Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Introduction1

Philippe Vervaecke

Texto completo

  • 1 L’auteur tient à remercier Nicolas Lebourg, Michel Leymarie et Jean Vavasseur-Desperriers pour leur (...)

1Depuis le début des années 1970, l’historiographie des droites radicales a connu des progrès significatifs en France comme en Grande-Bretagne avec la publication d’un nombre croissant d’ouvrages sur leurs diverses incarnations au cours du siècle. De part et d’autre de la Manche, à mesure que la période de l’entre-deux-guerres s’éloigne, les historiens ont pu bénéficier tout à la fois d’un accès plus aisé aux archives et de davantage de sérénité pour opérer ce retour vers les crises des années 1930. Ce regain d’intérêt pour l’histoire des droites radicales a en outre été stimulé par la montée en puissance de droites populistes dotées de profils similaires, même s’il convient de reconnaître d’emblée que le British National Party (BNP), en dépit de la percée observée aux élections locales de 2010, rencontre moins de succès sur le plan électoral que le Front National.

2D’importantes divergences d’interprétation sont apparues entre historiens sur ce sujet, ce qui explique que lors du colloque « Droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle : comparaisons, transferts, regards croisés » qui s’est tenu en mars 2009 à l’Université de Lille 3, les échanges aient parfois été « incisifs », comme le note Jean-Paul Thomas dans sa contribution. Toujours est-il que les positions des uns et des autres ne sont pas restés figées et que les confrontations de points de vue ont été profitables, ce qui a mené Kevin Passmore à me confier à l’issue du colloque que selon lui, « les lignes avaient bougé ». Espérons que la publication de cet ouvrage confirmera son verdict, même si je note qu’un certain nombre de participants français au colloque continuent d’envisager avec scepticisme la notion même de « droite radicale », perçue soit comme insuffisamment précise, soit comme peu pertinente pour décrire un certain nombre de mouvements étudiés dans ce livre. Plus loin dans cette introduction, le terme fait l’objet d’une tentative de définition, tandis que la plupart des chapitres reviennent sur le caractère problématique du vocable « radical ».

3Comme l’indiquait le sous-titre du colloque (comparaisons, transferts, regards croisés), trois pistes problématiques ont été suivies. En premier lieu, il s’agissait d’inviter à une comparaison des idées, du positionnement, des personnels, des structures partisanes et des adversaires propres aux droites radicales des deux côtés de la Manche : on reviendra un peu après sur ce qui justifiait cette démarche de comparaison, il suffit de signaler ici que l’intuition initiale était que les deux contextes constituaient, au-delà de nombreuses divergences, deux cas comparables.

4Le second axe de réflexion consistait à étudier la circulation des idées au sein des droites radicales. Sur ce point, un faisceau d’éléments plaidaient en faveur d’une exploration approfondie de ces échanges transmanche, en particulier l’influence de l’Action Française en Grande-Bretagne, ainsi que, pour la période contemporaine, la dette des dirigeants du BNP à l’égard de leur « grand frère » français, le Front National de Jean-Marie Le Pen, et inversement, celle des dirigeants du FN des années 1970, Maxime Duprat en tête, à l’égard du ‘powellisme’ et de la manière dont Enoch Powell instrumentalisa la question de l’immigration à la fin des années 1960.

5Le troisième sous-titre du colloque invitait, en partant de la notion de « regards croisés », à explorer la manière dont on avait pu appréhender, au sein des droites radicales ou modérées, la pertinence du modèle ou du contre-modèle que constituait l’alter ego d’outre-manche. Là encore, à l’échelle du siècle, on pouvait se demander par exemple comment la droite nationaliste française avait envisagé l’Angleterre et son empire, comment les milieux conservateurs britanniques avaient perçu l’essor des ligues et le régime de Vichy, et quelles leçons les droites populistes contemporaines avaient tirées des problèmes suscités par l’immigration extra-européenne dans le pays voisin.

Droites radicales : éléments de définition

6Dissipons d’emblée quelques malentendus potentiels. En premier lieu, le pluriel importe : c’est de droites radicales dont il s’agit dans ce livre, où l’on ne postule pas qu’il existerait un invariant de type « droite radicale » dont les contours demeuraient stables et continus à travers le siècle. Bien au contraire, il convient d’insister sur la diversité idéologique de ces milieux et sur la nécessité de les saisir en en contextualisant les manifestations. À ce titre, les catégories manipulées par les acteurs eux-mêmes sont souvent trompeuses : par exemple, un certain nombre d’impérialistes protectionnistes qui se rallièrent sous la bannière de Joseph Chamberlain au début du XXe siècle avaient tendance à se définir comme des « tories radicaux », mais il semble discutable de les envisager comme une incarnation précoce des droites radicales.

  • 2 Pour un ouvrage où droite radicale et fascisme sont considérés comme équivalents, voir par exemple (...)
  • 3 Roger Griffin, The Nature of Fascism, Londres, Routledge, 1991. Pour une analyse synthétique du déb (...)

7La deuxième précaution à prendre est de clairement insister sur le fait que droites radicales et fascisme forment deux types, certes voisins, mais distincts d’obédience politique. Certains ouvrages traitent ces deux types de mouvements comme indissociables et suffisamment parents pour être englobés dans la même catégorie2 ; le parti pris sera ici, chaque fois qu’il le sera nécessaire, de préciser la différence entre l’une et l’autre de ces « familles » politiques. Sans doute peut-on concevoir le rapport entre droites radicales et fascismes comme une affaire d’emboîtement : les fascismes et néo-fascismes seraient dans cette perspective une manifestation des droites radicales, catégorie englobant l’ensemble des droites « contestataires » ou extrêmes. Si on s’en tient à la définition que Roger Griffin propose du « fascisme générique », à savoir qu’il constitue un « ultranationalisme populiste et palingénésique », force est de constater qu’on aurait quelque mal à le distinguer d’un certain nombre de droites radicales, elles aussi caractérisées par un discours populiste dénonçant des élites cosmopolites et/ou corrompues, par un nationalisme exacerbé, et par la volonté de faire advenir la renaissance de leur pays en proie à la décadence3. Sans dénier l’intérêt heuristique de la définition de Griffin, sans doute faut-il ajouter que droites radicales et fascismes forment deux phénomènes distincts : le projet fasciste – ou néofasciste – est d’ordre révolutionnaire, tant vis-à-vis des institutions politiques que de l’organisation de la société et de l’économie, là où les droites radicales, certes souvent critiques à l’égard de la démocratie libérale, ne se placent pas nécessairement dans une posture de refondation complète de l’ordre politique et social. Bien au contraire, on ne saurait sous-estimer la manière dont cette droite de la droite peut parfois être libérale, voire ultralibérale dans le domaine économique, même si, nouvel indice de cette diversité idéologique sur laquelle on insiste, certains segments de droite radicale ont également été séduits par une réforme corporatiste de l’économie.

8Autre facteur de confusion, les droites radicales peuvent présenter en outre tout un ensemble de caractéristiques qui les rapprochent des droites classiques, par exemple l’attachement à la religion, aux valeurs familiales et à la nation, la méfiance à l’égard de l’esprit partisan et du poids de l’État dans l’économie, la xénophobie. Elles se distinguent en revanche de la droite « classique » de par la fidélité qu’elles affirment aux principes premiers de la droite et de par le positionnement critique qu’elles s’arrogent lorsque la droite « modérée » perdrait de vue son socle idéologique, ce que suggère l’étymologie du terme « radical » (la racine) comme le rappelle Magali Della Sudda dans son chapitre.

9La notion telle qu’on la comprend n’est donc pas un « attrapetout » : elle englobe les diverses manifestations d’une droite parfois dissidente, parfois « inconciliable » comme le dit Jean-Paul Thomas. Même si cette droite de la droite produit des appareils partisans qui concurrencent durablement les droites classiques, un certain nombre de ses partisans sont également susceptibles de suivre le chemin d’une réintégration au bercail de la droite « classique » plutôt que celui de la rupture irrémédiable.

  • 4 Je remercie Nicolas Lebourg de m’avoir suggéré ce dernier point au cours d’une discussion où, avec (...)

10Face aux difficultés que soulève cette catégorie, sans doute est-il utile, plutôt de se risquer à une définition risquant de figer la notion, d’identifier des critères a minima communs à l’ensemble des droites radicales, y compris dans leurs incarnations fascistes ou néo-fascistes. Quatre traits distinctifs et communs doivent alors être dégagés : l’organicisme ; l’anticommunisme ; la critique de la modernité libérale, d’un point de vue politique et institutionnel (ce qui n’exclut pas, dans des cas atypiques comme celui d’Enoch Powell, un discours économique ultra-libéral qui participe d’une critique de l’étatisme dans le domaine économique) ; la contestation de l’ordre géopolitique existant4. Cette dernière caractéristique se vérifie dans tous les cas observés dans cet ouvrage. On la retrouve dans la manière dont les protectionnistes britanniques du début du siècle appellent de leurs vœux la fondation d’un système économique centrés sur les échanges entre les divers territoires de l’Empire, mais aussi dans le discours similaire que véhiculent les partisans de la British Union of Fascists dans les années 1930. On en constate la résurgence après 1945 chez Oswald Mosley dans la défense du concept de la Nation Europe, qui permettrait au continent européen de s’affranchir de l’affrontement Est-Ouest, et dans la période actuelle dans le discours anti-européen du British National Party. En France, la contestation des contraintes géopolitiques de l’époque est commune aux nationalistes du début du siècle (dans leur obsession à l’égard de la revanche contre l’Allemagne), aux mouvements proches du fascisme (dans leur hostilité à l’égard de la Russie soviétique et leur attrait pour les puissances autoritaires) et aux extrêmes droites d’après-1945 (dans leur opposition à la décolonisation, puis à la construction européenne dans le cas du Front National).

  • 5 Sur ces problèmes de terminologie, voir Cas Mudde, « The war of words defining the extreme right pa (...)

11Pour conclure sur ces questions – cruciales – de sémantique, il convient d’insister sur l’intérêt heuristique de la notion de « droites radicales ». Au-delà des réserves qu’on peut adresser sur une notion qui s’apparente à un calque du terme anglais de “radical right”, la notion est utile dans la mesure où elle permet d’aborder comme un continuum la diversité des mouvements et des acteurs qu’on peut inclure dans cette catégorie et de dépasser ainsi une taxonomie centrée sur les vocables « fasciste » ou « extrême » qui a pour effet de minimiser les convergences réelles et notables entre les diverses formes de droite contestataire apparus dans les deux pays.5

Pertinence du doublon franco-britannique

  • 6 Depuis les années 1980, un nombre conséquent d’ouvrages comparatistes sur les droites radicales et (...)
  • 7 Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire 1885-1914, Paris, Gallimard, 1997, p. x.
  • 8 Ibid., p. lxxvi. Sur les « Anti-Lumières », voir Sternhell, Les anti-Lumières. Une tradition du XVI (...)

12Le volume, on tient à le préciser, n’ambitionne pas d’être un ouvrage d’histoire comparée6. En revanche, on espère que le lecteur parviendra, à l’appui des contributions qui le composent, à confronter l’évolution de ces mouvements et du contexte dans lequel elles ont pu évoluer sur la longue durée du XXe siècle. Comme le note Dan Stone, cette démarche apparaît fondée car les deux pays offrent un contexte politique, historique et institutionnel bien plus comparable a priori que si d’autres pays, l’Allemagne et l’Italie en particulier pour des raisons évidentes, avaient été inclus dans le projet. Sans revenir sur la vieille querelle liée aux « origines françaises du fascisme », rappelons que Sternhell fait de la France le « laboratoire idéologique du fascisme en tant que phénomène européen » du fait de son statut de « société libérale la plus avancée sur le continent » et de « dépositaire naturel de l’héritage des Lumières », ce qui expliquerait selon lui la précocité de la « révolte contre l’héritage rationaliste et universaliste » qui s’y produit avant 19147. Or, l’importance d’un Edmund Burke ou d’un Thomas Carlyle dans la tradition « anti-Lumières » qu’a plus récemment analysée Sternhell, de même que l’emprise du libéralisme politique et économique outre-manche au début du siècle, sont autant de facteurs qui a priori militent pour une analyse fouillée du devenir, au cours du XXe siècle, de la pensée fasciste et de ses « couronnes extérieures » dans un contexte britannique, a fortiori dans la mesure où, de façon plus probante qu’en France, le fascisme s’y est structuré en parti8. Tout autant qu’en France, on observe dans divers milieux, pas exclusivement à droite d’ailleurs, la même révolte antilibérale, le refus du matérialisme et la diffusion d’une vision organiciste de la société qui trouve son apogée dans l’entre-deux-guerres en Europe.

13Au-delà d’un contexte idéologique partagé, puisqu’européen, on est également frappé par les nombreuses convergences entre les deux contextes nationaux concernant les diverses formes de radicalité qui se manifestent à droite de la droite. En termes chronologiques tout d’abord. Les deux pays ont l’un et l’autre été affectés par des poussées des droites radicales à des périodes concomitantes. Avant 1914, comme l’a montré Zeev Sternhell, émerge ce qu’il a appelé la « droite révolutionnaire » qui opère selon lui une synthèse entre nationalisme et socialisme, au même moment où un clivage profond intervient à droite en Grande-Bretagne entre partisans d’un protectionnisme impérial qui se désignent eux-mêmes comme des « tories radicaux », et le reste du Parti conservateur qui observe avec méfiance, voire hostilité, ces sectateurs de l’unité impériale. Des divergences nettes apparaissent toutefois entre ces deux types de mouvements : ma propre contribution à l’ouvrage tente de montrer à quel point ce qu’on a eu coutume d’appeleAr la droite radicale britannique d’avant 1914 diffère grandement des organisations analysées par Sternhell.

14Dans l’entre-deux-guerres, les deux pays voient surgir des organisations fascisantes, voire explicitement fascistes en Grande-Bretagne où sont fondés tour à tour les British Fascisti (1923), l’Imperial Fascist League (1929) et la British Union of Fascists (1932). On n’évoquera pas en détail dans cette introduction le cas des ligues nationalistes françaises et des partis qui leur succèdent après 1934 : la question de la pertinence ou non du vocable « droite radicale » ou des épithètes « fasciste » ou « fascisant » dans le cas du Parti populaire français et du Parti social français est amplement développée dans les chapitres de Jean Vavasseur-Desperriers et de Jean-Paul Thomas. Mais il est indéniable que ces mouvements s’inscrivent dans un processus de radicalisation à droite à la faveur de la montée en puissance des partis de gauche, phénomène qu’on observe également dans le contexte britannique où le parti travailliste parvient pour la première fois seul au pouvoir en 1924.

15En Grande-Bretagne si les premiers mouvements fascistes sont groupusculaires et anecdotiques, la BUF est une toute autre affaire. Dirigée par le très charismatique Oswald Mosley, ce parti se positionne comme une alternative au travaillisme et au conservatisme. L’échec de la BUF, et plus encore des officines qui l’avaient précédée, a longtemps conduit l’historiographie britannique à négliger l’importance du fascisme en Grande-Bretagne et à souligner les incompatibilités intrinsèques entre la dimension révolutionnaire et antidémocratiques des idéologies qu’il véhiculait et l’attachement traditionnel de l’électorat britannique au parlementarisme, au constitutionnalisme et à un réformisme prudent. Le « mythe de l’allergie » britannique au fascisme a été nuancé par des travaux récents mettant l’accent sur les multiples formes de radicalités, au-delà du seul cas problématique du fascisme, qui traversent les droites britanniques à l’époque. Qu’il s’agisse de l’empire et de sa préservation, à un moment où le gouvernement d’union dirigé par Stanley Baldwin octroie davantage d’autonomie à l’Inde, de l’anticommunisme militant ou du ruralisme, divers thèmes nourrissent alors cette radicalité à droite et participent d’une critique exacerbée de la modernité démocratique et libérale, ce qu’abordent entre autres les contributions de Dan Stone, de Julie Gottlieb et de Keith Dixon.

16L’après-1945 confirme ces temporalités parallèles dans lesquelles s’inscrivent ces mouvements. La décolonisation nourrit de part et d’autre de la Manche une résurgence de la droite de la droite. Certes, en France, les crispations sur la question algérienne donnent lieu à des mobilisations autrement plus violentes qu’en Grande-Bretagne, où la League of Empire Loyalists, qui regroupe les opposants à la décolonisation, ne parvient guère qu’à perturber par des actions d’éclat les conférences du Parti conservateur. Les mobilisations anti-immigré semblent en revanche plus précoces en Grande-Bretagne du fait sans doute de l’arrivée de contingents de migrants issus de l’empire dès la fin des années 1940 et plus encore dans les années 1950. L’Union Movement fondé par Mosley en 1947 se positionne très rapidement sur la question des immigrés « de couleur », et ce discours est bientôt relayé par d’autres organisations plus virulentes comme la White Defence League, fondé en 1957 par Colin Jordan ou par d’autres mouvements qui, à la différence du parti de Mosley, se revendiquent comme néo-nazie, à l’instar du National Socialist Movement, que Jordan mit sur pied après avoir quitté le British National Party. Avant l’émergence de partis dominant la droite radicale que sont aujourd’hui le Front National et le British National Party, l’élément commun entre les deux milieux réside dans un factionnalisme interne tout à fait comparable. L’histoire des extrêmes droites des deux pays est en effet caractérisée par une succession incessante de querelles, de scissions et de divisions qui contribuent progressivement à dissocier une aile radicale-populiste qui deviendra majoritaire de dissidents néo-nazis de plus en plus marginalisés. Dans l’un et l’autre des deux pays, il serait abusif de parler de la droite radicale au singulier : on constate d’abord et avant tout la multiplicité des clivages internes qui séparent ces groupes entre eux.

17Outre un phasage somme toute similaire, qu’on retrouve d’ailleurs dans d’autres contextes politiques que dans notre doublon franco-britannique (en Belgique et en Scandinavie par exemple), d’autres éléments communs apparaissent. En premier lieu la capacité qu’ont les droites radicales, dans certains moments de crise, à mobiliser efficacement un nombre conséquent de soutiens. On pense ici à certaines des ligues nationalistes françaises de l’entre-deux-guerres, mais également au FN et au BNP à l’heure actuelle. Loin d’être nécessairement vouées à la marginalité, les droites radicales sont parvenues à acquérir le statut de mouvements dotés d’une réelle assise militante, en particulier dans le contexte contemporain pour les deux pays, et dans l’entre-deux-guerres dans le cas de certaines ligues. Enfin, on remarque la diversité des choix organisationnels qu’opère la droite de la droite : elle peut soit fonctionner en tant qu’officine au sein même ou en marge des partis de droite classique (on pense au Monday Club ou au Club de l’Horloge), soit opter pour des structures partisanes indépendantes et rivales de ces derniers.

  • 9 “Audience is outraged as Griffin says Churchill would have joined the BNP”, The Times, édition en l (...)
  • 10 « Congrès du FN à Tours : Discours d’investiture de Marine Le Pen », 16 janvier 2011, texte intégra (...)
  • 11 Rémi Lefebvre, « L’histoire vire-t-elle à droite », Le Monde Diplomatique, avril 2011.

18Le contexte contemporain militait également en faveur d’une étude serrée sur les relations entre droites modérées et radicales. Depuis quelques années, les dirigeants du Front National et du British National Party se livrent à un véritable brouillage identitaire en se référant à des figures tutélaires improbables. Nick Griffin a ainsi tenté une OPA sur la personne de Churchill, suggérant que l’homme d’État aurait partagé bien des idées du BNP9. Marine Le Pen de son côté s’est référée à Jaurès lors de son discours d’investiture à la présidence du FN, au cours duquel, se présentant comme un défenseur de la laïcité républicaine, elle a également développé un argumentaire étatiste qui montre les emprunts que la nouvelle dirigeante du FN est prête à faire à la gauche républicaine10. Pour ajouter à la confusion, la droite de gouvernement dans les deux pays a durci son discours et sa politique sur tout un ensemble de questions, de l’immigration au « multiculturalisme » en passant par un discours de plus en plus sécuritaire jusqu’à l’application de recettes économiques néolibérales. La radicalisation de la droite sous Sarkozy et Cameron rend donc plus problématique que jamais l’ancien clivage entre droite classique et radicale. Si on peut douter que l’histoire vire à droite comme on a pu le lire ici ou là ces derniers temps11, des deux côtés de la Manche, la droite vire sans conteste à droite en ce début de XXIe siècle.

Présentation de l’ouvrage

19Les contributions ont été regroupées en quatre parties thématiques. Cette organisation a été préférée à un découpage chronologique car elle permettait de faire clairement apparaître les pistes et problématiques majeures abordées par chacun des auteurs. L’ouvrage débute sur des analyses portant sur les idéologies portées par les droites radicales. Il embraye ensuite sur la problématique cruciale des rapports entre droites modérées et radicales. Est ensuite abordée la question du militantisme au féminin au sein de ces mouvances. La dernière partie traite de la circulation d’idées, en particulier entre France et Grande-Bretagne, qui s’opère au sein des droites radicales.

20L’accent a été mis sur les échanges qu’on observe entre droites radicales françaises et britanniques (Nigel Copsey, Philippe Secondy, Valérie Auda-André), et entre ces milieux et d’autres types de formation ou d’idéologie politique (Keith Dixon, Richard Griffiths, Myriam Boussahba-Bravard). Les contributions permettent également de mieux connaître le regard que les droites radicales françaises ont pu jeter sur la Grande-Bretagne (Bertrand Joly, Kevin Passmore) et inversement (Nigel Copsey, Valérie Auda-André). La problématique majeure ambitionne d’étudier, à divers moments du XXe siècle, l’état des relations entre droites « modérées » et « radicales », et pour l’entre-deux-guerres entre milieux conservateurs et groupes fascistes ou fascisants. C’est ce que, chacune sur leur objet propre, tentent de préciser les contributions de Philippe Vervaecke, de Magali Della Sudda, d’Antoine Capet, de Jean Vavasseur-Desperriers, de Jean-Paul Thomas, de Stéphane Porion, de Julie Gottlieb, d’Olivier Dard et de David Bensoussan.

 

21Au sein des quatre chapitres, les contributions suivent peu ou prou un ordre chronologique qui permet dans la plupart des cas d’étudier les diverses incarnations des droites radicales de la Belle Époque à la période actuelle. Un nombre prépondérant de contributions traite de l’entre-deux-guerres (treize au total), mais ni l’avant-1914 (cinq chapitres), ni l’après-1945 (sept chapitres) ne sont négligés : un réel équilibre entre périodes et entre espaces nationaux a pu être maintenu. Le tableau dressé par l’ensemble est nécessairement parcellaire – c’est la nature même de ce type d’entreprise, mais dans leur globalité les chapitres doivent permettre au lecteur de bénéficier d’un aperçu assez complet sur les droites radicales dans les deux pays.

22Sept contributions abordent l’un et l’autre des deux espaces nationaux, treize se centrent sur le cas français et neuf sur le cas britannique. La plupart des chapitres sont cependant centrés sur un espace national uniquement, mais chacune de ces études doit permettre de cerner les spécificités des deux cas à chacune des étapes de la chronologie. Seuls deux chapitres (celui de Jeremy Tranmer sur l’antifascisme et celui de Dan Stone sur le ruralisme) se placent explicitement dans une perspective comparatiste, mais pour autant, le lecteur pourra s’appuyer sur les autres études pour bénéficier d’éléments de comparaison.

23Au total, l’ouvrage offre un large panorama sur les droites radicales dans les deux pays, qui permet également de les situer sur le plan européen, puisque les chapitres de Richard Griffiths, d’Antoine Capet et de Keith Dixon discutent également de modèles et d’emprunts au-delà du doublon franco-britannique.

24La première partie se centre sur les cultures politiques des droites radicales. On y constate la diversité idéologique de ces milieux politiques. Parmi les éléments constitutifs de ces idéologies, les auteurs interrogent tour à tour le rapport au nationalisme, à la ruralité, aux empires coloniaux, au racisme, inscrivant globalement la pensée issue des milieux de droite radicale dans une critique de la modernité libérale qui présente un certain nombre de parentés avec l’idéologie fasciste mais qui s’en distingue également sur bien des points. Précisons que les trois chapitres suivants, centrés sur d’autres problématiques, ne négligent pas la question de la culture politique des droites radicales ; ils doivent permettre au contraire de compléter le tableau nécessairement lacunaire auquel aboutit cette première partie.

25Les deux premiers chapitres témoignent de l’intérêt constant qu’exerce le modèle libéral anglais auprès de la droite et de l’extrême droite française. Les deux auteurs, Bertrand Joly et Kevin Passmore, soulignent la prévalence de l’anglophobie au sein de la droite nationaliste, mais leurs arguments respectifs doivent mettre en garde contre toute généralisation hâtive et toute extrapolation à l’ensemble des droites de ces réflexes anglophobes. Le premier chapitre de Bertrand Joly montre ainsi la coexistence d’une forte tradition anglophobe au sein des milieux nationalistes avec l’anglophilie d’une de leurs figures les plus notables, Paul Déroulède. Joly souligne ce faisant l’hétérogénéité des nationalismes français au début du XXe siècle et insiste sur la singularité de Déroulède, qui usa de toute son aura pour apaiser l’anglophobie fervente qu’occasionna la crise de Fachoda et qu’il convient de considérer davantage comme un « national » qu’un « nationaliste », selon l’ingénieuse dichotomie suggérée par l’auteur. Kevin Passmore retrace, de Gustave Le Bon à André Tardieu, comment les droites et extrêmes droites françaises s’emparèrent de la référence à l’Angleterre. Tout comme Joly, il signale l’importance du courant anglophobe, que démontrent entre autres les écrits du colonel Driant. Cependant, il ne minimise pas l’importance de l’anglophilie, dont témoigne entre autres l’ouvrage de Demolins, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ? (1897). De façon plus inattendue, Passmore rattache les catégorisations nationales et raciales qui se font jour au sein des droites au clivage entre France septentrionale et méridionale qu’affectionne tout une littérature de droite, dont il décèle les continuités sur l’ensemble de la chronologie qu’il traite, et même bien au-delà, puisqu’en conclusion du chapitre il montre la persistance de ce type de schéma d’interprétation dans l’historiographie récente.

  • 12 Précisons d’emblée que Stone insiste sur le fait que l’idéologie ruraliste ne saurait être conçue c (...)

26Dan Stone tente une comparaison de l’emprise du ruralisme dans les deux pays. Il insiste sur la diffusion très large de ce type d’attitude en Grande-Bretagne, bien au-delà des seuls milieux de droite radicale, et inscrit la célébration de la ruralité dans le contexte plus large de la critique de la modernité libérale et capitaliste12. En confrontant deux intellectuels ruralistes, Pierre Drieu La Rochelle et Rolf Gardiner, Stone fait apparaître leurs points communs, en particulier leur rapport ambigu à l’égard du fascisme, qui pour un temps séduit l’un et l’autre de ces penseurs de la ruralité, mais qui renforce chez tous deux la volonté d’affirmer leur attachement premier à la cause du ruralisme que le fascisme n’exaltait qu’à des fins tactiques. Stone relève tout autant les divergences que les similitudes entre les versions françaises et britanniques du ruralisme, mais il conclut sur leur échec commun sur le plan politique. En Grande-Bretagne, l’élitisme aristocratique d’organisations telles que Kinship in Husbandry ne pouvait en aucun cas retarder l’essor du productivisme, la radicalité du programme ruraliste de ce type de mouvements se trouvant « canalisée », d’après Stone, dans « le mouvement pour l’agriculture biologique d’une part, et dans l’exploitation économique du patrimoine d’autre part ». En France, le ruralisme fut bel et bien un élément important de la culture politique des droites radicales, qui ne parvinrent toutefois pas à en faire un programme politique viable.

27Le propos comparatiste de Stone est complété par l’étude que David Bensoussan consacre à la radicalisation des droites en milieu rural. Bensoussan saisit cette évolution au travers d’une organisation syndicale, l’Union nationale des syndicats agricoles, qui soutint activement le mouvement dorgériste. Bensoussan met l’accent sur l’importance du corporatisme, « cheval de bataille idéologique » des élites agrariennes, dans les discours et les stratégies mises en œuvre par l’Union nationale des syndicats agricoles. Il conclut sur « l’aporie » à laquelle a conduit la mystique paysanne véhiculée par les syndicats et les mouvements agrariens hostiles au Front Populaire qu’il ausculte et sur le caractère « chimérique » d’un agrarisme qui relève davantage d’une posture que d’un programme politique viable.

  • 13 Depuis la parution de la biographie que Robert Skidelsky a consacrée à Oswald Mosley au début des a (...)
  • 14 Mosley évoluera après 1945 vers une position quelque peu différente sur la question de l’empire, qu (...)
  • 15 La carrière d’A. K. Chesterton, dont il est très peu question dans l’ouvrage, illustre la manière d (...)

28Dans le chapitre consacré à l’analyse de l’ouvrage d’Oswald Mosley, Greater Britain, Pascale Sempéré fait apparaître tout ce qui distingue le fascisme, dans sa variante britannique, des droites radicales de son temps13. Chez Mosley, l’étatisme et l’exaltation de la science participent d’une idéologie conforme à la dimension moderniste et matérialiste du fascisme, qui le distingue de manière décisive de l’antimatérialisme que manifestent souvent les pensées de droites radicales. Le lecteur scrupuleux comprendra que ce chapitre, le seul de l’ouvrage uniquement consacré au fascisme britannique, n’a été inclus non pour faire perdurer les amalgames entre droites radicales et fascismes, mais bien pour faire saisir ce qui peut séparer la radicalité à droite de la radicalité fasciste, qui procède d’une démarche révolutionnaire et syncrétique, alliant dans un même élan célébration et répudiation de la tradition. En outre, le chapitre de Sempéré permet de saisir l’importance de l’empire dans la pensée de Mosley, ce qui apporte des éléments de comparaison avec la contribution d’Olivier Dard, qui interroge quant à elle le rapport des droites radicales à l’empire colonial français14. L’impérialisme fasciste qu’explore Sempéré recycle à bien des égards la vision protectionniste et nationaliste de l’unité impériale que véhiculaient au début du XXe siècle les partisans de Joseph Chamberlain au début du siècle, comme mon chapitre le souligne15.

29Olivier Dard propose à ce sujet une étude synthétique couvrant l’ensemble du siècle, dans laquelle il montre la tiédeur, voire l’indifférence à l’égard de l’empire de grandes figures de la droite nationaliste comme Maurice Barrès et Charles Maurras, bien plus préoccupé l’un et l’autre par la revanche. L’entre-deux-guerres correspond selon Dard à une période d’investissement accru dans l’empire de la part des droites radicales françaises. Dard évoque à ce titre l’implantation en Algérie des ligues nationalistes telles que les Croix de Feu, puis des partis qui prennent leur relève, Parti social français et Parti populaire français en tête. Après 1945, il retrace le combat des droites radicales contre la décolonisation et le traumatisme que constituent les Accords d’Évian dans ces milieux. Pour la période contemporaine, Dard fait apparaître l’oubli dans lequel est plongé l’enjeu colonial au sein même du Front National, ce qui témoigne à ses yeux d’« une véritable carence en termes de transmission de culture politique ». Dard conclut que « sur les enjeux coloniaux les droites radicales ont été généralement plus réactives qu’actives voire anticipatrices ». La défense de l’empire, potentiellement un « formidable levier » de mobilisation à droite de la droite, n’a en fait pas pu être pleinement exploité du fait des divergences notables existant sur cet enjeu entre les divers groupes de droite radicale française.

  • 16 On fera observer sur ce point que dès les années 1930 les groupes mobilisés contre le fascisme (mil (...)
  • 17 Pour une analyse de l’antifascisme en Grande-Bretagne dans les années 1930, période que Tranmer ne (...)

30La contribution de Jeremy Tranmer prend le parti du hors champ en explorant les mobilisations contre ces milieux et leurs idéologies qui sont apparues de part et d’autre de la Manche, révélant ainsi les parentés et les divergences entre les antifascismes britanniques et français. Tranmer analyse les activités de l’Anti-Nazi League dans les années 1970 et de Ras l’Front dans les années 1990. Le constat qu’il dresse est celui d’une divergence marquée en termes de stratégie entre ces deux mouvements. En Grande-Bretagne, ces opposants aux droites radicales font le choix du harcèlement physique de leurs adversaires, tandis que leurs homologues français privilégient des pratiques moins violentes16. Tranmer attribue cette divergence d’une part à la puissance du sentiment germanophobe en Grande-Bretagne, héritage selon lui de la Seconde Guerre mondiale et d’autre part au contexte des années 1970 marqué par une recrudescence généralisée et multiforme de la violence, qu’elle soit sociale ou politique17.

 

31La deuxième partie de l’ouvrage en vient à ce qui constitue le cœur de la problématique de l’ouvrage, qui vise à étudier la façon dont droites « modérées » et droites radicales ont coexisté. Les contributions qui le composent interrogent à chacune des étapes du XXe siècle les relations entre le conservatisme et la droite de la droite. Dans l’ensemble, le tableau qui est dressé oscille selon les cas entre le constat de convergences et de répudiations mutuelles. Chacun des auteurs tente de définir ce qu’on peut entendre par le terme de droite radicale selon le contexte abordé.

32Le premier chapitre revient en particulier sur la controverse occasionnée par l’adoption par Joseph Chamberlain de la cause du protectionnisme impérial, et plus globalement sur la multiplication de ligues à vocation nationaliste à l’époque édouardienne. J’y défends la nécessité de nuancer la pertinence du vocable droite radicale concernant le mouvement protectionniste et les ligues d’avant-guerre. Certes caractérisés par un même patriotisme exacerbé, ces divers mouvements demeurent attachés au respect du cadre parlementaire. Certaines de ces organisations, en particulier la Tariff Reform League (TRL), ont, il est vrai, des rapports houleux avec la hiérarchie conservatrice, mais leur objectif commun est davantage d’influer sur les orientations du parti conservateur que de se substituer à lui. L’âge d’or des ligues patriotiques qu’a été l’avant 1914 devrait selon moi être interprété comme une évolution propice à un retour en grâce des conservateurs, dans la mesure où ces organisations ont contribué à remobiliser l’électorat de droite. Les ligues, y compris la TRL, ont au bout du compte fonctionné comme autant d’adjuvants du conservatisme. Elles ont selon moi permis de redynamiser ce parti en démultipliant l’offre partisane à un moment où l’emprise des libéraux sur le pouvoir leur permet de mettre en œuvre une politique de réforme sociale et institutionnelle contre laquelle le parti conservateur et les ligues qui gravitent autour de lui se fédèrent. Le schéma britannique diffère donc grandement du contexte français : nul nationalisme « intégral » ne s’y développe, dans la mesure où le patriotisme britannique s’inscrit dans un cadre nationalement et géographiquement composite et conçu comme impérial, donc solidaire à la fois des marges celtiques de l’Angleterre et des colonies de peuplement anglophone d’outre-mer. De même, la critique du libéralisme qui se fait alors jour se limite à la question du libre-échange. Même si dans une certaine mesure l’impérialisme social défendu par Chamberlain semble participer d’une synthèse entre « socialisme » et nationalisme, on est loin avec les protectionnistes de la TRL d’une critique radicale du capitalisme et de l’étatisme telle qu’elle apparaît chez les Jaunes de Biétry entre autres, pas plus que les impérialistes sociaux de la TRL n’adhère à l’idée chère à Biétry d’une organisation corporatiste de l’économie.

33Le cas qu’examine Jean Vavasseur-Desperriers est celui du Parti populaire français (PPF). L’analyse de Vavasseur-Desperriers, mesurée et prudente, n’évacue pas pour autant la question des catégorisations, mais l’auteur entend situer sa démarche au-delà des controverses quelque peu figées sur la question du « fascisme français ». Entre « fascisme et conservatisme », cette formation politique fondée par Jacques Doriot en 1936 est placée dans un entre-deux qui la rattache au traditionalisme, sur les questions familiales et religieuses par exemple, et au processus de radicalisation des droites de l’entre-deux-guerres, concernant la xénophobie et l’anticommunisme dont témoignent les instances du PPF. Le PPF s’insère dans une démarche globale de radicalisation qui caractérise l’ensemble de la droite conservatrice durant les années 1930, y compris une formation institutionnalisée comme la Fédération républicaine ; en même temps, son programme se rattache largement au traditionalisme religieux et familial qui constitue alors le fonds commun de références de l’opinion conservatrice (catholique, rurale et nationale). Cela n’exclut pas que l’on perçoive, notamment chez les dirigeants de ce parti, des indices d’une éventuelle fascisation, sans que ceux-ci permettent de considérer, avant 1939, le PPF comme l’expression achevée d’un fascisme à la française. A quoi s’ajoute, au-delà de la tentation autoritaire, la tentative du PPF pour s’insérer dans le système politique républicain. Tout cela témoigne de la complexité de ce météore politique qui disparut en 1939. La démarche de Vavasseur-Desperriers, portant sur un parti controversé à droite de la droite, nourrit la réflexion sur ce qui pourrait constituer l’idéaltype de la droite radicale dans l’entre-deux-guerres.

  • 18 Michel Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme. Paris, Albin Michel, 2003. L’aut (...)

34À bien des égards, on retrouve le même souci de précision terminologique et de précaution méthodologique dans le chapitre que Jean-Paul Thomas consacre au Parti social français. L’introduction, incisive et enlevée, revient sur la controverse occasionnée par la publication de l’ouvrage de Michel Dobry, Le mythe de l’allergie française au fascisme, et plus largement sur toute une historiographie, souvent produite par les chercheurs anglophones, qui suggèrent que les Croix de Feu et le PSF appartenaient à la mouvance fasciste18. Thomas choisit de prendre le contre-pied des adversaires de « l’école apologétique française » et de faire du PSF, à l’appui d’un argumentaire détaillé, non pas un parti de droite radicale, catégorie « attrapetout » d’après lui, mais en fait un obstacle à la radicalisation des droites. Selon Thomas, force est de reconnaître la « porosité » du PSF à l’égard des « tendances autoritaires du monde ligueur ». Mais il dément catégoriquement que cet autre parti météorique, dont l’activité ne put reprendre au lendemain de la guerre, ait versé dans l’opposition au régime républicain ou dans l’antisémitisme. Au contraire, d’après Thomas, le PPF est en fait responsable de l’avortement du PSF et doit être interprété comme une force de réconciliation à droite, préfigurant ainsi l’ambition de rassemblement que se donnait le gaullisme. Thomas prête à ce titre attention au devenir des anciens du PSF, qui militèrent après guerre dans toutes les droites et tous les centres, du Rassemblement du Peuple Français au Mouvement Républicain Populaire en passant par l’éphémère Parti Républicain Libéral, et jusqu’à l’Union Démocratique et Socialiste de la Résistance, située au centre-gauche. Gageons que cette contribution appellera de nombreux commentaires et réactions : la combativité de l’auteur n’a eu d’égale, lors du colloque, que la passion avec laquelle ce dernier entendait défendre ses thèses.

  • 19 C’est à partir de mai 1940, donc sous Churchill, que sont internés des centaines de militants et de (...)

35Antoine Capet prend quant à lui pour objet la figure conservatrice la plus emblématique du siècle, Winston Churchill, dont il analyse le regard sur le fascisme en général et les fascismes et les régimes autoritaires en Europe, des années 1930 aux années 1950. Capet rappelle au lecteur français qui l’aurait oublié que Churchill fut initialement séduit par le fascisme italien et par la personnalité de Mussolini. Capet ne développe guère le point de vue de Churchill sur les fascistes britanniques et sur Mosley en particulier, ce qui est peu surprenant eu égard au « profond mépris » que ressentait Churchill envers eux19. Malgré son anticommunisme militant, Churchill n’appréciait guère les nazis et ne comprenait pas l’obsession antisémite qui les caractérisait, mais il partageait néanmoins avec les fascistes un même dégoût pour les intellectuels de gauche. Capet conclut sur le pragmatisme de Churchill à l’égard des régimes autoritaires et/ou fascistes en Europe, en particulier ceux de Salazar et de Mussolini, dont il tenta de s’attirer en vain les bonnes grâces jusqu’à la fin des années 1930 dans l’espoir de ramener le dictateur italien dans le giron des puissances hostiles à l’Allemagne. Tout comme la contribution de Julie Gottlieb dans la section suivante, le propos d’Antoine Capet témoigne des ambiguïtés du conservatisme britannique à l’égard du fascisme.

36Stéphane Porion clôt cette partie de l’ouvrage en suivant les relations entre le National Front, parti de droite radicale des années 1960, et Enoch Powell, personnage méconnu en France, mais dont l’influence fut capitale auprès des conservateurs, et de Margaret Thatcher en particulier. Powell, honorablement connu comme l’un des valeurs sûres du parti conservateur au cours des années 1960, devint persona non grata auprès du dirigeant conservateur Edward Heath lorsqu’il prononça un discours polémique en 1968 sur les relations entre communautés raciales. En adoptant la posture du prophète de la discorde entre communautés, en se faisant l’avocat du rapatriement des immigrés issus des anciennes colonies antillaises et indiennes, Powell se condamna à la marginalité au sein du Parti conservateur. Courtisé par le National Front, dont le programme contenait des propositions peu ou prou similaires en termes d’expulsions des immigrés, Powell ne partageait pas les postulats racistes et séparatistes de cette organisation, quant à elle solidaire de la politique ségrégationniste des colons rhodésiens. En outre, Powell, partisan du libéralisme économique, ne pouvait pas non plus souscrire au nationalisme économique et antilibéral du National Front. Porion prend soin de détailler ce qui rapprochait la vision de Powell de celle des dirigeants du National Front et conclut sur l’incompatibilité manifeste entre leurs idées respectives. L’intérêt du travail scrupuleux auquel Porion s’est livré sur les archives Powell est de révéler l’importance du clivage, en particulier dans le domaine économique, qui séparait Powell, en rébellion contre le consensus modéré au sein du Parti conservateur, et un parti extrémiste comme le National Front.

 

  • 20 On remarque que l’essentiel des travaux sur la question porte sur le fascisme au féminin. Une synth (...)

37Trois chapitres composent la partie suivante, qui regroupe des contributions étudiant les militantismes au féminin à droite du début du XXe siècle à l’entre-deux-guerres. C’est un domaine où l’historiographie a notablement progressé au cours des dix dernières années, et chacune des contributions s’appuient sur les travaux pionniers qui ont été menés dans ce domaine et en développent les avancées20.

38Myriam Boussahba-Bravard retrace l’itinéraire de militantes du suffragisme au fascisme. Elle identifie trois cas révélateurs de ce type de trajectoires, Mary Allen, Mary Richardson et Norah Elam. L’auteur suggère que loin de constituer un choix atypique, ce basculement nécessite d’analyser ce qui, dans les milieux suffragistes radicaux, en particulier au sein de la Women’s Social and Political Union, prédisposait les militantes à s’orienter vers cette forme de radicalité. Parmi les convergences qu’elle décèle entre suffragisme radical et idéologie d’extrême droite, retenons deux des principaux arguments : en premier lieu, la légitimation du recours à la violence au sein de la WSPU et le culte du chef qu’imposent les dirigeantes.

39Julie Gottlieb compare la manière dont le Parti conservateur et la British Union of Fascists s’emploient à mobiliser leurs militantes dans l’entre-deux-guerres. Elle met en lumière les proximités et les différences entre ces deux milieux en termes de discours sur la féminité et sur la place des femmes dans la société et dans la sociabilité militante. Gottlieb montre que des « passerelles » existaient entre les deux partis et que la BUF parvint à recruter un certain nombre de conservatrices en rupture de ban avec leur parti d’origine. Elle analyse en détail le positionnement des deux partis sur la question du pacifisme à la fin des années 1930. Sur cette période d’exacerbation du pacifisme chez les militantes conservatrices et fascistes, elle plaide en faveur d’une lecture « genrée » de la période d’appeasement après Munich, car les partisans comme les opposants de la politique de Chamberlain soulignaient toute la part prise par l’opinion féminine dans cette controverse.

40Le chapitre de Magali Della Sudda est consacré à la Ligue féminine d'action catholique et aux relations qu’elle entretient avec les ligues de droite radicale dans l’entre-deux-guerres. Cette étude permet à Della Sudda de souligner combien la condamnation par Rome de l’Action Française en 1926 plonge les militantes des milieux catholiques dans une situation de crise. Ancrées dans une tradition d’apolitisme, les organisations qu’elle décrit comptent toutefois dans leurs rangs un certain nombre de militantes engagées dans les sections féminines de ligues plus ouvertement partisanes. L’auteur admet que l’on connaît encore trop peu le comportement de ces militantes de droite, ainsi que les affiliations multiples dans lesquelles elles s’engagent. Il faudrait mener, selon Della Sudda, une « analyse prosopo-graphique minutieuse » de ces milieux afin de mieux cerner ces engagements multiformes.

 

41La dernière partie comprend cinq études sur la circulation des idées à droite de la droite, en particulier les échanges qui s’opèrent entre droites radicales françaises et britanniques.

  • 21 Sur cette question de l’influence maurrassienne à l’étranger, voir Olivier Dard et Michel Grunewald (...)

42Valérie Auda-André étudie les publications d’une officine conservatrice, le Monday Club, club de réflexion très influent dans les années 1960 et au début des années 1970, auquel participa Enoch Powell. Situé nettement à la droite du parti, le Monday Club regroupe initialement les partisans des colons blancs rhodésiens et du régime sud-africain. Auda-André révèle la dette intellectuelle que les membres de ce club doivent au maurrassisme, preuve si besoin était de l’influence considérable de Maurras bien au-delà du seul contexte français21.

43Nigel Copsey évoque quant à lui l’influence de la Nouvelle Droite outre-manche. D’après son analyse, la pensée d’Alain de Benoist, relayée par Michael Walker dans son magazine Scorpion, connut un retentissement non négligeable au sein des droites radicales britanniques. L’intérêt pour Alain de Benoist contribua selon Copsey à ce que le British National Party enterre deux des « vaches sacrées » de l’ultra-droite britannique, à savoir la théorie du complot et le racisme biologique.

44Philippe Secondy montre que cette circulation des idées n’est pas à sens unique, puisque selon lui le modèle thatchérien a largement contribué à dynamiser un front ultralibéral en France au cours des années 1980.

45Enfin, Keith Dixon et Richard Griffiths déplacent la focale au-delà du seul doublon franco-britannique et inscrivent la question des modèles et emprunts dans un cadre européen. Dixon se penche sur le cas du nationalisme écossais dans l’entre-deux-guerres, en particulier sur deux des figures de proue de ces milieux, Andrew Dewar Gibb and Hugh Mac Diarmid. Il montre que l’un et l’autre de ces théoriciens d’un nationalisme écossais encore balbutiant à l’époque sont marqués par une même fascination pour les régimes autoritaires en Europe, y compris d’ailleurs le régime nazi, ce que le Scottish National Party actuel a tendance à occulter, comme le rappelle Dixon. Richard Griffiths revient dans son chapitre sur le succès des théories planistes dans les années 1930. Il s’interroge sur le bien-fondé de réduire le planisme à une forme de fascisme économique. En effet, Griffiths démontre de façon convaincante que parmi les héritiers de Marcel Déat et d’Henri de Man, qui l’un et l’autre ont largement contribué à diffuser ces idées dans les années 1930 et 1940, il faut compter un certain nombre de travaillistes, au premier rang desquels Hugh Gaitskell. À l’instar de ce que Dixon observe au sujet du nationalisme écossais, Griffiths note que l’historiographie du parti travailliste a été peu diserte sur la dette contractée par Hugh Gaitskell à l’égard des théories de de Man.

46Pour conclure, la dimension franco-britannique de cet ouvrage est justifiée par un aspect original de ce champ de recherche, à savoir le nombre conséquent d’historiens britanniques travaillant sur le cas français et inversement, la vitalité des études françaises consacrées aux droites britanniques dans leur ensemble, en particulier suite à la période Thatcher, personnage qui fascine sans doute tout autant en France qu’en Grande-Bretagne. L’ouvrage permettra peut-être, du moins on l’espère, de favoriser le dialogue entre les universitaires des deux côtés de la Manche et d’inciter les chercheurs à poursuivre le travail amorcé ici.

Notas

1 L’auteur tient à remercier Nicolas Lebourg, Michel Leymarie et Jean Vavasseur-Desperriers pour leur relecture de cette introduction et leurs précieuses suggestions.

2 Pour un ouvrage où droite radicale et fascisme sont considérés comme équivalents, voir par exemple Alan Sykes, The Radical Right in Britain : Social Imperialism to the BNP, Basingstoke, Palgrave/Macmillan, 2004.

3 Roger Griffin, The Nature of Fascism, Londres, Routledge, 1991. Pour une analyse synthétique du débat historiographique sur la définition du fascisme, voir Roger Griffin, “The Primacy of Culture: The Currrent Growth (or Manufacture) of Consensus within Fascist Studies”, Journal of Contemporary History, 37, 1 (2002), p. 21-43. On recommande l’introduction de l’ouvrage de Thomas Linehan sur le fascisme britannique, qui établit une définition précise du concept dans laquelle il rappelle, si besoin était, la visée révolutionnaire et modernisatrice du fascisme. Thomas P. Linehan, British fascism, 1918-39: parties, ideology and culture, Manchester, Manchester University Press, 2000.

4 Je remercie Nicolas Lebourg de m’avoir suggéré ce dernier point au cours d’une discussion où, avec d’autres collègues participant à un colloque sur l’internationalisation des droites radicales qui s’est tenu à Metz en novembre 2011, nous avons échangé nos points de vue sur les multiples définitions de la notion de droite radicale existant dans la littérature.

5 Sur ces problèmes de terminologie, voir Cas Mudde, « The war of words defining the extreme right party family », West European Politics, 19, 2 (1996), p. 225-248 ; Uwe Backes, « Extrême, extrémité, extrémisme. Une esquisse de l’histoire de ces mots dans la langue française », Mots, 55 (1998), p. 146-147 ; Philippe Burrin « Le Fascisme : la Révolution sans révolutionnaires », Le Débat, 38 (1986), p. 164. Notons que dans son article le politologue néerlandais Cas Mudde dénombre 26 définitions de l’extrême droite englobant 58 critères. Au-delà des débats entre historiens, politistes et sociologues, l’une des difficultés dans ce domaine provient de la confusion qu’entretiennent les militants des droites radicales/extrêmes eux-mêmes, ces derniers récusant le terme ‘extrême’ au prétexte de son caractère polémique et disqualifiant.

6 Depuis les années 1980, un nombre conséquent d’ouvrages comparatistes sur les droites radicales et les populismes contemporains en Europe ont été publiés. Le lecteur souhaitant bénéficier de ce type d’analyse comparée consultera avec profit Pascal Perrineau (dir), Les croisés de la société fermée. L’Europe des extrêmes droites, Paris, Éditions de l’Aube, 2001 ; Pierre Milza, L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002 ; Cas Mudde, Populist Radical Right Parties in Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2007. D’autres ouvrages ont adopté une perspective chronologique semblable à celle du présent ouvrage, entre autres le volume dirigé par Martin Blinkhorn, Fascists and Conservatives. The Radical Right and the Establishment in Twentieth-Century Europe, Londres, Unwin Hyman, 1990. Parmi les récents projets comparatistes, signalons enfin le colloque “Populist Racism in Britain and Europe since 1945” organisé par l’université de Southampton en septembre 2011.

7 Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire 1885-1914, Paris, Gallimard, 1997, p. x.

8 Ibid., p. lxxvi. Sur les « Anti-Lumières », voir Sternhell, Les anti-Lumières. Une tradition du XVIIIe siècle à la guerre froide, Paris, Fayard, 2010.

9 “Audience is outraged as Griffin says Churchill would have joined the BNP”, The Times, édition en ligne, 23 octobre 2009.

10 « Congrès du FN à Tours : Discours d’investiture de Marine Le Pen », 16 janvier 2011, texte intégral accessible sur le site du Front National.

11 Rémi Lefebvre, « L’histoire vire-t-elle à droite », Le Monde Diplomatique, avril 2011.

12 Précisons d’emblée que Stone insiste sur le fait que l’idéologie ruraliste ne saurait être conçue comme l’apanage des droites radicales, puisque d’aucuns à gauche souscrivent à des degrés divers à la célébration de la ruralité qu’elle implique. Pour une analyse détaillée de l’attrait des postulats ruralistes dans de nombreux milieux politiques britanniques, y compris chez un marxiste comme William Morris, voir Jeremy Burchardt, Paradise Lost : Rural Idyll and Social Change since 1800, Londres, I. B. Tauris, 2002.

13 Depuis la parution de la biographie que Robert Skidelsky a consacrée à Oswald Mosley au début des années 1970, on remarque que l’historiographie du fascisme britannique s’est notamment développée. Parmi ces nombreux ouvrages, celui de Martin Pugh se distingue de par la thèse qu’il défend : selon Pugh, contrairement à une certaine doxa, le fascisme n’était pas si entièrement étranger à la culture politique britannique qu’on a pu le croire. D’après Pugh, balayer d’un revers de la main la British Union of Fascists en raison de ses résultats électoraux est une erreur, dans la mesure où la seule élection où le parti fut présent (outre les élections partielles) intervint en 1935, soit trop peu de temps après sa création en 1932 pour enregistrer des scores autres que négligeables. Pugh souligne en outre les collusions entre un certain nombre de membres de l’establishment conservateur et le parti fasciste. Voir Martin Pugh, Hurrah For The Blackshirts!: Fascists and Fascism in Britain Between the Wars, Londres, Jonathan Cape, 2005.

14 Mosley évoluera après 1945 vers une position quelque peu différente sur la question de l’empire, qu’il percevait comme l’espace privilégié de la régénérescence nationale avant 1939. Après guerre, il plaidera en faveur de l’émergence de l’Eurafrique, espace transcontinental au sein duquel l’ensemble des pays européens aurait été convié à exploiter de concert le continent africain, « l’empire de l’Europe » selon Mosley, en ménageant des zones exclusivement destinées aux colons européens. Robert Skidelsky, Oswald Mosley, Londres, Macmillan, 1975 (édition Papermac de 1981), p. 485-487. Sur l’échec du come-back politique de Mosley après 1945, voir Richard Thurlow, “The Guardian of the ‘Sacred Flame’: The Failed Political Resurrection of Sir Oswald Mosley after 1945”, Journal of Contemporary History, 33, 2 (1998), p. 241-254.

15 La carrière d’A. K. Chesterton, dont il est très peu question dans l’ouvrage, illustre la manière dont la défense de l’empire britannique et l’opposition à la décolonisation a été un vecteur important de mobilisation à droite de la droite en Grande-Bretagne après 1945. Chesterton, un ancien de la British Union of Fascists, impulse la fondation la League of Empire Loyalists, groupuscule très actif contre la politique de liquidation de l’empire poursuivie par le Premier conservateur conservateur Harold Macmillan. Voir David Baker, Ideology of Obsession: A. K. Chesterton and British Fascism, Londres, I. B. Tauris, 1996.

16 On fera observer sur ce point que dès les années 1930 les groupes mobilisés contre le fascisme (militants communistes en tête) ont eu recours aux mêmes pratiques d’intimidation physique de manière à contester à ces mouvements le droit de prendre parole dans l’espace public. Après 1945, Oswald Mosley, ancien leader de la British Union of Fascists, tenta un retour à la politique qui se solda souvent par des échauffourées entre ses partisans et les antifascistes. Devant l’impossibilité de tenir des réunions publiques sans débordements, Mosley se retira de la vie publique britannique en 1966.

17 Pour une analyse de l’antifascisme en Grande-Bretagne dans les années 1930, période que Tranmer ne couvre pas, on renvoie le lecteur à Nigel Copsey, Antifascism in Britain, Basingstoke, Palgrave/Macmillan, 2000.

18 Michel Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme. Paris, Albin Michel, 2003. L’auteur de ces lignes regrette vivement que, comme initialement prévu, Michel Dobry ne soit pas venu, à l’occasion du colloque, défendre son point de vue sur la fameuse « thèse immunitaire » de René Rémond. Le parti-pris de cet ouvrage est en tout cas que les classifications et distinguos à opérer entre droite radicale et fascisme sont pertinents, à condition bien sûr que cet effort classificatoire s’effectue dans un souci de contextualisation et non dans une démarche revenant à produire des essences immuables, ce qui n’a guère de sens dans une perspective historique.

19 C’est à partir de mai 1940, donc sous Churchill, que sont internés des centaines de militants et de dirigeants de la BUF, dont Oswald Mosley. Les archives du contre-espionnage britannique (le MI 5) sur cette question ayant récemment été ouvertes aux chercheurs, on en sait désormais bien plus sur ce qui a conduit les pouvoirs publics à opter pour une telle politique répressive. Voir Jennifer Grant, “The Role of the MI5 in the Internment of British Fascists During the Second World War”, Intelligence and National Security, 24, 4 (2009), p. 499-528.

20 On remarque que l’essentiel des travaux sur la question porte sur le fascisme au féminin. Une synthèse sur les militantes féminines au sein des droites radicales non fascistes serait extrêmement utile. Martin Durham, “Gender and the British Union of Fascists”, Journal of Contemporary History, 3 (1992), p. 513-527; Julie Gottlieb, Feminine Fascism. Women in Britain’s Fascist Movement, Londres, I. B.Tauris, 2000; Kevin Passmore (dir.), Women, Gender and Fascism, New Brunswick, Rutgers University Press, 2003; M. Hawthorne, Richard Golsan, (dirs.), Gender and Fascism in Modern France, Hanover/London, University Press of New England, 1997.

21 Sur cette question de l’influence maurrassienne à l’étranger, voir Olivier Dard et Michel Grunewald (dirs.), Charles Maurras - L’étranger et Charles Maurras, l’Action française - culture, politique, société, Bruxelles, Peter Lang, 2009.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540