Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Programmes et débats sur les orientations des partis : convergence ou diversification ?

Gauche, droite : quelle politique de modernisation économique ?

Henrik Uterwedde

Texte intégral

1Tout au long de la période étudiée (de 1997 à 2008), nos deux pays ont connu des difficultés économiques qui, loin d’être passagères, ont posé le problème de la sauvegarde, du renouvellement ou du dépassement de leur modèle économique et social (modèle social français, économie de marché sociale [Soziale Marktwirschaft]) face à la mondialisation. Quelles ont été les réponses des partis politiques, tant sur le plan programmatique que sur celui de l’action gouvernementale, par rapport à la mondialisation, à l’Europe économique, au modèle économique national et aux réformes économiques structurelles ?

2Nous analyserons ici les quatre grandes forces politiques représentant les deux grandes familles politiques en France et en Allemagne, à savoir le centre gauche et le contre droit : Union pour un mouvement populaire (UMP) – qui succède en 2002 au Rassemblement pour la République (RPR) – et Parti socialiste (PS) pour la France, Union chrétiennedémocrate (CDU) et Parti social-démocrate (SPD) pour l’Allemagne. Tous ces partis peuvent être décrits comme partis de rassemblement et de gouvernement : d’une part, ils doivent réaliser une synthèse entre les différents courants idéologiques et/ou clientèles sociales ; d’autre part, ils ont tous assumé des responsabilités gouvernementales, ce qui permet de tenir compte de la dialectique entre discours et pratiques.

Allemagne : le consensus mis à l’épreuve

Les fondements d’un débat apaisé

3Depuis 1949, la vie politique s’est articulée autour du clivage entre centre droit (CDU) et centre gauche (SPD). Le système proportionnel et l’absence de majorités absolues forcent les deux grands partis à chercher des partenaires de coalition. Ceci les amène à se positionner au centre de l’échiquier politique (die Mitte) afin d’être en mesure de former une majorité parlementaire. La nécessité de chercher des compromis se trouve renforcée par le fédéralisme coopératif, qui donne aux 16 länder un droit de codécision à la politique nationale via la deuxième chambre du Parlement, le Bundesrat. Plus d’une fois, l’opposition au plan national a disposé d’une majorité au niveau des länder, forçant ainsi le gouvernement fédéral à négocier des compromis. La culture politique centriste de l’Allemagne, qui abhorre les confrontations idéologiques et les extrémismes de gauche comme de droite, va dans le même sens : elle préfère le pragmatisme et le compromis aux « ruptures ». Enfin, CDU et SPD sont des grands partis de rassemblement, enracinés dans le territoire et dans la société civile, dans le monde syndical et dans celui des entreprises. Ils sont constamment forcés d’arbitrer entre les différentes sensibilités et les multiples groupes d’intérêt qui coexistent : à la CDU, il s’agit notamment de trouver un équilibre entre les positions plus libérales du courant patronal (Wirtschaftsrat et Mittelstandsvereinigung, représentant les petites et moyennes entreprises [PME]) et celles plus socialchrétiennes du courant salarial (Christlich-demokratische Arbeitnehmerschaft, CDA).

4Au SPD, le courant moderniste, « social-libéral » du Netzwerk et de leur revue Berliner Republik se prononce pour un renouvellement de l’économie de marché sociale, s’opposant notamment à l’aile syndicale (Arbeitsgemeinschaft für Arbeitnehmerfragen) et à la Parlamentarische Linke regroupant les députés de l’aile gauche du parti, qui s’efforcent de préserver les acquis du modèle social allemand. Christianisme social, libéralisme et conservatisme forment les racines idéologiques de la CDU ; marxisme, socialisme démocratique, social-libéralisme et christianisme social celles du SPD – d’où un souci constant de fédérer et, ce faisant, de dépasser, les différents positions idéologiques et intérêts sociaux présents dans la société allemande. Les débats et les controverses de fond qui s’expriment dans la société entière, s’ils semblent souvent opposer SPD et CDU, se retrouvent aussi en leur sein ; il arrive assez souvent que certains courants des deux partis convergent sur une position concrète. Bien entendu le point d’équilibre des différents courants n’est pas le même dans les deux partis, l’aile patronale et libérale ayant une plus grande influence à la CDU, comme l’aile salariale et syndicale au SPD.

5Il en résulte que les clivages politiques entre les deux partis sont exprimés de façon nuancée et que, nonobstant une certaine polarisation droite/gauche pendant la campagne électorale avec des excès de langage d’usage, les deux partis partagent un certain nombre de valeurs et n’hésitent pas à admettre un consensus assez large sur des questions fondamentales, comme le système politique et la Constitution (Grundgesetz) ou les principes du capitalisme rhénan, social et coopératif (l’économie de marché sociale). Seuls les petits partis, organisés sur une base idéologique et sociale plus étroite, formulent des positions plus accentuées, comme le Parti libéral démocratique (FDP) avec son libéralisme économique « pur et dur » ou La Gauche (Die Linke), qui est le seul parti à exprimer un antilibéralisme fort.

  • 1 H. Uterwedde, « Compétitivité et politique industrielle : les stratégies allemandes et françaises » (...)

6La base sociale de ce centrisme est le modèle économique et social allemand, qui cherche à concilier concurrence et justice sociale, marché et régulation, liberté du patronat et cogestion des salariés, en misant sur un dialogue conflictuel mais constructif entre le capital et le travail. L’existence d’un syndicalisme assez fort et unitaire, capable d’imposer un rapport de force au patronat, ainsi que la culture du contrat confèrent un rôle de régulation sociale aux partenaires sociaux. Privilégiant le long terme, les adaptations graduelles et la gestion corporatiste et coopérative du changement, le capitalisme allemand a été pendant longtemps un modèle de réussite. Or, ses faiblesses manifestes depuis 20 ans (croissance faible, montée du chômage), aggravées par les suites de l’unification allemande, ont fini par ébranler le consensus relatif. Un large débat s’est développé dans les années 1990 sur les problèmes structurels du site de production allemand (Standort Deutschland). Sur fond de référentiel libéral, les coûts de productions élevés, les problèmes d’adaptation de la sécurité sociale, le manque de souplesse des réglementations économiques et sociales, mais aussi les aspects qualitatifs comme la recherche-développement ou l’innovation ont marqué ce débat, qui a débouché sur une demande de réformes structurelles1. Il s’est polarisé entre ceux qui considèrent l’économie de marché sociale comme caduque, ceux qui veulent la sauvegarder et ceux qui tentent de la réformer de manière graduelle et concertée.

Le chemin difficile des réformes

7Face à cette polarisation, CDU et SPD ont peiné à adapter leurs programmes et leurs pratiques. Si la CDU d’Helmut Kohl, au pouvoir de 1982 à 1998, s’est montrée attentive aux arguments de la Standortdebatte appelant à des réformes libérales, le gouvernement Kohl ne les a guère traduits dans sa politique, à part quelques réformes timides (création d’un « facteur démographique » dans le calcul des retraites, assouplissement du droit du travail). Absorbé depuis l’unification dans l’immense tâche de l’intégration économique et sociale du territoire de l’ex-RDA dans le système économique et social ouest-allemand, le gouvernement Kohl, neutralisé par la majorité social-démocrate au Bundesrat, avait fini par perdre tout élan réformateur.

8Quant au SPD, sa campagne électorale de 1998 fut ambiguë : des accents modernistes (voulant mettre fin au blocage des réformes) se mêlaient à des revendications plus traditionnelles (voulant abroger les mesures « antisociales » du gouvernement Kohl). Cette ambiguïté se retrouve dans la politique de réformes très prudente (baisse de la pression fiscale ; écotaxe et baisse de la cotisation vieillesse, assortie de mesures symboliques de gauche comme la suppression du facteur démographique dans le calcul des retraites, instauré par le gouvernement précédent). L’instauration d’une concertation tripartite avec les partenaires sociaux sur la politique de l’emploi (Bündnis für Arbeit) illustre bien la démarche prudente du gouvernement Schröder, qui soumit tout changement notable du droit du travail à un consensus social, ce qui entraîna un quasi-blocage de la politique sur ce terrain. Mais les tensions entre modernistes et traditionalistes n’ont pu être dissipées, comme en témoigne la sortie spectaculaire d’Oskar Lafontaine (1999), jusqu’alors président du SPD et « super-ministre » des Finances du gouvernement Schröder, au nom de valeurs de gauche anticapitalistes.

  • 2 <www.fondatn7.alias.domicile.fr/bdd/doc/notes13.pdf>.
  • 3 Der Weg nach vorne für Europas Sozialdemokraten. Ein Vorschlag von Gerhard Schröder und Tony Blair, (...)

9Sur le plan programmatique, Gerhard Schröder afficha son modernisme en 1999 dans un manifeste rédigé en commun avec Tony Blair, alors Premier ministre du Royaume-Uni. Ce document tente de jeter les bases d’une gauche du XXIe siècle, capable de répondre aux nouveaux défis économiques et sociaux, en proposant de nouveaux paradigmes : « nous devons mettre en œuvre nos politiques dans un cadre économique nouveau, moderne et harmonisé avec le monde contemporain, dans lequel les gouvernements mettent tout en œuvre pour soutenir les entreprises sans jamais s’arroger le droit de se substituer à ces dernières. Les mesures politiques doivent être complémentaires par rapport au rôle essentiel que jouent les marchés et contribuer à l’améliorer, mais sans l’entraver2. » Le manifeste comprend une nouvelle définition de la justice sociale, une « rénovation » des systèmes de protection sociale, un État régulateur qui « ne doit pas ramer, mais tenir le gouvernail », l’affirmation de la libre compétition et du libre-échange comme « indispensables pour stimuler la productivité et la croissance », ainsi qu’une « nouvelle politique de l’offre » afin de dépasser « les vieilles recettes des années 1970 mêlant déficit public et interventionnisme de l’État3. » Mais le manifeste n’a reçu qu’un accueil très mitigé au sein du SPD, et Gerhard Schröder n’y insista pas pour renouveler son parti, si bien que le papier ne joua plus aucun rôle dans le débat du SPD.

  • 4 Sur l’Agenda, cf. H. Uterwedde, op. cit. [1], p. 19-24 ; B. Lestrade, « Les Réformes sociales en Al (...)
  • 5 Discours du chancelier au Bundestag, d’après Das Parlament, n° 38-39, 15-22 septembre 2003, p. 20.
  • 6 Ibid.

10Par l’ironie de l’histoire, les thèses du manifeste refirent surface par la suite. Le chancelier, réélu difficilement en 2002 après une campagne social-démocrate classique, confronté à une dégradation rapide de la situation économique et du climat politique, lança son paquet de réformes structurelles (l’Agenda 2010) en mars 20034. Cet agenda, s’inspirant largement du manifeste Blair-Schröder, marqua un tournant de la politique économique allemande. Sa logique est libérale, puisqu’elle mise sur une baisse des impôts et des prélèvements pour abaisser le coût du travail, ainsi que sur une plus grande flexibilité du marché du travail. Un nouveau paradigme se profile également dans le système de protection sociale : la justice sociale s’oriente désormais davantage vers l’égalité des chances que vers la redistribution (« Nous devrons diminuer les prestations publiques, favoriser la responsabilité individuelle et demander un effort plus important de chacun5 »). En outre, la maîtrise des coûts doit permettre un redéploiement pour investir massivement dans le savoir : pour le chancelier il y a un « lien [...] entre la chance d’investir dans les domaines d’avenir en mobilisant les ressources nécessaires et la nécessité d’adapter les systèmes de sécurité sociale aux conditions radicalement changées6. »

  • 7 La perte d’adhérents, perceptible depuis la fin des années 1970, s’est accélérée depuis les années (...)

11La nouvelle politique, née dans l’improvisation, frappa un parti qui y était mal préparé. Elle provoqua un rejet fort au sein du SPD et un tollé dans la Confédération allemande des syndicats (DGB), syndicat traditionnellement très lié aux sociaux-démocrates. Accusant le SPD d’abandonner la défense des salariés et des classes populaires, voire de trahir ses propres principes et valeurs, un grand nombre de militants quittèrent le parti7 et une partie de sa base électorale le déserta. Le nouveau parti de La Gauche, formé par la fusion du Parti du socialisme démocratique (PDS) postcommuniste très ancré dans l’ancienne RDA, et de l’Alternative électorale pour le travail et la justice sociale (WASG) née des protestations contre les réformes de l’Agenda 2010, réussit à canaliser ce rejet et à s’installer durablement dans le paysage politique, aux dépens du SPD. Au sein du parti, le ton entre les défenseurs et les détracteurs de la nouvelle politique monta. Au final, le SPD n’a que très modérément assumé les choix politiques de l’Agenda 2010.

  • 8 Deutschlands Chancen nutzen. Wachstum, Arbeit, Sicherheit. Regierungsprogramm 2005-2009, verabschie (...)

12La CDU, reléguée dans l’opposition depuis 1998, s’était placée sur une position assez libérale face à la coalition rouge-verte, position affirmée par le programme de Leipzig de 2003. Ayant regagné la majorité au sein du Bundesrat, elle influença le travail gouvernemental dans ce sens, imposant à Gerhard Schröder des durcissements de son Agenda 2010 allant dans le sens libéral, tout en réussissant à en faire porter la responsabilité au gouvernement face à un électorat de plus en plus critique. Se sentant assurée d’une victoire facile pour les élections législatives de 2005, la CDU d’Angela Merkel, allié au FDP, formula un projet de réformes libérales allant beaucoup plus loin que l’Agenda 2010 : une déréglementation large afin de « libérer » les entreprises ; un « État modeste » se concentrant sur ses tâches centrales ; une flexibilisation du marché du travail, tant dans le droit au licenciement que dans la possibilité de déroger des conventions collectives par accord d’entreprise ; une réforme des systèmes de sécurité sociale, notamment en créant une cotisation maladie unique, indépendamment du salaire ou du revenu ; une fiscalité plus simple, avec une baisse notable des taux d’imposition des entreprises comme des particuliers ; une baisse des prélèvements sociaux financée par un relèvement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA)8.

13Le résultat des législatives a été ressenti comme un avertissement tant par la CDU que par le SPD. Ce dernier a perdu la majorité et se trouve désormais mis en concurrence sur sa gauche par La Gauche. Mais il a pu sauver les meubles, arrivant presque à égalité avec la CDU. Celle-ci a vu sa large victoire annoncée se transformer en demi-échec. Faute de pouvoir former la coalition envisagée avec le FDP, elle a dû constituer un gouvernement avec le SPD. L’électorat a rejeté clairement toute stratégie de rupture libérale.

  • 9 Pour une analyse des débats programmatiques et leurs résultats, cf. H. Uterwedde, « CDU et SPD à la (...)

14En réaction, on assiste à un double recentrage depuis 2005. Au sein de la grande coalition dirigée par Angela Merkel, les deux partis ont trouvé des compromis (parfois laborieux) allant dans le sens des réformes entamées par l’Agenda 2010 mais d’une manière plus prudente, en veillant à équilibrer les sacrifices demandés, à les assortir de nouvelles prestations (politique de la famille) et infrastructures (écoles), voire à revenir sur certains dispositifs de l’Agenda 2010, comme la limitation de la durée de l’allocation chômage pour les salariés âgés. Sur le plan programmatique, CDU et SPD ont également essayé de rééquilibrer le réformisme de tendance libérale et la sauvegarde de la justice sociale. Éprouvant visiblement le besoin de redéfinir leur identité, qui risquait d’être brouillée dans le travail gouvernemental commun, chacun des deux partis a lancé un vaste débat interne qui a débouché sur l’adoption d’un programme fondamental (Grundsatzprogramm)9.

Consensus et différentiation

15La lecture des deux programmes fondamentaux dégage un certain nombre de convergences profondes dans les domaines de la politique économique et sociale.

16D’abord, les deux partis partagent de manière explicite les valeurs fondamentales : liberté, justice, solidarité – des valeurs qui forment une unité et se conditionnent, se complètent, se renforcent et se limitent mutuellement, comme l’expriment les deux programmes de manière presque identique. Ceci signifie que CDU et SPD excluent toute stratégie de type « thatchérien » au profit d’un réformisme gradualiste.

17Cette convergence se vérifie quand on compare leur approche du modèle économique et social, autrement dit l’économie de marché sociale. Si le poids respectif du social et du libéral diffère (pas seulement entre CDU et SPD mais aussi à l’intérieur de chaque parti), il convient de noter que les deux grands partis soulignent les mêmes éléments constitutifs de l’économie de marché sociale : culture de stabilité et importance de la consolidation budgétaire, liberté des entreprises combinée à une responsabilité sociale, nécessité d’une culture entrepreneuriale et importance du Mittelstand (PME), démocratie sociale via l’autonomie dans le domaine des conventions collectives, cogestion et participation des travailleurs, primauté des marchés mais légitimité d’intervention des pouvoirs politiques dans des domaines et sous des formes bien définis, sécurité sociale pour tous guidée par les principes de la solidarité collective et la responsabilité individuelle, etc.

18Enfin, les deux partis convergent quant aux fondements du modèle de compétitivité et du capitalisme coopératif à l’allemande : salaires maîtrisés mais élevés, capacité d’innovation, pôles décentralisés de compétitivité, tissu d’entreprises marqué par la force du Mittelstand (surtout les grosses PME), implication et participation des salariés.

19Le consensus est aussi très marqué dans la vision d’une Europe politique forte, capable d’être une réponse à la mondialisation, une Europe porteuse d’un modèle économique et social proche de l’économie sociale de marché, une Europe citoyenne dans une vision très fédérale. Quant à l’Europe économique, les discours se différentient, la CDU mettant l’accent sur l’union monétaire et le marché unique et mettant en garde contre toute sur-réglementation, tandis que le SPD prône une « Europe sociale » caractérisée par « des règles et standards européens contraignants » et un certain nombre d’éléments comme les droits des salariés, la cogestion, l’autonomie du champ des conventions collectives, des taux minima dans l’imposition des entreprises, etc. Toujours est-il que les visions restent assez proches ; CDU et SPD se prononcent pour l’indépendance de la Banque centrale européenne (BCE) et le pacte de stabilité et de croissance.

20À partir de ce socle commun, les approches des deux partis se distinguent pour proposer deux voies alternatives. Ainsi, la CDU met davantage l’accent sur le rôle des entreprises et des marchés que le SPD. Dans la tradition ordo-libérale, elle définit la fonction de l’État comme destinée à faire fonctionner les marchés, en développant le cadre réglementaire nécessaire, et reste plus réticente quant à d’autres types d’interventionnisme économique. Dans ce contexte, elle rend un hommage appuyé au rôle crucial des entreprises, qui doivent être encouragées par un cadre plutôt libéral et non contraignant, et elle s’en prend à la sur-réglementation en matière économique. Le SPD, lui, reste tributaire d’une vision d’un État plus actif, tant dans le domaine réglementaire que dans la politique macroéconomique ou industrielle (définie comme une politique du site de production), sans pour autant céder à un étatisme à la française.

21La sociologie des deux partis (influence des milieux aisés et du monde de l’entreprise pour la CDU, des classes moyennes et du salariat pour le SPD) peut expliquer aussi d’autres clivages. La CDU se prononce pour une fiscalité plus simple et plus modeste, avec une baisse des taux, tandis que le SPD souligne les fonctions multiples des pouvoirs publics et la nécessité d’un financement suffisant. Concernant les salaires des moins qualifiés, la CDU penche pour des salaires correspondant à la faible productivité de ces personnes, qui seraient moins pénalisants pour l’emploi, et pour des primes additionnelles payées par les pouvoirs publics. Le SPD souligne que chaque emploi à plein-temps doit couvrir les besoins de subsistance des salariés, et revendique l’instauration de salaires minima par la négociation sociale ou par voie législative.

22La politique de l’emploi oppose elle aussi le SPD, qui tient à la protection existante contre les licenciements, à la CDU, qui veut y introduire une souplesse nouvelle, censée être favorable à la création de nouveaux emplois.

  • 10 Il s’agit d’un impôt français qui participe au financement de la sécurité sociale et est assis sur (...)

23En ce qui concerne la sécurité sociale, malgré une certaine convergence entre le concept de la Chancengesellschaft de la CDU (société des chances, qui donne la priorité à l’équité des chances sur l’égalité des résultats) et le Vorsorgender Sozialstaat du SPD (État social de prévoyance, qui élargit l’État social vers une action préventive, transversale en activant les individus), les clivages restent quant au financement. Ainsi, dans l’assurance maladie, le concept de la CDU, qui prône une prime unique pour chaque citoyen (Gesundheitsprämie), est incompatible avec l’approche du SPD, qui se prononce pour une contribution sociale généralisée (CSG10) à l’allemande (Bürgerversicherung).

France : un modèle, deux lectures ?

Bipolarisation et modèle républicain

  • 11 Cf. A. Knapp, Parties and the Party System in France, Palgrave, London, 2004, p. 164-178 (PS); F. H (...)

24La France ne connaît pas la quête au centre qui domine la vie politique allemande. Depuis l’instauration du vote majoritaire en 1958, on assiste à une bipolarisation constante du système des partis, même si elle a été ponctuée par des phases de fragmentation. La vie politique s’articule autour d’une alternance nette entre la gauche et la droite, dominées respectivement par le Parti socialiste et l’Union pour un mouvement populaire ; toutes les tentatives de faire émerger un centre indépendant entre ces deux blocs ont échoué comme en témoigne l’échec de François Bayrou et de son Mouvement démocrate (MoDem) lors des élections présidentielle puis législatives de 2007. Le souci des deux partis dominants doit être avant tout de rassembler leur propre camp, souvent menacé de rivalités internes et de fragmentations : ceci est particulièrement vrai pour le PS, en concurrence avec plusieurs partis et mouvements de gauche (Parti communiste français [PCF], Verts, Parti radical de gauche [PRG], partis d’extrême gauche), mais aussi pour l’UMP qui, tout en ayant fédéré une grande partie de la droite doit toujours compter avec la rivalité du centre (MoDem) et de l’extrême droite. Ce pluralisme externe se double par un pluralisme interne, que les deux organisations doivent gérer en tant que partis de rassemblements ayant une vocation de représenter la diversité de leur camp respectif. Au PS, les différents courants sont porteurs de cette diversité ; cela dit, la confusion entre positions programmatiques, stratégies personnelles des leaders et enjeux de pouvoir brouille souvent les clivages idéologiques existants. À l’UMP, l’institutionnalisation du pluralisme interne (reconnaissance des « mouvements ») ne s’effectue pas sans mal11.

25La bipolarisation de la vie politique est renforcée par le fait que les institutions de la Ve République donnent à la majorité parlementaire tous les moyens institutionnels de poursuivre sa politique. Le gouvernement ne doit pas, comme en Allemagne, partager le pouvoir avec d’autres instances, voire composer avec l’opposition. Il en résulte un partage clair des rôles entre gouvernement et opposition, qui s’exprime par des clivages politiques prononcés entre la gauche et la droite, même si la polarisation idéologique, toujours apparente dans les discours, s’est beaucoup atténuée depuis les années 1980. En fait, même si le mot « consensus » est souvent rejeté par les intéressés, UMP et PS, forts de leurs expériences gouvernementales respectives, partagent de facto un certain nombre de principes communs quant à la politique économique et au modèle économique et social. Ces convergences sont soutenues par la culture politique française, notamment par l’antilibéralisme très répandu dans le débat public, et par le modèle républicain : l’idée que la politique, légitimée par le suffrage universel, doit primer sur l’économie et les forces du marché, et la défense d’un modèle économique et social français articulé autour d’un État fort, du service public et de la Sécurité sociale, garant de la cohésion productive, territoriale et sociale.

26Le capitalisme français a connu des problèmes d’adaptation plus précoces et plus accentués que le capitalisme rhénan. Le modèle étatiste d’après-guerre avait connu un premier tournant important après 1983 (libéralisation, privatisations, ouverture, culture de stabilité monétaire, etc.). Cette transformation a été globalement bénéfique mais inachevée. L’économie française fait face à de sérieux problèmes depuis les années 1990 (croissance médiocre, chômage et précarisation, problèmes de compétitivité qualitative, faiblesses dans le domaine de l’innovation et de l’économie de la connaissance, déséquilibre des finances publiques, notamment pour le financement de la Sécurité sociale) – d’où un débat sur les faiblesses du capitalisme à la française qui, en partant de problèmes plus circonscrits dans les années 1990 (comme la compétitivité du système productif, le problème de l’innovation, le fonctionnement de l’État, le marché du travail ou le financement de la Sécurité sociale), s’est généralisé ces dernières années pour devenir un débat général sur le « modèle social français ». Ainsi, la question d’une nouvelle adaptation du modèle français via des « réformes structurelles » s’est imposée dans le débat politique et a été mise à l’ordre du jour.

Réformes de gauche, réformes de droite

  • 12 V. A. Schmidt, The Futures of European Capitalism, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 301.

27Depuis le « tournant » de 1983 réalisé par le gouvernement Mauroy, les gouvernements de gauche et de droite qui se sont succédé ont poursuivi et approfondi le changement, procédant ainsi à une première adaptation structurelle importante du capitalisme français. Malgré une polarisation gauche/droite persistante et des accents différents, tous les gouvernants ont accepté les nouveaux choix fondamentaux (stabilité monétaire, privatisations, adaptation de l’industrie, ouverture extérieure, marché unique, etc.). En même temps, ils ont hésité à assumer ouvertement leurs choix, faisant ainsi émerger un écart notable entre les discours – toujours fidèles au modèle étatiste et républicain – et les pratiques – effectuant une libéralisation graduelle de l’économie12.

28Depuis les années 1990, les gouvernements de gauche comme de droite ont été pris en tenaille entre le besoin de nouvelles adaptations et le rejet du changement dans l’opinion, qui s’est exprimé à plusieurs reprises dans des mouvements de mobilisation sociale comme en 1995. Dans ce contexte, la politique gouvernementale des dernières années peut être interprétée comme la recherche hésitante, et contradictoire, d’une modernisation du capitalisme français. Comme en Allemagne, on voit le souci constant de trouver un équilibre entre libéralisation et sauvegarde de la cohérence sociale.

  • 13 Suite au passage de 39 à 35 heures de travail par semaine, les entreprises pouvaient soit réduire e (...)

29Prenant le pouvoir dans une situation économique difficile, voire déprimée, le gouvernement de la « gauche plurielle » du Premier ministre Lionel Jospin (1997-2002) a cherché une sortie de la crise par un programme de gauche classique, tentant de réconforter le modèle français plutôt que de le réformer (très visible dans la politique de l’emploi avec la politique des 35 heures et la création des emplois-jeunes, mais aussi dans le report de la réforme des retraites). Mais la couleur de gauche affichée de manière forte n’a pas empêché des adaptations prudentes, comme la politique de privatisation, la flexibilité accompagnant la réduction du temps de travail (RTT13), la modération salariale et l’exonération de charges pour les entreprises dans le sillon de la RTT. D’autres projets, comme la réforme de l’État et de l’administration ou celle des retraites, ont été abandonnés ou reportées. Ce pragmatisme aux accents de gauche n’a pas empêché Lionel Jospin de subir une lourde défaite en 2002, notamment par la défection d’une partie de l’électorat populaire au profit de partis populistes et extrémistes.

  • 14 Le contrat première embauche avait été instauré en février 2006 pour lutter contre le chômage des j (...)

30La politique des réformes entamée par Jean-Pierre Raffarin après la réélection de Jacques Chirac en 2002 (décentralisation, alignement du régime des retraites du secteur public sur celui du privé) se heurta rapidement à une vague de protestations, et la lourde défaite lors des élections régionales de 2004 mit un frein à l’élan réformateur. Le choc du non au référendum européen en 2005, notamment le rejet massif de l’« Europe libérale », tout comme la crise des banlieues, illustrèrent un malaise profond dans la société, nourri à la fois par les problèmes sociaux et par la perte des repères face aux fissures du modèle social. La fin de l’ère Chirac fut de plus en plus marquée par l’immobilisme, ou par des tentatives malheureuses comme celle d’imposer le contrat première embauche (CPE14) par le haut.

  • 15 Le revenu de solidarité active est une prestation sociale, calculée en fonction des revenus du trav (...)

31En réponse à cet immobilisme, Nicolas Sarkozy développa une critique du fonctionnement du modèle social français, revendiquant des changements profonds (« rupture ») et proposant un agenda de réformes structurelles. Pour la première fois, la thématique du renouvellement économique et social a dominé la campagne électorale. Après l’élection de Nicolas Sarkozy, elle a débouché sur un certain nombre de réformes. Pour autant, ni le programme du candidat ni la politique menée depuis 2007 ne constituent un agenda de réformes libérales. Il s’agit d’un mélange éclectique de libéralisme (bouclier fiscal, baisse des prélèvements, fin des 35 heures, appel à davantage de concurrence et de flexibilité pour « libérer la croissance », réduction du personnel d’État) et de volontarisme (« chercher la croissance » ; « président du pouvoir d’achat »), voire de dirigisme (interventions industrielles), assorti d’une dose de protectionnisme (préférence communautaire, demande de réciprocité dans les négociations commerciales) et d’accents sociaux-démocrates (création du revenu de solidarité active [RSA15]). Il n’est pas encore sûr que cette synthèse libéral-dirigiste ou social-libérale très personnelle du président soit couronnée de succès.

  • 16 J.-C. Casanova, « Raffarin : la timidité ou l’audace ? » Le Monde, 11 juillet 2002.

32En résumé, l’approche des gouvernements de gauche et de droite des 10 dernières années ressemble bien à la description que l’économiste Jean-Claude Casanova donna de la politique de Jean-Pierre Raffarin : « Toute phrase en faveur d’une liberté économique plus grande est assortie d’une phrase en faveur des plus démunis et de l’égalité. Ce qui est exactement symétrique de la gauche, pour laquelle toute proposition sociale est accompagnée d’une phrase en faveur de l’efficacité économique. La persistance de ce balancement montre qu’il n’y a pas de rupture profonde entre la politique Jospin et la politique Raffarin16. »

Convergences et divergences

  • 17 C. Mital et E. Izraelewicz, Monsieur Ni-Ni. L’économie selon Jospin, Paris, Robert Laffont, 2002, p (...)
  • 18 Z. Laïdi, « La gauche doit-elle craindre la mondialisation ? » Esprit, novembre 2006, p. 115-126 (1 (...)
  • 19 Contribution « Clarté, courage, créativité : choisir maintenant, pour agir demain », présenté par B (...)
  • 20 B. Delanoë, De l’audace, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 46, 48.
  • 21 Parti socialiste, Déclaration de principes, 23 avril 2008.

33Le PS, qui a gouverné pendant 15 ans entre 1981 et 2002, a semblé souvent en retrait de la politique gouvernementale, refusant d’assumer les choix faits par « ses » gouvernements, un peu à l’image du Premier ministre Lionel Jospin que l’on a décrit comme « modernisateur de l’économie dans les faits sans jamais le reconnaître dans les mots17 ». Dans l’opposition depuis 2002, la logique gouvernementale a cédé le pas à une logique de positionnement sur le terrain de gauche caractérisé par de multiples fractures et par la pression de multiples mouvements et mobilisations sociales. Si cette pression, reprise par les courants de gauche du parti, a joué en faveur de ce que certains décrivent comme « une sorte de radicalisation antilibérale qui s’est probablement accrue depuis l’échec de 2002 et le résultat du référendum de 200518 », d’autres courants ont revendiqué un renouvellement doctrinal capable d’intégrer les expériences gouvernementales et de rapprocher discours et pratiques : « puisque, depuis plus de vingt ans, le Parti socialiste accepte l’économie de marché dans ses décisions quand il est en responsabilité, il lui reste à l’accepter dans son langage, en tant qu’opposant19 ». Il semble que cette position d’un réformisme assumé ait gagné du poids. Dans un livre récent, Bertrand Delanoë a été jusqu’à revendiquer le libéralisme, qui « est à la liberté ce que la république est à la démocratie : une forme supérieure de l’évolution », et souhaiter que « les socialistes du XXIe siècle acceptent enfin pleinement le libéralisme, [qu’] ils ne tiennent plus les termes de “concurrence” ou de “compétition” pour de gros mots20 ». Ainsi le PS a-t-il adopté à l’unanimité une « déclaration de principes » en avril 2008, qui rapproche son discours davantage à ses pratiques. La déclaration renonce pour la première fois à la notion de « révolution », se déclare ouvertement partisane « d’une économie sociale et écologique du marché régulée par la puissance publique, ainsi que par les partenaires sociaux », appelle une régulation par l’État « pour concilier l’économie de marché, la démocratie et la cohésion sociale » et revendique ouvertement son choix de la construction de l’Europe, qu’il veut forte, économiquement dynamique et sociale21.

  • 22 Les différentes motions sont disponible sur <www.parti-socialiste.fr/toutsurlepsCongres.php> ; (Le Mans, 2005) et <congresdereims.parti-socialiste.fr> ; (Reims, 2008).

34Cette ligne modérée se retrouve dans les contributions des principaux courants aux congrès du Mans (2005) et de Reims (2008)22. La plupart des contributions s’accordent sur les points suivants : une politique redistributive en faveur des salariés et familles modestes (notamment par la politique fiscale et salariale, et l’augmentation du salaire minimum interprofessionnel de croissance [SMIC]) ; une politique d’innovation pour renforcer le système productif ; une politique de l’emploi misant sur l’élargissement de la RTT à tous les salariés, ainsi qu’une « sécurité sociale professionnelle » assurant une sécurisation des parcours professionnels ; la défense de l’État social, tout en modifiant et élargissant la base de son financement (taxation de la plus-value et des revenus plutôt que du travail) ; enfin une Europe forte, capable d’être un acteur économique (gouvernance économique comme contrepoids de la BCE ; révision du statut de la BCE ; augmentation notable du budget européen ; politique industrielle ; harmonisation sociale et fiscale), de défendre son modèle social et de s’affirmer dans la mondialisation (entre autres, principe de réciprocité dans l’ouverture des marchés). La division, parfois déchirante, qui a marqué l’évolution récente du PS, a été portée davantage par des rivalités de personne que par des clivages idéologiques profonds.

  • 23 UMP, Charte des valeurs, disponible sur <www.u-m-p.org/site/index.php/ump/l_ump/nos_valeurs/charte_des_valeurs>.
  • 24 Ibid.

35De par sa nature, l’UMP, créée en 2002 après l’élection présidentielle pour succéder au RPR dans le but d’élargir et d’unifier le camp de la droite, est un parti de rassemblement diversifié, dans lequel cohabitent plusieurs courants de pensée (décrits comme « familles gaulliste, démocrate-chrétienne, libérale, radicale, sociale et indépendante23 »). Elle est devenue rapidement l’enjeu de la lutte pour la succession de Jacques Chirac au sein de la droite, permettant finalement à Nicolas Sarkozy de s’imposer comme président du parti (novembre 2004) puis candidat à la présidentielle. Parti présidentiel par excellence, moins programmatique que les autres partis analysés ici, l’UMP n’a pas produit de programme en dehors d’une courte Charte des valeurs et un manifeste électoral avant les législatives de 2007, très inspiré de l’agenda de Sarkozy élu président de la République. Les valeurs de l’UMP, qui se regroupent autour des notions de liberté, de responsabilité, de solidarité, de nation et d’Europe, font ressortir un profil de centre droit caractérisé par un libéralisme économique modéré : la place primordiale donnée à la liberté comme « valeur essentielle », le rejet des « systèmes qui étouffent la liberté en cherchant à tout encadrer », ainsi que l’accent mis sur « l’innovation, l’imagination, l’envie de créer, la volonté d’entreprendre, l’esprit d’entreprise », vont dans ce sens. Le libéralisme est conditionné par les principes de responsabilité et de solidarité, par « la garantie de la protection sociale à laquelle les Français sont légitimement attachés », l’attachement aux services publics et à la « solidarité entre les territoires et les familles ». Toutefois, cette solidarité se veut plus individuelle que collective et « plus exigeante » en appelant à l’effort individuel pour éviter qu’elle se transforme en « assistanat » : « Le sens de la solidarité, c’est de donner à chacun la possibilité de rebondir24 ».

  • 25 UMP, Contrat de législature 2007-2012, disponible sur<viphttp.yacast.net/ump/projet-ump2007.pdf>.

36Il n’est pas surprenant que le programme électoral de l’UMP de 200725 « colle » étroitement aux propositions du candidat (et président du parti) Nicolas Sarkozy. Il en ressort la même conception social-libérale : revendication d’un État modeste mais plus performant (baisse du nombre des fonctionnaires « moins nombreux mais plus payés et considérés », encadrement strict des dépenses publiques, bouclier fiscal et baisse des taux de prélèvement, réduction de la dette publique), revalorisation de l’effort et du travail (contournement des 35 heures, RSA), une flexibilisation du marché du travail assortie d’« sécurité sociale professionnelle », une fiscalité pesant moins sur le travail (compensé par une taxation écologique et une « TVA sociale »). Les accents de volontarisme ne manquent pourtant pas, dans l’affirmation d’une « politique industrielle résolue » ou dans la revendication d’un « Small Business Act à la française » au profit des PME. De surcroît, le libéralisme économique est mis en avant de manière très discrète, évitant toute évocation du rôle du marché, de la concurrence ou de l’économie de marché. De même, aucune ligne du programme électoral n’est consacrée à la mise en concurrence de certains secteurs bénéficiant de rentes de situation, un projet mis en avant par le rapport Attali.

37La vision de la mondialisation est critique ; pour l’UMP celle-ci « ne peut en aucun cas justifier que l’homme et l’environnement soient sacrifiés aux intérêts de l’économie et du commerce ». C’est pourquoi la France doit être « l’acteur d’une autre mondialisation », notamment dans le domaine du commerce mondial, où l’ouverture des marchés est conditionnée au principe de la réciprocité et l’instauration d’une taxe carbone qui vise des pays ne respectant pas les normes environnementales.

38Quant à l’Europe économique, elle doit répondre aux défis mondiaux par une série de politiques économiques actives visant « la protection dans la mondialisation, la politique industrielle, la recherche et l’innovation, la lutte contre la délocalisation et l’éthique du capitalisme, le développement durable et la politique énergétique… ». La revendication de faire de l’euro, « dans le respect de l’indépendance de la Banque centrale européenne, […] un outil de la croissance et d’emploi », la défense de la politique agricole commune (PAC) (« une condition de notre indépendance alimentaire et un outil de puissance économique ») et le principe de la préférence communautaire « qui permet à l’Europe de préférer ses produits, ses entreprises et ses marchés quand c’est son intérêt » complètent cette vision volontariste.

39En résumé, l’UMP et le PS affichent deux profils distincts, voire contradictoires sur certains points, comme la politique salariale et fiscale, le partage des revenus, le rôle de l’État ou la protection de l’emploi – des domaines liés à des intérêts économiques et sociaux et reflétant les clientèles différentes des deux partis. Ce clivage est accentué par la bipolarisation et la nature de la concurrence partisane. Toutefois, on peut aussi constater un nombre impressionnant de convergences. L’attachement commun au modèle républicain et à certains traits du modèle économique développé après 1944, mais aussi l’expérience gouvernementale des deux partis semble avoir contribué pour apaiser un débat naguère marqué par une polarisation idéologique forte.

Conclusion

40Au terme de ce rapide survol, on peut constater une double ligne de clivage, nationale et partisane.

41Il n’est pas surprenant qu’à beaucoup d’égards, la différence nationale soit plus perceptible que le clivage gauche/droite (cf. tableau 1). C’est le résultat de facteurs structurels. Chaque pays a ses propres référentiels, produits de son histoire, de ses expériences collectives et de sa culture politique et économique. La référence à l’économie de marché sociale reste de rigueur en Allemagne, quitte à la (re)définir de manière différente au SPD comme à la CDU. L’importance de ce référentiel, qui symbolise le compromis entre libéralisme et régulation, concurrence et justice sociale, fait que le débat allemand est moins marqué par la controverse sur le libéralisme économique, ni par l’antilibéralisme virulent qui semble persister en France. Si l’on y ajoute les données structurelles économiques, on n’est pas étonné que la vision de la mondialisation semble plus optimiste en Allemagne, et que l’affirmation par les partis allemands du libre-échange et de l’ouverture des marchés fasse contraste avec la revendication française « d’une autre mondialisation » (comme le formule l’UMP) et d’une « préférence communautaire ». Les différences entre les référentiels et les configurations différentes de l’action publique (fédéralisme versus État unitaire, rôle du contrat social et des organisations professionnelles en Allemagne) expliquent pourquoi le rôle de l’État est défini de manière différente, et pourquoi les deux pays ne partagent pas la même vision de l’Europe économique. Pour les partis français, l’UE doit être un acteur économique capable de mener une politique active, voire volontariste, tandis qu’en Allemagne, on conçoit le rôle de l’UE davantage comme un cadre réglementaire. Le clivage est aussi très visible dans l’appréciation de la Banque centrale européenne, dont l’indépendance, principe sacré coté allemand, a été mise en cause par les partis français.

42Cela dit, derrière ces différences nationales on peut dégager un certain nombre de convergences. D’une part, les différences se sont atténuées, ce qui se voit dans l’évolution du discours socialiste en France. Dans la pratique gouvernementale, les quatre partis ont été confrontés aux mêmes défis, et ils ont éprouvé la difficulté à réaliser et à faire approuver des réformes. Même s’ils ont des façons différentes à l’exprimer, les partis sont guidés par le même souci de concilier l’économie de marché et le principe de concurrence tant nationale qu’internationale avec le besoin de régulation : un capitalisme « social » capable de sauvegarder la cohérence sociale et territoriale, d’assurer la protection et la justice sociale, ainsi que le dialogue social et l’implication des salariés ; un capitalisme régulé qui donne un cadre réglementaire afin d’assurer le bon fonctionnement des marchés.

43Même s’il est souvent obscurci par les différences nationales, on peut aussi dégager un clivage gauche/droite (plus précisément, centre gauche/centre droit) regroupant SPD et PS contre CDU et UMP, et qui se fonde sur une base tant idéologique que sociologique. À partir d’un socle de consensus sur le modèle économique et social (un capitalisme social), ce clivage s’exprime sur des questions comme le partage des revenus, la politique salariale, la politique fiscale, la réglementation du travail, le financement de la sécurité sociale ou la question de l’égalité sociale. Il s’agit dans les deux pays de deux variantes de concrétiser le modèle du capitalisme social. La nature de la lutte politique joue sur la nature de l’équilibre entre le « libéral » et le « social » dans le modèle de l’économie de marché sociale. Le curseur peut osciller dans le temps entre ces deux pôles, en fonction des alternances politiques, mais aussi suite à des chocs externes ou simplement aux résultats de la politique gouvernementale. L’exemple de l’Allemagne est parlant : on est passé d’une phase de réformes de tendance social-libérale sous le gouvernement Schröder (SPD-Verts [Die Grünen]) à une vision plus sociale de l’économie tant au SPD qu’à la CDU.

44S’il est trop tôt pour évaluer les effets de la crise financière qui a débuté en été 2008 sur les positions des partis, ils semblent, à première vue, plutôt conforter nos résultats. Les quatre formations critiquent les dérives d’un capitalisme financier débridé et se prononcent pour l’installation de nouvelles régulations. Aussi peut-on dégager l’amorce d’une réflexion plus profonde sur le modèle économique et social. Celle-ci s’exprime avec des accents différents selon l’axe partisan et semble emprunter les référentiels d’usage sur le plan national : ainsi, à titre anecdotique, relevons que Nicolas Sarkozy parle de la nécessité d’une « refondation du capitalisme », tandis qu’en Allemagne, Angela Merkel mais aussi d’autres représentants de la CDU et du SPD ont tendance à se remettre au référentiel de l’économie de marché sociale, mettant l’accent sur l’ordolibéralisme qui prône un encadrement des marchés. Il est permis de penser que derrière ses différences apparentes se cache le même souci d’un retour de l’État régulateur, ainsi que d’un capitalisme social.

45Il reste que l’espace des réponses politiques des grands partis français et allemands est caractérisé par le croisement entre variantes nationales et clivages politiques ; toute analyse approfondie des programmes des partis, de leurs discours comme de leur pratique gouvernementale, devra tenir compte de ces deux dimensions.

Tableau 1. Principales orientations des partis politiques

Tableau 1. Principales orientations des partis politiques

Notes

1 H. Uterwedde, « Compétitivité et politique industrielle : les stratégies allemandes et françaises », in CIRAC/DFI/DGAP/IFRI (dir.), Agir pour l'Europe. Les relations franco-allemandes dans l'après-guerre froide, Paris, Masson, 1995, p. 199-221 ; H. Uterwedde, « L’économie allemande : comment sortir de la langueur ? », in F. Guérard (dir.), Regards sur l’Allemagne unifiée, Paris, La Documentation française, 2006, p. 9-46.

2 <www.fondatn7.alias.domicile.fr/bdd/doc/notes13.pdf>.

3 Der Weg nach vorne für Europas Sozialdemokraten. Ein Vorschlag von Gerhard Schröder und Tony Blair, 8 juin 1999, Blätter für deutsche und internationale Politik, n° 7/1999, p. 887-896.

4 Sur l’Agenda, cf. H. Uterwedde, op. cit. [1], p. 19-24 ; B. Lestrade, « Les Réformes sociales en Allemagne : l’agenda 2010 du gouvernement Schröder », Note du Cerfa, n° 9, février 2004.

5 Discours du chancelier au Bundestag, d’après Das Parlament, n° 38-39, 15-22 septembre 2003, p. 20.

6 Ibid.

7 La perte d’adhérents, perceptible depuis la fin des années 1970, s’est accélérée depuis les années 1990. Le nombre d’adhérents, qui s’élevait à 775 000 au moment de la prise de pouvoir en 1998, a baissé à 530 000 en 2008. L’hémorragie est un peu plus modérée à la CDU, qui passe de 638 000 (1999) à 531 000 (2008). Chiffres d’après Statista.org.

8 Deutschlands Chancen nutzen. Wachstum, Arbeit, Sicherheit. Regierungsprogramm 2005-2009, verabschiedet in einer gemeinsamen Sitzung des Bundesvorstands der CDU und des Parteivorstands der CSU, 11 juillet 2005.

9 Pour une analyse des débats programmatiques et leurs résultats, cf. H. Uterwedde, « CDU et SPD à la recherche de nouvelles orientations », Regards sur l’économie allemande, n° 78, 2006, p. 5-10 ; H. Uterwedde, « Les programmes de la CDU et du SPD : convergences de fond », Regards sur l’économie allemande, n° 84, 2007, p. 5-12.

10 Il s’agit d’un impôt français qui participe au financement de la sécurité sociale et est assis sur l'ensemble des revenus des personnes domiciliées en France (NDLR).

11 Cf. A. Knapp, Parties and the Party System in France, Palgrave, London, 2004, p. 164-178 (PS); F. Haegel, « Le pluralisme à l’UMP. Structuration idéologique et compétition interne », in F. Haegel (dir.), Partis politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, p. 219-254. Le journal d’information numérique Mediapart (« À l’UMP, le pluralisme s’arrête à la porte d’une direction verrouillée », Mediapart. fr, 13 juin 2008) fait état des frustrations des divers clubs et mouvements de l’UMP face à la difficulté d’exprimer leurs sensibilités.

12 V. A. Schmidt, The Futures of European Capitalism, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 301.

13 Suite au passage de 39 à 35 heures de travail par semaine, les entreprises pouvaient soit réduire effectivement la durée hebdomadaire à 35 heures ; soit maintenir un horaire supérieur et accorder des jours de RTT pour compenser ; soit maintenir un horaire supérieur et payer des heures supplémentaires. En outre, l’annualisation du temps de travail a été généralisée (NDLR).

14 Le contrat première embauche avait été instauré en février 2006 pour lutter contre le chômage des jeunes. Il s’agissait d’un contrat à durée indéterminée (CDI) comprenant une période d’essai de deux ans pendant laquelle l’employeur ou le salarié pouvait le rompre sans expliciter le motif (NDLR).

15 Le revenu de solidarité active est une prestation sociale, calculée en fonction des revenus du travail, de la situation familiale et des autres ressources d’un ménage. Il joue le rôle de revenu minimum ou complète les revenus du travail (NDLR).

16 J.-C. Casanova, « Raffarin : la timidité ou l’audace ? » Le Monde, 11 juillet 2002.

17 C. Mital et E. Izraelewicz, Monsieur Ni-Ni. L’économie selon Jospin, Paris, Robert Laffont, 2002, p. 8.

18 Z. Laïdi, « La gauche doit-elle craindre la mondialisation ? » Esprit, novembre 2006, p. 115-126 (115).

19 Contribution « Clarté, courage, créativité : choisir maintenant, pour agir demain », présenté par B. Delanoë, juillet 2008, p. 17.

20 B. Delanoë, De l’audace, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 46, 48.

21 Parti socialiste, Déclaration de principes, 23 avril 2008.

22 Les différentes motions sont disponible sur <www.parti-socialiste.fr/toutsurlepsCongres.php> ; (Le Mans, 2005) et <congresdereims.parti-socialiste.fr> ; (Reims, 2008).

23 UMP, Charte des valeurs, disponible sur <www.u-m-p.org/site/index.php/ump/l_ump/nos_valeurs/charte_des_valeurs>.

24 Ibid.

25 UMP, Contrat de législature 2007-2012, disponible sur<viphttp.yacast.net/ump/projet-ump2007.pdf>.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Principales orientations des partis politiques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540