Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'Allemagne unifiée 20 ans après la chute du Mur

 | 
Hans Stark
, 
Michèle Weinachter

Politique étrangère

La politique allemande de défense et de sécurité depuis 1989

Franz-Josef Meiers
Übersetzt von Nicolas Peretti

Volltext

  • 1 H. Kohl, « wer in Berlin regiert, muss sich in die Kontinuität des in Bonn Geschaffenen stellen », (...)

1Dans l’histoire de l’Allemagne, les structures euro-atlantiques ont rempli une fonction de contrôle et d’intégration, rendant possible durant les années 1950 la rapide reconstruction politique et économique du pays et accompagnant la reconstitution de la Bundeswehr, strictement encadrée au plan institutionnel. Au début des années 1990, ce cadre transatlantique a été une condition préalable à la réunification allemande. La classe politique allemande a réussi à surmonter les craintes initiales des voisins européens quant à un retour des « incertitudes allemandes », en reconnaissant ouvertement vouloir maintenir l’Allemagne réunifiée dans la tradition de la République de Bonn en matière de politique étrangère, et en refusant catégoriquement l’éventualité d’une « grande Allemagne » hors de toute alliance. Elle est également parvenue à faire de l’Allemagne réunifiée un facteur de stabilité au centre de l’Europe. Le chancelier de l’époque, Helmut Kohl, a réduit cette politique de continuité à sa plus simple expression : « celui qui gouverne à Berlin doit se placer dans la continuité de ce qui a été fait à Bonn1 ». L’intégration européenne, le partenariat transatlantique de sécurité collective et l’implication dans un cadre de coopération multilatéral constituent, au-delà des appartenances politiques, les maximes guidant l’action de la « République de Berlin ». La volonté de rester dans la continuité de la politique pro-occidentale menée par la République de Bonn s’est confrontée à trois changements majeurs :

  • depuis la fin du conflit entre l’Est et l’Ouest, au début des années 1990, le contexte international dans lequel s’inscrit la politique étrangère et de sécurité allemande a subi une transformation durable et profonde : la menace militaire figurant au cœur des préoccupations sécuritaires du monde occidental ne se caractérise plus par son unidimensionnalité, comme du temps de l’opposition entre les deux blocs ; la sécurité passe aujourd’hui par l’existence de forces de stabilisation projetables, la prévention des conflits et la gestion des crises en dehors de la zone euro-atlantique définie par le traité, soit des paramètres qui n’existaient pas du temps de la République de Bonn ;

    • 2 Europa Archiv, n° 12, 1989, p. 357.

    les alliés et partenaires de l’Allemagne réunifiée nourrissent de grands espoirs à son égard et attendent d’elle qu’elle prenne plus de responsabilités en faveur de la cohabitation pacifique entre les peuples ; ce rôle serait à la mesure de ses performances économiques et de son influence dans toutes les grandes organisations internationales. Dans la mesure où les relations de dépendance entre pays inhérentes à la guerre froide ne sont plus aussi fortes, les exigences et attentes des autres États envers l’Allemagne ont gagné en importance, comme l’a résumé le président George H. W. Bush en 1989 à travers la formule « partnership in leadership2 » ;

  • la République de Berlin doit redéfinir le rôle international et la responsabilité de l’Allemagne et les faire évoluer par rapport à ce qu’ils étaient du temps de la République de Bonn. L’époque où l’appartenance de l’Allemagne à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) se résumait plus à sa présence qu’à son action au sein de l’Alliance est bel et bien révolue. À l’extérieur de ses frontières et de celles de l’Alliance, l’Allemagne est devenue, aux côtés de ses alliés et partenaires, un « exportateur de sécurité ». Les nouveaux rôles et les nouvelles missions de l’Allemagne réunifiée à l’échelle internationale signifient la fin de la « niche allemande dans la politique internationale », évoquée par le chancelier Kohl lors de sa déclaration gouvernementale du 4 octobre 1990 devant le Bundestag : « Il revient à l’Allemagne réunifiée une responsabilité plus importante au sein de la communauté internationale, en vue notamment de garantir la paix mondiale. Nous veillerons à assumer cette responsabilité dans le cadre des Nations unies, de la communauté européenne et de l’Alliance atlantique [...]. »

2La politique étrangère et de sécurité de la République de Berlin doit faire face à deux défis principaux :

  • comment poursuivre avec succès une politique étrangère de continuité face à des exigences sécuritaires d’un tout nouveau genre ?

  • comment concilier les nouveaux enjeux dans le domaine de la sécurité internationale et les attentes des alliés et partenaires avec la « culture de la retenue », qui s’est profondément enracinée dans la société allemande durant les quatre décennies d’existence de la République de Bonn ?

3Le présent chapitre analysera la politique de sécurité allemande après le tournant de la fin des années 1980, en se fondant sur la participation des forces armées allemandes à certaines interventions extérieures multinationales et sur la transformation de la Bundeswehr, passée d’une armée de formation (Ausbildungsarmee) à une armée d’intervention (Einsatzarmee). Dans quelles conditions, avec quel objectif et avec quelles capacités militaires les responsables politiques à Bonn et à Berlin ont-ils opéré ce changement ? À quelles difficultés cette évolution vers une utilisation plus active des forces armées allemandes comme instrument de la politique étrangère et de sécurité du pays s’est-elle heurtée ? Comment les dirigeants politiques ont-ils réagi face à ces problèmes d’adaptation ? Autant de questions auxquelles nous nous emploierons à apporter des éléments de réponse.

La politique de sécurité allemande depuis la fin du conflit Est-Ouest (1990-1999)

Contexte politique et cadre juridique des interventions extérieures

  • 3 O. Hoffmann, Bundeswehr und UN-Friedenssicherung. Die friedenssichernden Maßnahmen der Vereinten Na (...)

4Au début des années 1990, le gouvernement Kohl se voit confronté à une pression croissante de la part des autres membres de l’Alliance, partisans d’une participation des soldats allemands aux interventions militaires internationales. Cependant, à cette époque, le cadre politique et constitutionnel relatif à ce type d’interventions « hors zone » (out-of-area interventions) n’est pas encore clarifié. Sur le plan de la sécurité nationale, un large consensus prédomine jusqu’à la fin des années 1980 autour de la portée restrictive de l’article 87a de la Loi fondamentale, qui limite alors les opérations de défense au territoire de la République fédérale allemande et des pays membres de l’Alliance, en vertu des décisions du conseil de sécurité fédéral (Bundessicherheitsrat) du 3 novembre 1982. Les seules exceptions concernent les « interventions strictement techniques de la Bundeswehr, comme dans le cas des secours apportés en cas de catastrophe naturelle […], ou les missions se limitant au simple transport des troupes de maintien de la paix des Nations unies », qui, d’après la lecture allemande de la Constitution, ne relèvent pas de l’exercice des compétences d’un État dans le cadre de sa souveraineté3.

  • 4 H.-D. Genscher, Erinnerungen, Berlin, Siedler, 1995, p. 905.

5L’invasion du Koweït par l’Irak le 2 août 1990 soulève des questions fondamentales pour la communauté internationale, questions auxquelles il faut trouver des réponses dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD), dans un contexte profondément bouleversé. Parmi ces questions figurent aussi le rôle et les responsabilités futurs d’une Allemagne réunifiée dans le domaine de la paix et de la sécurité internationales. Dès le début, le gouvernement fédéral soutient les objectifs fixés par la résolution 660 de l’Onu, à savoir le retrait immédiat des troupes irakiennes présentes au Koweït et le rétablissement de l’intégrité territoriale de ce dernier. Le gouvernement allemand est même prêt à apporter une « contribution significative » à la libération du Koweït et à la pacification de la région du Golfe, « mais sans que des soldats allemands n’interviennent4 ».

  • 5 H.-D. Genscher, op. cit., p. 901 ; K. Kaiser et K. Becher, Deutschland und der Irak-Konflikt : inte (...)
  • 6 R. D. Asmus, « Fragen unter Freunden. Der Golfkonflikt hat zu einer schweren Vertrauenskrise zwisch (...)

6Alors que la question de l’envoi de forces armées allemandes dans le Golfe ne se pose même pas pour le gouvernement fédéral, en raison de l’interprétation restrictive de l’article 87a de la Loi fondamentale, il se tient tout de même prêt à fournir « un soutien non militaire d’importance comparable » d’un montant total d’environ 18 milliards de deutsche mark (DM). Cette somme représente quasiment 10 % de l’ensemble des dépenses de l’intervention internationale5. Les membres de l’Alliance critiquent ces compensations financières considérables, cette « diplomatie du carnet de chèques » par laquelle l’Allemagne entend s’acquitter de sa responsabilité dans le domaine de la paix et de la sécurité dans le monde6.

  • 7 D. Binder, « Bonn’s New Assertiveness, Policymakers See Evidence of Unilateral Approaches », Intern (...)

7Lorsque se pose la question d’une participation de militaires allemands à une intervention multinationale visant au maintien de la paix dans une République fédérale de Yougoslavie gangrenée par les conflits sécessionnistes depuis l’été 1991, le gouvernement allemand adopte la même position que sur le dossier koweïtien. En accord avec les responsables politiques et militaires des Nations unies, l’Allemagne, arguant de sa situation constitutionnelle non clarifiée et de la présence de la Wehrmacht dans les Balkans pendant la Seconde Guerre mondiale, refuse d’engager ses soldats dans une mission de maintien de la paix en Bosnie sous mandat onusien (au sein de la Force de protection des Nations unies, la Forpronu). De même, le gouvernement allemand n’autorise pas la participation de la Luftwaffe aux opérations aériennes menées par l’Otan pour assurer la sécurité des hommes de la Forpronu et des six zones protégées par les Nations unies. L’intervention de la Bundeswehr se limite à une participation aux missions humanitaires de ravitaillement aérien à destination de la population civile bosniaque et à l’application de sanctions à l’encontre de la République fédérale de Yougoslavie dans la région de l’Adriatique, autour du Danube. En faisant pression en faveur de la reconnaissance diplomatique de la Slovénie et de la Croatie, alors que le secrétaire général des Nations unies, tout comme les gouvernements américain, britannique et français ont instamment essayé de l’en dissuader, le gouvernement allemand s’expose de nouveau aux critiques, se voyant reprocher de ne pas jouer le jeu de la responsabilité commune et de ne pas faire preuve de solidarité vis-à-vis de ses alliés. Pour une fois, cependant, ce n’est pas la trop grande timidité de l’Allemagne sur le plan diplomatique qui est dénoncée, comme lors de la deuxième guerre du Golfe (1990-1991), mais sa « nouvelle politique étrangère présomptueuse7 ».

8La controverse entre le gouvernement fédéral et ses alliés au sujet de la participation de la Bundeswehr à des interventions à l’étranger révèle au grand jour le dilemme d’une République de Berlin partagée entre les attentes d’une plus grande implication en politique étrangère et les contraintes de politique intérieure. Les deux grands principes fondant la politique extérieure et de sécurité allemande d’après-guerre sont ainsi mis au banc d’essai : d’une part, l’ancrage occidental et la coopération multilatérale, garants de la continuité et de la prévisibilité de la politique étrangère allemande ; d’autre part, la culture diplomatique de la retenue, selon laquelle plus jamais un conflit ne devrait trouver son origine sur le sol allemand, pour des raisons historiques liées à la dictature nazie, à la Seconde Guerre mondiale et à la Shoah. Si la politique de poursuite de l’« auto-ancrage » et de la coopération multilatérale représente un intérêt vital pour l’Allemagne réunifiée, la restriction de la sécurité nationale à la seule mission de défense du territoire n’est plus en adéquation avec les obligations de l’Allemagne vis-à-vis des institutions multilatérales en charge de la sécurité internationale.

9L’entrée des troupes irakiennes sur le territoire koweïtien début août 1990, l’effondrement violent de la République fédérale de Yougoslavie aux premiers jours de l’été 1991 et la sévère critique de l’Alliance à l’égard de la « diplomatie du carnet de chèques » menée par le gouvernement allemand sont les catalyseurs qui ont permis de clarifier la question d’une participation possible de la Bundeswehr à des interventions extérieures.

  • 8 Décision de la Cour constitutionnelle allemande du 12 juillet 1994 (voir « Adria », « AWACS », « So (...)

10La décision finale de la deuxième chambre de la Cour constitutionnelle allemande8 (Bundesverfassungsgericht, BVG) du 12 juillet 1994 clarifie les fondements constitutionnels autorisant la Bundeswehr à prendre part à des interventions extérieures :

  • aucune révision de la Loi fondamentale n’est nécessaire pour des interventions de la Bundeswehr dans le cadre des systèmes de sécurité collective, puisque les dispositions de l’article 87a de la Loi fondamentale (« Défense », « Intervention ») n’excluent pas les missions traditionnellement liées à l’article 24, paragraphe 2, de la Loi fondamentale ;

  • les interventions de la Bundeswehr en dehors des frontières de l’Allemagne et du territoire de l’Alliance sont possibles si elles sont menées dans le cadre de systèmes de sécurité collective, y compris les systèmes de défense mutuelle ;

  • les prérogatives du gouvernement fédéral en matière de politique étrangère sont « reparlementarisées » ; la responsabilité des interventions de la Bundeswehr à l’étranger, en tant qu’acte constitutif, est portée conjointement par le gouvernement fédéral et le Parlement (Bundestag).

  • 9 « Loi relative à la participation du Parlement du 18 mars 2005 », in Ministère fédéral de la Justic (...)

11Jusqu’à une telle décision de la Cour constitutionnelle allemande, les mesures recevables jusqu’alors pouvaient encore être appliquées : auparavant, le gouvernement fédéral n’avait jamais eu besoin de solliciter le Parlement pour valider ses décisions en matière de politique étrangère. Cette situation prend fin le 22 juillet 1994, lorsque le Bundestag approuve, par 428 voix pour, 48 contre et 16 abstentions, la proposition gouvernementale d’une participation de la Bundeswehr au contrôle de l’embargo contre la République fédérale de Yougoslavie (qui correspond à l’époque à la Serbie-Monténégro) et au respect de l’interdiction de survoler la Bosnie-Herzégovine. Cependant, la procédure de participation du Bundestag à la prise de décision concernant les interventions militaires extérieures de la Bundeswehr reste mal définie. Ce n’est qu’en décembre 2004 que le Bundestag adopte la « loi sur la participation du Parlement aux décisions relatives à l’intervention à l’étranger des forces militaires armées ». Le cœur de cette loi consiste en une procédure détaillée de demande, qui engage le gouvernement sur toutes les dispositions importantes de l’intervention – la mission, la zone d’intervention, le nombre maximal de soldats impliqués et la durée de l’opération – pour toute la durée de celle-ci. Toute modification apportée à ce mandat nécessite une nouvelle approbation du Bundestag9.

Vers une armée de projection : la Bundeswehr et les conflits des Balkans

L’exemple de la Bosnie

  • 10 « Kabinett stimmt Einsatz deutscher Soldaten zu », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 27 juin 1995.

12L’aggravation dramatique de la situation en Bosnie-Herzégovine au début de l’été 1995 pousse le gouvernement allemand à agir plus tôt que prévu. Le 26 juin 1995, il décide d’étendre les garanties apportées par l’Allemagne en cas d’évacuation des Casques bleus, à travers le regroupement et le soutien fourni aux forces d’intervention rapide chargées de la protection de la Forpronu. L’offre comprend des moyens de transport aérien, des moyens sanitaires pour la construction d’un hôpital militaire franco-allemand à Split (Croatie), six à huit avions de combat Tornado version spéciale ECR (Electronic Combat and Reconnaissance, électronique de reconnaissance et de combat), quatre Tornado « Recce » de reconnaissance et des appareils de reconnaissance de type Breguet Atlantique. L’Allemagne propose en outre, dans le cas d’une évacuation, de mettre à disposition une flottille de lutte anti-mines, une flottille de vedettes rapides et des soldats supplémentaires. La proposition formelle faite à l’Otan ne comprend qu’une aide logistique et un soutien aérien. Le gouvernement fédéral, rappelant l’histoire allemande récente, exclut la participation de troupes terrestres allemandes à une éventuelle évacuation des Casques bleus présents en Bosnie-Herzégovine10.

13Les réserves importantes émises par l’opinion publique et celles internes au parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD) quant à une participation des Tornado ECR au conflit dans les Balkans amènent le gouvernement à présenter une proposition de résolution devant le Bundestag, qui soumet la participation décriée des avions de combat à deux conditions. Premièrement, leur intervention se limitera strictement à « protéger et aider les avions de combat de l’Otan qui fournissent un appui aérien rapproché aux forces d’intervention de l’Onu ». Les opérations menées dans le cadre d’autres missions mandatées par les Nations unies, comme l’opération « Deny Flight », ne sont ici pas concernées. Deuxièmement, les Tornado ECR allemands sont autorisés à « protéger et aider » les troupes d’intervention rapide si celles-ci sont victimes d’une attaque, mais pas si elles engagent des opérations offensives contre l’une des parties au conflit, comme les Serbes de Bosnie. Dans son discours du 30 juin 1995 devant le Bundestag, le ministre de la Défense Rühe confirme que les appareils de combat allemands ne seront amenés à intervenir « que s’il y a une agression au sol, en particulier une attaque dirigée contre les Casques bleus ». Les Tornado allemands « protégeront » les avions de combat engagés par d’autres États membres de l’Otan si ces avions reçoivent l’ordre de protéger des Casques bleus. Le ministre ajoute que « la protection et l’escalade [de la violence] s’excluent mutuellement ». Le 30 juin 1995, le Bundestag approuve la requête du gouvernement par 386 voix pour, 248 contre et 11 abstentions.

  • 11 « Germans in Combat Flights for First Time Since War », International Herald Tribune, 10 août 1995  (...)

14Comme la mission aérienne de l’Otan « Deliberate Force » de la fin du mois d’août 1995 contre les positions des Serbes de Bosnie ne remplit pas l’ensemble des conditions imposées par la résolution du Bundestag, les huit avions de combat ECR des forces aériennes allemandes ne peuvent pas participer à cette opération ; leur mission est réalisée par des avions de combat appartenant aux autres armées de l’Alliance. La plus importante contribution à la mission de l’Otan est celle des six Tornado de reconnaissance, malgré le peu d’intérêt que leur implication suscite dans l’opinion. Le 1er septembre 1995, pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, deux Tornado Recce escortés par trois avions de combat ECR sont envoyés en mission dans des conditions de guerre. Ils prennent de remarquables images de reconnaissance sans tirer un seul coup de feu11.

15Après trois semaines de négociation à Dayton, dans l’Ohio, les présidents serbe, bosniaque et croate signent le 21 novembre 1995 une déclaration finale, accompagnée d’un accord général de principe et de ses annexes. L’accord de paix conclu à Dayton et signé à Paris le 14 décembre 1995 met un terme à la guerre en Bosnie-Herzégovine. Par la résolution 1031 datée du 15 décembre 1995, le Conseil de sécurité de l’Onu charge l’Otan de veiller à ce que les trois parties au conflit se conforment aux obligations qui leur ont été imposées par l’accord. En cas d’urgence, l’Otan est autorisée, sur la base du chapitre VII de la Charte des Nations unies, à employer la force armée afin de faire respecter le contenu des accords.

  • 12 « Deutschland unterstützt NATO-Einsatz », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 25 octobre 1995 ; « Bonn (...)

16Le 24 octobre 1995, le gouvernement allemand se déclare prêt à envoyer jusqu’à 4 000 soldats pour participer à une force de maintien de la paix en Bosnie. Une intervention de cette nature est conditionnée à la conclusion d’un accord de paix, à un mandat clair de l’Onu et à l’existence d’une structure de commandement éprouvée et efficace. En outre, le gouvernement fait clairement savoir qu’aucun soldat allemand ne sera amené à stationner en Bosnie, cette décision s’appliquant également aux officiers d’état-major en poste dans le quartier-général de l’Otan à Sarajevo. Le 28 novembre, suite à une recommandation des ministres de la Défense de l’Otan et du Conseil de l’Atlantique Nord, le Conseil des ministres décide de mettre jusqu’à 4 000 soldats à la disposition de la force multinationale de maintien de la paix (60 000 hommes) sous commandement de l’Otan. Le contingent allemand se compose de soldats du génie, du train, du soutien logistique et sanitaire, chargés d’appuyer et de ravitailler, à partir de la Croatie, les troupes de maintien de la paix. L’Otan a en outre la possibilité de faire appel aux Tornado Recce et ECR basés à Plaisance (Italie). La mission du contingent allemand consiste à transporter, à partir des ports situés sur la côte dalmate, le ravitaillement destiné aux unités stationnées dans les secteurs britannique et français de Bosnie. Le ministre de la Défense, Volker Rühe, résume ainsi la mission des soldats allemands : « Il est essentiel [qu’ils] ne soient pas stationnés entre les parties en conflit en Bosnie. Au lieu de cela, ils fourniront un soutien logistique arrière aux troupes de l’Otan. Ainsi, les soldats allemands ne seront pas exposés à un risque excessif et ne représenteront donc pas un problème. Ils joueront un rôle décisif au plan logistique12. »

  • 13 Décision du gouvernement fédéral allemand du 28 novembre 1995, Presse- und Informationsamt der Bund (...)

17Le gouvernement allemand avait auparavant clairement annoncé qu’il s’en tiendrait à la « doctrine Kohl » et qu’il n’engagerait pas de soldats de la Bundeswehr dans les territoires en crise ayant été occupés par la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale. Les responsables politiques craignent que les soldats allemands ne soient un élément du problème plutôt qu’une partie de la solution. Dans sa proposition adressée au Bundestag, le gouvernement indique clairement que les unités de la Bundeswehr ne peuvent pas stationner en Bosnie-Herzégovine, mais qu’elles peuvent y opérer dans le cadre de leur mission de ravitaillement. Le gouvernement insiste d’ailleurs sur ce point, en expliquant que dans le cadre de cette première intervention extérieure des troupes terrestres allemandes dans les Balkans, il s’agit avant tout d’une opération de soutien de la Bundeswehr aux forces alliées, conduite à partir de la Croatie13.

  • 14 « SPD hat nichts gegen den Einsatz der Bundeswehr in Bosnien », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 1er(...)

18À la différence du vote du 30 juin 1995, un large consensus se dégage cette fois des divers partis représentés au Bundestag – à l’exception du PDS (parti du socialisme démocratique) – en faveur des efforts de l’Otan visant à assurer la mise en œuvre en Bosnie de l’accord de paix de Dayton. Le 6 décembre 1995, le Bundestag approuve la requête du gouvernement par 543 voix contre 107, le vote comptant 6 abstentions. La grande majorité des députés sociaux-démocrates vote en faveur de la proposition gouvernementale en prenant en considération le caractère de la mission, qui sera « strictement limitée à la sécurisation et au maintien de la paix », comme l’explique Günter Verheugen, le porte-parole du SPD pour les Affaires étrangères, dans un discours devant le Bundestag14.

19Avant que le mandat de l’Ifor (Implementation Force), limité à un an, n’arrive à terme, le gouvernement allemand signale qu’il est prêt à faire participer la Bundeswehr à une opération menée conjointement par les forces de l’Alliance pour prendre la relève en Bosnie. Sur la base de la proposition de la résolution 1088, qui sera définitivement adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies le 12 décembre 1996 et qui mandate une force de stabilisation multinationale (Sfor, Stabilisation Force – en français Force de stabilisation) sur une période de 18 mois pour succéder à l’Ifor, le gouvernement fédéral émet le 11 décembre une proposition de « participation allemande à l’opération prévue par l’Otan dans le but de poursuivre la sécurisation militaire du processus de paix en ex-Yougoslavie ». Pour justifier le prolongement de la mission, le gouvernement avance que les conditions nécessaires à une stabilité durable en Bosnie-Herzégovine n’ont pas encore été créées : « Si l’Ifor se retirait maintenant, sans être remplacée, [...] tous les efforts entrepris jusqu’à ce jour par le gouvernement et la communauté internationale seraient réduits à néant. » La poursuite de la mission de sécurisation militaire du processus de paix par une nouvelle force succédant à l’Ifor serait par conséquent « d’une nécessité absolue ». Comme les signataires du traité de Dayton avaient affirmé qu’ils seraient en mesure d’approuver sans réserve les règles encadrant le déroulement des opérations militaires de la force multinationale de maintien de la paix et de les soutenir pleinement, le gouvernement allemand se déclare prêt à engager une partie du contingent militaire terrestre allemand de l’Ifor au-delà du 20 décembre 1996, « durant une période de transition, également en Bosnie-Herzégovine, pour appuyer le redéploiement de la force multinationale de maintien de la paix ». L’ensemble de ce contingent représente 3 000 hommes, dont l’intervention n’est désormais plus limitée géographiquement. Comme il l’a fait un an plus tôt, le Bundestag donne son aval à la demande du gouvernement le 13 décembre 1996 par 499 voix pour, 93 contre et 21 abstentions.

20Même 18 mois plus tard, la présence en Bosnie d’une force multinationale de maintien de la paix reste impérative, puisque les conditions d’une paix durable ne sont pas encore garanties. Après que les ministres des Affaires étrangères de l’Otan ont approuvé, le 28 mai 1998, la nouvelle opération « Joint Forge » de la Sfor, le Conseil de sécurité de l’Onu prolonge unanimement le mandat de la Sfor, dans un premier temps pour 12 mois supplémentaires, jusqu’au 21 juin 1999. Le 19 juin 1998, le Bundestag vote à une majorité écrasante (528 voix pour, 37 voix contre et 11 abstentions) la poursuite du processus de consolidation de la paix avec une participation de la Bundeswehr. Rien ne change au niveau du nombre d’hommes impliqués dans l’opération (3 000), ni au niveau de la composition du contingent (soldats issus de l’armée de terre, de l’armée de l’air et de la Marine) et de la présence allemande au sein de l’état-major international. De même, les 2 200 hommes composant le contingent de l’armée de terre allemande en Bosnie-Herzégovine interviennent dans le cadre existant d’une brigade mixte franco-allemande placée sous commandement allemand, au sein de la Division multinationale du Sud-Est.

21Les résultats des votes au Bundestag entre décembre 1994 et juillet 1998 indiquent un élargissement progressif du vaste consensus existant entre les partis au pouvoir (CDU/CSU – droite démocrate-chrétienne – et FDP – parti libéral-démocrate) et les partis d’opposition (SPD et les Verts), et autorisant la Bundeswehr à participer – sans limites géographiques ou relatives à la nature de sa mission – aux actions menées par l’Otan pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales, sur la base des résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu et conformément au chapitre VII de la Charte des Nations unies. L’ensemble des partis politiques, y compris le PDS, s’accorde pour dire qu’il faut absolument maintenir une présence militaire en Bosnie, afin de poursuivre un processus de pacification qui avance à petits pas.

  • 15 Voir R. D. Asmus, « Kein Kult der Zurückhaltung mehr », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 avril 19 (...)

22De la même manière, une large majorité de la population allemande approuve la participation de la Bundeswehr, au sein de l’Alliance atlantique, à la mise en œuvre de l’accord de paix de Dayton. La part des Allemands qui y sont favorables passe d’environ 50 % au début de l’intervention de l’Ifor en 1996 à 64 % en janvier 1998, soit quasiment les deux tiers du pays. Les opérations de combat ne sont cependant pas concernées par ce changement de mentalité, puisqu’elles sont toujours rejetées par une large majorité de la population comme par les élites influentes15.

L’exemple du Kosovo

23Au début de l’année 1998, la crise au Kosovo se transforme en véritable conflit entre l’Armée de libération du Kosovo (UCK) et les forces de sécurité serbes, comparable à une guerre civile. Cette situation place le gouvernement allemand face à un problème délicat, la participation de l’Allemagne aux opérations militaires internationales ne pouvant se faire que sur la base d’un mandat du Conseil de sécurité des Nations unies. Jusqu’au début de l’été 1998, pour le chancelier Kohl, le ministre des Affaires étrangères Kinkel et le ministre de la Défense Rühe, il est inenvisageable que l’Otan lance une offensive militaire au Kosovo sans mandat de l’Onu. Le 13 août 1998, avec le plan d’intervention décidé par le Conseil de l’Otan, le gouvernement allemand change son fusil d’épaule en soutenant la conception développée par ses partenaires de l’Alliance atlantique concernant l’ordre juridique international : le Conseil de sécurité n’assumant pas ses responsabilités quant à la garantie de la paix et de la sécurité dans les Balkans, il revient désormais aux pays membres de l’Onu, en tant qu’États souverains, d’intervenir par la force armée pour éviter une catastrophe humanitaire de grande ampleur. Un jour après l’adoption par le Conseil de sécurité, le 23 septembre 1998, de la résolution 1199, qui affirme que les agissements de la République fédérale de Yougoslavie constituent une menace pour la paix et la sécurité internationales, le Conseil de l’Atlantique Nord adresse une requête à ses États membres. Il leur est demandé de préciser leur contribution à une opération aérienne de l’Otan ayant pour objectif de garantir l’application des décisions formulées dans la résolution 1199. Le gouvernement Kohl, lors de son dernier Conseil des ministres, décide d’autoriser le ministre de la Défense à mettre les forces de la Luftwaffe à disposition de l’Otan « dans le cadre d’opérations aériennes limitées et ponctuelles visant à mettre un terme définitif à l’usage démesuré de la force au Kosovo et à encourager la recherche d’une solution politique au conflit, en rappelant l’accord nécessaire du Bundestag pour donner un fondement juridique à l’intervention ». Les forces aériennes en question se composent de 14 appareils Tornado version spéciale ECR et de reconnaissance pour contrer la défense aérienne serbe, de moyens de transport aérien, de capacités de ravitaillement aérien ainsi que de forces de commandement et de soutien. Les appareils Tornado et un contingent de l’armée de l’air pouvant s’élever jusqu’à 500 soldats sont basés à Plaisance (Italie).

24L’ensemble du contingent de la Bundeswehr est censé compter en moyenne « environ 500 soldats ». Le gouvernement d’Helmut Kohl exclut d’engager des forces terrestres dans l’opération, cette éventualité ne pouvant s’envisager qu’après la signature d’un armistice, la conclusion d’un accord de paix et l’approbation de l’ensemble des parties au conflit. Les dirigeants allemands évitent d’employer des formules qui pourraient laisser croire que l’intervention allemande ne peut avoir lieu qu’à condition d’obtenir un mandat du Conseil de sécurité. Le gouvernement suit ainsi une « règle de langage » en vigueur à l’Otan, qui consiste à dire qu’il suffit d’un seul fondement juridique pour justifier l’intervention, sans qu’il s’agisse nécessairement d’un mandat de l’Onu. Convoquée en séance extraordinaire le 16 octobre 1998, l’assemblée sortante approuve la requête du gouvernement sortant par une large majorité (500 voix pour, 63 contre et 18 abstentions). L’accord du Bundestag ne concerne que l’opération aérienne limitée et ponctuelle, décidée par l’Otan pour éviter la catastrophe humanitaire annoncée ; il est exclu de conduire des opérations supplémentaires au sol.

  • 16 G. Hoffmann, « Wie Deutschland in den Krieg geriet », Die Zeit, 12 mai 1999 ; M. Albright, Madame S (...)

25La décision de l’équipe gouvernementale sortante est prise en accord avec le chancelier nouvellement désigné, Gerhard Schröder, et son ministre des Affaires étrangères, Joschka Fischer, ce qui démontre que le nouveau gouvernement « rouge-vert » est fermement décidé à maintenir la position défendue par son prédécesseur. Lors d’une visite à Washington avant sa prise de fonction officielle, il apparaît clairement que le chancelier Schröder donne la priorité à la fiabilité de l’Allemagne plutôt qu’au strict respect du droit international. Afin d’évacuer les éventuels doutes des pays membres de l’Otan quant à la fiabilité et à la continuité de la politique étrangère de la nouvelle coalition « rouge-verte » au pouvoir en Allemagne, Gerhard Schröder réaffirme au président américain Bill Clinton, le 9 octobre 1998, que son pays ne se tiendra pas à l’écart d’une intervention militaire au Kosovo si les gouvernements de l’Otan viennent à approuver une telle action16. Deux raisons majeures poussent le nouveau gouvernement « rouge-vert » à soutenir la participation de la Bundeswehr à l’opération « Allied Force », malgré l’absence de mandat de l’Onu :

  • dès le début de son mandat, le gouvernement rouge-vert souhaite prouver à ses alliés et partenaires que la nouvelle coalition gouvernementale, par sa politique étrangère, doit être considérée comme un allié fiable sur lequel on peut compter ; il ne veut plus laisser resurgir l’idée d’un « sonderweg » allemand. Cette conformité aux attentes de l’Alliance est plus importante aux yeux de la coalition gouvernementale que l’un des principes pourtant inscrits dans son programme de gouvernement, à savoir la défense du monopole conféré aux Nations unies lorsqu’il s’agit de recourir à la force ;

  • le gouvernement est déterminé, après l’amère expérience bosniaque, à ne pas laisser se dérouler un autre génocide en ex-Yougoslavie ; il considère ainsi que l’emploi de la force militaire est l’ultime moyen de mettre un terme aux crimes contre l’humanité et d’éviter un désastre humanitaire.

26Même si l’importance de la participation des appareils Tornado allemands à l’opération « Allied Force » est modeste d’un point de vue militaire – l’armée de l’air allemande conduit 504 opérations entre le 24 mars et le 10 juin 1999, soit 1,33 % de la totalité des 38 004interventions réalisées par les appareils de l’Alliance –, sa portée politique est considérable. L’Allemagne a « participé dès le départ, pour la première fois, en tant que partenaire doté des mêmes droits, à une opération de pacification aux côtés des forces armées de l’Alliance ». La République fédérale montre, en faisant intervenir les forces terrestres, maritimes et aériennes de la Bundeswehr dans le cadre de l’ensemble des missions et opérations menées par l’Otan et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qu’elle est une alliée digne de confiance.

27Afin de démontrer qu’il est capable de répondre aux attentes de ses partenaires de l’Otan, le nouveau gouvernement du SPD et des Verts se montre prêt à soutenir l’émission de l’ordre d’activation du 13 octobre 1998, malgré l’absence de mandat onusien. Même durant la phase critique des mois de mai et juin 1999, alors qu’un mécontentement croissant s’exprime à l’intérieur de ses propres rangs au sujet de l’intensification des opérations aériennes, le gouvernement respecte ses engagements jusqu’à la fin de la campagne aérienne, le 10 juin 1999.

  • 17 H. W. Maull, « Germany and the Use of Force: Still a Civilian Power? », Survival, vol. 42, n° 2, ét (...)
  • 18 M. Geis et B. Ulrich, Der Unvollendete. Das Leben des Joschka Fischer, Berlin, Alexander Fest Verla (...)

28L’approbation, par le nouveau gouvernement, de l’emploi de moyens militaires pour prévenir une catastrophe humanitaire au Kosovo malgré l’absence de mandat onusien est en réalité le fruit d’un processus d’apprentissage qui s’est développé depuis le milieu des années 1990 au sein du SPD et de l’aile réaliste du mouvement écologiste (les Réalos). Cette évolution a été profondément influencée par les événements en Bosnie, en particulier par le massacre de Srebrenica en juin 1995. Une conviction s’est imposée à l’intérieur des deux formations politiques : il fallait éviter qu’un drame comme celui de Srebrenica ne se reproduise dans les Balkans17. Mieux que quiconque, Joschka Fischer, député du groupe parlementaire écologiste Bündnis 90/Die Grünen, incarne le conflit allemand entre deux normes ayant façonné la culture politique de l’ancienne République fédérale, révélé par la guerre dans les Balkans : d’un côté, le refus des moyens militaires comme instrument de la politique étrangère (« Plus jamais de guerre sur le sol allemand ») et, de l’autre, le devoir de défendre le respect des droits de l’homme (« Plus jamais Auschwitz »). Après le drame de Srebrenica, Fischer arrive à la conclusion que le pacifisme traditionnel de l’Allemagne ne peut plus signifier que les Allemands se tiendront à l’écart des événements lorsqu’un génocide est perpétré18. Durant la première partie de leur mandat, le succès politique le plus important de Schröder et Fischer est de réussir à convaincre leurs partis respectifs de donner la priorité à la solidarité au sein de l’Alliance atlantique et à marginaliser ou à attirer aux côtés des réalistes les représentants du courant pacifiste au sein des deux partis.

  • 19 Déclaration du G8 du 6 mai à Petersberg. (N.d.T.)
  • 20 Accord conclu le 5 mai entre l’Otan et la République fédérale de Yougoslavie relatif au retrait des (...)

29Le 10 juin 1999, le Conseil de sécurité adopte la résolution 1244, qui entérine la déclaration du G819 et l’accord technico-militaire20. Les rôles que joueront l’Otan et l’Union européenne (UE) au Kosovo sont également confirmés. Le jour suivant, le Bundestag approuve par une majorité écrasante (505 voix pour, 24 contre et 11 abstentions) la requête gouvernementale concernant la participation d’un contingent de la Bundeswehr pouvant s’élever à 8 500 hommes à la force armée multinationale du Kosovo (KFOR), sur la base de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’Onu. La mission de la KFOR consiste à empêcher le déclenchement d’hostilités entre les différentes communautés, à procéder au désarmement de l’UCK et à créer un environnement sûr, propice au retour des réfugiés et à la reconstruction économique et politique. Sous la houlette du commandement unique mis en place par l’Otan, le Kosovo est divisé en cinq zones de responsabilité. L’Allemagne, aux côtés de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Italie et des États-Unis, prend en main de manière indépendante et pour la première fois la gestion d’un secteur géographique, qui lui a été attribué. Ce qui s’est révélé clairement avec les interventions de l’Ifor et de la Sfor en Bosnie-Herzégovine se confirme au moment de l’intervention de la KFOR au Kosovo : au-delà de leur appartenance politique, une large majorité des partis représentés au Bundestag – à l’exception du PDS – partage la conviction que l’armée allemande peut désormais participer sans aucune restriction aux missions multinationales menées par l’Otan pour faire respecter les accords de paix placés sous mandat onusien. C’est l’expression d’une plus grande prise de responsabilité de la part de l’Allemagne sur le plan de la politique étrangère et de la sécurité internationale. Sur ce sujet, le gouvernement peut s’appuyer sur un fort soutien de l’opinion publique.

Bilan des actions de la Bundeswehr dans les Balkans

  • 21 H. Willmann, « Bei Sanitätern und Logistik wird es eng », Süddeutsche Zeitung, 3 mars 1999 (à propo (...)
  • 22 Etat des lieux du Ministère fédéral de la Défense, « Die Bundeswehr an der Schwelle zum 21. Jahrhun (...)

30La participation de la Bundeswehr aux deux missions de paix conduites dans les Balkans a révélé les limites de ses capacités d’intervention et son inaptitude à assumer une telle charge. Les forces de réaction rapide (Krisenreaktionskräfte, KRK) ont été volontairement limitées par le ministre de la Défense Rühe, dans son « Personalstrukturmodell- 340 000 » (modèle relatif à la structure du personnel militaire), à 53 600 soldats, soit à peine 16 % de l’ensemble du contingent militaire de la Bundeswehr. Ces forces de réaction rapide ne pouvaient satisfaire que sous certaines conditions aux exigences militaires de deux opérations importantes de maintien de la paix se déroulant en parallèle et sur plusieurs années. Dans les unités terrestres des KRK engagées sur le terrain, en particulier dans les domaines de la conduite des opérations, de la communication, de la logistique et du soutien sanitaire21, le personnel aux fonctions clés était en quantité limitée. Le ministère fédéral de la Défense a résumé les carences structurelles de la Bundeswehr de la façon suivante : « La structure de la Bundeswehr telle que nous l’avons connue jusqu’à maintenant n’était pas conçue pour assurer la rotation nécessaire entre formation, intervention et renouvellement du personnel. La faiblesse des effectifs des forces de réaction rapide a conduit à un déficit de soutenabilité et à une surcharge de travail de certains spécialistes et unités spécialisées. La charge de travail permanente imposée au personnel spécialisé a visiblement eu des effets négatifs sur la motivation22. »

  • 23 État des lieux du Ministère fédéral de la Défense, op. cit., p. 168.

31Dans ce contexte, le fossé entre les capacités affichées de la Bundeswehr sur le plan opérationnel et les nouvelles exigences requises menace de se creuser. Dans « l’état des lieux » de la Bundeswehr réalisé en mai 1999, le ministre de la Défense Rudolf Scharping affirme que l’armée allemande ne dispose pas des capacités élémentaires dans des domaines aussi stratégiques que la conduite des opérations et la reconnaissance, la mobilité et le transfert rapide de matériel et de troupes sur de longues distances pour contribuer de manière adaptée et efficace à la réalisation de l’ensemble de ses missions. En raison du sous-financement dont le budget de la Défense a fait l’objet durant des années, l’armée ne peut plus remplir les missions déjà engagées et n’est pas en mesure de combler les déficits en termes d’équipement ni de développer certaines capacités indispensables à l’avenir. Les carences considérables dont souffre la Bundeswehr sur le plan des capacités opérationnelles limitent toujours plus son interopérabilité et donc son aptitude à travailler avec les Alliés. Dans l’état des lieux réalisé par le ministère, la situation fragile du budget de la Défense est résumée par ces mots : « Les précautions n’ont pas été prises pour procéder à l’acquisition de nouvelles capacités ou à une modernisation d’ensemble des KRK23. »

La politique de sécurité allemande après le 11 septembre 2001

La défense de l’Allemagne dans la région de l’Hindou Kouch

  • 24 G. Schröder, op. cit. [16], p. 166-185.

32En réaction aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 à l’encontre des États-Unis, le chancelier Schröder affirme le jour suivant, dans une déclaration gouvernementale, la « solidarité sans limite de l’Allemagne » envers l’Amérique. Le gouvernement rouge-vert soutient l’adoption de la résolution 1368 du Conseil de sécurité de l’Onu et la mise en œuvre de l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord sur la solidarité mutuelle entre États membres, fondements juridiques aux mesures militaires coercitives contre le réseau terroriste Al-Qaida responsable des attentats et le régime des Talibans, qui offre au premier un refuge en Afghanistan. Le 5 novembre, le Conseil de sécurité fédéral répond favorablement à une demande concrète du gouvernement américain, qui souhaite voir l’Allemagne fournir jusqu’à 3 900 soldats pour l’opération « Enduring Freedom » (OEF) dirigée par les Américains en Afghanistan. Le 11 octobre, à l’occasion d’un discours devant le Bundestag, le chancelier déclare, au sujet des attaques terroristes, qu’elles représentent un « tournant » pour la politique étrangère et de sécurité de l’Allemagne. Le temps de la « diplomatie du carnet de chèques » est enfin révolu et l’Allemagne doit assumer sa responsabilité sur la scène internationale aux côtés des Alliés et de ses partenaires. Finalement, ce n’est que par le biais de la question de confiance que le chancelier réussit, le 16 novembre, à obtenir une majorité « claire » de 336 voix – « deux de plus par rapport à la majorité requise » – pour garantir une contribution de son pays à la lutte contre le terrorisme24.

33Dans le cadre de la mise en œuvre de « l’accord sur des dispositions provisoires en Afghanistan avant le rétablissement d’institutions gouvernementales permanentes » (ou accord de Bonn) conclu le 5 décembre 2001 lors de la conférence des Nations unies sur l’avenir politique de l’Afghanistan, le gouvernement allemand s’est déclaré prêt à participer à une force de protection multinationale. Le 22 décembre 2001, le Bundestag confirme la participation initiale de 1 200 soldats à la Force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS) pour sécuriser militairement et politiquement la stabilisation et la reconstruction d’un pays dévasté par la guerre civile. En raison de l’extension constante des missions confiées à l’Allemagne, qui prend la tête d’une équipe de reconstruction provinciale (PRT) dans le nord du pays et se voit attribuer le commandement régional nord, le contingent allemand de la FIAS ne cesse d’augmenter pour atteindre 3 000 hommes en octobre 2005, à la fin du mandat de la coalition rouge-verte.

  • 25 Ministère fédéral de la Défense, op. cit. [22], p. 46.

34Depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement rouge-vert, le rôle de la Bundeswehr dans les interventions extérieures a substantiellement gagné en importance, tant au niveau du nombre d’opérations menées que de la quantité de personnel engagé et de la zone d’intervention géographique. Entre 1998 et 2002, le nombre de soldats allemands impliqués dans les différentes opérations dans les Balkans, en Afghanistan et dans le Golfe persique a été multiplié par quatre, atteignant 12 000 hommes. Dans un tel contexte, la nécessité de transformation de la Bundeswehr se fait plus pressante encore : dans un souci d’efficacité, il faut adapter le personnel, le matériel et les structures de l’armée aux nouvelles exigences, qualitatives et quantitatives, nées de l’extension de ses missions25.

La transformation de la Bundeswehr

  • 26 Ministère fédéral de la Défense, Die Bundeswehr sicher ins 21. Jahrhundert. Eckpfeiler für eine Ern (...)
  • 27 Ministère fédéral de la Défense, Verteidigungspolitische Richtlinien, op.cit. [26], § 15 et 91-92 ; (...)

35Malgré des réorganisations longues de plusieurs années, la Bundeswehr continue de répondre principalement – par sa taille, sa structure et son équipement – à une conception statique de sa mission de défense du territoire, et n’est pas vraiment en phase avec les exigences réelles qui s’imposent à une armée d’intervention. Face à l’ampleur du bouleversement dans le champ politique et sécuritaire international après les attaques terroristes aux États-Unis et afin de répondre aux ambitieux objectifs de capacités militaires fixés par l’Otan et l’UE, la Bundeswehr ne peut plus se contenter de continuer sur la voie réformiste qu’elle a empruntée jusque-là, et dont la dernière illustration est le concept de « rénovation totale26 » présenté par le ministre de la Défense Rudolf Scharping et adopté par le gouvernement le 14 juin 2000. Avec le projet de transformation de la Bundeswehr proposé le 11 mars 2003 par le ministre de la Défense Struck27, le processus d’adaptation de l’armée à un contexte international en pleine mutation est enfin lancé :

  • le personnel militaire passera d’ici 2010 de 285 000 à 250 000-soldats, et sera composé de 195 000 soldats engagés et professionnels (200 000 auparavant) et de 55 000 appelés (contre 82 000auparavant) ;

  • la Bundeswehr sera divisée en trois nouvelles catégories de forces armées : les forces d’intervention (Eingreifkräfte) pour les opérations de haute intensité et relativement brèves (environ 35 000hommes), les forces de stabilisation (Stabilisierungskräfte) pour les opérations de faible et moyenne intensité de plus longue durée (70 000 hommes) et les forces de soutien (Unterstützungskräfte) pour assurer l’appui logistique lors des opérations et le bon fonctionnement général de l’armée, y compris l’organisation du commandement et de la formation (147 500 hommes) ;

  • le plan d’équipement et d’approvisionnement de l’armée, orienté sur la défense du territoire, est adapté aux exigences des scénarios d’intervention les plus probables dans le futur, aux capacités opérationnelles et technologiques demandées par l’Otan et l’UE ainsi qu’aux besoins de l’approche générale commune à l’ensemble des forces armées. Priorité est donnée aux capacités dont la Bundeswehr ne dispose pas actuellement : la projection stratégique, la possibilité de mener des missions de reconnaissance sur l’ensemble de la planète et l’interopérabilité des systèmes de commandement, d’information et de communication.

36Par rapport au « modèle relatif à la structure du personnel 2000 » (Personalstrukturmodell 2000) du ministre Scharping, la transformation de la Bundeswehr est synonyme de trois changements fondamentaux :

    • 28 Ministère fédéral de la Défense, Verteidigungspolitische Richtlinien, op. cit. [26], § 5 et 57.

    la défense nationale ne connaît plus de limitation géographique : elle consiste à préserver la sécurité nationale, quel que soit l’endroit où elle est menacée dans le monde28 ;

  • les opérations extérieures ne sont plus considérées comme des missions supplémentaires venant s’ajouter à la mission de défense, elles la supplantent comme mission principale structurant l’action des forces armées allemandes ;

  • la planification financière vise exclusivement à acquérir les principales capacités militaires contribuant à faire de la Bundeswehr une armée de projection.

37Le gouvernement Schröder, par le biais de cette transformation de la Bundeswehr, cherche à atteindre deux objectifs liés :

  • aujourd’hui armée de défense dotée de forces de réaction rapide fonctionnelles, la Bundeswehr doit se muer d’ici 2010 en une véritable armée d’intervention permettant à l’Allemagne de parfaitement s’acquitter de ses obligations internationales envers les Nations unies, l’Otan et l’UE et devant lui garantir une participation à la prise de décision proportionnelle à sa contribution ;

  • l’efficacité des interventions de la Bundeswehr doit être améliorée, afin que les forces armées allemandes puissent réaliser plus rapidement une projection stratégique et mener des opérations sur une plus longue période.

Sous le signe de la continuité : le gouvernement Merkel

Les restrictions nationales appliquées aux interventions allemandes

  • 29 « Deutsche Außen- und Sicherheitspolitik vor globalen Herausforderungen », discours de la chanceliè (...)

38Au sujet de l’intervention de la Bundeswehr dans le cadre de missions internationales, la chancelière Merkel s’est montrée déterminée à conduire son pays vers « une nouvelle forme de responsabilité ». Le Livre blanc 2006 s’est prononcé en faveur d’une « Bundeswehr efficace », grâce à laquelle l’Allemagne pourrait préserver son influence dans la conduite des affaires internationales29. Comme par le passé, la participation de l’armée allemande aux missions internationales reste soumise à d’importantes restrictions.

  • 30 « Militärische Gewalt muss verhältnismäßig sein », interview du ministre des Affaires étrangères Fr (...)
  • 31 Voir l’interview d’Angela Merkel, « Warum sollen unsere Soldaten in den Libanon, Frau Merkel ? », W (...)

39Depuis octobre 2006, sa participation à la mission de la Finul (Force intérimaire des Nations unies au Liban) élargie est révélatrice d’une singularité allemande : le poids persistant de l’histoire récente du pays. L’exigence de non-engagement des soldats allemands dans des opérations militaires terrestres impliquant les forces armées israéliennes se trouve au cœur du débat public. Pour le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, les réserves émises face à une intervention de l’armée allemande au Liban se résument ainsi : « Nous devons nous demander si les soldats allemands, dans un contexte historique si particulier, ont un rôle à jouer aux frontières d’Israël. » La chancelière Merkel a confirmé cette idée en déclarant : « En tant qu’Allemands, nous devrions agir avec la plus grande prudence dans cette région30. » Le gouvernement fédéral allemand n’engagera pas ses soldats, comme l’avait déclaré la chancelière, dans une « aventure risquée », au cours de laquelle ils pourraient éventuellement être amenés à faire feu sur des soldats israéliens31.

40Le gouvernement allemand se déclare a priori prêt à prendre des responsabilités dans la mise en œuvre militaire de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies. Le 20 septembre 2006, en adoptant, par 442 voix contre 152, la proposition gouvernementale autorisant des militaires allemands, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, à participer à une mission « robuste » au Proche-Orient, le Bundestag prend une « décision historique » (dixit Angela Merkel) répondant à la question des modalités relatives à l’intervention des soldats allemands. La Bundeswehr participe à la mission de la Finul élargie en engageant jusqu’à 2 400 soldats de la Marine et de la Luftwaffe. La Marine allemande (Bundesmarine) a pour mission de surveiller et de patrouiller le long des côtes libanaises et elle est chargée d’empêcher la contrebande d’armes à destination du Hezbollah. Toute intervention rendant nécessaire l’usage de la force au sol est exclue du mandat délivré par le Bundestag. Ce dernier autorise en revanche toutes les missions d’aide à la formation et à la reconstruction et tout rôle politique contribuant à stabiliser le processus de réconciliation au Liban et à relancer le processus de paix du Quartet (UE, États-Unis, Onu et Russie) au Proche-Orient. La participation volontairement et strictement limitée de la Bundeswehr à la Finul montre bien que les pages sombres du passé allemand continuent de limiter la capacité d’action politique de l’Allemagne, même plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

41La participation prolongée de la Bundeswehr à la mission de la FIAS dirigée par l’Otan révèle un autre aspect de la particularité allemande : les restrictions nationales (caveats) imposées à la Bundeswehr dans le cadre de ses missions internationales lui interdisent de mener la moindre opération de combat au sol. Le mandat autorisant la participation des forces armées allemandes à la FIAS, qui a été prolongé à intervalles réguliers par le Bundestag depuis 2002, s’accompagne d’une série de restrictions opérationnelles :

  • le mandat de la FIAS reste limité à Kaboul et à la région nord de l’Afghanistan : en cas d’urgence, les soldats allemands sont autorisés à fournir un soutien logistique et une assistance médicale d’une ampleur et d’une durée limitées aux forces alliées dans les autres parties du pays ;

  • les troupes allemandes de la FIAS ne peuvent intervenir qu’en tant que forces d’assistance et de sécurité : leur principale mission consiste à créer un environnement sûr et sécurisé en vue de reconstruire les structures politiques et la société civile du pays, sans toutefois prendre part aux opérations offensives dirigées contre les Talibans ;

  • les contributions de la Bundeswehr à l’opération « Enduring Freedom » (OEF) et à la FIAS, placées depuis août 2006 sous le commandement de l’Otan, doivent impérativement être dissociées ;

  • les soldats allemands ne peuvent plus participer à la lutte antidrogue dans la région nord placée sous le contrôle de la Bundeswehr : cette mission relève de la responsabilité du gouvernement afghan.

42Malgré la pression croissante exercée par les Alliés, le gouvernement allemand refuse de lever les restrictions nationales et de rendre l’intervention plus flexible, comme l’a toujours réclamé le commandement de l’Otan sur place. En amont des sommets de l’Otan de Riga en novembre 2006 et de Bucarest en avril 2008, la chancelière, le ministre des Affaires étrangères et le ministre de la Défense ont défendu ensemble la revendication majeure du gouvernement allemand, à savoir le maintien en l’état de la répartition des rôles des différentes forces alliées en Afghanistan. Ils ont fait valoir les arguments suivants :

  • en cas d’urgence, des troupes allemandes, y compris des appareils de transport aérien, peuvent être mis à la disposition des Alliés ;

  • dans le nord du pays, la Bundeswehr remplit une mission dangereuse et importante ; elle veille à la sécurité de 40 % de la population afghane et apporte son soutien à la reconstruction en participant à plus de 700 projets civils ;

  • un redéploiement militaire « irréfléchi » (dixit Steinmeier) du Nord vers le Sud ne changerait rien à la donne : un tel déplacement remettrait en cause les résultats obtenus jusque-là dans la région nord ;

    • 32 Gouvernement fédéral allemand, « Aktionsplan Zivile Krisenprävention, Konfliktlösung und Friedensko (...)

    les forces alliées devraient suivre l’exemple allemand dans le Nord et concevoir la « sécurité militaire » comme la composante d’une « politique de sécurité en réseau » à même de faire avancer le processus de reconstruction et de stabilisation32.

43La requête adressée le 11 décembre 2006 par l’Otan au ministère de la Défense à Berlin, lui demandant de mettre des appareils de reconnaissance de type Tornado à la disposition des forces alliées en Afghanistan, a une fois de plus révélé la complexité de la position de Berlin au sein de l’Alliance. Le 7 février 2007, après des semaines de discussions intenses au sein des partis au pouvoir, le cabinet gouvernemental finit par consentir à la demande de l’Otan. Le 9 mars, après avoir obtenu l’avis favorable du Bundestag (405 voix pour, 157 contre et 11 abstentions), le gouvernement est en mesure d’envoyer six Tornado de reconnaissance et 500 militaires en Afghanistan. Depuis la décision du 16 novembre 2001 sur la participation de la Bundeswehr à la mission OEF, jamais autant de députés n’avaient voté contre une intervention militaire extérieure. Les réserves importantes émises à l’intérieur même du groupe parlementaire social-démocrate quant à l’élargissement du mandat de la FIAS – plus d’un tiers des parlementaires SPD (69) ont voté contre la proposition gouvernementale – ont envoyé un signal aux États membres de l’Alliance, leur indiquant de ne plus faire pression sur l’Allemagne pour obtenir des démonstrations supplémentaires de solidarité telles que l’engagement de forces terrestres dans une zone de combat comme le sud de l’Afghanistan.

44Avec l’envoi de ces six avions de reconnaissance, on atteint les limites du soutien que les forces allemandes sont en mesure d’apporter à l’Alliance. L’extension de la contribution militaire allemande aux opérations de reconnaissance aérienne pose la question essentielle de la dissociation entre la mission de la FIAS et celle de l’OEF. En mettant les résultats recueillis dans le cadre de l’opération « Reconnaissance et surveillance » à la disposition des troupes de l’Otan engagées dans le combat contre les Talibans, l’activité des Tornado allemands contrevient inévitablement à la « séparation claire ente la lutte contre le terrorisme et les opérations de sécurité de la FIAS », telle qu’elle est exigée dans le mandat du Bundestag. En y envoyant ses Tornado, la Bundeswehr devient un acteur du conflit en zone sud, car la reconnaissance et le combat sont les deux faces d’une même médaille. Preuve qu’il a pris en compte cette problématique et les conditions imposées par le Bundestag dans son mandat du 13 septembre 2006, le gouvernement a prévu dans sa proposition « un transfert restreint aux forces de l’OEF des résultats des opérations de reconnaissance ». Ces informations sont placées sous contrôle et transmises de manière limitée aux troupes de l’OEF, uniquement « si cela est indispensable à la réussite de l’opération de la FIAS ou à la sécurité des forces de la FIAS ».

  • 33 « Auch über Panzer nachdenken », interview avec le général Bruno Kasdorf, à la tête du commandement (...)
  • 34 S. Koelbl, A. Szandar, « US demands more German troops at Taliban front », Spiegel Online, mis en l (...)
  • 35 A. Szandar, « Das böse K-Wort », Der Spiegel, 21 janvier 2008, p. 40 ; E. Lohse, « Lieber nicht sch (...)
  • 36 T. Bulmahn, Sicherheits- und verteidigungspolitisches Meinungsbild in Deutschland 2005, Strausberg, (...)

45La nouvelle augmentation du contingent allemand de la FIAS – pouvant atteindre 4 500 hommes –, votée le 16 octobre 2008 par le Bundestag (442 voix pour, 96 contre et 32 abstentions) pour une durée de 14 mois supplémentaires, respecte les restrictions imposées jusque-là aux interventions allemandes. L’Allemagne a refusé d’envoyer ses soldats dans la zone de combat dans le sud du pays, allant à l’encontre de ce qu’avait demandé le secrétaire à la Défense Robert Gates dans un courrier informel adressé à son homologue allemand à la fin du mois de janvier 2008. De même, elle a exclu de fait que les forces de réaction rapide jouent un « rôle pro-actif33 » dans le secteur nord où l’Allemagne a pris la relève de la Norvège le 1er juillet 2008. Au début de l’année et de manière confidentielle, le gouvernement fédéral avait émis des réserves auprès de l’Otan, l’avertissant que les soldats allemands ne seraient autorisés à se servir de leurs armes que dans les « situations concrètes d’autodéfense » ou en présence d’une « menace imminente34 ». Dans le cadre du projet global sur lequel s’est engagé le gouvernement fédéral, aux niveaux civil et militaire, la mission première des forces armées allemandes consiste à créer un environnement sûr et propice à la reconstruction politique et civile du pays, et non à participer aux opérations pro-actives de l’Otan visant à débusquer et à éliminer les Talibans et les membres d’Al-Qaida35. Le refus du gouvernement fédéral d’engager les forces armées allemandes dans des opérations terrestres de haute intensité reflète le sentiment de l’opinion publique. Ainsi, 86 % des Allemands sont opposés à une participation de leur pays aux opérations militaires alliées dans le sud de l’Afghanistan et 61 % souhaitent un retrait complet du territoire afghan. Au vu des attaques terroristes aux États-Unis et de la mission de l’Otan en Afghanistan, la majorité des Allemands considère que l’adoption d’une attitude de repli (« laissez-nous en paix36 ») est plus à même de protéger les intérêts allemands.

Un sentiment de déjà-vu : les carences de la Bundeswehr

  • 37 Ministère fédéral de la Défense, Weißbuch 2006 zur Sicherheitspolitik Deutschlands und zur Zukunft (...)

46Le Livre blanc 2006 s’inscrit directement dans la ligne du programme de transformation de l’armée décidé par le gouvernement précédent. Il se prononce en faveur d’un changement structurel de la Bundeswehr, visant à en faire une armée de projection. La « prévention des conflits et la gestion de crises à l’échelle mondiale, comprenant la lutte contre le terrorisme international » figurent au cœur des préoccupations. Ces « missions, plus probables dans un avenir proche », sont « déterminantes en vue de définir sa structure et vont considérablement influencer les capacités, les systèmes de commandement, la disponibilité et l’équipement de la Bundeswehr ». Le gouvernement Merkel associe la transformation de l’armée allemande à l’une de ses préoccupations principales, à savoir préserver « la capacité d’action et d’alliance militaire » de l’Allemagne et donc « son rôle de partenaire important » au sein des institutions internationales et supranationales37.

47Pour l’armée, la bonne nouvelle est que le gouvernement Merkel, tout comme son prédécesseur, reconnaît qu’elle a besoin d’être adaptée, au niveau de son personnel, de ses structures et de son équipement, aux missions qu’elle sera vraisemblablement amenée à remplir dans le futur. La mauvaise nouvelle, c’est que les problèmes structurels du sous-financement et de la soutenabilité des opérations demeurent. Comme par le passé, la Bundeswehr se voit confrontée à trois lacunes principales :

    • 38 Ministère fédéral de la Défense, Bundeswehrplan 2007, Berlin, 2006, p. 62 ; du même ministère, Bund (...)

    des capacités déficientes : l’amélioration des capacités d’intervention de l’armée, dans le cadre de l’ensemble de ses différentes missions, dépend essentiellement des moyens – suffisants ou non – qui seront affectés au budget de la Défense ; d’après le plan de financement 2008 de la Bundeswehr, les moyens financiers initialement prévus pour la transformation de l’armée n’ont, dans les faits, pas été mis à sa disposition. Ce sous-financement n’est pas sans conséquence, puisque « les compétences ciblées seront acquises encore plus tard et les objectifs, dans de nombreux domaines, seront réalisables seulement longtemps après 2011 ». L’amélioration des capacités d’intervention, qui a déjà connu quelques coups d’arrêt, s’en trouve « encore plus ralentie38 ». En dépit de tous les efforts de réforme, aucune solution n’a été trouvée au problème principal de la Bundeswehr : sa structure est trop lourde financièrement et le budget n’autorise pas une modernisation rapide ;

    • 39 Ministère fédéral de la Défense, op.cit. [37], p. 84, du même ministère, Bundeswehrplan 2009, Berli (...)
    • 40 « Compendium Otan-Russie sur les données économiques et financières concernant la Défense », Commun (...)

    des carences budgétaires : l’efficacité de la Bundeswehr dépend de manière décisive des moyens financiers mis à sa disposition ; le Livre blanc 2006 insiste sur un problème persistant, qui consiste à trouver un équilibre entre les exigences sur le plan de la politique de défense et les besoins financiers réclamés par les autres missions de l’État. Dans le cadre de ses plans de modernisation, la Bundeswehr va pouvoir tabler dans les prochaines années sur un budget compris entre 30,1 milliards d’euros pour l’année 2009 et 31,9 milliards d’euros pour 2013. Ce budget est constant en valeur nominale, mais il s’affaiblit progressivement en valeur réelle39. Avec guère plus de 1,5 % de son produit intérieur brut (PIB) consacré au budget de la Défense, l’Allemagne est largement en deçà du seuil minimal de 2 % du PIB jugé nécessaire par ses alliés et pays partenaires pour financer le projet global de modernisation défini dans le cadre de l’Engagement capacitaire de Prague en 2002 et de l’objectif global 2010 de l’UE40 ;

    • 41 À la fin du mois de février 2009, 7 300 soldats se trouvaient en opération dans neuf pays différent (...)
    • 42 Voir Jahresbericht 2005, Berlin, 14 mars 2006, p. 3, 9 et 20, disponible sur Wehrbea-uftragter.de.
    • 43 Voir « Directive politique globale entérinée par les chefs d’État et de gouvernement de l’Otan », a (...)

    des capacités d’intervention défaillantes : aujourd’hui encore, les forces armées allemandes disposent d’une capacité d’intervention et d’une soutenabilité plus faibles que celles de leurs homologues en France et en Grande-Bretagne. Même avec un taux de soldats en intervention relativement faible – de l’ordre de 3 %, soit environ 7 500 soldats41 –, les forces allemandes se retrouvent dépassées en matière de personnel et ne sont pas en mesure de répondre, sur la durée, aux exigences que réclament leurs diverses interventions. Le délégué parlementaire auprès de la Bundeswehr, Reinhold Robbe, affirme dans son rapport annuel 2005 que l’armée allemande a atteint ses « limites au niveau de la charge de travail » avec les interventions dans les Balkans, en Afghanistan et dans la Corne de l’Afrique42. Sur du plus long terme, les forces armées allemandes ne peuvent remplir les objectifs définis par l’Otan – tenir à la disposition de l’Alliance 40 % de leurs forces terrestres en état opérationnel et 8 % qui soient en mesure de participer à une intervention de longue durée43. Ainsi, le second problème d’ordre structurel ne trouve pas non plus de réponse : même après plus d’une quinzaine d’années de participation aux opérations militaires internationales, la contribution de la Bundeswehr reste très limitée.

Conclusion : la politique de sécurité allemande ou le problème de la quadrature du cercle

48Depuis le début des années 1990, la Bundeswehr s’est développée pour devenir un instrument toujours plus sollicité de la politique étrangère et de sécurité allemande. De par sa structure, sa taille et son équipement, l’armée allemande n’est plus conçue pour répondre exclusivement à sa raison d’être originelle, à savoir la défense de son territoire et de celui des États membres de l’Alliance. Les missions structurantes sont les opérations extérieures, désormais à l’échelle mondiale, qui sont devenues la règle. Face aux conditions de sécurité qui ont profondément changé, la Bundeswehr doit être en mesure de garantir la sécurité de l’Allemagne dans une région comme l’Hindou Kouch : c’est ainsi que l’ancien ministre de la Défense, Peter Struck, a justement résumé la redéfinition nécessaire de la politique de sécurité et de défense allemande en décembre 2002.

49L’Allemagne a aujourd’hui une responsabilité dans le domaine de la paix et de la sécurité dans le monde que beaucoup d’autres États assument déjà depuis la Seconde Guerre mondiale. La République de Berlin conçoit cette responsabilité d’une manière tout à fait différente par rapport à ses partenaires de l’Alliance euro-atlantique, notamment au niveau de l’intervention des forces militaires et de la mise à disposition des capacités opérationnelles :

  • les interventions à l’étranger : le débat sur la contribution – suffisante ou non – de l’Allemagne à la FIAS menée par l’Otan en Afghanistan révèle cinq particularités allemandes : 1) la grande coalition s’en tient fermement à la ligne rouge définie par ses prédécesseurs, qui exclut catégoriquement toute participation des soldats allemands à des combats terrestres de haute intensité ; 2) les responsables politiques allemands privilégient les missions de maintien de la paix et de stabilisation du pays après un conflit ; 3) les Allemands voient leurs soldats comme des hommes armés apportant une aide au développement, agissant pour le bien des hommes, mais n’ayant pas vocation à tuer ni à être tués ; 4) c’est la nature de la mission, dont l’objectif doit être essentiellement humanitaire, qui détermine la participation de la Bundeswehr à une coalition militaire ; 5) la priorité est toujours donnée aux restrictions nationales par rapport aux exigences de l’Alliance ;

  • la réforme de la Bundeswehr : la transformation de la Bundeswehr place les exigences d’une armée d’intervention opérationnelle à l’échelle mondiale au cœur des efforts de réforme. Toutefois, les engagements pris envers l’Otan et l’UE ne se sont pas encore traduits par des actes concrets, car les responsables politiques allemands ne se sont pas encore montrés prêts à fournir les moyens financiers et structurels correspondant aux attentes de leurs partenaires de l’Alliance. C’est à ce prix que les forces armées allemandes redeviendront un allié fiable, sur lequel on peut compter dans le cadre du partenariat multilatéral, et qu’elles pourront participer à la gestion des menaces et à celle des risques d’un genre nouveau, qui caractérisent aujourd’hui le champ de la sécurité internationale.

50Le fossé profond entre ce que l’Allemagne devrait faire et ce qu’elle est prête à faire est révélateur du problème fondamental qui caractérise la politique étrangère et de sécurité de Berlin. Avec la fin du conflit Est-Ouest et les nouvelles exigences en matière de sécurité nationale, l’interdépendance entre les deux principes fondamentaux de la politique étrangère et de sécurité allemande – d’un côté la reconnaissance spontanée du travail multilatéral et de l’autre les convictions profondément enracinées de la « culture de la retenue » de l’Allemagne, résultant du lourd fardeau historique des deux guerres mondiales – s’est estompée. La mondialisation de la violence, caractérisée par l’asymétrie des moyens employés – comme les attentats du 11 septembre l’ont illustré de manière brutale –, et les efforts déployés par l’Otan et l’UE pour prendre la mesure des nouvelles menaces pesant sur la sécurité internationale – telles que le Djihad – et pour veiller à ce que des armes de destruction massive ne tombent pas entre les mains de groupes terroristes, ont amplifié la tension existant entre les exigences imposées par l’environnement extérieur et les contraintes nationales. Dans ce contexte sécuritaire profondément transformé, il a été extrêmement difficile pour les différents gouvernements allemands de s’engager spontanément en faveur du travail multilatéral, tout en restant fidèle à la « culture de la retenue », toujours profondément ancrée dans la société allemande.

  • 44 H. Haftendorn, Deutsche Außenpolitik zwischen Selbstbeschränkung und Selbstbehauptung 1945-2000, St (...)

51De la République de Bonn à la République de Berlin, la politique étrangère et de sécurité de l’Allemagne a connu un changement profond, comme l’illustre son engagement limité dans la coopération multilatérale. Tout au long du conflit entre l’Est et l’Ouest, la politique étrangère allemande a été définie en fonction d’un facteur unique : le contexte international. Après la disparition des restrictions imposées par le clivage Est-Ouest, la définition de la politique extérieure s’est trouvée plus fortement influencée par les demandes exprimées au sein de la société allemande. « La politique intérieure est revenue dans la politique extérieure44 » : c’est ainsi que Helga Haftendorn résume, de manière pertinente, le changement de la politique étrangère allemande, déterminée de manière croissante par des critères de politique intérieure. Ce changement signifie que l’orientation multilatérale donnée par la République fédérale à sa politique étrangère et de sécurité, qui comprend sa relation avec les États-Unis, ne consistera plus simplement à remplir certaines obligations institutionnelles, comme s’il s’agissait d’un réflexe. Les mesures prises par la grande coalition dans des secteurs importants de la politique extérieure – les dépenses liées à la Défense, l’intervention des forces armées – montrent que celle-ci a minutieusement suivi le « fil rouge » tracé par les gouvernements précédents, au grand regret de quelques observateurs des relations transatlantiques. En faisant perdurer les restrictions nationales pesant sur les interventions militaires allemandes, le gouvernement Merkel reste fidèle au principe du chancelier Schröder, selon lequel la politique étrangère se fait « à Berlin ».

52La préférence accordée à des considérations de politique intérieure relativise l’orientation multilatérale traditionnelle de la politique étrangère et de sécurité allemande. Cette préférence menace de remettre en question les objectifs principaux de la politique étrangère de l’Allemagne : renforcer la capacité d’action des institutions internationales et en priorité de l’Onu, de l’Otan et de l’UE ; mais aussi assurer à l’Allemagne sa voix au chapitre, aux côtés des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, au niveau de la prise de décision dans l’accomplissement du spectre probable des missions. La République de Berlin se trouve placée devant la « mission désagréable » de devoir trouver un équilibre délicat entre deux éléments difficilement conciliables de telle sorte que la confiance et la fiabilité demeurent les maximes de la politique étrangère allemande. Pour les responsables politiques allemands, le véritable défi consistera donc à façonner un équilibre durable entre les attentes nourries par les partenaires extérieurs et les exigences intérieures. Au risque de décevoir de nombreux alliés, l’accomplissement de cette tâche, difficile dans les faits, paraît aussi insoluble que la quadrature du cercle.

Anmerkungen

1 H. Kohl, « wer in Berlin regiert, muss sich in die Kontinuität des in Bonn Geschaffenen stellen », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 2 juillet 1999.

2 Europa Archiv, n° 12, 1989, p. 357.

3 O. Hoffmann, Bundeswehr und UN-Friedenssicherung. Die friedenssichernden Maßnahmen der Vereinten Nationen und die Frage einer Beteiligung deutscher Streitkräfte – völkerrechtliche, verfassungsrechtliche und politische Probleme, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1991, p. 135 ; N. Philippi, Bundeswehr-Auslandseinsätze als außen- und sicherheitspolitisches Problem des geeinten Deutschland, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1997, p. 60.

4 H.-D. Genscher, Erinnerungen, Berlin, Siedler, 1995, p. 905.

5 H.-D. Genscher, op. cit., p. 901 ; K. Kaiser et K. Becher, Deutschland und der Irak-Konflikt : internationale Sicherheitsverantwortung Deutschlands und Europas nach der deutschen Vereinigung, Arbeitspapiere zur Internationalen Politik, n° 68, Bonn, Forschungsinstitut der Deutschen Gesellschaft für Auswärtige Politik, 1992, p. 47, p. 114 sqq.

6 R. D. Asmus, « Fragen unter Freunden. Der Golfkonflikt hat zu einer schweren Vertrauenskrise zwischen Bonn und Washington geführt », Die Zeit, 15 février 1991.

7 D. Binder, « Bonn’s New Assertiveness, Policymakers See Evidence of Unilateral Approaches », International Herald Tribune, 7 janvier 1992.

8 Décision de la Cour constitutionnelle allemande du 12 juillet 1994 (voir « Adria », « AWACS », « Somalia »), Amtliche Entscheidungssammlung des Bundesverfassungsgerichts, vol. 88, p. 286-394.

9 « Loi relative à la participation du Parlement du 18 mars 2005 », in Ministère fédéral de la Justice, Bundesgesetzblatt I, p. 775. Le texte de la loi (en allemand Parlamentsbeteiligungsgesetz, vom 18. März, 2005 (BGBl. I S. 775)), est disponible sur Bundestag.de.

10 « Kabinett stimmt Einsatz deutscher Soldaten zu », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 27 juin 1995.

11 « Germans in Combat Flights for First Time Since War », International Herald Tribune, 10 août 1995 ; « NATO Planung für politische Hemmnisse beim Einsatz deutscher Tornados », Neue Zürcher Zeitung, 12/13 août 1995 ; « Deutsche wurden nicht angefordert », Süddeutsche Zeitung, 31 août 1995.

12 « Deutschland unterstützt NATO-Einsatz », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 25 octobre 1995 ; « Bonn will bis zu 4.000 Soldaten entsenden », Süddeutsche Zeitung, 25 octobre 1995.

13 Décision du gouvernement fédéral allemand du 28 novembre 1995, Presse- und Informationsamt der Bundesregierung, janvier 1997, p. 11 ; « Rühe distanziert sich von Generalinspekteur », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 décembre 1995.

14 « SPD hat nichts gegen den Einsatz der Bundeswehr in Bosnien », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 1er décembre 1995.

15 Voir R. D. Asmus, « Kein Kult der Zurückhaltung mehr », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 avril 1996 ; « In Germany the Leadership’s Vision Goes Beyond the Border », International Herald Tribune, 14 avril 1996 ; E. Noelle-Neumann, « In der Nische », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 août 1996.

16 G. Hoffmann, « Wie Deutschland in den Krieg geriet », Die Zeit, 12 mai 1999 ; M. Albright, Madame Secretary. A Memoir, New York, Hyperion, 2003, p. 390 ; J. Fischer, Die rotgrünen Jahre. Deutsche Außenpolitik vom Kosovo bis zum 11. September, Münich, Kiepenheuer & Witsch, 2007, p. 106 ; G. Schröder, Entscheidungen. Mein Leben in der Politik, Berlin, Hoffmann und Campe, 2007, p. 110 sqq.

17 H. W. Maull, « Germany and the Use of Force: Still a Civilian Power? », Survival, vol. 42, n° 2, été 2000, p. 62.

18 M. Geis et B. Ulrich, Der Unvollendete. Das Leben des Joschka Fischer, Berlin, Alexander Fest Verlag, 2002, p. 171 ; J. Fischer, op. cit. [17], p. 114, 118 et 129.

19 Déclaration du G8 du 6 mai à Petersberg. (N.d.T.)

20 Accord conclu le 5 mai entre l’Otan et la République fédérale de Yougoslavie relatif au retrait des troupes yougoslaves stationnées au Kosovo et à leur remplacement par les forces de la KFOR. (N.d.T.)

21 H. Willmann, « Bei Sanitätern und Logistik wird es eng », Süddeutsche Zeitung, 3 mars 1999 (à propos de l’intervention au Kosovo et de la structure de la Bundeswehr).

22 Etat des lieux du Ministère fédéral de la Défense, « Die Bundeswehr an der Schwelle zum 21. Jahrhundert », Bonn, 1999, p. 54-55 ; Ministère fédéral de la Défense, Bundeswehr 2002. Sachstand und Perspektiven, Berlin, 2002, p. 29.

23 État des lieux du Ministère fédéral de la Défense, op. cit., p. 168.

24 G. Schröder, op. cit. [16], p. 166-185.

25 Ministère fédéral de la Défense, op. cit. [22], p. 46.

26 Ministère fédéral de la Défense, Die Bundeswehr sicher ins 21. Jahrhundert. Eckpfeiler für eine Erneuerung von Grund auf, Bonn/Berlin, 2000. Pour la critique, voir : Ministère fédéral de la Défense, Verteidigungspolitische Richtlinien, Berlin, mai 2003, § 64.

27 Ministère fédéral de la Défense, Verteidigungspolitische Richtlinien, op.cit. [26], § 15 et 91-92 ; du même ministère, Grundzüge der Konzeption der Bundeswehr, Berlin, 2004, p. 14.

28 Ministère fédéral de la Défense, Verteidigungspolitische Richtlinien, op. cit. [26], § 5 et 57.

29 « Deutsche Außen- und Sicherheitspolitik vor globalen Herausforderungen », discours de la chancelière Angela Merkel lors de la 42ème conférence sur la sécurité à Munich, le 4 février 2006, disponible sur Securityconference.de.

30 « Militärische Gewalt muss verhältnismäßig sein », interview du ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, Süddeutsche Zeitung, 31 juillet 2006.

31 Voir l’interview d’Angela Merkel, « Warum sollen unsere Soldaten in den Libanon, Frau Merkel ? », Welt am Sonntag, 20 août 2006.

32 Gouvernement fédéral allemand, « Aktionsplan Zivile Krisenprävention, Konfliktlösung und Friedenskonsolidierung », Berlin, 2004 ; Gouvernement fédéral allemand, « Das Afghanistan-Konzept der Bundesregierung », Berlin, septembre 2008.

33 « Auch über Panzer nachdenken », interview avec le général Bruno Kasdorf, à la tête du commandement militaire de la FIAS, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 17 janvier 2008.

34 S. Koelbl, A. Szandar, « US demands more German troops at Taliban front », Spiegel Online, mis en ligne le 1er février 2008, consulté le 27 mai 2009, <www.spiegel.de/international/world/0,1518,druck-532476,00.html>.

35 A. Szandar, « Das böse K-Wort », Der Spiegel, 21 janvier 2008, p. 40 ; E. Lohse, « Lieber nicht schiessen », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 17 novembre 2007.

36 T. Bulmahn, Sicherheits- und verteidigungspolitisches Meinungsbild in Deutschland 2005, Strausberg, Sozialwissenschaftliches Institut der Bundeswehr, 2006 ; E. Noelle, T. Petersen, « Ein Hauch von Isolationismus », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 24 janvier 2007 ; R. Köcher, « Der Preis der Freiheit und Sicherheit », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 16 octobre 2007.

37 Ministère fédéral de la Défense, Weißbuch 2006 zur Sicherheitspolitik Deutschlands und zur Zukunft der Bundeswehr, Berlin, octobre 2006, p. 13, 29, 35, 70 et 84.

38 Ministère fédéral de la Défense, Bundeswehrplan 2007, Berlin, 2006, p. 62 ; du même ministère, Bundeswehrplan 2008, Berlin, 2007, p. 65-66.

39 Ministère fédéral de la Défense, op.cit. [37], p. 84, du même ministère, Bundeswehrplan 2009, Berlin, 2008, p. 5.

40 « Compendium Otan-Russie sur les données économiques et financières concernant la Défense », Communiqué de presse de l’Otan du 20 décembre 2007, disponible sur Nato.int.

41 À la fin du mois de février 2009, 7 300 soldats se trouvaient en opération dans neuf pays différents (chiffres au 25 février 2009). Voir Einsatzzahlen – Die Stärke der deutschen Kontingente, sur le site de la Bundeswehr Bundeswehr.de.

42 Voir Jahresbericht 2005, Berlin, 14 mars 2006, p. 3, 9 et 20, disponible sur Wehrbea-uftragter.de.

43 Voir « Directive politique globale entérinée par les chefs d’État et de gouvernement de l’Otan », adoptée lors du Sommet de Riga le 29 novembre 2006, § 13, disponible sur <www.nato.int/docu/basictxt/b061129f.htm>.

44 H. Haftendorn, Deutsche Außenpolitik zwischen Selbstbeschränkung und Selbstbehauptung 1945-2000, Stuttgart/Münich, Deutsche Verlags-Anstalt (DVA), 2001, p. 445.

Autor

Politologue et professeur associé à l’université de Münster.

Nicolas Peretti (Übersetzer)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540