Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Programmes et débats sur les orientations des partis : convergence ou diversification ?

La politique de sécurité dans un monde plus complexe

Patrick Keller
Traduction de Julien Chiappone-Lucchesi

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Nicolas Meier pour son soutien lors des recherches préparatoires.

1Peu de champs du politique ont connu, ces 20 dernières années, des bouleversements aussi significatifs que ceux qui ont agité la politique de sécurité et de défense. D’abord d’ordre externe, ces bouleversements sont caractérisés par la fin de la logique de confrontation bipolaire, à la suite de l’effondrement du système communiste soviétique, et par l’émergence de nouvelles menaces, telles que les conflits ethniques, la désintégration d’États et, surtout, le terrorisme international. Ce tournant qui affecte les grands « métarécits » de la modernité – principalement à travers la fin de la compétition idéologique entre communisme et démocratie à économie de marché – a également conduit à des bouleversements d’ordre interne : les forces à la gauche de l’échiquier politique ont été mises sous pression, tandis que la droite bourgeoise et conservatrice s’est vue contrainte à effectuer un travail d’introspection sur ses propres valeurs. Ces évolutions de la politique intérieure et internationale se sont déroulées sur fond de montée en puissance continue de la mondialisation ; celle-ci conduit à un enchevêtrement des liens qui unissent citoyens, sociétés et marchés, mettant par là même en question toutes formes de frontières – c’est-à-dire en dernier lieu l’État et la communauté nationale – et justifiant l’instauration d’une nouvelle réglementation. Frontières, État et communauté nationale sont les concepts qui se trouvent au cœur du champ d’action de la politique de sécurité.

2Nous prendrons ici pour exemple les partis politiques français et allemands afin d’analyser les réactions des différentes forces politiques aux changements décrits. Il est toutefois difficile d’envisager une comparaison directe sur les questions de politique étrangère, et plus encore sur celles touchant à la sécurité. L’Assemblée nationale française – et par conséquent les partis politiques – ne joue en ce domaine pratiquement aucun rôle, au contraire du Parlement allemand. En France, la politique étrangère et de sécurité appartient au domaine réservé du président de la République. Si ce dernier, selon son appartenance politique, agit en fonction d’orientations tantôt de droite, tantôt de gauche, il demeure, dans ses prises de décisions en matière de politique extérieure, bien plus indépendant du Parlement que le chancelier fédéral allemand. C’est la raison pour laquelle, en comparaison avec leurs homologues allemands, les partis politiques français ont une très faible marge de manœuvre. Certes, ils se font aussi concurrence dans ce domaine et prennent position pour attirer les suffrages des électeurs. Cependant, à quelques détails près, ils demeurent dépourvus de tout pouvoir d’influence, ce qui, par ricochet, affecte la pertinence (et parfois l’intensité) des débats internes en matière de politique étrangère. Il apparaît donc plus approprié de parler d’une mise en parallèle plutôt que d’une comparaison des conceptions des partis politiques français et allemands concernant la politique de sécurité.

  • 1 Une seule fois, en 2002, un candidat d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen, parvint à se maintenir au (...)

3C’est pour la même raison que, pour la France, sont examinées en priorité les positions du Parti socialiste (PS) et de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), les deux seuls partis politiques dont il est réaliste de penser qu’ils peuvent gagner une élection présidentielle1. Pour l’Allemagne, au contraire, l’analyse concerne l’ensemble des partis représentés au Bundestag, non seulement pour prendre en compte l’importance des coalitions gouvernementales, mais aussi parce que le corps législatif allemand possède un véritable rôle en matière de politique étrangère.

4Notre point de départ est le tournant historique de 1989-1990, décrit souvent, pour simplifier, comme étant le moment où le monde cesse d’être bipolaire pour devenir unipolaire, et qui marque une rupture systémique en matière de politique internationale. Le nouvel ordre européen, après l’unification de l’Allemagne et la fin de l’Union soviétique, fut l’objet d’intenses débats, tant en France qu’en Allemagne, et forme la toile de fond de toutes les controverses qui ont suivi, de la guerre du Kosovo jusqu’à l’engagement actuel en Afghanistan. Les débats sur la politique de sécurité, fort complexes et largement liés à d’autres sujets, se sont cristallisés autour de la position de chacun des partis vis-à-vis de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ; outil de la guerre froide par excellence, l’Alliance s’est révélé être un instrument particulièrement bien adapté pour mesurer les variations de conception et de stratégie de ses membres occidentaux.

5Faire apparaître les contrastes entre les positions – du reste changeantes – des partis en matière de politique de sécurité constituera notre fil rouge. Toutefois, sans nous y limiter, nous examinerons également dans quelle mesure les partis restent fidèles aux idées contenues dans leurs programmes lorsqu’ils accèdent aux responsabilités et ont la charge du pouvoir exécutif. La problématique de l’influence réciproque entre intentions théoriques et contraintes liées à l’expérience pratique du pouvoir constitue en effet un élément caractéristique du débat propre aux partis politiques allemands. Dans ce cadre, nous tenterons en conclusion de formuler des perspectives quant aux possibles évolutions des positions des partis politiques français et allemands en matière de politique de sécurité et de défense.

L’Allemagne : quelle responsabilité dans un monde multipolaire ?

  • 2 Le 12 septembre 1990 est signé à Moscou le Traité portant règlement définitif concernant l’Allemagn (...)
  • 3 Des exposés et des analyses détaillés de cette situation sont à lire dans Ch. Hacke, Die Außenpolit (...)

6La République fédérale d’Allemagne (RFA) n’obtient la jouissance de sa souveraineté pleine et entière qu’avec l’unification et la ratification du traité « 4 + 22 ». Cela ne signifie pas pour autant un « instant zéro » de la politique étrangère et de sécurité : après tout, l’Allemagne a déjà été amenée auparavant à jouer un rôle actif dans des questions touchant par exemple à l’intégration européenne, au réarmement, à l’élargissement de l’OTAN, à la politique de détente ou aux relations Nord/Sud. Toutefois, en raison des conséquences de la politique menée par les puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi par sa propre volonté, le géant économique allemand est resté un nain en politique étrangère. Or, avec la souveraineté retrouvée, un territoire national agrandi et une situation géostratégique bouleversée, les attentes vis-à-vis d’un rôle politique accru de l’Allemagne sur la scène internationale se transforment, aussi bien à l’intérieur même du pays qu’au dehors3.

7Dans ce contexte, l’Allemagne est confrontée à un dilemme : en assumant la responsabilité de ce nouveau rôle, lié à son poids grandissant, elle doit prendre toutes les précautions nécessaires afin de ne pas donner la moindre impression d’un retour en arrière, d’une revitalisation de son ancienne prétention à être la puissance dominante en Europe. Ce dilemme trouve son origine dans la « question allemande », expression signifiant que l’Allemagne est, d’une part, trop puissante pour dépendre d’autres États européens et, d’autre part, trop faible pour dominer le continent, ce qu’ont démontré les deux guerres mondiales. La partition du pays et l’intégration européenne ont permis à ses voisins de considérer comme résolue cette question allemande mais, en 1990, existe, en Allemagne comme à l’étranger, une inquiétude sur la pérennité de la situation et sur la possible renaissance d’un esprit de revanche. Au même moment toutefois, les alliés au sein de l’OTAN – dans le cadre de la doctrine du partage du fardeau (burden-sharing) – exigent de la part des Allemands un engagement plus massif sur les théâtres de crise extérieurs, ainsi que l’acceptation d’un niveau supplémentaire de responsabilité. Encouragés par les réussites de la République fédérale, les Allemands eux-mêmes ont gagné en assurance et sont prêts, en tant que partenaires démocratiques, à participer sur un pied d’égalité à la gouvernance de l’Alliance.

8C’est dans ce champ, résultat de la tension entre retenue et volonté croissante de participation, que se déroule la totalité du débat sur la politique allemande de sécurité de 1989-1990 à nos jours. Ce débat se reflète notamment dans l’attitude adoptée par les partis politiques et en particulier à travers les positions qu’ils expriment vis-à-vis de l’OTAN. Dans ce contexte, il est intéressant de noter la remarquable variété que présentait à l’origine le paysage politique allemand, variété qui subsiste encore en partie aujourd’hui.

Les positions à l’égard de l’OTAN entre 1990 et 1998

  • 4 Ici, comme par la suite, nous nous en tiendrons – sauf mention contraire – à la position des partis (...)
  • 5 Cette double décision prévoyait la modernisation des forces nucléaires de l’OTAN – avec le déploiem (...)
  • 6 Cf. J. Raschke (dir.), Die Grünen: Wie sie wurden, was sie sind, Cologne, Bund-Verlag, 1993.

9La liste Parti de gauche (Linkspartei)/Parti du socialisme démocratique (PDS) ainsi que les Verts (Die Grünen) se présentent pour la campagne législative de 1990 avec un fort engagement en faveur du pacifisme. La liste Parti de gauche/PDS revendique jusqu’en 2000 la démilitarisation du pays, avec la suppression des services civil et militaire, le départ de toutes les troupes étrangères stationnées sur son territoire, ainsi que le retrait complet de l’Allemagne réunifiée des structures de l’OTAN4. Les Verts ne sont pas en reste : leur slogan « Hors de l’OTAN ! », que l’on peut effectivement trouver dans leur programme électoral, date déjà des années 1980, au moment où le parti écologiste a pris de l’ampleur notamment grâce à l’arrivée massive de militants pacifistes opposés à la « double décision5 » de l’OTAN du 12 décembre 19796. Les deux partis vivent la nouvelle donne historique comme une chance, non seulement de dépasser le pacte de Varsovie, mais plus généralement de mettre un terme à la conception d’un monde divisé en deux blocs militaires. Pour des raisons historiques évidentes, l’Allemagne paraît prédestinée à la défense de cette vision. Que celle-ci ne prenne pas en considération la réalité des alliances, les avancées des discussions diplomatiques sur la réunification ou la clause, toujours nécessaire, de la garantie nucléaire de la part des États-Unis, est une tout autre histoire.

  • 7 On trouve également cette revendication au sein de la CSU, mais accompagnée du rejet d’une politiqu (...)

10Le Parti social-démocrate (SPD) insiste lui aussi sur les « dividendes de la paix » : la fin de la guerre froide doit conduire à un désarmement généralisé et, dans ce cadre, la réduction de moitié des effectifs des forces militaires allemandes est une revendication typique. Toutefois, il n’est jamais question pour ce parti de renoncer à une participation de l’Allemagne à l’OTAN. Celui-ci s’oppose en revanche à l’évolution du statu quo en refusant que les engagements militaires, ainsi que toutes les autres missions de l’OTAN et de l’Union de l’Europe occidentale (UEO), aient lieu en dehors du champ d’application de l’Alliance7.

11L’Union chrétienne-démocrate (CDU), au contraire, insiste clairement sur le caractère indispensable de l’OTAN et de la Bundeswehr. Pour le parti conservateur, seules ces institutions sont à même de garantir à la fois la sécurité de l’Allemagne et sa capacité d’influence sur la scène internationale. Néanmoins, le parti au pouvoir soutient également l’idée du désarmement et de la réduction de l’effectif des forces armées, bien que dans une proportion moindre que le SPD. Il est intéressant de noter que la CDU propose la mise en place d’une nouvelle architecture de sécurité, au sein de laquelle Communauté européenne (CE), UEO, OTAN et Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se compléteraient et se renforceraient mutuellement. Les modalités de mise en place ne sont pas précisées, mais l’évolution de la situation mondiale pousse le parti à reconsidérer l’adaptation des institutions traditionnelles.

12Quant au Parti libéral démocratique (FDP), le parti du ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher, il se situe sur la même ligne politique que son partenaire au sein de la coalition gouvernementale, même si son programme de politique étrangère présente des traits plus ambitieux et novateurs. Ainsi, le FDP met l’accent sur le caractère politique de l’OTAN, qui en fait plus qu’une simple alliance militaire. Cette importance politique se retrouve par exemple dans le pilotage et la coordination des accords européens sur le désarmement et la maîtrise des armements ou bien dans les liens très étroits qui, en matière de politique de sécurité, unissent les démocraties nord-américaines aux pays du continent européen. Ainsi, dans l’après-guerre froide, tandis que les partis d’opposition conservent inchangé leur positionnement traditionnel vis-à-vis de l’OTAN (revendication de la dissolution pour les uns, maintien du statu quo pour les autres), ce sont les partis de la droite au pouvoir qui tentent de formuler de nouvelles dimensions stratégiques.

  • 8 Spécialiste des questions agricoles, Henry Morgenthau fut notamment secrétaire d’État au Trésor de (...)

13Ce schéma demeure grosso modo le même en 1994, année d’élections fédérales. Le Parti du socialisme démocratique (PDS) exige toujours la dissolution de la Bundeswehr, de l’OTAN et de l’UEO et, partant, lutte contre le projet de révision de la Loi fondamentale qui autorise la participation de l’armée allemande à des opérations à l’extérieur des frontières nationales. Les Verts, après les résultats désastreux aux élections de 1990, se résolvent à fusionner avec l’Alliance 90 (Bündnis 90) de l’ex-Allemagne de l’Est, décision qui renforce le poids de l’idée pacifiste en son sein. C’est ainsi que le programme de 1994 comprend non seulement la revendication de la dissolution de l’OTAN, mais aussi l’opposition à la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) – « euromilitarisme » – et au programme franco-allemand de création de l’Eurocorps. L’opposition des Verts à l’encontre d’une « Europe superpuissance » s’apparente en réalité à un plan Morgenthau pour la sécurité en Europe8.

  • 9 Une réunion des membres de l’Union de l’Europe occidentale, le 19 juin 1992 à Petersberg, près de B (...)

14Après le « tournant du sommet de Petersberg9 » en 1992, le SPD accepte que des soldats allemands puissent prendre part à des opérations internationales, comme par exemple celle visant à assurer la sécurisation de l’aide alimentaire pour la Somalie dans le cadre de l’Opération des Nations unies en Somalie (ONUSOM). Cependant, le parti demeure résolument attaché au statu quo : il reconnaît certes la part générale de responsabilité de l’Allemagne dans les structures existantes de l’OTAN et dans celles, encore en gestation, de la PESC, mais il milite dans les deux cas pour une « stratégie et une structure militaire véritablement défensives ».

15Entre-temps, la CDU, de concert avec le FDP, cherche à faire évoluer le statu quo. Ainsi, elle milite pour une réforme de l’OTAN qui préserverait la capacité défensive, mais en même temps lui donnerait les moyens de se préparer à des missions de stabilisation et de gestion de crises. Pour la CDU, de telles missions, réalisées dans un cadre multilatéral, nécessitent donc que la Bundeswehr puisse être armée et juridiquement couverte hors des frontières nationales. Le FDP, qui poursuit des objectifs semblables, est également favorable à une révision constitutionnelle concernant la participation de soldats allemands à des opérations extérieures. Toutefois, les libéraux sont moins préoccupés par la question de l’OTAN que par celle de l’Organisation des Nations unies (ONU), dont ils jugent que les missions de rétablissement et de maintien de la paix doivent être soutenues et leur légitimité renforcée par une réforme du système onusien (c’est le temps où le ministre des Affaires étrangères Klaus Kinkel veut obtenir pour l’Allemagne un siège de membre permanent au Conseil de sécurité).

  • 10 Pour éclairer cette question stratégique, on trouve une analyse aussi intelligente que concise de l (...)

16La décision rendue le 12 juillet 1994 par la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe ouvre la voie au déploiement de la Bundeswehr « hors zone », tout en renforçant le rôle des partis à travers l’institution d’un contrôle parlementaire. La coalition CDU/CSU (Union chrétienne-sociale)-FDP au pouvoir se voit ainsi confortée dans sa volonté de faire passer l’Allemagne d’une situation de simple pays bénéficiaire de la sécurité internationale à celle d’acteur à part entière. Cette décision juridique, ainsi que la réélection de la coalition gouvernementale, jouent un rôle désinhibant et poussent le curseur en direction de la prise en charge de responsabilités accrues, également dans le domaine militaire10.

17Malgré tout, l’opposition du SPD, des Verts et du PDS face à cette « re-militarisation » reste significative. Ce quasi-équilibre entre les deux camps explique pourquoi, lors de la campagne de 1998, aucune évolution notable en matière de politique étrangère et de sécurité n’est à relever dans les programmes électoraux des différents partis. C’est également une des raisons pour lesquelles l’Europe est dans l’incapacité d’agir de manière plus déterminée lors de conflits comme ceux qui affectent les Balkans à cette période.

La guerre du Kosovo : la croisée des chemins

18En réalité, le véritable tournant en matière de politique étrangère et de sécurité, que l’on pressent alors, ne se réalise qu’avec la conjonction de deux facteurs indépendants l’un de l’autre : l’agression serbe au Kosovo et l’arrivée aux responsabilités d’un nouveau gouvernement de coalition SPD-Verts, mené par le chancelier Gerhard Schröder, avec Joschka Fischer au poste de ministre des Affaires étrangères.

19La politique américaine connaît la règle de « Nixon goes to China », selon laquelle les idées politiques les plus controversées peuvent seulement être mises en œuvre par ceux qui furent leurs opposants les plus farouches, faute de quoi elles sont totalement rejetées par le système politique. Suivant cette logique, le président Richard Nixon n’a pu décider, en 1972, de réaliser l’ouverture des États-Unis envers la Chine communiste que parce qu’il avait acquis au cours de sa carrière l’incontestable réputation d’être un anticommuniste intraitable : on supposait dès lors que d’impérieuses raisons avaient dû présider à cette décision. S’il s’était engagé dans une telle politique, Lyndon B. Johnson, démocrate, homme de gauche, aurait probablement été accusé de haute trahison et menacé d’être destitué.

  • 11 Invoquant la « fraternité slave » avec les Serbes, mais aussi par intérêt propre de voir primer les (...)

20La même analogie est applicable à la coalition gouvernementale SPD-Verts en 1999, et particulièrement au ministre écologiste des Affaires étrangères Joschka Fischer. La pression exercée sur le gouvernement est immense : face à la nouvelle agression de Slobodan Milosevic, il faut faire front et rejoindre les alliés dans une coalition afin d’empêcher la réalisation d’un génocide. De nombreuses raisons plaident en faveur d’une intervention : des principes moraux (« Plus jamais Auschwitz ! »), un besoin de crédibilité (après le traité de Dayton qui, en novembre 1995, a mis un terme à la guerre dans les Balkans, c’est la soutenabilité des institutions internationales et des régimes mis en place qui était en jeu) et des réflexions stratégiques (quel serait l’avenir de l’Europe libre et unie si on n’est même pas en mesure de régler un conflit régional de ce type ?). D’un autre côté, la participation – pour la première fois depuis 1945 – de soldats allemands à une action de guerre exige une attitude résolue, d’autant que cette participation aurait lieu en dehors du territoire de l’Alliance, n’aurait pas pour but de défendre la sécurité nationale et se ferait sans mandat de l’ONU11.

21Comme l’analyse des positionnements des partis politiques l’a démontré, un gouvernement CDU-FDP aurait été tout disposé à se joindre à une intervention au Kosovo dans le cadre de l’OTAN. Toutefois, il aurait certainement dû s’attendre à une tempête de protestations de la part des partis d’opposition, suivis de surcroît par la majeure partie de l’opinion publique. On aurait probablement assisté, tout comme lors de la double décision de l’OTAN, à un mouvement d’opposition considérable et à une déstabilisation des partis au pouvoir. Au contraire, ni le SPD, ni les Verts n’ont jusque-là voulu prendre une telle décision politique, qui ne figure pas non plus dans leurs programmes. Finalement, l’avancée rapide des troupes serbes balaie les dernières réserves idéologiques et celles concernant la légalité de l’intervention, d’autant qu’avec cette question de la capacité de l’Allemagne à être un partenaire fiable au sein de l’Alliance, on jugerait l’aptitude à gouverner des Verts et du premier chancelier social-démocrate depuis 16 ans.

  • 12 Le terme se rapporte à l’aile pragmatique des Verts, réunissant les partisans de la « realpolitik » (...)
  • 13 J. Fischer, Risiko Deutschland: Krise und Zukunft der deutschen Politik, Cologne, Kiepenheuer & Wit (...)

22C’est à Gerhard Schröder, et surtout à Joschka Fischer, que revient le mérite d’avoir su assumer, au regard de la difficulté de la situation, la décision de rompre avec leur programme électoral pour l’adapter à la réalité politique et d’avoir su imposer cette décision au sein de leurs partis. L’importance de ce revirement, notamment pour les Verts, est bien illustrée par un passage du livre publié en 1994 par un Joschka Fischer déjà plus proche de l’aile pragmatique de son parti (les « Realos12 ») : « Il est facile de prévoir l’évolution future : cela commence aujourd’hui par la formule “Prenons plus de responsabilités !”, ensuite viendront les premières opérations de guerre, il y aura les premiers morts, puis les premiers rituels patriotiques, les généraux demanderont plus de marges de manœuvre, les soldats tombés au champ de bataille seront transformés en héros, des traditions que nous avions cru depuis longtemps dépassées seront exhumées et le retour tant désiré par les nationalistes allemands du “primat de la politique étrangère” pourra alors être “célébré” ; parallèlement, l’Allemagne recevra un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, où siègent aujourd’hui, en tant que membres permanents, seulement des puissances nucléaires avérées13. »

23À partir de 1999, Joschka Fischer aide à la mise en œuvre de nombreux changements qu’il dépeignait, en 1994 encore, de manière très négative et tente de les faire apparaître sous un jour nouveau. De cette manière, l’aile gauche des Verts (les « Fundis », pour « fondamentaux ») est de plus en plus marginalisée, ses intérêts sont subordonnés à la rhétorique sur l’éthique de responsabilité de Joschka Fischer et renvoyés à l’impératif du maintien au pouvoir.

24La participation de l’Allemagne à la guerre du Kosovo a des répercussions directes sur le système des partis : à partir de 1999, on constate une convergence des points de vue sur les questions touchant à la politique de sécurité. En ce qui concerne les deux thèmes centraux pour la politique allemande de sécurité en 1989-1990 – l’autorisation des opérations extérieures pour la Bundeswehr et le rôle de l’OTAN –, on constate que le SPD et les Verts mènent la politique défendue par la CDU et le FDP les années précédentes. Seul le PDS reste fidèle à ses principes pacifistes, mais c’est aussi le seul parti à ne pas avoir à confronter ses principes à l’exercice de la responsabilité gouvernementale en matière de politique étrangère. La convergence des positions des autres partis politiques permet ainsi au PDS de peaufiner son image de parti d’opposition contestataire et antimilitariste, dont il jouit aujourd’hui encore.

Le 11 septembre 2001 et la campagne d’Afghanistan : la confirmation du processus de convergence ?

  • 14 Conformément à l’article 68 de la Loi fondamentale, le chancelier fédéral peut inscrire à l’ordre d (...)

25Les attentats du 11 septembre 2001, et la guerre en Afghanistan qui en est la conséquence, marquent – deux ans à peine après l’intervention au Kosovo – le plus important tournant politique dans les relations internationales. Toutefois, on observe que les partis politiques allemands ont tendance, après le 11 septembre, à maintenir leur position selon le schéma mis en place lors de la guerre du Kosovo. Les arguments invoqués par le gouvernement en faveur d’une participation à l’effort militaire en Afghanistan sont grosso modo les mêmes qu’en 1999, à la différence près que cette fois, un mandat des Nations unies y apporte un supplément de légitimité. Dans ce cadre, que le chancelier Schröder ait considéré nécessaire de poser la question de confiance14 illustre bien le poids constant et la réalité de l’autonomie des partis vis-à-vis du pouvoir exécutif ; cela montre également le peu d’enracinement, au SPD et chez les Verts, de la position sur les questions de sécurité adoptée lors du précédent du Kosovo.

26Les programmes électoraux de 2002 viennent plutôt renforcer l’idée de la convergence ; on peut certes trouver, par exemple chez les Verts, la revendication explicite de la résolution pacifique des conflits, mais les anciens slogans sur la dissolution de l’OTAN, largement dépassés dans les faits, disparaissent du discours politique. Face à cette ouverture opérée par les partis de gauche, la CDU tente de préserver son statut de force de proposition en matière de politique de sécurité en prescrivant dans son programme l’augmentation sensible du budget alloué à la défense et en proposant de porter l’effectif de la Bundeswehr à au moins 300 000 hommes. Mais ce ne sont là que des nuances si on les compare aux divergences que contenaient les programmes des années 1990.

27Il est intéressant de noter que l’invasion de l’Irak en 2003 ne remet pas en cause ce rapprochement sur le fond des partis politiques sur les questions de sécurité. Et si l’opposition critique la manière dont le chancelier Gerhard Schröder refuse d’accorder le soutien de l’Allemagne aux plans américains, elle ne remet jamais en cause, en elle-même, la décision de ne pas participer à la coalition. Cependant, en contrepartie de sa politique irakienne, le SPD se voit pour la première fois contraint d’intégrer à son programme électoral de 2005 la mention explicite de la prise de responsabilité militaire de l’Allemagne aux côtés des autres pays partenaires et au sein de l’UE.

28Ce n’est que très récemment que des failles sont apparues dans le mouvement de convergence des partis politiques autour des questions de sécurité. Avec le PDS qui se renforce, les Verts désormais déchargés de toute responsabilité gouvernementale, le FDP qui observe avec scepticisme le gouvernement et l’aile gauche du SPD qui profite de sa position au sein de la « grande coalition », un large mouvement s’accorde sur la nécessité de réviser la stratégie de sécurité. En se montrant réticents à expliquer avec conviction l’engagement allemand en Afghanistan, à le justifier, ou bien même, si nécessaire, à tenter d’en donner une conception nouvelle, la chancelière Angela Merkel et le ministre de la Défense Franz-Josef Jung symbolisent les hésitations profondes qui existent à ce sujet au sein même de la CDU. Ainsi, reste encore en suspens la question de savoir si l’on se dirige vers une plus grande diversification des points de vue ou bien si, cette fois-ci, les conservateurs de la CDU/CSU rallieront les positions des partis de gauche.

La France : agir dans un nouveau contexte international

  • 15 Une analyse éclairante de la transformation de la situation stratégique du point de vue français es (...)

29La description détaillée de la situation allemande peut servir de toile de fond à une mise en parallèle plus concise du discours français. Rappelons toutefois qu’une comparaison directe demeure problématique pour différentes raisons. En premier lieu, les partis n’ont, dans le système politique français, qu’une influence mineure sur la conduite de la politique de sécurité et de défense : ces sujets relèvent bien plus du pouvoir exécutif. Ensuite, pour des raisons historiques, la France joue sur la scène internationale un rôle bien différent. En tant qu’ancien empire colonial, puissance victorieuse de la Seconde Guerre mondiale, détentrice de l’arme nucléaire et possédant un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, la grande nation, qui se trouvait depuis 1966 et jusqu’en 2009 en dehors des structures militaires intégrées de l’OTAN et entretenait avec les États-Unis une relation complexe, a un rapport différent de celui de l’Allemagne à la politique internationale, notamment à travers sa volonté affirmée d’exercer un leadership. De surcroît, si la fin de la guerre froide a également constitué pour la France un changement considérable de son environnement international, on ne peut pas parler, comme pour le cas de l’Allemagne, d’une complète redéfinition15.

L’ère Mitterrand : les prémisses d’une situation nouvelle

  • 16 Cf. F. Bozo, « France and Security in the New Europe: Between the Gaullist Legacy and the Search fo (...)

30Le socialiste François Mitterrand est un défenseur du statu quo, aussi ne considère-t-il pas nécessaire – ou du moins ne perçoit-il pas la nécessité – de redéfinir la politique de sécurité de la France. Dès le lendemain de son élection à la présidence de la République en mai 1981, il déçoit certains de ses partisans qui attendent et espèrent de lui une rupture en matière de politique étrangère et de sécurité. Le président Mitterrand reste en effet plutôt fidèle à la pratique néo-gaullienne de la Ve République. En initiant le changement de cap de la gauche socialiste et social-démocrate sur les questions de politique nucléaire, il inaugure la notion de « consensus national » en matière de défense et, du même coup, offre au PS une crédibilité sur ces questions, cette même crédibilité que le SPD n’avait pu donner à son chef, l’ancien chancelier Helmut Schmidt (1974-1982), et qu’il ne fut en mesure d’obtenir qu’avec l’accession au pouvoir de Gerhard Schröder. Après la fin de la guerre froide, François Mitterrand poursuit cette politique. Il proclame le leadership de la France en Europe et accueille avec scepticisme l’idée de l’extension ou même du renforcement du rôle de l’OTAN – et donc des États-Unis – sur le continent. S’il contribue sans doute ainsi à une certaine stabilité dans une période de transition, il n’est pour autant pas en mesure de faire face à l’émergence de défis d’un genre nouveau, symbolisés par les guerres balkaniques16.

  • 17 Cf. Ph. Zelikow et C. Rice, Germany Unified and Europe Transformed: A Study in Statecraft, Cambridg (...)

31La politique française en faveur du statu quo pendant les années 1990 est particulièrement bien illustrée par son attitude vis-à-vis de l’OTAN. Pour commencer, l’adhésion de l’Allemagne réunifiée va à l’encontre des instincts néo-gaullistes. Et tandis que le président américain George H. W. Bush a dû exercer une pression sans relâche et déployer des trésors de persuasion pour que François Mitterrand donne enfin son accord, une profonde mésentente règne parmi les partis politiques au sujet de cette décision, notamment à gauche17. Indépendamment de la méfiance liée à la « question allemande », ce refus a une double origine : d’une part, le rejet traditionnel de l’OTAN en tant qu’instrument de la suprématie américaine sur le continent européen et, d’autre part, la question fondamentale de la raison d’être de l’Alliance après la chute de l’Union soviétique. C’est pourquoi, de la même manière qu’en Allemagne, les partis de gauche réclament la dissolution de l’Organisation ou, du moins, tentent de s’opposer à ses projets d’élargissement à l’Est.

  • 18 Cf. R. Asmus, Opening NATO’s Door: How The Alliance Remade Itself for a New Era, New York, Columbia (...)

32En France cependant, de nombreux représentants des partis de droite se prononcent également contre le processus d’élargissement. Comme la quasi-totalité de la droite européenne et américaine, ils y voient un inutile affaiblissement structurel et militaire de l’Alliance, de même qu’une dangereuse provocation de la part d’une Russie vacillante. Les conservateurs allemands, au premier rang desquels le ministre de la Défense Volker Rühe (CDU), se trouvent en revanche dans la situation particulière de devoir défendre cet élargissement parce qu’à leurs yeux, la première vague d’intégrations – et notamment l’entrée de la Pologne – permettrait à l’Allemagne d’assurer stratégiquement sa frontière à l’Est. Toutefois, d’un point de vue (néo-) gaullien, cet élargissement signifie essentiellement l’affaiblissement du rôle central de la France sur le continent18.

L’ère Chirac : la stratégie du balancier

  • 19 Voir notamment, très détaillé sur le rapprochement de la France avec l’OTAN sous J. Chirac : J.-P. (...)
  • 20 Cf. Ch. Lequesne, Die Außenpolitik von Jacques Chirac oder : Frankreich ohne Überraschungen, Berlin (...)

33À partir de 1995, avec la présidence de Jacques Chirac, le gaullisme « authentique » vit une renaissance. La reprise, en 1996, des essais nucléaires à Mururoa, dans l’archipel des Tuamotu (Pacifique), symbolise avec force l’ambition de la France d’être une grande puissance, seul maître chez soi. Cependant, cette quête d’une plus grande autonomie est relativisée par la tendance parallèle à se rapprocher de l’OTAN, à travers par exemple la participation de Paris aux réunions du comité militaire ou bien encore son engagement durant la guerre du Kosovo, conduite par les forces de l’Alliance19. Il est intéressant de noter dans ce contexte que l’intervention de la France au Kosovo décidée par Jacques Chirac jouit également du soutien d’une large partie du gouvernement de la « gauche plurielle », ainsi que de la population française20. Déjà observé en Allemagne, le mouvement de convergence des partis politiques sur les questions sécurité et de défense initié lors de la guerre du Kosovo, a également lieu en France.

  • 21 Très documenté à ce sujet : S. Schwarz, Die Auswirkungen der Terroranschläge des 11. September 2001 (...)

34La dynamique post-11 septembre 2001 est semblable à celle qui prévaut en Allemagne. Les manifestations de solidarité de Jacques Chirac à l’égard de l’Amérique et son soutien à la mission en Afghanistan sont partagés par le Premier ministre socialiste Lionel Jospin et, bien que de manière peu enthousiaste, par ses alliés verts et communistes au gouvernement. Ce consensus a ensuite l’occasion d’être consolidé avec l’opposition de Jacques Chirac à la guerre en Irak et sa volonté d’offrir au monde l’image d’une France capable de se constituer en contre-pouvoir face aux États-Unis21.

35Ce mouvement de balancier, alternant rapprochement et prise de distance à l’égard de l’Administration américaine et de l’OTAN, caractérise bien la politique extérieure de Jacques Chirac et se reflète également dans la position des partis. Ici aussi on est frappé par la similitude qui existe avec l’évolution du positionnement des partis allemands, passant d’un mouvement de rapprochement lors du conflit du Kosovo à une prise de distance pendant la guerre en Irak. Cela est particulièrement vrai pour la gauche socialiste et social-démocrate, les Verts ainsi que les partis d’extrême gauche et d’extrême droite. Comme pour la question de l’élargissement de l’OTAN, c’est dans la droite conservatrice que les différences entre Français et Allemands sont les plus importantes. Il faut préciser qu’elles trouvent leur origine dans l’opposition entre l’orientation atlantiste inscrite par Konrad Adenauer dans l’acte fondateur de la CDU et la tradition gaulliste française. Pour simplifier, la droite allemande apporte un soutien plus fort aux États-Unis et à leur politique atlantique que la droite française et, dans les débats sur l’Irak par exemple, elle ne s’éloigne jamais tant de Washington que ses partenaires français.

L’ère Sarkozy : un ton nouveau

  • 22 Cf. F. Bozo, « France and NATO under Sarkozy : End of the French Exception ? », Paris, Fondation po (...)
  • 23 N. Sarkozy cité par H. Al-Hussaini, « Sarkozy Irrite Chirac », L’Express, 18 septembre 2006.
  • 24 D. Moïsi cité dans A. Guiral, « Chirac Juge “lamentable” l’atlantisme de Sarkozy », Libération, 18 (...)

36L’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir en mai 2007, ainsi que la difficulté grandissante pour l’Alliance d’atteindre de manière satisfaisante ses objectifs en Afghanistan, favorisent, en France aussi, une nouvelle distribution dans le positionnement des partis politiques par rapport aux questions de sécurité22. C’est ce qu’illustre clairement l’attitude sans équivoque de Nicolas Sarkozy se démarquant, sur la question de l’Irak et des relations transatlantiques de Jacques Chirac et Dominique de Villepin, pourtant du même bord que lui, mais avec qui il entretenait des rapports complexes de concurrence. Aussi, bien qu’il se prononce également toujours contre une intervention militaire en Irak, il critique la manière d’agir de la France dans cette affaire, la jugeant trop rude et inutilement brusque à l’encontre du partenaire américain. De là, le discours qu’il tient à Washington en mai 2006, dans lequel il déplore l’« arrogance française » et explique [que] « il n’est pas convenable de chercher à mettre ses alliés dans l’embarras ou de donner l’impression de se réjouir de leurs difficultés23 ». C’est pour cette raison que Dominique Moïsi, de l’Institut français des relations internationales (Ifri), a pu affirmer, avec raison, que Nicolas Sarkozy avait donné un ton nouveau aux relations franco-américaines : « Nicolas Sarkozy parle avec un accent nouveau à l’Amérique. Il n’y a pas chez lui ce classique réflexe antiaméricain de la plupart des hommes politiques français. À l’inverse de Dominique de Villepin, il dit qu’on ne se bâtit pas contre les États-Unis, mais à côté d’eux24. »

37Il convient d’ajouter à cela l’assurance avec laquelle Nicolas Sarkozy fixe l’objectif d’un retour de la France dans le commandement militaire intégré de l’OTAN. Le fait qu’il ait, en tant que président de la République, décidé de l’envoi de troupes françaises supplémentaires en Afghanistan, souligne sa volonté de restaurer autant la crédibilité que le leadership de la France sur les questions de sécurité au sein de l’Alliance. Cependant, en raison de la situation problématique qui règne en Afghanistan, c’est justement cette décision qui sert de point d’appui aux partis d’opposition pour adresser une critique générale à l’encontre des orientations données ainsi à la politique étrangère et de sécurité. Lors de la campagne présidentielle, la candidate socialiste, Ségolène Royal, a déjà mis en garde contre l’« union sacrée » autour d’une mission de l’OTAN insuffisamment préparée. Si le PS n’a pas d’autre choix que d’admettre, à contrecœur, la mise sur pied de l’opération sous commandement américain « Liberté immuable » et l’envoi de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan, la tournure prise par la situation sur le terrain conduit les socialistes à retirer leur soutien à cette « guerre contre le terrorisme » qui fait de nombreuses victimes civiles et dont les objectifs ne sont pas clairement définis. Cependant, tandis que la gauche (parlementaire et extraparlementaire) peut alors réclamer sans détour le retrait des troupes françaises, le PS de François Hollande est contraint de temporiser. D’un côté le parti ne souhaite pas sacrifier sa crédibilité, patiemment acquise, en matière de politique de sécurité au profit d’une posture se limitant au slogan « sans nous ! » ; de l’autre, il est tenté de se faire l’écho d’une opinion publique très majoritairement hostile à l’engagement en Afghanistan. Ainsi, au regard des différences décrites plus haut qui caractérisent les deux systèmes, français et allemand, il est stupéfiant de voir à quel point les discours se rapportant aux questions de stratégie et de sécurité, ainsi que les positionnements des partis politiques, ont une fois encore tendance à converger.

Bilan et perspectives

38Avec la fin du conflit Est-Ouest, la politique de sécurité est devenue pour les Français et plus encore pour les Allemands un chantier de plus en plus complexe. L’OTAN a exigé la définition de nouvelles orientations et les lignes de partage de la guerre froide ont cédé la place à un nouvel ordre mondial en gestation, dont les contours, aux yeux de tous, demeurent encore flous. L’analyse des partis démontre que, dans les grandes lignes, les deux systèmes politiques – en dépit de leurs différences constitutives – ont réagi de manière comparable à cette situation.

39En premier lieu, on est en présence, de part et d’autre du Rhin, d’un paysage politique très diversifié. À gauche de l’échiquier politique, le Parti communiste français (PCF), le PDS et les Verts réclament une transformation radicale de la manière traditionnelle d’envisager les questions de sécurité et, partant, revendiquent la dissolution de l’OTAN, ainsi que la démilitarisation de leurs pays respectifs. Le PS et le SPD ont une attitude plus mesurée et cherchent essentiellement à préserver le statu quo. Les partis de droite – UMP, CDU/CSU, FDP – ne sont pas seulement enclins à préserver les institutions, mais militent également en faveur d’une interprétation plus large de leurs fonctions au sein de la nouvelle architecture de sécurité.

40Le conflit au Kosovo entraîne dans les deux pays une convergence des partis – à l’exception du PCF et du PDS – autour des positions de la droite : l’OTAN doit être préservée, son champ de compétence élargi et, pour l’Allemagne, se profile à l’horizon la participation militaire à des missions internationales. C’est seulement ensuite, avec le « bond en avant » effectué par l’Alliance, c’est-à-dire avec l’engagement en Afghanistan et la difficulté à réussir à atteindre là-bas les objectifs, que naît un mouvement de réaction. Les partis à la gauche du centre, mais également, en Allemagne, de nombreuses voix au sein du camp conservateur, prennent leur distance vis-à-vis du consensus autour de la politique de sécurité et remettent en question l’utilité d’un engagement militaire. À ce moment-là, l’écart constaté à Berlin entre une politique de sécurité mesurée et une politique d’alliance très engagée semble avoir atteint son maximum.

  • 25 Bündnis 90/Die Grünen, programme électoral pour les élections législatives de 1998. Cf. le très doc (...)

41Ces développements entraînent trois observations. Premièrement, c’est l’occasion de vérifier, surtout en Allemagne, mais également en France (où, avec Lionel Jospin Premier ministre, la « gauche plurielle » est au gouvernement), la validité du vieux principe selon lequel l’accès à des responsabilités gouvernementales conduit à plus de pragmatisme politique. En 1998, les Verts allemands peuvent encore proclamer : « L’Allemagne ne doit pas mener de politique étrangère en étant guidée par ses propres intérêts nationaux. Nous avons besoin d’une politique allemande qui agit dans l’intérêt international25 » ; ils doivent ensuite accepter au moins l’idée que cet « intérêt international » nécessite parfois de renoncer à certaines de ses convictions, comme par exemple la revendication pacifiste. Par conséquent, les partis de gauche – en Allemagne du moins, pour partie seulement en France – ont appris à s’accommoder de l’OTAN et tentent plutôt d’exercer une influence sur l’organisation de ses missions, c’est-à-dire d’empêcher leur extension. Cela se reflète aussi dans la question de l’élargissement de l’Alliance à l’Est.

42Deuxièmement, il apparaît clairement que la stratégie des partis, tout comme l’action gouvernementale, sont largement dépendantes d’événements extérieurs, le plus souvent imprévisibles. Les interminables discussions de congrès peuvent sans doute apporter plus de clarté idéologique au programme du parti, mais c’est seulement confrontée à une situation concrète que l’intelligence politique – ou simplement la nécessité – trouve l’occasion de se manifester et parvient à imaginer les changements programmatiques et à obtenir le consentement du parti sur les orientations futures.

  • 26 F. Gerster, Zwischen Pazifismus und Verteidigung : Die Sicherheitspolitik der SPD, Baden-Baden, Nom (...)

43Troisièmement, la redéfinition des positions d’un parti en fonction de raisons essentiellement pragmatiques pose un problème d’acceptation par les militants et risque d’être constamment l’objet de méfiance et de remises en question, en particulier lorsque la situation extérieure et/ou l’opinion publique changent. C’est ainsi que l’élu SPD Florian Gerster évoque une « difficulté spécifique des sociaux-démocrates à traiter des questions de sécurité internationale26 ».

44Dans ce contexte, on peut prévoir, aussi bien en France qu’en Allemagne, que les points de vue des partis politiques sur les questions de sécurité et de défense vont avoir tendance à se diversifier. En même temps, l’évolution des menaces stratégiques (terrorisme international, menace d’États faillis, prolifération d’armes de destruction massive) laisse facilement supposer que les experts de la politique de sécurité voudraient à l’avenir voir interprété de manière plus extensive que restrictive le rôle de l’OTAN. Ces tendances opposées sont porteuses de tensions et pourraient avoir des conséquences explosives, en particulier dans le cas où se produirait un « effet Kosovo » inversé, c’est-à-dire si les partis de droite, sous la pression des événements ou de l’opinion publique, venaient à se rapprocher des représentations politiques des partis de gauche sur les questions de sécurité internationale.

Notes

1 Une seule fois, en 2002, un candidat d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen, parvint à se maintenir au second tour de l’élection présidentielle ; ce fut cependant une situation exceptionnelle qui conduisit à une victoire sans ambiguïté du candidat de l’UMP, Jacques Chirac, avec plus de 82 % des voix.

2 Le 12 septembre 1990 est signé à Moscou le Traité portant règlement définitif concernant l’Allemagne, dit 4 + 2 (ou 2 + 4), entre la RFA, la République démocratique allemande (RDA), les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Union des Républiques socialistes soviétiques (NDLR).

3 Des exposés et des analyses détaillés de cette situation sont à lire dans Ch. Hacke, Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland : Von Konrad Adenauer bis Gerhard Schröder, Berlin, Ullstein, 2003 ; H. Haftendorn, Deutsche Außenpolitik zwischen Selbstbeschränkung und Selbstbehauptung : 1945-2000, Stuttgart/Munich, Deutsche Verlags-Anstalt, 2001 ; St. Bierling, Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland : Normen, Akteure, Entscheidungen, Munich/Vienne, R. Oldenbourg, 2005.

4 Ici, comme par la suite, nous nous en tiendrons – sauf mention contraire – à la position des partis telle qu’exprimée dans les programmes électoraux édités à l’occasion de chaque élection nationale. Par conséquent, pour des raisons tant pratiques qu’esthétiques, nous avons systématiquement renoncé aux notes de bas de pages correspondantes.

5 Cette double décision prévoyait la modernisation des forces nucléaires de l’OTAN – avec le déploiement en Europe de fusées Pershing-2 et de missiles de croisière –, qui s’engageait également à mener des négociations pour la maîtrise des armements (NDLR).

6 Cf. J. Raschke (dir.), Die Grünen: Wie sie wurden, was sie sind, Cologne, Bund-Verlag, 1993.

7 On trouve également cette revendication au sein de la CSU, mais accompagnée du rejet d’une politique de désarmement unilatéral de l’Ouest. En raison de son statut particulier – la CSU a une base uniquement régionale, le land de Bavière –, les positions spécifiques à ce parti ne sont pas analysées ; seul est pris en compte le programme électoral commun CDU/CSU.

8 Spécialiste des questions agricoles, Henry Morgenthau fut notamment secrétaire d’État au Trésor de 1934 à 1945. Il proposa, à la fin de la guerre, un plan qui tendait à faire de l’Allemagne un pays exclusivement agricole. Ce plan ne devint jamais un document officiel de la politique anglo-américaine (NDLR).

9 Une réunion des membres de l’Union de l’Europe occidentale, le 19 juin 1992 à Petersberg, près de Bonn, définit les missions pouvant être menées sous l’autorité de l’UEO et avec les unités militaires des pays membres – missions humanitaires ou d’évacuation de ressortissants, missions de maintien de la paix, missions de forces de combat pour la gestion des crises, y compris des opérations de rétablissement de la paix (NDLR).

10 Pour éclairer cette question stratégique, on trouve une analyse aussi intelligente que concise de la politique étrangère et de sécurité de l’Allemagne dans J. Puglierin, Zwischen realistischen Interessen und moralischem Anspruch : Eine theoriegeleitete Analyse der deutschen Außenpolitik seit 1989/90, Hambourg, Helmut Schmidt Universität, « Studien zur Internationalen Politik », 2004.

11 Invoquant la « fraternité slave » avec les Serbes, mais aussi par intérêt propre de voir primer les principes d’intégrité et de souveraineté territoriales, la Russie s’est prononcée contre l’adoption d’une telle résolution.

12 Le terme se rapporte à l’aile pragmatique des Verts, réunissant les partisans de la « realpolitik », qui, dès la fondation du parti, se trouve en forte opposition avec l’aile de la gauche « idéologue-fondamentaliste » des « Fundis ».

13 J. Fischer, Risiko Deutschland: Krise und Zukunft der deutschen Politik, Cologne, Kiepenheuer & Witsch, 1994, p. 229.

14 Conformément à l’article 68 de la Loi fondamentale, le chancelier fédéral peut inscrire à l’ordre du jour le vote de confiance. Cette possibilité est, en règle générale, utilisée par le chancelier pour s’assurer du soutien de sa propre majorité parlementaire. Si cette dernière le désavoue, cela ne signifie pas pour autant la démission automatique du chancelier, la conséquence normale étant plutôt l’organisation d’élections anticipées.

15 Une analyse éclairante de la transformation de la situation stratégique du point de vue français est proposée par St. Ph. Kramer, Does France Still Count ? The French Role in the New Europe, Westport, Praeger Publishers, 1994.

16 Cf. F. Bozo, « France and Security in the New Europe: Between the Gaullist Legacy and the Search for a New Model », in G. Flynn (dir.), Remaking the Hexagon: The New France in the New Europe, Boulder, Westview Press, 1995, p. 213-232.

17 Cf. Ph. Zelikow et C. Rice, Germany Unified and Europe Transformed: A Study in Statecraft, Cambridge, Harvard University Press, 1995.

18 Cf. R. Asmus, Opening NATO’s Door: How The Alliance Remade Itself for a New Era, New York, Columbia University Press, 2002.

19 Voir notamment, très détaillé sur le rapprochement de la France avec l’OTAN sous J. Chirac : J.-P. Froehly, « Frankreichs neue NATO-Politik : Fortsetzung des Gaullismus mit anderen Mitteln », Österreichische Militärische Zeitschrift, n° 3/1998, p. 261-270. Fondamental sur la politique de sécurité de la France dans cette phase : F. Manfrass-Sirjacques, Die französische Sicherheitspolitik zwischen Anspruch und Wirklichkeit, Francfort-surle-Main, Hessische Stiftung für Friedens-und Konfliktforschung, 1999.

20 Cf. Ch. Lequesne, Die Außenpolitik von Jacques Chirac oder : Frankreich ohne Überraschungen, Berlin, DGAPanalysen Frankreich, octobre 2007, p. 6.

21 Très documenté à ce sujet : S. Schwarz, Die Auswirkungen der Terroranschläge des 11. September 2001 auf die französische Amerika-Politik, Trier, Universität Trier, « Studien zur deutschen und europäischen Außenpolitik », 2003.

22 Cf. F. Bozo, « France and NATO under Sarkozy : End of the French Exception ? », Paris, Fondation pour l’innovation politique, Document de travail, mars 2008.

23 N. Sarkozy cité par H. Al-Hussaini, « Sarkozy Irrite Chirac », L’Express, 18 septembre 2006.

24 D. Moïsi cité dans A. Guiral, « Chirac Juge “lamentable” l’atlantisme de Sarkozy », Libération, 18 septembre 2006.

25 Bündnis 90/Die Grünen, programme électoral pour les élections législatives de 1998. Cf. le très documenté L. Volmer, Die Grünen und die Außenpolitik : Ein schwieriges Verhältnis, Münster, Verlag Westfälisches Dampfboot, 1998, p. 595 sq.

26 F. Gerster, Zwischen Pazifismus und Verteidigung : Die Sicherheitspolitik der SPD, Baden-Baden, Nomos Verlagsgesellschaft, 1994, p. 115.

Auteur

Coordinateur pour les questions de sécurité à la Fondation Konrad Adenauer.

Julien Chiappone-Lucchesi (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540