Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Programmes et débats sur les orientations des partis : convergence ou diversification ?

Identité et diversité culturelle, enjeux polarisants du débat politique

Claire Demesmay

Full text

1Face à la mondialisation et à l’intégration européenne, les États européens ne parviennent pas toujours à se définir contre un autre extérieur à soi. En outre, plus ouverts que jamais à la diversité, qu’elle touche aux croyances ou aux mœurs, ils ne peuvent plus se référer à une identité collective monolithique : l’émergence d’appartenances multiples, à laquelle contribue en partie l’immigration, a mis fin à l’évidence avec laquelle cette identité pouvait autrefois être perçue. En conséquence, les citoyens s’interrogent avec plus ou moins de crispations sur ce qui définit leur communauté politique et en assure la cohésion. Nombre d’entre eux s’identifient à leur nation et se disent patriotes – ce qui, en Allemagne, constitue un phénomène nouveau. Bien conscients de ce besoin de repères, les partis politiques de la plupart des pays européens ont intégré dans leurs discours les thèmes identitaires. Ces derniers n’ont cessé de gagner en importance depuis les années 1980 et ont fini par devenir des enjeux polarisants de la discussion politique publique.

2Nous nous intéresserons ici à la position des partis français et allemands sur ces questions. Nous analyserons d’abord leur manière d’aborder les thèmes liés à l’identité collective et de concevoir le récit national. La façon dont un peuple se perçoit et définit l’altérité ayant une influence directe sur son approche de la diversité, nous étudierons ensuite les réponses qu’ils apportent au défi du pluralisme culturel. Nous mettrons ici l’accent sur le regard que les partis portent sur l’immigration et plus encore sur l’intégration, dans la mesure où celui-ci est révélateur de leur rapport à la nation.

3Ne pouvant analyser la position de tous les partis français et allemands, nous nous concentrerons sur ceux qui ont exercé des responsabilités gouvernementales. Pour l’Allemagne, il s’agit des deux grands partis de rassemblement : le Parti social-démocrate (SPD) et l’Union chrétienne-démocrate (CDU), ainsi que son parti-frère de Bavière, l’Union chrétienne-sociale (CSU) ; mais aussi leurs traditionnels partenaires de coalition, les Verts (Die Grünen) et le Parti libéral-démocrate (FDP). Pour la France, nous avons retenu le Parti socialiste (PS) et l’Union pour un mouvement populaire (UMP) - ainsi que son prédécesseur, le Rassemblement pour la République (RPR). Même s’il n’a jamais participé à aucun gouvernement, nous évoquerons aussi le Front national (FN), dans la mesure où on ne saurait saisir la place et l’intensité de la question nationale dans le discours politique français sans revenir sur le rôle joué par ce parti d’extrême droite.

Qui sommes-nous ?

  • 1 M. Glaab, « Ist Patriotismus wieder salonfähig ? Wie die Parteien um den "richtigen" Weg ringen - E (...)

4Dans le discours politique des deux pays, le référentiel national est loin de revêtir la même importance, tout comme il occupe des fonctions distinctes et se traduit par des problématiques parfois différentes. Les partis français ont réinvesti le thème de la nation et de l’identité nationale dès le début des années 1980, environ une décennie avant leurs partenaires allemands, qui n’ont vraiment commencé à s’y intéresser qu’après l’unification du pays dans les années 1990. En outre, en France, où le rapport à la nation a toujours été décomplexé, ces questions sont pour les partis d’une importance centrale et souvent associées à des enjeux politiques majeurs. En comparaison, les partis allemands font un usage modéré de cette notion, ce qui s’explique pour l’essentiel par le poids de l’histoire récente et le rejet absolu de la période nazie. Toutefois, si l’identité nationale ne fait pas l’objet d’une confrontation politique de type traditionnel, il existe là aussi depuis quelques années une discussion sur le sentiment national et le patriotisme1, à laquelle les partis politiques sont pleinement associés.

France : une crise identitaire qui n’en finit pas

La nation, nouvel objet de discours

  • 2 A. Duhamel, « La République, l’identité et la souveraineté de la France », Le Débat, n° 134, mars-a (...)
  • 3 Voir M. Müller-Härlin, Nation und Europa in Parlamentsdebatten zur Europäischen Integration, Baden- (...)
  • 4 Sur le débat sur l’intégration européenne, voir la contribution de Torsten Schubert et Winfried Vei (...)

5L’irruption de la question nationale dans le paysage politique français s’explique notamment par les craintes d’une partie des citoyens quant à leur avenir personnel et collectif. Dans le monde de l’après-guerre froide, sur fond de conflits ethniques dans les Balkans et de démantèlement du bloc soviétique, bien des certitudes liées à la pérennité de l’État-nation sont en effet ébranlées. À cela s’ajoute la poursuite de l’intégration européenne, qui franchit un cap nouveau en 1992 avec la signature du traité sur l’Union européenne, dit traité de Maastricht. Dans ce contexte, comme le note l’essayiste Alain Duhamel, « la France redoute de n’être plus elle-même2 ». Les discussions menées dans les années 1990 sont révélatrices des appréhensions liées au transfert de souveraineté au niveau européen. Derrière l’invocation du « génie français », de l’« exceptionnalité française » ou encore de l’« aspiration universelle » de la France, qui ponctue les interventions des députés lors du débat sur le traité de Maastricht à l’Assemblée nationale3, transparaît très souvent la crainte de voir la nation dépassée et son identité diluée dans un ensemble supranational perçu comme étranger4.

6Un tel discours n’est pas propre à un camp politique en particulier. Si tous les grands partis se sont prononcés pour le traité, des critiques se sont fait entendre au sein du PS et du RPR pour préserver l’autonomie politique de l’État-nation. Parmi ces opposants, on trouve par exemple Jean-Pierre Chevènement (PS) et Philippe Seguin (RPR) qui, bien qu’appartenant à des familles politiques distinctes, montrent le même attachement au cadre national et emploient une rhétorique très proche. Ainsi, pour la première fois depuis des décennies, la ligne entre la gauche et la droite s’est effacée. L’émergence d’un courant souverainiste ne s’est pas pour autant traduite par la création d’un parti transcendant le traditionnel clivage partisan ; les nouveaux partis qui en ont résulté, comme le Mouvement des citoyens (MDC) fondé par Jean-Pierre Chevènement en 1993, ont au contraire continué à se revendiquer d’un des deux grands camps politiques. Ce débat a surtout été l’occasion pour la gauche de se réapproprier la question nationale, qu’elle avait longtemps délaissée au profit d’un discours sur le dépassement inéluctable (mais pas forcément souhaité) de l’État-nation.

  • 5 Bulletin du Front national appelant à manifester le 8 mai 1983.

7Dans les décennies précédentes, les sujets liés à l’identité nationale relevaient pour l’essentiel d’une logique conservatrice. Y ont contribué les succès électoraux du Front national, qui a introduit et ancré de façon durable le thème identitaire dans le débat public, en le situant très clairement à droite de l’échiquier politique. Dès le départ, le FN a agité le spectre du déclin de la France, en privilégiant une approche nationaliste et raciste. Nostalgique d’une nation glorieuse et puissante, celui-ci est obsédé par sa prétendue perte de statut, voire sa déchéance, qu’il dénonce tout en affirmant pouvoir la conjurer. Sa stratégie consiste à projeter l’image d’un pays affaibli, menacé, mais aussi à apporter une réponse dépourvue d’ambiguïté quant à l’origine du mal supposé. Pour le parti de Jean-Marie Le Pen, le délitement du pays s’expliquerait par l’immigration et la présence d’étrangers dans le pays – et dans une moindre mesure par la mondialisation. Ces phénomènes seraient à l’origine de ses difficultés socioéconomiques et saperaient sa cohésion en effaçant peu à peu sa matrice identitaire – le FN parle ainsi de « submersion étrangère [qui] engloutit les Français de souche5 ».

  • 6 Lors des élections municipales à Dreux, en 1983, le Front national obtient 16,7 % des voix ; puis 1 (...)
  • 7 P.-A. Taguieff, « L’identité nationale : un débat français », Regards sur l’actualité, mars-avril 1 (...)
  • 8 M. A. Schain, « The extreme-right and immigration policy-making: measuring direct and indirect effe (...)

8Si les premiers succès du Front national en 1983 et 19846 reflètent les inquiétudes de la population française à une époque particulière, le parti a en retour contribué à « l’émergence de l’identité nationale comme objet de discours, et de discours interrogatif sur fond d’inquiétude7 ». En quelques années, les thèmes du FN se sont imposés dans l’espace public. Comme le note Martin A. Schain, la différence d’appréciation entre les électeurs et les non-électeurs du Front national sur ces questions s’est amoindrie au cours des années 19808. Alors que ces derniers estimaient en 1984 que l’immigration et la sécurité étaient des thèmes peu ou pas importants, ils étaient nombreux à s’en préoccuper quatre ans plus tard ; en 1988, dans ce groupe de population, seul le chômage était considéré comme plus grave. Des politologues comme Pascal Perrineau et Pierre-André Taguieff parlent à ce propos de « pénétration idéologique » du discours d’extrême droite et de « lepénisation des esprits ».

La construction politique de l’altérité

  • 9 J. Chirac, discours à Orléans le 19 juin 1991.
  • 10 L. Fabius, « L’heure de vérité », Antenne 2, 5 septembre 1984.

9En vertu des règles de la compétition partisane, l’émergence du Front national a eu un impact profond sur la rhétorique des autres partis. Le RPR et l’UDF ont été directement concernés par la montée d’un nouveau parti sur leur droite et ont réagi en durcissant leur discours sur l’immigration – quitte à parfois marcher sur les plates-bandes du FN, comme lorsque Jacques Chirac, alors président du RPR, a parlé d’une « overdose d’immigrés9 » pour justifier la maîtrise de l’immigration et l’arrêt du regroupement familial. Face à la dramatisation de la discussion, la gauche a elle aussi dû prendre position, tout en cherchant à se démarquer des partis de droite. Cette tentative s’est parfois accompagnée d’un certain malaise, voire de maladresse, comme lorsque le Premier ministre socialiste Laurent Fabius a déclaré que l’extrême droite, « ce sont de fausses réponses à de vraies questions10 ». La question nationale a en tout cas fini par s’imposer dans le champ politique français et par devenir un enjeu central de la compétition partisane.

  • 11 Circulaire du 11 août 1981 relative à la régularisation de la situation de certains étrangers, Jour (...)
  • 12 Déclaration du président Mitterrand lors du Conseil des ministres du 31 août 1983.

10De plus, si le Front national a toujours été dans l’opposition, il a influencé l’agenda des différents gouvernements, de gauche comme de droite. Dès le début des années 1980, le débat s’est concentré sur la gestion de l’immigration clandestine et le code de la nationalité, questions touchant directement à la souveraineté de l’État et à l’identité nationale. À peine arrivée au pouvoir à la suite de l’élection de François Mitterrand (PS) en mai 1981, la gauche a procédé à des régularisations massives11. Pourtant, son orientation a sensiblement changé au cours des années suivantes. À cette approche inclusive se substitue en effet dès 1983 une perception dualiste de l’immigration : aux immigrés légaux, dont le gouvernement souhaite favoriser l’intégration, font face les clandestins, qu’il entend au contraire poursuivre et reconduire à la frontière12. La position du président socialiste sur le droit de vote des étrangers aux élections municipales est tout aussi symptomatique de cette évolution. Durant la campagne présidentielle de 1981, François Mitterrand s’y est dit favorable ; or, il ne l’est plus à la fin de son septennat, affirmant que l’opinion publique française n’est pas prête à accepter une telle mesure.

  • 13 Sur l’évolution du code de la nationalité en France, voir P. Weil, Qu’est-ce qu’un Français ? Histo (...)

11De retour au pouvoir dans le cadre de deux cohabitations (1986-1998 puis 1993-1995), la droite s’empare du dossier. Elle durcit les conditions d’entrée et de résidence en France, mais restreint également les possibilités de naturalisation, renforçant ainsi la distinction entre nous et les autres. La réforme du code de la nationalité13 en 1993 est révélatrice de cette volonté de circonscrire l’altérité. Parmi les différents points de la loi dite Méhaignerie, nous citerons : l’allongement du délai nécessaire à l’obtention de la nationalité après le mariage avec un Français ; l’impossibilité pour les parents étrangers de demander la nationalité française pour leurs enfants mineurs nés dans le pays ; l’exigence pour ces derniers, une fois âgés de 16 à 21 ans, de manifester leur volonté d’obtenir la nationalité française.

  • 14 S. Duchesne, « Identities, Nationalism, Citizenship and Republican Ideology », Developments in Fren (...)

12Alors dans l’opposition, le PS critique sans réserve cette loi, qui ôte au droit du sol son caractère automatique. Nommé Premier ministre en 1997, Lionel Jospin l’évoque dans son discours d’investiture, puis charge le sociologue Patrick Weil d’une mission sur la réforme des lois sur l’immigration. En résulte la loi du 16 mars 1998, dite loi Guigou. Celle-ci apporte certes de vraies corrections au texte de 1993, notamment en supprimant la procédure de manifestation de volonté, mais ne réintroduit pas un droit du sol intégral14. À l’époque, cette décision est à l’origine de vives discussions au sein de la gauche, tiraillée entre des idéaux généreux et une pratique du pouvoir soumise à la pression politique.

L’invocation de la nation au cœur de la campagne de 2007

  • 15 UMP, Charte des valeurs, U-m-p.fr.

13C’est lors de la campagne présidentielle du printemps 2007 que la question nationale a été la plus présente dans le discours politique. Il faut dire que l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002, aux dépens du candidat socialiste, a marqué les esprits. Afin de toucher largement les électeurs de droite, et donc de rallier une partie des sympathisants du FN, l’UMP a choisi de mettre l’immigration et l’identité nationale au cœur de sa campagne. L’annonce faite par le candidat Sarkozy sur son intention de créer un ministère liant intimement ces deux questions – jusque dans son intitulé – fait partie intégrante d’une telle stratégie : sous cet angle, la venue et la présence d’immigrés dans le pays apparaissent, si ce n’est comme une menace, du moins comme un défi pour l’identité nationale. De fait, les responsables de l’UMP ont une approche traditionnelle de la nation. S’ils affirment que cette dernière « n’est pas pour [eux] un concept figé » et évoquent « la richesse des différences15 », ils la définissent avant tout par un héritage, qu’il soit historique, politique ou culturel. Dans cette perspective, la nation représente un « déjà-là » que les nouveaux venus sont invités à s’approprier et à prolonger. Telle est en tout cas la condition de leur pleine intégration à la communauté nationale.

  • 16 N. Sarkozy, discours à Caen, le 9 mars 2007.
  • 17 N. Sarkozy, discours à Toulon, le 27 février 2007.

14Cette approche s’accompagne d’un discours historique valorisant, voire glorificateur. L’amour de la nation s’exprime ici par un rejet de la repentance, qualifiée par Nicolas Sarkozy de « mode exécrable16 », ainsi que par une réhabilitation de l’histoire nationale. Comme l’a montré le discours sur la colonisation, dans lequel le candidat de l’UMP en a appelé à « respecter les hommes et les femmes de bonne volonté qui ont pensé de bonne foi œuvrer utilement pour un idéal de civilisation auquel ils croyaient17 », cette approche concerne aussi des événements peu glorieux. Une telle démarche s’inscrit dans une stratégie plus large, qui vise à restaurer la « fierté d’être français » – un objectif que Nicolas Sarkozy n’a cessé d’évoquer durant la campagne présidentielle, faisant ainsi écho au principal mot d’ordre du FN. Il le décline certes sur un mode différent, en se démarquant clairement de toute revendication ethnique, mais ceci ne l’empêche pas de s’approprier une expression jusqu’alors confinée à l’extrême droite du spectre politique et d’envoyer ainsi un signal clair à ses sympathisants.

  • 18 S. Royal, discours à Marseille, le 22 mars 2007.
  • 19 S. Duchesne, entretien, « Il ne faut pas refuser le débat sur l’identité nationale », Libération, 1 (...)

15En tant que principal parti d’opposition, le PS a décidé de ne pas abandonner le terrain identitaire à la droite comme il avait eu tendance à le faire dans le passé. Pour les socialistes, le défi a alors été d’envisager l’idée de nation sur un mode spécifique, identifié comme étant de gauche. Durant la campagne, leur candidate, Ségolène Royal, a ainsi mis l’accent, non pas sur la transmission d’un patrimoine, mais sur la participation à des projets, à partir desquels est censée se former et se définir la communauté nationale : « L’identité nationale, ce n’est pas de demander des comptes sur d’où l’on vient, mais de savoir où l’on veut aller ensemble18. » Dans cette optique, la nation est ce que décident d’en faire les citoyens, y compris les immigrés. Comme le note la politologue Sophie Duchesne, le PS en a appelé à « l’autre versant du mythe républicain, celui qui regarde vers l’avenir.19 » Ce faisant, il prend le risque de se cantonner à une définition de la nation relativement floue. En raison de sa tradition internationaliste, le PS recourt à contrecœur à des critères qui par définition excluent, et peine donc à donner un contenu explicite à la nation. En outre, le sujet reste sensible dans le camp de gauche. La polémique à propos des déclarations de Ségolène Royal sur le drapeau tricolore, qu’elle a souhaité présent dans l’ensemble des foyers français, l’a rappelé.

Allemagne : un rapport à soi plus décontracté

Retour à la normalité nationale

  • 20 M. Müller-Härlin, op. cit. [2], p. 347 sq.

16Dans les années 1990, la République fédérale d’Allemagne (RFA) connaît une situation inverse de celle de la France. Alors que les transferts de compétence au niveau européen attisent la crise identitaire française, la RFA retrouve sa pleine souveraineté, perdue à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. L’une se sent dépossédée, tandis que l’autre accède à la normalité « état-nationale ». Du côté des partis politiques allemands, ceci est loin de se traduire par un discours national offensif. Comme l’analyse Maximilian Müller-Härlin, le débat mené au Bundestag en préalable à la ratification du traité de Maastricht semble bien calme par rapport à la discussion qui occupe l’Assemblée nationale20. Les représentants du peuple allemand ne paraissent pas s’inquiéter outre mesure de l’érosion de la souveraineté nationale : ils acceptent les transferts dès lors que l’identité du pays est préservée. De plus, la rhétorique des députés est moins émotionnelle qu’en France. Si la nation est présente dans le débat, il y est peu question d’« appartenance », de « conscience nationale » ou encore de « patriotisme ». Dans la majorité des cas, la nation est évoquée en des termes neutres (« République fédérale », « Allemagne », « notre pays »). Enfin, toujours selon Maximilian Müller-Härlin, la fierté nationale ne transparaît qu’une seule fois au cours du débat, lorsqu’un député du FDP se réjouit que l’Allemagne ait su imposer les critères de convergence au niveau européen.

  • 21 P. Brandt, « Universelle Werte und Nationalkultur : Was ist deutscher Patriotismus ? », Die neue Ge (...)

17Vingt ans après la chute du Mur, la situation n’est plus tout à fait la même. Entre-temps, les tabous liés à l’identité nationale se sont fortement atténués, comme l’a illustré la vague de drapeaux noir-rougeor qui, à l’occasion de la Coupe du monde de football de l’été 2006, a déferlé sur le pays dans une ambiance bon enfant. Aujourd’hui, de plus en plus de femmes et d’hommes politiques déclarent leur attachement à leur pays, et ce, quelle que soit leur appartenance partisane. À gauche comme à droite, il est même de bon ton de se dire patriote21.

  • 22 Ch. Kellala, « La position des partis politiques en France et en Grande-Bretagne sur l’immigration (...)
  • 23 Dans les années 1990, lors du débat sur le droit d’asile, l’Union chrétienne a axé son discours sur (...)

18Cette transformation ne s’est pas faite sans heurts. En témoigne la polémique déclenchée en 2001 par Laurenz Meyer, alors secrétaire général de la CDU. Dans l’enceinte du Reichstag, celui-ci s’est dit « fier d’être allemand », reprenant à son compte un slogan véhiculé depuis les années 1980 par les mouvements d’extrême droite. Le discours de la droite parlementaire n’a pas toujours été dénué d’ambiguïtés sur cette question. Pour des raisons historiques et juridiques, les partis d’extrême droite jouent un rôle de second rang dans la vie politique allemande, du moins au niveau fédéral. En même temps, la droite parvient davantage qu’en France (en tout cas jusqu’au début des années 2000)22 à mobiliser l’électorat d’extrême droite, ce qui ne serait possible sans un tel discours23. Malgré cela, la déclaration de Laurenz Meyer a été à l’origine d’un affrontement politique d’une rare violence, qui s’explique par son caractère décomplexé et provocateur, loin de la réserve habituelle des acteurs politiques en la matière. Jürgen Trittin, un des responsables des Verts, alors ministre dans le gouvernement Schröder, n’a pas hésité à taxer le député chrétien-démocrate de « skinhead ». Une réaction qui en dit long sur le conflit politique autour du rapport à la nation.

  • 24 Nous nous référons ici aux derniers programmes-cadres des partis, certains étant plus actuels que d (...)

19Alors que la référence à l’identité nationale s’est normalisée depuis le début des années 2000, les partis allemands sont loin d’accorder à la nation la même importance. Il suffit de comparer leurs programmes-cadres pour s’en convaincre24. Les chrétiens-démocrates ont certes une définition de la nation assez peu connotée. En revanche, eux qui chantent l’hymne national à chaque congrès, mentionnent la nation à une douzaine de reprises et en soulignent la dimension émotionnelle (« communauté de responsabilité », « sentiment d’appartenance patriotique »). Dans le document d’orientation du SPD, la nation n’est au contraire évoquée qu’une seule fois. Il y est certes question des « identités » et « traditions nationales » qui font la richesse de l’Europe, mais l’identité allemande n’y est pas définie avec plus de précision. En revanche, le Parti social-démocrate prône la tolérance vis-à-vis d’autres cultures, à la fois dans l’ensemble européen et dans la société allemande.

20Les Verts vont plus loin que le SPD dans cette voie, ne mentionnant la nation à aucun endroit de leur programme-cadre. Allant jusqu’à récuser le terme d’identité, dans lequel ils voient un principe d’exclusion potentiellement dangereux, ils préfèrent invoquer une « démocratie ouverte au monde et multiculturelle ». Quant au FDP, il a beau se situer à droite de la CDU sur les questions socioéconomiques, il semble entretenir un rapport dépassionné à la nation et rejette un patriotisme de type étatique. En même temps, il définit cette dernière à partir de critères plus culturels que politiques, ce en quoi il se distingue des Verts et se rapproche de la CDU. Dans son document d’orientation, il parle en effet d’une « Kulturnation ouverte au monde », unique occurrence du terme. En fin de compte, et comme nous le verrons plus loin à propos du débat sur l’immigration, le SPD, les Verts et le FDP ont des positions assez proches concernant l’importance de la nation. Sur ce point, c’est l’Union chrétienne qui se démarque le plus explicitement de ses concurrents.

La perception de soi au miroir de l’Autre

  • 25 Voir O. Kallscheuer et Cl. Leggewie, « Deutsche Kulturnation versus französische Staatsnation ? Ein (...)

21Ce clivage est loin d’être récent. Il existe déjà sous cette forme dans les années 1980, lorsque les Allemands se demandent si leur pays peut et doit être considéré comme une terre d’immigration. Cette problématique est fondamentale puisqu’il s’agit de savoir si les immigrés sont destinés à s’installer en Allemagne de façon durable, voire définitive ; autrement dit, s’ils font partie intégrante de la communauté nationale et participent à son projet collectif. La nation allemande ayant longtemps eu pour fondement des critères ethnoculturels, la rendant de facto exclusive, la question ne va pas de soi. Surtout, elle se prête davantage à la polémique que dans un pays comme la France qui, dans l’imaginaire collectif, est censé reposer sur une volonté politique25.

  • 26 H. Kühn, Stand und Weiterentwicklung der Integration der ausländischen Arbeitnehmer und ihrer Famil (...)

22Sur ce sujet, les deux partis de rassemblement ont longtemps eu des positions antinomiques. Tout au long des années 1980 et 1990, la CDU affirme que « l’Allemagne n’est pas un pays d’immigration ». Son président Helmut Kohl le rappelle à de multiples occasions, se sachant soutenu par son parti. En outre, pendant les 16 années durant lesquelles celui-ci occupe le poste de chancelier fédéral, entre 1982 et 1998, le principal objectif du gouvernement en matière d’immigration consiste à limiter le nombre d’étrangers dans le pays. Quant au SPD, il se reconnaît à cette époque dans les déclarations de Heinz Kühn, le premier délégué aux étrangers (Ausländerbeauftragter) du gouvernement fédéral, et ancien ministre-président social-démocrate de Rhénanie du Nord-Westphalie. Le document qu’il rédige en 1979, dans lequel il en appelle à « l’inévitable reconnaissance de la situation de l’immigration26 », annonce la politique social-démocrate des décennies suivantes.

23Arrivé au pouvoir en 1998 grâce à une coalition avec les Verts, le SPD s’attaque en effet à la conception culturaliste et communautariste de la nation sur laquelle reposait jusqu’alors le code de la nationalité allemand, en vigueur depuis 1913. Partant de l’idée que la République fédérale est devenue une terre d’immigration, comme le stipule le contrat de coalition entre les sociaux-démocrates et les Verts, la nouvelle équipe souhaite en finir avec un droit du sang excluant de la citoyenneté des millions de personnes en raison de leur origine ethnique. Conformément aux promesses de campagne des deux partis, une des premières mesures du gouvernement est ainsi de compléter le principe traditionnel de l’ascendance par le principe du droit du sol. Adoptée en mai 1999 après des mois de bataille politique, la réforme rapproche l’Allemagne de ses partenaires européens, notamment la France.

  • 27 T. Thomas, « Mittig ist nur das Mittel : Nation und nationale Identität im medial vermittelten poli (...)
  • 28 E. Seidel, « Die Jahrhundertreform. Von der doppelten Staatsbürgerschaft zum Einwanderungsgesetz »,(...)
  • 29 Dans son programme électoral de 1994, le FDP se prononçait déjà pour la double nationalité et l’acq (...)

24Tout au long du processus législatif, le SPD et les Verts ont dû tenir compte de l’opposition de l’Union chrétienne, rejetant la perspective d’une Allemagne pluriculturelle. Les responsables de la CDU/CSU s’en prennent en particulier à la double nationalité, un principe auquel les Verts sont traditionnellement attachés, et qui cristallise les craintes liées à l’identité collective27. Dénonçant le problème de loyauté (vis-à-vis de l’Allemagne) que ce principe est selon eux susceptible d’entraîner en cas de conflit d’intérêts28, ils vont jusqu’à organiser une pétition contre le « privilège des deux passeports » : ils réunissent alors 5 millions de signatures contre le projet de loi et obtiennent le soutien du Parti national allemand (NPD), un des principaux partis d’extrême droite. Un tel acharnement s’explique en partie par des considérations électoralistes, et n’est pas étranger à la victoire de la CDU dans le land de Hesse en 1999. De plus, il renvoie à une profonde méfiance vis-à-vis de l’Autre, perçu comme un traître potentiel, et donc comme un danger pour l’intégrité nationale. Précisons que les libéraux, tout en étant eux aussi dans l’opposition, se démarquent de la rhétorique des chrétiens-démocrates. S’ils exigent des correctifs sur certains points de la loi, ils soutiennent une démarche qui, sur le fond, correspond en grande partie, et depuis des années, à leur conception de la citoyenneté29.

25Ce changement de paradigme n’est pas sans incidence sur le discours des partis. Le terme de « travailleur invité » (Gastarbeiter), au cœur du débat sur l’immigration durant des décennies, appartient désormais au passé. Il en va de même de l’expression « concitoyens étrangers » (ausländische Mitbürger), qu’employaient auparavant les Verts pour désigner les étrangers impliqués dans la vie économique et culturelle locale. La CDU n’est pas épargnée par ce changement. Contrairement au SPD, aux Verts et au FDP, elle évite certes d’écrire dans son programme-cadre que l’Allemagne est une terre d’immigration ; mais elle ne dit pas non plus l’inverse, préférant parler de « pays d’intégration » en référence à un des chantiers de la grande coalition.

Quelles réponses politiques à la diversité ?

  • 30 En 2006, les deux pays ont lancé sur le sujet une coopération qui se traduit par un échange de « bo (...)

26Sur l’approche du pluralisme culturel, la France et l’Allemagne ont des traditions radicalement différentes. À la fois ancienne puissance coloniale et État centralisé, la première mène depuis des décennies une politique d’intégration visant à gommer de l’espace public les différences culturelles. Si cette politique a évolué au cours du temps, elle a gardé pour constante la stricte distinction entre les sphères privée et publique, au cœur du principe de laïcité, ainsi que l’attachement au mythe de l’unité républicaine. A contrario, la République fédérale a longtemps fait preuve de réserve vis-à-vis d’une intervention de l’État dans ce domaine. Ceci s’explique à la fois par les leçons tirées de la période nazie, devenue un contre-modèle absolu dans la culture politique de la RFA, et par l’idée, très répandue jusqu’à la fin des années 1990, que les « travailleurs invités » quitteraient le pays après y avoir travaillé quelques années. Malgré ces différences, la France et l’Allemagne sont aujourd’hui confrontées à des défis similaires30, auxquels les partis tentent d’apporter des réponses politiques.

France : l’universalisme au défi des particularismes

Un modèle républicain quasiment incontesté

  • 31 Ce principe, qui n’a jamais été remis en question malgré certains aménagements, a été fixé par les (...)
  • 32 Allocution de J. Chirac, 14 novembre 2005.

27Ceci est particulièrement vrai en France, où pratiquement tous les acteurs politiques se disent attachés au modèle républicain à partir duquel s’oriente la politique d’intégration depuis des décennies. Ce modèle s’appuie sur un universalisme qui en théorie ne tient pas compte des différences d’ordre culturel ou religieux : reléguées dans la sphère privée, celles-ci n’ont pas lieu d’être dans la sphère publique. Ainsi, l’intégration passe par l’égalité en droit des individus (mais non des groupes) et par le partage d’une langue et d’une culture politique transmises par l’école de la République, par définition « gratuite, laïque et obligatoire31 ». Dans ce contexte, le terme de République a parfois une valeur incantatoire, en particulier dans les périodes où les mécanismes d’intégration semblent ne plus fonctionner. Le discours tenu par le président Chirac (UMP) en novembre 2005, au moment des émeutes des banlieues, est à ce titre révélateur : « Je veux dire aux enfants des quartiers difficiles, quelle que soit leur origine, qu’ils sont tous les fils et les filles de la République32. »

28C’est certainement la discussion sur le port du voile dans les lieux publics qui, dans le contexte français, incarne le mieux le rapport à la diversité culturelle. En France, celui-ci est souvent perçu comme une menace pour la laïcité, un des fondements de la République depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905. On l’a vu dès 1989, lorsque des élèves musulmanes ont insisté pour porter le voile en cours, déclenchant une discussion politique passionnée sur l’équilibre entre liberté individuelle et neutralité de l’espace public.

29À l’origine de la loi de 1905, la gauche est traditionnellement attachée à la laïcité, qui constitue un élément central de sa pensée. Sur ce point, il est révélateur que le Parti socialiste ait un secrétaire national à la laïcité, ou que le groupe PS à l’Assemblée nationale ait proposé en 2006 une loi visant à promouvoir la laïcité dans la République, demandant par exemple la création d’un Observatoire national de la laïcité rattaché au Premier ministre. Pourtant, à la fin des années 1980, le PS réagit avec embarras aux premières « affaires du voile ». Il s’inquiète de l’apparition de phénomènes identifiés comme communautaristes, mais répugne à exclure les élèves voilées des établissements, de crainte de se montrer discriminatoire et de favoriser les replis communautaires. La position de Lionel Jospin, alors ministre de l’Éducation nationale, traduit bien cet embarras : ne parvenant pas à trancher la question, le socialiste s’en remet à la décision du Conseil d’État qui juge le port du voile compatible avec les principes de la République.

  • 33 Allocution de J. Chirac à Valenciennes, 21 octobre 2003.

30Non sans paradoxe étant donné cette tradition, il n’est pas rare que la droite ait un discours plus offensif que la gauche sur le principe de laïcité. C’est un président issu de l’UMP qui crée en 2003 une commission de réflexion « sur l’application du principe de laïcité dans la République » et qui surtout annonce, sans même attendre les résultats des travaux de ce groupe, dit commission Stasi, que « la laïcité n’est pas négociable33 ». L’appropriation de cette revendication par la droite s’explique par le fait que les enjeux ne sont plus les mêmes qu’au début du XXe siècle : il n’est plus question aujourd’hui de lutter contre l’influence de l’Église catholique sur la vie politique française, mais de réagir à la montée du communautarisme ethnico-religieux à une époque où une partie des citoyens se disent préoccupés par l’islam. De plus, la position de l’UMP montre que le principe est désormais ancré dans la culture politique française et transcende les clivages partisans. La quasi-unanimité avec laquelle les acteurs politiques ont accueilli en 2004 la nouvelle loi sur la laïcité, qui repose sur une interprétation stricte du principe de séparation des Églises et de l’État, l’a également rappelé.

Persistance des interprétations partisanes

  • 34 N. Sarkozy a fait cette déclaration le 20 juin 2005, lors d’une visite à La Courneuve après la mort (...)

31Malgré leur consensus sur la nécessité de préserver le modèle d’intégration républicain, les partis politiques français se distinguent les uns des autres par leur approche et leur discours. Tout d’abord, comme pour souligner son activisme, la droite au pouvoir a tendance à beaucoup légiférer ; c’est surtout le cas depuis les années 2000, cinq nouvelles lois ayant été votées dans le domaine de l’immigration et de l’intégration depuis 2003. Ensuite, le discours de l’UMP a souvent une dimension sécuritaire – les déclarations de Nicolas Sarkozy à La Courneuve, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, sont devenues le symbole de ce mélange de fermeté et de volontarisme : « Les voyous vont disparaître, je mettrai les effectifs qu’il faut mais on nettoiera la Cité des 400034. » Dans ce contexte, et plus encore depuis la crise des banlieues de l’automne 2005, le débat au sein de la droite parlementaire porte davantage sur la délinquance que sur la diversité culturelle.

  • 35 La discussion débute en juin 2009, après qu’un député communiste, soutenu par 58 députés de tous bo (...)

32Alors que l’UMP met l’accent sur la répression, les représentants du PS insistent quant à eux sur la prévention. Reprochant à leurs concurrents de droite de jouer avec les peurs des Français et ainsi d’attiser les tensions au sein de la société, ils mettent plutôt l’accent sur l’éducation et l’insertion sur le marché du travail – à l’image de Martine Aubry, la première secrétaire du Parti socialiste, lors du débat sur le port du voile intégral en France35. Conformément à leur tradition politique, les socialistes privilégient une grille de lecture axée sur les inégalités socioéconomiques, les populations issues de l’immigration étant d’abord perçues comme socialement défavorisées. La diversité culturelle est là encore éclipsée, mais cette fois au profit de la justice sociale.

33On retrouve cette différence d’approche à propos de l’encadrement de l’intégration. Les deux grands partis soulignent l’importance de la maîtrise de la langue française pour le vivre-ensemble, mais le PS souhaite encourager, alors que l’UMP a tendance à exiger – pour reprendre une distinction courante outre-Rhin. Non seulement le gouvernement de Dominique de Villepin a soumis la délivrance de titres de séjour à des critères plus stricts, mais il a également invité les nouveaux venus à montrer leur attachement à leur société d’accueil – une exigence qui va de pair avec le discours de l’UMP sur la fierté nationale. C’est tout le sens du Contrat d’accueil et d’intégration (CAI), rendu obligatoire par la loi relative à l’immigration et à l’intégration de 2006 : les immigrés doivent désormais s’engager à respecter les lois et les valeurs du pays – dont font notamment partie la laïcité et l’égalité hommes-femmes – ainsi qu’à suivre une formation linguistique et civique.

34Au-delà de ce clivage quelque peu schématique, le PS et l’UMP s’accordent sur la nécessité d’institutionnaliser le dialogue interculturel et d’impliquer les citoyens issus de l’immigration dans la vie de la cité. On le voit avec la mise en place du Conseil français du culte musulman (CFCM), chargé de représenter les musulmans de France auprès des instances étatiques. Si ce projet a finalement abouti en 2003 grâce au soutien de Nicolas Sarkozy, l’idée vient en réalité du socialiste Pierre Joxe, ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de Michel Rocard à la fin des années 1980. Y ont contribué des gouvernements de droite comme de gauche, représentés par des personnalités aussi différentes que Charles Pasqua (RPR), Jean-Pierre Chevènement ou Daniel Vaillant (PS).

Allemagne : la fin du laisser-faire

Le débat autour de la « culture de référence »

  • 36 J. Schönbohm, « Wieviel Einheit, wieviel Vielfalt ? », Berliner Zeitung, 22 juin 1998.

35La discussion sur le vivre-ensemble en Allemagne s’est cristallisée dans les années 2000 autour de la polémique sur la « culture de référence » (Leitkultur). L’expression est introduite en 1998 par le chrétien-démocrate Jörg Schönbohm, ministre de l’Intérieur du Brandebourg36. Celui-ci réagit alors à un fait divers qui a fait couler beaucoup d’encre : une enseignante est exclue des services de l’Éducation du Bade-Wurtemberg pour avoir refusé de retirer son voile durant les cours. Sur le moment, la décision du rectorat n’est guère contestée, tous les partis représentés au Landtag approuvant au contraire l’interdiction faite aux enseignantes de donner des cours voilées. Si les déclarations de Jörg Schönbohm ont suscité des critiques, en particulier à gauche, c’est parce qu’il a présenté la culture allemande comme un standard auquel les immigrés et leurs descendants sont censés adhérer. De plus, il n’a pas hésité à stigmatiser les étrangers, dénonçant les « ghettos » dans lesquels s’enfermeraient certains d’entre eux pour éviter le contact avec les Allemands.

  • 37 Fr. Merz, discours au Bundestag, 16 octobre 2000.
  • 38 « Leitkultur », in G. Stötzel et al. (dir.), Zeitgeschichtliches Wörterbuch der deutschen Gegenwart (...)
  • 39 G. Schröder, entretien, « Berlin Direkt », ZDF, 19 novembre 2000.

36La discussion est encore plus vive en 2000, après que Friedrich Merz, le président du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag, s’est dit lui aussi partisan d’une « culture de référence allemande37 ». Le concept est aussitôt critiqué par le SPD, les Verts et le FDP, qui le jugent tous pour le moins maladroit, tandis qu’il est approuvé par le président d’un parti d’extrême droite, Les Républicains (Die Republikaner)38. Au-delà de ce clivage apparent, les réactions sont pourtant assez différenciées. D’une part, des critiques se font entendre au sein même de l’Union chrétienne, à l’image de Peter Müller, le ministre-président de Sarre et président de la commission sur l’immigration de la CDU, qui qualifie l’expression de « superflue ». D’autre part, de nombreuses personnalités de gauche plaident pour un encadrement politique de l’immigration et cherchent à définir les règles du vivre-ensemble. C’est par exemple le cas de Gerhard Schröder, alors chancelier fédéral et président du SPD, qui fixe trois conditions à l’immigration : l’adhésion à la Loi fondamentale (la Constitution de la RFA), le respect des lois du pays et l’apprentissage de la langue allemande39.

  • 40 Y. Bizeul, « L’Allemagne et ses étrangers », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Qui sont les Allem (...)

37Les critiques les plus virulentes viennent des Verts, qui reprochent à l’Union chrétienne son approche assimilationniste, à laquelle ils opposent une démarche intégrationniste. Ceci n’a rien d’étonnant, puisque le discours sur la culture de référence prend l’exact contre-pied du multiculturalisme, dont les Verts étaient de fervents partisans dans les années 1980 et 1990. Les deux positions ne sauraient en effet être plus éloignées l’une de l’autre : d’un côté, une culture-cadre vers laquelle s’oriente l’ensemble de la population de l’Allemagne ; de l’autre, « l’existence de groupes identitaires de base ayant des caractéristiques culturelles et ethniques quasi invariables40 », vivant les uns à côté des autres. Au début des années 2000, même les Verts commencent à prendre leurs distances vis-à-vis du multiculturalisme. Dans le programme-cadre rédigé en 2002, ils évoquent certes la « dimension positive » d’une société multiculturelle et rejettent le principe de l’assimilation, mais précisent en même temps que des « objectifs politiques communs » sont essentiels à la cohésion sociale. En outre, ils prennent explicitement parti pour l’intégration des migrants dans la société allemande et insistent à cette fin sur l’apprentissage de l’allemand.

Un consensus récent sur l’intégration

38En fin de compte, malgré la polémique sur la « culture de référence », les partis politiques allemands ont depuis les années 2000 un discours assez consensuel sur l’intégration, même s’ils abordent la question sous des angles très différents. En termes de motivation tout d’abord : entre une CDU/CSU inquiète pour l’identité nationale de l’Allemagne et des Verts attachés à la diversité culturelle, pour lesquels l’intégration est un moyen pour réaliser l’égalité des chances, la distance est grande. Sur les critères de définition de la culture allemande ensuite : tous les partis évoquent des valeurs d’ordre juridique et constitutionnel, mais l’Union chrétienne est la seule à y ajouter la « culture chrétienne-occidentale ». Sur la méthode enfin : les sanctions pour lesquelles plaide une partie de la CDU en cas de non-respect des règles de l’intégration tranchent avec la « politique de la main tendue » sur laquelle table le SPD. Cependant, quelles que soient leurs différences, tous prennent leurs distances avec la politique du laisser-faire des décennies précédentes.

  • 41 G. Sebaux, « La loi sur l’immigration, un nouveau paradigme ? », Allemagne d’aujourd’hui, n° 180, a (...)

39Les partis politiques s’accordent sur deux points en particulier. Ils insistent premièrement sur l’apprentissage de la langue allemande, qu’ils jugent indispensable à la cohésion de la société. Le SPD et les Verts ont fait un pas décisif dans ce sens avec la loi sur l’immigration, entrée en vigueur le 1er janvier 200541. Ayant fait l’objet de négociations acharnées entre un gouvernement de gauche et une opposition de droite, celle-ci met l’accent sur l’intégration et introduit des cours de langue et d’orientation sur la société allemande pour tout nouvel arrivant. La grande coalition, à laquelle participent la CDU/CSU et le SPD depuis fin 2005, est allée plus loin. Depuis la réforme de cette loi en 2007, les épouses d’immigrés doivent en effet prouver leur connaissance de l’allemand avant de pouvoir rejoindre leur conjoint en Allemagne – une mesure jugée discriminatoire par les associations d’immigrés.

  • 42 FDP, Arbeit hat Vorfahrt. Deutschlandprogramm 2005, <files.liberale.de/fdp-wahlprogramm.pdf> ;.
  • 43 Gemeinsam für Deutschland. Mit Mut und Menschlichkeit, Programme de coalition de la CDU, de la CSU (...)

40Second élément sur lequel s’accordent les partis : la nécessité d’imposer des limites à des pratiques jugées excessives. Comme le rappelle le programme des libéraux de 2005, il s’agit de faire preuve d’« intolérance vis-à-vis de l’intolérance42 ». Depuis le 11 septembre 2001, l’extrémisme religieux est en ligne de mire – le SPD le mentionne d’ailleurs explicitement dans son programme-cadre. La plupart des partis politiques insistent aujourd’hui sur l’égalité entre hommes et femmes. Dans leur contrat de coalition signé en novembre 2005, la CDU/CSU et le SPD consacrent ainsi tout un paragraphe au traitement égalitaire des jeunes filles et des femmes issues de l’immigration, notamment à leur intégration dans la vie politique, économique et culturelle de l’Allemagne, ainsi qu’à la lutte contre les mariages forcés43.

  • 44 Gouvernement fédéral, « Nationaler Integrationsplan », communiqué de presse du 12 juillet 2007, Bun (...)
  • 45 Deutsche Islamkonferenz, Deutsche-islam-konferenz.de.

41Pour finir, il est intéressant de voir que la droite parlementaire s’est approprié l’idée de dialogue interculturel, longtemps cantonnée à gauche du spectre politique. La chancelière Angela Merkel a ainsi tenu à organiser en juillet 2006 un Sommet de l’intégration rassemblant des représentants des institutions et de la société civile. Fort médiatisé, ce sommet devait signaler la volonté des dirigeants d’associer les acteurs sociaux aux réflexions sur l’intégration, de ne plus « discuter des migrants, mais avec les migrants44 ». Les conclusions des différents groupes de travail ont été reprises en juillet 2007 dans le Plan national d’intégration, qui définit pour la première fois des objectifs concrets en termes d’intégration. C’est dans le même esprit que Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral de l’Intérieur (CDU), a créé la Conférence allemande sur l’islam en septembre 2006, sur le modèle du CFCM45.

Conclusion

42L’histoire et la culture politique d’un pays déterminent en grande partie la façon dont ses citoyens et ses acteurs politiques abordent les questions liées à l’identité et à la diversité culturelle. Sur ces sujets, on ne saurait donc s’étonner de la proximité des grands partis français à propos de la laïcité, ni du consensus des partis allemands sur la nécessité de mener une politique de l’intégration active, dans laquelle l’apprentissage de la langue allemande joue un rôle central. Sur ce clivage franco-allemand se greffe un clivage partisan de type droite/gauche, qui gagne en importance à mesure que les deux pays voient leurs modèles de société converger et se trouvent confrontés à des défis similaires – ce qui est le cas depuis que la RFA reconnaît être une terre d’immigration et s’est dotée des instruments juridiques correspondants.

43Dans cette perspective, la droite parlementaire se distingue de part et d’autre du Rhin par un discours décomplexé sur l’identité nationale. Ce discours peut certes prendre une forme différente d’un pays à l’autre, en fonction du rapport des forces politiques en son sein, et notamment du rôle joué par l’extrême droite : tandis que l’UMP clame sa « fierté nationale », reprenant à son compte un slogan véhiculé depuis des années par le FN, la CDU fait appel à une « culture de référence allemande », prenant une position opposée à celle de la gauche allemande, longtemps attachée au multiculturalisme. Quelles que soient ces différences, un tel discours a pour caractéristique la valorisation de la nation et l’invocation d’un standard national que les nouveaux venus sont censés adopter et perpétuer. Si le pluralisme culturel n’est pas nié, il se trouve soigneusement encadré. Avec sa tentative récente de rallier des électeurs du FN en durcissant son discours sur l’immigration, l’UMP s’est d’ailleurs rapprochée de la CDU, qui a toujours cherché à rassembler l’ensemble de la droite.

44La gauche reste, quant à elle, relativement mal à l’aise sur le sujet national. Si Ségolène Royal a pu entonner l’hymne national lors de ses meetings de campagne en 2007 et l’ancien chancelier Gerhard Schröder dire que « le patriotisme est ce qu’[il fait] chaque jour », la nation n’occupe qu’une place marginale dans le système des deux partis – voire aucune dans celui des Verts. De plus, socialistes et sociaux-démocrates ont une conception plutôt ouverte de la nation et se veulent tolérants vis-à-vis de la diversité culturelle, ce qui ne les empêche pas de prôner eux aussi l’intégration des immigrés. Toutefois, le PS et le SPD ont abordé la question sous un angle sensiblement différent lorsqu’ils étaient au pouvoir. Face à la montée du FN dans les années 1980, le PS a adopté une position essentiellement défensive : il a par exemple inscrit la réforme du code de la nationalité sur son agenda politique, mais n’est finalement pas allé aussi loin que l’auraient souhaité une partie de ses militants. Allié aux Verts à la fin des années 1990, le SPD s’est au contraire montré offensif, profitant de son accession au pouvoir pour changer les règles du jeu de la politique allemande en matière d’immigration et prenant ainsi l’exact contre-pied de la position chrétienne-démocrate.

45Ces questions devraient rester des éléments aussi polarisants que structurants de la discussion politique de part et d’autre du Rhin. L’avenir nous dira dans quelle mesure le double clivage que nous avons identifié est amené à évoluer et si l’un des deux finira par s’imposer au profit de l’autre.

Notes

1 M. Glaab, « Ist Patriotismus wieder salonfähig ? Wie die Parteien um den "richtigen" Weg ringen - Eine Außensicht », Das Parlament, n° 42, 16 octobre 2006.

2 A. Duhamel, « La République, l’identité et la souveraineté de la France », Le Débat, n° 134, mars-avril 2005, p. 42-51, ici p. 44.

3 Voir M. Müller-Härlin, Nation und Europa in Parlamentsdebatten zur Europäischen Integration, Baden-Baden, Nomos, 2008, p. 45 sq.

4 Sur le débat sur l’intégration européenne, voir la contribution de Torsten Schubert et Winfried Veit dans cet ouvrage.

5 Bulletin du Front national appelant à manifester le 8 mai 1983.

6 Lors des élections municipales à Dreux, en 1983, le Front national obtient 16,7 % des voix ; puis 10,9 % un an plus tard, obtenant dix sièges au Parlement européen.

7 P.-A. Taguieff, « L’identité nationale : un débat français », Regards sur l’actualité, mars-avril 1995, p. 13-28, ici p. 14.

8 M. A. Schain, « The extreme-right and immigration policy-making: measuring direct and indirect effects », Westeuropean Politics, vol. 29, n° 2, mars 2006, p. 270-289.

9 J. Chirac, discours à Orléans le 19 juin 1991.

10 L. Fabius, « L’heure de vérité », Antenne 2, 5 septembre 1984.

11 Circulaire du 11 août 1981 relative à la régularisation de la situation de certains étrangers, Journal officiel de la République française du 25 septembre 1981. Circulaire du 27 août 1981 complétant la circulaire du 11 août 1981 relative à la régularisation de la situation de certains étrangers, BOSN-S, n° 81/39, 14 octobre 1981.

12 Déclaration du président Mitterrand lors du Conseil des ministres du 31 août 1983.

13 Sur l’évolution du code de la nationalité en France, voir P. Weil, Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution, Paris, Grasset, 2002.

14 S. Duchesne, « Identities, Nationalism, Citizenship and Republican Ideology », Developments in French Politics 3, Basingstoke, Palgrave, 2005, p. 230-244.

15 UMP, Charte des valeurs, U-m-p.fr.

16 N. Sarkozy, discours à Caen, le 9 mars 2007.

17 N. Sarkozy, discours à Toulon, le 27 février 2007.

18 S. Royal, discours à Marseille, le 22 mars 2007.

19 S. Duchesne, entretien, « Il ne faut pas refuser le débat sur l’identité nationale », Libération, 12 mai 2007.

20 M. Müller-Härlin, op. cit. [2], p. 347 sq.

21 P. Brandt, « Universelle Werte und Nationalkultur : Was ist deutscher Patriotismus ? », Die neue Gesellschaft/Frankrfurter Hefte, 52, 2005, p. 36-39.

22 Ch. Kellala, « La position des partis politiques en France et en Grande-Bretagne sur l’immigration (1990-2005) », Ecosphère, n° 9, Centre de documentation économique et sociale d’Oran.

23 Dans les années 1990, lors du débat sur le droit d’asile, l’Union chrétienne a axé son discours sur les « abus » (Asylmissbrauch), dont la législation allemande faisait selon elle l’objet. Lors de la campagne des élections régionales de 2008 en Hesse, le candidat de la CDU n’a cessé de dénoncer « la criminalité des jeunes issus de l’immigration ».

24 Nous nous référons ici aux derniers programmes-cadres des partis, certains étant plus actuels que d’autres : CDU (dir.), Freiheit und Sicherheit. Grundsätze für Deutschland, Hanovre, 3-4 décembre 2007 ; SPD (dir.), Hamburger Programm, Hambourg, 28 octobre 2007 ; Die Grünen (dir.), Die Zukunft ist grün, Berlin, 15-17 mars 2002 ; FDP (dir.), Wiesbadener Grundsätze. Für die liberale Bürgergesellschaft, Wiesbaden, 24 mai 1997.

25 Voir O. Kallscheuer et Cl. Leggewie, « Deutsche Kulturnation versus französische Staatsnation ? Eine ideengeschichtliche Stichprobe », in H. Berding (dir.), Nationales Bewußtsein und kollektive Identität. Studien zur Entwicklung des kollektiven Bewußtseins in der Neuzeit 2, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1994, p. 112-162.

26 H. Kühn, Stand und Weiterentwicklung der Integration der ausländischen Arbeitnehmer und ihrer Familien in der Bundesrepublik Deutschland. Memorandum des Beauftragten der Bundesregierung, Bonn, septembre 1979, <www.migration-online.de/data/khnmemorandum_1.pdf>.

27 T. Thomas, « Mittig ist nur das Mittel : Nation und nationale Identität im medial vermittelten politischen Diskurs », Gewerkschaftliche Monatshefte, 52, mai 2001, p. 276-284.

28 E. Seidel, « Die Jahrhundertreform. Von der doppelten Staatsbürgerschaft zum Einwanderungsgesetz », Blätter für deutsche und internationale Politik, n° 44, août 1999, p. 968-974.

29 Dans son programme électoral de 1994, le FDP se prononçait déjà pour la double nationalité et l’acquisition de la nationalité allemande par le droit du sol.

30 En 2006, les deux pays ont lancé sur le sujet une coopération qui se traduit par un échange de « bonnes pratiques » auquel est également associée la société civile.

31 Ce principe, qui n’a jamais été remis en question malgré certains aménagements, a été fixé par les lois Ferry de 1881-1882.

32 Allocution de J. Chirac, 14 novembre 2005.

33 Allocution de J. Chirac à Valenciennes, 21 octobre 2003.

34 N. Sarkozy a fait cette déclaration le 20 juin 2005, lors d’une visite à La Courneuve après la mort d’un enfant tué lors d’un conflit entre deux fratries ayant dégénéré en fusillade.

35 La discussion débute en juin 2009, après qu’un député communiste, soutenu par 58 députés de tous bords politiques, a demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le port de la burqa.

36 J. Schönbohm, « Wieviel Einheit, wieviel Vielfalt ? », Berliner Zeitung, 22 juin 1998.

37 Fr. Merz, discours au Bundestag, 16 octobre 2000.

38 « Leitkultur », in G. Stötzel et al. (dir.), Zeitgeschichtliches Wörterbuch der deutschen Gegenwartssprache, Ildesheim, Georg Olms Verlag, 2002.

39 G. Schröder, entretien, « Berlin Direkt », ZDF, 19 novembre 2000.

40 Y. Bizeul, « L’Allemagne et ses étrangers », in Cl. Demesmay et H. Stark (dir.), Qui sont les Allemands ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006, p. 119-134, ici p. 124-125.

41 G. Sebaux, « La loi sur l’immigration, un nouveau paradigme ? », Allemagne d’aujourd’hui, n° 180, avril-juin 2007, p. 28-52.

42 FDP, Arbeit hat Vorfahrt. Deutschlandprogramm 2005, <files.liberale.de/fdp-wahlprogramm.pdf> ;.

43 Gemeinsam für Deutschland. Mit Mut und Menschlichkeit, Programme de coalition de la CDU, de la CSU et du SPD, 11 novembre 2005.

44 Gouvernement fédéral, « Nationaler Integrationsplan », communiqué de presse du 12 juillet 2007, Bundesregierung.de.

45 Deutsche Islamkonferenz, Deutsche-islam-konferenz.de.

Author

Responsable du programme France/Relations franco-allemandes à l’Institut allemand de politique étrangère (DGAP) de Berlin.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540