Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie I. Les cultures politiques des droites radicales en contexte : éléments de comparaison transmanche

La droite et l’extrême droite française et la Grande Bretagne, 1870-1940 : préjugés antiméridionaux, préjugés anticeltiques

Kevin Passmore

Texte intégral

  • 1 Ernest Renan, La Réforme intellectuelle et morale, Paris, Michel Lévy frères, 1872, pp. 66-7

La similitude de l’Angleterre et de la France du Nord m’apparaît chaque jour davantage. Notre étourderie vient du Midi, et, si la France n’avait pas entraîné le Languedoc et la Provence dans son cercle d’activité, nous serions sérieux, actifs, protestants, parlementaires. Notre fond de race est le même que celui des Îles-Britanniques ; l’action germanique, bien qu’elle ait été assez forte dans ces îles pour faire dominer un idiome germanique, n’a pas, en somme, été plus considérable sur l’ensemble des trois royaumes que sur l’ensemble de la France1.

1On sait qu’une partie de la droite modérée française sous la Troisième République vantait les prétendues vertus de l’Angleterre. Elle y admirait la réconciliation de la liberté et de l’ordre, l’activisme économique, et les qualités du ‘gentleman’ anglais. Elle n’abandonnait pas pour autant sa croyance en la supériorité de la France, malgré sa décadence présente et temporaire. L’individualisme anglais pourrait devenir excessif, et bien sur, il fallait compter avec l’hypocrisie notoire des anglais. On sait aussi que l’extrême-droite française était plutôt anglophobe. Elle rejetait le parlementarisme anglais et s’opposait à l’expansion de l’empire britannique. Ce qui est mois connu, c’est que la façon de comprendre l’Angleterre au sein de la droite et de l’extrême droite française fut inséparable de leur manière de penser les clivages régionaux à l’intérieur de la France et de la Grande Bretagne. De plus, si les Français confondaient volontiers l’Angleterre avec la Grande Bretagne (toute comme les Anglais eux-mêmes), ils savaient quand même que l’Angleterre n’était pas une île, ni même deux îles.

  • 2 Michel Espagne, Les Transferts Culturels Franco-Allemands, Paris, Presses Universitaires de France, (...)
  • 3 Michel Trebitsch, ‘L’histoire comparée des intellectuels comme histoire expérimentale’, dans Marie- (...)

2Ainsi posée, la question confirme la pertinence de l’approche de Michel Espagne, selon laquelle les états-nations ne sont pas des aires closes au sein desquelles évoluent des processus culturels, sociologiques et politiques autonomes. Les états-nations ne sont pas des « personnes » dotées d’une psychologie nationale, d’une mémoire nationale, ou un habitus national unique. L’identité nationale repose sur l’appropriation sélective d’éléments importés d’ailleurs ; elle est toujours en cours, et elle connait des « moments étrangers »2. D’autre part, comme le remarque fort bien Michel Trebitsche, il reste que pour Michel Espagne les états-nations sont des cadres privilégiés dans lesquels on intègre ou rejette sélectivement des éléments étrangers3.

  • 4 Michael Mann, The Sources of Social Power, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, pp. 17-18.

3J’irais plus loin que Michel Espagne. J’envisage l’inscription des acteurs historiques (dont les façons de se concevoir sont floues) dans de multiples réseaux qui ne coïncident pas. L’état-nation n’est pas forcément le plus important des réseaux en question : certains sont plus larges (les régions, les échanges commerciaux, les religions) et d’autres sont plus restreints (le village, les circuits d’échange provinciaux etc.)4. Selon le contexte, les acteurs et les actrices peuvent privilégier l’un ou plusieurs de ces multiples réseaux, sans que les autres ne cessent compter. Il faut garder à l’esprit aussi que les identités dont je vais parler ne sont pas forcement des réflexes irréfléchis. Certes, dans un contexte quelconque, un tel préjugé peut être tenu pour acquis, et peut donc servir de grille de lecture sans que les acteurs s’en rendent compte. Pourtant, dans un contexte différent, les mêmes préjugés peuvent être remis en question. Du coup, il faut se pencher sur l’usage que font les acteurs des catégories dont il s’agit. Les labels nationaux, régionaux ou autres peuvent être remobilisés, réappropriés, reformulés, à des fins sociales, culturelles ou politiques.

4En ce qui concerne les cultures politiques et les mouvements intellectuels, ils sont tellement enchevêtrés que la notion de culture politique nationale n’a plus beaucoup de sens. Même si les formes du système politique peuvent être fort différentes d’un état à un autre, il n’y a pas qu’une seule culture politique française ni britannique ; il y a des cultures politiques britanniques et des cultures politiques françaises, qui en même temps partagent beaucoup d’éléments. En fait, les différences de culture politique à l’intérieur des états-nations sont souvent aussi importantes, voire plus, que les différences entre les états-nations.

5Quelles sont les implications pour mon propos des ces réflexions sur le transnationalisme ? D’abord, on peut constater les points de contact entre la droite et l’extrême droite française et l’espace politique britannique. Il y en avait beaucoup, vu que l’émigration et l’exil furent si importants dans l’histoire des opposants à la République, et que pour la droite française la Grande Bretagne a fait figure de lieu d’émigration choisi, pour ainsi dire. Ensuite, on peut se demander quels seraient les « moments étrangers » dans l’histoire de la droite et de l’extrême droite en France. C’est pendant les trois premières décennies de la Troisième République et dans les années 1920 qu’on s’est le plus activement intéressé à l’Angleterre.

  • 5 Michael Werner and Bénédicte Zimmermann, ‘Beyond Comparison’, History and Theory, 45 (2006), pp. 30 (...)

6Troisièmement, l’admiration, ainsi que l’antipathie, pour l’Angleterre vont de pair avec des clivages régionaux à l’intérieur des deux pays, car la droite modéré française partage les préjugés anticeltiques des anglais, les croisant avec ses préjugés envers les gens du Midi. Quant à l’extrême droite, elle sympathise avec les autonomistes catholiques irlandais et catalans, et elle regarde plutôt du coté des pays latins que vers le nord, sans pour autant échapper aux sentiments antiméridionaux, loin de là. En même temps, il faut tenir compte du fait que les Français s’approprient des identités anglaises construites par le biais d’une comparaison négative avec la France. On est en présence donc d’une vraie « histoire croisée » multipolaire, de laquelle sortent des « objets inédits ».5 Il faudra ainsi reconnaitre qu’à certains moments le problème de l’unité française – de la primauté de la nation – se révélait plus difficile que l’on ne l’aurait cru.

La psychologie collective

7Pour comprendre comment la droite et l’extrême droite française concevaient la Grande Bretagne, c’est d’abord vers la psychologie collective qu’il faut se tourner. Cette discipline, dont les origines remontent bien loin dans le passé, fournit une grille de lecture commune à la droite et à l’extrême-droite. Elle fut systématisée par Gustave Le Bon dans son livre notoire La psychologie des foules (1895), mais les idées de base existaient bien avant lui. On trouve au cœur de la psychologie collective une distinction entre l’élite et la masse, qui est très importante pour notre propos. Tandis que la première se caractérise par l’individualisme, l’activisme, la rationalité, et implicitement, la masculinité, la deuxième, implicitement féminine, est à la fois collective, passive, et en proie à la nervosité. Dans des circonstances de crise la foule peut devenir littéralement folle. Pourtant, cette distinction entre l’élite et la masse n’est pas absolue, car au sein de l’élite il y a des impulsions irrationnelles et dans la foule se trouve un fond de bon sens. En fait, la supériorité de l’élite réside dans sa capacité à « maîtriser » ses propres ardeurs irrationnelles, et d’en faire le ressort d’une action sociale et politique constructive. De la même façon, ce bon sens populaire peut enthousiasmer l’élite, pourvu que ce dernier sache connaître les mœurs de la masse. Il s’ensuit que tout système politique dépend du maintien d’un juste équilibre entre l’actif et le passif, le progrès et la stabilité, l’élite et la masse.

  • 6 Gustave Le Bon, La psychologie des foules, Paris, Alcan, 1895, p. 24.
  • 7 Le Bon, La psychologie des foules, pp. 41, 51, 59.
  • 8 Benoît Marpeau, Gustave Le Bon, Paris, CNRS, 2000, pp. 147-52.

8L’auteur de la Psychologie des foules voyait la Grande-Bretagne et la France à travers ce prisme. Même la foule anglo-saxonne était mois impulsive que son homologue latine : « les foules sont partout féminines, mais les plus féminines de toutes sont les foules latines ».6 Au niveau des élites, les Anglais avaient compris que le caractère des peuples déterminait les constitutions, tandis que les Latins perdaient leur temps en fabriquant des constitutions sous l’influence de raisonnements spéculatifs. Le Bon reprochait au système d’instruction français d’obliger le jeune homme à ingurgiter le contenu de livres, et de le préparer à être un fonctionnaire obéissant. Comme Taine, Le Bon louait l’esprit pratique des Anglais ; ce sont de vrais hommes, impliqués dans le monde réel. Pour les Latins, le mot démocratie veut dire « surtout l’effacement de la volonté ». Cependant « chez l’Anglo-Saxon, celui de l’Amérique notamment », le mot démocratie signifie au contraire « un développement intense de la volonté intense de l’individu »7. Le Bon est important aussi parce qu’il se situait politiquement à la charnière de la droite modérée et de la droite nationaliste8.

La droite modérée et la Grande Bretagne

  • 9 Les Origines de la France contemporaine, 11 vols, III : 226-7, cité dans Alan Pitt, ‘A changing Ang (...)
  • 10 Henri de Breteuil, La Haute société : journal secret, 1886-1889, Paris, Atelier Marcel Jullian, 197 (...)

9En ce qui concerne la droite modérée, je vais remonter au début de la Troisième République. À ce moment-là, c’étaient surtout les Orléanistes, c’est-à-dire le Centre-Droit, qui a pris la Grande Bretagne comme modèle politique. Prévost-Paradol et de Broglie ont vu outre-manche un système parlementaire qui conciliait l’égalité devant la loi avec la liberté individuelle. Pour sa part, Hippolyte Taine admirait l’aristocrate britannique, qui « même ordinaire vaut la peine d’être consulté ». Et « s'il est supérieur et si on l’emploie, il peut avant trente ans être homme d'état, acquérir la capacité complète, devenir le ministre dirigeant, le pilote unique, seul capable, comme Pitt, Canning et Peel, de trouver la passe entre les récifs ou de donner juste à temps le coup de barre qui sauvera le navire »9. Ce n’est pas par hasard qu’ayant été expulsé de la France en 1886, le comte de Paris ait choisi comme lieu d’exil Sheen House dans la banlieue londonienne. Pour le duc de Breteuil, député orléaniste, qui faisait souvent le voyage à Sheen House, l’Angleterre était le pays le plus libre du monde. Elle « prouvait qu’un principe indiscutable, même représenté par une femme, est nécessaire au fonctionnement d’un régime vraiment constitutionnel et vraiment libéral »10.

  • 11 Un député, ‘Le Parti progressiste’, Revue politique et parlementaire, 12 (1897), p. 501.
  • 12 Pitt, ‘A changing Anglo-Saxon myth’, pp. 160-161.

10Alan Pitt suggère que cet enthousiasme pour le modèle constitutionnel Britannique atteignit son point culminant dans les années 1880. L’extension du suffrage et l’instauration de circonscriptions de taille uniforme en 1884 auraient déçu les libéraux français. Ceux-ci auraient cru, comme Boutmy, que « l’Angleterre [allait] se développer rapidement vers le type français ». Il était d’autant plus pessimiste que les Tories paraissent avoir adhéré au mouvement pour la démocratie. Boutmy juge très sévèrement le Fourth Party de Lord Randolph Churchill et le ‘jingoism’ de Joseph Chamberlain des années 1890. Les analyses d’Alan Pitt sont à nuancer, car certains républicains conservateurs furent impressionnés par la victoire des Tories aux élections de 1895. Un ‘député Progressiste’ attribuait la victoire éclatante des Tories aux élections de 1895 à la forte organisation de leur Central Office, et il demandait pourquoi nous échouerions là où les Anglais ont si bien réussi11 ? En ce qui concerne l’organisation des partis, la Grande Bretagne devait demeurer le point de référence. Désormais, les modérés voyaient dans la constitution des États-Unis un moyen plus propice de garantir et la stabilité politique et la primauté des élites. De plus, ils louaient l’énergie et même le matérialisme des Américains, car « l’intérêt personnel bien compris » serait la base de la vie associative tant admiré, et donc le fondement de la liberté américaine. Cependant, l’engouement de la droite modérée pour la Grande Bretagne ne fléchissait pas, même si le caractère britannique était dorénavant assimilé au caractère américain, par le biais de la catégorie de « l’Anglo-Saxon »12.

  • 13 Edmond Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, Paris, Firmin-Didot, 1897.
  • 14 Jean-Marc Bernardini, Le Darwinisme Social En France (1859-1918), Paris, CNRS Éditions, 1997, pp. 3 (...)

11En 1897 Edmond Demolins publie son livre célèbre sur la supériorité des Anglo-Saxons13. C’est le deuxième « moment britannique ». Lui-aussi assimile les Anglais aux Américains, mais son livre est surtout un éloge des public schools britanniques. Selon Demolins, celles-ci forment l’esprit pratique et l’individualisme en même temps que les muscles des Britanniques, tandis que le régime scolaire français n’est apte qu’à préparer ses élèves à réussir des examens. Le but du système français est de former des fonctionnaires, des hommes aptes à l’obéissance. Malgré son catholicisme, Demolins embrassait le darwinisme social ; il créa en France l’École des Roches pour améliorer la qualité des élites françaises et pour les rendre plus aptes à triompher dans la lutte pour la vie14.

  • 15 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, pp. xvii-xxii
  • 16 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, pp. xxiii-xxxii.

12Une typologie raciale est intégrale à l’argumentation de Demolins. Pour lui il y a deux types de races : les « particularistes » et les « communautaristes ». Les Anglo-Saxons appartiennent à la première catégorie ; les Français, en tant que Latins, à la deuxième. Pourtant, Demolins tient à souligner en préface de la traduction anglaise de son livre que la Grande Bretagne est fait aussi d’un mélange d’institutions apportées par les Celtes, les Normands, et les Anglo-Saxons. Cette précision relativise les différences entre les Britanniques et les Français. En Grande Bretagne, les Celtes, étant des communautaires d’héritage pastoral, éprouvent peu d’attraits pour la culture intensive. Leur esprit de clan les rend apte aux professions libérales et à la vie publique, non pas aux « luttes agricoles, industrielles ou commerciales ». Demolins proclamait que Celtes seraient toujours vaincus socialement « tant qu'ils ne se transformeront pas au contact d'une race supérieure »15. Le deuxième élément de la race britannique, c’est le Normand. Celui-ci aussi est communautaire. Il s’agit de l’aristocratie foncière, dont l’esprit de groupe et l’ambition centralisatrice affaiblissent l’élite britannique par rapport aux Américains. Ce qui explique la supériorité de la Grande Bretagne sur les peuples du continent, c’est la prépondérance de l’élément anglo-saxon, les particularistes, sur les deux premiers. Les Anglo-Saxons possèdent des vertus paysannes. Ils savent constituer un domaine rural indépendamment de leurs voisins et des chefs politiques. On y saisit les origines lointaines du self-government et l’embryon du parlement, et de la vocation commerciale de la Grande Bretagne. Plus tard, les Saxons luttent contre la « grande monarchie autoritaire » normande, pour l’indépendance de la vie privée. Les Saxons ont fini par absorber l’aristocratie normande. L’Angleterre « fut sauvée encore une fois par le petit paysan saxon »16.

13Remarquez en passant qu’à bien des égards cette lecture de l’histoire britannique ressemble à celle des historiens libéraux anglais. EH Freeman, Regius Professor of History à Oxford depuis 1884, insistait sur le fait que la conquête normande de l’Angleterre n’avait pas francisé l’Angleterre. Son livre, Le développement de la constitution anglaise depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours fut traduit en français en 1877. Freeman affirmait d’ailleurs que l’Anglo-Saxon était le type le plus affiné d’une race aryenne plus large, s’étendant de l’Amérique du nord jusqu’à la Russie. En tant que spécialiste de la conquête normande, Freeman affirmait que cet événement n’avait pas francisé l’Angleterre, et que les envahisseurs avaient été assimilés à la race anglo-saxonne, qui restait ce qu’elle avait été avant la conquête.

  • 17 Edward Augustus Freeman, The History of the Norman Conquest of England, its Causes and its Results, (...)

14Quant à la France médiévale, Freeman la croyait de plus en plus divisée, et donc vulnérable à l’absolutisme royal. Il contrastait l’absolutisme naissant français avec l’évolution graduelle de l’Angleterre vers la liberté et la séparation constitutionnelle de la justice et du pouvoir. Il faut pourtant nuancer cette logique binaire, car Freeman soutenait qu’en conséquence de la rébellion des paysans normands de 997, fruit de la présence d’un élément scandinave dans la population de la région, un « esprit de liberté digne de l’air de l’Angleterre, de la Suisse ou de la Norvège » soufflait dans la jurisprudence normande. D’ailleurs, c’est à l’esprit scandinave d’« entreprise lointaine » qu’il attribuait l’invasion de l’Angleterre – sans doute qu’une défaite aux mains des Français aurait été trop dure à admettre. Encore une fois, les préjugés antifrançais de Freeman croisent ses préjugés anti celtiques, car il avait pris l’habitude d’appeler les Français… « the Welsh »17.

  • 18 Augustin Thierry, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses (...)

15Le fait que la notion de race qu’utilisait Freeman devait beaucoup à la méthode comparative en philologie, en histoire et en mythologie adoptée par Sismondi, Guizot, et surtout par Augustin Thierry, complique encore plus les rapports nation-région. L’histoire de la conquête de Freeman reposait sur « l’unification » du travail de l’historien anglais, Sir Francis Palgrave, avec celui d’Augustin Thierry. Ce dernier, tout comme Freeman, avait célébré la résistance des Anglo-Saxons à leurs maîtres normands ; du coup, il honorait par procuration la lutte des Gaulois contre les Francs, mais à la différence de Freeman, Thierry affirmait que les origines des libertés français se trouvait dans les communes du Midi, où la féodalité n’avait pas pénétré en profondeur. Pourtant, puisque les communes méridionales étaient trop particularistes, il fallait que la monarchie (libérée de l’emprise aristocratique) réunisse le pays. Pour Thierry, l’unité nationale reposait sur la volonté populaire (la masse), structurée par la monarchie (l’élite)18.

  • 19 Sian Reynolds, Paris-Edinburgh, Ashgate, Aldershot, 2007, pp. 81–91; Helen Meller, Patrick Geddes: (...)

16Il semble donc que Demolins apercevait l’identité française dans le miroir déformant de l’historiographie « anglaise ». En fait, Dumolins faisait partie d’un résau international d’intellectuels, au cœur duquel se trouvait le biologiste écossais leplaysien Patrick Geddes. Celui-ci était lié avec de nombreux français, de Charles Gide à Ernest Lavisse, en passant par Jules Siegfried. Pendant les années 1890, Geddes organisa plusieurs « Summer Meetings » à Édimbourg, rassemblant des sociologues et des scientifiques français et écossais. Il invita Demolins à visiter la ville pendant son séjour en Grande-Bretagne pour recueillir de la documentation pour son livre sur les Anglo-Saxons, et c’est Geddes qui présenta Demolins aux directeurs des écoles privées anglaises, Abbotsholme et Bedales, qui vont être les modèles pour l’École des Roches19.

  • 20 Helen Meller, Patrick Geddes: Social Evolutionist and City Planner, Londres, Routledge, 1993, pp. 3 (...)
  • 21 Edmond Demolins, Les français d'aujourd'hui, Paris, Firmin-Didot, 1898, pp. 431-432.
  • 22 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, pp. 156-157, 205.
  • 23 Demolins, Les français d'aujourd'hui, p. 428.

17Chez Demolins, la ligne de démarcation entre le Français et l’Anglais est d’autant moins claire qu’il critique, en collaboration avec Geddes la classification raciale trop sommaire de son maitre. Demolins emprunte à l’abbé Tourville un enchaînement ininterrompu de types sociaux qu’il disait comparable à la nomenclature chimique, qu’il peaufine en collaboration avec Geddes20. La classification de Demolins allait du type communautaire le plus simple qu’on trouverait dans les steppes asiatiques au type particulariste la plus « intense », l’Anglo-Saxon. Cette classification permet à Demolins d’opposer le type français du Nord au type méridional21. Il explique que « c'est dans le nord de la France que l’on trouve le type supérieur de notre fermier, instruit, quelque peu lettré, parfois bachelier, s’entourant, dans son intérieur, d’un certain confort, ayant un salon pour recevoir les visites, portant le veston ou la jaquette, et non la blouse ». Même le Normand ne s’élève pas au niveau de l’Anglais, car l’absence du « confortable et la saleté » prédominent en Normandie. Pourtant, il en va autrement si l’on prend « le fermier du Midi, du Centre ou de la Bretagne, dont la vie matérielle ne diffère pas sensiblement de celle de nos journaliers »22. Demolins est encore plus explicite dans son livre ultérieur sur les types sociaux de la France. Il explique que dans le Midi, l’homme « n’est pas porté au travail régulier et intense, à l’initiative individuelle [… il] trouve plus commode de vivre en s’appuyant sur le groupe de la famille, des amis, des voisins, du clan, de l’État ». Et Demolins ajoute que le plus beau triomphe des « intrigants » du Midi est de « vivre sur le budget et aux dépens des travailleurs ». De plus, le Midi pousse la France vers la décadence. À la fin de son livre il déclare qu’« au point de vue physique, la France du Nord présente des caractères différents »23.

  • 24 Jules Méline, Le retour à la terre, et la surproduction industrielle, Paris, Hachette, 1905.
  • 25 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, p. 224.
  • 26 AB, La République française, (juillet 1897) ; Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxon (...)

18Il est important de noter que le livre de Demolins sur les Anglo-Saxons fut publié pendant le ministère de Jules Méline, républicain très à droite. Ce dernier prônait une économie plutôt fermée, capable de tenir tête à la compétition anglaise. Ce mercantilisme impliquait une répartition juste de l’industrie et de l’agriculture24. Pourtant, ni Méline ni Demolins ne s’opposaient à l’économie du marché. L’individualisme paysan serait à fois le vivier d’une culture entrepreneuriale individualiste et une base solide pour la société car elle « est stable jusqu’à la routine »25. A vrai dire, Demolins attribue à l’aristocratie et à la bourgeoisie anglo-saxonnes des caractéristiques couramment associées à la paysannerie française. La supériorité des Anglo-Saxons tient donc moins à l’individualisme forcené qu’à l’harmonie entre l’industrie et l’agriculture. Au parlement britannique, « les lois de l’équilibre sont respectées. Chaque élément social est à sa place et il a exactement les proportions qu'il doit avoir en vertu de l’intérêt public »26.

Le nationalisme

  • 27 Alfred Naquet, Discours prononcé le... 28 septembre 1888 au cercle révisionniste de Marseille, Avig (...)

19Au temps du boulangisme, l’extrême-droite naissante partageait l’enthousiasme ambiant pour le modèle anglo-saxon. Cependant, soucieuse de ne pas être compromise par l’alliance du général Boulanger avec les monarchistes, surtout avec les Orléanistes, elle dépeint un tableau plus favorable des institutions américaines. Alfred Naquet, Radical peu orthodoxe, membre du Comité national boulangiste, voulait depuis longtemps en finir avec la constitution parlementaire et « orléaniste » de la Troisième République. Il proposait une constitution modelée sur celle des États-Unis ou de la Suisse, à même de garantir à la fois l’ordre et la liberté. Il admirait quand même la constitution anglaise, le fruit de l’empiétement progressif du pouvoir populaire sur le pouvoir monarchique, et non pas créée de toutes pièces. Naquet voyait dans la Grande Bretagne non pas la tradition de self-government chère à Demolins, mais la séparation des pouvoirs qui permet au gouvernement de gouverner27.

  • 28 Bertrand Joly, ‘Les Antidreyfusards avant Dreyfus’, Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 39 ( (...)

20La décomposition du Boulangisme précipita la radicalisation de ce qui restait du mouvement et sa convergence avec la Démocratie chrétienne. La stabilité apparente des années Méline masquait un terreau favorable à l’extrême droite, marqué par l’antisémitisme, l’antimaçonnisme et la xénophobie. En même temps, l’antigermanisme faisait place à l’anglophobie, ce sentiment ayant été attisé par des rivalités impériales. Par le biais de leur individualisme et de leur matérialisme, les Anglais furent assimilés aux Juifs – en 1896 Paul Copin-Albancelli, activiste antimaçonnique, publie L’Anglais est-il un Juif ?28

  • 29 Jules Lemaitre, ‘De L’influence des littératures du nord’, Revue des Deux Mondes, (1894), pp. 847-8 (...)

21Au même moment se dessinait dans la critique littéraire la Renaissance Latine. En 1894, Jules Lemaître dénonçait l’engouement des français pour la littérature du Nord. Avec Maurras, Daudet et d’autres il voulait poser les bases d’une littérature nationale. Lemaître admettait que les personnages de la littérature du Nord, grâce à leurs origines protestantes, avaient plus de vie intérieure. Mais avec Paul Bourget et Pierre Loti les notions religieuses et morales reprenaient une place dans la littérature française. Lemaître trouvait des romans immenses, tels que Middlemarch de Georges Elliot, « décourageants par leur prolixité » ; ils sont « antiartistiques » car ils manquent d’idées générales. Lemaître se tournait vers la tradition classique, dont la France était supposée être l’héritière. Il affirmait qu’une véritable littérature nationale serait en même temps européenne. Pour être intelligible à tous les peuples d’Europe, il faudrait à la littérature « l’ordre, la proportion et la clarté, qui passent justement depuis des siècles, pour être nos qualités nationales »29.

  • 30 Lemaitre, ‘De L’influence des littératures du nord’, p. 871.
  • 31 Thomas Loué et Blaise Wilfert-Portal, ‘D'Annunzio à l’usage des Français : La traduction comme cens (...)

22Lemaître préférait qu’on aime la littérature du Nord car imparfaite. Il fallait « achever nous mêmes [sa] beauté à travers des traductions »30. Il ne s’ensuivait pas que les défenseurs du « génie latin » voient d’un œil indulgent la littérature latine contemporaine. En fait, la méthode Lemaître fut également appliquée par les revues françaises aux ouvrages de l’Italien, Gabrièle d’Annunzio. On y éliminait tout ce qui était nietzschéen ou simplement choquant pour le lectorat bourgeois, pour que ses romans se conforment aux normes du bon goût classique31. Nous allons voir que les Latinistes étaient quelque peu méfiants envers les habitants du Midi contemporain. Comment ne pas reconnaître ici le transfert en France de la contradiction connue entre la tradition gréco-romaine et les héritiers indignes qui vivaient actuellement sur les terres classiques ?

  • 32 Jules Lemaître, ‘L’instinct national’, Annales de la Patrie française, 8 (1900), p. 262
  • 33 ‘Interview avec Déroulède’, Annales de la Patrie française, 12 (1900), pp. 404-405.
  • 34 Léon Daudet, ‘Mistral et la tradition’, Annales de la Patrie française, 12 (1900), pp. 399-400.

23Pendant l’affaire Dreyfus, ces tendances ambigues ont convergé dans le mouvement nationaliste, dont Lemaître était un des leaders. Dans les Annales de la Patrie française, il remarquait que le Français est ‘imparfaitement approprié au parlementarisme anglo-saxon’,32 tandis que dans une interview Paul Déroulède prône l’élection du Président de la République soit par le suffrage universel, soit par un collège électoral comme aux États-Unis33. Léon Daudet y présente Mistral comme poète « chargé du passé » et représentatif de la pureté et de la lumière du sud. Il ajoute que « les chantres du progrès mécanique, industriel et commercial, ont toujours fait triste figure de bardes’34. Mistral, d’habitude peu intéressé par le militantisme politique, rejoignit la Ligue de la Patrie française.

  • 35 François de Mahy, Préface, Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français su (...)
  • 36 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, p. 55
  • 37 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, pp. 1 (...)

24Dans un livre préfacé par un membre de la Patrie française, l’ancien député Progressiste, François de Mahy, le nationaliste, Arnold, fustigeait le livre de Demolins. Selon de Mahy, la France est un pays Latin, dont l’unité a été préparée par l’Ancien Régime et l’effort militaire de Jeanne d’Arc contre les Anglais. Les échanges culturels et commerciaux, le tour de France des gens de métier, le service militaire et d’autres tendances sociales et politiques auraient effacé « les dissemblances de terroir et d’origine, réprimant et étouffant tout germe, toute velléité de séparation, détruisant les dialectes et les usages locaux, [… faisant] du peuple français le peuple homogène et unitaire qu’il est enfin devenu »35. Quant à Arnold, il ridiculise l’admiration de Demolins pour le gentilhomme anglais, car ayant « beaucoup circulé et rencontré, un peu dans tous les pays du monde, beaucoup d’Anglo-Saxons […] j’ai peu rencontré de ‘gentlemen’ »36. Il explique que ce qui fait la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons, c’est qu’ils refusent l’individualisme anglais. Le patriotisme des Français se fonde sur le « legs précieux que les générations successives doivent se transmettre avec un religieux respect et une admiration sans bornes », surtout par le biais de l’école républicaine. C’est pour cette raison que les Français se plient à la pénible corvée qu’est le service militaire, sans y perdre aucunement leur esprit d’indépendance. Les Anglais ne seraient pas capables d’un tel sacrifice. La France suffit à elle-même et n’a pas besoin de concours étranger.37

  • 38 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, pp. 1 (...)
  • 39 Gilles Le Béguec, ‘L’Entrée au Palais-Bourbon. Les filières de la carrière politique en France’(Thè (...)
  • 40 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, pp. 1 (...)

25Cependant, Arnold admet que la France a des défauts. La démocratie n’a pas encore su se faire une classe dirigeante ; il faudrait qu’elle rejette le « politicien pur », celui qui ne sait que parler et faire de belles promesses. Arnold réclame des hommes politiques qui auraient ‘une vie bien remplie dans quelque carrière ou profession que ce fut’.38 Or, les contemporains d’Arnold attribuaient souvent ce genre de critiques à la prépondérance réputée des méridionaux au parlement, et à leurs caractères raciaux. Comme l’a noté Gilles Le Béguec, la littérature antiparlementaire des années 1900 mettait souvent en scène un député médiocre et méridional « monté à Paris ». N’étant pas apte au travail continu, les méridionaux n’étaient doués que pour la profession parlementaire39. En plus, les propositions d’Arnold sur la réforme constitutionnelle étaient un mélange non avouées des recettes britanniques et américaines, censées corriger les défauts méridionaux.40

  • 41 Maurice Barrès, Les Lézardes sur La Maison, Paris, Sansot, pp. 10, 19-20.
  • 42 Barrès, Les Lézardes sur La Maison, pp. 39-40, 49-50.

26Suivant la victoire des Radicaux-Socialistes aux élections du 27 avril et 18 mai 1902, les nationalistes formulaient des critiques encore plus explicites contre la domination supposée des méridionaux au parlement. Pendant l’été suivant, Maurice Barrès sonne l’alarme dans une série d’articles au journal La Patrie, collectionnés en 1904 dans un livre, Les Lézardes sur la Maison. Il prévenait ses compatriotes que les « machinations anticléricales » allaient provoquer la réapparition « des nations diverses dont fut fait le chef-d’œuvre de volonté que nous appelons la France ». Il vantait les droits d’une Lorraine patriote et catholique, fervent soutien de l’armée, foulée aux pieds par des politiciens d’origine méridionale. Il évoquait une France dans laquelle « La Loire apparaît comme une profonde fissure » : « cette rupture de l’équilibre rompt l’unité nationale »41. Il ajoute qu’une majorité méridionale dilapidait les finances de la France, ou la contribution de la Lorraine était supérieure à celle du Midi. Les idées de Barrès frôlaient l’autonomisme, et il était très dur envers ses compatriotes du sud. Pourtant il niait vouloir mettre en danger l’unité nationale. Il rappelait l’origine auvergnate de son nom de famille, et il vénérait « cette terre chargée de richesses helléno-latines ». Il ne condamnait qu’« un certain esprit méridional »42.

  • 43 L’expression est de Bruno Goyet, Charles Maurras, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, pp. 225-7.
  • 44 Gazette de France, 18 Décembre 1903, cité dans Barrès, Les Lézardes sur La Maison, pp. 68-9.
  • 45 Lettre du 12 juin 1893, cité dans Goyet, Charles Maurras, p. 215.

27Les préjugés régionaux résistaient donc à la renaissance latine et à l’anglophobie du tournant du siècle dernier. Le 10 octobre 1902, un journaliste écrivant aux Annales de la patrie française regrette que le cœur de la patrie se situe dans le Midi. La réponse de Charles Maurras aux articles de Barrès va dans le même sens. Le ‘félibrige intégral’ ne niait pas les faits que Barrès avait mis en avant43. Il objectait seulement que le mauvais Midi était tout récent. Avant la Révolution le Midi disposait de libertés locales étendues. Cependant, « le Midi est en effet, le point de la France où abondent à la fois les juifs et les protestants », et donc la franc-maçonnerie aussi. Avec l’avènement de la Troisième République, les foyers catholiques désorganisés perdaient la protection de l’État et les crises agricoles les affaiblissaient. L’État juif, protestant, maçon et métèque, « sut renouveler sa clientèle et la sportule ne fit jamais défaut »44. Les sentiments qu’exprimait Maurras envers ses compatriotes n’étaient pas exceptionnels. Dans une lettre adressée au chancelier du Félibre il parlait « d’un pays celte semé d’Ilots de Palestine […] Le soleil a beau luire au-dessus des choses, la joie n’y pousse pas »45.

  • 46 Barrès, Les Lézardes sur La Maison, p. 50.

28Ni Barrès ni Maurras ne se sont beaucoup exprimés au sujet de l’Angleterre. Pourtant, les oppositions régionales sont au cœur de leurs façons de comprendre la nation, et les représentations en question débordent en même temps du cadre national. Pour Maurras, tout comme Lemaître, la France est l’héritière du monde gréco-romain. Barrès pensait que la France ne s’étendait pas assez au Nord ; déjà il demandait la frontière du Rhin, et il a dû nier qu’il voulait introduire des idées allemandes en France46.

29Au sein de la droite catholique également l’anglophobie la plus virulente se couplait avec la conscience des fractures franco-françaises. Les Ultras catholiques avaient été Anglophobes depuis la Restauration, s’opposant à l’implantation du parlementarisme britannique en France. Cette méfiance était renforcée par l’hostilité envers un pays protestant, oppresseur de l’Irlande catholique, surtout dans le contexte de lutte acharnée contre l’anticléricalisme au début du siècle dernier. Une partie du mouvement catholique se radicalise et fait jonction avec le nationalisme dans un climat de rivalités coloniales avec la Grande Bretagne.

  • 47 Daniel David, ‘Le Lieutenant-colonel Driant’, Revue Historique des Armées, 160 (1985), pp. 84-95.
  • 48 Capitaine Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, 2 vols, Paris, Flammarion, 1903, p. I : 39.
  • 49 Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, p. 3 : 1176.

30L’anglophobie des nationalistes catholiques atteint son paroxysme au moment où Delcassé commençait le rapprochement diplomatique entre la France et la Grande Bretagne. En 1903, le capitaine Danrit, pseudonyme du colonel Driant, publie La Guerre Fatale : France-Angleterre47. Le conflit fut précipité par « la plus infâme machination qu[e l’Angleterre] eut osée dans son histoire si fertile cependant en violences et en crimes »48. Le livre décrit l’invasion de l’Angleterre par l’armée française après que la Royal Navy eut été neutralisée par des flottilles de sous-marins. Une fois vaincue à Londres, la Grande-Bretagne est réduite par la paix de Paris à la Petite Bretagne. Il ne lui reste que « son île et à quelque miettes de son vaste empire, [et] l’Angleterre est définitivement rejetée au rang de puissance secondaire ». La France, il faut noter en passant, annexait la Belgique49.

  • 50 Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, p. 42.
  • 51 Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, p. III : 1172

31Le roman contient des passages anglophobes d’une violence extrême, que Driant devait d’ailleurs regretter en 1914. De façon plus significative, le roman met en scène un couple franco-irlandais, le lieutenant de vaisseau breton, Henri d’Argonne, et sa fiancée, Maud l’Irlandaise (il s’agit d’une représentation à peine déguisé de Maud Gonne, l’amant du nationaliste catholique, Lucien Millevoye). Ce couple partageait une haine féroce envers les Anglais. D’Argonne, « généreux et loyal […] haïssait l’Angleterre pour ses violences et ses brutalités ; il la détestait par nature, spontanément, parce qu’il avait en lui le génie du beau et du bien et que partout où il avait rencontré l’Anglais, il s’est heurté au génie du mensonge et du mal ».50 Pourtant, Maud était la fille du commodore Carthy, qui par lassitude avait abjuré la foi patriotique irlandaise et adopté l’Angleterre comme seconde patrie, malgré une autre voix qui lui parlait du fond de lui-même. Au dénouement de la bataille d’Angleterre, d’Argonne coule le cuirassé de Carthy. Les deux hommes se rencontrent enfin à bord du sous-marin d’Argonne. Ils sont séparés par le devoir militaire beaucoup plus que par la haine raciale, puisque ils se « sentaient invinciblement portés l’un vers l’autre, autant par un sentiment d’estime réciproque que par la pensée de la jeune fille ». La Paix de Paris érige l’Irlande en « République Celte »51.

  • 52 Georges Liens, ‘L’Image du Provençal et le "racisme" envers les méridionaux au XIXe siècle’, Congrè (...)
  • 53 L’Éclair (Midi) 11 June 1907.

32En fait, Driant idéalise les Bretons. Ils figurent dans La Guerre fatale comme des soldats patriotiques et un peu naïfs, totalement dévoués à leurs chefs hiérarchiques. Dans son Robinsons Sous-Marins (1909) Driant contrastait les Bretons aux Provençaux répulsifs. Comme beaucoup de militaires, il ne pardonnait pas aux méridionaux la désobéissance du 17e régiment d’infanterie pendant la révolte viticole de 190752. Cette rébellion avait certes attisé les antipathies régionales en France, car la droite catholique méridionale l’identifiait volontiers avec les mouvements nationalistes catalans et irlandais (qui en fait étaient aussi autonomistes que nationalistes avant 1914)53. Les vignerons dénonçaient l’influence au parlement des betteraviers du nord, tandis que les gens du nord ne voyaient que des méridionaux paresseux qui voulaient vivre aux dépens du contribuable.

L’enquête Colrat

  • 54 G de Contenson, L’Avenir du patriotisme, Paris, Saints-Pères, 1909.
  • 55 L’Opinion, 25 mars 1911.

33C’est dans ce contexte de tensions régionales, de conflit catholique – anticlérical, et de répugnance pour la république radicale, que Maurice Colrat publié dans la revue L’Opinion du 25 mars 1911, son enquête sur « la prépondérance politique du midi ». En couverture figurait une carte, censée prouver la surreprésentation dans la Troisième république des ministres originaires du sud. Colrat se basait sur le travail de G D Contenssun, qui avait « longuement étudié le phénomène »54. Selon ce dernier le déséquilibre provenait du fait que le système parlementaire avantageait les méridionaux avec leur facilité de parole, leur expansivité innée, et leur capacité à constituer une clientèle politique. Les méridionaux s’acharnaient à conquérir un mandat, et n’hésitaient pas à s’en faire payer avec l’argent du contribuable du nord. Il proposait la petite ville de Souillac, dans le Lot, comme capitale de la République55.

  • 56 R.A. Isay, ‘Une revue politique et littéraire sous la Troisième république : L’Opinion (1908-1914)’ (...)

34Le prétexte pour l’enquête fut le fait que le compatriote lotois de Colrat, Louis Malvy, alors âgé de 35 ans, venait d’être nommé ministre de l’Intérieur dans l’éphémère ministère d’Ernest Monis. Colrat aurait été fou de jalousie. Le ton quasi-satirique de l’article concorde avec ce que l’on connaît du caractère de Colrat56. D’autant plus que Colrat était lui-même méridional, né un peu au Nord de Souillac, à Sarrazac. Cela ne voulait pas dire que les stéréotypes en question auraient été intériorisés par les méridionaux eux-mêmes. C’est que Colrat, étant aristocrate, de son vrai nom, le marquis de Montrosier, se croyait libre des déterminismes raciaux, qui ne touchaient que le peuple. Il faisait partie de l’élite qui devrait encadrer et guider le peuple, tout en s’inspirant de ces enthousiasmes. Donc, la déception personnelle de Colrat nous ramène au sentiment d’exclusion ressentie par beaucoup de gens de droite en « république radicale ».

  • 57 L’Opinion, 1 avril 1911.

35Quoiqu’il en soit, l’enquête de l’Opinion provoqua de nombreuses réponses, dont la plupart révélaient l’acceptation des préjugés anti-méridionaux. Maurice Barrès se contenta d’envoyer un exemplaire de son Lézardes sur la maison. Gustave Le Bon remarqua que « Nous sommes à l’âge des foules, donc des meneurs. Pour être un bon meneur il faut bien parler et peu penser. Les politiciens méridionaux, possédant à haute degré cette double qualité, gouverneront de plus en plus jusqu’au jour de la débâcle ». La réponse la plus bizarre, provint du docteur Repin de l’Institut Pasteur, pour qui les cerveaux des méridionaux, comme ceux des Celtes, étaient plus petits et moins bien pourvus de fibres nerveuses que ceux des septentrionaux. Comme un central téléphonique mal équipé, le cerveau méridional était moins apte à traiter l’information complexe. Plus léger, il serait plus vulnérable à la manipulation par des démagogues, et son énergie se disperserait facilement – d’où la rapidité de pensée essentielle pour le démagogue57.

  • 58 L’Opinion, 8 avril 1911.

36Selon certaines réponses à l’enquête Colrat, les mêmes fractures régionales et ethniques de la France se retrouvent à l’intérieur d’autres pays. Il s’ensuit qu’implicitement chaque race française occupe un espace qui déborde du territoire national de la France. Pour ne pas remettre en question ces postulats, il fallait souvent torturer les faits. De Contenson soutient qu’une même loi gouverne la vie des trois pays latins. En Espagne, la Catalogne est la seule province industrielle et les grands orateurs viennent d’Andalousie ; en Italie, le Piémont et la Lombardie représentent le travail, tandis que Naples et la Sicile fournissent le personnel gouvernemental. Or, Colrat publie deux autres cartes qui montrent que le nord de l’Italie n’est en aucune façon désavantagé par rapport au sud. Cela n’empêche pas que Henri Lebeau, membre de l’Institut Français de Florence, explique que la pauvreté du sud est quand même la faute des députés méridionaux. Au parlement ceux-ci ne s’intéressent guère aux grands réformes qui amélioreraient la vie du peuple du sud ; le député méridional « est tout entier adonné à la politique de couloirs »58.

  • 59 L’Opinion, 8 avril 1911.
  • 60 L’Opinion, 8 avril 1911, p. 387.

37Dans cette optique, la vraie France se situe au Nord, et elle n’est plus tout à fait française. Le docteur Repin soutient que « le cerveau des races dolichocéphales, telles que les Anglo-Saxons et les Francs, est plus volumineux que celui des races brachycéphales, telles que les Latins et les Celtes ». Cependant, malgré les certitudes scientifiques de la profession médicale, les faits ne parlent pas pour eux-mêmes. L’Allemagne au moins ne pose aucun problème : Contessan constate que c’est la Prusse qui domine. Le cas de la Grande Bretagne est plus problématique, car : « en Angleterre [sic], les Écossais sont supérieurs aux Anglais mais dominés pourtant par eux »59. Il aurait pu trouver la solution chez Alfred Fouillé, car le philosophe des « idées forces » comprend moins littéralement la liaison entre la géographie et la race. Tout en refusant d’ériger en loi un fait peut-être accidentel, Fouillé répète tous les préjugés bien connus sur les méridionaux. Il ajoute que « les Irlandais, ces méridionaux de la Grande Bretagne, doivent leur succès de politiciens aux États-Unis »60.

  • 61 L’Opinion, 1 avril 1911, p. 389.

38Quoi qu’il en soit, la Grande Bretagne est bien présente dans ce débat. Un « lecteur assidu » trouve l’explication de la prépondérance du Midi dans Les français d’aujourd’hui de Demolins. Suivant celui-ci, il recommandait une réforme de l’éducation, afin de développer « la ténacité et l’esprit d’initiative ». Il préconisait aussi des séjours à l’étranger, dans des « Pays d’Énergie », qu’il ne nomme pas61.

Février 1934

39Ces stéréotypes ont-ils été mobilisés lors de la grande vague d’antiparlementarisme des années trente ? Serait-il significatif que le scandale Stavisky eut ces origines dans la ville de Bayonne ? Et dans quelle mesure la constitution britannique inspirait-elle les projets de révision constitutionnelle de 1934 ? Est-ce qu’il y avait un lien entre ces deux aspects de l’Affaire ?

  • 62 Georges Noblemaire, Carnet de route au pays des parlementaires, Paris, Hachette, 1923.

40Dans les années de l’après guerre, d’aucuns, tel que le député catholique centriste Georges Noblemaire, pensaient que la désannexion de l’Alsace-Lorraine avait rééquilibré la mentalité française62. Toutefois, le raisonnement de Noblemaire présumait que les méridionaux n’avaient pas changé. De même, l’enthousiasme d’une partie de la droite nationaliste pour Mussolini ne change pas non plus l’enjeu, car cette admiration implique la notion d’un pays latin décadent redressé grâce à la renaissance des vertus romaines de l’ordre et de l’autorité. On ne s’étonnera donc pas que les préjugés anti-méridionaux n’ont pas disparu.

  • 63 La République française, 7 octobre 1922.
  • 64 La Voix du Combattant, 7 avril 1928.

41Le midi reste le pays de la corruption parlementaire et de l’antipatriotisme. L’enquête Colrat ne fut pas oubliée. En 1922, La République française se souvient des campagnes du député, « dont l’une dénonçait Souillac, dans le Lot, comme le centre politique de la France ». Le journal ajoute que Malvy avait été discrédité pendant la guerre, rappelant ainsi le manque de patriotisme du sud63. Six ans plus tard, un journaliste de l’Union nationale des combattants, dans son compte-rendu d’un discours de Poincaré à Carcassonne, rappelait que « bien avant la guerre un statisticien éminent, comme tous les statisticiens, faisait passer par Souillac le diamètre, si je l’ose [le] dire, de la France ». Le journaliste suggérait que Poincaré avait choisi Carcassonne pour son discours « dans le seul but de ramener à la sagesse les attardés de la petite politique des combines, qui sont peut-être encore assez nombreux là-bas – coquin de soleil ! »64. Cette expression relie le clientélisme du sud avec le gangstérisme de Marseille, et, partant, avec les criminels de l’Europe de l’est, si souvent mis en scène dans les polars de Simenon. Stavisky en serait le personnage-type.

  • 65 Le Figaro, 17 mai 1932.

42Il est peu surprenant que ce soit un journaliste du mouvement ancien combattant qui dénonçait les politiciens du sud. La prétendue couardise du quinzième corps d’infanterie de Marseille, attribuée à la douceur du climat provençal, attestait du renforcement de l’identification du Nord et des régions frontalières avec le patriotisme. Commentant les élections de 1932, Fernand Laudet, de l’Institut, remarquait que « c’est l’honneur des départements qui sont laborieux et qui ont souffert, d’avoir arrêté le progrès du Cartel ; ceux-ci s’étendent plus librement dans les pays ensoleillés où les paroles sonores l’emportent sur les arguments »65.

  • 66 Comte André de Fels, Essai de politique expérimentale, Paris, Calmann-Lévy, 1921, pp. 112-118.

43D’autre part, l’attitude envers la Grande Bretagne constituait toujours une ligne de partage au sein des droites. L’anglophobie d’une grande partie de la droite nationaliste ne fléchissait pas, d’autant plus qu’elle admirait le fascisme en Italie et le régime Salazar au Portugal. Certes, le centre-droite n’était pas universellement convaincu des mérites de la constitution britannique. Le futur vice-président de l’Alliance démocratique, André de Fels, critiquait l’« anglomanie métaphysique » de Demolins, qu’il accusait d’avoir voulu copier servilement les recettes britanniques. De Fels, suivant Taine, soutenait qu’une constitution devait tenir compte de « l’atavisme, du climat, du terroir et de la situation géographique » du pays66. Cependant, le centre-droit, en gros, était plus favorable à l’alliance britannique ; il restait toujours aussi admirateur de la constitution britannique, et ne cessait pas de voir dans le Midi son antithèse. À partir de 1926, Henri de Kerrilis mena une double campagne contre la corruption politique du sud et pour l’adoption en France des méthodes du British Conservative Party.

  • 67 André Siegfried, Tableau des partis en France, Paris, Grasset, 1930, pp. 76, 225-34.

44Les ouvrages du républicain conservateur et laïque, André Siegfried confirment ce constat, et montrent d’ailleurs que les stéréotypes en question sont bien intégrés à la science politique. André Siegfried se présente comme un « homme lourd du Nord », déconcerté par les opinions mobiles des méridionaux. Il dépeint le Midi comme une caricature de la France, en ajoutant qu’« un portrait n’est pas forcement un mauvais portrait ». Selon Siegfried, la France est une démocratie latine, dans laquelle les députés se préoccupent plus de leurs clientèles locales que de l’intérêt national. Les débats parlementaires concernent les grands principes, non pas les réalisations pratiques. Siegfried contraste la France avec les démocraties anglo-saxonnes, dans lesquelles l’esprit de réalisation pratique prime sur tout67.

  • 68 L’Echo de Paris, 4 janvier 1934.

45Vu que l’opposition entre l’Anglo-Saxon et le Latin était si bien ancrée dans les façons de comprendre la vie politique française, on s’étonnerait que l’implication de deux députés Radicaux-socialistes au « scandale de Bayonne » n’eut pas précipité la recrudescence de l’ironie anti-méridionale. Les préjugés régionaux ne furent pas tout à fait absents du drame. Dès le début de l’Affaire Stavisky, on ironisait sur les rencontres de politiciens et d’escrocs dans les casinos et les bars de la région68.

  • 69 L’Écho de Paris, 9 février 1934.

46Les émeutes du six février furent représentées comme une journée uniquement parisienne. Gaston Chérau, de l’Académie Goncourt, faisait l’amalgame entre Paris et la France : « le ministère est chassé par le peuple qu’il a ensanglanté […]. Le vrai peuple de France n’avait pas fait entendre sa voix depuis près de dix-neuf ans ! Hier, elle a sonné haut et clair. […] Paris a retrouvé son âme »69. La presse de gauche de province s’indigne contre Paris, faiseur de coups d’états, ce qui provoque la résurgence de vieux préjugés contre la province, et le midi.

  • 70 L’Echo de Paris, 12 février 1934

47Le 12 Février, Henri de Kerillis dénonçait le « curieux accès de colère de la province contre Paris ». Il polémiquait avec un journaliste qu’il imaginait écrivant son article dans un café de la Canebière, « sous l’influence d’un apéritif un peu violent et à coté de l’agent électoral de la pègre marseillaise (celui qui à toute élection fait voter les morts du cimetière’). […] Merci de nous donner cette bonne leçon de vertu et de sagesse politique au nom de Marseille-la-pure ». Pour Kerillis, Paris « a su imposer, contre la volonté du parlement provincial, un Clémenceau, un Poincaré, un Doumergue ». En plus, le journaliste en question « n’a pas réfléchi à la responsabilité de la province qui nous envoie ces hordes de députés radicaux et socialistes, lesquels, à peine arrivés à Paris, se battent comme chiens et chats, et engendrent l’anarchie, le scandale, et l’humiliation nationale. […] La vérité, c’est que Paris est écœuré des mœurs maçonniques et cartellistes, c’est que le Paris des braves gens qui voient le parlement à l’œuvre et qui le voient de plus près que Marseille, que Toulouse, que Bayonne ou que Brest, est révolté par le contact et par le spectacle de sa corruption »70. On voit dans cet article les thèmes connus : l’influence de l’alcool, la corruption, le matérialisme, ainsi que l’amalgame entre le Midi et la Bretagne.

  • 71 André Tardieu, La réforme de l’État, Paris, Flammarion, 1934, pp. 116, 120, 122.

48Vu qu’il n’y avait pas grand chose de nouveau dans les propositions de réforme constitutionnelle de l’année 1934, c’est sans surprise qu’y figurait, souvent en filigrane, le modèle britannique. On le voit chez André Tardieu, ministre au gouvernement de Gaston Doumergue, dont le livre La réforme de l’état fut publié quelques jours avant les émeutes du six février. D’une part, Tardieu insiste que « les suggestions imprécises qu'offre l’esprit d'imitation ne sont plus opérantes ». Il rejette les modèles nazi et fasciste, et il entend s’inspirer de « notre génie propre ». Il loue aussi « l’idée romaine » de l’ordre d’avoir tiré la France de la barbarie. Pour Tardieu le régime représentatif tel qu’il est pratiqué en France est « le fils déformé de Rousseau et du système anglais », car il est trop individualiste. D’autre part, la proposition pratique de Tardieu, donner le droit de dissolution au Président de la République seul, est calqué sur la constitution britannique, « car l’Angleterre sait ce qu'exige le régime parlementaire ». Chez les Britanniques, le droit à la dissolution n’est pas une hache entre les mains d’un dictateur, mais un élément normal et nécessaire du parlementarisme. De même, le parlement britannique montre la voie en privant les parlementaires de l’initiative des dépenses. Tardieu demande « Comment ne pas rapprocher de cette formule la rapidité des redressements financiers de la Grande Bretagne ? »71.

  • 72 L’Echo de Paris, 15 avril 1932.
  • 73 L’Echo de Paris, 8 février 1934.
  • 74 L’Echo de Paris, 9 février 1934, « Doumergue ne pourrait que balbutier, mais sans quitter l’accent (...)

49Comme on le sait, les projets de réforme constitutionnelle de Gaston Doumergue, largement inspirés des idées de Tardieu, n’ont pas abouti. En octobre 1934, Doumergue fut contraint à la démission. Sans vouloir exagérer l’importance des préjugés régionaux dans le dénouement de la crise de 1934, il me semble qu’ils n’étaient pas tout à fait dépourvus d’importance. Gaston Doumergue était originaire de Marseille, et il avait pris sa retraite à Tournefeuille dans la Haute-Garonne. Déjà, pendant les élections de 1932, il était pour L’Écho de Paris « Le seul homme du midi » qui ne faisait pas de politique72. Or, si la presse de droite applaudit l’arrivée au pouvoir de Doumergue, elle remarquait quand même qu’il était « fait dans le moule du régime »73. C’est peut-être pour cette raison que la droite n’arrivait pas à parler de Doumergue sans faire allusion à son accent74.

  • 75 Breiz Atao, 18 février, 1 avril 1934.
  • 76 La province, 24 janvier, 14 février.

50Quant à l’extrême droite conservatrice bretonne, elle a tenté de concilier, sans beaucoup de succès, bretonnisme, hostilité à l’autonomisme, nationalisme et préjugés antiméridionaux. Pour les autonomistes de Breiz Atao, l’affaire Stavisky était « une rude empoignade entre le nord et le sud » ; à Paris régnait le « demi-Nègre, Darius », le juif Stavisky, le maçon et « Le Moco » (le marin provençal)75. Pour les nationalistes bretons, Jules Delahaye répondait que ce n’était pas le moment d’opposer une province contre une autre, et il insistait sur le fait que la Bretagne n’était pas aussi pure que le croyaient les autonomistes. Pourtant, Delahaye n’était pas exempt de préjugés antiméridionaux. Quelques jours après l’installation du nouveau gouvernement Doumergue, il citait une prophétie de Nostrodamus, selon laquelle les Français allaient croire à tort en un sauveur originaire du sud-ouest ; Doumergue démissionnerait au bout de cinq mois, et l’invasion germanique s’ensuivrait.76

Conclusion

51Pour conclure, je veux juste remarquer que la grille de lecture que je viens d’élucider a survécu même dans l’historiographie contemporaine, qui repose un peu trop souvent sur des oppositions un peu simplistes à mon avis entre l’actif et le passif, et la raison et la déraison. Normalement, les origines de ces oppositions dans des préjugés surannés sont bien oubliées, mais ce n’est pas toujours le cas. Dans son livre, The French Economy in the Twentieth Century publié en anglais en 2004, Jean-Pierre Dormois explique que

Being at the crossroads between northern and Mediterranean Europe, the country has always naturally borrowed features from these blocks. In the first half of the twentieth century it tended to gravitate towards liberal and constitutional Britain. After the Second World War […] France has reinforced its resemblances to its Latin sister, Italy. Waves of immigrants from Southern Europe (Spain, Italy, Portugal) and more recently North Africa (including the pieds noirs of Spanish and Italian descent from Tunisia and Algeria) have tilted the ethnic balance towards the Mediterranean element in the French population. Moreover the path of development followed by Italy and France since the wars (during which both countries reversed alliances) have been remarkably similar…

  • 77 Jean-Pierre Dormois, The French Economy in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University P (...)

52Jean-Pierre Dormois précise que les villes et les villages français tant admirés par les touristes étrangers cachent ‘a mezzogiorno in the making’, surtout au centre et au sud-ouest. Les deux pays ont renforcé leurs industries modernes, mais le pays reste méfiant envers le capitalisme. L’enseignement, dans les universités et dans les médias, de notions économiques peu orthodoxes fait en sorte que des utopies politiques sont toujours à la mode, et cela encourage les gens à avoir recours à la « débrouillardise », c'est-à-dire « job-rigging, corruption and graft ». « More tragically, this turn of events has contributed to a weakening of the work ethic and encourages escapism (witness the consumption of sleeping pills and the suicide rate); the French are thus increasingly led to envision gainful employment as an arduous necessity, even a curse, and not as a career offering opportunities to expand their capabilities and improve their living standards”.77 La décadence vient toujours du sud.

Bibliographie

Brochures

ARNOLD (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, Paris, Fayard, 1899.

DANRIT, Capitaine, La Guerre Fatale France-Angleterre, 2 vols, Paris, Flammarion, 1903.

DE FELS, Comte André, Essai de politique expérimentale, Paris, Calmann-Lévy, 1921.

DEMOLINS, Edmond, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, Paris, Firmin-Didot, 1897.

DEMOLINS, Edmond, Les français d'aujourd'hui, Paris, Firmin-Didot, 1898.

LE BON, Gustave, La psychologie des foules, Paris, Alcan, 1895.

SIEFRIED, André, Tableau des partis en France, Paris, Grasset, 1930.

TARDIEU, André, La réforme de l’État, Paris, Flammarion, 1934.

Ouvrages

BERNARDINI, Jean-Marc, Le Darwinisme Social En France (1859-1918), Paris, CNRS Éditions, 1997.

DORMOIS, Jean-Pierre, The French Economy in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

ESPAGNE, Michel, Les Transferts Culturels Franco-Allemands, Paris, PUF, 1999.

GOYET, Bruno, Charles Maurras, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

MARPEAU, Benoît, Gustave Le Bon, Paris, CNRS, 2000.

Notes

1 Ernest Renan, La Réforme intellectuelle et morale, Paris, Michel Lévy frères, 1872, pp. 66-7

2 Michel Espagne, Les Transferts Culturels Franco-Allemands, Paris, Presses Universitaires de France, 1999 ; Michel Espagne, ‘Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle’, Genèses. Sciences sociales et histoire, 17 (1994), pp. 112-121.

3 Michel Trebitsch, ‘L’histoire comparée des intellectuels comme histoire expérimentale’, dans Marie-Christine Granjon et Michel Trebitsch, éd., Pour une histoire comparée des intellectuels, Paris, Complexe, 1998, pp. 61-78.

4 Michael Mann, The Sources of Social Power, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, pp. 17-18.

5 Michael Werner and Bénédicte Zimmermann, ‘Beyond Comparison’, History and Theory, 45 (2006), pp. 30-50.

6 Gustave Le Bon, La psychologie des foules, Paris, Alcan, 1895, p. 24.

7 Le Bon, La psychologie des foules, pp. 41, 51, 59.

8 Benoît Marpeau, Gustave Le Bon, Paris, CNRS, 2000, pp. 147-52.

9 Les Origines de la France contemporaine, 11 vols, III : 226-7, cité dans Alan Pitt, ‘A changing Anglo-Saxon myth’, French History, 14 (2000), p. 157.

10 Henri de Breteuil, La Haute société : journal secret, 1886-1889, Paris, Atelier Marcel Jullian, 1979, 27 April 1887.

11 Un député, ‘Le Parti progressiste’, Revue politique et parlementaire, 12 (1897), p. 501.

12 Pitt, ‘A changing Anglo-Saxon myth’, pp. 160-161.

13 Edmond Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, Paris, Firmin-Didot, 1897.

14 Jean-Marc Bernardini, Le Darwinisme Social En France (1859-1918), Paris, CNRS Éditions, 1997, pp. 364-365.

15 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, pp. xvii-xxii

16 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, pp. xxiii-xxxii.

17 Edward Augustus Freeman, The History of the Norman Conquest of England, its Causes and its Results, Oxford, 1867 ; Edward Augustus Freeman, Le développement de la constitution anglaise depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, trad. Alexandre Dehaye, Paris Guillaumin, 1877 ; C. J. W. Parker, ‘The Failure of Liberal Racialism’, The Historical Journal, 24 (Décembre 1981), pp. 825-846.

18 Augustin Thierry, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses suites jusqu’à nos jours, en Angleterre, en Écosse, en Irlande et sur le continent, (1825) ; Augustin Thierry, Lettres sur l’histoire de France, (1829), pp. 248–9.

19 Sian Reynolds, Paris-Edinburgh, Ashgate, Aldershot, 2007, pp. 81–91; Helen Meller, Patrick Geddes: Social Evolutionist and City Planner, Londres, Routledge, 1993, pp. 34–7.

20 Helen Meller, Patrick Geddes: Social Evolutionist and City Planner, Londres, Routledge, 1993, pp. 34-7

21 Edmond Demolins, Les français d'aujourd'hui, Paris, Firmin-Didot, 1898, pp. 431-432.

22 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, pp. 156-157, 205.

23 Demolins, Les français d'aujourd'hui, p. 428.

24 Jules Méline, Le retour à la terre, et la surproduction industrielle, Paris, Hachette, 1905.

25 Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, p. 224.

26 AB, La République française, (juillet 1897) ; Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, p. 239.

27 Alfred Naquet, Discours prononcé le... 28 septembre 1888 au cercle révisionniste de Marseille, Avignon, Gros, 1896.

28 Bertrand Joly, ‘Les Antidreyfusards avant Dreyfus’, Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 39 (1992), pp. 198-221.

29 Jules Lemaitre, ‘De L’influence des littératures du nord’, Revue des Deux Mondes, (1894), pp. 847-872.

30 Lemaitre, ‘De L’influence des littératures du nord’, p. 871.

31 Thomas Loué et Blaise Wilfert-Portal, ‘D'Annunzio à l’usage des Français : La traduction comme censure informelle (fin du XIXe siècle)’, Ethnologie française, 36 (2006), pp. 101-110.

32 Jules Lemaître, ‘L’instinct national’, Annales de la Patrie française, 8 (1900), p. 262

33 ‘Interview avec Déroulède’, Annales de la Patrie française, 12 (1900), pp. 404-405.

34 Léon Daudet, ‘Mistral et la tradition’, Annales de la Patrie française, 12 (1900), pp. 399-400.

35 François de Mahy, Préface, Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, Paris, Fayard, 1899, pp. vi-viii.

36 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, p. 55.

37 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, pp. 19-21, 74.

38 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, pp. 105-12

39 Gilles Le Béguec, ‘L’Entrée au Palais-Bourbon. Les filières de la carrière politique en France’(Thèse pour le doctorat d'état, Paris X Nanterre, 1989), pp. 177-188

40 Arnold (pseud. M-J Philipp), À quoi tient la supériorité des Français sur les Anglo-Saxons ?, pp. 101-20

41 Maurice Barrès, Les Lézardes sur La Maison, Paris, Sansot, pp. 10, 19-20.

42 Barrès, Les Lézardes sur La Maison, pp. 39-40, 49-50.

43 L’expression est de Bruno Goyet, Charles Maurras, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, pp. 225-7.

44 Gazette de France, 18 Décembre 1903, cité dans Barrès, Les Lézardes sur La Maison, pp. 68-9.

45 Lettre du 12 juin 1893, cité dans Goyet, Charles Maurras, p. 215.

46 Barrès, Les Lézardes sur La Maison, p. 50.

47 Daniel David, ‘Le Lieutenant-colonel Driant’, Revue Historique des Armées, 160 (1985), pp. 84-95.

48 Capitaine Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, 2 vols, Paris, Flammarion, 1903, p. I : 39.

49 Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, p. 3 : 1176.

50 Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, p. 42.

51 Danrit, La Guerre Fatale France-Angleterre, p. III : 1172

52 Georges Liens, ‘L’Image du Provençal et le "racisme" envers les méridionaux au XIXe siècle’, Congrès national des sociétés savantes, 1971, Toulouse, Histoire moderne (1976), pp. 153-4.

53 L’Éclair (Midi) 11 June 1907.

54 G de Contenson, L’Avenir du patriotisme, Paris, Saints-Pères, 1909.

55 L’Opinion, 25 mars 1911.

56 R.A. Isay, ‘Une revue politique et littéraire sous la Troisième république : L’Opinion (1908-1914)’, Revue des travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, 113 (1960), pp. 24-39.

57 L’Opinion, 1 avril 1911.

58 L’Opinion, 8 avril 1911.

59 L’Opinion, 8 avril 1911.

60 L’Opinion, 8 avril 1911, p. 387.

61 L’Opinion, 1 avril 1911, p. 389.

62 Georges Noblemaire, Carnet de route au pays des parlementaires, Paris, Hachette, 1923.

63 La République française, 7 octobre 1922.

64 La Voix du Combattant, 7 avril 1928.

65 Le Figaro, 17 mai 1932.

66 Comte André de Fels, Essai de politique expérimentale, Paris, Calmann-Lévy, 1921, pp. 112-118.

67 André Siegfried, Tableau des partis en France, Paris, Grasset, 1930, pp. 76, 225-34.

68 L’Echo de Paris, 4 janvier 1934.

69 L’Écho de Paris, 9 février 1934.

70 L’Echo de Paris, 12 février 1934

71 André Tardieu, La réforme de l’État, Paris, Flammarion, 1934, pp. 116, 120, 122.

72 L’Echo de Paris, 15 avril 1932.

73 L’Echo de Paris, 8 février 1934.

74 L’Echo de Paris, 9 février 1934, « Doumergue ne pourrait que balbutier, mais sans quitter l’accent de Tournefeuille, ‘Merci, mes amis, merci’ » ; 16 février 1934 : « il lit bien, avec une grande simplicité et une diction claire qu’un léger accent du Midi illumine et parfume ». Blum accusait le gouvernement de nous demander « de remettre la discussion des interpellations aux calendes languedociennes ». Voir aussi 18 février 1934, ‘Le jardin de Tournefeuille’.

75 Breiz Atao, 18 février, 1 avril 1934.

76 La province, 24 janvier, 14 février.

77 Jean-Pierre Dormois, The French Economy in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, pp. 130-1.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540