Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne unifiée 20 ans après la chute du Mur

 | 
Hans Stark
, 
Michèle Weinachter

Société

La révolution copernicienne de la politique allemande en matière d’immigration

Claire Demesmay et Susanne Talmon

Texte intégral

1La politique migratoire d’un pays est influencée par ses flux migratoires, son histoire et la perception que ce pays a de lui-même. Contrairement à la nation française, censée reposer sur une volonté politique, la nation allemande a longtemps eu pour fondement des critères ethno-culturels, la rendant de facto exclusive. « L’Allemagne n’est pas une terre d’immigration » : durant des décennies, ce credo a régné en maître dans le discours politique, structurant l’action publique en matière d’immigration et d’intégration. Les responsables politiques ont rejeté l’immigration de personnes n’étant pas considérées comme allemandes, ou insisté du moins sur la nécessité d’organiser un retour des migrants dans leur pays d’origine après quelques années sur le territoire allemand.

2Or, si cette rhétorique était en phase avec la réalité allemande du XIXe siècle – cette dernière ayant même été marquée par une vague d’émigration –, la fin de la Seconde Guerre mondiale a radicalement changé la donne. Peu avant l’unification, l’Allemagne était le pays européen où vivait le plus grand nombre d’étrangers. Pourtant, ce n’est qu’au cours des années 1990 que le discours et l’action publique ont évolué de manière significative.

3C’est à cette évolution entre 1989 et 2009 que nous consacrons ce chapitre. Afin de situer le débat dans son contexte historique, nous reviendrons tout d’abord sur un siècle d’immigration, nous arrêtant à la fois sur les choix politiques en la matière et sur la structure migratoire du pays. Nous nous concentrerons ensuite sur les trois grandes périodes autour desquelles s’articule l’action publique depuis la chute du Mur de Berlin et sur l’interrogation propre à chacune d’entre elles :

  • 1989-1998 : l’Allemagne est-elle un pays d’immigration ?

  • 1998-2005 : comment gérer l’immigration ?

  • 2005-2009 : comment organiser le vivre-ensemble ?

L’Allemagne, terre d’immigration

Retour sur un demi-siècle d’immigration

De la fin du conflit mondial à la chute du Mur de Berlin

4Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et dans le contexte du « miracle économique » (Wirtschaftswunder), la main-d’œuvre nationale ne suffisait plus à couvrir les besoins croissants des entreprises allemandes. Aussi la République fédérale d’Allemagne (RFA) a-t-elle fait appel à partir de 1955 à une main-d’œuvre étrangère peu ou pas qualifiée. Conformément aux attentes de l’industrie, le gouvernement fédéral a passé une série d’accords (Anwerbeabkommen) avec l’Italie (1955), la Grèce et l’Espagne (1960), la Turquie (1961), le Maroc (1963), le Portugal (1964), la Tunisie (1965) et la Yougoslavie (1968). Entre 1955 et 1973, date à laquelle la RFA a arrêté le recrutement, cette dernière a accueilli près de 14 millions de « travailleurs invités » (Gastarbeiter). Durant cette période, le solde migratoire annuel moyen pouvait enregistrer jusqu’à 300 000 personnes. L’Allemagne poursuivait certes un objectif de rotation, partant du principe que les travailleurs étrangers retourneraient dans leur pays d’origine deux ans au plus tard après leur arrivée. Pourtant, en un peu moins de vingt ans, 3 millions d’entre eux se sont installés durablement, marquant la première phase d’immigration de l’après-guerre.

  • 1 Office fédéral pour la migration et les réfugiés, Ausländerzahlen 2007, Nuremberg, Office fédéral p (...)

5À la suite du choc pétrolier et de la crise économique qui en a résulté, le gouvernement fédéral décide en 1973 de marquer un arrêt du recrutement (Anwerbestopp) et encourage les « travailleurs invités » à retourner dans leur pays d’origine. Leur nombre ne cesse alors de diminuer, mais ceux qui restent décident bien souvent de faire venir leur famille. S’il concerne un nombre moins important de migrants, le regroupement familial des années 1970 et 1980 marque ainsi la deuxième phase de l’immigration en Allemagne. Entre 1973 et 1989, la population étrangère s’accroît, passant de 3,9 à 4,9 millions de personnes1, sa part dans la population totale s’établissant à 7,7 % en 1989 (contre 1 % en 1951). À la veille de la chute du Mur de Berlin, l’Allemagne est bel et bien devenue une terre d’immigration.

  • 2 K. J. Bade, J. Oltmer, Normalfall Migration, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2004, p.  (...)

6À côté de ce phénomène migratoire, comparable à celui de nombreux autres pays occidentaux, il existe une particularité allemande : l’immigration de personnes considérées comme des ressortissants nationaux en raison de leur origine ethnique2. Pendant des décennies, les descendants d’émigrés allemands en Europe de l’Est et en Union soviétique ont en effet été autorisés à venir s’installer en République fédérale et ont bénéficié de procédures administratives simplifiées – comme du reste les réfugiés et les déplacés allemands de l’après-guerre. Entre 1950 et 1987, près de 1,4 million de « rapatriés » (Aussiedler) ont ainsi été accueillis sur le territoire allemand. Du fait de leur origine, ils n’étaient pas considérés comme des étrangers ; non seulement ils obtenaient rapidement la nationalité allemande, contrairement aux enfants et petits-enfants de Gas-tarbeiter, mais ils bénéficiaient également d’un large éventail d’aides à l’intégration.

  • 3 A. Stach, S. Hussain, Ausländer in der DDR. Ein Rückblick, Berlin, Die Ausländerbeauftragte des Sen (...)

7Quant à la République démocratique allemande (RDA), elle a, elle aussi, fait appel à de la main-d’œuvre étrangère à partir de 1961. Ces « employés sous contrat » (Vertragsarbeitnehmer), selon leur appellation officielle, étaient cependant beaucoup moins nombreux que les Gastarbeiter en RFA. Qui plus est, leur droit de séjour était fortement limité, de même que leur intégration sociale. En 1989, environ 190 000 étrangers vivaient en RDA, dont 93 000 travailleurs sous contrat venant de pays socialistes et communistes3 – pour l’essentiel du Vietnam (60 000), de Pologne (environ 51 000) et du Mozambique (environ 15 000).

Les flux migratoires de l’après-guerre froide

  • 4 K. J. Bade, J. Oltmer, « Deutschland », in K. J. Bade, P. C. Emmer, L. Lucassen et J. Oltmer (dir.) (...)

8Dès le milieu des années 1980, l’Allemagne connaît une nouvelle phase d’immigration : le nombre de demandeurs d’asile, de réfugiés fuyant une guerre civile ainsi que de Spätaussiedler (rapatriés tardifs) augmente fortement4. La RFA est confrontée à près de 440 000 demandes d’asile en 1992, contre 100 000 en 1988 et 35 000 en 1984. Dans les années 1990, une très grande part des demandeurs d’asile vient d’Europe (73 % en 1993), pour l’essentiel de Roumanie et de Yougoslavie, alors que dix ans auparavant près des deux tiers d’entre eux étaient issus de pays du tiers-monde. De même, l’effondrement du bloc soviétique entraîne l’arrivée de nouveaux Aussiedler en provenance d’Union soviétique et d’Europe de l’Est : entre 1988 et 2006, 3 millions d’entre eux s’installent en RFA. Sans surprise, c’est au lendemain de la chute du Mur de Berlin que les arrivées sont les plus massives – 377 000 en 1989 et 400 000 en 1990. Ce phénomène se poursuit quelque temps – jusqu’en 1995, l’Allemagne accueille chaque année 220 000 nouveaux Aussiedler –, mais dans la deuxième moitié des années 1990, le nombre de demandeurs d’asile et de rapatriés tardifs ne cesse de diminuer : en 2007, ils sont respectivement 19 200 et 5 800 (familles comprises).

  • 5 Office fédéral pour la migration et les réfugiés, Mgrationsbericht des Bundesamtes für Migration un (...)

9Au début du XXIe siècle, l’immigration en Allemagne se stabilise à un niveau relativement bas puisque, à partir de 2004, l’excédent migratoire annuel (étrangers et citoyens allemands) ne dépasse pas 100 000 personnes. Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, celui qui immigre en Allemagne cherche avant tout à rejoindre sa famille (regroupement familial) ou bien à travailler pour un temps limité (travail saisonnier ou contrat à durée déterminée). Actuellement, la majorité des étrangers viennent de pays membres de l’Union européenne (UE)5.

Une situation hétérogène

  • 6 Office fédéral pour la migration et les réfugiés, op. cit. [1], p. 11.

10Au moment de la chute du Mur, au moins 5 millions d’étrangers vivaient dans l’ensemble de l’Allemagne, la plupart dans les Länder de l’Ouest [Fig. 1]. La majorité d’entre eux venaient de pays situés au nord de la Méditerranée, pour l’essentiel de Turquie, de Yougoslavie et d’Italie. Nombre d’entre eux vivaient en Allemagne depuis la deuxième, voire la troisième génération. Au cours des vingt années suivantes, le nombre d’étrangers est passé à 7,3 millions (fin 2007), mais leur part dans la population totale est restée relativement stable (environ 8,9 % depuis 1995). Le phénomène migratoire ne suffit pas à expliquer la croissance de la population étrangère. Celle-ci est également liée à un code de la nationalité qui, jusqu’en 1999, reposait exclusivement sur le droit du sang, ainsi qu’à une politique de naturalisation restrictive. Ainsi, sur les 7,3 millions d’étrangers recensés en 2007, environ 1,7 million sont nés sur le territoire allemand, et la moitié y vit depuis au moins quinze ans6.

  • 7 Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung (dir.), Ungenutzte Potentiale. Zur Lage der Integra (...)

11À l’inverse, les statistiques sur les étrangers ne tiennent pas compte de toutes les personnes ayant un passé migratoire, comme le démontre le cas des Aussiedler, qui ont obtenu la nationalité allemande à leur arrivée. Dès lors que l’on comptabilise toute personne immigrée, étrangère ou née d’un parent immigré ou étranger, on constate qu’en 2007, environ un Allemand sur cinq était issu de l’immigration, voir un sur trois pour les enfants de moins de 5 ans. En outre, les rapatriés tardifs et leurs enfants représentaient en 2005 la plus grande part de la population issue de l’immigration (25 %), suivis par les personnes d’origine turque (17,7 %), puis italienne et polonaise7.

Fig. 1 : Évolution de la population étrangère en Allemagne entre 1951 et 2008 (1951-1990 : RFA seulement)

Fig. 1 : Évolution de la population étrangère en Allemagne entre 1951 et 2008 (1951-1990 : RFA seulement)

Source : Office fédéral pour la migration et les réfugiés

  • 8 Office fédéral des statistiques, Bevölkerung und Erwerbstätigkeit. Bevölkerung mit Migrationshinter (...)

12Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, la grande majorité de la population issue de l’immigration vit dans l’ouest de l’Allemagne (2007), où sa part dans la population totale varie entre 12,6 % (Schleswig-Holstein) et 26,3 % (Hambourg) ; dans les Länder de l’Est en revanche, elle n’atteint que 4,8 % en moyenne – à l’exception de Berlin8 [Fig. 2 et 3]. En dehors des villes-États de Hambourg, Brême et Berlin, ce sont le Bade-Wurtemberg, la Hesse et la Rhénanie du Nord-Westphalie, trois Länder avec une forte tradition industrielle, qui accueillent la plus grande part d’étrangers ou d’Allemands issus de l’immigration. De manière générale, ces derniers se concentrent dans les régions urbaines et les grandes agglomérations, telles que Stuttgart, Munich et Francfort-sur-le-Main – dans ces régions, fin 2007, la part d’étrangers dans la population totale dépassait en partie les 20 %.

Fig. 2 : Répartition de la population étrangère selon les Länder en 2007

Fig. 2 : Répartition de la population étrangère selon les Länder en 2007

Source : Office fédéral des statistiques (cf. note 8)

Fig. 3 : Répartition des Allemands issus de l’immigration selon les Länder en 2007

Fig. 3 : Répartition des Allemands issus de l’immigration selon les Länder en 2007

Source : Office fédéral des statistiques (cf. note 8)

  • 9 Office fédéral des statistiques, « Neue Daten zur Migration in Deutschland verfügbar », communiqué (...)

13Pour finir, précisons que les étrangers et les Allemands issus de l’immigration sont surreprésentés dans les milieux défavorisés de la société. Non seulement ils ont moins de chances d’accéder à l’éducation que la moyenne de la population et sont moins bien qualifiés, mais ils sont aussi davantage touchés par le chômage et gagnent moins bien leur vie9. Cela étant, une partie d’entre eux, issus de la deuxième et de la troisième génération, ont aussi connu une vraie ascension sociale et occupent des postes importants dans le monde de l’économie, de la politique, de la culture ou du sport. Pour ne citer que des Turcs-Allemands et aller ainsi à l’encontre de bien des préjugés, c’est par exemple le cas des entrepreneurs Vural Öger et Kemal Şahin, de l’avocate Seyran Ateş, du chef des Verts Cem Özdemir, du réalisateur et producteur Fatih Akin, de la professeur d’université Yasemin Karakaoğlu, de l’écrivain Necla Kelek ou encore des footballeurs Yldray Baştürk et Nuri Şahin.

Les années Kohl : l’Allemagne est-elle un pays d’immigration ?

La continuité et la retenue de la politique migratoire

  • 10 H. Kohl, Déclaration gouvernementale devant le Bundestag, Bonn, 13 octobre 1982.

14Durant les seize années – de 1982 à 1998 – que le chancelier Helmut Kohl (Christlich Demokratische Union Deutschlands, CDU) a passées au pouvoir, le gouvernement fédéral a cherché à limiter le nombre d’étrangers dans le pays. Dès son élection, le chancelier fédéral a en effet déclaré vouloir maintenir l’arrêt du recrutement acté en 1973, restreindre le regroupement familial et faciliter, pour ceux qui le souhaiteraient, le retour dans leur pays d’origine10. C’est à cette fin qu’il a par exemple été décidé en 1983, avec la Loi d’incitation au retour, d’autoriser les étrangers non européens à utiliser dans leur pays d’origine les plans d’épargne logement souscrits en Allemagne. Si le gouvernement a adopté quelques mesures ponctuelles, sa politique en matière d’immigration n’a pas connu d’évolution marquante au cours des années 1980. Le ministère de l’Intérieur, désormais en charge des immigrés en lieu et place du ministère de l’Économie, a certes élaboré un projet de réforme de la loi sur les étrangers, qu’il a présenté en 1988, mais devant le tollé que ce dernier a suscité, y compris au sein de l’aile sociale de la CDU et du parti libéral (Freie Demokratische Partei, FDP), celui-ci a vite été abandonné.

  • 11 K. Shoger, Zuwanderer und Politik. Ein deutsch-französischer Vergleich, Berlin, Hiti, 1994, p. 49-5 (...)

15À la fin des années 1980, un second objectif vient compléter le premier et s’impose peu à peu, sans toutefois que les modalités de sa mise en œuvre ne soient cette fois encore bien précisées11. Il s’agit d’intégrer les immigrés installés de longue date dans le pays, une mesure qui vient en complément de la limitation de l’immigration. Pour le gouvernement fédéral de l’époque, il existe en effet une corrélation directe entre ces deux objectifs : dans l’esprit des chrétiens-démocrates, ce n’est qu’en évitant de nouvelles arrivées qu’il sera possible d’intégrer les anciens immigrés dans la société allemande. C’est autour de ce projet qu’est élaborée en 1990 la Loi pour les étrangers (Gesetz zur Neuregelung des Ausländerrechts), entrée en vigueur le 1er janvier 1991. Celle-ci vise à régler les grandes questions liées au phénomène migratoire, qu’il s’agisse du regroupement familial, du retour au pays ou de la consolidation du droit au séjour au fil des ans. Aussi s’inscrit-elle pour l’essentiel dans la continuité de la politique menée depuis les années 1970, qu’elle souhaite surtout rendre plus cohérente, donc en même temps plus efficace.

  • 12 H. Rittstieg, « Das neue Ausländergesetz : Verbesserungen und neue Probleme », in K. Barwig, B. Hub (...)

16Pour aussi traditionnelle qu’elle soit, cette loi introduit une césure par rapport à celle de 1965, dans la mesure où elle semble reconnaître qu’une partie des immigrés d’ores et déjà installés resteront en Allemagne, peut-être pas définitivement, mais du moins pendant plusieurs années. L’idée selon laquelle l’Allemagne n’est pas un pays d’immigration et n’a pas vocation à le devenir n’a certes pas disparu, loin de là. Non seulement les dirigeants continuent à exclure toute nouvelle phase d’immigration, mais ils considèrent également les immigrés comme des étrangers – sur ce point, l’évocation des « étrangers » dans l’intitulé de la loi a le mérite d’être explicite. Toutefois, sans le dire et avec une extrême prudence, le législateur commence à aborder la question sous un angle nouveau. D’une part, il accorde davantage de droits sociaux aux immigrés, qui de ce fait ne sont plus traités comme des citoyens de second rang, du moins en dehors de la sphère politique. D’autre part, il ouvre la voie à la naturalisation des étrangers qui sur le plan ethnique n’étaient pas considérés comme allemands : pour y prétendre, il fallait résider depuis au moins quinze ans dans le pays, disposer d’un revenu garanti et d’un casier judiciaire vierge. De plus, les jeunes de plus de 16 ans résidant en RFA depuis au moins huit ans peuvent désormais obtenir un permis de séjour illimité. Ainsi, le Gastarbeiter d’antan obtient de façon aussi discrète que tacite le statut d’Einwanderer12.

L’adoption d’une politique d’asile restrictive

  • 13 S. Angenendt, Deutsche Migrationspolitik im neuen Europa, Opladen, Leske+Budrich, 1997, p. 106.

17Peu après la chute du Mur de Berlin, le débat se concentre sur la politique d’asile. Jusqu’au début des années 1990, l’Allemagne disposait du droit d’asile le plus libéral au monde. En raison de l’histoire récente du pays – entre 1933 et 1945, de nombreux Allemands fuyant le régime nazi cherchèrent refuge à l’étranger –, les pères fondateurs de la République fédérale tenaient à garantir l’asile à tous ceux qui subissaient une persécution politique. Alors qu’en droit international, l’asile relève de la seule souveraineté des États, ils en ont fait un droit subjectif, inscrit à l’article 16 de la Loi fondamentale. Au cours des années 1980, et surtout à partir de 1989, un afflux de demandes d’asile met à l’épreuve cette politique généreuse. Entre 1989 et 1992, ces dernières sont multipliées par quatre, passant de 103 000 à 438 000, la grande majorité d’entre elles en provenance de pays européens13. L’Allemagne ne disposant ni des structures ni du personnel nécessaires au traitement de si nombreux dossiers, les communes échouent bien souvent à accueillir les réfugiés dans des conditions décentes – sans même parler des coûts engendrés par une telle demande.

18Alors que la population a le sentiment que les pouvoirs publics ne maîtrisent plus les flux migratoires en direction de l’Allemagne, les voix se multiplient pour dénoncer le détournement de la loi par de prétendus « réfugiés économiques ». C’est à cette époque que les mouvements d’extrême droite connaissent leurs premiers succès électoraux, les Republikaner et la Deutsche Volksunion (DVU) obtenant respectivement 10,2 % (Bade-Wurtemberg) et 6,3 % des voix (Schleswig-Holstein) aux élections régionales de 1992. En outre, en 1991 et 1992, des incendies criminels contre des foyers de demandeurs d’asile à Hoyerswerda et Rostock montrent de la manière la plus cruelle qui soit que cette violence n’est pas simplement rhétorique.

  • 14 A. Knopp, Die deutsche Asylpolitik, Munster, Agenda Verlag, 1994, p. 118.

19C’est dans un climat politique de plus en plus tendu que l’équipe gouvernementale, craignant un renforcement de la xénophobie, décide de réformer la politique d’asile du pays. Les négociations, auxquelles participent les trois partis représentés au Bundestag, sont à la fois longues et difficiles. Il faut dire que le parti social-démocrate (Sozial-demokratische Partei Deutschlands, SPD) et le FDP sont tous deux divisés sur le sujet, partagés entre des « réalistes » prônant une réforme du droit d’asile et des « idéalistes » craignant de revenir sur l’une des avancées de l’Occident – les membres du SPD n’ont d’ailleurs accepté de réformer l’article 16 qu’après s’être réunis en congrès exceptionnel14. De fait, le « compromis sur l’asile » (Asylkompromiss) adopté en décembre 1992 met fin à une spécificité allemande. Entrée en vigueur le 1er juillet 1993, la nouvelle législation est beaucoup plus restrictive que la précédente. D’après l’article 16a, qui remplace l’article 16, la Loi fondamentale continue certes de garantir la protection contre la persécution politique à titre de droit fondamental individuel, mais elle exclut de la procédure les étrangers qui arrivent d’un État tiers jugé sûr (par exemple la Bulgarie, la Pologne et le Sénégal), ainsi que les réfugiés de guerres ou de guerres civiles bénéficiant d’un titre de séjour pour circonstances exceptionnelles. De plus, les procédures d’asile sont accélérées et les reconduites à la frontière sont facilitées en cas de demande « manifestement infondée ». En contrepartie, la RFA s’engage notamment à fournir une aide financière et matérielle aux États désavantagés par cette nouvelle législation.

  • 15 S. Angenendt, op. cit. [13], p. 91.

20Pour finir, il faut noter que la réforme ne porte pas uniquement sur l’asile, mais entend aussi régler d’autres aspects de l’immigration (naturalisation, introduction de quotas pour les Aussiedler, etc.). Ce n’est là qu’un début, très loin d’une véritable loi sur l’immigration, telle que l’aurait souhaité le SPD en ouvrant les négociations. Toutefois, il s’agit en Allemagne de la première tentative de l’après-guerre d’apporter une réponse d’ensemble cohérente au défi de l’immigration15. Bien qu’elle soit à la fois prudente, fragmentaire et uniquement restrictive, la politique menée par le gouvernement Kohl depuis l’unification traduit la prise de conscience que l’immigration appelle une réponse politique. En ce sens, elle annonce un changement de mentalité, de plus en plus perceptible au cours des années 1990, que le gouvernement suivant s’efforcera de mener à terme.

Le changement de paradigme du gouvernement rouge-vert : comment gérer l’immigration ?

Une approche décomplexée

21En 1998, l’arrivée d’un gouvernement de coalition formé par le SPD et les Verts accélère fortement la modernisation de la politique migratoire de l’Allemagne et aboutit à un véritable changement de paradigme en la matière. Partant de l’idée que la République fédérale est devenue une terre d’immigration, comme le stipule le contrat de coalition, la nouvelle équipe souhaite en finir avec un droit du sang qui exclut de la citoyenneté des millions de personnes en raison de leur origine ethnique. Conformément à ses promesses de campagne, l’une de ses premières mesures est donc de réformer le code de la nationalité, en vigueur depuis 1913, en complétant le principe traditionnel de l’ascendance par le principe du droit du sol. Il met ainsi fin à un débat vieux de dix ans et rapproche ainsi l’Allemagne de ses partenaires européens.

  • 16 E. Seidel, « Die Jahrhundertreform. Von der doppelten Staatsbürgerschaft zum Einwanderungsgesetz », (...)

22Sans surprise, le gouvernement rouge-vert se heurte à l’opposition véhémente des chrétiens-démocrates et des chrétiens-sociaux, qui réunissent 5 millions de signatures contre le projet de loi. Par conséquent, il ne peut aller aussi loin qu’il le souhaitait au départ et doit notamment abandonner le principe de la double nationalité, sur lequel il comptait pour inciter à la naturalisation – les responsables de la CDU-CSU s’en prennent violemment à la « plurinationalité », dénonçant le problème de loyauté (vis-à-vis de l’Allemagne) que celle-ci est selon eux susceptible d’entraîner16. En revanche, le gouvernement fédéral reçoit le soutien du FDP, qui prône depuis plusieurs années une conception libérale de la citoyenneté. La réforme est ainsi adoptée en mai 1999 et entre en vigueur le 1er janvier 2000. Désormais, les enfants nés en Allemagne de parents étrangers obtiendront automatiquement la nationalité allemande – dès lors que l’un de leurs parents réside de façon légale en Allemagne depuis au moins huit ans et dispose d’un titre de séjour permanent ou bien possède un titre de séjour à durée indéterminée depuis au moins trois ans. Ces enfants peuvent certes conserver en parallèle une nationalité étrangère, mais ils devront, à l’âge de 23 ans au plus tard, choisir entre les deux. De plus, la naturalisation des étrangers vivant en Allemagne se trouve simplifiée, la durée de séjour préalable étant abaissée à huit ans.

  • 17 La green card n’était guère attractive par rapport aux programmes de recrutement d’autres pays occi (...)
  • 18 Il s’agit d’un jeu de mots (« Kinder statt Inder »), scandé en 2000 par le candidat chrétien-démocr (...)
  • 19 H. Kolb, « Die Green Card : Inszenierung eines Politikwechsels », Aus Politik und Zeitgeschichte, 2 (...)

23Peu après, avec l’introduction de la green card, le gouvernement rouge-vert brise un second tabou. Pour répondre aux attentes des entreprises spécialisées dans les hautes technologies, il fait appel au début des années 2000 à une main-d’œuvre étrangère très qualifiée. Salué par les associations d’employeurs, le programme vise à faire venir dans le pays 10 000 personnes jusqu’en 2003, suivies de 10 000 autres dans les années suivantes. Ainsi, il s’agit de recruter pour une durée déterminée (cinq ans au maximum) du personnel étranger adapté aux besoins du marché du travail allemand, en le faisant bénéficier de procédures administratives simplifiées. L’initiative en tant que telle n’est guère novatrice, puisqu’elle renoue avec la politique des travailleurs invités des années 1960. Et pourtant, quelles que soient ses limites17, elle introduit une perception nouvelle de l’immigration. Désormais, recruter du personnel qualifié dans un pays en développement n’est plus assimilé à du pillage néocolonial. Malgré les efforts de la CDU pour réclamer « des enfants plutôt que des Indiens18 », c’en est fini de la traditionnelle mauvaise conscience allemande : la green card marque « le début d’une politique pragmatique dépourvue d’idéologie19 ». Surtout, pour la première fois, l’immigration est vue comme une chance pour une Allemagne en déclin démographique.

Vers une politique stratégique : la Loi sur l’immigration

24Ayant rompu avec l’approche des décennies précédentes, il était logique que le gouvernement de Gerhard Schröder cherche à élaborer un instrument stratégique capable d’apporter une réponse sur le long terme aux questions migratoires. Son ambition en la matière est grande, le ministre fédéral de l’Intérieur Otto Schilly allant jusqu’à annoncer « la loi sur l’immigration la plus moderne d’Europe ». À cette fin, ce dernier met en place dès l’été 2000 une commission indépendante présidée par la chrétienne-démocrate Rita Süssmuth. Bien que sa composition soit hétérogène – elle réunit des représentants des quatre principaux partis politiques ainsi que du monde de l’économie, de la recherche et des Églises –, la commission parvient sans trop de difficultés à un compromis. Présentant ses résultats en juillet 2001, elle prône explicitement un recours à l’immigration, afin de compenser en partie le vieillissement de la population allemande et de combler le besoin en main-d’œuvre de certaines branches professionnelles. Elle préconise ainsi l’accueil de 50 000 personnes par an, parmi lesquelles des étrangers qualifiés sélectionnés en fonction de leur âge, de leur qualification et de leurs connaissances linguistiques – à l’image du modèle canadien. De plus, la Commission Süssmuth se montre attachée au regroupement familial et à l’intégration des immigrés – qu’ils soient anciens ou nouveaux –, auxquels elle propose d’offrir des cours de langue ainsi qu’une introduction à l’ordre économique et sociopolitique de la République fédérale.

  • 20 G. Sebaux, « La loi sur l’immigration, un nouveau paradigme ? », Allemagne d’aujourd’hui, n° 180, a (...)

25Pour aussi consensuelles qu’aient été ces conclusions, la CDU-CSU les rejette, accusant le gouvernement de vouloir développer l’immigration au lieu de la limiter. Il faut dire que dans le contexte du 11 septembre 2001, le débat prend une tournure nouvelle, les considérations d’ordre sécuritaire passant au tout premier plan. On assiste alors à plusieurs années de confrontation politique, marquée par « le parcours sans doute le plus long jamais connu par un texte de loi entre les deux Chambres20 ». Durant les négociations, les chrétiens-démocrates se montrent notamment inquiets pour l’identité nationale allemande et la cohésion sociale, qu’ils estiment fragilisées, voire menacées par une reprise de l’immigration. L’intense débat autour d’une « culture de référence allemande » (deutsche Leitkultur), lancé en octobre 2000 par Friedrich Merz, le président du groupe parlementaire CDU-CSU au Bundestag, vient rappeler le caractère sensible de la question. En fin de compte, le gouvernement ayant fait bien des concessions à l’opposition pour sauver la loi, prenant ainsi le risque d’en diluer la substance, un compromis est trouvé au printemps 2004.

  • 21 G. Sebaux, op. cit. [20].
  • 22 Entre janvier 2005, date de leur lancement, et fin 2008, environ 550 000 personnes ont suivi ces co (...)

26Il en ressort une loi qui, pour la première fois dans l’histoire de la RFA, cherche à organiser et contrôler le phénomène migratoire dans son ensemble. L’un de ses différents atouts est de simplifier la démarche du candidat à l’immigration : désormais, celui-ci s’adresse à un guichet unique, qui délivre aussi bien les permis de séjour que de travail ; de plus, la loi réduit à deux catégories le nombre de permis de séjour (à durée déterminée et indéterminée)21. Fait nouveau, l’accent est également mis sur l’intégration, avec l’introduction de cours de langue (600 à 900 heures) et d’orientation sur la société allemande (45 heures), conformément aux recommandations de la Commission Süssmuth22. L’objectif était au départ d’accompagner en priorité les primo-arrivants ; toutefois, dans la mesure où l’Allemagne accueille assez peu d’immigrés depuis les années 2000 et où ceux qui vivent dans le pays sont fréquemment à l’écart du système socioéconomique, c’est aussi à eux que s’adresse cette mesure.

  • 23 S. Angenendt, « La nouvelle politique d’immigration de l’Allemagne », Note du Cefa, n° 21, Paris, I (...)
  • 24 Au départ, il était par exemple prévu d’utiliser un système de sélection reposant sur des points et (...)

27Entrée en vigueur le 1er janvier 2005, la Loi sur l’immigration représente donc une véritable avancée pour l’Allemagne. Toutefois, elle est loin d’aller aussi loin que l’envisageait au départ le gouvernement rouge-vert. Steffen Angenendt, politologue spécialiste des questions migratoires, remarque à ce titre que « les aspects stratégiques ne sont pas suffisamment pris en compte23 ». Selon lui, la nouvelle législation est encore trop timide et ne répond pas, ou en tout cas trop peu, aux défis que représentent la transition démographique ou la compétitivité internationale en matière d’éducation et de connaissance. De même, on n’y trouve pas de véritable stratégie à long terme pour organiser l’immigration liée au travail, dans la mesure où le gouvernement a abandonné ses principaux instruments au cours de la négociation24. En ce sens, la loi représente un pas déterminant, mais un premier pas seulement, vers une politique stratégique de l’immigration.

L’institutionnalisation du dialogue interculturel : comment organiser le vivre-ensemble ?

De l’immigration à l’intégration : une nouvelle symbolique

  • 25 K. J. Bade, « Versäumte Integrationschancen und nachholende Integrationspolitik », in K. J. Bade et (...)
  • 26 M. Baumann et V. Müller, « Diversité et intégration : le débat outre-Rhin », Note du Cerfa, n° 55, (...)

28Avec l’entrée en vigueur de la Loi sur l’immigration, les débats se sont concentrés sur l’intégration. À l’origine de cet intérêt nouveau : le changement de paradigme évoqué précédemment, mais aussi un constat alarmant. Les immigrés sont souvent confrontés à de graves problèmes sociaux. Sur ces difficultés propres aux populations défavorisées, pour lesquelles l’accès à la formation et au marché du travail est ardu, se greffent des expériences spécifiques, telles que les discriminations quotidiennes. L’historien Klaus J. Bade parle à juste titre d’une « intégration rattrapée25 », car il s’agit très souvent de réparer les conséquences d’une politique d’immigration et d’intégration jusqu’alors inexistante. À ce constat s’ajoute la crainte de voir se pérenniser des « sociétés parallèles » ou encore des « ghettos ethniques » au centre des villes. Depuis le début des années 2000, et plus encore depuis les attentats du 11 septembre 2001, l’opinion publique est en effet sensible à la question du fondamentalisme islamiste, ainsi que des crimes d’honneur et des mariages forcés26 – ce que certains politiciens n’hésitent pas à instrumentaliser, évoquant à l’envi « la criminalité des jeunes issus de l’immigration », à l’image du ministre-président Roland Koch (CDU) avant les élections régionales de 2008 en Hesse. C’est dans ce contexte que les responsables politiques se sont dits prêts à s’occuper sérieusement de l’intégration de la population immigrée, et ce avec un quart de siècle de retard.

  • 27 Gouvernement fédéral, Regierungspolitik : Integration, <www.bundesregierung.de/Webs/Breg/DE/ThemenAZ/Integration/integration>, consulté le 6 mars 2009.

29Paradoxalement, c’est un gouvernement de grande coalition dirigé par une chancelière de centre droit qui franchit ce cap. Alors que l’Union chrétienne-démocrate a très longtemps nié la réalité de l’immigration, sa présidente s’engage dès son arrivée au pouvoir en faveur de l’intégration des « étrangers qui vivent durablement en Allemagne27 ». Cette nouvelle orientation se traduit par une série de mesures plus ou moins symboliques. Pour souligner son intérêt pour la question, Angela Merkel commence par accorder le statut de ministre d’État à la chargée de la Migration, des Réfugiés et de l’Intégration ; elle rattache en outre le poste à la chancellerie, alors qu’il était jusque-là intégré au sein du ministère de la Famille. De plus, le gouvernement mise sur un dialogue savamment mis en scène. Ainsi, en juillet 2006, la chancelière organise un Sommet de l’intégration rassemblant environ 90 personnes représentant à la fois les institutions du pays (Bund, Länder et communes) et la société civile (syndicats, communautés religieuses, médias, associations d’immigrés, organisations caritatives, fondations).

  • 28 Gouvernement fédéral, « Nationaler Integrationsplan », communiqué de presse du 12 juillet 2007, dis (...)
  • 29 Gouvernement fédéral, Der Nationale Integrationsplan. Neue Wege – neue Chancen, Berlin, Bundesregie (...)

30Fort médiatisé, ce sommet devait témoigner de la volonté des dirigeants d’associer les acteurs sociaux aux réflexions sur l’intégration, de ne plus « discuter des migrants, mais avec les migrants28 », pour citer le nouveau leitmotiv de la politique allemande. Durant une année, différents groupes de travail se réunissent et se penchent sur les défis du quotidien, tels que l’apprentissage de l’allemand dès le plus jeune âge, l’égalité entre hommes et femmes, l’intégration par le sport ou encore le rôle des médias dans la promotion de la diversité. Leurs conclusions sont reprises en juillet 2007 dans le Plan national d’intégration. Coordonné par Maria Böhmer (CDU), la chargée de la Migration du gouvernement, ce document définit pour la première fois des objectifs concrets en termes d’intégration ainsi que des mesures nécessaires à leur réalisation. Fait nouveau, l’ensemble des acteurs s’engagent à mettre en œuvre de meilleures pratiques29. Parmi elles, on peut citer la décision du gouvernement fédéral d’augmenter le nombre d’apprentis issus de l’immigration dans ses services, ou encore la volonté de la Communauté turque en Allemagne (Türkische Gemeinde Deutschlands, TGD) d’inciter les parents turcs à suivre la formation de leurs enfants.

  • 30 « Themen und Diskussionen », Deutsche Islamkonferenz, voir le site à l’adresse Deutsche-islam-konfe (...)

31C’est dans le même esprit que Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral de l’Intérieur (CDU), crée la Conférence allemande sur l’islam en septembre 2006. Il réunit à plusieurs reprises des représentants des musulmans et des institutions politiques, les invitant à définir les règles du vivre-ensemble au quotidien, à élaborer des réponses à des questions concrètes, comme la construction de mosquées30. Cette initiative a soulevé nombre de controverses, à commencer par la composition de l’assemblée – les musulmans libéraux dénonçant la surreprésentation de musulmans conservateurs. De plus, les discussions au sein de la conférence ont souvent été houleuses, tant les positions des participants – en particulier parmi les musulmans – divergeaient. Cela étant, ces derniers ont fini par s’entendre sur une série de recommandations présentées en mars 2008. Parmi elles, on trouve l’introduction de cours sur l’islam à l’école, en parallèle aux cours de religion chrétienne inscrits au programme scolaire, ou encore la création d’un bureau coordonnant les projets de coopération entre police et mosquées.

  • 31 Sur la philosophie qui sous-tend la politique allemande en matière d’immigration, voir Y. Bizeul, « (...)

32Les débats au sein de ces nouveaux forums reflètent un changement de mentalité dans la société allemande, tout en contribuant à transformer le discours sur l’immigration et l’intégration. Alors que celui-ci était jusqu’alors marqué par des prises de position idéologiques et émotionnelles31, il est devenu plus pragmatique et plus constructif. Les dirigeants sont désormais prêts à reconnaître les erreurs du passé et à débattre avec l’ensemble des acteurs concernés, du moins beaucoup plus ouvertement que les années précédentes.

Des symboles à l’action

33S’ils sont importants, les symboles à eux seuls ne suffisent pas tant les défis en matière d’« intégration rattrapée » sont grands. Le gouvernement fédéral souhaite à la fois « encourager et exiger » (fördern und fordern) et insiste sur l’apprentissage de l’allemand, la formation scolaire et professionnelle ainsi que l’accès au marché du travail. Or, s’il y a consensus sur les grands principes, leur mise en application reste très souvent sujette à débat.

34Dans ce contexte, l’équipe gouvernementale s’est vu en premier lieu reprocher sa timidité en matière d’intégration. Pour citer un exemple, l’opposition et plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) ont jugé que les engagements inscrits au Plan national d’intégration et les recommandations de la Conférence allemande sur l’islam devraient avoir un caractère obligatoire, contrairement à ce qui a été décidé. D’autres ont au contraire critiqué le caractère restrictif de la réforme de la Loi sur l’immigration de 2007. Les associations d’immigrés s’en sont notamment prises à l’obligation faite aux épouses d’immigrés de prouver leur connaissance de l’allemand avant d’être autorisées à rejoindre leur conjoint en Allemagne. Elles estiment que cette mesure est discriminatoire, car elle ne s’applique qu’aux ressortissants non européens qui ont besoin d’un visa.

  • 32 M. Bommes, « Kommunen und nachholende Integrationspolitik. Handlungsperspektiven und Handlungsspiel (...)

35Pour aussi déterminante que soit son action, le gouvernement fédéral n’est qu’un acteur parmi d’autres. Les communes jouent elles aussi un rôle clé dans le processus d’intégration, car c’est surtout à leur niveau que sont gérées les affaires du quotidien et le vivre-ensemble32. Nombre d’entre elles n’ont d’ailleurs pas attendu l’impulsion gouvernementale pour développer des stratégies en la matière – à l’image de Francfort-sur-le-Main, qui a créé dès 1986 un bureau de conseil aux immigrés qui coordonne l’ensemble des activités d’intégration de la ville. Quant aux Länder, ils sont les premiers responsables de l’éducation, un domaine central pour la cohésion sociale. Au cours des années 2000, lorsque les résultats du test PISA (Programme for International Student Assessment – Programme international pour le suivi des acquis des élèves) ont été rendus publics, le système éducatif du pays a été vivement critiqué. Depuis, la plupart des Länder ont mené quelques petites réformes structurelles et lancé de nombreux projets. Parmi eux, l’introduction de tests linguistiques et de cours de langue pour les jeunes enfants (à partir de 3 ans) – comme en Hesse et en Rhénanie du Nord-Westphalie – va dans la bonne direction. Toutefois, le chemin qui mène à une véritable égalité des chances pour tous les enfants d’Allemagne est encore long.

  • 33 C. Özdemir, « Integration stiften ! Was leisten Stiftungen in Deutschland, um Kinder und Jugendlich (...)

36Au-delà, la société civile joue un rôle de premier plan, grâce à des ONG très dynamiques, souvent en avance sur les institutions politiques. Dès les années 1960, des associations caritatives offraient un soutien psychologique et matériel aux immigrés et réfugiés, complétant peu à peu leur offre par des cours de langue et d’alphabétisation, un service de conseils, l’organisation de rencontres ou de formations interculturelles. À la fin des années 1990, plusieurs fondations se sont emparées du sujet, devenant des acteurs incontournables en la matière33. Certaines d’entre elles, comme les fondations Bertelsmann et Volkswagen, mènent des recherches sur le phénomène migratoire en Allemagne, condition indispensable à l’élaboration de stratégies politiques ; d’autres, à l’image des fondations Hertie et Mercator, cherchent à promouvoir les compétences des immigrés et à développer de nouvelles approches en termes d’éducation et de formation. Ainsi, alors que le secteur non gouvernemental a constitué l’avant-garde en matière d’intégration, s’engageant dès les années 1960 en faveur d’une politique stratégique et concertée, il représente aujourd’hui une source d’innovation et d’inspiration pour les politiques à venir.

Conclusion

37En vingt ans, depuis la chute du Mur de Berlin, la politique allemande en matière d’immigration s’est pour le moins métamorphosée. Loin des complexes et des peurs des années 1980, la République fédérale a enfin rejoint la réalité : elle est devenue un vrai pays d’immigration, non seulement parce qu’elle accueille des immigrés de façon durable et le reconnaît, mais aussi et surtout parce qu’elle s’est dotée d’institutions et d’une politique en phase avec une réalité vieille de plusieurs décennies. En ce sens, l’adoption d’une loi sur l’immigration au début des années 2000 représente un moment historique – et ce même si cette dernière est restée en deçà des espoirs de ses concepteurs. L’Allemagne se trouve désormais sur un pied d’égalité avec ses partenaires européens, et c’est avec eux qu’elle fera à l’avenir évoluer sa législation en matière d’immigration.

38Conformément à la prise de conscience de la fin des années 1990, les efforts se concentrent aujourd’hui sur l’intégration et la cohésion de la société. Si le vivre-ensemble est pour beaucoup devenu une réalité, la tâche est encore loin d’être achevée, dans la mesure où la population étrangère et d’origine immigrée reste touchée par les inégalités et l’exclusion sociale. Par conséquent, la mobilisation de l’ensemble des acteurs sociaux autour de ce projet est louable. Cependant, il faut aussi veiller à ne pas s’enfermer dans un nouveau dogme, réducteur par définition, qui viendrait se substituer au précédent. Aussi complexe qu’hétérogène, la situation à laquelle renvoie l’immigration doit être traitée avec souplesse et dans un esprit de différenciation. Tel est, comme déjà à la veille de l’unification, le défi auquel se trouve confrontée l’Allemagne en ce début de XXIe siècle.

Notes

1 Office fédéral pour la migration et les réfugiés, Ausländerzahlen 2007, Nuremberg, Office fédéral pour la migration et les réfugiés, 2008, p. 3-4.

2 K. J. Bade, J. Oltmer, Normalfall Migration, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2004, p. 88-89.

3 A. Stach, S. Hussain, Ausländer in der DDR. Ein Rückblick, Berlin, Die Ausländerbeauftragte des Senats, 1991.

4 K. J. Bade, J. Oltmer, « Deutschland », in K. J. Bade, P. C. Emmer, L. Lucassen et J. Oltmer (dir.), Enzyklopädie Migration in Europa. Vom 17. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Paderborn, Verlag Ferdinand Schöningh, 2007, p. 163-167.

5 Office fédéral pour la migration et les réfugiés, Mgrationsbericht des Bundesamtes für Migration und Flüchtlinge im Auftrag der Bundesregierung, Migrationsbericht 2007, Berlin, Office fédéral pour la migration et les réfugiés, 2008, p. 16-18.

6 Office fédéral pour la migration et les réfugiés, op. cit. [1], p. 11.

7 Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung (dir.), Ungenutzte Potentiale. Zur Lage der Integration in Deutschland, Berlin, Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung, 2009, p. 26. Les étrangers en Allemagne sont majoritairement originaires des trois pays suivants : la Turquie (25,4 %), l’Italie (7,8 %), la Pologne (5,7 %).

8 Office fédéral des statistiques, Bevölkerung und Erwerbstätigkeit. Bevölkerung mit Migrationshintergrund – Ergebnisse des Mikrozensus 2007, Fachserie 1, Reihe 2.2, Wiesbaden, Destatis, 2008.

9 Office fédéral des statistiques, « Neue Daten zur Migration in Deutschland verfügbar », communiqué de presse n° 183 du 4 mai 2007, disponible sur Destatis.de.

10 H. Kohl, Déclaration gouvernementale devant le Bundestag, Bonn, 13 octobre 1982.

11 K. Shoger, Zuwanderer und Politik. Ein deutsch-französischer Vergleich, Berlin, Hiti, 1994, p. 49-52.

12 H. Rittstieg, « Das neue Ausländergesetz : Verbesserungen und neue Probleme », in K. Barwig, B. Huber et K. Lörcher (dir.), Das neue Ausländergesetz, Baden-Baden, Nomos, 1991, p. 25 ; cité dans K. Shoger, op. cit. [11], p. 53.

13 S. Angenendt, Deutsche Migrationspolitik im neuen Europa, Opladen, Leske+Budrich, 1997, p. 106.

14 A. Knopp, Die deutsche Asylpolitik, Munster, Agenda Verlag, 1994, p. 118.

15 S. Angenendt, op. cit. [13], p. 91.

16 E. Seidel, « Die Jahrhundertreform. Von der doppelten Staatsbürgerschaft zum Einwanderungsgesetz », Blätter für deutsche und internationale Politik 44, août 1999, p. 968-974.

17 La green card n’était guère attractive par rapport aux programmes de recrutement d’autres pays occidentaux, notamment parce que la période de séjour était limitée et que le regroupement familial faisait l’objet de règles strictes. Le programme fut donc rapidement abandonné, remplacé par la réglementation de la Loi sur l’immigration.

18 Il s’agit d’un jeu de mots (« Kinder statt Inder »), scandé en 2000 par le candidat chrétien-démocrate au cours de la campagne électorale en Rhénanie du Nord-Westphalie.

19 H. Kolb, « Die Green Card : Inszenierung eines Politikwechsels », Aus Politik und Zeitgeschichte, 27/2005, 4 juillet 2005, p. 19.

20 G. Sebaux, « La loi sur l’immigration, un nouveau paradigme ? », Allemagne d’aujourd’hui, n° 180, avril-juin 2007, p. 42.

21 G. Sebaux, op. cit. [20].

22 Entre janvier 2005, date de leur lancement, et fin 2008, environ 550 000 personnes ont suivi ces cours.

23 S. Angenendt, « La nouvelle politique d’immigration de l’Allemagne », Note du Cefa, n° 21, Paris, Ifri, 2005, p. 12.

24 Au départ, il était par exemple prévu d’utiliser un système de sélection reposant sur des points et permettant de tenir compte de la qualification des immigrés dans la gestion des flux migratoires.

25 K. J. Bade, « Versäumte Integrationschancen und nachholende Integrationspolitik », in K. J. Bade et H.-G. Hiesserich, Nachholende Integrationspolitik und Gestaltungsperspektiven der Integrationspraxis, Göttingen, V&R unipress, 2007, p. 72-81.

26 M. Baumann et V. Müller, « Diversité et intégration : le débat outre-Rhin », Note du Cerfa, n° 55, Paris, Ifri, 2008.

27 Gouvernement fédéral, Regierungspolitik : Integration, <www.bundesregierung.de/Webs/Breg/DE/ThemenAZ/Integration/integration>, consulté le 6 mars 2009.

28 Gouvernement fédéral, « Nationaler Integrationsplan », communiqué de presse du 12 juillet 2007, disponible sur Bundesregierung.de.

29 Gouvernement fédéral, Der Nationale Integrationsplan. Neue Wege – neue Chancen, Berlin, Bundesregierung, 2007.

30 « Themen und Diskussionen », Deutsche Islamkonferenz, voir le site à l’adresse Deutsche-islam-konferenz de.

31 Sur la philosophie qui sous-tend la politique allemande en matière d’immigration, voir Y. Bizeul, « L’Allemagne et ses étrangers », in C. Demesmay et H. Stark (dir.), Qui sont les Allemands ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006, p. 119-134.

32 M. Bommes, « Kommunen und nachholende Integrationspolitik. Handlungsperspektiven und Handlungsspielräume », in K. J. Bade, H.-G. Hiesserich, op. cit. [25], p. 97-123.

33 C. Özdemir, « Integration stiften ! Was leisten Stiftungen in Deutschland, um Kinder und Jugendliche mit Migrationshintergrund in das Bildungssystem zu integrieren ? », rapport pour la Körber-Stiftung, Humboldt-Viadrina School of Governance, décembre 2004.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Évolution de la population étrangère en Allemagne entre 1951 et 2008 (1951-1990 : RFA seulement)
Crédits Source : Office fédéral pour la migration et les réfugiés
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 2 : Répartition de la population étrangère selon les Länder en 2007
Crédits Source : Office fédéral des statistiques (cf. note 8)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 3 : Répartition des Allemands issus de l’immigration selon les Länder en 2007
Crédits Source : Office fédéral des statistiques (cf. note 8)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

Auteurs

Chercheur à la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik et responsable du programme France/Allemagne.

Chargée de mission à la fondation Gemeinnützige Hertie-Stiftung et responsable des programmes immigration et intégration.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540