Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Programmes et débats sur les orientations des partis : convergence ou diversification ?

Les débats d’orientation des partis politiques français et allemands au début du XXIe siècle

Michael Weigl
Traduction de Nicolas Peretti

Texte intégral

  • 1 Z. Baumann, Die Krise der Politik: Flucht und Chance einer neuen Öffentlichkeit, Hamburg, Hamburger (...)
  • 2 Moyenne UE-27 : 18 %. Étude menée entre septembre et novembre 2007. Cf. Eurobaromètre 68/2008, p. 6 (...)

1Dans un monde en mouvement perpétuel, la politique est soumise à une pression toujours plus forte, dans la mesure où la marge de manœuvre des acteurs étatiques ne cesse de se restreindre. Dans le même temps, dans la « société de l’incertitude1 » qui est la nôtre, la fonction d’intégration que remplissent les partis politiques devient de plus en plus importante. La population attend ainsi de la part des partis des réponses sur des questions d’avenir marquées par l’urgence, tout en doutant de leur véritable capacité à en fournir. En 2008, seuls 18 % des Allemands et 17 % des Français interrogés déclaraient faire confiance aux partis politiques2.

2On exige en général des formations politiques qu’elles offrent une orientation aux citoyens, tout en faisant preuve d’une certaine fiabilité. Les partis doivent ainsi s’accommoder de la complexité croissante d’enjeux politiques désormais mondialisés. De plus, il n’existe plus de réponses simples, renvoyant à des idéologies, alors que les citoyens et militants déconcertés ont des attentes élevées. Face à la difficulté à concilier ces différents défis, les grands débats portant sur l’orientation des partis politiques trouvent un sens nouveau. Ces derniers génèrent en effet des approches politiques à moyen et long terme, ainsi qu’une offre d’orientation s’adressant à la fois aux membres du parti concerné et à l’opinion publique dans son ensemble. En termes tant quantitatifs que qualitatifs, ces débats d’orientation présentent surtout l’avantage de faire office de sismographes, permettant de mesurer le degré d’incertitude et l’ampleur des crises qui agitent la société.

3Nous présenterons ici les débats d’orientation des partis politiques en France et en Allemagne en ce début de XXIe siècle. Pour autant, cette étude n’a pas la prétention d’être exhaustive, qu’il s’agisse des partis étudiés ou des sujets abordés par ces derniers. Nous souhaitons plutôt expliquer d’une manière générale comment, pourquoi et avec quelles conséquences se sont exprimés certains conflits centraux au cours de débats visant à fixer l’orientation générale des partis politiques en France et en Allemagne.

Formes et fonctions des débats d’orientation

4Les débats dits d’« orientation » regroupent l’ensemble des discussions touchant à la constitution et à la position politique d’un parti, telles que les mènent ses membres – et ce, de façon exclusive. Il est possible que des entités tierces interviennent, notamment les médias et les concurrents politiques, ayant une incidence directe sur les discours ou cherchant à les influencer. Ces dernières ne disposent cependant d’aucune compétence leur permettant de décider directement de la forme et du contenu des discours. Tous ces débats ont en commun, à partir de la simple actualité quotidienne, de déboucher sur la question du positionnement que le parti doit adopter à moyen et long terme sur un thème spécifique. Ils servent à atteindre des objectifs tels que la maximisation des votes (vote-seeking), l’attribution des postes (office-seeking) et l’application des programmes politiques des partis, en contribuant notamment à :

  • identifier des valeurs et objectifs communs (fonction d’identification) ;

  • intérioriser ces valeurs et objectifs, permettant au parti de mieux déterminer son profil politique tout en renforçant sa cohésion interne (fonction d’intégration) ;

  • régler les luttes de pouvoir intestines de nature personnelle ou portant sur un thème particulier et confirmer ainsi les hiérarchies existant à l’intérieur du parti ou en définir de nouvelles (fonction d’ordonnancement) ;

  • renouveler l’offre programmatique du parti tout en favorisant l’apparition de nouveaux visages à l’intérieur du parti (fonction de renouvellement).

5À l’origine des débats d’orientation, on trouve généralement la base militante, des cellules du parti ou des acteurs isolés. Ce type de débat se caractérise moins par la forme que, sur le fond, par la nature des affrontements qui s’y opèrent. Les débats peuvent suivre un schéma très précis, à l’exemple de ceux, formalisés, qui ont lieu en Allemagne au moment d’élaborer les programmes-cadres des partis, ou encore prendre une forme moins structurée. En outre, ils peuvent prendre une forme publique, par l’intermédiaire des médias, ou se dérouler en interne dans les forums et réunions politiques, mais aussi s’exprimer par le biais de canaux formels et informels. Enfin, ils peuvent déboucher sur des documents officiels, tels que les programmes-cadres ou les programmes électoraux et de gouvernement, ou au contraire rester lettre morte.

6C’est justement en raison de leur grande liberté de forme que les débats d’orientation ne peuvent être cantonnés à un rôle d’outils permettant de mesurer l’ouverture programmatique et la vie démocratique au sein d’une formation politique. Souvent employés à des fins stratégiques, les débats d’orientation peuvent ainsi être utilisés à dessein pour instaurer une certaine discipline au sein du parti et s’assurer de sa cohésion, par exemple en phase de campagne électorale, lorsque la hiérarchie cherche à consolider son pouvoir, et/ou après une défaite électorale. Au-delà, ils peuvent servir à redéfinir l’orientation du parti dans diverses situations : pour multiplier les options de coalition, pour réagir à une défaite électorale, pour s’assurer que les chefs du parti amorcent un changement de cap et/ou pour bousculer la hiérarchie existante.

  • 3 Voir J. Raschke et R. Tils, Politische Strategie. Eine Grundlegung, Wiesbaden, VS Verlag, 2007, p.  (...)

7D’un point de vue stratégique, l’ouverture d’un tel débat peut conduire au succès, mais celui-ci dépend de plusieurs facteurs : il s’agit d’abord de savoir qui est à l’origine de l’ouverture des discussions, quelles capacités et quels moyens sont mobilisés (acteur), quand le débat est lancé (moment), comment il s’exprime (forme) et comment il est mené (conduite). On admet en général que ces facteurs-là sont d’une importance fondamentale pour la réussite des stratégies politiques3. Parallèlement, la forme et le contenu des débats d’orientation sont en grande partie déterminés par le système politique de l’État dans lequel ils se déroulent.

8Les systèmes politiques français et allemand accordent des fonctions différentes aux partis politiques. Outre-Rhin, la Loi fondamentale considère qu’ils contribuent expressément à la formation de la volonté politique du peuple (Art. 21 LF), alors qu’en France, leur rôle se limite à concourir à l’expression du suffrage (Art. 4 de la Constitution). Pourtant, en France, avec le scrutin majoritaire uninominal, le nombre de candidats se présentant aux élections est supérieur à celui des partis existants – au contraire de l’Allemagne, où le « scrutin proportionnel personnalisé » place le vote en faveur d’un parti au cœur du système. Par conséquent, il est plus important pour les partis allemands que pour les partis français de mener des débats de grande ampleur afin de fixer leur ligne, en développant une offre programmatique et des visions politiques à long ou moyen terme.

  • 4 Voir Ch. Pütz, Parteienwandel in Frankreich. Präsidentschaftswahlen und Parteien zwischen Tradition (...)
  • 5 P. Bréchon, « Les partis dans le système politique », in P. Bréchon (dir.), Les Partis politiques f (...)

9L’appartenance du chef d’État français à un parti politique témoigne certes de son engagement et de ses convictions politiques profondes – mais finalement, au cours de son mandat, c’est bien le président qui dicte sa conduite au parti plutôt que l’inverse. Les partis sont davantage que de simples « partis présidentiels », mais sans être pour autant de véritables « partis de gouvernement4 ». En règle générale, les partis français ne produisent pas de documents équivalant aux programmes très détaillés que l’on peut trouver en Allemagne. Les idées fondamentales sur lesquelles repose le projet politique du parti sont définies de manière tellement large que celui-ci ne peut avoir vocation à restreindre le champ d’action du président ou des hauts fonctionnaires au pouvoir. Les débats d’orientation ont néanmoins un rôle important dans le système politique français : « S’ils [programme et ligne politique] veulent être un pôle de référence pour les citoyens, ils doivent avoir une identité, être capables de donner des repères dans chaque domaine5 ».

  • 6 Sur les congrès, voir C. Bachelot, « La culture d’organisation au Parti Socialiste. De l’explicatio (...)

10En France, ces débats représentent aussi un vecteur important de dialogue à l’intérieur du parti et contribuent à déterminer, comme en Allemagne, sa stabilité et sa perception dans l’opinion publique. Les rassemblements politiques qui durent plusieurs jours sont les occasions les plus importantes de débattre de ces enjeux, à l’image des congrès du Parti socialiste (PS)6 et de son université annuelle à La Rochelle ou bien de l’« université de rentrée » du Mouvement démocrate (MoDem), qui a également lieu chaque année. Cependant, par rapport à l’Allemagne, les personnalités jouent un rôle plus important au sein des partis français, et le ciment idéologique qui les unit – symbolisé par un programme – semble être beaucoup plus friable qu’outre-Rhin. En Allemagne, les programmes politiques ne sont pas de simples déclarations d’intention, mais définissent l’orientation du mouvement dans ses moindres détails. Il est quasiment impossible pour les chefs de file du parti de gouverner en faisant abstraction de la ligne directrice fixée par le programme. Ils sont eux-mêmes jugés par les autres décideurs du parti sur un critère essentiel : leur capacité à respecter le projet politique défini.

  • 7 Même si l’exemple de Nicolas Sarkozy, qui fut en janvier 2008 le premier président en exercice à pa (...)

11Les débats d’orientation représentent ainsi un moyen d’exercer une forme de contrôle sur les dirigeants et les sections du parti au niveau local – en particulier en Allemagne, où les forums de réflexion sur les programmes se multiplient en raison du système fédéral : souvent sûrs de leur force, fédérations du parti et acteurs politiques régionaux peuvent avoir intérêt à ce que se tiennent des conventions ou assemblées portant sur les programmes, obligeant ainsi le conseil national à faire respecter la discipline au sein du parti et à faire coïncider les intérêts de tous. Un chancelier qui est à la fois chef de parti – comme Gerhard Schröder (Parti social-démocrate, SPD) entre 1999 et 2005 ou Angela Merkel (Union chrétienne-démocrate, CDU) depuis 2005 – bénéficie d’une marge de manœuvre plus importante. Toutefois, celle-ci n’est pas illimitée, dans la mesure où il existe de réelles ambitions à l’intérieur même du parti. En France, le poste de secrétaire général du parti est de la plus haute importance pour la carrière politique et dans l’optique d’une éventuelle candidature à l’élection présidentielle. Une fois élu, le président de la République est, de par la nature de la fonction, dans une telle situation de domination qu’il s’émancipe de son parti d’appartenance7.

  • 8 Voir par exemple P. Bréchon, « Les partis dans le système politique », in P. Bréchon (dir.), op. ci (...)
  • 9 Voir à ce sujet la contribution d’Eddy Fougier et de Johanna Schmidt-Jevtic dans cet ouvrage.

12Il arrive que certains membres du parti, à la suite d’un désaccord quant aux orientations politiques à donner à ce dernier, s’en éloignent pour former leur propre organisation. Ce fut le cas en Allemagne en 2005 avec la création de l’Alternative électorale pour le travail et la justice sociale » (WASG), à l’initiative d’anciens sociaux-démocrates pour la plupart. Ce genre d’événement reste toutefois exceptionnel outre-Rhin. En France, au contraire, les débats d’orientation menés par les partis politiques débouchent régulièrement sur des scissions8. En conséquence, le paysage politique français est en mouvement perpétuel, renvoyant à une grande diversité d’organisations politiques, qui reflète elle-même l’existence de débats d’orientation. Dans ce contexte, un programme politique doit se démarquer des autres, alors même que cette quête d’originalité, de plus en plus importante, est devenue beaucoup plus difficile – d’autant qu’en Allemagne, la définition d’un profil politique ne doit pas invalider des négociations avec d’autres partis en vue d’une éventuelle coalition. Dans les deux pays, les partis doivent ainsi faire face à une décision difficile, mais fondamentale, et choisir entre deux stratégies différentes : tenir compte de la fragmentation de l’électorat pour glisser vers le centre de l’échiquier politique et convoiter ainsi les électeurs médians, ou au contraire rester fidèle à leurs racines idéologiques9. Des deux côtés du Rhin, les grands débats de fond qui animent la quasi-unanimité des partis politiques au sujet de leur programme se caractérisent de plus en plus par un conflit interne opposant modernisateurs et « gardiens du temple ».

Les débats d’orientation, une réponse aux attentes de la « société mondiale du risque »

  • 10 Voir U. Beck, Weltrisikogesellschaft. Auf der Suche nach der verlorenen Sicherheit, Bonn, Bundeszen (...)

13Les thèmes les plus à même d’alimenter les débats entre ceux qui veulent moderniser la ligne de leur mouvement et ceux qui défendent une certaine tradition présentent les mêmes caractéristiques dans les deux pays. Ils renvoient à cette idée que la mondialisation a enfanté une société du risque qui ne connaît pas de frontières, et que cette communauté « cosmopolite » liée par le risque10 est justement à l’origine d’une remise en question, qui touche au champ de la connaissance et de la confiance :

    • 11 Focus Migration : Allemagne (n° 1, mai 2007) et France (n° 2, mars 2007). Les auteurs s’appuient su (...)

    Dans un monde qui ne connaît pas de réelles frontières, la question de l’identité nationale se pose en des termes nouveaux pour les États. Le concept d’identité doit être réexploré, dans la mesure où il faut redéfinir ce qui nous est propre et ce qui nous est étranger, à l’intérieur de la société comme vis-à-vis de l’extérieur. En 2006, l’Allemagne comptait 8,2 % d’étrangers et 15,1 millions de personnes issues de l’immigration (de nationalité allemande ou autre). En France, la part des étrangers dans la population s’élevait à 5,7 %, auxquels il convient d’ajouter les 8,1 % d’immigrés11.

    • 12 Pour les trois parties composant l’étude (lecture, mathématiques, sciences), la France a obtenu de (...)

    Les causes de l’insécurité mondiale comme la menace terroriste, les risques environnementaux et climatiques ou les questions d’approvisionnement énergétique exigent une action internationale commune. De même, la concurrence mondiale contraint les États à une certaine adaptation, par exemple dans le domaine de l’éducation et de la formation. La sécurité, la protection de l’environnement et l’éducation deviennent des facteurs importants favorisant l’implantation d’activités économiques. Le Grenelle de l’environnement français en 2007 ou la réaction des Allemands à l’étude du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) en 2000 illustrent bien cette idée12.

    • 13 Au printemps 2008, seuls 60 % des Allemands considéraient l’appartenance de l’Allemagne à l’UE comm (...)

    Nombreux sont les citoyens qui nourrissent une méfiance à l’égard de l’Union européenne (UE) élargie, qui semble marginaliser les États-nations mais n’est toujours pas parvenue à se réformer elle-même. Au final, l’approbation dont a longtemps joui l’UE dans les deux pays a fait long feu, plus encore en France qu’en Allemagne13.

    • 14 OCDE, Growing Unequal? Income Distribution and Poverty in OECD Countries. Country Notes Germany and (...)

    Depuis l’année 2000, aucun des États de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) n’a connu une montée de la pauvreté aussi forte que l’Allemagne. À la différence de son voisin, la France peut s’enorgueillir de compter parmi les cinq pays de l’OCDE où la pauvreté a diminué au cours des 20 dernières années. Il en va de même pour le creusement de l’écart de revenus entre riches et pauvres14. Les récents symptômes de la crise – montée du taux de pauvreté, du chômage et de la dette publique alors que l’économie est faible – semblent malgré tout faire de la France l’« homme malade de l’Europe ». De surcroît, les deux pays vont devoir négocier un tournant démographique et affronter la crise de l’État providence qui devrait l’accompagner.

14Les débats d’orientation renvoient tous à une discussion sur le positionnement des partis sur l’échiquier politique. Dans les deux pays, pratiquement tous les débats politiques tournent aujourd’hui autour de ce sujet, que ce soit de façon explicite ou implicite. Toutefois, les points de référence classiques permettant de définir l’axe droite-gauche, du fait du changement plus général qui s’est opéré, font l’objet d’un vaste processus de réinterprétation :

    • 15 Sur les évolutions du spectre politique français à la suite de la poursuite de l’intégration europé (...)

    Internationaliste vs. nationaliste : Le clivage « pro-européen vs. critique vis-à-vis de l’UE » a entre-temps supplanté cette vieille opposition. Le thème de l’Europe dans le débat public est certes plus politisé en France qu’en Allemagne – tendance qu’a renforcée le référendum français sur la Constitution en 2005. Dès les années 1990, les partis politiques français ont largement débattu au sujet de l’Europe dans le cadre de diverses réunions sur leur orientation, d’une manière bien plus intensive que ne l’ont fait leurs homologues allemands. Ainsi, la création du MoDem par le défenseur de la cause européenne et ancien président de l’Union pour la démocratie française (UDF) François Bayrou, tout comme la naissance du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, politicien critique à l’égard de l’Union, sont directement liées à la thématique européenne. Cependant, même en Allemagne, les échanges de vue se durcissent autour des réussites et échecs du processus d’intégration européenne, comme en témoigne l’érosion progressive du « consensus permissif15 » sur le sujet.

15Des deux côtés du Rhin, les critiques vis-à-vis de l’Union dépassent les frontières des partis. De part et d’autre, la plupart des partis de droite et des partis libéraux se disent pro-européens. Il en va de même des sociaux-démocrates allemands, tandis que les socialistes français se sont montrés divisés sur le traité constitutionnel. Le reste des partis politiques allemands et français, se situant pour la plupart à gauche de l’échiquier politique, se caractérisent au contraire par une position critique, pouvant aller jusqu’à l’euroscepticisme. En France comme en Allemagne, il est donc aujourd’hui possible d’établir un lien relativement clair, exception faite de l’extrême droite, entre les dimensions « national/pro-européen » d’une part et « internationaliste/anti-européen » de l’autre.

  • Progressisme vs. conservatisme : À ce clivage se substitue progressivement une autre ligne de rupture, qui sépare les opposants et les défenseurs de la mondialisation. Les gauches radicales française et allemande se retrouvent dans une critique sévère du phénomène, le condamnant dans sa totalité ou en rejetant sa forme actuelle. À l’inverse, les partis plus modérés ne font pas de procès à la mondialisation dans son ensemble, mais y voient à la fois des opportunités et des dangers, le système ayant simplement besoin d’être mieux organisé. Ainsi, le clivage qui existe aujourd’hui en France et en Allemagne divise les « progressistes/altermondialistes » et les « conservateurs/promondialisation ».

  • Travail vs. capital : Le conflit que les responsables politiques présentent souvent sous la forme d’une opposition entre riches et pauvres semble être en ce début de XXIe siècle le thème autour duquel tourne la majeure partie des débats d’orientation des partis politiques français et allemands. L’enjeu de la modernisation ou du maintien de la ligne politique du parti, qui donne le ton de nombre de débats, est la plupart du temps ramené au sujet suivant : quelle forme doit prendre la régulation étatique et à quelle hauteur l’État doit-il intervenir ? Cette question concerne tout particulièrement les garanties apportées par l’État providence.

  • 16 Telle est la position de 74 % des Français et 65 % des Allemands interrogés entre mars et mai 2008 (...)
  • 17 « Discours de M. le Président de la République au Zénith de Toulon », 25 septembre 2008, Elysee.fr.
  • 18 A. Merkel, « Regierungserklärung vor dem deutschen Bundestag am 15.10.2008 », in Deutscher Bundesta (...)
  • 19 M. Dunkel et T. Krägenow, « SPD will aus Krise Kapital schlagen », Financial Times Deutschland, 9 o (...)

16Pour une grande majorité de Français et d’Allemands, la mondialisation accentue les inégalités sociales16. Il n’est donc pas surprenant que les partis se soient emparés du sujet, afin de déterminer le meilleur moyen de faire face à ce défi majeur. Sur ce conflit entre capital et travail (ou entre riches et pauvres), le clivage entre la droite et la gauche n’est plus aussi net qu’autrefois ; désormais, la ligne de division traverse l’ensemble des partis. Les partis conservateurs ont par exemple réagi à la crise financière mondiale qui a débuté courant 2008 en formulant des critiques à peine moins fortes que celles de leurs pendants sociaux-démocrates. L’Union pour un mouvement populaire (UMP) a soutenu Nicolas Sarkozy lorsqu’il s’est proposé de refonder le capitalisme à partir d’une « éthique de l’effort et du travail17 » ; de la même manière, la CDU a affirmé dans le sillage de la chancelière Angela Merkel vouloir s’engager pour une « économie de marché à visage humain18 ». Le PS, en la personne de son premier secrétaire François Hollande, a au contraire évoqué un « effondrement du libéralisme économique », alors que le ministre de l’Environnement allemand, le social-démocrate Sigmar Gabriel, exigeait la fin du « principe de l’avidité19 ». Conservateurs et sociaux-démocrates, Français et Allemands confondus, ont ainsi émis à l’unisson une critique sévère du capitalisme et de ses excès.

La dimension stratégique des débats d’orientation en France et en Allemagne

  • 20 Voir le programme initié en 2006 Freiheit und Sicherheit. Grundsätze für Deutschland, programme-cad (...)

17Depuis quelques années, dans les deux pays, les débats concernant les orientations politiques des partis sont toujours liés à des questions de personnes. Correspondant à sa fonction d’ordonnancement, le débat d’orientation sert à engager une lutte de pouvoir, qui voit les chefs établis du mouvement s’opposer à la jeune génération, des personnalités en train de prendre leur ascension et visant de plus hautes fonctions. On observe plus souvent ce phénomène en France qu’en Allemagne, car le système politique français connaît une personnalisation plus marquée. Malgré tout, les débats allemands sont également le lieu d’un combat où l’on cherche à gagner des places dans la hiérarchie interne. Le système fédéral allemand veut que le bureau national du parti prenne l’initiative et organise lui-même les conventions portant sur les programmes, afin de canaliser les revendications de la base et des structures qui lui sont affiliées. Ces dernières années, des formations politiques aussi diverses que la CDU, l’Union chrétienne-sociale (CSU), le SPD, Alliance 90 Les Verts (Bündnis 90/Die Grünen) et le Parti du socialisme démocratique (PDS) se sont toutes essayées à l’organisation d’un débat de cette nature, la direction du parti introduisant et concluant les travaux relatifs à la définition d’un programme-cadre. La CDU et la CSU ont amorcé les discussions au sujet de leur programme peu de temps après les législatives de 200520. Les élections au Bundestag les avaient certes ramenées aux affaires gouvernementales, mais le résultat final s’était avéré bien inférieur à leurs prévisions. La direction de la CDU et de la CSU a donc cherché, à travers l’organisation d’un débat autour du programme politique conclu en 2007, à éviter d’éventuelles discussions publiques visant à dresser le bilan des élections et à relever les erreurs effectuées dans la conduite de la campagne. De tels échanges auraient en effet pu déboucher sur des discussions au sujet d’une éventuelle rénovation ou réorganisation du parti, qui seraient vite devenues incontrôlables. Il fut décidé de mener une modernisation modérée du parti dans le but de le discipliner à travers le partage d’une identité politique commune. Cette manœuvre a servi à satisfaire les divers intérêts présents à l’intérieur des partis, tout en veillant à ne pas trop réduire la marge de manœuvre de l’équipe dirigeante. Cependant, les revendications en faveur d’un véritable débat de rénovation se multiplient au sein des deux formations, au fur et à mesure que la perspective de nouveaux succès électoraux s’amenuise du fait de la participation de la CDU aux affaires gouvernementales. Jusqu’au printemps 2009, la tête du parti a toujours réussi à canaliser ces débats en interne ou à en freiner la progression avant qu’ils ne puissent véritablement éclater au grand jour.

18À l’instar de ses homologues de droite, le SPD a lancé une grande réflexion sur sa ligne politique juste après son retour au gouvernement. Avec sa victoire triomphale en 1998, le Parti social-démocrate a enfin installé un chancelier au pouvoir, après 16 années passées dans l’opposition. Il faut sans doute interpréter cette décision des instances dirigeantes d’entreprendre l’organisation d’un débat d’orientation comme une volonté de profiter de cette période d’euphorie pour définir la nouvelle ligne du parti, que la direction – rangée derrière son chancelier et chef Gerhard Schröder – s’était fixée derrière les maîtres mots « nouveau centre » et « troisième voie ». Bien que de nombreuses personnes appartenant à l’aile gauche du parti se soient opposées à cette évolution, Gerhard Schröder a lancé en 2003 le projet d’« Agenda 2010 » en vue de réformer le système de sécurité sociale et le marché de l’emploi en Allemagne. Le débat autour de la nouvelle orientation du SPD a ainsi échappé à la direction social-démocrate, pour se poursuivre sur la scène publique, sous la forme d’un violent combat entre les différents courants du parti. Les échanges ont ensuite suivi leur propre cours, cette dynamique échappant à tout contrôle de la part des chefs du mouvement social-démocrate et aboutissant en 2005 à la création de la WASG, sous l’impulsion de nombreux anciens membres du SPD.

  • 21 Voir le Hamburger Programm, le programme-cadre du SPD initié en 1999 et adopté lors du congrès de H (...)

19Après l’échec de cette tentative, qui consistait à l’origine à mener un grand débat de fond sur les orientations de leur parti, les dirigeants sociaux-démocrates se sont vus obligés de changer leur fusil d’épaule. L’intensification du débat d’orientation qu’ils ont alors entrepris, au beau milieu de la crise du parti, visait avant tout à discipliner le mouvement. Le but était désormais de renforcer un sentiment de cohésion qui avait disparu, pour surmonter les divisions internes et regagner la confiance des électeurs. Pourtant, même après la présentation du programme du SPD en 200721, le débat s’est poursuivi avec virulence et n’était toujours pas terminé à la veille de l’élection législative de l’automne 2009.

  • 22 Voir Die Zukunft ist grün, le programme-cadre du SPD initié en 1999 et adopté lors du congrès de Be (...)
  • 23 Tels sont les propos de Robert Habeck, le chef des Verts du Schleswig-Holstein ; « Keine “Realos” u (...)

20À l’image du SPD, le bureau national du parti Alliance 90 Les Verts a lancé, juste après les élections de 1998, l’élaboration d’un nouveau programme-cadre, finalement adopté en 200222. Comme chez les sociaux-démocrates, il s’agissait au départ pour les dirigeants du mouvement écologiste de consolider et de légitimer de nouvelles positions en adéquation avec une première participation au gouvernement, au terme d’un processus initié et contrôlé par le haut. Dans les faits, les écologistes y sont bien mieux parvenus que leurs homologues du SPD, puisque les sujets essentiels avaient déjà été débattus au cours des années précédentes et que les différentes querelles étaient en voie d’apaisement. Le débat au sujet du programme écologiste, qui a duré jusqu’en 2007, n’est certes pas parvenu à mettre définitivement fin au vieux conflit au sujet de l’orientation du parti, opposant les réalistes pragmatiques (« Realos ») et les dogmatiques (« Fundis »). Pourtant, les chefs de file ont réussi à concentrer le débat sur le programme du parti et à éviter ainsi que celui-ci ne dérive vers une controverse publique sur l’orientation générale du mouvement, malgré un contexte défavorable en 2005, avec leur sortie du gouvernement. Dans les rangs écologistes, on considère aujourd’hui que les « luttes de clan appartiennent au passé23 ».

  • 24 Ph. Rösler, Was uns fehlt. Thesenpapier vom 5.3.2008, Hanovre, 2008.

21Le Parti libéral démocratique (FDP), à la différence de la CDU, de la CSU, du SPD et des Verts allemands, ne s’est pas lancé d’emblée dans l’organisation d’un grand débat public sur sa ligne politique. La « stratégie 18 » engagée en 2001 poursuivait pourtant l’objectif de moderniser le parti, pour en faire la troisième force politique du pays. Dans les faits, il s’est agi d’une stratégie de campagne axée sur l’image du FDP plutôt que de véritables discussions de fond. Les tentatives visant à déclencher un vrai débat d’orientation, qui allaient à l’encontre de la volonté de son chef, Guido Westerwelle, sont demeurées sans suite. Philipp Rösler, à la tête du FDP en Basse-Saxe et membre du bureau national, a exigé en mars 2008 que les libéraux allemands démarrent une réflexion de cette nature, mais sa proposition est restée lettre morte24. La popularité actuelle du mouvement économique-libéral, qui se manifeste par de bons résultats dans les sondages et divers succès électoraux, laisse peu d’opportunités aux représentants de son aile gauche, plutôt critiques, de se montrer aux yeux de l’opinion publique.

  • 25 Voir Programm der Partei des Demokratischen Sozialismus, adopté lors du congrès de Chemnitz, 25-26 (...)
  • 26 Voir Programmatische Eckpunkte. Programmatisches Gründungsdokument der Partei Die Linke, adopté lor (...)
  • 27 R. Stefanm, « Die brave Protestpartei », taz, 24 mai 2008.

22Aujourd’hui, les débats d’orientation piétinent même au sein de la gauche radicale allemande. Au PDS, successeur du Parti socialiste unifié (SED) – le parti officiel d’ex-RDA – localisé pour l’essentiel dans l’Est de l’Allemagne, les discours autour de ces thèmes ont longtemps pris la forme d’un grand débat autour du nouveau programme-cadre25. Ces discussions poursuivaient deux objectifs principaux : d’une part, engager l’ensemble de l’organisation dans un processus de modernisation et de démocratisation, afin de répondre aux volontés de la direction du parti autour de son plus haut représentant, Gregor Gysi ; d’autre part, faire entendre les courants de gauche et d’extrême gauche les plus divers qu’abritait le PDS. Même si l’organisation d’un débat d’orientation a permis de réaliser pleinement ces ambitions, les résultats atteints ont aussitôt été réduits à néant du fait de l’absorption du PDS par La Gauche (Die Linke), parti en 2005. La WASG, créée seulement un an auparavant, avec laquelle le PDS a fusionné, était majoritairement imprégnée par le courant social-démocrate, mais se constituait en même temps de tout un ensemble de groupuscules de gauche ouest-allemands. Le débat d’idées qui s’est tenu au moment de la fusion des deux organisations a eu des répercussions importantes sur le programme et la hiérarchie des personnes à l’intérieur du nouvel ensemble, La Gauche. Les groupuscules évoqués précédemment représentent aujourd’hui un héritage de la WASG au sein du nouveau parti. Pour le moment, la commission chargée du programme a proposé quelques thèmes de référence26, qui doivent jeter les bases de la discussion. Le parti se trouve du reste prisonnier d’un dilemme : d’un côté, il doit éviter de compromettre les succès connus dans l’Est de l’Allemagne en faisant des concessions sur le programme aux tenants d’une position de tradition ouest-allemande ; de l’autre coté, le PDS s’est donné pour ambition, à moyen terme, de devenir un partenaire de coalition et de gouvernement crédible au niveau national. Or, en s’éloignant de sa ligne idéologique de base, comme le prônent les pragmatiques, La Gauche réduirait considérablement son potentiel en tant que parti protestataire. Au final, cette dernière est un « gentil parti protestataire27 », qui a esquivé volontairement et par pure stratégie la tenue de discussions de fond visant à éclaircir son orientation politique – avec en point de mire les échéances électorales importantes de 2009.

  • 28 A. Knapp, Parties and the Party System in France. A disconnected Democracy ?, Houndmills/New York, (...)
  • 29 Ibid., p. 74.
  • 30 Sur la naissance de l’UMP, voir notamment J. Derville, « Du RPF au RPR et à l’UMP : la banalisation (...)
  • 31 Son statut mentionne la création de mouvements à l’intérieur du parti. Voir U. Kempf, Das politisch (...)

23Dans l’ensemble, les mouvements politiques français ne disposent pas d’appareils de parti aussi rigoureusement organisés que ceux de leurs homologues allemands, en mesure de canaliser la discussion et de prendre en charge l’organisation de débats d’orientation28. Longtemps, la droite « a présenté une image chaotique. Les candidats changent de parti ; les partis changent régulièrement de nom, ou fusionnent, ou éclatent29 ». L’UMP a toujours souhaité remédier à cette situation. À travers les débats d’orientation qui ont suivi sa création en 200230, elle a avant tout cherché à unifier les différents courants qui la composent, dans le but de consolider son succès électoral sur la durée. Une lutte s’était engagée dans ce contexte pour déterminer quel courant allait prendre la tête du mouvement. Les débats se sont caractérisés par leur haut degré de personnalisation, comme en témoigne l’opposition entre « chiraquiens » et « sarkozystes », du nom des deux personnalités les plus importantes au sein des deux principaux groupes rivaux : les néogaullistes d’un côté et les défenseurs d’un libéralisme pragmatique et conservateur de l’autre. Qui plus est, il a fallu éviter d’étouffer le caractère pluraliste du mouvement, pour ne pas mettre en péril son caractère rassembleur31.

24À partir de 2005, avec l’arrivée du président Nicolas Sarkozy, l’UMP s’est autorisé une cure de modernisation idéologique. Elle a en effet rompu avec les nombreuses conventions gaullistes et a ainsi préparé le terrain à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, qui exigeait une rupture vis-à-vis de la politique pratiquée jusque-là. Dans le cas de l’UMP, les fonctions de renouvellement et d’intégration propres au débat sur l’orientation du parti se sont parfaitement imbriquées. Pour faire du mouvement, au sens large, un véritable parti populaire de droite sur le long terme et prévenir le danger d’un nouvel éclatement politique du camp de la droite en France, on a cherché à créer une identité politique commune sur la base d’une rénovation. Le thème de la rupture est ainsi devenu un socle identitaire commun sur lequel regrouper les différents courants de droite.

  • 32 Voir par exemple G. Held, « Nikolas Sarkozys Mut zum Bruch », Welt am Sonntag, 24 août 2008.

25En Allemagne, les conservateurs qui voient dans la cure de jouvence menée par l’UMP un modèle à suivre pour la CDU sont de plus en plus nombreux32. Au sein de la gauche, c’est au contraire l’Allemagne qui joue un rôle moteur, étant donné que le PS menace de perdre définitivement le rôle phare qu’il joue depuis les années 1990.

  • 33 A. Knapp, op. cit. [28], p. 73 sq.

26Comme l’UMP, la gauche française est depuis des années en quête d’unité, sous la forme d’un grand parti unique. Pourtant, dès le début des années 2000, deux courants se sont opposés de manière frontale : ceux qui tendaient vers le modèle d’un « grand parti de gauche unique et ouvertement réformiste » dans le but de « concurrencer à armes égales le courant majoritaire de droite qu’est l’UMP » et les autres, ayant pour objectif la « recomposition de la gauche par la constitution d’un pôle de radicalité33 ». Lionel Jospin, Premier secrétaire du PS (de 1981 à 1988 et de 1995 à 1997) et Premier ministre durant cinq ans (de 1997 à 2002), savait tout de cette instabilité de la gauche française.

  • 34 Der Weg nach vorne für Europas Sozialdemokraten. Ein Vorschlag von Gerhard Schröder und Tony Blair, (...)
  • 35 Papier Jospin, contribution du Parti socialiste français au 21e congrès de l’Internationale sociali (...)

27En 1999, le chancelier et président du SPD Gerhard Schröder a présenté un texte commun avec le Premier ministre britannique Tony Blair, intitulé « La voie vers l’avant pour les sociaux-démocrates d’Europe34 », auquel le PS a réagi par la défensive, avec le « papier Jospin », dans lequel les socialistes ont exigé le maintien d’un « rapport critique au capitalisme35 ». Ainsi, la querelle grandissante entre les garants d’une certaine tradition et les modernisateurs, même si elle n’a pu être évitée, s’est vue remise à plus tard.

  • 36 Sur ce point, voir H. M. Bock, « Reformkraft für das 21. Jahrhundert? Modernisierung und Mutation i (...)

28L’expérience de la « gauche plurielle », marquée par son pragmatisme, a pris fin en 2002 avec l’élection présidentielle et la démission de Lionel Jospin36, ouvrant une crise au sein du Parti socialiste. De nouveaux courants d’opposition internes, caractérisés par leur critique prononcée de l’Union européenne et leur volonté de lutter contre toute forme de néolibéralisme, ont alors réussi à susciter l’attention. Dans le même temps, le PS a majoritairement décidé, lors du congrès de 2003, de s’inscrire dans une logique réformiste. Un an plus tard, et contre la volonté des dissidents internes, celle-ci a pris la forme d’une commission chargée du programme (le « collectif du projet »), mise en place par le conseil national. Puis le cruel dilemme de la social-démocratie s’est affiché au grand jour lors du congrès du Mans en 2005. À ce moment-là, la direction du parti n’exerçait déjà plus qu’un contrôle partiel sur les débats d’orientation internes. Bien qu’elle ait été réalisée au terme de longues négociations, la synthèse n’a donc pu permettre de surmonter les luttes intestines entre courants, masquant difficilement les contradictions et les rivalités.

  • 37 J.-M. Thénard, « L’iconoclaste présidentielle », Libération, 12 février 2007.

29Il était également impossible d’ignorer les tensions qui se sont manifestées au cours de la campagne présidentielle de 2007. Le pacte présidentiel de la candidate Ségolène Royal, composé de 100 propositions, s’est clairement démarqué du programme de campagne du PS décidé dès 2006 et insistant plus fortement sur les positions socialistes traditionnelles : « La socialiste […] a débouché sur un projet où domine la Royal iconoclaste du printemps 2006. Celle qui avait secoué quelques tabous de la gauche. Dans ses 100 propositions, elle n’a rien abdiqué37 ». Fort logiquement, le conflit entre les divers courants de gauche s’est encore aggravé après la défaite de Ségolène Royal. Durant l’été 2008, certains pontes du PS ont ainsi fini par abandonner l’objectif révolutionnaire pour adhérer à une économie de marché sociale soucieuse des problématiques écologiques, au moment où le trotskiste Olivier Besancenot annonçait sa volonté de créer un « Nouveau Parti anticapitaliste ». Fin 2008, alors qu’étaient créés deux nouveaux partis, le Parti de Gauche (PG) et la Gauche moderne, le débat d’orientation à l’intérieur du PS a repris de plus belle, opposant deux personnalités s’affrontant pour le poste de premier secrétaire : d’un côté Ségolène Royal, avec sa promesse de rénovation du parti ; de l’autre Martine Aubry, figure de l’aile gauche du PS, qui l’a du reste remporté.

  • 38 R. Geisler, « Jean-Luc Mélenchon rêve d’une percée aux européennes », Le Figaro, 1er décembre 2008. (...)
  • 39 Voir S. Lehnartz, « Zellteilung bei Frankreichs Linken », Die Welt, 1er décembre 2008.
  • 40 Voir U. Kempf, op. cit. [31], p. 216-224.
  • 41 « Bayrou veut ouvrir son MoDem aux gaullistes et aux déçus du socialisme », Agence France Presse, 2 (...)
  • 42 Ibid.

30Le nouveau Parti de Gauche, sorte de « Die Linke à la française38 », cherche à établir une majorité de gauche39 capable de gouverner. Pourtant, on semble encore aujourd’hui se trouver à mille lieux de cette unité de la gauche tant recherchée. Alors que cette dernière s’épuise dans de continuelles luttes de pouvoir, qui recouvrent des conflits de nature idéologique, François Bayrou occupe la position de leader principal des centristes libéraux français. Ce dernier a pour objectif d’établir une alternative sociale-libérale autonome comme troisième force politique au niveau national. Il avait refusé en 1998 un rapprochement en direction du Front national (FN), tout comme il a refusé en 2002 d’intégrer à l’UMP la nouvelle UDF, qu’il dirigeait alors40. En lieu et place, il a proposé – également lorsqu’il a été candidat à l’élection présidentielle en 2007 – une vision non gaulliste, imprégnée de laïcité, faisant appel à des valeurs humanistes et pro-européennes. En mai 2007, la création du Mouvement démocrate a été l’aboutissement logique de cette orientation politique et a mis fin de façon précoce aux débats d’orientation menés par les centristes français. Le MoDem se voit comme un intermédiaire entre l’UMP et le PS et prétend ainsi pouvoir mettre un terme à la bipolarité du système des partis en France : « L’enjeu était qu’on ne nous désigne plus par référence à la droite et la gauche, mais qu’on nous désigne par notre identité41 ». Son but avoué est « une société de justice, de développement humain, […] une société de valeurs, qui ne récuse rien de l’efficacité économique42 ». Du point de vue idéologique comme organisationnel, le MoDem a donc été taillé sur mesure pour son président François Bayrou, qui dispose ainsi d’une marge de manœuvre très importante pour initier ou contrôler les débats sur l’orientation du mouvement.

  • 43 I. Blühdorn et J. Szarka, « Managing strategic positioning Choices: A Reappraisal of the Developmen (...)
  • 44 A. Knapp, op. cit. [28], p. 193. Concernant les premières années du XXIe siècle, voir B. Villalba, (...)
  • 45 Fl. Faucher-King, « Les Verts et la démocratie interne », in Fl. Haegel (dir.), op. cit. [6], p. 10 (...)

31Quant aux Verts français, ils accordent une importance évidente à la démocratie à l’intérieur du parti. Les débats d’opinion entre les différentes ailes du mouvement sont traditionnellement associés à la question des possibilités d’alliance43. Sans cesse, les questions de programme et de personnes se recoupent et se complètent. Les uns plaident en faveur d’une coopération étendue au sein d’un bloc de gauche et sont, à cette fin, prêts à faire des concessions sur l’orientation du parti. Pour d’autres, qui s’attachent autant que possible à préserver les objectifs et valeurs du mouvement écologiste, il est hors de question de travailler main dans la main avec d’autres partis tel le PS. Alors que le premier groupe dominait à l’époque de la participation des Verts au gouvernement entre 1997 et 2002, les revendications en faveur d’une « plus grande autonomie programmatique et d’une forme d’idéologie pure44 » se sont ensuite imposées. Pour l’essentiel, on constate que les débats d’orientation sont légion au sein du parti, parce que celui-ci attache une grande importance à la démocratie intrapartisane. Leur rôle y est donc considérable. Cette culture de la discussion n’est pas seulement utile à la définition de la stratégie et des contenus idéologiques du parti ; elle a aussi des effets néfastes : « La ritualisation des pratiques de la démocratie participative contribue en un sens à entretenir la suspicion et les antagonismes45 ». Aujourd’hui, force est de constater que les Verts français n’ont toujours pas de programme politique cohérent.

Conclusion

32Les débats d’orientation des partis français et allemands présentent aujourd’hui de nombreuses similitudes. La société mondiale de l’insécurité a généré des difficultés similaires de part et d’autre du Rhin, obligeant les partis des deux pays à se redéfinir et à dessiner un projet politique nouveau, situé entre tradition et modernité. En même temps, la comparaison des débats français et allemands laisse apparaître des différences évidentes, liées au système politique des deux pays, au niveau de la structure ainsi que du contenu des échanges.

33Dans les deux pays, au tout début du XXIe siècle, les débats des partis ont entraîné des changements profonds, qui sont venus ébranler le système partisan établi. Le processus de concentration de la droite française autour de l’UMP a des répercussions tout aussi importantes que l’établissement au niveau national d’un nouveau parti de gauche outre-Rhin. Cependant, les débats sur l’orientation des partis français et allemands diffèrent considérablement dans leur forme. En Allemagne, les discussions menées autour du programme des partis constituent le forum d’expression le plus important, puisqu’ils aident à canaliser les débats en en garantissant le contrôle par les chefs du parti. Le débat au sein de la social-démocratie allemande, qui a débordé de son cadre initial, constitue la seule exception à la règle. En France, au contraire, les débats d’orientation sont plus difficiles à contenir. Les divers courants et leurs leaders respectifs disposent en effet d’une palette stratégique plus diversifiée, qui les autorise à personnifier le débat ou leur permet plus facilement de définir une vision politique qui leur est propre. Dans ce système quasi incontrôlable, il est plus difficile qu’en Allemagne de pérenniser les résultats des discussions à l’intérieur des partis. En France, rares sont en effet les programmes-cadres axés sur le long terme et suffisamment détaillés pour garantir une prise en compte des différents courants du parti. Cela étant, si la manière dont les débats d’orientation sont organisés en Allemagne contribue à la grande stabilité du système, elle ne facilite pas l’émergence d’idées novatrices.

Notes

1 Z. Baumann, Die Krise der Politik: Flucht und Chance einer neuen Öffentlichkeit, Hamburg, Hamburger Edition, 2000.

2 Moyenne UE-27 : 18 %. Étude menée entre septembre et novembre 2007. Cf. Eurobaromètre 68/2008, p. 60.

3 Voir J. Raschke et R. Tils, Politische Strategie. Eine Grundlegung, Wiesbaden, VS Verlag, 2007, p. 245.

4 Voir Ch. Pütz, Parteienwandel in Frankreich. Präsidentschaftswahlen und Parteien zwischen Tradition und Anpassung, Wiesbaden, VS Verlag, 2004, p. 48-56 et 86-90.

5 P. Bréchon, « Les partis dans le système politique », in P. Bréchon (dir.), Les Partis politiques français, Paris, La Documentation française, 2005 (nouvelle édition), p. 11.

6 Sur les congrès, voir C. Bachelot, « La culture d’organisation au Parti Socialiste. De l’explication à l’appropriation des normes », in Fl. Haegel (dir.), Partis politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Science Po, 2007, p. 143-181 et 152-155.

7 Même si l’exemple de Nicolas Sarkozy, qui fut en janvier 2008 le premier président en exercice à participer à un congrès national de son parti, illustre l’importance croissante des partis en France.

8 Voir par exemple P. Bréchon, « Les partis dans le système politique », in P. Bréchon (dir.), op. cit. [5], p. 7-13, ici p. 8.

9 Voir à ce sujet la contribution d’Eddy Fougier et de Johanna Schmidt-Jevtic dans cet ouvrage.

10 Voir U. Beck, Weltrisikogesellschaft. Auf der Suche nach der verlorenen Sicherheit, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2007, p. 110-112.

11 Focus Migration : Allemagne (n° 1, mai 2007) et France (n° 2, mars 2007). Les auteurs s’appuient sur les données fournies par l’Organisation de coopération et de développement économiques [OCDE], le Statischen Bundesamtes et l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

12 Pour les trois parties composant l’étude (lecture, mathématiques, sciences), la France a obtenu de meilleurs résultats que l’Allemagne. Voir la Note d’information 01/52 du ministère de l’Éducation nationale, p. 3.

13 Au printemps 2008, seuls 60 % des Allemands considéraient l’appartenance de l’Allemagne à l’UE comme étant une « bonne chose » (automne 2007 : 67 %). En France, ce chiffre est tombé à 48 % (2007 : 60 %) – ce qui en fait le deuxième plus faible pourcentage parmi les Ving-Sept. Voir Eurobaromètre 69/2008, 4. The European Union and its Citizen, p. 13.

14 OCDE, Growing Unequal? Income Distribution and Poverty in OECD Countries. Country Notes Germany and France, Paris, 2008. Dans cette étude, est considéré comme « pauvre » celui qui dispose de moins de la moitié du revenu mensuel moyen pour satisfaire à ses besoins.

15 Sur les évolutions du spectre politique français à la suite de la poursuite de l’intégration européenne, voir R. Höhne, « Das Parteiensystem Frankreichs », in O. Niedermayer, R. Stöss et M. Haas (dir.), Die Parteiensysteme Westeuropas, Wiesbaden, VS-Verlag, 2006, p. 161-187, ici p. 180.

16 Telle est la position de 74 % des Français et 65 % des Allemands interrogés entre mars et mai 2008 (moyenne européenne : 56 %). Voir Eurobaromètre 69/2008, 2. The Europeans and Globalisation, p. 18.

17 « Discours de M. le Président de la République au Zénith de Toulon », 25 septembre 2008, Elysee.fr.

18 A. Merkel, « Regierungserklärung vor dem deutschen Bundestag am 15.10.2008 », in Deutscher Bundestag [dir.], Stenographischer Bericht, 16/182, 19349B-19351D, ici 19351D.

19 M. Dunkel et T. Krägenow, « SPD will aus Krise Kapital schlagen », Financial Times Deutschland, 9 octobre 2008.

20 Voir le programme initié en 2006 Freiheit und Sicherheit. Grundsätze für Deutschland, programme-cadre de la CDU, adopté lors du congrès de Hanovre, 3-4 décembre 2007 ; Chancen für alle ! In Freiheit und Verantwortung gemeinsam Zukunft gestalten, programme-cadre de la CSU, adopté lors du congrès de Munich, 28 septembre 2007.

21 Voir le Hamburger Programm, le programme-cadre du SPD initié en 1999 et adopté lors du congrès de Hambourg, 28 octobre 2007.

22 Voir Die Zukunft ist grün, le programme-cadre du SPD initié en 1999 et adopté lors du congrès de Berlin, 15-17 mars 2002.

23 Tels sont les propos de Robert Habeck, le chef des Verts du Schleswig-Holstein ; « Keine “Realos” und “Fundis” mehr bei den Grünen », Welt-Online, 4 juin 2008.

24 Ph. Rösler, Was uns fehlt. Thesenpapier vom 5.3.2008, Hanovre, 2008.

25 Voir Programm der Partei des Demokratischen Sozialismus, adopté lors du congrès de Chemnitz, 25-26 octobre 2003.

26 Voir Programmatische Eckpunkte. Programmatisches Gründungsdokument der Partei Die Linke, adopté lors du congrès de Dortmund de la WASG et du Parti de gauche (Linkspartei). PDS, 24-25 mars 2007.

27 R. Stefanm, « Die brave Protestpartei », taz, 24 mai 2008.

28 A. Knapp, Parties and the Party System in France. A disconnected Democracy ?, Houndmills/New York, Palgrave Macmillan, 2004, en particulier p. 21-25.

29 Ibid., p. 74.

30 Sur la naissance de l’UMP, voir notamment J. Derville, « Du RPF au RPR et à l’UMP : la banalisation d’un parti de droite », in P. Bréchon (dir.), op. cit. [5], p. 45-71, en particulier p. 64-67.

31 Son statut mentionne la création de mouvements à l’intérieur du parti. Voir U. Kempf, Das politische System Frankreichs, Wiesbaden, VS-Verlag, 2007 (4e édition revue et augmentée), p. 211.

32 Voir par exemple G. Held, « Nikolas Sarkozys Mut zum Bruch », Welt am Sonntag, 24 août 2008.

33 A. Knapp, op. cit. [28], p. 73 sq.

34 Der Weg nach vorne für Europas Sozialdemokraten. Ein Vorschlag von Gerhard Schröder und Tony Blair, 8 juin 1999, Blätter für deutsche und internationale Politik, n° 7/1999, p. 887-896. Version francaise du texte : <www.fondatn7.alias.domicile.fr/bdd/doc/notes13.pdf>.

35 Papier Jospin, contribution du Parti socialiste français au 21e congrès de l’Internationale socialiste, Paris, 10 novembre 1999.

36 Sur ce point, voir H. M. Bock, « Reformkraft für das 21. Jahrhundert? Modernisierung und Mutation in der Parti Socialiste », in J. Schild et H. Uterwedde (dir.), Frankreichs V. Republik. Ein Regierungssystem im Wandel. Festschrift für Adolf Kimmel, Wiesbaden, VS-Verlag, 2005, p. 145-164.

37 J.-M. Thénard, « L’iconoclaste présidentielle », Libération, 12 février 2007.

38 R. Geisler, « Jean-Luc Mélenchon rêve d’une percée aux européennes », Le Figaro, 1er décembre 2008. Oskar Lafontaine, le président du Parti de gauche allemand, est intervenu lors du premier grand rassemblement du Parti de Gauche le 29 novembre 2008 à l’Île-Saint-Denis.

39 Voir S. Lehnartz, « Zellteilung bei Frankreichs Linken », Die Welt, 1er décembre 2008.

40 Voir U. Kempf, op. cit. [31], p. 216-224.

41 « Bayrou veut ouvrir son MoDem aux gaullistes et aux déçus du socialisme », Agence France Presse, 2 décembre 2007.

42 Ibid.

43 I. Blühdorn et J. Szarka, « Managing strategic positioning Choices: A Reappraisal of the Development Paths of the French and German Green Parties », Journal of Contemporary European Studies, n° 3/2004, p. 303-319, ici p. 313.

44 A. Knapp, op. cit. [28], p. 193. Concernant les premières années du XXIe siècle, voir B. Villalba, « Les écologistes à l’heure du pragmatisme », in P. Bréchon (dir.), op. cit. [5], p. 153-178, en particulier p. 170.

45 Fl. Faucher-King, « Les Verts et la démocratie interne », in Fl. Haegel (dir.), op. cit. [6], p. 103-142, ici p. 140.

Auteur

Chercheur au Centrum für Angewandte Politikforschung (CAP) de l’Université de Munich.

Nicolas Peretti (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540