Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne unifiée 20 ans après la chute du Mur

 | 
Hans Stark
, 
Michèle Weinachter

Postface

Encore autrement autre que les autres

Alfred Grosser

Texte intégral

1Chaque pays est différent des autres. Mais la République fédérale d’Allemagne demeure doublement autre que les autres. Elle seule doit continuer à porter le poids d’un passé marqué par Hitler. Elle seule n’a pas parachevé une unification dont la Corée ne peut même pas rêver.

2En 1949, les deux nouveaux États allemands étaient également légitimes ou illégitimes si l’on part de 1945. Les Quatre s’étaient approprié conjointement la souveraineté allemande. Que l’un – l’URSS – ou les trois autres – États-Unis, France et Grande-Bretagne – sortent de l’indivision pour rétrocéder un peu de cette souveraineté à son ou ses moreaux d’Allemagne était pareillement légitime ou illégitime. Mais la République était fondée sur l’idée de liberté et sur la notion de démocratie pluraliste. La République démocratique allemande (RDA) ne l’était pas. Sans doute seule de son espèce parmi les États européens, la République fédérale n’a pas été fondée sur la philosophie de la nation, mais sur une éthique politique – celle du double rejet du nazisme dans le passé et du stalinisme dans les pays voisins.

3La Loi fondamentale, en principe Ersatz provisoire d’une constitution, se réclamait de valeurs qui avaient été celles d’une Leitkultur noir-rouge-or allant en gros de la fête de Hambach de 1832 à la Constitution de Weimar en passant par 1848 et la Paulskirche de Francfort. Mais dans le texte de Weimar, la Déclaration des droits figurait en dernier. Leur énumération n’a guère contribué à asseoir sa légitimité, contestée d’emblée par son acceptation du traité de Versailles, par l’affirmation que la défaite était due à un coup de poignard dans le dos et par le choc de l’inflation de 1922-1923. On parle couramment de la démocratie (contestée) de Weimar, de la culture de Weimar, alors qu’aucune institution de la République n’a jamais siégé dans cette ville. La République fédérale a eu la chance de naître quatre années après le désastre de la Seconde Guerre mondiale et un an après la réforme monétaire – de bien meilleures conditions pour affirmer les valeurs qui fondaient la démocratie de Bonn, transférée à Berlin en 1990.

4En 1949, le problème de la Schuldfrage, né dans la défaite et de la défaite, n’était pas encore résolu. Soixante ans plus tard, il ne l’est toujours pas pleinement. Que la culpabilité collective n’existe pas, même le Tribunal de Nuremberg l’avait affirmé. Dans son beau discours prononcé le 8 mai 1975, plus percutant encore que celui, fort célèbre, que fera dix ans plus tard Richard von Weizsäcker, Walter Scheel, président de la République fédérale d’Allemagne, a montré comment la capitulation avait été à la fois un désastre national et une libération, et comment l’immense majorité des Allemands avaient refusé de voir qu’ils avaient été les rouages d’un système criminel. Mais, surtout pour la génération née vers 1990, c’est toute une éducation, tout un ensemble d’influences médiatiques qui est nécessaire pour que puisse encore être accepté le beau symbole de Varsovie. Face au monument commémorant le ghetto, un monument plus petit montre l’agenouillement de Willy Brandt en 1970. Poursuivi comme jeune socialiste, celui-ci avait dû fuir l’Allemagne dès 1933. Depuis la Suède ou la Norvège, il avait sans cesse combattu le nazisme. Pourtant, comme chancelier de la République fédérale d’Allemagne, il assumait le poids du passé, il se chargeait non de la Schuld, mais de la Haftung, de la liability comme on dit en anglais, terme que l’on pourrait traduire par « responsabilité sans faute ». Même si la dimension et la nature des crimes hitlériens sont uniques – encore que la comparaison avec les horreurs commises par Staline et par Mao soit licite —, il faut souligner qu’aucun autre pays n’a pratiqué et ne pratique avec une telle intensité la repentance collective, comme en témoignent les nombreux monuments, les manifestations, les discours, les publications. En partie parce qu’a toujours existé et qu’existe toujours la crainte d’être montré du doigt, d’être collectivement accusé de ne pas fonder l’action politique sur la mémoire. L’État israélien révoque constamment toute critique émanant de l’Allemagne en invoquant l’argument « Vous n’avez pas le droit puisqu’il y a eu Auschwitz ». Dans son discours devant la Knesset, en février 2005, le président fédéral Horst Köhler a très justement affirmé que le devoir de tout Allemand, fondé sur le passé, était d’intervenir partout dans le monde au nom des droits de l’homme et de la dignité égale de tous les êtres humains. Il savait sûrement que les Palestiniens étaient eux aussi des êtres humains.

5Le travail culturel franco-allemand a lui aussi été fondé dès la fin de la guerre sur la morale que l’on retrouve dans la première phrase du préambule de la Constitution française de 1946 : « Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine [...] ». Sur les régimes et non sur les nations ou les peuples : nombre de constituants savaient que Dachau ou Buchenwald avaient bien été créés par des Allemands, mais pour des Allemands. Il en résultait une responsabilité commune pour l’avenir démocratique de l’Allemagne, d’autant plus qu’après 1919 la France n’avait vraiment rien fait pour affermir la fragile démocratie allemande. Les échanges franco-allemands du second après-guerre s’inspiraient donc d’une éthique et non de la définition traditionnelle de la culture. Et ils s’adressaient à des associations et à des individus au cœur de la « société civile » et non plus seulement aux publics restreints s’autodéfinissant comme cultivés. Ils ont ainsi donné naissance à une sorte d’infrastructure humaine des relations politiques entre les deux États, une infrastructure permettant d’amortir les affrontements ou les malentendus au niveau étatique et constituant un terreau d’exigences fortes en matière de valeurs politiques.

6Le préambule de 1946 a encore une valeur constitutionnelle dans la France d’aujourd’hui. Mais les différences avec les premiers articles de la Loi fondamentale allemande définissant les droits et les libertés sont flagrantes. Le préambule se réfère à la Déclaration de 1789 et proclame en outre des principes politiques, économiques et sociaux. Mais quels articles de 1789, quels principes de 1946 sont d’application immédiate pour le législateur, pour le juge, pour le gouvernement ? L’enfermement des gens en détention provisoire avec les condamnés est-il conforme à l’article 9 de 1789 (« Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi ») ? Le chômage est-il inconstitutionnel, le texte de 1946 stipulant que chacun a le droit d’obtenir un emploi ? Dans les faits, on peut dire que ne revêt un caractère obligatoire que ce que le Conseil constitutionnel déclare comme tel. Avec les pouvoirs limités qui sont les siens. Il ne peut intervenir qu’entre le vote parlementaire de la loi et la proclamation du texte par le chef de l’État, alors que le Tribunal constitutionnel fédéral (Bundesverfassungsgericht) est en droit d’annuler même une loi entrée en vigueur des décennies auparavant. Certes, la Constitution allemande n’est pas un texte sacré et immuable. De 1949 à 2006, elle a déjà été modifiée 52 fois à la majorité des deux tiers. Mais les articles 1 à 19 définissant les droits fondamentaux sont intangibles, du moins dans leur substance. Cela dit, la transformation, en 2000, de l’article 16 sur le droit d’asile n’a-t-il pas substantiellement transformé ce droit ? Les lois sur la sécurité sont-elles vraiment conformes à l’article 8 garantissant le respect de la vie privée, du domicile et de la correspondance ? Le Tribunal constitutionnel fédéral veille cependant à l’application du dernier alinéa de l’article 1 : « Les droits fondamentaux énumérés ci-après s’imposent à la législation, au pouvoir exécutif et à la jurisprudence comme droit directement applicable. »

7Le Bundesverfassungsgericht est ainsi responsable de la mise en application des valeurs et est chargé de la censure de leur violation. Devenu rapidement un organe central du système institutionnel allemand, il n’a jamais éprouvé la timidité de notre Conseil constitutionnel français. Dans ses longs arrêts, il est allé jusqu’à définir le contenu de la loi devant remplacer celle qu’il censurait. Il lui est arrivé d’accepter une interprétation large de la Constitution. Ainsi, lors du débat sur les Berufsverbote, les « interdits professionnels », a-t-il négligé le principe constitutionnel de la Verfassungswidrigkeit (inconstitutionnalité) pour laisser l’exécutif définir le contenu non précisé de la Verfassungsfeindlichkeit (hostilité à la Constitution), notion absente de la Loi fondamentale. Plus récemment – et notamment dans l’examen des traités européens –, il a semblé fort déterminé à ne pas laisser ses prérogatives être entamées par la Cour européenne de justice de Luxembourg et par la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg.

8La liberté et sa défense ont aussi été en principe au cœur de la renaissance d’une armée allemande. Avec, au départ, une impeccable logique constitutionnelle. La guerre avait été menée expressément non seulement contre le nazisme, mais contre le militarisme allemand. Pour bien marquer leur rejet de ce militarisme, les constituants avaient inscrit dans la Loi fondamentale le droit à l’objection de conscience, au refus du service armé. Konrad Adenauer en a déduit qu’un refus ne pouvait s’opposer qu’à quelque chose d’existant. L’existence de soldats allemands était donc implicitement affirmée dans la Constitution. Le service militaire obligatoire n’a cessé de se voir limité par un droit constamment élargi à l’objection de conscience. Et, au nom de la morale sociale, on ne peut que souhaiter la continuation de ce service militaire, sinon il ne pourrait plus y avoir d’objecteurs : ce serait une catastrophe pour les maisons de retraite, les cliniques psychiatriques et toutes les institutions dont le fonctionnement est en partie assuré par le travail fourni avec désintéressement et engagement par des objecteurs. Ils sont souvent l’incarnation d’un sens social dont on accuse souvent « les jeunes » d’être dépourvus.

9La Bundeswehr, elle, demeure en principe fidèle à son inspiration première. Le 5 janvier 1995, le ministre chrétien-démocrate de la Défense, Volker Rühe, a inauguré la première caserne allemande de Berlin (jusqu’en 1990, il ne pouvait y avoir le moindre soldat allemand dans le « Berlin des quatre occupants »). Il lui a donné le nom de Julius Leber, socialiste victime de la brutalité des SA dès février 1933 et exécuté le 5 janvier 1945 pour avoir participé aux préparatifs de l’attentat du 20 juillet. À cette occasion, le ministre a déclaré que la Bundeswehr avait pour fondement l’esprit de résistance au national-socialisme – il est intéressant de noter qu’il a précisé que Leber était d’origine alsacienne, donc aussi de culture française ; il est peu probable qu’un ministre français dise d’un alsacien d’une génération ancienne qu’il était aussi de culture allemande. Le 9 octobre suivant, à Erfurt, Volker Rühe s’est adressé aux recrues à l’occasion des quarante ans de la Bundeswehr et des cinq ans de l’armée unifiée en ces termes : « De jeunes soldats de Thuringe font leur service en Rhénanie-Palatinat, des conscrits de Basse-Saxe au Mecklembourg. Tous sont engagés au service de notre Constitution démocratique et assument une coresponsabilité pour la liberté et la dignité humaine d’autrui. » La patrie et la nation ne sont pas mentionnées. Aujourd’hui, on pourrait dire que la présence de soldats allemands au Kosovo puis en Afghanistan repose sur la solidarité ainsi invoquée – même s’il faut écarter toute naïveté lors de l’analyse des motifs politiques de l’engagement.

10L’échec de la Communauté européenne de défense (CED) à l’assemblée nationale française, le 30 août 1954, n’a pas empêché la République fédérale de continuer à fonder ce que l’on pourrait appeler sa morale extérieure sur l’idée d’une Europe de la liberté. Le préambule de la Loi fondamentale montre cependant déjà une certaine ambiguïté lorsqu’il se réfère à l’Europe. Le peuple allemand est animé par la volonté de servir la paix dans le monde au sein d’une Europe unie, mais en tant que membre à droits égaux (als gleichberechtigtes Mitglied). De même que le traité de 1952 avec Israël est né à la fois d’un désir d’assumer l’horreur passée et de l’espoir que cet acte contribuerait au rétablissement de l’honorabilité allemande, notamment aux États-Unis, de même la réponse positive à Robert Schuman exprimait un véritable espoir européen, en même temps que la satisfaction d’accomplir un grand pas vers l’égalité avec les pays vainqueurs.

11On oublie trop, en Allemagne, qu’en 1951, en signant le traité fondateur de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), la France abandonnait la pleine souveraineté pour la souveraineté partagée, alors que la jeune République fédérale passait de l’absence de souveraineté extérieure au partage qui lui a permis de disposer, à partir de mars 1951, d’un ministère des Affaires étrangères. Il n’empêche que l’idée de la liberté à défendre n’a cessé d’être fondamentale. Elle n’a été mise entre parenthèses que vers 1985 lorsque nombre de sociaux-démocrates et de dignitaires protestants écartaient le mot « liberté » pour ne pas entraver le dialogue avec l’autre camp. L’Église protestante se contentait d’une trinité qui ne gênait en rien les dirigeants de Berlin-Est : « Paix, justice sociale, défense de la création [donc de la nature] ». Lorsque, le 8 janvier 1988, François Mitterrand a reçu Erich Honecker à l’Élysée, il a félicité le président de la RDA de sa résistance au nazisme, mais a rappelé que les valeurs de liberté avaient été maintenues ensuite seulement à l’Ouest et qu’il ne fallait pas concevoir une Europe globale sans la liberté. C’était l’époque où l’on parlait beaucoup d’un « toit européen » commun à l’Ouest et à l’Est, au nom d’une convergence surestimée.

12En 1989, en revanche, le recours à l’article 23 plutôt qu’à l’article 146 – qui est aussi le dernier – de la Loi fondamentale était de nouveau fondé sur la liberté, qu’il fallait étendre jusqu’à la frontière polonaise. Les Länder de la RDA entraient dans la République fédérale parce que celle-ci était l’Allemagne de la liberté, alors que le recours à l’article 146 – prévoyant l’élaboration d’une nouvelle Constitution pour l’ensemble de l’Allemagne – aurait signifié rétrospectivement une égale légitimité pour les deux États. Si Jacques Delors a reçu les remerciements du président Richard von Weizsäcker au cours de la séance solennelle du 3 octobre 1990, c’est que le soutien qu’il avait accordé depuis Bruxelles à la réunification reposait sur la conviction qu’il s’agissait du premier élargissement à l’est de l’Europe libre. Il agissait dans le sens du dernier article de Robert Schuman, publié en octobre 1963 : « Nous devons faire l’Europe non seulement dans l’intérêt des peuples libres, mais aussi pour pouvoir y accueillir les peuples de l’Est qui, délivrés des sujétions qu’ils ont subies, nous demanderaient leur adhésion et notre appui moral. » Il en sera ainsi fait en mai 2004. Mais déjà le 20 décembre 1990, dans son discours de doyen d’âge du premier Bundestag de la République fédérale élargie, Willy Brandt avait affirmé que, sans la Communauté européenne, la réunification ne se serait pas faite si aisément et que, en ce sens, on pouvait dire qu’un homme comme Jean Monnet avait été l’un des pères de l’unité allemande.

13Que l’unité se soit faite au nom et au sein de la Communauté européenne, les textes de 1990 le montrent très clairement. Puisque l’unité était parachevée (vollendet, dit le préambule remanié) et qu’il n’y avait donc pas de nouvelle entrée à prévoir, l’article 23 a été supprimé puis remplacé par un autre article 23 autorisant de nouveaux transferts de droits souverains à l’Europe communautaire. Le traité 4+2 du 12 septembre 1990 dit bien que l’Allemagne unifiée a « pleine souveraineté sur ses affaires intérieures et extérieures », mais le traité d’unification du 31 août déclarait que l’ensemble du droit communautaire s’applique à l’Allemagne élargie, tandis que l’article 10 fait obligation aux nouveaux Länder de transformer en droit interne toutes les obligations européennes qui les concernent.

14L’unification ne s’est néanmoins pas faite dans le plein respect des valeurs dont on se réclamait face aux régimes communistes. Un petit autocollant sur les murs de Berlin au moment des premières et dernières élections libres à la Chambre du peuple de la bientôt défunte RDA disait : « 23 : Kein Anschluss unter dieser Nummer ! » Ce fut tout de même dans une large mesure une annexion. On n’a pas pris la peine d’examiner les réalisations existantes pour déterminer lesquelles pourraient être maintenues, comme le remboursement des chaussures orthopédiques par la Sécurité sociale ou bien celui des frais liés à la garde des enfants (crèches et autres installations) pour les mères exerçant une activité professionnelle. Tout ce qui était « rouge » devait être supprimé ou changé. Au lieu de prévoir des indemnisations pour les anciens propriétaires de biens agricoles ou urbains, on a préféré opter pour la restitution, contrairement à ce qu’avait fait le sage Louis XVIII après 1815 avec le « million d’émigrés » rentrés d’exil avec lui – la mise en avant du principe de la restitution allait alimenter de nouvelles revendications de la part d’organisations de réfugiés auprès de la Pologne et de la Tchécoslovaquie. Quinze années plus tard, deux aspects centraux n’ont pas encore été réglés.

15Le premier, c’est la nouvelle Vergangenheitsbewältigung, le second passé à accepter, à comprendre sinon à surmonter. Était-ce respecter l’esprit de justice que d’intégrer sans condition la CDU et les libéraux de la RDA dans les partis ouest-allemands, sans accorder le moindre avantage au SPD à recréer à partir de zéro, puisqu’il avait été supprimé dès avril 1946 ? Quels corps de la société fallait-il « épurer » – les universités, la fonction publique, les avocats ? N’aurait-on pas dû faire un effort pour que soient connues non seulement les tares d’un régime répressif et intolérant, mais aussi la dimension des crimes abominables du stalinisme dont ce régime s’était fait le complice ? La Verniedlichung, la « bagatellisation » rétrospective de la RDA aurait été plus difficile à opérer si la Kolyma, le génocide par la faim en Ukraine, les exécutions massives des années 1930 avaient été présents dans le débat. Néanmoins, il est vrai qu’il y a eu un travail de prise en charge du premier passé, celui du nazisme. Quel dommage que dans les manuels d’éducation civique ou d’histoire ne figure pas le texte douloureusement et magnifiquement complet adopté à l’unanimité le 12 avril 1990 par la dernière Chambre du peuple ! N’omettant rien, depuis les massacres de Juifs, de Tsiganes, de Polonais, de Russes jusqu’à l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968, il s’agit de la demande de pardon la plus exhaustive qui ait jamais été faite.

16Le second aspect porte sur la réalité économique. Certes, les transferts d’Ouest en Est ont été et sont encore massifs. Dans les « nouveaux Länder » (plus si nouveaux que cela !), on a coutume de les sous-estimer. Mais, pour un ensemble de raisons, les blühende Landschaften, les « paysages florissants » promis par le chancelier Kohl n’ont pas vu le jour. Le taux de chômage demeure deux fois plus important à l’Est qu’à l’Ouest. La carte de la pauvreté publiée en mai 2009 montre la permanence du clivage. Les pauvres (ceux dont les revenus sont inférieurs à 60 % du revenu médian) représentent 24,3 % de la population du Mecklembourg-Poméranie antérieure contre 12,5 % dans le Schleswig-Holstein voisin. Même la Saxe, avec son beau développement industriel, est plus touchée par la pauvreté que les Länder les plus pauvres de l’ancienne RFA. La pauvreté s’accroît encore à cause du dépeuplement. Les jeunes partent en grand nombre vers l’Ouest. Ils profitent de la liberté retrouvée après la chute de la RDA, mais ce n’est pas par amour de la liberté qu’ils quittent leur Heimat !

17À l’Ouest, ils se retrouvent également dans une société qui, en période de crise économique, respecte de moins en moins la notion de justice supposée corollaire de cette liberté. Comme en France, l’insolence, l’arrogance, l’indécence des plus fortunés va de pair avec les angoisses, sinon la désespérance des nouveaux chômeurs, des travailleurs sociaux impuissants devant l’extension de leurs tâches qui, parallèlement, sont de moins en moins reconnues, rémunérées, considérées. La théorie proclamée avec suffisance par le Suisse Ackermann, patron de la Deutsche Bank, ne cesse d’être mise en pratique : seule la direction des grandes entreprises est créatrice de richesses et mérite donc des rémunérations équivalant à des siècles de salaires moyens. Les employés, ouvriers, techniciens, eux, ne contribuent pas vraiment à la prospérité de ces entreprises. Et quand celles-ci défaillent, comme c’est le cas aujourd’hui, rien ne doit être entrepris pour réduire un peu l’abîme qui sépare l’en-haut de l’en-bas. Que reste-t-il non de la réalité mais de l’image de la soziale Marktwirtschaft quand des lois absurdes continuent à être appliquées ? Prenons l’affaire de la caissière de grande surface licenciée pour avoir « détourné » pour moins d’un euro de marchandise. La loi, a dit le juge, permet son renvoi du fait qu’elle a perdu la confiance de son employeur. Mais combien de millions de citoyens ont perdu toute confiance dans les banquiers sans pouvoir les faire sanctionner d’aucune manière ?

18L’affaire a montré une fois de plus que la République fédérale est à la fois un État de droit et un pays de la Juristerei, qui se caractérise par un juridisme pointilleux rarement en sommeil. Le Tribunal constitutionnel fédéral connaît même une évolution négative. En 1977, l’épouse de Hanns-Martin Schleyer lui avait demandé d’enjoindre le chancelier Schmidt de sauver son mari en cédant aux exigences de ses ravisseurs. Le Tribunal avait répondu que la difficile décision à prendre par le chef du gouvernement était d’ordre politique et non juridique. Hanns-Martin Schleyer fut assassiné, mais la capitulation aurait entraîné d’autres enlèvements. Aujourd’hui, l’autorité politique se trouve en principe soumise à un jugement lui interdisant d’abattre un avion qui, comme cela s’est passé à New York le 11 septembre 2001, irait détruire le cœur d’une grande ville ou une installation nucléaire, au nom de la protection de la vie des passagers. Wolfgang Schäuble, ministre de l’Intérieur, a clairement laissé entendre que la décision éventuelle ne dépendrait pas du Tribunal constitutionnel fédéral.

19Mais le même ministre s’est montré presque aussi hanté par la notion de sécurité que ses collègues français. Au nom de la sécurité, le Rechtsstaat n’est-il pas en train de se transformer en Überwachungsstaat, en « État de surveillance » ? En 2008, un échange à distance a eu lieu entre l’ancien juge à Karlsruhe, Winfried Hassemer, et Wolfgang Schäuble. Le premier avait écrit en juin : « La tension entre liberté et sécurité s’est incontestablement transformée au bénéfice de la sécurité. Il y a des voix pour dire que plus de sécurité signifie en même temps plus de liberté. Cela, je ne peux pas le comprendre. » Le ministre a répliqué en juillet : « Les deux principes, liberté et sécurité, doivent sans cesse, selon les conditions extérieures changeantes, être remis en équilibre entre eux. C’est ce que Mme Zypries [ministre de la Justice] et moi, nous faisons. »

20Est-ce aussi au nom de la sécurité qu’il faut entraver l’entrée de réfugiés fuyant des régimes répressifs ou tout simplement la misère ? L’Allemagne agit contre les sans-papiers avec moins d’inhumanité que la France. L’euphémisme « centres de rétention » correspond à plus de dénis de droit et à plus de conditions humiliantes de détention que l’euphémisme Gewahrsameinrichtung für Ausreisepflichtige (installations de garde à vue pour personnes en obligation de quitter le pays). Comme en France, des organisations citoyennes, souvent religieuses, cherchent à aider les sans-papiers et autres réfugiés, mais, contrairement à ses homologues françaises, elles ne sont pas combattues par les autorités. En revanche, en Allemagne comme en France, l’Église ne va pas jusqu’au bout de ce qu’implique la formulation lancée dès 1986 par le courageux évêque Kamphaus : « Tout étranger a le visage du Christ. »

21Dans quelle mesure les valeurs de la République fédérale sont-elles des valeurs chrétiennes ou coïncident-elles avec ces valeurs ? En principe, l’Allemagne connaît la séparation de l’Église et de l’État, mais la conception allemande de la laïcité diffère profondément de la conception française. Pas seulement à cause de la Kirchensteuer, l’impôt prélevé par l’État et transféré aux églises (il représente environ 8 % de l’impôt sur le revenu moyen) – les églises françaises appliquent mieux la formule de la prière eucharistique selon laquelle l’Église est « servante et pauvre ». La Loi fondamentale, dans son préambule, place la République fédérale sous le regard de Dieu. Les Églises allemandes continuent le plus souvent à parler comme si Dieu était la source de toute morale. En France, il n’est pas choquant de citer un dominicain écrivant : « La foi en Dieu n’est pas nécessaire pour fonder une morale, et la morale n’appartient pas aux Églises. Affirmer, comme Dostoïevski, que si Dieu n’existe pas tout est permis, c’est se faire une piètre idée de l’homme, de la morale et de Dieu. » D’autant plus que la revendication de l’unité divine de la source aboutit à considérer comme immoraux l’immense majorité des habitants de l’ancienne RDA. Le préambule de la Constitution polonaise de 1997 dit au contraire que le peuple polonais se compose de ceux qui croient à la justice au nom du christianisme et de ceux qui puisent les mêmes valeurs dans d’autres sources.

22Le parti social-démocrate (SPD) affirme depuis son congrès de 1954 (bien avant Bad Godesberg) que les sources du socialisme sont le christianisme, les Lumières et la philosophie classique. Peut-on vraiment dire que la tolérance a été pratiquée par les Églises comme une valeur chrétienne ? Si Benoît XVI avait dit à Ratisbonne « Mon Église a été intolérante jusqu’au Concile Vatican II où, en 1965, un beau texte a enfin condamné toute pratique de coercition. J’espère que l’Islam ira dans ce sens », il n’aurait pas provoqué de réaction négative. Jusqu’ici, il n’a pas encore cité l’un des derniers textes de Jean Paul II. Dans Mémoire et identité, paru en 2005, un chapitre s’intitule « Les bons fruits sur le terrain des Lumières ». On y lit : « Les Lumières européennes n’ont pas seulement produit les atrocités de la Révolution française. Elles ont eu des fruits positifs, comme les idées de liberté, d’égalité et de fraternité qui sont aussi des valeurs enracinées dans l’Évangile... Constater que ces processus d’empreinte des Lumières ont souvent porté à la redécouverte en profondeur des vérités contenues dans l’Évangile est une source de réflexion. Les encycliques sociales elles-mêmes le mettent en évidence, de Rerum novarum de Léon XIII jusqu’à Centesmius annus. »

23Le combat mené en 2009 par les Églises à Berlin avait de quoi surprendre l’observateur français. Grâce à une campagne vigoureuse Proreli (pour la religion), elles ont obtenu – et perdu – un référendum sur la suppression du caractère obligatoire d’un enseignement d’éthique et le rétablissement du caractère obligatoire des cours de religion. Comme si l’enseignement de l’islam allait permettre aux élèves musulmans de connaître la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’Onu en 1948, et notamment sa proclamation de l’égalité entre l’homme et la femme, y compris dans le domaine du choix du conjoint, et aussi du droit à changer librement de religion ! En France, si les Églises se plaignent à bon droit de l’organisation du temps scolaire qui annihile la possibilité convenue d’enseigner hors établissement le catéchisme, les établissements confessionnels, intégrés dans le service public national par la loi Debré de 1959, sont à la pointe de l’ouverture. Ils proposent la foi, ils ne l’imposent plus. Ils accueillent les jeunes musulmans. Et ce n’est pas un hasard si la plupart des premiers imams formés en France ont reçu une partie de leur formation à l’Institut catholique de Paris.

24De leur côté, les Églises allemandes ne cessent de se transformer et sont en passe de rattraper la France en matière d’ouverture aux problèmes de société. Le Kirchentag protestant n’a pas d’équivalent en France, ni le Comité central des catholiques, en conflit au printemps 2009 avec les évêques au sujet de la conversion souhaitable des juifs. La surprise, en 2008-2009, est venue de l’attitude de l’épiscopat allemand face à certaines décisions ou déclarations du pape qui ont pu choquer à l’extérieur comme au sein de l’Église. Sous la présidence de l’archevêque de Fribourg, Mgr Robert Zollitsch, ils ont adopté à l’unanimité un texte établissant notamment une liste des acquis définitifs de Vatican II. Parmi eux, « Gaudium et spes », soit la présence de l’Église au cœur des problèmes sociaux et économiques de notre temps. Aucun texte analogue n’a été adopté à Lourdes par l’épiscopat français. En réalité, il s’agit d’un élément supplémentaire de convergence entre les Églises de France et d’Allemagne qui ont le même souci de ne pas rester à l’écart d’une société en difficulté au cœur de la crise économique.

25Pour le moment, celle-ci n’a nullement ébranlé les bases morales de la République fédérale d’Allemagne. La continuité demeure forte depuis 1949. La période 1989-2009 n’a été marquée par aucune rupture du consensus de base, de la concorde qu’exprime le mot Einigkeit qui figure dans la trinité de valeurs ouvrant l’hymne national allemand : Einigkeit und Recht und Freiheit – Concorde, Droit et Liberté. Elle vaut bien la nôtre. Et ses valeurs sont plus aisées à traduire en réalités que notre égalité, difficile à définir et à atteindre, et notre fraternité, si mal en point face à la glorification des seuls plaisirs personnels. Dans les deux pays cependant, de plus en plus de citoyens dénient toute valeur morale à la politique en général et aux engagements en politique, oubliant que le politique, c’est l’ensemble des buts et des moyens que se donne une collectivité humaine pour tenter de maîtriser son propre avenir.

Auteur

Professeur émérite de Sciences Po (Paris) et président du Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (Cirac).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540