Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie I. Les cultures politiques des droites radicales en contexte : éléments de comparaison transmanche

Déroulède et l’Angleterre

Bertrand Joly

Texte intégral

  • 1 Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959, VIII-658 p. ; Ra (...)
  • 2 Dans la bibliographie impressionnante qui concerne Fachoda, ne signalons que Rachel Arié, « L’Opini (...)

1Depuis les travaux de Claude Digeon et Raoul Girardet1, il est devenu habituel d’opposer les nationalismes anglais et français pour la période 1871-1914. Face au premier, face au jingoïsme affirmatif et conquérant dont Chamberlain devient vite le symbole détesté en France, le second est un nationalisme de repli, de doute, la fièvre née d’une blessure et non l’exaltation orgueilleuse de l’expansion. L’affrontement à Fachoda résume et symbolise leur opposition inégale2.

2Opposition inégale et bien tranchée, certes, mais aussi, comme souvent, un peu trop confortable pour renfermer toute la réalité. Il est facile d’en repérer les insuffisances, dès lors que l’on prend le terme nationalisme dans son acception la plus étroite et sans doute la plus valable, celle d’une sacralisation presque paranoïaque de la nation qui n’a, faut-il le redire ?, aucun rapport avec le véritable patriotisme.

  • 3 Ce point n’est qu’évoqué dans B. Joly, Paul Déroulède, Paris, 1998, p. 225 et 331-333.

3Dans cette perspective, il paraît intéressant d’examiner l’attitude face à l’Angleterre de l’un des principaux représentants, par le renom et la longévité, du nationalisme français entre 1871 et 1914, Paul Déroulède, afin d’apprécier à travers son exemple les éventuels liens et points de convergence entre les nationalismes des deux pays en cause3. Cela suppose au préalable de rappeler brièvement l’ambiance anglophobe traditionnelle d’une partie de l’opinion française et sa récupération par les nationalistes.

La tradition anglophobe du nationalisme français

  • 4 Jean Guiffan, Histoire de l’anglophobie en France, de Jeanne d’Arc à la Vache folle, Rennes, 2004, (...)
  • 5 Crécy et Azincourt sont beaucoup plus connus en France que Formigny et Castillon. Voir l’analyse d’ (...)

4Le fait est bien connu : il existe à la charnière des XIXe et XXe siècle un fort contentieux franco-anglais qui prend son origine dans plusieurs sources4. Il n’est guère besoin d’insister sur le poids du passé : Crécy, Jeanne d’Arc, Trafalgar, Waterloo etc., autant de souvenirs scolaires que l’on brandit aux heures de tension mais qu’on sait mettre de côté dans les périodes d’apaisement comme le Second Empire. Aux faits glorieux, et le plus souvent douloureux5, l’Histoire ajoute de très vieux stéréotypes, celui de la perfide Albion, pays de marchands cupides, de puritains hypocrites, d’espions fourbes et corrupteurs, etc.

5Les questions coloniales constituent également une source récurrente de conflits depuis le XVIIIe siècle. Après Dupleix et les Indes, Montcalm et le Canada, l’affaire Pritchard à Tahiti, l’Égypte a réveillé entre les deux pays la vieille rivalité qui se poursuit tout au long des années 1880 et 1890 (au Siam et à Madagascar, par exemple) et qui culminera à Fachoda. Il est d’ailleurs usuel en France d’opposer la colonisation anglaise, brutale et mercantile, à la française, noble et généreuse ; il serait beaucoup plus juste d’opposer la ferveur de l’opinion publique britannique pour l’œuvre coloniale à l’hostilité puis à l’indifférence de l’opinion française.

  • 6 Jean Bauberot et Valentine Zuber, Une haine oubliée : l’antiprotestantisme avant le « pacte laïque  (...)

6La différence de religion renforce les antagonismes, d’autant plus que la France nourrit traditionnellement une grande sympathie pour l’Irlande, nation catholique et possible alliée, bien que l’aide française soit toujours restée très platonique. Dans cet esprit, les catholiques français nourrissent une certaine méfiance pour leurs concitoyens protestants, soupçonnés en permanence de sympathies excessives pour les puissances anglo-saxonnes6.

7Entrent également en jeu des griefs plus purement politiques. L’Angleterre est le berceau du parlementarisme dont l’importation en France depuis 1815 et surtout depuis 1875 est d’autant plus contestée par une partie de l’opinion que la IIIe République donne aux réformés français une influence jugée disproportionnée avec leur poids numérique. Quant à la politique extérieure, elle montre, pense-t-on, que depuis 1870 l’Angleterre a toujours soutenu l’Allemagne contre la France ; cela se vérifie encore dans l’affaire Dreyfus, puisque la première citée a pris fait et cause pour le condamné, comme d’ailleurs la plupart des nations étrangères.

  • 7 Philippe Darioulat, Les Patriotes : la gauche républicaine et la nation (1830-1870), Paris, 2001, n (...)
  • 8 Christophe Boutin, « L’Extrême droite sous la IIIe République face à l’Angleterre, entre rejet et f (...)
  • 9 Pierre Froment, La Trahison protestante, Paris, 2e éd., 1899, p. 17.

8Telles sont, sommairement résumées, les différentes sources où puise une anglophobie commune à droite mais aussi à gauche, ce qu’on oublie souvent. Le nationalisme français, héritier sur ce point du mouvement patriote et anglophobe des années 1820-18407, va récupérer ces sentiments assez diffus et les théoriser en les reliant à ses autres thèmes de prédilection, l’antiparlementarisme, l’antiprotestantisme et même l’antisémitisme8. À ses yeux, par exemple, ce sont les protestants français aux ordres de Londres qui ont lancé l’affaire Dreyfus « pour faciliter le coup de Fachoda », et dès lors le maintien de Dreyfus en prison représente une victoire sur l’Angleterre9.

  • 10 On sait fort peu de choses sur ce personnage : son vrai nom est Louis Aubry et il est employé au mi (...)
  • 11 Ces théories ne sont d’ailleurs pas originales et Drumont a depuis longtemps soutenu que l’Angleter (...)

9Comme l’antisémitisme avec Drumont, comme l’antiprotestantisme avec Georges Thiébaud et Ernest Renauld, l’anglophobie va avoir son « professionnel », Louis Martin ou Marthin-Chagny10. De 1894 à 1898, cet obscur publiciste publie quatre ouvrages anglophobes aux titres éloquents : L’Angleterre et la Franc-Maçonnerie, mœurs anglaises (Paris, A. Savine, 1894, VIII-436 p.), L’Anglais est-il un juif ? (Paris, A. Savine, 1895, 399 p.), L’Angleterre suzeraine de la France par la Franc-Maçonnerie, mœurs anglaises (Paris, Chamuel, 1896, VI-367 p.), La Sémitique Albion, mœurs anglaises (Paris, H. Jouve, 1898, 390 p.). Les théories de L. Martin sont simples : les Carthaginois étaient des juifs qui passèrent en Angleterre où ils se firent appeler Britons ; les Angles constituaient une branche de juifs installés en Saxe d’où ils furent expulsés pour se réfugier eux aussi en Angleterre. Par la suite, tous ces juifs devenus anglais inventèrent la Réforme puis la Franc-Maçonnerie pour détruire l’Europe chrétienne et lui imposer sa suprématie11.

  • 12 Sur ces divers personnages, voir B. Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme (...)
  • 13 P. de Cassagnac, « De l’estomac », dans l’Autorité du 10 février 1900.
  • 14 P. de Cassagnac, « Professeurs de vertu », dans l’Autorité du 18 septembre 1899. L’alliance alleman (...)
  • 15 A. Gaudin, Où allons-nous ?, Ruffec, 1900, p. 55-56. Cf aussi l’ouvrage du capitaine Danrit (Driant (...)
  • 16 Voir sa lettre à son frère Jules : « On ne peut rencontrer personne qui ne vous demande pourquoi no (...)

10Ces reconstructions délirantes n’attirent probablement qu’un lectorat assez réduit, mais l’anglophobie obtient une véritable audience avec des journalistes et hommes politiques beaucoup plus en vue, comme le bonapartiste Paul de Cassagnac, directeur de l’Autorité et député du Gers, le nationaliste Lucien Millevoye, éditorialiste de la Patrie et député de Paris, l’ancien communard devenu nationaliste Émile Massard, conseiller municipal de Paris, directeur de la Patrie et de la Presse, le millionnaire Archdeacon, député nationaliste de Paris, etc.12. Une historiographie aveugle fait de ces hommes des revanchards obtus : or leur anglophobie l’emporte nettement sur leur germanophobie et les pousse même à envisager sans frémir une alliance avec l’Allemagne, comme Cassagnac en convient volontiers : « Je n’aime point les Anglais. Je les hais même beaucoup plus que les Allemands »13, c’est « une nation d’ivrognes et dont le futur roi, le prince de Galles, fut si souvent ramassé ivre-mort sous les tables de nos cabarets »14. Ces vœux en faveur d’une réconciliation franco-allemande contre l’Angleterre restent cependant le fait d’une infime minorité. Si, au moment de Fachoda puis surtout pendant la guerre des Boers (« il faut choisir et résolument exécuter »15), les appels à la guerre existent en France, comme le signale Paul Cambon16, ils ne rencontrent aucun écho sérieux dans le pays, parce que celui-ci est profondément pacifique et tient toujours l’Allemagne pour son véritable ennemi potentiel.

  • 17 Voir notamment la fin de Fantômes et vivants et de L’Entre-Deux-Guerres.
  • 18 Le procédé sera imité en Allemagne par Julius Langbehn voyant dans Rembrandt le modèle du génie ger (...)

11L’anglophobie des nationalistes exprime sans doute un vrai complexe d’infériorité, car elle s’accompagne d’une étrange fascination pour un ennemi que l’on peut haïr mais pas mépriser. Les souvenirs de Léon Daudet17, le Barrès tardif auteur d’un Voyage en Angleterre (Paris, 1919, 383 p.) et Maurras lui-même revenant d’Athènes en 1896 parlent avec envie du voisin stable et prospère ; Drumont garde un bon souvenir de son voyage outre Manche et fait de Shakespeare le type même du génie aryen opposé à la stérilité juive18.

12De ces considérations, retenons pour conclure qu’il existe dans la famille politique de Déroulède une anglophobie intense. Comme souvent, elle est beaucoup plus bruyante que belliqueuse et préfère menacer très loin du danger, mais on peut estimer qu’elle fait partie du bagage phobique ordinaire du nationaliste moyen. Cela n’en rend que plus singulière l’anglophilie avérée du chef de la Ligue des patriotes.

Les mobiles de Déroulède

13Plusieurs données permettent d’expliquer pourquoi Déroulède ne participe pas à l’anglophobie ambiante et s’y oppose même à l’occasion.

14La première est d’ordre général : au sein de la mouvance nationaliste, très hétérogène, Déroulède a toujours pris soin de cultiver sa différence, par orgueil, par intérêt, par mépris pour ses alliés sur lesquels il n’a aucune illusion, mais aussi, plus simplement, parce qu’il est réellement différent des autres. Cela se vérifie pour l’anglophobie mais aussi pour l’antisémitisme et l’antiprotestantisme, également condamnés comme facteurs de divisions entre Français.

15Ensuite, Déroulède n’est pas xénophobe de tempérament. Héritier d’un patriotisme à la Michelet ou Hugo, à la fois humanitaire et chauvin mais sans doute déjà désuet à la fin du XIXe siècle, il se trouve préservé d’un nationalisme trop agressif et sectaire. Déroulède voyage beaucoup, aime fréquenter les étrangers et correspondre avec eux ; il apprécie Tolstoï et les Russes, rend hommage à la Belgique et aux États-Unis, joue les Byron manqués en Grèce, adore l’Espagne et l’Italie, et n’a finalement de compte à régler qu’avec les Allemands. Encore estil capable de rendre un hommage appuyé aux soldats saxons rencontrés pendant la guerre de 70. Après la Revanche, pense-t-il, quand la France aura libéré l’Alsace-Lorraine mais aussi les duchés danois et la Pologne, l’Europe pourra vivre en paix et un véritable concert européen sera possible et souhaitable.

  • 19 Sur ce discours essentiel, voir Jean-Marie Mayeur, Léon Gambetta, la patrie et la République, Paris (...)

16L’héritage gambettiste joue aussi un rôle important. À plusieurs reprise, le tribun-poète rappelle la fameuse phrase lancée par Gambetta dans son ultime discours à la Chambre, le 18 juillet 1882 : « Au prix des plus grands sacrifices, ne rompez jamais avec l’Angleterre »19. L’Égypte et Fachoda feront bien sûr partie de ces sacrifices nécessaires.

  • 20 Conférence de Déroulède au Grand Orient de France en 1884 (Archives nationales, F12566, 1er octob (...)
  • 21 Léon Bailby, Pourquoi je me suis battu : souvenirs, Paris, 1951, p. 62.

17La Revanche demeure en effet la priorité absolue, à laquelle tout le reste est subordonné et l’on pourrait multiplier les citations analogues à celle-ci : « nous préférons l’alliance franco-anglaise à l’alliance franco-allemande »20. En pleine crise de Fachoda, Déroulède s’en explique très nettement avec Léon Bailby : « Il faut choisir. J’ai l’œil fixé, toujours, sur la ligne bleue des Vosges (…). Nous n’avons pas besoin de perdre encore quelques mois ou quelques années en nous brouillant avec l’Angleterre »21. Le seul ennemi est à Berlin.

18L’anglophilie de Déroulède est favorisée par son indifférence totale pour les questions coloniales. Il a été longtemps opposé aux conquêtes lointaines et ne s’est résigné à la gestion d’un empire qu’à la condition qu’on ne chercherait plus désormais à l’étendre davantage. Il reproche surtout à ces expéditions de détourner la France de son objectif suprême, l’Alsace-Lorraine, comme il le lance à Jules Ferry (« j’ai perdu deux enfants et vous m’offrez vingt domestiques », phrase peut-être apocryphe), et il n’est pas concevable que le heurt des appétits coloniaux soit un motif suffisant de conflit. Au moment de Fachoda, il n’appelle pas à la guerre et se garde de protester trop fort quand Delcassé décide de reculer.

  • 22 Voir la péroraison de son célèbre discours à la Chambre contre Clemenceau (Journal officiel, Chambr (...)

19On retrouve la même indifférence et une bonne part d’ignorance, très commune à l’époque chez les Français, dans sa vision des problèmes économiques et commerciaux. Déroulède prône un protectionnisme assez incohérent, dirigé uniquement contre l’Allemagne et les clauses douanières du traité de Francfort, et pouvant subir de multiples entorses en faveur des autres pays. De même, pour la main-d’œuvre étrangère, il dénonce âprement l’invasion des travailleurs allemands mais se félicite des apports belges et italiens et regrette qu’on ne les traite pas mieux. S’il condamne l’internationale de l’argent, tout en étant assez indulgent pour celle des travailleurs22, il ne reprend jamais le stéréotype de l’Angleterre nation cynique de marchands et de banquiers.

20En somme, on l’a compris, Déroulède est beaucoup plus un « national » qu’un « nationaliste ». En France, le nationalisme est une arme à usage interne, visant des objectifs de politique intérieure et n’utilisant les problèmes extérieurs qu’à cette fin ; Déroulède adopte l’attitude inverse : les questions intérieures ne sont qu’un moyen, subordonné par nature à la seule fin qui vaille, la reprise des provinces perdues.

Les manifestations d’une anglophilie

  • 23 Discours de Rouen, 22 juin 1883 (cité dans La Défense nationale, Paris, 1883, p. 7).
  • 24 En 1893, Norton, employé à l’ambassade anglaise de Paris, communique à Millevoye des documents prou (...)

21Déroulède se veut réaliste : avec l’Angleterre, c’est « donnant-donnant ». Dès 1883, toutefois, il avoue apprécier « l’Anglais, tout maussade qu’il soit, mais dont le fond vaut mieux que la forme »23. Certes il lui arrive d’émettre quelques critiques bénignes et en 1900 il versera discrètement son obole à la cause des Boers, mais il ne dissimule pas une réelle anglophilie qui explique par exemple sa réserve dans l’affaire Norton24.

  • 25 André Bordeaux, Hilaire Belloc, thèse de doctorat, Paris, 1969. Sur les liens avec Déroulède, voir (...)
  • 26 Comme le montre la lettre qu’il adresse à Déroulède en mars 1889, montrant toute sa sympathie pour (...)
  • 27 Archives nationales, 401 AP 4, lettres de Belloc et de sa famille (1870-1909).

22Ces sentiments se manifestent dans les relations qu’il entretient avec diverses personnalités anglaises, généralement quelque peu marginales dans leur pays, notamment par leur catholicisme. L’une des principales est le littérateur et homme politique Hilaire Belloc, franco-anglais d’origine et de formation. S’il n’est pas établi qu’existent entre les deux hommes un lien de parenté, leurs familles ont des relations cordiales de voisinage et d’amitié. Belloc est né en 1867 à La Celle-Saint-Cloud, où Déroulède sera enterré en 1914. Les deux hommes ont vingt-et-un ans d’écart, ce qui explique que, selon son biographe français25, le jeune Belloc n’est présenté à Déroulède que vers 1885 ; en revanche et contrairement à la légende, Belloc n’adhère pas à la Ligue des patriotes, malgré ses sentiments très cocardiers et même s’il en affiche l’intention au moment de la dissolution du mouvement en 188926. Naturalisé anglais en 1902, il sera élu député libéral aux Communes en 1906 après avoir condamné la guerre des Boers. On trouve dans les archives privées de Déroulède deux poèmes manuscrits de Belloc en anglais, avec un dessin à la plume, dont le texte est donné ci-dessous en annexe27.

  • 28 Gilbert Keith Chesterton, The Collected Poems of G. K. Chesterton, New York, 1932, p. 152-153.

23Avec Chesterton, les relations sont moins connues. Le célèbre créateur de Father Brown est un anti-conformiste affiché, converti tardivement (1922) au catholicisme. On peut penser qu’il a entretenu des liens avec Déroulède, puisqu’il lui consacre à sa mort un poème flamboyant, In memoriam P. D (Nice, january 30, 1914)28 qui reprend la comparaison usuelle avec Don Quichotte (« You are the Fool that charged a windmill ») et s’achève sur ce quatrain :

Lay down your sword. And let the White Flag fade
To grey; and let the Red Flag fade to pink,
For these that climb and climb; and cannot sink
So deep as death and honour, Déroulède.

  • 29 Archives nationales, 401 AP 13, lettres de Jeanne C. Maxse (1905-1911). Voir aussi ibid., 401 AP 28 (...)
  • 30 Serge Cottereau, « Un dreyfusard anglais : F.C. Conybeare », dans Revue d’histoire diplomatique, 20 (...)
  • 31 P. Déroulède, « Franc-parler », dans the National Review, 12 octobre 1905, p. 224-234. Au même mome (...)

24Déroulède est également en correspondance avec la famille Maxse, notamment avec Jeanne29. De tous les organes de presse anglais, la National Review est sans doute le plus engagé dans la défense du capitaine Dreyfus30 ; c’est pourtant dans ses colonnes que Déroulède choisit de s’exprimer en 1905, peu avant la fin de son exil espagnol, en publiant un important article qui révèle l’ampleur de son évolution et sa nette modération31.

  • 32 Cet hebdomadaire n’a que trois numéros.
  • 33 Sur ce généreux mécène de l’antidreyfusisme, voir ci-dessus la note 12.
  • 34 Archives nationales, F12871, 5 avril 1900.

25Comme il faut s’y attendre, cette anglophilie est loin de faire l’unanimité au sein de la Ligue des patriotes. En 1884, l’éphémère revue l’Anti-Anglais est animée par Lenglé, un bonapartiste qui va bientôt adhérer à la ligue de Déroulède puis au boulangisme32. Plus tard, pendant l’affaire Dreyfus, le courant anglophobe est représenté au sein de la ligue par Edmond Archdeacon, millionnaire catholique d’origine irlandaise33, et cela provoque quelques incidents : par exemple, déjeunant en 1900 avec Déroulède exilé, Archdeacon soutient la thèse de l’alliance allemande contre l’Angleterre, qui se heurte naturellement à l’opposition catégorique de Déroulède34. Lassé de cette anglophilie, Archdeacon finira d’ailleurs par prendre ses distances avec un chef qu’il admire pourtant beaucoup.

  • 35 Les lettres privées des ligueurs de base sont partagées, mais l’impression d’ensemble donne un net (...)

26C’est donc logiquement que la question anglaise provoque au printemps 1903 une crise majeure au sein de la Ligue des patriotes. Au mois d’avril, l’annonce de la prochaine visite à Paris du roi Édouard VII provoque aussitôt une levée de boucliers dans les rangs nationalistes dont tous les journaux (Autorité, Intransigeant, Libre Parole, Patrie, etc.) tirent à boulets rouges sur l’Angleterre, relayés par les députés et les conseillers municipaux de Paris, comme Tournade et Barillier35. Or la Patrie de Massard et Millevoye est aussi le porte-parole officiel de la Ligue des patriotes, qui se trouve ainsi engagée par la position prise et exprimée dans des unes vengeresses comme celle du 15 avril imprimée en lettres énormes : « À bas Fachoda ! À bas les assassins des Boers ! » et les éditoriaux au vitriol de Millevoye : « tout Français qui saluera [le roi] est un lâche ».

  • 36 Joue aussi le fait qu’en son absence, des manœuvres ont lieu en coulisses pour affaiblir son contrô (...)
  • 37 Texte dans le Drapeau du 9 mai 1903.
  • 38 Archives nationales, F12870, 30 avril 1903 ; Archives de la Préfecture de police, Ba 1034, 1er av (...)

27Déroulède, toujours exilé en Espagne, réagit d’abord avec modération. Sa première lettre, le 17 avril, se contente d’avancer que « toute clameur contre le roi d’Angleterre équivaut à un vivat pour l’empereur d’Allemagne », mais Massard refuse de l’insérer. L’exilé lui télégraphie aussitôt que le retour des provinces perdues reste le but premier de la ligue dont lui, Massard, fait partie ; il accorde également une interview au Français condamnant toute manifestation hostile comme une « faute grave », puis ordonne officiellement aux ligueurs de s’en abstenir. La Patrie du 23 avril se décide à publier la lettre du 17 mais assortie d’une réponse énergique de Millevoye qui récidive le lendemain en reprochant à l’absent ses illusions et les éloges que lui décerne la presse anglaise. Devant cette résistance à ses ordres formels, Déroulède passe alors brutalement à l’offensive36 : le 30 avril, il écrit une nouvelle lettre à lire obligatoirement dans tous les comités locaux, annonçant la rupture officielle de la ligue avec Massard et Millevoye, l’exclusion des deux mutins et celle de tous les adhérents qui se sont publiquement solidarisés avec eux, et prévenant que toute manifestation anglophobe entraînera la radiation automatique de son auteur37. Comme il le déclare à un proche, « je veux à tout prix empêcher cette brute de Millevoye de déshonorer Paris »38. Plusieurs ligueurs prennent fort mal cet ultimatum et l’on enregistre un certain nombre de démissions, ainsi que le retrait définitif par Archdeacon de son appui financier, mais, bon gré mal gré, la majorité se soumet et la Patrie elle-même tempère ses ardeurs, puisque son numéro du 1er mai recommande le calme et déconseille les cris hostiles au souverain.

  • 39 Voir son article « Franc Parler » de 1904, déjà cité, et ses discours à Champigny en 1905 et 1908 ( (...)

28On le sait, Édouard VII va réussir son opération de séduction et désarmer l’hostilité d’une partie des Parisiens, tandis que la paix revient au sein de la ligue qui se réconcilie avec l’équipe de la Patrie. Par la suite, Déroulède renouvelle fréquemment sa condamnation de l’anglophobie, qu’il qualifie de « stupides rancunes traditionnelles »39 ; l’Entente cordiale devient l’un des dogmes officiels de la Ligue des patriotes, incessamment répété, et Delcassé passe d’un coup du statut infamant de ministre combiste à celui de grand homme d’État gambettiste, évolutions qui contribuent également à ramener la ligue dans les eaux républicaines modérées. Au début de la Première Guerre mondiale, le Drapeau, organe officiel de la ligue, publie des articles enthousiastes sur l’Angleterre, expliquant que l’Anglais constitue le type même du Germain supérieur, tandis que, bien sûr, l’Allemand en représente une variété très inférieure.

 

  • 40 Voir par exemple le Drapeau du 1er juin 1908.

29Il est évident que la question anglaise n’a représenté pour Déroulède qu’un problème secondaire ou plus exactement subordonné à celui de la Revanche, et d’autre part que le tribun-poète n’a joué aucun rôle dans la réalisation de l’Entente cordiale, même si quelques thuriféraires un peu trop zélés lui en attribueront toute la paternité40. On peut cependant tirer quelques enseignements de ces épisodes en eux-mêmes assez subalternes. En premier lieu, ils confirment une fois de plus la singulière marginalité, voulue et cultivée, de Déroulède au sein de la mouvance nationaliste, sa relative modération et le fait que, même dans la morosité de l’exil, il n’a pas coupé tous les ponts idéologiques avec le régime en place. En avril 1903, une partie de la presse nationaliste ira d’ailleurs jusqu’à l’accuser, à tort, de chercher à échanger son retour en France contre un soutien servile à la politique extérieure du gouvernement.

  • 41 Dans son recueil intitulé Action socialiste (Paris, 1901, p. 534-535), Jaurès cite un article de Ca (...)

30Surtout, ces événements illustrent jusqu’à la caricature l’extrême hétérogénéité du nationalisme français et ses désaccords permanents sur des sujets majeurs. En schématisant beaucoup, on peut distinguer en son sein deux grandes tendances avant 1914 : d’une part un nationalisme revanchard, issu du régime républicain dans les années 1880 et y revenant discrètement après 1905 ; d’autre part un nationalisme autoritaire privilégiant l’ennemi intérieur, assez tiède sur la Revanche et tout disposé à un accommodement avec l’Allemagne contre l’Angleterre41. Cette divergence structurelle explique et annonce les extraordinaires déchirements des droites pendant l’entre-deux-guerres et la période de Vichy, quand il faudra décider quel est l’ennemi principal à combattre.

Bibliographie

Archives

Archives de Paul Déroulède, 401 AP, Archives nationales, Paris.

Archives de la Sûreté générale, sous-série F7, Archives nationales, Paris, notamment F12449-12452, 12870-12873, 12877 et 15947-15948.

Archives de la préfecture de police, Paris, série Ba, notamment Ba 1032-1034 et 1338-1340.

Sources secondaires

Journaux

Le Drapeau, organe officiel de la Ligue des patriotes, périodicité irrégulière.

L’Autorité, quotidien bonapartiste (Paul de Cassagnac).

L’Intransigeant, quotidien nationaliste (Henri Rochefort puis Léon Bailby).

La Patrie, quotidien nationaliste (Émile Massard et Lucien Millevoye).

La Presse, quotidien nationaliste (Émile Massard).

Brochures

DANRIT capitaine, Guerre fatale, France-Angleterre, Paris, Flammarion, 1903.

Articles

DÉROULÈDE, Paul, « Franc-parler », The National Review. 12 octobre 1905, pp. 224-234.

Ouvrages

BOUTIN, Christophe, « L’Extrême droite sous la IIIe République face à l’Angleterre, entre rejet et fascination », Revue française d’histoire des idées politiques. N° 12, 2000, pp. 327-346.

CORNICK, Martyn, “The Myth of ‘Perfidious Albion’ and French national identity”, Statecraft and diplomacy in the twentieth century. Liverpool, Liverpool University Press, 1995, pp. 7-33.

DIGEON, Claude, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959.

GUIFFAN, Jean, Histoire de l’anglophobie en France, de Jeanne d’Arc à la Vache folle, Rennes, Terre de Brume, 2004.

JOLY, Bertrand, Paul Déroulède, Paris, Perrin, 1998.

LORBLANCHET, Hélène, L‘Opinion française sur l’Angleterre, de Fachoda à la Grande Guerre (1898-1914), thèse, École des chartes, 1989, 2 volumes.

Annexes

Lettres et poèmes d’Hilaire Belloc à Déroulède

Source : Archives nationales, fonds Déroulède, 401 AP 4.

La forme (style, orthographe, accentuation et ponctuation) parfois fautive de Belloc en français a été respectée.

1 27, Brompton Square
Londres SW.
Samedi. 2/3/89

Cher Monsieur Déroulède,

Vous serez peut-être étonné de trouver cette lettre parmis la foule que vous aurez certainement reçue à propos des événements recents. J’écris seulement pour vous exprimer le regret que j’éprouve de ne me pas avoir fait membre de la Ligue avant sa dissolution42. Et si jamais l’on pourra s’y joindre au futur vous serez bien bon de m’en avertir.

Vous savez sans doute que toutes mes sympathies sont avec elle et avec la partie nationale dans ce qui se passe. Et je vous assure que dans ce pays pratique43 on se demande pourquoi le Gouvernement s’amuse-t-il à donner quelques milliers d’électeurs par jour à notre cause. Il est bien evident que la dissolution d’une ligue qui est d’accord avec tous les sentimens du cœur français, n’aura d’autre effet que de la faire, dans sa renaissance, plus grande et plus fleurissante encore ; que tous les moyens, enfins, que prennent les Parlementaires pour se defendre contre la Nation ne font qu’affirmer celle ci dans ses convictions.

J’espère – non, je suis sur – que les elections prochaines indiqueront très nettement à L’Europe que, dans mon pays au moins, le Patriotisme et la vie Nationale existent toujours.

En vous envoyant cette lettre je vous prie d’excusez le Français barbare que vous y trouverez et de penser plutôt à mon intention, qu’aux mots mal-choisis dont il est exprimé. Je vous remercie encore mille fois pour votre livre que je lis toujours avec un plaisir croissant44.

Veuillez agréer, cher Monsieur, mes sentiments les plus respectueux.

Hilaire Belloc

2 Kings Land,
Shipley
Horsham
Sussex
c. Le 7 Janvier 1909

Cher Monsieur Déroulède,

Que je suis content d’avoir de vos nouvelles ! Je n’ai passé que rarement par Paris pendant ces dernières années, presque toujours pour quelques heures seulement en allant aux Pyrénées ou en revenant d’Espagne ou d’Italie.

Soyez bien sur que je viendrais, la prochaine fois que je serais à Paris, vous voir au premier moment de mon arrivée. Il se peut que j’y serais au mois de janvier. En tout cas je viens, comme vous le savez, faire une conférence au mois de février, et c’est alors, au plus tard, que j’aurais le grand plaisir de vous voir.

Votre très dévoué

H. Belloc

3 To one singing45
Sing ever thus; the Gods themselves shall hear thee,
And swear no song was ever more divine
Than that Titanic hymning, and than thine
No heart more worthy of its hope. While near thee,
Coming in this thy strong suspense to cheer thee,
The spirits of thy fathers and of mine
Shall make the sudden sword to leap & shine,
For singing thus the Gods themselves might fear thee.
The day of glory! So! the east is red.
With its slow dawning, I see the lance
And spear & helm that erst the Maiden led;
I see the past in terrible advance.
The Marseillaise has woken up the dead.
Hail to the Coming ! Hail to thee, my France !

4 Lines with a Portrait46
There are some faces that do speak of Love,
And there are others that do not – exactly
Some lips are ever closed & jammed compactly
Some have a laughing smile which is above
The smaller things of hate, the lover joy.
You have the type that I have drawn, My Boy!

Notes

1 Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959, VIII-658 p. ; Raoul Girardet, Le Nationalisme français, Paris, 1970 ; rééd. 1983, 280 p.

2 Dans la bibliographie impressionnante qui concerne Fachoda, ne signalons que Rachel Arié, « L’Opinion publique en France et l’affaire de Fachoda », dans Revue d’histoire des colonies, t. 41, 1954, et R. G. Brown, Fashoda reconsidered : the impact of domestic politics on French policy in Africa (1893-1898), Baltimore, 1970.

3 Ce point n’est qu’évoqué dans B. Joly, Paul Déroulède, Paris, 1998, p. 225 et 331-333.

4 Jean Guiffan, Histoire de l’anglophobie en France, de Jeanne d’Arc à la Vache folle, Rennes, 2004, 279 p. ; Martyn Cornick, « The Myth of ‘ Perfidious Albion’and French national identity », dans Statecraft and diplomacy in the twentieth century, Liverpool University Press, 1995, p. 7-33 ; Hélène Lorblanchet, L’Opinion française sur l’Angleterre, de Fachoda à la Grande Guerre (1898-1914), thèse, École des chartes, 1989, 2 vol. . Je regrette de n’avoir pu consulter l’ouvrage de Bernard Cattaneo, La Grande-Bretagne dans l’opinion française, étude de mentalité politique (1870-1904), thèse de 3e cycle, Aix-Marseille III, 1981, 247 p.

5 Crécy et Azincourt sont beaucoup plus connus en France que Formigny et Castillon. Voir l’analyse d’un cas d’école faite par Jean-Marc Largeaud, Napoléon et Waterloo, la défaite glorieuse de 1815 à nos jours, Paris, 2006, 466 p.

6 Jean Bauberot et Valentine Zuber, Une haine oubliée : l’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Paris, 2000, 334 p. Voir par exemple l’article « L’invasion anglo-protestante » dans l’Almanach de la Libre Parole, Paris, 1901, p. 11-15.

7 Philippe Darioulat, Les Patriotes : la gauche républicaine et la nation (1830-1870), Paris, 2001, notamment p. 143-146.

8 Christophe Boutin, « L’Extrême droite sous la IIIe République face à l’Angleterre, entre rejet et fascination », dans Revue française d’histoire des idées politiques, n° 12, 2000, p. 327-346.

9 Pierre Froment, La Trahison protestante, Paris, 2e éd., 1899, p. 17.

10 On sait fort peu de choses sur ce personnage : son vrai nom est Louis Aubry et il est employé au ministère de la Guerre.

11 Ces théories ne sont d’ailleurs pas originales et Drumont a depuis longtemps soutenu que l’Angleterre est une nation juive. Elles sont notamment reprises par le lieutenant-colonel Grandclément dans une conférence faite au Comité d’action de la jeunesse française en faveur du Transvaal, le 23 janvier 1900 : « La race anglaise est l’expression exacte de la race juive », etc. (Archives de la Préfecture de police, Ba 109).

12 Sur ces divers personnages, voir B. Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français, Paris, 1998, 689 p., et, pour Archdeacon et Millevoye, Arlette Schweitz, Les Parlementaires de la Seine sous la Troisième république, 2. Dictionnaire biographique, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 26-28 et 426-427.

13 P. de Cassagnac, « De l’estomac », dans l’Autorité du 10 février 1900.

14 P. de Cassagnac, « Professeurs de vertu », dans l’Autorité du 18 septembre 1899. L’alliance allemande contre l’Angleterre est franchement réclamée dans deux articles de l’Estafette des 29-30 novembre et 1er-3 décembre 1898 au titre éloquent, « La guerre avec l’Angleterre ».

15 A. Gaudin, Où allons-nous ?, Ruffec, 1900, p. 55-56. Cf aussi l’ouvrage du capitaine Danrit (Driant) au titre direct, Guerre fatale, France-Angleterre, Paris, 1902, 2 vol. 

16 Voir sa lettre à son frère Jules : « On ne peut rencontrer personne qui ne vous demande pourquoi nous ne tombons pas sur le dos des Anglais » (P. Cambon, Correspondance, Paris, 1940, t. 2, p. 32-36). Même le très sérieux Économiste français publie le 12 novembre 1898 un article intitulé « Ce que pourrait être une guerre entre l’Angleterre et la France ».

17 Voir notamment la fin de Fantômes et vivants et de L’Entre-Deux-Guerres.

18 Le procédé sera imité en Allemagne par Julius Langbehn voyant dans Rembrandt le modèle du génie germanique.

19 Sur ce discours essentiel, voir Jean-Marie Mayeur, Léon Gambetta, la patrie et la République, Paris, 2008, p. 416-419.

20 Conférence de Déroulède au Grand Orient de France en 1884 (Archives nationales, F12566, 1er octobre 1884).

21 Léon Bailby, Pourquoi je me suis battu : souvenirs, Paris, 1951, p. 62.

22 Voir la péroraison de son célèbre discours à la Chambre contre Clemenceau (Journal officiel, Chambre, Débats, 20 décembre 1892, p. 1889).

23 Discours de Rouen, 22 juin 1883 (cité dans La Défense nationale, Paris, 1883, p. 7).

24 En 1893, Norton, employé à l’ambassade anglaise de Paris, communique à Millevoye des documents prouvant que divers hommes politiques, dont Clemenceau et Rochefort, sont à la solde de l’Angleterre. Il s’agit d’une mystification et les documents sont des faux dont la lecture à la tribune de Chambre, vivement déconseillée par Déroulède, va ridiculiser Millevoye.

25 André Bordeaux, Hilaire Belloc, thèse de doctorat, Paris, 1969. Sur les liens avec Déroulède, voir p. 41 et sq.

26 Comme le montre la lettre qu’il adresse à Déroulède en mars 1889, montrant toute sa sympathie pour le boulangisme (le texte en est donné ci-dessous en annexe).

27 Archives nationales, 401 AP 4, lettres de Belloc et de sa famille (1870-1909).

28 Gilbert Keith Chesterton, The Collected Poems of G. K. Chesterton, New York, 1932, p. 152-153.

29 Archives nationales, 401 AP 13, lettres de Jeanne C. Maxse (1905-1911). Voir aussi ibid., 401 AP 28, correspondances de journaux anglais et américains (1889-1913).

30 Serge Cottereau, « Un dreyfusard anglais : F.C. Conybeare », dans Revue d’histoire diplomatique, 2008-1, p. 77-90.

31 P. Déroulède, « Franc-parler », dans the National Review, 12 octobre 1905, p. 224-234. Au même moment, d’autres Britanniques lui rendent hommage, comme Robert Harborough Sherard, dont les souvenirs contiennent une apologie vibrante de l’exilé (Twenty Years in Paris, Londres, 1905, p. 114-115).

32 Cet hebdomadaire n’a que trois numéros.

33 Sur ce généreux mécène de l’antidreyfusisme, voir ci-dessus la note 12.

34 Archives nationales, F12871, 5 avril 1900.

35 Les lettres privées des ligueurs de base sont partagées, mais l’impression d’ensemble donne un net avantage à l’anglophobie (Archives nationales, 401 AP 24). Un fidèle comme André Rihouet choisit même de démissionner de la ligue pendant quatre jours, le temps de la visite royale (401 AP 17, 26 avril 1903). Les rapports de police confirment massivement le divorce entre Déroulède et ses troupes (Archives de la Préfecture de police, Ba 112 et Ba 1034, avril – mai 1903). Sur le flottement interne à la ligue, voir B. Joly, Paul Déroulède, thèse dact., Paris IV, 1996, p. 928-930, qui indique toutes les sources utilisées.

36 Joue aussi le fait qu’en son absence, des manœuvres ont lieu en coulisses pour affaiblir son contrôle sur sa ligue.

37 Texte dans le Drapeau du 9 mai 1903.

38 Archives nationales, F12870, 30 avril 1903 ; Archives de la Préfecture de police, Ba 1034, 1er avril 1903.

39 Voir son article « Franc Parler » de 1904, déjà cité, et ses discours à Champigny en 1905 et 1908 (édités dans Paul Déroulède à Champigny-la-Bataille, propagandes, 1882-1912, Paris, 1913, p. 34-35 et 54-55).

40 Voir par exemple le Drapeau du 1er juin 1908.

41 Dans son recueil intitulé Action socialiste (Paris, 1901, p. 534-535), Jaurès cite un article de Cassagnac très révélateur : « Si l’Allemagne est haïssable, c’est à cause d’un fait précis, limité, qui pourrait s’effacer. Avec la cause, l’effet disparaîtrait. Le bon voisinage, l’accord, l’alliance franche succéderaient à la situation aiguë, créée par l’Alsace-Lorraine. Mais l’Angleterre, c’est autre chose. Sa haine contre nous est inextinguible. Et la nôtre a le devoir de s’élever à la même puissance. L’Allemagne, c’est un adversaire. L’Angleterre, c’est l’ennemi, l’ennemi d’hier, de demain, de toujours ». Et Jaurès, après avoir rappelé ces lignes, commente malicieusement : « M. de Cassagnac ne peut ignorer que l’empereur allemand ne nous rendra pas l’Alsace-Lorraine » (Action socialiste, Paris, 1901, p. 534-535).

42 Première étape de l’offensive gouvernementale contre le boulangisme, la dissolution de la Ligue des patriotes n’est officielle que le 12 mars suivant, mais la justice a perquisitionné et mis les scellés sur le siège de la ligue le 28 février précédent, ce qui correspond à une dissolution de facto.

43 Belloc parle bien sûr de l’Angleterre.

44 Il s’agit probablement d’un des deux ouvrages suivants : Le Livre de la ligue des patriotes. Extrait des articles et discours de Paul Déroulède, Paris, [1887], III-307 p., ou Refrains militaires, Paris, 1889, 105 p. (dernier recueil de poésies militaires de Déroulède).

45 Le poème se trouve sous une esquisse de paysage rural à l’encre noire.

46 Le poème s’accompagne d’une tête d’homme à l’encre.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540