Version classiqueVersion mobile

L'Europe et le monde en 2020

 | 
Louis-Marie Clouet
, 
Andreas Marchetti

Préface

L’avenir de l’Union européenne : choisir l’engagement

Thierry de Montbrial et Ludger Kühnhardt

Texte intégral

1Cet ouvrage aurait pu s’intituler L’Europe face au monde, tant est largement répandue l’analyse d’un déclin, d’un risque de déclassement, voire de disparition de l’Europe sur la scène internationale dans les décennies à venir. Il est vrai que le xxie siècle a été inauguré sous des auspices tumultueux : attentats du 11 septembre 2001 et menace terroriste, interventions militaires des États-Unis et de leurs alliés en Afghanistan et en Irak, risques de prolifération nucléaire iranienne et, pour couronner cette première décennie, crise financière et économique mondiale. Face à ces bouleversements, il serait tentant de présenter l’Union européenne (UE) comme repliée sur elle-même et davantage influencée par son environnement extérieur que pesant elle-même sur les évolutions du monde.

  • 1 G. Berger, « L’attitude prospective », Prospective, n° 1, Presses universitaires de France, mai 195 (...)

2Et pourtant, cet ouvrage est intitulé L’Europe et le monde en 2020 car l’enjeu réside précisément dans la manière dont l’Europe entrera en relation avec ce monde nouveau. Malgré l’incertitude de l’époque, les contributeurs de cet ouvrage ont tenu à marquer ce qui doit fonder une analyse prospective franche et rigoureuse et surtout toute réflexion politique qui en découle. Il convient de rappeler, avec un des pères de la prospective française, Gaston Berger, que « si l’avenir dépend de tout ce qui existe à présent, et de la manière dont nous sommes placés dans ce présent — c’est-à-dire de ce que nous pouvons —, il dépend aussi de ce que nous voulons »1. En l’occurrence, l’avenir de l’UE dépend, envers et contre tout, de ce que les Européens et leurs dirigeants voudront en faire dans les années cruciales à venir. Dans quelle mesure est-elle capable d’être l’actrice de son propre avenir ? Face aux défis globaux qui concernent l’ensemble de la planète, aux défis propres à son évolution interne et à l’évolution de ses relations avec son environnement et avec les principaux acteurs de la scène internationale, l’Union européenne ne peut s’exempter d’y apporter sa réponse, la plus ambitieuse et la plus efficace possible.

  • 2 Sur le traité de Lisbonne, voir C. Demesmay et A. Marchetti (dir.), Der Vertrag von Lissabon : Anal (...)

3Dans le cadre d’un programme de recherche mené en collaboration par le Zentrum für europäische Integrationsforschung (ZEI) de l’université de Bonn et le Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa) de l’Institut français des relations internationales (Ifri), des chercheurs allemands et français avaient déjà étudié le nouvel ordre institutionnel de l’UE, en particulier les réformes apportées par le traité de Lisbonne, qui constitue le cadre juridique pour toute politique européenne future. Ils s’étaient aussi interrogés, dans une perspective franco-allemande, sur les représentations et les conceptions de l’Europe actuelle et future prévalant au sein des élites politiques allemandes et françaises2.

4L’ouvrage L’Europe et le monde en 2020 clôt ce programme de recherche financé conjointement par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et l’Agence nationale de la recherche (ANR) française. Les chercheurs participants y présentent les défis auxquels l’Union européenne sera très vraisemblablement confrontée au cours des prochaines années. Partant de l’analyse de la situation actuelle, ils y formulent en même temps des perspectives pour l’UE.

5L’Union européenne devra certes s’adapter à un environnement concurrentiel, qui la sollicitera de plus en plus ; il appartiendra à ses décideurs politiques de la mener à travers les embûches qu’elle pourra rencontrer sur son chemin. La relation franco-allemande, par la densité de son réseau institutionnalisé, conserve à cet égard une importance éminente. L’Agenda franco-allemand 2020 adopté en février 2010 est un exemple éloquent de la volonté – commune aux deux côtés du Rhin – de peser sur l’évolution de l’Europe. Dans un dialogue entre la science et la politique, le projet de recherche bilatéral du ZEI et de l’Ifri accompagne ce processus et souhaite non seulement identifier les possibles développements, mais surtout livrer des pistes de réflexion et des recommandations quant à l’organisation de l’UE et à la définition de la politique européenne qui, formulée de manière responsable, devra accroître la « valeur ajoutée » de l’Europe. Elle optimisera l’articulation entre l’Union et ses États membres – tant dans la vie politique que dans l’opinion publique –, afin que le processus européen et ses avancées soient plus visibles, donc plus compréhensibles, et que l’option européenne, si elle est porteuse de progrès, soit à l’avenir privilégiée. Si ces objectifs sont atteints, l’Europe pourra regarder l’avenir en face avec optimisme. Tel est le souhait qui sous-tend les travaux communs de nos deux instituts de recherche.

Notes

1 G. Berger, « L’attitude prospective », Prospective, n° 1, Presses universitaires de France, mai 1958, p. 6.

2 Sur le traité de Lisbonne, voir C. Demesmay et A. Marchetti (dir.), Der Vertrag von Lissabon : Analyse und Bewertung, Schriften des Zentrum für europäische Integrationsforschung, 71, Baden-Baden, Nomos, 2010, et C. Demesmay et A. Marchetti (dir.), Le traité de Lisbonne en discussion : quels fondements pour l’Europe ?, Note de l’Ifri, n° 60, Paris, Ifri, 2009 ; sur les représentations et conceptions des élites françaises et allemandes, voir C. Demesmay et A. Marchetti (dir.), La France et l’Allemagne face aux crises européennes, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2010.

Auteurs

Directeur général de l’Institut français des relations internationales (Ifri)

Directeur du Zentrum für europäische Integrationsforschung (ZEI)

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search