Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les enjeux démographiques en France et en Allemagne : réalités et conséquences

 | 
Serge Gouazé
, 
Anne Salles
, 
Cécile Prat-Erkert

Présentation

Serge Gouazé

Résumé

La présente contribution se penche sur la spécificité de l’« intégration » des populations turques issues de l’immigration en Allemagne. Pouvant être décrite majoritairement comme une incorporation sur le mode du pluralisme culturel où l’intégration économique s’accompagne d’une acculturation retardée, cette « intégration » reste fortement marquée par une identité culturelle collective turque se fondant sur des valeurs communes qui relie ces populations non pas à une « turquité » abstraite, ni même à l’État-nation turc, mais à l’ensemble des Turcs vivant en Allemagne, considérés comme une communauté au sein de la société allemande. Cette préservation d’une identité turque a largement été favorisée par un multiculturalisme, somme toute bien commode, et un système éducatif longtemps dépourvu de toute fonction d’intégration. Ceci explique que la revendication identitaire des Turcs en Allemagne aujourd’hui se focalise sur la (double) citoyenneté, revendication qui, en l’absence cependant d’un quelconque déni de reconnaissance, n’a pas donné lieu jusqu’ici à des phénomènes de violence ou d’émeutes urbaines de nature ethnique, comme ailleurs en Europe et notamment en France.

Texte intégral

Un colloque…

1Co-organisé par l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis et l’Université de Paris 4 – Sorbonne, un colloque s’est tenu à Valenciennes les 22 et 23 octobre 2009 qui avait pour thème : « Les enjeux démographiques en France et en Allemagne : réalités et conséquences ».

2Ce colloque avait la double ambition d’être international et interdisciplinaire et a résulté à la fois d’une idée et d’un concours de circonstances. L’idée, défendue avec persévérance par Anne Salles, était de réunir des spécialistes européens des questions démographiques et des germanistes français, historiens ou « civilisationnistes » travaillant, dans leur optique respective, sur des questions analogues. Que ce colloque eût lieu précisément à Valenciennes fut le fruit des circonstances : le recrutement à l’Université de Valenciennes d’une nouvelle collègue en civilisation allemande, Cécile Prat. Or Anne Salles et Cécile Prat avaient en commun de s’être aventurées, l’une et l’autre, sur le terrain des démographes, l’une en s’intéressant aux politiques familiales, l’autre aux demandeurs d’asile. Mes liens d’amitié avec Michel Hubert, à qui je rends ici hommage, et avec Brigitte Lestrade – qui avait organisé un colloque sur l’emploi et l’immigration en mars 2008, ont fait le reste : l’équipe des germanistes travaillant sur des questions démographiques fut rapidement cernée.

3Il convenait ensuite d’intéresser des spécialistes démographes, sociologues et géographes pour attester le caractère interdisciplinaire, des chercheurs français, allemands, autrichiens ou suisses de la question, pour donner à la manifestation son caractère international. Anne Salles fut celle qui alla solliciter de Paris à Francfort et d’Aix en Provence à Rostock en passant par Lausanne, ce que l’Union européenne (plus la Suisse) comptent de spécialistes, qui de l’histoire démographique, qui des politiques familiales, qui de la répartition des rôles entre l’homme et la femme, qui du vieillissement démographique ou de l’immigration.

4Le programme des deux journées du colloque prenait en compte les questions démographiques sous leurs multiples aspects. La première journée fut centrée sur les politiques familiales et sur les rapports de genre. La seconde fut consacrée au vieillissement démographique et ses conséquences sociétales, politiques, sociales et urbaines et s’intéressa à ce que certains considèrent comme pouvant constituer une solution au vieillissement démographique, à savoir l’immigration étrangère.

5Au départ un constat : l`évolution démographique en Europe est caractérisée ces dernières décennies d’une part par une natalité en recul et un vieillissement démographique et de l’autre par un afflux d’immigrés sans précédent. L’une et l’autre placent les pays du continent européen – et plus particulièrement ceux caractérisés traditionnellement par un État-providence développé face à des défis majeurs : l’inversion de la pyramide des âges et la détérioration des ratios de dépendance mettent d’un côté la pérennité des systèmes de protection sociale actuels en question tandis qu’un déclin démographique durable signifie immanquablement de l’autre pour les entreprises une pénurie de main d’œuvre qualifiée, laquelle nécessite soit une augmentation des taux d’activité féminine soit une immigration délibérément sélective. Dans le premier cas, les politiques familiales sont sollicitées pour que soient améliorées les possibilités de concilier vie professionnelle et vie familiale, dans le second ce sont les politiques d’immigration. Dans un cas comme dans l’autre, une évolution parallèle des mentalités s’impose : l’augmentation des taux d’activité féminine présuppose une modification radicale des rapports de genre et un abandon du modèle traditionnel du soutien de famille masculin qui a prévalu jusqu`à présent, en Allemagne de l’ouest plus qu’ailleurs, tandis qu’un recours à l’immigration étrangère n’est concevable que si, au vu des expériences passées, des phénomènes de ghettoïsation et des émeutes urbaines, l’accent est mis plus que jamais sur une intégration à la fois politique, sociale et économique des populations immigrées.

… un ouvrage

6Le présent ouvrage est agencé conformément à la logique de ce raisonnement. Il regroupe dans une première partie les contributions portant sur une analyse comparée des mouvements naturels en Allemagne et en France et sur les politiques familiales respectives ainsi que leur évolution dans le temps. La deuxième partie rassemble les contributions consacrées aux conséquences du déclin démographique sur les rapports de genre et les relations entre les générations, sur les systèmes de protection sociale, et même sur l’urbanisme et le vivre ensemble dans les États-providence. La troisième partie regroupe les contributions portant sur l’immigration et l’intégration de populations étrangères : immigration espagnole ou maghrébine ici, turque, judéo-russe et d’Allemands de souche là, et se termine par une analyse comparative des politiques française et allemande d’asile et d’immigration dans le cadre de l’Union européenne. Une postface clôture l’ouvrage en présentant une synthèse des résultats.

7Michel Hubert présente dans sa contribution une analyse comparative de l’évolution du mouvement naturel en France et en Allemagne depuis le début de la « transition démographique » jusqu’à nos jours. Anne Hornung analyse ensuite de plus près la fécondité en s’intéressant notamment aux naissances de rang élevé. Il apparaît que la France et l’Allemagne révèlent très tôt en la matière, dans leur évolution démographique respective, des divergences frappantes. Jeanne Fagnani et Marie-Thérèse Letablier constatent que ces différences de trajectoire ont donné lieu ces dernières décennies à un chassé-croisé dans les politiques familiales : traditionnellement nataliste, la France qui peut se targuer d’une fécondité satisfaisante, semble de plus en plus privilégier aujourd’hui une politique familiale conciliant seulement activité professionnelle et vie familiale, tandis que l’Allemagne, pour financer ses retraites et éviter une pénurie de main-d’œuvre qualifiée, affiche plus ouvertement un objectif nataliste. Les logiques restent toutefois identiques dans les deux pays : les impératifs de la compétitivité économique l’emportent. La réforme du congé parental de 2001 en Allemagne, comme le montre Anne Salles, devait théoriquement constituer une incitation pour que les femmes reprennent rapidement leur activité professionnelle après la naissance de leur enfant, de même que l’engagement des entreprises dans l’accueil et la garde des enfants de ses salariés, tel que l’analyse Mechthild Veil, constitue un début de réponse à l’insuffisance patente en Allemagne de structures d’accueil publiques pour la petite enfance.

8S’agissant de l’évolution des rapports de genres, Sara Brachet et Anne Salles explorent le lien existant entre les rapports de genre et la fécondité en France et en Allemagne à travers une approche comparative qualitative. Si jusque dans les années 1970, il y avait un lien entre l’activité féminine et le nombre d’enfants, les auteures constatent que cette corrélation aujourd’hui s’est inversée. L’explication institutionnelle leur apparaissant cependant insuffisante, elles montrent que la somme des investissements de chaque membre du couple dans le domaine familial intervient également dans les projets de fécondité. Nathalie Hillenweck analyse les modèles de la famille et du couple qui sous-tendent les dernières réformes proposées par Ursula von der Leyen, et se demande si l’on n’assiste pas actuellement en Allemagne à un changement de paradigme, le modèle traditionnel du soutien de famille masculin étant relayé par un modèle, plus moderne, de ménage à deux revenus, incarnation d’« un féminisme conservateur ». Valérie-Anne Ryser et Jean-Marie Le Goff tentent d’apporter une explication à ce qui apparaît comme une particularité suisse : le faible pourcentage des naissances hors mariage en dépit d’une forte diffusion de l’union libre, autrement dit le lien plus fort qu’en France notamment qui y existe entre mariage et parentalité.

9Les conséquences économiques et sociales de la dénatalité et du vieillissement démographique sur nos systèmes de protection sociale – retraites, maladie et dépendance – sont connues. Les conséquences politiques, sociétales et urbaines le sont moins. Thomas Landwehrlen, dans sa contribution, se penche sur l’apparition dans le paysage politique de proto-partis générationnels et constate l’institutionnalisation d’un nouveau type de clivage partisan entre des partis défendant spécifiquement les intérêts des personnes âgées et ceux défendant les intérêts des jeunes générations. Cécile Oberlé, à l’inverse, part du postulat non d’un conflit des générations mais au contraire d’un nouveau pacte générationnel pour lequel les maisons intergénérationnelles, sous leurs différentes formes constituent des exemples concrets en apportant une « réponse pragmatique » au défi démographique. Patrick Farges et Antoine Fleury s’intéressent aux dimensions urbaines du changement démographique sur l’exemple des villes est-allemandes et à l’adaptation de celles-ci à une population vieillissante et en recul. Ils s’interrogent sur les conceptions et les dimensions du déclin urbain en Allemagne et, de façon plus générale, dans les sociétés post-industrielles subissant le tournant démographique.

10Le recours à l’immigration de populations étrangères a été, par le passé, une solution à laquelle les pays industrialisés ont eu largement recours pour résoudre leurs problèmes de pénurie de main d’œuvre. Elle est également envisagée parfois comme palliatif à la dénatalité et au déclin démographique pour résoudre celui du financement des retraites. Avec l’immigration se pose cependant le problème de l’intégration, linguistique et économique, culturelle et structurelle des populations immigrées ou issues de l’immigration.

11La France, avec sa longue tradition de pays de droit du sol et son passé colonial et l’Allemagne, longtemps pays traditionnel de droit du sang, refusant de reconnaître qu’elle était devenue, à son corps défendant, pays d’immigration ont des parcours bien différents. Brigitte Lestrade, dans sa contribution, analyse l’immigration espagnole en France de 1960 à 1973 et démontre pour quelles raisons celle-ci peut, à bien des égards, être considérée comme un modèle d’intégration réussie. Gwenola Sebaux se penche sur l’immigration de ces migrants spécifiques que sont les Allemands ethniques, venant d’Europe centrale et orientale et de l’ex-Union soviétique, et montre comment ces populations, qui avaient représenté au début un indéniable atout économique pour l’Allemagne, génèrent aujourd’hui des coûts importants pour les municipalités, lorsqu’elles se concentrent dans certaines régions et sont tributaires de l’aide sociale. Dorothea Bohnekamp s’intéresse à une autre catégorie spécifique d’immigrants : les réfugiés juifs, originaires eux aussi de l’ex-URSS, et constate que l’immigration de populations souvent âgées, majoritairement inactives pose des problèmes spécifiques d’intégration. Pour ma part j’ai tenté une comparaison de l’intégration des populations immigrées majoritaires – turques en Allemagne, maghrébines en France pour constater que la revendication identitaire de la communauté turque s’est focalisée sur la citoyenneté, alors qu’en France, l’expression collective identitaire des populations immigrées s’est davantage reportée sur l’islam. Cécile Prat enfin montre comment, en dépit d’une homogénéisation croissante des politiques d’asile et d’immigration dans les pays de l’Union européenne, des différences notables, notamment entre la France et l’Allemagne, subsistent, qui apparaissent par exemple dans la définition des objectifs et dans la manière d’aborder la question et lors des deux présidences respectives, allemande puis française.

12Loin d’être seulement une publication des actes du colloque – le présent ouvrage en rassemble les principales contributions, dans leur version écrite achevée – mais propose également une synthèse des résultats sous forme d’une postface, que Bernard Poloni a accepté de rédiger.

13Ponsan-Soubiran, août 2010

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540