Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'Allemagne unifiée 20 ans après la chute du Mur

 | 
Hans Stark
, 
Michèle Weinachter

Politique intérieure

Déclin démographique et politique familiale

Anne Salles

Texto completo

1Avec un indice de 1,37 enfant par femme en 2007, l’Allemagne affiche un niveau de fécondité particulièrement bas. En cela, elle ne fait pas figure d’exception. Cette tendance s’observe aussi dans le sud et l’est de l’Europe. Mais l’Allemagne est le seul pays au monde à présenter un niveau de fécondité aussi bas en continu depuis plus de trente ans. Cette baisse des naissances est par conséquent irrattrapable et ses conséquences pour l’ensemble de la société sont considérables. Il aura cependant fallu attendre l’arrivée au pouvoir, en 1998, de la coalition entre le parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD) et les Verts pour que les pouvoirs publics se penchent sur cette évolution et s’interrogent sur ses raisons et les réponses à lui apporter. Longtemps, la question démographique est restée un tabou en Allemagne, au point d’inquiéter les démographes français, étonnés qu’un tel pays fasse si peu pour la famille. Si les réticences de l’Allemagne à s’engager dans une politique familiale active peuvent effectivement paraître surprenantes, le revirement récent du gouvernement ne l’est pas moins.

2Ce chapitre a pour objectif de présenter l’évolution démographique qu’a connue l’Allemagne durant ces vingt dernières années, afin de comprendre la nécessité de mettre en œuvre des réformes politiques, puis de cerner d’une part les raisons pour lesquelles la politique familiale a mis tant de temps à se mettre en place et d’autre part les mesures qui en découlent.

Évolution démographique en Allemagne

  • 1 Sur les neuf scénarios envisagés en 2003, même le plus pessimiste ne prévoyait pas une baisse aussi (...)

3En dépit d’un solde naturel négatif depuis plus de trente ans, la population allemande a continué de s’accroître. Durant les vingt dernières années, elle a progressé d’environ 4 millions de personnes, passant de 78,4 millions à 82,2 millions entre 1988 et 2007. L’Allemagne compense en effet une natalité très basse par un apport migratoire important. Elle affiche ainsi un solde migratoire cumulé de près de 6 millions de personnes sur la période 1988-2007, contre un solde naturel négatif d’un peu moins de 2 millions sur la même période [Fig. 1]. Mais ce mouvement semble bien prendre fin. Depuis 2003, et pour la première fois depuis vingt ans, la population allemande diminue, défiant les prévisions les plus pessimistes de l’Office fédéral des statistiques. Dès 2003, le chiffre de la population allemande est inférieur aux estimations les plus basses publiées la même année1. De 2003 à 2007, le pays a ainsi perdu quelque 300 000 personnes, soit 0,4 % de sa population, une tendance qui va en s’accroissant, avec un recul de 98 000 personnes pour la seule année 2007.

4Cette évolution s’explique par un solde naturel négatif et un solde migratoire certes positif mais en baisse. L’Allemagne présente un excédent des décès sur les naissances depuis 1972, et ce sans interruption, ce qui est dû à la combinaison de quatre facteurs. Premièrement, en dépit des progrès de la médecine, le nombre de décès diminue désormais plus lentement en raison du vieillissement de la population : il n’a pratiquement pas baissé depuis dix ans. Deuxièmement, le nombre de naissances a chuté par suite de la baisse, à l’Ouest, dès les années 1970, de la fécondité, dont le niveau est très inférieur au seuil de renouvellement des générations. Troisièmement, la répartition par âge est défavorable à la natalité : alors que l’Allemagne comptait, en 1989, 6,3 millions de jeunes femmes âgées de 25 à 34 ans, celles-ci ne sont plus que 4,8 millions en 2007, ce qui représente un recul de près d’un quart et accélère, à fécondité égale, la baisse du nombre de naissances. Le maintien, à l’Ouest, de la fécondité à un niveau aussi bas depuis plus de trente ans a en effet induit une forte réduction des groupes d’âge les plus féconds avec l’arrivée à l’âge adulte des classes creuses nées depuis le milieu des années 1970. Enfin, quatrièmement, la réunification s’est accompagnée d’un véritable effondrement des naissances à l’est du pays. Leur nombre est passé de 200 000 à 80 000 entre 1989 et 1993, soit un recul de 60 % en quatre ans. Dans les nouveaux Länder, l’indice synthétique de fécondité est ainsi passé, dans le même intervalle, de 1,57 à 0,77 enfant par femme [Fig. 2]. Si la natalité s’est redressée depuis, le nombre de naissances reste cependant inférieur, depuis 2001, à 100 000 par an. Alors qu’en 1990 l’Allemagne comptait encore 906 000 naissances, ce chiffre est tombé, en 2007, à 685 000, soit une baisse de 24 %. Avec 8,3 naissances pour 1 000 habitants, l’Allemagne présente le taux de natalité le plus bas au monde.

Fig. 1 : Évolutions du solde naturel et du solde migratoire en Allemagne depuis 1988

Fig. 1 : Évolutions du solde naturel et du solde migratoire en Allemagne depuis 1988

Source : Office fédéral des statistiques

Fig. 2 : Évolution de l’indice synthétique de fécondité à l’est et à l’ouest de l’Allemagne depuis 1988

Fig. 2 : Évolution de l’indice synthétique de fécondité à l’est et à l’ouest de l’Allemagne depuis 1988

Source : Office fédéral des statistiques

5Ce déficit des naissances a cependant longtemps été compensé par un important afflux de population. Dans l’ensemble, la République fédérale d’Allemagne (RFA) a en effet présenté un solde migratoire élevé depuis les années 1960, en forte hausse durant les années 1990 en raison d’arrivées massives de l’est de l’Europe. Or, cet apport a considérablement diminué depuis 2003. Alors que le nombre de nouveaux arrivants se situait encore autour de 200 000 par an entre 1999 et 2002, il a depuis baissé – seulement 44 000 en 2007. Si la crise économique que traverse l’Allemagne depuis la fin des années 1990 s’est effectivement accompagnée d’une hausse des départs, laquelle s’est traduite par un solde migratoire ponctuellement négatif en ce qui concerne la population étrangère, la tendance actuelle s’explique surtout par le comportement migratoire des Allemands. Depuis le début des années 2000, l’Allemagne enregistre un nombre croissant de départs de personnes de nationalité allemande, tandis que le nombre de retours est en baisse. Le solde migratoire concernant la population de nationalité allemande est négatif depuis 2005 : en 2007, il est de - 55 000 contre un solde migratoire positif de 99 000 pour la population étrangère. Celle-ci reste particulièrement importante en Allemagne ; elle représente toujours, avec 6,75 millions de personnes, 8,2 % de la population.

  • 2 Il faut ajouter 3,4 millions d’habitants pour Berlin en 2007.

6L’évolution démographique diffère cependant sensiblement entre les deux parties de l’Allemagne. En raison d’un apport migratoire important, les Länder de l’Ouest ont vu leur population s’accroître de près de 2 millions d’habitants entre 1990 et 2007. Celle-ci est ainsi passée, dans ce même intervalle, de 63,7 à 65,7 millions d’habitants. Il n’en reste pas moins que, depuis 2006, la population ouest-allemande recule elle aussi, comme dans l’ensemble de l’Allemagne. L’Allemagne de l’Est, quant à elle, a connu un véritable bouleversement démographique depuis la réunification, qualifié par certains de « choc » ou de « crise ». Entre 1989 – la chute du Mur de Berlin – et 2007, la population est-allemande a perdu 2 millions d’habitants, passant de 15,15 à 13,14 millions – sans Berlin2. Ce recul est dû pour 60 % au solde migratoire négatif et pour 40 % au recul des naissances. La région a donc connu une double saignée – flot des départs vers l’Ouest et effondrement des naissances. Or, ces pertes ne sont pratiquement pas compensées par le solde migratoire avec l’étranger qui reste très faiblement positif (944 en 2007, soit 2,5 % seulement du solde migratoire de l’Ouest).

7Si les départs vers l’Ouest représentent un flux très important entre 1989 et 1992 [Fig. 3], ils se stabilisent assez rapidement à un niveau similaire à celui de la Rhénanie du Nord-Westphalie, une région dont la population est comparable à celle des nouveaux Länder. En d’autres termes, les nouveaux Länder se distinguent d’autres régions allemandes non pas tant par le volume des départs que par le faible nombre d’arrivées ; ils n’attirent pas suffisamment de migrants. Par ailleurs, ces départs touchent une population jeune. En effet, entre 1991 et 2007, la moitié des départs concerne la tranche des 18-29 ans, alors même que celle-ci ne constituait que 18 % de la population de la République démocratique allemande (RDA) en 1989. Enfin, on constate une prédominance masculine parmi les migrants venus de l’Ouest : la répartition par sexe est équilibrée dans les départs mais pas dans les arrivées. La partie orientale de l’Allemagne a ainsi accueilli 238 000 hommes de plus que de femmes entre 1989 et 2007, ce qui se traduit par un déséquilibre hommes-femmes aux âges les plus féconds.

8Parallèlement, en raison de l’effondrement des naissances déjà évoqué, les nouveaux Länder présentent un fort déficit naturel malgré la baisse progressive du nombre des décès depuis 1991 – une tendance qui a néanmoins ralenti ces dernières années du fait du vieillissement de la population. Bien que le flux des départs vers l’Ouest ait beaucoup reculé depuis 1992, les nouveaux Länder perdent encore en moyenne 100 000 habitants par an depuis 2003, soit 50 000 du fait de l’émigration et 50 000 du fait de l’excédent des décès sur les naissances.

Fig. 3 : Mouvements migratoires entre l’est et l’ouest de l’Allemagne de 1989 à 2007

Fig. 3 : Mouvements migratoires entre l’est et l’ouest de l’Allemagne de 1989 à 2007

Les chiffres à partir de 2000 portent sur les nouveaux Länder sans Berlin. L’évolution, entre 1999 et 2000, des arrivées et des départs s’explique par l’importance des déplacements entre Berlin et le Brandebourg.

Source : Office fédéral des statistiques.

Un modèle familial en mutation

Le mariage en perte de vitesse

9La baisse de la fécondité s’accompagne d’une évolution du modèle familial, caractérisée notamment par un affaiblissement de l’institution du mariage et par un report de la naissance des enfants à une période de la vie plus tardive. On observe ainsi, en Allemagne, un retardement des mariages et des naissances. En 2007, l’âge moyen lors du mariage atteint chez les hommes et les femmes célibataires respectivement 32,7 et 29,8 ans, contre 28,5 et 26,1 ans en 1991, soit un report d’environ quatre ans. Dans le même temps, le nombre de mariages a fortement diminué, passant de 454 000 en 1991 à 369 000 en 2007, soit un recul de 19 %. De fait, le taux de nuptialité n’atteint plus, aujourd’hui, que 4,5 %o contre 6,5 % en 1990, la situation étant désormais sensiblement la même à l’est et à l’ouest de l’Allemagne.

10L’affaiblissement de l’institution du mariage se reflète également dans la progression rapide de la part des naissances hors mariage. Alors qu’elles constituaient 15,3 % des naissances en 1990, elles en représentent désormais 30,8 %, soit plus du double. Ainsi, alors que le nombre de naissances total est en baisse depuis 1990, le nombre de naissances hors mariage progresse au contraire année après année, depuis 1993. Il s’élève, en 2007, à 211 000, soit une progression de 52 % depuis la réunification. De même, la part des familles monoparentales et des familles vivant en union libre a beaucoup augmenté depuis dix ans, en particulier à l’Ouest (+43 %, et +10 % à l’Est). Enfin, la proportion de remariages progresse, ce qui illustre une tendance à la hausse du nombre de familles recomposées, tandis que le nombre de divorces augmente. Il est passé de 80,5 à 102,7 pour dix mille unions par an entre 1990 et 2007, une tendance qui s’observe dans les deux parties du pays.

Le choix d’une maternité plus tardive

11Parallèlement, l’âge moyen des mères à la naissance du premier enfant a augmenté : il se situe en 2007 à 29,8 ans, contre 26,9 ans en 1991. Dans les nouveaux Länder, il reste cependant inférieur de près de deux ans à celui observé à l’Ouest. Avec le retardement des naissances, la fécondité des femmes âgées de 20 à 30 ans est ainsi en net recul, tandis que celle des femmes âgées de plus de 30 ans progresse. La période durant laquelle les femmes ont leurs enfants ne cesse donc de se réduire. Par ailleurs, le nombre de naissances de rang 3 et plus a considérablement diminué, dès les années 1970, ce qui ne permet plus de compenser la fécondité basse des familles réduites et des couples sans enfant. Le recul des familles nombreuses est renforcé par l’arrivée à l’âge adulte d’une génération qui n’a pas ou peu connu de familles de ce type et pour qui la norme est d’avoir seulement un ou deux enfants.

La persistance de différences entre l’Est et l’Ouest

12Malgré l’existence d’une certaine tendance générale, on ne peut guère pour autant parler d’un alignement entre l’est et l’ouest de l’Allemagne, tant les positions sur la famille diffèrent. S’il est vrai que le modèle familial évolue, comme le confirme l’affaiblissement croissant du mariage, on observe toujours, à l’Ouest, un lien très fort entre mariage et enfants. Certes, la part des naissances hors mariage est passée de 11,1 % à 24,7 % entre 1990 et 2007, mais ce taux reste relativement faible comparé aux autres pays du nord de l’Europe. En Scandinavie comme en France, il s’élève à plus de 50 %. Ainsi, à l’Ouest, 77 % des couples ayant des enfants de moins de 18 ans sont unis par les liens du mariage. Le concubinage reste en effet limité et correspond généralement à une période transitoire qui précède le mariage. À l’Est en revanche, le modèle familial traditionnel est en perte de vitesse. La part des naissances hors mariage a ainsi considérablement progressé, passant de 35 % en 1990 à 60 % en 2007. Elles constituent donc la majorité des naissances. De fait, seuls 58 % des couples ayant des enfants de moins de 18 ans sont unis par les liens du mariage. La dissociation temporelle entre le mariage et la naissance des enfants, qui gagnait déjà du terrain du temps de la RDA, tend à devenir définitive.

  • 3 À titre de comparaison, elle s’élève en France, pour les femmes nées en 1963, à 13 % (M.-J. Gonzale (...)
  • 4 Parmi les neuf pays d’Europe où l’enquête PPAS (Population and Policy Acceptance Study) a été menée (...)

13Par ailleurs, l’infécondité est, à l’Ouest, en forte augmentation : la part des femmes sans descendance est passée de 10,5 % pour la génération née en 1940 à 26,5 % pour les femmes nées en 1965, soit une proportion très élevée3. Ce phénomène touche particulièrement les femmes les plus qualifiées : sur la même génération, 38,5 % des femmes diplômées de l’université sont sans enfant. Cette tendance se répercute sur les intentions de fécondité. Les hommes et les femmes âgés de 20 à 39 ans souhaitent respectivement ne plus avoir en moyenne que 1,59 et 1,73 enfant, soit un niveau, surtout chez les hommes, à peine supérieur au niveau de fécondité. Ces chiffres – particulièrement bas – s’expliquent avant tout par la proportion élevée d’Allemands de l’Ouest qui ne désirent pas avoir d’enfant : 16,6 % des femmes et 27,2 % des hommes souhaitent ne pas en avoir du tout. Aussi, les démographes de l’Institut fédéral d’études démographiques rejettent l’idée d’une pluralisation des modes de vie. Selon eux, on assiste au contraire, en Allemagne de l’Ouest, à une polarisation croissante entre deux choix de vie : une vie sans enfant ou bien une famille (avec de préférence deux enfants). En revanche, la population est-allemande continue de conférer aux enfants une valeur particulièrement importante. Si les intentions de fécondité sont très proches du niveau de l’Ouest – elles se situent respectivement à 1,46 et 1,78 enfant chez les hommes et chez les femmes4 –, cela s’explique notamment par la proportion importante de personnes souhaitant un seul enfant. Seules 5,8 % des Allemandes de l’Est ne souhaitent pas avoir d’enfant (contre 21,1 % des hommes). De fait, l’infécondité s’élève, à l’Est, à 14 % seulement chez les femmes nées en 1965.

  • 5 L. Bernardi, H. Von der Lippe, « Zwei deutsche Ansichten über Kinder und Karriere – Lebensentwürfe (...)

14Le modèle familial diffère donc sensiblement entre l’est et l’ouest de l’Allemagne. Tandis que les couples à l’Ouest tendent soit à avoir deux enfants, soit à ne pas en avoir du tout, les Allemands de l’Est renoncent plus rarement à une descendance, mais se limitent plus souvent à un seul enfant. De plus, à l’Ouest, la fondation d’une famille obéit à un schéma séquentiel : obtenir un emploi, se marier, avoir un enfant sont des étapes qui se vivent successivement. En d’autres termes, la réussite professionnelle et financière conditionne l’arrivée d’un enfant. À l’Est, en revanche, ces choix se font en parallèle ; la situation professionnelle a un impact beaucoup plus faible sur la décision de fonder une famille. Il n’est ainsi pas rare que des couples aient leur premier enfant avant d’entrer dans la vie active5.

Les raisons des mutations du modèle familial

15Comment s’expliquent les changements observés ? Le recul des naissances, à l’Ouest, dès les années 1970, est dû à plusieurs facteurs. En premier lieu, la généralisation de l’accès à la contraception a permis un meilleur contrôle des naissances. En second lieu, le retardement des naissances observé depuis une vingtaine d’années peut induire une révision à la baisse des projets de fécondité. À cela s’ajoute le coût de l’enfant, particulièrement élevé en Allemagne. En effet, l’arrivée d’un enfant contraint généralement la mère à interrompre son activité professionnelle et entraîne donc la perte d’un salaire. L’arrivée d’un enfant est ainsi associée à une baisse considérable du niveau de vie. L’interruption d’activité nuit de plus considérablement aux perspectives de carrière des mères et s’avère donc particulièrement préjudiciable pour les femmes les plus qualifiées. Pour finir, le processus d’individualisation, qui s’est accompagné d’une hausse du taux d’activité des mères, a permis l’émergence d’autres choix de vie qui entrent en concurrence avec la famille, comme la possibilité de faire carrière ou de s’investir davantage dans les loisirs. Ainsi, les enfants ne font plus nécessairement partie du projet de vie de chacun.

  • 6 A. Salles, « Les effets de la politique familiale de l’ex-RDA sur la nuptialité et les naissances h (...)

16La RDA en revanche présentait un niveau de fécondité sensiblement supérieur à celui de la RFA, avec un indice synthétique de fécondité oscillant entre 1,6 et 1,9 enfant par femme dans les années 1980. Ce niveau plus élevé de la fécondité à l’Est pouvait s’expliquer par la politique familiale active menée par le gouvernement est-allemand, mais aussi par l’absence de processus d’individualisation dans le contexte de la RDA et par une relative intolérance du régime à l’égard de choix de vie alternatifs. L’est de l’Allemagne se caractérisait aussi par un âge moyen au mariage et à la naissance des enfants beaucoup plus bas, lié à la politique familiale de la RDA. En effet, le gouvernement aidait financièrement les jeunes couples à s’installer par le biais d’un crédit au mariage dont une partie était automatiquement remboursée à la naissance de chaque enfant, et donnait la priorité aux couples mariés et aux parents pour l’accès au logement. Or la réunification induit de nombreux changements politiques, économiques et sociaux. Elle met un terme à la politique nataliste menée dans l’est de l’Allemagne, de sorte que le mariage et les enfants ne s’accompagnent plus d’avantages matériels immédiats. Elle permet au processus d’individualisation de se mettre en place et favorise le développement de choix de vie alternatifs, en d’autres termes de modes de vie qui entrent en concurrence avec la fondation d’une famille. Mais elle introduit également davantage d’insécurité dans les parcours de vie. Autant de facteurs qui induisent une baisse de la fécondité et un retardement du mariage et des naissances. Ainsi, on observe aujourd’hui, dans les deux parties du pays, un niveau comparable de la nuptialité et de la fécondité, ainsi qu’une progression en parallèle de l’âge moyen au mariage et à la naissance des enfants. Les différences importantes que l’on observe néanmoins dans le modèle familial entre l’Est et l’Ouest s’expliquent notamment par la politique nataliste de la RDA. Elle a en effet favorisé (involontairement) les unions libres par des mesures ciblées sur les mères célibataires et a particulièrement valorisé les enfants, contribuant au développement d’une norme parentale forte6.

Conséquences et perspectives

La multiplication des foyers unipersonnels et le vieillissement de la population

17L’évolution démographique de l’Allemagne a entraîné d’importants changements sociaux. Le nombre de familles est en recul, tandis que le nombre de couples sans enfant et de personnes vivant seules a progressé. À l’heure actuelle, 41 % des foyers ne comptent qu’une seule personne, ce qui représente donc le mode de vie désormais le plus répandu en Allemagne ; suivent les familles (30,8 %), puis les couples sans enfant (28,2 %). La part des singles dans les ménages a augmenté de plus de 16 % durant les dix dernières années.

18De plus, l’Allemagne fait face à un vieillissement croissant lié à la modification de la structure par âge de la population. Du point de vue de la charge des inactifs, la situation démographique actuelle est cependant meilleure qu’il n’y paraît, le rapport entre population à charge et population en âge d’exercer une activité étant loin d’être défavorable. En effet, la part des 20-64 ans est assez élevée, avec un taux de plus de 60 % de la population, dans la mesure où la plupart des personnes issues du baby-boom sont encore en activité. Mais si l’on considère le fait que ces classes d’âge particulièrement nombreuses atteindront l’âge de la retraite essentiellement à partir de 2020, il y a tout de même lieu de s’inquiéter pour le développement démographique à venir [Fig. 6].

19Toutefois, c’est surtout à l’Est que l’on observe les changements les plus marquants. La vague de départs et l’effondrement de la fécondité ont profondément modifié la structure par âge de la population [Fig. 4]. Dans les nouveaux Länder, le nombre d’enfants de moins de 15 ans a presque été divisé par deux et ceux-ci ne représentent plus en 2007 que % de la population contre 19,4 % en 1989. Le départ d’une population jeune et à prédominance féminine a conduit à une répartition par âge et par sexe très défavorable aux naissances. La tranche des 20-39 ans a diminué de 1,5 million et ne constitue plus que 24,3 % de la population contre 30,9 % en 1989. Ce problème se double d’un déséquilibre hommes/femmes essentiellement chez les 20-37 ans – 118 hommes pour 100 femmes dans la tranche des 25-29 ans –, c’est-à-dire les classes les plus fécondes, et particulièrement dans les zones rurales. Cette évolution aggrave la baisse de la fécondité déjà observée. Enfin, la population est-allemande vieillit de manière accélérée. La part des personnes âgées de 65 ans et plus est passée de 13,5 % à 22,5 %. En Saxe-Anhalt, région particulièrement touchée par la dénatalité et les départs, l’âge moyen est passé de 38,8 ans à 44,6 ans entre 1990 et 2005 et il devrait s’élever, selon les estimations, à 50 ans en 2025.

20Cette évolution se répercute sur le rapport de dépendance des personnes âgées. Ce taux indique la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus par rapport aux personnes en âge d’exercer une activité – c’est-à-dire les personnes âgées de 20 à 64 ans –, et traduit ainsi la charge qui pèse sur les actifs. Comme on peut le voir sur le graphique ci-après [Fig. 5], il a considérablement progressé, passant de 22,1 % en 1989 à 36,4 % en 2007, tandis que le rapport de dépendance des moins de 20 ans a nettement diminué.

L’impact des mouvements migratoires entre l’Est et l’Ouest

  • 7 En Saxe-Anhalt, le nombre d’actifs du secteur primaire a reculé de 81,5 % entre 1989 et 2001 (G. Kr (...)

21Les mouvements migratoires observés dans les nouveaux Länder ont profondément changé le paysage urbain. Avec le net recul du nombre d’actifs dans le secteur primaire7, les zones rurales, comme le sud du Mecklembourg-Poméranie antérieure, se dépeuplent au profit de grands centres urbains (les capitales régionales notamment), des régions les plus industrialisées, comme Leipzig, et des secteurs en bordure des Länder de l’Ouest. L’accélération de l’urbanisation se double d’un phénomène de suburbanisation. En d’autres termes, les grandes villes voient les foyers les plus aisés les quitter pour s’installer dans les banlieues ; c’est le cas de Berlin par exemple, mais aussi des grandes villes de Saxe-Anhalt. Cette évolution conduit à un appauvrissement à la fois des zones rurales et des grandes agglomérations où de nombreux appartements restent inoccupés et où la proportion de chômeurs est en hausse.

Fig. 4 : Répartition par âge dans les nouveaux Länder (sans Berlin) en 1989 et 2007

Fig. 4 : Répartition par âge dans les nouveaux Länder (sans Berlin) en 1989 et 2007

Source : Office fédéral des statistiques

22

Fig. 5 : Rapport de dépendance dans les nouveaux Länder en 1989 et en 2007

Fig. 5 : Rapport de dépendance dans les nouveaux Länder en 1989 et en 2007

Source : Office fédéral des statistiques

23Enfin, les départs vers l’Ouest induisent une importante perte de main-d’œuvre qualifiée, de sorte qu’en dépit d’un taux de chômage élevé de nombreuses entreprises de l’Est ne parviennent pas à recruter le personnel recherché. Cette évolution s’explique par plusieurs facteurs. Le manque de places d’apprentissage à l’Est conduit de nombreux jeunes à partir tenter leur chance à l’Ouest ; or ces départs tendent à être définitifs. De plus, le niveau des salaires à l’Est – qui est plus bas qu’à l’Ouest – conjugué à une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs sur l’ensemble du territoire allemand, amène de nombreux jeunes diplômés à chercher à l’Ouest de meilleures conditions de salaire et opportunités de carrière. Les nouveaux Länder manquent ainsi cruellement de médecins : ceux-ci partent massivement s’installer à l’Ouest pour des conditions de rémunération plus favorables. Or cette tendance devrait s’aggraver avec l’arrivée à l’âge adulte des classes creuses nées depuis la réunification.

Le recul prévisible de la population allemande

  • 8 Il s’agit des données de l’hypothèse centrale « basse » qui est fondée sur une fécondité stable à 1 (...)

24Quelle évolution est attendue pour les années à venir ? Selon les dernières estimations de l’Office fédéral des statistiques8, la population allemande devrait reculer assez rapidement pour descendre à 68,7 millions d’habitants en 2050, soit une diminution de 16,6 % par rapport à 2005. La baisse devrait s’accélérer fortement à partir de 2020 : le nombre de jeunes femmes en âge de procréer devrait en effet considérablement reculer, ce qui, associé à un niveau bas de la fécondité, devrait encore accentuer la baisse des naissances.

  • 9 Même l’hypothèse la plus « optimiste » (part plus importante de populations jeunes) de l’Office féd (...)

25Par conséquent, la structure par âge continuera de se modifier. Les moins de 20 ans ne devraient plus représenter que 15,1 % de la population contre 20 % en 2005, la classe des 20-64 ans devrait reculer, de 60,8 % en 2005 à 51,7 % en 2050, tandis que la part des plus âgés augmentera de 19,3 % à 33,2 %, ce qui marquera le vieillissement considérable de la population. Selon les estimations de l’Office fédéral des statistiques, le rapport de dépendance des personnes âgées de 65 ans et plus [Fig. 6] devrait plus que doubler entre 2005 et 2050 pour atteindre 64,3 %, l’essentiel de la hausse devant se produire d’ici 2030 en raison des départs à la retraite des baby-boomers9. Le rapport de dépendance total s’élèverait alors à 93,5 % en 2050. En d’autres termes, l’Allemagne compterait une personne en âge d’exercer une activité pour un jeune de moins de 20 ans ou une personne âgée de 65 ans et plus. La charge qui pèse sur les actifs est ainsi amenée à s’accroître considérablement.

26De tels changements auront un impact sur pratiquement tous les secteurs de la société, qu’il s’agisse de l’éducation, de l’emploi et de la gestion des ressources humaines, de l’urbanisation, des transports, des loisirs, etc. Mais surtout, cette évolution remet en question la pérennité des systèmes sociaux, notamment le fonctionnement de l’assurance-maladie et le principe de la retraite par répartition, et nécessite par conséquent des réformes de fond.

Fig. 6 : Rapport de dépendance des personnes âgées de 65 ans et plus et rapport de dépendance total en Allemagne de 1950 à 2050

Fig. 6 : Rapport de dépendance des personnes âgées de 65 ans et plus et rapport de dépendance total en Allemagne de 1950 à 2050

À partir de 2010, il s’agit des estimations correspondant à l’hypothèse centrale basse établie en 2006 par l’Office fédéral des statistiques (voir note 8).

Source : Office fédéral des statistiques.

La politique familiale allemande : des difficultés à prendre le virage

Le poids du passé historique de l’Allemagne

  • 10 Le régime national-socialiste incite dans un premier temps les femmes à quitter le marché du travai (...)
  • 11 C. Pinl, « Uralt aber immer noch rüstig : der deutsche Ernährer », Aus Politik und Zeitgeschichte, (...)

27Face à l’enjeu que représente un tel chantier, on ne peut qu’être surpris du peu de soutien que le gouvernement allemand a apporté pendant des années aux familles, alors même que l’évolution démographique était tout à fait prévisible. Ainsi, jusqu’en 1998, les gouvernements allemands successifs se sont montrés très réticents face à l’idée de mettre en œuvre une politique familiale active. Il y a plusieurs explications à cela. Dès les années 1970, les responsables politiques se sont opposés à un investissement financier jugé élevé et inopportun dans un contexte où la baisse des naissances était facilement compensée par un solde migratoire largement positif. Qui plus est, ce recul de la fécondité apparaissait, dans le contexte de la transition démographique, comme un phénomène inéluctable, propre à toute société industrialisée. Par conséquent, quel impact pouvaient avoir des mesures de politique familiale ? N’étaient-elles pas d’emblée vouées à l’échec ? Mais ces réticences découlent avant tout du passé de l’Allemagne. Les gouvernements allemands ont en effet tenu à prendre leurs distances aussi bien vis-à-vis du passé national-socialiste que du régime de la RDA. Par une politique nataliste ciblée, le IIIe Reich s’est en effet efforcé d’imposer un certain modèle familial, mais, plus encore, de soumettre l’individu à la raison d’État, ce qui explique certains aspects tout à fait contradictoires de l’évolution de la politique familiale national-socialiste10. Pour sa part, le gouvernement de la RDA poursuit un double objectif : favoriser une natalité élevée et maintenir les mères en activité pour pallier les nombreux départs vers l’Ouest. C’est la raison pour laquelle il met en place une politique de conciliation entre travail et famille qui devait également permettre, par la prise en charge des enfants, dans le cadre des vacances et des loisirs, de les soustraire à l’influence parentale. Dans ce contexte, mener une politique familiale pouvait d’emblée, en RFA, paraître suspect. N’était-ce pas une fois de plus une tentative d’agir sur l’individu, de limiter ses choix, de façonner un certain modèle familial et, pire encore, de soumettre les enfants à un certain endoctrinement ? La préférence va donc à un encadrement exclusivement familial de l’enfant, et ce choix est renforcé par une spécificité culturelle allemande : l’importance accordée à la mère dans l’éducation des enfants et la valorisation du « sentiment maternel » (Mütterlichkeit). Le modèle traditionnel de la division des rôles entre père et mère qui en découle trouve son ancrage dans l’émergence, dès le XIXe siècle, d’un modèle familial construit autour du retrait de la mère dans la sphère privée. Ce modèle, qui s’articule autour des trois « K » (Kirche, Kinder, Küche – Église, enfants, cuisine), reste encore très présent dans la société allemande11. Les expressions très péjoratives telles que « mère corbeau » (Rabenmutter), qui désigne les femmes qui abandonnent leurs enfants pour aller travailler, « enfant aux clés » (Schlüsselkinder), qui se réfère aux enfants qui portent les clés de la maison autour du cou parce que leur mère ne sera pas là pour les accueillir à la sortie de l’école, ou encore « prise en charge étrangère » (Fremdbetreuung), soulignent l’importance du lien tel qu’il est perçu entre la mère et l’enfant et le rejet de toute forme de prise en charge extérieure des tout-petits.

28Il ne faisait cependant aucun doute pour les gouvernements successifs de la RFA qu’il fallait soutenir la famille, considérée comme la garante d’un ordre économique, social et moral, et surtout comme la représentante de l’avenir de la société. Mais afin de se démarquer de son double héritage historique, la RFA se fixe deux objectifs. Le premier est de donner la priorité à l’individu et non à la société, donc de respecter ses choix, en particulier celui d’avoir ou de ne pas avoir d’enfant. Le second est de restaurer la dimension privée de la sphère familiale, en d’autres termes de soustraire l’enfant à toute influence extérieure. Cette orientation de la politique familiale amène deux remarques. Tout d’abord, il y a une contradiction de fond entre la volonté de rester neutre et celle de favoriser une prise en charge de l’enfant par la mère. Ensuite, étant donné que le gouvernement souhaite rester neutre autant que faire se peut et intervenir le moins possible dans la sphère familiale, sa marge de manœuvre est nécessairement étroite. Or de ces objectifs découlent la plupart des mesures de politique familiale encore en vigueur aujourd’hui.

L’héritage de la politique familiale allemande traditionnelle

29La politique familiale allemande s’articulait principalement autour de deux axes : le rejet de toute politique de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, et les aides financières.

La séparation entre la sphère professionnelle et la sphère familiale

30Ainsi, les gouvernements ont favorisé une prise en charge exclusive de l’enfant par la mère. En conséquence, le gouvernement conservateur a introduit en 1986 un congé parental de trois ans, sans condition d’activité antérieure, qui permet aux parents – c’est-à-dire en règle générale à la mère – de prendre en charge leur enfant jusqu’à son entrée au jardin d’enfants, et ce dès le premier-né. En outre, il n’y a pas eu de volonté politique de développer les modes d’accueil pour la petite enfance. Dans l’ouest de l’Allemagne, en 2007, seuls 3,2 % des enfants de moins de 3 ans étaient accueillis dans une structure d’accueil ou chez une assistante maternelle agréée (Tagespflege) à temps plein, c’est-à-dire pour une durée minimale de 7 heures par jour. Le tandem congé parental/absence de structures d’accueil pour la petite enfance conduit inévitablement les mères à interrompre ou à réduire considérablement leur activité professionnelle. De fait, l’interruption d’activité chez les mères allemandes est la plus longue d’Europe.

31De plus, le système éducatif et certaines aides fiscales incitent les mères à reprendre leur activité au mieux à temps partiel, une fois l’enfant inscrit au jardin d’enfants. Certes, les parents bénéficient depuis 1996 d’un droit à une place en jardin d’enfants. Cette réforme, qui a suscité de nombreuses critiques, en particulier de la part des communes, a permis le développement rapide des jardins d’enfants et une prise en charge d’environ 90 % des enfants âgés de 4 à 6 ans. Néanmoins, le jardin d’enfants est payant et les trois quarts des enfants ne sont accueillis, à l’Ouest, qu’en matinée. De plus, à l’école primaire, qui elle aussi est ouverte seulement le matin, les horaires de classe varient d’un jour à l’autre, ce qui complique considérablement l’exercice d’une activité professionnelle pour les mères. La situation diffère en revanche à l’Est, où la quasi-totalité des jardins d’enfants et des écoles primaires proposent un accueil en journée. De plus, les modes de garde pour la petite enfance y sont davantage développés : au total, à l’Est, 26,8 % des enfants de moins de 3 ans sont accueillis en journée. La Saxe-Anhalt garantit même aux parents un accueil d’une durée minimale de 10 heures par jour si les deux travaillent ou étudient, et de 5 heures par jour dans le cas inverse.

  • 12 B. Lestrade, « Le travail à temps partiel en France et en Allemagne : deux modèles contrastés », In (...)
  • 13 H. Dearing, H. Hofer, C. Lietz, R. Winter-Ebmer, K. Wrohlich, « Why are mothers working longer hour (...)

32Parallèlement, les couples mariés bénéficient d’un « quotient conjugal » (Ehegattensplitting), en d’autres termes d’un avantage fiscal important s’ils présentent de forts écarts de salaire. Cette mesure, qui a renforcé le mariage dans l’ouest de l’Allemagne, ne s’adresse pas directement aux familles, mais concerne particulièrement les couples où la femme réduit ou interrompt son activité professionnelle en raison de la venue d’un enfant. Introduite en 1957 par le gouvernement conservateur, elle ancre une répartition traditionnelle des rôles entre hommes et femmes, et suscite, pour cette raison, de nombreuses critiques. Elle n’a pourtant jamais été remise en question. L’exercice d’une activité à temps partiel est également encouragé ou du moins facilité par deux autres mesures. D’une part, les salariés ont droit, dans toute entreprise d’au moins 15 salariés, à une place à temps partiel. D’autre part, les mini-jobs, emplois rémunérés à hauteur de 400 euros par mois net d’impôts et non soumis aux cotisations sociales pour les salariés, incitent les mères à limiter leur activité à ce travail dit négligeable dont la durée équivaut à un emploi à temps très partiel12. Résultat : pour les mères, l’exercice d’une activité à temps plein n’est guère rentable financièrement. Le système éducatif et le cadre juridique incitent ainsi fortement les mères à réduire leur activité13.

Les aides financières

33Le deuxième volet de la politique familiale porte sur les aides financières. Celles-ci ont pour objectif de compenser partiellement la perte de niveau de vie induite par l’arrivée d’un enfant. Elles doivent en particulier permettre aux parents de choisir librement l’utilisation qu’ils souhaitent faire de cet apport financier, sans les orienter dans une direction donnée. Outre le « quotient conjugal », dont il a déjà été question, les familles ont accès, au choix, selon ce qui les avantage le plus, à une réduction fiscale ou à des allocations familiales qui ont beaucoup augmenté durant les années 1990 pour atteindre le niveau le plus élevé de l’Union européenne (UE) après le Luxembourg (164 euros par mois dès le premier enfant au 1er janvier 2009). Il faut cependant souligner que, quel que soit le montant de ces allocations familiales, elles sont loin de compenser la perte d’un salaire induite par l’absence de possibilités d’accueil pour la petite enfance. En d’autres termes, le coût économique d’un enfant reste très élevé en Allemagne. Le système institutionnel incite par conséquent les parents à opter pour une répartition traditionnelle des rôles et a largement contribué à façonner le modèle en trois phases, également qualifié de modèle de « salaire de complément » (Zuverdienerehe-Modell) qui caractérise l’Allemagne :

  • phase 1 : travail à temps plein jusqu’à l’arrivée de l’enfant ;

  • phase 2 : arrêt ou forte diminution d’activité avec la venue de l’enfant dans le cadre du congé parental ;

  • phase 3 : reprise à temps partiel après trois ans (ou plus si un deuxième enfant naît).

L’amorce du changement : vers une redistribution symbolique des rôles au sein de la famille

  • 14 À titre d’exemple, les couples bi-actifs au revenu modeste peuvent bénéficier d’une allocation de 1 (...)

34Le premier tournant dans la politique familiale se dessine en 1998 avec l’arrivée au pouvoir de la coalition entre le parti social-démocrate et les Verts, mais revêt surtout, dans un premier temps, une valeur symbolique. Le nouveau gouvernement affiche en effet, pour la première fois dans l’histoire de la RFA, l’ambition de permettre aux femmes de concilier travail et famille. Cet objectif émane du constat que la fécondité est plus élevée dans les pays favorisant une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, tels que les pays scandinaves et la France. Par là même, le gouvernement s’efforce également de mettre un terme à la répartition traditionnelle des rôles entre hommes et femmes. Les réformes restent cependant très en deçà des annonces faites par le gouvernement. Elles se heurtent en effet à de profondes résistances et surtout au principe du fédéralisme. Le système éducatif et la prise en charge de la petite enfance relèvent des Länder et des communes et non du gouvernement fédéral. Ainsi, la réforme de 2005, qui devait permettre le développement de 200 000 places d’accueil pour les enfants de moins de 3 ans, stipule que les communes doivent couvrir les besoins ; mais aucun objectif chiffré n’est retenu et le terme même de « besoins » n’est pas explicité, de sorte que cette mesure restera lettre morte. De même, la réforme du congé parental de 2004, qui devait favoriser la prise en charge des enfants par les pères afin de rééquilibrer les rôles parentaux et de faciliter la reprise du travail des mères, est restée sans effet. Elle ne tenait en effet pas compte des raisons, en particulier financières et professionnelles, pour lesquelles les hommes ne souhaitent pas prendre un congé parental – à savoir la durée trop longue du congé et le montant très bas de l’allocation. Celle-ci s’élevait en effet jusqu’en 2006 à 300 euros par mois et était versée pendant deux ans, selon certaines conditions de ressources. À cela s’ajoutent quelques aides financières ciblant les couples bi-actifs et les revenus modestes, mais d’un montant très limité14.

L’adoption de mesures concrètes en faveur du changement

35Il faut attendre l’arrivée de la grande coalition en 2005 pour que le changement de paradigme initié par le gouvernement rouge-vert se traduise dans les faits. La ministre de la Famille, Ursula von der Leyen, du parti chrétien-démocrate, reprend à son compte les objectifs du gouvernement précédent en dépit de fortes résistances au sein de son parti et introduit une nouvelle réforme du congé parental sur le modèle suédois. Depuis le 1er janvier 2007, l’allocation parentale d’éducation s’élève à 67 % du salaire net, dans une fourchette de 300 à 1 800 euros ; elle n’est plus versée que pour une durée de 14 mois, sachant que les deux derniers mois sont perdus si le congé parental n’est pas partagé entre les deux parents. Cette réforme, qui ne peut être efficace qu’à la condition que les parents aient accès au bout d’un an à des possibilités de garde pour leurs enfants, s’accompagne d’une aide financière importante versée par le gouvernement fédéral pour le développement des infrastructures d’accueil de la petite enfance. Cette loi, entrée en vigueur en 2009, prévoit la mise en place d’un fonds de 4 milliards d’euros afin d’aider les communes à développer l’offre d’accueil des enfants de moins de 3 ans et afin de garantir aux parents, à partir de 2013, un droit à une place d’accueil pour tous les enfants âgés d’un an et plus. Enfin, les possibilités de déductions fiscales pour frais de garde ont été étendues. Les familles peuvent désormais déduire les deux tiers de leurs frais de garde pour leurs enfants âgés de moins de 7 ans dans la limite de 4 000 euros par an. Il est trop tôt pour cerner les effets de ces mesures. Certes, la proportion de pères adoptant le congé parental pour une durée minimale de deux mois a augmenté – au premier trimestre 2007, ils représentent 16 % des bénéficiaires de l’allocation parentale d’éducation, ce qui pourrait favoriser la reprise d’activité des mères. Mais l’offre de garde reste actuellement insuffisante. Et le congé parental de trois ans n’a pas été supprimé, pas plus que le « quotient conjugal », pourtant très controversé, soit deux mesures clés du maintien du modèle traditionnel allemand.

Bilan provisoire

36Si la population allemande a encore considérablement augmenté durant les années 1990, il ne fait aucun doute que l’on assiste désormais à un tournant dans l’évolution démographique du pays. La population allemande diminue, un phénomène qui ne s’était produit dans le passé que sur des périodes très ponctuelles, comme lors des chocs pétroliers, et qui semble désormais s’inscrire dans une tendance durable. L’Allemagne est ainsi entrée dans sa seconde transition démographique, une période marquée par une fécondité basse, associée à une individualisation croissante et à un effritement progressif du modèle familial traditionnel.

  • 15 T. Sobotka, « The diverse faces of the second demographic transition in Europe », Demographic Resea (...)

37Le recul de la population allemande a cependant fait l’effet d’un électrochoc qui a conduit la classe politique à revoir les objectifs de la politique familiale. De fait, cette dernière, telle qu’elle était conçue jusqu’en 2006, semblait de moins en moins correspondre aux attentes de la population. Elle soutenait un modèle traditionnel axé sur le mariage et une prise en charge des enfants exclusivement par la mère, alors que le mariage est en recul et que les femmes souhaitent de plus en plus se maintenir en activité. Cette inadéquation entre la politique familiale et les comportements pourrait expliquer en partie le niveau très bas de la fécondité, à l’instar de ce que l’on observe dans les pays du sud et de l’est de l’Europe, tandis que les pays comme la France et la Scandinavie, qui ont achevé leur seconde transition démographique et dont la politique familiale répond mieux aux attentes de la population, enregistrent une fécondité plus élevée15. En facilitant le choix de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, le gouvernement allemand pourrait par conséquent favoriser une reprise de la fécondité. Il faudra cependant attendre plusieurs années avant de pouvoir constater les effets des dernières réformes.

Notas

1 Sur les neuf scénarios envisagés en 2003, même le plus pessimiste ne prévoyait pas une baisse aussi précoce de la population allemande (Statistisches Bundesamt, Bevölkerung Deutschlands bis 2050. 10. koordinierte Bevölkerungsvorausberechnung, Wiesbaden, 2003). Cela amènera l’Office fédéral des statistiques à publier de nouveaux pronostics dès 2006 et à fortement revoir ses estimations à la baisse.

2 Il faut ajouter 3,4 millions d’habitants pour Berlin en 2007.

3 À titre de comparaison, elle s’élève en France, pour les femmes nées en 1963, à 13 % (M.-J. Gonzalez, T. Jurado-Guerrero, « Remaining childless in affluent economies : A comparison of France, Western Germany, Italy and Spain 1994-2001 », European Journal of Population, n° 22, 2006, p. 319).

4 Parmi les neuf pays d’Europe où l’enquête PPAS (Population and Policy Acceptance Study) a été menée, l’Allemagne présente les intentions de fécondité les plus basses.

5 L. Bernardi, H. Von der Lippe, « Zwei deutsche Ansichten über Kinder und Karriere – Lebensentwürfe junger Erwachsener in Ost und West », Demografische Forschung „Aus Erster Hand“, 3/2006, Max Planck Institut für demografische Forschung, octobre 2006, disponible sur Demografische-forschung.org.

6 A. Salles, « Les effets de la politique familiale de l’ex-RDA sur la nuptialité et les naissances hors mariage », Population, n° 1/2, INED, 2006, p. 139-152.

7 En Saxe-Anhalt, le nombre d’actifs du secteur primaire a reculé de 81,5 % entre 1989 et 2001 (G. Kroll, « Migration und Arbeitsmarkt im Kontext der regionalen Bevölkerungsentwicklung von Sachsen-Anhalt », Acta universitatis Carolinae Geographica, n° 1, 2003, p. 197).

8 Il s’agit des données de l’hypothèse centrale « basse » qui est fondée sur une fécondité stable à 1,4 enfant par femme, un solde migratoire annuel positif de 100 000 personnes et un allongement de l’espérance de vie – 83,5 ans pour les hommes et 88 ans pour les femmes – d’ici 2050. L’hypothèse centrale « haute » repose sur un solde migratoire de 200 000 personnes, situation que l’Allemagne ne connaît plus depuis 2003 et voudrait que la population recule et ne compte plus que 74 millions d’habitants d’ici 2050.

9 Même l’hypothèse la plus « optimiste » (part plus importante de populations jeunes) de l’Office fédéral des statistiques table sur une hausse du rapport de dépendance des personnes âgées de 65 ans et plus, lequel passerait à 58 %, soit un niveau à peine inférieur.

10 Le régime national-socialiste incite dans un premier temps les femmes à quitter le marché du travail par la mise en place d’un crédit au mariage dont une partie est remboursée automatiquement à chaque naissance (il l’est totalement à partir du quatrième enfant) et qui est attribué uniquement aux couples dont la femme renonce à toute activité professionnelle. Le modèle prôné par le IIIe Reich est alors celui du couple marié avec quatre enfants, où seul le père travaille. Mais dans la mesure où, avec la guerre et le départ au front des hommes, le gouvernement a de plus en plus besoin de la main-d’œuvre féminine, le crédit au mariage ne sera finalement plus attribué qu’à la condition que la femme se maintienne en activité. Parallèlement, afin de soutenir la natalité dans une période peu propice aux unions, le régime incite les jeunes filles à avoir des enfants hors mariage par une campagne active (« Schenk dem Führer ein Kind » : « Offre un enfant au Führer »). Le modèle familial initialement prôné vole en éclat.

11 C. Pinl, « Uralt aber immer noch rüstig : der deutsche Ernährer », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 44/2003, 27 octobre 2003, disponible sur Bpb.de.

12 B. Lestrade, « Le travail à temps partiel en France et en Allemagne : deux modèles contrastés », Innovations, n° 20, 2004/2, p. 59-82.

13 H. Dearing, H. Hofer, C. Lietz, R. Winter-Ebmer, K. Wrohlich, « Why are mothers working longer hours in Austria than in Germany? A comparative microsimulation analysis », Fiscal Studies, vol. 28, décembre 2007.

14 À titre d’exemple, les couples bi-actifs au revenu modeste peuvent bénéficier d’une allocation de 140 euros par mois jusqu’au troisième anniversaire de l’enfant, ce qui ne permet guère de couvrir les frais de garde ni par conséquent de justifier le maintien en activité de la mère.

15 T. Sobotka, « The diverse faces of the second demographic transition in Europe », Demographic Research, vol. 19, article 8, 2008, p. 171-224, disponible sur Demographic-research.org.

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1 : Évolutions du solde naturel et du solde migratoire en Allemagne depuis 1988
Créditos Source : Office fédéral des statistiques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15926/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 64k
Título Fig. 2 : Évolution de l’indice synthétique de fécondité à l’est et à l’ouest de l’Allemagne depuis 1988
Créditos Source : Office fédéral des statistiques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15926/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
Título Fig. 3 : Mouvements migratoires entre l’est et l’ouest de l’Allemagne de 1989 à 2007
Leyenda Les chiffres à partir de 2000 portent sur les nouveaux Länder sans Berlin. L’évolution, entre 1999 et 2000, des arrivées et des départs s’explique par l’importance des déplacements entre Berlin et le Brandebourg.
Créditos Source : Office fédéral des statistiques.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15926/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 76k
Título Fig. 4 : Répartition par âge dans les nouveaux Länder (sans Berlin) en 1989 et 2007
Créditos Source : Office fédéral des statistiques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15926/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 72k
Título Fig. 5 : Rapport de dépendance dans les nouveaux Länder en 1989 et en 2007
Créditos Source : Office fédéral des statistiques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15926/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 40k
Título Fig. 6 : Rapport de dépendance des personnes âgées de 65 ans et plus et rapport de dépendance total en Allemagne de 1950 à 2050
Leyenda À partir de 2010, il s’agit des estimations correspondant à l’hypothèse centrale basse établie en 2006 par l’Office fédéral des statistiques (voir note 8).
Créditos Source : Office fédéral des statistiques.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15926/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 60k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540