affiche sa détermination en cherchant à impulser un moratoire des impôts de la paysannerie. Forts du développement de leurs organisations syndicales dans les années vingt, désormais engagés dans la voie de la construction d’une grande Union syndicale capable de peser sur les pouvoirs publics, les dirigeants de l’UNSA proclament, dès 1935, par la voix de leur secrétaire général, Jacques Le Roy Ladurie, leur résolution à avancer vers un régime corporatiste auquel s’est également rallié Dorgères7.

  • 8 Docteur en droit, directeur de l’Association générale de Crédit Mutuel et de la Coopération agricol (...)
  • 9 L’ensemble des rapports lus devant le congrès est publié la même année. Cf. Congrès syndical de Cae (...)

7Le corporatisme s’impose alors comme leur cheval de bataille idéologique, théorisé entre autres par Louis Salleron8, et il est officiellement revendiqué comme doctrine de l’organisation syndicale à l’occasion du grand congrès de l’UNSA à Caen, les 5 et 6 mai 1937. À cette occasion, les dirigeants de l’UNSA réclament pour les syndicats agricoles « les devoirs et les droits, les pouvoirs et les responsabilités nécessaires à la gestion de la profession » et appellent à une « révolution dans les institutions ». Grand-messe professionnelle et corporatiste, regroupant plus de 1 500 délégués venus de tout le pays, ce congrès constitue, pour ses organisateurs, l’acte symbolique de la « refondation » du syndicalisme agricole entreprise par les équipes dirigeantes de l’UNSA depuis leur renouvellement. Il s’agit ici d’afficher avec énergie la validité et la vitalité de l’organisation syndicale et de sa doctrine et d’affirmer, à l’encontre de ses détracteurs, sa représentativité9. La volonté proclamée de « donner à la paysannerie le sentiment de sa force et de sa place dans la Nation et de rompre son isolement » nécessite ainsi, pour les responsables de l’UNSA, de renforcer l’organisation professionnelle puisque sa faiblesse structurelle est, disent-ils, une des causes de l’inégalité de traitement des paysans dans le pays.

  • 10 Sur ce dernier point, l’UNSA adopte un point de vue radical qu’elle tente d’imposer à l’ensemble de (...)
  • 11 Pour plus de détails sur ces initiatives, voir Robert Paxton, op. cit.

8À cette date, la radicalité politique de leur combat syndical se perçoit déjà dans l’hostilité déclarée à l’encontre du Front populaire, accusé de satisfaire les revendications ouvrières sur le dos des paysans français. Face aux menaces qui pèsent, selon eux, sur le monde agricole, la contre-offensive des milieux agrariens s’est, en effet, opérée de manière rapide et énergique. Dès le 9 juillet 1936, l’UNSA avait pris l’initiative de convoquer à Paris toutes les organisations syndicales qui lui étaient affiliées ainsi que les grandes associations agricoles spécialisées. À l’issue de cette réunion, un plan d’action avait été rédigé sous le titre : « Unité paysanne et anti-soviétisme ». Une mobilisation multiforme s’était alors mise en place puis amplifiée afin de lutter contre les grèves agricoles et de dénier à la CGT toute représentativité dans les campagnes10. Aux initiatives spontanées des grands propriétaires s’était ajoutée l’action des comités de défense paysanne et des chemises vertes dorgéristes à l’exemple des « volontaires de la moisson » chargés d’empêcher par tous les moyens les grèves d’ouvriers agricoles dans les grandes exploitations du Bassin Parisien. Démarrées dès l’été 1936, ces initiatives se poursuivent lors des temps forts de l’agitation sociale dans les campagnes jusqu’à l’automne 193711.

  • 12 Je me permets ici de reprendre les analyses que j’ai développées dans « L’UNSA face au Front popula (...)

9En confortant leur stratégie offensive d’affirmation dans l’espace public, précédemment développée dans le cadre du Front paysan, le Front populaire permet donc aux équipes dirigeantes de l’UNSA d’engager leur organisation dans une étape décisive de son histoire. Le choc qu’a représenté sa victoire électorale et, plus encore, l’irruption du mouvement social qui l’a accompagné ont provoqué, en effet, une réaction rapide suscitée par la peur d’une extension du communisme dans les campagnes12. L’énergique contre-offensive mise en œuvre se traduit alors par une dynamique de renforcement de l’organisation syndicale que les dirigeants de l’UNSA entendent amplifier. Les modalités de cette action sont ainsi précisées à l’occasion de l’Assemblée générale du 14 juin 1937. Conformément aux déclarations du congrès de Caen, on y réitère explicitement la volonté de rompre avec le modèle antérieur de l’UCSA, rassemblement de syndicats et d’Unions régionales dont la cohésion était assurée par la place qu’y tenaient les réseaux de la Société des agriculteurs de France (SAF). Entre les groupements régionaux, qui constituaient souvent le seul horizon des syndiqués, et les Chambres d’agriculture, les mutuelles, les coopératives, les associations spécialisées, interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics, l’organisation syndicale peinait à faire entendre sa voix.

  • 13 Elles passent alors de 0,15 à 0,50 franc pour chaque syndiqué soit une augmentation de 233 %.

10Il faut donc désormais, pour les dirigeants de l’UNSA, replacer l’organisation syndicale, plus solidement centralisée et dont les services de direction sont étoffés, au cœur de l’organisation professionnelle afin d’en faire l’instance décisive de regroupement des forces agricoles. Cet objectif s’articule autour d’une réorganisation des structures syndicales qui vise à pallier le manque de cohésion entre les organismes régionaux et à affirmer la prééminence de l’organisation nationale. Cela passe notamment par la recherche d’un contact plus direct entre les syndiqués et la direction de l’organisation. La fondation de l’hebdomadaire Syndicats Paysans, en juillet 1937, s’inscrit pleinement dans ces préoccupations. Chargé de diffuser les consignes militantes et la doctrine de l’organisation, il doit renforcer les liens entre l’ensemble des syndiqués et les différentes instances syndicales. Dans ce cadre, les dirigeants de l’UNSA ne cessent aussi de rappeler l’obligation de disposer de moyens financiers accrus. Analysant la médiocrité des ressources matérielles de l’organisation comme un facteur de blocage de son renforcement et de sa représentativité, ils prennent la décision, en juin 1937, d’augmenter considérablement les cotisations statutaires des Unions régionales13.

  • 14 Déjà vice-président de l’organisation, membre du bureau de l’AGPB, vice-président de la Chambre d’a (...)
  • 15 Compte rendu de l’Assemblée générale du 26 avril 1938. Archives de Guébriant.

11Cette réorganisation débouche, pour finir, sur une réforme des statuts votée lors de l’Assemblée générale extraordinaire d’avril 1938. Cette réforme confirme alors, selon les mots de son nouveau président, Joseph Boulangé14, la détermination de l’UNSA d’être « la représentation permanente de l’agriculture au triple point de vue social, géographique et économique, afin de lui donner son véritable visage d’organisme national le plus représentatif et de le doter d’une organisation qui soit en rapport avec les nécessités de son rôle syndical »15. Un Comité exécutif de 18 membres est, pour finir, mis en place. Il est chargé de représenter les différents intérêts au sein des syndicats agricoles – propriétaires, fermiers-métayers, ouvriers – ainsi que les grandes régions françaises et les principales productions.

12La création de l’UNSA, en remplacement de l’UCSA dont le fonctionnement très aristocratique était décrié, et la revendication radicale d’instauration d’un ordre corporatif dans les campagnes françaises témoignent bien des mutations en cours dans le monde rural. Outre qu’elles reflètent la montée en puissance d’une bourgeoisie rurale qui entend jouer désormais, notamment à travers les Associations spécialisées qu’elle dirige, le rôle déterminant dans l’organisation professionnelle du monde agricole, elles traduisent aussi la prise de conscience par les notables agrariens des aspirations sociales et politiques grandissantes de la paysannerie. De cette prise de conscience découle alors la volonté de mettre en œuvre de nouvelles formes de mobilisation et d’organisation.

Mystique corporatiste et rejet du modèle républicain

13Cette conviction, les dirigeants de l’UNSA la forge aussi dans l’observation de ce qui se passe dans des pays comme l’Italie ou l’Allemagne où s’affirme l’idée que les sociétés occidentales sont entrées dans l’ère des masses. « L’humanité évolue vers des formes collectives » constate ainsi Roger Grand, président en exercice de l’UNSA en 1934 :

Il n’est question partout que d’effets ou de mouvement de « masse » et les dictateurs eux-mêmes ne sont plus seulement ces fortes personnalités individuelles qui imposèrent leur volonté par la violence aux nations désemparées ou vaincues : ce sont des pasteurs d’homme, c’est un « duce », c’est un « führer » qui cristallisent en eux toutes les aspirations d’un peuple. Combien, ces titres nouveaux, ne sont-ils pas caractéristiques d’une mentalité nouvelle ?

  • 16 “La Corporation agricole. Discipline et liberté”, La Terre Nantaise, 27/05/1936.

L’individualisme a fait son temps : la loi du groupe se substitue à celle de l’individu16.

  • 17 Sur le Parti agraire, voir Édouard Lynch, « Le parti agraire et paysan français, entre politique et (...)
  • 18 “La Corporation agricole. Discipline et liberté”, La Terre Nantaise, 27/05/1936.
  • 19 R. Grand, « L’organisation du régime corporatif dans l’agriculture », leçon professée à la Semaine (...)

14Cette dynamique collective, les dirigeants de l’UNSA la perçoivent également, toute proportion gardée, dans les campagnes françaises à travers l’essor du dorgérisme, voire du Parti agraire et paysan français (PAPF)17, et des grandes manifestations paysannes. Ils cherchent alors à la récupérer en l’investissant idéologiquement d’une dimension corporative. « Une réelle mystique corporative gagne nos campagnes rapportant l’espérance à des populations rurales désemparées par la cruauté et l’inégalité de leur sort », se félicite ainsi Roger Grand18. La célébration de la mystique corporative par les dirigeants de l’UNSA atteste cependant de leur détermination à susciter des engagements sociaux nouveaux en faveur de leur organisation et des objectifs qu’ils définissent à l’action collective. La formation du Front paysan est ainsi vue comme la preuve qu’il y a « quelque chose de nouveau dans les masses rurales19 » et que la marche vers le corporatisme est déjà bien entamée. Jacques Le Roy Ladurie peut alors écrire :

  • 20 « L’Union nationale des syndicats agricoles et sa mission. Du syndicalisme au corporatisme », L’Uni (...)

Mais pour se transformer en corporations autonomes, il faut à nos syndicats une investiture, que seul peut leur donner un régime neuf, le régime corporatif. L’avènement de ce dernier semble proche. Les masses paysannes le réclament au cours de ces manifestations qui se déroulent presque simultanément sur tous les points du territoire. Bientôt elles l’imposeront, sans peut-être même attendre les abdications nécessaires20.

  • 21 Une partie des propositions, engagées dans le cadre des débats institutionnels, figure dans les ann (...)
  • 22 “L’UNSA et sa mission devant les problèmes actuels”. Ar Vro Goz, le 19/06/1934. Vice-président de l (...)

15Proclamée clairement et fortement dans l’espace public, à travers des centaines de manifestations, la revendication du corporatisme n’est pas, également, sans emprunter des formes plus institutionnelles dans le cadre des débats sur la réforme de l’État qui marquent les années 1934-1935. La réforme de l’État est, en effet, perçue comme un premier pas vers l’instauration de l’organisation corporative et si les solutions avancées alors, par les dirigeants de l’UNSA, sont encore transitoires c’est bien la perspective d’un ordre nouveau qui est pensée et défendue21. Celui-ci fera « du régime corporatif étendu à toutes les professions et comprenant tous les corps constitués, l’élément éminent de toute la représentation nationale » déclare ainsi le comte de Guébriant22.

  • 23 C’est bien sur cette dimension politique du corporatisme que se révèlent, au sein même du monde cat (...)

16Le corporatisme ne traduit pas ici une simple intention de réformer le système libéral voire de le réguler, il est bien l’expression d’une volonté résolue de mettre fin au régime parlementaire et de lui substituer un ordre socio-politique radicalement différent. Loin de vouloir confiner le corporatisme dans le champ économique, loin d’appeler à la simple création d’un Sénat professionnel, à l’instar d’un certain nombre de catholiques sociaux républicains, les notables agrariens entendent s’appuyer, quoi qu’ils puissent dire, sur un État fort, chargé d’imposer un système politique négateur de la souveraineté démocratique23. Plus qu’une simple reconnaissance d’une autorité de droit public pour les organismes professionnels, qu’ils revendiquent dans un premier temps et dont les implications sont déjà déterminantes, il s’agit là, à terme, d’une refonte totale et radicale de l’organisation politique du pays.

  • 24 En plusieurs occasions, Roger Grand fait part de son admiration pour certaines réalisations du régi (...)
  • 25 Lettre à Jacques Le Roy Ladurie, le 17 novembre 1935. Archives Le Roy Ladurie. C’est à Goslar, peti (...)

17La perspective institutionnelle du corporatisme s’affiche donc au sein de l’UNSA, et de plus en plus nettement, comme antinomique au modèle républicain et aux valeurs libérales qui en sont le fondement. Nombre de ses dirigeants observent d’ailleurs avec attention et sympathie ce qui se fait au Portugal, dans le cadre de l’Estado Novo de Salazar, et dans l’Autriche du chancelier Dollfuss où sont mis en place des régimes corporatistes fortement marqués par le catholicisme. Certains d’entre eux aussi ne dissimulent nullement leur intérêt pour l’Italie fasciste de Mussolini, à l’exemple de Roger Grand24. Pour d’autres encore, moins nombreux il est vrai, la recherche d’une mystique agrarienne comme moteur de l’engagement et comme facteur de construction de l’unité paysanne pousse à regarder du côté de l’Allemagne nazie. C’est le cas des dirigeants des associations spécialisées, à l’exemple de Pierre Hallé, Jean Achard et Charles du Frétay, respectivement secrétaires-généraux de l’AGPB, de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGPB) et de la Confédération générale des producteurs de lin. C’est le cas, plus nettement encore, de Rémy Goussault, directeur général de l’UNSA, qui, présent au congrès de Goslar en novembre 1935, parle « de l’élan magnifique, grandiose, profondément humain du national-socialisme »25.

  • 26 « L’Allemagne offre à l’Europe étonnée le spectacle d’une grande nation industrielle qui porte à la (...)

18La présence régulière de délégations agricoles françaises dans ce haut lieu de l’exaltation de la paysannerie allemande témoigne d’une admiration non dissimulée pour l’action du Reichsbauernfuhrer Darré dont on n’hésite pas alors à louer l’action entreprise en faveur de la paysannerie. Le modèle du Reichsnährstand dévoile pour certains la perspective d’une organisation agricole à vocation totalisante qu’ils réinsèrent dans leur projet corporatiste. L’admiration qui émane de leurs observations souligne du reste en creux les critiques à l’égard de la politique agricole française et plus largement du régime républicain. Ce qui est loué dans l’œuvre des nazis c’est la dimension morale qui accompagne, selon eux, l’œuvre pratique de redressement agricole du pays, c’est l’exaltation de la paysannerie comme fondement d’une civilisation26. La mystique corporative qu’ils entendent développer et faire triompher sur le plan institutionnel s’accompagne ainsi de fortes considérations morales et idéologiques spécifiques à l’agrarisme conservateur et à la pensée traditionaliste.

Mystique corporatiste, agrarisme et défense de la société rurale traditionnelle

  • 27 L’Union Agricole, avril 1937.

19L’apologie des valeurs de la terre et de l’esprit développée en contrepoint d’une vision moralisatrice de la décadence du pays esquisse déjà, en effet, les principes d’une Révolution nationale auxquels tous ou presque adhèrent. « C’est l’abus de la force, de la puissance, de l’argent, l’égoïsme jouisseur et inhumain qui a conduit à l’exploitation de l’homme par l’homme et qui provoque la lutte des classes. Le remède vrai est alors de ranimer la flamme du devoir et du sacrifice et de faire appel aux forces spirituelles », souligne ainsi l’organe de l’Union syndicale agricole d’Ille-et-Vilaine27. L’importance extrême de la crise économique et politique est l’occasion de développer avec beaucoup plus d’acuité qu’auparavant la vision d’une décadence générale du pays afin de poser comme alternative la perspective d’un ordre nouveau capable de redresser la société française. C’est ainsi une hostilité radicale au modèle démocratique qui s’exprime par la voix des dirigeants des organisations agrariennes à l’instar des propos tenus par le comte de Guébriant lors du Congrès du Cinquantenaire du syndicalisme agricole :

  • 28 “L’UNSA et sa mission devant les problèmes actuels”. Discours reproduit partiellement dans Ar Vro G (...)

La moralité publique subit une défaillance alarmante ; les intérêts s’affrontent brutalement et la loi du plus fort règle leurs conflits […] ; le scandale s’étale avec cynisme, parfois, voire impunément. […] Construire la société comme si elle n’était constituée que d’individus, perdre de vue les grands intérêts collectifs ou professionnels, leur refuser tout droit de représentation dans l’État, mais donner à l’homme isolé, au célibataire, au désœuvré, à l’ignare, au dégénéré, le même pouvoir sur la direction des affaires publiques et, pour tout dire, la même souveraineté qu’au père de famille, au savant, au philanthrope, à l’homme chargé des responsabilités que lui vaut la confiance de ses pairs, subordonner des intérêts vitaux aux hasards périlleux de consultations électorales trop souvent aveugles, supporter « la tyrannie des majorités sur les minorités », ce sont là des aberrations par quoi notre temps et ses conceptions sociales se condamnent au jugement sévère de l’Histoire28.

20Le refus de l’individualisme entraîne ici celui de la démocratie telle qu’elle est alors organisée notamment à travers un suffrage universel pour lequel les notables agrariens n’ont toujours eu qu’un mépris souverain. Le mythe de l’unité du monde rural qu’ils s’attachent à promouvoir détermine, en effet, un refus des divisions que recèle, selon eux, le principe électoral et que consacre la vie parlementaire.

  • 29 M. Bouvier, L’État sans politique. Tradition et modernité, Paris, LGDJ, 1986, p. 113.

21La mystique corporatiste joue ainsi, comme le remarque Michel Bouvier, sur deux registres qui s’interpénètrent et qui irriguent le traditionalisme : « le registre de l’imaginaire, en tentant de réactiver [l’idée] du retour à la communauté unifiée reformant la divinité ; le registre rationnel [en prônant] le rétablissement de l’entente et l’union qui régnaient autrefois entre les diverses classes de la société et que l’esprit révolutionnaire a brisées29 ». De fait, pensé à l’échelle du pays, le projet corporatiste s’insère aussi et sans doute de manière privilégiée dans l’univers de proximité des élites dirigeantes de l’UNSA, celui d’une société rurale traditionnelle menacée par le développement du capitalisme libéral et par l’urbanisation. En tentant de placer leurs organisations comme des corps intermédiaires fondamentaux au sein d’un monde rural, mythifié dans sa fonction civilisatrice, la notabilité agrarienne, notamment l’aristocratie rurale, désavouée par le suffrage universel, minorée socialement par les évolutions générales du pays, cherche à se replacer au premier plan de l’ordre social et politique. La nécessité d’une plus grande discipline du monde agricole, sous-tendue par le projet corporatiste, postule en effet la subordination des intérêts individuels à l’organisation collective dont les notables agrariens se perçoivent naturellement comme les dirigeants. « Ceux qui auront refusé de s’agréger à l’organisme corporatif n’auront plus aucun droit à revendiquer bien qu’ils soient soumis aux décisions corporatives conforme à l’intérêt général », écrit ainsi Louis Salleron.

22Tout autant que d’un antilibéralisme radical, l’importance du thème de l’autorité dans la conception corporatiste des notables agrariens témoigne que l’exigence d’une participation politique accrue des masses rurales développée dans le cadre de la mobilisation paysanne masque un projet politique dont la finalité est bien de consacrer l’autorité sociale des élites rurales. Le corporatisme est ainsi conçu comme un moyen de redonner souffle et vigueur aux hiérarchies sociales autour d’un projet supposé consensuel et mobilisateur. La mystique de la terre, l’idéal agrarien dont doivent s’emparer les paysans, visent au premier plan à conforter les assises de la société rurale traditionnelle. La nécessité de la discipline corporative paraît d’autant plus vitale que les dirigeants de l’UNSA observent avec angoisse la « décomposition du monde rural ». Les répercussions de la crise économique, l’exode des paysans, l’agitation sociale, notamment au lendemain de l’élection du Front populaire, constituent autant d’éléments qui viennent fragiliser l’ordre social et affaiblir les hiérarchies existantes.

  • 30 L’objectif du corporatisme est bien de « rétablir l’équilibre social que rompt nécessairement tout (...)

23La revendication corporatiste traduit fondamentalement l’appréhension des élites rurales traditionnelles face à l’irruption brutale de la modernité économique et sociale dans un monde resté longtemps à l’écart de toutes ces tensions30. Elle exprime la nostalgie d’un monde précapitaliste où le foyer paysan assurait la stabilité de l’ordre social. L’apologie de la tradition et de sa capacité à recréer l’ordre originel, l’âge d’or initial, en est alors le corollaire dans des milieux fortement marqués par le catholicisme intransigeant. L’exaltation du monde paysan s’inscrit bien en premier lieu dans cet antimodernisme caractéristique de l’agrarisme conservateur. Porteuse d’innombrables vertus, caractéristiques du « génie français », la paysannerie constitue le support de la civilisation comme le proclame Rémy Goussault dans son rapport au congrès de Caen :

La masse paysanne est bien la source de la France éternelle, la source qui renouvelle par un apport social incessant toutes les couches de la population, la source de ces vertus mélangées de notre race qui étonnent le monde : sens de la mesure et goût du risque, amour du petit et du grand, de l’économie et de l’aventure, du jardinage et de la colonisation, de l’ouvrage « bien fait » et du « débrouillage », de l’ordre et de la fronde, de l’organisation et de l’indépendance.

24Ce type de discours, répété à satiété et en contrepoint d’une vision dépréciative de la ville, « mouroir de la race », montre combien les considérations sociales et morales l’emportent largement sur les considérations économiques dans les préoccupations des dirigeants de l’UNSA. Être paysan, c’est ici essentiellement un « état », une façon d’être, un mode de vie auquel on appartient tout entier. Alors que les campagnes subissent toujours l’impact social de la crise économique, que les tensions internationales menacent de précipiter le monde vers la catastrophe, le paysan se dresse, selon eux, comme la seule voie possible pour le pays pour peu qu’on lui accorde la place majeure qui lui revient dans la Nation. Alors que sa seule faiblesse réside, disent-ils, dans son isolement et dans un individualisme qui le dessert face aux autres catégories sociales, la solution réside donc dans le développement du fait syndical et dans la mise en place de la Corporation.

  • 31 M. Bouvier insiste avec pertinence sur « l’effort doctrinal d’adaptation de la pensée traditionalis (...)
  • 32 Sur la corporation paysanne, l’ouvrage de référence reste encore celui d’Isabel Boussard, Vichy et (...)
  • 33 J.-L. Mayaud, P. Cornu, « L’agrarisme, question d’histoire urbaine » dans Les campagnes dans les so (...)

25À la veille de la guerre, force est de constater la suprématie de l’organisation syndicale dans la représentation des intérêts du monde paysan tant à l’égard des organismes purement socioéconomiques que des organisations à vocation partisane. Cette primauté qui s’impose dans les faits marque pour longtemps le monde rural français. Récusant les partis, obligés de prendre en compte d’autres intérêts que ceux de la paysannerie et donc incapables de relayer son rôle essentiel dans la Nation, les dirigeants de l’UNSA ancrent l’idée d’une supériorité du syndicalisme dans la représentation et la défense des intérêts du monde agricole et de la paysannerie. La technicisation du politique qu’ils entendent mettre en œuvre dans le cadre d’un discours d’expertise et dans la perspective de l’avènement du corporatisme se mêle à une dépolitisation du social qui discrédite la voie partisane au profit de la voie syndicale. Quoique largement passéiste, le projet corporatiste n’en intègre pas moins, cependant, une part de la modernité31. La réflexion sur l’État et sur l’autorité revendiquée des organismes professionnels dévoile la synthèse qu’il tente de réaliser entre les aspirations sociales des élites traditionnelles du monde rural et la nécessité d’un pouvoir fort, nourri par une mystique capable de mobiliser les populations. Mais, de la même façon que le syndicalisme agricole, en favorisant l’intégration du monde rural aux lois du marché, mine les bases sociales de la domination de la notabilité agrarienne, on peut douter que l’ordre corporatif et la logique étatiste qu’il intègre favorise le maintien de sa prééminence. L’épisode de la Corporation paysanne sous Vichy, à laquelle participeront Dorgères et les dirigeants de l’UNSA, révélera clairement les apories de la pensée corporatiste32, tout comme il attestera du caractère chimérique d’un agrarisme réduit à son discours33.

Literaturverzeichnis

BENSOUSSAN, David, Combats contre une politique et rurale. Les droites en Bretagne dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006.

BENSOUSSAN, David, « Le syndicalisme agricole entre conservatisme et progressisme. Le projet syndical du comte de Guébriant » dans Frédérique PITOU, (dir.), Élites et notables de l’Ouest. Entre conservatisme et modernité, Rennes, PUR, 2004, p. 193-202.

BENSOUSSAN, David, « Pour une analyse socio-politique du dorgérisme : l’exemple de la Bretagne », Ruralia, n° 16/17, 2005, p. 153-174.

BENSOUSSAN, David, « Mobilisation paysanne et sociétés rurales : le mouvement dorgériste en Bretagne » dans ANTOINE Annie, MISCHI Julian (dir.), Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 201-211.

BENSOUSSAN, David, « L’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA) face au Front populaire », dans MORIN Gilles, RICHARD Gilles (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 189-197.

BERGER, Suzanne, Les paysans contre la politique. L’organisation rurale en Bretagne (1911-1974), traduit de l’anglais par J.-P. Huet, Harvard University Press, 1972, Paris, Seuil, 1975.

BOUSSARD, Isabel, Vichy et la corporation paysanne, Paris, PFNSP, 1980.

BOUVIER, Michel, L’État sans politique. Tradition et modernité, Paris, LGDJ, 1986.

DORGÈRES, Henry, Haut les fourches, Paris, Les Œuvres françaises, 1935, 222 p.

LA TOUR DU PIN (marquis de), Vers un ordre social chrétien. Jalons de route (1892-1907), Paris, Beauchesne, 1907, rééd. Éditions du Trident, 1987, 392 p.

LE ROY LADURIE, Jacques, Mémoires (1902-1945), édition établie par Rowley Anthony et Le Roy Ladurie Emmanuel, Paris, Flammarion/Plon, 1997.

LYNCH, Édouard, « Le parti agraire et paysan français, entre politique et manifestation », Histoire et Sociétés, n° 13, p. 54-65.

MAYAUD, Jean-Luc, CORNU Pierre (dir.), Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en France du XIXe siècle à nos jours, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007.

PAXTON, Robert O., Le temps des chemises vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural (1929-1939), traduit de l’anglais par J.-P. Bardos, Paris, Seuil, 1996.

SALLERON, Louis, Un régime corporatif pour l’agriculture, Paris, Dunod, 1937.

WALTER, Xavier, Paysan Militant. Jacques Le Roy Ladurie (1925-1940), Éditions François-Xavier de Guibert, Paris, 2008.

Anmerkungen

1 Sur Dorgères et son entreprise politique, l’ouvrage de référence est celui de Robert Paxton, Le temps des chemises vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural (1929-1939), Paris, Seuil, 1996 pour l’édition française.

2 Les paysans contre la politique, Paris, Seuil, 1975 pour l’édition française.

3 Sur le Front paysan, qui réalise en 1934 l’alliance, entre autres, de l’UNSA, du mouvement Dorgères et du Parti agraire et paysan français (PAPF) face à la crise économique et aux politiques déflationnistes, voir Robert Paxton, op. cit., p. 211-218.

4 Ibid., p. 123.

5 Le Progrès Agricole de l’Ouest, le 3/09/1933. Petite feuille hebdomadaire paraissant pour la première fois le 26 juillet 1925, Le Progrès Agricole de l’Ouest, édité à Rennes, passe en une dizaine d’années, sous l’action de Dorgères, de quelques centaines de lecteurs à près de 30 000. Sur l’action de Dorgères en Bretagne, point de départ de son entreprise politique, je me permets de renvoyer à mon ouvrage, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites en Bretagne dans les années trente, Paris, Fayard, 2006.

6 Ibid.

7 Dans un article intitulé « L’Union nationale des syndicats agricoles et sa mission », publié dans de nombreux journaux agricoles régionaux, notamment dans L’Union Agricole, organe de l’Union régionale des syndicats agricoles d’Ille-et-Vilaine, en mai 1935, Jacques Le Roy Ladurie revendique publiquement le passage « du syndicalisme au corporatisme ».

8 Docteur en droit, directeur de l’Association générale de Crédit Mutuel et de la Coopération agricoles, Louis Salleron s’impose comme le théoricien du corporatisme agricole en publiant, en 1937, Un régime corporatif pour l’agriculture, Paris, Dunod, 1937.

9 L’ensemble des rapports lus devant le congrès est publié la même année. Cf. Congrès syndical de Caen, Paris, Flammarion, vol. 1, La France trahit ses paysans, 108 p., vol. 2, Syndicats paysans, 142 p., vol. 3, Vers une politique paysanne, 64 p.

10 Sur ce dernier point, l’UNSA adopte un point de vue radical qu’elle tente d’imposer à l’ensemble des acteurs du monde agricole. Ses dirigeants n’entendent, en effet, nullement accorder à la CGT une quelconque reconnaissance qui fragiliserait le syndicalisme mixte d’essence corporatiste qu’ils défendent. Ils affirment alors la nécessité de s’en tenir à la signature d’accords locaux avec les ouvriers agricoles et expriment leur désaccord avec l’Union centrale des employeurs agricoles qui, dans un premier temps, a cherché à négocier avec la CGT pour désamorcer les conflits du travail.

11 Pour plus de détails sur ces initiatives, voir Robert Paxton, op. cit.

12 Je me permets ici de reprendre les analyses que j’ai développées dans « L’UNSA face au Front populaire » dans Gilles Morin, Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 189-197.

13 Elles passent alors de 0,15 à 0,50 franc pour chaque syndiqué soit une augmentation de 233 %.

14 Déjà vice-président de l’organisation, membre du bureau de l’AGPB, vice-président de la Chambre d’agriculture du Pas-de-Calais, Joseph Boulangé remplace Roger Grand, jugé trop proche de l’ancienne direction par les responsables des associations spécialisées.

15 Compte rendu de l’Assemblée générale du 26 avril 1938. Archives de Guébriant.

16 “La Corporation agricole. Discipline et liberté”, La Terre Nantaise, 27/05/1936.

17 Sur le Parti agraire, voir Édouard Lynch, « Le parti agraire et paysan français, entre politique et manifestation », Histoire et Sociétés, n° 13, p. 54-65.

18 “La Corporation agricole. Discipline et liberté”, La Terre Nantaise, 27/05/1936.

19 R. Grand, « L’organisation du régime corporatif dans l’agriculture », leçon professée à la Semaine sociale d’Angers, Lyon, Gabalda & Cie, 1935, p. 433.

20 « L’Union nationale des syndicats agricoles et sa mission. Du syndicalisme au corporatisme », L’Union Agricole, organe de l’Union régionale des syndicats agricoles d’Ille-et-Vilaine, mai 1935.

21 Une partie des propositions, engagées dans le cadre des débats institutionnels, figure dans les annexes de l’ouvrage de Louis Salleron, op. cit. On y trouve notamment la réponse de la Société des Agriculteurs de France à la Commission de la Réforme de l’État, le rapport de la Commission d’études de la Confédération nationale des Associations agricoles (CNAA) sur le régime corporatif et un extrait du rapport au Conseil national économique sur la politique agricole de la France.

22 “L’UNSA et sa mission devant les problèmes actuels”. Ar Vro Goz, le 19/06/1934. Vice-président de l’UCSA puis de l’UNSA, le comte de Guébriant est une figure respectée parmi les notables agrariens. Il préside l’Office central de Landerneau, une des Unions syndicales les plus dynamiques du pays dont les réalisations sont souvent mises en avant au sein de l’organisation syndicale. L’autorité acquise dans le cadre du syndicalisme agricole lui vaudra d’être désigné par le maréchal Pétain comme président de la Commission nationale d’organisation corporative, mise en place par la loi du 2 décembre 1940, qui donnera naissance à la Corporation paysanne.

23 C’est bien sur cette dimension politique du corporatisme que se révèlent, au sein même du monde catholique, les divergences d’appréciation sur la réforme de l’État. Le fait est patent lors de la Semaine sociale d’Angers où bien des ambiguïtés apparaissent sur cette question. Pour une première approche de ces divergences, voir P. Droulers, « L’idée de “corporation” chez les catholiques sociaux pendant l’entre-deux-guerres », Mélanges offerts à Henri Guitton, Paris, Dalloz-Sirey, 1976, p. 369-384, et J. Brethe de la Gressaye, Le syndicalisme. L’organisation professionnelle et l’État, Paris, Sirey, 1930, p. 255-266. Voir aussi les analyses d’Y. Palau sur les positions de la revue Politique à l’égard du corporatisme. Cf. Contribution à l’étude du catholicisme social. Le cas de la revue Politique (1927-1940), thèse de doctorat de sciences politiques de l’IEP de Paris, 1994, p. 281-303.

24 En plusieurs occasions, Roger Grand fait part de son admiration pour certaines réalisations du régime fasciste italien. Cf. par exemple « La défense de l’agriculture par l’organisation professionnelle », conférence donnée au 14e congrès national des syndicats agricoles, Paris, 1929, ou « L’économie dirigée et l’agriculture en Italie », L’économie dirigée et l’agriculture, conférences de l’Institut national agronomique et de l’Association des Anciens, Paris, février 1935. R. Grand a d’ailleurs eu l’occasion de faire un long voyage d’étude en Italie en 1933 afin d’observer la bonification des terres lancée à grand renfort de propagande par Mussolini.

25 Lettre à Jacques Le Roy Ladurie, le 17 novembre 1935. Archives Le Roy Ladurie. C’est à Goslar, petite ville de la Basse-Saxe, que se tient chaque année le congrès du Reichsnährstand, l’organisation agricole nazie.

26 « L’Allemagne offre à l’Europe étonnée le spectacle d’une grande nation industrielle qui porte à la première place ses valeurs paysannes, qui donne aux paysans le moyen de vivre, qui reconstitue une civilisation rurale, qui rend la fierté et la joie aux villages naguère mornes et tristes ». Lettre de Rémy Goussault à Jacques Le Roy Ladurie, en 1938. La délégation française était composée de MM. Achard, Fouchet, du Frétay, Goussault et Leroy.

27 L’Union Agricole, avril 1937.

28 “L’UNSA et sa mission devant les problèmes actuels”. Discours reproduit partiellement dans Ar Vro Goz, le 19/06/1934.

29 M. Bouvier, L’État sans politique. Tradition et modernité, Paris, LGDJ, 1986, p. 113.

30 L’objectif du corporatisme est bien de « rétablir l’équilibre social que rompt nécessairement tout progrès économique » comme l’exprime explicitement L. Salleron, Un régime corporatif pour l’agriculture, op. cit., p. 80.

31 M. Bouvier insiste avec pertinence sur « l’effort doctrinal d’adaptation de la pensée traditionaliste à la modernité industrielle ». Cf. L’État sans politique, op. cit., p. 113. De fait, l’objectif de La Tour du Pin, maître à penser des corporatistes de l’UNSA, était bien de restituer l’ordre social médiéval dans le monde économique industriel. De la même façon, les notables agrariens prennent conscience des évolutions économiques qui touchent l’agriculture et qui rendent d’autant plus impérative, selon eux, l’instauration de l’ordre corporatif.

32 Sur la corporation paysanne, l’ouvrage de référence reste encore celui d’Isabel Boussard, Vichy et la corporation paysanne, Paris, PFNSP, 1980, 414 p.

33 J.-L. Mayaud, P. Cornu, « L’agrarisme, question d’histoire urbaine » dans Les campagnes dans les sociétés européennes. France, Allemagne, Espagne, Italie (1830-1930), Rennes, Presses Universitaires, 2005, p. 51.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540