Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'avenir des partis politiques en France et en Allemagne

 | 
Claire Demesmay
, 
Manuela Glaab

Les systèmes partisans en France et en Allemagne : une analyse comparative

Parties go Europe ! L’avenir européen des partis français et allemands

Stefan Marschall
Traduction de Stephanie Bauer

Texte intégral

  • 1 Sur la notion d’« européanisation », voir R. Ladrechm, « Europeanization of Domestic Politics and I (...)

1L’avenir des partis politiques français et allemands ne se situe plus exclusivement au niveau national, mais bien, pour l’essentiel, au-delà des frontières de ces pays. Au cours des dernières décennies, le transfert des domaines de décision des États aux institutions de l’Union européenne (UE) n’a en effet cessé de prendre de l’ampleur ; la politique a d’ores et déjà dépassé la simple sphère nationale. Il serait bien sûr exagéré de voir dans l’UE un système politique parallèle et autonome, tant il est vrai qu’à bien des égards, les échelons européen et national sont intrinsèquement liés. Toutefois, il est plus que vraisemblable que le phénomène d’« européanisation1 » marquera très fortement le destin des partis nationaux à l’avenir. Figures centrales de la politique nationale, ces derniers risquent d’être les perdants d’une telle évolution, si le transfert des compétences décisionnelles des arènes politiques nationales au niveau européen les prive de leur influence sur l’élaboration des grandes stratégies politiques. En même temps, ces partis peuvent sortir gagnants de cette nouvelle situation si, par leur engagement et leur présence à l’échelle supranationale, ils réussissent à combler la perte de pouvoir qu’ils subissent au niveau national.

  • 2 Voir à ce propos l’analyse de Th. Poguntke et al. (dir.), The Europeanization of National Political (...)

2Comment les partis français et allemands répondent-ils aux défis qui accompagnent l’européanisation de la politique ? Ont-ils su saisir l’opportunité que représente cette évolution pour compenser au niveau européen cette perte d’influence2 ? Dans quelle mesure agissent-ils déjà à plusieurs niveaux, se montrant plus ou moins habiles sur les différentes scènes où se jouent l’élaboration et la prise de décisions politiques ? Nous nous intéresserons surtout ici à la présence des partis politiques français et allemands au Parlement européen et à leur représentation au sein des différents groupes parlementaires, et évoquerons les regroupements européens que forment les « partis européens ».

3Notre analyse fait apparaître des différences entre les partis politiques français et allemands, qui reflètent les particularités partisanes nationales. La nécessité de réagir à des défis communs peut entraîner un rapprochement de partis proches au sein de familles politiques transnationales, et l’élaboration des politiques nationales continuer à aller dans le sens d’une européanisation croissante. Dès lors, étudier la présence des partis politiques de chaque pays dans le contexte européen nous fournira des pistes pour un avenir que ceux-ci auront en commun.

Le Parlement européen, arène de la politique partisane nationale

4Le système politique de l’Union européenne est exposé de plusieurs manières à l’influence des partis nationaux. Bien souvent en effet, les décideurs travaillant dans les institutions de l’UE sont membres d’un parti politique national, auquel ils doivent – au moins en partie – leur position. Cela vaut aussi pour des postes censés être attribués de façon transnationale et non partisane, comme la fonction de commissaire européen, de fait attribuée par les États membres donc par les partis au pouvoir. Au niveau politique, l’élite européenne est largement recrutée dans les systèmes nationaux, où l’affiliation à un parti représente la condition sine qua non d’une carrière politique. Le Parlement européen est un des espaces de discussion institutionnalisés dans lesquels les partis politiques nationaux sont représentés et jouent un rôle de codécideurs. Lors des élections du Parlement européen, organisées en 27 scrutins nationaux, s’affrontent des candidats choisis par les partis nationaux ou par des formations partisanes infranationales qui leur correspondent.

  • 3 Voir St. Dreischer, Das Europäische Parlament und seine Funktionen. Eine Erfolgsgeschichte aus der (...)
  • 4 Voir S. Hix, A. Noury et G. Roland, « Powers to the Parties : Cohesion and Competition in the Europ (...)
  • 5 Voir également sur ce point Th. Faas, « To defect or not to defect ? National, institutional and pa (...)

5Une fois élus au Parlement européen, les représentants des partis nationaux se réunissent au sein de groupes transnationaux. Ainsi, le système de groupes parlementaires du Parlement reflète grosso modo les systèmes partisans nationaux et en duplique la structure de base (conservatrice, social-démocrate, libérale, verte, communiste). Durant les dernières décennies, les groupes parlementaires sont devenus des unités centrales d’organisation du Parlement3. Des études mettent en évidence le fait que les députés européens votent de plus en plus en fonction des logiques transnationales des groupes parlementaires, et de moins en moins en fonction de leur appartenance nationale. Le vote d’un social-démocrate allemand ressemble ainsi (aujourd’hui) beaucoup plus à celui d’un socialiste français qu’à celui d’un chrétien-démocrate allemand4. Au-delà, une vérité demeure : lors de la réélection des députés, ce ne sont pas leurs collègues des groupes politiques transnationaux, mais bien les formations partisanes nationales qui, dans chaque pays, décident de reconduire ou non un candidat5. Ainsi, les membres du Parlement européen accordent une très grande importance au travail – indispensable pour conserver leur mandat – qu’ils mènent au sein et au nom des partis politiques nationaux et de leurs branches infranationales.

  • 6 K. Reif et H. Schmitt, « Nine Second Order National Elections : A Conceptual Framework for the Anal (...)
  • 7 M. Maier et J. Tenscher (dir.), Campaigning in Europe – Campaigning for Europe. Political Parties, (...)
  • 8 Voir, en ce qui concerne l’Allemagne, D. Roth et B. Kornelius, « Europa und die Deutschen : Die unt (...)
  • 9 Sur ce point, voir la contribution de Torsten Schubert et Winfried Veit dans cet ouvrage.

6Le fait que la structure des groupes parlementaires du Parlement européen reflète avec plus ou moins d’exactitude les systèmes partisans nationaux (y compris en ce qui concerne le rapport de forces entre les partis) et qu’aucun système national centré sur les thématiques européennes n’émerge en parallèle s’explique par la très relative importance accordée aux élections européennes. En France comme en Allemagne, elles sont en effet perçues comme des scrutins de second rang, aussi bien par les électeurs que par les partis politiques6. Leurs résultats reflètent davantage la satisfaction ou le mécontentement des électeurs quant aux performances des partis nationaux sur le sol national, que l’expression d’une volonté politique européenne de ces mêmes électeurs. Les partis nationaux soutiennent sans réserve la « nationalisation » de ces élections. Plusieurs analyses démontrent que les campagnes et les débats électoraux sont bien peu « européanisés7 » ; les campagnes européennes font très peu référence aux grandes lignes de clivage de la politique européenne8. Ceci vaut tout particulièrement pour l’Allemagne, où il existe un consensus de base entre les partis établis sur cette question. En France, en revanche, à la veille des élections européennes, les partis s’affrontent davantage sur des questions de politique européenne, certains adoptant des positions eurosceptiques9. En fin de compte, sont toujours représentés au Parlement européen les partis qui jouent un rôle central dans les parlements nationaux : l’Union chrétienne-démocrate/Union chrétienne-sociale (CDU/CSU), le Parti social-démocrate (SPD), les Verts (Die Grünen), le Parti libéral (FDP) et La Gauche (Die Linke) du côté allemand ; l’Union pour un mouvement populaire (UMP), le Parti socialiste (PS), Les Verts, le Mouvement démocrate (MoDem), le Parti communiste français (PCF) et le Front National du côté français.

  • 10 R. Corbett, Fr. Jacobs et M. Shackleton, The European Parliament (7e édition), Londres, John Harper (...)

7Participant ainsi largement au recrutement des députés européens, les partis nationaux ont accès à une institution dont le pouvoir n’a cessé de s’étendre durant les dernières décennies10. Avec l’introduction de nouvelles procédures et de nouveaux règlements en matière de prise de décision, l’ancienne Assemblée des Communautés européennes, alors bien faible, est devenue un parlement doté de fortes compétences décisionnelles et qui constitue, avec le Conseil des ministres et la Commission, le triangle institutionnel de l’UE. Ce processus de parlementarisation de l’Union devrait se poursuivre après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

  • 11 Voir P. Norris, « Recruitment into the European Parliament », in R. S. Katz et B. Wessels (dir.), T (...)

8Ainsi doté de compétences décisionnelles renforcées, le Parlement européen est devenu pour les acteurs nationaux un instrument décisif pour exercer leur influence. Ce constat a modifié le mode de recrutement des candidats. Alors qu’il y a quelques années, une entrée au Parlement européen signifiait, pour les figures « méritantes » des grands partis nationaux, un poste honorifique de dédommagement, le personnel parlementaire s’est largement rajeuni, européanisé et professionnalisé11. Les partis politiques nationaux ont de plus en plus conscience du pouvoir que représente la sphère européenne et entendent bien l’utiliser.

9Les partis politiques allemands et français sont présents au sein de presque tous les groupes politiques du Parlement européen (voir tableau 1). Seul le Groupe Conservateurs et réformateurs européens ne comprend aucun député allemand ou français. Dans chacun des deux grands groupes politiques, le Parti populaire européen (PPE) et l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S & D), les partis allemands et français sont très fortement représentés. Le groupe formé du PPE compte ainsi 29 députés français issus de l’UMP, et 42 députés allemands émanant de la CDU et de la CSU. Dans le groupe S & D, avec 14 députés, le PS en compte neuf de moins que le SPD, qui en ont 23. L’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE) rassemble six députés membres du Mouvement démocrate (MoDem) et 12 députés du FDP. Le groupe Groupe Verts-Alliance libre européenne compte 14 députés Verts français (Europe écologie) et 14 députés Verts allemands. Le groupe de la Gauche unitaire européenne-Gauche verte nordique (GUE-NGL) compte cinq membres française du Front de gauche pour changer d’Europe et huit membres de La Gauche allemande (auxquels s’ajoutent des membres communistes ou socialistes d’autres pays). Le groupe Europe de la liberté et de la démocratie compte un parlementaire du Mouvement pour la France (MPF), mais aucun député allemand. Enfin, alors qu’aucun Allemand n’est sans étiquette, c’est le cas de trois députés français du Front national.

10Les premières différences s’expliquent tout d’abord par les contingents de députés : l’Allemagne envoie 99 députés au Parlement, contre seulement 72 pour la France. Ce facteur ne justifie toutefois pas la répartition dans le détail, telle qu’elle apparaît dans le tableau 1. Les différences viennent du fait que les élections du Parlement européen, bien qu’elles se déroulent au même moment, ont lieu dans des arènes nationales différentes, dans des conditions et des cadres spécifiques, séparées les unes des autres. Aussi reflètent-elles à l’échelon européen les différences systémiques et contextuelles entre les pays.

Des systèmes partisans très différents

11Au-delà des éléments contextuels, quelles caractéristiques structurelles expliquent les écarts de représentation des partis français et allemands dans les groupes politiques du Parlement européen ?

  • 12 Voir Bundeswahlleiter.de.

12Pour commencer, il existe une différence flagrante en ce qui concerne la polarité et la fragmentation du système partisan. Le système allemand se caractérise par une structure multipartite, que viennent tempérer un bipolarisme et un fort taux de concentration. À côté des deux grands « partis de masse » que sont le SPD et la CDU/CSU, trois petits partis ont fait leur entrée dans les parlements. D’autres jouent certes un rôle croissant, mais qui n’est pas encore de nature à influencer la répartition des forces à l’intérieur des assemblées. De façon générale, tous les partis représentés au Parlement sont susceptibles de former des coalitions les uns avec les autres. Le système multipartite français présente également une structure de base bipolaire, les partis se regroupant habituellement en alliances électorales au moment des élections. Cependant, ces alliances déterminent et limitent les options de coalition. Sur ce point, le système français se caractérise à la fois par une multiplicité de partis et par une forte polarisation aux marges de l’échiquier politique. Plus de 250 partis ont ainsi fait usage du financement public des campagnes, alors qu’en Allemagne, seuls 20 partis ont pu en profiter en 2008. Cet écart s’explique notamment par des réglementations différentes ; en 2009, seuls 117 partis politiques sont officiellement recensés par la Commission électorale fédérale12. Aussi importante qu’elle soit, cette inégale concentration ne se retrouve que partiellement au niveau européen. Les règlements électoraux – dans les deux systèmes, des scores minimums sont par exemple nécessaires pour entrer au Parlement – font que il n’y a pas de difference concernant le nombre de partis au Parlement européen (six allemands et six français).

13En outre, le rôle différent des partis dans le processus décisionnel national contribue lui aussi à l’écart de représentation u Parlement européen. En raison d’une interprétation large de la Loi fondamentale, les partis allemands sont chargés de la formation de la volonté des citoyens dans tous les domaines de la vie sociale. Ce n’est pas le cas des partis français, dont le rôle, défini par la Constitution, se résume essentiellement à la participation aux élections et au travail parlementaire qui en découle. Alors que les partis allemands se sont imposés comme les acteurs centraux de la politique au niveau fédéral, les partis français restent faibles, à l’instar du parlementarisme sous la Ve République. Pour des raisons historiques, les pères de la Loi fondamentale ont fait du Parlement une institution essentielle et pris soin d’éviter tout contrepouvoir à même de le contrebalancer, par exemple sous la forme d’un président. Le parlementarisme rationalisé à la française laisse au contraire au président de la République (et à « son » chef de gouvernement) une grande marge de manœuvre, les partis devenant des instruments au service de l’affirmation du pouvoir présidentiel (en dehors des périodes de cohabitation) ; les présidents s’attachent ainsi à se positionner clairement à la tête de « leur » parti ou au moins à exercer sur lui une large influence – dans la plus pure tradition gaulliste.

  • 13 E. Wiesendahl, Parteien in Perspektive, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1998.

14Cette différence influence la façon dont sont organisés les deux ensembles partisans. Les structures des partis français sont beaucoup moins rigides. Le degré d’organisation politique de la population (le pourcentage d’adhérents à un parti par rapport à l’ensemble de la population) est bien plus élevé en Allemagne (près de 4 % contre 2 % en France). De plus, les partis allemands ont une structure régionale ou fédérale très marquée, renvoyant à une « anarchie leste et non contraignante13 ». Les conséquences de ces différences structurelles sur l’aptitude et l’orientation européennes des partis sont ambivalentes. Les organes d’un parti disposant d’une forte base nationale n’ont pas forcément une orientation européenne. D’un côté, les grands partis disposent d’un potentiel d’organisation, qu’ils peuvent mettre à profit pour développer leur dimension européenne – par exemple lors des campagnes électorales. De l’autre, s’ils se concentrent sur des problématiques nationales et infranationales, ils risquent de faire passer la politique européenne au deuxième plan ; un parti jouant un rôle marginal à l’échelon national peut au contraire chercher à renforcer sa dimension européenne pour compenser.

  • 14 L’UMP (Union pour la majorité présidentielle, devenue ensuite Union pour un mouvement populaire) es (...)

15Une grande différence existe également en ce qui concerne la stabilité des systèmes partisans. Le système allemand se caractérise par une grande stabilité, après avoir connu un fort processus de concentration dans les années 1950. À ce schéma, seuls deux partis sont venus s’ajouter : dans les années 1980, les Verts (à partir de 1990 : Bündnis 90/Die Grünen) et, dans les années 1990, le Parti du socialisme démocratique (PDS) qui, après avoir fusionné avec l’Alternative électorale pour le travail et la justice sociale (WASG), s’est établi dans plusieurs parlements régionaux et au Bundestag sous le nom de La Gauche (Die Linke). Dans ces deux cas, le système parlementaire a réussi à intégrer la contestation extra-parlementaire. En France, le paysage politique est au contraire marqué par des mutations permanentes. La création de nouveaux partis ou les changements de nom sont des pratiques courantes, par exemple à l’occasion d’élections présidentielles ou législatives. En règle générale, ils expriment des stratégies de pouvoir des présidents en exercice ou encore des candidats à la présidence14.

  • 15 Voir à ce sujet J. Mittag (dir.), Politische Parteien und europäische Integration. Entwicklung und (...)

16On retrouve la fluidité du système partisan français dans la composition des groupes au Parlement européen. Depuis que ces derniers existent, les partis français ont effectué des mouvements de va-et-vient entre les différents groupes – y compris en pleine période électorale15. Le PSE a moins été touché que les autres groupes, dans la mesure où le Parti socialiste (fondé en 1971 à partir de la Section française de l’Internationale ouvrière [SFIO] et du Parti radical socialiste) et le Parti social-démocrate allemand y ont très tôt fait figure d’avant-garde. En revanche, le PPE, qui ne regroupait au départ que des députés français qui n’avaient qu’un faible lien à un parti, a été soumis à ces fluctuations. Lorsqu’il a été fondé en 1976, la France y était représentée par le Centre des démocrates sociaux (CDS), rebaptisé par la suite Force démocrate. Les députés conservateurs de l’Union pour la nouvelle République (UNR), devenue le Rassemblement pour la République (RPR) au milieu des années 1950, ont quant à eux fondé leur propre groupe parlementaire dans les années 1960. Ce n’est qu’en 1999 que les députés du RPR ont intégré le PPE-DE. Le RPR a fusionné en 2002 avec Démocratie libérale pour former l’UMP, qui est alors devenue membre à part entière du PPE.

17Ces fluctuations traduisent une des caractéristiques essentielles du système partisan français. Jusqu’à aujourd’hui et depuis plusieurs décennies – bien avant la Ve République –, ce système n’a jamais eu de groupement politique capable de représenter de façon efficace et continue un centre droit comparable à la démocratie chrétienne allemande. Contrairement aux conservateurs français, les membres de la démocratie chrétienne allemande ont d’emblée été fidèles au groupe chrétien-démocrate, groupe qui a donné naissance au PPE-DE. L’histoire du groupe libéral au Parlement est également jalonnée des péripéties des partis libéraux français (refondation, changements de nom, entrée et sortie de groupes au Parlement). Si aucun parlementaire français n’a pris part à la fondation du groupe des Verts, les communistes français ont accompagné la formation du Parti de la gauche européenne (PGE) et de son groupe politique. Plus important est le rôle joué par les partis français lors de la création des groupes d’orientation régionaliste. Quant aux petits groupes politiques, ils ne sont visibles que lorsque leurs équivalents nationaux peuvent envoyer des représentants au Parlement européen, ce qui accentue encore les fluctuations partisanes.

18La discontinuité – en comparaison avec leurs homologues allemands – caractérisant la présence des partis français dans les groupes politiques du Parlement européen les empêche de devenir le moteur d’un système et d’une discipline transnationaux. Les fluctuations partisanes que nous avons évoquées interdisent aussi aux députés concernés de jouer un rôle central au sein tant des groupes parlementaires que du Parlement en tant qu’institution. Ainsi, aux différences de nature et de structure des deux systèmes correspond une aptitude européenne plus ou moins marquée des partis français et allemands à l’intérieur des groupes du Parlement.

L’avenir des regroupements partisans européens

  • 16 Voir St. Marschall, « Europäische Parteien – Phantomorganisationen oder Integrationsbeschleuniger ? (...)

19Cette différence se retrouve au niveau de la constitution des partis politiques extraparlementaires transnationaux. De façon parallèle – mais non indépendante – à la création de groupes politiques au sein du Parlement européen, des coalitions de partis extraparlementaires se sont formées et établies en Europe16. Au sein de ces « partis politiques au niveau européen », selon la dénomination officielle, les partis français et allemands se retrouvent et s’organisent « de façon européenne », en dehors même de l’arène parlementaire que constitue le Parlement.

  • 17 Voir le règlement (CE) n° 2004/2003 du Parlement et du Conseil, du 4 novembre 2003, relatif au stat (...)
  • 18 Voir à ce propos l’analyse critique de H. H. von Arnim et M. Schurig, The European Party Financing (...)

20Le droit primaire de l’Union européenne mentionne explicitement les partis politiques transnationaux. Ainsi, le traité de Lisbonne reprend pour le nuancer le tournant décisif qui avait fait son apparition dans le traité de Maastricht et que les textes fondamentaux de l’UE appliquaient depuis. Dans le paragraphe se rapportant aux fondements démocratiques de l’UE, il est dit : « Les partis politiques au niveau européen contribuent à la formation de la conscience politique européenne et à l’expression de la volonté des citoyens de l’Union. » Au-delà de la rhétorique du traité, le droit secondaire européen soutient l’émergence et l’établissement de partis politiques européens. Ainsi, le règlement de novembre 200317 relatif au « statut et au financement des partis politiques au niveau européen » stipule que les partis politiques transnationaux, dans certains cas précis, peuvent se voir accorder par l’UE un soutien financier18. Pour l’heure, 9 partis jouissent du statut de partis politiques européens et reçoivent un soutien financier via le budget général de l’Union.

21Les différences de système et de culture partisans se reflètent au sein des partis européens. La fragmentation du système français y est encore plus flagrante que dans les groupes du Parlement européen, puisque davantage de partis français sont représentés que d’allemands – tout particulièrement pour les partis eurosceptiques et/ou régionalistes.

  • 19 Pour une typologie des rapports entre partis politiques et groupes parlementaires, voir L. Helms (d (...)

22Les partis européens travaillent en étroite relation avec le groupe parlementaire correspondant au sein du Parlement. C’est parfois le travail parlementaire qui a conduit à la formation d’un parti extraparlementaire commun. Souvent, les élections européennes ont accéléré la formation de partis européens. Toutefois, partis et groupes parlementaires du Parlement européen ne sont pas obligatoirement identiques. Toute une série de partis politiques européens distincts se retrouvent dans le même groupe parlementaire (voir tableau 2). De même, l’adhésion partisane européenne dépasse les frontières actuelles de l’UE lorsque de grands partis européens accueillent des partis turcs, suisses ou albanais. Concernant les ressources disponibles, les groupes parlementaires sont mieux dotés et organisés que les partis politiques européens qui, avec une plus large base d’adhésion, sont moins dynamiques. Le système européen correspond ainsi à un modèle dans lequel le groupe parlementaire semble clairement l’emporter19.

  • 20 Voir O. Niedermayer, Europäische Parteien ? Zur grenzüberschreitenden Interaktion politischer Parte (...)

23D’un point de vue organisationnel et structurel, les partis européens sont encore loin de pouvoir être comparés aux partis nationaux. Au niveau européen, l’organisation partisane dominante évoque encore une sorte de confédération, dont les membres sont des partis nationaux et non des individus – même si l’on observe une ouverture partielle à l’adhésion individuelle. Toutefois, en termes d’organisation, les différents partis coopèrent de plus en plus étroitement. Ainsi, pour citer le politologue Oskar Niedermayer, la première phase de simple « contact » peut être considérée comme achevée ; à l’heure actuelle, la nature des relations entre les partis nationaux au niveau européen dépasse la simple « coopération » sans relever encore d’une véritable « intégration20 ».

  • 21 S. Hix, Possibilities for European Parties : 2004 and Beyond, Londres, London School of Economics a (...)

24Il sera possible de renforcer le rôle des partis lorsqu’une logique partisane transnationale aura vu le jour, au sein tant du Parlement que des autres organes de l’Union. Il y en a déjà eu des prémices, par exemple en 2004 lors des débats précédant l’élection du président de la Commission, José Manuel Barroso. Sous sa présidence, une politique de gestion du personnel politique informelle a été menée au sein des familles politiques, notamment dans le cadre du sommet du PPE, qui réunit régulièrement les chefs d’État et de gouvernement membres du parti. On peut compter sur une européanisation des partis politiques européens et une perte d’influence de leurs composantes nationales dès lors que, dans le cadre des élections européennes, le droit de constituer des listes de candidats sera transféré du niveau national au niveau européen – quand des partis européens, et non plus nationaux, se présenteront aux élections21. Cependant, même si les partis européens se consolident, ils garderont probablement, comme les autres acteurs de l’UE, une structure fédérale ; les sections nationales conserveront donc une influence structurelle et organisationnelle non négligeable.

25Au-delà des mécanismes dits ascendants ou « bottom-up » – la création de partis européens à partir de systèmes nationaux préexistants –, il faut s’attendre à ce que des mécanismes dits descendants ou « top-down » affectent peu à peu la création de partis. Ainsi, le parti irlandais Libertas, qui s’était formé en 2007 à l’occasion du référendum en se positionnant clairement contre le traité de Lisbonne, a commencé à créer des « dépendances » dans d’autres États membres, notamment en France. La création nationale d’une formation politique peut ainsi être subordonnée et postérieure à son existence transnationale. Ce pourrait en particulier être le cas des partis qui se consacrent pour l’essentiel aux questions de politique européenne – ici, une formation politique se prononçant contre un approfondissement de l’intégration. Paradoxalement, ce sont précisément les partis hostiles au mécanisme d’intégration qui sont susceptibles de contribuer à l’européanisation des systèmes partisans.

Conclusion : Les partis politiques français et allemands, acteurs à plusieurs niveaux

26La capacité d’évolution des partis français et allemands se mesurera sans aucun doute, et de plus en plus, à l’aune de leur aptitude à s’européaniser. Confrontés à l’européanisation des politiques nationales, les partis sont devenus des acteurs évoluant sur plusieurs niveaux : ils s’efforcent de réaliser leur programme politique aux niveaux national et européen, allant, lorsque cela est nécessaire, jusqu’à faire jouer ces différents niveaux les uns contre les autres. Ils sont ainsi très actifs au niveau européen, tout particulièrement dans le cadre des groupes politiques du Parlement, mais aussi des partis politiques européens.

27Pour l’heure, les partis nationaux sont les acteurs dominants, au sein tant du Parlement que des partis politiques à l’échelle européenne. Les partis européens sont encore loin d’une véritable autonomie transnationale. On peut se demander s’ils seront, à court terme, capables de jouer un rôle comparable à celui des partis nationaux. Ils ne réussiront probablement pas à occuper la position centrale de ces derniers en Allemagne. On peut s’attendre à ce qu’ils évoluent vers le modèle français, marqué par la faiblesse des partis et leur dépendance parlementaire – associé toutefois à une structure organisationnelle intra-partisane de type fédéral, sur l’exemple allemand. En d’autres termes, à ce que les partis européens soient à l’avenir aussi faibles que les partis français et aussi fragmentés au niveau interne que les partis allemands. À l’image de l’UE, le système européen sera toujours un système sui generis, les partis transnationaux reflétant les particularités propres au contexte politique dans lequel ils sont situés. Un approfondissement de l’intégration européenne dans le sillage des évolutions constitutionnelles peut tout à fait changer la donne, y compris au sein des partis, et conduire à leur européanisation. Même si aucun vrai parti européen ne verra le jour à court terme, les partis et les systèmes nationaux seront de plus en plus européens. Sans doute assistera-t-on de nouveau à la création de partis nationaux issus de nouveaux partis européens.

28Une analyse rapide des performances des partis politiques français et allemands au sein des groupes parlementaires du Parlement et des partis européens montre que les deux systèmes n’ont pas la même aptitude à s’européaniser. Les forces et les faiblesses des deux groupes de partis en termes de présence européenne dépendent dans une large mesure de leur rôle au niveau national, ainsi que de leur capacité à s’organiser et à agir dans la continuité « à domicile ». En raison de leur stabilité et du rôle central qu’ils occupent dans le système national, les partis allemands ont un avantage certain ; évoluant dans un système semi-présidentiel, ils sont en effet – en comparaison – plus faibles et diffus. Cela étant, le processus d’européanisation contribuera à une convergence partielle des deux systèmes, car les deux groupes font face à un défi commun : réagir à l’abolition des frontières à l’intérieur de l’UE. Des réponses communes mèneront à un rapprochement des structures et des modes d’organisation. En outre, il est nécessaire que les « partis frères » français et allemands se coordonnent et communiquent davantage au sein des forums européens de coopération ; or, coordination et communication renforcent les points de convergence.

29À l’avenir, les problèmes politiques seront de moins en moins nationaux, et de plus en plus européens, appelant donc à une action européenne. Il n’existe donc pas d’alternative à la coopération des partis nationaux au sein de l’UE. Le futur des partis politiques français et allemands, en grande partie commun, se jouera au niveau européen.

Tableau 1. Répartition par groupe politique des députés allemands et français au Parlement européen (chiffres absolus et part en %)

Tableau 1. Répartition par groupe politique des députés allemands et français au Parlement européen (chiffres absolus et part en %)

Source : Recherches personnelles, dernière actualisation : juillet 2009.

Tableau 2. Les partis politiques au niveau européen

Tableau 2. Les partis politiques au niveau européen

Source : Recherche personnelle, dernière actualisation : juillet 2009.

Notes

1 Sur la notion d’« européanisation », voir R. Ladrechm, « Europeanization of Domestic Politics and Institutions : The Case of France », Journal of Common Market Studies, vol. 32, n° 1, 1994, p. 69-88.

2 Voir à ce propos l’analyse de Th. Poguntke et al. (dir.), The Europeanization of National Political Parties : Power and Organizational Adaptation, Londres/New York, Routledge, 2007.

3 Voir St. Dreischer, Das Europäische Parlament und seine Funktionen. Eine Erfolgsgeschichte aus der Perspektive von Abgeordneten, Baden-Baden, Nomos, 2006, p. 126-133.

4 Voir S. Hix, A. Noury et G. Roland, « Powers to the Parties : Cohesion and Competition in the European Parliament, 1979-2001 », British Journal of Political Science, vol. 35, n° 2, 2005, p. 209-234

5 Voir également sur ce point Th. Faas, « To defect or not to defect ? National, institutional and party group pressures on MEPs and their consequences for party group cohesion in the European Parliament », European Journal of Political Research, vol. 42, n° 6, 2003, p. 841-866.

6 K. Reif et H. Schmitt, « Nine Second Order National Elections : A Conceptual Framework for the Analysis of European Election Result », European Journal of Political Research, vol. 8, n° 1, 1980.

7 M. Maier et J. Tenscher (dir.), Campaigning in Europe – Campaigning for Europe. Political Parties, Campaigns, Mass Media and the European Parliament Elections 2004, Berlin, LIT Publishers, 2006. Notons que les Verts, en 2004, font exception à la règle.

8 Voir, en ce qui concerne l’Allemagne, D. Roth et B. Kornelius, « Europa und die Deutschen : Die untypische Wahl am 13. Juni 2004 », Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 17/2004, p. 46-54

9 Sur ce point, voir la contribution de Torsten Schubert et Winfried Veit dans cet ouvrage.

10 R. Corbett, Fr. Jacobs et M. Shackleton, The European Parliament (7e édition), Londres, John Harper Publishing, 2007 ; S. Hix, A. Noury et G. Roland, Democratic Politics in the European Parliament, Cambridge, Cambridge University Press, 2006 ; B. Rittberger, Building Europe’s Parliament : Democratic Representation Beyond the Nation State, Oxford, Oxford University Press, 2007.

11 Voir P. Norris, « Recruitment into the European Parliament », in R. S. Katz et B. Wessels (dir.), The European Parliament, the National Parliaments, and European Integration, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 86-101.

12 Voir Bundeswahlleiter.de.

13 E. Wiesendahl, Parteien in Perspektive, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1998.

14 L’UMP (Union pour la majorité présidentielle, devenue ensuite Union pour un mouvement populaire) est l’exemple parfait d’un nom de parti affichant clairement la mission pour lequel il a été (re)créé.

15 Voir à ce sujet J. Mittag (dir.), Politische Parteien und europäische Integration. Entwicklung und Perspektiven transnationaler Parteienkooperation in Europa, Essen, Klartext, 2006.

16 Voir St. Marschall, « Europäische Parteien – Phantomorganisationen oder Integrationsbeschleuniger ? », Gesellschaft. Wirtschaft. Politik, n° 4, 2005, p. 399-410.

17 Voir le règlement (CE) n° 2004/2003 du Parlement et du Conseil, du 4 novembre 2003, relatif au statut et au financement des partis politiques au niveau européen (JO L 297 du 15.11.2003). Règlement modifié en dernier lieu par le règlement (CE) n° 1524/2007 du Parlement et du Conseil du 18 décembre 2007.

18 Voir à ce propos l’analyse critique de H. H. von Arnim et M. Schurig, The European Party Financing Regulation, Munster, Lit, 2004.

19 Pour une typologie des rapports entre partis politiques et groupes parlementaires, voir L. Helms (dir.), Parteien und Fraktionen. Ein internationaler Vergleich, Opladen, VS Verlag, 1999.

20 Voir O. Niedermayer, Europäische Parteien ? Zur grenzüberschreitenden Interaktion politischer Parteien im Rahmen der Europäischen Gemeinschaft, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1983.

21 S. Hix, Possibilities for European Parties : 2004 and Beyond, Londres, London School of Economics and Political Science, 2004.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition par groupe politique des députés allemands et français au Parlement européen (chiffres absolus et part en %)
Crédits Source : Recherches personnelles, dernière actualisation : juillet 2009.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 2. Les partis politiques au niveau européen
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Crédits Source : Recherche personnelle, dernière actualisation : juillet 2009.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/15881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteur

Professeur de science politique à l’Université de Siegen.

Stephanie Bauer (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540