Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'Allemagne unifiée 20 ans après la chute du Mur

 | 
Hans Stark
, 
Michèle Weinachter

Politique intérieure

La nouvelle configuration du paysage politique allemand : l’érosion des deux grands partis et ses conséquences

Michèle Weinachter

Texto completo

1L’échec de la République de Weimar a conduit les Allemands de l’Ouest à ancrer dans leur Loi fondamentale en 1949 la place centrale des partis politiques dans le fonctionnement de leur nouvelle République, et à mettre en place un système évitant un trop fort éclatement du paysage politique. De fait, les partis jouent un rôle déterminant. Au niveau fédéral comme dans chacun des Länder, le gouvernement est le fruit d’une majorité parlementaire. Le chancelier fédéral est ainsi directement élu par les députés du Bundestag. Il est traditionnellement issu du groupe parlementaire le plus nombreux, qui s’allie avec un autre parti pour former une majorité. Le chancelier compose ensuite son gouvernement en fonction du rapport de force au sein de la coalition ainsi constituée. La République démocratique allemande (RDA) ayant adopté les institutions de la République fédérale d’Allemagne (RFA) en 1990, ce système prévaut aujourd’hui pour l’Allemagne unie. Jusqu’à la chute du Mur, le paysage politique allemand a été marqué par la stabilité. À l’Est, pour cause de dictature ; à l’Ouest, à travers la domination, durant plusieurs décennies, de trois formations – les chrétiens-démocrates, les sociaux-démocrates et les libéraux –, seules représentées au Parlement, avant que les Verts ne les rejoignent au tournant des années 1980. Avec les événements de 1989-1990, le paysage politique allemand a dû lui aussi opérer son unification. Les modalités de la réunification du pays, qui s’est opérée par « l’adhésion » de la RDA à la RFA, se retrouvent dans une large mesure dans le domaine des partis politiques, même si, aujourd’hui encore, l’Est et l’Ouest conservent certaines spécificités. Mais le phénomène majeur de ces dernières années dans la nouvelle République fédérale est certainement l’érosion progressive des deux principales familles politiques, celle des sociaux-démocrates et celle des chrétiens-démocrates, qui ont toutes deux traversé une crise d’identité. Cette évolution a profité à d’autres, singulièrement à un nouveau parti à la gauche de la gauche. Elle a abouti à l’établissement d’un paysage politique à cinq partis – ce qui n’est pas sans conséquences dans un système où la répartition des sièges de députés se fait, dans les parlements régionaux comme au Bundestag, à la proportionnelle.

Les années 1990 : unification du paysage politique ?

2Après la fin de la guerre, les Alliés autorisèrent assez rapidement la refondation de partis politiques. À l’Ouest, après une brève phase de foisonnement, on alla vers la stabilisation et une forte concentration, notamment grâce à l’introduction dans le système proportionnel de la « clause des 5 % », appliquée à partir de 1953, qui exclut les formations n’atteignant pas ce seuil.

Jusqu’à la chute du Mur, un paysage politique ouest-allemand dominé par trois, puis quatre formations

3Ainsi, entre 1961 et 1983, seuls trois partis étaient représentés au Bundestag et dominaient la vie politique allemande :

  • la Christlich-demokratische Union/Christlich-soziale Union (CDU/CSU, union chrétienne-démocrate et union chrétienne-sociale – la CSU n’est représentée qu’en Bavière) : ces deux partis « frères » forment ensemble la famille chrétienne-démocrate, représentée par un groupe parlementaire unique au Bundestag ;

  • le Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD, parti social-démocrate) ;

  • et enfin le Freie Demokratische Partei (FDP, parti libéral-démocrate).

  • 1 C’est le cas pour la CDU dès sa fondation après la guerre, et depuis 1959 pour le parti social-démo (...)
  • 2 Ce terme désigne une coalition gouvernementale droite-gauche entre les deux plus grands partis.
  • 3 À côté des partis évoqués dans cette contribution, un nombre non négligeable de très petites format (...)

4Ce succès s’explique avant tout par le caractère des deux principales formations, la CDU et le SPD, qui se conçoivent comme des Volksparteien, c’est-à-dire des partis « de masse », qui s’adressent par leur programme à des électeurs de toutes les confessions et de tous les milieux sociaux1 – ce qui n’avait pas été le cas sous la République de Weimar, caractérisée par une forte fragmentation du paysage politique en une multitude de petits partis et par la défense d’intérêts particuliers. Le FDP quant à lui, petit parti libéral qui réunit en son sein les deux traditions du libéralisme, avec une aile droite et une aile gauche, a jusqu’en 1998 constamment servi – sauf entre 1966 et 1969, durant la première grande coalition2 SPD/CDU – de parti d’appoint pour former les majorités de gouvernement, alternativement avec les chrétiens-démocrates et les sociaux-démocrates. Mis à part une brève poussée de l’extrême droite à la fin des années 1960, où le Nationaldemokratische Partei Deutschlands (NPD, parti national-démocrate) rata de peu l’entrée au Bundestag, il a fallu attendre le début des années 1980 pour voir ce système commencer à évoluer3.

5Le premier changement important eut lieu avec l’entrée des Verts (Die Grünen) au Bundestag en 1983. Ce parti, né dans les années 1970 du regroupement de divers mouvements – de pacifistes, de féministes et de citoyens, parfois « conservateurs », sensibles aux questions écologiques –, était alors très nettement ancré à gauche. Il devait s’installer durablement dans le paysage politique allemand. L’extrême droite fit à nouveau parler d’elle avec la création de deux partis, les Republikaner (les Républicains) en 1983, et la Deutsche Volksunion (DVU, union populaire allemande) en 1987. Malgré quelques succès au niveau régional et aux élections européennes, ils n’obtinrent cependant pas le moindre mandat au niveau fédéral.

La réorganisation du paysage politique après la chute du Mur

6Avec la chute du Mur en 1989 et l’unification allemande se posa la question de la réorganisation du paysage politique.

  • 4 L’intégration de ces ex-Blockparteien a été réalisée sans que soit toujours examiné de très près le (...)

7En RDA, la dictature communiste avait été dirigée jusqu’à la chute du régime par le Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (SED, parti socialiste unifié). Il concentrait tous les pouvoirs et complétait la très large majorité qu’il obtenait toujours à la Volkskammer (la Chambre du peuple est-allemande) en attribuant un certain nombre de sièges à des organisations « civiles » qui dépendaient en fait de lui. L’illusion du multipartisme avait cependant été maintenue avec l’existence des Block-parteien, des partis réunis avec le SED au sein d’un « bloc antifasciste démocratique ». La tendance chrétienne-démocrate et la tendance libérale par exemple étaient ainsi représentées. Mais ces formations étaient en réalité sous le contrôle du SED et ne disposaient que d’une marge de manœuvre extrêmement réduite. Après les événements de 1989 et la tenue des premières élections libres en RDA en mars 1990, l’unification au niveau des partis se fit, quand c’était possible, par fusion entre les partis de l’Ouest et leurs « équivalents » à l’Est, une fois ceux-ci démocratisés4 ou, comme pour le SPD, refondés. Les Verts ouest-allemands fusionnèrent un peu plus tard – en 1993 – avec la formation dont ils se sentaient le plus proche à l’Est, l’Alliance 90 (Bündnis 90), issue de mouvements citoyens qui avaient contribué à la chute du Mur. La nouvelle formation s’appelait Bündnis 90/Die Grünen. Quant au parti de la dictature est-allemande, le SED, il s’était sabordé et refondé en 1990 sous le nom de Partei des Demokratischen Sozialismus (PDS, parti du socialisme démocratique). Ce parti n’avait pas d’équivalent significatif à l’Ouest, où l’anticommunisme a toujours été particulièrement fort.

8Globalement, au début des années 1990, hormis le cas du PDS, le système ouest-allemand semblait ainsi s’être étendu aux nouveaux Länder.

La persistance de certaines différences Est/Ouest

9En réalité, des différences entre l’Est et l’Ouest ont persisté. Dans l’ancienne RFA, le système des années 1980, où quatre partis se partageaient donc l’essentiel des suffrages, a perduré, avec toutefois une nouveauté importante en 1998 : les Verts, présents depuis longtemps dans certains gouvernements régionaux, ont alors pour la première fois accédé au pouvoir au niveau fédéral, en formant avec le SPD une coalition qui allait durer jusqu’en 2005. Le FDP, en perte de vitesse après seize ans de coalition avec une CDU elle-même usée, perdit alors son statut de seule force d’appoint d’un des deux grands partis pour la formation d’une majorité gouvernementale.

  • 5 Coalition SPD/PDS.

10Durant la même période, dans les nouveaux Länder, seuls trois partis obtenaient des scores significatifs : la CDU, le SPD, et le PDS. En effet, la CSU est restée une spécificité bavaroise, les libéraux du FDP ne sont guère parvenus à s’implanter dans les Länder orientaux, et les scores de Bündnis 90/Die Grünen sont restés médiocres. Le PDS est quant à lui resté un parti presque exclusivement est-allemand. Dans les nouveaux Länder, il a régulièrement obtenu des scores importants, dépassant souvent les 20 %. Le succès des fédérations régionales du PDS, dirigées dans bien des cas par d’anciens membres du SED, s’y nourrissait en effet des difficultés économiques et sociales, des frustrations développées dans l’ex-RDA face aux promesses trop optimistes d’Helmut Kohl – qui avait en 1990 annoncé aux Allemands de l’Est des « paysages florissants » en l’espace de cinq ans. Le PDS profitait également du fameux phénomène de l’Ostalgie – la nostalgie de l’Est, c’est-à-dire de la RDA – développée notamment chez ceux qui se considéraient comme des « perdants » de la réunification – et de la mondialisation capitaliste, alors qu’à l’orée du XXIe siècle le chômage touchait encore près de 20 % de la population dans cette partie de l’Allemagne. Fort de ses bons résultats à l’Est, le PDS a été sollicité pour soutenir un gouvernement minoritaire dirigé par le SPD en Saxe-Anhalt dès 1994 (jusqu’en 1998), puis il a été directement le partenaire de coalition du SPD dans le gouvernement du Mecklembourg-Poméranie antérieure de 1998 à 2006. Grâce à ses bons scores dans les quartiers est de la capitale, il participe également depuis 2001 à la coalition qui dirige Berlin5.

11La gauche radicale semblait néanmoins appelée à rester une spécificité est-allemande. À cause de la faiblesse de ses résultats dans l’ancienne RFA, le parti éprouvait en effet de grandes difficultés à franchir la barre des 5 % – calculés au niveau fédéral –, et l’on s’interrogeait quant à sa capacité de survie dans le paysage politique national. Lors des élections législatives fédérales de 2002, le PDS n’obtint que deux mandats. Finalement, cette mouvance n’a pas disparu, bien au contraire : le PDS s’est rapproché dès 2005 de la Wahlalternative Arbeit und soziale Gerechtigkeit (WASG, Alternative électorale pour l’emploi et l’équité sociale), un mouvement apparu peu avant à l’Ouest, à la gauche du SPD. Les deux formations ont finalement fusionné en 2007, donnant naissance à Die Linke (la Gauche), un parti qui s’est entre-temps établi dans le paysage politique au niveau fédéral, on y reviendra plus loin. On note cependant que c’est aujourd’hui encore dans les nouveaux Länder que la gauche radicale obtient, de loin, ses meilleurs scores.

  • 6 À l’Ouest, les Republikaner, en perte de vitesse, étaient cependant parvenus à obtenir quelques élu (...)
  • 7 Voir H. Bergsdorf, Die neue NPD, Antidemokraten im Aufwind, préface de E. Jesse, Munich, Olzog, 200 (...)
  • 8 Sur les causes multiples de l’extrémisme de droite et de la xénophobie chez certains jeunes des nou (...)

12Les nouveaux Länder se distinguent également par les succès enregistrés par les partis situés à l’autre bout de l’échiquier politique : à l’extrême droite. Tandis que l’ancienne RFA ne compte actuellement aucun élu membre d’un parti d’extrême droite au niveau régional ou fédéral6, la DVU et le NPD, à la fois alliés de circonstance ces dernières années – par désistements réciproques – mais surtout rivaux, ont obtenu des sièges dans plusieurs parlements des nouveaux Länder. Le NPD en particulier, xénophobe, anticapitaliste et populiste, hostile à la Loi fondamentale, a développé des stratégies pour cibler plus spécifiquement le territoire de l’ancienne RDA, où il cherche à se rapprocher des groupements néonazis et à capter le désarroi d’une partie de la population7, notamment chez les jeunes désœuvrés8. Pour la première fois depuis la fin des années 1960, où le NPD avait réussi à obtenir des élus dans plusieurs parlements régionaux ouest-allemands, ce parti a ainsi fait son retour dans un parlement régional en 2004 – en Saxe, avec 9,2 % des suffrages.

13Au niveau fédéral néanmoins, la représentation parlementaire de l’extrême droite est pour l’heure inexistante, les scores obtenus à l’Est ne suffisant pas à obtenir les 5 % requis au niveau fédéral. Les tabous liés au passé jouent bien évidemment ici un rôle important. L’extrême droite allemande est par ailleurs divisée, et elle connaît de sérieux problèmes financiers – notamment le NPD, au bord de la faillite. Enfin, ces partis sont très surveillés : la Loi fondamentale prévoit l’interdiction des partis ne respectant pas les valeurs de la République. Des tentatives ont déjà été menées contre le NPD. Elles ont pour l’instant échoué, mais devraient être prochainement renouvelées.

  • 9 Pour visualiser ces différences, voir les tableaux interactifs en permanence actualisés, réalisés e (...)

14Au total, vingt ans après la chute du Mur, le paysage politique allemand reste donc marqué par certaines spécificités Est/Ouest, la principale concernant les formations situées aux deux extrémités de l’échiquier politique, nettement plus présentes dans la partie orientale du pays9. Ce phénomène a souvent été analysé comme étant la conséquence de l’acuité plus grande, à l’Est, des problèmes économiques et sociaux, mais les causes sont également plus profondes – comme par exemple l’inévitable manque de culture démocratique dans cette partie de l’Allemagne après douze années de dictature national-socialiste, quatre années d’occupation soviétique, et quarante années de dictature communiste dans une RDA peu ouverte sur l’extérieur... En revanche, à l’Ouest comme à l’Est, l’érosion des deux grands partis, SPD et CDU/CSU, qui avait commencé à l’Ouest dès les années 1980, s’est poursuivie ces dernières années dans l’Allemagne unie.

L’érosion progressive des deux grands partis

Une tendance lourde

15Le déclin des familles chrétienne-démocrate et sociale-démocrate n’est pas un phénomène conjoncturel. C’est une tendance lourde, déjà amorcée avant la réunification. On constate en réalité deux phénomènes : les deux Volksparteien réunissent de moins en moins de suffrages, mais elles comptent également de moins en moins d’adhérents. Alors qu’en 1970 les deux partis se partageaient encore 90 % des suffrages, ce chiffre était tombé à 77,3 % en 1990. Vingt ans après la chute du Mur, ils peinent à réunir les deux tiers des suffrages exprimés. Quant au nombre de membres, la CDU a certes dépassé le SPD à l’été 2008 pour la première fois depuis des décennies, mais elle a elle-même perdu depuis 1990 près de 400 000 membres, et au total chacun des deux partis ne compte plus qu’un demi million d’adhérents – soit moitié moins qu’au milieu des années 1970.

Crise d’identité dans les deux grands partis

16L’accélération de l’érosion des deux partis ces dernières années est notamment liée au fait que leur image s’est brouillée. La crise d’identité a éclaté d’abord au SPD. Son déclin a longtemps masqué certains problèmes de la CDU, mais le positionnement de celle-ci est à son tour devenu moins lisible. De fait, la transformation de l’Allemagne a été conduite, depuis le tournant du siècle, sous l’égide de deux dirigeants réformateurs de la nouvelle génération – Gerhard Schröder et Angela Merkel –, deux pragmatiques qui ont cherché à adapter l’Allemagne aux grands défis auxquels leur pays est – et sera – confronté, notamment le vieillissement de la population et le problème de la compétitivité de l’économie allemande dans le contexte de la mondialisation. Mais ce faisant, ils ont chacun perdu au passage la confiance d’une partie de leur électorat traditionnel.

17En effet, Gerhard Schröder, candidat à la chancellerie pour le SPD en 1998, s’est rapidement positionné au centre-gauche, voire au centre. Le parti a ainsi gagné les élections de 1998 en se présentant comme l’incarnation du « Nouveau Centre » (Die Neue Mitte), sur une ligne réformiste « blairiste », ce qui a entraîné de fortes tensions avec l’aile gauche du parti. Quant à Angela Merkel, elle est arrivée à la tête de la CDU en 2000, et a cherché à moderniser progressivement son parti. Pour les élections de 2005, le programme électoral était assez clairement libéral, mais il ne lui a pas apporté le succès escompté. Elle a depuis sans relâche cherché à investir à son tour le créneau du centre, au grand dam d’une partie de son électorat conservateur. Chacun des deux dirigeants a ainsi dérouté, puis perdu, une partie de sa base respective.

18À cela s’ajoute que l’Agenda 2010, le vaste programme de réformes structurelles – des systèmes sociaux et du marché du travail notamment – lancé par Gerhard Schröder en 2003, a en fait été largement porté en commun par les deux partis, qui ont voté ensemble bon nombre de textes au parlement. Enfin, après les législatives anticipées de 2005 – convoquées par le chancelier Schröder qui ne se sentait plus assez soutenu par son propre parti –, le SPD et la CDU/CSU ont été contraints de former ensemble une grande coalition, ce qui a en quelque sorte aggravé le brouillage des identités, dans une configuration où les compromis se font forcément au centre.

19Au total, les conséquences des tensions ainsi apparues dans les deux partis se sont pour l’instant avérées nettement plus douloureuses pour le SPD – qui a vu une partie de son aile gauche faire sécession – que pour la CDU.

La social-démocratie allemande en quête d’une nouvelle identité

  • 10 Voir sur ce point les sondages actuels et les archives de ces dernières années par exemple sur le s (...)
  • 11 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Alain Lattard.
  • 12 Voir M. Weinachter, « Le SPD, le débat sur l’Agenda 2010 et le Congrès de Hambourg – Virage à gauch (...)

20L’un des problèmes majeurs du SPD depuis quelques années est sa perte de crédibilité sur un point essentiel : il n’apparaît plus comme le parti de la justice sociale10. Après seize ans passés dans l’opposition, le SPD est revenu au pouvoir en 1998. Les tensions sont apparues assez rapidement au sein du parti quant à ses orientations. Oskar Lafontaine, ministre des Finances de Gerhard Schröder, et qui dirigeait le SPD depuis 1995, était partisan d’une politique keynésienne refusée par le chancelier ; aussi démissionna-t-il en mars 1999 non seulement du gouvernement mais aussi de la présidence du parti. Le manifeste Blair/Schröder publié le 8 juin 1999 indiquait assez clairement la philosophie réformiste de type « troisième voie » du nouveau chancelier allemand. Les querelles internes s’aggravèrent avec le lancement de l’Agenda 2010. Une partie du SPD se révolta contre la politique de réforme – socialement douloureuse – de l’État providence, notamment contre les réformes du marché du travail, les fameuses lois Hartz11. Une fraction de l’aile gauche fit sécession, emmenée par Oskar Lafontaine, qui démissionna du SPD en 2005. Il rejoignit la nouvelle formation WASG, ancrée essentiellement à l’Ouest, où s’étaient rassemblés les déçus du SPD, dont bon nombre de syndicalistes. Cette formation fusionnera en 2007 avec les néocommunistes du PDS, ancrés essentiellement à l’Est, on l’a dit, pour former le nouveau parti Die Linke – un nom signifiant clairement que le SPD n’était plus considéré comme incarnant le camp de la gauche. Depuis, Oskar Lafontaine, qui codirige la nouvelle formation depuis sa création, est l’un des plus violents opposants au SPD, auquel il reproche d’avoir trahi ses idéaux. Depuis plusieurs années, l’hémorragie d’une partie des électeurs sociaux-démocrates vers Die Linke s’est poursuivie. Or les dirigeants successifs du SPD – cinq en l’espace de cinq ans – se sont montrés très hésitants quant à la stratégie à adopter face à ce problème. Un débat interne eut lieu fin 2007 autour de la nécessité de revenir sur l’Agenda 2010 et ses réformes12. Malgré l’exigence de certains correctifs – d’ailleurs adoptés en partie par la grande coalition –, l’héritage de Gerhard Schröder fut malgré tout globalement assumé.

  • 13 Entretien accordé par F. Müntefering à la Frankfurter Allgemeine Zeitung le 24 janvier 2009.

21Par rapport à Die Linke, la ligne fixée depuis 2008 est finalement la suivante : au niveau fédéral, une alliance avec ce parti « pas comme les autres » – il compte d’une part de nombreux (anciens) communistes, et d’autre part des « traîtres » au SPD – a été officiellement exclue, en tout cas pour l’instant. Franz Müntefering, redevenu président du SPD fin 2008, accuse en effet cette formation de défendre une politique « nationale sociale13 », avec toutes les connotations que cela comprend. Au niveau programmatique, des divergences fondamentales sont mises en avant. Que ce soit sur le plan économique et social, ou en ce qui concerne la politique européenne et étrangère, l’incompatibilité des positions est soulignée – du reste elle l’est par les responsables des deux partis. Au niveau des Länder en revanche, le SPD invoque l’expérience, jugée concluante, de la coalition « rouge-rouge » à Berlin, pour laisser à ses fédérations le choix de former ou non des alliances régionales avec Die Linke, au cas par cas.

  • 14 Les principaux courants étant : la Parlamentarische Linke, l’aile gauche du parti, qui a gagné en a (...)

22Le problème en l’occurrence est celui de la crédibilité auprès des électeurs : si Die Linke est aussi infréquentable que l’affirment les dirigeants sociaux-démocrates, pourquoi accepter de coopérer avec lui au niveau régional ? La reprise en main du SPD fin 2008 par deux figures très respectées de la social-démocratie – Franz Müntefering et Frank-Walter Steinmeier, désigné comme candidat à la chancellerie pour le SPD en 2009 – a certes permis d’atténuer considérablement les tensions internes entre les différents courants14. Mais sur le fond, le SPD n’a pas vraiment résolu ses contradictions. Confronté à des résultats électoraux de plus en plus désastreux – parfois nettement en dessous des 30 % –, face à la nécessité de se réconcilier avec les syndicats, face aussi à l’aggravation du mécontentement social engendré par la crise, le SPD s’est finalement lancé dans la campagne électorale de 2009 avec un programme plus nettement ancré à gauche, qui insiste fortement sur des thématiques « de gauche » traditionnelles comme celle de la redistribution. Mais il a ainsi semblé s’éloigner de l’état d’esprit réformateur de l’Agenda 2010, qui insistait avant tout sur la nécessité de créer l’égalité des chances. Or ce virage a été opéré précisément sous l’égide de Franz Müntefering et Frank-Walter Steinmeier, deux des principaux concepteurs de la politique de réforme schröderienne. Ce virage à gauche a été présenté comme une conséquence naturelle de la crise financière et économique qui touche gravement le pays. Mais en même temps – nouveau problème de cohérence –, le SPD envisageait durant la campagne de 2009 de gouverner en coalition avec les Verts et... les libéraux du FDP, au programme pourtant très éloigné du sien et de celui des Verts (voir plus loin).

23Il faut dire que le SPD s’est en quelque sorte retrouvé dans un piège : vingt ans après la réunification, qui avait vu le triomphe de la CDU d’Helmut Kohl fin 1990, les deux camps droite/gauche sont à peu près équilibrés en Allemagne. Mais le SPD, affaibli, n’a pas la possibilité de former un gouvernement de gauche avec Die Linke et les Verts, dans la mesure où, comme tous les autres partis, il refuse pour l’heure de s’allier au parti d’Oskar Lafontaine au niveau fédéral. En même temps, si le SPD se déclarait prêt à une coalition avec Die Linke, il perdrait certainement une partie de son électorat ancré au centre-gauche. Vingt ans après la chute du Mur et après onze ans d’exercice du pouvoir – de 1998 à 2009 –, la social-démocratie allemande traverse donc l’une des plus graves crises de son histoire. Une situation à certains égards paradoxale : alors que la politique de réformes de Gerhard Schröder a grandement contribué à rééquilibrer les régimes sociaux afin d’assurer leur pérennité, alors qu’elle a soutenu le redémarrage de l’économie allemande à partir de 2006, le parti social-démocrate n’en a guère recueilli les fruits. Pire : avec l’arrivée de la crise, certains lui reprochent maintenant d’avoir contribué, avec les lois Hartz notamment, à la fragilisation du tissu social.

24C’est en fait la chancelière CDU Angela Merkel qui a profité des effets positifs induits par les réformes qu’avait lancées son prédécesseur. Elle a par ailleurs elle-même été amenée à faire des concessions au SPD durant la grande coalition, faisant aboutir avec les sociaux-démocrates plusieurs réformes importantes, qui ont contribué à la forte popularité de la chancelière bien au-delà de son propre parti. Mais l’image de la CDU s’est entre-temps brouillée, et ce parti a lui aussi connu des tensions internes qui l’ont affaibli.

L’évolution des partis chrétiens-démocrates

25Jusqu’à la chute du Mur en 1989, le profil de la CDU était clairement défini. C’était un parti anticommuniste et antisocialiste, et le champion de la soziale Marktwirtschaft, l’économie sociale de marché, ce système économique mis en place dans les années 1950 par le chrétien-démocrate Ludwig Erhard, et associé au « miracle économique allemand ». Tout cela unifiait fortement le parti.

26C’est Helmut Kohl, chancelier CDU à partir de 1982, qui géra l’unification du pays en 1989-1990, dans des conditions qui valurent à la CDU/CSU de remporter les premières élections panallemandes de décembre 1990 avec dix points d’avance sur le SPD. Huit ans plus tard, les sociaux-démocrates l’emportèrent de plus de cinq points sur la CDU/CSU, qui enregistra son plus mauvais score depuis la création de la République fédérale. La fin de l’ère Kohl avait été marquée par l’immobilisme et l’usure du pouvoir. La CDU se retrouva ainsi à partir de 1998 dans l’opposition, encore davantage affaiblie à partir de 1999 par un vaste scandale de dons occultes qui assombrit l’image d’Helmut Kohl et de son parti. Le Bavarois Edmund Stoiber, investi comme candidat de la CDU/CSU, échoua – de peu – lors de sa tentative de conquête de la chancellerie en 2002. En 2005, les chrétiens-démocrates, emmenés par Angela Merkel, semblaient à nouveau en mesure de reconquérir le pouvoir sur la base du Programme de Leipzig de 2003, un programme très libéral du point de vue économique, que la CDU/CSU entendait appliquer avec le FDP. Mais les urnes en ont décidé autrement, et la CDU, avec un score inférieur de plus de trois points à celui de 2002, dut se résoudre à former une grande coalition avec le SPD.

27Alors que Gerhard Schröder avait lui-même conquis le pouvoir au centre, Angela Merkel a ensuite clairement cherché à reconquérir ce créneau – quitte à être régulièrement accusée de « socialdémocratiser » son parti, et à déboussoler – voire perdre – une partie de son électorat traditionnel. Le recentrage de la CDU s’est effectué en plusieurs étapes, et pour plusieurs raisons.

28Il fallait tout d’abord tirer les leçons du semi-échec de 2005 et tenir compte du message des électeurs, qui souhaitaient certes une poursuite des réformes, mais sans oublier la dimension sociale, après les efforts consentis pour la mise en œuvre de l’Agenda 2010. Par ailleurs, le recentrage était un effet quasi inévitable de la grande coalition, qui, on l’a dit, oblige à des compromis au centre, notamment sur les questions sociales. Mais cette contrainte a également semblé se combiner opportunément avec la volonté affichée par la chancelière depuis son arrivée à la tête de la CDU de moderniser son parti, et de l’ouvrir à de nouvelles catégories d’électeurs, notamment par la mise en œuvre de réformes de société.

  • 15 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Anne Salles.
  • 16 Voir là encore les sondages de référence réalisés par Infratest-dimap pour l’ARD Deutschlandtrend à (...)

29La nouvelle politique familiale est sans doute la plus emblématique. Elle s’imposait en raison de la démographie catastrophique en Allemagne15. Elle visait à encourager la natalité en permettant, par différentes mesures, une meilleure compatibilité entre vie de famille et vie professionnelle. C’était un signal important en direction de la bourgeoisie libérale notamment. Un autre chantier fut la grande réflexion menée sur la politique d’intégration et le rôle des musulmans en Allemagne – nombreux en raison de la forte communauté turque. Angela Merkel a également mis l’accent sur l’écologie et le développement durable. Enfin, du côté économique et social, elle s’est efforcée de faire apparaître la CDU comme le parti le plus à même de défendre toutes les classes sociales, notamment la classe moyenne, mais également les ouvriers, en se positionnant – avec un certain succès comme l’ont montré ces dernières années les sondages16 – comme le parti le plus compétent en matière économique. Il faut dire qu’entre 2005 et 2008 – avant le déclenchement de la crise –, le nombre de chômeurs avait diminué de façon significative, repassant sous la barre des 3 millions. Autre signal, sur le plan social : la chancelière a accepté en 2008 certains correctifs aux lois Hartz, et l’introduction d’un salaire minimum dans une dizaine de branches – et ce avant même le déclenchement de la crise.

  • 17 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Henrik Uterwedde.

30Toutes ces mesures ont permis au parti de moderniser son image et, pour la campagne électorale de 2009, la chancelière s’est logiquement positionnée au centre. Mais en même temps, elle a souvent heurté ces dernières années les convictions de l’aile droite conservatrice catholique de la CDU, et, sur le plan économique, son aile libérale – et ce davantage encore depuis le déclenchement de la crise financière fin 2008, qui a brouillé un peu plus l’identité de la CDU dans ce domaine. En effet, l’ampleur de la crise a conduit la chancelière à prendre des mesures contraires à la philosophie de la soziale Marktwirtschaft, cœur de l’identité de la CDU depuis sa création. Un système où l’État pose certes le cadre et les règles du jeu, afin d’assurer le bon fonctionnement du marché et assurer la protection sociale, mais où il n’est pas censé pratiquer l’interventionnisme17. Or les problèmes du système bancaire allemand à partir de l’automne 2008 ont poussé la chancelière et son gouvernement à intervenir massivement afin d’éviter les faillites et un effet domino qui eût été catastrophique non seulement pour l’Allemagne mais également pour l’ensemble du système bancaire international. Après un temps de réflexion – trop long aux yeux de certains –, Angela Merkel a également dû se résoudre à la mise en place de plusieurs plans de relance de l’économie très coûteux. Elle s’est alors retrouvée dans une situation en quelque sorte comparable à celle Gerhard Schröder quelques années auparavant : à contre-pied de l’idéologie de son parti. À contre-courant aussi des efforts importants consentis depuis plusieurs années par la grande coalition, avec un succès certain, afin de rétablir les finances publiques du pays.

  • 18 Voir H. Uterwedde, « Les programmes de la CDU et du SPD : convergences de fond », Regards sur l’éco (...)

31Ainsi, l’évolution de la CDU, qui correspond à une démarche stratégique volontaire d’Angela Merkel – occuper le créneau du centre18 et en chasser le SPD, lui-même gêné dans son positionnement vis-à-vis de Die Linke –, a finalement créé de multiples tensions au sein du parti de la chancelière, un malaise dans son électorat conservateur, et la fuite d’une partie de ses électeurs « libéraux », très attachés aux principes de la soziale Marktwirtschaft, vers le FDP.

32De fait, la CDU a régulièrement perdu des voix depuis plusieurs années, comme le montrent les résultats des élections locales et régionales. À partir de 2008, avec la dégradation du climat économique et social, les tensions internes ont fini par apparaître au grand jour. Elles avaient pendant un temps été masquées à la fois par l’état de faiblesse du SPD et par la popularité de la chancelière – bien plus populaire durant tout son mandat que son propre parti.

  • 19 Elle a été ministre sous H. Kohl, son parrain en politique, dès 1991.

33Contrairement à Helmut Kohl, qui était un catholique profondément ancré dans son parti, très vigilant à l’humeur et aux aspirations de ses différents courants afin d’en conserver l’unité, Angela Merkel, originaire de l’ex-RDA, à l’éducation protestante, arrivée à 36 ans directement au sommet du pouvoir19, est loin d’être l’incarnation typique de la CDU. Elle a cherché à se positionner avant tout comme chancelière de tous les Allemands – quitte à sembler en décalage, sinon volontaire, du moins assumé –, comme Gerhard Schröder avant elle, avec une partie de ses propres troupes désormais en mal de repères.

34Le camp chrétien-démocrate a également souffert ces dernières années de l’affaiblissement de la CSU, version bavaroise de la CDU et son allié naturel, qui a traversé la plus grave crise de son histoire. Après des dizaines d’années de suprématie sans partage à la tête de la Bavière, le parti chrétien-social a connu un désastre électoral historique lors des élections régionales de septembre 2008, où il a perdu près de 17 % des voix par rapport au scrutin précédent de 2003. Il a alors perdu la majorité absolue qu’il détenait depuis 46 ans – et a dû se résoudre à partager le pouvoir avec un partenaire de coalition, le FDP. Les problèmes de ce parti conservateur, mais qui a su moderniser avec succès l’économie de la Bavière, avaient commencé quelques années plus tôt, avec la difficile « fin de règne » d’Edmund Stoiber. Cet homme, qui a dirigé d’une main de fer la Bavière de 1993 à 2007, et la CSU de 1999 à 2007, n’a pas su renouveler le personnel politique d’une formation vieillissante, à l’image du duo Beckstein/Huber qui lui a succédé dans ses fonctions après 2007, et qui, se reposant sur les acquis, n’a pas su élaborer un programme innovant. Après la débâcle de l’automne 2008, Horst Seehofer a pris à la fois les rênes du parti et du Land. Cette personnalité populaire, incarnant une forme de christianisme social, profondément enracinée dans son parti – au contraire d’Angela Merkel –, devrait du moins permettre de stopper le déclin des chrétiens-sociaux. Quitte à affaiblir la cohésion de l’union CDU/CSU en n’hésitant pas à proclamer régulièrement ses désaccords avec son partenaire sur un certain nombre de sujets – notamment sur les questions fiscales et les questions éthiques liées à la recherche génétique.

Le SPD et la CDU sont-ils toujours des Volksparteien ?

35L’affaiblissement ces dernières années du SPD et de la CDU/CSU n’est pas très étonnant si l’on considère qu’ils sont les incarnations de deux pôles eux-mêmes en crise : l’État providence d’une part, l’économie de marché d’autre part. Ces deux partis sont également plus touchés que les autres par le problème d’un électorat traditionnel vieillissant – on y reviendra plus loin – et qui, sur le fond, s’est senti, partiellement du moins, en décalage avec les options de leurs dirigeants.

36La question se pose de savoir si des Volksparteien sont encore en mesure de récolter les fruits de politiques censées répondre aux attentes de larges catégories d’électeurs. En période de crise notamment, les attentes des citoyens portent, en partie du moins, sur des revendications immédiates et/ou sectorielles, peu compatibles avec une politique dont les objectifs sont situés à moyen ou long terme, et censés servir l’intérêt général. Restaurer la compétitivité de l’Allemagne, tenter d’assurer la survie des systèmes de protection sociale, accompagner la modernisation de la société, comme ont cherché à le faire, chacun à sa manière, Gerhard Schröder et Angela Merkel, implique d’imposer des sacrifices à de larges couches de la population, ce qui n’est pas toujours aisément compatible avec les revendications immédiates de ceux qui, dans les partis et dans l’électorat, se considèrent comme des perdants de la réunification ou de la mondialisation, ou encore ceux qui se sentent bousculés dans leurs schémas traditionnels.

  • 20 Il a enregistré son plus mauvais score en juin 2009 lors des élections européennes, où il n’a obten (...)

37Quoi qu’il en soit, en termes de résultats, l’érosion du SPD, régulièrement tombé ces dernières années sous la barre des 30 % – et parfois très nettement20 –, est beaucoup plus marquée que celle de la CDU, qui a toujours obtenu des scores supérieurs à 30 % lors d’élections nationales ou européennes – et qui revendique désormais pour elle seule la qualification de Volkspartei. Ce qui est certain, c’est que les deux « grands » partis sont devenus des partis de taille moyenne. Cette évolution s’est faite essentiellement au profit de trois autres partis.

La montée en puissance des « petits partis »

38Après des hauts et des bas, le FDP et les Verts, tous deux dans l’opposition respectivement à partir de 1998 et 2005, ont progressé ces dernières années. D’autre part, on a assisté à l’établissement, semble-t-il durable, de Die Linke au niveau national. Tous trois ont profité de transferts en leur faveur d’électeurs mécontents des deux « grands », et chacun d’eux est désormais en mesure de réaliser des scores à deux chiffres.

La dynamique retrouvée du FDP

39Après seize années de participation au gouvernement – entre 1982 et 1998 – sous le chancelier Kohl, le parti libéral a connu un passage à vide et des querelles internes. Après onze ans passés dans l’opposition, il a désormais retrouvé une dynamique certaine, essentiellement à partir de 2005, date depuis laquelle il a gagné des voix lors de la plupart des élections régionales. Ce succès semble à la fois conjoncturel et structurel. Le FDP est l’un des seuls partis qui a su ces dernières années se renouveler et se rajeunir – le nombre d’adhérents jeunes a fortement augmenté – alors qu’il a longtemps été un parti de notables. Ce regain de succès est aussi lié à la stratégie de son chef Guido Westerwelle, qui, après un certain nombre d’erreurs, a finalement su souder le parti autour de lui. Mais les libéraux ont également profité de deux crises : la crise de la CDU et, a priori de façon paradoxale, la crise économique et financière.

  • 21 Voir J.-L. Georget, « L’incertitude du succès – La CDU/CSU et le FDP à la veille des élections nati (...)
  • 22 Voir à ce propos l’analyse d’une étude de l’Institut für Demoskopie Allensbach (IfD), publiée par s (...)

40Le FDP est ainsi devenu un bassin d’accueil pour certains électeurs CDU déçus par la politique économique et sociale jugée trop « à gauche » de la chancelière au sein de la grande coalition depuis 2005. Il s’agit notamment de la bourgeoisie entrepreneuriale et des représentants des professions libérales21. Cette tendance s’est accentuée depuis le déclenchement de la crise économique et financière pour des raisons du même ordre : le FDP s’est dès lors présenté comme le gardien de la « vraie » sopale Marktwirtschaft, face à une chancelière supposée avoir trahi et devenue – bien malgré elle – interventionniste, on l’a dit, face à la situation critique du système bancaire et financier allemand. Le FDP s’est d’ailleurs montré le plus critique de tous les partis face aux deux plans de relance votés en Allemagne début 2009. Le regain relatif de popularité du FDP, notamment au premier semestre 2009, a ainsi pu être interprété comme le signe d’un certain scepticisme des citoyens face à l’interventionnisme massif de l’État en cette période de crise, à l’efficacité non garantie, mais qui entraîne inévitablement l’alourdissement de l’endettement public, et donc celui des citoyens22. En 2009, le FDP s’est ainsi présenté aux électeurs avec des revendications simples et nettes : en faveur d’une soziale Marktwirtschaft avec le moins de régulation possible, et pour la mise en œuvre d’une grande réforme fiscale censée induire d’importantes baisses d’impôts et une plus grande équité. Cette ligne, dont le réalisme a été contesté étant donné les nouveaux problèmes d’endettement public liés à la crise, avait du moins le mérite d’être très claire, donc de répondre à l’attente d’électeurs qui ont besoin de savoir à quoi s’en tenir – tandis que l’identité d’autres partis, comme nous l’avons dit précédemment, s’est brouillée.

Le « New Deal vert » des écologistes

  • 23 Voir T. Keller, Les Verts allemands, un conservatisme alternatif, Paris, L’Harmattan, 1993.
  • 24 Voir par exemple le livre de Jutta Ditfurth, l’une des « figures historiques » du parti : Das waren (...)
  • 25 L’un des dirigeants « réalos », Fritz Kuhn, ayant par exemple prôné ces dernières années des baisse (...)
  • 26 F. Walter, Le paysage politique allemand à la veille des élections législatives de 2009, Analyses e (...)

41Un autre parti reste bien présent dans le paysage politique et connaît même un regain de succès depuis qu’il est repassé dans l’opposition en 2005 : les Verts. Au moment de son arrivée sur la scène politique nationale au début des années 1980 et même au moment de la chute du Mur, cette formation avait encore une forte image de parti protestataire – même si, on l’a dit, une composante conservatrice était présente dès le début dans le parti23. Ce caractère protestataire s’est nettement atténué depuis qu’il a assumé, pour la première fois, aux côtés du SPD, des responsabilités gouvernementales au niveau national, entre 1998 et 2005. Cette période a marqué la victoire, au sein du parti, des « Réalos » – les « réalistes » – sur les « Fundis » – les « fondamentalistes ». Les premiers estimaient que la réalisation des objectifs du parti ne pouvait passer que par l’exercice du pouvoir et donc la participation au système politique tel qu’il existe, tandis que les seconds, l’aile gauche du parti, souhaitaient continuer à exercer une pression sur les gouvernants mais « de l’extérieur », sans se « compromettre » avec le système. Joseph Martin Fischer, plus connu sous le nom de Joschka Fischer, est l’incarnation de cette évolution. Ancien « soixante-huitard », devenu vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères sous Gerhard Schröder, il parvint dans une certaine mesure à apaiser les querelles internes – même s’il a perdu au passage une partie de l’aile gauche, qui cria à la trahison des idéaux24. C’est aussi l’époque à laquelle le parti, où ont longtemps prévalu des principes de gouvernance collective (avec par exemple la rotation régulière des dirigeants aux principaux postes de responsabilité), commença à s’organiser comme les autres : de façon plus « verticale », pour plus d’efficacité, même si aujourd’hui encore la présidence du parti est par exemple toujours assurée par un duo. Sur le fond, l’anticapitalisme proclamé des débuts a progressivement fait place à une démarche plus empreinte de réalisme, tout en conservant des revendications fortes dans leur domaine de prédilection : les questions écologiques. Même si le programme social ne laisse pas de doute quant à son positionnement politique, le parti semble désormais sur le fond moins ancré à gauche, en tout cas sur certaines questions25. C’est encore plus vrai de son électorat, qui, comme celui du FDP – avec lequel il est à cet égard en concurrence –, est pour une part de plus en plus importante issu de la bourgeoisie aisée et des professions libérales. Celles-ci constituent désormais, derrière les fonctionnaires, le deuxième groupe le plus important de son électorat26.

  • 27 Voir J. Raschke et A. Hurrelmann, Die Zukunft der Grünen, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2001, p. 3 (...)

42Un indicateur de cette évolution des Verts a été la formation, en 2008, de la première coalition gouvernementale régionale entre la CDU et les Verts à Hambourg, une ville-État. Une alliance qui pourrait se reproduire dans d’autres Länder, et pourquoi pas au niveau national – une hypothèse désormais régulièrement évoquée dans le débat public. Cem Özdemir, l’un des deux dirigeants du parti depuis fin 2008, d’origine turque – il est le premier chef de parti en Allemagne issu de l’immigration –, affirme d’ailleurs ouvertement vouloir séduire les électeurs catholiques de la CDU sensibilisés aux questions écologiques, au nom de la préservation de la Création, tandis que la chancelière a pour sa part largement pris en compte les problématiques de développement durable durant son mandat et dans son programme électoral de 2009. Mais même sur ces questions, des divergences importantes demeurent, notamment sur le nucléaire. Plus globalement, une grande diversité de tendances perdure chez les Verts, et les résistances à une coalition avec la CDU/ CSU au niveau national restent fortes dans l’aile gauche du parti. Cette diversité – voire cette hétérogénéité –, présente dès l’origine chez les Verts, a rendu difficile la construction d’une identité claire du parti. Le passage au gouvernement a lui aussi contribué à un flottement idéologique en raison des compromis nécessaires au sein de la coalition avec le SPD27.

43La pérennité des Verts dans le paysage politique allemand est cependant très vraisemblable. D’abord parce qu’ils disposent d’un ancrage véritable dans la population, auprès de laquelle ils ont en quelque sorte fait leurs preuves par les politiques que leurs élus ont menées au niveau communal et régional. Mais également parce que ce parti reste avant tout associé à l’écologie, et défend des valeurs partagées par des citoyens toujours plus nombreux, issus de toutes les catégories sociales : les valeurs liées au développement durable. Certes les autres partis ont eux aussi largement intégré cette thématique dans leurs programmes, mais les Verts gardent en quelque sorte leur fonction d’aiguillon en la matière. Ces dernières années, l’inquiétude à l’égard de l’évolution climatique a encore accru la sensibilisation aux questions environnementales. Mais les Verts ont longtemps eu du mal à définir des positions claires dans le domaine économique. Les divergences de fond au sein du parti restent fortes à ce sujet, mais, depuis le déclenchement de la crise financière et économique à l’automne 2008, ils ont du moins forgé un concept qui doit permettre de concilier écologie et économie : celui du grüner New Deal, le « New Deal vert » : la crise faisant disparaître de nombreux emplois industriels, les Verts insistent plus que jamais, et avec un succès certain, sur les nombreuses opportunités de création de nouveaux emplois dans les domaines liés aux technologies vertes et au développement durable.

L’extension de la gauche radicale à l’Ouest

44On a déjà évoqué précédemment les conditions dans lesquelles Die Linke a vu le jour : le PDS s’est rapproché de la WASG à l’Ouest dès 2005, une alliance qui a permis à la gauche radicale de franchir nettement la barre des 5 % lors des législatives de 2005, avec un score de 8,7 %, ce qui lui a permis de prendre pied au niveau national. Elle obtint alors 25,3 % à l’Est, mais elle monta en puissance également à l’Ouest, où elle réunit, avec 4,9 %, près de cinq fois plus de suffrages qu’en 2002. L’étape suivante fut le franchissement de la barre des 5 % lors d’élections dans des parlements régionaux ouest-allemands – pour la première fois à Brême en 2007. Depuis, elle a confirmé son implantation électorale dans plusieurs Länder de l’ancienne République fédérale.

  • 28 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Alain Lattard.

45À l’électorat du PDS, à ceux qui se considèrent comme des perdants de la réunification, toujours assez nombreux à l’Est28, se sont ainsi ajoutés les déçus du SPD, et un vote protestataire plus large de certaines catégories de la population déjà fragilisées ou qui ont peur de sombrer dans la précarité. Avec l’aggravation des problèmes sociaux consécutifs à la crise économique et financière, Die Linke est ainsi le parti qui, lors des élections européennes de juin 2009, a obtenu le plus de voix chez les chômeurs et chez les bénéficiaires des minima sociaux « Hartz IV ».

  • 29 Sur ce point, voir T. Spier, « L’impossible alliance : Le SPD face à Die Linke », Note du Cerfa, n° (...)

46Néanmoins, comme ailleurs en Europe, le succès de la gauche radicale semble rester pour l’instant assez relatif. Les enquêtes montrent en effet que son programme est jugé peu crédible et associé à une vision dépassée du monde, surtout sur le plan économique et social. Il prévoit en effet des dépenses considérées comme irréalistes et non finançables, ce qui n’est guère accepté par des Allemands très vigilants sur la question de la dette publique. La rhétorique populiste de certains de ses dirigeants contribue à la mauvaise image du parti. Die Linke connaît également de nombreuses divisions et querelles internes. Il ne comporte pas moins de six sous-groupes – dont par exemple l’ultra-gauche marxiste de la Plateforme communiste (Kommunistische Plattform). Mais d’autres groupes sont beaucoup plus modérés et souhaiteraient voir le parti devenir un partenaire de coalition acceptable pour les autres, notamment pour le SPD ou les Verts. On constate d’ailleurs que les membres du parti issus de la WASG de l’Ouest à la rancœur tenace, Oskar Lafontaine et d’anciens syndicalistes SPD en tête, sont souvent beaucoup plus virulents que certains de leurs camarades issus du PDS, plus pragmatiques, et qui appellent à plus de réalisme29.

47Tandis que les uns ont ainsi essayé d’attirer jusqu’ici le vote protestataire et restent sur une ligne de confrontation pure et dure, d’autres visent la fin de l’isolement. Pour la campagne électorale de 2009, les querelles internes ont été mises de côté. Mais l’heure de vérité sonnera en 2010, lorsque le premier programme national du parti devra être adopté lors de la tenue d’un congrès fédéral.

  • 30 Dans un entretien accordé le 1er février 2009 au Hamburger Abendblatt.

48Pour l’heure, aucune des autres formations n’envisage une coalition au niveau national avec ce parti où siègent encore de nombreux anciens membres du SED, et qui demeure sous la surveillance du Bundesverfassungsschutz, l’Office fédéral de protection de la Constitution, un organisme qui vérifie la compatibilité des partis politiques allemands avec les valeurs fondamentales de la République fédérale. D’après son président Heinz Fromm30, cette surveillance du parti est justifiée par le fait que son programme contient des revendications incompatibles avec le droit à la propriété privée par exemple. Il cite également l’existence de groupes clairement extrémistes, notamment la Plateforme communiste, qui visent un changement de système politique. Enfin, les liens du parti avec des mouvements extrémistes à Cuba ou en Chine sont dénoncés.

49Sur le fond, le programme de politique extérieure de Die Linke est, plus encore que son programme économique et social, incompatible avec la ligne approuvée et conduite par les autres partis, et notamment le SPD, ces dernières années : Die Linke est eurosceptique et exige la sortie de l’Allemagne de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan), ainsi que le retrait de toutes les troupes allemandes engagées à l’étranger.

50Une évolution des relations entre le SPD et Die Linke semble néanmoins vraisemblable si les modérés l’emportaient au sein du parti, et si ses dirigeants actuels sont relayés par une nouvelle génération aspirant à rendre le parti plus « fréquentable ». Avec le risque pour le SPD, on l’a dit, de perdre en ce cas une part de son électorat de centre gauche.

51En attendant, Die Linke aura exercé ces dernières années, même indirectement, une influence non négligeable sur les partis de gouvernement. Elle a notamment divisé et affaibli le SPD, le poussant à revoir sa ligne politique, certains points de son programme et même sa stratégie. En outre, certaines mesures pourtant coûteuses acceptées par la grande coalition, donc aussi par la CDU, en 2009 – comme par exemple la garantie donnée au printemps 2009 aux retraités quant au niveau de leurs pensions – ont été interprétées comme des concessions à l’égard de certaines catégories d’électeurs, par crainte de les voir rejoindre les bataillons de Die Linke.

52De fait, l’installation durable de ce parti au niveau national constitue l’évolution majeure du paysage politique allemand depuis la réunification. Combinée à l’érosion des deux principaux partis allemands, elle bouleverse et complique singulièrement les processus habituels de formation de majorités de gouvernement.

La nouvelle donne d’un paysage politique à cinq partis

53Jusqu’à la chute du Mur, après chaque élection législative fédérale, le SPD ou la CDU/CSU, à l’électorat alors relativement stable, s’alliait pour former le gouvernement avec un seul partenaire, pour la durée d’un mandat. Mais depuis l’érosion des deux « grands » et l’installation de Die Linke dans le paysage politique national, la donne a changé et la formation d’une majorité à deux est devenue mathématiquement plus difficile. Les conséquences de cette fragmentation sur le bon fonctionnement du système politique restent encore difficiles à évaluer.

Normalisation de l’Allemagne, évolution de la société et volatilité de l’électorat

54Le fait que les deux grandes formations aient décliné n’a en soi rien d’exceptionnel ; en l’occurrence il s’agit même plutôt d’une normalisation de l’Allemagne. Dans de nombreuses démocraties comparables, les électeurs ont favorisé la montée en puissance de partis qui semblent mieux répondre à certaines attentes ou incarnent un vote protestataire.

  • 31 Pour une analyse de ce phénomène, voir par exemple : U. von Alemann, Das Parteiensystem der Bundesr (...)

55Ce phénomène d’érosion des grands partis traditionnels, outre l’ensemble des raisons déjà évoquées plus haut, est bien sûr également lié à des évolutions sociologiques. En République fédérale, les liens entre les deux grands partis d’une part et certaines catégories de la population d’autre part, se sont considérablement distendus. La cause peut dans certains cas être l’évolution programmatique d’un parti – l’un des exemples types en l’occurrence est l’affaiblissement considérable du lien entre le SPD et les syndicats depuis l’Agenda 2010. Mais cette tendance est également liée à l’évolution de la société en général, marquée par la difficulté à mobiliser l’électorat jeune, moins engagé et/ou souvent sceptique à l’égard des partis politiques, et aussi par la disparition progressive des milieux sociaux classiques – comme par exemple l’électorat rural catholique, longtemps pilier de la CDU –, la diversification des modes de vie et, partant, des comportements électoraux. Le Wertewandel, c’est-à-dire le changement des valeurs et des aspirations des personnes, la montée du post-matérialisme et de l’individualisme affaiblissent le lien qui existait entre des milieux sociaux encore clairement définis et un parti dans lequel ils se reconnaissaient31. Par ailleurs, en ce qui concerne l’ex-RDA, ce phénomène d’attachement « traditionnel » à un parti, qui a longtemps été très marqué à l’Ouest, n’a évidemment pas de sens – sauf peut-être pour le PDS – étant donné le caractère du régime jusqu’à la chute du Mur. Ainsi la fonction intégrative des deux grands partis est-elle moindre car la société a elle-même évolué, et s’est elle-même diversifiée. Enfin, la volatilité de l’électorat est également devenue beaucoup plus forte, son comportement difficilement prévisible, et les études montrent que de plus en plus d’électeurs se décident au dernier moment.

Bilan : les conséquences de la nouvelle donne

56Au total on constate donc, vingt ans après la chute du Mur, à la fois une fragmentation – certes encore relative, surtout si on la compare à ce qu’elle fut sous la République de Weimar – du paysage politique, qui compte désormais cinq partis au niveau national, et de nouveaux comportements de l’électorat, plus aléatoires. La combinaison de ces évolutions avec le mode de représentation proportionnel en vigueur en Allemagne pose la question de la formation de majorités de gouvernement stables en termes nouveaux. La nouvelle donne bouscule en effet les stratégies habituelles, dans la mesure où l’obtention d’une majorité avec deux partis devient arithmétiquement beaucoup plus difficile. Traditionnellement, au niveau fédéral en tout cas, et de façon différenciée dans les Länder, chacun des deux grands partis annonçait dès la période de campagne électorale le nom du partenaire avec lequel il souhaitait gouverner et les raisons de son choix, avec un véritable projet commun. L’électeur votait donc en quelque sorte en connaissance de cause.

57Désormais, les cas où la solution « de repli » d’une coalition gouvernementale à trois devra être envisagée, bon gré mal gré, au cas par cas, en fonction des scores obtenus, devraient se multiplier. À moins naturellement de reconduire éternellement la formule de la grande coalition – ou de changer de mode de scrutin. Mais cette dernière solution n’est pas d’actualité en Allemagne. En effet, l’idée de passer au mode de scrutin majoritaire – qui permet de dégager beaucoup plus facilement une majorité, mais crée des distorsions importantes – n’est pas populaire, les Allemands étant très attachés à la représentation proportionnelle, fidèle reflet des opinions. Quant à la multiplication de grandes coalitions, que ce soit au niveau des Länder ou au niveau fédéral, elle est tout à fait vraisemblable, mais elle pourrait conduire à une accélération du déclin des grands partis dans la mesure où, on l’a dit, ce type de configuration contribue au brouillage de l’identité des deux partenaires concernés et profite généralement à la montée d’autres partis – ce qui pourrait accentuer la fragmentation.

  • 32 En référence aux couleurs identifiant ces trois partis, dont la combinaison correspond aux couleurs (...)

58Des constellations inédites à trois partis, transgressant parfois le clivage gauche/droite, pourraient ainsi se multiplier ces prochaines années, au niveau régional ou même fédéral – par exemple la combinaison dite jamaïcaine32, c’est-à-dire entre la CDU/CSU, le FDP et les Verts, ou encore une coalition entre le SPD, Die Linke et les Verts. Le parti écologiste pourrait bien dans cette situation nouvelle être le partenaire « d’appoint » le plus sollicité.

  • 33 La nouvelle donne du paysage politique allemand a ainsi eu des conséquences évidentes sur la prépar (...)

59Mais cette nouvelle donne peut présenter un certain nombre d’inconvénients, voire d’effets pervers. Le bon fonctionnement de coalitions regroupant trois partis qui ne se sont pas forcément choisis, et dont les programmes peuvent être éloignés, est loin d’être garanti. La probabilité de tensions majeures, non seulement entre les partenaires mais aussi à l’intérieur des partis, pour parvenir à des accords, est plus forte encore que dans le cas d’une grande coalition à deux. Dans le cas d’une majorité mathématique SPD/Verts/FDP par exemple, nombreux sont ceux au sein des deux derniers partis qui ne se résigneraient que difficilement, voire pas du tout, à une alliance et à des compromis, les sacrifices paraissant trop grands pour garder un positionnement crédible aux yeux de leurs propres électeurs. En outre, le citoyen a désormais une visibilité plus réduite sur les conséquences de son vote quant à la coalition qui pourra être formée, peut-être contre son gré, après le scrutin. Un manque de (pré)visibilité qui pourrait à terme conduire à une plus forte abstention, surtout si les partis ne délimitent pas assez clairement leurs principes et objectifs intangibles33.

60Mais la crise économique et financière actuelle, avec son cortège de conséquences sociales, pourrait elle aussi venir influencer l’évolution du paysage politique ces prochaines années. Les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates ont eu à gérer ensemble le début de cette crise, avec un accroissement massif de l’interventionnisme de l’État, semblant ainsi redonner tout son sens à l’action politique. Mais si la situation venait à s’aggraver davantage, si les coûteux plans de relance ne produisaient pas tous les effets escomptés, et si la cohésion sociale se trouvait plus dégradée, les deux principaux partis en sortiraient sans doute plus affaiblis, et le scepticisme à l’égard de l’action politique renforcé. Le vote pour des partis protestataires mais aussi le non-vote protestataire pourraient alors augmenter – et affaiblir la démocratie.

Bibliografía

Bibliographie sélective

Alemann, U. (von), Das Parteiensystem der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Opladen, Leske + Budrich, 2003.

Decker, F. et V. Neu, Handbuch der deutschen Parteien, Wiesbaden, VS Verlag, 2007.

Georget, J.-L., « Les chrétiens-démocrates allemands dans la grande coalition, entre modernité libérale et perte de repères », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, T.4, 4/2008, p. 553-566.

Jesse, E. et J.-P. Lang, Die Linke – der smarte Extremismus einer deutschen Partei, Munich, Olzog Verlag, 2008.

Jun, U., H. Kreikenbom et V. Neu (dir), Kleine Parteien im Aufwind : Zur Veränderung der deutschen Parteienlandschaft, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 2006.

Neugebauer, G., Politische Milieus in Deutschland – Die Studie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, Dietz, 2007.

Sturm, D.-F., Wohin geht die SPD ?, Munich, DTV, 2009.

Vaillant, J., « Le nouveau paysage politique en Allemagne », La Revue internationale et stratégique, n° 74, 2009/2, p. 144-154.

Walter, F., Im Herbst der Volksparteien ? : Eine kleine Geschichte von Aufstieg und Rückgang politischer Massenintegration, Bielefeld, Transcript Verlag, 2009.

Notas

1 C’est le cas pour la CDU dès sa fondation après la guerre, et depuis 1959 pour le parti social-démocrate, qui abandonna lors du congrès de Bad-Godesberg toute référence au marxisme et proclama son adhésion au modèle économique de la soziale Marktwirtschaft, l’économie de marché sociale.

2 Ce terme désigne une coalition gouvernementale droite-gauche entre les deux plus grands partis.

3 À côté des partis évoqués dans cette contribution, un nombre non négligeable de très petites formations ont toujours existé dans le paysage politique ouest-allemand. Ne franchissant qu’exceptionnellement la barre des 5 %, elles ne jouent aucun rôle au niveau national, mais parviennent parfois à franchir ce seuil et à obtenir quelques élus au niveau local.

4 L’intégration de ces ex-Blockparteien a été réalisée sans que soit toujours examiné de très près le degré de coopération de certains des cadres dirigeants avec le régime communiste, un point qui fait aujourd’hui encore l’objet de polémiques (voir C. Schwiesselmann, « Blockflöten im Parteienkonzert ? - Das Beispiel der Nordost-CDU von der Gründung bis zur Gegenwart », Deutschland Archiv, Zeitschrift für das vereinigte Deutschland, n° 3/2009, p. 414-424).

5 Coalition SPD/PDS.

6 À l’Ouest, les Republikaner, en perte de vitesse, étaient cependant parvenus à obtenir quelques élus dans le parlement régional du Bade-Wurtemberg entre 1992 et 2001. L’extrême droite compte également un certain nombre d’élus dans l’ancienne RFA au niveau municipal.

7 Voir H. Bergsdorf, Die neue NPD, Antidemokraten im Aufwind, préface de E. Jesse, Munich, Olzog, 2007.

8 Sur les causes multiples de l’extrémisme de droite et de la xénophobie chez certains jeunes des nouveaux Länder, voir aussi : D. Sturzbecher et D. Landua, « Rechtsextremis-mus und Ausländerfeindlichkeit unter ostdeutschen Jugendlichen », Aus Politik und Zeitges-chichte, B 46/2001.

9 Pour visualiser ces différences, voir les tableaux interactifs en permanence actualisés, réalisés en coopération avec l’Institut de sondage Infratest dimap/ARD deutschland TREND, et consultables sur le site de la Bundeszentrale für politische Bildung à l’adresse <www.bpb.de/fsd/werwaehltwas>.

10 Voir sur ce point les sondages actuels et les archives de ces dernières années par exemple sur le site de l’Institut Infratest dimap : Infratest-dimap.de.

11 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Alain Lattard.

12 Voir M. Weinachter, « Le SPD, le débat sur l’Agenda 2010 et le Congrès de Hambourg – Virage à gauche ? », Allemagne d’aujourd’hui, n° 183, janvier-mars 2008, p. 84-93.

13 Entretien accordé par F. Müntefering à la Frankfurter Allgemeine Zeitung le 24 janvier 2009.

14 Les principaux courants étant : la Parlamentarische Linke, l’aile gauche du parti, qui a gagné en audience ; le Seeheimer Kreis, de centre-gauche, très favorable aux réformes, qui a perdu de son influence, et les Netzwerker (« Ceux qui sont en réseau »), des pragmatiques peu idéologisés de la jeune génération, qui avaient eux aussi soutenu l’Agenda 2010.

15 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Anne Salles.

16 Voir là encore les sondages de référence réalisés par Infratest-dimap pour l’ARD Deutschlandtrend à l’adresse : Infratest-dimap.de.

17 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Henrik Uterwedde.

18 Voir H. Uterwedde, « Les programmes de la CDU et du SPD : convergences de fond », Regards sur l’économie allemande, Revue du Cirac, n° 84/2007, p. 5-12. Le slogan d’Angela Merkel fin 2007 – « WIR sind die Mitte » (« Le centre, c’est NOUS ») –, est tout à fait révélateur à cet égard.

19 Elle a été ministre sous H. Kohl, son parrain en politique, dès 1991.

20 Il a enregistré son plus mauvais score en juin 2009 lors des élections européennes, où il n’a obtenu que 20,8 % des voix.

21 Voir J.-L. Georget, « L’incertitude du succès – La CDU/CSU et le FDP à la veille des élections nationales allemandes », Note du Cerfa, n° 65, juin 2009, p. 10 (consultable sur Ifri.org).

22 Voir à ce propos l’analyse d’une étude de l’Institut für Demoskopie Allensbach (IfD), publiée par sa codirectrice Renate Köcher dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung du 25 février 2009.

23 Voir T. Keller, Les Verts allemands, un conservatisme alternatif, Paris, L’Harmattan, 1993.

24 Voir par exemple le livre de Jutta Ditfurth, l’une des « figures historiques » du parti : Das waren die Grünen. Abschied von einer Hoffnung, Berlin, Verlag Econ, 2001.

25 L’un des dirigeants « réalos », Fritz Kuhn, ayant par exemple prôné ces dernières années des baisses d’impôts et certaines déréglementations.

26 F. Walter, Le paysage politique allemand à la veille des élections législatives de 2009, Analyses et documents de la Friedrich-Ebert-Stiftung,, avril 2009, p. 3, disponible sur Fesparis.org.

27 Voir J. Raschke et A. Hurrelmann, Die Zukunft der Grünen, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2001, p. 367 sqq.

28 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Alain Lattard.

29 Sur ce point, voir T. Spier, « L’impossible alliance : Le SPD face à Die Linke », Note du Cerfa, n° 64, juin 2009, p. 14-15, disponible sur Ifri.org.

30 Dans un entretien accordé le 1er février 2009 au Hamburger Abendblatt.

31 Pour une analyse de ce phénomène, voir par exemple : U. von Alemann, Das Parteiensystem der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Opladen, Leske + Budrich, 2003, p. 102 sqq. Voir aussi G. Neugebauer, Politische Milieus in Deutschland – Die Studie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, Dietz, 2007.

32 En référence aux couleurs identifiant ces trois partis, dont la combinaison correspond aux couleurs du drapeau jamaïcain.

33 La nouvelle donne du paysage politique allemand a ainsi eu des conséquences évidentes sur la préparation des législatives de 2009 : pour la première fois à ce degré au niveau fédéral, l’incertitude quant aux coalitions qui pourraient être forgées après le scrutin de septembre est restée très forte, et la campagne électorale a été marquée par une grande prudence des partis. Ils ont certes indiqué des préférences, mais aucune combinaison ne semblait totalement impossible – sauf avec Die Linke, ostracisé on l’a dit par les autres formations.

Autor

Maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise et chercheur associé au Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (Cirac).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540