Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne unifiée 20 ans après la chute du Mur

 | 
Hans Stark
, 
Michèle Weinachter

Société

La cohésion sociale en péril

Alain Lattard

Texte intégral

  • 1 Voir entre autres S. Lessenich, F. Nullmeier (dir.), Deutschland, eine gespaltene Gesellschaft, Fra (...)

1La question sociale est de retour. Face à la montée des inégalités, aux risques accrus de pauvreté et à la diffusion de la précarité, ce ne sont plus seulement les politiques sociales qui font débat, mais, au regard de leurs limites, la cohésion sociale elle-même qui suscite l’inquiétude1. Dans une Allemagne dont le modèle d’après-guerre s’était construit sur le « cercle vertueux » entre performance économique et consensus social, l’apparition de cette nouvelle interrogation est le signe d’un changement profond.

2L’unification, bien qu’elle n’explique pas tout, joue un rôle central dans cette évolution, dont elle est tour à tour le révélateur et le catalyseur. C’est en effet d’abord dans la dimension Est-Ouest que la cohésion sociale est mise à l’épreuve. Car bien que le modèle socio-économique ouest-allemand soit sorti vainqueur dans la concurrence des systèmes, il faut rapidement abandonner l’illusion que son extension à l’Est suffirait à y assurer la prospérité.

3La déstabilisation est d’autant plus profonde que, dans un deuxième temps, l’unification accroît les tensions auxquelles la récession générale et la mondialisation exposent par ailleurs l’ensemble du pays. Les problèmes de l’unification sociale génèrent en quelque sorte une unification des problèmes. Désormais, c’est l’Allemagne tout entière qui s’émeut de sa fracture sociale.

Les problèmes de l’unification sociale

4Paradoxalement, l’unification, avant d’être le révélateur d’une nouvelle fracture sociale, contribue initialement à occulter la perception des problèmes. En effet, avant la chute du Mur de Berlin, dans une République fédérale d’Allemagne (RFA) où, depuis la récession de 1982, le nombre de chômeurs a passé la barre des 2 millions, les inquiétudes montent déjà. Sous-emploi persistant, déclin démographique, relâchement des liens familiaux et individualisation des styles de vie : ces tendances lourdes ont notamment pour effet de générer de nouvelles formes de pauvreté et de déstabiliser les systèmes de protection sociale. Le gouvernement Kohl fait d’ailleurs de la « refonte » (Umbau) de ceux-ci une de ses priorités politiques.

  • 2 Voir notamment C. Boyer, K.-D. Henke, P. Skyba (dir.), Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland. (...)

5Or, dans les premières années de l’unification, cette nouvelle question sociale passe complètement à l’arrière-plan. D’une part, parce que c’est l’image idéalisée du modèle socio-économique ouest-allemand qui domine tout d’abord dans les nouveaux Länder – par rapport à ses voisins ouest-européens et surtout au « socialisme de consommation » vainement promis par Honecker2, la RFA y apparaît avant tout comme une économie performante. D’autre part, parce que la chute du Mur de Berlin ouvre un nouveau marché et de nouveaux terrains d’investissement aux entreprises de l’Ouest, ce qui permet à l’économie des anciens Länder de connaître jusqu’en 1991-1992 une embellie spectaculaire : en 1990 et en 1991, la croissance (en termes réels) y dépasse 5 % et le taux de chômage, qui était encore (en moyenne annuelle) de 7,9 % en 1989, tombe à 6,2 % en 1992. Les doutes des années 1980 sont donc pour un temps oubliés.

Le décrochage économique des nouveaux Länder...

6L’euphorie se dissipe avec la récession mondiale de 1992. Le produit intérieur brut (PIB) de la partie Ouest, après une chute de 2,6 % en 1993, ne retrouve ensuite qu’une croissance très lente, si bien que le chômage, qui, dès 1993, remonte à 8 %, ne cesse ensuite de progresser. Mais c’est avant tout l’écart Est-Ouest qui focalise désormais l’attention, car, dans les nouveaux Länder, l’unification économique et monétaire se traduit par une destruction incomparablement plus massive et rapide des emplois : en l’espace de deux ans, la production manufacturière chute – elle n’est plus qu’à un tiers de son niveau de 1989 – tandis que disparaît plus du tiers de l’emploi total.

7L’ampleur de ce chômage s’explique par les modalités économiques de l’unification – qu’il ne nous appartient pas d’analyser ici –, mais elle est aussi la résultante de facteurs sociaux, le principal d’entre eux étant la différence initiale dans le partage sectoriel de l’activité et donc de l’emploi entre les deux Allemagnes. Dans la République démocratique allemande (RDA) de 1989, à cet égard conforme à son titre d’« État ouvrier et paysan » (Arbeiter- und Bauernstaat), le secteur secondaire ne rassemblait pas moins de 45 % des actifs (contre 39,8 % en RFA) et l’agriculture/sylviculture 10 % (contre 3,7 % à l’Ouest). Il est clair que ces sureffectifs relatifs, qui reflètent des distorsions de productivité et des choix économiques intenables, rendent inévitables des suppressions massives d’emplois. Par ailleurs, le chômage est gonflé à l’Est par le niveau élevé du taux d’activité féminin (76,7 % contre 58,6 % à l’Ouest en 1990), un niveau qui, bien qu’étant au moins autant l’héritage d’une économie en mal de main-d’œuvre que des idéaux socialistes, se maintient largement après la chute du régime.

8Le problème est qu’après le choc initial de l’unification, l’activité économique dans les nouveaux Länder repart non seulement d’un point extrêmement bas, mais ne croît plus que quelques années durant à un rythme supérieur à celle de l’ancienne RFA. À partir de 1997, sa progression annuelle reste même la plupart du temps inférieure à celle de l’Ouest. Loin d’être l’effet supportable, car provisoire, d’une destruction créatrice, le chômage devient alors le signe d’une crise endémique. Jusqu’à aujourd’hui, son évolution est restée quasiment parallèle à celle de l’Ouest, mais à un niveau presque toujours deux fois supérieur (des pics à 19-20 % étant atteints en 1997-1998 et 2005-2006). La constance de ce différentiel suggère à elle seule la fracture sociale Est-Ouest : à la fois le handicap des nouveaux Länder et leur impuissance à rattraper leur retard.

9Certes, l’extension à l’ex-RDA des mécanismes et institutions socio-économiques de l’ancienne RFA présente aussi des avantages, et pas des moindres : en apportant les libertés économiques fondamentales, elle ouvre un champ jusque-là inconnu à l’initiative privée ; en permettant de ce fait une diversification de l’activité, elle offre à certains de nouvelles opportunités professionnelles ; enfin, l’exposition aux risques économiques est en partie compensée par des régulations collectives (droit syndical et négociation salariale) et par un système de protection sociale développé.

  • 3 G. A. Ritter (dir.), Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland. vol. 11 1989-1994 BRD. Sozialpoli (...)

10En l’occurrence, ce système social revalorise notamment de façon très sensible la situation matérielle des veuves, des victimes de guerre, des handicapés et des retraités. On estime qu’entre 1989 et 1994 la pension moyenne de ces derniers a été multipliée par plus de deux et demi, ce qui, compte tenu de l’augmentation du coût de la vie, double à peu près le pouvoir d’achat des retraites3. Mais ces avantages collectifs ne touchent que des catégories limitées, pour la plupart en marge du marché du travail, tandis que pour la masse des actifs exposés à la perte de leur emploi, les chances individuelles offertes par les nouvelles libertés économiques restent plutôt théoriques.

... accepté comme une fatalité

  • 4 Il faut notamment citer celles émanant d’une commission d’experts réunis autour de l’ancien maire d (...)

11Compte tenu de l’ampleur et surtout de la persistance du chômage, la perspective d’accéder à une parité de niveau de vie avec l’Ouest, qui avait été l’un des moteurs essentiels du mouvement vers l’unification, apparaît de plus en plus incertaine. La prise de conscience du problème s’opère par étapes. Dès janvier 2001, le président du Bundestag, Wolfgang Thierse, met en garde contre le décrochage des nouveaux Länder. Début 2003, le directeur de l’institut Ifo, Hans-Werner Sinn, tranche : « l’unification économique a échoué ». Mais c’est l’année 2004 qui constitue un tournant. À l’approche de l’élargissement européen à l’Est, dont tout le monde sait qu’en accentuant la concurrence des sites de production il risque de freiner encore plus le relèvement économique des nouveaux Länder, les analyses pessimistes se multiplient4.

  • 5 Sachverständigenrat, Jahresgutachten 2004/05, Erfolge im Ausland – Herausforderungen im Inland, Wie (...)

12En définitive, c’est le très officiel Conseil des experts, un aréopage de professeurs indépendants chargés d’évaluer chaque année l’état de l’économie, qui, dans son rapport de novembre, met le plus spectaculairement les pieds dans le plat : à ses yeux, s’il faut certes continuer à compenser les handicaps hérités de la RDA afin que puisse s’amorcer une croissance auto-entretenue, « la politique économique ne devrait plus s’efforcer d’instituer des conditions de vie uniformes (einheitlich), ni même équivalentes (gleichwertig) dans l’Allemagne tout entière ». Et de souligner, pour se démarquer de la norme constitutionnelle (l’article 72 de la Loi fondamentale) évoquant cette équivalence des conditions de vie, que, de même qu’existent des disparités entre les différents Länder de l’Ouest, il faudra bien s’accommoder de disparités entre les différents Länder de l’Est ou entre l’Est et l’Ouest5. Ce faisant, les « sages » apportent leur caution à une idée déjà développée par le président fédéral Horst Köhler dans une interview accordée à l’hebdomadaire Focus dès le 13 septembre 2004.

13Le gouvernement et une bonne partie de la classe politique ont beau se désolidariser de telles considérations, une fois replacées dans le contexte de politique générale, celles-ci sont significatives d’une inflexion majeure : la priorité absolue donnée à l’« Agenda 2010 ». De fait, au regard des réformes globales de l’État social et de la politique de l’emploi, auxquelles l’opinion a été subtilement préparée depuis décembre 2002 avant que leur lancement ne soit annoncé par le chancelier Schröder lors d’un grand discours devant le Bundestag le 14 mars 2003, le rattrapage socio-économique des nouveaux Länder n’est plus qu’un objectif de second plan. Ce qu’il faut bien appeler la fracture Est-Ouest fait depuis lors partie des données tacitement acceptées du paysage social allemand.

Un chômage inégalement réparti

14Les caractéristiques du chômage n’ont guère changé jusqu’à aujourd’hui. Alors qu’en moyenne annuelle pour 2007, sa part dans la population salariée civile était de 8,4 % sur le territoire de l’ancienne RFA, le taux était exactement deux fois supérieur (16,8 %) dans les nouveaux Länder. Par ailleurs, ces derniers sont également plus fortement touchés par le chômage de longue durée. En 2005, celui-ci représentait 43 % du chômage total à l’Est contre 34,3 % seulement à l’Ouest.

  • 6 Office fédéral des statistiques, Datenreport 2006, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 200 (...)

15Les femmes y sont aussi nettement plus exposées : toujours en 2005, presque la moitié d’entre elles (47,6 %) cherchaient un travail depuis plus d’un an – une part relativement plus élevée que chez les hommes (38,9 %) –, alors qu’à l’Ouest le taux de chômage de longue durée était moins fort chez les femmes (31,4 %) que chez les hommes (36,8 %)6. Ce phénomène renvoie en partie à la plus forte implication des femmes dans le monde du travail, une implication qui, presque vingt ans après la fin de la RDA, ne se dément pas : en 2006, leur taux d’activité est de 73,4 % (80,1 % pour les hommes) alors qu’à l’Ouest, malgré une augmentation continue ces dernières années, il n’atteint que 67,1 %. En dépit du chômage et de la dégradation des infrastructures d’accueil des enfants en bas âge, les femmes des nouveaux Länder continuent à vouloir rester très présentes sur le marché du travail.

  • 7 Bundesagentur für Arbeit, Arbeitsmarkt 2007, Nuremberg, Bundesagentur für Arbeit, juillet 2008, p.  (...)

16Quant au chômage des moins de 25 ans, malgré une amélioration consécutive à l’essor conjoncturel récent, il s’établit en 2007 à 14,4 %, c’est-à-dire le double de son niveau à l’Ouest. Ce taux est certes inférieur au taux de chômage moyen toutes classes d’âge confondues, mais son niveau élevé rend compte en partie de difficultés préoccupantes : les plus jeunes font face à un déficit de l’offre de places d’apprentissage (mode de formation dont on sait qu’il joue encore un rôle central en Allemagne), et les plus âgés sont confrontés à des difficultés d’intégration professionnelle au sortir de leur formation7.

17On ne saurait trop insister sur l’importance du chômage pour comprendre la fracture Est-Ouest en Allemagne, non seulement parce qu’il s’agit bien d’un facteur premier, qui, surtout à ce niveau élevé, génère beaucoup d’autres inégalités, mais aussi parce qu’en RDA la vie était dans une large mesure centrée sur le travail : celui-ci était non seulement valorisé par l’idéologie, mais aussi mis au centre de la vie quotidienne du fait de l’importance donnée au collectif de production et du rattachement de beaucoup d’institutions sociales à l’entreprise. Le chômage généralisé provoque donc dans les nouveaux Länder une très forte déstructuration des repères, un véritable choc identitaire.

Les inégalités démographiques

18L’autre différenciation Est-Ouest majeure qui persiste au détriment des nouveaux Länder est de nature démographique : entre 1989 et 2007, la population des nouveaux Länder (ex-RDA), Berlin compris, diminue de plus de 11,5 %, passant de 18,7 à 16,5 millions. Cette chute est due à la fois à un mouvement migratoire vers l’Ouest et à la baisse de la fécondité.

  • 8 Office fédéral des statistiques, Datenreport 2008, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 200 (...)

19Du point de vue migratoire, le solde avec l’Ouest est en permanence négatif. Après l’hémorragie des années 1989-1991, le flux avait paru peu à peu se tarir. Mais l’excédent des départs sur les arrivées, manifestement corrélé à la perception de la situation économique, reprend son ascension à partir de 1998. En 2006, le déficit migratoire s’établissait à plus de 50 000 personnes, chiffre qui paraîtrait modéré s’il ne recouvrait une structure par âge préoccupante. Parmi ceux qui quittent les nouveaux Länder, la part des jeunes adultes (entre 18 et 30 ans) est en constante augmentation : elle atteignait plus de 54 % en 2004. Et si l’on établit un taux de migration par classes d’âge, ce ne sont pas moins de 4 % des 20-26 ans, groupe le plus concerné, qui partent ces dernières années vers l’Ouest8. Le déclin démographique des nouveaux Länder est par ailleurs dû à un déficit des naissances d’autant plus frappant que la politique du régime socialiste avait longtemps réussi à maintenir en Allemagne de l’Est une natalité supérieure à celle de l’Ouest.

20La conjonction de ces deux facteurs conduit à une véritable dévitalisation du territoire qui laisse augurer un avenir difficile, tant sur le plan économique que social. Ajoutons que le vieillissement de la population se conjugue au fléau du chômage : pour ceux, particulièrement nombreux dans les nouveaux Länder, dont les parcours professionnels sont entrecoupés de périodes de chômage, c’est une retraite dans la pauvreté qui se prépare, donc l’exact contraire de ce que l’unification semblait promettre (et a effectivement apporté aux retraités de la RDA).

  • 9 Dans les secteurs de la micro-électronique, de l’automobile, de l’industrie chimique, de l’opto-éle (...)
  • 10 Projektbericht Perspektive-Deutschland 2005/06, Eine Initiative von Mc Kinsey, Stern, ZDF und WEB.D (...)
  • 11 Entre 1995 et 2005, Cottbus, Halle, Gera et Magdeburg ont perdu entre 13 et 17 % de leur population (...)

21Certes, il existe aussi à l’Est un certain nombre de pôles d’activité compétitifs9 qui peuvent générer un dynamisme régional, et aussi un certain optimisme social : ainsi, dans une grande enquête d’opinion sur l’image des territoires conduite en 2005-2006 dans toute l’Allemagne, trois agglomérations de l’Est – Leipzig, Dresde et Berlin – ont quand même obtenu le titre de régions porteuses d’espoir10. Mais si on leur ajoute Erfurt, Weimar et Jena, ce sont les seules régions urbaines de l’Allemagne de l’Est qui ont enregistré ces dernières années un gain de population. Sinon, pratiquement toutes les villes moyennes ont vu se poursuivre une contraction démographique déjà amorcée dans la décennie des années 1990. Et à l’avenir, cette tendance à la diminution et au vieillissement de la population ne devrait pas s’infléchir : selon l’Office fédéral pour la construction et l’aménagement du territoire, à l’horizon 2030, dans un contexte de baisse globale de la population des nouveaux Länder, la classe d’âge des moins de 20 ans pourrait perdre jusqu’à 40 % de ses effectifs11.

Les inégalités de revenus

  • 12 Office fédéral des statistiques, op. cit. [8], p. 161.

22En matière de revenus et de salaires, les différences Est-Ouest sont plus ambiguës. Les statistiques générales sur le revenu net des ménages confirment certes l’inégale répartition de la richesse aussi bien entre anciens et nouveaux Länder qu’à l’intérieur de chaque zone de l’Allemagne. Mais le fait qu’en 2006, dans l’ancien territoire fédéral, 62 % des ménages disposaient d’un revenu mensuel supérieur à 1 500 euros alors qu’à l’Est (Berlin compris) seulement 49 % étaient dans la même situation12, reflète évidemment autant la géographie économique que l’inégalité sociale.

  • 13 R. Bispinck, WSI-Tarifarchiv, Tarifpolitischer Jahresbericht 2008, Düsseldorf, Hans-Böckler-Stiftun (...)

23Pour appréhender les inégalités à activité ou profession égales, les données sur les rémunérations conventionnelles sont plus parlantes. Ici, le constat est ambivalent. C’est sur ce terrain que l’on semble le plus proche de la parité Est-Ouest, puisque, selon les statistiques syndicales, le salaire conventionnel de base moyen dans les nouveaux Länder atteint presque 97 % de celui de l’Ouest en 2008 alors qu’au début des années 1990 il ne dépassait pas la barre des 60-65 % – un rattrapage rapide qui, pour beaucoup d’économistes, a accéléré la ruine de l’économie est-allemande. Mais en dépit de ce jugement, beaucoup de salariés de l’Est, plus sensibles à la justice qu’à la logique économique, s’indignent des inégalités qui persistent malgré tout derrière l’égalisation. Car indépendamment du fait qu’à l’Est les durées conventionnelles du travail sont en général plus longues, les salaires et conditions de travail effectifs sont, du fait d’une couverture conventionnelle bien plus faible (un peu plus de la moitié des salariés en bénéficient, contre deux tiers à l’Ouest), souvent inférieurs à ces normes négociées13.

  • 14 Dans les deux cas, il y a 5 % de non-réponses. Enquête effectuée annuellement depuis 1990 par le So (...)

24Même si ce bilan est trop succinct, il permet de comprendre pourquoi la « cicatrisation » de la coupure Est-Ouest – le souhait formulé en 1989 par l’ancien chancelier Brandt de voir « wieder zusammenwachsen, was zusammengehört » – progresse aussi lentement : si l’on en croit un sondage représentatif effectué dans les nouveaux Länder en 2008, seulement 22 % des interrogés disent s’identifier pleinement à la RFA, 62 % incomplètement et 11 % souhaitent même retrouver la RDA ; 39 % se considèrent comme bénéficiaires de l’unification, 29 % estiment que gains et pertes s’équilibrent et 28 % se voient surtout comme perdants14.

L’unification des problèmes sociaux

25Après le choc infligé aux nouveaux Länder, l’unification suscite un choc en retour qui affecte l’ouest du pays, et se ressent donc dans l’ensemble de la société allemande. Les problèmes de pauvreté et d’inégalité sociale y reviennent sur le devant de la scène à partir du milieu des années 1990, lorsque l’Allemagne doit faire face à une nouvelle dégradation globale de sa situation économique. Alors qu’il ne diminue pas à l’Est, le chômage recommence en effet à progresser dans l’ancienne RFA à partir de 1992, pour atteindre un premier sommet au milieu de l’année 1997.

26Cette dégradation, qui s’explique essentiellement par le contexte international, rejaillit sur des systèmes sociaux déjà déstabilisés par les effets de l’unification. La politique sociale, tout entière concentrée sur les transferts institutionnels et financiers vers l’Est, a en effet oublié pour un temps les objectifs de consolidation poursuivis avant 1989. Elle leur a même, en partie, tourné le dos en faisant peser une part inutilement élevée des coûts de l’unification sur l’assurance chômage et l’assurance vieillesse (notamment par l’utilisation massive des préretraites).

27Pour contenir les déficits et limiter une hausse des cotisations qui entraîne l’augmentation du coût du travail, le gouvernement Kohl relance les réformes à partir du milieu des années 1990 et réduit en particulier toute une série de prestations. Ces mesures avivent un débat sur la cohésion sociale qui est déjà nourri par un nombre croissant d’études scientifiques, de rapports et d’interventions émanant des syndicats, de l’Église et des organisations caritatives. Toutes les analyses montrent en effet que l’intégration sociale, si elle dépend pour une grande part de l’accès à l’emploi, est désormais aussi biaisée par d’autres tendances lourdes, telles que le déclin démographique, la déstructuration de la famille traditionnelle et l’immigration.

  • 15 Lebenslagen in Deutschland – 1. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, Berlin, 25 avril (...)

28Parallèlement, dans un contexte où mondialisation et compétitivité deviennent les maîtres mots, la perception des inégalités sociales change peu à peu de nature. Les contrastes qui s’accentuent – succès à l’exportation mais faible croissance économique, explosion des bénéfices et des licenciements, ou encore les chiffres peu égalitaires du « Premier rapport gouvernemental sur la richesse et la pauvreté » (publié au printemps 2001) – attestent, en Allemagne comme ailleurs, la polarisation des situations sociales. Il est de plus en plus souvent question de marginalisation, d’exclusion, de fracture (gespaltene Gesellschaft) ; certains, comme l’historien Paul Nolte, pourtant peu suspect de sympathies gauchistes, vont même jusqu’à évoquer, dans un essai très remarqué, « [une] société de classes15 ».

Les réformes du gouvernement Schröder

  • 16 J. Schmid, « Arbeitsmarkt- und Beschäftigungspolitik – große Reform mit kleiner Wirkung ? », in C. (...)

29La question de la cohésion sociale n’aurait toutefois pas pris cette importance sans le tournant que constituent (et revendiquent) les réformes du gouvernement Schröder16. La rupture avec le paradigme social-démocrate traditionnel est visible en creux dès la démission d’Oskar Lafontaine de son poste de ministre des Finances en mars 1999, conséquence du refus du chancelier de s’engager dans une politique macroéconomique de relance keynésienne. Le choix de s’inscrire dans une tout autre stratégie est ensuite clairement affiché par la publication du « Manifeste Blair-Schröder » de juin 1999.

30La référence de ce dernier à la « troisième voie » du New Labour implique pour le marché du travail une politique de l’offre, notamment une dérégulation permettant l’émergence d’emplois dans les secteurs à basse productivité, donc à bas salaires. La création de tels emplois doit s’accompagner d’une « activation » des chômeurs, c’est-à-dire d’une incitation plus forte à revenir sur le marché du travail (les Anglo-Saxons parlent de workfare), y compris dans un emploi moins avantageux que celui que l’on a perdu, sous peine de suspension des prestations sociales. Outre la réinsertion d’une main-d’œuvre jusqu’ici marginalisée, l’objectif est une augmentation des taux d’activité propre à limiter la part des prestations sociales dans la richesse nationale. Dans une telle conception, ces prestations perdent partiellement leur fonction de compensation et de protection collective et se veulent plutôt incitatives et au service de l’employabilité individuelle.

31Jusqu’à la fin 2001, ces annonces restent peu suivies d’effet – bien que la loi dite « Job-Aqtiv » sur la politique de l’emploi esquisse des mesures d’activation et que celle sur le temps partiel et les contrats à durée déterminée (Teilzeit- und Befristungsgesetz) banalise largement le recours à ce type de contrats. Mais la remontée du chômage depuis le début de l’année, la proximité des élections, qui discipline les contestataires syndicaux et la gauche du parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD), ainsi que le scandale des statistiques enjolivées par l’Office fédéral pour l’emploi au début de l’année 2002 permettent d’accélérer les réformes. Le concept élaboré par une commission d’experts sous la direction de Wolfgang Hartz (à l’époque directeur des ressources humaines chez Volkswagen), présenté de manière très médiatique à la veille des élections législatives de l’automne, se retrouve au cœur de l’Agenda 2010.

32Les quatre lois qui en découlent, dites « lois Hartz », toutes adoptées avant la fin de l’année 2003, exacerbent le débat sur l’inégalité et la pauvreté, car au-delà du volet technique concernant la réforme des institutions de placement, la mise en œuvre du principe d’activation et le nouveau système d’indemnisation changent profondément le fonctionnement du marché du travail et touchent finalement à la conception de la justice sociale.

  • 17 T. Wolfle, « Gewerkschaftliche Strategie in der Leiharbeit », WSI-Mitteilungen, janvier 2008.

33La dérégulation du travail temporaire illustre bien cette évolution. Initialement très encadré par la loi, puis ayant déjà fait l’objet d’un premier assouplissement en 2002, l’intérim est en 2004 quasiment libéré de toute entrave. Dans l’esprit de la commission Hartz, il doit devenir un outil de réinsertion dans le marché du travail. Mais la dérégulation du travail temporaire va au-delà : elle facilite sa combinaison avec les contrats à durée déterminée et surtout contribue aussi à l’extension d’un secteur à bas salaires car, à cause des ratés de la politique conventionnelle qui suit sa libéralisation, l’intérim continue d’être rémunéré à des niveaux très inférieurs à celui de l’emploi normal17.

34Ceci dit, l’ouverture vers le bas de l’éventail des salaires résulte surtout de la création des mini-jobs. Ceux-ci naissent de la redéfinition d’un type d’emplois à temps partiel, qualifiés auparavant de geringfügige Arbeit, et destinés initialement aux étudiants ou aux mères de famille à la recherche d’un revenu d’appoint pour le ménage. Ces deux catégories étant en général couvertes par la protection sociale du chef de famille, ces « petits emplois » pouvaient être logiquement exonérés de cotisations sociales. Réformés par une des lois Hartz, ils prennent le nom plus flatteur de mini-jobs, ont un plafond de rémunération augmenté (400 euros) et voient leur maximum horaire (15 heures par semaine) supprimé. La formule s’en trouve de ce fait assouplie, tout en gardant l’attrait de l’allégement des charges. On espère évidemment assister à l’émergence d’emplois nouveaux, en particulier dans le secteur des services à la personne.

  • 18 Excepté celui de la rémunération dite immorale (sittenwidrig), qui est de 30 % inférieur au niveau (...)
  • 19 Celui-ci ne peut toutefois être inférieur au niveau « immoral ». En outre, des aménagements sont pr (...)

35Mais au cœur des réformes Hartz, on trouve l’activation et un nouveau système d’indemnisation qui, à travers la formule fördern und fordern, donne « autant de poids aux devoirs qu’aux droits ». L’activation se traduit par un durcissement des règles de remise au travail qui conditionnent l’octroi des allocations : le chômeur « ordinaire » doit, à partir d’un certain délai, accepter dans son domaine un emploi sans plancher de rémunération18 et, pour peu qu’il n’ait pas de famille à charge, se plier à une mobilité sur tout le territoire ; quant au chômeur de longue durée, il doit accepter tout emploi quel qu’en soit le niveau de salaire19, et peut même, tant qu’il n’en a pas trouvé, se voir imposer une tâche d’utilité collective faiblement rémunérée (Ein-Euro-Job) en contrepartie des efforts fournis par la collectivité en sa faveur. Cette mesure est également préconisée en tant que moyen pour maintenir le chômeur en contact avec le monde du travail et faire en sorte qu’il reste socialisé.

  • 20 À ces montants s’ajoute la prise en charge des frais de logement et des allocations complémentaires (...)

36Quant au système d’indemnisation, c’est lui qui focalise le plus l’attention, par suite de la fusion de « l’assistance chômage » (Arbeitslosenhilfe) avec l’aide sociale (Sozialhilfe). Alors qu’auparavant le chômeur en fin de droits assurantiels touchait une allocation financée par l’impôt qui restait proportionnelle à l’indemnité antérieure, et qui était donc indirectement liée au niveau de salaire de l’emploi initial perdu, il ne perçoit plus désormais qu’une « allocation-chômage II » (Arbeits-losengeld II – ATLG II) alignée sur l’aide sociale. Il dépend d’ailleurs d’une administration gérant conjointement ces deux types de prestations, ce qui est logique puisque le versement de cette allocation (345 euros à l’Ouest et 331 euros à l’Est), qui doit assurer un niveau de vie minimum, est assujetti comme l’aide sociale à une évaluation des besoins réels (Bedürftigkeitsprüfung), laquelle tient compte des revenus du partenaire ou du patrimoine personnel20.

37Dire que les réformes Hartz sont mal accueillies est un euphémisme. Elles suscitent un tollé à gauche – prises de positions mais aussi manifestations, en particulier dans les nouveaux Länder, où l’on voit durant l’été 2004 renaître pour un temps dans les principales villes les manifestations du lundi (qui avaient précédé la chute du Mur en 1989) – et sont directement à l’origine des difficultés que le SPD connaît à la fin de la législature : défaites en chaîne aux élections régionales et contestation au sein du parti, qui se traduit à la fois par une hémorragie de militants et l’implantation à l’Ouest d’une gauche de la gauche, ce qui incite le chancelier à dissoudre le Bundestag et lui fait finalement perdre le pouvoir.

L’indemnisation du chômage au cœur des débats

38Les critiques se focalisent avant tout sur le nouveau système d’indemnisation, en particulier sur l’Arbeitslosengeld II. Non pas que les autres aspects de la réforme ne fassent pas aussi débat, mais leur impact est visible seulement à moyen terme, qu’il s’agisse des problèmes d’organisation des nouveaux services de placement et d’indemnisation, ou des effets pervers de l’intérim et des mini-jobs qui, pour une part non négligeable, se multiplient en se substituant à des emplois normaux. En comparaison, l’introduction de l’ALG II soulève des questions immédiates qui semblent à la fois plus concrètes et dotées d’une charge symbolique plus forte.

39Le niveau de l’aide est-il suffisant ? Est-elle en soi une mesure juste, sachant qu’appliquée uniformément à tous les chômeurs de plus d’un an elle gomme la différence entre ceux qui sont pour la première fois durablement au chômage après avoir cotisé longtemps et ceux qui émargeaient déjà auparavant à l’aide sociale ? Est-elle juste, lorsqu’au nom du principe de subsidiarité qui la fonde, le chômeur ne peut éventuellement en bénéficier tant qu’il possède un patrimoine censé l’élever au-dessus du seuil de pauvreté ? Par conséquent, est-il juste par exemple de conditionner l’octroi de l’allocation à la liquidation d’une réserve d’épargne ou d’une assurance vie, ou bien encore à la vente d’une maison acquise avant la perte d’un emploi grâce au fruit de son travail ?

  • 21 Lebenslagen in Deutschland – Der 2. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, Berlin, avril (...)

40Face à ces doutes, le gouvernement met en avant pour se justifier le poids des contraintes financières, notamment le fait qu’une dérive des dépenses sociales nuit à l’emploi en raison de l’augmentation du coût du travail tout en minorant le revenu des petites gens par suite de l’alourdissement de la fiscalité. Ce faisant, il argumente en faveur d’une juste répartition des charges entre actifs et chômeurs de longue durée, privilégiant en la matière l’horizon du présent par rapport à celui, intertemporel, de droits sociaux acquis. Plus généralement, il présente les mesures d’activation comme l’expression d’une politique sociale faisant, au-delà de la simple égalité redistributive, davantage de place à l’égalité des chances. Le workfare participerait d’un nouveau paradigme, visant à permettre aux individus de réagir avec flexibilité aux défis de la société des services et de la connaissance21.

  • 22 « Hartz IV, das ist Armut per Gesetz. »

41Quiconque ambitionne un changement de paradigme doit s’attendre à des résistances. Mais le gouvernement a d’autant plus de mal à convaincre ses détracteurs que la croissance économique n’est pas au rendez-vous. Les vertus de l’activation apparaissent donc bien aléatoires, surtout que dans de nombreuses régions, en particulier à l’Est, l’offre d’emplois disponibles reste structurellement insuffisante : pour les manifestants de l’été 2004, « Hartz IV, c’est la pauvreté par décision légale22 ». La brutalité du slogan est à la mesure du choc ressenti par l’opinion. Les réformes Hartz constituent bien un tournant, à partir duquel se diffuse un sentiment d’insécurité sociale et s’avive corrélativement l’intérêt pour les questions sensibles d’inégalité et de pauvreté. Depuis lors, ces thèmes ne cessent de défrayer la chronique.

La montée du débat sur la pauvreté

  • 23 « Kluft zwischen arm und reich wächst » et « Armutsrisiko für Kinder wird größer », Frankfurter All (...)
  • 24 « Generation Praktikum » et « Generation des Weniger », dans une interview de U. Beck, Der Spiegel, (...)

42Début 2005, le deuxième rapport du gouvernement fédéral sur la pauvreté et la richesse, publié alors que la loi Hartz IV vient de prendre effet et que le chômage est au plus haut, suscite des réflexions inquiètes sur l’exposition des classes moyennes et des enfants au risque de pauvreté23. Au printemps et à l’été 2006, c’est la question de l’insertion professionnelle des jeunes qui agite l’opinion, lorsqu’il apparaît que les diplômés de l’Université, une catégorie pourtant encore relativement privilégiée en Allemagne, sont de plus en plus souvent en butte à des statuts précaires. L’expression « génération stage », qui se popularise alors, rend bien compte des peurs de la classe moyenne face à la crise économique et de la prise de conscience des dérèglements du marché du travail24.

  • 25 « 6,5 Millionen Deutsche gehören zur neuen Unterschicht », Bild am Sonntag, 15 octobre 2006.

43À l’automne 2006, un pallier supplémentaire est franchi quand Bild am Sonntag (BamS) titre « 6,5 millions d’Allemands font partie de la nouvelle couche inférieure25 ». La manchette sur la neue Unterschicht procède d’une simplification, car le journal se réfère à une étude de la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) plus préoccupée de communication politique que de stratification sociale. Pour analyser la façon dont sont reçues les réformes, la très sérieuse fondation du Parti social-démocrate a en effet construit une typologie tenant compte au moins autant des comportements, des valeurs et des opinions que de critères socio-économiques.

  • 26 R. Müller-Hilmer, Gesellschaft im Reformprozess, Bonn, Friedrich-Ebert-Stiftung, 2006, disponible s (...)

44C’est la catégorie à la fois la plus pessimiste et la plus défavorisée de cette classification, celle qui répond à l’appellation « précaires marginalisés » (abgehängtes Prekariat), évaluée à 8 % des interrogés (ce qui équivaut, rapporté à l’ensemble de la population, au chiffre hypothétique de 6,5 millions), que le quotidien à sensation assimile à une sorte de nouveau prolétariat. D’aucuns s’aperçoivent de la méprise, et remarquent que les études sur la pauvreté, fondées sur des données objectives, seraient une référence bien meilleure pour décrire et surtout quantifier cette Unterschicht26.

  • 27 « Eine arme Debatte », Tageszeitung, 18 octobre 2006 et « Klassenpanik », Frankfurter Allgemeine Ze (...)

45Mais dans la longue controverse que déclenche l’article de la BamS, l’essentiel est ailleurs : l’important est la mise en avant du phénomène de l’exclusion, puisque les « précaires marginalisés » comme les appelle la FES sont avant tout caractérisés par l’expérience du déclassement et la perte de tout espoir de retrouver une existence normale. Il y a par ailleurs l’enjeu sémantique : toute la classe politique se divise en effet sur l’opportunité de parler d’Unterschicht, avec des clivages à gauche qui reflètent largement l’opposition entre partisans et adversaires des réformes Schröder, mais aussi une polarité Est-Ouest27.

46On ne saurait dire quel point de vue l’emporte, mais il reste que le tabou est brisé : dans une société se considérant jusqu’alors comme peu inégalitaire, on ose maintenant évoquer ouvertement l’existence d’une « Allemagne d’en bas ». Depuis, le débat public sur les thèmes de la pauvreté, des inégalités et de la cohésion sociale, alimenté par de nombreuses études d’instituts économiques allemands, d’organisations internationales ou les publications du gouvernement, n’est jamais plus retombé.

Perception et mesures statistiques

  • 28 Lebenslagen in Deutschland – Der 2. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, op. cit. [21]

47Comment apprécier cette nouvelle perception de la question sociale au regard des données chiffrées que produisent justement ces études ? Elle semble essentiellement corroborée, par exemple par les indicateurs de pauvreté ou par ceux quantifiant l’inégalité des revenus. Ainsi, le pourcentage des bénéficiaires de l’aide sociale est passé entre 1970 et 2004 de 1 à 3,5 % de la population. En outre, selon les rapports du gouvernement sur la pauvreté, l’indice de pauvreté relative28, qui évalue la part de la population dont le revenu est inférieur à 60 % du revenu médian, est passé de 12,1 % en 1998 à 13,5 % en 2003, pour se maintenir à 13 % en 2005.

  • 29 Plus de 13 % restent deux ans ou plus en situation de pauvreté après le tournant du siècle (O. Groh (...)
  • 30 M. Miegel et al., Von Verlierern und Gewinnern – Die Einkommensentwicklung ausgewählter Bevölkerung (...)
  • 31 J. Goebel, P. Kause, « Gestiegene Einkommensungleichheit in Deutschland », Wirt-schaftsdienst, déce (...)

48Sur des bases statistiques un peu différentes, les estimations du Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung (DIW) de Berlin aboutissent même à un taux de 18 % pour 2006 – contre 13 % au début des années 1990 – et soulignent qu’une part croissante de la population s’installe dans cette pauvreté29. Les groupes à risque sont bien entendu les chômeurs et les immigrés, mais aussi les enfants lorsqu’ils vivent dans des familles nombreuses, des foyers monoparentaux ou d’origine étrangère, et les femmes seules ayant des enfants à charge30. Par ailleurs, diverses études du DIW relèvent une inégalité croissante des revenus des ménages, qui s’accentue nettement à partir de 2000 et qui, si on définit la classe moyenne par rapport au revenu, conforte le diagnostic de l’érosion de celle-ci. Corrélativement, la répartition des patrimoines est, elle aussi, de plus en plus inégalitaire31.

  • 32 O. Groh-Samberg, op. cit. [8].
  • 33 Lebenslagen in Deutschland – Der 3. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, Berlin, juill (...)

49Mais toutes les données ne donnent pas lieu à des interprétations aussi négatives. Ainsi, si c’est à partir des catégories socioprofessionnelles que l’on cerne la classe moyenne, elle paraît alors relativement épargnée. Sur les dix dernières années, on observe en effet que les risques de pauvreté touchent surtout les ouvriers non qualifiés. En revanche, l’ouvrier qualifié, ce Facharbeiter qui reste une figure sociale centrale en Allemagne, s’il subit les fluctuations conjoncturelles de l’activité, tombe rarement durablement dans la pauvreté32. Il faut d’ailleurs souligner que la pauvreté est encore pour la grande majorité de ceux qui sont concernés un état transitoire. Plus généralement, il faut se rappeler également qu’il s’agit ici d’une pauvreté relative, rapportée dans le cas allemand à un revenu médian élevé, le seuil de pauvreté se situant par conséquent plus haut que dans bien d’autres pays européens (781 euros en 2008). Enfin, le système de protection sociale a encore un effet redistributeur très prononcé : le gouvernement fédéral insiste beaucoup sur le fait que les transferts sociaux ont permis en 2005 de réduire le taux de pauvreté, qui est passé de 26 à 13 %, ce qui serait une des plus fortes corrections observées dans l’ensemble des pays européens33.

Conclusion

50Relativiser les données ne doit pas conduire à les minimiser. Les perceptions parfois catastrophistes de l’opinion allemande s’expliquent à la fois par le rythme rapide de l’évolution et par l’ampleur de certains changements qualitatifs.

  • 34 K. Dörre, « Armut, Abstieg, Unsicherheit : Die soziale Frage am Beginn des 21. Jahrhunderts », Aus (...)
  • 35 Inférieur à la moyenne de l’OCDE au début des années 1990, le taux de pauvreté allemand lui est mai (...)

51Jusqu’au début des années 1990, la pauvreté était en Allemagne considérée comme un phénomène quantitativement marginal et essentiellement individuel, autrement dit comme le problème de ceux qui, pour différentes raisons, sont incapables d’autonomie. La dégradation intervenue depuis, qui fait remonter les indicateurs de pauvreté à leur niveau des années 1960, accrédite l’idée que les couches socialement intégrées depuis le miracle économique sont désormais menacées34. Selon les comparaisons avec d’autres pays, l’Allemagne s’inscrit avec retard dans la tendance internationale d’une montée des inégalités et de la pauvreté : le choc mental provient donc en partie de cet effet de rattrapage35.

  • 36 Voir à ce sujet, dans cet ouvrage, la contribution de R. Lasserre.
  • 37 S. Liebig, J. Schupp, « Immer mehr Erwerbstätige empfinden ihr Einkommen als ungerecht », DIW-Woche (...)

52Outre la dynamique, il y a aussi la nature des changements qui, soit du fait de la volonté explicite des réformateurs, soit de celui d’évolutions intrinsèques, touche à des éléments essentiels du modèle social allemand, en particulier à la régulation salariale et aux modalités de l’insertion professionnelle. Sur le premier point, à la fois par suite des mesures favorisant l’émergence d’un secteur à bas salaires et des transformations du système de négociation collective36, l’éventail des rémunérations, qui était il y a une décennie l’un des plus resserrés d’Europe, est aujourd’hui l’un des plus ouverts. Le sentiment d’injustice face à ce changement rapide est d’autant plus fort que le doute persiste encore quant à l’utilité de la part volontaire de cette dérégulation en termes de retour à l’emploi37.

  • 38 En 2004, deux tiers des salariés seulement occupent encore un l’emploi normal (voir « Rascher Wande (...)
  • 39 J. Schmid, op. cit. [16] ; B. Vogel, « Prekarität und Prekariat – Signalwörter neuer sozialer Ungle (...)

53Les autres incertitudes portent en quelque sorte sur la « valeur travail ». Il y a d’abord la rupture induite par une politique de l’emploi, qui, sous le signe de Hartz IV, cesse de donner la priorité à la préservation du statut salarial, et tend, en mettant en avant l’employabilité, à déstabiliser aussi l’un des pivots de ce statut : la continuité de la carrière professionnelle fondée sur le métier. Par ailleurs, la diffusion de formes atypiques d’emploi change en profondeur le fonctionnement du marché du travail et nourrit les craintes de précarisation38. Enfin, l’apparition d’une frange importante de travailleurs pauvres (working poor) suscite des interrogations encore plus fondamentales quant à la capacité du salariat à servir de vecteur d’intégration sociale39.

54Face à ce dérèglement des repères, la cohésion sociale est-elle pour autant en péril ? Il est clair que l’évolution des dernières années a fissuré le consensus autour des institutions et des valeurs. L’introduction progressive d’un salaire minimum et la discussion qui l’accompagne sont d’ailleurs bien le signe d’un changement de paradigme. Pour autant, il faut reconnaître que les systèmes de protection sociale et de relations professionnelles, justement parce qu’ils se sont réformés, gardent encore bien des ressources, en particulier des mécanismes et surtout une culture de négociation qui restent assez solides. D’autre part, les réformes Schröder, qui focalisent sur elles une bonne partie du malaise, ont au moins le mérite d’avoir été engagées sur la base d’une rupture politiquement assumée. La fronde de l’aile gauche du SPD qu’elles ont suscitée en retour et l’émergence d’une gauche de la gauche qu’elles ont accélérée ont permis de ce fait aux tensions sociales de trouver un débouché politique.

55Pour autant, ce constat ne suffit pas à rassurer, car le chômage et l’érosion de l’emploi normal ont pour double effet de fragiliser les relations du travail et de limiter l’efficacité de la protection sociale. Si l’État social allemand fonctionne et reste réactif, il n’en laisse pas moins sur la touche une frange croissante de la population. Et ces exclus, dont la proportion est beaucoup plus importante à l’Est qu’à l’Ouest, sont justement ceux chez qui on observe le plus souvent un désintérêt vis-à-vis de la politique.

  • 40 W. Heitmeyer (dir.), Deutsche Zustände, vol. 1-6, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2002-2008.

56Perte du lien social, montée des incivilités, ghettoïsation, communautarisation, parfois même xénophobie, laquelle, dans certaines régions de l’Est, croît de façon extrêmement préoccupante : on trouve donc en Allemagne les mêmes symptômes que ceux que nous connaissons en France40. Si, comme on peut s’y attendre, la crise qui est devant nous accentue ces tendances, alors oui, la cohésion sociale est en péril.

Notes

1 Voir entre autres S. Lessenich, F. Nullmeier (dir.), Deutschland, eine gespaltene Gesellschaft, Francfort-sur-le-Main/New York, Campus Verlag, 2006, et O. Schreiner, Die Gerechtigkeitslücke. Wie die Politik die Gesellschaft spaltet, Berlin, Propyläen, 2008.

2 Voir notamment C. Boyer, K.-D. Henke, P. Skyba (dir.), Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland. Vol 10. 1971-1989 DDR. Bewegung in der Sozialpolitik, Erstarrung und Niedergang, Baden-Baden, Nomos, 2008.

3 G. A. Ritter (dir.), Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland. vol. 11 1989-1994 BRD. Sozialpolitik im Zeichen der Vereinigung, Baden-Baden, Nomos, 2007, p. 78, 446 et 1111.

4 Il faut notamment citer celles émanant d’une commission d’experts réunis autour de l’ancien maire de Hambourg et ancien ministre Klaus von Dohnanyi, celles de la fondation Friedrich Ebert et celles du think tank de la Deutsche Bank (DB-Research).

5 Sachverständigenrat, Jahresgutachten 2004/05, Erfolge im Ausland – Herausforderungen im Inland, Wiesbaden, 2004, chiffre 614, disponible sur Sachverstaendigenrat-wirtschaft.de.

6 Office fédéral des statistiques, Datenreport 2006, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2006, p. 104, disponible sur Ec.destatis.de.

7 Bundesagentur für Arbeit, Arbeitsmarkt 2007, Nuremberg, Bundesagentur für Arbeit, juillet 2008, p. 91 et 102.

8 Office fédéral des statistiques, Datenreport 2008, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2008, p. 16, disponible sur Ec.destatis.de.

9 Dans les secteurs de la micro-électronique, de l’automobile, de l’industrie chimique, de l’opto-électronique ou de la construction navale en ce qui concerne l’industrie ; dans le tourisme notamment, en ce qui concerne les services.

10 Projektbericht Perspektive-Deutschland 2005/06, Eine Initiative von Mc Kinsey, Stern, ZDF und WEB.DE, p. 115, disponible sur Perspektive-deutschland.de.

11 Entre 1995 et 2005, Cottbus, Halle, Gera et Magdeburg ont perdu entre 13 et 17 % de leur population, Frankfort-sur-l’Oder et Suhl 20 % et Hoyerswerda presque 30 % (Office fédéral des statistiques, op. cit. [8], p. 325).

12 Office fédéral des statistiques, op. cit. [8], p. 161.

13 R. Bispinck, WSI-Tarifarchiv, Tarifpolitischer Jahresbericht 2008, Düsseldorf, Hans-Böckler-Stiftung, 2009, disponible sur Boeckler.de.

14 Dans les deux cas, il y a 5 % de non-réponses. Enquête effectuée annuellement depuis 1990 par le Sozialwissenschaftliches Forschungszentrum Berlin-Brandenburg pour l’association caritative Volkssolidarität : Sozialreport 2008, Berlin, décembre 2008. Voir aussi « Jeder neunte Ostdeutsche will die DDR zurück », Die Welt, 20 janvier 2009.

15 Lebenslagen in Deutschland – 1. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, Berlin, 25 avril 2001 ; « Unsere Klassengesellschaft », Die Zeit, 4 janvier 2001.

16 J. Schmid, « Arbeitsmarkt- und Beschäftigungspolitik – große Reform mit kleiner Wirkung ? », in C. Egle, R. Zohlhöfer (dir.), Ende des rot-grünen Projekts. Eine Bilanz der Regierung Schröder 2002-2005, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, 2007.

17 T. Wolfle, « Gewerkschaftliche Strategie in der Leiharbeit », WSI-Mitteilungen, janvier 2008.

18 Excepté celui de la rémunération dite immorale (sittenwidrig), qui est de 30 % inférieur au niveau habituel observé dans l’activité concernée.

19 Celui-ci ne peut toutefois être inférieur au niveau « immoral ». En outre, des aménagements sont prévus si la personne au chômage a un ou plusieurs enfants en bas âge ou une ou plusieurs personnes dépendantes à charge.

20 À ces montants s’ajoute la prise en charge des frais de logement et des allocations complémentaires en fonction de la composition du ménage.

21 Lebenslagen in Deutschland – Der 2. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, Berlin, avril 2005, p. XVII sq., disponible sur Bmas.de.

22 « Hartz IV, das ist Armut per Gesetz. »

23 « Kluft zwischen arm und reich wächst » et « Armutsrisiko für Kinder wird größer », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 2 mars 2005 ; « Die neue Unterschicht », Die Zeit, 10 mars 2005 et « Unternehmen sparen, Praktikanten hoffen », Frankfurter Allgelmeine Zeitung, 27 juin 2005.

24 « Generation Praktikum » et « Generation des Weniger », dans une interview de U. Beck, Der Spiegel, 31 juillet 2006. Déjà employée un an auparavant (« Generation Praktikum », Die Zeit, 31 mars 2005), l’expression n’avait pas trouvé une telle résonance.

25 « 6,5 Millionen Deutsche gehören zur neuen Unterschicht », Bild am Sonntag, 15 octobre 2006.

26 R. Müller-Hilmer, Gesellschaft im Reformprozess, Bonn, Friedrich-Ebert-Stiftung, 2006, disponible sur Fes.de ; G. Neugebauer, Politische Milieus in Deutschland. Die Studie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, Dietz, 2007.

27 « Eine arme Debatte », Tageszeitung, 18 octobre 2006 et « Klassenpanik », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 18 octobre 2006.

28 Lebenslagen in Deutschland – Der 2. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, op. cit. [21].

29 Plus de 13 % restent deux ans ou plus en situation de pauvreté après le tournant du siècle (O. Groh-Samberg, « Armut in Deutschland verfestigt sich », DIW-Wochenbreicht, 21 mars 2007, « Streit über Armutsbericht », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 2 juin 2008).

30 M. Miegel et al., Von Verlierern und Gewinnern – Die Einkommensentwicklung ausgewählter Bevölkerungsgruppen in Deutschland, Bonn, Institut für Wirtschaft und Gesellschaft, juin 2008, disponible sur Iwg-bonn.de.

31 J. Goebel, P. Kause, « Gestiegene Einkommensungleichheit in Deutschland », Wirt-schaftsdienst, décembre 2007 ; DIW-Wochenbericht, : J. Frick, M. Grabka, « Schrumpfende Mittelschicht – Anzeichen einer dauerhaften Polarisierung der verfügbaren Einkommen », 5 mars 2008 et « Gestiegene Vermögensungleichheit in Deutschland », 21 janvier 2009.

32 O. Groh-Samberg, op. cit. [8].

33 Lebenslagen in Deutschland – Der 3. Armuts- und Reichtumsbericht der Bundesregierung, Berlin, juillet 2008, p. 21-22, disponible sur Bmas.de ; « Armutsbericht, „Der deutsche Sozialstaat wirkt“ », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 25 juin 2008.

34 K. Dörre, « Armut, Abstieg, Unsicherheit : Die soziale Frage am Beginn des 21. Jahrhunderts », Aus Politik und Zeitgeschichte, 33-34, 11 août 2008, disponible sur Bpb.de.

35 Inférieur à la moyenne de l’OCDE au début des années 1990, le taux de pauvreté allemand lui est maintenant légèrement supérieur (OECD, Growing unequal ? – Income Distribution and Poverty in OECD Countries, Paris, OECD, 2008 ; « OECD-Studie : Armut in Deutschland wächst rasant », Handelsblatt, 21 octobre 2008 ; « Kluft zwischen Arm und Reichgewachsen », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 octobre 2008).

36 Voir à ce sujet, dans cet ouvrage, la contribution de R. Lasserre.

37 S. Liebig, J. Schupp, « Immer mehr Erwerbstätige empfinden ihr Einkommen als ungerecht », DIW-Wochenbericht, 30 juillet 2008 ; T. Kalina, « Niedriglohnbeschäftigung in Deutschland – Sprungbrett oder Sackgasse ? », Arbeit, janvier 2008 ; T. Schank et al., « Niedriglohnbeschäftigung : Sackgasse oder Chance zum Aufstieg ? », IAB-Kurzbericht, août 2008.

38 En 2004, deux tiers des salariés seulement occupent encore un l’emploi normal (voir « Rascher Wandel der Erwerbsarbeit », Monatsbericht der deutschen Bundesbank, juillet 2005, et le chapitre du dernier Jahresgutachten 2008/2009 du Sachverständigenrat, Berlin, novembre 2008).

39 J. Schmid, op. cit. [16] ; B. Vogel, « Prekarität und Prekariat – Signalwörter neuer sozialer Ungleichheiten », Aus Politik und Zeitgeschichte, 33-34/2008, 11 août 2008 ; K. Dörre, op. cit. [34].

40 W. Heitmeyer (dir.), Deutsche Zustände, vol. 1-6, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2002-2008.

Auteur

Agrégé d’allemand et diplômé de Sciences Po, est professeur de civilisation allemande à l’université Paris 3.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540