Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Programmes et débats sur les orientations des partis : convergence ou diversification ?

Les partis de gouvernement face aux défis énergétiques, environnementaux et climatiques

Céline Caro

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC (...)

1Dans un contexte géopolitique tendu sur le marché mondial des carburants et au regard des nouveaux défis posés par le réchauffement climatique, les questions énergétiques et environnementales font aujourd’hui partie des enjeux majeurs du monde de demain. De plus, elles sont étroitement liées dans la mesure où la consommation énergétique, et en particulier la combustion d’énergies fossiles dans les transports, le bâtiment et l’industrie, est en grande partie responsable des émissions anthropiques de dioxyde de carbone (CO2), le principal gaz à effet de serre1.

  • 2 GIEC, op. cit. [1].

2Ces nouveaux défis énergétiques et environnementaux soulèvent des questions politiques et économiques face, en particulier, à l’amenuisement des ressources en combustibles fossiles, parallèlement à l’augmentation de la demande mondiale et aux difficultés croissantes que rencontrent les États pour assurer leurs approvisionnements. De plus, le réchauffement de la surface du globe est susceptible d’entraîner dans le futur des déplacements de population ainsi que des crises d’approvisionnement alimentaire et des dangers sanitaires, sources de conflits et de migrations2. D’autre part, les défis actuels en matière de politique énergétique et environnementale en appellent à des choix de société en posant la question de la conciliation du mode de développement économique et des standards de vie occidentaux avec la sécurisation des approvisionnements énergétiques et une conception durable et respectueuse de l’environnement.

3Dans ce contexte, nous nous interrogerons ici sur les propositions et les mesures concrètes développées par les partis politiques français et allemands entre 1997 et 2008 pour répondre à la nécessité de construire une politique énergétique compétitive, assurant la sécurité et la stabilité de l’accès à l’énergie, et qui soit en accord avec les objectifs environnementaux et climatiques. Nous nous concentrerons sur les deux principaux partis de gouvernement en France et en Allemagne, qui représentent dans chaque pays l’aile gauche et l’aile droite du spectre politique et qui ont tous deux exercé des responsabilités politiques nationales sur la période étudiée, à savoir : l’Union chrétienne-démocrate (CDU, centre droit) et le Parti social-démocrate (SPD, centre gauche) en Allemagne ainsi que l’Union pour un mouvement populaire (UMP, ex-Rassemblement pour la République [RPR], centre droit) et le Parti socialiste (PS, centre gauche) en France. Nous les confronterons aux propositions et à l’influence des deux principaux partis écologistes de part et d’autre du Rhin : les Verts en France et les Grünen en Allemagne.

En France : une classe politique longtemps sereine face aux défis énergétiques et environnementaux

Consensus au sein des élites de gauche et de droite

  • 3 Cf. Commissariat à l’énergie atomique (CEA), « Le nucléaire en France », document disponible sur <nucleaire.cea.fr/fr/repere/nucleaire_france.htm>.
  • 4 « Discours du Premier ministre à l’occasion de la XVIe Conférence des ambassadeurs », Paris, 27 aoû (...)

4En France, les leaders socialistes et conservateurs font de la situation énergétique et environnementale du pays une analyse proche. En matière d’approvisionnement énergétique, les deux camps ont en effet opté pour le développement d’un important programme de production d’électricité d’origine nucléaire – si bien qu’en 2008, 58 réacteurs livrent au pays 78 % de sa production d’électricité permettant d’atteindre un taux d’indépendance énergétique voisin de 50 %3. Initié par la droite à partir des années 1960, ce programme nucléaire est défendu activement par l’UMP comme un gage national de sécurité. À son avis, cette technologie est également conforme aux objectifs écologiques au regard de ses faibles émissions en CO2. Elle se présente donc comme le meilleur outil de production massive d’électricité allant dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique. À partir de 2002, la droite revenue au gouvernement sous l’étiquette de l’UMP a ainsi relancé la construction de centrales nucléaires, avec l’ouverture d’un projet de réacteur dit « de troisième génération », de type EPR (European Pressurized Reactor), actuellement en construction sur le site de Flamanville, dans la Manche. L’UMP compte profiter de la relance du nucléaire civil au niveau international pour exporter le savoir-faire français et soutient le premier ministre François Fillon (UMP), qui déclarait au nom du gouvernement, en août 2008 : « nous ne dissimulons pas nos ambitions dans ce domaine, nous voulons être le premier acteur sur la scène mondiale, dans le domaine de l’énergie nucléaire4 ».

  • 5 Cf. « Politique nucléaire et diversification énergétique, orientations gouvernementales », communiq (...)
  • 6 En 1997, Lionel Jospin, alors Premier ministre, accepte de fermer Superphénix, la centrale nucléair (...)

5Le PS fait preuve de beaucoup plus de prudence face à une technologie jugée dangereuse et, à la différence de la droite, il ne considère pas l’énergie atomique comme une priorité. Entre 1997 et 2002, la gauche au pouvoir s’engage ainsi jusqu’en 2010 à un moratoire sur la construction de nouvelles centrales et s’efforce de développer une stratégie énergétique alternative5. Le gouvernement Jospin cède aussi à certaines pressions des militants antinucléaires pour reculer sur ce dossier6. Néanmoins, le PS ne s’est jamais opposé fermement au développement du nucléaire civil et n’a jamais entrepris d’y faire renoncer la France. Comme la droite, il soutient cette filière, dès lors qu’elle reste aux mains de la puissance publique, pour des raisons d’indépendance et de sécurité, mais préfère mettre l’accent sur la nécessité de donner la priorité aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables.

  • 7 Cf. Institut français de l’environnement (Ifen), Dix indicateurs clés de l’environnement, décembre (...)
  • 8 Avec 541 millions de tonnes émises en 2006, la France se place au quatrième rang européen derrière (...)

6En matière d’environnement, de sources de pollution et de nuisances, l’Hexagone bénéficie de pressions beaucoup moins fortes qu’outre-Rhin. Cela est dû en particulier à des densités de population plus basses, à un réseau urbain moins développé, avec peu de très grandes agglomérations, et à un tissu industriel moins dense. Les terrains bâtis et artificiels occupent ainsi une part beaucoup moins importante du territoire national : environ 5 % en France contre plus de 12 % en Allemagne7. De plus, la France produit deux fois moins de CO2 que la République fédérale, qui bat tous les records dans l’Union – 1 005 millions de tonnes en 2006, soit près de 20 % des émissions de l’Europe des Vingt-Sept et environ 3 % des émissions mondiales8.

  • 9 Réunissant le PS, le Parti communiste français (PCF), le Parti radical de gauche (PRG), le Mouvemen (...)

7À ces avantages en matière de sécurité énergétique et de bilan écologique s’ajoute le fait qu’en France, même avec une participation au gouvernement entre 1997 et 2002 au sein de la « gauche plurielle9 », les Verts sont toujours restés un parti minoritaire dans le paysage politique, s’appuyant à l’heure actuelle sur quatre députés et cinq sénateurs au Parlement. Cela est lié, en plus d’un large consensus au sein de la population autour du nucléaire et des raisons environnementales évoquées précédemment, à un système institutionnel basé essentiellement sur le scrutin majoritaire favorisant la bipolarisation de la vie politique au détriment des petites formations, dont le développement est également compliqué par un fort pluralisme accentuant la concurrence entre les différents partis. Cette tendance est encore renforcée par une culture partisane faible en France depuis plusieurs décennies qui prive les Verts (environ 8 000 membres) de ressources pécuniaires ainsi que par un système de financement public des partis encore une fois peu favorable aux petites formations. Cette faiblesse du parti écologiste depuis sa création en 1984 contribue aussi à expliquer pourquoi l’UMP et le PS, non soumis à des pressions sur l’échiquier politique, n’ont pas eu besoin d’approfondir leurs positions sur les questions propres au développement durable, dans son double aspect énergétique et environnemental.

La pression de l’opinion publique

  • 10 Le 12 décembre 1999, le pétrolier maltais Erika a fait naufrage au sud-ouest de Penmarc’h (Finistèr (...)
  • 11 Notons que l’intérêt de l’opinion publique pour les questions environnementales est également crois (...)

8Ainsi, jusqu’au début des années 2000, les thèmes environnementaux apparaissent peu dans les programmes politiques du PS et de l’UMP (alors RPR), beaucoup plus attachés à rattraper les performances économiques et industrielles allemandes. Si, avec le nouveau millénaire, le PS et l’UMP se mettent à parler davantage d’écologie, c’est surtout à la suite du passage au gouvernement des Verts (1997-2002) – qui, sans en profiter directement, marquent une nouvelle tendance –, du lancement international en 1997 du processus de Kyoto et du choc provoqué par la marée noire consécutive au naufrage de l’Erika en 199910. Le PS et l’UMP sont également sensibles aux enquêtes d’opinion montrant de plus en plus clairement que l’environnement gagne du terrain dans les préoccupations des Français, tendance qui s’est encore accentuée avec la crise actuelle autour du réchauffement climatique. Ainsi, plus des trois quarts des Français (78 %) considèrent aujourd’hui que l’état de l’environnement influence leur qualité de vie, une tendance à la hausse. Ce paramètre est presque tout aussi déterminant que les facteurs économiques (influant sur la qualité de vie de 79 % d’entre eux), loin devant les facteurs sociaux (71 %)11.

  • 12 Ibid., p. 37. Outre-Rhin, ce sont 68 % des Allemands interrogés qui considèrent en 2008 que la prot (...)
  • 13 Ibid., p. 109.

9De plus, 75 % des Français considèrent en 2008 que la protection de l’environnement doit être prioritaire par rapport à la compétitivité de l’économie12. D’autre part, les sondages montrent que les Français font encore très peu confiance à l’Union européenne (UE) comme aux instances gouvernementales nationales, régionales ou locales sur les questions environnementales, se référant plus volontiers aux scientifiques ainsi qu’aux associations environnementales et de consommateurs13, à l’image de l’intérêt suscité par Nicolas Hulot et son « Pacte écologique » lors de la campagne présidentielle de 2007.

10Ainsi, les questions environnementales et climatiques sont devenues pour l’UMP et le PS, qui ont des responsabilités politiques au niveau national, régional et local, des champs politiques privilégiés pour convaincre les citoyens de leur volonté de prendre en compte leurs préoccupations. Ce sont également des thématiques déterminantes aujourd’hui pour tenter de rallier les jeunes adultes ainsi que la classe moyenne éduquée et peu politisée, électeurs traditionnellement plus sensibles à ces questions que le reste de la population. Pour l’UMP, c’est aussi un moyen de s’attirer les faveurs des électeurs de centre gauche, proches du parti écologiste et déçus des performances de leur famille politique dans ce domaine.

L’environnement et le climat dans les programmes de l’UMP et du PS

  • 14 Cf. « Jacques Chirac s’empare de l’écologie », Le Monde, 4 mai 2001.
  • 15 Celle-ci consacre le droit de chacun « à un environnement équilibré et favorable à la santé » (arti (...)
  • 16 Il s’agit, d’ici 2020, d’augmenter de 20 % l’efficacité énergétique de l’UE, de réduire de 20 % – d (...)
  • 17 Cf. « Discours de clôture du Grenelle de l’environnement par M. Nicolas Sarkozy », 25 octobre 2007.

11Depuis la campagne présidentielle de 2002, la droite et la gauche s’efforcent ainsi de développer leurs plans d’action en faveur de l’environnement et du climat. Sous l’impulsion du président de la République Jacques Chirac (UMP) – ancien ministre de l’Agriculture (1972-1974), réputé pour ses positions en faveur d’une production intensive, et peu favorable à ceux qu’il appelait encore au début de son premier mandat présidentiel (1995-2002) les « amateurs de pâquerettes14 » –, la France s’est dotée en 2005 d’une Charte de l’environnement15. Pour atteindre les objectifs que l’Europe s’est fixés en 2007 en matière de lutte contre le réchauffement climatique16, le gouvernement Fillon a organisé en octobre 2007 un « Grenelle de l’environnement », une série de rencontres politiques visant à débattre des mesures concrètes à prendre en France, et dont les résultats trouvent depuis octobre 2008 une traduction législative, grâce aux projets de loi « Grenelle I » et « Grenelle II ». L’actuel président de la République, Nicolas Sarkozy (UMP), parle de « New Deal écologique17 ». Il a pu prouver sa détermination sur ce dossier à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne au second semestre 2008, en parvenant in extremis à un accord européen sur le « paquet énergie-climat ». Portant sur la régulation des émissions européennes de CO2 après 2012, il est destiné à rendre l’Europe crédible dans les négociations internationales à venir pour organiser le contrôle du réchauffement climatique après expiration des accords de Kyoto.

  • 18 À l’occasion des élections législatives de 1997, les Verts ont obtenu 6,8 % des voix au premier tou (...)
  • 19 Cf. Parti socialiste, « Déclaration de principe », avril 2008.
  • 20 Cf. « Des alliances à l’écologie, ce que disent les motions du PS », Le Monde, 26 septembre 2008.

12À gauche, le PS a fait preuve d’ouverture vis-à-vis des questions environnementales en proposant aux écologistes de participer au gouvernement entre 1997 et 2002 et en nommant la chef de file des Verts, Dominique Voynet, ministre de l’Écologie (1997-2001)18. Il est toutefois évident qu’il s’agissait avant tout d’une alliance politique destinée à permettre à la gauche de prendre le pouvoir et que les questions environnementales et climatiques n’ont joué ici aucun rôle déterminant. Plus récemment, le PS s’est attaché à montrer clairement son intérêt pour ces thématiques. Sa nouvelle « déclaration de principes », publiée en avril 2008, insiste sur le fait que le développement durable fait désormais partie de ses objectifs prioritaires19. En conséquence, le PS se prononce en faveur d’une « économie sociale et écologique de marché », pour conjuguer croissance, innovations technologiques et impératifs écologiques et, depuis l’automne 2008, un « pôle écologique » autonome s’est même développé en son sein20.

En Allemagne : vifs débats sur l’énergie, l’environnement et le climat

Des pressions beaucoup plus fortes qu’en France

  • 21 Cf. Statistisches Bundesamt, Energie in Deutschland, Wiesbaden, 2006, p. 11.
  • 22 Voir à ce sujet la loi du 26 avril 2002: « Gesetz zur geordneten Beendigung der Kernenergienutzung (...)

13À la différence de la France, l’Allemagne n’a pas renforcé sa sécurité énergétique grâce au développement intensif du nucléaire civil. Elle ne compte ainsi en 2008 que 17 centrales atomiques assurant au pays 26 % de sa production d’électricité21. De plus, le pays s’est engagé en 2002, sous l’impulsion du gouvernement « rouge-vert » dirigé par le chancelier Gerhard Schröder (SPD), à stopper complètement sa production nucléaire d’électricité, objectif qui devrait être atteint dans les années 2020 si la loi n’est pas modifiée22. Ainsi, le débat politique autour de l’approvisionnement énergétique du territoire est loin d’être terminé outre-Rhin. Sur ce point, les deux plus grands partis de gouvernement défendent, comme en France, des positions qui se rapprochent – à l’antipode des choix stratégiques de l’Hexagone.

14Le SPD s’est engagé auprès des Grünen à sortir le pays du nucléaire, dans le cadre d’un accord de coalition qui leur a permis de se hisser à la tête du pays en 1998. En conséquence, il continue à se montrer très hostile à cette source d’énergie, arguant que c’est une technologie à risque, qui n’est pas à l’abri d’une attaque terroriste, trop liée au nucléaire militaire et aux risques de prolifération des armes atomiques. Selon une argumentation semblable à celle des écologistes, il déplore également le manque de solutions concluantes pour les déchets ainsi que le bilan carbone médiocre de l’énergie nucléaire, une fois l’ensemble de la filière pris en compte. Comme les Grünen, le SPD juge que le nucléaire, qui ne couvre que 2,5 % des besoins énergétiques mondiaux, ne constitue pas une réponse d’envergure aux grands enjeux énergétiques du siècle, ni au défi de la protection du climat.

15À l’inverse, la CDU a toujours considéré la technologie nucléaire comme efficace pour assurer la sécurité énergétique du pays. À l’issue des élections législatives de 2005, afin d’aboutir à un contrat de coalition avec le SPD, elle a toutefois accepté – tout en affichant sa désapprobation – de respecter l’accord de sortie du nucléaire. En conséquence, elle a été amenée à modérer son enthousiasme dans ce domaine. La CDU insiste ainsi aujourd’hui sur le fait que l’énergie atomique constitue une technologie de transition indispensable et se prononce pour le prolongement de la durée de vie des centrales, dans le respect des normes de sécurité, jusqu’à ce que d’autres sources d’énergie « propres » pour le climat, économiquement viables et disponibles en quantité assez importante prennent le relais.

16En conséquence, SPD et CDU s’efforcent beaucoup plus que leurs homologues français de proposer des solutions alternatives au nucléaire pour consolider les capacités énergétiques du pays, tout en se montrant respectueux de l’environnement. La diversification de la production, grâce à un « mix énergétique », est ainsi une mesure largement prônée par la gauche et la droite. La CDU et le SPD ont développé leurs programmes en faveur des énergies renouvelables (solaire, hydraulique, géothermique, éolienne, biocarburants, etc.) dont ils veulent tous deux faire la première source d’énergie allemande à l’horizon 2050. Pour sécuriser les approvisionnements, ils s’accordent également sur l’objectif de faire du charbon une des composantes essentielles du mix énergétique. Ils se sont engagés à construire dans les années qui viennent plusieurs centrales au lignite et à la houille et cherchent actuellement à augmenter leurs rendements et à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre grâce à la mise en place de systèmes de captage et de stockage du carbone (technologie CCS [carbone capture and storage]).

  • 23 Les États membres de l’UE se sont répartis en 2002 les obligations de réduction de CO2 pour remplir (...)
  • 24 Pour une comparaison européenne des objectifs et des progrès, voir « Greenhouse gas emissions in CO (...)
  • 25 Voir sur ce point les résultats des enquêtes d’opinion en France et en Allemangne cités précédemmen (...)

17En matière de politique environnementale et climatique, le SPD et la CDU doivent également faire face à des défis plus grands qu’en France. En vertu d’un « accord de partage de la charge23 », l’Allemagne est ainsi tenue de réduire d’ici 2012 ses émissions de CO2 de 21 % par rapport au niveau de 1990, tandis que la France doit veiller à les stabiliser. Entre 1990 et 2006 – en prenant en compte la réunification –, la République fédérale a déjà réussi à baisser ses émissions de CO2 de 18,2 % tandis que, dans le même temps, la France les a réduites de 3,9 %24. Ces chiffres montrent clairement combien l’Allemagne est confrontée à la nécessité de trouver des solutions écologiques, en priorité dans le secteur des transports, du bâtiment et de l’industrie, et pourquoi les partis politiques traditionnels se sont emparés de ces questions avec beaucoup plus d’engagement qu’en France. Bien sûr, en traitant de ces sujets, la CDU et le SPD cherchent également à répondre aux inquiétudes croissantes qu’exprime la population allemande en matière d’environnement. Ce phénomène nouveau dans son ampleur est symptomatique d’un contexte international de plus en plus tendu, surtout en matière d’approvisionnement énergétique et de réchauffement climatique25.

L’influence du parti écologiste dans le paysage politique allemand

18La CDU et le SPD sont d’autant plus poussés à agir que ces défis énergétiques et environnementaux placent les Grünen en situation de force par rapport aux préoccupations de l’opinion publique et que ces derniers bénéficient en Allemagne d’un poids politique non négligeable puisqu’ils tentent de s’établir comme la troisième force politique du pays. Le parti écologiste est en effet présent au sein du Bundestag depuis 1983, son groupe parlementaire compte en 2008 51 députés et il a participé au gouvernement fédéral entre 1998 et 2005, derrière la figure emblématique de Joschka Fischer, vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères pendant sept ans. C’est à cette occasion que les Grünen ont réussi à engager l’Allemagne vers la sortie du nucléaire, contraignant le SPD et la CDU à les suivre dans cette direction. Au-delà d’une certaine affinité historique pour la nature attribuée généralement aux Allemands, il est important de souligner qu’à la différence des écologistes français, les Grünen ont bénéficié outre-Rhin de conditions bien plus favorables à leur développement depuis les années 1980.

19Aux pressions environnementales sur le territoire s’est en effet ajoutée une opposition au nucléaire plus importante et efficace qu’en France, qui leur a permis de gagner en influence au sein de l’électorat. De plus, les Verts allemands ont bénéficié d’un système politique et institutionnel plus favorable aux petites formations politiques que dans l’Hexagone, notamment d’un système de vote à la proportionnelle plus courant et d’un processus d’« éparpillement des voix » (Stimmen-Splitting) lors de certains scrutins qui autorise les électeurs à soutenir deux partis à la fois. Le pluralisme modéré du système politique allemand a également longtemps permis aux Grünen de s’inscrire dans un créneau spécifique et de rassembler les contestataires du système. Une culture partisane plus vivante et un système de financement des partis politiques plus performant pour les petites formations leur sont également favorables, tout comme l’organisation fédérale du pays qui les incite et leur permet davantage de prendre des responsabilités localement et de gravir les échelons du système.

20En plus des raisons évoquées précédemment, notamment le renoncement progressif de l’Allemagne à produire de l’électricité d’origine nucléaire, les obligations internationales en matière de pollution et l’intérêt croissant de la population pour les défis du développement durable, la CDU et le SPD sont donc aussi confrontés à la nécessité de faire des efforts sur la partie énergétique et environnementale de leur programme pour freiner l’influence du parti écologiste, dont le poids politique au sein des diètes locales et nationales peut les placer en situation de définir la majorité.

L’équation difficile du SPD et de la CDU

  • 26 Le 7 et 8 mars 2007, lors du Sommet européen sur l’énergie, les chefs d’État et de gouvernement ont (...)

21Après la coalition « rouge-verte » de 1998-2005, la nouvelle chancelière Angela Merkel (CDU), ministre de l’Environnement dans le gouvernement d’Helmut Kohl de 1994 à 1998, s’est ainsi efforcée de montrer la bonne volonté de sa famille politique en matière de protection de l’environnement et du climat. La double présidence allemande du Conseil de l’Union européenne et du G8 au premier semestre 2007, ainsi que la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui s’est déroulée à Bali en décembre 2007, lui en ont donné l’occasion sur la scène internationale. Ainsi par exemple, en janvier 2007, pendant la présidence allemande du Conseil, la Commission européenne a proposé un ensemble de mesures s’attaquant à la fois aux problèmes de l’approvisionnement énergétique, du réchauffement planétaire et du développement industriel, en jetant les bases d’une nouvelle politique commune de l’énergie au sein de l’Union26. De même, en juin 2007, la chancelière a fait de la protection du climat une des priorités du sommet du G8 à Heiligendamm, permettant de faire progresser ce dossier sur la scène internationale.

  • 27 Voir à ce sujet le site du ministère fédéral de l’Économie et des Technologies, <www.bmwi.de/BMWi/Navigation/energie,did=254042.html>.

22Sur le territoire, dans le cadre du « programme de Meseberg », le gouvernement de « grande coalition », qui allie les chrétiens-démocrates (CDU) et les sociaux-démocrates (SPD), organise activement l’application des décisions européennes avec la mise en place d’un « programme intégré énergie et climat » (Integriertes Energie-und Klimaprogramm, IEKP), dont le premier volet a été adopté en décembre 2007 et le second en juin 200827. Il est destiné à diminuer les émissions de CO2, en particulier dans le secteur du bâtiment et des transports, grâce à un renforcement de l’efficacité énergétique et un recours accru aux énergies renouvelables. Au-delà des objectifs européens – et avant que la crise financière et économique mondiale ne touche l’Allemagne à partir de l’automne 2008 –, le gouvernement fédéral s’est même fixé pour but de réussir à réduire les émissions allemandes de CO2 de 40 % par rapport à 1990.

23D’autre part, dans une perspective stratégique, la CDU comme le SPD ne veulent pas se priver de la possibilité de faire des Grünen leur allié minoritaire au sein de coalitions gouvernementales. Le SPD cultive ainsi sa proximité avec les écologistes, à l’image de l’accord conclu entre les deux partis fin 2008 en Hesse pour tenter, avec le soutien de La Gauche (Die Linke, extrême gauche), de s’imposer à la tête de la région. De même, le SPD n’a jamais remis en cause l’accord de sortie du nucléaire négocié avec les Grünen et qui a permis aux sociaux-démocrates de diriger l’Allemagne entre 1998 et 2005. À droite, la CDU de Hambourg a pu accéder au pouvoir après les élections de février 2008 grâce à un accord de coalition avec les Verts allemands, une première dans une ville-État et un des 16 Bundesländer. Cette alliance a valeur de test à l’échelle locale pour les deux partis, dans la perspective des élections législatives de 2009 à l’issue desquelles les conservateurs allemands pourraient avoir besoin du soutien des écologistes, en plus des libéraux, pour éviter une nouvelle « grande coalition ». Dans la même optique, alors qu’elle a toujours soutenu le développement de la production d’électricité d’origine nucléaire, la CDU insiste particulièrement à l’heure actuelle sur l’aspect indispensable mais transitoire du recours à cette source d’énergie.

24En conséquence, la CDU comme le SPD ont aujourd’hui trois sources de motivation pour développer une politique écologique efficace et convaincante : la pression de l’opinion publique, la nécessité de respecter les engagements internationaux et le danger réel de perdre en influence sur la scène politique si l’opposition récupère pour son compte les thématiques énergétiques et environnementales et s’assure du soutien des Grünen. Plus que jamais, l’écologie est donc pour les partis allemands de gouvernement un des principaux défis du XXIe siècle. C’est devenu une priorité, au centre de leurs réflexions programmatiques, qui nécessite une coordination nationale et internationale, ne pouvant plus être traitée comme une variable d’ajustement de la mondialisation des échanges.

Regards croisés

Convergences de principes et divergences nationales

  • 28 En 2004, les émissions de gaz à effet de serre (GES) se répartissaient de la façon suivante dans l’ (...)
  • 29 Voir notamment à ce sujet les propositions faites par le G8 en juin 2007, lors du lancement du « pr (...)
  • 30 Cf. Eurobaromètre Standard 69, L’Opinion publique dans l’Union européenne, printemps 2008, Rapport (...)

25De part et d’autre du Rhin, UMP, PS, CDU et SPD – en adéquation avec les partis écologistes – s’accordent sur la nécessité de mettre en place rapidement une politique énergétique et environnementale nationale, européenne et internationale, assez efficace pour répondre aux défis de la sécurité énergétique et du réchauffement climatique. Dans des domaines comme la protection de la biodiversité et des espaces naturels, le retraitement des déchets ou le contrôle de la qualité de l’air et de l’eau, les analyses et les objectifs sont largement convergents. Il en va de même pour les propositions en matière d’économie d’énergie et de renforcement de l’efficacité énergétique, volets importants de la lutte contre le réchauffement climatique car ils s’attaquent à deux domaines très énergétivores : le logement et les transports28. Enfin, un large consensus domine également sur la nécessité d’impliquer davantage la population dans la mise en œuvre du développement durable, d’intensifier les efforts de recherche et de développement dans ce domaine et de renforcer la coopération européenne et internationale dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, en aidant les pays du Sud, comme convenu dans les accords internationaux29. Conformément à l’opinion dominante au sein de la population française et allemande30, les quatre partis étudiés considèrent que c’est au niveau européen que les questions environnementales et énergétiques peuvent être traitées le plus efficacement et renforcer politiquement l’UE. Tous sont également animés par la volonté de prendre la tête de la lutte contre le réchauffement climatique à l’échelle mondiale, sur un dossier où les États-Unis doivent encore combler leur retard.

26Par contre, des divergences nationales sont nettes entre la France et l’Allemagne sur les méthodes et les moyens à employer pour organiser le développement durable. L’UMP et le PS se retrouvent ainsi autour d’un consensus clair sur l’essor du nucléaire civil, tandis qu’en Allemagne, le SPD comme la CDU s’orientent vers l’abandon de cette technologie – même si cette question ne cesse de faire débat entre les sociaux-démocrates, partisans d’une sortie rapide du nucléaire, selon le calendrier conclu en 2002, et la CDU qui, tout en affichant sa volonté d’abandonner à terme cette source d’électricité, cherche à prolonger la durée de vie des réacteurs. De même, si un consensus domine de part et d’autre du Rhin sur l’importance d’un accompagnement volontaire de l’État pour donner à la politique énergétique et environnementale toute sa dimension, les partis français dans leur ensemble – conformément à une tendance politique générale – soutiennent bien plus que leurs homologues d’outre-Rhin une intervention forte de l’État.

27Cette différence est particulièrement sensible dans le domaine de l’énergie où, toutes tendances confondues, les partis français défendent vigoureusement leurs géants nationaux, EDF et GDF-Suez. À l’exception de l’UMP, ils se prononcent contre leur privatisation, même partielle, notamment pour laisser les centrales nucléaires sous le contrôle des pouvoirs publics, et s’opposent à l’ouverture du marché de l’électricité et du gaz à plus de concurrence, malgré les directives européennes. À l’inverse, la très grande majorité du spectre politique allemand veut agir contre les quasi-monopoles dans ce secteur et renforcer la concurrence entre les entreprises privées pour garantir les prix et favoriser l’accès au réseau des énergies renouvelables. Enfin, force est de constater un volontarisme plus fort à la CDU et au SPD qu’à l’UMP et au PS en matière d’engagement et de propositions en faveur de l’environnement, du climat et des nouvelles sources d’énergie, situation largement expliquée par les défis inégaux auxquels sont confrontés les deux États dans ces domaines.

Divergences idéologiques

28Alors que, sur les principes, les divergences sont surtout d’ordre national, l’écart se creuse au-delà des frontières entre la droite et la gauche sur les outils pour mettre en œuvre le développement durable et sur l’appréhension de la croissance économique au regard des défis énergétiques et environnementaux.

29Le SPD et le PS retiennent ainsi plus facilement dans leurs propositions un recours accru à la fiscalité écologique et à une législation contraignante. Auprès de leurs électeurs, ils font appel dans ce domaine à l’éthique de responsabilité vis-à-vis du sort commun de la planète, se référant volontiers à la notion de solidarité avec les générations futures popularisée par les écologistes des deux bords du Rhin à partir des années 1980. La coalition « rouge-verte », qui a introduit en Allemagne entre 1999 et 2003 un « impôt écologique » (Ökosteuer) sur la consommation d’énergie, s’est révélée sur ce point à l’avant-garde. En France, le PS propose par exemple de taxer les profits des compagnies pétrolières pour financer le développement des énergies renouvelables et les programmes d’économie d’énergie. Les partis de gauche en général, dans les deux pays, soulignent toutefois la double dimension de cette fiscalité, avec des sanctions – notamment grâce à l’application du principe pollueur-payeur et de tarifs progressifs pénalisant les gros consommateurs d’énergie – mais aussi des mesures incitatives pour ceux qui choisissent des équipements et des technologies écologiques. Ils insistent également sur la nécessité de mettre en place des tarifs sociaux ou des aides financières pour garantir l’accès de tous à l’énergie.

  • 31 Cf. « Discours de M. le Président de la République », Zénith de Toulon, 25 septembre 2008.
  • 32 Cf. « Allocution de M. le Président de la République au mondial de l’automobile », Paris, 9 octobre (...)

30À droite, l’UMP et la CDU préfèrent traditionnellement orchestrer des campagnes d’incitation, récompenser les efforts engagés par les entreprises et les particuliers pour atteindre les objectifs fixés, et ils comptent davantage sur la concurrence et les avantages du marché. Cette optique beaucoup plus libérale est conforme à celle de leur électorat qui comprend notamment les chefs d’entreprise. Dans cette logique, l’augmentation de la fiscalité écologique peut également être une des recettes de la droite pour inciter, sans les contraindre, les particuliers et les entreprises à faire des efforts. En septembre 2008, Nicolas Sarkozy déclarait ainsi qu’« utiliser la fiscalité pour relever le défi écologique, c’est indispensable », en particulier grâce au système incitatif du bonus/malus qui « permet de gagner des années dans le changement des modes de consommation31 ». L’UMP se prononce en conséquence pour un doublement de la fiscalité écologique, mais insiste particulièrement sur le fait qu’elle doit être mise en place grâce au transfert d’une partie des charges pesant sur le travail vers les pollutions, sans augmenter le niveau général des prélèvements obligatoires. C’est en suivant cette logique que le gouvernement Fillon a introduit en 2007 le système du bonus/malus sur les automobiles, qui devrait s’étendre progressivement à d’autres biens d’équipement à partir de 200932.

  • 33 Fin 2007, la Commission européenne a publié ses propositions de nouvelles normes pour contraindre l (...)

31En Allemagne, la CDU a accepté en juin 2008 d’augmenter la taxe kilométrique sur les poids lourds à compter du 1er janvier 2009. Pour la seconde partie du programme intégré énergie et climat adoptée en juin 2008, plus sensible aux arguments de l’industrie automobile, elle n’a pas retenu des mesures soutenues par le SPD comme l’introduction d’un impôt sur les véhicules (Kfz-Steuer) en fonction de leurs émissions de CO2 et la disparition des avantages fiscaux pour les voitures de fonction très polluantes. De même, Angela Merkel s’est beaucoup mobilisée pour adoucir et étaler dans le temps les objectifs fixés par la Commission européenne en matière de réduction des émissions de CO2 des véhicules33, le gouvernement allemand s’estimant défavorisé par les propositions européennes qui exigent les plus gros efforts des modèles automobiles les plus lourds, fleuron de l’industrie allemande.

  • 34 Le 7 octobre 2008, les eurodéputés ont donné leur accord à l’introduction de contraintes financière (...)
  • 35 Selon Christian Jacob (UMP), rapporteur du projet de loi « Grenelle I » à l’Assemblée nationale. Pr (...)

32Comme nous avons eu l’occasion de le souligner, à la fin des années 2000, pour une majorité de Français et d’Allemands, la protection de l’environnement devrait être prioritaire par rapport à la compétitivité de l’économie. Pour l’UMP et la CDU, qui sont en position de prendre des décisions au niveau national, préférer le développement durable à la croissance économique reste cependant loin d’être une évidence, malgré des appels engagés à la prise de conscience vis-à-vis des défis énergétiques et environnementaux. Alors que la chancelière Angela Merkel avait été en 2007 un des fers de lance de la lutte contre le réchauffement climatique à l’échelle internationale, elle a donné l’impression fin 2008 de reculer dans ses engagements pour ne pas menacer l’industrie lourde allemande, très polluante. Lors des négociations sur le paquet énergieclimat, Angela Merkel et la CDU ont en effet mis leur veto à ce que les droits d’émissions alloués aux secteurs industriel et énergétique – au sein du système communautaire d’échange de quotas d’émissions de CO2 (SCEQE), dispositif au cœur de la lutte de l’UE contre le changement climatique – soient 100 % payants à partir de 2013, selon les propositions de la Commission européenne34. Elles ont réussi à imposer l’allocation de quotas gratuits à destination des entreprises allemandes les plus énergétivores, pour éviter leur délocalisation. Le SPD s’était prononcé à l’inverse pour la vente aux enchères de tous les permis d’émission, pour tenir les ambitions climatiques de l’UE. En France, le gouvernement Fillon est confronté à des difficultés similaires, les députés de la majorité tenant à ce que la transition vers la croissance verte se fasse « avec le monde économique, pas contre lui35 », sans créer de nouveaux impôts pour les ménages, et que le Grenelle de l’environnement se solde par une neutralité budgétaire pour l’État.

  • 36 Cf. « Écologie : penser loin, agir vite », Les Grandes Propositions de la Convention Ecologie de l’ (...)

33De part et d’autre du Rhin, c’est également au sein des partis politiques conservateurs, ou de leurs électeurs, que les voix les plus nombreuses se sont élevées fin 2008 pour proposer de repousser l’accord européen sur l’énergie et le climat, au regard des priorités économiques engendrées par la crise financière internationale, et pour insister sur le fait que le pays doit s’adapter aux nouvelles contraintes énergétiques et climatiques, sans que la qualité de vie des citoyens ne baisse. Aussi bien pour l’UMP que pour la CDU, l’idéal serait de parvenir à associer massivement l’écologie à la croissance. La CDU considère ainsi le défi climatique comme une chance pour les exportations allemandes dans la mesure où le pays s’est spécialisé depuis plusieurs années dans les technologies « vertes ». Dans le même ordre d’idée, l’UMP pense que le développement économique peut être favorable à la protection de l’environnement et qu’en ce sens, il faut seulement « adapter le modèle de croissance ». Son analyse part du principe que, « lorsqu’un niveau économique assez élevé est atteint, les individus ressentent le besoin de disposer d’un environnement plus propre et exigent des biens et services moins nocifs et des infrastructures plus efficientes36 ».

34À gauche, le SPD et le PS reprennent plus facilement à leur compte la nécessité de faire du développement durable une priorité absolue, objectif plus en adéquation avec les valeurs de leur électorat. Conformément aux positions du reste de la gauche, ils insistent, dans leurs programmes récents, sur le fait que la croissance économique doit être placée sous la double condition de l’impératif écologique et de la cohésion sociale, afin de garantir l’accès à tous de l’énergie et la mobilité, et ils condamnent dorénavant toute attitude productiviste. Le PS en appelle ainsi à une « autre croissance », tandis que le SPD prône une « économie écologique » qui doit s’apparenter à une voie de modernisation et de renouveau, à un « saut quantique » au niveau des politiques environnementales et énergétiques, et non à des corrections partielles en matière de développement durable.

  • 37 Cf. Eurobaromètre Standard 69, op. cit. [30], Rapport national pour la France, p. 12, et Rapport na (...)

35Néanmoins, PS et SPD se doivent aussi de prendre en compte leur électorat d’employés, de professions libérales et de travailleurs précaires qui craignent que le ralentissement économique ne menace leurs emplois – à une époque où le chômage reste une des toutes premières préoccupations des citoyens37. Ainsi, pour ne perdre aucun pan de leur électorat au détriment de partis plus contestataires, c’est aux partis de gauche, le PS et le SPD, de rallier au mieux les exigences du développement durable aux nécessités de la solidarité sociale. En Allemagne, le programme des sociaux-démocrates exprime clairement la volonté de relever ce défi. Pour soutenir à la fois l’environnement, la force concurrentielle de l’industrie, les emplois et la protection sociale, le SPD considère que le pays a besoin d’une « politique industrielle écologique ». Il en appelle à une troisième révolution industrielle qui se baserait sur l’innovation technologique, pour renforcer l’efficacité énergétique du pays, ainsi que sur le développement des énergies renouvelables, permettant une réduction absolue de la pollution et de la dépendance du pays vis-à-vis des énergies fossiles, tout en donnant du travail. Ainsi, comme l’UMP et la CDU, le SPD insiste sur le fait que les défis du développement durable doivent être considérés comme une chance pour la croissance et l’emploi, car ils favorisent l’innovation technologique ainsi que la création d’une nouvelle demande « écologique », et que, dans ce contexte, il est décisif de pouvoir découpler la croissance économique des pressions environnementales.

Conclusion

36Comme l’a confirmé l’accord sur le paquet énergie-climat en décembre 2008, les objectifs énergétiques et environnementaux à court et moyen terme sont clairement définis au niveau européen et ils sont acceptés par l’ensemble des principaux partis français et allemands de gauche et de droite qui s’attachent à démontrer leur intérêt pour ces questions et à faire valoir leurs propositions. En ce sens, l’énergie et l’environnement sont des domaines politiques largement consensuels au-delà des frontières. Les solutions apportées par les États peuvent toutefois diverger en fonction des traditions et des réalités nationales. Soulignons dans ce contexte combien la composition du spectre politique du pays et le jeu d’alliances qui en découle peuvent jouer un rôle déterminant.

  • 38 Cf. « La France a entamé sa grande révolution écologique », communiqué de l’UMP, 25 octobre 2007.

37En Allemagne, le poids des Grünen sur la scène politique est ainsi une caractéristique nationale qui influence de manière significative la politique énergétique et environnementale du SPD et de la CDU. D’autre part, si l’UMP prétendait, après le discours de clôture du Grenelle de l’environnement par Nicolas Sarkozy, que « le développement durable n’est pas une affaire de parti, mais bien l’affaire de tous, en France comme dans le monde38 », il semble néanmoins logique que les différents partis tentent de répondre techniquement à l’urgence énergétique et environnementale par des mesures qui s’intègrent dans leur cadre idéologique. Ainsi, les solutions proposées, notamment en matière de législation écologique, de régulation des marchés, de fiscalité et de redistribution comme vis-à-vis du rôle des dépenses publiques recouvrent pour une large part les lignes de fracture traditionnelles du clivage gauche/droite, et ce, même si le SPD, la CDU et l’UMP font preuve indéniablement de volonté pour tenter d’aller au-delà.

Tableau 1. Les partis face aux enjeux du développement durable

Tableau 1. Les partis face aux enjeux du développement durable

Notes

1 Voir à ce sujet les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et en particulier : GIEC, Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Genève, 2007.

2 GIEC, op. cit. [1].

3 Cf. Commissariat à l’énergie atomique (CEA), « Le nucléaire en France », document disponible sur <nucleaire.cea.fr/fr/repere/nucleaire_france.htm>.

4 « Discours du Premier ministre à l’occasion de la XVIe Conférence des ambassadeurs », Paris, 27 août 2008.

5 Cf. « Politique nucléaire et diversification énergétique, orientations gouvernementales », communiqué de Lionel Jospin, Premier ministre, 2 février 1998.

6 En 1997, Lionel Jospin, alors Premier ministre, accepte de fermer Superphénix, la centrale nucléaire de Creys-Malville (Isère) et il limite à un seul, au lieu de quatre initialement prévus, le nombre de laboratoires expérimentaux d’enfouissement des déchets en couche géologique profonde.

7 Cf. Institut français de l’environnement (Ifen), Dix indicateurs clés de l’environnement, décembre 2007, p. 2 ; Bundesministerium für Umwelt, Naturschutz und Reaktorsicherheit (BMU), Kurzinfo Bodenschutz, février 2007, document disponible sur<www.bmu.de/bodenschutz/kurzinfo/doc/4014.php>.

8 Avec 541 millions de tonnes émises en 2006, la France se place au quatrième rang européen derrière l’Allemagne, le Royaume-Uni (652 millions de tonnes) et l’Italie (568 millions de tonnes). Cf. « Overview of Member States’ contributions to EC GHG emissions excluding LULUCF from 1990 to 2006 in CO-equivalents (Tg) », in Annual European Community greenhouse gas inventory 1990–2006 and inventory report 2008, Technical report of the European Environment Agency (EEA), n° 6, 2008, p. 14 (tableau).

9 Réunissant le PS, le Parti communiste français (PCF), le Parti radical de gauche (PRG), le Mouvement des citoyens et les Verts.

10 Le 12 décembre 1999, le pétrolier maltais Erika a fait naufrage au sud-ouest de Penmarc’h (Finistère), lâchant plus de 10 000 tonnes de fioul. Après plusieurs jours de dérive, les nappes souillent le littoral atlantique, du Sud-Finistère à la Charente maritime (NDLR).

11 Notons que l’intérêt de l’opinion publique pour les questions environnementales est également croissant outre-Rhin, ce qui influence aussi le SPD et la CDU : 68 % des Allemands évoquent ainsi l’état de l’environnement comme un facteur qui joue sur leur qualité de vie, 78 % citent les facteurs économiques et 58 %, les facteurs sociaux. Cf. Eurobaromètre spécial 295/Vague 68.2, Attitudes des citoyens européens vis-à-vis de l’environnement, mars 2008, p. 34.

12 Ibid., p. 37. Outre-Rhin, ce sont 68 % des Allemands interrogés qui considèrent en 2008 que la protection de l’environnement doit être prioritaire par rapport à la compétitivité de l’économie.

13 Ibid., p. 109.

14 Cf. « Jacques Chirac s’empare de l’écologie », Le Monde, 4 mai 2001.

15 Celle-ci consacre le droit de chacun « à un environnement équilibré et favorable à la santé » (article 1) et trouve sa place dans le préambule de l’actuelle constitution, aux côtés de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et du Préambule de la Constitution de 1946 sur les droits économiques et sociaux.

16 Il s’agit, d’ici 2020, d’augmenter de 20 % l’efficacité énergétique de l’UE, de réduire de 20 % – de 30 % en cas d’accord international – ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990 et d’atteindre une proportion de 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique totale de l’UE. Cf. Conseil de l’Union européenne, « Conseil européen de Bruxelles, 8-9 mars 2007, Conclusions de la présidence », 2 mai 2007 disponible sur<www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/pressdata/fr/ec/93141.pdf>.

17 Cf. « Discours de clôture du Grenelle de l’environnement par M. Nicolas Sarkozy », 25 octobre 2007.

18 À l’occasion des élections législatives de 1997, les Verts ont obtenu 6,8 % des voix au premier tour du scrutin et sept sièges de députés à l’Assemblée nationale.

19 Cf. Parti socialiste, « Déclaration de principe », avril 2008.

20 Cf. « Des alliances à l’écologie, ce que disent les motions du PS », Le Monde, 26 septembre 2008.

21 Cf. Statistisches Bundesamt, Energie in Deutschland, Wiesbaden, 2006, p. 11.

22 Voir à ce sujet la loi du 26 avril 2002: « Gesetz zur geordneten Beendigung der Kernenergienutzung zur gewerblichen Erzeugung von Elektrizität ». Elle a mis fin à l’« Atomgesetz » de 1959, la loi qui soutenait l’énergie nucléaire. Elle interdit la construction de nouveaux réacteurs et fixe la durée de vie maximum des centrales à 32 ans.

23 Les États membres de l’UE se sont répartis en 2002 les obligations de réduction de CO2 pour remplir les objectifs du protocole de Kyoto, en fonction de leurs différences socioéconomiques et de leur contribution au réchauffement climatique.

24 Pour une comparaison européenne des objectifs et des progrès, voir « Greenhouse gas emissions in CO-equivalents (excl. LULUCF) and Kyoto Protocol targets for 2008 – 2012 » in Annual European Community greenhouse gas inventory 1990 – 2006 and inventory report 2008, op. cit. [8], p. 11 (tableau).

25 Voir sur ce point les résultats des enquêtes d’opinion en France et en Allemangne cités précédemment [11].

26 Le 7 et 8 mars 2007, lors du Sommet européen sur l’énergie, les chefs d’État et de gouvernement ont approuvé ce plan d’action dit « 3x20 » (cf. note 16).

27 Voir à ce sujet le site du ministère fédéral de l’Économie et des Technologies, <www.bmwi.de/BMWi/Navigation/energie,did=254042.html>.

28 En 2004, les émissions de gaz à effet de serre (GES) se répartissaient de la façon suivante dans l’UE-15 : 59 % venaient de la production d’énergie, 21 % des transports, 9 % de l’agriculture, 8 % du processus industriel et 3 % des déchets. Le transport est le seul secteur où les émissions de GES ont augmenté entre 1990 et 2004 (+ 26 %). Source : Agence européenne de l’environnement, citée in J.-P. Fitoussi, E. Laurent et J. Le Cacheux, « La Stratégie environnementale de l’Union européenne », Document de travail de l’Observa-toire français des conjonctures économiques (OCFE), n° 2007-24, septembre 2007, p. 22.

29 Voir notamment à ce sujet les propositions faites par le G8 en juin 2007, lors du lancement du « processus de Heiligendamm ».

30 Cf. Eurobaromètre Standard 69, L’Opinion publique dans l’Union européenne, printemps 2008, Rapport national pour la France, p. 38, et Rapport national pour l’Allemagne, p. 35-36.

31 Cf. « Discours de M. le Président de la République », Zénith de Toulon, 25 septembre 2008.

32 Cf. « Allocution de M. le Président de la République au mondial de l’automobile », Paris, 9 octobre 2008.

33 Fin 2007, la Commission européenne a publié ses propositions de nouvelles normes pour contraindre les constructeurs à abaisser à 120 grammes par kilomètre en moyenne le CO2 émis par les voitures d’ici 2012.

34 Le 7 octobre 2008, les eurodéputés ont donné leur accord à l’introduction de contraintes financières dès 2013, conformément au projet initial de Bruxelles, présenté en janvier 2008.

35 Selon Christian Jacob (UMP), rapporteur du projet de loi « Grenelle I » à l’Assemblée nationale. Propos rapportés in « Les députés UMP “encadrent” le Grenelle », Le Monde, 10 octobre 2008.

36 Cf. « Écologie : penser loin, agir vite », Les Grandes Propositions de la Convention Ecologie de l’UMP, 19 octobre 2005, p. 7.

37 Cf. Eurobaromètre Standard 69, op. cit. [30], Rapport national pour la France, p. 12, et Rapport national pour l’Allemagne, p. 48.

38 Cf. « La France a entamé sa grande révolution écologique », communiqué de l’UMP, 25 octobre 2007.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les partis face aux enjeux du développement durable
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Attachée de recherche au bureau parisien de la Fondation Konrad Adenauer.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540