Version classiqueVersion mobile

Les enjeux démographiques en France et en Allemagne : réalités et conséquences

 | 
Serge Gouazé
, 
Anne Salles
, 
Cécile Prat-Erkert

Résumés

Texte intégral

Michel HUBERT

1Comparer sur le long terme l’évolution du mouvement naturel en France et en Allemagne conduit à souligner un étonnant retournement de situation.

2De la fin du XVIIIe siècle à 1945, la France inaugure, dans l’Europe en voie d’industrialisation, un contrôle progressif des naissances qui va constituer une véritable « Révolution démographique » : celle-ci aboutit, au seuil de la Seconde Guerre mondiale, à un excédent des décès et à une relative stagnation de sa population. L’Allemagne, en revanche, effectue le parcours en une génération, mais de façon brutale et tardive, triplant ainsi le nombre de ses habitants.

3À l’issue du long rattrapage de l’Après-guerre, c’est alors l’Allemagne qui illustre le passage, dans l’Europe postindustrielle, à une « Seconde révolution contraceptive » débouchant bientôt sur un tel déficit des naissances que le renouvellement des générations n’y est plus assuré. À l’inverse, la France témoigne d’un dynamisme de son mouvement naturel qui, sauf imprévu, devrait permettre aux deux pays de rééquilibrer leur potentiel démographique dans trois ou quatre décennies.

Anne HORNUNG

4L'article a pour but d'analyser les différences et similitudes observées entre la France et l’Allemagne dans l’évolution actuelle des naissances de rang élevé à partir des données de l'« Étude de l'histoire familiale » 1999 et de l'étude „Geburten in Deutschland“2006. Il donne des résultats comparatifs sur la répartition du nombre d'enfants par femmes nées dans différentes cohortes. Il fait par ailleurs apparaître l’intervention de trois facteurs majeurs dans la transition vers le troisième enfant : l'âge du deuxième enfant, l’âge de la mère à la première naissance et le niveau d’études des femmes. Toutes les analyses confirment la place exceptionnelle de la France par rapport à l’Allemagne – est et ouest – dans l’importance des familles nombreuses. En outre, on observe, au fil des générations, un rapprochement dans l’évolution des naissances de rangs élevés entre l’est et l’ouest de l’Allemagne.

Jeanne FAGNANI, Marie-Thérèse LETABLIER

5Depuis les années 1990, l’importance de l’enjeu démographique dans les réformes des politiques familiales s’est estompée en France alors qu’il occupait une place centrale en Allemagne. Ces deux pays sont, en effet, confrontés à des situations différentes en la matière. En effet, dans un contexte où elle subissait l’emprise croissante des politiques de l’emploi, la politique familiale française qui a longtemps poursuivi un objectif explicitement nataliste, a relégué celui-ci au second plan du fait de sa fécondité relativement élevée. En revanche, en Allemagne, la faible performance du système éducatif, le vieillissement accru de la population et ses conséquences sur les retraites, la pénurie de main-d’œuvre qualifiée ont joué un rôle décisif dans les processus qui ont conduit à une remise en cause des fondements et des principes qui avaient prévalu jusque là dans la politique familiale.

Anne SALLES

6Face au niveau bas de la fécondité que connaît l’Allemagne depuis plus de trente ans, le gouvernement allemand a décidé de réformer le congé parental en 2001 afin de promouvoir un rapport plus égalitaire entre hommes et femmes et d’améliorer les conditions de conciliation entre travail et famille. Or la réforme est un échec. En raison d’arbitrages politiques et financiers, elle ne va en effet pas assez loin et ne remet pas en question les conditions de conciliation entre travail et famille, qui restent difficiles en Allemagne. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a introduit une nouvelle réforme du congé parental en 2007, qui s’inspire du modèle suédois. Mais là encore, en dépit d’une hausse de la participation des pères au congé parental, la situation n’a pas vraiment changé et les mères restent cantonnées à la sphère familiale durant les premières années de vie de l’enfant. Cette situation est due au faible développement de l’accueil de la petite enfance et à certaines résistances culturelles.

Mechthild VEIL

7Ce qui frappe dans l’Allemagne d’aujourd’hui, c’est l’intervention de nouveaux acteurs dans le champ de la politique familiale. Les entreprises et le patronat se prononcent en faveur des réformes en cours, par exemple la loi sur l’extension de l’accueil de la petite enfance et la réforme du congé parental. Motivées par le souci démographique (fidéliser les salariées qualifiées) et par l’aspiration à adapter le principe de la conciliation entre vies professionnelle et familiale aux exigences patronales (adaptation des temps de garde des enfants à la flexibilité du temps de travail dans les entreprises), les entreprises répondent à l’appel de l’État les incitant à s’engager dans des alliances multiples conclues entre les pouvoirs publics, les syndicats et les corps intermédiaires dans la perspective d’une politique d’entreprise qui soit favorable aux familles. L’article démontre qu’à une rhétorique plutôt dynamique répondent jusqu’ici cependant fort peu d’actions concrètes. Impliquer les entreprises et relancer la natalité notamment chez les femmes qualifiées – ces deux objectifs de l’État – restent encore à réaliser.

Valérie-Anne RYSER, Jean-Marie Le GOFF

8En Suisse, malgré une forte diffusion des unions libres depuis le début des années septante, les naissances hors mariage demeurent rares et représentent 17,1 % des naissances en 2008, bien que 80 % des cohabitations de deux partenaires commencent dans le cadre d’une union non-maritale. La plupart des couples se marient avant la conception de leur premier enfant, mais aussi durant la grossesse, voire dans les tous premiers mois suivant la naissance de cet enfant. Nous analysons ici les raisons pour lesquelles le mariage reste si important en Suisse. Nos investigations s’appuient sur les données qualitatives de l’enquête « Devenir parent » qui a été menée auprès d’un échantillon de 30 couples résidant en Suisse romande.

9Il s’avère que, durant la transition à la parentalité, ce sont les hommes qui souhaitent généralement le mariage et qui, bien souvent, font pression auprès de leur partenaire. Les raisons évoquées ont principalement trait à deux aspects. Le premier est la transmission du nom de famille (en Suisse, un enfant de parents non-mariés prend le nom de sa mère) alors que le deuxième a trait aux procédures administratives nécessaires à un père non marié pour obtenir un droit d’exercice de son autorité parentale.

Sara BRACHET, Anne SALLES

10Cet article se propose d’explorer le lien entre les rapports de genre et les comportements de fécondité, en France et en Allemagne, à travers une approche comparative qualitative. L´analyse est basée sur une typologie de cas prenant en compte l´investissement de chaque membre du couple dans la sphère professionnelle et familiale afin de comprendre les comportements de fécondité qui en découlent. L´analyse indique, entre autres, que l´égalité dans le couple en termes de partage des tâches ne conduit pas automatiquement à des intentions de fécondité plus élevées, notamment en Allemagne où l´arrivée d´un enfant est de plus jugée incompatible avec des rapports de genre égalitaires.

Nathalie HILLENWECK

11Cette contribution étudiera le contexte et les débats liés à la politique familiale allemande (en particulier l’instauration de l’allocation parentale et développement des structures d’accueil pour jeunes enfants), proposée par la ministre de la Famille Ursula von der Leyen sous la grande coalition (2005-2009) dirigée par Angela Merkel. On étudiera plus particulièrement ses objectifs, les modèles de la famille et du couple qui la soustendent ainsi que les différentes lectures auxquelles cette politique a donné lieu auprès de divers acteurs : au sein des partis et notamment chez des femmes politiques de droite ou de gauche. On s’interrogera pour savoir si un changement de paradigme a été opéré grâce à cette politique familiale, passant d’un modèle familial traditionnel à un modèle plus moderne (deux parents qui travaillent) et dans quelle mesure elle incarne un « féminisme conservateur », notion forgée dans ce contexte par Ursula von der Leyen ministre très médiatique, dont on analysera le rôle dans la mise en œuvre des mesures proposées.

Cécile OBERLÉ

12Par-delà leur postulat commun de la recherche d'un nouveau pacte générationnel, les maisons intergénérationnelles qui se multiplient actuellement en Allemagne recouvrent des réalités et des aspirations très diverses. L'article montre comment ces réalisations apportent une réponse à la fois créative et pragmatique au défi démographique, expérimentant par là même autant de projets de société. Les aspects humains (tisser un nouveau lien entre les générations), économiques (financement, organisation, rapport aux concepts de marché et de travail) et spatiaux (architecture, urbanisme) sont explorés tour à tour et permettent d'éclairer les convergences de ces initiatives.

Thomas LANDWEHRLEN

13Alors que les conflits d’intérêts générationnels, idéels ou matériels, ont jusqu’à présent toujours été médiatisés en France par le clivage socio-économique droite/gauche, les antagonismes générationnels induits par les changements économiques et démographiques ont en partie tendance à s’autonomiser politiquement outre-Rhin. L’Allemagne, confrontée à des tendances lourdes fragilisant gravement la pérennité de ses mécanismes de solidarité sociale, et recourant par ailleurs à des modes de scrutin proportionnels ou mixtes favorables aux petites formations sollicitant la faveur des électeurs, connaît ainsi depuis la fin des années 1980 l’institutionnalisation partielle et fragmentaire d’un nouveau type de clivage politique dont procèdent deux familles de proto-partis générationnels : la famille des partis défendant les intérêts des personnes âgées (Seniorenparteien), et celle des partis promouvant les intérêts et conceptions des jeunes générations (Jugendparteien). Après avoir passé en revue les micro-formations se rattachant à l’une et l’autre de ces deux familles, l’auteur du présent article s’interroge sur leur capacité à devenir « relevant » au sens de Giovanni Sartori, c’est-à-dire à se transformer en des organisations capables de produire des effets politiques pertinents. Il souligne ce faisant que le renforcement électoral des petits partis générationnels, et notamment des micro-partis voués à la défense des retraités, sera essentiellement conditionné par trois catégories de déterminants pouvant être rattachés : 1/ aux contraintes structurelles d’ordre macro-social ; 2/ à l’évolution de la stratégie politique des partis politiques institués à vocation gouvernementale ; 3/ à l’adresse tactique des partis générationnels eux-mêmes.

Patrick FARGES, Antoine FLEURY

14Cet article propose un état des lieux sur la question de la Stadtschrumpfung. Il s’agit d’attirer l’attention sur la dimension urbaine des changements démographiques que connaissent aujourd’hui l’Allemagne et tout particulièrement ses nouveaux Länder. En effet, le débat sur la Stadtschrumpfung inclut les préoccupations sociales et politiques croissantes liées au demographischer Wandel. Néanmoins, on ne saurait réduire cette question aux seuls enjeux démographiques puisque les paysages, les activités et les sociétés urbaines sont également profondément transformés. L’article s’interroge donc plus généralement sur les conceptions et les dimensions du « déclin » urbain en Allemagne et plus généralement dans les sociétés post-industrielles, avec une attention toute particulière pour les dispositifs d’action mis en place pour contrer cette évolution et dont les objectifs mais surtout les effets restent d’ailleurs très controversés.

Brigitte LESTRADE

15La question de l’immigration espagnole en France et en Allemagne de 1960 à 1973, sujet peu étudié jusqu’à présent, mérite qu’on s’y arrête, en raison de l’étonnante faculté d’intégration de ces immigrés dans les sociétés des deux pays. L’arrivée des Espagnols en France et en Allemagne s’inscrit dans cette immigration du travail, très importante dans les années soixante du vingtième siècle, qui reçut un coup d’arrêt brutal au moment du premier choc pétrolier, quand les deux pays ont fermé leurs frontières aux migrants étrangers. Si l’immigration espagnole ressemble à celle en provenance des autres pays d’Europe du Sud, en ce qu’elle concernait essentiellement des travailleurs manuels faiblement qualifiés, parfois analphabètes, elle s’en distingue de façon notable par son ampleur et par la manière dont les Espagnols, installés dans leur pays d’accueil, ont tenté de s’adapter à leur nouveau milieu, tant sur le plan linguistique que culturel et professionnel. Les Espagnols, qui constituaient le plus important contingent d’immigrés en France au début des années soixante, avant les Italiens, et le deuxième plus important en Allemagne, derrière les Italiens, se sont fondus dans la population d’accueil au point de ne plus apparaître dans les statistiques trente ans plus tard.

16Cette contribution se penchera dans un premier temps sur la mise en place du dispositif de recrutement des immigrés et les attentes contradictoires des gouvernements de l’époque, puis seront analysés la présence des Espagnols dans les deux pays et leur apport à l’économie locale avant d’étudier les moyens mis en œuvre pour leur permettre de s’intégrer au mieux aux sociétés française et allemande, afin de dégager ce qui fait la spécificité d’un mouvement d’immigration et d’une intégration cités en exemple encore aujourd’hui.

Gwenola SEBAUX

17Nous proposons ici une réflexion sur la gestion – en demiteinte – de l’immigration des Aussiedler en République fédérale d’Allemagne dans la dernière décennie du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui. L’interrogation porte essentiellement sur la gestion spatiale de cette immigration spécifique, ses mécanismes et ses enjeux politiques, économiques et sociaux. La question centrale pour l’État et les collectivités se pose aujourd’hui avec une nouvelle acuité : comment transformer un présumé atout démographique en ressource économique avérée, dans l’intérêt mutuel des Aussiedler et de ceux qui les accueillent ?

Dorothea BOHNECAMP

18Phénomène unique dans l’histoire de l’immigration en Allemagne, le pays connaît depuis la réunification une immigration juive massive, issue en grande majorité de l’ancienne Union soviétique. Bénéficiant au départ d’une réglementation favorable à leur installation dans les nouveaux Länder, plus de 220.000 Judéo-Russes se sont installés depuis en Allemagne, pour la plupart à titre de réfugiés (Kontingentflüchtlinge). Mais à la différence d’autres groupes d’immigrés, russophones en particulier (les Aussiedler et les Spätaussiedler, qui fonctionnent souvent comme phénomène migratoire opposé au cas des Judéo-Russes), la moyenne d’âge de ces immigrants est élevée, souvent les immigrants sont même très âgés. Cette tendance manifeste au vieillissement des Judéo-Russes s’explique corrélativement par une natalité extrêmement faible dans ce groupe d’immigrés. Si ces deux tendances démographiques majeures, à savoir vieillissement et recul des naissances, caractérisent actuellement la société allemande dans son ensemble, il est incontestable que l’immigration judéo-russe ne va pas être en mesure de freiner cette évolution, à la différence d’autres groupes d’immigrés certainement plus dynamiques dans ce sens. Cette nouvelle donne démographique semble en tout cas dessiner un paradigme migratoire qui est en train de changer en Allemagne. Face à une population immigrée de plus en plus âgée, majoritairement inactive, il s’agit dès lors de repenser et d’adapter des stratégies et politiques d’intégration plus spécifiquement axées sur les besoins d’une population vieillissante.

Serge GOUAZÉ

19La présente contribution se penche sur la spécificité de l’« intégration » des populations turques issues de l’immigration en Allemagne. Pouvant être décrite majoritairement comme une incorporation sur le mode du pluralisme culturel où l’intégration économique s’accompagne d’une acculturation retardée, cette « intégration » reste fortement marquée par une identité culturelle collective turque se fondant sur des valeurs communes qui relie ces populations non pas à une « turquité » abstraite, ni même à l’État-nation turc, mais à l’ensemble des Turcs vivant en Allemagne, considérés comme une communauté au sein de la société allemande. Cette préservation d’une identité turque a largement été favorisée par un multiculturalisme, somme toute bien commode, et un système éducatif longtemps dépourvu de toute fonction d’intégration. Ceci explique que la revendication identitaire des Turcs en Allemagne aujourd’hui se focalise sur la (double) citoyenneté, revendication qui, en l’absence cependant d’un quelconque déni de reconnaissance, n’a pas donné lieu jusqu’ici à des phénomènes de violence ou d’émeutes urbaines de nature ethnique, comme ailleurs en Europe et notamment en France.

Cécile PRAT-ERKERT

20Sur l’arrière-plan du vieillissement démographique et des besoins économiques des pays européens, l’asile et l’immigration sont devenus depuis les années 1980 de plus en plus l’objet d’une politique européenne commune. Les années 2007 et 2008 en fournissent un exemple intéressant, puisqu’à quelques mois d’intervalle l’Allemagne, puis la France, ont assuré la présidence de l’UE et inscrit la politique d’asile et d’immigration parmi les priorités de leurs programmes de travail. Cette contribution propose de présenter brièvement le cadre européen dans lequel s’inscrivaient les deux présidences, puis d’étudier comment chacune a abordé ces thèmes, les résultats obtenus et les perspectives ouvertes. Nous verrons notamment que les deux présidences, tout en poursuivant des orientations communes et ancrées dans la politique européenne traditionnelle de l’UE, ont divergé fortement autant par leurs objectifs à court terme que par leur style.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search