Version classiqueVersion mobile

Les enjeux démographiques en France et en Allemagne : réalités et conséquences

 | 
Serge Gouazé
, 
Anne Salles
, 
Cécile Prat-Erkert

Postface

Bernard Poloni

Texte intégral

1Durant les trois décennies qui font suite à la Seconde Guerre mondiale, on assiste dans une grande partie de l’Europe occidentale à une forte reprise du nombre de naissances couramment appelée baby-boom. Si le phénomène est moins caractéristique de pays ayant déjà connu une forte natalité avant guerre, surtout dans la partie méridionale du continent et en Irlande, il est par contre bien plus marqué dans des pays tels que la France et l’Allemagne.

2Au début des années soixante-dix, ces mêmes pays vont connaître un renversement de tendance, une chute du taux de naissances parfois telle qu’il tombe sous le taux de mortalité, induisant une diminution de la population au regard du seul mouvement naturel. À cela vient s’ajouter l’allongement de l’espérance de vie, ces deux facteurs combinés entraînant un vieillissement de la population.

3Encore convient-il de prendre en compte le fait que cette évolution n’est pas linéaire ni identique dans tous les pays. Elle est plus forte et constante, par exemple, en Allemagne, moins marquée et même régressive en France.

4C’est à son analyse ainsi qu’à celle de ses principales conséquences que s’est attaché le colloque qui s’est tenu à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis les 22 et 23 octobre 2009.

 

5Une première série de communications visait à quantifier le recul démographique et à en sérier les origines.

6L’évolution de l’indice de fécondité permet dans un premier temps d’illustrer ce recul tout en soulignant la différence qui existe entre les deux pays essentiellement pris en compte durant le colloque. Dans le cas de l’Allemagne, il passe – selon les chiffres de l’INED – de 1,56 en 1980 à 1,45 en 1990 et 1,37 en 2008, l’un des plus faibles d’Europe, évolution souvent expliquée par la combinaison de quatre facteurs principaux : l’incertitude économique, la montée de l’individualisme, des politiques familiales inadaptées ainsi que l’augmentation du taux d’activité féminine. Dans le même temps les valeurs pour la France sont de respectivement 1,95, 1,78 et 2,00, ce qui la situe alors au deuxième rang derrière l’Irlande. Le recul qui touche l’Allemagne correspond à une double rupture en 1972, année où pour la première fois le solde naturel de la population devient négatif pour ne plus cesser de l’être par la suite ; puis en 2003, année à partir de laquelle le solde migratoire ne suffit plus à contrebalancer les pertes liées à l’évolution naturelle. La France par contre connaît durant cette même période tout à la fois un taux de naissances supérieur à celui de son voisin allemand (les femmes françaises ont proportionnellement en moyenne 50 % d’enfants de plus que les femmes allemandes) et un taux de mortalité inférieur. Combiné au différentiel d’immigration, il en résulte que l’écart de population entre les deux pays a diminué de cinq millions en l’espace de trois décennies.

7S’agissant ensuite du vieillissement de la population, quelques chiffres suffisent à l’illustrer : entre 2000 et 2008 l’espérance de vie des hommes passe de 75 ans à 77,2 et celle des femmes de 81 ans à 82,4 en Allemagne ; en France les chiffres correspondants sont respectivement de 75,3 et de 77,6 pour les hommes ainsi que de 82,8 et 84,4 pour les femmes.

8En termes de structure par âges, la part des moins de 20 ans passe durant la même période de 21,3 % à 19,4 %, celle des plus de 65 ans de 16,2 % à 20,1 % et celle des plus de 80 ans de 3,6 % à 4,8 % en Allemagne ; pour la France les valeurs correspondantes sont respectivement de 25,6 % et 24,6 %, 16 % et 16,6 %, 3,6 et 5 %. Le constat s’impose de lui-même : la population allemande a vieilli plus rapidement que celle de la France et la structure actuelle indique que le différentiel est appelé à s’accentuer durant les prochaines décennies.

 

9Une fois posé ce constat, les intervenants du colloque se sont attachés à envisager les causes et surtout les conséquences d’une telle évolution. Sur le plan démographique, la baisse de la fécondité résulte, en Allemagne, à la fois du recul des familles nombreuses et de la forte hausse de l’infécondité. Ses conséquences sont nombreuses.

10Un premier secteur touché, à de multiples titres, est celui de l’économie.

11Les effets sont tout d’abord d’ordre macroéconomique. L’évolution de la population influe en effet directement sur la vitalité de l’appareil productif et sur le montant du PIB, tant global que par habitant. La comparaison entre la France et l’Allemagne est emblématique : compte tenu de l’évolution démographique, et même si le PIB de la seconde reste actuellement supérieur à celui de la première – 3 302 milliards de $ contre 2 567 en 2007 selon les chiffres de l’UNCTAD – le PIB par habitant est d’ores et déjà inverse – 39 979 $ contre 40 408 selon la même source ; et d’ici le milieu du siècle, l’écart devrait s’accentuer en faveur de la France. Face à une telle situation les remèdes sont connus ; il convient d’investir dans l’éducation, la recherche et l’innovation, d’améliorer l’intégration sociale et professionnelle des migrants, de favoriser une meilleure conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, tout particulièrement pour les femmes, avec pour effet induit une progression de la productivité.

12Dans le même temps, le vieillissement de la population oblige à repenser le système de financement des retraites. Ce problème est à l’heure actuelle en plein débat de part et d’autre du Rhin, où l’on évoque le même type de mesures – il faut dire qu’il n’en existe pas tellement à pouvoir être appliquées : report de l’âge de la retraite, déjà mis en œuvre en Allemagne et en préparation en France ; allongement de la durée de cotisation ; incitation, fiscale ou autre, à compléter la retraite par répartition par une retraite par capitalisation ; éventuellement aussi hausse du montant des cotisations. Si la nécessité de telles mesures n’est guère mise en doute par les analystes sérieux, le choix de celles à retenir, leur intensité et le calendrier de leur application relèvent de considérations éminemment politiques.

13Egalement, ce même phénomène de vieillissement se répercute sur l’évolution des systèmes de santé, que ce soit au titre de la protection contre les accidents de la vie courante et les maladies ou bien des conséquences des situations de dépendance – qu’il y ait placement des personnes concernées dans des établissements d’accueil spécialisés ou bien maintien au domicile avec les aides indispensables correspondantes. Ceci implique non seulement des coûts financiers et humains, mais également la recherche et donc la formation de personnels compétents soit en milieu hospitalier et d’hébergement, soit dans le domaine de ce qu’il est désormais convenu d’appeler les emplois de proximité. Donc des effets en cascade sur le marché de l’emploi.

14L’évolution démographique concerne également le domaine microéconomique, autrement dit les entreprises.

15D’une part, le report de l’âge de la retraite, s’il doit effectivement s’accompagner d’une plus longue durée de la vie active, va nécessiter des entreprises – jusqu’à présent majoritairement peu novatrices en la matière – qu’elles adaptent l’organisation des tâches, l’aménagement des postes de travail et le rythme du travail à un nombre croissant de salariés plus âgés que par le passé. Il va également exiger des responsables de ressources humaines et des chefs de services qu’ils gèrent la cohabitation entre des salariés présentant un écart d’âge croissant. Enfin il conviendra, en particulier dans un pays comme l’Allemagne, de relever le taux d’activité salariée des femmes. S’agissant de ce dernier point, une collaboration étroite et suivie entre pouvoirs publics, associations intermédiaires diverses et entreprises semble une condition sine qua non.

16Aussi les pouvoirs publics allemands entendent-ils, depuis le début des années 2000, intégrer à la nouvelle politique familiale qu’ils mettent en œuvre un effort croissant des employeurs, une coopération financière et des aides pratiques de leur part afin de faciliter la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. C’est dans cet esprit et avec cette attente qu’ont été créées des alliances ou structures de concertation entre pouvoirs publics, associations intermédiaires, patronat et syndicats. Le but n’est pas d’imposer telle ou telle mesure, procédure peu conforme à la culture du pays et qui aurait toute chance d’échouer, mais d’inciter à une réflexion commune et à un échange d’expériences entre les différents acteurs qui interviennent dans la politique familiale, à la création de ‘creusets d’idées’, afin de trouver des solutions adaptées et individualisées. Concrètement, on a ainsi vu se mettre en place un programme qui encourage les PME, tout particulièrement concernées par cette problématique, à créer des places d’accueil pour les enfants de moins de trois ans de leurs salariés. Les entreprises peuvent percevoir à ce titre une subvention couvrant 50 % des coûts de fonctionnement et ce pendant une durée initiale de deux ans, portée à trois ans cette année. Financé par le Fonds social européen, le programme permet de rémunérer des prestataires de crèches d’entreprises, qu’il s’agisse des entreprises elles-mêmes ou de prestataires externes.

17Egalement, un accord entre pouvoirs publics et patronat a conduit à la création d’un label spécifique, délivré par une fondation privée et renouvelable tous les trois ans, destiné aux entreprises qui mettent en œuvre des mesures de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Cette démarche purement volontaire constitue pour les entreprises qui y recourent un instrument de communication interne et externe propre à fidéliser leur personnel et à faciliter les recrutements futurs.

18Mais au final, au-delà des déclarations d’intention, les réalisations concrètes en la matière restent encore insuffisantes, quasiment marginales, et ne constituent pas une réponse, ni même un élément de réponse à la hauteur du défi concerné. À preuve leur effet démographique jusqu’alors inexistant.

19De fait, la réponse à ce défi ne saurait être unique, uni-sectorielle. Elle ne pourra résulter que d’un faisceau de mesures complémentaires. Ce qui conduit à envisager plus largement les effets et aspects sociaux du constat démographique initialement posé. Et plus spécifiquement les mesures à prendre en matière de politique familiale. Cette dernière, son histoire et ses formes actuelles sont un élément d’explication essentiel des divergences qui caractérisent l’évolution démographique en France et en Allemagne. Face à un voisin d’outre-Rhin de plus en plus ressenti comme une menace compte tenu de l’accroissement de sa population, de son potentiel économique et de son militarisme, une politique familiale active et délibérément nataliste se met en place en France dès le début du XXe siècle ; elle trouve un premier aboutissement dans le Code de la famille de 1939 puis se modernise au début des années soixante-dix pour accompagner une évolution sociale qui voit un nombre croissant de femmes s’insérer dans le monde du travail. Au-delà du soutien financier traditionnel, elle vise dès lors à améliorer les conditions et capacités d’accueil des enfants et tout spécialement des jeunes et très jeunes enfants. Ce facteur est couramment avancé pour expliquer que le taux de fécondité se soit maintenu à un niveau nettement supérieur à celui de l’Allemagne. À l’inverse, l’Allemagne a glissé vers ce que certains démographes appellent le piège de la fécondité, en particulier dans sa partie occidentale. Le souvenir discriminant de la politique nataliste décidée par le régime national-socialiste (dont les effets sont d’ailleurs bien souvent surestimés) et le rejet des pratiques du voisin est-allemand, vécues comme un contre-modèle politique et social, ont contribué à entraver toute prise de mesures ressenties comme natalistes, par là même à favoriser ou accélérer la chute du taux de fécondité et, ainsi, à banaliser le fait de ne pas avoir d’enfant, ou seulement peu. Une sorte d’usage, de norme sociale s’est ainsi mise en place. Et il faut attendre la fin des années quatre-vingt-dix et le début des années deux-mille pour que, les effets potentiellement pervers et ‘dangereux’ de la situation étant clairement perçus et thématisés, des mesures politiques concrètes soient décidées. Visant à relancer la fécondité, elles sont largement justifiées par leur insertion dans une problématique plus large, la nécessité de sauvegarder la compétitivité internationale de l’économie du pays, en particulier en intégrant et en maintenant dans les entreprises les femmes qui disposent d’un haut niveau de qualification. L’objectif nataliste renvoie donc, dans le discours politique, à un besoin économique.

20Les mesures adoptées concernent essentiellement deux domaines.

21D’une part le développement des possibilités d’accueil des jeunes enfants ; le déséquilibre saisissant en la matière entre les faibles capacités offertes dans la partie occidentale du pays et celles beaucoup plus développées des Länder de l’Est, héritage de la situation qui prévalait du temps de la RDA, a assurément aussi joué un rôle dans cette démarche. C’est ainsi qu’en février 2007 la ministre de la Famille de l’époque, Ursula von der Leyen, présente le projet de tripler le nombre de places en crèche à l’horizon 2013, et plus généralement d’assurer à terme une place à tout enfant de moins de trois ans. Il y a cependant fort à craindre que l’évolution de la situation économique et financière intervenue entre-temps n’en entrave la réalisation, du moins ne permette pas de respecter le calendrier annoncé.

22D’autre part, les pouvoirs publics décident l’adoption de mesures financières propres elles aussi à soutenir la natalité en facilitant la compatibilité entre maternité et vie professionnelle. En janvier 2001 est mise en œuvre une réforme du congé parental ; elle doit permettre aux deux parents d’opter conjointement pour un congé parental de deux ans – trois sous certaines conditions – en se maintenant en activité à temps partiel, avec versement d’une allocation compensatoire. Le but de cette réforme est à la fois de permettre aux femmes de ne pas se couper totalement du monde du travail et aux pères de s’investir davantage dans l’éducation de leurs enfants. À l’évidence cependant cette réforme n’atteint pas les objectifs souhaités et une nouvelle réforme entre en vigueur en 2007. Dans sa nouvelle mouture, le congé parental ne dure plus qu’un an, avec versement d’une allocation compensatoire à hauteur de 67 % du dernier salaire net. De la sorte les parents doivent avoir la possibilité de se consacrer entièrement à leur enfant dans le milieu familial durant la première année et de réintégrer rapidement leur milieu professionnel. Egalement, le texte prévoit une incitation forte pour le père à prendre lui-même au moins deux mois de congé, une clause qui reflète la volonté d’encourager le partage des tâches et des responsabilités entre les deux parents et s’inscrit dans un courant d’évolution sociale plus général.

23On voit bien la complémentarité de ces deux types de mesures, un congé parental d’un an suivi d’une reprise d’activité qui suppose des possibilités d’accueil pour le jeune enfant non encore scolarisable.

24Néanmoins, cette réforme n’a pas non plus rencontré le succès escompté : statistiquement on constate que ce sont dans la très grande majorité des cas les femmes et très peu d’hommes qui optent pour une interruption longue ; et l’interruption d’activité professionnelle des femmes dure en général au-delà des douze mois de versement de l’allocation compensatoire, en particulier parce que, comme il a été précédemment évoqué, l’augmentation du nombre de places d’accueil pour la petite enfance est loin de se faire au rythme annoncé ; en outre le nombre de places disponibles n’est pas un critère suffisant ; une demande récurrente concerne les horaires d’ouverture des crèches et jardins d’enfants, souvent difficilement compatibles avec une activité professionnelle à plein temps. Enfin le système – fiscal notamment – n’incite pas réellement les femmes inactives avant leur maternité à entrer sur le marché du travail.

25À la différence de l’Allemagne, la France connaît, nous l’avons vu, un taux de fécondité relativement élevé, en sorte que les enjeux démographiques y sont moins prioritaires. Compte tenu du contexte économique, la politique familiale, beaucoup plus institutionnalisée qu’en Allemagne, y est désormais envisagée en relation avec le marché et les politiques de l’emploi, visant moins à soutenir la natalité qu’à accompagner la parentalité. Il s’agit de donner aux parents, dans la mesure du possible, les moyens d’avoir le nombre d’enfants de leur choix. Cela passe non seulement par le maintien des mesures financières traditionnelles visant à compenser, au moins en partie, les charges induites par toute naissance – allocations familiales, quotient familial ; mais aussi par des décisions visant à faciliter la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, par exemple par une réforme de la prestation d’accueil du jeune enfant adoptée en 2004. Au-delà d’un discours officiel prônant le libre choix des parents, on retrouve, comme en Allemagne, la volonté d’éviter une trop longue coupure d’avec le monde du travail ; et ce d’autant plus que les naissances interviennent à un âge plus avancé, la fécondité augmentant essentiellement chez les femmes trentenaires, majoritairement implantées sur le marché du travail.

26Si donc la France et l’Allemagne recourent à des mesures partiellement similaires et si dans les deux pays des efforts sont entrepris pour mieux concilier vie familiale et vie professionnelle, une double différence au moins persiste : d’une part la préoccupation nataliste est bien plus marquée en Allemagne, alors qu’elle prévaut beaucoup moins en France compte tenu d’un taux de fécondité élevé ; de l’autre, la France présente une offre d’accueil de la petite enfance – crèches, écoles maternelles gratuites faisant partie du système d’éducation nationale – plus développée, plus performante, que sa voisine d’outre-Rhin.

 

27Un troisième temps fort du colloque a concerné les mouvements migratoires, dans lesquels certains tendent parfois à voir une solution au moins partielle au déficit démographique et au vieillissement de la population.

28L’évolution quantitative est très variable en fonction des pays, tout particulièrement entre la France et l’Allemagne. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la première a connu une année de fort excédent migratoire en 1962, conséquence ponctuelle et atypique des accords d’Evian et de l’afflux de rapatriés d’Algérie (excédent de 860 200). Le solde positif annuel se situait sinon, en moyenne, entre 100 000 et 150 000 entre 1955 et 1973. Il a ensuite considérablement baissé jusque dans les années 1990 pour repartir à la hausse au début des années 2000. En 2009, il a été de 70 000. L’Allemagne a connu une évolution tout à fait dissemblable, avec une succession contrastée de phases ascendantes et descendantes. Retenons pour la période la plus récente l’arrivée régulière et massive de populations immigrées dans le cadre du recrutement de main d’œuvre étrangère jusqu’à ce que les pouvoirs publics y mettent un terme en 1972, n’autorisant plus que le regroupement familial ; on voit alors le solde migratoire chuter de 378 948 en 1973 à-19 322 l’année suivante. Puis le pays connaît une nouvelle poussée de migration à partir de la fin des années quatre-vingt, qui va s’accentuer au début de la décennie suivante principalement sous l’effet des changements politiques en Europe centrale et orientale avec la venue des rémigrants tardifs, les Spätaussiedler. Ce mouvement va peu à peu s’atténuer au début des années deux-mille jusqu’à voir le solde migratoire passer à nouveau dans le négatif, par exemple en 2009 avec une valeur de -55 743. Notons au passage que la comparaison à partir des chiffres bruts reste quelque peu sujette à caution compte tenu des différences entre les politiques de naturalisation des deux pays et du fait que l’immigration illégale est difficilement quantifiable.

29Un autre aspect, qui a fait l’objet de plusieurs communications complémentaires lors du colloque, concerne le niveau, la qualité de l’intégration.

30Un premier paramètre d’intégration réside dans la maîtrise initiale ou l’acquisition de la langue du pays d’accueil, variable selon le pays d’origine des immigrés et leur génération. Si dans le cas de la France de nombreux immigrés viennent de pays au moins partiellement francophones (Maghreb, Afrique subsaharienne), l’Allemagne est confrontée à une situation autre, que ce soit dans le cas de l’immigration turque ou bien des rémigrants tardifs d’Europe centrale et orientale qui, même si une origine ethnique allemande leur est attestée, ne parlent plus guère ou bien très mal l’allemand. La scolarisation des plus jeunes est certes censée améliorer cet état de fait, mais n’y parvient que partiellement, entre autres lorsqu’elle n’est pas soutenue par le milieu familial. On notera ici le cas spécifique de l’immigration espagnole, dont l’analyse révèle la tendance inverse, l’intégration par l’apprentissage de la langue du pays d’accueil, et ce par la volonté expresse et constante des immigrés eux-mêmes.

31Un deuxième paramètre concerne l’insertion géographique des immigrés. Dans le cas de la France, la répartition sur le territoire national, qui présente une plus forte concentration en Ile de France, dans l’Est et le Nord, n’a guère été encadrée par les pouvoirs publics ; elle s’est plus faite en fonction de regroupements familiaux ou par affinité, voire en fonction d’opportunités sur le marché de l’emploi. En Allemagne au contraire, la situation est plus contrastée. Dans le cas de l’immigration turque, ou bien de celle très particulière de populations juives en provenance de Russie, on retrouve une même tendance à l’agglomération familiale ou par affinité ; par contre en ce qui concerne celle des rémigrants tardifs, dont il a été vu qu’elle intervient massivement sur une période de dix à quinze ans, il y a eu une volonté politique de l’orienter vers certaines régions, tout spécialement dans la partie orientale, ce qu’il est convenu d’appeler les ‘nouveaux Länder’, eux-mêmes touchés par une vague de dépopulation vers la partie occidentale du pays ; cette décision et sa mise en pratique n’ont pas été sans susciter de fortes difficultés, que ce soit par création d’un déséquilibre entre cet apport de population, qui était aussi un apport de demandeurs d’emplois, et le potentiel d’offre d’emplois d’une économie régionale en perte de vitesse ; ou encore par la concentration ponctuelle d’immigrés dont le nombre a été ressenti par les autochtones comme insupportable voire menaçant.

32Au-delà de ces différences, on constate dans les deux pays l’émergence et la pérennisation de quartiers dans lesquels de nombreux immigrés se regroupent, souvent d’après leur origine géographique – que ce soit par choix délibéré ou par suite d’un effet de rejet.

33Un troisième paramètre concerne l’insertion économique. Là encore, la situation est variable. En France, l’insertion sur le marché de l’emploi ne va pas sans difficultés pour nombre d’immigrés ou de descendants d’immigrés, que ce soit pour des raisons de qualification insuffisante – même si le nombre de diplômés est en hausse constante parmi les jeunes générations – ou bien de préjugés des employeurs potentiels. En Allemagne, des différences apparaissent selon les groupes concernés. Certains tendent à vivre regroupés et repliés sur eux-mêmes, comme les juifs originaires de Russie précédemment évoqués ou bien comme une partie des rémigrants tardifs ; d’autres au contraire ont trouvé, au moins partiellement, une assise économique, comme les immigrants d’origine turque.

34En conclusion de ce point, il peut être retenu deux choses.

35En termes quantitatifs, les temps forts de l’immigration en Europe peuvent être considérés comme révolus. Le rapatriement d’Algérie pour la France, l’arrivée massive des rémigrants tardifs pour l’Allemagne constituent des phénomènes historiques ponctuels non appelés à se renouveler ; et le recours à une main d’œuvre étrangère nombreuse et en règle générale non ou peu qualifiée appartient assurément également au passé, compte tenu du fait que l’économie des pays d‘accueil, tels la France et l’Allemagne, est de moins en moins une économie de main d’œuvre et de plus en plus une économie de recherche, d’innovation et de valeur ajoutée. Ces données combinées au niveau du déficit démographique, tout spécialement de l’Allemagne, montrent l’illusion qu’il y aurait à considérer que le recours aux mouvements migratoires pourrait permettre de combler ce déficit – indépendamment du fait que le seuil de tolérance serait sans aucun doute rapidement atteint.

36En termes qualitatifs, l’intégration peut être analysée d’un triple point de vue : intégration culturelle, liée à la maîtrise de la langue du pays d’accueil ainsi qu’à l’adaptation à ses règles et codes ; intégration spatiale, liée à l’implantation régionale et locale soit en colonies repliées sur elles-mêmes, soit plus diffuse dans le tissu géographique et social ; intégration dans le monde du travail et de l’économie. Les communications consacrées à ces thématiques ont bien fait ressortir la diversité des situations de fait au regard de ces paramètres, tout en soulignant également que désormais les mesures prises par les responsables nationaux sont et seront de plus en plus dépendantes d’une politique de l’immigration décidée au niveau de l’Union européenne.

37Le colloque a eu le mérite d’envisager en outre deux aspects de l’évolution démographique moins souvent mis en lumière.

38L’un concerne sa dimension politique. Le vieillissement de la population, avec les préoccupations et problèmes spécifiques qu’il induit, influence inévitablement le cours de la vie politique, non seulement par le biais des décisions qu’il pousse le législateur à prendre, mais aussi par celui de la programmatique des partis, supports de la démocratie parlementaire. Et, en retour, par les réactions que ces décisions suscitent dans les classes d’âges plus jeunes, soit en termes de consensualité, soit en termes d’antagonisme. Cela conduit les partis existants à intégrer ces questions à leurs programmes et à formuler des propositions de solution, mais aussi dans certains cas à l’émergence de nouveaux partis, générationnels. Certes la France n’en connaît pas à ce jour, pour deux raisons essentielles : un vieillissement de la population et une transformation de la pyramide des âges moins prononcés que dans d’autres pays, et un système politique et en particulier électoral qui incite peu à la création de tels partis. Par contre, ils sont déjà présents sur la scène politique d’une douzaine de pays européens. En Allemagne ils font leur apparition à la fin des années quatre-vingt et vont se multiplier dans un premier temps durant les années quatre-vingt-dix avant de connaître un début de regroupement. Dans la mesure où ce courant politique dispose d’éléments programmatiques bien identifiés tels l’instauration d’une retraite minimum pour tous garantie par l’État, la baisse de la TVA sur les médicaments, la construction de maisons de retraite régulièrement contrôlées, la multiplication des maisons intergénérationnelles, mais aussi dans certains cas l’appel à une plus grande solidarité entre les générations ; dans la mesure aussi où il peut compter sur des responsables expérimentés, il peut être conduit à jouer un rôle croissant à l’avenir, sous la double condition qu’il se regroupe et se structure mieux qu’actuellement, et que son électorat potentiel ne soit pas capté par des partis traditionnels lui adaptant leur programme.

39À l’inverse il ne semble pas que les partis ou proto-partis prétendant défendre les intérêts spécifiques des jeunes générations puissent trouver beaucoup plus qu’un écho très local et ‘ accidentel’ ; indépendamment de l’évolution des flux démographiques, il leur sera en effet beaucoup plus difficile de se structurer de manière durable et de fidéliser un personnel dirigeant compétent ainsi qu’un électorat stable, d’autant qu’ils se heurtent à la concurrence des mouvements de jeunes des partis traditionnels.

40Enfin, un dernier aspect a retenu, à juste titre, l’attention des organisateurs et des participants au colloque : les interactions entre évolution démographique et aménagement du territoire. Elles se situent à trois niveaux. L’un concerne la répartition des populations migrantes sur le territoire national. Comme il a été précédemment évoqué, une première différence distingue la France de l’Allemagne : la France n’a pas pris, en dépit de son organisation traditionnellement centralisée, de mesures non seulement incitatives, mais parfois même impératives d’implantation des immigrés sur son territoire, dans le but en particulier de combler la chute de la densité de peuplement dans des régions touchées par des départs importants. Une seconde pourrait venir s’y ajouter à l’avenir : en France, pays dont la population augmente, on constate déjà une croissance des grandes métropoles régionales et des régions correspondantes ; l’Allemagne au contraire, comme d’autres États en décroissance démographique, connaît une tendance à la concentration dans certains centres urbains au détriment des autres régions ; et ces tendances contradictoires devraient s’accentuer dans les prochaines décennies, ce qui posera en termes critiques le problème de l’organisation et du financement des infrastructures – services publics, transport collectif ou individuel, écoles, structures d’accueil de la petite enfance dont l’importance pour la compatibilité entre vie familiale et vie professionnelle a été précédemment soulignée.

41Un deuxième niveau concerne l’aménagement de l’espace urbain, en particulier dans les villes dont la population diminue fortement, comme dans la partie orientale de l’Allemagne par suite des migrations intérieures. L’enjeu consiste ici à mettre en œuvre une politique d’urbanisme adéquate afin que la dépopulation du moment ne débouche pas sur le déclin. Des cités comme Halle et Leipzig, particulièrement affectées par le dépeuplement post-unification, sont des exemples emblématiques de ce qui peut être fait, alors que d’autres à l’inverse ont jusqu’alors échoué dans cette démarche. Deux stratégies ont prévalu. La première consiste à revaloriser l’image de la ville afin de la rendre plus attractive tant pour la population locale que pour de nouveaux habitants potentiels ; cela passe essentiellement par la revitalisation des centres-villes avec l’implantation de nouveaux commerces et d’activités de service, le développement de l’offre culturelle, l’aménagement d’espaces verts, dans le but tout à la fois d’attirer le tourisme national et international et d’inciter à l’implantation de nouvelles entreprises, en particulier dans les secteurs des technologies de pointe. La seconde vise à rénover la substance urbaine dans son ensemble. Souvent portés conjointement par l’État fédéral, les Länder et les communes, les programmes correspondants combinent réhabilitation de l’habitat et de son environnement, recalibrage de l’offre de logements, développement et/ou création de structures commerciales de proximité, aménagement d’espaces d’agrément, mesures d’action sociale pour les couches de la population fragilisées. Le risque est alors de voir le coût de telles mesures dépasser les capacités des municipalités concernées, qui ne peuvent les mener à leur terme, perdent plus encore en attractivité, continuent à se dépeupler et à décliner. Et même là où les projets prennent corps, un autre risque se profile à terme, celui d’une sélection sociologique de fait parmi les habitants, avec un centre-ville qui regroupe les couches les plus aisées, les touristes, éventuellement la jeunesse étudiante, tandis que la périphérie concentre les couches les plus déshéritées, se dégrade et peu à peu se dépeuple. Ces difficultés d’aménagement urbain, si elles ne sont pas totalement nouvelles, risquent fort de se banaliser au fur et à mesure que la population globale du pays va diminuer.

42Le troisième niveau enfin concerne l’aménagement du cadre de vie individuel essentiellement en milieu urbain. Tout aussi préoccupante que la séparation des couches sociales entre centre et périphérie est la séparation des générations, conséquence tout à la fois de l’évolution démographique et de la désintégration du milieu familial traditionnel. Les efforts déployés pour remédier à cet état de fait tendent dès lors à rapprocher, sinon à réunir, les habitants de différentes classes d’âge. Cette stratégie est encore peu développée en France ; on y notera l’incitation adressée aux étudiants de loger à titre gratuit chez une personne âgée dès l’instant où ils lui consacrent du temps et de l’attention, lui assurent une compagnie et l’aident dans la vie quotidienne. Mais cette démarche reste bien timide et tend plus à apporter une solution partielle à la question du logement étudiant qu’à développer le sens de la solidarité entre les générations.

43En Allemagne par contre ont été mis en œuvre des projets bien plus ambitieux, regroupés sous le terme générique de maisons intergénérationnelles. Au-delà de la diversité des réalités de terrain, elles ont en commun de viser à réunir en un même lieu différentes générations afin qu’elles se connaissent mieux et puissent s’entraider.

44Une première forme embryonnaire consiste en locaux dans lesquels enfants, personnes actives et personnes âgées peuvent se rencontrer et participer à des activités communes ; elles ne sont pas à proprement parler des lieux de vie. Les authentiques maisons intergénérationnelles au contraire sont des communautés réunissant sous un même toit des personnes de différentes générations, qui n’ont en règle générale pas de lien familial entre elle – à la différence de ce qui se fait par exemple au Canada. Elles visent tout à la fois à recréer et entretenir un lien social entre les générations dans une société où le vieillissement, l’individualisme et le mode de vie mettent à mal les structures familiales traditionnelles ; à optimiser le coût financier individuel et collectif auquel se trouvent confrontés aussi bien les personnes âgées au fur et à mesure qu’elles perdent en autonomie que les ménages actifs devant combiner vie familiale et vie professionnelle ; à inventer pour ces lieux de vie une architecture originale qui associe en interne, sans les mélanger, sphère privée et points de rencontre, et qui les insère dans leur environnement urbain, permettant soit de revivifier des zones périphériques, soit de permettre à des personnes et ménages qui n’en auraient sinon pas les moyens de demeurer en centre-ville.

45De tels projets ne sont cependant guère envisageables et viables qu’en milieu urbain, beaucoup plus difficilement en milieu rural.

 

46Au bout du compte, il est ressorti des différentes communications du colloque plusieurs conclusions : l’évolution démographique des dernières décennies, qui s’inscrit dans une tendance longue en Europe, conduit inéluctablement à un vieillissement de la population ainsi qu’à sa diminution dans la quasi-totalité des pays, tout particulièrement en Allemagne, alors que la France constitue une exception notable en la matière. Cette évolution ne va pas sans répercussions sur différents secteurs de la vie publique et privée : financement des systèmes de protection sociale ; recrutement et fidélisation d’une main d’œuvre suffisamment nombreuse et qualifiée ; mesures en faveur des familles qui ne se limitent pas à un soutien financier mais facilitent la compatibilité entre vie familiale et vie professionnelle ; gestion de mouvements migratoires fluctuants et intégration des populations migrantes ; conséquences pour l’aménagement du territoire, en particulier en matière d’aménagement urbain et de lieux de vie ; prise en compte de revendications générationnelles par les partis politiques existants ou par de nouveaux partis catégoriels.

47Cette évolution comporte cependant des éléments d’incertitude et, par ailleurs, doit être relativisée. L’incertitude porte sur deux points au moins : son rythme réel et surtout l’ampleur et le calendrier des mesures qu’elle va susciter d’une part ; et de l’autre, au-delà des facteurs que nous dirons techniques ou mécaniques, l’évolution des mentalités, qui conditionne fortement celle de la démographie, en particulier du taux de fécondité, sans qu’il soit possible de l’anticiper avec précision. La relativisation, qui doit inciter à ne pas dramatiser outre mesure les choses et à différencier les situations, tient au tracé de la courbe démographique tel qu’il peut être envisagé aujourd’hui. D’après les experts de l’INED, la génération du baby-boom va quitter la vie active dans les prochaines décennies, relayée par celle née depuis 1980 ; et elle va s’éteindre progressivement entre 2040 et 2070. Cela entraînera dans un premier temps une hausse sensible du nombre de décès appelé ensuite à refluer, avec des effets induits sur les dépenses de santé et de protection sociale ainsi que sur la pyramide des âges ; et à terme une atténuation des éléments de tension actuels. Cela signifie également pour un pays comme la France, qui a connu un fort baby-boom et un taux de fécondité relativement élevé par la suite, que le rapport entre sorties et entrées sur le marché du travail devrait être assez équilibré ; au contraire de l’Allemagne, qui a connu un baby-boom moindre et surtout une chute marquée du taux de fécondité. Mais les effets réels en matière d’emploi restent relativement imprécis ; au-delà de la seule donnée quantitative, ils dépendent en effet de ce que seront la politique d’embauche des secteurs public et privé, l’adéquation entre qualifications des entrants potentiels et emplois à pourvoir ainsi que le taux d’activité des personnes âgées.

48D’autre part, même en posant l’hypothèse que l’espérance de vie continue de s’accroître, elle concernera par conséquent un nombre de personnes moindre et dont l’état de santé devrait s’améliorer par suite des progrès de la médecine et du suivi gériatrique ; il en résulte une incertitude, par exemple, quant aux besoins réels, donc au coût, en matière d’accompagnement du maintien à domicile et de placement en établissements spécialisés.

49On le voit, les communications ici rassemblées, en particulier du fait de leur approche pluridisciplinaire, incitent avec raison à une réflexion nuancée et suscitent des questions d’avenir – amorce peut-être d’un prochain colloque sur ce même sujet qui permettra de vérifier la pertinence des hypothèses émises et de constater si l’Europe est entrée dans l’ère de l’‘homme stable’ évoqué en son temps par Jean-Marie Poursin dans son ouvrage éponyme.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search